ARTICLE. Revue internationale d analyse des risques alimentaires. Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARTICLE. Revue internationale d analyse des risques alimentaires. Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture,"

Transcription

1 ARTICLE Revue internationale d analyse des risques alimentaires Observations Issues de L évaluation des Risques pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia coli O157 dans les Produits de Bœuf Attendris Mécaniquement au Canada Angela Catford1,*, Marie-Claude Lavoie1, Ben Smith2, Enrico Buenaventura1, Hélène Couture1, Aamir Fazil2 et le Dr Jeffrey M. Farber1 1 Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec, Agence canadienne d inspection des aliments, (Division de la salubrité des aliments et programmes des viandes), Conseil des viandes du Canada 2 Agence de la santé publique du Canada, (Laboratoire de lutte contre les zoonoses d origine alimentaire), Conseil canadien du commerce de détail * Corresponding author Reçu le 14 Mai 2012; la version finale reçue le 28 Mai Catford et al.; licensee InTech. Ceci est un article en libre accès distribué sous les termes de la Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0), qui permet l'utilisation illimitée, la distribution et la reproduction sur tout support, à condition que le travail original est correctement cité. RésuméAuCanada,àlafinde2012,untotalde18casde maladies d origine alimentaire provoquées par Escherichia colio157(e.colio157)ontétésignalésdanslecadred une éclosion causée par du bœuf contaminé. Au cours de l enquêtesurlasalubritéalimentairerelativeàl éclosion,la consommation de bœuf attendri mécaniquement (BAM) chezdesdétaillants aétémiseencausedansdequelques cas. Les détails de cette enquête et du suivi afférent sont consultables en ligne sur le site Web de l Agence canadienned inspectiondesaliments(acia)*. Cet évènement a sensibilisé d avantage la communauté scientifiqueetlepubliccanadiensàlapratiqueconsistant à attendrir le bœuf mécaniquement. En outre, quatre *http://www.inspection.gc.ca/aliments/information pour les consommateurs/enquete sur la salubrite des aliments/xl foods inc /fra/ / éclosions d E. colio157 relativement récentes survenues auxétats Unisontmisenévidencelefaitquelesproduits non intacts autres que le bœuf haché, par exemple les rôtisetlesbiftecksattendris,puissentcomporterunplus grandrisquedemaladiequelespiècesdemuscleintactes (service d inspection et de la salubrité des aliments du département de l Agriculture des É. U. [FSIS USDA], 2005; Laine et coll., 2005; CDC, 2010). Dans le but d évaluer le risque en question, Santé Canada (SC) et l AgencedelasantépubliqueduCanada(ASPC)ontmis au point un plan de travail visant à recueillir des renseignements et à communiquer à la population canadienne tout risque éventuel que pourrait comporter lapratiqueconsistantàattendrirlebœufmécaniquement. Le Bureau des dangers microbiens de la Direction des alimentsdesantécanadaenpartenariatavecladivision Int. food riskfazil anal. Vol. M. 3, 3:2013 Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir et j., le 2013, Dr Jeffrey Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 1

2 des sciences des risques pour la santé publique du Laboratoire de lutte contre les zoonoses d origine alimentaire de l Agence de la santé publique du Canada etencollaborationavecd autresintervenantsdudomaine delasalubritéalimentaireontélaboréuneévaluationdes risques éventuels pour la santé que comportent les produits de BAM au Canada. Le présent document résume les premières observations issues de l évaluation etactualiselesestimationsdurisquerelatifaucanadaen s appuyantsurlastructuredumodèlepubliéen2013par l ASPC (Smith et coll., 2013), tout en tenant compte de nouveauxrenseignements. Selon le modèle, la consommation de BAM comporte environ cinq fois plus de risques que celle des pièces de bœuf intactes. À des fins comparatives, le bœuf haché comporte1500et7300foisplusderisquequelebamet lespiècesdebœufintactes,respectivement.deplus,des modélisations incluant une intervention réalisée immédiatement avant l attendrissage ont permis de démontrer que le risque calculé que comporte le BAM pourrait éventuellement être réduit de telle sorte qu il avoisineceluiquecomporteunepiècedebœufintacte. Undocumentd évaluationpluscomplettenantcomptedes données remises à SC très récemment (enavril et en mai 2013) et présentant une caractérisation détaillée de la modélisationmathématiquedesdiversscénariosenvisagés estencoursdepréparationetserapubliéultérieurement. l ingestion d E. colio157:h7 sont caractérisées par la diarrhée et la colite hémorragique; cependant, la maladie peuts aggraveretprovoquer,lesyndromehémolytiqueet urémique (SHU), une séquelle constituant un danger de mortetnécessitantdestransfusionssanguinesetladialyse. Les symptômes du SHU, lequel peut se révéler mortel, varient et se manifestent généralement chez quelque 5 à 10% de l ensemble des victimes d E. colio157:h7, et environ 15% des jeunes enfants et des aînés ayant contracté l infection en seront atteints. Une atteinte rénale permanentepeutenêtreuneautreséquelle(aspc,2013b). Bienqu E.coliO157aitétédétectéechezdiversesespèces animales (domestiques et sauvages), les bovins bien portants sont considérés comme le réservoir animal le plus étroitement lié à sa présence dans la chaîne alimentaireetparconséquent,àl infectionchezl humain (YoonetHovde,2008).Pendantlesprocessusd abattage, d habillage et de fabrication des produits de bœuf, si E. coli O157 se trouve sur le cuir ou dans le contenu intestinaldelabête,ilpeutêtretransféréàlasurfacedes carcasses parées et par la suite, sur les pièces de viande, p.ex.,lescoupesprimairesetsous primaires. Généralement,lacontaminationdepiècesoudebiftecksde bœuf intacts par E. colio157 n est que superficielle, et les pratiques de cuisson habituelles suffisent à inactiver la bactérie. Cependant, lorsque la contamination touche du bœufnonintact,celle cipeutsepropagerauproduitentier. Commedenombreuseséclosionsl ontdémontré(huanget Sheen, 2011), la consommation de bœuf haché contaminé cuit sans que sa température interne ait atteint 71 C est l une des principales causes d infection par E. colio157. Il estfréquentquel ondécouvrequelesproduitscontaminés etincriminésdansleséclosionsdemaladieontfaitobjetde manipulation ou cuisson inadéquates, p. ex., contamination croisée, de température de cuisson inadéquate, négligence de vérifier la température interne, etc. Par conséquent, puisque les produits de bœuf haché sont considérés comme les plus préoccupants sur le plan de la santé publique en regard du contrôle d E. coli O157, ce sont aussi ceux que l industrie et les autorités réglementairesontprincipalementciblés. 1.Contexte Comme le nombre de cassignalés par l intermédiaire de labasededonnéesdesmaladiesàdéclarationobligatoire et le Programme national de surveillance des maladies entériques de l Agence de la santé publique du Canada permet d en juger (voir le tableau1), le nombre de maladies d origine alimentaire causées par E. colio157 chez les humains semble avoir diminué au cours des dernières années (ASPC, 2013a). Cependant, l infection d originealimentairepare.colio157demeureunecause importante de gastroentérite au Canada, et cet agent pathogène continue à provoquer de nombreuses éclosions partout dans le monde (Pennington, 2010). En règlegénérale,lessymptômesassociésàl infectionsuiteà Agentpathogène/ groupe Total Taux* Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux E.coliO , , , , , ,39 Tableau1.Donnéespartielles totauxettauxannuels(par100000)relatifsàe.colio157signalésaupnsmede2006à2011 *TauxcalculésenrecourantauxestimationsdémographiquespourleCanadaau1erjuilletdesannées2006à2011,telsquedéclaréspar StatistiqueCanada. Seulslescasd E.coliO157sontcomprisdanscetableau,puisquelescasd autrese.colinesontpassignalésavecconstanceparlesprovinces. Letableaucompletestconsultableauhttp://www.phac aspc.gc.ca/fs sa/fs fi/ecoli fra.php. 2 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013

3 Année Nombre decas Typedeviande Endroit Sourcedelapublication 2000 Biftecks de surlonge attendris au moyen d aiguilles États Unis 2 FSIS USDA,2005 FR70: Filet de bœuf désossé bardé de tranches de bacon préparé à partir de produit de bifteckinjectédemarinade États Unis 11 Laineetcoll.,2005 J.FoodProt.68(6): Produitdebifteckmarinéetattendri États Unis 4 FSIS USDA,2005 FR70: Biftecksattendrisaumoyendelames États Unis 21 CDC,2010 Publicationélectronique 2012 Biftecksattendrisaumoyend aiguilles Canada 5 ASPC,2013 Communicationsinternes Tableau2.ÉclosionsenAmériqueduNordliéesàdespiècesdebœufentièresdontlesignalementadéquatapermisdedéterminerleur étatnonintact(c. à d.,qu unattendrissageaeulieu). Uneéclosiond E.coliO157survenueauCanadaetquatre qui ont sévi aux É. U. (tableau2) ont mis en évidence le faitqu outrelesproduitsdebœufhaché,lesproduitsnon intacts tels que les rôtis et les biftecks attendris peuvent comporter des risques de maladie qu une mesure de gestiondesrisquespeutécarter. En plus de l attention portée au bœuf attendri mécaniquement (BAM) en raison de ces éclosions, des études sur les produits attendris mécaniquement ont été publiées dans des revues scientifiques au cours de la dernière décennie. Ces études ont démontré que parfois, les produits de BAM ne sont pas cuits uniformément et/ouqueleurtempératureinternen apasatteintledegré permettant d en assurer la salubrité. Cela résulte du fait que des bactéries, y compris des agents pathogènes, par exemple E. coli O157 et Salmonella spp., peuvent être transférées dans la pièce de viande au moyen de l attendrissage mécanique, avec ou sans injection de marinades et de saumures (Echeverry et coll., 2009; Echeverry et coll., 2010; Gill et McGinnis, 2004; Gill et McGinnis, 2005; Gill et coll., 2005a; Gill et coll., 2005b; Graumann et Holley, 2007; Huang et Sheen, 2011; Luchansky et coll., 2008; Luchansky et coll., 2009; Luchanskyetcoll.,2011;Luchanskyetcoll.,2012). Les autorités fédérales en matière de salubrité des aliments ont pris plusieurs initiatives dans le but de comprendre ce qui fait en sorte que les produits non intacts peuvent comporter des risques de maladie ainsi quelafaçondontceux cipeuventêtreécartésaumoyen de mesures de gestion. Par exemple, une évaluation intitulée Comparative Risk Assessment for Intact And Non intact (Tenderized) Beef a été réalisée par le service d inspection et de la salubrité des aliments du départementdel AgriculturedesÉ. U(FSIS USDA,2002) puis publiée en mars À ce moment, le FSIS USDA est parvenu à la conclusion que les produits de BAM ne comportaientpasdavantagederisquesquelespiècesde viande intactes. Plus précisément, selon cette évaluation desrisques,1casdemaladiepar15,9millionsdeportions de biftecks intacts et 1 par 14,2 millions de portions de biftecksnonintacts(attendris)étaientprévus.deplus,on y a indiqué ce qui suit «il n existe pratiquement aucunedifférencesurleplandesrisquesdemaladieentre les biftecks intacts (non attendris) et non intacts (attendris).»et«laprobabilitéqu E.coliO157:H7survive àlacuissontypique,quecesoitdanslesbiftecksattendris ou non attendris, est minuscule.». Cependant, à la lumière de cas de maladies causés par E. coli O157 et associés au BAM depuis la publication l évaluation en 2002, le FSIS USDA a annoncé l actualisation de cette évaluation des risques. Cette mise à jour n a pas encore été publiée, mais jusqu à ce qu elle le soit, les observations issues des travaux entrepris auparavant, lesquels ont été réalisés minutieusement, demeurent pertinentes*. AuCanada,uneéquipedel Agencedelasantépublique ducanada(aspc)apublié,àtitredemiseaupointd un modèled évaluationdesrisquesantérieurpubliéen1998, un modèle stochastique d évaluation quantitative des risques dans le but d estimer les effets des interventions effectuées à diverses étapes avant l abattage et la transformation, préalables à la fabrication finale des produitsdebœuf(smithetcoll.,2013). Portée Lesfacteursci dessousdécriventlaportéedelaprésente évaluation. Agentspathogènespréoccupants: E.coliO157:H7etE.coliO157:NM(E.coliO157). IlconvientdenoterqueSantéCanadan apasanalysélerapport du FSIS USDA dans le but d en déterminer l applicabilité au Canada, en recourant aux données canadiennes publiées récemment, ni dans la perspective de proposer certaines mises aupointquipourraientyêtreapportéesparl organisme. * Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 3

4 Alimentoualimentspréoccupants: Le bœuf attendri mécaniquement produit au Canada (c. à d., les produits de bœuf non intacts dont la surface est traversée par des lames ou des aiguilles et/ou qui sont injectés d une solution, ou barattésoubienpétrisdanscelle ci); o Exclut le bœuf en dés, en cubes et les produits reformés, o Exclutlesproduitsimportés(lesdonnéessurles principales caractéristiques de ces produits ne sontpasaccessibles). Populationd intérêt: Populationcanadienne. Effetoueffetspréoccupants: La maladie, peu importe sa gravité, causée par E. colio157. Étapes dans la production, la transformation, la distribution,lapréparationetlaconsommation: Touteslesétapes,delafermeàl assiette. Mesuresdecontrôleetd atténuation: Modificationdanslesconditionsd attendrissage; Influence sur le comportement du consommateur (c. à d., l ajout de messages dans l étiquetage, l éducation du consommateur, etc.), particulièrement au moyen de la communication d une recommandation sur la température de cuisson (conformément aux spécifications des gestionnairesdesrisques); o La connaissance des effets des mesures de contrôle et d atténuation ci dessus, l élaboration etlamiseenœuvreéventuellesdesinstruments de politique (c. à d., des documents d orientation, des lignes directrices, etc.) pourraientêtremieuxétayées. Lesdonnéescomprennent: Ladocumentationscientifiqueetpubliée; Les données non publiées fournies par d autres ministères, organismes et intervenants gouvernementaux. Objectifs Les principaux objectifs de la présente évaluation consistentà: Caractériser les risques que peut comporter le BAM danslaperspectivedespratiquesmisesenœuvreaux étapes préalables à la fabrication et suivant celles ci enrecourantàunemesuredesrisquesparportion; o Lacaractérisationdesrisquesquipourraientêtre liésaubamparrapportàceuxquecomportent lebœufhachéetlespiècesdeviandeintactes. Examinerlesstratégiesd atténuationoudecontrôle qui pourraient être mises en œuvre par les divers intervenants de la chaîne alimentaire (p. ex., transformateurs, détaillants, responsables de la réglementation, consommateurs) et analyser leurs effetssurlesrisqueséventuels. Attendrissage chez le détaillant ou HRI Attendrissage chez le transformateur Consommateur Détaillant ou HRI* Consommateur Transformateur Détaillant ou HRI Attendrissage par le consommateur Consommateur Attendrissage chez le détaillant ou HRI Figure1.Voied expositionsimplifiée *HRI:Hôtel,restaurant,institution 4 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013

5 Afin d atteindre ces objectifs, les questions suivantes serontprisesencompte: Question1: Quels sont les risques par portion de BAM auxquels les consommateurs peuvent être exposés à cause du bœuf canadien? Comment ces risques se comparent ils aux risques par portion que comporte la consommation de produitsdebœufintactsetnonintacts(ycomprislebœuf haché,lebœufinjectédesaumureetlesbiftecksentiers)? o L application d une température de cuisson recommandée aurait elle d importants effets sur les risquesparportion? Question2: Selon les spécifications particulières établies par les gestionnairesdesrisques,l effetdelatempératuredecuisson, àtitredel unedesmesuresdecontrôle,doitfairel objetd un examen. Selon les résultats de l évaluation des risques, une température de cuisson ciblant exclusivement le BAM devrait elleêtrerecommandéeauxconsommateurset/ouaux exploitantsd établissementsdeservicesalimentaires? 2.Démarche Santé Canada a entrepris une évaluation des risques éventuels que comporte E. coli O157 dans le BAM en recourantauxélémentsducadred évaluationdesrisques pour la santé intitulé Principes et directives régissant la conduite de l évaluation des risques microbiologiques, CCA/GL30 (1999) élaboré par la Commission du Codex Alimentarius(FAO/OMS). Dans le cadre de ce travail, un examen de la documentation scientifique traitant de la question du BAM a été effectué. Santé Canada a aussi publié une demande de données6 dans le but d obtenir des renseignementsparticuliersaucontextecanadien. De plus, au moyen de collaborations et de partenariats avec des intervenants ainsi que de l intégration des données nouvellement disponibles, le modèle stochastiqued évaluationquantitative desrisquespublié par l ASPC (Smith et coll., 2013) a été actualisé et utilisé pour comparer le degré de risques que comportent le bœuf haché, les pièces de bœuf intact et le BAM pour le public canadien, produisant ainsi une évaluation des risquessemi quantitative. Laprésenteétudeviseàmettreàjourlesestimationsdes risquesrelatifsaucanadaenrecourantàlastructuredu modèlepubliéen2013parl ASPCetentenantcomptede nouveaux renseignements. Cela comprend la prise en comptedelacomplexitéducontinuumdeproductiondu bœuf au Canada et la possibilité que l attendrissage ait 6 sc.gc.ca/fn an/consult/2012 ecoli/index fra.php. lieu à diverses étapes, y compris chez le producteur, le détaillant et/ou le consommateur (Figure1). La compréhension de l ampleur de l attendrissage est essentielle pour celle des risques éventuels que pourrait comporterlaconsommationdebamaucanada. En outre, Santé Canada met ces travaux à contribution pourexaminerlesstratégiesd atténuationoudecontrôle qui pourraient être mises en œuvre au cours du continuum de production du bœuf et jouer un rôle dans la diminution des risques que court la population canadienne. Ces travaux ont porté plus particulièrement sur la mise en œuvre éventuelle d une température de cuissonrecommandée. 2.1Vued ensembledumodèle Le modèle de l ASPC est un modèle stochastique d évaluation quantitative des risques que comporte la consommation d E. colio157:h7 dans les produits de bœuf(smithetcoll.,2013).lemodèleaétémisaupoint entenantcomptedesdeuxprincipauxobjectifssuivants: soit 1) l évaluation de l efficacité relative d interventions avant l abattage et au cours de la transformation et 2) la détermination des risques qui découlent de la consommation d E. colio157:h7 dans le bœuf haché, dans des pièces de bœuf non intactes (p. ex., le BAM) et les pièces de bœuf intactes au moment de la mise à jour du modèle. Les résultats issus du modèle ont révélé une réductiondurisquepourlasantépubliquevariant,selon différentes combinaisons et applications d un certain nombre d interventions, entre 30,9 et 99,99%. Selon l estimation, les risques que comportent les pièces de bœuf non intactes attendries au moyen de lames ou d injection de saumure sont plus importants que ceux qu entraînentlespiècesintactes. Lemodèledel ASPCestdegrandeenvergure,saportée s étendant de la «ferme à l assiette»; après y avoir appliqué quelques modifications mineures et avoir pris encomptelesnouvellesdonnées,ilaétéadoptéauxfins de la présente étude. Élaboré en Excel2010 de Microsoft York, É. U.), le modèle recourt à la simulation de type Monte Carlo alliée à une technique d échantillonnage hypercubique latine. Chaque scénario exploré au moyen dumodèleadonnélieuà25000itérations. La structure du modèle est décrite en détail ailleurs (Smithetcoll.,2013),etsesélémentsdebasesontrésumés ici.lesdonnéescanadiennesdécrivantlaprévalenceetla concentrationd E.coliO157danslesmatièresfécalesdes bovins d élevage dans les exploitations agricoles et les parcs d engraissement ont été utilisées à titre de paramètresdedépartauxfinsdel évaluation.enutilisant les taux et les facteurs de transfert calculés à partir des études observationnelles, la fréquence d E. colio157 sur la peau et par la suite, sur les carcasses en milieu de Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 5

6 transformation, ont été calculées. La prévalence, la concentration et le comportement d E. colio157 ont été modélisés aux diverses étapes de la transformation menantàlaproductiondebœufhaché,depiècesdebœuf non intactes et de pièces de bœuf intactes en utilisant l information et en s appuyant sur les relations dont la documentation scientifique et les rapports gouvernementauxfontétat.lesdonnéesutiliséesavecle scénario reproduisant les pratiques de transformation actuellesprisesencomptedanslemodèledel ASPCsont issues d examens et de méta analyses systématiques visant l évaluation des incidences des interventions pratiquéesparlestransformateurscanadiens.modifiéde manière à refléter le recours accru aux interventions à l étape de la transformation au Canada, le scénario d intervention selon les pratiques courantes de Smith et coll.(2013)aétéutiliséàtitredescénarioderéférenceaux finsdelaprésenteévaluation. Lespratiquesdeconservationtantauréfrigérateurqu au congélateur,chezledétaillantetleconsommateur,ontété utilisées concurremment aux modèles d inactivation ou de prolifération afin de déterminer les concentrations en E. coli O157 dans les produits de bœuf avant qu ils ne soient cuits. Les distributions des températures internes atteintespendantlacuissondubœufhaché,despiècesde bœuf non intactes et intactes ainsi que les portions déterminéesontétéutiliséesauxfinsducalculdeladose d E.coliO157ingérée.Ladosemodéliséeaétéintégréeà un modèle dose réponse bêta binomial afin de déterminer les principaux extrants du modèle: la probabilité de maladie par portion de chacun des produitsdebœuf. Aux fins de la présente évaluation, les équations mathématiques et le modèle de processus établis par Smith et coll. (2013) ont été conservés tels quels, mis à part ce qui suit: le paramètre décrivant la proportion de pièces de viande soumises au processus d attendrissage utilisépourlecalculdupibcdansl étudedesmithetcoll. (2013) n a pas été pris en compte. Cette proportion est inconnue, et étant donné les objectifs de la présente évaluation, il est préférable de comparer les risques inhérents à chacun des produits sans tenir compte de la probabilité que chaque produit soit consommé. Ce paramètre pourrait être utilisé lors de prochains travaux de modélisation tout en intégrant des données sur le volume de consommation afin de déterminer le nombre de maladies par an, etc. De plus, dans le cadre de la présente évaluation, les risques sont exprimés comme nombre moyen de portions provoquant un seul cas de maladie, soit l inverse de la probabilité moyenne de maladieparportion. 3.Déterminationetcaractérisationdesrisques E. colio157:h7 et E. colio157:nm (E. colio157) sont les agents pathogènes d intérêt dans le cadre des présents 6 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 travaux.lesparticularitésdel espèce,sescaractéristiques biologiques, sa virulence ainsi que les conditions de prolifération, d inhibition et d inactivation de cet agent pathogène sont bien décrites ailleurs (ICMSF, 1996; NZFSA,2001;Mengetcoll.,2007).Enoutre,lagravitéde la maladie liée à l infection par E. colio157 ainsi que les séquelleséventuelleseteffetsquiendécoulentsontaussi biendocumentés(pennington,2010). La dose infectieuse minimale d E. coli entéro hémorragique est estimée entre 100 à 200cellules et il suffit possiblement d aussi peu que de 10 cellules pour provoquerlamaladie,commeentémoignentdesanalyses rétrospectives de bœuf haché et de salami mis en cause dansdeséclosions(mengetcoll.,2007).lemodèledose réponseretenudanslemodèlequantitatifactualiséutilisé en appui aux présents travaux est le modèle bêta binomial élaboré par Cassin et coll. (1998), ce dernier produitégalementl estimationd unedoseinfectieusetrès faible. Actuellement, il n existe pas de modèles dose réponse relatifs à la maladie provoquée par E. colio157:h7fondéssurdesdonnéesd éclosionsliéesàla consommationdebamoudebiftecks. 4.Évaluationdel exposition L évaluationdel expositionestaxéesur: Leprocessusd attendrissagemécaniqueetseseffets sur la prévalence et la concentration d E. colio157 lorsquecelle cisetrouvedanslesproduits; Les interventions éventuelles qui pourraient être appliquées au bœuf immédiatement avant l attendrissage; L ampleur de l attendrissage dans le continuum de production/distribution de même que chez le consommateur. En tenant compte de ce qui précède, voici les principaux facteursinfluantsurlaprésenteévaluationdel exposition: 1. Selon les pratiques qui ont cours au sein de l industrie,ontientpouracquisquelatransformation primaireauneffetimportantsurlerisqueabsolu.les transformateursexerçantleursactivitésenconditions normales et appliquant les BPF7 devraient diminuer efficacementlacontaminationquinedevraitsubsister Le sigle BPF est utilisé dans le texte à titre de sigle générique englobant toutes les principales conditions et mesures que les fabricants doivent appliquer pour veiller à la salubrité et au caractère approprié des aliments pendant la fabrication. Il est entendu que les établissements agréés par le gouvernement fédéral exercent leurs activités conformément au Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA), que ce système s apparente à l analyse des dangers et maîtrise des points critiques (HACCP), et qu il est englobé par les concepts desbpfdontilestquestiondansleprésentdocument. 7

7 qu à de faibles niveaux. Cependant, dans le cadre de cetteétude,ontientpouracquisqu unecarcassen est pas étiquetée comme destinée à produire des pièces de viande qui seront attendries. Par conséquent, toutes les pièces seraient traitées en recourant aux mêmes processus de transformation primaire et interventions,peu importe qu ellessoient destinéesà l attendrissage ou non. Selon ces hypothèses principales, il est entendu que la transformation primaire n aura pas d influence importante sur la déterminationdurisquerelatifprésentéici. 2. Lesdonnéesrecueilliesetpubliéessurlaprévalenceet laconcentrationd E.coliO157àdiversesétapesdela transformation, depuis la carcasse débitée jusqu aux pièces de bœuf vendues au détail, permettent de présumerqu ellessontfaibles. 3. Les transformateurs de bœuf disposent de plusieurs processus d attendrissage. Ceux ci peuvent être répartis selon les grandes catégories suivantes: attendrissage au moyen de lames, au moyen d aiguilles,avecousansinjectiondemarinadesoude saumure(aussiappeléeinjectionenprofondeur,injection de marinade, amélioration ou amélioration de l humidité), injectionàhautepressionsansaiguillesetbarattageet pétrissageavecsolution. a.danslescasoùlesbactériessonttransféréespar un mouvement vertical (poussées à partir de la surface vers l intérieur de la pièce de bœuf), les donnéesdonnentàpenserquelamajeurepartie de la microflore demeure près du premier centimètre sous la surface de la viande. Cependant, selon la méthode d attendrissage, cette donnée peut varier (Sporing, 1999; Gill et McGinnis,2005;Luchanskyetcoll.,2008et2009; HuangetSheen,2011;Johnsetcoll.,2011.) b.les données permettent de croire que les attendrisseursmécaniquestransfèrentlesbactéries de façon horizontale (c. à d. qu ils propagent la bactérie d un bifteck non contaminé à un autre bifteck)(sporing,1999;gilletcoll.,2005aet2005b; Luchansky et coll., 2008; Adler et coll., 2012; Jeremiah et coll., 1999). Un seul événement de contaminationpeutêtreàlasourced untransfert horizontal dont au moins quatre pièces de bœuf additionnelles feront l objet (Huang et Sheen, 2011). Comme les renseignements font défaut au sujet des biftecks subséquents (c. à d. après le quatrième), le nombre de pièces de plus qui seraientcontaminéesdemeureinconnu. c.plusieurs sources de données donnent à penser que les méthodes d attendrissage ont divers effets sur la propagation de la contamination. Plus particulièrement, l attendrissage au moyen de l injection de saumure semble augmenter la profondeur de la distribution et la quantité de bactéries dans une pièce de bœuf. La réutilisation de la saumure injectée peut aussi contribuer à la propagation horizontale de la contamination(gilletcoll.,2005a;helleretcoll., 2007; Uttaro et Aahlus, 2007). Les données permettentdecroirequel injectionsansaiguilles peut aussi faire pénétrer les bactéries depuis la surfacejusquedanslaviande(rayetcoll.,2010; Jeffriesetcoll.,2012). Il existe une quantité relativement importante de travaux portant sur les interventions appliquées aux carcasses, aux parures et aux autres pièces de bœuf qui font état d une variation de l efficacité selon le traitement (Geornaras et coll., 2011, Pittman et coll., 2012).Quelquesétudesontétéconsacréesàl efficacité desinterventionsdanslecontexteparticulierdubam (Heller et coll., 2007; Echeverry et coll., 2009). Les données présentées dans la documentation scientifique publiée donnent à penser que les interventions précédant immédiatement l attendrissage mécanique peuvent réduire la pénétration de l agent pathogène se trouvant en surface(helleretcoll.,2007;echeverryetcoll.,2009et 2010).Helleretcoll.(2007)indiquentuneréductionde 0,9 à 1,1 log de la concentration en E. colio157 à la suited unetelleintervention. L entretien et le nettoyage de l équipement destiné à l attendrissagesontessentielspourlalimitationdela propagation horizontale (Sporing, 1999; Gill et McGinnis, 2005; Luchansky et coll., 2008; Sofos et Geornaras,2010;HuangetSheen,2011). L ampleur exacte de l attendrissage mécanique du bœufaucanadaestinconnue. a.des données concernant les établissements agréés par le gouvernement fédéral ont été recueillies et procurent une estimation du recoursàcettepratiquechezlestransformateurs. Selon ces données, le BAM représente tout au plus 25% du volume total de production. Cependant, il est possible que ce pourcentage soitconsidérablementmoinsélevé. Les données au sujet des établissements de vente au détailontaussiétérecueilliesetcelles cimontrentquela capacitéd attendrissagepourraityêtrejusqu àtroisfois plus élevée que chez les transformateurs (selon le volume potentiel pouvant être traité compte tenu de l équipement destiné à l attendrissage qui s y trouve). Les données fournies à Santé Canada par les intervenants de janvier à mars 2013 ont révélé que l attendrissage au moyen d aiguilles et d injections est beaucoupmoinspopulairequeceluiaumoyendelames, alorsquelerapportestde1produitattendriinjectépour 11produitsattendrisaumoyendelames.Enenvisageant les recommandations relatives à la température de cuisson, il est important de tenir compte également de facteurstelsquelaméthodedecuisson,letypedepièce Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 7

8 debœuf,l épaisseuretlesingrédientsdelasaumures il yalieu,carceux cionttousuneincidencesurl efficacité destempératuresdecuissonauxfinsdel inactivationde l agent pathogène (Sporing, 1999; Luchansky et coll., 2009et2011;Porto Fettetcoll.,2013;Mukherjeeetcoll., 2008;Gilletcoll.,2009;Yoonetcoll.,2009;Shenetcoll., 2010;Adleretcoll.,2012). 8. L étiquetage de certains produits de BAM est assez récent au Canada, et aucune donnée n est disponible sur l adoption par les consommateurs d un comportement visant à observer les conseils de cuissonquis ytrouvent. Les produits de BAM préparés en appliquant les BPF et en appliquant des interventions avant l attendrissage ne sont pas considérés comme des aliments qui comportent un risque considérablement plus important que les produits de viande intacts non attendris vendus sur le marchécanadienetproduitsdemanièresemblable. Ces observations sont soutenues par l analyse quantitative détaillée ci dessous à la section intitulée Réponsepréliminaireauxquestionsd orientation. 6.Réponsepréliminaireauxquestionsd orientation Question1: Quels sont les risques par portion de BAM auxquels les consommateurs peuvent être exposés à cause du bœuf canadien? Comment ces risques se comparent ils aux risques par portion que comporte la consommation de produitsdebœufintactsetnonintacts(ycomprislebœuf haché,lebœufinjectédesaumureetlesbiftecksentiers)? o L application d une température de cuisson recommandée aurait elle d importants effets sur les risquesparportion? 5.Principalesobservationsetopinionpréliminaire Au cours de la présente évaluation des risques, des connaissances scientifiques acquises antérieurement sur l identification et la caractérisation d E. colio157 ont été examinéesetdemeurenttoujoursapplicables.deplus,un certain nombre de facteurs qualitatifs présentés dans l évaluation de l exposition indiquent que bien qu une différence éventuelle puisse exister entre les risques que comportelebametceuxquepeuvententraînerlespièces debœufintactes,cetécartestvraisemblablementfaible,et actuellementl expositionàe.colio157sembleêtrefaible. Scénario Étatdelapiècedeviande Intacte BAM Bœufhaché BAM,interventionderéduction logarithmiquede0,4 0,6log BAM,interventionderéduction logarithmiquede0,9 1,1log BAM,interventionderéduction logarithmiquede1,4 1,6log Intacte BAM Nombredeportionsà lasourcede1maladie 1,29milliard 265millions Risqueparrapport àlaréférence millions 3,6 487millions 2,7 1,19milliard 1,1 15,9millions 14,2millions 1 1,1 Source Évaluationdesrisques,SC (2013)/Modèleactualiséde l ASPC9 ÉvaluationdesrisquesFSIS USDA(2002)(nonactualisée) Tableau3.Sommairedesrésultatsdelamodélisation Une différence de 1 représente le risque de référence choisi pour le scénario de modélisation choisi. Les nombres supérieurs à 1 indiquentuneaugmentationdesrisquesparrapportàlaréférence(parexemple,«5»représenteunrisquede«5foissupérieur»). 9Pourlecalculdesrisques,lemodèledel ASPCfaitappelàlatechniquenumériquedeMonteCarlo.Celapermetl intégrationd une distribution d éventuelles valeurs d entrée pour tout paramètre individuel. En présentant une prédiction du nombre de portions requises pour causer une maladie, il s agit de la valeur inverse (probabilité moyenne de maladie causée par une portion donnée) calculée au moyen du modèle. Dans le modèle, les calculs comprennent la variation implicite dans les distributions d un paramètre d entrée,dontleslimitesnesontpasprésentéesdanscedocument. 10Lesréductionslogarithmiquesd E.coliO157découlantdesinterventionsmisesàl essaiparhelleretcoll.(2007)devraientsesituerde0,9à1,1 log.d autresréductions(c. à d.,de0,4à0,6etde1,4à1,6log)ontétéfondéesenrecourantàdesdonnéesdifférentes(pittmanetcoll.,2012, Geornarasetcoll.,2011;Echeverryetcoll.,2009).Onatenupouracquisquelesinterventionsdécritesontétéeffectuéesimmédiatementavant lʹattendrissageetquelaréductionlogarithmiqueatraitàlaconcentrationd E.coliO157àlasurfacedelapiècedeviande. 11Lemodèled évaluationdesrisquesdesé. U.(2002)n estpasfondésurlamêmestructurenisurlesmêmesélémentsd entréequele modèle d évaluation des risques de l ASPC et par conséquent, les résultats n ont pas pu être comparés. Cependant, ces résultats illustrentlaportéed autresprédictionsdesrisquesdecettenature. 8 8 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013

9 Mises à jour du modèle de l ASPC (Smith et coll., 2013), résultatsdelamodélisationetdiscussion En plus des données actualisées concernant les interventionsaucoursdelatransformationlescénariode référence du modèle, depuis sa publication en 2013, un autre changement important au modèle de l ASPC porte sur l exposition éventuelle attribuable plus particulièrement au rapport entre le volume de bœuf attendriaumoyendelamesetceluiattendriparinjection de saumure (point7 de la section intitulée Évaluation de l exposition). Lemodèleactualisédel ASPCpréditlenombremoyende portionsquientraîneraituncasdemaladieattribuableàe. colio157 après avoir consommé un bifteck de BAM, un bifteckintactetdubœufhaché.unrésumédecetteanalyse estprésentéautableau3.selonl analyse,lenombremoyen deportionsquiprovoqueraituncasdemaladieattribuable àe.colio157aprèsavoirconsomméunbifteckdebamest de 265millions. En comparaison, le nombre moyen de portions de bœuf haché qui pourrait causer un cas de maladie attribuable à E. coli est de Enfin, le nombre moyen de portions de pièces de bœuf intactes (bifteck) qui produirait ce résultat correspond à 1,29 milliard.toutesproportionsgardées,lesrésultatsissusdu modèle indiquent que la consommation de BAM comporteraitenvironcinqfoisplusderisquesquecelledes pièces de bœuf intactes. À des fins comparatives, le bœuf haché comporte 1500 et 7300fois plus de risque que le BAMetlespiècesdebœufintactes,respectivement. Les facteurs à la source des écarts entre les risques calculésdécoulantdubœufhaché,dubametdespièces intactespeuventêtrenombreux.l unedescauseslesplus importantes de la différence entre les risques que comportelebœufhachéetceuxquidécoulentdespièces de bœuf intactes est la probabilité élevée de contaminationdumatérielutilisépourlaproductiondu bœuf haché (c. à d., les parures de bœuf). Les parures sonthabituellementobtenuesdelasurfaced unecarcasse qui est plus exposée à la contamination éventuelle que l intérieur et celles ci sont généralement emballées dans de grands contenants de 1000kg (contenants combo) dans lesquels la contamination croisée peut se produire relativementfacilement. Pourlecalculdesrisques,lemodèledel ASPCfaitappel à la technique numérique de Monte Carlo. Cela permet l intégration d une distribution de valeurs d entrée possibles pour tout paramètre individuel. Dans le modèle, les calculs comprennent la variation implicite dansladistributiondesparamètresd entrée.cesontces variations qui permettent de tenir compte des changementsdansl estimationdesrisquesdécoulant,par exemple des différentes méthodes d attendrissage, des traitements appliqués aux pièces de bœuf (c. à d., des interventions) et des écarts entre les températures de cuisson,entreautresfacteurs. Deplus,lemodèledel ASPCestalimentéparlesdonnées issues de la documentation scientifique montrant que le degré et la variabilité de l inactivation pendant la cuisson peuvent différer selon que le bifteck est intact (Sporing, 1999), attendri au moyen d aiguilles/injecté (Luchansky coll., 2011) ou attendri au moyen de lames (Luchansky et coll.,2009;luchanskyetcoll.,2012;sporing,1999).afinde déterminer ces écarts, les auteurs ont principalement comparé des biftecks de diverses épaisseurs cuits en recourantàlamêmeméthode. Danslecasdesteaksattendrisparinjectiondesaumure, lesréductionsdelaconcentrationd E.coliO157résultant de la cuisson variaient entre 0,3 et 4,1 log UFC/g (Luchanskyetcoll.,2011),etdansceluidesteaksattendris à l aide de lames, lacuisson a entraîné une réduction de concentration de la bactérie de l ordre de 0,5 à 6,3 log UFC/g(Luchanskyetcoll.,2009;Luchanskyetcoll.,2012; Sporing, 1999). Aux fins de l illustration de l intégration de ces données dansle modèle de l ASPC, siles biftecks sont cuits jusqu à ce que la température interne atteigne 63ou71 C,lesréductionsmoyennesdelaconcentration d E.coliO157calculéespourlesbiftecksinjectés,attendris aumoyendelamesetintactsontétéétabliesà2,7,à3,8et à4,5logufc/gà63 C,età3,3,à4,4età5,2logUFC/gà 71 C,respectivement.Celanesignifiepasqu ils agissait desseulestempératuresprisesencomptedanslemodèle, carlemodèlerecourtàunedistributiondesvaleurspour cetintrantparticulier12,maisqu à63ouà71 C,sichaque valeur est sélectionnée de manière aléatoire pour une simulationdonnée,lesréductionslogarithmiquesseraient calculéescommeindiquéci dessus. 6.1Simulationsadditionnelles 6.1.1Unscénarioéventuelcomportantuneintervention antimicrobienneavantl attendrissage. En plus du scénario de référence du modèle de l ASPC, trois traitements appliqués immédiatement avant l attendrissagedubœufontaussiétéexplorés(scénario2 du tableau3). Le modèle publié en 2013 par l ASPC ne prévoyait pas la possibilité d une intervention précédant immédiatement l attendrissage, mais on sait que des producteurs peuvent, dans ces circonstances, appliquer un traitement tel que le rinçage à l eau chaude ou à l acide lactique de la surface de la pièce de viande, par exemple. Selon le scénario comportant une intervention d uneefficacitésemblableàcelledelafourchettepubliée par Heller et coll. (2007), pour une variété de types FondésurlʹenquêteEcoSure(2008)auprèsdesconsommateurs; lesdétailssontlesmêmesquedanssmithetcoll.,(2013). 12 Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 9

10 d interventions, la probabilité moyenne d un cas de maladie attribuable à E. colio157 par portion de bifteck de BAM se trouve réduite de telle sorte que sa consommation est environ 2,7 fois plus risquée que celle d unepièceintacte. Dans le cas où une intervention dont l efficacité est semblableàcelledesfourchettesdevaleurspubliéesdans lesouvragesscientifiques(variantentreaucuneffetetune réduction logarithmique de 1,6) précède immédiatement l attendrissage,alorsl effetsurlesrisquescalculésvariera. Par exemple, les biftecks traités immédiatement avant l attendrissage en pratiquant une intervention entraînant une réduction logarithmique de 0,4 à 0,6 comportent environ 3,6 fois plus de risques que les pièces intactes. Si une intervention plus efficace est appliquée (p. ex., produisantuneréductionlogarithmiquede1,4à1,6),alors lesrisquescalculésquecomporteraientlesbiftecksdebam peuvent être réduits jusqu à atteindre un degré presque équivalentauxrisquesdécoulantdebiftecksintacts. Danslecadredecestravaux,ilaétésupposé(hypothèse) quetoutelacuneoutoutelimitationdedonnéesprésente dans le modèle élaboré par l ASPC n aient pas d incidence sur les écarts relatifs entre les risques que comportent le BAM,les pièces intactes et lebœuf haché. Enoutre,malgrélefaitquecertaineslacunesdedonnées ont été comblées depuis la publication des évaluations desrisquesparl ASPCen2013eten1998,leslacunesde données restantes et les difficultés inhérentes à la structuredumodèleutilisédanscecadre(abordéesdans la section intitulée Principales difficultés et lacunes de données) s appliqueraient aux conclusions finales des travauxprésentésici Unexempledescénarioconcernant latempératuredecuissonetlebam En tentant de répondre à la question L application d une température de cuisson recommandée aurait elle d importants effets sur les risques par portion?, le modèle actualisé de l ASPC a été utilisé de nouveau afin de comparer les risques par portion de BAM cuit à une gamme de températures en se conformant à la recommandation dansdiversesmesures.desscénarioshypothétiquesselon lesquels le respect d une recommandation de cuire le BAM jusqu à une température interne donnée varie ont ensuiteétéproduits.lesscénarioshypothétiquesquiont étémisàl essaiétaientfondéssurdestauxdeconformité variant entre 60 et 100% et des températures recommandéesvariantentre63et77 C. L analyseduscénarioamenéauxobservationssuivantes: Lesrisquesmoyensquecomportentuneportionde BAM cuit jusqu à l atteinte d une température interne de 63 C, et ce, à 100% du temps, peuvent être réduits de sorte qu ils atteignent le même 10 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 niveau moyen de risques par portion que les biftecks intacts cuits sans tenir compte des recommandations sur la température, c. à d., à une fourchettedetempératuresestiméesdanslemodèle deréférence(de27à138oc). La mesure dans laquelle le respect de la recommandation sur la cuisson jusqu à l atteinte d unetempératureinternespécifiquepourraitvarier et les taux de conformité auxquels on pourrait s attendre sont inconnus. Les valeurs utilisées aux fins de cette analyse ont été choisies de manière arbitraire. Toutefois, on s attend à ce qu il subsiste uneincertitudeimportanteàl égarddespréférences des consommateurs et de l empressement dont ils ferontpreuveàadopterdesrecommandations. D autres facteurs qui seraient importants pour l analyse del efficacitéd unetempératuredecuissonn ontpasété intégrés à l analyse du scénario ci haut, mais ceux ci serontabordésbrièvementàlaquestion2. Question2: Selon les spécifications particulières établies par les gestionnaires des risques, l effet de la température de cuisson,àtitredel unedesmesuresdecontrôle,doitfaire l objetd unexamen.selonlesrésultatsdel évaluationdes risques, une température de cuisson ciblant exclusivement lebamdevrait elleêtrerecommandéeauxconsommateurs et/ou aux exploitants d établissements de services alimentaires?lecaséchéant,quelleserait elle? Lesrésultatsdemodélisationobtenusàl aidedumodèle d évaluation des risques utilisé dans ces travaux suggèrentque ledegréderisquesassociéaubamserait cinqfoisplusélevéqueceluiquecomportelespiècesde bœuf intactes si l ensemble des produits sont fabriqués dansdescirconstancesnormalesetenrespectantlesbpf. Toutefois, comme indiqué dans la réponse à la Question1, si une intervention est appliquée immédiatement avant l attendrissage, le risque calculé que comporte le BAM peut être réduit jusqu à avoisiner celuicalculédanslecasdespiècesintactes.ils ensuitque silesrisquesquecomportentlebametlespiècesintactes sont équivalents, l utilité de la recommandation aux consommateurs de la cuisson jusqu à l atteinte d une températureinternedonnéepourraitserévélerlimitée. Sionexaminelesrecommandationssurlestempératures internes devant être atteintes pendant la cuisson afin de réduire l exposition à E. colio157 avec efficacité, il importeaussidetenircomptedelaméthodedecuisson, du type de pièce de bœuf, de son épaisseur et des ingrédientsdelasaumure(lecaséchéant).actuellement, aucun consensus n est atteint dans la documentation scientifique, et des incertitudes subsistent quant à la réaction du consommateur aux emballages étiquetés de

11 produits de BAM et du comportement qu il adoptera à leur égard. Des données supplémentaires sont donc nécessaires afin de mieux documenter et éclairer davantageunerecommandationéventuellesurlacuisson jusqu àl atteinted unetempératureinternedonnéesiune tellerecommandationdevaitêtreadoptée. 7.Principalesdifficultésetlacunesdedonnées 1. Dans l ensemble de cette évaluation des risques, les observationsdontilestquestionfontabstraction,par exemple, de circonstances dans lesquelles une défaillance aurait pu survenir dans le processus de transformation chez un transformateur ou du fait qu unarrivageapuluiparvenircontaminéàunpoint tel que même un processus soigneusement conçu seraitmisenéchec,etc.ilimportedesoulignerquede tels problèmes sont considérés comme des circonstances extraordinaires et rares et qu il n existe pasdedonnéespermettantd enestimerlafréquence. 2. Une part importante de l évaluation des risques consisteàdéterminerlesquestionsausujetdesquelles lesconnaissancessontincomplètes(incertitudes)àun point tel que l application des observations issues de l évaluation des risques devient si limitée qu elles ne peuvent satisfaire les spécifications définies à l attention de l équipe de l évaluation. La déterminationdessecteursdanslesquelslavariabilité d un paramètre ou d un processus est si importante qu ils peuvent avoir le même effet est toute aussi importante.latechniquedemontecarloutiliséeaux fins du volet quantitatif de cette évaluation permet unecertaineanalysedetelseffets.cependant,dansle cadre de la présente évaluation des risques, l analyse quantitative ne constituait pas l objectif principal, et lesestimationsfinalesdesrisquesn ontétéprésentées qu à titre de valeurs moyennes et non de distributions. Or, dans une perspective qualitative, il convient de souligner que la mesure de l incertitude est élevée à l égard de paramètres relatifs au comportementduconsommateur,particulièrementau sujetdelamiseenœuvredesrecommandationssurla cuisson.toutefois,tenircompteducomportementdu consommateur dans le cadre d une évaluation des risques demeurera une importante difficulté dans touslescas. 3. En ce qui concerne l analyse quantitative, toutes les lacunes de données constatées dans l évaluation des risques de Smith et coll. (2013) s appliqueraient aux conclusions tirées aux fins de cette évaluation. Néanmoins, certaines lacunes de données ont été combléesdepuisladernièrepublication,etlemodèle aétémisàl essaiaveccesnouvellesdonnées. a.denouvellesdonnéessurlacuissonpubliéespar Luchansky et coll. (2012) ont été utilisées pour étendre la distribution des réductions logarithmiques produites par la cuisson appliquéedanscemodèle. b.de nouvelles données sur le rapport entre le recours aux lames, aux aiguilles et aux injections pourl attendrissagedubœufontétéutiliséespour renforcerl ensembledescalculsdesrisques.. c.de nouvelles données au sujet du scénario du modèle de référence (plans d interventions préalables à la transformation ou au début du processus) ont été utilisées afin de renforcer l ensembledescalculsdesrisques. d. La mesure de l écart entre les méthodes et les températures appliquées pour la cuisson de diverses pièces de bœuf est inconnue. Bien que l enquête dont les données sur les temps de cuisson ont été utilisées aux fins du volet de modélisation de cette évaluation portait précisémentsurlebœufhachéoulebœuf,aucune distinction entre les rôtis et les biftecks n a été établie,parexemple. 4. Lesinterventionsétudiéesdansl évaluationdesrisques réalisée par Smith et coll. (2013) ont été quantifiées en recourantàdesdonnéesissuesd examensetde méta analysessystématiques.l interventionantimicrobienne additionnelle évaluée (c. à d., une intervention applicable immédiatement avant l attendrissage) était appuyéeparunerevuenarrative. 5. En ce qui concerne les données issues de tests moléculairesetmicrobiologiques,celles cicomportent toujours une part inhérente de variabilité et d incertitude. Dans les données publiées, les détails requis aux fins de l intégration de la variabilité et de l incertitude dans l analyse quantitative n étaient pas disponibles à même les sources de données utilisées dans la présente évaluation des risques. De plus, la capacitédelastructuredumodèledel ASPCdegérer cesanalysesn apasétémiseàl épreuve. a.le recours à des études expérimentales produisant une estimation de la réduction logarithmique constitue une difficulté particulière. En règle générale, dans le cadre de ces études, les concentrations de l inoculum (p. ex.,de106à109ufc/mlouufc/g)sontdeloin plus élevées que celles auxquelles on s attend sur les coupes de bœuf selon les données de surveillance et par conséquent, une surestimation des réductions logarithmiques peutendécouler. 6. En ce qui a trait aux données issues des tests microbiologiques ou moléculaires, l interprétation du comportement, de la présence et de la concentration d organismes indicateurs par rapport à E. coli O157:H7 constitue aussi une difficulté, alors qu aucunedonnéeconcernantl agentpathogènen est aisément accessible. Aucune étude d ajustements Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 11

12 quantitatifsadditionnelsaumodèledel ASPCn aété entrepriseencequiconcernel intégrationdedonnées surdesorganismesindicateurs. 7. Encequiatraitàladéterminationdel expositionau BAM, le nombre de voies éventuelles que peut emprunterunepiècedebœufparticulièreavantd être attendrie, puis consommée constitue un obstacle d envergure.commementionné,laquantitéexactede bœuf soumis à l attendrissage au Canada demeure inconnue. Par conséquent, il a fallu formuler des hypothèsesausujetdelafréquencedel attendrissage (c. à d., chez le transformateur, le détaillant ou le consommateur),cequifaitobstacleàladétermination des risques auxquels la population est exposée. Un schéma général illustrant ces hypothèses figure à l Annexe(figure1). a.comme indiqué dans l évaluation de l exposition, les estimations des volumes de BAMproduitsdanslesétablissementsagrééspar le gouvernement fédéral, de même que chez les détaillants ont été recueillies. Plus de données sur ces deux types d établissements pourraient êtredisponiblesprochainement. b.desdonnéesmanquentsurlesecteurnonagréé par le gouvernement (c. à d., les établissements régisparlesautoritésprovinciales). 8. Il existe davantage de sources de données, particulièrement de données issues de tests microbiologiques ou moléculaires (p. ex., sur la prévalence et la concentration d E.coliO157 à différents points du continuum de production du bœuf),ausujetdel industriedubœufauxétats Unis. Danslescasoùdesdonnéescanadiennesnesontpas disponibles, l applicabilité réelle des données américaines dans le contexte canadien demeure inconnue. On a tenu pour acquis que la représentativité des données américaines était adéquateauxfinsdeladéterminationdesrisquesque comportelebamaucanada. 9. La faible prévalence d E. colio157 dans le bœuf soulèveuncertainnombrededifficultés.parexemple, les schémas d échantillonnage microbiologique et les méthodes d analyse peuvent avoir des limites de détection ne permettant pas aux évaluateurs des risques de faire des déductions au sujet de la populationbactérienneréelleprésentedanslespièces debœufprimairesetsous primaires. 8.Références [1] Adler,J.M.,I.Geornaras,K.EBelk,G.C.SmithetJ. N. Sofos. «Thermal Inactivation of Escherichia coli O157:H7 Inoculated at Different Depths of Non IntactBlade TenderizedBeefSteaks»,J.FoodScience, 2012,77,p.M108 M Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 [2] ASPC (Agence de la santé publique du Canada). E. coli Feuillet d information, accessible au aspc.gc.ca/fs sa/fs fi/ecoli fra.php, consultéen2013a. [3] ASPC (Agence de la santé publique du Canada). E. coli Surveillance, accessible au aspc.gc.ca/fs sa/fs fi/ecoli fra.php,consultéen2013b. [4] Cassin, M. H., A. M. Lammerding, A. M., E.C.D. Todd, W. Ross et R. S. McColl. «Quantitative risk assessment for Escherichia coli O157:H7 in ground beef hamburgers», Int. J. Food Microbio, 1998, 41, p [5] CDC (US Centers for Disease Control). «Multistate OutbreakofE.coliO157:H7InfectionsAssociatedwith BeeffromNationalSteakandPoultry»,2010,accessible auhttp://www.cdc.gov/ecoli/2010/0105.html, consultéen2012. [6] Echeverry,A.,J.C.Brooks,M.F.Miller,J.A.Collins, G.H.LoneraganetM.M.Brashears.«Validationof lactic acid bacteria, lactic acid, and acidified sodium chlorite as decontaminating interventions to control Escherichia coli O157:H7 and Salmonella Typhimurium DT 104 in mechanically tenderized and brine enhanced (nonintact) beef at the purveyor», J. Food Prot,2010,73;p [7] Echeverry,A.,J.C.Brooks,M.F.Miller,J.A.Collins, G.H.LoneraganetM.M.Brashears.«Validationof intervention strategies to control Escherichia coli O157:H7 and Salmonella typhimurium DT 104 in mechanically tenderized and brine enhanced beef», J.FoodProt,2009,72,p [8] Geornaras, I., H. Yang, N. Andritsos, A. Fouladkhah, S. Manios, G. D. Moschonas, M. C. Nunnelly, K. E. Belk, K. K. Nightingale, D. R. Woerner,G.C.SmithetJ.N.Sofos.«Evaluationof chemical decontamination treatments for beef trimmings against Escherichia coli O157:H7, non O157 Shiga toxin producing E. coli and antibiotic resistant and susceptible Salmonella Typhimurium and Salmonella Newport», Report: American Meat InstituteFoundation,2011;accessibleau content/uploads/ pdf, consultéen2013. [9] Gill, C.O. et J. C. McGinnis. «Factors affecting the microbiological condition of the deep tissues of mechanicallytenderizedbeef»,j.foodprot,2005,68, p [10] Gill, C.O. et J. C. McGinnis. «Microbiological conditions of mechanically tenderized beef cuts prepared at four retail stores», Int. J. Food Microbiol, 2004,95,p [11] Gill,C.O.,J.C.McGinnis,A.Houde,L.Lamoureux et D. Leblanc. «Microbiological conditions of moisture enhanced pork before and after cooking», FoodMicrobiol,2005a,22,p

13 [12] Gill,C.O.,J.C.McGinnis,K.Rahn,D.Young,N.Lee et S. Barbut. «Microbiological condition of beef mechanically tenderized at a packing plant», Meat Sci,2005b,69,p [13] Graumann, G. H. et R.A. Holley. «Survival of Escherichia coli O157:H7 in needle tenderized dry curedwestphalianham»,int.j.foodmicrobiol,2007, 118,p [14] Heller,C.E.,J.A.Scanga,J.N.Sofos,K.E.Belk,W. Warren Serna, G. R. Bellinger, R. T. Bacon, M. L. Rossman et G. C. Smith. «Decontamination of Beef SubprimalCutsIntendedforBladeTenderizationor Moisture Enhancement», J. Food Prot, 2007, 70, p [15] Huang, L. et S. Sheen. «Quantitative analysis of verticaltranslocationandlateralcross contamination of Escherichia coli O157:H7 during mechanical tenderizationofbeef»,journaloffoodsafety,2011,31, p [16] ICMSF (International Commission on Microbiological Specifications for Foods). «Microorganisms in Foods 5: Characteristics of Microbial Pathogens», Blackie Academic & Professional,1996,Londres. [17] Jefferies, L. K., C. L. Hansen et F. M. Steele. «Translocation and Cross Contamination of E. coli O157 in Beef Eye of Round Subprimal Cuts ProcessedwithHigh PressureNeedlelessInjection», J.FoodScience,2012,77,p [18] Jeremiah,L.E.,L.L.GibsonetB.Cunningham.«The influence of mechanical tenderization on the palatabilityofcertainbovinemuscles»,foodres.int, 1999,32,p [19] Johns, D. F., C. L. Bratcher, C. R. Kerth et T. McCaskey. «Translocation of Surface Inoculated Escherichia coli into Whole Muscle Nonintact Beef Striploins following Blade Tenderization», J Food Prot,2011,74,p [20] Laine,E.S.,J.M.Scheftel,D.J.Boxrud,K.J.Vought, R. N. Danila, K. M. Elfering et K. E. Smith. «Outbreak of Escherichia coli O157:H7 infections associated with non intact blade tenderized frozen steaks sold by door to door vendors», J. Food Prot, 2005,68,p [21] Luchansky, J. B.,A. C. Porto Fett, B. A. Shoyer, J. E. Call,W.Schlosser,W.Shaw,N.BaueretH.Latimer. «Fate of Shiga toxin producing O157:H7 and non O157:H7Escherichiacolicellswithinblade tenderized beefsteaksaftercookingonacommercialopen flame gasgrill»,j.foodprot,2012,75,p [22] Luchansky, J. B.,A. C. Porto Fett, B. A. Shoyer, J. E. Call,W.Schlosser,W.Shaw,N.BaueretH.Latimer. «InactivationofShigatoxin producingo157:h7and non O157:H7 Shiga toxin producing Escherichia coli in brine injected, gas grilled steaks», J. Food Prot, 2011,74,p [23] Luchansky, J. B., A. C. Porto Fett, B. Shoyer, R. K. Phebus, H. Thippareddi, et J. E. Call. «Thermal inactivation of Escherichia coli O157:H7 in blade tenderizedbeefsteakscookedonacommercialopen flamegasgrill»,j.foodprot,2009,72,p [24] Luchansky,J.B.,R.K.Phebus,H.ThippareddietJ.E. Call.«Translocationofsurface inoculatedescherichia coli O157:H7 into beef subprimals following blade tenderization»,j.foodprot,2008,71,p [25] Meng, J., M. P. Doyle, T. Zhao et S. Zhao. «Enterohemorrhagic Escherichia coli. Chapter 12 in ʺFood Microbiology: Fundamentals and Frontiers», 3e ed. ASM Press, édité par Doyle, M.P. et Beuchat, L.R,2007. [26] Mukherjee,A.,Y.Yoon,J.K.E.Belk,A.Scanga,G.C. Smith et J. N. Sofos. «Thermal Inactivation of Escherichia coli O157:H7 in Beef Treated with Marination and Tenderization Ingredients», J. Food Prot,2008,71,p [27] NZFSA, (New Zealand Food Safety Authority). «Microbial Pathogen Data Sheets, Escherichia coli O157:H7»,2001,accessibleau risk/hazard data sheets/pathogen data sheets.htm, consulté en [28] Pennington, H. «Escherichia coli O157», The Lancet, 2010,376,p [29] Pittman, C. I., I. Geornaras, D. R. Woerner, K. K. Nightingale, J. N. Sofos, L. Goodridge et K. E. Belk. «Evaluation of Lactic Acid as an Initial and SecondarySubprimalInterventionforEscherichiacoli O157:H7, Non O157 Shiga Toxin Producing E. coli, and a Nonpathogenic E. coli Surrogate for E. coli O157:H7»,J.FoodProt,2012,75,p [30] Porto Fett,A.C.,B.A.Shoyer,H.ThippareddietJ.B. Luchansky. «Fate of Escherichia coli O157:H7 in Mechanically Tenderized Beef Prime Rib following Searing, Cooking, and Holding under Commercial Conditions»,J.FoodProt,2013,76,p [31] Santé Canada. Demande de données et de renseignements scientifiques par Santé Canada au sujet dʹe. coli O157 dans les produits de bœuf crus attendrismécaniquement;accessibleau: sc.gc.ca/fn an/consult/2012 ecoli/ index fra.php,consultéen2012. [32] Ray,A.N.,Dikeman,M.E.B.A.Crow,R.K.Phebus, J.P.GrobbeletL.C.Hollis.«Microbialtranslocation of needle free versus traditional needle injection enhancedbeefstriploins»,meatscience,2010,84,p [33] Smith, B.A., A. Fazil et A. M. Lammerding. «A risk assessment model for Escherichia coli O157:H7 in groundbeefandbeefcutsincanada:evaluatingthe effects of interventions», 2013, Food Control, 29, p Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 13

14 [34] Sofos,J.N.etGeornaras.«Overviewofcurrentmeat hygiene and safety risks and summary of recent studies on biofilms, and control of Escherichia coli O157:H7 in nonintact, and Listeria monocytogenes in ready to eat,meatproducts»,meatscience,2010,86, p [35] Sporing, S. B. «Escherichia coli O157:H7 risk assessment for production and cooking of blade tenderizedbeefsteaks»,masterthesis,1999,kansas StateUniversity,Manhattan,KS. [36] USDA FSIS(UnitedStatesDepartmentofAgriculture Food Safety and Inspection Service). «FSIS Policy on Non intact Raw Beef Products Contaminated with E. colio157:h7»,1999,accessibleau htm,consulteren Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 [37] USDA FSIS (United States Department of Agriculture Food Safety and Inspection Service). «Comparative Risk Assessment for Intact (non tenderized) and Non Intact (tenderized) Beef: TechnicalReport»,accessibleau port_mar2002.pdf,consulteren2012. [38] USDA FSIS (United States Department of Agriculture Food Safety and Inspection Service). «Federal Register Notice. 70: », 2005, consulteren2012. [39] Uttaro,B.etJ.L.Aalhus.«Effectofthawingrateon distribution of an injected salt and phosphate brine inbeef»,meatscience,2007,75,p

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON

AMBASSADE DE FRANCE AUX ÉTATS-UNIS SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL DE WASHINGTON Washington, le 5 février 2014 Objet : Mise en application de la loi de modernisation de sécurité sanitaire des aliments (FSMA - Food Safety Modernization Act) Détermination des aliments considérés à haut

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois LE CONTEXTE SOMMAIRE Le 19 août 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs

Version finale de la ligne directrice E-15, Actuaire désigné : Dispositions législatives, qualifications et examen par des pairs Référence : Ligne directrice à l intention des SAV et SM Le 11 septembre 2012 Destinataires : Sociétés d assurances fédérales et succursales canadiennes de sociétés d assurances étrangères, y compris les

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ)

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Le Centre québécois d inspection des aliments et de la santé animale (CQIASA) 1 Résumé L industrie de la restauration est

Plus en détail

Mise en œuvre de la Politique de Santé Canada sur la présence de Listeria monocytogenes dans les aliments prêts-à-manger

Mise en œuvre de la Politique de Santé Canada sur la présence de Listeria monocytogenes dans les aliments prêts-à-manger Mise en œuvre de la Politique de Santé Canada sur la présence de Listeria monocytogenes dans les aliments prêts-à-manger #3196411 Division du poisson, des produits de la mer et de la production Mars 2012

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014

Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 www.pwc.com/ca/insurance Info-assurance Réunion de l IASB du 22 juillet 2014 Puisque divers points de vue sont analysés lors des réunions de l IASB, et qu il est souvent difficile de décrire avec précision

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Modèle amélioré d inspection des aliments

Modèle amélioré d inspection des aliments Modèle amélioré d inspection des aliments Objectif 2 Passer rapidement en revue les observations formulées lors des récentes consultations au sujet du modèle amélioré d inspection des aliments proposé

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Processus de clôture des états financiers Rapport d audit Rapport n o 3/14 26 août 2014

Processus de clôture des états financiers Rapport d audit Rapport n o 3/14 26 août 2014 Diffusion : Processus de clôture des états financiers Rapport d audit Rapport n o 3/14 26 août 2014 Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979)

CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) CAC/RCP 19-1979 Page 1 of 7 CODE D USAGES POUR LE TRAITEMENT DES ALIMENTS PAR IRRADIATION (CAC/RCP 19-1979) INTRODUCTION On entend par irradiation des aliments le traitement des produits alimentaires par

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE Mise en application 15/12/2008 Administration compétente Service responsable Destinataires

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

l affichage numérique et par projection de la publicité : Lignes directrices pour la réglementation et l évaluation de la sécurité routière

l affichage numérique et par projection de la publicité : Lignes directrices pour la réglementation et l évaluation de la sécurité routière Notions élémentaires sur l affichage numérique et par projection de la publicité : Lignes directrices pour la réglementation et l évaluation de la sécurité routière Photo : G Forbes Les panneaux d affichage

Plus en détail

Proposition de " Critères Microbiologiques " pour. Préambule

Proposition de  Critères Microbiologiques  pour. Préambule Proposition de " Critères Microbiologiques " pour Listeria monocytogenes dans les aliments Préambule Composants à prendre en compte pour définir un critère : Les différents composants entrant dans la définition

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

3. Évaluation des risques

3. Évaluation des risques 3. Évaluation des risques Résumé du chapitre : L évaluation des risques est le socle scientifique sur lequel s appuie l analyse des risques. Le présent chapitre donne un aperçu général des méthodologies

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

ETUDES. Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice

ETUDES. Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice ETUDES Quelques réflexions sur la conduite de la cuisson : aspects microbiologiques et valeur pasteurisatrice Leïla MEKHTICHE et Jean-Luc MARTIN (CTSCCV) RESUME De nombreuses questions posées au CTSCCV

Plus en détail

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés L identification de votre système En vertu du nouveau Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen

OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION. Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau européen ASEPT, 5 ème Conférence Internationale, 17-18 mars 2004, Laval OPTIONS DE GESTION DU RISQUE Listeria monocytogenes ET STRATEGIES DE REDUCTION Situation actuelle des critères microbiologiques au niveau

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. des Ordres pour les CFDs. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409

CMC MARKETS UK PLC. des Ordres pour les CFDs. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918. Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 CMC MARKETS UK PLC des Ordres pour les CFDs Janvier 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Agréée et réglementée par la Financial Conduct Authority sous

Plus en détail

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées

Règlement sur les normes d accessibilité intégrées sur les normes d accessibilité intégrées s de chaque conseil scolaire Date d entrée 2013 Établissement de politiques en matière d accessibilité Le conseil élabore, met en œuvre et tient à jour des politiques

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Messages clés. Questions et réponses. MESSAGES CLÉS - Q et R

Directives canadiennes en matière d activité physique. Messages clés. Questions et réponses. MESSAGES CLÉS - Q et R Messages clés Les nouvelles directives sont fondées sur des données probantes. Elles sont basées sur des revues systématiques des meilleures données probantes disponibles, des revues qui utilisent des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

DOCUMENT DE RECHERCHE

DOCUMENT DE RECHERCHE DOCUMENT DE RECHERCHE ÉTUDE SUR L EXONÉRATION DES PRIMES D ASSURANCE-VIE COLLECTIVE FONDÉE SUR L EXPÉRIENCE CANADIENNE DE CESSATION D INVALIDITÉ DE LONGUE DURÉE ENTRE 1988 ET 1994 COMMISSION DES PRÉVISIONS

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique

FAQ FCM. Abréviations : FCM : Food Contact Materials. DC: Déclaration de conformité. LMS : Limite de migration spécifique FAQ FCM Abréviations : FCM : Food Contact Materials DC: Déclaration de conformité LMS : Limite de migration spécifique 1. Quels opérateurs actifs dans la chaîne alimentaire doivent posséder et conserver

Plus en détail

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1)

Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Programme d innovation en matière de bioproduits agricoles (PIBA) Foire aux questions (v. 1) Table des matières : Comment puis-je obtenir la documentation sur le programme?... 2 Quels types de fonds sont

Plus en détail

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe

Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Intérêt de l ATP-métrie pour la validation et l optimisation du nettoyage-désinfection dans le secteur abattage-découpe Brice MINVIELLE Yannick RUGRAFF L e problème des opérations de nettoyage et de désinfection

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières

FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE. Mathématiques financières FONDEMENTS MATHÉMATIQUES 12 E ANNÉE Mathématiques financières A1. Résoudre des problèmes comportant des intérêts composés dans la prise de décisions financières. [C, L, RP, T, V] Résultat d apprentissage

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac

Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Rapport annuel 2014-2015 de la médecin-hygiéniste en chef Loi sur la réglementation de l usage du tabac Table des matières INTRODUCTION... 2 RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX SUR LA LOI SUR LA RÉGLEMENTATION DE

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes

Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Fiche Contenu 14-1 : Vue d ensemble de la gestion des problèmes Rôle dans le système de gestion de la qualité Gérer les problèmes, ou traiter les erreurs est important pour que le laboratoire offre un

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Annexe technique à la Note Économique

Annexe technique à la Note Économique Annexe technique à la Note Économique «Les effets pervers des taxes sur le tabac, l alcool et le jeu» publiée par l Institut économique de Montréal le 22 janvier 2014 Dans le cadre de la publication d

Plus en détail

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ

Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ p Octobre 2011 Feuillet d information : Produits de santé naturels vétérinaires et LCQ Introduction : Le programme Lait canadien de qualité (LCQ) est au courant de l utilisation des produits de santé naturels

Plus en détail

SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE

SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE Groupe EnvironeX SERVICES DE CONSULTATION ALIMENTAIRE labenvironex.com «Des conseils et diagnostics en agroalimentaire, de la ferme à la table!» Les laboratoires du Groupe EnvironeX disposent d une solide

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ

RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS DÉPENSES PAYÉES D AVANCE RAPPORT DE VÉRIFICATION FINALE D ATTESTATION DE QUALITÉ Octobre

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES EXTÉRIEURES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0040 Le 20 mai 2005 AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail