REMERCIEMENTS. Madame Maria Gabrielle CAIRO, Juriste, diplômée en victimologie et coach certifiée.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REMERCIEMENTS. Madame Maria Gabrielle CAIRO, Juriste, diplômée en victimologie et coach certifiée."

Transcription

1

2 REMERCIEMENTS Le Président de la Section Communication, Monsieur Bernard DELRAN, la Vice-Présidente Madame Linda ADRIA et le Rapporteur Monsieur Jean COTTAVE, ainsi que l ensemble des conseillers du CESER tiennent à remercier les personnes auditionnées pour la qualité de leur témoignage et la confiance accordée pour la réalisation de cette étude. Monsieur Jean-François BOURGEOT, Directeur du Festival international du cinéma Méditerranéen de Montpellier «Cinemed» et journaliste à Midi Libre. Madame Maria Gabrielle CAIRO, Juriste, diplômée en victimologie et coach certifiée. Monsieur Benoît CALIFANO, Directeur de l Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) à Montpellier. Madame Coline ERLHIMAN, Déléguée Régionale aux Droits des femmes et à l égalité. Madame Karline GABORIT, avocate, Présidente de l'association «Via Femina Fama» et Coordinatrice Générale du programme européen DAPHNE. Madame Emmanuelle JACQUES, Directrice du Département Arts plastiques à l'université Paul Valéry, Montpellier III.

3 Madame Valérie LUCAS, Directrice du Centre d Information Des Femmes et des Familles (CIDFF) de Lozère. Madame Katia MARTIN - MARESCOT de l Association Pandora, à propos de la section «Paroles de femmes» du «Festival des très courts» de Montpellier. Madame Michèle MERCADIER, Présidente de l Union Régionale des Centres d Information sur les Droits des Femmes et des Familles. Madame Nathalie PROVENZANO-MARTINEZ, Doctorante, spécialiste des jeux vidéo, Master 2 professionnel «Fictions numériques», Université Montpellier III, Département Arts plastiques. Madame Anne-Marie SIRMAIN, Directrice du CIDFF Hérault. Madame Sophie VANEECKE, Membre du Bureau de l'association des Journalistes Européens (AJE). Madame Flavia VARGAS de Fest Afilm, Festival du film francophone et lusophone de Montpellier.

4 Ce rapport a été réalisé par les membres de la Section Communication du Conseil Economique, Social et Environnemental Régional Languedoc-Roussillon (CESER). Membres de la Section : - Mme Linda ADRIA - M. Jacques GRAVEGEAL - M. Jean-Claude ARTUS - Mme Muriel LARGUIER - M. Lucien BERNARD - M. Bruno LIBOUREL - M. Pierre-François CANET - M. Cédric MARROT - M. Pierre CHATEL - Mme Michèle MERCADIER - Mme Françoise D AZEMAR - M. M Hamed OUCHKER - M. Bernard DELRAN - Mme Josiane RICARD - Mme Anne DEVAILLY - Mme Josiane ROSIER - M. Bernard DUPIN Membres Extérieurs de la Section : - Mme Sylvie BROUILLET - M. Jean COTTAVE - Mme Raphaëlle CHALIE - M. Jean-Jacques COURT - Mme Marie-Christine CHAZE - M. Francis ZAMPONI Assistance Technique : Madame Claude RICHARD, Chargée d études.

5 SOMMAIRE Introduction 2 1. Diagnostic 6 1.1/ L'influence de l'éducation et de la société, source de violences pérennes et persistantes / La violence, symptôme de prééminence d un genre porte atteinte au principe d égalité / Le genre et la construction identitaire : quelles conséquences sociales? 8 1.2/ Les représentations médiatiques contribuent à la construction des normes sociales / L'image des femmes présentée dans les médias est en décalage avec la réalité / L influence des nouveaux médias sur les représentations Les actions mises en place pour lutter et prévenir les violences faites aux femmes et aux enfants dans les médias / Au niveau International et Européen / Au niveau national / En Languedoc-Roussillon Les préconisations et les pistes d'interventions proposées par le CESER 24 Axe 1 : Education, Information, Recherche et Statistiques 24 Axe 2 : Prévention des violences et accompagnement des victimes 24 Axe 3 : Médias 25 Axe 4 : Favoriser l implication des Collectivités locales 25 Bibliographie et Annexe 26

