Université Victor Segalen Bordeaux 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Victor Segalen Bordeaux 2"

Transcription

1 Université Victor Segalen Bordeaux 2 Mémoire pour le Diplôme d Université de Pédagogie dans l Enseignement Supérieur Année La Formation aux techniques de défibrillation automatisée externe : mise en place et évolution, paradoxes ultramarins Francis Durand Soutenance le Composition du jury Professeur André Quinton, Directeur de Mémoire

2 Sommaire Introduction...4 Méthode...5 Genèse...5 Première étape (1998)...8 1) Finalité...8 2) Moyens pédagogiques...9 3) Modalités pédagogiques...9 4) Le contrôle des connaissances ) Évaluation de cette formation...10 Deuxième étape (2001)...11 Troisième étape (2007)...12 Paradoxe calédonien...16 Discussion...16 Conclusion...17

3 Glossaire SST AFPS RCP DSA DAE PSC1 AFGSU : sauveteur secouriste du travail : attestation de formation aux premiers secours : réanimation cardiopulmonaire : défibrillateur semi-automatique : défibrillateur automatisé externe : prévention et secours civique de niveau 1 (anciennement AFPS) : attestation de formation aux gestes et soins d urgence Page 3 sur 23

4 Introduction Ce travail a pour objet d exposer l historique d une stratégie pédagogique proposée dans le cadre d une situation critique, l arrêt cardio-respiratoire, qui repose sur une technologie innovante, la défibrillation automatisée externe. Or, cette stratégie pédagogique a été contrainte d'évoluer car elle s est révélée ne pas remplir totalement ses objectifs en ce qui concerne l amélioration de la survie. Il a fallu ainsi faire le constat qu il ne suffisait pas de transférer un modèle pédagogique et une technologie instaurés aux États Unis et qui paraissaient efficaces dans un autre contexte mais l adapter aux particularités de notre culture latine. Dans un premier temps, la formation mise en place ciblait les secouristes et les professions paramédicales. En fait, les secouristes, avaient peu de chance de se trouver en contact direct et immédiat avec la victime par rapport à des professionnels comme les sapeurs pompiers. En effet, ces derniers ne représentent pas le premier maillon de la chaîne de survie qui est le témoin. Or, dans nos sociétés latines, ce témoin est le maillon faible du fait de l absence de formation et c est lui qui doit d être la cible privilégiée de la formation. Il a donc fallu reconsidérer la stratégie de formation afin d améliorer les chances de survie en cas d arrêt cardio-respiratoire, d autant que l évolution technologique du matériel et les recommandations des sociétés savantes facilitaient ce développement. Dorénavant, une formation simplifiée est proposée à l ensemble de la population afin d apprendre à effectuer des gestes de survie simples et utiliser un appareil performant dont l utilisation est accessible à tous. Parallèlement, l avènement de cette technique et son implantation en outre-mer a donné lieu à quelques situations paradoxales en Nouvelle-Calédonie du fait du statut particulier de cette collectivité territoriale au niveau des compétences concernant la santé et la sécurité civile. Nous présenterons successivement la genèse de cette formation, puis son évolution lors de trois étapes successives en 1998, 2001 et 2007 qui ont vu évoluer la législation pour l adapter au contexte français. Pour terminer, nous aborderons la difficulté de transférer une législation métropolitaine à certaines collectivités territoriales comme la Nouvelle-Calédonie. Page 4 sur 23

5 Méthode L élaboration de ce travail repose essentiellement sur une étude bibliographique et une expérience personnelle en tant que praticien hospitalier au CHU de Lyon puis au CHT de Nouméa. En effet, nous avons eu le privilège de vivre la mise en place et l évolution de la formation à cette technique, d être un acteur des premières expériences dans la région lyonnaise avec les sapeurs pompiers et de participer activement au symposium sur ce sujet organisé à Lyon avec les représentants de l État en décembre Depuis, ayant toujours participé à la formation aux gestes de secourisme nous avons pu suivre les évolutions de la stratégie d enseignement afin de s adapter aux recommandations des sociétés savantes. Enfin, nous avons participé à l adaptation du texte législatif pour la Nouvelle-Calédonie. La bibliographie se limite volontairement à une sélection de publications qui ont un lien direct avec le sujet, l historique de la stratégie pédagogique, la défibrillation automatisée externe ayant donné lieu à une littérature abondante en raison de l intérêt de cette technique. Le point de départ des recherches a été un ensemble de publications en notre possession qui ont permis de sélectionner à partir de leurs références bibliographiques les articles américains et français les plus pertinents en particulier en utilisant les moteurs de recherche des revues disponibles au centre de documentation du CHT comme Circulation et le New England. Les moteurs de recherche de la SFMU et de SAMU de France ont permis de compléter avec les articles français correspondant aux items : «formation», «défibrillation». Genèse Dans les années 1980, le constat a été établi que les résultats de récupération d une activité myocardique après arrêt cardiaque étaient bien meilleurs chez nos voisins du continent nord américain. Douglas avait initié une étude à Seattle sur l intérêt d une défibrillation précoce dans le cadre des arrêts cardiorespiratoires. Il avait institué une courte formation d une dizaine d heures à des pompiers. Le premier constat était que, lorsque les paramédics (personnel paramédical ayant des compétences élargies dans le cade de protocoles précis) intervenaient dans un délai qui excédait 9 minutes, les résultats étaient deux fois meilleurs si une défibrillation était instaurée par les premiers secouristes en regard d une réanimation cardiopulmonaire isolée. De plus, le taux de récupération neurologique au bout de 24 heures passait de 25 % à 39 % si une défibrillation était associée aux gestes de survie. A titre de comparaison, en France, le taux de récupération neurologique au bout de 24 heures variait entre 2 % [1] et 13 % [2] selon les études. Au vu de ces Page 5 sur 23

6 résultats, l auteur préconisait de mettre des défibrillateurs semi-automatiques à la disposition du public en recommandant toutefois une formation pour éviter les usages dangereux [3]. Les défibrillateurs semi-automatiques procèdent à une analyse du rythme cardiaque et, en fonction d un organigramme de décision gardé jalousement secret par chaque firme, proposent ou non une défibrillation. Ces appareils de première génération sont dits semi-automatiques car l intervention humaine est nécessaire pour la mise en route de l appareil et la mise en place des électrodes. Ensuite, selon les appareils, l analyse est automatique ou déclenchée par l opérateur. Enfin, la décharge électrique est activée par l opérateur mais délivrée uniquement si l appareil l autorise en présence d une fibrillation ventriculaire. Ces appareils nécessitent une formation minimale afin d éviter les accidents en cas d utilisation pouvant exposer à des risques comme une utilisation en milieu humide ou explosif. De plus, ils restent limités à l adulte la taille des électrodes et l énergie délivrée n étant pas adaptées aux enfants de moins de 30 kg. Les instructions sont données soit sous forme visuelle sur écran LCD, soit sous forme auditive par une voix synthétique qui dirige les gestes du secouriste. Enfin, certains appareils autorisent un débrayage manuel par un médecin pour une utilisation plus traditionnelle. Ces appareils se révèlent particulièrement fiables avec une spécificité et une sensibilité qui avoisinent les 100 %. Malheureusement, en France à cette époque, l utilisation élargie de ce type d appareil se heurtait à la législation et, en particulier à la circulaire du 6 janvier 1962 [4] qui stipulait que la défibrillation est un acte médical. Or, il paraissait intéressant d importer cette technique et la large diffusion de son utilisation afin d améliorer nos résultats dans la prise en charge de l arrêt cardiaque. En effet, comme dans tout pays industrialisé, les arrêts cardiorespiratoires sont en grande majorité en rapport avec une maladie coronarienne et dans 80 % des cas, l arrêt cardiorespiratoire extrahospitalier est lié à une fibrillation ventriculaire [5]. Aussi, à l aune de ce constat, il était logique de préconiser que l urgence consistait à mettre en place une technique de défibrillation dans les plus brefs délais, dans le cadre d une chaîne de survie telle que proposée par le comité de l American Heart Association piloté par Cummins et décrite dans Circulation en 1991 et adoptée par les grandes sociétés savantes dont l European Resuscitation Council en janvier 1991 [6-7]. Cette chaîne de survie comporte 4 maillons dont le point commun doit être la précocité d action : Reconnaissance et alerte immédiates par les témoins afin de raccourcir le délai d intervention des secours professionnels et la mise en place de la défibrillation. Réanimation cardio-respiratoire (RCP) précoce toujours par les témoins. Page 6 sur 23

7 Défibrillation précoce. Réanimation médicalisée par une unité mobile hospitalière. Une étude a donc été lancée en 1990, après l avis favorable d un comité d éthique, conjointement par le Samu et les sapeurs pompiers de Lyon. Des appareils de défibrillation semiautomatique ont été distribués dans trois des neuf casernes de sapeurs pompiers de la Communauté Urbaine de Lyon après une formation spécifique d une durée de deux demi-journées, sous forme d ateliers par groupe de 12 secouristes dont l objectif était de présenter la défibrillation semiautomatique comme un des éléments de la chaîne de survie. Du fait d une répartition homogène des casernes sur l agglomération lyonnaise, les délais d intervention des secouristes professionnels ont permis de raccourcir la mise en place de la défibrillation avec un gain de temps d environ 5 minutes par rapport aux délais du Smur qui, à cette époque, ne comprenait qu une seule antenne basée à l hôpital Édouard Herriot et dont les délais d intervention pouvaient être rédhibitoires lors des heures de pointe. Selon l étude, le nombre des patients ayant récupéré une activité cardiaque efficace a doublé permettant leur hospitalisation. Dans les suites, dix patients sur les 35 hospitalisés ont bénéficié d une survie sans séquelle neurologique soit un facteur d amélioration multiplié par deux par rapport aux résultats nationaux antérieurs [8]. Devant ces premiers résultats encourageants, un congrès sur la défibrillation semiautomatique, organisé à Lyon en 1993 avec des représentants du ministère de la Santé, a donné lieu à des débats animés [9]. En effet, si certains étaient partisans de suivre le modèle américain avec une distribution large et une formation a minima, les autorités françaises se révélèrent très réticentes à placer un tel appareil entre toutes les mains suivant en cela l avis de l Académie de médecine. Cette dernière estimait qu en raison des progrès techniques, les appareils avaient une sensibilité et une spécificité satisfaisante. Cependant, le groupe de travail de l Académie considérait que leur utilisation par des personnels non-médecins impliquait des conditions très restrictives et dans le respect strict d un protocole thérapeutique [10]. Page 7 sur 23

8 En s appuyant sur les recommandations de l Académie, une étude multicentrique permettant l évaluation de cette technique a été effectuée à partir de 1993 à Paris et Lille puis Nancy. Cette étude ayant concerné 1078 victimes d arrêt cardio-circulatoire a confirmé le gain significatif en termes de pronostic neurologique en cas d utilisation du défibrillateur dans le cadre des fibrillations ventriculaires puisque le taux de survie sans séquelle passe de 1,5 % à, 3,4 %. Si les résultats de cette étude prouvaient sans contestation l intérêt de cette technique sur l amélioration de la survie sans séquelle neurologique, ils en relevaient déjà des points faibles dans la chaîne de survie, en particulier au niveau de l alerte et surtout de l absence de la réalisation des premiers gestes de survie que cette technologie innovante ne peut totalement compenser [11]. Première étape (1998) Le premier texte apparaît enfin et jette les bases de l utilisation de cet appareil et de la formation indispensable à son utilisation. Il s'agit du décret n du 27 mars 1998 [12] qui fixe les catégories de personnes non médecins qui sont habilitées à utiliser un défibrillateur semiautomatique. Ainsi, les infirmiers, les masseurs-kinésithérapeutes, les manipulateurs d'électroradiologie médicale, les secouristes titulaires du certificat de formation aux activités de premiers secours en équipe, les secouristes titulaires du certificat de formation aux activités de premiers secours avec matériel, les ambulanciers titulaires du certificat de capacité d'ambulancier sont habilités à utiliser un défibrillateur semi-automatique à condition d avoir validé une formation initiale et/ou d'une formation continue, délivrées dans les conditions définies par un arrêté [13] conjoint du ministre chargé de la santé, du ministre de la défense et du ministre de l'intérieur. enseignement. Nous allons décrire cette formation en suivant le plan de présentation de tout 1) Finalité La finalité de cette formation est définie dans le titre même de l arrêté du 4 février 1999, «la formation des personnes non médecins habilitées à utiliser un défibrillateur semiautomatique» [13]. Dans son article premier, il est précisé que «La formation des personnes mentionnées à l'article 2 du décret du 27 mars 1998 susvisé, dont le programme et la durée figurent en annexe, a pour objet de leur permettre de mettre en oeuvre en toute sécurité le défibrillateur semi- Page 8 sur 23

9 automatique pour assurer la prise en charge des personnes victimes d'un arrêt cardiocirculatoire» [13]. 2) Moyens pédagogiques Les moyens pédagogiques des centres de formation habilités sont également définis dans l arrêté et se composent d un mannequin permettant l entraînement à la réanimation cardiopulmonaire et un défibrillateur semi-automatique d entraînement. 3) Modalités pédagogiques Les modalités pédagogiques comprennent : Une formation initiale qui se décompose en une partie théorique et une partie pratique. Première partie théorique (3 heures) : o Historique de la défibrillation externe qui s étend de la première défibrillation réalisée en 1958 par Zoll à l arrêté de février 1999 avec le rappel des grandes étapes ayant marqué l évolution de cette technologie. o L arrêt cardio-circulatoire : définition, causes, signes, conduite à tenir ; o La défibrillation : définition, principe à partir de l électrophysiologie cardiaque, dangers et précautions pour les personnels et les patients. o Justification de la défibrillation précoce, prise en charge de l arrêt cardiaque, chaîne de survie. o Expériences étrangères et plus particulièrement du continent nord-américain. Deuxième partie (5 heures) : Dans cette seconde partie on utilise un mannequin permettant l entraînement à la réanimation cardio-pulmonaire (RCP) incluant la libération des voies aériennes, la ventilation artificielle et le massage cardiaque externe, et l utilisation d un défibrillateur semi-automatique d entraînement. o le défibrillateur semi-automatique : présentation et description de l appareil, entretien et maintenance, alimentation, modalités de mise en œuvre et démonstration par le moniteur ; o mise en œuvre sur mannequin sans intégrer la séquence complète de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) et défibrillation semi-automatique, Page 9 sur 23

10 o mise en œuvre sur mannequin avec RCP et défibrillation semi-automatique ; o recueil de l historique et analyse de la manipulation. Une formation continue de 4 heures réparties sur une année et dont le programme est identique à celui de la formation initiale. 4) Le contrôle des connaissances Il repose sur une épreuve pratique qui comporte, à partir d une étude de cas, la reconnaissance de l arrêt cardio-circulatoire, la mise en œuvre des méthodes de réanimation secouristes, le recours au défibrillateur semi-automatique pour l analyse électrocardiographique, le déclenchement d une défibrillation et, éventuellement, l étude des réactions de l opérateur face à une anomalie de fonctionnement. Une attestation de formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique est remise par le service formateur à chaque candidat ayant satisfait aux différents tests de l épreuve pratique. Cette attestation valable un an doit être renouvelée annuellement. 5) Évaluation de cette formation Si cette nouvelle réglementation constituait une avancée notable dans l utilisation de ces appareils, il n en restait pas moins qu elle était relativement restrictive par rapport à certains pays anglo-saxons qui préconisaient une utilisation beaucoup plus large et lançaient des expérimentations dans ce sens. Ainsi une première étude, proposant le «Public Access Defibrillation», a été réalisée aux États-Unis entre 1999 et 2002 à Seattle portant sur l impact de la formation de volontaires à la défibrillation. Sur 1722 patients en arrêt, 419 ont survécu pour le groupe formé contre 548 sur 3754 dans le groupe témoin [16]. Une autre étude commencée un an plus tard et se déroulant sur 3 ans a concerné plus de volontaires de 24 régions nord-américaines. Ces volontaires ont été répartis en 2 groupes qui ont bénéficié d une formation à la réanimation cardio-pulmonaire mais seul un groupe a bénéficié d une formation au défibrillateur semi-automatique. Dans le groupe ayant bénéficié de la seule RCP qui concernait 107 patients, le nombre de survivants était de 16 (14,9 %) alors que dans le groupe ayant bénéficié de la RCP associée à une défibrillation, le nombre de survivants s élevait à 31 sur les 128 cas traités 24,2 %). Par ailleurs, 22 patients (17,2 %) avaient récupéré des fonctions neurologiques normales dans le dernier groupe contre 10 (9 %) dans le groupe ayant bénéficié de la Page 10 sur 23

11 seule RCP. Il faut enfin noter que les seuls accidents relevés dans la dernière étude étaient d ordre psychologique et ne concernaient que les volontaires [17]. Dans le même temps, en France, les secouristes de base (AFPS et SST) ne sont pas habilités à utiliser le DSA et ne peuvent pas être formés à cette pratique [16]. Cette restriction même au sein de la population secouriste peut paraître regrettable puisque l intérêt de cette technologie est, à l aune de la fréquence des pathologies coronariennes dans nos pays dits développés, de bénéficier d une diffusion très large afin de permettre à quiconque de l appliquer. Or, la législation ne concerne qu une partie relativement faible de la population et qui a peu de chance, en dehors des sapeurs pompiers, de se retrouver face à une telle situation. Par ailleurs, si la moitié des fibrillations ventriculaires se dégrade en asystolie, il est clairement démontré que le taux de survie passe de 25 % pour un délai de 7 à 10 minutes à 40 % si ce délai est ramené entre 1 à 3 minutes. Or, les équipes médicalisées ont des délais d interventions qui sont de 10 à 12 minutes soit largement hors délai du fait des difficultés d acheminement, surtout en milieu urbain [5]. Enfin, cette formation, même si elle avait le mérite de constituer un excellent rappel sur la prise en charge d un arrêt cardiorespiratoire, pouvait être considérée comme d'une durée relativement excessive puisqu elle nécessitait 8 heures pour finalement apprendre à appuyer sur un bouton. Deuxième étape (2001) Cette deuxième étape a été caractérisée par un élargissement des utilisateurs potentiels et une diminution de la durée de formation. Les manipulateurs d électroradiologie médicale sont maintenant concernés par cette formation grâce à la publication d un décret en 2000 [14]. L arrêté de 2001 [15] relatif à la formation des secouristes à l utilisation d un défibrillateur semi-automatique constituait un premier pas vers un allègement de la formation qui etait ramenée à 4 heures, intégrée sous forme de module et dispensée dans le cadre de la formation complémentaire aux premiers secours avec matériel et du certificat de formation aux activités des premiers secours en équipe. L évaluation des connaissances reposait toujours sur une épreuve pratique comportant, à partir d une étude de cas, la reconnaissance de l arrêt cardiorespiratoire, la mise en œuvre des méthodes de réanimation secouristes, le recours au défibrillateur semi-automatique pour l analyse électrocardiographique, le déclenchement d une défibrillation, et éventuellement l étude des réactions de l opérateur face à une anomalie de fonctionnement. Page 11 sur 23

12 Le module de formation a été ramené à environ 4 heures avec le programme suivant : L arrêt cardiaque : défibrillation précoce, son intérêt dans la chaîne de survie. La défibrillation : définition et principe de fonctionnement ; dangers et précautions pour les personnels et les patients. Le défibrillateur semi-automatique : présentation et description de l appareil ; entretien et maintenance, alimentation ; modalités de mise en œuvre et démonstration par le moniteur ; mise en œuvre sur mannequin hors séquence de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) et défibrillation semi-automatique ; mise en œuvre sur mannequin avec RCP et défibrillation semi-automatique ; recueil de l historique et analyse de la manipulation. Troisième étape (2007) Au terme de cette troisième étape on arrive au concept que la défibrillation ne doit plus être un acte médical mais un acte citoyen. En effet, malgré les résultats encourageants lorsque cette technique est instaurée dans les meilleurs délais possibles par des secouristes professionnels avec un taux de détection de 36 % des fibrillations ventriculaires et un taux de survie sans séquelle neurologique qui a doublé passant de 1,5 à 3,4 % [11], les résultats globaux en France n étaient pas à la hauteur des espérances. Alors que les résultats nord-américains faisait état d un taux de réussite qui atteignaient près de 40 %, les meilleurs résultats français plafonnaient au mieux à 13 % dans la série lyonnaise [2]. Dès 1998, il a bien fallu admettre qu il existait une faille dans le dispositif et que le maillon faible de la chaîne de survie était constitué par le témoin dont le rôle passif avait pour principale conséquence un retard dans l alerte et la mise en place des premiers gestes de survie. Sur ce dernier point, en France, il est avéré que seuls 15 à 20 % des témoins entament un massage cardiaque externe en présence d un arrêt cardiorespiratoire [5-11]. Page 12 sur 23

13 Que se passe-t-il en présence d un individu qui s écroule sur la voie publique, victime d un arrêt cardiaque? Certains témoins passent leur chemin marquant ainsi leur inquiétude face à cette situation qu ils ne sauront gérés, d autres se massent autour de la victime et s interrogent sur ce qu il faut faire, certains plus rares prennent l initiative d appeler les pompiers ou la police, plus rarement le Samu-Centre 15 et enfin certains encore plus rares vont essayer d entreprendre des gestes pas toujours adaptés et donc rarement efficaces. C est donc la faiblesse de ce premier maillon qui explique nos résultats aussi désespérants contrairement à ceux de la sphère anglo-saxonne qui a un taux d efficacité beaucoup plus important du fait de son aptitude à agir de façon adaptée dans une telle situation. Dans les pays anglo-saxons, cette participation des premiers témoins, active et beaucoup plus efficace, permet de préconiser une utilisation plus large de ces appareils par toute personne possiblement confrontée à cette urgence [20-21]. Mais il existe aussi en France des initiatives. Ainsi, une expérience a été innovée à Montbard où le service des urgences en collaboration avec la Croix Rouge locale a permis la formation de plus de 30 % de la population aux gestes élémentaires de survie en restant sur une formation courte d environ 1h30. L objectif de formation de 30 % de la population a été atteint en 2002 et a permis une première évaluation. Le taux de survie atteignait 16 % mais restait encore éloigné des taux américains. Une nouvelle campagne de formation a donc été entreprise et des appareils ont été disposés dans des lieux stratégiques de la ville [23]. Nous sommes dans l attente des résultats. À partir de l année 2005, les sociétés savantes ont émis des recommandations afin de proposer une formation très large de la population. Ainsi, la reconnaissance et la prise en charge de l arrêt cardiaque ont été revues afin de les simplifier pour l adapter à une formation de masse. Dans la reconnaissance de l arrêt, a été ainsi supprimée la recherche du pouls, source de faux positifs qui aboutissent à l absence de geste et constituent une perte de temps. Par ailleurs, le vocabulaire a été simplifié afin d en assurer la compréhension par la majorité de la population. Par exemple, on se contente maintenant du terme «absence de signe de vie» plutôt que de parler de coma et d arrêt respiratoire. Enfin, la ventilation par le bouche à bouche qui rebutait certains acteurs en raison des craintes de contamination n est plus obligatoire et, surtout, ne doit pas être un frein la réalisation du massage cardiaque, la mise en œuvre des compressions thoraciques devenant un impératif majeur [ ]. La politique a pris un tournant décisif en En effet, les recommandations de l Académie nationale de médecine propose un accès élargi à la formation du grand public, mais, également, une formation obligatoire, initiale et continue, pour les médecins, pharmaciens, Page 13 sur 23

14 paramédicaux et les agents de la fonction publique qui aboutira à la création de l attestation de formation aux gestes et soins d urgence (AFGSU) [26]. Le décret n du 4 mai 2007 relatif à l utilisation des défibrillateurs automatisés externes par des personnes non médecins et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires) va rendre la défibrillation accessible à tout citoyen [27]. Il stipule que «Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe répondant aux caractéristiques définies à l article R » et autorise la mise sur le marché des défibrillateurs automatisés externes qui regroupent les défibrillateurs externes entièrement automatiques et les défibrillateurs externes semi-automatiques. En revanche, ce décret ne fournit aucune précision quant à la formation initiale et/ou continue. Il faudra attendre l arrêté du 6 novembre 2009 relatif à l initiation des personnes non médecins à l utilisation des défibrillateurs automatisés externes qui va pallier ce manque en préconisant une initiation, par groupes de dix à douze personnes, non obligatoire d une durée d une heure et qui ne donne lieu à aucune délivrance de diplôme ou d attestation [28]. Son objectif est la reconnaissance d un arrêt cardiaque par le témoin et une conduite à tenir des plus simples : appeler masser défibriller. A cette fin, la direction de la Sécurité Civile a élaboré un référentiel national, destiné à la sensibilisation du grand public à l arrêt cardiaque. «Il constitue la base de la pédagogie à mettre en oeuvre pour dispenser et évaluer une action d initiation de la population à la pratique de l alerte, du massage cardiaque externe et de l utilisation de défibrillateur cardiaque dans le but de diminuer la mortalité ou les conséquences d un arrêt cardiaque soudain» [29]. Il propose un organigramme simple pour le grand public. Page 14 sur 23

15 Arrêt cardiaque sensibilisation du grand public La victime est inconsciente Appelez «A l aide!» si vous êtes seul La victime ne respire pas normalement Faire APPELER Les secours Demander un défibrillateur MASSER (100 comp. par min) Un défibrillateur est disponible? 1 - mettre en fonction le DAE 2 - connecter les électrodes 3 - s écarter pendant l analyse 4 - suivre les indications de l appareil Choc autorisé? DEFIBRILLER Page 15 sur 23

16 Paradoxe calédonien La Nouvelle Calédonie s est trouvée dans une situation tout à fait paradoxale du fait de son régime particulier en rapport avec les accords de Nouméa. En effet, elle est compétente dans le domaine de la santé et doit promulguer les délibérations concernant ce domaine. En revanche, tout ce qui concerne la sécurité civile relève d une compétence de l État français. Aussi, les enseignements délivrés aux secouristes sous l égide de la Sécurité Civile comportaient un volet sur la défibrillation automatique, mais il n existait aucune réglementation locale autorisant ces mêmes personnes à utiliser l appareil. Cette situation aboutissait au paradoxe suivant : un secouriste formé avec un appareil à sa disposition se retrouvait dans l impossibilité d utiliser l appareil sous peine de se placer dans l illégalité au regard de la législation calédonienne, mais en restant inactif être accusé de non-assistance à personne en danger. Heureusement, ce cas de figure ne s est pas présenté à notre connaissance. La délibération [30] reprenant les termes du décret métropolitain ainsi que l arrêté [31] fixant les modalités de la formation a été publié en 2006 au moment même où en France métropolitaine, l accès à la défibrillation était offert à tout citoyen. Le nouveau texte est en cours d élaboration mais n a toujours pas été voté par le Congrès. A ce jour, seuls les secouristes formés peuvent utiliser un défibrillateur alors qu en métropole ce même appareil est mis à la disposition de tout citoyen. Discussion Ce survol historique permet à la lecture des résultats des différentes études menées sur cette période de mettre en évidence trois phénomènes qui ont évolué de manière parallèle mais qui restent étroitement liés. Toutes les études s accordent pour démontrer que la défibrillation est d autant plus efficace qu elle est précoce. En conséquence, cette technique doit être accessible à tout citoyen qui doit être formé à son utilisation. Mais cette formation doit être simple et courte afin de permettre une formation de masse, ce qui est rendu possible grâce à l évolution technologique qui rend les appareils plus performants et simples. Par ailleurs, ce rappel historique permet d évoquer quelques éléments de réflexion. Le premier point est qu une technique qui a fait ses preuves dans un certain contexte ne peut être transposée sans tenir compte de l environnement culturel de l endroit où elle est transposée. Ainsi, cette technique innovante paraissait très attrayante avec une amélioration notable de la survie dans les études nord américaines. Cependant les résultats espérés n ont pu être atteints du fait du maillon faible qu est le témoin, premier acteur de la chaîne de survie. Les anglo-saxons Page 16 sur 23

17 possèdent une culture de formation aux gestes de survie et une attitude beaucoup plus interventionniste que les sociétés latines dans ces circonstances. Devant une telle situation, le citoyen français aura plutôt un comportement de spectateur que d acteur. Le deuxième point concerne le débat qui s était installé lors de la mise en place de la stratégie de formation. Comme toujours dans cette situation, il y avait une tendance innovatrice qui prônait l utilisation large de cette technique avec une formation à minima sur le modèle américain. Une tendance plus prudente, représentée par les délégués du gouvernement français qui s appuyaient sur les recommandations de l Académie de médecine préférait une formation plus élaborée et restrictive puisque réservée aux seuls secouristes. Si, à cette époque, nous étions plutôt favorables à la tendance novatrice, le recul du temps génère des interrogations. L apport de cette technique à un public français élargi sans formation n aurait certainement pas eu les effets escomptés du fait de la passivité de ce public qui n aurait pas osé utiliser l appareil et des risques liés à une mauvaise utilisation. De ce fait, l implantation de cette technique qui, de surcroit, n était pas aboutie sur le plan technologique, n aurait pas constitué un bénéfice évident au regard du coût d investissement. En revanche, cette expérience a permis de mettre en exergue la faiblesse du premier maillon de notre chaîne de survie. Tout le monde s accorde maintenant à dire que c est la formation du citoyen qui doit constituer un objectif prioritaire. La simplification des gestes, préconisée par les sociétés savantes et les avancées technologiques permettent dorénavant d envisager une formation de masse de la population qui doit démarrer dès la période scolaire. Conclusion La mise en place d une nouvelle technologie peu paraître séduisante dans le cadre de l amélioration en politique de santé publique. Mais la transposition d une compétence ne peut se faire qu avec la prise en compte de l ensemble de la problématique. Ainsi, l implantation de la technique de défibrillation automatisée externe a été au début un échec partiel en France car le niveau de compétence du citoyen qui constitue le premier maillon de la chaîne de survie n a pas été suffisamment pris en compte. Même si la diffusion de l appareil avait été large, comme le préconisaient certains en 1998, on peut penser que les résultats n auraient pas été meilleurs du fait de la frilosité du citoyen français face à ce genre de situation par manque de formation. Par ailleurs, il faut également tenir compte du contexte législatif afin de ne pas placer l utilisateur dans des situations difficiles, comme c est le cas en Nouvelle-Calédonie. Page 17 sur 23

18 Par ailleurs, une stratégie de formation doit être ciblée sur le bon public. Ainsi, des formations longues et couteuses ont été dispensées pendant des années à des acteurs qui avaient, en réalité, très peu de chances d être mis en situation réelle. En revanche, le premier maillon a été totalement négligé, contrairement à ce qui se fait chez nos voisins anglo-saxons. La nouvelle législation a permis de corriger cette erreur, il ne reste qu à se donner les moyens pour motiver la population, la former et distribuer largement les défibrillateurs automatisés dans les endroits stratégiques. Page 18 sur 23

19 Références bibliographiques 1. Berton L, Estienne L,Ruiz R,Gandon F,Caussanel JM,Lambert Y Devenir de 1004 arrêts cardiorespiratoires (ACR) consécutifs pris en charge par le SMUR. Communication congrès Urgences Laye JM,Guillaumée F, Raquin L,Petit P Expérience de dix ans de défibrillation semi-automatique dans l arrêt cardiaque extra hospitalier. Communication congrès Urgences Douglas WD, Copass MK, Bufi D, Ray R, Hallstrom AP, Cobb LA Improved neurologic recovery and survival after early defibrillation. Circulation 1984 ; 69 : Circulaire du 6 janvier 1962 relative à l autorisation d utiliser des défibrillateurs. 5. Plaisance P, Broche C L utilisation des défibrillateurs semi-automatiques en France : état des lieux et perspectives en 2005 Réanimation, année? 14, 8, Cummins RO, Ornato JP, Thies WH, Pepe PE. Improving survival from sudden cardiac arrest: the "chain of survival» concept. A statement for health professionals from the Advanced Cardiac Life Support. Subcommittee and the Emergency Cardiac Care Committee, American Heart Association. Circulation, 1991 ; 83 : Cummins RO, Chamberlain DA Recommended Guidelines for Uniform Reporting of Data From Out-of-Hospital Cardiac Arrest : The Utstein Style. Circulation, 1991 ; 84 : Prost G, Perfus JP, Rebeyrend-Colin M, Petit P. Utilisation de défibrillateurs semi-automatiques en milieu extrahospitalier. Revue des SAMU, 1993, 223, 5-6. Page 19 sur 23

20 9. Congrès de Lyon décembre La défibrillation semi-automatique : étude commune de faisabilité. DGS/SAMU 69/BSPP/SAMU 75/SAMU Bouvrain M, Cara M. (au nom d'un groupe de travail). Rapport sur l'utilisation des défibrillateurs semi-automatiques par des non-médecins. Bull. Acad. Natle. Méd,. 1993, 177, n o 2, Jost D, Richter F, Morell E, Michel A, Rebeyrend-Colin M, Prost G, Petit P, Joly R, Besnard L, Benameur N, Goldstein P Expérience française de la défibrillation semi-automatique. Jeur (est-ce bien cela?), 1998, 3, Décret n du 27 mars 1998 fixant les catégories de personnes non médecins habilitées à utiliser un défibrillateur semi-automatique (NOR : MESP D). Journal officiel de la République française du 3 avril Arrêté du 4 février 1999 relatif à la formation des personnes non médecins habilitées à utiliser un défibrillateur semi-automatique. Journal officiel de la République française du 12 décembre Décret no du 3 juillet 2000 modifiant le décret no du 27 mars 1998 fixant les catégories de personnes non médecins habilitées à utiliser un défibrillateur semi-automatique (NOR : MESP D). Journal officiel de la République française n 159 du 11 juillet 2000 page Arrêté du 10 septembre 2001 relatif à la formation des secouristes à l'utilisation d'un défibrillateur semi-automatique (NOR : INTE A). Journal officiel de la République française n 222 du 25 septembre 2001 page Culley LL, Rea TD, Murray JA, Welles B, Fahrenbruch CE, Olsufka M, Eisenberg MS, Copass MK Public access defibrillation in out-of-hospital cardiac arrest : a community-based study. Circulation, 2004 ; 109 : Page 20 sur 23

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation automatisée externe par le public Conférence d Experts Coordonnateur : Pr P

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

Le premier et le seul Défibrillateur Entièrement Automatique équipé d une réelle assistance au massage cardiaque Intègre la technologie Un Défibrillateur Automatisé Externe (DAE) 100% utile. En cas

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES

RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES RECOMMANDATIONS OFFICIELLES - DEFIBRILLATEURS AUTOMATISES EXTERNES SOMMAIRE : Définitions DAE / DSA / DEA. Les accessoires recommandés. Notion de système d information pour les secours spécialisés. Les

Plus en détail

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin.

Or 4 victimes sur 5 qui survivent à un arrêt cardiaque ont bénéficié de ces gestes simples pratiqués par le premier témoin. La mort subite est la conséquence d un arrêt cardiaque et respiratoire. Elle survient soudainement chez un individu qui se livre à ses occupations habituelles : au travail, en faisant ses courses, mais

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION

ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION ÉNONCÉ DE PRINCIPE CONJOINT DE L'AMERICAN COLLEGE OF SPORTS MEDICINE ET DE L'AMERICAN HEART ASSOCIATION «La défibrillation externe automatique dans les centres de conditionnement physique». Cette énoncé

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Dossier Presse. ARLoD est une association à but non lucratif régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901

Dossier Presse. ARLoD est une association à but non lucratif régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 Dossier Presse ARLoD est une association à but non lucratif régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 dirigée par des bénévoles spécialistes de la médecine d'urgence, de l'internet

Plus en détail

Défibrillateur Cardiaque Automatisé

Défibrillateur Cardiaque Automatisé Défibrillateur Cardiaque Automatisé Décret n 2007-705 du 4 mai 2007 : autorise toute personne, même non médecin, à utiliser un défibrillateur pour sauver des vies. Def-i Accessible au grand public, ce

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales

Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales ! Ministère de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales Recommanda)ons DE LA DIRECTION DE LA SÉCURITÉ CIVILE relatives!!! à l initiation du grand public à la prise en charge de l

Plus en détail

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire

Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Urgence de terrain : conduite à tenir Actualisation de la réanimation cardio-pulmonaire Docteur Jean-Pierre PERTEK Chef de service d anesthésie réanimation L arrêt cardio-respiratoire est un événement

Plus en détail

Réanimation 14 (2005) 707 711. Mise au point. P. Plaisance a, *, C. Broche b

Réanimation 14 (2005) 707 711. Mise au point. P. Plaisance a, *, C. Broche b Réanimation 14 (2005) 707 711 Mise au point L utilisation des défibrillateurs semi-automatiques en France : état des lieux et perspectives en 2005 Use of automatic external defibrillators in France: state

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

dmt Organisation des urgences dans l entreprise Sauvetage-secourisme du travail (89 TC 85)

dmt Organisation des urgences dans l entreprise Sauvetage-secourisme du travail (89 TC 85) dmt dossiers médico-techniques Organisation des urgences dans l entreprise Sauvetage-secourisme du travail (89 TC 85) Le défibrillateur semi-automatique : place dans la chaîne des secours et intérêt dans

Plus en détail

Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation. Le secourisme facile

Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation. Le secourisme facile LIFEPAK CR Plus DEfibrillateur Works like you work. La solution pour l accès public à la défibrillation Le secourisme facile L arrêt cardiaque brutal frappe sans prévenir. LA MORT SUBITE Frappe sans prévenir.

Plus en détail

Pascal CASSAN ORIENTATIONS SCIENTIFIQUES 2005 : LE CONSENSUS DE LA SCIENCE

Pascal CASSAN ORIENTATIONS SCIENTIFIQUES 2005 : LE CONSENSUS DE LA SCIENCE Pascal CASSAN Nouvelles recommandations de prise en charge de l arrêt cardiaque par les premiers secours La mort subite en Europe provoque 700 000 décès par an avec une incidence de l arrêt cardiaque (AC)

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

Présentation ZOLL Médical France

Présentation ZOLL Médical France Présentation ZOLL Médical France Alain LEBON Albin Lamoureux ZOLL Médical France A propos de ZOLL Conception, fabrication et commercialisation d équipements avancés et non invasifs de réanimation cardiaque.

Plus en détail

Atelier gestes d urgences

Atelier gestes d urgences Atelier gestes d urgences L arrêt cardio-respiratoire Pré-test 1- Question à choix multiples: A- L arrêt cardio-respiratoire est plus souvent d origine respiratoire chez l enfant. B- L arrêt cardio-respiratoire

Plus en détail

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011

QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 QUELLE SÉQUENCE, QUELLE ÉNERGIE, QUELS NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS? Défibrillation en 2011 DÉFIBRILLATION Faire passer un courant électrique au travers du cœur à une intensité suffisante pour dépolariser une

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 TECHNIQUE 9.1 MISE EN ŒUVRE D UN DAE 1. Justification La survie des personnes en arrêt cardio-respiratoire par fonctionnement anarchique du cœur est amélioré si une défibrillation est réalisée précocement.

Plus en détail

Pro. EPN- Education Nationale Initiation grand public ACR et DAE Page - 1 -

Pro. EPN- Education Nationale Initiation grand public ACR et DAE Page - 1 - Pro EPN- Education Nationale Initiation grand public ACR et DAE Page - 1 - SOMMAIRE Page de garde page : 1 Sommaire page : 2 Fiche pratique page : 3 Programme page : 4 Progression pédagogique pages : 6

Plus en détail

Table ronde du 26 mars 2009

Table ronde du 26 mars 2009 La défibrillation Table ronde du 26 mars 2009 1 La défibrillation Généralités Le rythme cardiaque régulier ou rythme sinusal : le cœur se contracte et se relâche de façon régulière pour assurer un flux

Plus en détail

Formations à la sécurité Obligations de l employeur

Formations à la sécurité Obligations de l employeur Formations à la sécurité Obligations de l employeur 1 2Sommaire Introduction 3 Obligation liée à la formation à la sécurité incendie 4 Mise en oeuvre des extincteurs 5 Equipier de 1 ère intervention 6

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l'arrêt cardiaque

Nouvelles recommandations concernant l'arrêt cardiaque Nouvelles recommandations concernant l'arrêt cardiaque Pascal Cassan Médecin Conseiller National Croix-Rouge française Co-chairman BLS-AED European Resuscitation Council JAMU, 9-10 mars 2006 1 Mort subite

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Note réalisée à partir d informations fournies par le CHU de Maine-et-Loire et par un organisme de formation de SST.

Note réalisée à partir d informations fournies par le CHU de Maine-et-Loire et par un organisme de formation de SST. NOTE SUR L ORGANISATION DES SECRS EN ENTREPRISE : Les Sauveteurs Secouristes du Travail (SST)*et procédures en cas d accident du travail ou de malaise nécessitant le retour du salarié à son domicile Note

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Les défibrillateurs POWERHEART G3

Les défibrillateurs POWERHEART G3 Au cœur de la réanimation Les défibrillateurs POWERHEART G3 Linde: Living healthcare* 2 Les défibrillateurs POWERHEART G3 La gamme de défibrillateurs POWERHEART Afin de compléter son offre de matériels

Plus en détail

CardiOuest Mail : info@cardiouest.fr - Téléphone : 02.30.96.19.53.

CardiOuest Mail : info@cardiouest.fr - Téléphone : 02.30.96.19.53. CardiOuest Chaque jour en France, environ 200 personnes succombent d'un Arrêt Cardiaque Soudain (ACS). C'est 10 fois plus que le nombre de victime d'accident de la route. Faute d'intervention rapide, le

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES

PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES PANORAMA NORD AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES COMPÉTENCES DES INFIRMIERS DES URGENCES C.PIEL T.CHERFAOUI CARHAIX 18 MARS 2008 INTRODUCTION La médecine d urgence est reconnue comme spécialité depuis 2004 Les

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

La situation des arrêts cardiaques dans le département

La situation des arrêts cardiaques dans le département La situation des arrêts cardiaques dans le département Depuis 5 ans, près de 5 interventions de sapeurs-pompiers par semaine pour arrêt cardiaque dans le Maine-et-Loire Dans le Maine-et-Loire, de 2005

Plus en détail

Mémoire pour l obtention du Diplôme. de Médecine Agricole

Mémoire pour l obtention du Diplôme. de Médecine Agricole 14 rue Auguste Comte 37000 Tours 02 47 66 61 07 Institut National de Médecine Agricole Mémoire pour l obtention du Diplôme de Médecine Agricole Défibrillation automatique externe Réglementation, équipement

Plus en détail

AED MAP. lifesaving solutions

AED MAP. lifesaving solutions Entreprises AED MAP lifesaving solutions 1994 Lancement et commercialisation du premier défibrillateur automatique (DAE). 50 000 En France, 50 000 personnes meurent chaque année d un arrêt cardiaque. 4

Plus en détail

COEUR ET ACTIVITES PHYSIQUES SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E)

COEUR ET ACTIVITES PHYSIQUES SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E) SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE (D A E) PLAN PROPOSE LES GESTES DE PREMIERS SECOURS L'UTILISATION DU DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE EXTERNE ( SAVOIR UTILISER UN DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE

Plus en détail

Un défibrillateur à la CAD offert par GrDF POINT PRESSE Hôtel communautaire Lundi 30 septembre 11h30

Un défibrillateur à la CAD offert par GrDF POINT PRESSE Hôtel communautaire Lundi 30 septembre 11h30 Un défibrillateur à la CAD offert par GrDF POINT PRESSE Hôtel communautaire Lundi 30 septembre 11h30 Jean-François RUIZ Responsable de la Communication - Direction Territoriale PACA Est T. 04 94 30 45

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS Santé et Sécurité du Travail

CATALOGUE FORMATIONS Santé et Sécurité du Travail Prévention et Sécurité Incendie Jean-Baptiste PLAISANCE email : azur.secourisme@yahoo.fr AUDIT ASSISTANCE CONSEILS et FORMATIONS Tél : 06 99 97 18 18 www.formations-secourisme.fr Des formations interactives

Plus en détail

Ce document est destiné à vous permettre de découvrir l offre de formation du Centre d enseignement des soins d urgence du Bas-Rhin (CESU 67).

Ce document est destiné à vous permettre de découvrir l offre de formation du Centre d enseignement des soins d urgence du Bas-Rhin (CESU 67). Cher Client, Ce document est destiné à vous permettre de découvrir l offre de formation du Centre d enseignement des soins d urgence du Bas-Rhin (CESU 67). Rattaché au pôle d anesthésie réanimations chirurgicales

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnel d Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS)

Certificat de Qualification Professionnel d Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS) Logo de l organisme de Formation Intitulé Certificat de Qualification Professionnel d Agent de Prévention et de Sécurité (CQP APS) Public Tout public Pré-requis - aptitude physique à suivre la formation

Plus en détail

Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique

Formation à l'utilisation du défibrillateur semi-automatique MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS-DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS BUREAU DE LA FORMATION ET DES ASSOCIATIONS DE SECURITE CIVILE Formation à l'utilisation du

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

DÉFIBRILLATEUR? C est un appareil qui permet de sauver la vie d une personne qui subit un arrêt cardiaque.

DÉFIBRILLATEUR? C est un appareil qui permet de sauver la vie d une personne qui subit un arrêt cardiaque. UN DÉFIBRILLATEUR EST UTILISABLE PAR TOUS QU EST-CE QU UN DÉFIBRILLATEUR? C est un appareil qui permet de sauver la vie d une personne qui subit un arrêt cardiaque. Son principe est simple : il envoie

Plus en détail

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Historique : Créée par Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Défibrillateur Philips HeartStart HS1 Grand Public

Défibrillateur Philips HeartStart HS1 Grand Public Pour permettre à tout le monde d agir dans les moments extraordinaires Défibrillateur Philips HeartStart HS1 Grand Public * Du sens et de la simplicité Tout le monde peut, à tout tout lieu, être victime

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

Pour permettre une intervention immédiate Défibrillateur Philips HeartStart FRx Fiche produit

Pour permettre une intervention immédiate Défibrillateur Philips HeartStart FRx Fiche produit Pour permettre une intervention immédiate Fiche produit Conforme aux directives 2005 L arrêt cardio-respiratoire monde, à tout moment, Le taux de survie des victimes d un arrêt cardio-respiratoire est

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

Direction générale Qualité et Sécurité Service Sécurité des Consommateurs. Réglementation sur les défibrillateurs.

Direction générale Qualité et Sécurité Service Sécurité des Consommateurs. Réglementation sur les défibrillateurs. Direction générale Qualité et Sécurité Service Sécurité des Consommateurs Réglementation sur les défibrillateurs Version 23/05/07 Références : Arrêté royal fixant les normes de sécurité et les autres normes

Plus en détail

Pour permettre à tout le monde d agir dans les moments extraordinaires. Défibrillateur Philips HeartStart OnSite Fiche produit

Pour permettre à tout le monde d agir dans les moments extraordinaires. Défibrillateur Philips HeartStart OnSite Fiche produit Pour permettre à tout le monde d agir dans les moments extraordinaires Défibrillateur Philips HeartStart OnSite Fiche produit Conforme aux directives 2005 Tout le monde, à tout lieu, peut être victime

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES Arrêté du 18 mai 2009 relatif au diplôme d Etat d éducateur technique spécialisé

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire

Bonnes pratiques d hygiène alimentaire Bonnes pratiques d hygiène alimentaire En restauration collective Ce stage répond à l obligation de formation en matière d hygiène alimentaire (règlement CE 852/2004) En restauration commerciale Ce stage

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le..

Je soussigné(e) Mme, Mlle, M.., reconnaît avoir pris connaissance du règlement ci-dessus et en accepte les conditions. Fait le.. Fiche d inscription Prévention et Secours Civiques de Niveau 1 (PSC1) DELEGATION LOCALE DE SURESNES Madame Mademoiselle Monsieur NOM d usage : NOM de naissance : Prénom : Date de naissance : Lieu de naissance

Plus en détail

25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages. Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte

25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages. Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte 25/09/2014 CR : BRASSIER Julia. LEVERRIER Floriane L2 Médecine d'urgence (AFGSU) P. MICHELET 8 pages Détresse vitale Arrêt cardiaque Alerte Plan A. Introduction B. Donner l'alerte I. L'alerte en milieu

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Ce défibrillateur est installé dans le bâtiment de l ancienne mairie.

Ce défibrillateur est installé dans le bâtiment de l ancienne mairie. Ce défibrillateur est installé dans le bâtiment de l ancienne mairie. d un haut-parleur qui donne des messages sonores et guide le sauveteur dans son action D un accumulateur (batterie) d énergie qui permet

Plus en détail

Équipements de secours.

Équipements de secours. Information produit Équipements de secours. Défibrillateurs et oxygène médical pour chaque besoin. 2 Équipements de secours Table des matières PanGas Healthcare 4 Powerheart G DAE Powerheart G Équipement

Plus en détail

Mode d'emploi AED de formation

Mode d'emploi AED de formation Mode d'emploi AED de formation NUMÉRO DE RÉFÉRENCE Copyright 2007 Cardiac Science Corporation. All rights reserved. Le défibrillateur externe automatique (AED) de formation est un appareil utilisé pour

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Manuel d utilisation du Défibrillateur automatisé externe (DAE)

Manuel d utilisation du Défibrillateur automatisé externe (DAE) Manuel d utilisation du Défibrillateur automatisé externe (DAE) IMPORTANT Lisez attentivement et intégralement le présent manuel d utilisation avant d utiliser l appareil pour la première fois. Les informations

Plus en détail

Pour des interventions plus rapides, plus faciles et plus efficaces. Défibrillateur Philips HeartStart FR3 pour les réanimateurs professionnels

Pour des interventions plus rapides, plus faciles et plus efficaces. Défibrillateur Philips HeartStart FR3 pour les réanimateurs professionnels Pour des interventions plus rapides, plus faciles et plus efficaces Défibrillateur Philips HeartStart FR3 pour les réanimateurs professionnels sense and simplicity * * Du sens et de la simplicité Pour

Plus en détail

Arrêt cardiaque : nouvelles recommandations

Arrêt cardiaque : nouvelles recommandations Arrêt cardiaque : nouvelles recommandations Introduction : Vincent Bounes, Jean-Louis Ducassé, SAMU 31, Hôpitaux de Toulouse. La mort subite reste un problème majeur de santé publique dans les pays industrialisés

Plus en détail

Pour animer ces sessions, Françoise GEORGES sera notre formatrice interne dédiée.

Pour animer ces sessions, Françoise GEORGES sera notre formatrice interne dédiée. SOMMAIRE Zoom sur 1 Formations à venir 2 Programmes 3 Fiches d inscription 9 LA LETTRE D INFORMATION DU PÔLE APP SUR LA FORMATION CONTINUE DES PERSONNELS #2015-6 ZOOM SUR LA DIVERSITE ET LA LUTTE CONTRE

Plus en détail

Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale. Par Valeria Martinez. Titre. Nouveau programme d enseignement des urgences à

Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale. Par Valeria Martinez. Titre. Nouveau programme d enseignement des urgences à Universités Paris Descartes, Pierre et Marie Curie, Paris Sud et Paris-Est Créteil Val de Marne Mémoire pour le Diplôme Inter Universitaire de Pédagogie Médicale Par Valeria Martinez Titre Nouveau programme

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Un choc pour une vie!

Un choc pour une vie! www.cardiouest.fr Un choc pour une vie! Spécialiste Défibrillateurs Formations 1ers Secours 6, rue Eugène Quessot 35000 RENNES Tél : 02 30 96 19 53 Mail : info@cardiouest.fr CardiAid est conçu pour rendre

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

R Series. Intervenez en toute confiance avec la technologie. Code Ready (Code Urgence)

R Series. Intervenez en toute confiance avec la technologie. Code Ready (Code Urgence) R Series Intervenez en toute confiance avec la technologie Code Ready (Code Urgence) Le premier et l unique défibrillateur Code-Ready Il n y a pas pire moment pour découvrir qu un défibrillateur n est

Plus en détail

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL Mbour, Sénégal Master Santé Environnementale Les problèmes environnementaux auxquels l Etat, les collectivités locales, les entreprises et la société civile doivent

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Ma future formation. 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle?

Ma future formation. 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle? Ma future formation 1. Quelle est la formation en cursus complet? 2. Qui accède à la formation partielle? 3. Qu est-ce que la Validation des acquis de l expérience (VAE)? 4. Comment se passent les stages?

Plus en détail

ADMISSION DES TITULAIRES D UN DIPLOME EXTRACOMMUNAUTAIRE DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE SOLLICITANT L EXERCICE DE LA PROFESSION EN FRANCE

ADMISSION DES TITULAIRES D UN DIPLOME EXTRACOMMUNAUTAIRE DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE SOLLICITANT L EXERCICE DE LA PROFESSION EN FRANCE ADMISSION DES TITULAIRES D UN DIPLOME EXTRACOMMUNAUTAIRE DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE SOLLICITANT L EXERCICE DE LA PROFESSION EN FRANCE L arrêté du 6 août 2004, paru au JO du 12 septembre 2004 (ci-joint)

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers

Conservatoire National des Arts et Métiers Conservatoire National des Arts et Métiers Règlement de délivrance du diplôme d ingénieur En formation continue hors temps de travail Vu la loi du 10 juillet 1934 relative au titre d ingénieur diplômé,

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

ANNEXE I RÈGLEMENT D'EXAMEN

ANNEXE I RÈGLEMENT D'EXAMEN ANNEXE I RÈGLEMENT D'EXAMEN 3 RÈGLEMENT D'EXAMEN Certificat d'aptitude professionnelle Serrurier métallier Scolaires (établissements publics et privés sous contrat) Apprentis (CFA et sections d'apprentissage

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail