Cahier de laboratoire Principes de Géochimie 6GCH110 Élémentaire cher Watson! L.Paul Bédard, ing. Ph.D.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier de laboratoire Principes de Géochimie 6GCH110 Élémentaire cher Watson! L.Paul Bédard, ing. Ph.D."

Transcription

1 Cahier de laboratoire Principes de Géochimie 6GCH11 Élémentaire cher Watson! L.Paul Bédard, ing. Ph.D. 31 août 27

2 2

3 Table des matières 1 Les exigences La sécurité Le rapport Le déroulement Les concepts de base Introduction La précision La justesse Les limites de détection Limite de détection inférieure ( x LLD ) Limite de détermination ( x LoD ) Limite de quantitation ( x LoQ ) Les assurances qualité Notation Le broyage Introduction Concasseur à m choire (jaw crusher) Broyeur à disque Bico (disc mill) Broyeur shatterbox Le mortier-pilon La contamination et son effet La coloration des minéraux Théorie En cas déversement Les feldspaths

4 4 TABLE DES MATIÈRES Préparation Manipulations La Perte au feu Théorie Protocole L analyse du soufre et du carbone Théorie Protocole d analyse pour le S et C L Absorption Atomique Théorie Les interférences dans la flamme atomisante Protocole pour une mise en solution à partir de fusion Protocole pour une mise en solution à l eau régal Protocole pour la prépartion des solutions de référence Protocole pour la lecture des échantillons à l appareil Calculs Exemple de calcul L activation neutronique Théorie Introduction Méthode Instrumentation Protocole Le logiciel EPAA Utilisation de EPAA Traitement des données Contrôle de la qualité Interprétation A Échantillon de références 73 B Analytes manquants de vos échantillons 77 C Résultats de l échantillon PAL-4 79

5 TABLE DES MATIÈRES 5 D Chondrite 81 E Feuille de notes : mise en solution par fusion 83 F Feuille de notes : mise en solution à l eau régal 85 G Laboratoire : le broyage 87 H Laboratoire : PAF, S, C et coloration 89 I Laboratoire : mise en solution AA 91 J Laboratoire : Absorption Atomique 93 K Laboratoire : INAA (activation neutronique) 95 L Laboratoire : Traitement des données 97

6 6 TABLE DES MATIÈRES

7 Chapitre 1 Les exigences 1.1 La sécurité Le port de sarrau propre et de lunettes de sécurité est obligatoire. Il est interdit de manger, de boire et de fumer dans le laboratoire. La vaisselle et l espace de travail doivent être nettoyés après la séance. Le verre brisé doit être jeté dans la poubelle à cet effet. En cas de doute sur une manipulation demandez conseil au responsable. Certaines réactions peuvent être très violentes et/ou toxiques, soyez prudents. 1.2 Le rapport Votre rapport devra contenir une introduction incluant le pourquoi du laboratoire ; vos résultats analytiques tels que lus sur l appareil ; vos résultats calculés ; des exemples de calculs ; des calculs de précision et de justesse ; le traitement et interprétation des données une comparaison des méthodes avec leurs avantages et désavantages relatifs ; une discussion et une conclusion. 7

8 8 CHAPITRE 1. LES EXIGENCES TAB. 1.1 Échantillons à doser dans les laboratoire Éch. nom pétrographie type 1 PAL-1 mélagneiss inconnu 2 PAL-2 gabbronorite inconnu 3 PAL-3 leucogabbro inconnu 4 KPT-1 diorite contrôle de la qualité 5 KPT-1 diorite contrôle de la qualité 6 KPT-1 diorite contrôle de la qualité TAB. 1.2 Pétrographie des échantillons Pétrographie hyperstène plagioclase augite quartz pyrrhotine mélagneiss 6 % 3 % 1 % nd moins de 1 % gabbronorite 15 % 4 % 45 % nd moins de 1 % leucogabbro 1 % 7 % 2 % nd -1 % diorite nd 79 % 2 % 1 % 1-2 % 1.3 Le déroulement Le laboratoire se veut le plus réaliste possible. Chaque équipe a trois échantillons inconnus et un échantillon de référence (KPT-1 : une diorite) dont les résultats sont disponibles en annexe A. Ainsi en comparant les résultats de l échantillons de référence avec vos résultats il sera possible de déterminer si le protocole appliqué est validé ou non. Les échantillons proviennent du Lac Pallador un indice intéressant d or et de palladium dans le nord du Québec. Les échantillons proviennent des différentes parties de l intrusion. L indice est situé dans une intrusion mafique différenciée. Il faut identifier où se situe la minéralisation par rapport à la différenciation. Les trois roches de chaque équipe sont différentes, attention. Vous devrez doser vos échantillons vous-même, le responsable de laboratoire est là pour vous guider seulement. À la fin de chaque séance analytique, vous aurez un petit rapport d une page à remettre à la fin de la semaine. Ces derniers vous serviront à la rédaction finale de votre rapport.

9 1.3. LE DÉROULEMENT 9 TAB. 1.3 Analyses chimiques des minéraux Analyte hyperstène plagioclase augite quartz pyrrhotine SiO 2 %m/m nd TiO 2 %m/m.29 nd.7 nd nd Al 2 O 3 %m/m nd nd Fe 2 O 3 %m/m nd MnO %m/m.52 nd.53 nd nd MgO %m/m nd nd CaO %m/m nd nd Na 2 O %m/m nd nd K 2 O %m/m nd nd H 2 O%m/m.2.16 nd nd nd S %m/m nd nd nd nd Ni %m/m nd nd nd nd.42 Total %m/m Vous devez vous assurer que vos résultats d échantillons de référence correspondent à ceux donnés en annexe avant de doser vos inconnus. Semaine Équipe 1 Équipe 2 Équipe 3 Équipe 4 27 AO 27 Broyage Mise en soln AA PAF, S et colo. pas de lab. 3 SE 27 PAF, S et colo. AA Broyage. Mise en soln AA 1 SE 27 INAA Broyage Mise en soln AA AA 17 SE 27 Pas de lab. PAF, S et colo. AA INAA 24 SE 27 Mise en soln AA INAA Pas de lab PAF, S et colo. 1 OC 27 Pas de lab. Pas de lab. INAA Broyage. 8 OC 27 AA Pas de lab. Pas de lab. Pas de lab. 15 OC 27 Traitement Traitement Traitement Traitement 22 OC 27 mi-session mi-session mi-session mi-session 2 NO 27 rapport final rapport final rapport final rapport final

10 1 CHAPITRE 1. LES EXIGENCES

11 Chapitre 2 Les concepts de base 2.1 Introduction Ces notions sont très importantes en analyses chimiques. Cette section veut entre autre répondre à la question : quelle est l incertitude sur cette analyse?. Il devient possible de connaître les limites des analyses et leur applicabilité à la résolution d une problématique. La notion d incertitudes calculées et de calcul d incertitude est très importante mais ne tient pas compte des incertitudes synergiques et des incertitudes qui s annulent. Il est préférable de s en tenir aux notions de justesse et de précision qui rendront compte de l ensemble de tous les phénomènes d incertitudes. 2.2 La précision La précision correspondant à la reproductibilité d une analyse soit comment un même échantillon analysé plus d une fois donnera un résultat similaire. Ces notions peuvent être comparées à du tir sur une cible. La précision étant la capacité à grouper ces tirs (Figure 2.1), ainsi les carrés et les ronds NE montrent PAS une grande précision contrairement au losanges et aux triangles. Cette notion est généralement mesuré par l écart-type relative (RSD) soit : RSD = Ecart type Moyenne 11

12 12 CHAPITRE 2. LES CONCEPTS DE BASE où l écart-type est : s = n i=1 (x i x) 2 n 1 ou encore par le rapport des deux valeurs sur 1 % s il y a trop peu de données. Il est généralement relativement facile d être précis. Il est important d être précis, lors d évaluation de gisement par exemple, autrement les teneurs des différentes section du gisement ne pourront pas être corrélés. précis OK NON OK NON juste OK OK NON NON FIG. 2.1 Analogie de la précision et de la justesse avec une cible de tir 2.3 La justesse La justesse quant à elle mesure combien les résultats sont près de la vrai valeur. Dans la comparaison avec une cible (Figure 2.1), il est clair que les triangles sont justes. En moyenne, les carrés sont également justes. Les losanges eux sont

13 2.4. LES LIMITES DE DÉTECTION 13 précis mais pas justes. Seuls les triangles blancs sont justes et précis. La justesse est très importante lorsqu il s agit de comparer des teneurs avec d autres données. Pour la classification chimique des roches, cette notion est très importante. Mais quelle est la justesse adéquate? Est-ce 1 % est acceptable ou plutôt 5 %? Qu en est-il? Instrumentalement il est plus aisé de déterminer les analytes abondants que ceux en trace. Comment définir une justesse acceptable pour un analyte présent à 6 % m/m, la silice (SiO 2 ), versus le platine (Pt) à moins de 1 ng/g? La première règle est d avoir une justesse (et une précision dans ce cas-ci) qui soit adapté au problème ( fitness for purpose ). Si le problème géologique consiste à démontrer que l évolution du système évolue de 1 à 125 µg/g la justesse exigée ne sera pas la même qu un autre problème où les variations vont de 1, 1 à 1 µg/g. Il existe également une régle empirique qui peut servir de guide : la fonction d Horwitz. Horwitz [6] avait noté que le coefficient de variance sur les résultats lors de test d efficacité de laboratoire augmentait avec la diminution de la teneur. Il en a produit la fonction (empirique) de Horwitz. Cette dernière a été modifiée pour s adapter à des échantillons géologiques [8]. R H =.2c.8495 où R H est l écart-type de la reproductibilité interlaboratoire à une concentration c d un analyte. Les deux paramètres s expriment en rapport de masse (sans unités ; par exemple 1 µg/g est 1 6 ). En géochimie, deux classes de résultats sont généralement considérées : recherche géologique (classe 1) et exploration géochimiques (classe 2). Ainsi un facteur d échelle a été créé pour ces deux classes soit le σ p où σ p = R H /2 pour la classe 1 (recherche) et σ p = R H pour la classe 1 (exploration) Le tableau 2.1 donne des valeurs typiques pour la fonction Horwitz qui sont reprises dans la figure 2.2. Certaines méthodes pour certains analytes démontrent des performances nettement supérieures à la fonction d Horwitz et vice versa. 2.4 Les limites de détection C est un terme galvaudé qui mérite que l on s y arrêtre. Que veux-t-on exprimer exactement? La plus petite teneur mesurable avec une certaine précision/justesse? Il est proposé que le terme limite de détection tel quel soit abandonné au profit de termes plus précis. Une réponse analytique d un appareil se

14 14 CHAPITRE 2. LES CONCEPTS DE BASE TAB. 2.1 Écart-types relatifs découlant des valeur cibles selon la fonction de Horwitz Concentration %RSD %RSD Classe 1 Classe 2 1 % m/m % m/m % m/m µg g µg g µg g µg g µg g µg g compose du bruit de fond et du signal. Le bruit de fond est la variation analytique de l appareil lorsqu il n y a pas d échantillon ou encore entre deux pics dans une méthode spectroscopique (Figure 2.3). En mesurant ce bruit de fond, il aura une distribution normale (Figure 2.4). Comme pour les limites de détection il s agit de déterminer à partir de quelle teneur on peut se fier à l analyse, les limites de détection seront définies à partir de ce bruit de fond Limite de détection inférieure ( x LLD ) C est une limite inférieure qui ne permet pas de faire de mesure quantitatives. Généralement il est considéré que c est 3σ B (Figure 2.5) au dessus du bruit de fond moyen [1]. Le bruit de fond étant les variations de réponse d un appareil entre les pics analytiques. Ainsi, pour une distribution normale, il y a % de probabilité que ce signal ne proviennent pas du bruit de fond Limite de détermination ( x LoD ) Cette limite correspond à la limite à laquelle un signal peut être utilisé pour faire des mesures quantitatives. Elle est représentée par une distribution ayant une moyenne x B + 6σ B au dessus du bruit de fond (Figure 2.5). L incertitude idéale est alors de 16.7 % relative (i.e. 1 σ)

15 2.4. LES LIMITES DE DÉTECTION 15 5% 4% 3% Classe 1 (recherche) 2% 1% % -1% -2% -3% Classe 2 (exploration).1 µg/g.1 µg/g 1 µg/g 1 µg/g 1 µg/g 1 µg/g 1 % m/m % RSD 1 % m/m 1 % m/m Teneur FIG. 2.2 Illustration de la fonction de Horwitz Limite de quantitation ( x LoQ ) Le comité sur l amélioration de l environnement de l ACS [1] a recommendé une limite de détection appelé la limite de quantitation qui se situe à 1σ B audessus de la moyenne du bruit de fond. L incertitude idéale est de 1 % relatif. Cette limite est à utiliser pour les travaux de nature légale, commerciale, etc Les assurances qualité Pour s assurer que les résulats sont fiables, deux types de matériaux de référence sont utilisés soit ceux de contrôle de qualité et les certifiés. Il s agit en

16 16 CHAPITRE 2. LES CONCEPTS DE BASE bruit de fond Pic FIG. 2.3 Spectre montrant un pic et le bruit de fond (B) fait d échantillons dont les teneurs sont connues et qui servent à assurer la qualité des résulats. Les matériaux de référence de contrôle de qualité servent au contrôle journalier tandis que ceux certifiés servent caler les analyses. Un autre aspect important des matériaux de référence certifiés consiste à assurer une tracabilité. La tracabilité est une notion qui provient des étalons originaux tels que le mètre où il existait un mètre physique auquel il devait y avoir une chaine de liens continue jusqu à notre référence. Le concept moderne est qu il devrait être possible de remonter par une chaine continue (en tenant compte des incertitudes associées) jusqu au mètre ou à la mole. Un concept qui est techniquement intenable en géochimie. Il est généralement considéré que si la calibration contient un matériau de référence certifié pour le ou les analystes d intérêt, le résultat est tracable [9]. De plus, il y a les tests d efficacité (proficiency) [8] dans lesquels nous recevons un échantillon et devons donner les résultats à l aveugle i.e. les teneurs sont inconnues. Les résultats sont retournés en Angleterre pour comparaison avec environ 8 autres laboratoires. Il devient alors possible d évaluer la performance du laboratoire. Dans ce laboratoire vous utiliserez des matériaux de contrôle de qualité. 2.5 Notation Selon les principes de métrologie modernes et les recommendations pour le système SI [3], les données devraient toujours être présentés le plus près possible des unités de base soit le mêtre, le kilogramme, la mole et la seconde (les autres unités ne sont pas souvent utiles en géochimie ; par exemple la candela). Par exemple, le ppb doit être abandonné en faveur du ng/g (Tableau 2.2). C est

17 2.5. NOTATION 17 x B.13% 3σ B % FIG. 2.4 Distribution du bruit de fond (B) lorsque mesuré seul une notation qui a de nombreux avantages dont celui de rendre les conversions et les calculs plus simples.

18 18 CHAPITRE 2. LES CONCEPTS DE BASE x B x LLD x LoD.13% 3σ B bruit de fond 3σ B analyses qualitatives analyses quantitatives FIG. 2.5 Relations entre le bruit de fond (B), la limite inférieure de détection (LLD) et la limite de détermination (LoD) TAB. 2.2 Notations acceptés en géochimie désuet accepté masse accepté solution % poids % m/m % v/v ppm µg/g mg L 1 ppb ng/g µg L 1 ppt pg/g ng L 1

19 Chapitre 3 Le broyage 3.1 Introduction L étape du broyage sert à réduire les échantillons en fragments ou en poudre afin d homogénéiser et de faciliter la mise en solution de ces échantillons pour des analyses géochimiques. Il existe trois types majeurs de broyeur : le broyeur à m choire (Jaw Crusher), le broyeur à disque Bico (disc mill) et le broyeur Shatterbox. L utilisation de ces broyeurs est séquentielle, c est à dire qu en général on utilisera le broyeur à m choire pour fragmenter notre échantillon, puis on utilisera le broyeur Bico pour réduire ces pépites en une poudre grossière et finalement le broyeur shatterbox réduira cette poudre grossière en poudre fine. Chaque broyeur implique une contamination des échantillons qui sera différente pour chacun. Le type de broyeur utilisé sera donc choisit en fonction de la contamination qu il provoque. Par exemple, on n utilisera pas un broyeur en alliage de fer-chrome si on veux mesurer le Cr dans un échantillon puisque lors du broyage de petites particules provenant du broyeur pourraient être ajoutées à l échantillon. Le degré de contamination est pour sa part relié à la durée du broyage. Une minute de shatterbox contaminera moins que deux minutes. Par contre, le nettoyage de l appareil entre chaque utilisation sera crucial. Il est donc très important de bien le nettoyer avant chaque utilisation puis de faire une pré-contamination avec une partie de l échantillons à broyer avant de commencer. Il est même recommandé de refaire ces étapes entre chaque échantillon si ceux-ci sont différents (exemple : entre un basalte et une rhyolite). Il est préférable de broyer les échantillons du plus mafique au plus felsique. De plus, il est très important de prendre en note l ordre des échantillons pour pouvoir expliquer, s il y a lieu, certains pro- 19

20 2 CHAPITRE 3. LE BROYAGE blèmes. La séquence de concassage ou de broyage se décrit comme suit : 1. établir l ordre de broyage ou de concassage des échantillons et en prendre note 2. nettoyage de parties de l appareil venant en contact avec l échantillon 3. conserver une plaquette témoin (important) 4. concassage ou broyage d une petite partie de l échantillon 5. jeter cette fraction concassée ou broyée (la pré-contamination) 6. concasser ou broyer l échantillon (partie à conserver pour l analyse) 7. recommencer 3.2 Concasseur à m choire (jaw crusher) Les m choires du concasseur utilisé sont faites d acier, il y a donc contamination en Fe métallique et aussi possiblement en Co, Cr, Cu, Mo et très faiblement Ni. Ce type de broyeur réduit l échantillon en des pépites d environs 8 mm. Utilisation : Les étapes qui suivent doivent être faites préalablement avec une partie de l échantillon afin de pré-contaminer l appareil. 1. Bien nettoyer la machine avant de l utiliser. Pour ce faire, enlever la m choire avant et la brosser. Souffler toutes les surfaces avec l air comprimée. Il y a beaucoup de petits orifices où la poussière et les pépites peuvent se cacher. Replacer la m choire. 2. Démarrer le broyeur. 3. Insérer les fragments d échantillons entre les deux m choires. Les fragments doivent être plus petits que 4 cm. Si la machine arrête, mettre le commutateur à off et enlever les morceaux coincés avec des pinces. Si les morceaux sont difficiles à enlever, déplacer à la main en sens inverse la roue d engrenage du concasseur. 4. Bien nettoyer la machine après utilisation. Pour ce faire, enlever la m choire avant et brosser. Souffler toutes les surfaces avec l air comprimée. Il y a beaucoup de petits trous où la poussière peut se cacher.

21 3.3. BROYEUR À DISQUE BICO (DISC MILL) Broyeur à disque Bico (disc mill) Dans ce type de broyeur, les disques utilisés pour broyer sont en porcelaine, ils amènent donc une contamination en aluminium. Étant donné que ce broyeur amène une contamination supplémentaire, il est généralement réservé pour les broyages servant aux séparations minérales ou encore lorsque de grandes quantitées de poudre de roche sont nécessaires. Les échantillons sont réduits à une taille d environ.25 mm. Utilisation : Les étapes qui suivent doivent être faites préalablement avec une partie de un de nos échantillons afin de pré-contaminer l appareil. 1. Nettoyer l appareil avec l air comprimé avant l utilisation. S il reste des résidus de sulfures, sur les disques, broyer 1 g de quartz. Répéter jusqu à ce que les disques soient propres. 2. Ajuster la distance entre les disques à l aide de la vis à droite..5 mm est généralement juste pour la plupart des échantillons. 3. Démarrer le broyeur. Écouter attentivement pour identifier un bruit de type plaque frottant ; en effet les plaques du Bico ne doivent pas se toucher, autrement ils se s auto-détruiront. 4. Insérer les échantillons dans le broyeur ; ceux-ci doivent-être plus petits que 8 mm. Si la machine se bloque, fermer l interrupteur et ouvrir la machine. 5. Nettoyer l appareil avec l air comprimé après l utilisation. S il reste des résidus de sulfures, sur les disques, broyer 1g de quartz. Répéter jusqu à ce que les disques soient propres. 3.4 Broyeur shatterbox Le broyage au shatterbox est généralement la dernière étape puisque les échantillons en ressortent en poudre. Les types de shatterbox qui peuvent être utilisés sont ; 1) en céramique, 2) en acier chromifère et 3) en carbure de tungstène. Le type de contamination varie en fonction du shatterbox utilisé. Le shatterbox en céramique provoquera une contamination en aluminium, celui en acier chromifère impliquera une contamination en fer et en chrome alors que le shatterbox en carbure de tungstène amènera une contamination en tungstène, en cobalt et en terres rares lourdes (Yb, Lu). 1. Nettoyer le broyeur en broyant 1 à 2 grammes de quartz pendant environ 3 minutes. Jeter la poudre et enlever la poussière avec l air comprimé.

22 22 CHAPITRE 3. LE BROYAGE 2. Mettre 2 à 4 grammes de roche dont la taille est d environ 2 mm dans le shatterbox (taille maximum de 3 mm). 3. Faire fonctionner de 2 à 4 minutes. Tester la granulométrie : la poudre est adéquate lorsqu elle a la texture de la farine. Si la poudre n a pas la texture de la farine on continue le broyage. Parfois on peut avoir a broyer pendant 1 minutes. 4. Recharger le shatterbox avec 2 à 4 g d échantillon pour obtenir la quantité de poudre de roche nécessaire à vos analyses. 5. Nettoyer le broyeur en broyant 1 à 2 grammes de quartz pendant environ 3 minutes. Jeter la poudre et enlever la poussière avec l air comprimé. Cette étape doit être faite entre chaque échantillon. 3.5 Le mortier-pilon Les mortiers-pilons sont généralement fabriqués d agate, d alumine, de mullite, de carbure de bore ou de tungstène. Évidemment ils contaminent avec la substance qui les composent. L échantillon se broye avec de l alcool isopropylique (ou acétone sous hotte) pour minimiser les pertes. Par expérience il est reconnu qu un mortier-pilon en alumine donne des granulométrie de l ordre de 38 µm [4]. 3.6 La contamination et son effet Les différents outils créeront des contaminations en les éléments dont ils sont constitués. Mais peut-on quantifier cette contribution et spéculer sur sont effet? Le temps de broyage est un facteur important. Plus le temps sera long, plus forte sera la contamination. Ainsi pour un échantillon de quartz dans un shatterbox de carbure de W, la teneur en W aura augmenté de.3 après 1 minute,.4 après 2 minutes,.5 après 8 minutes et de.7 après 16 minutes [7]. Pour un shatterbox de métal inconnu, suspectez une contamination en Fe, Mn, Cr, Ni, Si, Mo et V [7]. L outil le plus sécuritaire est un mortier-pilon en agathe. Il faut tenir compte de la résistance au broyage des différents types d échantillons. Il est proposé que plus un échantillon est riche en quartz, plus la contamination sera importante [7]. L explication de cette notion doit être considéré avec un certain recul. En effet, la contamination en éléments de transition (utilisé pour la fabrication des shatterbox et autres broyeurs sera plus facile à identifier dans un échantillon riche

23 3.6. LA CONTAMINATION ET SON EFFET 23 TAB. 3.1 Caractéristiques des poudres de roches destinées à l analyse Méthode analytique granulométrie minimale quantité (g) INAA.5 mm 2 XRD (identification) 45 µm.1-1 XRD (quantification) 1-5 µm.1-1 XRF (éléments majeurs) 74 µm 2 XRF (éléments traces) 74 µm 6 AA, ICP-MS, ICP-AES 74 µm.2-1 en SiO 2 que dans un riche en FeO. La contamination inter-échantillon est généralement plus importante que la contamination par les appareils. Iwansson et Landstrom [7] proposent, par exemple, qu une contamination en Ta modifiera une classification pétrogénétique (Figure 3.1).

24 24 CHAPITRE 3. LE BROYAGE WPG Ta (µg/g) Syn-COLG Échantillons contaminés ORG.1 VAG Yb (µg/g) FIG. 3.1 Effet d une contamination en Ta sur une classification des granitoôdes

25 Chapitre 4 La coloration des minéraux 4.1 Théorie Les colorations sont une technique d attaque suivi d une coloration chimique sur une phase minérale. Les colorations les plus courantes sont les feldspaths potassique (microcline), la dolomie et le plagioclase. Ces techniques utilisent souvent l acide fluoridrique (HF) qui est un des acides les plus dangeureux qui soit. L effet du HF peut ne pas être immédiat si la concentration est supérieure à 5 % : effet immédiat si la concentration est de 2 à 5 % : délai de 1-8 heures pour sentir l effet si la concentration est de 1 à 2 % : délai de 24 heures pour sentir l effet Le HF pénètre sous la peau pour attaquer les tissus sous-cutanés et les os Le HF attaque le verre, donc pas de bécher en verre ; le tefflon seulement Lors de la manipulation du HF vous devez : travailler sous une hotte fonctionnelle et approuvé pour cette t che porter un sarrau porter des gants de néoprène (tous les autres gants ont des résistances maximales de quelques minutes au HF) porter des lunettes de sécurité et une visière avoir près de soi du gel de gluconate de calcium à appliquer en cas d accident tout mélange avec de l eau donnera une forte réaction exothermique 25

26 26 CHAPITRE 4. LA COLORATION DES MINÉRAUX En cas déversement Sur la peau 1. Restez calme 2. Lavez à grande eau sous la hotte 3. Demandez de l aide (criez s il le faut) 4. Faite appliquer du gluconate de calcium (avec des gants) sur la peau en contact avec le HF 5. Appelez l ambulance (911) 6. Avertissez que c est une br lure au HF et ce que vous avec fait comme traitement Dans la hotte 1. Restez calme 2. Fermez la fenêtre et évaluez l accident 3. Vérifier s il n y en a pas sur vous, en cas de doute faites comme si vous vous êtiez brulé au HF 4. Appliquez du carbonate de calcium (calcite, CaCO 3 ) ou de la chaux sur le HF 5. Ajoutez plus de neutralisant pour s assurer qu il n y a plus de réaction 6. Mesurez le ph pour s assurer que vous avez neutralisé le HF 7. Le fluorure de calcium (CaF 2 ) ainsi formé est manipulable Sur le plancher 1. Restez calme 2. Faites sortir les autres personnes rapidement 3. Sortez rapidement du local 4. Appelez la sécurité (515) 5. Assurez vous que personne ne pénêtre dans le local 6. Attendez que l équipe de sécurité de l UQAC prenne la situation en contrôle

27 4.2. LES FELDSPATHS Les feldspaths Préparation 1. HF concentré (approximativement 52 %) 2. une solution de cobaltinitrite de sodium saturé, dans l eau 3. (pour les plagioclases) une solution de.5 g de sel de potassium rhodizonique acide dans 2 ml d eau dans une bouteille de type compte-goutte ; cette solution doit être fraîche. 4. trois plats de plastique 5. des pinces pour manipuler les échantillons 6. le matériel de sécurité (sarrau, masque, gants, gluconate de calcium, lunette, hotte) Manipulations 1. Placez un échantillon dans le HF pour 1 minute ou au-dessus du HF pour 3 minutes 2. Enlevez l échantillon et rincez le dans l eau 3. Aspergez le de BaCl 2 4. Rincez rapidement à l eau 5. Plongez l échantillon dans la solution de cobaltinitrite de sodium saturée pendant 1 minute 6. Rincez à l eau en évitant d arroser directement la surface colorée en jaune 7. Si vous voulez colorer les plagioclases : couvrez la surface de l échantillon de l agent rhodizonate, le plagioclase devrait rougir après quelques secondes.

28 28 CHAPITRE 4. LA COLORATION DES MINÉRAUX

29 Chapitre 5 La Perte au feu 5.1 Théorie La perte au feu (PAF ou LOI : Lost on Ignition en anglais) est une mesure souvent fournie par les laboratoires commerciaux comme une mesure des éléments volatiles (H 2 O, CO 2, etc.) dans un échantillon. L échantillon étant chauffé à 1 C pendant environ une heure ; il est estimé que les éléments volatiles quittent l échantillon. La différence de masse entre l entrée au four et sa sortie devrait correspondre à la fraction ayant quitté l échantillon. Un phénomène fait concurrence à la perte des éléments volatiles soit l oxydation du fer. Le fer ferrique se transforme en fer ferreux donnant un gain de masse. La réaction étant : 2Fe (2+) O O 2 Fe(3+) 2 O 3 Ainsi une perte au feu négative de.11 % pour chaque pourcentage de FeO dans l échantillon (par exemple : un échantillon contenant 1 % FeO gagnerait 1.13 %). Il y a encore un mais ; rien ne garantis que tous le FeO s oxydera. Il devient à peu près impossible de contrôler la réaction. De plus, certains alcalis, le fluor et le souffre peuvent se volatiliser. Le résultat obtenu par la PAF est une mesure grossière des éléments volatiles dont la justesse diminue avec la quatité de fer dans l échantillon. Une mesure supplémentaire peut-être faite soit la mesure de l eau hygroscopique ou adsorbée (H 2 O ). Cette dernière se mesure par la différentielle de masse après un passage de 2-3 heures à C. 29

30 3 CHAPITRE 5. LA PERTE AU FEU 5.2 Protocole 1. Peser un creuset de porcelaine propre et vide 2. Peser environ 1 g d échantillon à une précision de.1 g dans un creuset de porcelaine 3. Faire un plan de la position des échantillon à envoyer au four 4. Déposer les échantillons au four à 1 C selon le plan 5. Attendre approximativement 6 minutes 6. Retirer les échantillons du four toujours en respectant le plan 7. Laisser refroidir 8. Peser de nouveau avec une précision de.1 g 9. PAF = {m échantillon+m creuset} AV ANT {méchantillon +m creuset} APR ÈS {méchantillon } AV ANT 1 1. Nettoyer vos creusets

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 203 Mét. ICP-MS Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions

LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions LABORATOIRES DE CHIMIE Préparation des solutions La préparation des solutions est un des actes majeurs de la chimie. Une solution se prépare toujours dans une fiole jaugée. Tout prélèvement se fait avec

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen ULB Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen Par Hancisse Olivier, Huon Alice, Sintobin Olivier, Straus Joanne et Wambé Patrick Etudiants en Bioingénieur 3/10/2010 [Type

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Fiche d information sur le mercure

Fiche d information sur le mercure Fiche de sécurité chimique # 18 Fiche d information sur le mercure Le mercure (Hg, CAS [7439-97-6]) est le seul métal à l état liquide à température pièce. Il est très dense, très mobile, modérément volatil,

Plus en détail

SurTec 650 ChromitAL TCP

SurTec 650 ChromitAL TCP SurTec 650 ChromitAL TCP Propriétés Passivation sans chrome VI pour aluminium à base de chrome III Liquide concentré Très bonne protection anticorrosion sur pièces non peintes comparable à celle du chrome

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

Spectrophotométrie atomique

Spectrophotométrie atomique ! Spectrophotométrie atomique GÉNÉRALITÉS Ces spectres font intervenir la variation de l énergie des électrons périphériques (électron de valence d un atome). On donne par exemple le cas du sodium (Z =

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Dosage du carbone organique par combustion sèche après décarbonatation automatisée des sols

Dosage du carbone organique par combustion sèche après décarbonatation automatisée des sols Dosage du carbone organique par combustion sèche après décarbonatation automatisée des sols CARIA Giovanni, PROIX Nicolas, CIESIELSKI Henri Institut National de la Recherche Agronomique Laboratoire d analyses

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Chapitre 3 : Formules chimiques

Chapitre 3 : Formules chimiques Chapitre 3 : Formules chimiques Objectifs L élève doit être capable! de définir la notion de valence,! de déduire du T.P.E. la valence d un élément appartenant aux groupes principaux,! d établir les formules

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire

ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire VERDER SCIENTIFIC Magazine client Numéro 40 ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire Précis, Fiable, Flexible EDITORIAL Charbon Acier Terre Cher(e)s lecteurs, clients et partenaires, Dans

Plus en détail

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2

Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Document de préparation Examen chapitre 1 et 2 Qui suis-je? Chapitre 1 et 2 1. Représentation imagée d une vérité inaccessible par les sens. Modèle scientifique 2. Plus petite partie possible de la matière

Plus en détail

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux R. Losno, Professeur, Université Paris 7 Denis-Diderot, LISA EECA - EUROFINS Alan

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

Réactions d oxydo-réduction

Réactions d oxydo-réduction Réactions d oxydo-réduction Définition Les réactions d oxydo-réduction sont des réactions pendant lesquelles les entourages électroniques des atomes (donc les structures des ions et molécules) changent

Plus en détail

par micro-ondes SCP SCIENCE

par micro-ondes SCP SCIENCE SCP SCIENCE 47 Systèmes de digestion par micro-ondes SCP SCIENCE offre 3 types de systèmes de digestion par micro-ondes. NovaWAVE SA: un instrument qui peut effectuer jusqu à 12 digestions simultanément

Plus en détail

Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 13/2002)

Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 13/2002) Méthode OIV-MA-AS323-02B Méthodes Type II Quantification de l'azote total selon la méthode de Dumas (moûts et vins) (Résolution Oeno 3/2002). DOMAINE D'APPLICATION La présente méthode s'applique à l'analyse

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Travaux pratiques Coordonnateur: Jean-Marc CHAPUZET Date: Jeudi 30 Novembre 2006 Local: D7-3012; D7-3014

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

Méthode. Détermination des matières en suspension et matières en suspension volatiles dans l eau

Méthode. Détermination des matières en suspension et matières en suspension volatiles dans l eau et Page : 1 de 9 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative Méthodes pour l analyse élémentaire SAA une méthode bien établie depuis plus de 45 ans Simplicité peu d interférences Robustesse

Plus en détail

La date d édition actuelle se trouve dans le mode opératoire ou l évaluation.

La date d édition actuelle se trouve dans le mode opératoire ou l évaluation. Principe L azote organique est attaqué par de l acide sulfurique fumant à chaud en présence d un catalyseur pour être transformé en ammonium. elui-ci est entrainé par distillation à la vapeur d eau avec

Plus en détail

Méthode. Détermination des composés phénoliques totaux dans l eau par colorimétrie à ph 10

Méthode. Détermination des composés phénoliques totaux dans l eau par colorimétrie à ph 10 Page : 1 de 12 AVERTISSEMENT : Avant d appliquer cette méthode, consulter les manuels d instructions, les fiches signalétiques et autres documents portant sur la sécurité. Le timbre d'encre coloré indique

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

le Risque Incendie École du FEU

le Risque Incendie École du FEU le Risque Incendie École du FEU L ennemi n 1, c est... Le FEU Énergie d'activation Source de chaleur, Flamme nue, Etincelle électrique, Frottement, échauffement... La Combustion Définition : C est une

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie

UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie UE BI 504 Thermodynamique des systèmes biologiques TP de Thermochimie Emmanuel Beaudoin Sébastien Béasse 1 TP1 Dosage calorimétrique : détermination d une enthalpie de réaction Introduction La digestion

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE Pensez à vérifier la date de validité des cartouches filtrantes NF EN 511 (froid) Les équipements de protection individuelle contre

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique analysechimiq/photons/emission-atom JF Perrin maj novembre 2006 page 1/5 Photométrie d émission atomique 1.Présentation du phénomène physique d émission atomique 1.1définition de l émission atomique L

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

Métrologie de l environnement

Métrologie de l environnement Métrologie de l environnement Méthodes d analyse de l arsenic au laboratoire Patrick Thomas Département Eaux & Environnement Institut Pasteur de Lille L arsenic L arsenic appartient au groupe Va de la

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Massy Solution conductrices 16 p 60 : Vrai ou faux? Répondre aux affirmations suivantes par vrai ou faux et corriger les affirmations fausses.. 1. Toutes les solutions

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation PROJET DE MAITRISE Comportement hydromécanique des boues de traitement Compte-rendu de laboratoire Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation Présenté à : Michel Aubertin Greg Kennedy Par

Plus en détail

Expérience # 3. Détermination de formules chimiques. Déterminer gravimétriquement la formule chimique d un hydrate et d un oxyde.

Expérience # 3. Détermination de formules chimiques. Déterminer gravimétriquement la formule chimique d un hydrate et d un oxyde. Expérience # 3 1. But Déterminer gravimétriquement la formule chimique d un hydrate et d un oxyde. 2. Théorie 2.1 Détermination de la formule d un hydrate On donne généralement le nom d'hydrates à des

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions.

Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions. Chap2 Tests de reconnaissance de quelques ions. Items Connaissances Acquis Formule des ions sodium, cuivre(ii), fer(ii), fer(iii) et chlorure Domaines d acidité et de basicité en solution aqueuse. Lien

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

PCSI 2013/2014. Corrigé du Devoir Surveillé de chimie n 1. I) L éther de diéthyle. La phase liquide contient n E = 4,82 mol d éther.

PCSI 2013/2014. Corrigé du Devoir Surveillé de chimie n 1. I) L éther de diéthyle. La phase liquide contient n E = 4,82 mol d éther. PCSI 2013/2014 Corrigé du Devoir Surveillé de chimie n 1 I) L éther de diéthyle Conservation de l éther dans une bouteille hermétique 1) La bouteille a une capacité de V = 1,000 L. On la remplit avec un

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse :

Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Spectrométrie de masse Introduction Intérêts de la Spectrométrie de masse : Sensibilité, limite de détection faible ( fento mole dans certaines conditions ) Variétés des applications : analyses chimiques

Plus en détail

Tableau d avancement

Tableau d avancement Terminale S - AP SPC 6 Tableau d avancement Objectifs : Savoir réaliser un bilan de matière initial, intermédiaire ou final grâce à un tableau d avancement. Une transformation chimique est l évolution

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

CHIMIE. À propos du chrome

CHIMIE. À propos du chrome CHIMIE Les calculatrices sont autorisées. À propos du chrome Du grec khrôma ou du latin chroma (couleur). Il a été découvert par Louis Vauquelin en 1797. Il est présent dans la croûte terrestre ( 003,

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Nocif Comburant Corrosif Toxique Inflammable CMI - 2008 Introduction Des produits chimiques de différents degrés de danger sont utilisés

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I.

Rappel des technologies utilisées // Nouvelles technologies. (Synthèse par J.Ph GOURRAUD d une conférence des Dr B.BEUMER et Dr I. ANALYSEUR DE SOUFRE TOTAL DANS LES PROCEDES DE CARBURANTS PETROLIERS Caractéristiques Principales Détermination du soufre total par le procédé MWD XRF Etendue de mesure dynamique de 0.6ppm à 3000ppm Temps

Plus en détail

Capteur Humidité du Sol PS-2163

Capteur Humidité du Sol PS-2163 Capteur Humidité du Sol PS-2163 1 2 PS-2153 Sonde Potentiel Hydrique Equipement inclus Référence 1. Capteur PASPORT humidité du sol PS-2163 2. Sonde Humidité du Sol 514-10696 Accessoires Sonde potentiel

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail

Laboratoire de la maison Ormesson. Les changements

Laboratoire de la maison Ormesson. Les changements 1 Laboratoire de la maison Ormesson Les changements Au cours de votre visite dans le petit village, vous avez découvert que rien n était fait au hasard. Tout était centré autour de la gestion de l eau

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière.

Chapitre n 2. Conduction électrique et structure de la matière. Chapitre n 2 3 Conduction électrique et structure de la matière. T.P.n 1: Les solutions aqueuses sont-elles conductrices? >Objectifs: Tester le caractère conducteur ou isolant de diverses solutions aqueuses.

Plus en détail

14 ème séance : Histoire de patate (manipulation expérimentale).

14 ème séance : Histoire de patate (manipulation expérimentale). 14 ème séance : Histoire de patate (manipulation expérimentale). Introduction Comme l indique le titre, cette manipulation est expérimentale, en ce sens qu elle n a pas été testée rien ne dit donc que

Plus en détail

RESSOURCE SUR LA SÉCURITÉ-INCENDIE DE L APSO

RESSOURCE SUR LA SÉCURITÉ-INCENDIE DE L APSO RESSOURCE SUR LA SÉCURITÉ-INCENDIE DE L APSO La ressource sur la sécurité-incendie est composée des éléments suivants : Guide du personnel enseignant Capsules vidéo Documentation de l élève Documents pour

Plus en détail

Chimie cinquième - 2014/2015 Chapitre 4 : Séparer les constituants d'un mélange

Chimie cinquième - 2014/2015 Chapitre 4 : Séparer les constituants d'un mélange Chapitre 4 : Séparer les constituants d un mélange 1. Que faut-il pour récupérer un gaz? 2. A quoi sert l eau de chaux? 3. Comment utilise-t-on l eau de chaux? 4. Qu'utilise-t-on pour tester la présence

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail