Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques. Historique. Niveaux de modélisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques. Historique. Niveaux de modélisation"

Transcription

1 Modélisation du développement microbien dans un aliment et application à l'appréciation quantitative des risques Objectifs de la microbiologie prévisionnelle micro-organisme pathogène ou d altération produit alimentaire conditions de vie du produit croissance microbienne? décroissance microbienne? niveau microbien final? ML Delignette-Muller, ENVL Historique Niveaux de modélisation Années 9 modèles simples d inactivation thermique Années 98 nombreux modèles de croissance et de décroissance (naissance de la Microbiologie Prévisionnelle ) Années 99 utilisation de ces modèles en appréciation des risques Niveau primaire Evolution du nombre de micro-organismes en fonction du temps x = f (t, θ) + ε t Niveau secondaire Effet des facteurs environnementaux sur les paramètres des modèles primaires θ = g(t,ph, ) + ε Exemple Ln(x) Exemple µ max µ max temps T ML Delignette-Muller, ENVL 3 ML Delignette-Muller, ENVL Exemple de cinétique ln(x). Modélisation primaire de la croissance x = f (t, θ) + ε t x : concentration en cellules t : temps θ : paramètres de croissance ln(x ) latence croissance exponentielle saturation de la croissance temps obtenue par dénombrement sur boîte de Petri ML Delignette-Muller, ENVL 6

2 Paramètres de croissance Hypothèses de la croissance exponentielle ln(x) cellule tg x cellules µ max taux spécifique de croissance maximum tg n * tg ln(x ) λ temps de latence temps n cellules x * n cellules ML Delignette-Muller, ENVL 7 ML Delignette-Muller, ENVL 8 Le modèle de croissance exponentielle Hypothèses biologiques de la latence après n * tg : x = x * n = x * ( (t-t) / tg) ) = x * exp( ln() * (t-t ) / tg ) le modèle : x = x exp[ µ max (t - t ) ] avec µ max = ln()/tg Baranyi 99 Equivalences McKellar 997 mathématiques formulation différentielle: dx xdt = µ max biomasse chromosome Hills 99 Baranyi 998 ML Delignette-Muller, ENVL 9 ML Delignette-Muller, ENVL Formulation unifiée de divers modèles dx = µ max α( t) f ( x) avec x ( t = ) = x xdt Modèle de Baranyi 99 ( McKellar) α( t)= q( t) dq avec = µ +q ( t) max q et q( t = ) = q = dt exp( µ max λ) Modèle de Hills ( Baranyi 998) α( t)= µmax e µmaxλ avec dm ( ) m x x Modèle Lag-exponentiel α ( t) = ( t λ) ( t > λ) dt =µmaxm et m ( t = ) = x ln Modèles empiriques Ex.: modèle de Gompertz modifié (Gibson 988) Très couramment utilisé Basé sur aucune hypothèse biologique Ajustant correctement les données MAIS surestimant µ max Et non directement utilisable en conditions dynamiques µ ( ) ( ) maxe x = ln x + ( ) + ln xmax ln x exp exp λ t ln xmax ln x ML Delignette-Muller, ENVL ML Delignette-Muller, ENVL

3 log (x[ufc/ml]) Samonellae 9 8 Gibson Ajustement de 3 modèles Gompertz (µ max =.69, λ=3.8) modèle empirique classique Baranyi 99 (µ max =.56, λ=.6) avec freinage logistique Lag-exponentiel (µ max =.55, λ=3.) avec freinage logistique Conclusions Divers modèles primaires de croissance empiriques ou basés sur des hypothèses biologiques diverses ajustant correctement les données permettant d estimer µ max et λ si les données sont suffisantes mais avec des différences entre modèles Perspectives Nouvelles méthodes de suivi de la croissance Que se passe-t-il au niveau de la cellule? t (h) ML Delignette-Muller, ENVL. Modélisation secondaire de la croissance θ = g(t,ph, ) + ε θ : paramètres de croissance µ max et λ. Modélisation de µ max. Modélisation de λ Deux types d approches Modélisation par ajustement de surfaces de réponse prise en compte simultanée des facteurs environnementaux d intérêt plan d expériences ajustement d un modèle polynomial Approche progressive ou modulaire prise en compte des facteurs un à un puis construction d un modèle global Exemple d approche progressive ML Delignette-Muller, ENVL 6 Modèle «racine carrée» Modèle «racine carrée» valable à basses températures Ratkowsky et al., 98 augmentation linéaire de µ max avec la température µ max, h Escherichia coli (Barber, 98) µ max = b * (T T min ) T min : température minimale de croissance T, C ML Delignette-Muller, ENVL 7 3

4 Tendance sur une gamme de température plus étendue Modèle CTMI (Rosso et al., 993).5 µ max, h - µ opt Escherichia coli (Barber, 98) pour T min < T <T max, µ max (T) = µ opt γ (T) (T-T max )(T-T min ) γ (T) = (T opt -T min ) [(T opt -T min )(T-T opt ) - (T opt -T max )(T opt +T min -T)].5.5 T min T opt T max bon ajustement aux données pour différentes espèces T, C seulement paramètres, chacun ayant une signification biologique corrélation biologique entre les températures cardinales T max =. T opt ε (r = 97%) et T min = T opt ε (r = 89%) ML Delignette-Muller, ENVL.5 Ajustement du modèle CTMI Escherichia coli (Barber, 98) Effet du ph µ max, h - µ max h µ opt Listeria monocytogenes (Petran & Zottola, 989) ph min ph opt ph max T, C ph Modèle CTPM (Rosso et al., 995) Visualisation du modèle global Modèle ph pour ph min < ph < ph max µ max (ph) = µ opt γ(ph) avec γ(ph) = (ph-ph min )(ph-ph max ) (ph-ph min )(ph-ph max )-(ph-ph opt ) µ max, h Modèle global utilisant le gamma concept (Zwietering et al., 99) µ max (T,pH) = µ opt γ(t) γ(ph) bon ajustement aux données avec un modèle à 7 paramètres. 8 ph 6 3 T, C 5 ML Delignette-Muller, ENVL 3

5 Prise en compte d autres facteurs? Modèle a w µ max (a w ) = µ opt γ(a w ) avec γ(a w ) = (a w -a wmin )/(-a wmin ) Modèle global µ max (T,pH,a w ) = µ opt γ(t) γ(ph) γ(a w ) mais prise en compte d interactions entre facteurs parfois nécessaire Augustin et Carlier, ; Le Marc et al.,. Modélisation secondaire de la croissance θ = g(t,ph, ) + ε θ : paramètres de croissance µ max et λ. Modélisation de µ max. Modélisation de λ ML Delignette-Muller, ENVL 5 Modélisation du temps de latence Paramètre difficile à modéliser effet sur λ du passé des cellules bactériennes (notamment de la température de préincubation dans les expériences de laboratoire) approches classiques Modélisation indépendante de µ max et λ malheureusement souvent en partant de conditions de préculture suboptimales pour modéliser λ conditions irréalistes pouvant conduire à surestimer λ Modélisation de λ en fonction de µ max en supposant µ max λ constant pour un état physiologique initial donné µ max λ : «work to be done» pendant la latence ML Delignette-Muller, ENVL 7 ML Delignette-Muller, ENVL 8 µ max λ est-il constant? Uniquement en ère approximation dans les travaux publiés Travaux publiés biaisés conditions de préculture constantes et souvent suboptimales Comparaison des approches de modélisation de λ aucune des approches ne convient mieux à tous les jeux de données nécessité de développer une approche intermédiaire Exemple d effet d un changement de température sur µ max λ Listeria monocytogenes (Delignette-Muller et al., ) µ maxλ inoculum en phase stationnaire inoculum en phase exponentielle Tpréculture= C Tpréculture=8 C Tpréculture=5 C Tpréculture=8 C Tpréculture=37 C 3 3 Tculture Tpréculture ( C) ML Delignette-Muller, ENVL 9 5

6 Conclusions Modèles disponibles et validés en prévision sur l aliment pour µ max Prévision de λ beaucoup plus difficile peu de données réalistes modèles inadaptés encore de nombreux travaux à réaliser! 3. Applications des modèles les outils prêts à l emploi, logiciel de simulation, systèmes experts,, sont parfois appelés modèles de niveau tertiaire ML Delignette-Muller, ENVL 3 Une aide pour estimer les DLC ou DLUO développer de nouveaux produits microbiologiquement stables évaluer les implications d un incident survenu au cours du procédé mettre en place une démarche HACCP évaluer l exposition dans le cadre de l évaluation des risques Exemple inspiré de «Application of predictive microbiology to estimate the number of Bacillus cereus in pasteurised milk at the point of consumption» Zwietering et al., 996 ML Delignette-Muller, ENVL 33 ML Delignette-Muller, ENVL 3 Choix des modèles et paramètres Une simulation Modèle secondaire: racine carrée = b (T T min ) données de la littérature : T min = C (psychrophiles) Phase T C temps (jours) (h - ) log x cinétique à 3 C dans du lait pasteurisé : 3 =.3 h - b = 3 / 3 =.35 usine.. Modèle primaire: exponentiel (λ=, pire cas) log x = log x + /ln() * t distributeur Contamination initiale: UFC/ml (pire cas) consommateur ML Delignette-Muller, ENVL 35 ML Delignette-Muller, ENVL 36 6

7 simulations à différentes T de conservation Effet de la température de conservation 6 log niveau critique (x[ufc/ml]) t (jours) T ( C) t (jours) temps (jours) donnant un niveau 5 UFC/ml C 7 C 8 C 9 C C C C Température de conservation chez le consommateur ML Delignette-Muller, ENVL 38 Indicateurs temps température (ITT) Indicateurs physiques ou chimiques Ex.: basé sur une réaction enzymatique modélisable (modèle t-t proche de la croissance microbienne) et induisant une coloration quantifiable Indicateurs électroniques Indicateurs biologiques Exemple : application des ITT extraits de «Field evaluation of the application of time temperature integrators for monitoring fish quality in the chill chain» Giannakourou et al., 5 (Int. J. Food Microbiol.) «Application of shelf life decision system (SLDS) to marine cultured fish quality» Koutsoumanis et al., (Int. J. Food Microbiol.) ML Delignette-Muller, ENVL 39 ML Delignette-Muller, ENVL Application à la distribution de poissons pêchés en mer Validation des prédictions de croissance de la flore d altération à partir du relevé des TTI au cours de la chaîne du froid 7

8 Utilisation des prédictions de croissance pour séparer les lots vers marchés: A distant, B local Effet de cette stratégie (SLDS) sur la durée de vie résiduelle du produit au moment de la consommation dans les marchés: comparaison à la méthode FIFO (First In, First Out) Extrait de Koutsoumanis et al., 5 (Int. J. Food Microbiol.) Logiciels de simulation le Pathogen Modeling Program (US) Growth Predictor (UK) Seafood Spoilage and Safety Predictor (Danemark) aspx Autres outils Base de données Combase Outil intégrant une base de données, un système expert et un logiciel de simulation Sym previus (France) ML Delignette-Muller, ENVL 5 ML Delignette-Muller, ENVL 6 Outils dérivés Logiciels de simulation Systèmes experts Indicateurs temps température. Utilisation des modèles dans l appréciation quantitative des risques Outils à utiliser prudemment! Averti notamment de l incertitude des prévisions Monte Carlo ML Delignette-Muller, ENVL 7 8

9 L appréciation quantitative des risques Quelques définitions Identification des dangers Caractérisation des dangers (loi dose-réponse) Appréciation de l exposition Caractérisation des risques Communication des risques Gestion des risques microbiologie prévisionnelle Danger (hazard) : «agent biologique, chimique ou physique présent dans un aliment, ou état de cet aliment pouvant avoir un effet nocif.» Risque (risk) : «estimation de la probabilité que se produise un effet néfaste, pondéré en fonction de sa gravité, qui pourrait résulter de la présence d un danger dans un aliment.» ML Delignette-Muller, ENVL 9 ML Delignette-Muller, ENVL 5 Etude d un cas simplifié Bacillus cereus dans du lait pasteurisé inspiré de «A risk assessment study of Bacillus cereus present in pasteurized milk «Notermans et al., 997 (Food Microbiol.) Identification des dangers Bacillus cereus : pathogène reconnu cause diagnostiquée de nombreuses infections d origine alimentaire Contaminant potentiel du lait capacité rapide de sporulation survie dans l environnement contamination par les fèces et le sol Développement possible au cours des procédés résistance des spores à la pasteurisation développement de certaines souches à basses températures ML Delignette-Muller, ENVL 5 ML Delignette-Muller, ENVL 5 Caractérisation des dangers Appréciation de l exposition Données épidémiologiques recueillies (concentrations en Bacillus cereus dans l aliment responsable de l infection) syndrome diarrhéique : 3 à 8 ufc ml - (médiane à 7 ) syndrome émétique : à ufc ml - (médiane à 7 ) Expériences réalisées sur des volontaires sains : non concluantes Seuil d acceptabilité en Europe : - 5 ufc ml - Evaluation vraiment très grossière de la loi doseréponse Niveaux de contamination observés dans des briques de lait un jour après la pasteurisation (enquête hollandaise, Notermans et al., 997) moyenne en log ufc ml - : -. écart type en log ufc ml - :. 57 avec un effet saisonnier ML Delignette-Muller, ENVL 53 ML Delignette-Muller, ENVL 5 9

10 Températures de conservation du produit observées dans des réfrigérateurs domestiques (enquête hollandaise, de Lezenne et al., 99) Durées de conservation du produit avant consommation observées (enquête hollandaise, Notermans et al., 997) Modélisation de la croissance microbienne Développement de la population microbienne depuis la pasteurisation jusqu à la consommation modèle de Zwietering et al., 996 (cf. exemple précédent) log N = log N + /ln() * t avec = b (T T min ) =.35 *T (h - ) =.3*T (jr - ) Caractérisation des risques Résumé des paramètres à prendre en compte : loi dose - réponse Niveau de B. cereus pathogène: N p (en ufc ml - ) exposition Niveau de B. cereus après pasteurisation: N (en ufc ml - ) Température de conservation: T (en C) Durée de conservation: d (en jours) ML Delignette-Muller, ENVL 57 ML Delignette-Muller, ENVL 58 Méthode de calcul? Estimation du risque final = probabilité de développer un syndrome émétique ou diarrhéique lors d une consommation de lait pasteurisé Estimation dans le pire des cas en fixant les paramètres aux valeurs maximisant le risque Estimation dans le cas le plus probable en fixant les paramètres aux valeurs les plus probables Calcul dans le pire des cas Niveau de B. cereus pathogène: N p = 3 ufc ml - Niveau de B. cereus après pasteurisation: N = ufc ml - Température de conservation: T = 3 C Calcul de la durée de conservation nécessaire pour atteindre N p : d p = log (N/N )*ln() / µ =.36 jrs risque de 98% d après la distribution des durées de stockage observées (TRES SURESTIME!!) ML Delignette-Muller, ENVL 59 ML Delignette-Muller, ENVL 6

11 Calcul dans le cas le plus probable Niveau de B. cereus pathogène: N p = 7 ufc ml - Niveau de B. cereus après pasteurisation: N =. ufc ml - Température de conservation: T = 6 C Calcul de la durée de conservation nécessaire pour atteindre N p : d p = log (N/N )*ln() / µ = 7. jrs risque nul (TRES CERTAINEMENT SOUS-ESTIME!) Cas le plus probable amélioré avec prise en compte des différentes températures de réfrigération observées dans la population: T ( C) 6 8 fréquence associée d p (jrs) risque associé risque global =.56* *.3 +.6*.65 = 3.8% MAIS non prise en compte des variabilités sur N et N p ML Delignette-Muller, ENVL 6 ML Delignette-Muller, ENVL 6 Critique de l approche il est difficile de prendre en compte toutes les sources d incertitude et de variabilité une estimation unique du risque est donnée sans indication de son imprécision interprétation délicate du résultat numérique il est difficile de mettre en évidence les facteurs les plus influants Utilisation du Monte Carlo Méthode de simulation par échantillonnage permettant la prise en compte de toutes les sources de variabilité et d incertitude l évaluation de l incertitude sur le risque estimé la génération d une analyse de sensibilité du risque final à chaque paramètre ML Delignette-Muller, ENVL 63 ML Delignette-Muller, ENVL 6 distributions en fréquences des paramètres Schéma d un Monte Carlo D distribution en fréquences du risque de maladie Définition de la distribution pour un paramètre lorsque l on dispose de données observées Utilisation directe de la courbe des fréquences cumulées observées ou Ajustement d une loi théorique adaptée aux données observées N tirages aléatoires pour chaque paramètre (avec par ex. N = ) ln (proba(maladie) )

12 Définition de la distribution pour un paramètre lorsque l on ne dispose que d une opinion d expert lois simples mais de forme peu naturelle lois plus complexes mais de forme plus naturelle Application à notre exemple simplifié Prise en compte des sources de variabilité choix d un modèle classique pour la loi dose réponse : modèle log-normal prenant en compte une variabilité sur N p (log (N p ) ~ (µ=7; σ=.5)) (valeurs fictives) choix des distributions sur les paramètres de l exposition: utilisation des distributions observées pour T et d et d une loi lognormale décrite à partir des données observées pour N (N ~ (µ=-; σ=.6)) ML Delignette-Muller, ENVL 68 Application à notre exemple simplifié Graphe de la loi dose-réponse Prise en compte de l incertitude liée à l utilisation d un modèle de croissance microbienne risque p de maladie utilisation du modèle de Zwietering et al. (996) avec prise en compte de l incertitude sur la prédiction : µ = µ prédit (+ε) avec ε ~ (µ=-.;σ=.5) d après données observées de validation des modèles en prédiction (Delignette-Muller et al., 995) niveau de B.cereus dans le produit consommé log (N [ufcml]) ML Delignette-Muller, ENVL 69 Histogrammes des valeurs des paramètres échantillonnées (pour tirages) effectifs Distribution en fréquences du risque d effet pathogène (p) effectifs Distribution du risque p s étalant de - à avec un mode à log (N ) T Marge d incertitude sur le risque non calculable : incertitude et variabilité mêlées d ε log (p)

13 Analyse de sensibilité du risque p aux différents paramètres: Tornado Chart Paramètres d T log (N ) ε coefficients de corrélation de rang Critique du cas étudié Loi dose-réponse sans réel fondement biologique Scénario thermique très simpliste, sans prise en compte des variations thermiques (ex. : ruptures de la chaîne du froid) Modèle de croissance microbienne simplifié Distributions grossièrement définies Eventuelles corrélations entre paramètres non prises en compte Analyse très grossière à affiner ML Delignette-Muller, ENVL 7 Résultats sur un cas plus réaliste extraits de «Quantitative risk assessment for Escherichia coli O57:H7 in ground beef hamburgers» Cassin et al., 998 (Int. J. Food Microbiol.) ML Delignette-Muller, ENVL 75 Identification des dangers E.coli O57:H7 : pathogène reconnu cause diagnostiquée d une maladie (diarrhées hémorragiques) pouvant être sévère (atteinte rénale) voire mortelle chez les enfants et les personnes âgées Contaminant potentiel des hamburgers communément trouvé dans les intestins des bovins contamination possible des carcasses de bœuf épidémies liées à des hamburgers mal cuits aux US Appréciation de la loi dose-réponse Choix du modèle Beta-Poisson (Haas, 983) modèle exponentiel : p(n) = - exp(- r N) action indépendante des bactéries bactérie unique peut infecter l hôte, mais la probabilité de cet événement est très faible (r) modèle Beta-Poisson : p(n) = - ( + N/β) - α complexification du modèle précédent, incorporant de la variabilité sur la relation hôte-bactérie (loi Beta sur r) ML Delignette-Muller, ENVL 77 ML Delignette-Muller, ENVL 78 3

14 Loi dose-réponse Appréciation de l exposition de l abattoir jusqu au consommateur production élevage de l animal process and grinding fabrication de la viande hâchée storage conservation cooking cuisson consumption consommation ML Delignette-Muller, ENVL 8 Caractérisation des risques Estimation du risque au total 3 paramètres décrits par des distributions (incertitude et variabilité) divers modèles (croissance, destruction thermique, dose-réponse, ) Simulations par Monte Carlo estimation de la probabilité de maladie analyse de sensibilité du modèle global aux différents paramètres ML Delignette-Muller, ENVL 8 Analyse de sensibilité Etude de quelques scénarios de prévention Stratégies de prévention réalistes Réduction attendue du risque

15 Perspectives méthodologiques Critique du Monte carlo D Incertitude et Variabilité traitées sur le même plan dans les simulations Difficulté d appréciation de l incertitude sur le résultat final Solution: Modélisation à niveaux (/ variabilité, / incertitude sur variabilité) Simulations par Monte Carlo à dimensions (D) Variabilité sur le paramètre θ Incertitude sur la variabilité du paramètre θ Principe du Monte Carlo D Modélisation Loi de θ ex.: loi normale paramétrée par µ et σ Loi de µ Loi de σ Simulation θ ij Deuxième niveau de tirage aléatoire pour chaque µ i et σ i µ i, σ i Premier niveau de tirage aléatoire pour i= à ni et j= à nv ML Delignette-Muller, ENVL 85 Caractérisation de l incertitude Résultats des simulations Méthodes utilisées Approche fréquentiste bootstrap (méthode de rééchantillonnage sur les données) Approche bayésienne prise en compte simultanée d une information de type connaissance d experts et de données expérimentales ni distributions en fréquences du risque (ou niveau d exposition ) Pour consulter un exemple concrêt: Rapport AFSSA : «Evaluation scientifique des risques associés à Cryptosporidium sp.» ML Delignette-Muller, ENVL 87 ML Delignette-Muller, ENVL 88 Avantages et inconvénients du Monte Carlo D Conclusions Méthode plus lourde à mettre en œuvre Incertitude et variabilité parfois difficiles à séparer Résultats plus difficile à lire Démarche plus complète Réelle appréciation de l incertitude sur le risque final L appréciation quantitative du risque en microbiologie alimentaire : discipline jeune utilisation de simulations de type Monte Carlo avec problématiques méthodologiques en développement quelques difficultés spécifiques liées à la nature microbiologique du danger devrait constituer un outil pertinent pour mieux comprendre l origine du risque microbiologique ML Delignette-Muller, ENVL 89 ML Delignette-Muller, ENVL 9 5

16 Quelques références McMeekin, T.A., Olley, J.N., Ratkowsky, D.A., Ross, T.,. Predictive microbiology: towards the interface and beyond. Int. J. Food Microbiol. 73, Roberts, T.A., 995. Microbial growth and survival: developments in predictive modelling. Int. Biodeter. Biodegr., Rosso, L., Lobry, J.R., Flandrois, J.P., 993. An unexpected correlation between cardinal temperatures of microbial growth highlighted by a new model. J. Theor. Biol. 6, Swinnen, I.A., Bernaerts, K., Dens, E.J., Geeraerd, A.H., Van Impe, J.F.,. Predictive modelling of the microbial lag phase: a review. Int J Food Microbiol. 9, van Gerwen, S.J.C., Zwietering, M.H., 998. Growth and inactivation models to be used in quantitative risk assessments. J. Food Protect. 998, Whiting, R.C., 995. Microbial modeling in Foods. Critical. Reviews. Food. Sci. Nutrition. 35, Wijtzes, T., van't Riet, K., Huis in't Veld, J.H.J., Zwietering, M.H., 998. A decision support system for the prediction of microbial food safety and food quality. Int. J. Food Microbiol., ML Delignette-Muller, ENVL 9 6

QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE

QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE QUELLES APPLICATIONS INDUSTRIELLES POUR LA MICROBIOLOGIE PREVISIONNELLE ELLOUZE M IFIP, 7, Avenue du Général de Gaulle 94704 Maisons-Alfort. Présentation et historique La microbiologie prévisionnelle est

Plus en détail

Les modèles de croissance en microbiologie prévisionnelle pour la maitrise de la sécurité des aliments (synthèse bibliographique)

Les modèles de croissance en microbiologie prévisionnelle pour la maitrise de la sécurité des aliments (synthèse bibliographique) B A S E Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2012 16(3), 369-381 Le Point sur : Les modèles de croissance en microbiologie prévisionnelle pour la maitrise de la sécurité des aliments (synthèse bibliographique)

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

22/12/11. Plan de la présentation

22/12/11. Plan de la présentation http://www.dda.ulg.ac.be L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation

Plus en détail

Inférence d un réseau bayésien augmenté visant à confronter :

Inférence d un réseau bayésien augmenté visant à confronter : Inférence d un réseau bayésien augmenté visant à confronter : un modèle complexe d analyse quantitative du risque microbiologique des données de vieillissement Clémence RIGAUX (1) En collaboration avec

Plus en détail

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE

Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Le Guide d aide à la VALIDATION des MESURES de MAITRISE des dangers bactériologiques ACTION QUALITE Logo CERVIA Parce que l enjeu alimentaire est plus que jamais un défi pour demain, le CERVIA PARIS Ilede-France,

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION

ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION ANALYSE QUANTITATIVE DE RISQUE MICROBIOLOGIQUE EN ALIMENTATION QUAND LE GESTIONNAIRE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE A-T-IL BESOIN D UTILISER UNE APPROCHE ANALYSE DE RISQUE? En concertation avec le groupe de

Plus en détail

Mots-clés : appréciation des risques, microbiologie prévisionnelle, Listeria monocytogenes.

Mots-clés : appréciation des risques, microbiologie prévisionnelle, Listeria monocytogenes. Intérêt de la microbiologie prévisionnelle dans l appréciation de l'exposition alimentaire à Listeria monocytogenes. Significance of predictive microbiology for the assessment of the exposure of food to

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7. ARC EPS Eco-microbiologie Prévisionnelle Statistique

Sommaire Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7. ARC EPS Eco-microbiologie Prévisionnelle Statistique ARC EPS Eco-microbiologie Prévisionnelle Statistique 1 Objectifs de l ARC EPS 2 Partenaires 3 Moyens 4 Problématique Microbiologique 5 Démarche et Résultats 6 Perspectives 7 Valorisation LES OBJECTIFS

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie quantitative des aliments

Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie quantitative des aliments Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie quantitative des aliments Marie Cornu To cite this version: Marie Cornu. Modélisation d incertitudes et de variabilités en microbiologie

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

L. monocytogenes. dans les produits réfrigérés

L. monocytogenes. dans les produits réfrigérés Novembre 2006 Construction d une démarche interdisciplinaire de description du processus sanitaire modulant l exposition au danger L. monocytogenes dans les produits réfrigérés RAPPORT DE RECHERCHE Construction

Plus en détail

Analyses bactériologiques alimentaires

Analyses bactériologiques alimentaires LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D' ANALYSES Analyses bactériologiques alimentaires 1 - Présentation lozere.fr Les analyses consistent à vérifier la conformité des produits alimentaires selon des critères bactériologiques

Plus en détail

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1

STÉRILISATION. Réduction des populations. nonus 1 Réduction des populations nonus 1 nonus 2 Taux de survie N/No Taux de mortalité No-N /No No : nombre initial de cellules vivantes N : nombre de cellules vivantes après le cycle de stérilisation nonus 3

Plus en détail

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs

Lait cru. à chauffer avant consommation! Brochure informative à l attention des consommateurs Brochure informative à l attention des consommateurs Une édition du Comité scientifique de l Agence alimentaire Lait cru à chauffer avant consommation! 1 Editeur responsable Prof. Em. dr. Pharm. C. Van

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 1. Objectif : Comprendre les enjeux de la maîtrise de l hygiène dans votre entreprise «Agroalimentaire» (Fabrication, conditionnement, logistique, ) Savoir identifier les risques spécifiques à votre activité

Plus en détail

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux

Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Prévention et gestion des risques naturels et environnementaux Risque et assurance : quelques éléments théoriques Ecole des Ponts - Le 6 Avril 01 Jacques Pelletan 1 Théorie du risque et pérennité de l

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

Proposition de " Critères Microbiologiques " pour. Préambule

Proposition de  Critères Microbiologiques  pour. Préambule Proposition de " Critères Microbiologiques " pour Listeria monocytogenes dans les aliments Préambule Composants à prendre en compte pour définir un critère : Les différents composants entrant dans la définition

Plus en détail

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité?

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? Application de la démarche HACCP pour l identification d étapes de maîtrise Hubert BRUGERE Steak expert Angers 24 et 25 juin

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061 Value at Risk 27 février & 13 mars 20061 CNAM Gréory Taillard CNAM Master Finance de marché et estion de capitaux 2 Value at Risk Biblioraphie Jorion, Philippe, «Value at Risk: The New Benchmark for Manain

Plus en détail

Partie I Les constats actuels dans le secteur agroalimentaire

Partie I Les constats actuels dans le secteur agroalimentaire Partie I Les constats actuels dans le secteur agroalimentaire 1 Plantons le décor Les professionnels de l agroalimentaire doivent à leurs clients, les consommateurs que nous sommes tous, de préparer et

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

AVIS 1 / 21. Afssa Saisine n 2007-SA-0174 Saisine liée n 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 13 mars 2008

AVIS 1 / 21. Afssa Saisine n 2007-SA-0174 Saisine liée n 2006-SA-0215. Maisons-Alfort, le 13 mars 2008 Maisons-Alfort, le 13 mars 2008 AVIS LA DIRECTRICE GÉNÉRALE de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments concernant les références applicables aux denrées alimentaires en tant que critères

Plus en détail

QUANTIFICATION DU RISQUE

QUANTIFICATION DU RISQUE QUANTIFICATION DU RISQUE Journées d études de Deauville, le 16 septembre 2011 OPÉRATIONNEL 1.Solvabilité 2 et le Risque Opérationnel 2.La gestion du Risque Opérationnel 3.Les méthodes de quantification

Plus en détail

Mesure et gestion des risques d assurance

Mesure et gestion des risques d assurance Mesure et gestion des risques d assurance Analyse critique des futurs référentiels prudentiel et d information financière Congrès annuel de l Institut des Actuaires 26 juin 2008 Pierre THEROND ptherond@winter-associes.fr

Plus en détail

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI

PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI PAQUET HYGIÈNE : MODE D EMPLOI AOÛT 2007 Ce document est une synthèse de cette nouvelle réglementation en matière de sécurité des aliments à destination des diététiciens. Il a été validé par le comité

Plus en détail

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE

NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Institute for Thermal Processing Specialists NOMENCLATURE POUR LES ÉTUDES DE TRAITEMENT THERMIQUE Différents symboles ont été employés pour représenter les variables mesurées et dérivées qui sont utilisées

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires Lignes directrices pour l interprétation

Critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires Lignes directrices pour l interprétation GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG MINISTÈRE DE LA SANTÉ DIRECTION DE LA SANTE SERVICE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Critères microbiologiques applicables aux denrées alimentaires Lignes directrices pour l interprétation

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques IFT 6561 Simulation: aspects stochastiques DIRO Université de Montréal Automne 2013 Détails pratiques Professeur:, bureau 3367, Pav. A.-Aisenstadt. Courriel: bastin@iro.umontreal.ca Page web: http://www.iro.umontreal.ca/~bastin

Plus en détail

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7

Table des matières. PREMIÈRE PARTIE Étapes initiales des études marketing 7 Table des matières Préface Public 1 Structure de l ouvrage 1 Caractéristiques de l ouvrage 3 Contenu 3 Pédagogie 4 Remarques sur l adaptation française 4 Ressources numériques 5 Biographie 6 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs

Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs Guide des bonnes pratiques d hygiène de la distribution de produits alimentaires par les organismes caritatifs Edition 2011 ISBN : 978-2-11-076672-4 ISSN : 0767-4538 AVIS AUX PROFESSIONNELS DE L ALIMENTATION

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Le système HACCP. Plan. Plan. Introduction :

Le système HACCP. Plan. Plan. Introduction : Le système HACCP Introduction : Plan L importance de l alimentation Le risque alimentaire La gestion de la qualité : Les systèmes d assurance de la qualité Le système HACCP Origine Objectifs Principes

Plus en détail

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Laurent Denis STATXPERT Journée technologique "Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production" FIGEAC,

Plus en détail

Classe de première L

Classe de première L Classe de première L Orientations générales Pour bon nombre d élèves qui s orientent en série L, la classe de première sera une fin d étude en mathématiques au lycée. On a donc voulu ici assurer à tous

Plus en détail

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire VÉRONIQUE ZULIANI ET PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Avec l aimable autorisation de la revue "Salles

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test

Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test 11 juillet 2003 Étude des Corrélations entre Paramètres Statiques et Dynamiques des Convertisseurs Analogique-Numérique en vue d optimiser leur Flot de Test Mariane Comte Plan 2 Introduction et objectif

Plus en détail

LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE Atelier thématique LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 21 Juin 2010 Sommaire Présentation de l AFSCA origine, but, L Opérateur Les dangers La sécurité alimentaire, tous responsables! Les contrôles de

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY

Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière. Prof. Pascal BONNABRY Méthode d analyse prospective des risques : exemple en pharmacie hospitalière Prof. Pascal BONNABRY Formation des cadres au management «Gérer les incidents en milieu hospitalier» Genève, 19 novembre 2012

Plus en détail

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA

Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Epidémiologie appliquée aux sciences vétérinaires DES DAOA DES - DEA Claude SAEGERMAN Département des maladies infectieuses et parasitaires, Service d épidémiologie et analyse de risques appliquées aux

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

La microbiologie alimentaire a-t-elle un avenir dans le contexte réglementaire et technique actuel de la restauration collective?

La microbiologie alimentaire a-t-elle un avenir dans le contexte réglementaire et technique actuel de la restauration collective? Article original La microbiologie alimentaire a-t-elle un avenir dans le contexte réglementaire et technique actuel de la restauration collective? G. Bornert a, A. Bensebaa b, O. Koehle c, L. Boukbir d

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité

Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité 13 septembre 2013, version 1.0 Aymric Kamega, Actuaire aymric.kamega@univ-brest.fr www.euria.univ-brest.fr Sommaire

Plus en détail

La place des analyses microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d une démarche d assurance-sécurité

La place des analyses microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d une démarche d assurance-sécurité SYNTHÈSE SCIENTIFIQUE La place des analyses microbiologiques de denrées alimentaires dans le cadre d une démarche d assurance-sécurité G. BORNERT Groupe de Secteurs Vétérinaires Interarmées, B.P. 16, F-35998

Plus en détail

cadre du pilier 1 assurance Février 2012

cadre du pilier 1 assurance Février 2012 Mortalité, longévité, pandémie : Construire un générateur de scénarios Choix des économiques hypothèses en dans le assurance cadre du pilier 1 Version 1.2 Version 1.0 Septembre 2012 Février 2012 Frédéric

Plus en détail

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair

Plus en détail

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos

Micro-organismes et parasites des viandes : les connaître pour les maîtriser, de l éleveur au consommateur. Avant-propos Avant-propos Les Cahiers Sécurité des Aliments du Centre d Information des Viandes (CIV) ont pour objet de rendre plus facilement accessible l ensemble des données techniques, réglementaires et scientifiques

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique

ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique ALEATOIRE - Les enjeux du cours de Probabilités en première année de l Ecole Polytechnique Télécom ParisTech, 09 mai 2012 http://www.mathematiquesappliquees.polytechnique.edu/ accueil/programmes/cycle-polytechnicien/annee-1/

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels E1 RECRUTEMENT DES ASSISTANTS INGENIEURS DE RECHERCHE ET DE FORMATION...2 E1.1 Gestionnaire de base de données...2 E1.2 Développeur

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 14 février 2014 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à «un guide de bonnes pratiques d hygiène

Plus en détail

Statistique descriptive et prévision

Statistique descriptive et prévision Statistique descriptive et prévision Année 2010/2011 L. Chaumont Contents 1. Étude d une variable 5 1.1. Définitions................................ 5 1.2. Représentations graphiques usuelles................

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS

Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS Formations 2014 SECURITE DES ALIMENTS Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : La sécurité alimentaire est une priorité de santé publique

Plus en détail

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm()

Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() SEMIN- Le modèle linéaire généralisé avec R : fonction glm() Sébastien BALLESTEROS UMR 7625 Ecologie Evolution Ecole Normale Supérieure 46 rue d'ulm F-75230 Paris Cedex 05 sebastien.ballesteros@biologie.ens.fr

Plus en détail

La cuisson sous-vide basse température ou juste température

La cuisson sous-vide basse température ou juste température Vincent Demester Hélène Vacher Novembre 2011 La cuisson sous-vide basse température ou juste température Les objectifs : Faire comprendre les phénomènes biochimiques et microbiologiques en apprenant à

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels collection Méthodes stochastiques appliquées dirigée par Nikolaos Limnios et Jacques Janssen La sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques est aujourd hui un enjeu économique et sociétal majeur.

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail