CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine"

Transcription

1 CROPSAV POITOU-CHARENTES Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

2 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes Prophylaxies Contrôles à l'introduction Gestion des suspicions : interêt du recours au protocole expérimental interféron

3 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes Prophylaxies Contrôles à l'introduction Gestion des suspicions : interêt du recours au protocole expérimental interféron

4

5 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes Prophylaxies Contrôles à l'introduction Gestion des suspicions : interêt du recours au protocole expérimental interféron

6 Situation sanitaire de la France Bilan pour l'année 2012* ~ troupeaux testés (6%) IDS, IDC ~1100 cabinets vétérinaires, 17% ont déclaré des réactions 831 troupeaux à IDC non négative (10% IDC pos) 932 troupeaux à IDS non négative (56% IDS pos) 749 troupeaux à abattage diagnostique(ad), 79 troupeaux infectés BV abattus en AD, 87 BV infectés (6,4% de confirmation) 167 suspicions abattoirs fortuites, 23 confirmées Troupeaux incidents : 116 abattage partiel = 50% * Sources A. Fediaevsky

7 Situation sanitaire en 2012 : Localisation des foyers de tuberculose nombre de foyer 2012 ( 10 ( 5 ( 1 Rouge = 2012 Orange = Jaune = Fond vert = faune sauvage foyers

8 Situation sanitaire 2013 L'évolution de la situation en France 700 0,1800% ,1600% 0,1400% 0,1200% 0,1000% 0,0800% 0,0600% 0,0400% 0,0200% 0,0000% Prévalence cheptels Incidence cheptels Taux de prévalence Taux d'incidence Foyers prévalents 2013 = = 169 Prévalence annuelle 2013 = 0,088 % 2012 = 0,076% Foyers incidents 2013 = = 116 Incidence annuelle 2013 = 0,048 % 2012 = 0,051% Taux troupeaux OI 2013 = 99,82 Drs MB %? Alvado-Brette A Scoizec = 99,87% / troupeaux * Sources A. Fediaevsky

9

10 Situation sanitaire régionale

11 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou- Charentes Prophylaxies : Rythme des campagnes Zones à risque Autorisation de vente de lait cru. Contrôles à l'introduction ; Gestion des suspicions Drs MB Alvado-Brette -A : Scoizec interêt du recours au protocole expérimental interféron

12 Prophylaxies : rythme des campagnes Critères de détermination du rythme des campagne de prophylaxie Situation départementale La règle: prophylaxie annuelle et BV > 6 sem Si prévalence annuelle <1 % - 2 ans de suite biennale Si prévalence annuelle <0,2 % - 4 ans de suite triennale et BV> 24 mois Si prévalence annuelle <0,1 % - 6 ans de suite quadriennale et BV > 24 mois. Possibilité arrêt dépistage

13 Prophylaxie Zones «à risque» tuberculose

14 Echanges : Détermination des rythmes de dépistage de la tuberculose Statu quo Allégement des rythmes de dépistage Obeit aux règles énoncées Renforcement des rythmes de dépistage

15 Echanges - Détermination des rythmes de dépistage de la tuberculose : augmentation? Facteurs disuasifs Facteurs incitatifs Gestion sanitaire - Création de zone à risque (ZAR) Surveillance en abattoir Cas importés (79) Pas de foyer hors ZAR Position dpts Arrêt des prophylaxies - Si on ne cherche pas, on ne trouve pas Situation sanitaire département limitrophe Méconnaissance de la réalité terrain

16 Echanges : Détermination des rythmes de dépistage de la tuberculose - Proposition Si on accentue la pression de prophylaxie But initial obtenir une vision de la situation Finalité: au vu des informations,faciliter la prise de décision Photographie de la situation sanitaire Tous les cheptels la même année Vision sur 3 ans Analyse de risque et échantillonnage

17 Echanges : Imposer les contrôles aux cheptels «Autorisation de vente de lait cru» Département Nombre établissements vente lait cru

18 Les introductions Charente Nombre bovins introduits en 2013 provenant des départements classés à risque tuberculose bovine Charente Maritime Nombre de bovins introduits en 2013 provenant de départements classés à risque tuberculose bovine nombre de bovin A&2B département d'origine Nombre de bovins A&2B Départements d'origine Deux Sèvres Nombre de bovins introduits en 2013 provenant de départements classés à risque tuberculose bovine Vienne Nombre de bovins introduits en 2013 provenant de départements classés à risque tuberculose bovine nombre de bovins A&2B A&2B départements d'origine départements d'origine nombre de bovins

19 Les introductions Bovins introduits en Poitou-Charentes en fonction de leur département d'origine* 2500 nombre de bovins DPT_16 DPT_17 DPT_79 DPT_86 0 départements d'origine des bovins * Départements d'origine : taux de prévalence cumulée sur 5 ans supérieure à la moyenne nationale - NdS 09/2011-données 2010.

20 Echanges : Imposer les contrôles à l'introduction? Pour qui? Les limites des contrôles à l'introduction Risques de non détection si animal infecté Performances des tests Sensibilité individuelle <0.8 donc 2 chances/ 10 de passer à côté Technique Sensibilité Spécificité IDS 80%-91% 75%-99,9% IDC 55%-93% 89%-100% Biais lors de la réalisation des tests Baisse de la réaction immunitaire Modalités de réalisation des tests Conservation de la tuberculine -en particulier hors période de prophylaxie

21 Echanges : Imposer les contrôles à l'introduction? Pour qui? Les limites des contrôles à l'introduction Sentiment de fausse sécurité Interruption précoce de la quarantaine Risque sanitaire lors du transport occulté Risque de retester un animal,en particulier pour les bovins issus cheptel à risque (contrôle extrusion) Départements ciblés par NdS de 2011: A-2B «Coût» : tests 3 foyers / % Contraintes vendeurs : (Charente premier fournisseur du 17 et du 86) Faux réagissants (spécificité 75 % : 1 réagissant sur 4 est un faux positif Risque de refus de vente.

22 Le protocole expérimental interféron Objectif Démontrer qu une analyse IFG à J+3 est au moins aussi sensible qu'un contôle IDC à J42 sur des bovins pour lesquels un test de recontrôle est possible. Protocole expérimental sur 2 campagnes Cheptels de France métropolitaine

23 Protocole expérimental Interféron : Intérêts et contraintes pour l éleveur Intérêt à long terme: contribuer à l évolution de la réglementation, éviter les recontrôles à J42, limiter les temps de blocage des exploitations

24 Modalités d'application du protocole

25 Merci de votre attention

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

TUBERCULOSE BOVINE : BILAN 2014

TUBERCULOSE BOVINE : BILAN 2014 Rédactrices : Dr Marie-Béatrice Alvado-Brette (Directrice CIREV Sud-Ouest) Dr Axelle Scoizec (Epidémiologiste CIREV Sud-Ouest) TUBERCULOSE BOVINE : BILAN 2014 Niveau européen La carte suivante présente

Plus en détail

Plan national d action relatif à la lutte contre la tuberculose bovine

Plan national d action relatif à la lutte contre la tuberculose bovine Direction générale de l'alimentation Plan national d action relatif à la lutte contre la tuberculose bovine Version n 2 (révision du plan d action initial de novembre 2010) Dernière mise à jour le 18 juin

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Tuberculose bovine Épidémiologie et réglementation

Tuberculose bovine Épidémiologie et réglementation Tuberculose bovine Épidémiologie et réglementation Alexandre Fediaevsky DGAl / SDSPA / Bureau de la santé animale 5 avril 2013 Avant propos Comment a évolué la perception de la tuberculose bovine et sa

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 4 décembre 2012 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l'utilisation de certains tests de

Plus en détail

Le réseau de surveillance des maladies animales et d alerte précoce

Le réseau de surveillance des maladies animales et d alerte précoce MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES Le réseau de surveillance des maladies animales et d alerte précoce Dr Isma Dalila DJAILEB Médéa, les 30-31 mars

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de service d'action Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau de la santé animale 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 Note

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

La tuberculose bovine en France en 2010, surveillance. Dispositifs de surveillance de la tuberculose bovine

La tuberculose bovine en France en 2010, surveillance. Dispositifs de surveillance de la tuberculose bovine La tuberculose bovine en France en 2, surveillance et détection accrues Alexandre Fediaevsky () (alexandre.fediaevsky@agriculture.gouv.fr), Jean-Jacques Bénet (2), Maria Laura Boschiroli (3), Jean Hars

Plus en détail

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie République Tunisienne Ministère de l Agriculture Direction Générale des Services Vétérinaires Document élaboré par Dr. Heni HAJ

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999)

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Dans le cadre de la réévaluation du dispositif français de prévention à l égard

Plus en détail

Bilan d étape de la campagne 2013/2014 de prophylaxie de la tuberculose bovine

Bilan d étape de la campagne 2013/2014 de prophylaxie de la tuberculose bovine Bilan d étape de la campagne 2013/2014 de prophylaxie de la tuberculose bovine DOSSIER DE PRESSE 4 mars 2014 Contact presse : Esther DAVID : 02 43 01 50 70 pref-communication@mayenne.gouv.fr La prévention

Plus en détail

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine.

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine. FEDERATION NATIONALE DES ELEVEURS DE CHEVRES 42, rue de Châteaudun - 75314 PARIS CEDEX 09 Tél: 01 49 70 71 07 Fax : 01 42 80 63 80 e-mail : sespinosa@fnec.fr Site internet : www.fnec.fr Régie par la loi

Plus en détail

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes.

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Cher expert, Le Comité scientifique de l AFSCA a pris l initiative d évaluer le caractère organisationnel de

Plus en détail

TickINFO: Concepts et adaptation á la peste porcine classique

TickINFO: Concepts et adaptation á la peste porcine classique Plan TickINFO: Concepts et adaptation á la peste porcine classique Intérêt des bases de données en épidémiologie animale Exemple de base de données: TickINFO Sophie Molia, CIRAD-EMVT Guadeloupe Possible

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

La biosécurité: une question d argent et de gros bon sens!

La biosécurité: une question d argent et de gros bon sens! La biosécurité: une question d argent et de gros bon sens! Par Claudia Gagné-Fortin Médecin vétérinaire Direction de la santé animale et de l inspection des viandes (MAPAQ) Déjeuner conférence de l AQAZ,

Plus en détail

Automne et BVD. Nouveauté. Par l éleveur Dès la naissance, Pour la vie. La lettre d'information du GDS Mayenne N 14 - Octobre 2012.

Automne et BVD. Nouveauté. Par l éleveur Dès la naissance, Pour la vie. La lettre d'information du GDS Mayenne N 14 - Octobre 2012. La lettre d'information du GDS Mayenne N 14 - Octobre 2012 Automne et BVD Jean-Luc Frennet Vétérinaire GDS La prochaine rentrée des animaux doit vous inciter à faire le point (avec votre vétérinaire traitant

Plus en détail

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Joop LENSINK 1, Kees VAN REENEN 2, Hélène LERUSTE 1 1 Institut Supérieur d Agriculture (ISA) Lille, France 2 Animal Science Group,

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

Circulaire relative au pacage frontalier avec la France

Circulaire relative au pacage frontalier avec la France Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative au pacage frontalier avec la France Référence PCCB/S2/HVB/900069 Date 16/05/2013 Version actuelle 2.0 Applicable à partir de

Plus en détail

LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE

LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE Un outil souple, rapide et sécurisé pour mener et suivre toutes vos actions sanitaires. Le complément de SIGAL, pour gérer les maladies non réglementées. La simplicité

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de service d'action Direction générale de l'alimentation Service des actions sanitaires en production primaire Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau de la santé animale 251

Plus en détail

La visite d élevage canine

La visite d élevage canine La visite d élevage canine Xavier LEVY, DMV, ECAR Diplomate Centre de Reproduction des Carnivores du Sud-Ouest () Groupe d Etude en Reproduction Elevage et Sélection (GERES) Qui sont les éleveurs et leurs

Plus en détail

PROPHYLAXIE BOVINE 2010 / 2011

PROPHYLAXIE BOVINE 2010 / 2011 DEPISTAGE ANNUEL DES TROUPEAUX CONTROLES A L INTRODUCTION CAS DES ATELIERS DEROGATAIRES DECLARATION DES AVORTEMENTS VISITE SANITAIRE OBLIGATOIRE PARTICIPATION FINANCIERE DU GDS DEPISTAGE ANNUEL DES TROUPEAUX

Plus en détail

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack K A O L A C K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Observatoire Régional DT DICT Limousin

Observatoire Régional DT DICT Limousin Observatoire Régional DT DICT Limousin Patricia FiILLAUD -TEXIER UI LPC, 9 janvier 2015 sommaire 1 Volumétrie de l'activité en LPC 2 Dommages au réseau ORANGE en Limousin 3 Démarche de prévention des dommages

Plus en détail

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique

Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Les enquêtes par quotas comme outil de surveillance Comparaison avec une enquête aléatoire transversale pour la mesure de la prévalence tabagique Romain Guignard, Jean-Louis Wilquin, Jean-Baptiste Richard,

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

BELTRACE FACTURATION 1. Description récapitulative du procédé

BELTRACE FACTURATION 1. Description récapitulative du procédé BELTRACE FACTURATION On commente ci dessous chercher facturation et gérer facturation au niveau de l application Sanitrace. On débute dans le menu principal toujours à partir de Chercher facturation et

Plus en détail

Des exemples concrets de valorisation de données

Des exemples concrets de valorisation de données L accès aux données pour la recherche & innovation» Workshop ACTA 8 Octobre 2015 Des exemples concrets de valorisation de données (problèmes rencontrés, solutions trouvées, valeur ajoutée du service...)

Plus en détail

Peuvent adhérer les éleveurs adhérents au GDS et à l'os de la race concernée.

Peuvent adhérer les éleveurs adhérents au GDS et à l'os de la race concernée. ACTION "BOVINS HAUT POTENTIEL" REGIONALE REGLEMENT INTERIEUR 2012 Article 1 - OBJECTIF DE l'action L'objet est de permettre aux éleveurs possédant des bovins de haute valeur génétique : de percevoir des

Plus en détail

RÉUNION DE LA COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L OIE POUR LES ANIMAUX TERRESTRES Paris, 29 septembre 10 octobre 2008. Liste des participants

RÉUNION DE LA COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L OIE POUR LES ANIMAUX TERRESTRES Paris, 29 septembre 10 octobre 2008. Liste des participants 19 Annexe I RÉUNION DE LA COMMISSION DES NORMES SANITAIRES DE L OIE POUR LES ANIMAUX TERRESTRES Paris, 29 septembre 10 octobre 2008 Liste des participants MEMBRES DE LA COMMISSION DU CODE TERRESTRE Dr

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

LA CERTIFICATION IBR

LA CERTIFICATION IBR STC 85 (schéma Territorial de Certification de la Vendée) LA CERTIFICATION IBR INDEMNE D IBR CONTROLE IBR INDEMNE D IBR CONTROLE IBR I Démarche vendéenne et qualification des élevages II Rappel des protocoles

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DEMANDE

NOTICE POUR REMPLIR LA DEMANDE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTICE POUR REMPLIR LA DEMANDE D AUTORISATION DE PROJET UTILISANT DES ANIMAUX A DES FINS SCIENTIFIQUES Cette notice a pour objectif d aider le demandeur

Plus en détail

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Madame Sabine LARUELLE Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique 1 1. AFSCA:

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS. Quel est l objectif? Que vérifie-t-on?

DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS. Quel est l objectif? Que vérifie-t-on? DOMAINE «SANTÉ PRODUCTIONS ANIMALES» FICHE SANTÉ - ANIMAUX I PAQUET HYGIÈNE RELATIF AUX PRODUCTIONS PRIMAIRES ANIMALES Quel est l objectif? Le règlement cadre européen 1 sur la législation alimentaire

Plus en détail

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2 L u n d i 6 m a r s 2 0 0 6 dossier de presse par Jean-Baptiste GIRAUD, vice-président du conseil général chargé de l agriculture et du développement agricole La surveillance de la santé des animaux sauvages

Plus en détail

LOI 04-009 2004-05-19 PR

LOI 04-009 2004-05-19 PR LOI 04-009 2004-05-19 PR LOI ORGANISANT LA POLICE SANITAIRE ET LA PROPHYLAXIE COLLECTIVE DES MALADIES RÉPUTÉES LÉGALEMENT CONTAGIEUSES DES ANIMAUX SUR LE TERRITOIRE DE LA RÉPUBLIQUE DU TCHAD Table des

Plus en détail

CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015

CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015 N/REF : CDU/MPE/1371.01/animaux/généralités/ CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015 1. Bovins en provenance de Belgique A. Conditions générales

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES

DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE MARITIME DIRECTION DE LA SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS ALIMENTAIRES N DSSA/DSA Rabat le, 13/08/09 CODE DE PROCEDURE POUR LE CONTROLE PAR VACCINATION

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Norme générale 1 Evaluation initiale et planification Services vétérinaire cliniques primaires

Plus en détail

L application de la réforme : questions/réponses. DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1

L application de la réforme : questions/réponses. DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1 L application de la réforme : questions/réponses DDE Saône-et-Loire - SDT Urbanisme - 2 avril 2008 1 Vos questions. 1- Modalités pour détacher des terrains à bâtir? 2- Composition des dossiers d urbanisme?

Plus en détail

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque Chapitre 9 L analyse de risque 17/04/2006 Claude Saegerman 1 L analyse de risque L analyse de risque organiser les informations disponibles sur un sujet donné les traduire en probabilités en déduire logiquement

Plus en détail

ANNEXE3.doc Annexe 3 ACTIONS SANITAIRES EN MATIERE DE SANTE ANIMALE

ANNEXE3.doc Annexe 3 ACTIONS SANITAIRES EN MATIERE DE SANTE ANIMALE ANNEXE3.doc Annexe 3 ANNEXE CONVENTION TRIENNALE 3/2012/79 ACTIONS SANITAIRES EN MATIERE DE SANTE ANIMALE Renseignements techniques Philippe NICOLLET LASAT sites de Champdeniers et de Niort 05.49-25-31-10

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante Politique Agricole Commune Aide Bovine Allaitante 2015 Aides Bovines Allaitantes: Attribution des références : - Soumis à un plafond budgétaire, dépendant du nombre de demandes - Allocation des références

Plus en détail

Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA

Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA MAURITANIE Dr Lemrabott OULD MEKHALLA Directeur Adjoint de l Elevage Bamako,

Plus en détail

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Direction générale de l'alimentation Service des actions sanitaires en production primaire Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau de la santé animale 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 1 Mesures d urgence du PSE Annonces du 22 juillet : 1. Prix : mobilisation de chaque filière sur le respect des engagements 2.

Plus en détail

LA RAGE EN TUNISIE et la Lutte Antirabique de 1982 à 2012. Membres de la Commission Nationale de L.A.R.: Tunisie)

LA RAGE EN TUNISIE et la Lutte Antirabique de 1982 à 2012. Membres de la Commission Nationale de L.A.R.: Tunisie) LA RAGE EN TUNISIE et la Lutte Antirabique de 1982 à 2012 Membres de la Commission Nationale de L.A.R.: Habib Kharmachi, Ichraf Hammami Zaouia & Samy Khoufi (AfroREB Tunisie) & Moncef Mejri, Imed Turki,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE DEROGATION AUX CONTROLES DE PROPHYLAXIE POUR UN CHEPTEL D ENGRAISSEMENT 1 COORDONNEES DU DETENTEUR DU CHEPTEL D ENGRAISSEMENT

FORMULAIRE DE DEMANDE DE DEROGATION AUX CONTROLES DE PROPHYLAXIE POUR UN CHEPTEL D ENGRAISSEMENT 1 COORDONNEES DU DETENTEUR DU CHEPTEL D ENGRAISSEMENT FORMULAIRE DE DEMANDE DE DEROGATION AUX CONTROLES DE PROPHYLAXIE POUR UN CHEPTEL D ENGRAISSEMENT Application de l arrêté du 22 avril 2008 fixant les mesures techniques et administratives relatives à la

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Contribution du jumelage de laboratoires à l amélioration de la sécurité sanitaire mondiale

Contribution du jumelage de laboratoires à l amélioration de la sécurité sanitaire mondiale Contribution du jumelage de laboratoires à l amélioration de la sécurité sanitaire mondiale Conférence internationale sur les maladies émergentes et la surveillance sanitaire Vienne, 2011 Keith Hamilton

Plus en détail

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière

Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Plan Pluriannuel Départemental de Sécurité Routière Période 2012-2014 Direction Principale des Routes Sous Direction des Politiques de l Entretien et de la Sécurité Routière CG 77 - SDPESR -SCSR Service

Plus en détail

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR

Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Journée UMT Santé des Bovins Gestion Sanitaire des Regroupements de Troupeaux A Joly, GDS Bretagne, UMR BioEpAR R Guatteo,UMR BioEpAR Contexte (1) 3% des troupeaux regroupés par an (Beguin et al, 2008)

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

Les SIG dans l'unité INRA d'epidémiologie Animale

Les SIG dans l'unité INRA d'epidémiologie Animale 1/18 Les SIG dans l'unité INRA d'epidémiologie Animale principes, organisation et réalisations Rencontre AuDACES D. Abrial 27 mai 2015 2/18 Exemple immédiat : une carte de risque. ESB 467 cas 2001-2003.

Plus en détail

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT 22 février 2014 Message à tous les éleveurs et intervenants du secteur porcin du Québec MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT LA DIARRHÉE ÉPIDÉMIQUE PORCINE (DEP) PREMIER CAS DE DEP DANS

Plus en détail

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE S E D REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Monsieur le Ministre de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales 78, rue de Varenne 75007 PARIS

Monsieur le Ministre de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales 78, rue de Varenne 75007 PARIS OABA DÉPLIANT 3 VOLETS 2/05/03 14:24 Page 1 Monsieur le Ministre de l Agriculture de l Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales 78, rue de Varenne 75007 PARIS Carte à renvoyer sous enveloppe avec

Plus en détail

Circulaire 2015 01. Agents biologiques sur le lieu de travail et vaccinations

Circulaire 2015 01. Agents biologiques sur le lieu de travail et vaccinations Vaccinations des intérimaires PRINCIPE Section X Vaccinations Les employeurs sont dans l obligation de prendre des mesures spécifiques afin de protéger leurs employés et les intérimaires contre les risques

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

Programme de Lutte contre la Rage Humaine

Programme de Lutte contre la Rage Humaine Programme de Lutte contre la Rage Humaine Programme National de Lutte Antirabique / DSSB kairouan le 26 Mars 2015 2 INTRODUCTION Depuis 1992 : Mise en place du PNLAR suite à l enregistrement de 25 cas

Plus en détail

Le modèle SSI actuel et ses limites

Le modèle SSI actuel et ses limites 22 e Colloque annuel 7 décembre 2012 Le modèle SSI actuel et ses limites Olivier Chapron Damien Jullemier RSSI Groupe Société Générale Adjoint du RSSI LCL Introduction Le modèle actuel est challengé car

Plus en détail

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social

Introduction. Études classiques font généralement varier 3 niveaux de peur. Principe de l utilisation de la peur en marketing social Notion de peur Introduction «Facteur indispensable à la survie des espèces car sans elle, une indifférence totale s installe par rapport à la mort» (Dantzer, 1989) Études classiques font généralement varier

Plus en détail

Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013

Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Viviane

Plus en détail

Ordre de service d'inspection. Instruction technique DGAL/SDSPA/2014-1041. du 19/12/2014

Ordre de service d'inspection. Instruction technique DGAL/SDSPA/2014-1041. du 19/12/2014 Ordre de service d'inspection Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau des intrants et de la santé publique en élevage Suivi par : Isabelle FOURNET

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Dominantes pathologiques mal appréhendées

Dominantes pathologiques mal appréhendées OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES Anses Laboratoire de Niort: Rexcap Melle 18 Janvier 2011 Contexte du projet Dominantes pathologiques mal appréhendées Informations sanitaires dispersées

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC

Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012. Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC Journée thématique sur les TIAC en région Rhône- Alpes 04-10-2012 Rôle des DDPP dans la gestion des TIAC La DDPP en quelques chiffres 99 agents 74 inspecteurs ou enquêteurs 7234 inspections réalisées 980

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et des Pêches Maritimes Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires Dr.

Plus en détail

Essai comparatif de matériels d injection de tuberculine bovine JJ Bénet, S Philizot, J Gane, A Fediaevsky

Essai comparatif de matériels d injection de tuberculine bovine JJ Bénet, S Philizot, J Gane, A Fediaevsky Résumé Essai comparatif de matériels d injection de tuberculine bovine JJ Bénet, S Philizot, J Gane, A Fediaevsky Un essai comparatif de trois matériels d injection de tuberculine (Synthena, Multo et )

Plus en détail

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3

1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 FOURNISSEUR DE NAVIRES 1. DÉCLARATION AU PIF 2 2. CONTRÔLES 2 3. TRANSPORT VERS UN FOURNISSEUR DE NAVIRE 3 4. LES CONDITIONS D AGRÉMENT DES FOURNISSEURS DE NAVIRES 3 5. LES CONDITIONS D APPROVISIONNEMENT,

Plus en détail

Transport des animaux vivants. 1. Base Légale. 2. Schéma. Vade-mecum: Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux 1

Transport des animaux vivants. 1. Base Légale. 2. Schéma. Vade-mecum: Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux 1 Transport vivants 1. Base Légale. Schéma Vade-mecum: Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux 1 Transport vivants 1. Base Légale Règlement CE/1/005 du Conseil du décembre 004 relatif

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L'AIDE RÉGIONALE AUX DEPLACEMENTS DES APPRENTIS

RÈGLEMENT RELATIF A L'AIDE RÉGIONALE AUX DEPLACEMENTS DES APPRENTIS RÈGLEMENT RELATIF A L'AIDE RÉGIONALE AUX DEPLACEMENTS DES APPRENTIS adopté par décision de la Commission Permanente en date du 13 juillet 2012 modifié par décision de la Commission Permanente en date du

Plus en détail

Interventions sanitaires, affections, prophylaxies, produits, médicaments, interventions sur les bâtiments d élevage.

Interventions sanitaires, affections, prophylaxies, produits, médicaments, interventions sur les bâtiments d élevage. La nouvelle gamme de logiciels de Gestion de Troupeaux développée par BioSoft concerne toutes les espèces : bovins lait et viande, ovins lait et viande, caprins, porcs, volailles. Elle bénéficie à la fois

Plus en détail

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur:

Attachment H. 31 Août 2009. Cher Parent/Tuteur: Attachment H 31 Août 2009 Cher Parent/Tuteur: Il est prévu que votre élève prenne le Grade 8 des unités complètes du cours d éducation sanitaire sur la Vie de Famille et la Sexualité Humaine (FLHS) et

Plus en détail

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV)

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) - 1-916.401 Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) du 9 novembre 1983 Le Conseil d'etat du canton du Valais

Plus en détail

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques

Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Journée nationale de sensibilisation à la prévention des risques Présentation: Expérience de la CJO en matière de gestion des risques 17 mars 2015 Présentée par Autor : Noureddine / Author Data / Date

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Registre d élevage ovin/caprin

Registre d élevage ovin/caprin Registre d élevage ovin/caprin 1 Une fiche synthétique des caractéristiques de l exploitation 2 Une fiche synthétique des données concernant l encadrement zootechnique, médical et sanitaire 3 Registre

Plus en détail