6 «Les violences faites aux femmes et les médias» Le 18 septembre 2013, «Midi - Libre» titre : «Pyrénées Orientales : l'implacable assassinat d'une mère de famille». Il s'agit de Rosine R., 43 ans, mère de 3 enfants, employée au Musée d'art Moderne de Céret. Une histoire qui pourrait être banale : un ex-concubin qui n'accepte pas la séparation, la harcèle et vient même la menacer de mort sur son lieu de travail. Rosine R. se décide à porter plainte auprès du procureur de la République de Perpignan qui demande une enquête à la gendarmerie. Elle y sera entendue...3 jours avant sa mort. Ce dénouement particulièrement tragique, met en lumière la solitude et les difficultés des femmes confrontées à des violences, en particulier dans la sphère privée : violences dont elles ont le plus grand mal à sortir, dans le déni puis la honte de les accepter sans rien dire. Et lorsqu'elles osent enfin appeler à l'aide, la réponse est souvent inadaptée. Ce drame ne doit cependant pas faire oublier le «chiffre noir» des violences faites aux femmes. En effet, 80 % des femmes victimes ne disent rien, et sur les 20 % qui font un signalement ou déposent une plainte, 10 % seulement iront jusqu'au bout 1 de leur démarche. Le titre de l'article «L'implacable assassinat d'une mère de famille» véhicule également une certaine image de la femme. Le vocabulaire utilisé et la manière de présenter les événements sont autant de messages diffusés par les médias qui colorent d'une manière particulière les représentations et les événements. Ainsi, le titre de «Midi - Libre» annonce la mort de Rosine R. comme si elle était inévitable. Les faits de violences qui concernent les femmes dans la vie quotidienne, le plus souvent dans la sphère privée, sont encore mal connus, bien qu'ils existent dans la plupart des pays. Au 20 ème siècle, la prise de conscience est d'abord internationale. Le 18/12/1979, l'assemblée de l'organisation des Nations Unies adopte la Convention d'élimination de toutes les discriminations à l'égard des femmes, qui sera ratifiée par vingt pays. Puis, en 1993, les Nations Unies définissent la violence de genre, qui découle «des rapports de forces historiques inégaux entre hommes et femmes qui ont 1 Sources : Ouvrage collectif réalisé par les barreaux européens partenaires du programme Européen Daphné, «Violences conjugales, guide à usage des victimes et des professionnels : découvrir et comprendre, détecter, protéger et accompagner, agir ensemble pour en finir!», 2013 et Observatoire National de la Délinquance et des Réponses Pénales (ONRDP), Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice (INHESJ), «Repères n 15», «Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage»

7 abouti à la domination du sexe féminin par le sexe masculin et à la discrimination des femmes». En 2011, l'organisation des Nations Unies concrétisera d'ailleurs son combat pour l'égalité des sexes par la création de «l'onu Femmes». En 1997, l'europe prend le relais et la Commission Européenne adopte le programme Daphné qui met en place une politique multidimensionnelle de protection des violences faites aux femmes. Les premières études statistiques commencent à cerner ces violences à partir de et montrent la nécessité de mettre en place des politiques publiques spécifiques. La France adopte le 9/07/2010 une nouvelle loi spécifique qui crée une Ordonnance de protection pour les femmes victimes de violences conjugales. Enfin, sous l'influence de la Directive Européenne du 25 octobre 2012, transférable obligatoirement dans les Etats membres d'ici le 16 novembre 2015, ces derniers ont l'obligation d'adopter une loi interne de protection de genre. Le statut juridique des femmes et le caractère caché de ces violences, très rarement dénoncées par les victimes, expliquent sans doute leur prise en compte tardive. Par ailleurs, l'évolution juridique en France s'est attachée à rendre progressivement aux femmes la plénitude de leurs droits 3, mais l'égalité dans les faits reste encore difficile à mettre en œuvre et les acquis semblent souvent fragiles... Ainsi, la Ministre aux droits des femmes, continue à mettre en place des plans d'accompagnement pour l'égalité et pour lutter contre les violences faites aux femmes. Les statistiques montrent d ailleurs sans ambiguïté la lenteur des évolutions sociales en cours 4. 2 En France, Espagne, Grèce, Norvège, Grande Bretagne et Italie. En France, l'enquête ENVEFF, coordonnée par Maryse Jaspart de l'ined, Université Paris 1, cherche à cerner les violences faites aux femmes. En 2010, cette enquête révèle les inégalités territoriales des aides aux victimes. En 2013, Christine Hamel de l'ined, met en place l'enquête VIRAGE (Violence et rapports de genre), davantage axée sur le harcèlement sexuel et moral au travail. 3 De la suppression de l'incapacité juridique de la femme mariée en 1938, du droit de vote et d'éligibilité en 1944 à l'inscription dans la Constitution en 2008 de l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales... 4 L Observatoire des inégalités (http://inegalites.fr), a fait les constations suivantes, à partir de deux enquêtes de l INSEE : - l enquête «Emploi du temps , personnes de 15 ans et plus en France métropolitaine» constate qu en moyenne les femmes consacrent 3 h 52 par jour aux tâches domestiques contre 2 h 24 pour les hommes. Quant Aux loisirs (TV, lecture, sport ) les femmes y consacrent en moyenne 3 h 46 par jour et les hommes 4 h l enquête INSEE «France métropolitaine : actifs ayant un emploi» note que pour - les 3 actifs - ayant un emploi, «le temps journalier consacré par les femmes au travail domestique à baissé de 22 minutes depuis 1999 et celui des hommes a progressé d une petite minute».

8 Par exemple, si les «nouveaux pères» consacrent plus de temps à leurs enfants, leur participation aux tâches ménagères reste inférieure à celle des femmes et progresse très peu. Or le temps consacré à la vie familiale laisse moins de loisirs aux femmes pour s investir dans la vie professionnelle, politique ou sociale. Les différentes facettes de cette réalité sociale et notamment la persistance des violences faites aux femmes, thème du Programme Européen Daphné mis en place par la Direction Générale Justice et Libertés de la Commission Européenne, ont incité les membres de la Section Communication du CESER à la réflexion. En effet, après des travaux sur la Presse Quotidienne Régionale, l éducation à l image, les nouveaux médias et la qualité de l information médiatique, la Section Communication a souhaité étudier la manière dont les Médias traitent d un sujet transversal à la société

9 PLAN 1. Diagnostic 1.1/ L'influence de l'éducation et de la société, source de violences pérennes et persistantes 1.1.1/ La violence, symptôme de prééminence d un genre porte atteinte au principe d égalité sociales? 1.1.2/ Le genre et la construction identitaire : quelles conséquences 1.2/ Les représentations médiatiques contribuent à la construction des normes sociales 1.2.1/ L'image des femmes présentée dans les médias est en décalage avec la réalité 1.2.2/ L influence des nouveaux médias sur les représentations 2. Les actions mises en place pour lutter et prévenir les violences faites aux femmes et aux enfants dans les médias 2.1/ Au niveau International et Européen 2.2/ Au niveau national 2.3/ En Languedoc-Roussillon 3. Les préconisations et les pistes d'interventions proposées par le CESER Axe 1 : Education, Information, Recherche et Statistiques Axe 2 : Prévention des violences et accompagnement des victimes Axe 3 : Médias Axe 4 : Favoriser l implication des Collectivités locales - 5 -

10 1. Diagnostic L ampleur des violences faites aux femmes en France est extrêmement préoccupante 5 : En effet, 1 femme sur 10 est victime chaque année de violences commises par leur conjoint ou ex-conjoint, soit femmes en deux ans. Pourtant, elles ne déposent plainte qu une fois sur dix, alors que 122 femmes sont mortes en 2011 sous les coups de leurs conjoints. Enfin, 1 femme sur 7 a été insultée au cours des deux dernières années et dans plus de la moitié des cas, les injures utilisées sont à caractère sexiste 6. Quelles sont les raisons de ces violences à l encontre des femmes, pourquoi sontelles si difficiles à appréhender et si peu dénoncées par les victimes elles mêmes? Alors qu il s agit d un phénomène ancien et persistant partiellement connu des statistiques, puisque 80 % des victimes de violences intra ménage ne se sont pas déplacées au poste de police ou de gendarmerie, alors que 52 % d'entre elles déclarent les dommages psychologiques dus aux actes de violence subis comme «plutôt importants, voire très importants» / L'influence de l'éducation et de la société, source de violences pérennes et persistantes L'histoire sociale comme les statistiques indiquent que lors de relations hommes/femmes conflictuelles, les femmes sont les principales victimes de violences, notamment lorsqu'il s'agit de relations amoureuses et affectives. Le lieu de prédilection de ces violences est la famille. 5 Source : Conférence de clôture du colloque «L avocat des femmes victimes de violences» à Nîmes le 7/06/ Le sexisme est un terme apparu dans les années 1960 en parallèle avec l'essor du féminisme. Ce mot, calqué sur racisme, a pour vocation de dénoncer les croyances, valeurs et attitudes fondées sur des modèles stéréotypés et intériorisés, bref, la construction genrée de la société. Le sexisme divise les rôles, habiletés, intérêts et comportements selon le sexe. Les effets principaux sont la discrimination envers l'un des sexes et l'aliénation des deux sexes (Source : Wikipédia). 7 Source : voir note 1, page

11 1.1.1/ La violence, symptôme de prééminence d un genre porte atteinte au principe d égalité 8 : Ces violences peuvent être directes, physique et morales à la fois (coups, viols, meurtres), ou détournées (attitudes, plaisanteries, comportements ambigus, publications, ainsi que toutes les atteintes à la dignité des femmes). Dans ce dernier cas elles n'en sont que plus pernicieuses et difficiles à prouver. Les enfants, qui sont au mieux spectateurs, risquent de devenir bourreaux ou victimes à leur tour, en fonction du rôle qu'ils choisiront, consciemment ou pas. Dans tous les cas, ces violences visent à assurer la domination d'un genre sur l'autre. Le cas particulier des violences intra familiales 9 Les statistiques signalent la famille comme un lieu de violences spécifiques, liées à une domination renforcée par un processus d'emprise, qui s'appuie sur un lien affectif et amoureux. Il s'agit d'un continuum de violences progressif qui va de la lune de miel au déni, en passant par le dénigrement, la culpabilisation et les coups. Cette spirale de violences peut aller jusqu au meurtre si le cycle n est pas interrompu. Dans ce contexte, les victimes, qui connaissent souvent leur agresseur, sont de plus en plus isolées, et osent rarement porter plainte. D'où la nécessité de mettre en place des actions spécifiques 10 pour repérer, informer et protéger les victimes et leur permettre de se reconstruire, puis de se réinsérer socialement. Ce travail complexe suppose l'intervention de multiples professionnels qui doivent être formés, notamment pour déceler les violences 11 : policiers, professionnels de santé, avocats, juges, travailleurs sociaux, formateurs... 8 Source : Auditions du 16 novembre 2011 de Mesdames Michèle Mercadier, Valérie Lucas et Anne-Marie Sirmain de l Union Régionale des Centres d Information Des Femmes et des Familles (UR-CIDFF) Source : audition le 25 avril 2012 de Madame Coline Erlhiman, Déléguée Régionale aux Droits des Femmes et à l Egalité (DRDFE) du Languedoc-Roussillon. 11 Comme le recommande la Directive européenne du 25 octobre

12 1.1.2/ Le genre et la construction identitaire : quelles conséquences sociales? La critique du sexisme dénonce l'idée selon laquelle les caractéristiques différentes des deux genres, masculin et féminin, impliqueraient l'attribution de rôles, droits et devoirs distincts dans la société. Elle dénonce cette construction genrée de la société qui attribue un caractère, un rôle, des prédispositions physiques et affectives selon le sexe. Il convient donc de distinguer les notions de sexe 12 et de genre. Le genre est «l ensemble des règles implicites et explicites régissant les travaux des hommes et des femmes, c'est-à-dire les valeurs et/ou les rôles sociaux attribués aux hommes et aux femmes». La formation de l identité sexuelle s accompagne de la transmission de rôles, mais aussi de clichés et de stéréotypes de genre, véhiculés aussi bien par la famille que par la société. Or, l éducation familiale et sociale, notamment scolaire, est primordiale dans la transmission ou non de ces rôles. Les femmes, qui sont souvent des éducatrices dans le domaine familial et/ou professionnel, peuvent être amenées à reproduire inconsciemment ou non, les rôles intégrés dès l enfance. 13 Les constructions identitaires des filles et des garçons peuvent s'en trouver perturbées. La société conforte en effet les rôles traditionnels des hommes et des femmes Il est significatif à cet égard de noter que l'image des femmes est en décalage avec leur rôle personnel et professionnel dans la vie quotidienne. Comme les statistiques l'indiquent, les femmes continuent fréquemment d assurer la majorité des tâches ménagères et des soins aux enfants, et manquent de temps pour s'investir dans la vie politique et sociale (poste à responsabilité, syndicats, partis politiques, associations..). L investissement temporel des hommes dans les tâches ménagères progresse très lentement 14, tandis que les pères s investissent davantage dans les soins aux enfants. Au niveau professionnel, les femmes se heurtent au «plafond de verre» 15 et rencontrent des difficultés pour articuler les temps sociaux. 12 Il s'agit dans ce cas du sexe biologique (mâle et femelle) 13 La même problématique de reproduction des rôles existe pour les hommes, puisque les rôles masculins et féminins sont liés. 14 Source : voir note 5, page Le plafond de verre (de l'anglais glass ceiling) est une expression apparue aux Etats-Unis à la fin des années Elle reprend une notion présente dans le film d'elia Kazan, «Le Mur invisible» (1947). Elle s'est fait connaître en 1986 suite à un article publié dans le Wall Street Journal ; elle désigne le fait que, dans une structure hiérarchique, les niveaux - 8-

13 Si les représentations sociales des femmes sont en décalage avec la réalité, qu'en est-il des représentations médiatiques? 1.2/ Les représentations médiatiques contribuent à la construction des normes sociales 1.2.1/ L'image des femmes présentée dans les médias est en décalage avec la réalité Ni les représentations sociales 16, ni les représentations médiatiques ne sont «le reflet de la réalité, mais donnent à voir une mise en forme, voire une mise en ordre de la réalité, visant non seulement à expliciter un ordre social établi, mais aussi à le légitimer 17». Le sociologue Eric MACE 18, conforte cette idée par sa définition des médias. D'après lui, les médias sont : - «constructivistes» car ils donnent leur propre vision du monde en même temps que la réalité observée, - «hyperréalistes», car ils minorent les groupes socialement faibles (par exemple les femmes) et majorent ceux qui détiennent le pouvoir social, -«prescriptifs» car ils contribuent à la construction de notre réalité. De même les observations quantitatives et qualitatives du Rapport Reiser/Grésy et de l étude des médias français par le GMMP confirment, alors que les femmes représentent environ 51 % de la population, les constats suivants : - sur le plan quantitatif : les femmes sont absentes ou sous-représentées dans les médias traditionnels (presse, radio, TV). Ainsi, en 2010, en France, 24 % des informations ont pour objet ou sujet les femmes contre 76 % pour les hommes, même s'il y a une lente supérieurs ne sont pas accessibles à certaines catégories de personnes. 16 Source : Que Sais Je? sur «Les représentations sociales» de Pierre Mannoni, éditions PUF, Source : Rapport Reiser/Grésy sur «L image des femmes dans les médias» de Sociologue, professeur à l Université de Bordeaux, Eric Macé a publié de nombreux ouvrages sur les médias, la violence et les problèmes de genre. 19 Source citée, note 17, page Sources : - audition de Monsieur Benoit Califano, Directeur de l Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) de Montpellier, le 19 septembre 2012 et statistiques mondiales et françaises du GMMP (Global Média Monitoring Project, Observatoire mondial des médias qui mène depuis 15 ans la recherche la plus étendue et la plus substantielle portant sur le genre dans les médias d information) : voir notamment le Rapport du GMMP de 2010 «Qui figure dans les nouvelles?» et les statistiques sur le site : ) - 9 -

14 progression des statistiques féminines 21. De plus, le point de vue des femmes est rarement évoqué dans les médias, ce qui débouche sur une représentation du monde centrée sur les hommes et leur manière de voir. - sur le plan qualitatif : la figure médiatique des femmes est soit celle d une femme ordinaire, soit celle d une «star», rarement une figure d autorité. De fait, 1 expert sur 5 interrogé par les médias est une femme. Quant aux sujets d information concernant le travail et la vie sociale des femmes, ils sont rarement traités. Le traitement particulier des violences faites aux femmes 22 Elles sont cantonnées aux «faits divers», avec un vocabulaire qui minimise le plus souvent le comportement de l agresseur et qui contribue à donner une image stéréotypée de victime passive des femmes, sans chercher à replacer les violences subies dans leur contexte 23 (par exemple, les femmes sont présentées économiquement comme des «victimes de la crise», sans analyse de fond sur les raisons sociales de leur pauvreté : famille mono parentale, emplois précaires, etc..). Cependant, informer sur ces violences représente une gageure pour les journalistes qui ont du mal à accéder à des informations fiables et vérifiables, avec des victimes silencieuses et des agresseurs starifiés. Quant aux chiffres, ils habillent pudiquement une réalité avec laquelle les lecteurs ne sont pas en contact Source GMMP : de 17 % il y 15 ans à 24 % en et aux enfants lorsqu'il s'agit de faits intra familiaux. 23 Sources: Rapport Reiser/ Grésy (note 17, page 6) ; Audition de Monsieur Benoit Califano ; Rapport et statistiques du GMMP (cités en note 20, page 7) Intervention le 2/07/2013, devant la Section Communication du CESER de Madame Sophie Vaneecke, Journaliste

15 La publicité qui constitue un apport financier important pour les médias ne relève pas de leur responsabilité. Cependant, elle apporte des illustrations au sein même des supports, et offre entre autres des images qui reflètent une certaine normativité des corps (le jeune mannequin est un modèle absolu). Or, le rapport au corps et au désir est l'un des enjeux de la modernité des femmes 25, et les images stéréotypées de certains mannequins peuvent conduire à l'anorexie tout comme les concours de «Mini Miss» mettent en valeur l'hyper sexualisation des petites filles 26. Il suffit de se référer à la définition du sexisme selon Sylvie Schweitzer 27 pour se rendre compte de l'importance du corps comme enjeu de pouvoir : «Le sexisme le plus flagrant et le plus socialement admis reste ancré dans le corps des femmes, qu'il s'agisse de la sexualité (forcément dominée), comme de la maternité qui leur est sociologiquement réservée. Et c'est bien dans cette nature des genres qu'à depuis toujours puisé ses arguments, la domination sociale des hommes : la différence biologique (que l'on peut résumer à l'enfantement) a bel et bien légitimé une différence des droits sociaux». Pour dénouer ou contourner le problème, Sylvie Schweitzer propose de renvoyer à la parentalité du couple, plutôt qu'à la maternité. Quelle place pour les femmes dans les rédactions? Si les violences faites aux femmes sont peu couvertes par les médias, faut-il en chercher la raison dans le petit nombre de femmes aux postes stratégiques d'information, comme Rédacteurs en chef ou Directeurs de rédaction? De fait, 1 Rédacteur en chef sur 3 est une femme et 27 % des femmes sont à des postes de Direction. Or ce sont des postes clés pour le choix des couvertures, la place et le traitement des informations 28. L influence des femmes dans les choix éditoriaux progresse cependant, même si elle n est pas encore égalitaire Source : Rapport Reiser/Grésy cité en note 17, page Rapport Jouanno : «Contre l hypersexualisation, un nouveau combat pour l égalité», mars In «Femmes, hommes : penser l'égalité», ouvrage collectif sous la Direction de Sandrine Dauphin et Régine Sénac, Paris, La Documentation Française, 2012 (page 188). 28 A noter cependant la nomination de Madame Nathalie Nougayrède en mars 2013, qui cumule les fonctions de 29 Directrice de la rédaction et de Directrice du journal «Le Monde». C'est la première femme Directrice du journal depuis sa création en 1944 par Hubert Beuve-Méry. Sources : voir note 20, page

16 Et pourtant les Médias constituent des «leviers de progrès» pour inciter au débat public et donc à l évolution de la société, avec une influence sans doute au moins égale à celle des éducateurs, des médiateurs et des enseignants Après avoir examiné la manière générale dont les médias reflètent l'image des femmes et traitent des violences qui leur sont faites, il a semblé important de se pencher plus particulièrement sur le rôle des nouveaux médias en la matière / L influence des nouveaux médias sur les représentations sexuelles et genrées et les violences faites aux femmes, aux jeunes et aux enfants Il faut distinguer : - Les médias traditionnels 30 (radio, TV, presse, cinéma, affichage) sur lesquels s exercent une certaine déontologie et un certain contrôle concernant les représentations Les nouveaux médias qui sont à la fois des outils et des terminaux, interactifs et individualisés et qui bénéficient de l'accès à tous les contenus numérisés, grâce au développement d Internet. Avec les blogs et les réseaux sociaux qui privilégient le témoignage personnel et/ou le commentaire, chacun peut être «journaliste, photographe, vidéaste», avec une audience très large assortie d un contrôle parental et social très difficile à mettre en œuvre. En effet, les citoyens propagent des informations en contournant ou en associant les sites d informations professionnels et ils imposent parfois des sujets et des débats aux rédactions des médias traditionnels Définition reprise lors de la première conférence du Conseil de l'europe des ministres responsables des médias et des nouveaux services de communication, les mai 2009 à Reykjavit en Islande : «Une nouvelle conception des médias?» par Karol Jakubowicz. 31 Accord d autorégulation sur l image des femmes dans les médias avec le Conseil Supérieur de l Audiovisuel (CSA) et Charte de déontologie entre les organismes qui font de la publicité et l Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP) 32 Par exemple, le sujet sur le «Harcèlement de rue» dû à une vidéo amateur postée sur Internet durant l été 2012 (Source : audition de Monsieur Benoît Califano)

17 A ce sujet, il faut noter que l'évolution des manières de s'informer va de pair avec les difficultés économiques de la presse d'information papier : le récent rachat du «Washington Post» par le patron du site de vente en ligne «Amazon», Jeff Bezos en est l'illustration. Un des plus vieux journaux 33 d'information américain disparaît donc sous sa forme papier. Cependant, si Internet, les blogs et les réseaux sociaux semblent libérer la parole des femmes, des jeunes et des enfants qui se sentent moins seuls les internautes sont individuellement confrontés à un univers qui semble familier, avec une impression forte de réalité 34, mais susceptible de tous les travestissements d information et d image, et aux prises avec des violences non médiatisées 35 : commentaires ou témoignages faisant la part belle aux émotions, images de guerre, de sexualité de film X, porno - chic des publicités 36, rendez-vous piégés sur les réseaux sociaux,... Les jeux vidéo, dont certains se jouent collectivement «en ligne», sont également un médium intéressant à prendre en compte, car ils contribuent, de manière importante à la culture des enfants, des jeunes et même des adultes 37. Ils se situent à l'intersection de la réalité et de l'imaginaire, mais les contextes mis en scène comme les rôles attribués participent certainement des représentations masculines ou féminines issues des stéréotypes sociaux. 33 Le premier journal imprimé connu, une gazette hebdomadaire de 4 pages intitulée «Relation aller Fürnemmen und gedenckwürdigen Historien» «Communication de toutes les histoires importantes et mémorables») est lancé à Stasbourg en 1605 par Johann Carolus. 34 Source : audition du 5 mars 2013 de Monsieur Jean-François Bourgeot, Directeur du Festival international du cinéma Méditerranéen de Montpellier «Cinemed» et journaliste à Midi -Libre. 35 Source : introduction du Rapport d information du Sénateur David Assouline du 22 octobre 2008 intitulé : «Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés?» ( ) 36 Source : audition de Madame Coline Erlhiman (voir note 11, page 5) 37 Source citée note 33 page 9 : Extraits du rapport, chapitre I, «A/ La vie numérique des adolescents» : 1/3 des internautes sont des jeunes de 16 à 24 ans, alors qu ils ne représentent que 13 % de la population. «Ils ont créé des usages originaux à tel point que leurs pratiques médiatiques contribuent de manière essentielle à la définition d une «culture jeune». Statistiques concernant «l immersion des jeunes dans la culture médiatique», et notamment les adolescents : 95 % des ans sont internautes et 68 % d entre - eux déclarent se connecter tous les jours ou presque à Internet (Credoc, novembre 2006). Ils surfent en moyenne 12 heures par semaine. 95 % des jeunes de 12 à 18 ans ont leur propre téléphone mobile (TNS media intelligence). De plus, 78 % des garçons et 52% des filles pratiquent les jeux vidéo sur console ou sur ordinateur et 85 % d entre eux jouent sur leur téléphone. «La génération digitale passe globalement 800 heures par an à l école, 80 heures à discuter avec sa famille et heures devant l écran» ;

18 Les avatars féminins ont souvent des apparences et des rôles spécifiques (hyper sexuées, faibles ou guerrières, androgynes.) 38. Souvent conçus par des créateurs masculins, ils reflètent leur imaginaire féminin, au prisme d'une société qui diffuse librement des images pornographiques. Les joueurs peuvent choisir leur avatar et s'ils optent pour le féminin, ils peuvent éventuellement utiliser leurs charmes comme monnaie d'échange. Ces avatars reflètent en effet un culte du corps, présenté comme «une denrée non périssable et hyper consommable» 39. Enfin, la pornographie constitue «un cas particulier de la violence» 40. «Le spectacle pornographique encombre l'esprit des enfants d'images qu'ils n'ont aucun moyen de traiter»...». «Il immerge les enfants dans une conception de la sexualité détachée de l'amour» 41. Quant aux images, pour les enfants «elles ne se distinguent pas tout à fait de la réalité» 42 Pour autant, ces jeux présentent aussi des aspects positifs, en développant des compétences et des habiletés spécifiques. Ils peuvent également constituer des «espaces transitionnels» entre le réel et l'imaginaire, sorte de «doudous interactifs» 43, utilisables pour changer les représentations sociales et les valeurs idéologiques qui les sous-tendent. Et pourquoi pas des «serious games», supports didactiques de réflexion et jeux «de nouveaux rôles»? D'où l'importance de l'éducation à ces nouveaux Médias dès l'école primaire, pour apprendre à les décoder et éveiller l esprit critique face aux discours et aux images qui circulent. On peut relever à cet effet la contribution du Centre de Liaison de l'enseignement des Médias d'information (CLEMI) qui organise chaque année depuis 24 ans la «semaine de la presse et des médias», pour et avec les élèves de l'education Nationale. 38 Source : «Les cahiers du jeu vidéo# 4 Girl power», février Interventions le 2/07/2013 devant la Section Communication du CESER de Mesdames Emmanuelle Jacques, Directrice de recherche à l'université Paul Valéry à Montpellier, et Nathalie Provenzano-Martinez, doctorante spécialiste du genre dans les jeux vidéos. 40 Extrait du Rapport de Madame Blandine Kriegel sur «La violence à la télévision» en Source citée en note 39, page Source citée en note 39, page Intervention de Nathalie Provenzano - Martinez le 2/07/2013 devant la Section Communication du CESER

19 Les Centres Régionaux de Documentation Pédagogique (CRDP) contribuent aussi à ce travail d'éducation par l'apport de documentation pédagogique sur les médias, la lutte contre les stéréotypes ou la violence, dans les Centres de Documentation et d'information des lycées et collèges. Après cette première partie consacrée au diagnostic des violences sociales faites aux femmes et à leur traitement par les médias, il convient de donner un aperçu rapide des actions qui contribuent au niveau international, européen et français à prévenir et à lutter contre les violences faites aux femmes. 2. Les actions mises en place pour lutter et prévenir les violences faites aux femmes et aux enfants dans les Médias Le premier niveau de prévention des violences s'appuie sur le respect des droits de l'homme. Ensuite viennent les textes juridiques ou conventionnels consacrés à l'égalité des droits et les politiques publiques intégrées d'égalité. Puis, les textes juridiques et les politiques de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes. Enfin, les textes, les chartes et les politiques publiques concernant la déontologie des journalistes et le fonctionnement des médias accompagnent cet ensemble. Les acteurs concernés sont nombreux (structures institutionnelles, associations, professionnels et citoyens) et les actions très diversifiées : campagnes d'information et de communication, conférences, numéros verts, sites internet, réseaux, supports éducatifs, formations, accompagnement, recherches, centres d'information, statistiques...chacune ajoute une pierre à l'édifice. En effet, «s'il est possible d'imposer des mesures pour l'égalité entre les femmes et les hommes, il n'est en revanche pas possible de les appliquer avec le seul soutien de celles et ceux qui ont porté la réforme : sans réception positive de la part du plus grand nombre, la politique d'égalité reste lettre morte, d'où l'importance, pour comprendre les avancées et les résistances, d'analyser la manière dont cette égalité est appréhendée» Citation d'elisabeth Elgan in «Femmes, hommes : penser l'égalité», ouvrage collectif sous la Direction de Sandrine Dauphin et Régine Sénac, Paris, La Documentation Française,

20 2.1/ Au niveau International et Européen Au niveau International, sont concernés tous les textes visant les droits de l'homme, le respect de la personne humaine et la lutte contre les discriminations. 45 Concrètement, il est possible d'évoquer : Des actions de communication, notamment par le biais des Organisations Non Gouvernementales (ONG) ou d'associations comme «Amnesty International» qui mènent des campagnes de lutte contre les violences faites aux femmes 46. L'Organisation des Nations Unies à d'ailleurs créé en 2011, «l'onu Femmes», entité spécifique pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Pour les médias, le projet du «Global Monitoring Média Project» (GMMP) se développe pour étudier notamment l'image des femmes au travers de nombreux supports médiatiques dans le monde. Au niveau européen, il est possible de noter, pour ce qui concerne l'égalité, la lutte contre les violences et l'éducation aux médias : L'inscription de l'égalité homme/femme dans les Traités européens et notamment l'article 3 du Traité d'amsterdam du 4/06/1977 qui formalise le fondement juridique de l'intégration de l'égalité dans toutes les politiques. Le texte indique en effet que «La Communauté cherche à éliminer les inégalités et à promouvoir l'égalité entre les femmes et les hommes dans toutes ses activités». La Charte des droits fondamentaux de l'union Européenne en Son l'article 23 énonce : «L'égalité entre les femmes et les hommes doit être assurée dans tous les domaines» Quant à la Charte européenne pour l'égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale, elle a été signée par de nombreuses collectivités locales françaises, dont la Région Languedoc-Roussillon, le 25 novembre Les programmes européens pour l'égalité et les financements du Fonds Social Européen (FSE) notamment, pour des actions de lutte contre les discriminations et de soutien aux publics ayant des difficultés particulières d'insertion. Divers textes pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux enfants et en particulier la Directive européenne du 25 octobre 2012 qui établit des normes minimales concernant les droits, le soutien et la protection des victimes de violences, applicables à l'ensemble des Etats membres d'ici Convention d'élimination de toutes les discriminations à l'égard des femmes adoptée le 18/12/1979 par l'assemblée de l'onu et ratifiée par plus de 20 pays. 46 L'ONU Femmes à rendu son premier rapport annuel , «Pour plus de justice envers les femmes dans le monde» où la situation des femmes en France est évaluée. Son Bureau a également adopté un plan stratégique d'action

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

Un logiciel de contrôle parental, c est quoi?

Un logiciel de contrôle parental, c est quoi? LES LOGICIELS DE CONTROLE PARENTAL Ces dispositifs de protection des mineurs sur Internet proposent des fonctionnalités de plus en plus évoluées. Mais ils ne remplaceront jamais l action pédagogique des

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons»

Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons» Sitographie «Egalité des chances entre les filles et les garçons» Sites généralistes (textes de référence, statistiques, actions, outils) : http://www.education.gouv.fr/syst/egalite/ Cette rubrique du

Plus en détail

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris 2 DEFINITION La lutte contre les violences faites aux femmes s'inscrit

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

N 1051 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1051 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 20 février 2009 N 1051 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 juillet 2008. PROPOSITION

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DES MATERIELS, DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LE CADRE EDUCATIF DE L ETABLISSEMENT SCOLAIRE

CHARTE D UTILISATION DES MATERIELS, DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LE CADRE EDUCATIF DE L ETABLISSEMENT SCOLAIRE CHARTE D UTILISATION DES MATERIELS, DE L INTERNET, DES RESEAUX ET DES SERVICES MULTIMEDIAS DANS LE CADRE EDUCATIF DE L ETABLISSEMENT SCOLAIRE ENTRE : L établissement scolaire Jean Baptiste de la Salle,

Plus en détail

1. Classes de filles / Classes de garçons

1. Classes de filles / Classes de garçons 1. Classes de filles / Classes de garçons e e - - - - - é Les inégalités dans la société. - La société française est régie par des lois justes, parce qu elle est une société démocratique. - Tous les français

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

PRESENTATION DIAGNOSTIQUE INITIAL. 1) Historique

PRESENTATION DIAGNOSTIQUE INITIAL. 1) Historique PROJET PEDAGOGIQUE ANNUEL 2014 C.L.J. police nationale BEZIERS du 01/01/2014 au 31/12/2014 PRESENTATION DIAGNOSTIQUE INITIAL 1) Historique En 2012 les policiers formateurs, moniteurs en activités physiques

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011)

ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011) ANNEXE 3 ANALYSE DU QUESTIONNAIRE «EGALITE FEMMES-HOMMES» EN DIRECTION DES AGENT-E-S DU CONSEIL GENERAL DE L ESSONNE (NOVEMBRE-DECEMBRE 2011) 76 INTRODUCTION En mai 2007, le Conseil général de l Essonne

Plus en détail

Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres PROJET DE RAPPORT

Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres 12.11.2014 2014/0000(INI) PROJET DE RAPPORT sur l égalité entre les femmes et les hommes au sein de l'union européenne

Plus en détail

«le net, la loi et toi»

«le net, la loi et toi» Sélection téléchargeable sur le site du CRDP, rubrique «librairie» http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=245 Coupe nationale biennale des élèves citoyens 2012, pour collégiens et lycéens «le net, la

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT Prix À «Mobilisons-nous L ÉCOLE : L AFFAIRE contre DE le TOUS! harcèlement» 2ème édition 2014/2015 Préambule Dans le cadre de la politique conduite pour diminuer le harcèlement

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

LES DANGERS QUE L ON PEUT

LES DANGERS QUE L ON PEUT LES DANGERS QUE L ON PEUT ENCOURIR SUR INTERNET Table des matières Introduction...1 1 Des pourcentages étonnants et assez effrayants...1 2 La commission nationale de l informatique et des libertés (C.N.I.L.)...2

Plus en détail

Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits'

Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits' Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits' Le Contrat Triangulaire ou tripartite est inventé par Fanita English. Il illustre la

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

Baromètre de la Confiance - Vague 7

Baromètre de la Confiance - Vague 7 Rapport de résultats 1 er octobre 2014 1 Présentation de l étude Fiche technique Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Echantillon national de 1020 personnes, représentatif de la population française

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs»

Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mandataire Judiciaire à la protection des majeurs» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE

SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE Publié le : 2014-04-18 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATION INTEGRATION SOCIALE, LUTTE CONTRE LA PAUVRETE ET ECONOMIE SOCIALE 19 DECEMBRE 2013. - Arrêté ministériel fixant le code de déontologie pour

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail)

L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) L ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE AU LYCEE PICASSO DE PERPIGNAN (Document de travail) 1. Définition L'accompagnement personnalisé, qui s'adresse à tous les élèves, est un espace de liberté pédagogique permettant

Plus en détail

Statuts de l Association TELA BOTANICA Adoptés lors de l Assemblée Générale du 31 mars 2007

Statuts de l Association TELA BOTANICA Adoptés lors de l Assemblée Générale du 31 mars 2007 Statuts de l Association TELA BOTANICA Adoptés lors de l Assemblée Générale du 31 mars 2007 I - BUTS ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION ARTICLE 1er : dénomination Il est créé entre les membres désignés ci-après

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX SERVICES SMS+ / MMS+ Outre les présentes règles déontologiques, l Editeur de service par SMS/MMS, ci-après l Editeur, s'engage à respecter l ensemble

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Document d'orientation. Le CG solidaire avec les personnes POUR DES USAGES NUMÉRIQUES ACCESSIBLES A TOUS

Document d'orientation. Le CG solidaire avec les personnes POUR DES USAGES NUMÉRIQUES ACCESSIBLES A TOUS PROJETS STRATÉGIQUES "Deux-Sèvres Autrement" Document d'orientation Le CG solidaire avec les personnes POUR DES USAGES NUMÉRIQUES ACCESSIBLES A TOUS A - Le projet Le contexte Des usages numériques de plus

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples (Droit des enfants et des jeunes)

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

PRISE DE CONTACT AVEC LE PARTENAIRE

PRISE DE CONTACT AVEC LE PARTENAIRE PRISE DE CONTACT AVEC LE PARTENAIRE Si votre partenaire ou ex-partenaire participe au programme Next Steps/ Intervention auprès des partenaires violents (IPV) auprès du Family Service Toronto, notre personnel

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

L analyse des pratiques : une démarche facilitatrice pour la construction et l évolution de l identité professionnelle... 4

L analyse des pratiques : une démarche facilitatrice pour la construction et l évolution de l identité professionnelle... 4 FICHES TECHNIQUES La carrière de l'enseignant : comment durer dans le métier? Comment optimiser les ressources des professeurs expérimentés? Usure, adaptation, épreuves et ressources.... 3 L analyse des

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

LE HARCELEMENT A L ECOLE

LE HARCELEMENT A L ECOLE 1 05/05/2014 LE HARCELEMENT A L ECOLE l'essentiel : Selon une statistique nationale, un élève sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Pour la moitié ce sont des cas de harcèlement sévère. Le harcèlement

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail