22/12/11. Plan de la présentation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "22/12/11. Plan de la présentation"

Transcription

1 L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation quantitative de risque Deux exemples concrets Conclusions La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation quantitative de risque Deux exemples concrets Conclusions Contexte: Législation européenne, échanges commerciaux et consommateurs exigeants Principe: Modèles mathématiques permettant de prédire la croissance des bactéries suivant les conditions environnementales différentes (Température, ph, a w, Lactate, CO 2 ) Besoin de données pour les modèles via des expériences dans l Unité Pilote Applications Assurance qualité et HAC Contrôle microbiologique R&D Durée de vie sanitaire Recommandations aux consommateurs Procédure de «Re-call» AQR Pour déterminer Augmentation l évolution de 24h des la microorganismes DLC de mon produit dans les aliments, pour trois exportation. solutions Est-ce se présentent possible de garantir à la l industriels sécurité : de mon produit? - les expérimentations Nouvelle formulation microbiologiques dans ma recette. Quelles. Bonne seront les description conséquences du comportement sur la flore et la bactérien DLC?. Délai important de réponse Ajout de lactate, changement de la composition. Coût élevé, donc peu de conditions de en gaz de mon packaging. Quels en seront les conservation étudiées conséquences? - la microbiologie Contamination prévisionnelle accidentelle de mon produit. - combiner Retrait les du microbio marché ou classique non? et la microbiologie prévisionnelle 1

2 /12/11 Exemple 1 Modélisation de la contamination par Listeria monocytogenes de la viande hachée de porc Concentration initiale 1 log UFC/g Trois températures: 4, 8 et 10 C Modèle statique Concentration de Listeria monoytogenes dans la viande hachée (log UFC/g) Exemple 1 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 DLC = 3 jours Simulation à 4 C 10 C 8 C 10 C 8 C 2 log UFC/g 4 C ,5 8,5 7,5 6,5 5,5 4,5 3,5 2,5 1,5 0,5 Temps (Jours) 8 Exemple 2 Modélisation de la contamination de carcasses de bovins en surface par Listeria monocytogenes 3 abattoirs Suivi des températures et ph au cours du temps Modèle dynamique Exemple 2 Evolution Evolution de Listeria la température du ph mono. Analyse de risque La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation quantitative de risque Deux exemples concrets Conclusions Appréciation quantitative de risque (Science) Gestion du risque (Politique) Communication sur le risque Danger Risque 2

3 Appréciation quantitative de risque " Evaluation de l exposition ou Modélisation du risque lié au procédé Type d approches " Approche probabiliste (simulations de Monte Carlo) Approche déterministe (données ponctuelles, Best case, Worst case) Approche probabiliste (distribution de valeurs) Variabilité (biologie) Incertitude (manque de connaissance) Mise en application de mesures de gestion spécifiques le long de la chaîne alimentaire Elevage/Récolte Transport Réception Etape 1 Etape 2 Etape 3 Conditionnement OP OP La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation quantitative de risque Deux exemples concrets Conclusions Transport Vente OP Conservation préparation Cuisson Consommation FSO ALOP 3

4 " Projet AQRM FAST FOOD " AQRM sur dangers bactériens principaux (Salmonella, STEC O157, Listeria monocytogenes) dans aliments les plus à risque " Evaluation de l exposition(approche modulaire) Variables du processus: - procédures internes - auto-contrôle - enquêtes restaurants Variables microbiologiques: - Analyses fournisseurs - auto-contrôle produits finis - Analyses étapes-clés - études expérimentales - surveillances nationales - Microbiologie prédictive Evaluation de l exposition (approche modulaire) " Hypothèses de départ: " Pas de phase de latence pour la multiplication microbienne " Jamais de lavage des mains Surestimation " Préparation par une seule personne " Pas d autres sources de contamination que les matières premières " Essais de contaminations croisées 22 " Evaluation de l exposition " Evaluation de l exposition Distributions de concentrations dans le produit consommé (Log10 ufc/portion contaminée) 4

5 " Analyse de scénarios (sur base de la comparaison du risque maximal en pourcents, base= 100%) " 1. Pas de contamination croisée via les mains " 2. «Patties» systématiquement contaminés par STEC O157 (min. 0,3 ufc/g et médiane 1,5 ufc/g) " 3. Panne du frigo des «patties» (T de stockage = 10 C) " 4. Un opérateur porteur/excréteur de Salmonella ( ufc/g de selles,10 mg de selles/main et manipulation de 0,0016 % des hamburgers de l entreprise) Salmonella hamburger STEC O157 hamburger L. monocytogenes hamburger Cas de contamination par Listeria monocytogenes dans les fromages au lait cru de chèvre Troupeau: 350 chèvres, race alpine Naissance d Octobre à Mars 2.3 chevreaux / chèvre 5 abattages après des périodes lactations (3,11 l / chèvre / jour) Alimentation : ensilage de foin et d'herbes historique de la listériose animale dans le troupeau (signe de nervosité, avortement spontanné, ) " 5. Un opérateur porteur/excréteur de STEC O157 ( ufc/g de selles,10 mg de selles/main et manipulation de 0,0016 % des hamburgers de l entreprise) 26 Time line: case of Lm contamination (1/3) Processus de fabrication du fromage de chèvre 20 Mars 05 Pas de L. monocytogenes dans les produits 11 Juillet 05 Nouvelles analyses sous la demande d un laboratoire extérieur 12 Juillet 05 Nouvelles analyses dans différents produits (Concentration en L. m. ) Troupeau de chèvre 1. Stockage de la traite du soir 2. Stockage de la traite du matin 3. Mélange des laits 4. Ajout d un stater au lait 5. Ajout de présure au lait 6. Récupération du caillé 7. Salage 1 et 2 8. Refroidissement et conditionnement 22 Fev 04 Naissance de la chèvre excrétrice Mars 05 Introduction de la chèvre excrétrice dans la production L. m. dans les produits (in 25g). Le troupeau, et la production sont bloqués. Les fermiers doit réaliser un «recall» de ses produits Fromage frais non affiné: 4,3 10³ ufc/g ; Formage affiné: 6,5 10³ ufc/g Serotype 1/2a with a β-hemolysis. Time line: case of Lm contamination (2/3) Juillet Juillet 05 Fin Juillet Sept 05 Pool de 20 échantillons de lait de chèvre après la traite Transfert de la chèvre à la Faculté Vétérinaire de l ULg Redémarrage du processus de fabrication avec des analyses obligatoires Echantillons de lait sur la chèvre hospitalisés Time line: case of Lm contamination (3/3) 11 Oct 3 Nov 05 Sept-Dec 05 Serotypage, antibiogram meme et PFGE sur les souches Demande de surveillance des produits finis à une fréquence de 1 analyse /15 jours de production A partir de Janvier 06 Demande de surveillance des produits finis à une fréquence de 1 analyse / 6 mois de production (avec les paramètres suivants: Listeria, Salmonella, E. coli) Seulement 1 pool positif + Pas de identification signes d une chèvre cliniques excrétant L. m. observés 5 échantillons sur le premier batch de fromages. Ensuite un échantillon tous les 5 batchs Pas de L. m dans les produits analysés 4,3.10² ufc L. m. /ml pour la mamelle droite. Absence de L. m. dans 25 ml pour la partie gauche de la glande mammaire 4 Oct 05 confirmation du sérotype Souches 1/2a, avec β- isolées du hemolyse lait et du fromage envoyées au LNR (Bruxelles) Pas de L. m. dans les produits Pas de L. m. dans les produits 5

6 En résumé (1/2) Analyses des fromages Fromages frais non affiné : 4,3 10³ L. m. (3,63 log) ufc/g Fromage frais affiné: 6,5 10³ L. m. (3,81 log) ufc/g Analyses du lait de la chèvre hospitalisée 4,3 10² ufc L. m./ml pour la mamelle droite Absence de L. m. dans 25 ml pour la mamelle gauche Construction du modèle Approche modulaire 8 modules: (1) Stockage de la traite du soir, (2) Stockage de la traite du matin, (3) Mélanges des laits, (4) Ajout du starter, (5) Ajout de la présure, (6) égouttage du caillé, (7) salage à température ambiante (8) Stockage au froid. Modèle sur du fromage non affiné Caractérisation des données d entrées Results of the scenarios analysis (Concentration of L. monocytogenes in a cheese (log ufc/g)) Baseline 1 results of the exposure assessment and the risk characterization modules Milking Modules Item Acronym Storage of the evening milk Adjunction of ferment and rennet Draining off the curds Cooled storage and wrapping Human effect Concentration in a tank before storage over night of the evening milk Concentration in the tank after storage over night of the evening milk Concentration before draining off the curdles Percentiles 5 th 50 th 95 th Unit C tank evening milk log cfu/ml C tank night stor log cfu/ml C ferment,rennet log cfu/ml Number of L. monocytogenes per cheese N cheese log cfu/cheese Concentration of L. monocytogenes in a serving of C serving log cfu/g cheese Number of L. monocytogenes per serving of cheese N serving log cfu/serving Risk of human listeriosis (normal population) R healthy Risk of human listeriosis (susceptible population) R yopi Total number of human listeriosis N listeriosis people fresh cheese not ripened: ³ (3.63 log) ufc/g La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation quantitative de risque Trois exemples concrets Conclusions Conclusions HAC, AQR et microbiologie prévisionnelle => triangle de la sécurité alimentaire Passage d un monde qualitatif vers le quantitatif Nombreuses applications possibles Technologie mature Passage du monde de la recherche vers les entreprises 6

7 Conclusions Maîtrise Méthodologies HAC AQRM Predic. Mic. Audits Bases légales Contrôles Remerciements Merci de votre attention Financement Région Wallonne, Projet Consalim (DGO6, Convention n 5713, ) 7

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal

Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal Le directeur général Maisons-Alfort, le 22 mai 2015 Appui scientifique et technique concernant l étude de l évolution de Listeria monocytogenes dans les fromages de type cantal L Anses a été saisie le

Plus en détail

Comment identifier les étapes sensibles pour la maîtrise des dangers?

Comment identifier les étapes sensibles pour la maîtrise des dangers? Comment identifier les étapes sensibles pour la maîtrise des dangers? Le cas de Listeria monocytogenes dans les fromages à pâte molle et croûte lavée au lait pasteurisé Fanny TENENHAUS-AZIZA Colloque Quant

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP

Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Méthodologie d analyse des dangers microbiologiques : cas concret sur des terrines de viande G. POUMEYROL AFSSA LERQAP Importance de l analyse des dangers Connaissance de l évolution des dangers au cours

Plus en détail

sécuriser la chaine alimentaire

sécuriser la chaine alimentaire STRATÉGIES POUR UNE MEILLEURE MAÎTRISE DE LA QUALITÉ SANITAIRE Approches utilisées en Belgique Georges DAUBE Université de Liège, Belgique Département des Sciences des Denrées alimentaires Secteur de microbiologie

Plus en détail

Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques

Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques Objectifs de la microbiologie prévisionnelle conditions de vie du produit micro-organisme

Plus en détail

Présentation et objectifs du projet ANR Quant HACCP

Présentation et objectifs du projet ANR Quant HACCP Présentation et objectifs du projet ANR Quant HACCP Gérard Poumeyrol Laboratoire de sécurité des aliments de Maisons Alfort Besoins scientifiques et contexte réglementaire de la sécurité sanitaire des

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud

SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010. Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud SAQ Event : Jeudi 23 Septembre 2010 Swiss Association for Quality Sections Genève-Vaud HACCP : Un système de management de la sécurité alimentaire HACCP : un système pour le management de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP

L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP L analyse des dangers Une étape clef de la méthode HACCP Quelques rappels de base Analyse des dangers : - Caractéristiques - Méthodologie Conclusion Un exemple : Procédé «Terrine de viande» 2 Quelques

Plus en détail

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit

Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Optimisation de la formulation et du procédé pour atteindre une durée de vie : Bacillus cereus pour un nouveau produit Catherine DENIS ADRIA Normandie Dominique THUAULT ADRIA Développement Bacillus cereus

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

ETUDES. Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice

ETUDES. Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice ETUDES Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice Leïla MEKHTICHE et Jean-Luc MARTIN (CTSCCV) RESUME De nombreuses questions posées au CTSCCV

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective.

En préambule, rappelons quelques grands principes régissant Le travail en cuisine collective. PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Professionnels de l agroalimentaire et des services de restauration, Qu impliquent pour vous ces règlements? En préambule, rappelons

Plus en détail

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES

ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES Page 2 sur 9 SOMMAIRE CADRE REGLEMENTAIRE DES ANALYSES MICROBIOLOGIQUES ALIMENTAIRES... 3 MODALITES D EXECUTION DE LA PRESTATION... 4 A. Le laboratoire d analyse...

Plus en détail

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques

La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques Note d information 22/11/2011 La vérification du plan de maîtrise sanitaire : Les autocontrôles et les analyses microbiologiques 1. De l élaboration d un Plan de maîtrise sanitaire Les producteurs, responsables

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Résultats des programmations Bactériologiques 2001

Résultats des programmations Bactériologiques 2001 INSPECTION GENERALE DES DENREES ALIMENTAIRES des programmations Bactériologiques 2001 1 TABLE DES MATIERES RESULTATS DE LA PROGRAMMATION BACTERIOLOGIQUE 2001 Introduction...3 Interprétation des critères

Plus en détail

1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation

1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation 1.LA VENTE DIRECTE DE VIANDE Réglementation Vous envisagez de vous diversifier en vente directe de viande, cette formation va vous aider à définir votre projet et préciser les démarches nécessaires. Elaborer

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale

Science et technique. Qualité, DLC et challenges tests. Viande hachée artisanale CHRISTIEANS.qxd 15/11/2005 10:44 Page 163 Qualité, DLC et challenges tests Durant les trois dernières décennies, l industrie de la viande fraîche a beaucoup changé ainsi que le comportement des consommateurs.

Plus en détail

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité?

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? Application de la démarche HACCP pour l identification d étapes de maîtrise Hubert BRUGERE Steak expert Angers 24 et 25 juin

Plus en détail

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO CHIMIE INORGANIQUE Note explicative Les délais indiqués sont, à titre indicatif. Ils peuvent varier en fonction de l activité du laboratoire. Les délais indiqués correspondent aux délais analytiques incompressibles.

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Lieu du prélèvement. Si non satisfaisant ---> Impropre à la consommation Rappel Retrait

Lieu du prélèvement. Si non satisfaisant ---> Impropre à la consommation Rappel Retrait Code Client : Z132 Raphaéle MORIN - LA Paupiette de Veau Four Date de fabrication 19/06/2014 Température à réception ( C) 3.1 Température à cœur ( C) 74.0 D.L.C. 23/06/2014 Paramètres Hygiène des procédés

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

Science et technique. Écosystèmes microbiens des saucissons et de l environnement. Saucissons secs fermiers du Massif central

Science et technique. Écosystèmes microbiens des saucissons et de l environnement. Saucissons secs fermiers du Massif central LEBERT.qxd 19/1/7 15:3 Page 15 Écosystèmes microbiens des saucissons et de l environnement La France a produit 1 tonnes de produits fermentés séchés en. Cette production peut être industrielle ou fermière.

Plus en détail

SOMMAIRE. DISPOSITIONS RELATIVES À LA DÉCONGÉLATION - Extrait de Titre V, article 6, Annexe VI

SOMMAIRE. DISPOSITIONS RELATIVES À LA DÉCONGÉLATION - Extrait de Titre V, article 6, Annexe VI SOMMAIRE QUELQUES DEFINITIONS - Extrait Titre 1, article 2 DISPOSITIONS PARTICULIERES APPLICABLES AUX ETABLISSEMENTS DE RESTAURATION COLLECTIVE Y COMPRIS LES CUISINES CENTRALES - Extrait Titre V, article

