CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine"

Transcription

1 CROPSAV POITOU-CHARENTES Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

2 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes Prophylaxies Contrôles à l'introduction Gestion des suspicions : interêt du recours au protocole expérimental interféron

3 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes Prophylaxies Contrôles à l'introduction Gestion des suspicions : interêt du recours au protocole expérimental interféron

4

5 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes Prophylaxies Contrôles à l'introduction Gestion des suspicions : interêt du recours au protocole expérimental interféron

6 Situation sanitaire de la France Bilan pour l'année 2012* ~ troupeaux testés (6%) IDS, IDC ~1100 cabinets vétérinaires, 17% ont déclaré des réactions 831 troupeaux à IDC non négative (10% IDC pos) 932 troupeaux à IDS non négative (56% IDS pos) 749 troupeaux à abattage diagnostique(ad), 79 troupeaux infectés BV abattus en AD, 87 BV infectés (6,4% de confirmation) 167 suspicions abattoirs fortuites, 23 confirmées Troupeaux incidents : 116 abattage partiel = 50% * Sources A. Fediaevsky

7 Situation sanitaire en 2012 : Localisation des foyers de tuberculose nombre de foyer 2012 ( 10 ( 5 ( 1 Rouge = 2012 Orange = Jaune = Fond vert = faune sauvage foyers

8 Situation sanitaire 2013 L'évolution de la situation en France 700 0,1800% ,1600% 0,1400% 0,1200% 0,1000% 0,0800% 0,0600% 0,0400% 0,0200% 0,0000% Prévalence cheptels Incidence cheptels Taux de prévalence Taux d'incidence Foyers prévalents 2013 = = 169 Prévalence annuelle 2013 = 0,088 % 2012 = 0,076% Foyers incidents 2013 = = 116 Incidence annuelle 2013 = 0,048 % 2012 = 0,051% Taux troupeaux OI 2013 = 99,82 Drs MB %? Alvado-Brette A Scoizec = 99,87% / troupeaux * Sources A. Fediaevsky

9

10 Situation sanitaire régionale

11 Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou- Charentes Prophylaxies : Rythme des campagnes Zones à risque Autorisation de vente de lait cru. Contrôles à l'introduction ; Gestion des suspicions Drs MB Alvado-Brette -A : Scoizec interêt du recours au protocole expérimental interféron

12 Prophylaxies : rythme des campagnes Critères de détermination du rythme des campagne de prophylaxie Situation départementale La règle: prophylaxie annuelle et BV > 6 sem Si prévalence annuelle <1 % - 2 ans de suite biennale Si prévalence annuelle <0,2 % - 4 ans de suite triennale et BV> 24 mois Si prévalence annuelle <0,1 % - 6 ans de suite quadriennale et BV > 24 mois. Possibilité arrêt dépistage

13 Prophylaxie Zones «à risque» tuberculose

14 Echanges : Détermination des rythmes de dépistage de la tuberculose Statu quo Allégement des rythmes de dépistage Obeit aux règles énoncées Renforcement des rythmes de dépistage

15 Echanges - Détermination des rythmes de dépistage de la tuberculose : augmentation? Facteurs disuasifs Facteurs incitatifs Gestion sanitaire - Création de zone à risque (ZAR) Surveillance en abattoir Cas importés (79) Pas de foyer hors ZAR Position dpts Arrêt des prophylaxies - Si on ne cherche pas, on ne trouve pas Situation sanitaire département limitrophe Méconnaissance de la réalité terrain

16 Echanges : Détermination des rythmes de dépistage de la tuberculose - Proposition Si on accentue la pression de prophylaxie But initial obtenir une vision de la situation Finalité: au vu des informations,faciliter la prise de décision Photographie de la situation sanitaire Tous les cheptels la même année Vision sur 3 ans Analyse de risque et échantillonnage

17 Echanges : Imposer les contrôles aux cheptels «Autorisation de vente de lait cru» Département Nombre établissements vente lait cru

18 Les introductions Charente Nombre bovins introduits en 2013 provenant des départements classés à risque tuberculose bovine Charente Maritime Nombre de bovins introduits en 2013 provenant de départements classés à risque tuberculose bovine nombre de bovin A&2B département d'origine Nombre de bovins A&2B Départements d'origine Deux Sèvres Nombre de bovins introduits en 2013 provenant de départements classés à risque tuberculose bovine Vienne Nombre de bovins introduits en 2013 provenant de départements classés à risque tuberculose bovine nombre de bovins A&2B A&2B départements d'origine départements d'origine nombre de bovins

19 Les introductions Bovins introduits en Poitou-Charentes en fonction de leur département d'origine* 2500 nombre de bovins DPT_16 DPT_17 DPT_79 DPT_86 0 départements d'origine des bovins * Départements d'origine : taux de prévalence cumulée sur 5 ans supérieure à la moyenne nationale - NdS 09/2011-données 2010.

20 Echanges : Imposer les contrôles à l'introduction? Pour qui? Les limites des contrôles à l'introduction Risques de non détection si animal infecté Performances des tests Sensibilité individuelle <0.8 donc 2 chances/ 10 de passer à côté Technique Sensibilité Spécificité IDS 80%-91% 75%-99,9% IDC 55%-93% 89%-100% Biais lors de la réalisation des tests Baisse de la réaction immunitaire Modalités de réalisation des tests Conservation de la tuberculine -en particulier hors période de prophylaxie

21 Echanges : Imposer les contrôles à l'introduction? Pour qui? Les limites des contrôles à l'introduction Sentiment de fausse sécurité Interruption précoce de la quarantaine Risque sanitaire lors du transport occulté Risque de retester un animal,en particulier pour les bovins issus cheptel à risque (contrôle extrusion) Départements ciblés par NdS de 2011: A-2B «Coût» : tests 3 foyers / % Contraintes vendeurs : (Charente premier fournisseur du 17 et du 86) Faux réagissants (spécificité 75 % : 1 réagissant sur 4 est un faux positif Risque de refus de vente.

22 Le protocole expérimental interféron Objectif Démontrer qu une analyse IFG à J+3 est au moins aussi sensible qu'un contôle IDC à J42 sur des bovins pour lesquels un test de recontrôle est possible. Protocole expérimental sur 2 campagnes Cheptels de France métropolitaine

23 Protocole expérimental Interféron : Intérêts et contraintes pour l éleveur Intérêt à long terme: contribuer à l évolution de la réglementation, éviter les recontrôles à J42, limiter les temps de blocage des exploitations

24 Modalités d'application du protocole

25 Merci de votre attention

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI CAHIER DES CHARGES TECHNIQUE DU SYSTEME NATIONAL D APPELLATION DE CHEPTEL EN MATIERE DE VISNA-MAËDI REF. : CC/VM/01 révision A Date de Création : 08/12/2003 Date de Révision : 07/12/2004 Rédaction : Mme.

Plus en détail

Le réseau de surveillance des maladies animales et d alerte précoce

Le réseau de surveillance des maladies animales et d alerte précoce MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES Le réseau de surveillance des maladies animales et d alerte précoce Dr Isma Dalila DJAILEB Médéa, les 30-31 mars

Plus en détail

LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE

LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE LOGICIEL DE GESTION DU SANITAIRE Un outil souple, rapide et sécurisé pour mener et suivre toutes vos actions sanitaires. Le complément de SIGAL, pour gérer les maladies non réglementées. La simplicité

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante Politique Agricole Commune Aide Bovine Allaitante 2015 Aides Bovines Allaitantes: Attribution des références : - Soumis à un plafond budgétaire, dépendant du nombre de demandes - Allocation des références

Plus en détail

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA

Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Conférence de presse du 12 juillet 2011 Présentation du rapport annuel 2010 de l AFSCA Madame Sabine LARUELLE Ministre des PME, des Indépendants, de l Agriculture et de la Politique scientifique 1 1. AFSCA:

Plus en détail

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie

Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie Rapport de suivi de la situation sanitaire de la fièvre aphteuse en Tunisie République Tunisienne Ministère de l Agriculture Direction Générale des Services Vétérinaires Document élaboré par Dr. Heni HAJ

Plus en détail

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA

Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc. SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Programme de Prophylaxie contre la Peste des Petits Ruminants (PPR) au Maroc SIAM 2010 Dr.MALIK JAMAL Dr.CHERKAOUI ZAKARIA ONSSA/DSV/DSA Définition La PPR est une maladie virale très contagieuse qui affecte

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE

TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE TABLEAU DE BORD DE LA PRODUCTION BOVINE Mars 2015 Points clés Au 1 er janvier 2015, le cheptel bovin en Pays de la Loire compte 2.599.805 têtes. Si la dynamique sur les effectifs de femelles laitières

Plus en détail

En France, l identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental

En France, l identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental Traçabilité de la viande de porc en France : identification des lieux d élevage et des animaux Jean Dagorn En France, l identification des élevages de porcs est gérée par un organisme départemental (EDE).

Plus en détail

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack

K A O L A C K. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Kaolack K A O L A C K REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

BREVES DU GDS 85. ont plutôt tendance

BREVES DU GDS 85. ont plutôt tendance Editorial BREVES DU GDS 85 N 29 - NOVEMBRE 2010 Ne pas confondre le PSE et le SPE (Support Personnalisé d Epidémiosurveillance), ce dernier mis en place avec le GTV (Groupement Technique Vétérinaire) et

Plus en détail

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2

dossier de presse La surveillance de la santé des animaux sauvages : 2 Le dispositif de lutte contre la grippe aviaire : 2 L u n d i 6 m a r s 2 0 0 6 dossier de presse par Jean-Baptiste GIRAUD, vice-président du conseil général chargé de l agriculture et du développement agricole La surveillance de la santé des animaux sauvages

Plus en détail

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009

Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Histoire et Sociologie de la Santé Publique Vétérinaire INRA - Ritme. Décembre 2009 Entre médecine humaine et médecine vétérinaire: l usage et l abandon de la vaccination dans la prophylaxie de la tuberculose

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

S E D H I O U SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013 AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE S E D REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015

CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015 N/REF : CDU/MPE/1371.01/animaux/généralités/ CONDITIONS SANITAIRES POUR L ACCES DES ANIMAUX A LA FOIRE DE LIBRAMONT DU 24 JUILLET AU 27 JUILLET 2015 1. Bovins en provenance de Belgique A. Conditions générales

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

BELTRACE FACTURATION 1. Description récapitulative du procédé

BELTRACE FACTURATION 1. Description récapitulative du procédé BELTRACE FACTURATION On commente ci dessous chercher facturation et gérer facturation au niveau de l application Sanitrace. On débute dans le menu principal toujours à partir de Chercher facturation et

Plus en détail

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR

QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR QUE TROUVE-T-ON SUR LE SITE INTERMINISTERIEL WWW.GRIPPEAVIAIRE.GOUV.FR (le contenu de ce site change assez régulièrement en fonction de l'évolution du dossier) 1. SAVOIR / S'INFORMER Définition des grippes

Plus en détail

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin :

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin : Année 2004 - N 16 - avril - mai - juin Editorial Mr GUEDON Yves, nouveau Président du GDMA85 Lors du dernier Conseil d administration qui s est tenu le 30 juin dernier à la Roche Sur Yon, les administrateurs

Plus en détail

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Norme générale 1 Evaluation initiale et planification Services vétérinaire cliniques primaires

Plus en détail

Règles de biosécurité appliquées à la santé du pis

Règles de biosécurité appliquées à la santé du pis A global organization for mastitis control and milk quality Une organisation mondiale pour le contrôle de la mammite et la qualité du lait Règles de biosécurité appliquées à la santé du pis Pensez à la

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes.

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Cher expert, Le Comité scientifique de l AFSCA a pris l initiative d évaluer le caractère organisationnel de

Plus en détail

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine.

Cet arrêté apporte des modifications à l arrêté du 2 juillet 2009 sur les mesures de police sanitaire en matière de tremblante caprine. FEDERATION NATIONALE DES ELEVEURS DE CHEVRES 42, rue de Châteaudun - 75314 PARIS CEDEX 09 Tél: 01 49 70 71 07 Fax : 01 42 80 63 80 e-mail : sespinosa@fnec.fr Site internet : www.fnec.fr Régie par la loi

Plus en détail

Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013

Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Évaluation du coût global du dispositif de surveillance de la brucellose bovine en France en 2013 Viviane

Plus en détail

Circulaire relative au pacage frontalier avec la France

Circulaire relative au pacage frontalier avec la France Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative au pacage frontalier avec la France Référence PCCB/S2/HVB/900069 Date 16/05/2013 Version actuelle 2.0 Applicable à partir de

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

NOTICE POUR REMPLIR LA DEMANDE

NOTICE POUR REMPLIR LA DEMANDE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTICE POUR REMPLIR LA DEMANDE D AUTORISATION DE PROJET UTILISANT DES ANIMAUX A DES FINS SCIENTIFIQUES Cette notice a pour objectif d aider le demandeur

Plus en détail

Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages. Dr Alexis Lécu Paris Zoo

Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages. Dr Alexis Lécu Paris Zoo Evolution dans le diagnostic de la tuberculose chez les espèces sauvages Dr Alexis Lécu Paris Zoo 1 Introduction OMS 2005 : 1 personne sur 3 contaminée dans le monde 2 millions de morts par an 14-16 millions

Plus en détail

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage

Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Développement d un système de monitoring du bien-être des veaux en élevage Joop LENSINK 1, Kees VAN REENEN 2, Hélène LERUSTE 1 1 Institut Supérieur d Agriculture (ISA) Lille, France 2 Animal Science Group,

Plus en détail

Maisons-Alfort, le. Avis

Maisons-Alfort, le. Avis Maisons-Alfort, le Maisons-Alfort, le 5 février 2009 Avis de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments concernant les conditions sanitaires relatives à la tuberculose et à la brucellose s appliquant

Plus en détail

LA RAGE EN TUNISIE et la Lutte Antirabique de 1982 à 2012. Membres de la Commission Nationale de L.A.R.: Tunisie)

LA RAGE EN TUNISIE et la Lutte Antirabique de 1982 à 2012. Membres de la Commission Nationale de L.A.R.: Tunisie) LA RAGE EN TUNISIE et la Lutte Antirabique de 1982 à 2012 Membres de la Commission Nationale de L.A.R.: Habib Kharmachi, Ichraf Hammami Zaouia & Samy Khoufi (AfroREB Tunisie) & Moncef Mejri, Imed Turki,

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Maisons-Alfort, le le 23 février 2006 AVIS

Maisons-Alfort, le le 23 février 2006 AVIS Maisons-Alfort, le le 23 février 2006 AVIS LA DIRECTRICE GENERALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l évaluation du risque de transmission des virus Influenza aviaires

Plus en détail

Interventions sanitaires, affections, prophylaxies, produits, médicaments, interventions sur les bâtiments d élevage.

Interventions sanitaires, affections, prophylaxies, produits, médicaments, interventions sur les bâtiments d élevage. La nouvelle gamme de logiciels de Gestion de Troupeaux développée par BioSoft concerne toutes les espèces : bovins lait et viande, ovins lait et viande, caprins, porcs, volailles. Elle bénéficie à la fois

Plus en détail

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT

MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT 22 février 2014 Message à tous les éleveurs et intervenants du secteur porcin du Québec MISE À JOUR SUR L ÉVOLUTION DE LA SITUATION CONCERNANT LA DIARRHÉE ÉPIDÉMIQUE PORCINE (DEP) PREMIER CAS DE DEP DANS

Plus en détail

Circulaire 2015 01. Agents biologiques sur le lieu de travail et vaccinations

Circulaire 2015 01. Agents biologiques sur le lieu de travail et vaccinations Vaccinations des intérimaires PRINCIPE Section X Vaccinations Les employeurs sont dans l obligation de prendre des mesures spécifiques afin de protéger leurs employés et les intérimaires contre les risques

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

L'année 2004. Sommaire

L'année 2004. Sommaire numéro spécial juin 2006 L'année 2004 Sommaire Pages METHODOLOGIE DES ENQUETES AVICOLES... 2 à 4 LES REPRODUCTRICES... 5 à 8 Eclosions de volailles reproductrices (Gallus)... 6 Eclosions de volailles reproductrices

Plus en détail

S A N I T R A C E NOTIFICATION DE CHANGEMENT. Version 5

S A N I T R A C E NOTIFICATION DE CHANGEMENT. Version 5 S A N I T R A C E NOTIFICATION DE CHANGEMENT Version 5 4 novembre 2008 1 TABLE DES MATIÈRES 1. Objectif général... 3 2. Type de changement : Changement animal... 4 2.1. Différents articles peuvent être

Plus en détail

EQUIPE MOBILE PSYCHIATRIE ET PRECARITE

EQUIPE MOBILE PSYCHIATRIE ET PRECARITE EQUIPE MOBILE PSYCHIATRIE ET PRECARITE Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr Michot Cécile ( psychiatre CHU Nîmes ) Création d équipes mobiles spécialisées en psychiatrie (novembre

Plus en détail

Dominantes pathologiques mal appréhendées

Dominantes pathologiques mal appréhendées OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES Anses Laboratoire de Niort: Rexcap Melle 18 Janvier 2011 Contexte du projet Dominantes pathologiques mal appréhendées Informations sanitaires dispersées

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

Réforme des zones agricoles défavorisées en Poitou-Charentes

Réforme des zones agricoles défavorisées en Poitou-Charentes FOCUS Économie L agriculture en chiffres Janvier 211 Réforme des zones agricoles défavorisées en La compensation des handicaps naturels est mise en œuvre dans le cadre d une politique publique zonée qui

Plus en détail

Chapitre 3 bis. Sanitel

Chapitre 3 bis. Sanitel Chapitre 3 bis Sanitel Le système belge pour l Identification et l enregistrement des animaux. Associations régionales ARSIA : association régionale de santé et d identification animale http://www.arsia.be/

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et des Pêches Maritimes Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires Dr.

Plus en détail

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV)

Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) - 1-916.401 Ordonnance concernant la lutte contre la rhinotrachéite infectieuse et la vulvovaginite pustuleuse infectieuse des bovidés (IBR-IPV) du 9 novembre 1983 Le Conseil d'etat du canton du Valais

Plus en détail

RI.ZA.03.01 juillet 2014. Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Afrique du Sud Viandes de volaille séparées mécaniquement

RI.ZA.03.01 juillet 2014. Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Afrique du Sud Viandes de volaille séparées mécaniquement I. Domaine d application Description du produit Code NC Pays Viandes de volaille 02 07 Viandes de volaille séparées mécaniquement 02 07 II. Certificat bilatéral Code AFSCA EX.VTL.ZA.03.01 Titre du certificat

Plus en détail

Chapitre 3 : Lentilles

Chapitre 3 : Lentilles 2 e B et C 3 Lentilles convergentes 1 3.1 Définitons Chapitre 3 : Lentilles Les surfaces des lentilles sont sphériques. La droite joignant les centres C 1 et C 2 des deux calottes donne l axe optique de

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à la mise en œuvre du protocole régissant les échanges transfrontaliers d animaux de boucherie et volailles d abattage entre

Plus en détail

Banque Nationale du Canada Prix quotidien de l'action ordinaire à la fermeture des marchés (ajusté*)

Banque Nationale du Canada Prix quotidien de l'action ordinaire à la fermeture des marchés (ajusté*) Pour l'année 2015 1 2 45.02 $ 2 48.40 $ 1 45.90 $ 1 48.90 $ 1 48.69 $ 1 3 1 42.29 $ 1 43.16 $ 2 43.18 $ 2 50.05 $ 3 46.82 $ 3 47.75 $ 2 46.06 $ 4 49.12 $ 2 49.07 $ 2 46.69 $ 4 45.81 $ 2 42.12 $ 2 40.89

Plus en détail

Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA

Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA Aide d'urgence pour la détection rapide et la prévention de la grippe aviaire en Afrique de l'ouest TCP/RAF/3016 (E) et UEMOA MAURITANIE Dr Lemrabott OULD MEKHALLA Directeur Adjoint de l Elevage Bamako,

Plus en détail

Vu la décision 2004/292/CE de la Commission du 30 mars 2004 relative à la mise en application du système TRACES et modifiant la décision 94/486/CEE.

Vu la décision 2004/292/CE de la Commission du 30 mars 2004 relative à la mise en application du système TRACES et modifiant la décision 94/486/CEE. Protocole d'accord expérimental sur les conditions régissant les échanges transfrontaliers d'animaux de boucherie et de volailles d'abattage entre le Royaume de Belgique, le Grand Duché de Luxembourg et

Plus en détail

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION 199 Annexe XXIII Original : anglais Novembre 2002 RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION Paris, 18-20

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Utilisation du CIDR pour l Insémination avec Semence Congelée

Utilisation du CIDR pour l Insémination avec Semence Congelée Utilisation du CIDR pour l Insémination avec Semence Congelée François Castonguay, chercheur Geneviève Pouliot, étudiante maîtrise Mireille Thériault, adjointe de recherche Vincent Demers Caron, professionnel

Plus en détail

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments

Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments C2 1/4 Paquet hygiène : actualités, enjeux Patricia Lallement, MAAPRAT DGAl, Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Le «Paquet hygiène», composé de plusieurs textes législatifs adoptés par

Plus en détail

SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE. Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008

SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE. Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008 SNAT OUTIL D'ÉVALUATION DE RÉSEAU DE SURVEILLANCE Pays :... Réseau :... Date d'exécution :... Consultants :.. Version de juin 2008 SNAT - Version le juin 2008 1 SNAT - Version le juin 2008 2 Contributeurs

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

La biosécurité à la ferme : ça vaut la peine d y travailler

La biosécurité à la ferme : ça vaut la peine d y travailler La biosécurité à la ferme : ça vaut la peine d y travailler La présence de maladies dans les troupeaux laitiers implique des coûts importants à la ferme. Mais à combien peut-on estimer ces pertes? Par

Plus en détail

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

annexe III supports en unités de compte

annexe III supports en unités de compte annexe III supports en unités de compte * La performance de l unité de compte sélectionnée est nette de ces frais de gestion. La somme maximum des frais est égale, d une part, au cumul des frais de gestion

Plus en détail

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Manifestation médiatique Proviande: Posieux, 29 janvier 2014 Page 1 Aide-mémoire La

Plus en détail

Analyse intermédiaire du programme pilote de dépistage de l'esb grâce à un test de détection rapide de la PrPres. 11 décembre 2000

Analyse intermédiaire du programme pilote de dépistage de l'esb grâce à un test de détection rapide de la PrPres. 11 décembre 2000 Analyse intermédiaire du programme pilote de dépistage de l'esb grâce à un test de détection rapide de la PrPres 11 décembre 2000 Le présent document comporte : - Le texte adopté par le Comité scientifique

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES 1 2 1 Campagne de vaccination La Clavelée Début de campagne : le 01 avril 2013 au niveau des wilayas du grand Sud;

Plus en détail

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs

Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs Questionnaires d enquête Activités de surveillance et chercheurs universitaires dans le domaine de l évaluation des risques pour la santé des animaux Le savoir au service du public Questionnaires d enquête

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Plan 1. Offre et demande potentielle dans la zone ECOWAS 2. Offre potentielle au Mali 3. Marché au nord du Mali (Gao Algérie) 4. Estimation

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. Consommation : en savoir plus. Association loi 1901 informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Association loi 1901 INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE Consommation : en savoir plus Le Centre d Information des Viandes

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 18 décembre 2009 relatif aux règles sanitaires applicables aux produits d origine animale

Plus en détail

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION 14 septembre 2015 1 Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective 2 1 La filière bovine, en Poitou-Charentes ENJEUX POUR LA FILIERE, Cheptel : 751

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Document de circulation FEUILLET A CONSERVER PAR LE DETENTEUR DE DEPART

Document de circulation FEUILLET A CONSERVER PAR LE DETENTEUR DE DEPART FEUILLET A CONSERVER PAR LE DETENTEUR DE DEPART N SIREN 7 N SIREN 7 de départ 14 :j atteste que les informations sont d arrivée 15 : j atteste que les informations sont FEUILLET A ENVOYER A L EDE PAR LE

Plus en détail

Dr pascale GILLI-DUNOYER Pascale.dunoyer@agriculture.gouv.fr. Direction Générale de l Alimentation

Dr pascale GILLI-DUNOYER Pascale.dunoyer@agriculture.gouv.fr. Direction Générale de l Alimentation ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE Séance académique du 24 novembre 2011 Evolution de l inspection en abattoir au vu de l amélioration de la santé des cheptels et des technologies d abattage Dr pascale GILLI-DUNOYER

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES. Réunion des cadres -MADR1 Alger, 03/05/2015

MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES. Réunion des cadres -MADR1 Alger, 03/05/2015 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES Réunion des cadres -MADR1 Alger, 03/05/2015 2 1 3 Epizootie de Fièvre Aphteuse : Juillet / Septembre 2014 Au total

Plus en détail

Les grandes étapes du développement de l insémination artificielle caprine en France

Les grandes étapes du développement de l insémination artificielle caprine en France Les grandes étapes du développement de l insémination artificielle caprine en France Bernard Lebœuf, Relecture: Pascal Boué, Frantz Jénot Un bref historique de l IA tourné vers l avenir - Contexte actuel

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 118 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 12 novembre 2012 PROPOSITION DE LOI visant à rendre obligatoire l étourdissement des animaux avant tout abattage, PRÉSENTÉE

Plus en détail

désigne la tendance d une valeur estimée à s écarter d une manière non aléatoire de la valeur réelle d un paramètre relatif à une population.

désigne la tendance d une valeur estimée à s écarter d une manière non aléatoire de la valeur réelle d un paramètre relatif à une population. GLOSSAIRE Aux fins de l'application du Code aquatique : ABATTAGE SANITAIRE TOTAL désigne l'opération de prévention zoosanitaire, effectuée sous le contrôle de l'autorité compétente dès la confirmation

Plus en détail