Etude morphologique des leucémies aiguës de l enfant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude morphologique des leucémies aiguës de l enfant"

Transcription

1 Etude morphologique des leucémies aiguës de l enfant LAL pro-b LAM7 Odile Fenneteau Hôpital Robert Debré, AP-HP

2 Démarche diagnostique initiale Hémogramme : Cytopénies: Anémie, thrombopénie d intensité variable Leucocytes: Leucopénie à hyperleucocytose majeure Formule sanguine: décompte au microscope optique sur au minimum 200 cellules, coloration au MGG Présence dans la majorité des cas de blastes Appréciation des signes de dysplasie associés: polynucléaires neutrophiles (dégranulation, segmentation nucléaire ), plaquettes, érythroblastes Orientation morphologique: selon l aspect cytologique des blastes LAL LAM dysgranulopoièse LAM LAM3 LAM5

3 Myélogramme Etude cytologique: Richesse de la moelle osseuse, degré d infiltration, nature lymphoïde ou myéloïde de la prolifération Majorité des cas pédiatriques: moelle infiltrée massivement (surtout les LAL) Rares cas avec fibrose réticulinique: moelle pauvre, faible taux de blastes (nécessité d effectuer une biopsie médullaire) Rares cas de nécrose médullaire

4 Réactions cytochimiques: Réaction des myéloperoxydases (MPO) (benzidine ou alpha naphtol pyronine) Négatif :Blastes lymphoïdes, mégacaryoblastiques et érythroïdes +/- pour les monoblastes et promonocytes ( positivité éparse diffuse), + pour les myéloblastes et ++ promyélocytes tumoraux Alpha naphtol pyronine : myéloblaste + grains rouges Bâtonnet d Auer en rouge Benzidine: promonocyte benzidine: LAM3 promyélocytes ++ Alpha naphtol pyronine: lymphoblaste - grains brun vert épars Coloration au Noir Soudan positivité similaire à la MPO mais moins spécifique Noir Soudan: myéloblastes + grains noirs Réaction des estérases non spécifiques pour la lignée monocytaire NASDA (Naphtol-AS-D-acétate ) avec et sans inhibition par le fluorure de Na et butyrate estérase ( positivité forte et diffuse dans tout le cytoplasme) (la positivité étant négativé par le NaF) LAM5: NASDA + (grains bleus) LAM5: NASDA inh par NaF LAM5: butyrate estérase + (grains rouge-brun) LAM7: butyrate estérase positivité focale 10 à 20% des LA monoblastiques peuvent être négative pour la réaction des estérases Rares cas de LAMO et LAM7 positivité en focal Coloration au bleu de toluidine Métachromasie au bleu de toluidine pour la lignée basophile

5 Leucémies aiguës lymphoïdes LAL LAL et Lymphome lymphoblastique (LBL) Abandon : classification cytologique (FAB 1976) des LAL et système de score (1982) avec différenciation en L1 et L2 Pas de correspondance entre le classement cytologique LAL1, LAL2 et la nature B ou T de la prolifération blastique La classification (OMS 2008) se base sur la nature B ou T et pour les B sur l association avec des anomalies cytogénétiques récurrentes Similitude sur le plan morphologique et phénotypique des LAL et LBL Les B ou T-ALL/LBL sont couplés dans la classification OMS LBL: infiltration blastique médullaire < 25% 70% des cas de LBL sont pédiatriques 90% sont de nature T

6 LAL3 de la classification FAB: infiltration blastique médullaire de lymphome de Burkitt de phénotype B mature classement actuel avec les lymphomes B matures hyper expression de c-myc, co-stimulant à la fois la prolifération cellulaire ( mitoses++) et l'apoptose. Le gène c-myc (8q24) juxtaposé au locus des chaînes lourdes (14q32) (85%) ou au locus des chaînes légères des immunoglobulines (2p11 ou 22q11) Blastes de taille moyenne à grande, chromatine d aspect motté avec présence de nucléoles, basophilie intense du cytoplasme, vacuoles (facultatives)

7 Morphologie des lymphoblastes Spectre morphologique étendu du blaste de taille petite à moyenne, au rapport N/C élevé avec pour certains une chromatine dense, sans nucléole de morphologie similaire aux précurseurs lymphoïde B (hématogones) LAL Hématogones pour d autres s y associe une irrégularité de la membrane nucléaire (incisure, boursouflure du noyau) permettant leur différenciation des hématogones à des blastes de grande taille au cytoplasme plus abondant de teinte basophile variable avec une chromatine fine, des nucléoles pouvant être visibles

8 des vacuoles petites et éparses ou en aspect de «flaques» ou de «dentelles» des vacuoles multiples et larges peuvent être présentes également. 3 ans, Pre-pre B, 46,XY 2 ans, Pre-B, t(12;21) 7 ans, Pre-pre B, t(6;12) 13 ans, Pre-B, t(12;21) des granulations azurophiles de taille variable mais le plus souvent augmentée sont visibles dans moins de 10 % des cas de B-ALL. 8 ans, Pre-pre B, 46,XX 9 ans, Pro-B, MLL-AF4 9 ans, Pre-pre B, t(9;22)(q34;q11.2)

9 Exemples de LAL Pre-pre B (commune) (55-65% chez l enfant) t(12;21) ETV6-RUNX1 10 ans 46,XY,del (9) Mutation ERG+ 13 ans, t(17;19) (q22p13) 4 ans, Pre- pre B, 1 clone 46,XY et 1 clone avec hyperdiploidie à 55 K 4 ans, pseudo-tétraploïdie

10 Exemples de LAL Pre-B (B-III) ( 20 à 25% chez l enfant) 12 ans 46,XX 1 an, 46,XY 2 ans, 46,XY, t(12;21) 2 ans, near-tétraploïdie et t(1;19) 6 ans, 46,XY t(1;19)(q23; p13.3) 10 ans, 47,XX, t(1;19)(q23; p13) +8 del(9)(p22)

11 Exemples de LAL Pro-B (B-I) ( 5% chez l enfant) 6 mois, hyperleucocytaire 46,XX, t(1;11)(p32;q23) 4 mois, hyperleucocytaire 46,XX, t(4;11)(q21;q23) 4 ans, 46,XY,-11,+ mar LAL du nourrisson: 55 à 60% sont MLL+ Si LAL de phénotype pro-b: 90% MLL+ 10 mois, hyperleucocytaire, 46,XY,t(4;11)(q21;q23), MLL+

12 Exemples de LAL B mature (B-IV) (rare <1%) 2 ans, 46,XY 1 an, 46,XX 6 mois, B-IV/CD10-, t(9;11)(p21;q23) courtoisie de R.Garand Cas particulier des LAL-B t(5;14)(q31;q32) IL3-IGH <1% LAL-B avec hyperéosinophilie réactionnelle, un excès de polynucléaires basophiles peut être associé (production, survie des éosinophiles modifiées par l IL3) L infiltration blastique (CD10+) pouvant être faible Une hyperéosinophile peut également se retrouver dans d autres types de LAL 8 ans, 46, XY, T-IVγδ

13 Exemples de LAL T 5 ans, T-II 9 ans T-II, tétraploïdie 9 ans, T-III 12 ans, T-III 13 ans, T-III 1 an, T-IVγδ 5 ans, T-IVαβ 8 ans, T-IVγδ

14 LAL-B avec hypodiploïdie < 45 K (1%) B mature, 33K B mature, 36K

15 Diagnostic différentiel des LAL Métastases de tumeurs à cellules rondes Neuroblastome: - Cellules englobées dans une substance fibrilleuse ou étroitement accolées entre elles - Fragilité cellulaire - Forte anisocytose - Parfois profonde échancrure nucléaire

16 Maladie résiduelle des LAL et cytologie Myélogramme de suivi à j35-j42 Seuil de sensibilité 10-2 fonction de la morphologie du clone initial et du nombre de cellules analysées Pas d interférence avec les hématogones Présence de précurseurs myéloïdes indifférenciés J0 J35: 1% de blastes J0 J35:12% de blastes

17 % des hématogones (précurseurs lymphoïdes B) peut être élevé au cours du suivi ce d autant plus que le patient est jeune après consolidation, réinduction, notamment avant le traitement d entretien, 1à 3 mois après le traitement d entretien et en suivi post greffe

18 Leucémies aiguës myéloïdes OMS 2008: LAM quatre groupes principaux 1)LAM avec translocations chromosomiques récurrentes LAM avec t(8;21)(q22;q22) LAM avec t(15;17)(q22;q11-12) LAM avec inv(16)(p13.1q22) ou t(16;16)(p13.1;q22) LAM avec anomalies 11q23 (MLL) t(9;11)(p22;q23) LAM avec t(6;9)(p23;q34) LAM avec inv (3)(q21q26.2) ou t(3;3)(q21;q26.2) LAM avec t(1;22)(p13;q13) 2) LAM avec dysplasies multi-lignées 3) LAM secondaires à des thérapeutiques 4) Autres LAM n entrant pas dans l une des 3 premières catégories 5)Trois catégories annexes Sarcome myéloïde Proliférations myéloïdes associées à la trisomie 21 constitutionnelle Tumeur blastique plasmocytoide dendritique

19 Il est recommandé (OMS) de faire un décompte médullaire sur 500 cellules à partir de plusieurs frottis colorés au MGG ou au Wright-Giemsa Importance du décompte de la maturation granuleuse et des différentes catégories cellulaires(monocytaire, érythroide ) et d apprécier les éventuels signes de dysplasie. Myéloblastes, monoblastes et promonocytes et mégacaryoblastes sont inclus dans le compte des blastes Au moment du diagnostic en l absence des données cytogénétiques et moléculaires, les critères de classement pour les cytologistes restent basés sur l analyse cytologique et cytochimique, avec un taux de blastes requis de 20% sanguin et/ ou médullaire OMS : LAM sans spécificité particulière Classification FAB (Franco-Americo-Britannique) - LA Myéloblastique avec différenciation minimal FAB M0 - LA Myéloblastique sans maturation FAB M1 - LA Myéloblastique avec maturation FAB M2 - FAB M3 et M3v (LA promyélocytaire) - LA Myélomonocytaire FAB M4 - FAB M4eo (LAM4 avec éosinophiles anormaux) - LA Monoblastique / monocytaire FAB M5 - LA Erythroïde : LA érythroïde/myéloïde FAB M6 LA érythroide pure M6v - LA Mégacaryoblastique FAB M7 - LA à basophiloblastes - LA avec myélofibrose (panmyélose aiguë)

20 LAM avec différenciation minimale (M0 FAB) Blastes de morphologie myéloïde indifférenciée avec < 3% de blastes MPO + Marqueurs myéloïdes caryotype:pseudo tétraploidie (82à92K)

21 LAM sans maturation (M1 FAB) Blastes taux supérieur à 90% des cellules non érythroïdes Moins de 10% de maturation granuleuse neutrophile Blastes MPO+ supérieurs ou égaux à 3% Blastes de taille variable Chromatine fine Nucléole +/- Cytoplasme agranulaire ou Présence de bâtonnets d Auer ou granulations azurophiles +/- Vacuoles possibles Noyau cup-like NPM1 muté

22 LAM avec maturation (M2 FAB) Blastes taux supérieur à 20% Plus de 10% de maturation granuleuse neutrophile Moins de 20% de cellules monocytaires Blastes MPO+ supérieur ou égal à 3%

23 LA myélo-monocytaire (M4 FAB) Blastes taux supérieur à 20% Plus de 20% de lignée granuleuse neutrophile et Plus de 20% de cellules de la lignée monocytaire

24 LA monoblastique (M5a ) ou monocytaire (M5 b ) ( FAB) Supérieur ou égal à 80% des cellules leucémiques sont des cellules de la lignée monocytaire (monoblastes, promonocytes, monocytes) <20% de lignée granuleuse neutrophile Dans la LA monocytaire la majorité des cellules sont des promonocytes et monocytes Moelle d une LAM5 a Sang d une LAM5 b

25 Des images d hémophagocytose (hématies, érythroblastes) par les monoblastes sont fréquentes au cours des t(8;16)(p11.2;p13.3) De telles images d hémophagocytose par les monoblastes peuvent se rencontrer également au cours d autres anomalies chromosomiques 47,XY,+8,?del(8)(p1,?2),?del(19)(p1,?2),t(8;19)(p1,?2),(p1,?2) /48,idem+iso (8)(q10)/49,idem +5

26 LA érythroïdes -Erythroleucémie (érythroïde/myéloïde M6 FAB) Supérieur ou égal 50% d érythroblastes et Supérieur ou égal 20% de blastes myéloïdes parmi les cellules non érythroïdes

27 -Leucémie érythroïde pure (M6v FAB): Supérieure ou égale 80% de cellules immatures érythroïdes aspect proche du prorérythroblaste, vacuoles coalescentes possibles ou proche de blastes indifférenciés certains avec des grains azurophiles peroxydase - près du Golgi

28 LA mégacaryoblastique (M7 FAB) Mégacaryoblastes : expansion cytoplasmique (blebs), double noyau, morphologie pouvant être plus indifférenciée Dysmécaryopoièse +/- associé Blastes avec images de phagocytose t(16;21)

29 LA à basophiloblastes (très rare) Blastes de taille moyenne, haut rapport nucléo-cytoplasmique Nucléoles présents, cytoplasme basophile, grosses granulations foncées Panmyélose aiguë avec myélofibrose (très rare) Pancytopénies marquées, érythroblastes circulants, myélémie et blastes myéloïdes circulants Moelle pauvre, présence d un excès de blastes Biopsie médullaire nécessaire pour faire le diagnostic

30 LAM avec translocations chromosomiques récurrentes LAM avec t(8;21)(q22;q22) LAM avec t(15;17)(q22;q11-12) LAM avec inv(16)(p13.1;q22) ou t(16;16)(p13.1;q22) LAM avec anomalies 11q23 (MLL) t(9;11)(p22;q23) LAM avec t(6;9)(p23;q34) LAM avec inv(3)(q21q26.2) ou t(3;3)(q21;q26.2) LAM avec t(1;22)(p13;q13) Les cas ayant ces particularités cytogénétiques/moléculaires sont à considérer comme des LAM même si le % de blastes est inférieur à 20% Dans la majorité des cas, l analyse morphologique de la moelle osseuse permet de prévoir la présence de ces translocations récurrentes.

31 LAM avec t(8;21)(q22;q22) Essentiellement des cas de LAM2. Rares cas de LAM1 ou LAM4 (fréquence d environ 10% des LAM de l enfant) Existence de localisations extra-médullaires ++ Cytologie particulière: granulations pseudo Chédiak, bâtonnets d Auer longs effilés, dysgranulopoïèse avec noyau pseudo Pelger-Huet, cytoplasme dégranulé couleur saumon, persistance de la bordure basophile. Eosinophilie fréquente

32 M2 avec t(8;21) et mutation c-kit Infiltration par des mastocytes anormaux qui persistent au-delà du traitement d induction

33 LAM avec t(15;17)(q22;q11-12) Leucémie aigue promyélocytaire 2 types: classique: blastes hypergranuleux et fagots de bâtonnets d Auer hypogranulaire: blastes dans le sang très polymorphes au noyau irrégulier bilobé, cytoplasme agranulaire, rares blastes granuleux typiques Blastes MPO très + même pour la forme hypogranulaire Blastes hypergranuleux Granulations pouvant masquer le noyau Blastes avec fagots de bâtonnets d Auer larges et longs Sang: hyperleucocytose marquée forme hypogranulaire blastes à noyau bilobé, réniforme, irrégulier

34 LAM avec t(15;17)(q22;q11-12) Blastes MPO très + même pour la forme hypogranulaire Variété rare de leucémie promyélocytaire avec blastes peroxydase faiblement positive et bleu de toluidine positive MGG Peroxydase Bleu de toluidine

35 LAM avec inv(16)(p13.1q22) ou t(16 ;16)(p13.1;q22) Essentiellement des M4eo (FAB) environ 7% des LAM de l enfant Cytologie spécifique: éosinophiles anormaux quelque soit leur stade de maturation. Granulations immatures plus grosses et très foncées. Les éosinophiles matures sont souvent hyposegmentés avec des granulations nombreuses et plus fines.taux d éosinophiles variable parfois < à 5% la composante éosinophile présente une réactivité pour la naphtol ASD chloro acétate (habituellement négative dans les éosinophiles normaux). Des corps d Auer peuvent être observés dans les myéloblastes

36 LAM avec anomalies 11q23 (MLL) t(9;11)(p22;q23) Majoritairement associé à des proliférations monocytaires :LAM5, LAM4 Les monoblastes sont de grande taille, cytoplasme abondant, de basophilie variable avec un renforcement en périphérie, large expansion cytoplasmique Fines granulations azurophiles Noyau à chromatine fine, nucléoles présents.

37 LAM avec t(6;9)(p23;q34) Retrouvé chez l adulte jeune et l adolescent, < à 2%des LAM s accompagne souvent d une pancytopénie tout type FAB sauf M3 et M7 S accompagne d un contingent de polynucléaires basophiles > à 2% pouvant être dysmorphique, dysgranulopoïèse et dyserythropoïèse fréquentes Présence de bâtonnets d Auer dans 1/3 des cas

38 LAM avec inv (3)(q21;q26.2) ou t(3;3)(q21;q26.2)(rpn1-evi1) Plaquettes en nombre normal ou élevé, dysmorphiques ( géantes et dégranulées) Les mégacaryocytes regroupés en amas sont mono ou bilobés dysplasie multi -lignée dans 1/3 des cas c est une LAM0 Rare chez l enfant <1%

39 LAM avec t(1;22)(p13;q13) Associée aux LAM7 du jeune enfant < 3 ans, non trisomique 21 % de blastes peut être < à 20%, présence d hématogones Blastes parfois cohésifs, à différencier de métastases

40 LAM avec dysplasies multilignées Au moins 2 lignées atteintes, 50% des éléments d une lignée sont dysmorphiques Avec ou sans ATCD de MDS ou de SMP/SMD Avec ou sans caryotype défavorable (-5, -7.. ou complexe) Signes de dysgranulopoïèse Signes de dysmégacaryopoïèse

41 Signes de dysérythropoïèse Sidéroblastes en couronne Coloration de Perls (fer) Exemple de LAM avec t(3;5)(q25;q34) LAM2: mégacaryocytes en nombre augmenté et dysmorphiques, thrombopénie sévère, signes de dysérythropoïèse et dysgranulopoïèse

42 LAM secondaires à des thérapeutiques Une seule entité quel que soit le traitement (alkylants, topo isomérase II, ) Divers types morphologiques : souvent LAM sans ou avec maturation ou LA myélomonocytaires Exemple de LAM2 secondaire 3 ans après traitement pour carcinome anomalie 17p au caryotype avec dysgranulopoïèse ( Pelger-Huet et condensation de la chromatine des polynucléaires neutrophiles)

43 LAM : trois catégories annexes -Sarcome myéloïde (masse tumorale constituée de blastes myéloïdes, se développant dans des sites extramédullaires) -Proliférations myéloïdes associées à la trisomie 21 constitutionnelle : - Réaction leucémoïde transitoire (Transiant abnormal myelopoeisis) Sang: plaquettes géantes dégranulées, micromégacaryocytes, érythroblastes dysmorphiques, blastes myéloïdes indifférenciés, mégacaryoblastes, le% de blastes sanguins peut être supérieur à celui médullaire - LAM associée à la trisomie 21 constitutionnelle majorité de LAM7 ( enfant de moins de 5 ans)

44 -Tumeur blastique plasmocytoïde dendritique Fréquence des atteintes cutanées et atteintes médullaires avec dissémination leucémique La leucémie dérivée des cellules dendritiques plasmocytoïdes (LpDC) est une entité rare Les aspects morphologiques sont hétérogènes: les plus typiques présentent des microvacuoles sous membranaire, des pseudopodes, des noyaux excentrés mais des aspects pseudo lymphoïdes, indifférenciés sont également possibles d où l importance du phénotype

45 Leucémies à phénotype mixte (OMS 2008) Leucémies aiguës «biclonales» Présence de 2 populations blastiques: une lymphoïde (phénotype B ou T) et l autre myéloïde (myéloblastique ou monoblastique) Leucémies aigues «biphénotypiques» Présence d une seule population blastique de phénotype B ou T avec également une co-expression de la Myéloperoxydase (cytométrie en flux, cytochimie, histochimie) CD13, CD33, CD117 ne sont pas suffisamment spécifiques pour le diagnostic de MPAL Présence d une seule population blastique de phénotype B ou T avec également une co-expression d au moins deux marqueurs d engagement monocytaire: CD11c, CD14, CD64, estérase non spécifique, lysozyme.

46 Exemples de leucémie à phénotype mixte avec t (v;11q23), MLL+ LA biclonale 6 mois, hyperleucocytaire, 1 population de blastes lymphoïdes (pro-b),1 population minoritaire monoblastique, MLL-AF4 LA biphénotypique T/ myéloïde 14 ans, 1 population blastique, peroxydase positive à 5%, ccd3+, CD2, CD117, CD13, CD15, 46,XY

47 Références bibliographiques -WHO classification of tumours of Haematopoietic and lymphoid tissues Édité par Steven H.Swerdlow et collaborateurs 4th Edition IARC -Bone Marrow Pathology Barbara J.Bain et collaborateurs 4 th Edition wiley-blackwell

Classification des Leucémies. Pr Marc Maynadié Registre des Hémopathies Malignes de Côte d Or EA4184, Université de Bourgogne-Franche-Comté

Classification des Leucémies. Pr Marc Maynadié Registre des Hémopathies Malignes de Côte d Or EA4184, Université de Bourgogne-Franche-Comté Classification des Leucémies Pr Marc Maynadié Registre des Hémopathies Malignes de Côte d Or EA4184, Université de Bourgogne-Franche-Comté 1847 : R. Virchows 1976 : Classification Franco Americano Britanique

Plus en détail

Cas du mois. Pancytopénie aux urgences. Démarche diagnostique. Diagnostic différentiel

Cas du mois. Pancytopénie aux urgences. Démarche diagnostique. Diagnostic différentiel Cas du mois Pancytopénie aux urgences Une dame de 59 ans se présente aux urgences pour asthénie et dyspnée, il n y a pas de saignements. Elle n a pas d antécédents médicaux particuliers. Voici sa formule

Plus en détail

Frottis de moelle. Dysmégacaryopoïèse

Frottis de moelle. Dysmégacaryopoïèse Frottis de moelle Dysmégacaryopoïèse Frottis de moelle Dysérythropoïèse Frottis de moelle Dysgranulopoïèse Les myélodysplasies Pr Xavier Troussard Myélodysplasies définition atteinte clonale des précurseurs

Plus en détail

LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES

LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES Sommaire : LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES - définition - incidence, facteurs étiologiques - signes cliniques - hémogramme - myélogramme - morphologie des blastes - principales réactions cytochimiques utiles

Plus en détail

Leucémie myélomonocytaire chronique

Leucémie myélomonocytaire chronique Leucémie myélomonocytaire chronique = Syndrome MMC = leucémie MM subaiguë (forme particulière : + évolutive et + blastique) Existence de maladies myélodysplasiques/ myéloprolifératives : - Hypercellularité

Plus en détail

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE:

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE: LEUCEMIES AIGUES I: INTRODUCTION: 1- Définition: Les leucémies aigues sont un groupe hétérogène d'hémopathies malignes, caractérisé par la prolifération clonale des cellules immatures, avec blocage de

Plus en détail

Leucémies aiguës. Item n 162 : Diagnostiquer une leucémie aiguë

Leucémies aiguës. Item n 162 : Diagnostiquer une leucémie aiguë 1 Leucémies aiguës Item n 162 : Diagnostiquer une leucémie aiguë Hémopathies malignes caractérisées par l expansion clonale de précurseurs hématopoïétiques bloqués à un stade précoce de leur maturation.

Plus en détail

Les leucémies aiguës myéloïdes

Les leucémies aiguës myéloïdes Les leucémies aiguës myéloïdes I. Introduction Les leucémies aiguës myéloïdes (LAM) sont des hémopathies malignes caractérisées par un envahissement de la moelle osseuse par des cellules jeunes anormales,

Plus en détail

Cytologie et cytogénétique des LAP et des LAM CBF

Cytologie et cytogénétique des LAP et des LAM CBF Cytologie et cytogénétique des LAP et des LAM CBF DES Hématologie 17/01/2014 I LUQUET CHU Toulouse Cytologie: Les outils - Coloration au May-Grunwald Giemsa: ~40 min lames de sang et moëlle, indispensable

Plus en détail

CLASSIFICATION DES MYELODYSPLASIES. actualisation et recommandations. Eliane DUCHAYNE

CLASSIFICATION DES MYELODYSPLASIES. actualisation et recommandations. Eliane DUCHAYNE CLASSIFICATION DES MYELODYSPLASIES OMS 2008 actualisation et recommandations Eliane DUCHAYNE Toulouse 27/09/2012 DEFINITIONS Pathologie du sujet âgé Médiane d âge: 74 ans 26 % > de 80 ans Cytopénies: Anémie

Plus en détail

Place du biologiste dans la prise en charge des leucémies aiguës : de l hémogramme à la classification OMS

Place du biologiste dans la prise en charge des leucémies aiguës : de l hémogramme à la classification OMS L PRTIQUE LEUCÉMIES IGUËS Place du biologiste dans la prise en charge des leucémies aiguës : de l hémogramme à la classification OMS Michèle Imbert a, Orianne Wagner-allon a, * RÉSUMÉ Le biologiste est

Plus en détail

L Hématopoïèse. Cellule progéniteur myéloïde

L Hématopoïèse. Cellule progéniteur myéloïde Les Erythroblastes L Hématopoïèse Cellule progéniteur myéloïde L Erythropoïèse La lignée érythrocytaire se présente sous forme d une pyramide de maturation qui se déroule en 6 jours dans la moelle osseuse

Plus en détail

version 2013 SMD SMP SMP/SMD Le bureau du GFHC

version 2013 SMD SMP SMP/SMD Le bureau du GFHC Mise à jour thésaurus ADICAP Hémato version 2013 SMD SMP SMP/SMD Le bureau du GFHC 1 ADICAP SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES Ancienne version CYTOPENIES REFRACTAIRES [H200] AR Anémie réfractaire sans excès

Plus en détail

SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue!

SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue! CONGRES SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue! Organisé par/ Organised by www.jib-sdbio.fr Session Cas Pratiques jeudi 5 novembre 2009 1 ère partie : Onco- hématologie Modérateur Christine ARNOULET Cas clinique

Plus en détail

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

Moelle : diagnostic des hémopathies malignes. Dr Jean-François Lambert Service et laboratoire central d hématologie

Moelle : diagnostic des hémopathies malignes. Dr Jean-François Lambert Service et laboratoire central d hématologie Moelle : diagnostic des hémopathies malignes Dr Jean-François Lambert Service et laboratoire central d hématologie Différentiation hématopoïétique cellule souche Progeniteur Myéloide Commun Progeniteur

Plus en détail

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013 Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

SYNDROMES FRONTIERES SMD/SMP. Dr Gérard Buchonnet, Vincent Camus Laboratoire d Hématologie C.H.U. Rouen

SYNDROMES FRONTIERES SMD/SMP. Dr Gérard Buchonnet, Vincent Camus Laboratoire d Hématologie C.H.U. Rouen SYNDROMES FRONTIERES SMD/SMP Dr Gérard Buchonnet, Vincent Camus Laboratoire d Hématologie C.H.U. Rouen CLASSIFICATION OMS DES SMD ET LES SYNDROMES FRONTIERES? CORRESPONDANCE ENTRE LES DEUX CLASSIFICATIONS

Plus en détail

Pré-requis et objectifs

Pré-requis et objectifs DFGSM - UE Tissu sanguin. Exercices d'interprétation de la numération formule leucocytaire (versant lignée leucocytaire et mégacaryocytaire) Enseignement dirigé Pré-requis et objectifs Pré-requis = Données

Plus en détail

Attention, ceci diffère de la Cim-O-3 mais représente un nombre infime de cas Leucémie à grands lymphocytes T à grains (LGL- T)

Attention, ceci diffère de la Cim-O-3 mais représente un nombre infime de cas Leucémie à grands lymphocytes T à grains (LGL- T) GUIDE DE RECOMMENDATIONS POUR L ENREGISTREMENT DES HEMOPATHIES MALIGNES PAR LES REGISTRES DE CANCER 1- Fiche de synthèse 2- Liste des codes Cim-O-3 1- Fiche de synthèse Anémie réfractaire C42.1 9980/3

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques

LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques LMNH de l enfant Aspect histologique diffus Haut grade de malignité Présentation souvent extra ganglionnaire LMNH de l enfant Classification

Plus en détail

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

Leucémie myélomonocytaire chronique

Leucémie myélomonocytaire chronique Leucémie myélomonocytaire chronique JT AFC/GFHC 3 février 2016 Françoise Schillinger CHU/EFS/ Besançon Orianne Wagner-Ballon Hôpital Henri Mondor Paris Maladie rare, vraisemblablement sous-diagnostiquée

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Item 161 : Syndromes myélodysplasiques

Item 161 : Syndromes myélodysplasiques Item 161 : Syndromes myélodysplasiques Date de création du document 2009-2010 Table des matières * Introduction... 1 1 Facteurs étiologiques...1 2 Les signes cliniques... 2 2. 1 Circonstances de découverte...

Plus en détail

LEUCEMIES AIGUES LYMPHOBLASTIQUES (LAL)

LEUCEMIES AIGUES LYMPHOBLASTIQUES (LAL) LEUCEMIES AIGUES LYMPHOBLASTIQUES (LAL) Sommaire : - définition - incidence, étiologie, présentation clinique - diagnostic biologique - diagnostic différentiel - facteurs pronostiques et base du traitement

Plus en détail

La classification des syndromes myélodysplasiques

La classification des syndromes myélodysplasiques Ann Biol Clin 2013 ; 71 (2) : 139-44 La classification des syndromes myélodysplasiques Myelodysplastic syndrome classification doi:10.1684/abc.2013.0804 Ines Ghariani 1 Najia Braham 1 Mohsen Hassine 2

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 ENC : OBJECTIFS Diagnostiquer une leucémie lymphoïde chronique. INTRODUCTION La Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) est

Plus en détail

Leucémies aiguës lymphoblastiques

Leucémies aiguës lymphoblastiques Leucémies aiguës lymphoblastiques I. Définitions Hémopathies malignes aiguës correspondant à une prolifération monoclonale, à point de départ médullaire, de lymphoblastes, s accompagnant constamment d

Plus en détail

4. la cytogénétique moléculaire permet de

4. la cytogénétique moléculaire permet de les LAL sont les cancers de l'enfant les plus fréquents (30 % du total). Il s'agit de proliférations clonales de cellules lymphoïdes immatures. Si les enfants atteints sont majoritairement guéris (75%

Plus en détail

Item 162 : Leucémies aiguës

Item 162 : Leucémies aiguës Item 162 : Leucémies aiguës Date de création du document 2009-2010 Table des matières * Introduction... 1 1 Facteurs étiologiques...1 2 Signes cliniques...2 2. 1 Signes liés à l'insuffisance médullaire...1

Plus en détail

Leucémie Aigue Myéloïde

Leucémie Aigue Myéloïde UNIVERSITE SIDI MOHAMED BEN ABDELLAH FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES FES DEPARTEMENT DES SCIENCES DE LA VIE PROJET DE FIN D ETUDES Licence en Sciences & Techniques : Biologie & Santé Leucémie Aigue

Plus en détail

LAM 3 UN TYPE DE LAM UNIQUE EN SON GENRE. FORUM SIEMENS Jeudi 21 juin 2012 S.Daliphard Laboratoire d Hématologie CHU Reims

LAM 3 UN TYPE DE LAM UNIQUE EN SON GENRE. FORUM SIEMENS Jeudi 21 juin 2012 S.Daliphard Laboratoire d Hématologie CHU Reims LAM 3 UN TYPE DE LAM UNIQUE EN SON GENRE FORUM SIEMENS Jeudi 21 juin 2012 S.Daliphard Laboratoire d Hématologie CHU Reims CAS N 1 PATIENT DES URGENCES SAMEDI 10 H Leucocytes 1 G/L Hb: 114 g/l VGM 93 fl

Plus en détail

Confrontations en cytologie hématologique

Confrontations en cytologie hématologique Confrontations en cytologie hématologique Association de Biologie Praticienne 7 avenue des Gobelins 7513 PARIS Tél: 1 43 31 94 87 Fax : 1 43 37 39 92 http://www.abioprat.com/ Abonnements et renseignements

Plus en détail

Les leucémies aigues : LAL & LAM

Les leucémies aigues : LAL & LAM 1 Définition Les leucémies aigues : LAL & LAM Hémopathie maligne avec prolifération monoclonale de cellules immatures: les Blastes, qui représentent plus de 20% des cellules de la moelle (OMS) (impossibilité

Plus en détail

HEMATOLOGIE : ETUDE DES LEUCOCYTES

HEMATOLOGIE : ETUDE DES LEUCOCYTES HEMATOLOGIE : ETUDE DES LEUCOCYTES INTRODUCTION : L examen sanguin, et particulièrement l examen des leucocytes, a plusieurs intérêts, notamment : Il représente un moyen d évaluation de l état général

Plus en détail

2- ELEMENTS FIGURES DU SANG : HEMATOPOÏESE

2- ELEMENTS FIGURES DU SANG : HEMATOPOÏESE IFSI DIJON 2014-2015 Promotion COLLIERE UE 2.1.S1 : Biologie fondamentale S. SIMONNET 2- ELEMENTS FIGURES DU SANG : HEMATOPOÏESE Généralités 1- Définition C est l ensemble des phénomènes cytologiques biochimiques

Plus en détail

C est l ensemble des phénomènes aboutissant à la formation de tous les éléments figurés du sang. Dès le 18ème jour de développement embryonnaire

C est l ensemble des phénomènes aboutissant à la formation de tous les éléments figurés du sang. Dès le 18ème jour de développement embryonnaire L HEMATOPOIESE L hématopoïèse I- Définition C est l ensemble des phénomènes aboutissant à la formation de tous les éléments figurés du sang. II- Origine Embryologique Dès le 18ème jour de développement

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

Hématopoïèse. Définition : Hématopoïèse = production des cellules sanguines

Hématopoïèse. Définition : Hématopoïèse = production des cellules sanguines Hématopoïèse Définition : Hématopoïèse = production des cellules sanguines Tissus hématopoïétiques localisés chez l adulte dans les logettes interosseuses de l os spongieux NB : renouvellement des cellules

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales

Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales Une hémopathie maligne est une prolifération d un clone malin provenant de cellules d origine hématopoïétique à partir de la MO (myéloïdes ou lymphoïdes

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : 1 - Diagnostic positif 2 - Diagnostic différentiel 3 - Pronostic et évolution 5 - Complications 6 Notions de Traitement Module 10 item 163 Objectif ECN : Diagnostiquer

Plus en détail

LES LEUCEMIES AIGUËS DIAGNOSTIC ET EVOLUTION

LES LEUCEMIES AIGUËS DIAGNOSTIC ET EVOLUTION LES LEUCEMIES AIGUËS DIAGNOSTIC ET EVOLUTION Les leucémies aiguës (LA) sont des proliférations malignes du tissu hématopoïétique. Elles se caractérisent par l'accumulation dans la moelle et le sang de

Plus en détail

Les cellules du sang périphérique

Les cellules du sang périphérique Les cellules du sang périphérique Les Globules Blancs Leucocytes Les Globules Rouges Erythrocytes Défenses immunitaires phagocytose Transports de l oxygène Les Plaquettes Hémostase Les Globules Blancs

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

LES LEUCOCYTES. Cellule souche (CS) pluripotente. Progéniteurs CFU Méga BFU-E CFU-GM CFU-E. Proérythro- - Basophile - Polychromato -Acidophile

LES LEUCOCYTES. Cellule souche (CS) pluripotente. Progéniteurs CFU Méga BFU-E CFU-GM CFU-E. Proérythro- - Basophile - Polychromato -Acidophile LES LEUCOCYTES souches Cellule souche (CS) pluripotente CS Lymphoïde CS Myéloïde Progéniteurs CFU Méga BFU-E CFU-GM CFU-E CFU-M CFU-G CFU-Eo CFU-Baso Proérythro- -blaste Erythroblaste - Basophile - Polychromato

Plus en détail

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 9 Pathologie ganglionnaire Localisation ganglionnaire d un d lymphome Métastases ganglionnaires d un d carcinome peu différenci rencié et d un d carcinome

Plus en détail

RAPPORT GLOBAL EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE MEDULLOGRAMME

RAPPORT GLOBAL EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE MEDULLOGRAMME ISSN 0778-8371 SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS

Plus en détail

Épidémiologie des leucémies aiguës de patients drômois et ardéchois diagnostiquées au centre hospitalier de Valence de 2005 à 2010

Épidémiologie des leucémies aiguës de patients drômois et ardéchois diagnostiquées au centre hospitalier de Valence de 2005 à 2010 Épidémiologie des leucémies aiguës de patients drômois et ardéchois diagnostiquées au centre hospitalier de Valence de 2005 à 2010 Lydvine Raidelet To cite this version: Lydvine Raidelet. Épidémiologie

Plus en détail

Réponses aux questionnaires DPC 2015 en hématologie cellulaire (Association de Biologie Praticienne)

Réponses aux questionnaires DPC 2015 en hématologie cellulaire (Association de Biologie Praticienne) Réponses aux questionnaires DPC 2015 en hématologie cellulaire (Association de Biologie Praticienne) Questionnaire initial (février 2015) Pour certaines questions plusieurs réponses sont possibles. 1.

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Diagnostic positif...5 II.1 Les circonstances de découverte... 5 II.2 Les éléments

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique

Leucémie myéloïde chronique Leucémie myéloïde chronique Syndrome myéloprolifératif chronique, caractérisé par : - une prolifération prédominante de la lignée granuleuse, - la présence d une anomalie chromosomique quasi-spécifique,

Plus en détail

Chez l adulte, c est la moelle osseuse qui produit les cellules sanguines au cours d un processus appelé hématopoïèse.

Chez l adulte, c est la moelle osseuse qui produit les cellules sanguines au cours d un processus appelé hématopoïèse. Le sang est un tissu conjonctif liquide formé de populations cellulaires libres dans une matrice extracellulaire qu on appelle le plasma. Il circule dans les vaisseaux sanguins (un système clôt unidirectionnel).

Plus en détail

Histologie de la moelle osseuse. Dr kerfouf Mostaganem

Histologie de la moelle osseuse. Dr kerfouf Mostaganem Histologie de la moelle osseuse Dr kerfouf Mostaganem 2014-2015 I. introduction - la moelle osseuse est un organe hématopoïétique et lymphoïde, d origine mésenchymateuse -situé au centre des os dans les

Plus en détail

Confrontations en cytologie hématologique

Confrontations en cytologie hématologique Confrontations en cytologie hématologique Association de Biologie Praticienne 7 avenue des Gobelins 7513 PARIS Tél: 1 43 31 94 87 Fax : 1 43 37 39 92 http://www.abioprat.com/ Abonnements et renseignements

Plus en détail

Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique. F Trimoreau, Limoges

Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique. F Trimoreau, Limoges Cytologie ganglionnaire : démarche diagnostique F Trimoreau, Limoges «Nouveau Monde» cytologique «Nouveau Monde» cytologique Espèces cellulaires «inconnues» du sang et de la moelle Normales Lymphoïdes

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS 2016 SMP-SMD

CLASSIFICATION OMS 2016 SMP-SMD 2016 2015 CLASSIFICATION OMS 2016 SMP-SMD Leucémie myéloïde chronique Évolution naturelle de la LMC : modification OMS 2016 : Phase ACCELEREE (PA) ELN 2013 Blastes (Sg ou Mo) 15-29% ou Blastes + promyélocytes

Plus en détail

Néoplasies Myéloprolifératives (NMP)

Néoplasies Myéloprolifératives (NMP) Néoplasies Myéloprolifératives (NMP) Vous trouverez ci-dessous des informations complémentaires, en images, au rapport de l'enquête 09-11-HD pour le frottis numéro 1 (Hd1). Ce montage de 13 photos a été

Plus en détail

Université Badji Mokhtar Faculté De Médecine Département De Médecine Dr. BENTAYEB O. 1 ère Année 2015/2016 Le Tissu Sanguin

Université Badji Mokhtar Faculté De Médecine Département De Médecine Dr. BENTAYEB O. 1 ère Année 2015/2016 Le Tissu Sanguin Université Badji Mokhtar Faculté De Médecine Département De Médecine Dr. BENTAYEB O. 1 ère Année 2015/2016 Le Tissu Sanguin Définition Le sang est composé de cellules sanguines en suspension dans le plasma.

Plus en détail

Je m'informe sur les leucémies aiguës

Je m'informe sur les leucémies aiguës Je m'informe sur les leucémies aiguës Le cabinet du Docteur Jean-Marie CHOQUET Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-marie-choquet Validé par le Comité Scientifique Hématologie Les leucémies aigües sont

Plus en détail

SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010

SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010 SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010 Syndromes myeloproliferatifs Introduction Les SMP Sont des hémopathies myéloïdes chroniques caractérisées par une prolifération portant sur l une ou plusieurs lignées myéloïdes

Plus en détail

640 La Revue de Santé de la Méditerranée orientale, Vol. 10, N o 4/5, 2004

640 La Revue de Santé de la Méditerranée orientale, Vol. 10, N o 4/5, 2004 640 La Revue de Santé de la Méditerranée orientale, Vol. 10, N o 4/5, 2004 Aspects cytologiques des leucémies aiguës : à propos de 193 cas colligés dans la région centrale de la Tunisie N. Braham Jmili,

Plus en détail

Association de Biologie Praticienne

Association de Biologie Praticienne Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél: 01 43 31 94 87 Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Enregistrée à la Préfecture de la Région de l Ile de France,

Plus en détail

LEUCEMIES AIGUES. Simona Lapusan Service d hématologie et de thérapie cellulaire Hôpital Saint Antoine

LEUCEMIES AIGUES. Simona Lapusan Service d hématologie et de thérapie cellulaire Hôpital Saint Antoine LEUCEMIES AIGUES Simona Lapusan Service d hématologie et de thérapie cellulaire Hôpital Saint Antoine LEUCEMIES AIGUES Définition : prolifération maligne monoclonale de cellules hématopoïétiques immatures

Plus en détail

Lymphome B ovarien primitif : difficultés diagnostiques et traitement

Lymphome B ovarien primitif : difficultés diagnostiques et traitement Lymphome B ovarien primitif : difficultés diagnostiques et traitement 14 / 04 / 2011 SMFC N Mottet, AS Tholozan, A Bourtembourg, F Leung, G Simon, JJ Terzibachian, D Riethmuller, R Maillet CAS CLINIQUE

Plus en détail

Cytogénétiques des Myélodysplasies et classifications. V Eclache CHU Avicenne

Cytogénétiques des Myélodysplasies et classifications. V Eclache CHU Avicenne Cytogénétiques des Myélodysplasies et classifications V Eclache CHU Avicenne Myélodysplasies Définition : Affections clonales des cellules souches hématopoïétiques, moelle riche cytopénies et signes de

Plus en détail

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF MEDULLOGRAMME ENQUETE 2014/1

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF MEDULLOGRAMME ENQUETE 2014/1 EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

Avertissements. Références

Avertissements. Références Avertissements Il est particulièrement utile de prendre connaissance de la partie Matériel et méthode avant la lecture des résultats. En effet, cette étude présente de nombreuses particularités par rapport

Plus en détail

Association de Biologie Praticienne

Association de Biologie Praticienne Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél: 01 43 31 94 87 Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Enregistrée à la Préfecture de la Région de l Ile de France,

Plus en détail

INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

EXAMEN D HEMATOLOGIE

EXAMEN D HEMATOLOGIE EXAMEN D HEMATOLOGIE PCEM2 UFR médecine : Première session du mardi 11 janvier 2011 Recommandations : 1-Vous disposez d une heure pour rédiger les réponses. 2-Lisez d abord les dossiers attentivement et

Plus en détail

LES LEUCEMIES AIGUËS

LES LEUCEMIES AIGUËS ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LES LEUCEMIES AIGUËS Prolifération avec envahissement de la moelle osseuse par des cellules médullaires immatures. Maladie de la cellule souche. Trouble de la différenciation des

Plus en détail

Confrontations en cytologie hématologique

Confrontations en cytologie hématologique Confrontations en cytologie hématologique Association de Biologie Praticienne 7 avenue des Gobelins 7513 PARIS Tél: 1 43 31 94 87 Fax : 1 43 37 39 92 http://www.abioprat.com/ Abonnements et renseignements

Plus en détail

28 Syndromes myélodysplasiques

28 Syndromes myélodysplasiques 28 Syndromes myélodysplasiques Les syndromes myélodysplasiques (SMD) sont des affections clonales des cellules souches pluripotentes ou myéloïdes, caractérisées par une hématopoïèse inefficace, responsable

Plus en détail

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard

PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE. HAD IHOPe. Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PRISES EN CHARGE HÉMATOLOGIQUES PÉDIATRIQUES À DOMICILE HAD IHOPe Marie Cervos Véronique Veyet Anna Marcault-Derouard PATHOLOGIES HÉMATOLOGIQUES EN PÉDIATRIE GÉNÉRALITÉS SUR LES LEUCÉMIES Les leucémies

Plus en détail

PARAMETRES HEMATOLOGIQUES. Vanessa DESPLAT Collège Sciences de la Santé Faculté de Pharmacie Année

PARAMETRES HEMATOLOGIQUES. Vanessa DESPLAT Collège Sciences de la Santé Faculté de Pharmacie Année PARAMETRES HEMATOLOGIQUES Vanessa DESPLAT Collège Sciences de la Santé Faculté de Pharmacie Année 2015-2016 L HEMATOPOIESE 1 LES CELLULES SANGUINES Les globules rouges ou érythocytes ou hématies Les globules

Plus en détail

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie Caractérisation des syndromes lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie en flux. F.Harieche, N.Abdennebi, F.Boukhemia, A.Talbi, S.Akhrouf, S.Abderrahmani, F.Boumansour, H.Bouarab,

Plus en détail

Comment interpréter un hémogramme. Pr Z. Kaci Hématologie, CHU Béni Messous 04 Mars 2017

Comment interpréter un hémogramme. Pr Z. Kaci Hématologie, CHU Béni Messous 04 Mars 2017 Comment interpréter un hémogramme Pr Z. Kaci Hématologie, CHU Béni Messous 04 Mars 2017 Hématimétrie Définition - mesure quantitative des éléments figurés du sang, -ces mesures sont regroupées sous le

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA LMMC: PHÉNOTYPAGE JOURNÉE GFHC-AFC_3 FÉVRIER Orianne Wagner-Ballon Hématologie Cellulaire Hôpitaux universitaires Henri Mondor

DIAGNOSTIC DE LA LMMC: PHÉNOTYPAGE JOURNÉE GFHC-AFC_3 FÉVRIER Orianne Wagner-Ballon Hématologie Cellulaire Hôpitaux universitaires Henri Mondor DIAGNOSTIC DE LA LMMC: PHÉNOTYPAGE JOURNÉE GFHC-AFC_3 FÉVRIER 2016 Orianne Wagner-Ballon Hématologie Cellulaire Hôpitaux universitaires Henri Mondor LES SOUS-POPULATIONS MONOCYTAIRES CIRCULANTES CHEZ LES

Plus en détail

Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins PARIS - Tél : Fax :

Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins PARIS - Tél : Fax : Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél : 01 43 31 94 87 - Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Confrontations en Cytologie hématologique Pr Marc Zandecki

Plus en détail

Caractérisation et différenciation des cellules souches hématopoïtiques

Caractérisation et différenciation des cellules souches hématopoïtiques Table of Contents 1. Caractérisation des cellules de la moelle osseuse... 1 1.1. Caractérisation microscopique... 1 1.2. Caractérisation cytométrique... 6 1.2.1. Les cellules différenciées de la moelle

Plus en détail

Confrontations en Hématologie Cellulaire. (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mai 2016 (n )

Confrontations en Hématologie Cellulaire. (Pr Marc ZANDECKI Dr Franck GENEVIEVE) Mai 2016 (n ) Association de Biologie Praticienne 70 avenue des Gobelins 75013 PARIS - Tél : 01 43 31 94 87 - Fax : 01 43 37 39 92 Email : secretariatabp@orange.fr Enregistrée à la Préfecture Région Ile de France, délégation

Plus en détail

Le système cardio-vasculaire. Corps humain et vieillissement II Esteban Gonzalez _A12

Le système cardio-vasculaire. Corps humain et vieillissement II Esteban Gonzalez _A12 Le système cardio-vasculaire Corps humain et vieillissement II Esteban Gonzalez _A12 Pourquoi étudier ce système? Maladies cardiovasculaires les plus fréquentes dans les pays industrialisés Fardeau économique

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE ET PRONOSTIC DES MYELODYSPLASIES

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE ET PRONOSTIC DES MYELODYSPLASIES DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE ET PRONOSTIC DES MYELODYSPLASIES Françoise Picard Laboratoire d Hématologie Hôpital Cochin JIB 3-4-5 Novembre 2009 Paris INTRODUCTION Anciennement dénommées «anémies réfractaires»

Plus en détail

LES MASTOCYTOMES CANINS

LES MASTOCYTOMES CANINS CAHIER DE PATHOLOGIE N 2 LES MASTOCYTOMES CANINS Dr Sandra Jolly DVM, DScV, responsable du département de pathologie 1. Epidémiologie 2. Caractéristiques techniques 3. Diagnostic 4. Bilan d extension en

Plus en détail

ED06 Cas Cliniques en Cytométrie & Immunologie cellulaire

ED06 Cas Cliniques en Cytométrie & Immunologie cellulaire DES de Biologie Médicale Enseignement d Immunologie ED06 Cas Cliniques en Cytométrie & Immunologie cellulaire Phnom Penh Septembre 2009 Michelle Rosenzwajg Service de Biothérapies/UPMC CNRS UMR7211 INSERM

Plus en détail

Q1. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle (s) qui est (sont) exacte (s) :

Q1. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle (s) qui est (sont) exacte (s) : Q1. Parmi les propositions suivantes, indiquez celle (s) qui est (sont) exacte (s) : A. Au cours de la différenciation lymphocytaire B, les deux allèles font l'objet d'un réarrangement fonctionnel productif

Plus en détail

VOLET 1/4. Les différents types de leucémies. Il existe quatre grands types de leucémies répartis en deux groupes :

VOLET 1/4. Les différents types de leucémies. Il existe quatre grands types de leucémies répartis en deux groupes : Les leucémies VOLET 1/4 Souvent, nous parlons de leucémie au singulier. Pourtant, cette affection hématologique est bien plurielle. Les leucémies sont communément appelées cancers du sang. Elles se caractérisent

Plus en détail

MEMOIRE DU DIPLOME D ETUDES SPECIALISEES DE BIOLOGIE MEDICALE

MEMOIRE DU DIPLOME D ETUDES SPECIALISEES DE BIOLOGIE MEDICALE UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE PHARMACIE ANNEE 2005 N 26 MEMOIRE DU DIPLOME D ETUDES SPECIALISEES DE BIOLOGIE MEDICALE Soutenu devant le Jury interrégional Le 28 avril 2005 Par Mme Stéphanie HAINOS-GODON

Plus en détail

LES GLOBULES BLANCS = LEUCOCYTES

LES GLOBULES BLANCS = LEUCOCYTES LES GLOBULES BLANCS = LEUCOCYTES devenir des macrophages. Ils sont très proches sur le plan morphologique. Les leucocytes se divisent en 2 groupes : o Les mononucléaires => monocytes/macrophages et lymphocytes

Plus en détail

Agranulocytose. I. Définition :

Agranulocytose. I. Définition : Agranulocytose I. Définition : Correspond théoriquement à l absence totale de granulocytes neutrophiles circulants, mais on groupe sous ce terme les neutropénies sévères < 0.3 G/L. Les agranulocytoses

Plus en détail

La cellule cancéreuse

La cellule cancéreuse I- Généralités : La cellule cancéreuse -Le cancer : est caractérisé par une multiplication de cellules anormales cellules cancéreuses qui se divisent par mitose. Est partiellement ou totalement autonome

Plus en détail

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 314. Syndromes myéloprolifératifs (2) Diagnostiquer une Leucémie myéloïde chronique. D.

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 314. Syndromes myéloprolifératifs (2) Diagnostiquer une Leucémie myéloïde chronique. D. UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 314 Syndromes myéloprolifératifs (2) Diagnostiquer une Leucémie myéloïde chronique. D. Bordessoule Hémopathies Myéloïdes Cellules souches polyclonales Précurseur

Plus en détail

Le sang est un tissu conjonctif spécialisé liquide, composé de cellules (les éléments figurés) réparties dans un liquide (le plasma).

Le sang est un tissu conjonctif spécialisé liquide, composé de cellules (les éléments figurés) réparties dans un liquide (le plasma). Le sang Le sang est un tissu conjonctif spécialisé liquide, composé de cellules (les éléments figurés) réparties dans un liquide (le plasma). L ensemble est véhiculé dans les vaisseaux sanguins Fonctions

Plus en détail

Eléments figurés du sang Hématopoïèse

Eléments figurés du sang Hématopoïèse Eléments figurés du sang Hématopoïèse I.F.S.I. Angers 2013 Module Anatomie-Physiologie Pharmacologie Laboratoire d Hématologie - C.H.U. ANGERS - Dr Franck GENEVIEVE Les constituants du sang : généralités

Plus en détail

Composition du sang O.BECOUZE IFSI CHGR 1

Composition du sang O.BECOUZE IFSI CHGR 1 Composition du sang O.BECOUZE IFSI CHGR 1 Introduction Hématologie «Science du sang» Sang: suspension complexe Cellules, protéines, hormones, ions, minéraux, eau,... O.BECOUZE IFSI CHGR 2 Rôle du sang

Plus en détail