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

PROTOCOLE DE VALIDATION DES

PROTOCOLE DE VALIDATION DES PROTOCOLE DE VALIDATION DES DUREES DE VIE FILIERE AVICOLE ET CUNICOLE Juillet 2007 1 PROTOCOLE DE VALIDATION DES DURÉES DE VIE Filière avicole et cunicole I. Champ d application Le présent document décrit

Plus en détail

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY

ETUDES. Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire. Pascal GARRY ETUDES Intérêt de la traçabilité en industrie agro-alimentaire Pascal GARRY CTSCCV - 7 avenue du Général de Gaulle - 94704 Maisons-Alfort Cedex «Alimentation sous haute surveillance», «Faut-il avoir peur

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

Quelles sont les chances des petits producteurs de se

Quelles sont les chances des petits producteurs de se Quelles sont les chances des petits producteurs de se maintenir sur le marché? Quelles sont les solutions en France pour la réorientation des activités des petits producteurs? La Roumanie vient d entrer

Plus en détail

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE Mise en application 15/12/2008 Administration compétente Service responsable Destinataires

Plus en détail

Gestion des alertes : Un cas de Salmonelles sur fromages de chèvre. Yves LEFRILEUX Station Expérimentale Caprine du Pradel EPLEFPA

Gestion des alertes : Un cas de Salmonelles sur fromages de chèvre. Yves LEFRILEUX Station Expérimentale Caprine du Pradel EPLEFPA Gestion des alertes : Un cas de Salmonelles sur fromages de chèvre Yves LEFRILEUX Station Expérimentale aprine du Pradel EPLEFPA L atelier de la station du Pradel Un troupeau de 120 chèvres laitières Troupeau

Plus en détail

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Un contexte à la recherche d outils pour aider à piloter les systèmes agricoles

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 15 mars 2013 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif au «guide de bonnes pratiques d hygiène

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques?

La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? ÉTUDES La congélation des produits modifie-t-elle les résultats d analyses microbiologiques? PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Laboratoire de microbiologie

Plus en détail

LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A.

LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A. LE RISQUE MICROBIEN DANS LES I.A.A. 1. LES MICROORGANISMES DANS LES IAA 2. COMMENT MAÎTRISER CE RISQUE TD 1. LES TOXI-INFECTIONS D ORIGINE BACTERIENNE TD 2. LES RISQUES LIES AUX MOISISSURES 1. LES MICROORGANISMES

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS: COMMENT DONNER CONFIANCE? PARIS, VAL DE GRACE, CALYXIS, 27 OCTOBRE 2015

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS: COMMENT DONNER CONFIANCE? PARIS, VAL DE GRACE, CALYXIS, 27 OCTOBRE 2015 SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS: COMMENT DONNER CONFIANCE? PARIS, VAL DE GRACE, CALYXIS, 27 OCTOBRE 2015 LE GUIDE MILITAIRE DES BONNES PRATIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Patrick PERRIN Vétérinaire Général

Plus en détail

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes.

Toutes les méthodes d analyses rapides peuvent être théoriquement appliquées pour la plupart des bactéries pathogènes. Ces analyses permettent de vérifier la salubrité et la qualité hygiénique des denrées périssables que l on remet au consommateur. Elles doivent donc être représentatives des produits que l on remet au

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ)

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Le Centre québécois d inspection des aliments et de la santé animale (CQIASA) 1 Résumé L industrie de la restauration est

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements

SOMMAIRE. 1. Notre organisation. 2. Nos produits. 3. Nos fournisseurs. 4. La qualité de nos approvisionnements www.sodexo.com SOMMAIRE 1. Notre organisation 2. Nos produits 3. Nos fournisseurs 4. La qualité de nos approvisionnements 1. Notre organisation Notre vision des achats La Direction des Achats de Sodexo

Plus en détail

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque

Chapitre 9. L analyse de risque. Page 1. L analyse de risque. 1. Généralités. Définition : l analyse de risque Chapitre 9 L analyse de risque 17/04/2006 Claude Saegerman 1 L analyse de risque L analyse de risque organiser les informations disponibles sur un sujet donné les traduire en probabilités en déduire logiquement

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION Analysemethode Méthode d analyse Techniek Technique Matrix / matrixgroep Matrice / Groupe de matrices Datum laatste aanpassing / Date de la dernière adaption Dénombrement

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr

PREFET DE L YONNE NOTE D INFORMATION SUR L HYGIENE EN RESTAURATION. e-mail : ddcspp@yonne.gouv.fr PREFET DE L YONNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle Alimentation 3 rue Jehan Pinard B.P. 19 89010 Auxerre Cedex Tél. : 03 86 72 69 57 Fax : 03 86

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law»

R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» R/CE 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire = «Food Law» Traçabilité Responsabilités R/CE 852/2004 relatif à l'hygiène des denrées alimentaires

Plus en détail

Visite de la ferme pédagogique du Bessy. Valérie et Christian LALEUF

Visite de la ferme pédagogique du Bessy. Valérie et Christian LALEUF Visite de la ferme pédagogique du Bessy Valérie et Christian LALEUF L'exploitation agricole est principalement laitière, avec 50 vaches de race Prim'Holstein, 40 génisses et des veaux de boucherie. La

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

FROMAGES AU LAIT CRU

FROMAGES AU LAIT CRU FROMAGES AU LAIT CRU Trame ACTALIA Produits laitiers L alliance subtile du patrimoine, de la microbiologie et de la santé publique Académie Agriculture de France 5 mars 2014 Une maîtrise de la matière

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES

METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES JEUDI LANCEMENT DE LA SECTION REGIONALE SFSTP NORD METHODOLOGIE DE DETERMINATION DES DELAIS DE PEREMPTION DES REACTIFS, SOLVANTS ET SOLUTIONS TITREES Eliane Bauthier-Loiseau SFSTP /TechnologieServier INTRODUCTION

Plus en détail

Feuille de chou. édito. Bulletin d'information. n o. des producteurs fermiers des Pays de la Loire. Numéro spécial : Juin 2009

Feuille de chou. édito. Bulletin d'information. n o. des producteurs fermiers des Pays de la Loire. Numéro spécial : Juin 2009 n o 06 [[ réglementation sanitaire Numéro spécial : Bulletin d'information des producteurs fermiers des Pays de la Loire Juin 2009 Feuille de chou *. édito Danièle DENIS Membre du comité de pilotage régional

Plus en détail

HACCP (Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise)

HACCP (Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise) Plan HACCP Le Système de l Analyse des dangers et points critiques pour leur maîtrise (HACCP) est une approche logique, scientifique et systématique visant à identifier et maîtriser tout problème de sécurité

Plus en détail

Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses et d'essais

Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses et d'essais DIRECTION GÉNÉRALE DU CONTRÔLE ECONOMIQUE ET DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES Direction des Laboratoires d Analyses et d Essais de la Qualité Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses

Plus en détail

COMITÉ SCIENTIFIQUE DE L'AGENCE FÉDÉRALE POUR LA SÉCURITÉ DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE AVIS 53-2006

COMITÉ SCIENTIFIQUE DE L'AGENCE FÉDÉRALE POUR LA SÉCURITÉ DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE AVIS 53-2006 1/9 COMITÉ SCIENTIFIQUE DE L'AGENCE FÉDÉRALE POUR LA SÉCURITÉ DE LA CHAÎNE ALIMENTAIRE AVIS 53-2006 Objet : Evaluation scientifique du "Guide d'autocontrôle pour la production de produits laitiers fermiers"

Plus en détail

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Présentation Stéphane GRAFFIN formation, diagnostic et conseil interviens depuis 2014 sur l ensemble du territoire national auprès

Plus en détail

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!"#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&!

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&! A Achat : Affermage : " #$$%# #'( Allotissement : " ) *) # '+, $-. #/01#2,$,,%, Anadémie : 3 +$$ $.)*) 4561 Analyses microbiologiques : '7,$,$ 8 $,# $#,, #+717 9:# -; #, 64445

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES

SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES SYNDICAT NATIONAL DES FABRICANTS DE PRODUITS SURGELES ET CONGELES RECOMMANDATIONS DE CRITÈRES MICROBIOLOGIQUES DES PRODUITS SURGELÉS ET CONGELÉS I. INTRODUCTION Le Règlement (CE) n 2073/2005 concernant

Plus en détail

Application de l HACCP comme outil de maîtrise des contaminants pour certaines filières de la côte Est de Madagascar

Application de l HACCP comme outil de maîtrise des contaminants pour certaines filières de la côte Est de Madagascar Application de l HACCP comme outil de maîtrise des contaminants pour certaines filières de la côte Est de Madagascar Thème 2 Qualités et typicités des produits de l Océan Indien Journées du réseau QualiREG

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney. Dijon 2 décembre 2014

Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney. Dijon 2 décembre 2014 Dijon 2 décembre 2014 Matériaux : tous égaux face aux opérations d hygiène? Anaïs Overney Anses, Maisons Alfort Laboratoire de Sécurité des Aliments Unité : Salmonella, Listeria et Escherichia coli Nécessité

Plus en détail

PSPC microbiologie fromages

PSPC microbiologie fromages Journée réglementation fermière FNEC 28 avril 2016 PSPC microbiologie fromages Laurence Giuliani Bureau des établissements de transformation et de distribution (BETD) DGAL/SDSSA Plans de surveillance et

Plus en détail

Formation Durée de vie microbiologique 24 mars Travaux dirigés n 2 : Exploitation des résultats d un test de croissance

Formation Durée de vie microbiologique 24 mars Travaux dirigés n 2 : Exploitation des résultats d un test de croissance Formation Durée de vie microbiologique 24 mars 2010 Travaux dirigés n 2 : Exploitation des résultats d un test de croissance Remarque : les données chiffrées sont fictives et ne sont pas en lien avec les

Plus en détail

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE

REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE REFLEXIONS SUR LE PORT DES GANTS EN INDUSTRIE ALIMENTAIRE Document préparé par Albert AMGAR, asept@asept.asso.fr Ce document fait suite à celui sur l organisation du lavage des mains et disponible au format

Plus en détail

La validation de barème des produits appertisés

La validation de barème des produits appertisés La validation de barème des produits appertisés Animée par Fabien AUPY Expert PCAM ( du CTCPA Centre Technique de la Conservation des Produits agricoles) UTICA, le 12 novembre 2013 Programme financé par

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB)

Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Spécialisation 3A AgroSup Dijon IAA Microbiologie Industrielle et Biotechnologie (MIB) Responsable : Jean-François Cavin (Pr. Microbiologie Biotechnologie) Tel 03 80 77 40 72, Fax 03 80 77 23 84 jf.cavin@agrosupdijon.fr

Plus en détail

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012

Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques. Jeudi 13 septembre 2012 Risque chimique : les Fiches de Données de Sécurité étendues pour les utilisateurs de produits chimiques Jeudi 13 septembre 2012 Nos animateurs Marie-Laure Heraud Responsable activité REACH / Risque chimique

Plus en détail

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat

Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat Direction Départementale des services vétérinaires de Seine Maritime: Les évolutions de la réglementation en matière de sécurité sanitaire des aliments «Le paquet hygiène» 2009 - Rectorat DDSV76 M Legrand

Plus en détail

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Logo CERVIA Parce que l enjeu alimentaire est plus que jamais un défi pour demain, le CERVIA PARIS Ilede-France,

Plus en détail

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION Analysemethode Méthode d analyse Techniek Technique Matrix / matrixgroep Matrice / Groupe de matrices Datum laatste aanpassing / Date de la dernière adaption Recherche

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Sécurité des aliments : Les dangers et les stratégies de maîtrise

Sécurité des aliments : Les dangers et les stratégies de maîtrise Sécurité des aliments : Les dangers et les stratégies de maîtrise M. Federighi CCO Tour Bretagne 7 octobre 2009 DéfiniIons Hygiène alimentaire : apport raisonnée, par l alimentaion, des éléments nécessaires

Plus en détail

5 ème journée technique

5 ème journée technique D. Hardy La Chèvre 5 ème journée technique Journée proposée par l Institut de l Elevage et la FNEC, en collaboration avec la DGAL et la DGCCRF. Accompagner les producteurs laitiers fermiers sur la réglementation

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail