Compression de maillages 3D statiques et dynamiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compression de maillages 3D statiques et dynamiques"

Transcription

1 UNIVERSITE RENE DESCARTES - PARIS V Centre Universitaire des Saints-Pères UFR DE MATHEMATIQUES ET INFORMATIQUE Thèse présentée en vue de l obtention du grade de Docteur de l Université RENE DESCARTES - PARIS V Discipline : Sciences de la Vie et de la Matière Spécialité :Mathématiques et Informatique Par Khaled MAMMOU Sujet de la thèse : Compression de maillages 3D statiques et dynamiques Soutenue le 5 Septembre 2008, devant le jury composé de: Madame le Professeur Christine GRAFFIGNE Président Monsieur le Professeur Faouzi GHORBEL Rapporteur Monsieur le Professeur Rémy PROST Rapporteur Madame le Professeur Françoise PRÊTEUX Directeur de thèse Monsieur le Docteur Didier NICHOLSON Examinateur Monsieur le Docteur Titus ZAHARIA Examinateur

2

3 Remerciements Initiée il y a un peu plus de trois ans, cette thèse n aurait pas pu aboutir sans l aimable concours de plusieurs personnes, que je tiens vivement à remercier ici. En premier lieu, je tiens à remercier Madame le Professeur Françoise Prêteux, directeur de cette thèse, pour m avoir accueilli au sein du département ARTEMIS de l Institut TELECOM/ TELECOM & Management SudParis. Quelle soit assurée de ma profonde gratitude pour la qualité de la formation dont elle m a fait bénéficier et pour ses conseils avisés. Je lui serai toujours reconnaissant pour m avoir impliqué dans le processus ISO/MPEG et pour m avoir fait ainsi découvrir le monde passionnant de la normalisation internationale. Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur le Docteur Titus Zaharia, Maître de Conférences au Département ARTEMIS pour son encadrement quotidien, pour les discussions scientifiques passionnées que nous avons partagées et pour ses recommandations pédagogiques précieuses. A Madame Christine Graffigne, Professeur à l Université Paris V, qui m a fait l honneur de présider ce jury, je tiens àtémoigner mon respect et mes remerciements les plus sincères. A Monsieur Faouzi Ghorbel, Professeur àl École Nationale des Sciences de l Informatique de Tunis, qui a accepté la lourde charge d être rapporteur, j exprime mes remerciements les plus profonds pour l interêt qu il a bien voulu porter à ce travail. Je souhaite également lui témoigner ma gratitude et ma profonde reconnaissance pour m avoir fait découvrir le monde de l imagerie et pour m avoir orienté vers ce domaine passionnant. Je ne le remercierai jamais assez pour la rigoureuse formation scientifique dont il m a fait bénéficier ainsi que pour ses précieux conseils et son soutien amical. Je serai toujours son redevable élève! Que Monsieur Rémy Prost, Professeur à l INSA de Lyon, rapporteur de ce mémoire, trouve ici l expression de toute ma gratitude pour sa lecture minutieuse et l intérêt qu il a porté à cette recherche. Qu il soit également remercié pouravoirenrichietamélioré la qualité de cette thèse grâce à sa grande expérience dans ce domaine. Que Monsieur le Docteur Didier Nicholson, Ingénieur de Recherche chez Thalès Communications et Chef de la Délégation Française dans la commission JPEG, soit assuré demes remerciements les plus chaleureux pour m avoir fait l honneur d être examinateur de cette thèse. A Marius Preda, Nicolas Rougon, Catalin Fetita et Mihai Mitrea, Maîtres de Conférences au Département ARTEMIS, j exprime mes rermerciements pour leur écoute attentive et leur aide stimulante. Que Madame Evelyne Taroni trouve ici l expression de mes remerciements pour son aide patiente et son inépuisable énergie pour résoudre toutes les questions administratives. i

4 ii Je tiens également à remercier l ensemble des membres d ARTEMIS (actuels et anciens), que j ai eu la chance de côtoyer : Afef, Alain, Antoine, Benoît, Blagica, Corneliu, Diane, Franck, Imen, Ines, Ivica, Maher, Marc, Octavian, Oguzhan, Olfa, Walid, Perrine, Pierre-Yves, Rachid, Son et Sorin. Je tiens particulièrement à remercier mon ami Amaury et mon collègue de bureau Matthieu pour les innombrables et agréables pauses (café ou autres) que nous avons partagées. Nos discussions amicales et parfois scientifiques restent un plaisir inégalé! Enfin, je ne remercierai jamais assez ma famille et mes amis pour leur précieux soutien tout au long de ces années.

5 Table des matières Remerciements i Introduction 1 I Compression de maillages statiques 5 1 Représentation et compression de maillages 3D statiques : état de l art Notions mathématiques Maillage triangulaire Variétés, orientation et genre Standards/formats de représentation Compression de maillages 3D statiques : état de l art Approches de compression mono-résolution Compression par bandes de triangles Codage par arbres couvrants Décomposition en niveaux Codage des valences Codage par conquête de triangles Codage prédictif de la géométrie et des attributs Quantification vectorielle Approches de compression multi-résolution Techniques de simplification de maillages Les maillages progressifs Codage par complexe simplicial progressif Codage par forêt progressive d opération vsplit Approches par décimation de sommets Codage par décomposition en niveaux Codage par décomposition en arbres géométriques Codage spectral Approches par ondelettes Analyse et discussion Conclusion iii

6 iv TABLE DES MATIÈRES 2 Le codage TFAN L approche TFAN Définition Principe Algorithme de codage : construction de la représentation TFAN Decodage de la représentationtfan Compression de la représentation TFAN Préservation de l ordre des sommets et des facettes Codage de la géométrie du maillage Propriétés de l approche TFan Complexité de calcul Rendu temps réel Capacité demémoire nécessaire Résultats expérimentaux : projetrnrtsemantic-3d Corpus de test SEMANTIC-3D Structure à multiples composantes connexes Problème d éclatement des composantes connexes ( cracking ) Distribution des valences Conversion en maillages manifold Adéquation des approches classiques aux donnéescao Critères d évaluation Distribution des configurations TFAN Espace mémoire Performances de compression Temps de décodage Conclusion Codage par approximation B-Splines Compression par images géométriques : principe et limitations Codage par surfaces B-Splines Schéma général Segmentation de maillages 3D Paramétrisation Approximation par surfaces B-Splines Recollage des patchs Résultats expérimentaux Conclusion II Compression de maillages dynamiques 89 4 Représentation et compression de maillages 3D animés : état de l art Domaines d application Films d animation et effets spéciaux 3D Jeux vidéos Techniques de créationd animation3d Animation par modèles descriptifs Animation procédurale Standards de représentation 3D et formats propriétaires

7 TABLE DES MATIÈRES Standard VRML Standard H-Anim Le standard MPEG Standard X3D Standard COLLADA Formats propriétaires Discussion Fonctionnalités avancées Synthèse bibliographique Prédicteurs spatio-temporels locaux Compression par ACP Compression par transformées en ondelettes Ondelettes temporelles Ondelettes spatiales régulières et semi-régulières Ondelettes spatiales irrégulières Compression par segmentation Analyse et discussion Conclusion Compensation de mouvement par modèle de peau (skinning) Segmentation au sens du mouvement Etat de l art Formulation mathématique Segmentation par algorithme de k-moyennes Calcul de la partition initiale Raffinement de la partition Segmentation hiérarchique Modèle de peau Estimation des transformée affines Existence et unicité Solution par SVD Estimation des poids d animation Prédiction des normales Résultats expérimentaux Méthodes de segmentation : évaluation expérimentale Prédiction des positions et des normales Conclusion Compression MCGV Approche GV : principe et limitations Approche MCGV : schémaglobal Codage du modèle de skinning Compression des erreurs résiduelles Atlas de paramétrisations Construction des images géométriques Remplissage des images géométriques Codage des images géométriques Fonctionnalités Résultats expérimentaux v

8 vi TABLE DES MATIÈRES Corpus d évaluation Critères d évaluation Résultats de compression MCGV/JPEG versus MCGV/MPEG-4 V MCGV versus GV MCGV versus les techniques de l étatdel art Conclusion L approche FAMC : la nouvelle spécification MPEG Schéma global Codeur arithmétiqueaveccontextecabac Schéma de binarisation àlongueurfixe Schémas de binarisation Unary et Truncated Unary Schéma de binarisation Exponential Golomb Schéma de binarisation Unary/Exponential Golomb Compression du modèle de mouvement Codage du modèledepeau(skinning) Codage de la partition Codage des transformées affines Codage des poids d animation Compression des erreurs résiduelles Compression par DCT/TO Tansformée DCT Transformée en ondelettes biorthogonales (4,2) Prédiction spatiale des coéfficientsspectraux Codages des coefficient spectraux Compression par ACP Distorsion de quantification Optimisation débit/distorsion Compression par prédiction hiérarchique LD (Layered Decomposition) Décomposition en patchs Phase de décimation Décomposition en niveaux hiérarchiques Prédiction hiérarchique Codage binaire Fonctionnalités supportées Scalabilité spatiale Scalabilité temporelle Scalabilité en qualité Streaming Conclusion Résultats expérimentaux Corpus de test Critères d évaluation Evaluation expérimentale Comparaison des différentes configurations de FAMC FAMC versus MCGV FAMC versus lestechnologiesmpeg

9 TABLE DES MATIÈRES FAMC versus BIFS FAMC versus AFX-IC FAMC versus les techniques de l étatdel art Fonctionnalités Scalabilité spatiale Scalabilité en qualité Codage des attributs Codage quasi sans perte Streaming Conclusion Conclusion 219 vii

10 viii TABLE DES MATIÈRES

11 Table des figures 1.1 Illustration de l enveloppe convexe [χ 1,χ 2,χ 3 ] de trois points dans R 3. Elle représente la surface du triangle défini par les trois points {χ 1,χ 2,χ 3 } Illustration d un maillage triangulaire M =(K, X )dansr Exemples de maillages manifolds et non-manifolds (a) Orientation de la normale associée au triangle (v 1,v 2,v 3 ) (b) maillage nonorienté et (c) maillage orienté Surfaces de différentsgenres Schéma général de compression monorésolutiond lages3d Exemple de codage par arbres couvrants : (a) maillage original, (b) arbre couvrant des sommets, (c) découpage du maillage selon l arbre couvrant des sommets, (d) polygone planaire simplement connexe suite à (c) et (e) arbre couvrant des triangles (Source : [1]) Décomposition en niveaux. Les contours en gras représentent les différents niveaux de sommets (Source : [2]) Conquête du maillage par l algorithme de Touma et Gotsman : (a) maillage initial, (b) insertion du sommet fantôme, (c) ADD 6, ADD 7, ADD 4 (insertion du premier triangle), (d) ADD 4, (e) ADD 7, (f) ADD 5, (g) ADD 5, (h) Sommet courant complet, focalisation sur le sommet suivant de la liste active, (i) ADD 4, (j) ADD5, (k) SPLIT 5, (l) Focalisation sur le sommet suivant de la nouvelle liste active, (m) ADD 4, (n) ADD dummy 5, (o) Retirer la nouvelle liste active du FIFO, (p) ADD 4, (q) Focalisation sur le sommet suivant de la liste active, (r) Focalisation sur le sommet suivant de la liste active et (s) Conquête du maillage achevée. (Source : [3]) Codage par l algorithme de EdgeBreaker : les numéros des triangles indiquent l ordre de parcours, tandis que les différents types de hachures représentent les codes des opérations (Source : [4]) Prédiction par règle du parallélogramme L opération de edge collapse (ecol) et sa duale, vertex split (vsplit) Les différentes configurations de vertex split généralisé. (Source : [5]) L opération de forest split. a) le maillage initial avec, en gras, les arêtes de la forêt ; b) le découpage du maillage au long des arêtes de la forêt ; c. triangulation de la structure obtenue ; d) le maillage raffiné. (Source : [6]) Codage progressif selon l algorithme de Alliez et Desbrun : a) Maillage initial, patchs et portes d entrée (notées g i ) ; b) Maillage après décimation et étape de nettoyage; c) Maillage final obtenu. (Source : [7]) ix

12 x TABLE DES FIGURES 1.16 Illustration de l algorithme par décomposition en arbre Kd, pour le cas 2D. (Source : [8]) Compression par ondelettes semi-régulières. (Source : [9]) Configurations de subdivision pour l approche de codage par ondelettes irrégulières Eventail de triangles de degré 4décrit par les sommets (v 0,v 1,v 2,v 3,v 4,v 5 ) Décomposition de la connectivité d un maillage triangulaire en trois éventails de triangles : TF 1 = {v 1,v 8,v 9,v 2 }, TF 2 = {v 9,v 3,v 7,v 6,v 2 } et TF 3 = {v 6,v 7,v 5,v 4 } Maillage reconstruit àpartirdelareprésentation du maillage par éventails de triangles Algorithme de codage de l approche TFAN Algorithme de décodage de la représentation TFAN Exemples des dix configurations considéréespartfan Quelques modèlescao3dducorpussemantic-3d Modèle CAO original avec 1274 composantes connexes. (20491 triangles et sommets) Distributions des nombres de triangles et de sommets par composante connexe pour l ensemble des modèlesdelabase Problème de cracking induit par la structure à multiples composantes connexes caractéristiques aux modèles CAO (1455 triangles et 1626 sommets). (a) Maillage original, (b) Maillage compressé avec l approche spectrale exhibant des problèmes de cracking, (c) composantes connexes de (b) colorées et (d) Zoom sur la région d intérêt de (c) montrant l inefficacité de l approche de compression spectrale à gérer les maillages àmultiplescomposantesconnexes Problème de cracking pour les niveaux de détails intermédiaires pour les approches de compression par décimation : compression par maillage progressif [10]. (a) Maillage original (1549 triangles et 1557 sommets), (b) Composantes connexes de (a) colorées (1252 triangles et 1302 sommets), (c) Zoom sur la région d intérêt dans (b) et (d) Modèle sans problème de cracking obtenu par des opérations de type half edge collapses pour les sommets de bord (1373 triangles et 1457 sommets) : pas de simplification significative possible du modèle original Distributions des pourcentages des triangles et des sommets de bord pour l ensemble des modèlesdelabasesemantic Illustration des triangles bord : (a) et (c) composantes connexes colorées et (b) et (d) triangles de bord colorés en rouge Distribution des valences des sommets pour l ensemble des modèles de la base SEMANTIC-3D Histogramme des configurations TFAN pour des maillages de type manifold orienté Histogramme des configurations TFAN pour des maillages CAO de topologies arbitraires Courbes d évolution du nombre de sommets stockés en mémoires pour différents maillages CAO Performances de compression pour une quantification sur 12 bits : TFAN vs. MPEG-4/3DMC et TG Courbes débit/distorsion pour différents maillages CAO : TFAN vs. MPEG- 4/3DMC et TG Gains en terme de débit de l approche TFAN par rapport aux techniques MPEG- 4/3DMC et TG pour une quantification sur 12 bits

13 TABLE DES FIGURES 2.21 Temps de décodage pour les approches TFAN, MPEG-4/3DMC et TG Gains en terms de temps de décodage de l approche TFAN par rapport aux techniques MPEG-4/3DMC et TG Processus de conversion d un maillage 3D en une image géométrique Limitations du processus de r lage pour les maillage Bunny (a et b) et Horse (c et d) : triangulation de mauvaise qualité etsur-échantillonnage de la surface Schéma synoptique de l algorithme de compression par représentation B-Spline Maillage de graphe dual associé Découpage du maillage par duplication des sommets localisés aux bords des patchs Elimination des bords multiples : (a) patch avec deux bords B 1 et B 2, (b) deux sommets fictifs v 1 et v 2 respectivement connectés à B 1 et B 2,et(c)découpage du patch selon le plus court chemin entre v 1 et v Optimisation de la paramétrisation par élargement du bord : (a) Paramétrisation initiale avec des hautes distorsions de paramétrisation ; (b) Sommet fictif v connecté au bord, sommet interne v 0 ayant la plus grande courbure Gaussienne et découpage du maillage selon le plus court chemin entre v et v 0 ;(c)paramétrisation finale de distorsion plus faible Segmentation de maillages de diverses formes et complexités Paramétrisation d un maillage triangulaire sur un domaine 2D carré Les courbes isoparamétriques dans le domaine paramétrique Paramétrisation d un patch par différentes méthodes de paramétrisation : (a) Tutte, (b) Tutte optimisé et (c) Floater Collage de deux patchs : en partant des deux sommets v 1 et v 2 et en suivant les deux sens de parcours s 1 et s 2,ledécodeur fusionne succesivement les N C sommets de bords Courbes débit/distorsion pour les modèles Horse, Bunny et Venus Maillages Horse, Venus et Bunny compressés avec MPEG-4/3DMC (a, e et i), TG (b, f et j), CS (c, g et k) et notre approche (d, f, h et l) Résultats de compression àdifférents débits:(a,b,cetd) Tyra,(e,f,geth) Gargoyle, (i, j, k et l) Hand, (m, n, o et p) Lucy (Partie 1) Résultats de compression àdifférents débits : (a, b, c et d) Max Planck, (e, f, g et h) Dinosaur, (i, j, k et l) Rabbit, (m, n, o et p) Feline (Partie 2) Extraits des films d animation 3D Extraits des jeux vidéo3d Standard H-Anim : squelette hiérarchique d un humanoïde. (source : http ://hanim.org/) Exemples de maillages 3D dynamiques Prédicteur ELP Prédicteur Replica Prédicteur AP Prédicteur moyenneur (N=4) Prédicteur MV xi

14 xii TABLE DES FIGURES 5.1 Résultats de segmentation avec et sans la procédure de raffinement pour le maillage dynamique Dance : (a) Segmentation par k-moyennes sans raffinement, (b) Segmentation par k-moyennes avec raffinement, (c) Segmentation hiérarchique sans raffinement et (d) Segmentation hiérarchique avec raffinement Opération half-edge collapse : l arête (v, w) est contractée, les deux sommets v et w fusionnés, et la connectivité du maillage redéfinie, en connectant à v l ensemble des arêtes incidente à w Segmentation hiérarchique du maillage dynamique Raptor : (a) avec fusion des CCs et (b) sans fusion des CCs Rendu des maillages dynamiques Dance et Horse gallop (a, c) sans et (b, d) avec lissage en exploitant les normales associées aux sommets du maillage Segmentation par k-moyennes vs. segmentation hiérarchique : (a, b) Horse gallop, (b, c) Chicken, (e, f) Cow, (g, h) Camel collapse, (i, j) Dolphin, (k, l) Elephant gallop, (m, n) Dance, (o, p) Horse collapse, (q, r) Raptor, (s, t) Shark, (u, v) Troll et (w, x) Wolf Processus de raffinement de la partition : évolution de l erreur quadratique moyenne de compensation de mouvement avec le nombre d itérations Prédicteur affine par morceaux vs. modèle de skinning :(a)première trame segmentée, (b) trame 36, (c) trame 36 prédite par transformées affines, (d) distribution des erreurs de (c), (e) trame 36 prédite par modèle de skinning et (f) distribution des erreurs de (e) MCGV versus GV : la procédure de r lage opérée par GV conduit àdes pertes de détails et àdesartéfacts visuels Schéma synoptique du codeur MCGV Atlas de paramétrisation Images géométriques des erreurs de compensation de mouvement Image géomatrique obtenue après l application de la procédure de remplissage (padding) sur l image de la Figure MCGV/JPEG versus MCGV/MPEG-4 V2 pour les animations : a) Chicken, b) Cow et c) Dance MCGV/JPEG versus MCGV/MPEG-4 V2 pour les animations : a) Dolphin, b) Snake et c) Humanoid Courbes débit/distorsion des approches prédictives MCGV/MPEG-4 V2 et GV en mode P MCGV/MPEG-4 V2 versus GV-mode P à : a) 2etb) 4bpts MCGV/JPEG versus GV-mode I à 8 bpts Animation Snake : MCGV versus les techniques de l étatdel art Animation Humanoid : MCGV versus les techniques de l état de l art Animation Chicken : MCGV versus les techniques de l étatdel art Schéma synoptique du codeur FAMC. En grisé, lesmodulesoptionnels Schéma fonctionnel du codeur CABAC Exemple de codage par plages de valeurs d une partition, pour un maillage avec 14 sommets partitionnés en 3 clusters Les quatre points utilisés pour la représentation du mouvement affine d un cluster Codage des poids d animation

15 TABLE DES FIGURES 7.6 Opération de décimation topologique VRem(v) :(a) patch original ; (b) supression du sommet v ainsi que de l ensemble des arêtes et des triangles qui lui sont incidents ; (c) re-triangulation du patch obtenu Re-triangulations possibles pour des sommets de degrés : (a) 6, (b) 5, (c) 4 et (d) Exemple de décomposition en cinq niveaux hiérarchiques du maillage dynamique Cow Scalabilité temporelle : exemple de structure de prédiction temporelle hiérarchique Scalabilité en qualité :décomposition des coefficients spectraux en niveaux de détails correspondant à quatre bandes de fréquences Comparaison des performances de compression des différentes configurations FAMC : (1) FAMC/Lift, (2) FAMC/DCT, (3) FAMC/LD, (4) FAMC/Lift+LD, (5) FAMC/DCT+LD et (6) FAMC/ACP (partie 1) Comparaison des performances de compression des différentes configuration FAMC : (1) FAMC/Lift, (2) FAMC/DCT, (3) FAMC/LD, (4) FAMC/Lift+LD, (5) FAMC/DCT+LD et (6) FAMC/ACP (partie 2) Performances de compression du codeur FAMC/DCT vs. l approche MCGV FAMC/DCT vs. AFX-IC FAMC vs. les techniques de l étatdel art Scalabilité spatiale du codeur FAMC/LD pour les animations : (a, b, c) Horse gallop, (d, e, f) Dragon, (g, h, i) Eagle, (j, k, l) Troll, (m, n, o) Wolf et (p, q, r) Raptor Scalabilité en qualité Codage des normales : FAMC/DCT vs. AFX-IC Codage quasi sans perte Performances de compression du codeur FAMC/DCT avec et sans streaming Exemple de codage pour l approche TFAN Extraits des animations : (a) Ball, (b) Box, (c) Camel collapse, (d) Camel gallop, (e) Chicken, (f) Cow et (g) Dance Extraits des animations : (a) Dolphin, (b) Dragon, (c) Eagle, (d) Elephant gallop, (e) Horse collapse, (f) Horse gallop et (g) Humanoid Extraits des animations : (a) Jump, (b) Rabbit, (c) Raptor, (d) Snake, (e) troll et (f) Wolf xiii

16 xiv TABLE DES FIGURES

17 Liste des tableaux 1.1 Etat de l art des techniques monorésolutions de compression de maillages 3D statiques Etat de l art des techniques multirésolutions de compression de maillages 3D statiques Les dix configurations TFAN (X représenteunevaleurarbitraire) Propriétés topologiques du corpus SEMANTIC-3D avant et après convertion en maillages manifolds Etat de l art des modèles d animation descriptifs Etat de l art des modèles d animation par modèles procéduraux Représentations supportées par les standards d animation 3D Etat de l art : stratégies de compensation de mouvements et de codage des erreurs résiduelles de prédiction Etat de l art : fonctionnalités supportées. IC : Interpolation Compression, AP: Angle Preserving, MV : vertex-wise Motion Vector, SSLPC : Spatial Scalable Linear Predictive Coder, STSLPC:Spatio-Temporal Scalable Linear Predictive Coder, LOPC:Layered One-directionnal Predictive Coder, LBPC:Layered Bidirectionnal Predictive Coder, PCA:Principal Component Analysis compression, LPCA:Linear PCA, APCA:Adaptive PCA coder, CPCA:Clustered PCA, RLPCA:Relative Local PCA, TWC:Temporal Wavelet-based Compression, MCDWT:Motion Compensated Discrete Wavelet Transform, SRWC: Semi-Regular Wavelet-based Compression, GV:Geometry Videos, AWC(Anisotropic Wavelets Compression), TO : Transformée en Ondelettes, RT : Rigid Transform,ICP:Iterative Closest Point, PSC:Predictive Spectral Compression, TS : Triangle Strips-based compression, D3DMC:Dynamic 3D Mesh Compression Notaions utilisées dans les tableaux 5.2 et Performances obtenues par la méthode de segmentation par k-moyenne Performances obtenues par la méthode de segmentation hiérarchique Modèle de skinning : erreurs de compensation de mouvement obtenues avec poids optimaux et poids unitaires t Performances des prédicteurs des normales : N v vs. Ñv t Stratégie de compression des différentes composantes du modèle de skinning Fonctionnalités supportées par le codeur MCGV xv

18 xvi LISTE DES TABLEAUX 6.3 Résultats de compression disponibles et références des sources associées Gains moyens en débits obtenus par le codage prédictif MCGV/MPEG-4 V2 par rapport au codage intra MCGV/JPEG MCGV/JPEG versus GV mode I à8bpts Schéma de binarisation FL pour l alphabet A = {0, 1, 2, 3, 4, 5} Schéma de binarisation Unary et TU pour l alphabet A = {0, 1, 2, 3, 4, 5} Schéma de binarisation EG Schéma de binarisation UEG(0, 6) Les différentesconfigurationsfamc Fonctionnalités supportées par les différentes configurations du codeur FAMC : (1) DCT, (2) Lift, (3) LD, (4) DCT+LD et (5) Lift+LD Différents types de scalabilité supportésparlecodeurfamc Complexités de calcul des différentes configurations FAMC (V Π est le nombre maximal de sommets par cluster) Gains de l approche FAMC par rapport au schéma de binarisation BIFS Gains de l approche FAMC par rapport au codeur MPEG-4/AFX-IC Propriétés des animations du corpus de test

19 Introduction Aujourd hui, les applications multimédias professionnelles ou grand public mettent de plus en plus en scène des contenus 3D aussi bien statiques que dynamiques, dans des contextes industriels divers. La Conception Assistée par Ordinateur (CAO) par l industrie automobile ou aéronautique, les nouveaux services de télé-médecine, les industries du jeu vidéo, des films d animation 3D, des effets spéciaux ou encore des dessins animés sont quelques exemples représentatifs de domaines où la modélisation 3D joue un rôle incontournable. Selon l application considérée et les techniques utilisées pour les générer, ces contenus 3D sont stockés sous divers formats, normalisés ou propriétaires. Pour des raisons d interopérabilité multi-plateformes, de généralité ouencoredeprotectiondelapropriété intellectuelle, ces contenussontleplussouventreprésentés sous forme de maillages 3D, statiques ou dynamiques. L inconvénient majeur de cette représentation est en revanche lié aux coûts importants de stockage et de transmission. D où la nécessité d élaborer et de mettre en oeuvre des outils de compression efficace dédiés et optimisés pour ce type de contenus. Le contexte industriel moderne est marqué par une tendance de convergence des technologies fixes et mobiles. Dans ce cadre, les méthodes de compression 3D doivent impérativement répondre au paradigme d accès universel, à travers différents réseaux, fixes et mobiles (à débits variables) et à partir de terminaux (PDA, PC, téléphone portable...) de capacités diverses en termes de puissance de calcul, de mémoire et de visualisation. D un point de vue méthodologique, cela se traduit par le support de fonctionnalités avancées de codage/décodage basse complexité et temps réel, de progressivité/scalabilité (spatiale, temporelle et en qualité) et de streaming. L objectif de cette thèse est de proposer des éléments de réponse à la problématique de compression de maillages 3D statiques et dynamiques. Dans ce contexte, le défi majeur à relever est de développer des représentations à la fois compactes et adaptées à des fonctionnalités avancées de transmission tout en assurant une faible complexité de décodage. Cette thèse est structurée en deux parties. La première traite de la compression de maillages 3D statiques. Elle regroupe les trois premiers chapitres de ce mémoire. Au premier chapitre, nous rappelons tout d abord le formalisme mathématique de représentation des maillages 3D, avec définitions et propriétés géométrico-topologiques. Ensuite, nous proposons une synthèse bibliographique des principales familles d approches de compression de maillages 3D statiques. Principes, performances, avantages et limitations des méthodes les plus représentatives sont ici discutés et analysés en détails. La littérature riche dédiée à la compression de maillages 3D statiques, développée maintenant depuis plus de vingt ans, fait ressortir un large éventail d approches, adaptées à des applications diverses. Néanmoins, les 1

20 2 Introduction méthodes de l état de l art semblent dans leur grande majorité s appuyer sur un ensemble d hypothèses relatives aux propriétés de régularité géométrique et topologique des maillages (e.g., manifold, orientable...). En pratique, ces hypothèses sont souvent violées, ce qui restreint significativement les domaines d application de ces approches. C est bien dans cet objectif de généralité que s inscrit la première contribution de cette thèse. L approche originale proposée, appelée TFAN (Triangle FAN-based compression), est décrite au Chapitre 2. Elle permet de coder directement tout maillage 3D triangulaire de topologie arbitraire (manifold ou non), tout en assurant une basse complexité dedécodage, adaptée aux applications de visualisation en temps réel sur des terminaux mobiles de faibles capacités de calcul et de mémoire. L approche TFAN se montre particulièrement adaptée pour la compression de données CAO automobiles, dans le cadre de l application industrielle considérée par le projet RNT SEMANTIC-3D. Ces données présentent en effet des spécificités topologiques et géométriques, qui rendent les approches classiques inefficaces. L évaluation expérimentale comparée des performances de la méthode TFAN par rapport aux techniques de l état de l art, conduite sur le corpus de test du projet SEMANTIC-3D, démontre la supériorité de l approche TFAN. En raisons de ses propriétés, le codeur TFAN a été récemment (Avril 2008), retenu par le standard MPEG-4 [11]. Toujours dans un contexte de compression de maillages 3D statiques, la deuxième contribution de cette thèse, présentée au Chapitre 3, concerne la compression de maillages 3D lisses et denses, comme ceux issus des processus de numérisation 3D. L approche de compression proposée étend les techniques récentes de compression par images géométriques. Elle est fondée sur une approximation du maillage par surfaces B-splines, adaptées pour une représentation de la géométrie 3D sous forme d une image géométrique 2D. La connectivité du maillage est ici codée sans perte ce qui permet de s affranchir des problèmes de retriangulation spécifiques aux techniques par images géométriques antérieures. En outre, l approche B-Splines exploite le codeur JPEG2000 pour assurer un codage progressif de la géométrie. Une évaluation expérimentale de ses performances par rapport aux techniques de l état de l art est également présentée et discutée. La deuxième partie de cette thèse aborde la problématique beaucoup plus récente de compression de maillages 3D dynamiques. Les modélisations par trames clés qui s imposent comme représentations de facto dans les industries des films 3D et des jeux vidéos sont ici considérées. Cette deuxième partie est structurée en cinq chapitres distincts. Le chapitre 4 présente un état de l art des techniques de création, de représentation et de compression de maillages 3D animés. Les principales approches de codage de maillages dynamiques sont ici identifiées, présentées et discutées de façon comparée. L analyse de la littérature émergente consacrée à ce domaine de recherche encore jeune montre un besoin accru de techniques génériques de représentation et de compression de ces contenus hautement complexes. Dans ce cadre, l ensemble de nos développements méthodologiques s appuient sur l observation suivante : quelle que soit la technique sous-jacente de création des objets 3D animés, il est possible de déterminer un modèledepeau(skinning) pourmodéliser fidèlement le mouvement des maillages dynamiques. Une première contribution, décrite au chapitre 5, concerne la spécification d un mécanisme de compensation de mouvement par modèledepeau(skinning). La construction du modèle s appuie sur deux approches originales de segmentation au sens du mouvement de maillages 3D animés, l une par classification en k-moyennes et l autre, par décimation hiérarchique. Les performances de ces deux techniques, ainsi que celles de la stratégie de prédiction par modèle de skinning sont évaluées expérimentalement, analysées et discutées. Les résultats obtenus sur

Évaluation des approches de compression 3D pour les maillages de type CAO

Évaluation des approches de compression 3D pour les maillages de type CAO Évaluation des approches de compression D pour les maillages de type CAO Khaled Mamou, Titus Zaharia, Françoise Prêteux Groupe des Ecoles des Télécommunications / Institut National des Télécommunications

Plus en détail

Présent et futur dans la normalisation de la compression 3D

Présent et futur dans la normalisation de la compression 3D Présent et futur dans la normalisation de la compression 3D Khaled MAMOU Marius PREDA Authoring 3D Graphics Chain : Authoring and Publishing Very heterogeneous production chain: -A 3D Asset is processed

Plus en détail

Enveloppes convexes dans le plan

Enveloppes convexes dans le plan ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE B (XECLR)

Plus en détail

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés

Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés Synthèse théorique des méthodes de transmission binaires sur les canaux vocodés I Introduction On cherche à moduler des données binaires dans le but de les transmettre sur des canaux vocodés. Afin de transmettre

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Analyse d images, vision par ordinateur. Partie 6: Segmentation d images. Segmentation? Segmentation?

Analyse d images, vision par ordinateur. Partie 6: Segmentation d images. Segmentation? Segmentation? Analyse d images, vision par ordinateur Traitement d images Segmentation : partitionner l image en ses différentes parties. Reconnaissance : étiqueter les différentes parties Partie 6: Segmentation d images

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Introduction. 1. ADSL : Asymetric Digital Subscriber Line. 2. Video On Demand (VOD).

Introduction. 1. ADSL : Asymetric Digital Subscriber Line. 2. Video On Demand (VOD). Introduction Si l on parle aisément de «révolution industrielle» pour caractériser les conquêtes techniques qui n ont cessé de se multiplier entre les XVIII e et XX e siècles, on peut parler de la même

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Codage MPEG-4 de dessins animés

Codage MPEG-4 de dessins animés Codage MPEG-4 de dessins animés Jean-Claude Moissinac Cyril Concolato Jean-Claude Dufourd Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications 46 rue Barrault 75013 Paris cyril.concolato@enst.fr, dufourd@enst.fr,

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Codage MPEG-4 de dessins animés

Codage MPEG-4 de dessins animés Codage MPEG-4 de dessins animés Jean-Claude Moissinac Cyril Concolato Jean-Claude Dufourd Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications 46 rue Barrault 75013 Paris cyril.concolato@enst.fr, dufourd@enst.fr,

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Technologie et biologie (TB) Discipline : Informatique Première et seconde années Programme d informatique

Plus en détail

D.I.I.C. 3 - INC Module COMV - Contrôle 1

D.I.I.C. 3 - INC Module COMV - Contrôle 1 Université de Rennes 1 année 2009-2010 I.F.S.I.C. 11 Décembre 2009 D.I.I.C. 3 - INC Module COMV - Contrôle 1 cours d Olivier LE MEUR Durée : 2 heures Documents autorisés : documents des cours, TD et TP,

Plus en détail

COMPRESSION/DECOMPRESSION D UNE IMAGE BINAIRE

COMPRESSION/DECOMPRESSION D UNE IMAGE BINAIRE Le 29 novembre 2013, Rapport projet TS114 COMPRESSION/DECOMPRESSION D UNE IMAGE BINAIRE Par Marc BELLINGER et Antoine BINON. 2eme année Télécommunications. 1 Introduction : Le but de ce projet est d implémenter

Plus en détail

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S

P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S P R O G R A M M E E T I N S T R U C T I O N S O F F I C I E L L E S POUR L ENSEIGNEMENT DE L INFORMATIQUE MPSI première année I. Objectifs de la formation II-1 Développement de compétences et d aptitudes

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories :

L analyse d images regroupe plusieurs disciplines que l on classe en deux catégories : La vision nous permet de percevoir et d interpreter le monde qui nous entoure. La vision artificielle a pour but de reproduire certaines fonctionnalités de la vision humaine au travers de l analyse d images.

Plus en détail

Contexte général de l étude

Contexte général de l étude 1 2 Contexte général de l étude Les entrepôts de données associés à des outils d analyse On Line Analytical Processing (OLAP), représentent une solution effective pour l informatique décisionnelle (Immon,

Plus en détail

Géométrie discrète Chapitre V

Géométrie discrète Chapitre V Géométrie discrète Chapitre V Introduction au traitement d'images Géométrie euclidienne : espace continu Géométrie discrète (GD) : espace discrétisé notamment en grille de pixels GD définition des objets

Plus en détail

PG208, Projet n 2 : Dessin vectoriel

PG208, Projet n 2 : Dessin vectoriel PG208, Projet n 2 : Dessin vectoriel Bertrand LE GAL, Serge BOUTER et Clément VUCHENER Filière électronique 2 eme année - Année universitaire 2011-2012 1 Introduction 1.1 Objectif du projet L objectif

Plus en détail

A1-1 TP3 Gmsh et partitionnement de maillage

A1-1 TP3 Gmsh et partitionnement de maillage A1-1 TP3 Gmsh et partitionnement de maillage Nicolas Kielbasiewicz 23 septembre 2013 1 Introduction à Gmsh Sous Windows et Mac OS, Gmsh est une application native. Sous Linux, il se lance en ligne de commande,

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Principes généraux de codage entropique d'une source. Cours : Compression d'images Master II: IASIG Dr. Mvogo Ngono Joseph

Principes généraux de codage entropique d'une source. Cours : Compression d'images Master II: IASIG Dr. Mvogo Ngono Joseph Principes généraux de codage entropique d'une source Cours : Compression d'images Master II: IASIG Dr. Mvogo Ngono Joseph Table des matières Objectifs 5 Introduction 7 I - Entropie d'une source 9 II -

Plus en détail

UV Théorie de l Information. Codes à longueur variable

UV Théorie de l Information. Codes à longueur variable Cours n 5 : UV Théorie de l Information Compression de l information : Codage de source sans distorsion Ex 1 : Code de Shannon Fano Ex 2 : Code de Huffman Ex 3 : Codage par plage Ex 4 : Codage de Lempel

Plus en détail

Chapitre 4 : Modélisation 3D

Chapitre 4 : Modélisation 3D Chapitre 4 : Modélisation 3D Modélisation 3D et Synthèse Fabrice Aubert fabrice.aubert@lifl.fr Master Informatique 2014-2015 F. Aubert (MS2) M3DS/ 4 - Modélisation 3D 2014-2015 1 / 44 1 Introduction F.

Plus en détail

Introduction aux Support Vector Machines (SVM)

Introduction aux Support Vector Machines (SVM) Introduction aux Support Vector Machines (SVM) Olivier Bousquet Centre de Mathématiques Appliquées Ecole Polytechnique, Palaiseau Orsay, 15 Novembre 2001 But de l exposé 2 Présenter les SVM Encourager

Plus en détail

Partie I : Automates et langages

Partie I : Automates et langages 2 Les calculatrices sont interdites. N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Codage Compression d images

Codage Compression d images Codage Compression d images E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CodageCompression d images 1/1 Une image Une image est un tableau de w h pixels, chaque pixel étant représenté

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Surfaces à subdivision. Surfaces à Subdivision. Subdivision en 3D. Types de Subdivision. L algorithme de Chaiken. But des surfaces à subdivision

Surfaces à subdivision. Surfaces à Subdivision. Subdivision en 3D. Types de Subdivision. L algorithme de Chaiken. But des surfaces à subdivision Surfaces à Subdivision Surfaces à subdivision Approximer la courbe limite, au travers d un processus itératif. Raffinement 1 Raffinement 2 Geri s Game (1998) : Pixar Animation Studios Raffinement! Master

Plus en détail

Algorithmique et Analyse d Algorithmes

Algorithmique et Analyse d Algorithmes Algorithmique et Analyse d Algorithmes L3 Info Cours 11 : Arbre couvrant Prétraitement Benjamin Wack 2015-2016 1 / 32 La dernière fois Rappels sur les graphes Problèmes classiques Algorithmes d optimisation

Plus en détail

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent

Figure 6.3: Possibilité d exprimer son talent SÉANCE 6 Création de schémas 6.1 Présentation du logiciel «Draw» est un logiciel de dessin vectoriel et de PAO (Publication Assistée par Ordinateur). Avec ce logiciel, il vous est possible de créer divers

Plus en détail

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Généralités sur les graphes

Généralités sur les graphes Généralités sur les graphes Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Notion de graphe 3 1.1 Un peu de vocabulaire.......................................... 3 1.2 Ordre d un graphe,

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

Table des matières I La programmation linéaire en variables continues 1 Présentation 3 1 Les bases de la programmation linéaire 5 1.1 Formulation d'un problème de programmation linéaire........... 5 1.2

Plus en détail

DOSSIER N 01. Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations.

DOSSIER N 01. Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations. DOSSIER N 01 Question : Présenter un choix d exercices sur le thème suivant : Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations. Consignes de l épreuve : Pendant votre préparation

Plus en détail

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES

PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES PROPOSITION D UNE APPROCHE DE SEGMENTATION D IMAGES HYPERSPECTRALES Nathalie GORRETTA MONTEIRO 1 1 UMR Information et Technologies pour les Agro-Procédés, Cemagref Montpellier, France Présentée le 25 Février

Plus en détail

Quantification Vectorielle

Quantification Vectorielle Quantification Vectorielle Marco Cagnazzo Département Traitement du Signal et des Images TELECOM ParisTech 14 Décembre 2012 M. Cagnazzo Quantification Vectorielle 1/65 Plan Introduction 1 Introduction

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI Chapitre 6 Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI (P) problème de PL. On restreint les variables à être entières : on a un problème de PLI (ILP en anglais). On restreint certaines variables à

Plus en détail

Épreuve d informatique 2011

Épreuve d informatique 2011 A 2011 INFO. MP ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L AÉRONAUTIQUE ET DE L ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE

Plus en détail

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Hamamache Kheddouci http://liris.cnrs.fr/hamamache.kheddouci Laboratoire d'informatique en Image et Systèmes d'information LIRIS UMR 5205 CNRS/INSA de

Plus en détail

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du sac à dos multi-objectif unidimensionnel en variables binaires

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du sac à dos multi-objectif unidimensionnel en variables binaires Nouvelles propositions pour la résolution exacte du sac à dos multi-objectif unidimensionnel en variables binaires Julien Jorge julien.jorge@univ-nantes.fr Laboratoire d Informatique de Nantes Atlantique,

Plus en détail

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE BAZEILLE Stéphane MOUGEL Baptiste IUP3 ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE EN Année 2003/2004 1 TABLE DES MATIERES Home... 3 Introduction.... 3 Marching Square... 4 Algorithme....4 Programmation...4

Plus en détail

4 7 nombres entiers impairs consécutifs ont pour somme 1071. Quels sont ces nombres?

4 7 nombres entiers impairs consécutifs ont pour somme 1071. Quels sont ces nombres? Problèmes et équations. Pour chacun des problèmes ci-dessous, on essaiera de donner une solution algébrique ( à l aide d une équation, d un système d équations, d une inéquation ) mais aussi, à chaque

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Traitement bas-niveau

Traitement bas-niveau Plan Introduction L approche contour (frontière) Introduction Objectifs Les traitements ont pour but d extraire l information utile et pertinente contenue dans l image en regard de l application considérée.

Plus en détail

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée.

Concours 2015 Épreuve d Informatique Filière : MP Durée de l épreuve : 3 heures. L utilisation d une calculatrice est autorisée. A 2015 INFO. MP École des Ponts ParisTech, SUPAERO (ISAE), ENSTA ParisTech, Télécom ParisTech, Mines ParisTech, Mines de Saint-étienne, Mines Nancy, Télécom Bretagne, ENSAE ParisTech (filière MP), École

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Algorithmes de tri. 1 Introduction

Algorithmes de tri. 1 Introduction Algorithmes de tri L objectif de ce document est de présenter plusieurs algorithmes classiques de tri. On commence par présenter chaque méthode de manière intuitive, puis on détaille un exemple d exécution

Plus en détail

Clermont Ferrand - Janvier 2003

Clermont Ferrand - Janvier 2003 DISDAMIN: Algorithmes de Data Mining Distribués Valerie FIOLET (1,2) - Bernard TOURSEL (1) 1 Equipe PALOMA - LIFL - USTL - LILLE (FRANCE) 2 Service Informatique - UMH - MONS (BELGIUM) Clermont Ferrand

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

M2 MPRO. Optimisation dans les Graphes 2014-2015

M2 MPRO. Optimisation dans les Graphes 2014-2015 M2 MPRO Optimisation dans les Graphes 2014-2015 Programmation linéaire et problèmes d'optimisation dans les graphes 1 Problèmes d'optimisation dans les graphes : quelles méthodes pour les résoudre? Théorie

Plus en détail

TELEVISION NUMERIQUE

TELEVISION NUMERIQUE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 4 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Informatique Première et seconde années

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE

NORME INTERNATIONALE NORME INTERNATIONALE ISOKEI 10918-3 Première édition 1997-05-01 Technologies de l information - Compression et codage numériques des images fixes à modelé continu: Extensions Informa thon technology -

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Chapitre cinq : Représentation des Images

Chapitre cinq : Représentation des Images Chapitre cinq : Représentation des Images Ce chapitre présente les bases pour la représentation des images et des sons. ~ 1 ~ 6. 6.1.1. Introduction Il existe plusieurs moyens de représenter des images.

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

Traitement Numérique de l Image

Traitement Numérique de l Image ESIAL 2A TRS - SIE Traitement Numérique de l Image Numérisation - Mémorisation (MdC 6ème Section) Centre de Recherche en Automatique de Nancy -UMR CNRS 7039- Équipe : SYstèMes de Production Ambiants E.R.T.

Plus en détail

M2 Informatique/Réseaux Université Pierre et Marie Curie UE APMM

M2 Informatique/Réseaux Université Pierre et Marie Curie UE APMM TD TECHNIQUES DE CODAGE ET DE COMPRESSION. LANGAGE / CODAGE / VALENCE.. Rappels Toute fraction intelligible d un message est constituée de symboles. Le langage est l ensemble de ces symboles. Un codage

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille

PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Résumé de PFE PROJET DE FIN D ÉTUDES Asservissement visuel d un robot parallèle à câbles pour la réalisation d une fresque verticale de grande taille Introduction Dans le domaine de la robotique, la robotique

Plus en détail

Informatique visuelle - Vision par ordinateur. Pré-traitement d images

Informatique visuelle - Vision par ordinateur. Pré-traitement d images Informatique visuelle - Vision par ordinateur Pré-traitement d images Elise Arnaud elise.arnaud@imag.fr cours inspiré par X. Descombes, J. Ros, A. Boucher, A. Manzanera, E. Boyer, M Black, V. Gouet-Brunet

Plus en détail

Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz. Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS

Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz. Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS Problème combinatoire sur le réseau de transport de gaz Nicolas Derhy, Aurélie Le Maitre, Nga Thanh CRIGEN Manuel Ruiz, Sylvain Mouret ARTELYS Au programme Présentation du problème Un problème d optimisation

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc

Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc Terminale ES Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc EXERCICE ( points). Commun à tous les candidats On considère une fonction f : définie, continue et doublement dérivable sur l

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Licence en Informatique à Horraire Décalé. Cours Gestion de projet informatique Première partie

Licence en Informatique à Horraire Décalé. Cours Gestion de projet informatique Première partie Licence en Informatique à Horraire Décalé Cours Gestion de projet informatique Première partie 1 PLAN Introduction 1. Les concepts de base en management de projet : 3-33 2 Les processus du management de

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche

Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Big Data et Graphes : Quelques pistes de recherche Hamamache Kheddouci Laboratoire d'informatique en Image et Systèmes d'information LIRIS UMR 5205 CNRS/INSA de Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1/Université

Plus en détail

TACTIQUE PRO Serious Game

TACTIQUE PRO Serious Game TACTIQUE PRO Serious Game Choisir et construire IFMV-VALDOCCO 102, rue Henri Barbusse 95100 Argenteuil 09.61.28.12.57 Responsable du projet : Christine MARY projet.valdocco@gmail.com Le Valdocco est une

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations. janvier 2010

Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations. janvier 2010 Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations Frédéric Chapoton janvier 2010 Plan 1 Les arbres binaires 2 Les arbres non-croisés 3 La relation entre les deux 4 Dualité et rotation 5 Les intervalles

Plus en détail

À PROPOS D IMAGES : Fiche professeur

À PROPOS D IMAGES : Fiche professeur À PROPOS D IMAGES : Fiche professeur Damier Assiette Danseuse Eventail Danseuse 1 FICHE ÉLÈVE (1) Que devient une image lorsqu on la grossit? Ouvrir (par exemple avec l application «Aperçu»), les deux

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

INF-130 Travail Pratique #2

INF-130 Travail Pratique #2 École de technologie supérieure INF-30 Travail Pratique #2 Travail individuel Tracé d un métro Francis Bourdeau, Frédérick Henri et Patrick Salois Remise à la 0 e semaine. Objectifs - Amener l étudiant

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Design patterns par la pratique

Design patterns par la pratique Alan SHALLOWAY James TROTT Design patterns par la pratique Groupe Eyrolles, 2002 ISBN : 2-212-11139 Table des matières Préface.................................................... XV SECTION I Introduction

Plus en détail

Le morphage d images. GIF-4105/7105 Photographie Algorithmique, Hiver 2015 Jean-François Lalonde. Steph Hoffman. Crédit: A. Efros

Le morphage d images. GIF-4105/7105 Photographie Algorithmique, Hiver 2015 Jean-François Lalonde. Steph Hoffman. Crédit: A. Efros Le morphage d images Steph Hoffman GIF-4105/7105 Photographie Algorithmique, Hiver 2015 Jean-François Lalonde Crédit: A. Efros Morphage Morphage: calculer une moyenne de deux images Pas une moyenne des

Plus en détail

Le fer à cheval de Smale

Le fer à cheval de Smale Le fer à cheval de Smale Selim GHAZOUANI, ENS Lyon Novembre 2010, Groupe de lecture dirigé par Alexey GLUSTYUK sur les systèmes dynamiques Le fer à cheval de Smale est un exemple de transformation continue

Plus en détail

Renforcer ses compétences

Renforcer ses compétences Renforcer ses compétences en mathématiques Tome 1 AVANT PROPOS Vos études ou vos activités professionnelles vous ont peut-être éloignés des mathématiques et ceci, parfois depuis longtemps. Vous souhaitez

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Amélioration du codage H.264 par orientation des blocs de la transformée

Amélioration du codage H.264 par orientation des blocs de la transformée Amélioration du codage H.264 par orientation des blocs de la transformée ROBERT Antoine 1 AMONOU Isabelle 1 PESQUET-POPESCU Béatrice 2 1 France Telecom R&D 2 TSI - ENST Paris 4, rue du Clos Courtel 46,

Plus en détail