Vaccinations en Item 143

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vaccinations en Item 143"

Transcription

1 Vaccinations en 2014 Item 143

2 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications et expliquer les complications des vaccinations.

3 Un peu d histoire En 1798 : 1er vaccin : contre la variole (E. Jenner) Jenner constata que les individus ayant eu la vaccine, une maladie relativement bénigne transmise à l homme par les bovins, n étaient pas infectés par la variole, maladie grave souvent mortelle. Il inocula donc la vaccine à l homme, pour le protéger contre la variole : vaccin contre la rage (L. Pasteur) Pour sauver Joseph Meister, un petit garçon mordu en quatorze endroits du corps par un chien enragé,d une mort certaine, Pasteur lui administra son traitement expérimental et le guérit... (Stimulation des défenses immunitaires d un sujet déjà infecté) En 1921 : vaccin BCG... En : vaccin contre l HPV, le Rotavirus

4 Définitions Immunoprophylaxie active Préparation antigénique dérivée d'un agent pathogène spécifique capable d induire une réponse immunitaire protectrice vis-à-vis de cet agent Réponse différée et durable 2 types de vaccins : Vivant atténué Inerte = inactivé : germe entier ou fractionné : Ag, toxine )

5 Protection vaccinale Individuelle (directe) immunité post-vaccinale Collective (indirecte) Immunité de «troupeau» Réduction de la contamination interhumaine

6 Bases immunologiques (1) Réponse immunitaire aux vaccins : Réponse cellulaire (lymphocytes T) Réponse humorale (lymphocytes B) Ag => macrophages (CPA/CMH)=> activation L T et production des anticorps spécifiques (Ig M, A, G) / L B

7 Bases immunologiques (2) Réponse primaire : au 1 er contact Ascension différée et lente des Ac (IgM++) Réponse secondaire : à chaque contact Ascension rapide des Ig G spécifiques Mémoire immunitaire / thymorégulation Notion de maintien de l immunité Notion d adjuvant

8 En pratique Acte médical Carnet de santé Information patient / famille Vaccin Administration : SC, ID, IM (cuisse si < 2ans, deltoïde si > 2 ans) voire orale Association vaccinale Conservation au frigo (entre +2 et +8 C)

9 Effets indésirables Réactions fréquentes et bénignes Locales : douleur, rougeur au point d injection, BCGite (lésion inflammatoire ou suppurée) Générale : fièvre, éruption, asthénie Prévenir la famille, prescription antalgiqueantipyrétique Rare et/ou grave BCGite généralisée (si ID) CCH (coqueluche inactivé entier, rougeole) Anaphylaxie (si allergie à l œuf : grippe, ROR)

10 Contre-indications Liées au terrain Allergie à l œuf (avérée!): grippe et ROR Déficit de l immunité cellulaire : vaccin vivant Encéphalopathie évolutive : coqueluche Liées au vaccin vivant atténué : BCG, ROR, varicelle, fièvre jaune Grossesse Déficit immunitaire (congénital ou acquis)

11 Calendrier vaccinal Vaccinations généralisées Obligatoire (DTP) Recommandées (remboursement SS) Vaccinations ciblées BCG!! Voyages profession

12

13 Vaccins obligatoires Diphtérie-tétanos-poliomyélite Primo-vaccination : M2, M3, M4 Rappel : M12 ou M16-18 Autres rappels 6 ans ans ans Puis tous les 10 ans

14 Vaccins obligatoires Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite Primo-vaccination : M2, M4 (DTP) Rappel : M11 (DTP) Autres rappels 6 ans (DTP) ans (dtp) 25 ans (dtp) 45 ans (dtp) 65 ans (dtp) Puis tous les 10 ans («immunosénescence»)

15 Vaccins recommandés PNEUMOCOQUE HAEMOPHILUS INFLUENZAE type b COQUELUCHE HEPATITE B ROR HPV MENINGOCOQUE

16 PNEUMOCOQUE PREVENAR 13 (avant 2 ans / population générale) M2, (M3 si prématuré), M4, rappel à M12 Enfant à risque entre 2 et 5 ans PNEUMO 23 (à partir de 5 ans) Ciblé (drépanocytose, splénectomie, insuffisance cardiaque, brèche ostéoméningée )

17 PNEUMOCOQUE PREVENAR 13 (avant 2 ans / population générale) M2, (M3 si prématuré), M4, rappel à M11 Enfant à risque entre 2 et 5 ans PNEUMO 23 (à partir de 5 ans) Ciblé (drépanocytose, splénectomie, insuffisance cardiaque, brèche ostéoméningée )

18 COQUELUCHE M2, M3, M4 Rappel à M16-18 Autres rappels : à ans puis adulte au contact de nourrissons et chez tous les adultes de 26 à 28 ans Vaccination des ados et adultes jeunes protection des nourrissons de moins de 6 mois

19 M2, M4 Rappel à M11 Autres rappels : à 6 ans à ans puis à 25 ans COQUELUCHE Vaccination des ados et adultes jeunes protection des nourrissons de moins de 6 mois Minimum 2 ans entre vaccinations DTP et DTP coq (sauf épidemies, possible de baisser le délai à 1 mois)

20 Schéma HEPATITE B 2 injections à 1 à 2 mois d intervalle (M2-M4) puis rappel 12 mois après (M16-18) Immunité prolongée Indications NN de mère AgHbs + (avant H48 avec Ig) Population générale Projet de greffe, dialyse Et la SEP? ENGERIX B10 INFANRIX HEXA = DTPCoqHI-HB

21 Schéma HEPATITE B 2 injections à M2-M4 (1 à 2 mois d intervalle) puis M11 (rappel 6 mois après) Immunité prolongée Indications NN de mère AgHbs + (avant H48 avec Ig) Population générale Projet de greffe, dialyse Et la SEP? ENGERIX B10 INFANRIX HEXA = DTPCoqHI-HB

22 ROR 1 ère dose à M12 puis M18 Dès M9 si collectivité PRIORIX Vaccination dans les 72h si contage rougeole Grossesse! Vaccination en maternité si rubéole négative

23 ROR 1 ère dose à M12 PRIORIX Plus de ROR à M9 si collectivité! car bcp d échecs à cet âge en raison d Ac maternels encore présents 2 ème dose à mois (à partir de 13 mois et avant 2 ans) Vaccination dans les 72h si contage rougeole Grossesse! Vaccination en maternité si rubéole négative

24 La Rougeole

25 La Rougeole 1544 cas déclarés en 2009, 26% hospitalisés, deux décès 5075 cas en 2010, 29% hospitalisés, 8 encéphalites, deux décès cas en 2011! 16 encéphalites, six décès Recrudescence depuis 2008 mise à jour vaccinale des adultes jeunes+++

26 MENINGOCOQUE C MENINGITEC Recommandé pour tous les nourrissons à M12 1 injection Rattrapage jusqu à 24 ans Vaccination si contage

27 TUBERCULOSE = BCG N est plus obligatoire Vaccination ciblée /population à risque Ile de France, Guyane, Mayotte Dès la naissance Schéma/ posologie <12 mois : 0,05 ml avant 3 mois : sans IDR de 3 (voire 6) à 12 mois : 0,05ml après IDR négative > 12 mois : 0,1 ml après IDR négative

28 HPV (infections à Papillomavirus) GARDASIL (quadrivalent) CERVARIX (bivalent) Recommandé à toutes les jeunes filles à partir de 14 ans Et en rattrapage aux jeunes femmes jusqu à 23 ans n ayant pas eu de rapport sexuel ou, au plus tard, dans l année suivant le début de la vie sexuelle. Schéma vaccinal : 2 injections à 0,1-2, 6 mois Protection contre 70% des HPV responsables du cancer du col de l utérus ( intérêt du dépistage par FCV après vaccin!)

29 HPV (infections à Papillomavirus) Recommandé à toutes les jeunes filles entre 11 ans et 14 ans Et en rattrapage aux jeunes femmes jusqu à 19 ans révolus Schéma vaccinal : 2 injections à 0 et 6 mois Protection contre 70% des HPV responsables du cancer du col de l utérus ( intérêt du dépistage par FCV après vaccin!)

30 GRIPPE Vaccination ciblée/ population à risque Personnes de 65 ans et plus Personnes ayant maladies chroniques (respiratoires : muco, asthme, cardiovasculaires, diabète) Entourage de nourrissons fragilisés de moins de 6 mois Tous les ans Chez les > 6 mois VAXIGRIPP

31 SCHEMA VACCINAL mois : DTP-Coq-Hib-HB + Pneumocoque (3 mois : Pneumocoque que si prématuré) 4 mois : DTP-Coq-Hib-HB + Pneumocoque 11 mois : rappel DTP-Coq-Hib-HB + Pneumocoque 12 mois : ROR + méningocoque mois : 2ème ROR 6 ans : DTP-Coq ( TETRAVAC ou INFANRIX TETRA) ans : dtp-coq ( REPEVAX ou BOOSTRIX TETRA) et à partir de 11 ans : HPV 25 ans : dtp-coq ( REPEVAX ou BOOSTRIX TETRA) 45 ans : dtp ( REVAXIS) 65 ans : dtp puis tous les 10 ans

32

33 Cocooning Vaccination de l entourage pour protéger les enfants à risque Grippe Coqueluche +++

34 Conclusions Professionnels : vérifions nos vaccinations! Initiation précoce des vaccins dès 2 mois Calendrier vaccinal (BEH) Rattrapage (enfant et son entourage) Acte médical / carnet de santé Information aux parents

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

3) Comment organisez-vous le rattrapage?

3) Comment organisez-vous le rattrapage? CAS CLINIQUE N 1N Sandrine, jeune femme de 24 ans, vient de divorcer et se rapproche de son nouvel ami avec lequel elle souhaite avoir un enfant. Elle vient vous montrer le carnet de santé de son fils

Plus en détail

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil

Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil Calendrier Vaccinal Ce qui Change Comment s y retrouver? Robert COHEN InfoVac CHI Créteil 1 2013 Refonte Profonde du Calendrier Vaccinal Diminution du nombre d injections suppression des injections de

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins Vaccins Exemples d Apport de la Vaccination aux USA Maladie Morbidité Morbidité % Réduction avant vaccination 2003 cas/an cas/an Variole 48164 0 100% Diphtérie 175885 1 99,99% Coqueluche 147271 8067 94,52%

Plus en détail

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Principes de la vaccination Protection active spécifique vis-à vis d un agent infectieux avant toute exposition.

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2011-2012 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Calendrier des vaccinations 2013

Calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. État des connaissances : mars 2013 Calendrier des vaccinations 2013 Poi int sur les pr rincipales nouvea autés Le calendrier des vaccinations ou calendrier vaccinal, élaboré

Plus en détail

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours :

I. Définitions : Suite définitions : 2. Objectifs de la vaccination. Vaccinations et calendrier vaccinal Objectifs du cours : Vaccinations et calendrier vaccinal 2014 Objectifs du cours : - Situer la politique vaccinale dans une dimension de santé publique - Comprendre le principe vaccinal - Savoir lire et interpréter le calendrier

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN I/ Présentation ECN II/ Introduction III/les vaccins, les adjuvants,

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2012-2013 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. La coqueluche. Haemophilus Influenzae B. Le Papilloma Virus. L hépatite B. La grippe. LA COQUELUCHE Bacille gram (bacille de Bordet et Gengou)

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon

Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon Vaccins : quoi de neuf? Guillemain Richard Pédiatre CH Mâcon PLAN Méningo C à 5 mois, rappel chez l adolescent? Coqueluche : quels vaccins pour quel âge? Et la Grossesse? Rougeole: penser au rattrapage

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Vaccinations, je suis à jour

Vaccinations, je suis à jour Vaccinations, je suis à jour Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie et le Comité Scientifique

Plus en détail

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vincent Boisserie-Lacroix Vaccins abordés Pneumocoque Virus grippal Rappel coqueluche Prévenar13 Vaccin osidique conjugué à 13 valences Sérotypes 1, 3, 4, 5,

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE LA VACCINATION UE 2.5 - Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE PLAN 1. Définition 2. Cadre législatif 3. Différents types

Plus en détail

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale Savoir programmer un rattrapage vaccinal Adapter

Plus en détail

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin

La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin Semaine européenne de la vaccination Du 24 avril au 1 er mai 2010 La couverture vaccinale en Guadeloupe et dans la collectivité d outre mer de Saint-Martin Enquêtes de couverture vaccinale chez les enfants

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation rattrapage et mise à jour Introduction Quelques remarques Vaccinations recommandées de base Vaccinations recommandées complémentaires Vaccinations recommandées des groupes à risque

Plus en détail

Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage. Dr. Emilia Frentiu

Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage. Dr. Emilia Frentiu Questions pratiques sur la vaccination Le rattrapage Dr. Emilia Frentiu 10.11.2012 Il y a environ 4 ans, un enfant a reçu 1 seule dose de vaccin antihépatite A(Havrix ) avant un départ à l'étranger pour

Plus en détail

Les vaccinations. Les vaccinations

Les vaccinations. Les vaccinations Les vaccinations Généralités : Les vaccins font partie du domaine de la prévention. Ils permettent de protéger contre des maladies dites «historiques» qui ont fait beaucoup de ravages et qui maintenant,

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique?

Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Réticences à la vaccination: une vérité scientifique? Dr Magali Vidal-Roux Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand Samedi 3 décembre 2016 De 1881 à 2016 1881 «Des virus affaiblis ayant

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 173 - Mai 2017 SOMMAIRE La vaccination en 2017 1. Les nouvelles recommandations du calendrier vaccinal p 2 2. Les adaptations face aux ruptures de stock p 6 3. Test de lecture

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT Module 7 - Edition 2004 - Item 76 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 76 : VACCINATIONS : BASES IMMUNOLOGIQUES, INDICATIONS, EFFICACITE, COMPLICATIONS OBJECTIFS TERMINAUX I Appliquer le calendrier des

Plus en détail

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal

La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal La place de la sage-femme dans le nouveau calendrier vaccinal Mme Anne-Marie CURAT CNSF 10 juin 2014 CNSF : les prescriptions des sages-femmes : un casse tête 10 juin 2014 1 «Je déclare ne pas avoir d

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Professeur Patrice FRANCOIS

Professeur Patrice FRANCOIS UE7 - Santé Société Humanité - Santé Publique Chapitre 2 : Santé et prévention Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rapp pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis DOSSIER 1 Jules Huyavédi de Pavenir (vieille noblesse bretonne) à 65 ans.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination Joël Gaudelus Robert Cohen Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination 1 Quelles sont les maladies à prévention vaccinales plus fréquentes ou plus graves chez les ex- prématurés? / Diphtérie

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

VACCINATION. carnet. de bord

VACCINATION. carnet. de bord VACCINATION carnet de bord Professionnels de santé votre vaccination est essentielle Médecin, infirmier, pharmacien, chirurgien-dentiste et sage-femme, en vous vaccinant, vous vous assurez une protection

Plus en détail

ESPACE DE SANTE PUBLIQUE. Les vaccinations du voyage

ESPACE DE SANTE PUBLIQUE. Les vaccinations du voyage ESPACE DE SANTE PUBLIQUE Les vaccinations du voyage BEH 23-24 du 2 juin 2009 Docteur Antoine CAPRIOLI Vaccinations du voyage - Plan 2 PLAN Pour tous et quelle que soit la destination En fonction de la

Plus en détail

Disponibilité des vaccins au 31 Mai Vaccins du calendrier vaccinal

Disponibilité des vaccins au 31 Mai Vaccins du calendrier vaccinal Disponibilité des vaccins au 31 Mai 2016 Rouge = indisponible Orange = tensions Vert = Normal Nom du Vaccin Statut Retour à la BCG SSI (tuberculose) Vaccins du calendrier vaccinal Indisponible Non déterminé

Plus en détail

Question 1 : Schéma vaccinal Vaccin contre VHB en pratique

Question 1 : Schéma vaccinal Vaccin contre VHB en pratique Dossier N 3 Mme V vient en consultation avec sa fille Léa, qui a 14 ans. Léa consulte en raison de douleurs au moment des règles apparues il y a 6 mois. A cette occasion, vous faites le point sur les vaccinations

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

En France. Dr Thomas HULEUX* *Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH DRON Tourcoing

En France. Dr Thomas HULEUX* *Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH DRON Tourcoing En France Dr Thomas HULEUX* *Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur, CH DRON Tourcoing Généralités: défini.on Un vaccin est une préparation antigénique qui a pour but d induire

Plus en détail

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006

Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 Etiquette n 1 Enquête de couverture vaccinale des enfants à Bruxelles 2006 1. Nom de l enquêteur : 2. Date de l enquête : JJ / MM Heure 1 ère visite / H 2 ème visite / H 3 ème visite / H 2.1 Tentative

Plus en détail

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant ENFANT Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant D après le calendrier vaccinal 2015 1 drier vaccinal ARRIVAC 200x100 Mai 2015 v1.indd

Plus en détail

!!! Recommandations particulières. Pneumocoque. Coqueluche BCG. Grippe saisonnière. Pneumocoque. Varicelle VHA VHB. Méningocoque

!!! Recommandations particulières. Pneumocoque. Coqueluche BCG. Grippe saisonnière. Pneumocoque. Varicelle VHA VHB. Méningocoque VACCINATION Coqueluche Vaccination des nourrissons Adultes avec projet parental Pendant la grossesse : Père, fratrie Personnes qui prendront en charge l enfant Après la grossesse : Mère, même si allaitement

Plus en détail

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Pr. Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Fd. Comité Technique des Vaccinations 1999-2005 Calendrier vaccinal DEFINITION Vaccinations

Plus en détail

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE

VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE VOTRE ENFANT RENTRE AU COLLÈGE Est-il à jour de ses vaccinations? D après le calendrier vaccinal 2014 1 ette 105x210 vaccinations V11.indd 1 30/09/2014 10 Le rendez-vous POUR TOUS LES ADOLESCENT(E)S DE

Plus en détail

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron

Vaccinations du Nourrisson. François-Marie Caron Vaccinations du Nourrisson François-Marie Caron Impact d un programme de vaccinations RUBEOLE 1970 OREILLONS 1983 ROUGEOLE 1983 ASSOCIATION 1986 Acceptation vaccination garçon oreillons 1996 Rattrapage

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

Disponibilité des vaccins au 6 Novembre Vaccins du calendrier vaccinal

Disponibilité des vaccins au 6 Novembre Vaccins du calendrier vaccinal Disponibilité des vaccins au 6 Novembre 2016 Rouge = indisponible Orange = tensions Vert = Normal Vaccins du calendrier vaccinal Nom du Vaccin Statut Retour à la normale Indisponible en ville BCG SSI (tuberculose)

Plus en détail

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E COMMISSION DE LA TRANSPARENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 18 avril 2001 HEXAVAC, suspension injectable, vaccin diphtérique, tétanique,

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Le nouveau calendrier vaccinal Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Forum Médical Lyonnais- 28 septembre 2013 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations/

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE Un grand nombre de maladies infectieuses entraînent une protection plus ou moins longue. D où la recherche de moyens pour obtenir une immunité artificielle sans encourir

Plus en détail

Calendrier Vaccinal 2013 d après BEH et recommandations GPIP/AFPA

Calendrier Vaccinal 2013 d après BEH et recommandations GPIP/AFPA Calendrier Vaccinal 2013 d après BEH et recommandations GPIP/FP ge approprié N 2m 3m 4m 9m 11m 12 m 13-24m 6a 11-15a 25 a 25-65 Ø 65a BCG (1) Populations à risque dès la naissance, Rattrapage jusqu à 15

Plus en détail

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Hygiène, Risques et Qualité chez la personne âgée- Lyon- 24 Septembre 2013 Conflits

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN FÉVRIER 2008 SOMMAIRE LA VACCINATION : LE POINT SUR LES CONNAISSANCES ACTUELLES 3-7 LES MALADIES : POURQUOI, COMMENT, QUAND SE

Plus en détail

La vaccination en France en 2017

La vaccination en France en 2017 La vaccination en France en 2017-13 mars 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Pellegrin Introduction Prise en charge des maladies infectieuses Curatif : antibiotiques,

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

Disponibilité des vaccins au 10 mars 2016

Disponibilité des vaccins au 10 mars 2016 Disponibilité des vaccins au 10 mars 2016 Vaccins du calendrier vaccinal Nom du Vaccin Statut Retour à la uniquement dans le secteur publique BCG SSI (tuberculose) Infanrix Hexa (D-T-Ca-P-Hib-HepB) Infanrix

Plus en détail

DOCUMENTS GRAND PUBLIC

DOCUMENTS GRAND PUBLIC Liste des documents sur la vaccination proposés par le Co.D.E.S. 04 dans la limite des stocks disponibles (sur commande) 2017 DOCUMENTS GRAND PUBLIC Calendrier simplifié des vaccinations- Vaccination :

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III CAS CLINIQUES. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET CAS CLINIQUES 17 novembre 2010 DCEM III Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Cas clinique 1 Mme P. 28 ans, jeune cadre dynamique d origine caucasienne,

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14

Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14 Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14 La famille Martin La famille Martin est composée du père, Stéphane de la mère Carine, infirmière de leurs 2 enfants, Virginie 12 ans Hugo 9 mois Et

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents.

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents. VACCINATIONS Auteur : Expert : Relecteur : Dr. M. Grira,, HUG Dr. I. Guessous,, HUG Dr. N.-T. Tran,, HUG Algorithmes et relecture: M. Le Braz Mise en page: J. Caliri 2017 LES POINTS À RETENIR Depuis 2013,

Plus en détail

Cas n 1. Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans

Cas n 1. Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans Cas n 1 Elle a reçu son dernier rappel diphtérie-tétanos-polio-coqueluche ( Tétravax ) à l âge de 13 ans 1. Lui conseille-t-on un rappel dtp ou dtcap? Cas n 1 1. Jeune femme en âge en âge d avoir des enfants

Plus en détail

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale

Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Les vaccinations sont elles efficaces chez les PVVIH? Conséquences sur le calendrier et la stratégie vaccinale Solen Kernéis Equipe Mobile d Infectiologie & CIC de Vaccinologie Cochin Pasteur COREVIH Ile

Plus en détail

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles.

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles. 4 -RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES 4.1 - Vaccination contre la coqueluche Adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Également recommandée à l occasion d une grossesse, la mise

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail