LA DISTRIBUTION. Marketing Mix : les 4P. Produit Product Prix Price Promotion Promotion. Variables Variantes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DISTRIBUTION. Marketing Mix : les 4P. Produit Product Prix Price Promotion Promotion. Variables Variantes"

Transcription

1 Chapitre I LA DISTRIBUTION INTRODUCTION : Marketing Mix : les 4P Produit Product Prix Price Promotion Promotion Place Place Paramètres Variables Variantes Marketing : Moyens dont dispose une entreprise pour créer, fidéliser et conserver ses clients (son marché clientèle). Le client est l actif le plus important d une entreprise. Marketing = Marchéage Il est facile de perdre un client Mais il est difficile d en recruter L attirer, le motiver, le stimuler, le mettre en confiance Quand un client va chez le concurrent : il change de crèmerie Le Marché : o Point de vue Economique : Endroit défini géographiquement ou s effectue une offre et une demande. o Point de vue Marketing : C est le client : Acheteur & Consommateur C est aussi un ensemble d Agents économiques : Formés d acheteurs, de consommateurs, des concurrents, les producteurs, les distributeurs, les importateurs, les conseillers ou prescripteurs.

2 Travaillant pour DEFINITION DU MARCHE : OPTIQUE MARKETING Producteurs Importateurs Concurrents Distributeurs Prescripteurs Facteurs d environnement culturel Facteurs d environnement technologique Acheteurs Consommateur s Volume de consommation Facteurs d environnement institutionnel Facteurs d environnement socio-économique et démographique DISTRIBUTION PHYSIQUE : La vente à tempérament : Vente à Crédit Vente n est pas distribution Distributeur : relation directe avec le consommateur C.C.P. Je travaille pour le Client En surveillant la Concurrence Afin d obtenir un Profit La Logistique : gestion interne de la distribution La direction de distribution : un bon réseau, bonne distribution : fidélise 90% des clients. QU EST-CE QUE LA DISTRIBUTION? Acheminement de marchandises d un point «A» à un point «B» (par ex. d un producteur à un client) Définition : L objet de la distribution est de faire passer les produits finis de leur stade (état) de production à celui d acquisition et de consommation.

3 Il faut pour cela amener pour le client au bon endroit les quantités suffisantes avec le choix requis au bon moment et avec les services nécessaires. C.C.P. Satisfaire le client Surveiller concurrence Dégager du profit Le produit doit être : Au bon endroit Aux bon moment En bonne qualité Aux meilleurs qualités / prix Service Après Vente (S.A.V.) Service de : Vente à tempérament Fractionnement Transport + Manutention Stockage Livraison LA CHAINE LOGISTIQUE LES FONCTIONS PRINCIPALES D UNE ENTREPRISE Circulation de l information et des documents Fournisseurs Approvisionnement Production Distribution Clients AMONT (Fractionnement) AVAL Flux de Marchandises De ces exigences découlent une multitude d opérations qui sont regroupés en 5 fonctions particulières, celles-ci sont assumées par des organismes ou individus qui forment les différents circuits de distribution. Le fractionnement des produits : fait par des entreprises qui achètent en vrac.

4 LES CIRCUITS DE DISTRIBUTION On appelle circuit de distribution, le chemin suivi par un produit ou un service, pour aller du stade de la production à celui de la consommation. Cet itinéraire est fait d un ensemble de personnes ou d entreprises que l on appelle les intermédiaires et qui remplissent les différentes fonctions de distribution depuis le moment où le produit quitte l usine jusqu au moment où le consommateur en prend possession. Voir schéma : 1 Producteurs 4 Grossistes Détaillant 2 Vente par correspondance 3 Centrale d achats Magasin populaire Consommateurs I. LES FONCTIONS DE DISTRIBUTION Les opérations de distributions sont prises en charges par les intermédiaires où qu elles soient. Assurées par le producteur, elles restent dans leur nature identique, les opportunités sont multiples et peuvent être regroupées en 5 fonctions particulières. 1. La fonction transport C est la plus évidente, car on ne peut pas raisonnablement mettre des usines devant la porte de tous les clients, ou de demander à ces derniers d aller chercher les produits dans les entreprises (usines). La fonction transport correspond à l acheminement du produit et à toutes les opérations de manutention (chargement et déchargement). 2. La fonction d assortiment Il faut en effet transformer les lots de productions en lots de ventes. Cette fonction consiste pour le distributeur à présenter des variétés de produits que ses clients désirent trouver en un même lieu. Du fait de leur variété ces produits ont des origines différentes.

5 3. La fonction de stockage Les produits doivent arriver au bon moment et en quantité suffisante pour contenter les besoins de consommation. Le stockage effectué à différents niveaux dans les circuits de distributions permet d ajuster dans le temps la production et la demande. Les intermédiaires ont donc un rôle de régulateurs qui est essentiel au bon fonctionnement de la machine économique. Ces 3 fonctions : Transport, assortiments, stockage, correspondent à ce que l on désigne souvent par la distribution physique. Les opérations de distribution ne se limitent pas à cela, il faut leur adjoindre la prestation des services nécessaires à la vente et à la satisfaction des consommateurs après l achat. 4. La fonction de service Certains directement liés à la vente, comme la présentation et la promotion du produit, des conseils donnés à l acheteur, mais le rôle de distributeur lorsque la vente à été conclue, il faut offrir d autres services tels que la livraison, l installation, les réparations ou l entretient fait au titre de la garantie. D autres services peuvent être assurés par le distributeur tels que la vente à tempérament (facilité de paiement). II. L UTILITE DES INTERMEDIAIRES Les intermédiaires permettent de financer la production, d amortir les coûts qui se produisent entre la production et la demande finale, et d offrir des services techniques et commerciaux qui supposent parfois spécialisation à laquelle ne peut pas prétendre la quasitotalité des producteurs. Il y a d autres justificatifs économiques à l existence des intermédiaires, ils permettent en effet de diminuer le nombre des transactions nécessaires, d établir un contact étroit entre les marchés et les producteurs, de minimiser les coûts de stockage et les risques encourus tout au long du processus de production.

6 1. L intermédiaire permet de diminuer le nombre de transactions Supposons que trois fabricants : F1 F2 F3, distribuent leurs produits dans 3 points de vente : V1 V2 V3 comme le montre le schéma «Cas 1». F1 V1 F1 V1 F2 V2 F2 Intermédiaire V2 F3 V3 F3 V3 Cas 1 Cas 2 Il faut 9 transactions s il n y a pas d intermédiaires entre les fabricants et les détaillants. Admettons maintenant qu il existe un grossiste par lequel passent les 3 producteurs, des lors 6 transactions seulement sont nécessaires, et pour chaque fabricant le nombre de ces opérations est tombé de 3 à 1. (Voir «Cas 2» ci-dessus) Dans le cas 1 : Nombre de transactions = Nombre de producteurs (P) x Nombre de clients (C) = 3 x 3 = 9 Dans le cas 2 : P + C = = 6 APPLICATION : On a 10 Producteurs et 10 Clients Combien obtient-on de transactions avec ou sans intermédiaires : Avec : = 20 Sans : 10 x 10 = 100 Gain de la productivité de la distribution Le grossiste à permis de réduire le nombre total de transactions, donc d accroître la productivité de la distribution. D autre part, ce n est pas un des moindres avantages du recours aux intermédiaires, les fabricants en passant par le canal d un grossiste ont utilisé les liens que ce dernier avait noués antérieurement avec ses détaillants. Cela permet d éviter au fabricant un effort coûteux parfois aléatoire de négociation avec les détaillants. Le producteur utilise le fond de commerce de l intermédiaire, et ceci est vrai pour le grossiste comme pour le détaillant. Les produits vendus par un distributeur comme Leclerc ou Carrefour, bénéficient de l image de cette enseigne et de l attrait souvent considérable qu elle exerce sur le consommateur final. Les produits sont aussi soutenus par des actions merchandising menées par le distributeur.

7 Merchandising : C'est-à-dire par la mise en œuvre de technique présentation de promotions des produits sur le lieu de vente. 2. L intermédiaire rapproche le fabricant de son marché Le fabricant est souvent très loin de ses clients et particulièrement vrai pour les marchés de grande consommation. Eloignement géographique, anonymat de la clientèle, multiplicité des points de ventes nécessaires. Tout ceci peut affecter la perception de besoins et des problèmes des consommateurs, et nuire par conséquent au choix des produits offerts à la qualité des services et à l efficacité des actions promotionnelles. (Design : stylique d un produit) L intérêt du producteur est donc de disposer d antennes de ventes proches de son marché. Elles peuvent dépendre directement de lui. Ex : Eniem a des antennes régionales au niveau d Alger, Bel Abbès, Tizi Ouzou. Ce sont par exemple des agences régionales, ou même un réseau de points de ventes. Ainsi un fabricant de moquette «Saint Maclou» ou un fabricant de prêt-à-porter «Rodier», on leur propre réseau de magasins, ou encore le fabricant de lits et de draperies «Le rouet» à ses propres magasins en Algérie. Mais dans l ensemble ces pratiques sont exceptionnelles. 3. Les intermédiaires permettent de diminuer les coûts Les intermédiaires permettent de diminuer les coûts de distribution physique, et particulièrement les frais de transports varient en fonction des manutentions et de l importance des lots (L organisation du service de transport assortie d un plan de transport approprié). Il en est de même pour les stocks qui se sont éclatés à plusieurs niveaux du circuit de distribution lorsque l on a recours à des intermédiaires. Il y a ainsi une répartition de stockage, donc une répartition des risques! Dans certaines professions comme la faïence, les problème de transport et de stockage donne au grossiste un rôle tout à fait indispensable, les produits sont très pondéreux (lourds) et fragiles, et on n expédie que par wagons ou par camions entiers, ce qui est très supérieur aux besoins des points de ventes. 4. Les intermédiaires permettent de répartir les risques Le processus de distribution peut-être perturbé par un grand nombre de facteurs souvent difficilement prévisibles, ce qui risque de diminuer voire d annuler la valeur marchande du produit. Ceux-ci peuvent disparaître (vol ou casse) ou être détériorés, la mévente peut-être partielle ou totale, cela provient d une mauvaise adaptation du produit aux besoins de la clientèle. Pour les produits de mode ce risque est très important.

8 La règlementation, la valeur des monnaies, peuvent changer, une innovation peut survenir périmant les produits anciens. En tout état de causes, le producteur ne peut pas éliminer tous les risques. Quelque soit son expérience, sa prudence, ou la qualité de ses études prévisionnelles. III. LA LONGUEUR DES CIRCUITS On mesure la longueur d un circuit au nombre des intermédiaires quoi le constituent. Le circuit le plus court correspond donc à l absence de tout intermédiaire : C est une vente du producteur au consommateur. La longueur des circuits est le thème de bien des critiques faites à la distribution. Pour beaucoup, multiplier les intermédiaires c est provoquer une cascade de marges. Les circuits longs sont considérés comme synonymes de vie chère. IL faut donc examiner si les circuits sont toujours préférables, ou même possibles. Remarquons d abord que les circuits courts sont exceptionnels pour les biens de consommation, ils ont souvent un rôle secondaire, comme c est le cas de ventes faites à l usine, qui sont généralement réservée au personnel de l entreprise. On trouve souvent plus fréquemment des circuits courts ou appelés aussi raccourcis dans la vente des biens d équipement ou industriels. C est qu ici les conditions de distribution sont considérablement différentes. Le nombre de clients est beaucoup plus limité. On travail souvent sur commandes, nécessitant quelques fois des contrats directs avec les acheteurs directement chez le fabricant. La livraison des équipements, leur installation, et leur entretient, requièrent fréquemment des compétences techniques hors de la portée d une entrepris autre que le producteur lui-même. Si les vrais circuits court sont relativement peu nombreux, il faut également signaler que le terme circuit court est parfois utilisé d une manière abusive. Ainsi, la vente par correspondance faite par l intermédiaire des maisons spécialisées comme «Les 3 Suisses» ou «La Redoute», n est pas un circuit plus court que la vente par les grands magasins. Enfin, il est une idée largement répandue dans le publique qui consiste à croire qu un circuit permet de beaucoup diminuer les coûts de distributions, et par voie de conséquence les prix de vente. Cette croyance donnait aux circuits court des vertus promotionnelles. Un fabricant qui vend par correspondance et par son propre réseau de magasins, proclame dans sa publicité qu ayant supprimé les intermédiaires, il peut vendre au prix usine, en réalité, il n a pas fait disparaître les coûts de stockage, de transport, d investissement en magasins, ainsi que la paye des vendeurs, les taxes supportée par le commerce local et la publicité qui permet de vendre par correspondance (VPC). Toutes choses qui grèvent enfin de compte le prix supporté par le consommateur. Il n y aura pas de diminution sur le prix de vente. En réalité, ce n est généralement pas la longueur en soit qui doit être mise en cause, mais la productivité à chaque stade de distribution, si l intermédiaire est spécialisé et traite un important volume d affaires, son rôle est sûrement bénéfique au consommateur. Si par contre, son volume est insuffisant, le poids de ses frais pèsent lourdement sur les marges et militent en faveur de son intégration (l intermédiaire) par le producteur ou par un autre échelon du circuit. Si la spécialisation de intermédiaire est insuffisante ou injustifiée, sa suppression peut être souhaitable économiquement.

9 Chapitre II LA DISTRIBUTION ET SON APPAREIL INTRODUCTION : Le premier constat qui s impose à l observateur de l appareil commercial en général est son poids économique. Le deuxième constat concerne son extraordinaire diversité. Il existe de nombreux critères permettant de classer les établissements de la distribution : - Place dans le circuit et forme de concurrence (grossistes détaillants) - Statut Juridique (entreprise capitaliste coopérative) - Méthode de vente (libre service VPC Internet ) - Surface de vente (Supermarché Hypermarché Superette) - Degré de spécialisation (Bijouterie Horlogerie Bazar) Selon le premier critère, on distingue 3 formes de commerce : - Le commerce intégré (Franchise ) - Le commerce indépendant (ou non intégré) - Le commerce associé

10 1. Le commerce intégré Il comporte à la fois des entreprises de types capitalistes et les coopératives. Ce premier groupe, rassemble pour l essentiel : Les grands magasins dont les caractéristiques sont : o Implantations urbaines o Un très large assortiment : entre et articles o Un niveau de services élevé o Vendeurs spécialisés par rayons o Politiques d échanges par rayons o Politique d échange et de remboursement o Magasins relativement anciens, les principales enseignes sont : «Au bon marché» fondé en 1820 «B.H.V.» «Galerie Lafayette» «Printemps» etc. Leur localisation urbaines et leurs frais de personnels ne leur permettent pas de se développer suffisamment malgré leurs efforts de s implanter dans les centres commerciaux. Les magasins populaires : ils correspondent à une version simplifiée des grands magasins (assortiment réduit) : 7000 à articles surtout alimentaires. Les frais généraux sont limités et effort sur les prix : «Monoprix» «Uniprix» «Les nouvelles Galeries» Les chaînes les plus puissantes sont : Monoprix Uniprix Prisunic Les maisons à succursales multiples (M.A.S.) : Qui sont constituées de petits points de ventes généralement alimentaires et desservent une clientèle de quartier : ex : «Stocks» «Promod» Les discounter et les grandes surfaces : Ils rassemblent sous des noms divers des sociétés s efforçant de rationaliser le plus possible des méthodes de distributions de façon à proposer des prix de ventes réduits. L assortiment est concentré surtout en priorité sur les produits de fortes rotations. Dans le domaine alimentaire, il s agit des sociétés gérant les hypermarchés et les supermarchés comme par exemple : «Leclerc» «Carrefour» «Auchan» «Continent»

11 Dans le domaine non alimentaire : «IKEA» : meubles «DARTY» : Electroménager «But» : Electroménager «FNAC» : Culture «Castorama» 2. Le commerce indépendant (ou non intégré) Il se compose de grossistes et de détaillants. Les grossistes sont puissants puisque les fabricants d une part et les détaillants d autre part sont nombreux et disséminés sur tout le territoire. Leurs méthodes de vente et de gestions restent rudimentaires (non pas archaïques!). Ils sont d autant plus vulnérables qu ils sont spécialisés, les plus dynamiques ont réagit en s associant. 3. Le commerce associé Représente un mode de commerce intermédiaire, et la principale forme de réponse au commerce indépendant est le commerce intégré. On distingue 4 formes de commerces associés qui sont : a) Les groupements de grossistes b) Les groupements de détaillants c) Les chaînes volontaires d) Le franchising a) Les groupements de grossistes Les groupements de grossistes ont pour objet d augmenter leur pouvoir de négociation vis-à-vis des fabricants en accroissant le volume des commandes. b) Les groupements de détaillants Les détaillants relèvent de la même idée, plusieurs détaillants se réunissent pour court-circuiter les grossistes et effectuer ensemble une partie de leur achats. En outre, ils harmonisent leurs méthodes de gestions, et la présentation de leurs points de ventes. La différence essentielle avec le commerce intégré est qu ils demeurent propriétaires de leurs points de ventes, et sont libres de quitter à tout moment la coopérative. Les groupements de détaillants les plus importants dans l alimentation en France sont : «Intermarché» «Ecomarché» «Les 3 U» «Leclerc» etc. Dans la non alimentation : «Conforama»

12 c) Les chaînes volontaires Les chaînes volontaires représentent une forme d association et un ensemble de magasins adhérents, les plus puissantes chaînes volontaires se rencontrent dans l alimentation : Ex : «SPAR» (5000 détaillants) (alimentaire) «Sopregos» (3600 points de ventes) (alimentaire) Et dans divers secteurs tels que la droguerie, la quincaillerie ou le textile. Il s agit d une forme de commerce en légère progression. d) Le franchising Le Franchising, enfin, est un accord passé entre fabricant et distributeur appelé franchiseur, et un réseau de détaillants appelés franchisés, qui permet au premier de bénéficier d un système de distribution ou prestation, sans avoir à investir, et au second, de tirer partie d une image, d une assistance, d expérience, en matière de gestion. La franchise couvre aujourd hui de nombreux secteurs, avec une prédominance ou le textile : «Rodier» «Phildar» «Pingouin» Dans le meuble il y a : Dans l hôtellerie - restauration : Dans les sopins et beauté : «OBI» «Levitan» «Sofitel» «Mc Donald s» «Yves Rocher» FIN DU CHAPITRE FIN DISTRIBUTION

13 Chapitre III LE MERCHANDISING I. INTRODUCTION ET DEFINITION Qu est ce que le Merchandising? Etymologie : Le terme Merchandising est formé du substantif «Merchandise» qui signifie de manière globale la marchandise (ensemble de produits que peut vendre un magasin), et du radical «-ing» qui exprime l action volontaire de gestion de la part de l ensemble du personnel du magasin. Définition : Le Merchandising est avant tout une action de commercialisation. On distingue deux types de Merchandising : - le merchandising du producteur : promo du produit - le merchandising du distributeur : qui représente toutes les techniques qui visent à une gestion optimale du linéaire de vente (surface). Dans un sens large, le merchandising débute en amont par le design du produit, facteur d attrait et de vente, et se termine en aval par les actions de présentations de produit sur le lieu de vente. Le succès du merchandising résulte d une nécessité imposée par les changements des méthodes de ventes et de la structure de l appareil de distribution : o Succès du libre service o Multiplication des grandes surfaces o Augmentation du nombre des produits et des services offerts. «Un produit qui se voit, se prend» «Un produit qui se prend, se vend» Le produit se retrouve seul dans les rayons face aux consommateurs et contre les produits de la concurrence, il faut donc lui donner une arme pour pouvoir se battre et combattre. Les techniques nouvelles qui font la mise en valeur du produit sur le lieu de vente doivent se substituer au vendeur traditionnel. L emplacement dans le magasin, la disposition des produits, leur place dans le rayon, ont une importance capitale. Les dimensionnements des meubles doivent être en harmonie avec la taille des acheteurs (selon le pays et la morphologie).

14 II. CONTENU ET GRANDS PRINCIPES DU MERCHANDISING Ce merchandising qui apparaît donc comme une nécessité actuelle pour les entreprises modernes, en quoi consiste-t-il et quel est son contenu? On peut dire que le merchandising est tout à la fois un état d esprit et une méthode tendant à rationaliser en techniques de ventes. 1. Un état d esprit Le merchandising est tout d abord caractérisé par un état d esprit qui va se manifester : Sur le plan interne de l entreprise : Par une recherche permanente d adaptation aux besoins du marché. La production se diversifie, de nouveaux produits apparaissent tandis que les goûts des consommateurs ainsi que l expression de leurs besoins se modifient en raison des influences et des pressions auxquelles le merchandising est soumit. Le merchandising est soucieux de méthode, de rigueur et fonde les décisions sur des analystes et des mesures. Le merchandising s efforce aussi, à partir de faits enregistrés, de dégager des procédures, de mesurer des corrélations et on peut dire que c est l introduction de l esprit scientifique dans la vente. Sur le plan externe l entreprise : Le merchandising doit se concrétiser par la recherche d un nouveau type de relation avec les fournisseurs. Jusqu à présent, ses relations ont été conduites en vue de réaliser des objectifs bien connus : - Pour le producteur c était de vendre un volume maximum - Et pour le distributeur c était d obtenir les meilleures conditions d achats. Ces seuls objectifs sont devenus insuffisant et les structures inadaptées. L amélioration de la vente fait appel désormais à des techniques de plus en plus élaborées qui exigent que producteurs et distributeurs doivent collaborer entre eux, mettre en communs leurs connaissances respectives qui se complètent. Le distributeur doit connaître son magasin : - L affluence du magasin : Ses points chauds Ses points froids - Sa rentabilité par m² de surface ainsi que par m² linéaire (surface de vente du produit). - Sa clientèle : Sa structure, son pouvoir d achat, ses goûts particuliers. - La mise en communs des connaissances du distributeur et du producteur est la condition d une distribution efficace.

15 2. Le merchandising est une méthode de travail Le merchandising est une méthode qui fait appel à des techniques de plus en plus précises qui visent à vendre au mieux les marchandise constituant l assortiment, ceci en vue d obtenir un rendement optimum de la surface de vente. Un bon nombre de praticiens de la distribution s imaginent que le merchandising n est pas à leur portée, faute de moyens et d équipement dont ils ne disposent pas. Or, il faut dire que le merchandising est à la portée de tous, petits comme grands commerçants, quelque soit la dimension du point de vente, la nature des marchandises vendues et la méthode de vente pratiquée. On peut aborder avec des moyens simples l étude de la surface de vente. Une étude de merchandising repose sur des paramètres fondamentaux tels que : La répartition de la surface de vente et du linéaire d exposition. Le nombre d unités vendues dans chaque référence (les assortiments). Les prix de revient et de vente unitaire. Les stocks existants. Sur ces 4 paramètres reposent l étude marketing. III. LES PRINCIPES DE MERCHANDISING On défini ici les plus importants principes que respecte le merchandising. 1. Le linéaire C est la surface de stockage et d exposition des produits sur le lieu de vente. 2. Les gondoles Les gondoles sur lesquelles sont présentés les produits sont des meubles qui ont, en général, 1m 80 de haut et 5 étagères de valeurs inégales. Les étagères du haut et celles du bas sont les plus mauvaises ; l étagère du milieu est la plus visible et surtout la plus accessible à l œil et à la main ; l étagère du bas sert surtout à placer les produits qui ne sont pas faciles à manipuler et qui sont facilement identifiables par les consommateurs. Ex : huile de table barils de lessive. La disposition des produits sur les gondoles relève d un principe qui dit que : «Un produit qui se voit, se prend» «Un produit qui se prend, se vend» 3. Les têtes de gondoles Se sont les deux extrémités des gondoles situées à des carrefours de circulation du client. Elles sont réservées à des produits qui font l objet d une promotion.

16 4. Le «facing» Le facing des produits est leur exposition sur les gondoles telle qu elle est visible par les consommateurs. 5. Les produits vendeurs Une autre règle de merchandising découle de l observation selon laquelle, les produits peuvent s épauler mutuellement, il faut les disposer se telle façon que les forts soutiennent les faibles, et que l achat de l un suscite l achat de l autre. Cette représentation est meilleure que celle qui consiste à regrouper tous les produits vendeurs et à isoler tous les produits qui s écoulent lentement. On retrouve aussi souvent regroupés des produits dont l utilisation des clients est complémentaire. Ex : Les épices et la moutarde prés du rayon boucherie. 6. C est la masse qui fait vendre La présentation de masse attire l attention des consommateurs, elle suscite un sentiment d abondance, et de puissance, elle incite donc le client à acheter. La présentation de masse appelée en anglais ; «Mass display», peut se faire dans les gondoles, ou en dehors de celles- ci, ou dans les allées de circulations. Hors des gondoles on peut disposer des amoncellements de produits (en plus des «Mass display»), qui, lorsqu ils sont bien situés, obligent les clients pratiquement à butter dessus, donc à les voir, on les appelle les stoppers. Ils ne doivent cependant pas créer une gêne dans la circulation des clients, peuvent donc servir à orienter le flot des clients, mais aussi à promouvoir des produits et à mettre en avant des produits mal-aimés. (Se sont généralement des produits soldés). FIN DU CHAPITRE FIN MERCHANDISING

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente.

Tous les termes de cette définition doivent être parfaitement définis pour la qualité des résultats de cette étude permanente. LES PANELS DE DISTRIBUTEURS. Le fonctionnement et l utilisation des données. Définition Un panel est une étude permanente de recueil d informations (achat, vente, lecture, TV, radio etc.) auprès d un échantillon

Plus en détail

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE La rentabilité d un point de vente est très souvent lié à l implantation des rayons de ce magasin et de la gestion des produits dans

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Directeur de magasin (h / f )

Directeur de magasin (h / f ) Les métiers du Groupe Carrefour Directeur de magasin (h / f ) 2 e enseigne de supermarchés en France 900 magasins en France prêts à vous accueillir (dont 45 % de franchisés) 34 % des femmes dans l encadrement

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING

INTRODUCTION AU MARKETING INTRODUCTION AU MARKETING L avènement du marketing Le marketing est une fonction dont l aboutissement est le résultat d un long processus de développement de l entreprise. Phases principales identifient

Plus en détail

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino

Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Le développement de la franchise dans le Groupe Casino Dossier de presse 1 Communiqué de presse Le groupe Casino mise sur la franchise pour accélérer le développement de ses enseignes de proximité Mars

Plus en détail

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Élaborer mon étude de marché Livret 11 Choisir mes fournisseurs Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet

Plus en détail

MODULE GESTION. La gestion des points de vente autrement!

MODULE GESTION. La gestion des points de vente autrement! MODULE GESTION La gestion des points de vente autrement! PRESENTATION SmartSell Technologies est une entreprise spécialisée dans la conception de solutions dans le domaine des Technologies de l Information

Plus en détail

Note partielle sur le E-Commerce

Note partielle sur le E-Commerce Note partielle sur le E-Commerce (Centrée sur le marché de l habillement ; source : IFM 2011) 1. Remarques générales ; quelques définitions et orientations 1. Les Pure Player Il s agit du commerce en ligne

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES.

CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. CHAPITRE 14 LA DIVERSITÉ ET L ORGANISATION DES RÉSEAUX D UNITÉS COMMERCIALES. I. L organisation en réseau. A. Définition. Un réseau est un ensemble organisé d unités commerciales (UC) liées par des intérêts

Plus en détail

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008

Distribution. Baromètre du Commerce/ Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Baromètre du Commerce/ Distribution Quels investissements informatiques pour faire face aux enjeux métiers? 24 octobre 2008 Copyright 2007 IDC. Reproduction is forbidden unless authorized. All rights reserved.

Plus en détail

CHAPITRE 4 GESTION COMMERCIALE

CHAPITRE 4 GESTION COMMERCIALE CHAPITRE 4 GESTION COMMERCIALE EXERCICE 1 ENONCE 1) Présentez les principales caractéristiques de la phase de lancement. 2) Présentez les différents types de rémunération d un vendeur. 3) Citez les différents

Plus en détail

Les classifications de la distribution

Les classifications de la distribution 1 - Par niveaux 2 - Par nature de l activité 3 - Point de vue économique 4 - Point de vue juridique 5 - Par méthodes de vente 6 - Par la localisation Les classifications de la distribution 7 - Avec ou

Plus en détail

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE Ø Panorama du secteur de la grande distribution en France o Les grands chiffres o Typologie de la grande distribution o Les mutations

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales MERCATIQUE GRC-DUC. Prép a rat io n au x épre u ve s ora le s d ACRC e t de P DUC.

BTS Management des Unités Commerciales MERCATIQUE GRC-DUC. Prép a rat io n au x épre u ve s ora le s d ACRC e t de P DUC. BTS Management des Unités Commerciales MERCATIQUE GRC-DUC Prép a rat io n au x épre u ve s ora le s d ACRC e t de P DUC Nathalie HOUVER Sommaire GRC - DUC 1 re PARTIE : Les savoirs associés - Référentiel

Plus en détail

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente?

Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Quelles sont les principales formules utiles pour l étude de cas de vente? Approvisionnement et gestion des stocks : des quantités vendues dans un Du stock initial, final et des livraisons, des commandes

Plus en détail

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution?

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? «Les français et le E-commerce» 3 nov. 2009, Intercontinental Paris, 16h00 Sommaire 1 ère partie : le Multi canal Les entreprises

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE)

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <<MESURES D ACCOMPAGNEMENT>> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) 1 PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) STRATEGIE DE DISTRIBUTION DES CARTES PREPAYEES 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 1.

Plus en détail

Cartographie. Succursalistes de la chaussure. Les fiches métiers téléchargeables

Cartographie. Succursalistes de la chaussure. Les fiches métiers téléchargeables Cartographie Les fiches métiers téléchargeables Les 9 fiches métiers Responsable régional Responsable/directeur de magasin Adjoint/assistant de magasin Chef de rayon Vendeur Employé de magasin Manutentionnaire

Plus en détail

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons La Solution Pour Le Secteur Des Boissons Avec Tectura, Bénéficiez D une Solution Spécialement Adaptée A Votre Métier Les contraintes liées au secteur de la fabrication de boissons sont toujours plus complexes

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

DRIVE et RENTABILITÉ FONDEMENTS ET LEVIERS D ACTION

DRIVE et RENTABILITÉ FONDEMENTS ET LEVIERS D ACTION DRIVE et RENTABILITÉ FONDEMENTS ET LEVIERS D ACTION [NOVEMBRE 2013] Au sommaire LA RENTABILITÉ DU DRIVE ET LES LEVIERS D ACTION Zoom sur... les frais de perso Zoom sur... la charge d investissement Objectif

Plus en détail

4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés.

4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés. 4. Les options Une option donne à son propriétaire le droit d acheter ou de vendre un contrat à terme à un prix et une échéance prédéterminés. C est un droit et non une obligation. L acheteur d une option

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION

COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BIENS D OCCASION... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises

CHAPITRE IV. 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises 72 CHAPITRE IV 1. La grande distribution française 4.1 Stratégies d internationalisation des enseignes françaises La distribution française est une des plus importantes au niveau mondial, en raison de

Plus en détail

1 en grande distribution

1 en grande distribution c h a p i t r e Compétence ATC Se situer dans l organisation??? Partie PARTIE L environnement professionnel de la de relation clients et et usagers Les métiers de la vente C H A P I T R E en grande distribution

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41

BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE. Gestion et relation clientèle U41 BTS ESTHÉTIQUE COSMÉTIQUE Gestion et relation clientèle U41 SESSION 2012 Durée : 3h30 Coefficient : 4 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques

Les unités commerciales : définition et unités commerciales physiques 01 Une unité commerciale est un lieu physique ou virtuel permettant à un client potentiel d accéder à une offre de produits ou de services. C est un concept qui peut prendre des formes diverses : magasin,

Plus en détail

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur,

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur, CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005 Objet : Détermination des participants Madame, Monsieur le Directeur, Je vous informe que, lors de leur réunion du 9 juin dernier, les membres de la commission

Plus en détail

Le déroulement de l animation

Le déroulement de l animation 10020_GererAnimer_p076p087 Page 83 Vendredi, 12. août 2005 9:00 09 Le déroulement de l animation DOSSIER 15 Correspondance référentiel Dossier Page livre élève Compétences professionnelles Savoirs associés

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005)

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Cahier des charges Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) Participants : Christiane DUPONT IEN-ET Économie Gestion Rosine REGNAULT

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-134 du 20 septembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Didier Guérin SAS et Guérin Belle Epine SAS par la Société Anonyme des Galeries Lafayette

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

pour Les internautes et le e-commerce

pour Les internautes et le e-commerce pour Les internautes et le e-commerce Octobre 2009 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A Les perceptions du commerce en ligne B Les achat sur Internet t et la qualité de service C

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Julie Toury Infobébés 28 rue François 1 er 75008 Paris40 DOSSIER DE PRESSE Contact Ed : Laurence REIX Responsable communication externe Laurence_reix@carrefour.com Siège social : SAS Ed Société par Actions

Plus en détail

NOM PRÉNOM DATE EXTENSION D UNE GAMME DE PRODUIT

NOM PRÉNOM DATE EXTENSION D UNE GAMME DE PRODUIT NOM PRÉNOM DATE EXTENSION D UNE GAMME DE PRODUIT fonctions et les services. 1 " Pour fonctionner une a besoin à la fois de: dans le but de fabriquer des biens OU des services En vue de réaliser des bénéfices

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

NÉGOCE ET DISTRIBUTION

NÉGOCE ET DISTRIBUTION NÉGOCE ET DISTRIBUTION Cap vers une gestion simplifiée OPTIMISEZ VOS CYCLES D ACHAT ET DE VENTE. AMÉLIOREZ LA GESTION DE VOS APPROVISIONNEMENTS, LA GESTION DE VOS STOCKS ET EMPLACEMENTS. CONTRÔLEZ ET MAÎTRISEZ

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 Note : ce corrigé n a pas de valeur officielle et n est donné qu à titre informatif sous la responsabilité de son auteur par Acuité.

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ

CAP Employé de vente spécialisé REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. DÉFINITION En point de vente spécialisé, le titulaire de ce CAP accueille et informe le client. Il présente les caractéristiques techniques

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 8 La vente Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu La vente Les modalités de paiement d une vente Les diverses modalités de la vente La vente d entreprise La vente d immeubles

Plus en détail

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012)

FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) FICHE SYNTHÉTIQUE BALmétrie (vague 2012) 1 CATÉGORIE : ETUDE D AUDIENCE BALmétrie : LA MESURE D AUDIENCE DU MEDIA COURRIER 1. Introduction Création, en 2011, d un GIE qui réunit les principales parties

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau secteur géographique

MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau secteur géographique Session 2013 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR NÉGOCIATION ET RELATION CLIENT Corrigé E5 : Management et gestion d activités commerciales VERSION 23 MAI 2013 MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

1. DÉFINITION DU MARKETING

1. DÉFINITION DU MARKETING 1. DÉFINITION DU MARKETING 1.1 DÉFINITIONS 1.2 PRÉDOMINANCE DU CLIENT 1.3 ÉLARGISSEMENT DU CHAMP D APPLICATION 1.4 SATISFACTION DU CLIENT ET CRM 1 1.1 DÉFINITIONS 1. Marketing 2. Acteurs du marketing 3.

Plus en détail

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution

L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution L ultra mutualisation : un potentiel de gains majeur pour une nouvelle vision des flux de distribution 20% d économie sur les coûts logistiques et 25% de réduction des émissions de CO 2, voilà ce que promet

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE Le corrigé comporte 17 pages CORRIGÉ

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

Pricing : la technique ne suffit pas

Pricing : la technique ne suffit pas Pricing : la technique ne suffit pas Par Frédéric Milgrom Vice President, Estin & Co Optimiser les prix recèle un potentiel d amélioration des résultats significatif et plus aisé à atteindre que des réductions

Plus en détail

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR.

UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. PLANNINGS 2015 UN SENS PARTICULIER DU CONSOMMATEUR. Nielsen connaît les consommateurs. Personne n offre une plus grande compréhension de ce qu ils achètent et regardent. Nous innovons sans cesse pour apporter

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Rôle dans le système de gestion de la qualité La gestion de l approvisionnement, la gestion des achats et des stocks est une composante

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales

Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales Brevet de technicien supérieur Management des unités commerciales page 1 SOMMAIRE ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles 5 Référentiel de certification 17 Tableau de passage des fonctions

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution par Didier Robert et Laurent Pianese Étude géomarketing des évolutions de la population au sein des grands réseaux de la distribution

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-14 du 17 février 2010 relative à la prise de contrôle conjoint de la société Stradis SAS par les sociétés Corlam SAS et ITM Alimentaire Ouest (Groupe ITM Entreprises)

Plus en détail

Les Conditions Générales De Vente

Les Conditions Générales De Vente Les Conditions Générales De Vente Les CGV: visent à encadrer les relations entre cocontractants ; interviennent aussi bien dans les relations contractuelles entre professionnels (le plus souvent fournisseur-

Plus en détail

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat le décideur l utilisateur l acheteur lacheteur le prescripteur

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES PREPARATION DE LA VENTE ACCUEIL DES CLIENTS CONCLUSION D UNE VENTE TENUE DE CAISSE GESTION DE L ESPACE DE VENTE

REFERENTIEL D ACTIVITES PREPARATION DE LA VENTE ACCUEIL DES CLIENTS CONCLUSION D UNE VENTE TENUE DE CAISSE GESTION DE L ESPACE DE VENTE REFERENTIEL D ACTIVITES NOM DU POSTE ACTIVITES PRINCIPALES ACTIVITES SPECIFIQUES VENDEUSE EN ELECTROMENAGER PREPARATION DE LA VENTE ACCUEIL DES CLIENTS CONCLUSION D UNE VENTE TENUE DE CAISSE GESTION DE

Plus en détail

ETUDE DE CAS PROJET CRM DU GROUPE PASSION BEAUTE

ETUDE DE CAS PROJET CRM DU GROUPE PASSION BEAUTE Master 2 Marketing Communication et Stratégies Commerciales CRM & E Business - Session octobre 2011 Alexandra Vignolles ETUDE DE CAS PROJET CRM DU GROUPE PASSION BEAUTE Opportunité et complexité de la

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B

Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Secrétariat du Grand Conseil M 1114-B Date de dépôt: 19 janvier 2000 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la motion de M mes et M. Chaïm Nissim, Fabienne Bugnon et Sylvia Leuenberger

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS MEDIAS Mme. Zineb El Hammoumi Communication hors médias Marketing direct Définition Objectifs Moyens Outils SOMMAIRE PLV (Publicité sur lieu de Vente) Définition

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-46 du 28 septembre 2009 relative à la prise en location-gérance par la société Distribution Casino France d un hypermarché détenu par la société Doremi L Autorité

Plus en détail

Gestion du risque de change

Gestion du risque de change LIVRE BLANC Gestion du risque de change Le dollar canadien a fait la manchette à maintes reprises au cours des dernières années. Sa valeur a fluctué de manière importante et soudaine à de nombreuses occasions,

Plus en détail

MODULE DE FORMATION SUR LA GESTION FINANCIERE & GESTION DES CREDITS

MODULE DE FORMATION SUR LA GESTION FINANCIERE & GESTION DES CREDITS UGAMA/Centre de Services aux Coopératives Tél : (00250)562096/562097 Fax : (00250)562251 E-mail :ugamacsc@rwanda1.com MODULE DE FORMATION SUR LA GESTION FINANCIERE & GESTION DES CREDITS Projet commun CSC/UGAMA-WBI-UNDP

Plus en détail

Pourquoi acheter vos chèques cadeaux au prix fort quand vous pouvez les avoir moins chers?

Pourquoi acheter vos chèques cadeaux au prix fort quand vous pouvez les avoir moins chers? Pourquoi acheter vos chèques cadeaux au prix fort quand vous pouvez les avoir moins chers? www.tempeos.com Bon à savoir «100% de collaborateurs heureux, 0% de charges sociales!» Information utile Si vous

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Les différentes stratégies pour vendre en ligne Les plateformes e-commerce Le site marchand Le blog boutique Les spécificités du ecommerce sur

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

Fixer son prix à l export

Fixer son prix à l export Fixer son prix à l export Commerce extérieur Juin 2009 Politique de prix Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. La politique

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE?

Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE? Stratégie Marketing Intégrée COMMENT ABORDER LA PERSONNALISATION DE L OFFRE ET LE ONE TO ONE? GROUPE N 4 Péryne DESMULIER Maxime DEVIN Clément DUBOIS Julien DUTHEIL Mandy LOOSVELDT I II III INTRODUCTION

Plus en détail