Rapport sur la marche des affaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport sur la marche des affaires"

Transcription

1 Rapport financier 2014

2 MARCHE DES AFFAIRES Rapport sur la marche des affaires Depuis la fusion des Salines Suisses du Rhin SA avec la Saline de Bex SA au 1 er juillet 2014, l entreprise porte la raison sociale de Salines Suisses SA. Les départements des sociétés ont été intégrés dans la nouvelle organisation, et le site de Bex (VD) est géré en tant que filiale ou société autonome et considéré comme site de production en plus des sites de Pratteln/Schweizerhalle (BL) et Riburg (AG). Toutes les prestations de production de la Saline de Bex SA sont refacturées aux Salines Suisses SA. Les Salines Suisses SA enregistrent dans leur exercice le plus faible résultat annuel depuis Ceci est attribuable à différents facteurs : en plus de l hiver 2013/2014 exceptionnellement doux avec par conséquent des ventes de sels à dégeler minimes, une charge financière élevée en rapport avec la fusion des Salines Suisses SA, ainsi que des amortissements importants. Par ailleurs, les gains financiers n ont plus été enregistrés par les Salines Suisses SA, mais, en raison de la dissociation des placements financiers, par la société nouvellement fondée en 2013, SelFin Invest SA. Pour la première fois, les comptes annuels contiennent des comptes de groupe. Le cercle de consolidation englobe les sociétés suivantes : Salines Suisses SA, Saline de Bex SA, Rheinsalz AG, Agrosalz GmbH (D) et Alpensalz GmbH (D). Finances Le canton de Vaud a été le dernier à adhérer en 2014 à la «Convention intercantonale sur la vente du sel en Suisse» du 22 novembre 1973, jetant ainsi les bases de l établissement d une entreprise suisse de sel. Ceci a été réalisé d une part par le rachat de 1000 actions des cantons et leur transfert au canton de Vaud. Le canton de Vaud participe désormais aux Salines Suisses SA à raison de 1000 actions. Le financement a été fait au moyen d actions de la Saline de Bex SA ainsi que d un versement en espèces et d un prêt. D autre part, les Salines Suisses SA ont acquis des actions de la Saline de Bex SA et détiennent au 31 décembre 2014 une participation au capital-actions de 90,2 %. Le financement a été effectué par moyens propres. Marketing et vente L exercice sous revue a été marqué par le projet de fusion «Sel27». Pour la planification et l exécution de diverses mesures de marketing et de communication, un budget exceptionnel a été adopté. Il s agissait de faire connaître la nouvelle organisation avec une apparence commune ainsi que des mesures complémentaires. En plus du changement de raison sociale en Schweizer Salinen AG (Salines Suisses SA), un nouveau logo de marque faîtière a été développé et réalisé sur différentes applications telles que le papier à en-tête, les matériels d emballage et les brochures. De même, une page d accueil moderne avec des contenus remaniés et des films d entreprise en quatre langues ont été réalisés. Ceux-ci sont mis gratuitement à la disposition des écoles, en plus du matériel d enseignement à structure modulaire. 2 Au niveau du marketing des produits, le Sel des Alpes de la Saline de Bex SA a été lancé à l échelon national. Ainsi, en plus du sel de table traditionnel JuraSel de la Suisse du Nord-Ouest, le traditionnel sel des alpes vaudois est disponible dans toute la Suisse dans différentes grandeurs d emballage, avec ou sans fluor et iode. Pour faire connaître aux consommateurs le Sel des Alpes, la marque s est présentée au moyen de diverses mesures publicitaires telles qu un spot télévisé, des interventions dans les médias sociaux, des foires, des distributions d échantillons dans les grandes gares suisses ainsi que des manifestations sélectionnées.

3 MARCHE DES AFFAIRES En plus du suivi des clients dans toute la Suisse, la nouvelle organisation est également responsable de tout le traitement des commandes, de la tenue des stocks ainsi que de la distribution de tous les produits de sel dans toute la Suisse. Les systèmes informatiques ont eux aussi été uniformisés et réunis avec succès. Production et technique Les deux sites de Riburg et Schweizerhalle ont produit tonnes de sel, dont à Riburg et à Schweizerhalle. L hiver doux entraînant de faibles quantités livrées a mené à une constitution de stock record à fin Mais les Salines ont travaillé pour la plus grande part dans la production efficace en quatre équipes. Grâce à un entretien continuel et préventif des machines et des installations, une exploitation sans pannes a pu être garantie, à quelques exceptions près. La nouvelle exploitation de production intégrée au site de Bex (production d octobre à décembre 2014, quelque 6500 tonnes), sous la direction des Salines Suisses SA, a nécessité un supplément de personnel. Il s agissait également de développer la compétence dans l exploitation minière traditionnelle pour Bex. Investissements Dans l ensemble, les Salines Suisses SA ont investi CHF 9 millions dans les sites de Schweizerhalle et Riburg. Ressources humaines En raison de l hiver doux et de la faible quantité de production, on a engagé moins de travailleurs temporaires, ce qui a entraîné un effectif de personnel moyen plus bas par rapport à l année précédente. De même, les soldes de temps supplémentaire et d heures variables ont pu être réduits continuellement. Un aspect positif à noter : la poursuite systématique de la campagne «Sécurité au poste de travail» se traduit aussi de façon réjouissante par un nombre d absences réduit pour maladies et accidents. Perspectives Les mois de janvier et février 2015 se sont clôturés positivement en ce qui concerne les ventes et le chiffre d affaires. Pourtant, les stocks sont toujours en-dessus de la moyenne en raison de l hiver doux 2013/2014 et du remplissage maximal des stocks qui en résulte. En 2015, la consolidation de la fusion effectuée au cours de l exercice sous revue ainsi que l optimisation des processus et systèmes, de même que l augmentation de la rentabilité dans l ensemble figurent au premier plan. Par ailleurs, la direction continue à travailler pour le compte du Conseil d administration à l élaboration de bases de décision en ce qui concerne l évolution future de l entreprise pour la période au-delà de Les projets principaux étaient les suivants : Site de Schweizerhalle : Grosszinggibrunn : champ de forage 2 e étape Aettigraben : comblement des trous de forage Forages de sondage pour les gisements de sel Remplacement centrifugeuse 2 Site de Riburg : Bäumlihof : champ de forage 2 e étape Travaux d aménagement Saldome 2 Remplacement de l installation d évaporation Demister Remplacement des chambres de chauffe 3

4 Compte de résultats du groupe 2014 Produits résultant des ventes de sel Produits de la vente d électricité 12 Produits accessoires Réductions sur ventes Variation des stocks Travaux effectués par l entreprise pour elle-même 0 Produits d exploitation Frais de matériel et de marchandises Frais de personnel Loyers 84 Entretien, réparations et remplacements Amortissements Assurances, taxes et contributions assimilées 985 Electricité, matériel de fabrication et auxiliaire Frais d administration et de bureau Publicité Autres charges d exploitation 318 Charges d exploitation Résultats d exploitation avant impôts Résultat immobilier 300 Résultat financier 48 Résultat exceptionnel 192 Résultat hors exploitation et résultat extraordinaire 156 Impôts Parts minoritaires au bénéfice annuel 9 Bénéfice annuel groupe

5 Bilan du groupe ACTIFS Actifs circulants Liquidités Créances résultant des ventes et prestations de services Autres créances 416 Stocks Comptes de régularisation actifs Actifs circulants Actifs immobilisés Terrains et bâtiments Machines et installations Participations Goodwill Prêts à des proches 660 Prêts à des actionnaires Actifs immobilisés Total des actifs PASSIFS Fonds étrangers Fonds étrangers à court terme Dettes résultant des ventes et prestations de services Autres dettes à court terme Prêts à court terme à des proches 2000 Comptes de régularisation passifs Fonds étrangers à long terme Prêts à long terme à des proches 510 Provisions Fonds étrangers Fonds propres Capital-actions Réserves de capital 296 Réserves de bénéfices Parts minoritaires 504 Parts minoritaires au bénéfice annuel 9 Bénéfice annuel groupe Fonds propres Total des passifs

6 Annexe aux comptes annuels consolidés Principes de consolidation 1.1 Généralités Les comptes du groupe pour l exercice 2014 ont été établis selon les prescriptions du droit de la société anonyme. Ils se basent sur les bouclements annuels des différentes sociétés, qui ont été établis selon les prescriptions en vigueur pour la présentation des comptes. L application de la nouvelle législation sur la présentation des comptes, mise en vigueur au 1 er janvier 2013, sera également réalisée pour les comptes du groupe à partir de l exercice Les comptes annuels consolidés sont établis pour la première fois pour l exercice Aucun chiffre comparatif de l année précédente n est disponible. 1.2 Cercle de consolidation Dans les comptes annuels consolidés au 31 décembre 2014, toutes les sociétés du groupe auxquelles la société faîtière participe directement ou indirectement sont impliquées. Il s agit des sociétés suivantes : Société Capital social Taux de participation Entièrement consolidée Salines Suisses SA, Schweizerhalle CHF société faîtière Saline de Bex SA, Bex CHF % Rheinsalz AG, Schweizerhalle CHF % Méthode Equity Agrosal GmbH, Heilbronn, D EUR % Valeur d acquisition Alpensalz GmbH, Heilbronn, D EUR % 1 La société Saline de Bex SA figure dans le cercle de consolidation depuis le Méthode de consolidation Les sociétés mentionnées dans le cercle de consolidation ont été saisies selon la méthode de la consolidation intégrale à 100 %. La part d actionnaires minoritaires est affichée dans le bilan et le compte de résultats du groupe à la position Parts minoritaires. Selon la méthode Equity, les sociétés sont évaluées avec une part de participation de 20 % à 50 %. Les sociétés avec une part de participation inférieure à 20 % sont saisies aux frais d acquisition. La consolidation du capital a lieu selon la méthode anglo-saxonne (Purchase). 1.4 Elimination des relations et bénéfices intermédiaires internes au groupe Les chiffres d affaires et prestations internes au groupe ainsi que les avoirs et obligations réciproques de la société entièrement consolidée sont éliminés. Les bénéfices intermédiaires sont également éliminés, le cas échéant. 1.5 Principes d évaluation Les comptes annuels consolidés se basent sur les valeurs comptables des comptes annuels des différentes sociétés, qui ont été établis selon les prescriptions en vigueur pour la présentation des comptes. Pour les sociétés entièrement consolidées, des bouclements vérifiés au 31 décembre 2014 sont disponibles. 6

7 Le goodwill résulte de la reprise des actions de la Saline de Bex SA. Il est amorti linéairement sur cinq ans, à partir du 1 er octobre Dans le calcul du goodwill, les réserves latentes contenues dans le bouclement individuel de la Saline de Bex SA, d un montant de CHF , moins les impôts latents de CHF , ont été prises en considération. 1.6 Goodwill Le goodwill payé apparaît au bilan et est amorti linéairement sur cinq ans. Le goodwill se calcule de la manière suivante : 2014 Effectif Prix d achat effectif de la participation Fonds propres proportionnels Saline de Bex SA Goodwill payé Amortissement au prorata Valeur du goodwill au Variation des fonds propres 2014 Effectif Au 1 er janvier Bénéfice du groupe Dividende Etat au Indications légales prescrites 2.1 Annexe aux comptes annuels consolidés Effectif Valeurs d assurance incendie des immobilisations corporelles Immobilier Machines et installations Total Dettes envers des institutions de prévoyance Dettes contenues dans la position «autres dettes à court terme» envers la Personalvorsorgestiftung der Schweizer Salinen AG 0 Total 0 Cautionnement général compte douanier PCD Caution solidaire Banque cantonale de Bâle-Campagne 70 Total 70 7

8 Données sur l établissement d une étude de risques Au cours de leurs séances, les organes responsables des sociétés effectuent régulièrement une estimation des risques des sociétés, qui comprend les risques opératifs et stratégiques ainsi que les mesures éventuelles. Le Conseil d administration a par ailleurs adopté en 2008 un système de contrôle interne axé sur les risques clés, qui se rapporte aux sociétés Salines Suisses SA et Rheinsalz AG. La société Saline de Bex SA, qui s y est nouvellement ajoutée le 30 septembre 2014, a évalué les risques le 12 décembre Nouveau droit de présentation des comptes Le 21 novembre 2012, le Conseil fédéral a décidé de mettre en vigueur les nouvelles prescriptions sur la comptabilité commerciale et la présentation des comptes pour le avec un délai transitoire de deux ou trois ans pour la présentation des comptes de groupe. Les présents comptes annuels 2014 se basent sur les prescriptions actuelles de présentation des comptes. L adaptation à la nouvelle présentation des comptes est appliquée au Autres indications facultatives 2014 Effectif Résultat immobilier Produits 638 Charges 338 Résultat 300 Résultat financier Produits 193 Charges 145 Résultat 48 Résultat exceptionnel Gains en capitaux sur vente d actifs immobilisés 14 Autres produits 106 Attributions aux provisions 0 Autres charges 312 Résultat 192 8

9 Rapport de l organe de révision sur les comptes du groupe Rapport de l organe de révision à l Assemblée générale des Salines Suisses SA, Schweizerhalle Rapport de l organe de révision sur les comptes du groupe En notre qualité d organe de révision, nous avons effectué l audit des comptes de groupe ci-joints des Salines Suisses SA, comprenant le bilan, le compte de profits et pertes ainsi que l annexe pour l exercice arrêté au 31 décembre Responsabilité du Conseil d administration La responsabilité de l établissement des comptes du groupe, conformément aux dispositions légales et aux principes de consolidation et d évaluation reproduits en annexe, incombe au Conseil d administration. Cette responsabilité comprend la conception, la mise en place et le maintien d un système de contrôle interne relatif à l établissement et à la présentation des comptes du groupe afin que ceux-ci ne contiennent pas d anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. En outre, le Conseil d administration est responsable du choix et de l application de méthodes comptables appropriées ainsi que des estimations comptables adéquates. Responsabilité de l organe de révision Notre responsabilité consiste, sur la base de notre audit, à exprimer une opinion sur les comptes du groupe. Nous avons effectué notre audit conformément à la loi suisse et aux normes d audit suisses. Ces normes requièrent de planifier et de réaliser l audit pour obtenir une assurance raisonnable que les comptes du groupe ne contiennent pas d anomalies significatives. Un audit inclut la mise en œuvre de procédures d audit en vue de recueillir des éléments probants concernant les valeurs et les informations fournies dans les comptes du groupe. Le choix des procédures d audit relève du jugement de l auditeur, de même que l évaluation des risques que les comptes du groupe puissent contenir des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. Lors de l évaluation de ces risques, l auditeur prend en compte le système de contrôle interne relatif à l établissement des comptes du groupe pour définir les procédures d audit adaptées aux circonstances, et non pas dans le but d exprimer une opinion sur l efficacité de celui-ci. Un audit comprend, en outre, une évaluation de l adéquation des méthodes comptables appliquées, du caractère plausible des estimations comptables effectuées ainsi qu une appréciation de la présentation des comptes du groupe dans leur ensemble. Nous estimons que les éléments probants recueillis constituent une base suffisante et adéquate pour former notre opinion d audit. Opinion d audit Selon notre appréciation, les comptes du groupe pour l exercice arrêté au 31 décembre 2014 sont conformes à la loi suisse et aux statuts. Rapport sur d autres dispositions légales Nous attestons que nous remplissons les exigences légales d agrément conformément à la loi sur la surveillance de la révision (LSR) et d indépendance (art. 728 CO) et qu il n existe aucun fait incompatible avec notre indépendance. En conformité avec l art. 728a al. 1 chiffre 3 CO et la norme d audit suisse 890, nous confirmons qu un système de contrôle interne structuré selon les directives du Conseil d administration existe pour l établissement des comptes du groupe. Nous recommandons d approuver les présents comptes de groupe. PricewaterhouseCoopers SA Dr Rodolfo Gerber Heribert Riesterer Expert-réviseur Expert-réviseur Réviseur en chef Bâle, le 20 avril

10 CHIFFRES-CLÉS Volume des ventes en tonnes Sels à dégeler Sels pour le commerce et l industrie Sels régénérants Sels de cuisine Sels pour l agriculture Sels pour le bien-être Sels pharmaceutiques 38% 28% 14% 11% 6% 2% 1% Nombre de silos de location, Taufix Stock Total en tonnes, au jour de référence du bilan Capacité de stockage Total en tonnes, au jour de référence du bilan

11 CHIFFRES-CLÉS Collaborateurs tous les sites, au jour de référance du bilan Hommes Femmes Bénéfice annuel 4988 Capital propre 54% Ventes en tonnes Investissements Production en tonnes

12 Compte de résultats Produits résultant des ventes de sel Produits accessoires Réductions sur ventes Variation des stocks Travaux effectués par l entreprise pour elle-même 0 12 Produits d exploitation Frais de matériel et de marchandises Frais de personnel Loyers Entretien, réparations et remplacements Amortissements Assurances, taxes et contributions assimilées Electricité, matériel de fabrication et auxiliaire Frais d administration et de bureau Publicité Autres charges d exploitation Charges d exploitation Résultats d exploitation avant impôts Résultat immobilier Résultat financier Résultat exceptionnel Résultat hors exploitation et résultat extraordinaire Impôts Bénéfice de l exercice

13 Bilan ACTIFS Actifs circulants Liquidités Créances résultant des ventes et prestations de service envers des sociétés du groupe envers des tiers Autres créances Stocks Comptes de régularisation actifs Actifs circulants Actifs immobilisés Terrains et bâtiments Machines et installations Placements financiers Prêts à des actionnaires Actifs immobilisés Total des actifs PASSIFS Fonds Dettes résultant des ventes et prestations de service envers des sociétés du groupe envers des tiers Autres dettes à court terme Prêts à des proches Comptes de régularisation passifs Provisions Fonds étrangers Fonds propres Capital-actions Réserves générales (art. 671 CO) Réserves libres Report à nouveau Bénéfice de l exercice Fonds propres Total des passifs

14 Flux de trésorerie Bénéfice de l exercice Amortissements Attributions aux provisions Autre résultat sans effet sur les liquidités Cash-flow Augmentation ( ), diminution (+) créances résultant de livraisons et de prestations de service Augmentation ( ), diminution (+) autres créances Augmentation ( ), diminution (+) stocks Augmentation ( ), diminution (+) créances résultant de livraisons et de prestations de service Augmentation (+), diminution ( ) Autres dettes à court terme Augmentation (+), diminution ( ) Autres Flux de trésorerie résultant de l activité commerciale Entrées ( ), sorties (+) Immobilisations corporelles hors exploitation 285 Entrées ( ), sorties (+) Terrains et bâtiments Entrées ( ) Machines et installations Entrées ( ) Installations de musée Entrées ( ), sorties (+) Placements financiers Flux de trésorerie résultant de l activité d investissement Dividende Dividende supplémentaire Flux de trésorerie résultant de l activité de financement Total des flux de trésorerie Effectif des liquidités au début de l exercice Effectif des liquidités à la fin de l exercice

15 Annexe aux comptes annuels RÉSULTAT IMMOBILIER Produits Charges Résultat RÉSULTAT FINANCIER Produits Charges Résultat RÉSULTAT EXCEPTIONNEL Gains en capitaux sur vente d actifs immobilisés Autres produits Attributions aux provisions Autres charges Résultat VALEURS D ASSURANCE INCENDIE DES IMMOBILISATIONS CORPORELLES Immobilier Machines et installations DETTES ENVERS DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Dette contenue dans le poste «Autres dettes à court terme» envers la fondation de prévoyance du personnel des Salines 0 0 CAUTIONNEMENT GÉNÉRAL COMPTE DOUANIER PCD Caution solidaire Banque cantonale de Bâle-Campagne VARIATION RÉSERVES LATENTES Constitution/dissolution ( )

16 Consolidation A partir de 2014, des comptes de groupe sont établis. Données sur l établissement d une étude de risques Au cours de leurs séances, les organes responsables de l entreprise effectuent régulièrement une estimation des risques de l entreprise qui comprend les risques opératifs et stratégiques ainsi que les mesures éventuelles. Pour 2008, le Conseil d administration a de nouveau voté pour un système de contrôle interne orienté vers des risques-clés. Nouvelle législation de présentation des comptes à partir du Le 21 novembre 2012, le Conseil fédéral a décidé de mettre en vigueur les nouvelles prescriptions sur la comptabilité commerciale et la présentation des comptes pour le avec un délai transitoire de deux ou trois ans pour la présentation des comptes de groupe. Les présents comptes annuels 2014 se basent sur les prescriptions actuelles de présentation des comptes. L adaptation à la nouvelle présentation des comptes est appliquée au Evénements survenus après le jour de référence du bilan Le 15 janvier 2015, la Banque nationale a supprimé le cours plancher de l euro de CHF Cela a entraîné des revers considérables sur les marchés financiers et se répercute essentiellement sur l économie de l exportation. Les Salines Suisses SA exportent chaque année environ 4 % du chiffre d affaires en euros, raison pour laquelle les répercussions financières de l abandon du cours plancher peuvent être qualifiés de plutôt minimes. Une partie des achats de matériel et de machines se fait en euros. 16

17 Affectation du bénéfice au bilan, fixation des dividendes ainsi que de la date de leur versement Proposition du Conseil d administration : Il est proposé de répartir le bénéfice résultant du bilan bénéfice annuel Report à nouveau Bénéfice au bilan comme suit : Dividende actionnaires catégorie A 25 % du capital-actions de CHF Dividende actionnaires catégorie B CHF/action sur actions Attribution aux réserves libres Report à nouveau Bénéfice au bilan Paiement valeur au Schweizerhalle, le 20 avril 2015 Urs Gasche Président du Conseil d administration Dr Urs Ch. Hofmeier Directeur général 17

18 Rapport de l organe de révision sur les comptes annuels Rapport de l organe de révision à l Assemblée générale des Salines Suisses SA, Schweizerhalle Rapport de l organe de révision sur les comptes annuels En notre qualité d organe de révision, nous avons effectué l audit des comptes annuels ci-joints des Salines Suisses SA, comprenant le bilan, le compte de profits et pertes et l annexe pour l exercice arrêté au 31 décembre Responsabilité du Conseil d administration La responsabilité de l établissement des comptes annuels, conformément aux dispositions légales et aux statuts, incombe au Conseil d administration. Cette responsabilité comprend la conception, la mise en place et le maintien d un système de contrôle interne relatif à l établissement et à la présentation des comptes annuels afin que ceux-ci ne contiennent pas d anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. En outre, le Conseil d administration est responsable du choix et de l application de méthodes comptables appropriées ainsi que des estimations comptables adéquates. Responsabilité de l organe de révision Notre responsabilité consiste, sur la base de notre audit, à exprimer une opinion sur les comptes annuels. Nous avons effectué notre audit conformément à la loi suisse et aux normes d audit suisses. Ces normes requièrent de planifier et de réaliser l audit pour obtenir une assurance raisonnable que les comptes annuels ne contiennent pas d anomalies significatives. Un audit inclut la mise en œuvre de procédures d audit en vue de recueillir des éléments probants concernant les valeurs et les informations fournies dans les comptes annuels. Le choix des procédures d audit relève du jugement de l auditeur, de même que l évaluation des risques que les comptes annuels puissent contenir des anomalies significatives, que celles-ci résultent de fraudes ou d erreurs. Lors de l évaluation de ces risques, l auditeur prend en compte le système de contrôle interne relatif à l établissement des comptes annuels pour définir les procédures d audit adaptées aux circonstances, et non pas dans le but d exprimer une opinion sur l efficacité de celui-ci. Un audit comprend, en outre, une évaluation de l adéquation des méthodes comptables appliquées, du caractère plausible des estimations comptables effectuées ainsi qu une appréciation de la présentation des comptes annuels dans leur ensemble. Nous estimons que les éléments probants recueillis constituent une base suffisante et adéquate pour former notre opinion d audit. Opinion d audit Selon notre appréciation, les comptes annuels pour l exercice arrêté au 31 décembre 2014 sont conformes à la loi suisse et aux statuts. Rapport sur d autres dispositions légales Nous attestons que nous remplissons les exigences légales d agrément conformément à la loi sur la surveillance de la révision (LSR) et d indépendance (art. 728 CO) et qu il n existe aucun fait incompatible avec notre indépendance. En conformité avec l art. 728a al. 1 chiffre 3 CO et la norme d audit suisse 890, nous confirmons qu un système de contrôle interne structuré selon les directives du Conseil d administration existe pour l établissement des comptes annuels. En outre, nous attestons que la proposition relative à l emploi du bénéfice au bilan est conforme à la loi suisse et aux statuts et recommandons d approuver les comptes annuels qui vous sont soumis. PricewaterhouseCoopers SA Dr Rodolfo Gerber Heribert Riesterer Expert-réviseur Expert-réviseur Réviseur en chef Bâle, le 20 avril

19 Organes Direction Conseil d administration et organe de révision après l assemblée générale du Conseil d administration Membre depuis l AG * Conseiller national Urs Gasche, président 2001 * Conseiller d Etat Köbi Frei, vice-président, AR 2003 * Conseiller d Etat Roland Brogli, AG 2001 * Conseiller d Etat Pascal Broulis, VD 2014 Conseiller d Etat Serge Dal Busco, GE 2014 Conseiller d Etat Josef Dittli, UR 2010 Conseiller d Etat Martin Gehrer, SG 2009 Conseiller d Etat Georges Godel, FR 2012 * Conseillère d Etat Dr Ursula Gut-Winterberger, ZH 2007 Conseiller d Etat Peter Hegglin, ZG 2003 Conseiller d Etat Roland Heim, SO 2014 * Conseillère d Etat Dr Eva Herzog, BS 2005 Conseillère d Etat Barbara Janom Steiner, GR 2012 * Ministre Charles Juillard, JU 2007 Conseiller d Etat Hugo Kayser, NW 2009 Conseiller d Etat Laurent Kurth, NE 2013 Conseiller d Etat Dr Anton Lauber, BL 2014 Conseiller d Etat Kaspar Michel, SZ 2010 Trésorier Thomas Rechsteiner, AI 2011 Conseillère d Etat Beatrice Simon, BE 2011 Conseillère d Etat Laura Sadis, TI 2007 * Conseiller d Etat Marcel Schwerzmann, LU 2007 Conseiller d Etat Dr Jakob Stark, TG 2014 Conseiller d Etat Maurice Tornay, VS 2009 * Conseiller d Etat Hans Wallimann, OW 2002 Conseiller d Etat Dr Rolf Widmer, GL 2006 Conseillère d Etat Rosmarie Widmer Gysel, SH 2010 Remplaçant du Chef du Gouvernement 2013 Dr Thomas Zwiefelhofer, FL Organe de contrôle PricewaterhouseCoopers SA, Bâle * Membres du comité du Conseil d administration Conformément à l art. 19 des statuts, la durée du mandat de chaque membre du Conseil d administration est fixée à un an. Dr Urs Ch. Hofmeier Directeur général Bruno Altermatt Finances et Comptabilité/Controlling Cornelia Berger Personnel et Tourisme Ernst Eggenberger Informatique et Achats Carl A. C. Habich Business Unit Sels primaires Julien Hoefliger Business Unit Spécialités Wolfgang Neubert Engineering et Technique/Immobiliers Dieter Rebmann Production et Ateliers Stefan Trachsel Chimie et Technique d Application/Qualité Signataires avec procuration Robert Crüll Responsable Marketing et Corporate Communications Dania Egli Responsable Comptabilité Paul Herzog Responsable de l usine de Riburg Jean-Louis Meylan Responsable administratif et financier Saline de Bex Yves Romanens Product et Account Manager Sels primaires Roger Siegenthaler Responsable de production de Schweizerhalle Arnaud Tamborini Responsable de l usine de Bex 19

20 Rémunérations des membres du Conseil d administration 2014 Rapports de propriété Indemnisation du Conseil d administration Indemnité membre du Conseil d administration CHF Indemnités supplémentaires dépendant de la fonction : Président CHF Secrétaire CHF Vice-président CHF Membre du CA et du comité CHF Jetons de présence par séance CHF 700. Indemnité de déplacement par km CHF 0.70 Actionnaires catégorie A Actions Canton Berne Zurich Bâle-Ville Vaud Argovie 720 Saint Gall 571 Lucerne 520 Fribourg 414 Bâle-Champagne 348 Genève 300 Valais 288 Thurgovie 277 Neuchâtel 245 Soleure 241 Tessin 220 Grisons 216 Schwyz 115 Jura 104 Appenzell Rhodes-Extérieures 90 Schaffhouse 87 Zoug 72 Glaris 65 Uri 50 Appenzell Rhodes-Intérieures 43 Obwald 43 Nidwald 43 Principauté de Liechtenstein Actionnaires catégorie B Südsalz GmbH, Bad Reichenhall, D 1116 Actionnaires catégories A + B

Rapport de gestion Assura, assurance maladie et accident 2012

Rapport de gestion Assura, assurance maladie et accident 2012 Rapport de gestion Assura, assurance maladie et accident Présentation de l assureur Assura, assurance maladie et accident est une fondation au sens des articles 80ss CC dont le siège est à Pully. Le Conseil

Plus en détail

Alpes suisses 2 mars 2014 11 h 00

Alpes suisses 2 mars 2014 11 h 00 Alpes suisses 2 mars 2014 11 h 00 Rapport de gestion 2014 ÉDITORIAL Chère lectrice, cher lecteur, L année 2014 a été placée entièrement sous le signe du regroupement des Salines de Bex et des Salines

Plus en détail

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA

DataCard 2015. Impôts Suisse Personnes physiques. Société Fiduciaire Suisse SA DataCard 2015 Impôts Suisse Personnes physiques Société Fiduciaire Suisse SA Comparaison fiscale intercantonale 2015 Chef-lieu du canton Impôt sur les successions Impôt sur les donations Revenu brut du

Plus en détail

GROUPE KUDELSKI RAPPORT ANNUEL 2010

GROUPE KUDELSKI RAPPORT ANNUEL 2010 GROUPE KUDELSKI RAPPORT ANNUEL 2010 Modification des comptes 2010 A l attention des actionnaires de Kudelski SA Modification des comptes 2010 Le Conseil d administration a approuvé le 5 avril 2011 la

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION FAÎTIÈRE

STATUTS DE L ASSOCIATION FAÎTIÈRE STATUTS DE L ASSOCIATION FAÎTIÈRE Valables à partir du 1 er janvier 2008 Légende des abréviations ASMP ASD AGC ARD CC CCA CR FFMP WS NOS NWS RFJM ZS Association Suisse de la musique populaire (Association

Plus en détail

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15

Sommaire. Editorial 5. Comptes annuels 2012 7. Filiales 14. Rapport de révision 15 Rapport annuel 2012 Sommaire Editorial 5 Comptes annuels 2012 7 Filiales 14 Rapport de révision 15 Editorial Avec 102,98 millions CHF de produits consolidés, le groupe Abraxas enregistre comme prévu

Plus en détail

Mémento statistique Les finances publiques 2014

Mémento statistique Les finances publiques 2014 Mémento statistique Les finances publiques 2014 Clôture des comptes de la Confédération (sans les comptes spéciaux) D en % en mio CHF 2012 2013 2014 13 / 14 Recettes ordinaires 62 997 65 032 63 876-1,8

Plus en détail

Comptes consolidés du Groupe

Comptes consolidés du Groupe Comptes consolidés du Groupe 21 Compte de profits et pertes consolidé 22 Bilan consolidé 24 Tableau consolidé des flux de trésorerie 25 Annexe aux comptes consolidés 28 Notes sur les comptes consolidés

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch

AUDIT. Le nouveau droit comptable. Comptes annuels illustratifs. kpmg.ch AUDIT Le nouveau droit comptable Comptes annuels illustratifs kpmg.ch 2 KPMG Le nouveau droit comptable: comptes annuels illustratifs Table des matières Remarques préliminaires et hypothèses 3 Comptes

Plus en détail

Loterie Romande. Rapport financier

Loterie Romande. Rapport financier 2013 Loterie Romande Rapport financier Sommaire Sommaire Bilan au 31 décembre 2013 2 Compte de résultat 2013 3 Tableau de financement 2013 4 Tableau des fonds propres 5 Répartition 2013 5 Répartition 2013

Plus en détail

Sondage "Etude 2010 sur les salaires"!

Sondage Etude 2010 sur les salaires! Sondage "Etude 2010 sur les salaires"! Indications de participant Quelle est votre nationalité? Dans quel canton travaillez-vous ou avez-vous travaillé en dernier? Quelle est votre situation professionnelle

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2013 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2013 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

Bâtiments, logements et conditions d habitation

Bâtiments, logements et conditions d habitation Neuchâtel, septembre 2004 Recensement fédéral de la population 2000 Bâtiments, logements et conditions d habitation RECENSEMENT FÉDÉRAL DE LA POPULATION 2000 BÂTIMENTS, LOGEMENTS ET CONDITIONS D HABITATION

Plus en détail

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref La prévoyance professionnelle constitue le 2 e pilier

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques 06 INDUSTRIE, commerce ET SERVICES n 10 février 2013 Le commerce extérieur du canton de Genève en 2011 En 2011, selon les résultats définitifs de la statistique du commerce extérieur établie par l Administration

Plus en détail

Faillites de sociétés et créations en avril 2011

Faillites de sociétés et créations en avril 2011 Étude Faillites et créations d entreprises 24. 5. 2011 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/lapresse Faillites de sociétés et créations

Plus en détail

Loterie Romande. financier

Loterie Romande. financier 2011 Rapport financier Société de la Loterie de la Suisse Romande 13, rue Marterey Case postale 6744 1002 Lausanne CH Tél. + 41 21 348 13 13 Fax + 41 21 348 13 14 info@loro.ch www.loro.ch Sommaire Bilan

Plus en détail

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide:

La Conférence suisse des directrices et des directeurs cantonaux de la santé (CDS) décide: Convention sur les contributions des cantons aux hôpitaux relative au financement de la formation médicale postgrade et sur la compensation intercantonale des charges (Convention sur le financement de

Plus en détail

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires

Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires Nouveau droit comptable (NDC) Principes du NDC et dispositions transitoires 30 janvier 2015 Petit déjeuner des PME et des start-up FER, Genève Audit.Tax.Consulting.Corporate Finance. Agenda Nouveau droit

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons

Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons Conférence de presse «Congés parentaux: condition pour une meilleure conciliation entre famille et travail» du 5 mai 2011 Analyse des tableaux Enquête sur les congés parentaux - Résultats pour les cantons

Plus en détail

Le nouveau droit comptable. Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) AUDIT. Impact sur la présentation des comptes

Le nouveau droit comptable. Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) AUDIT. Impact sur la présentation des comptes AUDIT Le nouveau droit comptable Dispositions transitoires (art. 2 al. 4) Impact sur la présentation des comptes annuels lors de la première application kpmg.ch Table des matières 1. Bases légales et remarques

Plus en détail

Comptes annuels consolidés 2011 Garde aérienne suisse de sauvetage

Comptes annuels consolidés 2011 Garde aérienne suisse de sauvetage Comptes annuels consolidés 2011 Garde aérienne suisse de sauvetage Bilan au 31 décembre Actifs 2011 % 2010 % Fonds de roulement Liquidités 1.1 60 786 12.3 36 431 7.7 Titres 1.2 162 619 33.0 165 799 34.9

Plus en détail

BREDERODE COMPTES ANNUELS 2 0 1 4

BREDERODE COMPTES ANNUELS 2 0 1 4 BREDERODE COMPTES ANNUELS 2 0 1 4 Comptes annuels et rapport du réviseur d entreprises agréé au 31 décembre 2014 COMPTES ANNUELS 2014 RAPPORT DE GESTION PRÉSENTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION À L ASSEMBLÉE

Plus en détail

Demande d admission en tant que membre associé

Demande d admission en tant que membre associé Demande d admission en tant que membre associé Nom de l entreprise (selon inscription au registre du commerce RC) ou département sécurité d une société La demande d admission en tant que membre associé

Plus en détail

Bienvenue. Séminaire sur le Nouveau droit comptable. Le nouveau droit comptable suisse 1

Bienvenue. Séminaire sur le Nouveau droit comptable. Le nouveau droit comptable suisse 1 Bienvenue Séminaire sur le Nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable suisse 1 Intervenants Philippe ISAAZ Administrateur-directeur Hervé PITTET Administrateur-directeur, spécialiste en finance

Plus en détail

Lors du calcul du renchérissement pour les travaux de construction, il convient de distinguer deux cas:

Lors du calcul du renchérissement pour les travaux de construction, il convient de distinguer deux cas: Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Secteur Amélioratios foncières CH-3003 Bern, BLW, sti Aux services cantonaux chargés des

Plus en détail

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 09 Construction et logement 909-0900 Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 Données sur CD-ROM Neuchâtel, 2010 La série «Statistique de la Suisse» publiée par l Office

Plus en détail

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Preisüberwachung PUE Newsletter Datum 16.11.2010 Sperrfrist 16.11.2010, 09.00 Uhr Nr. 6/10 INHALTSÜBERSICHT/ CONTENU/ CONTENUTO 1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE

Plus en détail

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle

Obligation d être assuré 2 Le régime obligatoire de la prévoyance professionnelle 6.06 Etat au 1 er janvier 2011 Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 1 Les employeurs occupant des salariés soumis à l assurance obligatoire doivent s affilier

Plus en détail

Evaluations statistiques

Evaluations statistiques 1 / 20 Evaluations statistiques Statistiques annuelles 2013, analyse pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 15.01.2014 Centre national de

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons ZEWOinfo Conseils aux donatrices et aux donateurs Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuvent être déduits de l impôt fédéral

Plus en détail

Test d aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2014

Test d aptitudes pour les études de médecine en Suisse (AMS) - Rapport statistique pour la session Suisse 2014 UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ ZENTRUM FÜR TESTENTWICKLUNG UND DIAGNOSTIK AM DEPARTEMENT FÜR PSYCHOLOGIE CENTRE POUR LE DEVELOPPEMENT DE TESTS ET LE DIAGNOSTIC AU DEPARTEMENT

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité Zewo peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Comptes annuels consolidés 2014 Garde aérienne suisse de sauvetage

Comptes annuels consolidés 2014 Garde aérienne suisse de sauvetage Comptes annuels consolidés 2014 Garde aérienne suisse de sauvetage Comptes annuels consolidés 2014 Bilan au 31 décembre Actifs (en milliers de CHF) 2014 en % 2013 en % Fonds de roulement Liquidités 1.1

Plus en détail

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage

Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage Ordonnance sur le financement de l assurance-chômage (OFAC) 837.141 du 31 janvier 1996 (Etat le 12 mars 2002) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 109 de la loi du 25 juin 1982 sur l assurance-chômage

Plus en détail

Rapport annuel 2014/ AXA Vie SA

Rapport annuel 2014/ AXA Vie SA Rapport annuel 2014/ AXA Vie SA Traduction Le présent rapport annuel est une traduction libre en français du texte original anglais. En cas de différence d interprétation, la version anglaise fait foi.

Plus en détail

Rapport annuel 2014/ AXA Assurances SA

Rapport annuel 2014/ AXA Assurances SA Rapport annuel 2014/ AXA Assurances SA Traduction Le présent rapport annuel est une traduction libre en français du texte original anglais. En cas de différence d interprétation, la version anglaise fait

Plus en détail

Banques actives au niveau suisse

Banques actives au niveau suisse La version allemande fait foi. ABS Alternative Bank Schweiz Lebergasse 17, 4601 Olten Tél. 062 206 16 16 www.abs.ch Chez ABS chaque crédit est un écocrédit (crédits d entreprise, d investissement et hypothèques).

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre

La vague de faillites continue à déferler en cette nouvelle année: plus de 6000 entreprises se battent pour survivre Chiffres par 31 janvier 2010 19. 2. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnbswitzerland.ch/presse La vague de faillites continue à déferler

Plus en détail

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne

Explications du conseiller d État Peter Hegglin, président de la CDF, audition CER-E, 25 août 2014, Palais fédéral, Berne Seul le texte prononcé fait foi 12.476 Initiative parlementaire Leo Müller, «Imposition des gains immobiliers» et 12.3172 Motion Leo Müller, «Imposition des immeubles agricoles et sylvicoles» Explications

Plus en détail

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch

Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Eigerplatz 5 CH-3000 Bern 14 T +41(31)-376 04 01 T +41(31)-376 04 04 www.infodrog.ch office@infodrog.ch Impressum Editeur INFODROG Centrale nationale de coordination des addictions Rédaction Franziska

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES ETATS FINANCIERS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 Association «AL BAWSALA» JUILLET 2013 Av. Hédi Karray - Imm.Luxor 2 ème Etage - Centre Urbain Nord -1082 Tunis SARL

Plus en détail

Education et science 1287-1400. Neuchâtel, 2014

Education et science 1287-1400. Neuchâtel, 2014 15 Education et science 1287-1400 Finances du système éducatif Edition 2014 Neuchâtel, 2014 La série «Statistique de la Suisse» publiée par l Office fédéral de la statistique (OFS) couvre les domaines

Plus en détail

Économiser des impôts grâce aux dons

Économiser des impôts grâce aux dons Économiser des impôts grâce aux dons Les dons versés aux organismes d entraide titulaires du label de qualité ZEWO peuv ent être déduits de l impôt fédé ral direct ainsi que des impôts cantonaux et communaux.

Plus en détail

Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des autorités dans les cantons: aperçu

Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des autorités dans les cantons: aperçu Nouveau droit de protection des mineurs et des adultes. Questions concrètes de mise en oeuvre Journées d étude des 11/12 septembre 2012 à Fribourg Exposé 3 Mise en oeuvre de la nouvelle organisation des

Plus en détail

TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES. Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes

TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES. Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes Département fédéral de l'économie DFE Surveillance des prix SPR TARIFS CANTONAUX DE NOTAIRES Comparaison des émoluments pour l instrumentation de différents actes Juillet 2007 La présente brochure est

Plus en détail

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de

Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de Annexe 2.4 Règles comptables et directives d évaluation pour les sociétés anonymes / les clubs de National League A et B concernant l évaluation de la capacité économique sur la base des critères économiques

Plus en détail

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT

GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT GROUPE BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE BIAT ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31/12/2012 Groupe BIAT Etats financiers consolidés arrêtés au 31 décembre 2012 Page ~ 2~ BILAN CONSOLIDE ARRETE AU 31 DECEMBRE

Plus en détail

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013

Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 Le nouveau droit comptable dès le 1 er janvier 2013 changements importants? Sommaire Principes Bilan Compte de résultat Annexe Flux de trésorerie Rapport annuel Positions choisies Fiscalité 1 Principes

Plus en détail

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne

Une légère embellie pour la morale de paiement les entreprises règlent leurs factures avec un retard de 18.1 jours en moyenne Statistiques relatives au comportement de paiement: voici comment paient les entreprises en Suisse Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse

Plus en détail

Cercle Indicateurs, Audit urbain

Cercle Indicateurs, Audit urbain 21 Développement durable et disparités régionales et internationales 1381-1300 Cercle Indicateurs, Audit urbain Mesurer le développement durable et les conditions de vie dans les villes Neuchâtel, 2013

Plus en détail

Communiqué. Les Tessinois champions en matière de protection du climat

Communiqué. Les Tessinois champions en matière de protection du climat Communiqué Les Tessinois champions en matière de protection du climat Zurich Suisse www.zurich.ch Zurich Compagnie d Assurances SA Zurich Compagnie d assurances sur la Vie SA Media Relations Thurgauerstrasse

Plus en détail

Dispositions générales. Nom et siège. But

Dispositions générales. Nom et siège. But Statuts Schweizerische Vereinigung der Pflegedienstleiterinnen und -leiter Association Suisse des Directrices et Directeurs des Services Infirmiers Associazione Svizzera dei Capi Servizio Cure Infermieristiche

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

Logement et pauvreté. Une analyse sur l engagement des cantons. Observations de Caritas sur la politique 2014 de lutte contre la pauvreté

Logement et pauvreté. Une analyse sur l engagement des cantons. Observations de Caritas sur la politique 2014 de lutte contre la pauvreté Logement et pauvreté Une analyse sur l engagement des cantons Observations de Caritas sur la politique 2014 de lutte contre la pauvreté Logement et pauvreté : une analyse sur l engagement des cantons En

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE 1

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE 1 COMPTABILITÉ FINANCIÈRE PRATIQUE DE LA COMPTABILITÉ FINANCIÈRE Franz Carlen Franz Gianini Anton Riniker Edition 0 SOLUTIONS Edition originale en allemand Finanzbuchhaltung Praxis der Finanzbuchhaltung

Plus en détail

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours Statistiques relatives aux pratiques de paiement: Statistiques relatives aux pratiques Les de paiement: performances Les performances des des Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 892

Plus en détail

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi

Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, ça paye. Le Programme Bâtiments Mode d emploi Assainir, c est faire preuve de bon sens. Exemple En cas d assainissement global d une maison individuelle suisse classique, le potentiel d économie

Plus en détail

Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013. Statuts français

Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013. Statuts français Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013 Statuts français Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013 Table des matières I. DISPOSITIONS GENERALES 4 Art.

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière L établissement, la présentation et l intégrité des états financiers consolidés ci-joints, du rapport de gestion

Plus en détail

Agence mondiale antidopage Lausanne. Rapport de l organe de révision au Conseil de fondation sur les comptes annuels 2013

Agence mondiale antidopage Lausanne. Rapport de l organe de révision au Conseil de fondation sur les comptes annuels 2013 Lausanne Rapport de l organe de révision au Conseil de fondation sur les comptes annuels Rapport de l organe de révision au Conseil de fondation de Lausanne Rapport de l organe de révision sur les comptes

Plus en détail

Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures

Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures Voilà comment les entreprises suisses paient leurs factures Près de la moitié de toutes les factures sont payées trop tard. «Röstigraben» aussi pour l argent: les Suisses romands font particulièrement

Plus en détail

La fiscalité en Suisse, 2006 en 1000 EURO

La fiscalité en Suisse, 2006 en 1000 EURO La fiscalité en Suisse, 2006 en 1000 EURO (1 Euro = 1,46 franc suisse) Sources Confédération Cantons s Total Impôts directs 14'428'989 22'827'092 15'125'492 52'381'573 Impôts sur la consommation 20'401'040

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

L impôt ecclésiastique

L impôt ecclésiastique D Impôts divers Impôt ecclésiastique L impôt ecclésiastique (État de la législation : 1 er janvier 2009) Division Études et supports/ AFC Berne, 2009 D Impôts divers - I - Impôt ecclésiastique TABLE DES

Plus en détail

Comptes consolidés BNS 173

Comptes consolidés BNS 173 Comptes consolidés Dans le cadre des mesures visant à renforcer le système financier suisse, la Banque nationale a fondé, en automne 2008, SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds

Plus en détail

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la ANNEXE 5 Rapport du contrôleur des comptes indépendant accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la Fédération internationale de judo, Lausanne Ernst & Young Ltd Téléphone +41 58 286 51 11

Plus en détail

EDITORIAL. Chers actionnaires, Mesdames, Messieurs,

EDITORIAL. Chers actionnaires, Mesdames, Messieurs, EDITORIAL Chers actionnaires, Mesdames, Messieurs, Par le présent rapport, nous venons vous rendre compte des résultats satisfaisants du 11 ème exercice de Patiswiss SA. Comme pour les précédentes années,

Plus en détail

États financiers cumulés résumés 30 juin 2012

États financiers cumulés résumés 30 juin 2012 Fonds mondial pour la nature Canada - World Wildlife Fund Canada et Fondation du Fonds mondial pour la nature Canada - World Wildlife États financiers cumulés résumés 30 juin 2012 Le 9 octobre 2012 Rapport

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision

Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision www.pwc.ch Nouvelles exigences en matière de présentation des comptes et de révision Aperçu des modifications du Code des obligations suisse Décembre 2011 Un document PwC destiné aux responsables de la

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

Annexe aux comptes annuels de CFF SA. Remarques concernant les comptes annuels.

Annexe aux comptes annuels de CFF SA. Remarques concernant les comptes annuels. P 75 de CFF SA. Remarques concernant les comptes annuels. 0.1 Généralités. Les principes appliqués en matière de présentation des comptes pour les comptes annuels de CFF SA satisfont aux exigences du droit

Plus en détail

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

La comptabilité comme instrument de gestion Solutions

La comptabilité comme instrument de gestion Solutions La comptabilité comme instrument de gestion Solutions Jürg Leimgruber Urs Prochinig La comptabilité comme instrument de gestion Solutions Jürg Leimgruber et Urs Prochinig ont achevé leurs études à l Université

Plus en détail

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO

CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO PRATIQUE COMPTABLE COMMISSION RPC CONSULTATION SUR LA SWISS GAAP RPC 21 ÉTABLISSEMENT DES COMPTES DE NPO A. INTRODUCTION Depuis son entrée en vigueur le 1 er janvier 2007, la Swiss GAAP RPC 21 est restée

Plus en détail

Finances publiques : situation à la Confédération et dans les cantons

Finances publiques : situation à la Confédération et dans les cantons ASSEM BL E E D E S D E L E G U E (E )S D U 8 N OV E M BR E 2 0 1 3 Berne, le 1 er novembre 2013 Annexe 2 DL Finances publiques : situation à la Confédération et dans les cantons La situation financière

Plus en détail

Statistique 2013 des sapeurs-pompiers Nombreuses interventions trop de fausses alarmes

Statistique 2013 des sapeurs-pompiers Nombreuses interventions trop de fausses alarmes 85 Statistique 2013 des sapeurs-pompiers Nombreuses interventions trop de fausses alarmes Les sapeurs-pompiers ont aussi accompli un important travail en 2013. Bien qu un peu moins sollicitée par rapport

Plus en détail

BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008

BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008 1 Bio Suisse FACTS & TRENDS 2009 BIO SUISSE 2008/09 ILLUSTRATIONS A NOMBRE DES ENTREPRISES AGRICOLES SELON LE NOMBRE ET LA SURFACE EN 2008 2 Bio Suisse FACTS & TRENDS 2009 11,9% de toutes les entreprises

Plus en détail

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens

Comptabilité générale. Prof. Jean-Pierre Chardonnens Comptabilité générale Prof. Jean-Pierre Chardonnens Éléments et processus de la comptabilité sont répertoriées dans Les transactions la comptabilité des rapports et les informations sont résumées dans

Plus en détail

Le nouveau droit comptable

Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable Présentation structurée et explication des principales nouveautés pour le 1er janvier 2015 Lausanne, le 1er décembre 2014 Agenda Introduction Comptabilité et présentation des

Plus en détail

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT

APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS ASSUJETTISSEMENT D Impôts divers Impôt sur la fortune APERÇU DE L' IMPÔT SUR LA FORTUNE DES PERSONNES PHYSIQUES GÉNÉRALITÉS Outre l'impôt sur le revenu perçu en tant qu'impôt principal, tous les cantons et leurs communes

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

6.08 Allocations familiales Allocations familiales

6.08 Allocations familiales Allocations familiales 6.08 Allocations familiales Allocations familiales Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Les allocations familiales visent à compenser une partie des frais que doivent assumer les parents pour l entretien

Plus en détail

Un plan comptable avec des exigences ambitieuses

Un plan comptable avec des exigences ambitieuses Le nouveau droit comptable est entré en vigueur le 1 er janvier 2013. Les dispositions sont applicables à compter de l exercice 2015 pour les comptes annuels individuels, et de l exercice 2016 pour les

Plus en détail

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 Rapport de l auditeur indépendant... 1 2 États consolidés des résultats... 3 États consolidés du résultat global...

Plus en détail

Des chances égales contre la pauvreté. Une analyse de l encouragement précoce dans les cantons

Des chances égales contre la pauvreté. Une analyse de l encouragement précoce dans les cantons Des chances égales contre la pauvreté Une analyse de l encouragement précoce dans les cantons Observations de Caritas concernant la politique de prévention de la pauvreté 2013 Des chances égales contre

Plus en détail