L innovation dans l artisanat Le marketing dans la boulangerie-pâtisserie parisienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L innovation dans l artisanat Le marketing dans la boulangerie-pâtisserie parisienne"

Transcription

1 Advancia 39, avenue Trudaine Paris Mémoire de recherche du Master en Entrepreneuriat 2010 L innovation dans l artisanat Le marketing dans la boulangerie-pâtisserie parisienne Etats des lieux et préconisations pour une croissance dynamique Présenté par Alexandre WILLEMETZ Défendu le 09 Septembre 2010 Mémoire dirigé par : Benoît GRANGER Jury : Erwan LAMY, Pierre Tristan FLEURY

2

3 REMERCIEMENTS Je voudrais d abord remercier les artisans boulangers. Depuis toujours, ils enrichissent nos repas et nous offrent des gourmandises tout en prenant soin de notre santé. Les baguettes, croissants et autres sandwichs sont autant de produits frais, bons et abordables. Par ailleurs, leur passion pour leur métier force le respect : ils aiment ce qu ils font et travaillent sans compter. Toutes les professions ne peuvent pas en dire autant. Je leur dédie cette recherche pour les remercier de tout ce qu ils nous apportent. De nombreuses personnes m ont accompagné dans la réalisation de ce mémoire. J ai pu compter sur mon directeur de recherche, Benoît Granger, pour me botter les fesses quand j en avais besoin mais aussi m éclairer dans ma démarche et ma réflexion. Pierre Tristan Fleury, Maryse Portier, Sylvie Dupré, Marc Nexhip et Pierre Garros m ont énormément aidé à comprendre leur filière en répondant à mes questions et en me fournissant des éléments utiles à ma recherche. Enfin, une spéciale dédicace à mon entourage qui m a supporté pendant ce travail. Je pense surtout à mon épouse Caty que je n ai pas accompagné autant que j aurai souhaité alors qu elle était enceinte et préparait la naissance de notre premier enfant. Non seulement, je n étais pas là pour la soutenir mais en plus elle m a aidé dans mon travail notamment en me relisant. Un grand merci aussi à mon ami Jean-Charles, mon beau-père Simon et mes parents qui ont également relu mes textes. J espère que ce travail sera à la hauteur des remerciements que je veux tous vous faire et qu il apportera des pistes de réflexion aux acteurs de la filière de la boulangerie-pâtisserie. Alexandre Willemetz

4 4

5 SOMMAIRE REMERCIEMENTS 3 SOMMAIRE 5 RESUME 6 ABSTRACT 7 INTRODUCTION 8 CHAPITRE 1 - Problématique 11 I. L innovation, accélérateur de croissance 11 II. Le Marketing, une démarche innovante 15 III. L Artisanat, entre tradition et innovation 18 IV. Un métier artisanal : la boulangerie-pâtisserie 20 V. Problématique : la démarche d innovation de l artisanat 36 CHAPITRE 2 - Méthodologie 38 I. Recherche bibliographique et Découverte du secteur 38 II. Entretiens avec 13 boulangers et 111 clients de boulangerie 40 III. Elaboration et contenu des questionnaires 43 CHAPITRE 3 - Résultats 48 I. Forces et Faiblesses, Opportunités et Menaces de la filière 48 II. Les clients sont exigeants d abord avec la qualité des produits 50 III. Le marketing ne rentre pas dans une stratégie claire 52 IV. Le mix-marketing est non formalisé 61 V. L accompagnement de la chambre syndicale 80 CHAPITRE 4 - Analyse 82 I. Sur la méthode 82 II. Sur les résultats 83 III. Boulangerie et artisan : entrepreneur ou artiste? 92 CONCLUSION - Préconisations pour un artisanat dynamique 94 BIBLIOGRAPHIE 96 FIGURE ET TABLEAUX 99 ANNEXE I Entretiens avec les experts ANNEXE II Liste des boulangers du panel ANNEXE III Questionnaires ANNEXE V Guide Pratique Marketing dans la boulangerie Erreur! Signet non défini. Erreur! Signet non défini. Erreur! Signet non défini. Erreur! Signet non défini. TABLE DES MATIERES 100 5

6 RESUME Cette recherche sur l innovation dans l artisanat prend pour référentiel le marketing dans la boulangerie artisanale parisienne. L innovation est généralement considérée comme le moteur économique du capitalisme (Schumpeter, 1934). De nos jours, l innovation à travers la recherche et le marketing est une priorité pour les entreprises qui veulent survivre et se développer dans un monde devenu hyperconcurrentiel. Or il n existe pas une méthode unique pour juger la démarche en innovation et définir les aides que peuvent apporter les parties prenantes : chaque métier a ses spécificités (Malerba et al. 1999, Castellacci F. et al, 2005). Les études sur l innovation ont surtout concerné les entreprises high-tech (Lundvall et Borras, 2005). Or toutes les entreprises y compris les plus low-tech comme les métiers de l artisanat, peuvent être innovantes (Mendonça, 2003 ; Godinho, 2000 ; von Tunzelman and Acha, 2005). L innovation dans le secteur de l artisanat ayant été peu étudiée, les parties prenantes (syndicat, fournisseurs) ne maîtrisent pas toujours les moyens pour y favoriser l innovation propice à la croissance. Cette recherche vise donc à comprendre les spécificités de l innovation dans l artisanat. Pour éclairer cette problématique, le métier de la boulangerie a été sélectionné pour représenter l artisanat et la démarche en innovation est étudiée à travers le marketing. Plusieurs méthodes ont été utilisées : entretiens non directifs avec 5 experts de la filière, entretiens semi directifs avec 11 gérants de boulangerie, observation de 13 boulangeries et entretiens directifs avec 111 clients de boulangeries. Les résultats de cette étude montrent que la boulangerie dans son ensemble est un métier qui se porte bien. Elle a réussi à se repositionner ces deux dernières décennies pour faire face à l évolution du marché comme la diminution constante de la consommation de pain et la concurrence des industriels et des grandes surfaces. Par contre, l analyse plus précise montre des lacunes dans leur compréhension de leur environnement immédiat et dans la gestion quotidienne de leur entreprise. Ceci s explique par un planning chargé, peu de formation en management et leur manque d intérêt pour les affaires économiques. Ce sont des artistes passionnés par la conception de leurs produits et non pas des entrepreneurs visant la réussite économique. Mais, en tant que responsable d une entreprise, ils doivent être davantage performants dans leur démarche d innovation qu il s agisse de l innovation produit ou de l innovation marketing. Pour cela, ils doivent se faire accompagner par leurs parties prenantes notamment leurs associés, syndicat et fournisseurs. Mots clefs : artisanat, innovation, boulangerie, marketing, entrepreneuriat, croissance 6

7 ABSTRACT This research into innovation in the craft industry refers to marketing in the Parisian bakery trade as a case study. Innovation is considered to be the economic driving force behind capitalism (Schumpeter, 1934). Today, innovation is a main concern for companies that want to survive and grow in an intensely competitive world. Innovation through research and development and through marketing is the usual procedure that companies follow. However, there is not a single method used to judge the innovation process and identify help that stakeholders could bring, as each profession is unique (Malerba et al Castellacci F. et al, 2005). Studies in innovation have mainly concerned high-tech firms (Lundvall and Borras, 2005). However, all companies, including low-tech ones such as the craft industry, can be innovative (Mendonça, 2003; Godinho, 2000; von Tunzelman and Acha, 2005). Stakeholders, such as unions and suppliers, do not have the means to encourage innovation that stimulates growth because innovation in the craft industry has not been studied in depth. This research seeks to understand the uniqueness of innovation in the craft industry. In order to explain this issue more clearly, the bakery trade has been selected as an example of activity in the craft industry. Marketing has been taken as a means through which to study the innovation process. Several methods have been used for this research. Firstly, unstructured interviews with 5 experts on the sector were carried out, as well as semi-structured interviews with 11 bakery managers. 13 bakeries were observed and structured interviews with 111 customers at bakeries were also carried out. The results of this study show that the bakery trade is performing well overall. Over the past two decades, the industry has managed to adapt to changes in the market such as the steady decline in bread consumption and competition from manufacturers and supermarkets. However, a more accurate analysis reveals gaps in their understanding of their immediate environment and in the daily management of their business. This is due to a busy schedule, little training in management and their lack of interest in economic affairs. They are artists who are passionate about the design of their products, rather than entrepreneurs seeking financial success. However, being responsible for a company, it is important for them to be more efficient in their innovation process, whether that means product innovation or marketing innovation. For this, they must work alongside their stakeholders, particularly their associates, suppliers and union. Key words: craft industry, innovation, bakery, marketing, entrepreneurship, economic growth 7

8 INTRODUCTION L innovation est aujourd hui reconnue par les entreprises comme une nécessité pour rester compétitif et croître. En se différenciant par rapport à la norme, les entreprises innovantes offrent à leurs clients ce plus qui leur garanti de rester attractives, tout en conservant une longueur d avance sur la concurrence. Différentes possibilités permettent d atteindre ce plus. L innovation de produit ou marketing a pour objectif de satisfaire la demande des clients, de trouver de nouveaux débouchés, de sécuriser un marché. L innovation de procédés ou d organisation sert à améliorer la qualité de la production et les conditions de travail, de baisser les coûts. Mais une innovation isolée n est pas suffisante aujourd hui. Il existe bien des barrières à l entrée, ces protections utiles pour ralentir la concurrence, comme les investissements lourds, les brevets ou l image de marque. Mais avec une concurrence mondialisée et des moyens de communication décuplés, ces barrières sont fragilisées. Pour rester compétitive sur la durée, l entreprise d aujourd hui adopte une dynamique globale d innovation, favorisant la remise en question et la concertation avec les parties prenantes : associés, clients, fournisseurs, salariés, syndicat, etc. L innovation est un domaine d étude récent et très prisé par les chercheurs. La base de données Business Source Premier, leader sur les thèmes de l économie, de la finance et du management, recense près de articles qui incorporent le terme dans le titre, dont publications dans des journaux académiques 1. Pour y voir plus clair, il a même était nécessaire de réaliser un bilan sur l état de la science. En 2005, Castellacci et trois autres chercheurs se sont chargés de rédiger ce bilan qui catégorise les travaux passés et établit les axes de recherche 2. L étude de l innovation a été initiée par Schumpeter (1912) 3 qui définissait cette dernière comme le moteur de l économie, l acteur fondamental du système étant l entrepreneur. Ses théories ont été popularisées plusieurs dizaines d années plus tard grâce à Dosi (1982), Nelson and Winter (1982) et Freeman (1982). Castellacci F. & al. différencient les axes de recherche sur l innovation selon les niveaux organisationnels, systémiques, macroéconomiques 1 Recherche réalisée le 1 Aout 2010 sur la base de données Business Source Premier avec une recherche du terme «Innovation» dans les titres des articles. La recherche pour tout type de document obtient résultats. La recherche précisant des articles issus de journaux scientifiques obtient résultats. 2 Castellacci, F. Grodal, S. Mendonca, S. Wibe, M. (2005), Advances and Challenges in Innovation Studies. Journal of Economic Issues (Association for Evolutionary Economics); Mar2005, Vol. 39 Issue 1, p91-121, 31p 3 Schumpeter, J. (1912) traduit (1935), Théorie de l'évolution économique: recherches sur le profit, le crédit, l'intérêt et le cycle de la conjoncture, Paris : Dalloz 8

9 et sectoriels. Dans cette dernière catégorie qui traite de l innovation à travers le secteur d activité concerné, il apparaît que l essor des nouvelles technologies Hi-Tech a phagocyté l attention des chercheurs par rapport à des métiers plus traditionnels Low-Tech (Lundvall and Borrás, 2005). Mais tous les métiers, aussi traditionnels soient-ils, sont susceptibles d être innovants (Mendonça 2003). Par ailleurs, chaque secteur d activité se caractérise par ses propres leviers d innovation, que l on peut étudier en utilisant la méthode de l observation empirique (Nelson and Winter, 1982). Chaque secteur d activité doit donc être étudié indépendamment à travers l observation avant d espérer définir une politique juste et efficace d aide à l innovation. Certains métiers traditionnels ont été étudiés à travers le prisme de l innovation technologique. Godinho (2000) a ainsi observé comment l industrie de la chaussure au Portugal avait résisté dans les années 1990 à la concurrence des pays à bas coût salariaux, grâce l usage de l électronique. Castellacci F. & al. rappellent également que les viticulteurs utilisent aujourd hui les résultats des biotechnologies pour offrir un vin plus stable et de meilleur qualité. Mais, l innovation technologique n est pas à la portée des artisans lorsqu ils sont considérés individuellement car ce type d innovation nécessite des investissements en recherche qui ne sont pas accessibles à la plupart d entre eux. L innovation marketing, au contraire semble plus à leur portée. D autant que la grande majorité des innovations réussies sont de type incrémentiel, c'est-à-dire qu elles se limitent à de petits changements à peine perceptibles lorsqu ils sont considérés individuellement (Foxall, 1984). Un article dans le journal professionnel anglais de la Fonderie s est porté sur le repositionnement d une vieille fabrique de cloches pour églises 4. L auteur explique qu avec la fin des constructions d églises, cette fabrique avait frôlé la faillite deux ans auparavant. Aujourd hui, elle continue à fabriquer et réparer des cloches, mais s est également orienté vers l international où elle exporte plus d 1/4 de sa production. Elle s est aussi mise à communiquer sur son histoire elle a réalisé les cloches de Big Ben en créant un musée et un magasin de souvenirs. Il existe sûrement des milliers d articles comme celui-là qui paraissent dans les magazines grand public ou professionnels. Mais l observation porte sur l histoire d un artisan qui s est comporté en entrepreneur dont l objectif était d éviter la faillite de son entreprise. Il ne s agit pas de la mentalité et des contraintes d une filière. 4 Foundry Management & Technology (2004) Centuries-Old Foundry Rings the Changes. Dec2004, Vol. 132 Issue 12, p16-18, 3p 9

10 Une seule étude globale portant sur l innovation d une filière, avait pour sujet le marché britannique de la construction d habitations 5. Les auteurs démontrent que l innovation était longtemps restée secondaire par rapport à des actions plus opérationnelles comme l optimisation des biens et la vente spéculative. Durant la croissance des années 80, les entreprises du secteur se satisfaisaient de la situation et pendant la quasi-récession des années 90, seules des stratégies à court terme étaient mises en œuvre. Les auteurs concluent leur étude sur les barrières propres au secteur : un éclatement de la filière en structures éparpillés, une concurrence trop faible, un manque de stratégie et la peur du changement. Ils étaient échaudés par une tentative d innovation ratée : ils s étaient arrêtés à mi-parcours et la formation des professionnels était restée insuffisante. Cette étude est intéressante bien qu il s agisse ici d un métier davantage issu des services que de la production. Le processus d innovation dans les TPE et petites PME artisanales reste un vaste domaine de recherche. Les contraintes de taille, les différentes situations de marché et les difficultés auxquels sont confrontées ces entreprises modifient leur approche de l innovation. L objectif de cette étude est de contribuer à palier à cette carence et de rendre compte des spécificités du marketing dans l artisanat. 5 BARLOW J., (1999), From Craft Production to Mass Customisation. Innovation Requirements for the UK Housebuilding Industry, Housing Studies, Vol. 14, No. 1, 23± 42,

11 CHAPITRE 1 - Problématique Afin de définir l objectif de l étude, une définition plus précise des concepts est nécessaire. L innovation, le marketing, l artisanat et la boulangerie sont donc décortiqués avant de formuler la problématique de cette recherche. I. L innovation, accélérateur de croissance Les entreprises mais aussi les gouvernements ont depuis longtemps réalisé que l innovation dans tous les secteurs est nécessaire pour sauvegarder et gagner des parts de marché. Les pays occidentaux dont la croissance est aujourd hui limitée considèrent l innovation comme l unique moyen de concurrencer les pays émergents. A l échelle européenne, l objectif est clair. En 2000, l Union Européenne s est fixée un programme décennal appelé «la stratégie de Lisbonne». Les pays membres s étaient donnés comme objectif que l UE devienne «l économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d'ici à 2010, capable d une croissance économique durable, accompagnée d une amélioration quantitative et qualitative de l emploi, d une plus grande 11

12 cohésion sociale 6». Un des objectifs principaux étant d atteindre 3% du PIB investi en Dépense Intérieure de Recherche et Développement (DIRD). Les pays les plus innovants sont Israël (4,6%), la Suède (3,8%), la Finlande (3,5%) et le Japon (3,4%) 7. Avec une DIRD de 2,1%, la France tente de rattraper son retard en poursuivant une importante politique pour stimuler la recherche privée grâce aux pôles de compétitivité, d enseignement, de recherche, aux partenariats public-privés, à l agence Oséo et au Crédit d Impôt Recherche. Joseph Schumpeter est l un des premiers économistes à s être intéressé à l innovation. Dans les années 30, il présente le capitalisme comme un système économique dont les fluctuations reposent sur l innovation technologique. Aussi, l agent fondamental du développement n est pas le chercheur, mais l entrepreneur visant le progrès technique. Selon lui, l innovation a un rôle catalytique qui pourrait détruire dans un premier temps l ancien ordre établi, mais améliore en même temps le système pour ensuite créer de nouvelles opportunités; ce qu il appelle la «destruction créatrice». Schumpeter (1912) propose cinq types d innovation : 1. la fabrication d'un nouveau produit, 2. l introduction d'une méthode de production ou de commercialisation, 3. l ouverture d'un nouveau marché, 4. la conquête d'une nouvelle source de matières premières ou de produits semi-ouvrés, 5. la création d une nouvelle organisation de marché, comme la mise en place d'un monopole. 6 Voir Union Européenne (2004) Relever le défi - La stratégie de Lisbonne pour la croissance et l'emploi', dit Rapport Kok et République Française, (2005), Programme national de réforme pour une croissance sociale, Paris : RF 7 Ministère du Développement Durable (2009), L effort de recherche par région. 12

13 Aujourd hui, l innovation, devenant essentielle pour tous les pays, il fut nécessaire de normaliser le concept au niveau international. Le Manuel d Oslo 8 publié et mis à jour par l OCDE depuis 1992, fait office de référentiel. Quel que soit le domaine concerné, l innovation s apparente à un nouveau produit ou service, différent de ce qui existe déjà ou de ce qui est connu par les experts du secteur. La dernière version du Manuel publié 2005 propose une classification en quatre groupes : innovation de produit, innovation de procédé, innovation de commercialisation et innovation d organisation. 1. «L innovation de produit correspond à l introduction d un bien ou d un service nouveau ou sensiblement amélioré sur le plan de ses caractéristiques ou de l usage auquel il est destiné.» Cette catégorie comprend les changements concernant les composants, les matières, le logiciel intégré ou la facilité d utilisation. 2. «L innovation de procédé est la mise en œuvre d une méthode de production ou de distribution nouvelle ou sensiblement améliorée.» Des changements significatifs au niveau des techniques, du matériel ou du logiciel sont également concernés par ce type d innovation. 3. «Une innovation de commercialisation est la mise en œuvre d une nouvelle méthode de commercialisation impliquant des changements significatifs de la conception et du conditionnement, du placement, de la promotion et de la tarification d un produit.». Il s agit ni plus ni moins du marketing et plus précisément du mix-marketing. 4. «Une innovation d organisation est la mise en œuvre d une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de la firme.» Un point fondamental différencie la 2 ème version du Manuel d Oslo de 1997 et cette dernière version de La plus ancienne version identifiait essentiellement ce qu elle appelait les innovations TPP ou innovations Technologiques de Produits et de Procédés. Elle présentait de façon secondaire les «autres changements au sein de la firme ou dans l industrie». Or dans la dernière mise à jour du Manuel, la classification a perdu sa hiérarchie 8 OCDE (2005) Manuel d'oslo - 3ème édition, OCDE 13

14 initiale et l innovation liée à la commercialisation y est véritablement identifiée. Cette nouvelle approche prouve l impact important de l innovation non technologique, comme la commercialisation le marketing dans la dynamique de changement et dans le processus économique. Cette évolution marque aussi une volonté politique visant à promouvoir l entrepreneuriat en général et non les industries hi-tech au détriment des low-tech. Avec cette nouvelle définition, l innovation est davantage accessible. L innovation n est pas une pratique naturelle. Comme il a été souligné, l Etat a un rôle primordial pour favoriser l innovation des entreprises. Aujourd hui, l effort concerne avant tout l innovation technologique à travers l investissement direct dans la recherche publique ou bien la stimulation de la recherche privée. Sans l aide de l Etat, l innovation technologique serait moins performante. Schumpeter, toujours à l avant-garde, décrivait trois types de freins à l innovation : 1. L absence ou le manque de données qui aident à la décision. Aucune étude ne garantit le succès de l innovation. Dans la perspective des investissements qui sont nécessaires, l innovation est plus risquée que la reproduction d un modèle d affaire qui a fait ses preuves. 2. La difficulté réelle ou perçue d un changement de comportement ou de pensée. La mise en place d une innovation nécessite de bousculer la routine, de redevenir un débutant provoquant ainsi un certain malaise chez l entrepreneur et les employés. 3. Les résistances de l environnement juridique ou politique, les réactions du milieu social. L innovation bouscule l ordre établi, créant des gagnants et des perdants. Ces derniers peuvent profiter de la loi pour freiner l innovation. Mais c est surtout du côté des clients que le frein est le plus important. Même si l innovation a été pensée pour les satisfaire, elle peut prendre du temps avant de s imposer : le fait de bousculer la routine prend le pas sur les avantages. C est encore plus significatif dans l innovation de rupture. Au final, l habilité à mener un projet innovant à terme dans l organisation est souvent plus difficile que l innovation elle-même. Ces freins, toujours d actualité, expliquent pourquoi les entreprises restent frileuses à l idée d investir dans la recherche, sans visibilité sur le marché et sans résultats garantis. Le comportement des clients est en même temps assez ambivalent, car bien qu attirés par la nouveauté, ils se réfugient en même temps dans des comportements et des achats habituels : il est très dur de les convaincre d adopter la nouveauté. Ainsi, le risque pour une entreprise trop 14

15 innovante est de ne pas trouver sa clientèle. Dès lors, l innovation se considère comme une condition nécessaire mais non suffisante pour prospérer : la dynamique qui l englobe doit être très performante. Pour cette raison, les différentes incitations gouvernementales portent sur l octroi de prêts spéciaux (Oséo Innovation) ou sur le remboursement d une partie des sommes engagées (Crédit d Impôt Recherche), mais restent liées à la recherche et donc majoritairement à l innovation produit ou process. La découverte, la mise en place et la réussite d une innovation sont en grande partie liées aux compétences de la personne qui en est responsable. Schumpeter a identifié ces compétences clefs. Elles caractérisent l entrepreneur, cet acteur économique schumpétérien qui est à la base de toutes les innovations. Ces compétences sont : 1. Réalisme et créativité pour «saisir les choses tout à fait précises» et imaginer l amélioration, 2. Volonté et «capacité d aller seul et de l avant», pour ne pas souffrir de l insécurité et de la résistance, 3. Leadership et force de conviction pour rattacher à sa cause ses différents partenaires. II. Le Marketing, une démarche innovante Le marketing est par essence une des disciplines les plus innovantes du commerce. Son implication se retrouve à la fois dans l innovation de produit et l innovation liée à la commercialisation définie par Schumpeter (1934) et le Manuel d Oslo (2005). L innovation liée à l ouverture d un nouveau marché, comprise dans la définition schumpétérienne, est également fortement liée au marketing. Discipline du management, le marketing s est développé tout au long du 20 ème siècle. Dans les années 1910, il s agissait avant tout de réaliser des études de marché pour estimer les opportunités d investissement, optimiser la performance des campagnes d affichages publicitaires et rendre la force de vente plus efficace 15

16 (C. H. Hoyt, 1912) 9. L objectif du marketing à cette époque était d adapter le comportement consumériste à la production de masse. Dans les années 1960, le marché a évolué d une économie de l offre à une économie de la demande. Les chercheurs comme Peter Drucker ont donc adapté le marketing notamment en s intéressant davantage au client. On parle alors du client roi. Des concepts essentiels sont nés à cette époque comme le positionnement, la segmentation ou le marketingmix. Dorénavant, les entreprises doivent s adapter à leurs clients et non l inverse. La démarche marketing est aujourd hui une démarche rodée qui s organise en 3 étapes : le marketing étude, le marketing stratégique et le marketing opérationnel. Marketing Etude Marketing Stratégique Marketing Opérationnel Le marketing étude est un travail d analyse visant à réaliser un bilan sur les compétences de l entreprise, comprendre les attentes des clients et estimer l évolution du marché. Des outils sont utilisés tels que le SWOT ou les Forces de Porter. La segmentation des clients permet de regrouper ces derniers en segments homogènes au niveau de leurs modes de consommation ou de leurs attentes afin de leur proposer une offre de service adaptée. Le marketing stratégique utilise les données acquises pour définir un plan d action sur une période plus ou moins longue. L entreprise réalise alors un ciblage, c'est-à-dire qu elle va considérer un des segments comme étant prioritaire. Le positionnement est la dernière étape qui consiste à adapter l offre de l entreprise au segment sélectionné. Pour être efficace, cette offre doit satisfaire le test du triangle d or du positionnement. Elle doit réellement attirer les clients (attractivité), correspondre aux forces de l entreprise (crédibilité) et enfin, se démarquer de la concurrence (différence). Le positionnement se décline à travers le mix-marketing également connu avec le modèle traditionnel des 4P : la politique produit (product), la politique prix (price), la politique de communication (promotion) et la distribution (place). Mais aujourd hui 9 C. H. Hoyt (1912) Scientific Sales Management: A Practical Application of the Principles of Scientific Management to Selling. Kessinger Publishing 16

17 de nouveaux modèles permettent de considérer des facettes supplémentaires de l offre de service comme les modèles 7P proposé par Berry (1985) et Lovelock (1996) ou 5p2i défendu par Tomasella (2002) et Saucet (2009). Ces nouveaux modèles ne font pas l unanimité; la principale critique fait valoir que les nouvelles facettes mises en valeur sont déjà présentes à travers les attributs du modèle original des 4P. Dans le cadre de cette recherche, nous avons sélectionné les attributs les plus adaptés à la boulangerie artisanale pour finir sur un modèle personnalisé à 7 facettes : a. Le Produit ou le service. Quels sont-ils? Quels sont leurs qualités? b. La politique Prix. c. La communication (Promotion en anglais). Quels sont le ou les messages? Quels sont les supports? d. La distribution (Place en anglais). Quels sont les canaux de distribution? Comment la boutique est-elle aménagée? Comment l achat est scénarisé? e. La force de vente (People en anglais) 10. Quelle est la fonction des vendeurs et comment sont-ils perçus? f. L Identité sensorielle 11. Comment les 5 sens sont-ils sollicités? g. L Innovation 12. Comment la dynamique d innovation et de veille est-elle organisée? Le ciblage, le positionnement et le mix-marketing font l objet d un compte rendu et d une prévision de planning appelé le plan marketing. 10 Avec le développement des services de ces dernières décennies, des auteurs tels que Berry (1985) et Lovelock (1996) ont proposé un nouveau modèle du mix marketing intitulé «7P» qui comprend en plus des traditionnels 4P, le Process soit l interaction avec le client, le support physique (Physical evidence) et la force de vente (People). Dans le cas de la boulangerie artisanale, ce dernier attribut a été pris en compte car l accueil y apparaît comme la deuxième motivation d achat après la qualité des produits. Voir Goldsmith R. E. (1999), The personalised market place: beyond the 4P, Marketing Intelligence & Planning 17/4 [1999] 178±185, Bradford, UK : MCB University Press. 11 Nouvelle variante du traditionnel 4P du mix marketing, l identité sensorielle a été abordée la première fois par Kotler en 1972 puis a été conceptualisé par Bitner en 1992 avant d être largement étudié au début des années «Le marketing sensoriel montre qu'un consommateur est enclin à passer plus de temps et à dépenser plus d'argent dans un lieu où il se sent bien, stimulé par une musique, une odeur, ou une ambiance générale agréable.» Voir Bernard C. (2005), Le marketing sensoriel dans le mix, <http://librapport.org/getpdf.php?get=391&id=17&pagename=file:download/document%20view> 18 Mai Le marketing mix, en tant que stratégie, intègre l innovation comme un vecteur de positionnement. L innovation est ici perçue à travers la technique qui la caractérise : détecter une idée, construire un projet adapté, mettre en place la nouveauté. Voir Saucet, M., (2008) Innovator, Innover face à la crise, La tour des vents. 17

18 Le marketing opérationnel correspond à la mise en place de ce plan. Une fois que le produit est lancé, il s agit de réaliser, suivre et adapter les actions prévues dans la stratégie. La gestion au quotidien doit être en accord avec le positionnement et satisfaire les attentes du ou des segment(s) de clients ciblé(s). III. L Artisanat, entre tradition et innovation L artisanat se définit par la production d objets ou de services, où le savoir-faire de l homme prime sur la rapidité et la standardisation de la machine. Ses métiers ont refusé les innovations technologiques radicales permises par l industrialisation. Aujourd hui les deux formes de production cohabitent dans une majorité de secteurs d activité et la limite qui les sépare est de moins en moins nette. L artisanat profite de plus en plus de l aide des machines et l industrie améliore constamment la qualité de sa production. La différence tient principalement dans la taille des entreprises : les entreprises artisanales sont généralement petites alors que les entreprises industrielles sont grandes. Pour rester attractif et rentable, l artisanat s est transformé. Certains métiers ont quasiment disparu (ex : chiffonnier, charbonnier, marchand de bois), tandis que d autres survivent et prospèrent (chocolatier, bijoutier, coiffeur, électricien) notamment en proposant des services là où l industrialisation semble ne pas avoir de potentiel. Selon des chiffres de 2008, le secteur artisanal rassemblerait environ entreprises, un chiffre d affaire de 300 milliards d euros et 3,1 millions de travailleurs pour une croissance annuelle supérieure à 2%. Les entreprises artisanales se caractérisent par la nature de leur activité et par leur taille. Elles sont regroupées dans quatre grandes catégories de métiers : l alimentation, le bâtiment, la production ou les services. Et elles emploient généralement moins de 10 personnes. Répartition sectorielle des entreprises artisanales 18

19 L artisanat véhicule un savoir-faire transmis à travers l apprentissage et se reconnaît dans des titres : artisan, maître artisan, maître d apprentissage. Souvent identifié comme représentant la 1 ère force d entreprise de France, l Artisanat agit comme un rempart à la désertification des campagnes et un catalyseur de lien social dans les villes. Le site Internet de l artisanat français 13 énumère 510 métiers d avenir «tournés vers l innovation», dont certains sont anciens (métiers de bouche ou travail du bois, de la pierre, du cuir et des métaux) tandis que d autres sont récents (automobile, audiovisuel). L innovation semble être perçue par les responsables syndicaux du mouvement artisan, comme un accélérateur de croissance, voire une nécessité. Mais pour des métiers qui valorisent le savoir-faire et l expérience, parler d innovation peut prêter à sourire. Un métier correspond à une habilité technique maîtrisée par l homme, de génération en génération et dont le savoir-faire assure une certaine authenticité à l objet produit. Le métier procure à l artisan un statut social particulier, lié aux mythes et aux secrets qui entourent son savoir-faire. Dans «Qu est ce qu un métier» (1998) 14, Michel Descolonges observe que le métier n'est pas réductible à un emploi, à un travail ou à un statut économique et juridique dans la mesure où celui-ci se définit comme l'exercice d'un art. L'œuvre devient le fil conducteur du métier qui s'inscrit dans la durée. Le métier se perpétue et l artisan y imprime sa marque. Mais il peut aussi s altérer lorsque la technique est idéalisée ou lorsque l'économie prend le dessus. Le terme métier est connoté : négativement d abord car les métiers ont longtemps été perçus comme des communautés rétrogrades freinant le changement, ou même dénigrés à cause de leur récupération idéologique par le pouvoir de Vichy. Mais paradoxalement, ces dernières années, le terme a gagné en estime. En effet, aujourd'hui de nombreuses entreprises font passer les emplois pour des métiers, afin de leur redonner une certaine noblesse. En tant que maîtrise technique, le métier fait référence à «l application des connaissances scientifiques» 15. Ce qui signifie qu il s adapte au progrès de la science. Le métier n est pas figé Michèle Descolonges, (1998) Qu'est-ce qu'un métier?, Paris, :PUF, Voir 19

20 dans un passé glorifié ; il s agit d un mélange de savoir-faire traditionnel, de techniques actuelles et de volonté d innover. IV. Un métier artisanal : la boulangerie-pâtisserie L Artisanat est un groupement de plus de 510 métiers, mais un seul est étudié dans cette recherche. La boulangerie-pâtisserie a été choisi pour représenter l ensemble de l Artisanat. Plusieurs raisons expliquent ce choix. Les boulangers se portent bien économiquement. Le taux de marge brut est resté stable malgré l augmentation du prix des matières premières. En 2008, toute distribution confondue dans le commerce alimentaire, les artisans et commerçants spécialisés ne représentaient que 16,6 % du marché (17,7% en 1999) ; les grandes surfaces et autres hypers dominant largement le marché. Mais dans la vente de pain, la boulangerie artisanale résiste très bien en s appropriant 60% du marché en valeur (INSEE, Xerfi). La filière a su se remettre en question et procéder à des repositionnements successifs. Elle a défendu ses intérêts dans les années 1990 en imposant des règlementations, pour marquer sa différence avec les industriels. Dans les années 2000, elle a trouvé des relais de croissance d abord dans la pâtisserie, puis dans la sandwicherie. Les organisations syndicales de la filière sont organisées et dynamiques. Les boulangers peuvent recourir à un Syndicat départemental, une Confédération nationale et un Institut national de veille et de formation-conseil. Ce dernier est à l origine d un «supplément technique» publié y a deux ans 16 traitant de l innovation et du marketing. Ce supplément accompagnant le magazine de la Confédération a été envoyé à boulangers. Simple et clair, il résumait parfaitement les points-clefs du processus d innovation et de la démarche marketing. Enfin, il est pratique d étudier la boulangerie, car il y en a littéralement à chaque coin de rue. La boulangerie est sans doute un des métiers les plus représentés avec entreprises et emplois directs (INSEE et EAE Commerce 2006, 2008). 16 INBP (2007) Supplément technique Innovation, Octobre 2007, n 89, Paris : S.O.T.A.L. 20

21 La boulangerie-pâtisserie est un secteur traditionnel innovant. Les boulangers maîtrisent 60% du marché du pain et s arrangent pour tenir les industriels à distance. Traditionnellement performants dans l innovation de produit, ils sont de plus secondés par des minotiers proposant toujours de nouvelles recettes. Ces derniers mettent à disposition des boulangers des marques de pains bénéficiant d une démarche de communication semblable aux produits de grande consommation avec d importantes campagnes de publicité. Les pains Banette, Baguépi et autres Rétrodor sont vendus dans des centaines de points de vente, respectant un cahier des charges de fabrication et de présentation. Par ailleurs, les boulangers utilisent de nombreuses machines (tour réfrigérée, batteur mélangeur, laminoir, armoire pâtissière, armoire de congélation, four pâtissier, cellule de surgélation) 17. Aujourd hui le boulanger ne commence plus sa journée à 1h du matin, mais plutôt vers 5 ou 6 h, car il peut préparer des pâtons la veille et les garder au frais prêts à enfourner. Les différentes étapes de la fabrication de pains, pâtisseries et autres viennoiseries sont ainsi raccourcies et facilitées. Par contre, ils profitent moins des dernières avancés en marketing, pratiquées notamment dans la grande distribution ou les chaînes alimentaires (Mezzo di Pasta, Starbucks, McDonald s, etc.). Il n existe pas vraiment une communication intégrée à l ensemble de la filière, mais seulement des initiatives isolées ou regroupées autour de certains meuniers. La vitrine ne joue pas son rôle d accroche. Il n y a ni produit d appel, ni PLV. La disposition des produits dans les linéaires est encombrée. L acte d achat n est pas scénarisé et se limite à de la distribution rapide. 1. Le pain a marqué l Histoire Sur son site internet, l INBP 18 présente l Histoire de la boulangerie. Sur plusieurs pages, deux spécialistes de la boulangerie l historien Steven, L. Kaplan et le chercheur à l INRA de Nantes, Hubert Chiron décortiquent les événements qui ont marqué le métier. Il y apparaît que la boulangerie est un métier très ancien qui s est développé en parallèle à l agriculture. Dès son apparition, vers avant JC, l homme préparait des galettes de céréales non fermentées, cuites au moment des repas. Plus tard, dans l Egypte antique, sont apparus les premiers Voir la fiche de l APCE sur la boulangerie pâtisserie artisanale réactualisée en

22 boulangers de l Histoire avec «le croc à feu», confectionnant à partir d orge et de blé amidonné entre 15 et 40 variétés de pains et pâtisseries. Avec le temps, la technique s est améliorée et répandue : Grèce antique, royaume Perse, Empire romain et tout le bassin méditerranéen. Le pain prend une dimension universelle et symbolique avec l essor du Christianisme. Les textes sacrés Ancien et Nouveau Testament en font mention plus de 400 fois. Les chrétiens en perpétuent le symbolisme, comme dans la Cène où le Christ distribue le pain qui représente son corps ou dans la prière au père : donnes-nous notre pain quotidien. Dans le Moyen-Age Français, le pain reste un aliment de base : une tranche de pain légèrement rassis est même utilisée comme assiette. En 1080 apparaissent les premiers moulins à vent. Toute nouvelle ville se construit autour d une Eglise et d un four seigneurial. Géré par un agent, le fournier, la cuisson du pain est sujette à l impôt : le ban, qui équivaut à 1 tourte pour une quinzaine de cuites. Les boulangers, appelés jusqu à la fin du 12 e siècle les talmeliers, s organisent dans une corporation puissante. Une police du pain et des farines se crée en Elle fixe les prix, oblige la pesée sur le lieu de vente, ainsi que le poinçonnage du boulanger. En réaction, apparaissent de petits pains ou pains fantaisie, pour contourner la réglementation et satisfaire une clientèle riche. Les pains sont généralement ronds mais sont de différentes compositions, selon le pouvoir d achat de la clientèle, les pays et les modes : peu hydraté mais nourrissant pour les pauvres, avec de la farine de froment pour les riches, léger et avec de la levure de bière chez les Hollandais, alvéolé chez les Italiens, brié, blanc et ferme au 16 ème siècle, etc. A la fin du 17 e siècle, le boulanger arrête de moudre lui-même son pain et abandonne cette tâche au minotier, qui en profite pour améliorer la technique et augmenter les volumes. Ce dernier expérimente de nouvelles meules pour obtenir une farine plus fine et plus blanche. En 1750, les premières grandes entreprises du secteur se forment à la périphérie de Paris (moulin de Corbeil). L utilisation du levain s intensifie et les méthodes de panification se diversifient. Les pains longs dits à grigne apparaissent et préfigurent la baguette. Des scientifiques comme Beccari, Kessel, Duhamel de Monceau étudient les propriétés du gluten, les techniques de conservation de la farine et la mouture. En 1788, une école de boulangerie est fondée à Paris par Parmentier, celui qui importa la pomme de terre en France. 22

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

DEVENIR. L apprentissage BOULANGER BOULANGER. Votre Avenir professionnel se prépare aujourd hui. Boulanger. www.boulangerie.org

DEVENIR. L apprentissage BOULANGER BOULANGER. Votre Avenir professionnel se prépare aujourd hui. Boulanger. www.boulangerie.org DEVENIR Boulanger L apprentissage La profession de boulanger compte parmi les authentiques métiers de tradition et de savoir-faire qui associent tour de main et technologie. L apprentissage en est la première

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

BP BOULANGER / BAC PRO BOULANGER-PÂTISSIER. Environnement économique et juridique. r e d i

BP BOULANGER / BAC PRO BOULANGER-PÂTISSIER. Environnement économique et juridique. r e d i D BP BOULANGER / BAC PRO BOULANGER-PÂTISSIER r ye er &Herv ém Mey r ie e d i Environnement économique et juridique Gep Éditions / Eyrolles Éducation, 2013 ISBN : 978-2-84425-921-9 2 LE SECTEUR PROFESSIONNEL

Plus en détail

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 6 L'ACTIVITÉ DE LA BOULANGERIE

Plus en détail

Neuhauser, leader européen en boulangerie et viennoiserie. Créateur de traditions

Neuhauser, leader européen en boulangerie et viennoiserie. Créateur de traditions Neuhauser, leader européen en boulangerie et viennoiserie. Créateur de traditions Neuhauser, un esprit de famille Tout petit déjà, Alfred Neuhauser affiche une vocation bien déterminée! Neuhauser est une

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Transformation Digitale

Transformation Digitale M M A R K E N T I V E Transformation Digitale des entreprises www.markentive.fr Agence de Stratégie Digitale à Paris 14, Rue Mandar 75002 PARIS +33 (0)1.56.88.49.03 contact@markentive.com 2 Sommaire A

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Association nationale de la meunerie française

Association nationale de la meunerie française Association nationale de la meunerie française LA MEUNERIE FRANCAISE : ses entreprises, ses marchés t tla t structure des entreprises de la meunerie française La meunerie française est composée de 373

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

La diversification des marques de presse professionnelle. Etude quantitative en ligne (2009)

La diversification des marques de presse professionnelle. Etude quantitative en ligne (2009) La diversification des marques de presse professionnelle Etude quantitative en ligne (2009) Presse Pro initie la première étude sur les diversifications des marques médias professionnelles La presse professionnelle

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Le Code Génétique de la Marque

Le Code Génétique de la Marque Le Code Génétique de la Marque Le clé pour identifier et renforcer durablement le modèle de reussite de la marque Société de conseil international en gestion stratégique et opérationnelle des marques 39,

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

1. Définition - Accès à la profession... 7. 2. Typologie des intervenants... 8. a. Les réseaux de constructeurs... 9 b. Les réseaux indépendants...

1. Définition - Accès à la profession... 7. 2. Typologie des intervenants... 8. a. Les réseaux de constructeurs... 9 b. Les réseaux indépendants... Garage 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME

LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME LE PROFIL DU E-COMMERÇANT - Spécial TPE/PME 2015 Oxatis KPMG CONTEXTE ET METHODOLOGIE Contexte et méthodologie Oxatis Leader européen des sites marchands pour Commerçants, TPE et PME en mode SaaS Créé

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

Le marketing du tourisme

Le marketing du tourisme Christine Petr Le marketing du tourisme 2 e édition Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072242-6 Sommaire Avant-propos 7 Chapitre

Plus en détail

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION»

CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» CONCOURS DE L'AGREGATION INTERNE «ECONOMIE ET GESTION» SESSION 2002 EPREUVE PORTANT SUR LES TECHNIQUES DE GESTION ET COMPORTANT DES ASPECTS PEDAGOGIQUES DOMAINE : économie et gestion commerciale Durée

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

Plan Défi Biotech Santé

Plan Défi Biotech Santé Plan Défi Biotech Santé Positionnement Concurrentiel et Commercial Présentation de l opération 24 novembre 2011 24 novembre 2011 1/20 2011 Intervenants Denis le Bouteiller, responsable de la mission Expérience

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure 1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 2 SOMMAIRE Green is better : Un concept innovant La genèse L innovation Green is better Les valeurs Green is better

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014

Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 Ecostat Numéro 142 - Février 2015 Les ventes d horlogerie-bijouterie en France en 2014 5,08 milliards d euros TTC en 2014 (- 1 % par rapport à 2013) Source : Société 5 A noter que le chiffre d affaires

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

Un concept de pâtisserie original

Un concept de pâtisserie original Un concept de pâtisserie original L enseigne de pâtisserie d origine luxembourgeoise Lux Cupcakes veut se développer en franchise en France. C est lors de plusieurs séjours aux États-Unis que Christine

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni

Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni Implémentation d une solution voyages et notes de frais chez Leoni A propos de Leoni Equipementier automobile de rang 1 -parmi les plus gros et les plus internationalisés-, Leoni est une société allemande

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Ça tombe bien pour tous

Ça tombe bien pour tous 1 Ça tombe bien pour tous 2 Sommaire Communiqué de Presse Situation Groupe CADYST-INVEST Pôle Alimentaire du Groupe: LA PASTA S.A. & PANZANI CAMEROUN La Qualité au cœur des process Norme ISO 9001: 2008

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Le pain est un des principaux aliments des hommes depuis la préhistoire. Il existe partout dans le monde, sous des formes différentes

Le pain est un des principaux aliments des hommes depuis la préhistoire. Il existe partout dans le monde, sous des formes différentes Le pain est un des principaux aliments des hommes depuis la préhistoire. Il existe partout dans le monde, sous des formes différentes et nombreuses. Chaque région de France a sa propre spécialité de pain.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

RESTAURATION TRADITIONNELLE

RESTAURATION TRADITIONNELLE RESTAURATION TRADITIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 7 LES POINTS

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Original. Lafleur_doc_pamphlet_FR_F.indd 1

Original. Lafleur_doc_pamphlet_FR_F.indd 1 t n e m u c Do s é s i h c n fra Original I Lafleur_doc_pamphlet_FR_F.indd 1 13-05-06 14:48 Lafleur_doc_pamphlet_FR_F.indd 2 13-05-06 14:49 Historique de l entreprise Saviez-vous que le premier établissement

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail