ARTICLE. Revue internationale d analyse des risques alimentaires. Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARTICLE. Revue internationale d analyse des risques alimentaires. Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture,"

Transcription

1 ARTICLE Revue internationale d analyse des risques alimentaires Observations Issues de L évaluation des Risques pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia coli O157 dans les Produits de Bœuf Attendris Mécaniquement au Canada Angela Catford1,*, Marie-Claude Lavoie1, Ben Smith2, Enrico Buenaventura1, Hélène Couture1, Aamir Fazil2 et le Dr Jeffrey M. Farber1 1 Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec, Agence canadienne d inspection des aliments, (Division de la salubrité des aliments et programmes des viandes), Conseil des viandes du Canada 2 Agence de la santé publique du Canada, (Laboratoire de lutte contre les zoonoses d origine alimentaire), Conseil canadien du commerce de détail * Corresponding author Reçu le 14 Mai 2012; la version finale reçue le 28 Mai Catford et al.; licensee InTech. Ceci est un article en libre accès distribué sous les termes de la Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0), qui permet l'utilisation illimitée, la distribution et la reproduction sur tout support, à condition que le travail original est correctement cité. RésuméAuCanada,àlafinde2012,untotalde18casde maladies d origine alimentaire provoquées par Escherichia colio157(e.colio157)ontétésignalésdanslecadred une éclosion causée par du bœuf contaminé. Au cours de l enquêtesurlasalubritéalimentairerelativeàl éclosion,la consommation de bœuf attendri mécaniquement (BAM) chezdesdétaillants aétémiseencausedansdequelques cas. Les détails de cette enquête et du suivi afférent sont consultables en ligne sur le site Web de l Agence canadienned inspectiondesaliments(acia)*. Cet évènement a sensibilisé d avantage la communauté scientifiqueetlepubliccanadiensàlapratiqueconsistant à attendrir le bœuf mécaniquement. En outre, quatre *http://www.inspection.gc.ca/aliments/information pour les consommateurs/enquete sur la salubrite des aliments/xl foods inc /fra/ / éclosions d E. colio157 relativement récentes survenues auxétats Unisontmisenévidencelefaitquelesproduits non intacts autres que le bœuf haché, par exemple les rôtisetlesbiftecksattendris,puissentcomporterunplus grandrisquedemaladiequelespiècesdemuscleintactes (service d inspection et de la salubrité des aliments du département de l Agriculture des É. U. [FSIS USDA], 2005; Laine et coll., 2005; CDC, 2010). Dans le but d évaluer le risque en question, Santé Canada (SC) et l AgencedelasantépubliqueduCanada(ASPC)ontmis au point un plan de travail visant à recueillir des renseignements et à communiquer à la population canadienne tout risque éventuel que pourrait comporter lapratiqueconsistantàattendrirlebœufmécaniquement. Le Bureau des dangers microbiens de la Direction des alimentsdesantécanadaenpartenariatavecladivision Int. food riskfazil anal. Vol. M. 3, 3:2013 Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir et j., le 2013, Dr Jeffrey Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 1

2 des sciences des risques pour la santé publique du Laboratoire de lutte contre les zoonoses d origine alimentaire de l Agence de la santé publique du Canada etencollaborationavecd autresintervenantsdudomaine delasalubritéalimentaireontélaboréuneévaluationdes risques éventuels pour la santé que comportent les produits de BAM au Canada. Le présent document résume les premières observations issues de l évaluation etactualiselesestimationsdurisquerelatifaucanadaen s appuyantsurlastructuredumodèlepubliéen2013par l ASPC (Smith et coll., 2013), tout en tenant compte de nouveauxrenseignements. Selon le modèle, la consommation de BAM comporte environ cinq fois plus de risques que celle des pièces de bœuf intactes. À des fins comparatives, le bœuf haché comporte1500et7300foisplusderisquequelebamet lespiècesdebœufintactes,respectivement.deplus,des modélisations incluant une intervention réalisée immédiatement avant l attendrissage ont permis de démontrer que le risque calculé que comporte le BAM pourrait éventuellement être réduit de telle sorte qu il avoisineceluiquecomporteunepiècedebœufintacte. Undocumentd évaluationpluscomplettenantcomptedes données remises à SC très récemment (enavril et en mai 2013) et présentant une caractérisation détaillée de la modélisationmathématiquedesdiversscénariosenvisagés estencoursdepréparationetserapubliéultérieurement. l ingestion d E. colio157:h7 sont caractérisées par la diarrhée et la colite hémorragique; cependant, la maladie peuts aggraveretprovoquer,lesyndromehémolytiqueet urémique (SHU), une séquelle constituant un danger de mortetnécessitantdestransfusionssanguinesetladialyse. Les symptômes du SHU, lequel peut se révéler mortel, varient et se manifestent généralement chez quelque 5 à 10% de l ensemble des victimes d E. colio157:h7, et environ 15% des jeunes enfants et des aînés ayant contracté l infection en seront atteints. Une atteinte rénale permanentepeutenêtreuneautreséquelle(aspc,2013b). Bienqu E.coliO157aitétédétectéechezdiversesespèces animales (domestiques et sauvages), les bovins bien portants sont considérés comme le réservoir animal le plus étroitement lié à sa présence dans la chaîne alimentaireetparconséquent,àl infectionchezl humain (YoonetHovde,2008).Pendantlesprocessusd abattage, d habillage et de fabrication des produits de bœuf, si E. coli O157 se trouve sur le cuir ou dans le contenu intestinaldelabête,ilpeutêtretransféréàlasurfacedes carcasses parées et par la suite, sur les pièces de viande, p.ex.,lescoupesprimairesetsous primaires. Généralement,lacontaminationdepiècesoudebiftecksde bœuf intacts par E. colio157 n est que superficielle, et les pratiques de cuisson habituelles suffisent à inactiver la bactérie. Cependant, lorsque la contamination touche du bœufnonintact,celle cipeutsepropagerauproduitentier. Commedenombreuseséclosionsl ontdémontré(huanget Sheen, 2011), la consommation de bœuf haché contaminé cuit sans que sa température interne ait atteint 71 C est l une des principales causes d infection par E. colio157. Il estfréquentquel ondécouvrequelesproduitscontaminés etincriminésdansleséclosionsdemaladieontfaitobjetde manipulation ou cuisson inadéquates, p. ex., contamination croisée, de température de cuisson inadéquate, négligence de vérifier la température interne, etc. Par conséquent, puisque les produits de bœuf haché sont considérés comme les plus préoccupants sur le plan de la santé publique en regard du contrôle d E. coli O157, ce sont aussi ceux que l industrie et les autorités réglementairesontprincipalementciblés. 1.Contexte Comme le nombre de cassignalés par l intermédiaire de labasededonnéesdesmaladiesàdéclarationobligatoire et le Programme national de surveillance des maladies entériques de l Agence de la santé publique du Canada permet d en juger (voir le tableau1), le nombre de maladies d origine alimentaire causées par E. colio157 chez les humains semble avoir diminué au cours des dernières années (ASPC, 2013a). Cependant, l infection d originealimentairepare.colio157demeureunecause importante de gastroentérite au Canada, et cet agent pathogène continue à provoquer de nombreuses éclosions partout dans le monde (Pennington, 2010). En règlegénérale,lessymptômesassociésàl infectionsuiteà Agentpathogène/ groupe Total Taux* Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux Total Taux E.coliO , , , , , ,39 Tableau1.Donnéespartielles totauxettauxannuels(par100000)relatifsàe.colio157signalésaupnsmede2006à2011 *TauxcalculésenrecourantauxestimationsdémographiquespourleCanadaau1erjuilletdesannées2006à2011,telsquedéclaréspar StatistiqueCanada. Seulslescasd E.coliO157sontcomprisdanscetableau,puisquelescasd autrese.colinesontpassignalésavecconstanceparlesprovinces. Letableaucompletestconsultableauhttp://www.phac aspc.gc.ca/fs sa/fs fi/ecoli fra.php. 2 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013

3 Année Nombre decas Typedeviande Endroit Sourcedelapublication 2000 Biftecks de surlonge attendris au moyen d aiguilles États Unis 2 FSIS USDA,2005 FR70: Filet de bœuf désossé bardé de tranches de bacon préparé à partir de produit de bifteckinjectédemarinade États Unis 11 Laineetcoll.,2005 J.FoodProt.68(6): Produitdebifteckmarinéetattendri États Unis 4 FSIS USDA,2005 FR70: Biftecksattendrisaumoyendelames États Unis 21 CDC,2010 Publicationélectronique 2012 Biftecksattendrisaumoyend aiguilles Canada 5 ASPC,2013 Communicationsinternes Tableau2.ÉclosionsenAmériqueduNordliéesàdespiècesdebœufentièresdontlesignalementadéquatapermisdedéterminerleur étatnonintact(c. à d.,qu unattendrissageaeulieu). Uneéclosiond E.coliO157survenueauCanadaetquatre qui ont sévi aux É. U. (tableau2) ont mis en évidence le faitqu outrelesproduitsdebœufhaché,lesproduitsnon intacts tels que les rôtis et les biftecks attendris peuvent comporter des risques de maladie qu une mesure de gestiondesrisquespeutécarter. En plus de l attention portée au bœuf attendri mécaniquement (BAM) en raison de ces éclosions, des études sur les produits attendris mécaniquement ont été publiées dans des revues scientifiques au cours de la dernière décennie. Ces études ont démontré que parfois, les produits de BAM ne sont pas cuits uniformément et/ouqueleurtempératureinternen apasatteintledegré permettant d en assurer la salubrité. Cela résulte du fait que des bactéries, y compris des agents pathogènes, par exemple E. coli O157 et Salmonella spp., peuvent être transférées dans la pièce de viande au moyen de l attendrissage mécanique, avec ou sans injection de marinades et de saumures (Echeverry et coll., 2009; Echeverry et coll., 2010; Gill et McGinnis, 2004; Gill et McGinnis, 2005; Gill et coll., 2005a; Gill et coll., 2005b; Graumann et Holley, 2007; Huang et Sheen, 2011; Luchansky et coll., 2008; Luchansky et coll., 2009; Luchanskyetcoll.,2011;Luchanskyetcoll.,2012). Les autorités fédérales en matière de salubrité des aliments ont pris plusieurs initiatives dans le but de comprendre ce qui fait en sorte que les produits non intacts peuvent comporter des risques de maladie ainsi quelafaçondontceux cipeuventêtreécartésaumoyen de mesures de gestion. Par exemple, une évaluation intitulée Comparative Risk Assessment for Intact And Non intact (Tenderized) Beef a été réalisée par le service d inspection et de la salubrité des aliments du départementdel AgriculturedesÉ. U(FSIS USDA,2002) puis publiée en mars À ce moment, le FSIS USDA est parvenu à la conclusion que les produits de BAM ne comportaientpasdavantagederisquesquelespiècesde viande intactes. Plus précisément, selon cette évaluation desrisques,1casdemaladiepar15,9millionsdeportions de biftecks intacts et 1 par 14,2 millions de portions de biftecksnonintacts(attendris)étaientprévus.deplus,on y a indiqué ce qui suit «il n existe pratiquement aucunedifférencesurleplandesrisquesdemaladieentre les biftecks intacts (non attendris) et non intacts (attendris).»et«laprobabilitéqu E.coliO157:H7survive àlacuissontypique,quecesoitdanslesbiftecksattendris ou non attendris, est minuscule.». Cependant, à la lumière de cas de maladies causés par E. coli O157 et associés au BAM depuis la publication l évaluation en 2002, le FSIS USDA a annoncé l actualisation de cette évaluation des risques. Cette mise à jour n a pas encore été publiée, mais jusqu à ce qu elle le soit, les observations issues des travaux entrepris auparavant, lesquels ont été réalisés minutieusement, demeurent pertinentes*. AuCanada,uneéquipedel Agencedelasantépublique ducanada(aspc)apublié,àtitredemiseaupointd un modèled évaluationdesrisquesantérieurpubliéen1998, un modèle stochastique d évaluation quantitative des risques dans le but d estimer les effets des interventions effectuées à diverses étapes avant l abattage et la transformation, préalables à la fabrication finale des produitsdebœuf(smithetcoll.,2013). Portée Lesfacteursci dessousdécriventlaportéedelaprésente évaluation. Agentspathogènespréoccupants: E.coliO157:H7etE.coliO157:NM(E.coliO157). IlconvientdenoterqueSantéCanadan apasanalysélerapport du FSIS USDA dans le but d en déterminer l applicabilité au Canada, en recourant aux données canadiennes publiées récemment, ni dans la perspective de proposer certaines mises aupointquipourraientyêtreapportéesparl organisme. * Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 3

4 Alimentoualimentspréoccupants: Le bœuf attendri mécaniquement produit au Canada (c. à d., les produits de bœuf non intacts dont la surface est traversée par des lames ou des aiguilles et/ou qui sont injectés d une solution, ou barattésoubienpétrisdanscelle ci); o Exclut le bœuf en dés, en cubes et les produits reformés, o Exclutlesproduitsimportés(lesdonnéessurles principales caractéristiques de ces produits ne sontpasaccessibles). Populationd intérêt: Populationcanadienne. Effetoueffetspréoccupants: La maladie, peu importe sa gravité, causée par E. colio157. Étapes dans la production, la transformation, la distribution,lapréparationetlaconsommation: Touteslesétapes,delafermeàl assiette. Mesuresdecontrôleetd atténuation: Modificationdanslesconditionsd attendrissage; Influence sur le comportement du consommateur (c. à d., l ajout de messages dans l étiquetage, l éducation du consommateur, etc.), particulièrement au moyen de la communication d une recommandation sur la température de cuisson (conformément aux spécifications des gestionnairesdesrisques); o La connaissance des effets des mesures de contrôle et d atténuation ci dessus, l élaboration etlamiseenœuvreéventuellesdesinstruments de politique (c. à d., des documents d orientation, des lignes directrices, etc.) pourraientêtremieuxétayées. Lesdonnéescomprennent: Ladocumentationscientifiqueetpubliée; Les données non publiées fournies par d autres ministères, organismes et intervenants gouvernementaux. Objectifs Les principaux objectifs de la présente évaluation consistentà: Caractériser les risques que peut comporter le BAM danslaperspectivedespratiquesmisesenœuvreaux étapes préalables à la fabrication et suivant celles ci enrecourantàunemesuredesrisquesparportion; o Lacaractérisationdesrisquesquipourraientêtre liésaubamparrapportàceuxquecomportent lebœufhachéetlespiècesdeviandeintactes. Examinerlesstratégiesd atténuationoudecontrôle qui pourraient être mises en œuvre par les divers intervenants de la chaîne alimentaire (p. ex., transformateurs, détaillants, responsables de la réglementation, consommateurs) et analyser leurs effetssurlesrisqueséventuels. Attendrissage chez le détaillant ou HRI Attendrissage chez le transformateur Consommateur Détaillant ou HRI* Consommateur Transformateur Détaillant ou HRI Attendrissage par le consommateur Consommateur Attendrissage chez le détaillant ou HRI Figure1.Voied expositionsimplifiée *HRI:Hôtel,restaurant,institution 4 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013

5 Afin d atteindre ces objectifs, les questions suivantes serontprisesencompte: Question1: Quels sont les risques par portion de BAM auxquels les consommateurs peuvent être exposés à cause du bœuf canadien? Comment ces risques se comparent ils aux risques par portion que comporte la consommation de produitsdebœufintactsetnonintacts(ycomprislebœuf haché,lebœufinjectédesaumureetlesbiftecksentiers)? o L application d une température de cuisson recommandée aurait elle d importants effets sur les risquesparportion? Question2: Selon les spécifications particulières établies par les gestionnairesdesrisques,l effetdelatempératuredecuisson, àtitredel unedesmesuresdecontrôle,doitfairel objetd un examen. Selon les résultats de l évaluation des risques, une température de cuisson ciblant exclusivement le BAM devrait elleêtrerecommandéeauxconsommateurset/ouaux exploitantsd établissementsdeservicesalimentaires? 2.Démarche Santé Canada a entrepris une évaluation des risques éventuels que comporte E. coli O157 dans le BAM en recourantauxélémentsducadred évaluationdesrisques pour la santé intitulé Principes et directives régissant la conduite de l évaluation des risques microbiologiques, CCA/GL30 (1999) élaboré par la Commission du Codex Alimentarius(FAO/OMS). Dans le cadre de ce travail, un examen de la documentation scientifique traitant de la question du BAM a été effectué. Santé Canada a aussi publié une demande de données6 dans le but d obtenir des renseignementsparticuliersaucontextecanadien. De plus, au moyen de collaborations et de partenariats avec des intervenants ainsi que de l intégration des données nouvellement disponibles, le modèle stochastiqued évaluationquantitative desrisquespublié par l ASPC (Smith et coll., 2013) a été actualisé et utilisé pour comparer le degré de risques que comportent le bœuf haché, les pièces de bœuf intact et le BAM pour le public canadien, produisant ainsi une évaluation des risquessemi quantitative. Laprésenteétudeviseàmettreàjourlesestimationsdes risquesrelatifsaucanadaenrecourantàlastructuredu modèlepubliéen2013parl ASPCetentenantcomptede nouveaux renseignements. Cela comprend la prise en comptedelacomplexitéducontinuumdeproductiondu bœuf au Canada et la possibilité que l attendrissage ait 6 sc.gc.ca/fn an/consult/2012 ecoli/index fra.php. lieu à diverses étapes, y compris chez le producteur, le détaillant et/ou le consommateur (Figure1). La compréhension de l ampleur de l attendrissage est essentielle pour celle des risques éventuels que pourrait comporterlaconsommationdebamaucanada. En outre, Santé Canada met ces travaux à contribution pourexaminerlesstratégiesd atténuationoudecontrôle qui pourraient être mises en œuvre au cours du continuum de production du bœuf et jouer un rôle dans la diminution des risques que court la population canadienne. Ces travaux ont porté plus particulièrement sur la mise en œuvre éventuelle d une température de cuissonrecommandée. 2.1Vued ensembledumodèle Le modèle de l ASPC est un modèle stochastique d évaluation quantitative des risques que comporte la consommation d E. colio157:h7 dans les produits de bœuf(smithetcoll.,2013).lemodèleaétémisaupoint entenantcomptedesdeuxprincipauxobjectifssuivants: soit 1) l évaluation de l efficacité relative d interventions avant l abattage et au cours de la transformation et 2) la détermination des risques qui découlent de la consommation d E. colio157:h7 dans le bœuf haché, dans des pièces de bœuf non intactes (p. ex., le BAM) et les pièces de bœuf intactes au moment de la mise à jour du modèle. Les résultats issus du modèle ont révélé une réductiondurisquepourlasantépubliquevariant,selon différentes combinaisons et applications d un certain nombre d interventions, entre 30,9 et 99,99%. Selon l estimation, les risques que comportent les pièces de bœuf non intactes attendries au moyen de lames ou d injection de saumure sont plus importants que ceux qu entraînentlespiècesintactes. Lemodèledel ASPCestdegrandeenvergure,saportée s étendant de la «ferme à l assiette»; après y avoir appliqué quelques modifications mineures et avoir pris encomptelesnouvellesdonnées,ilaétéadoptéauxfins de la présente étude. Élaboré en Excel2010 de Microsoft York, É. U.), le modèle recourt à la simulation de type Monte Carlo alliée à une technique d échantillonnage hypercubique latine. Chaque scénario exploré au moyen dumodèleadonnélieuà25000itérations. La structure du modèle est décrite en détail ailleurs (Smithetcoll.,2013),etsesélémentsdebasesontrésumés ici.lesdonnéescanadiennesdécrivantlaprévalenceetla concentrationd E.coliO157danslesmatièresfécalesdes bovins d élevage dans les exploitations agricoles et les parcs d engraissement ont été utilisées à titre de paramètresdedépartauxfinsdel évaluation.enutilisant les taux et les facteurs de transfert calculés à partir des études observationnelles, la fréquence d E. colio157 sur la peau et par la suite, sur les carcasses en milieu de Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 5

6 transformation, ont été calculées. La prévalence, la concentration et le comportement d E. colio157 ont été modélisés aux diverses étapes de la transformation menantàlaproductiondebœufhaché,depiècesdebœuf non intactes et de pièces de bœuf intactes en utilisant l information et en s appuyant sur les relations dont la documentation scientifique et les rapports gouvernementauxfontétat.lesdonnéesutiliséesavecle scénario reproduisant les pratiques de transformation actuellesprisesencomptedanslemodèledel ASPCsont issues d examens et de méta analyses systématiques visant l évaluation des incidences des interventions pratiquéesparlestransformateurscanadiens.modifiéde manière à refléter le recours accru aux interventions à l étape de la transformation au Canada, le scénario d intervention selon les pratiques courantes de Smith et coll.(2013)aétéutiliséàtitredescénarioderéférenceaux finsdelaprésenteévaluation. Lespratiquesdeconservationtantauréfrigérateurqu au congélateur,chezledétaillantetleconsommateur,ontété utilisées concurremment aux modèles d inactivation ou de prolifération afin de déterminer les concentrations en E. coli O157 dans les produits de bœuf avant qu ils ne soient cuits. Les distributions des températures internes atteintespendantlacuissondubœufhaché,despiècesde bœuf non intactes et intactes ainsi que les portions déterminéesontétéutiliséesauxfinsducalculdeladose d E.coliO157ingérée.Ladosemodéliséeaétéintégréeà un modèle dose réponse bêta binomial afin de déterminer les principaux extrants du modèle: la probabilité de maladie par portion de chacun des produitsdebœuf. Aux fins de la présente évaluation, les équations mathématiques et le modèle de processus établis par Smith et coll. (2013) ont été conservés tels quels, mis à part ce qui suit: le paramètre décrivant la proportion de pièces de viande soumises au processus d attendrissage utilisépourlecalculdupibcdansl étudedesmithetcoll. (2013) n a pas été pris en compte. Cette proportion est inconnue, et étant donné les objectifs de la présente évaluation, il est préférable de comparer les risques inhérents à chacun des produits sans tenir compte de la probabilité que chaque produit soit consommé. Ce paramètre pourrait être utilisé lors de prochains travaux de modélisation tout en intégrant des données sur le volume de consommation afin de déterminer le nombre de maladies par an, etc. De plus, dans le cadre de la présente évaluation, les risques sont exprimés comme nombre moyen de portions provoquant un seul cas de maladie, soit l inverse de la probabilité moyenne de maladieparportion. 3.Déterminationetcaractérisationdesrisques E. colio157:h7 et E. colio157:nm (E. colio157) sont les agents pathogènes d intérêt dans le cadre des présents 6 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 travaux.lesparticularitésdel espèce,sescaractéristiques biologiques, sa virulence ainsi que les conditions de prolifération, d inhibition et d inactivation de cet agent pathogène sont bien décrites ailleurs (ICMSF, 1996; NZFSA,2001;Mengetcoll.,2007).Enoutre,lagravitéde la maladie liée à l infection par E. colio157 ainsi que les séquelleséventuelleseteffetsquiendécoulentsontaussi biendocumentés(pennington,2010). La dose infectieuse minimale d E. coli entéro hémorragique est estimée entre 100 à 200cellules et il suffit possiblement d aussi peu que de 10 cellules pour provoquerlamaladie,commeentémoignentdesanalyses rétrospectives de bœuf haché et de salami mis en cause dansdeséclosions(mengetcoll.,2007).lemodèledose réponseretenudanslemodèlequantitatifactualiséutilisé en appui aux présents travaux est le modèle bêta binomial élaboré par Cassin et coll. (1998), ce dernier produitégalementl estimationd unedoseinfectieusetrès faible. Actuellement, il n existe pas de modèles dose réponse relatifs à la maladie provoquée par E. colio157:h7fondéssurdesdonnéesd éclosionsliéesàla consommationdebamoudebiftecks. 4.Évaluationdel exposition L évaluationdel expositionestaxéesur: Leprocessusd attendrissagemécaniqueetseseffets sur la prévalence et la concentration d E. colio157 lorsquecelle cisetrouvedanslesproduits; Les interventions éventuelles qui pourraient être appliquées au bœuf immédiatement avant l attendrissage; L ampleur de l attendrissage dans le continuum de production/distribution de même que chez le consommateur. En tenant compte de ce qui précède, voici les principaux facteursinfluantsurlaprésenteévaluationdel exposition: 1. Selon les pratiques qui ont cours au sein de l industrie,ontientpouracquisquelatransformation primaireauneffetimportantsurlerisqueabsolu.les transformateursexerçantleursactivitésenconditions normales et appliquant les BPF7 devraient diminuer efficacementlacontaminationquinedevraitsubsister Le sigle BPF est utilisé dans le texte à titre de sigle générique englobant toutes les principales conditions et mesures que les fabricants doivent appliquer pour veiller à la salubrité et au caractère approprié des aliments pendant la fabrication. Il est entendu que les établissements agréés par le gouvernement fédéral exercent leurs activités conformément au Programme d amélioration de la salubrité des aliments (PASA), que ce système s apparente à l analyse des dangers et maîtrise des points critiques (HACCP), et qu il est englobé par les concepts desbpfdontilestquestiondansleprésentdocument. 7

7 qu à de faibles niveaux. Cependant, dans le cadre de cetteétude,ontientpouracquisqu unecarcassen est pas étiquetée comme destinée à produire des pièces de viande qui seront attendries. Par conséquent, toutes les pièces seraient traitées en recourant aux mêmes processus de transformation primaire et interventions,peu importe qu ellessoient destinéesà l attendrissage ou non. Selon ces hypothèses principales, il est entendu que la transformation primaire n aura pas d influence importante sur la déterminationdurisquerelatifprésentéici. 2. Lesdonnéesrecueilliesetpubliéessurlaprévalenceet laconcentrationd E.coliO157àdiversesétapesdela transformation, depuis la carcasse débitée jusqu aux pièces de bœuf vendues au détail, permettent de présumerqu ellessontfaibles. 3. Les transformateurs de bœuf disposent de plusieurs processus d attendrissage. Ceux ci peuvent être répartis selon les grandes catégories suivantes: attendrissage au moyen de lames, au moyen d aiguilles,avecousansinjectiondemarinadesoude saumure(aussiappeléeinjectionenprofondeur,injection de marinade, amélioration ou amélioration de l humidité), injectionàhautepressionsansaiguillesetbarattageet pétrissageavecsolution. a.danslescasoùlesbactériessonttransféréespar un mouvement vertical (poussées à partir de la surface vers l intérieur de la pièce de bœuf), les donnéesdonnentàpenserquelamajeurepartie de la microflore demeure près du premier centimètre sous la surface de la viande. Cependant, selon la méthode d attendrissage, cette donnée peut varier (Sporing, 1999; Gill et McGinnis,2005;Luchanskyetcoll.,2008et2009; HuangetSheen,2011;Johnsetcoll.,2011.) b.les données permettent de croire que les attendrisseursmécaniquestransfèrentlesbactéries de façon horizontale (c. à d. qu ils propagent la bactérie d un bifteck non contaminé à un autre bifteck)(sporing,1999;gilletcoll.,2005aet2005b; Luchansky et coll., 2008; Adler et coll., 2012; Jeremiah et coll., 1999). Un seul événement de contaminationpeutêtreàlasourced untransfert horizontal dont au moins quatre pièces de bœuf additionnelles feront l objet (Huang et Sheen, 2011). Comme les renseignements font défaut au sujet des biftecks subséquents (c. à d. après le quatrième), le nombre de pièces de plus qui seraientcontaminéesdemeureinconnu. c.plusieurs sources de données donnent à penser que les méthodes d attendrissage ont divers effets sur la propagation de la contamination. Plus particulièrement, l attendrissage au moyen de l injection de saumure semble augmenter la profondeur de la distribution et la quantité de bactéries dans une pièce de bœuf. La réutilisation de la saumure injectée peut aussi contribuer à la propagation horizontale de la contamination(gilletcoll.,2005a;helleretcoll., 2007; Uttaro et Aahlus, 2007). Les données permettentdecroirequel injectionsansaiguilles peut aussi faire pénétrer les bactéries depuis la surfacejusquedanslaviande(rayetcoll.,2010; Jeffriesetcoll.,2012). Il existe une quantité relativement importante de travaux portant sur les interventions appliquées aux carcasses, aux parures et aux autres pièces de bœuf qui font état d une variation de l efficacité selon le traitement (Geornaras et coll., 2011, Pittman et coll., 2012).Quelquesétudesontétéconsacréesàl efficacité desinterventionsdanslecontexteparticulierdubam (Heller et coll., 2007; Echeverry et coll., 2009). Les données présentées dans la documentation scientifique publiée donnent à penser que les interventions précédant immédiatement l attendrissage mécanique peuvent réduire la pénétration de l agent pathogène se trouvant en surface(helleretcoll.,2007;echeverryetcoll.,2009et 2010).Helleretcoll.(2007)indiquentuneréductionde 0,9 à 1,1 log de la concentration en E. colio157 à la suited unetelleintervention. L entretien et le nettoyage de l équipement destiné à l attendrissagesontessentielspourlalimitationdela propagation horizontale (Sporing, 1999; Gill et McGinnis, 2005; Luchansky et coll., 2008; Sofos et Geornaras,2010;HuangetSheen,2011). L ampleur exacte de l attendrissage mécanique du bœufaucanadaestinconnue. a.des données concernant les établissements agréés par le gouvernement fédéral ont été recueillies et procurent une estimation du recoursàcettepratiquechezlestransformateurs. Selon ces données, le BAM représente tout au plus 25% du volume total de production. Cependant, il est possible que ce pourcentage soitconsidérablementmoinsélevé. Les données au sujet des établissements de vente au détailontaussiétérecueilliesetcelles cimontrentquela capacitéd attendrissagepourraityêtrejusqu àtroisfois plus élevée que chez les transformateurs (selon le volume potentiel pouvant être traité compte tenu de l équipement destiné à l attendrissage qui s y trouve). Les données fournies à Santé Canada par les intervenants de janvier à mars 2013 ont révélé que l attendrissage au moyen d aiguilles et d injections est beaucoupmoinspopulairequeceluiaumoyendelames, alorsquelerapportestde1produitattendriinjectépour 11produitsattendrisaumoyendelames.Enenvisageant les recommandations relatives à la température de cuisson, il est important de tenir compte également de facteurstelsquelaméthodedecuisson,letypedepièce Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 7

8 debœuf,l épaisseuretlesingrédientsdelasaumures il yalieu,carceux cionttousuneincidencesurl efficacité destempératuresdecuissonauxfinsdel inactivationde l agent pathogène (Sporing, 1999; Luchansky et coll., 2009et2011;Porto Fettetcoll.,2013;Mukherjeeetcoll., 2008;Gilletcoll.,2009;Yoonetcoll.,2009;Shenetcoll., 2010;Adleretcoll.,2012). 8. L étiquetage de certains produits de BAM est assez récent au Canada, et aucune donnée n est disponible sur l adoption par les consommateurs d un comportement visant à observer les conseils de cuissonquis ytrouvent. Les produits de BAM préparés en appliquant les BPF et en appliquant des interventions avant l attendrissage ne sont pas considérés comme des aliments qui comportent un risque considérablement plus important que les produits de viande intacts non attendris vendus sur le marchécanadienetproduitsdemanièresemblable. Ces observations sont soutenues par l analyse quantitative détaillée ci dessous à la section intitulée Réponsepréliminaireauxquestionsd orientation. 6.Réponsepréliminaireauxquestionsd orientation Question1: Quels sont les risques par portion de BAM auxquels les consommateurs peuvent être exposés à cause du bœuf canadien? Comment ces risques se comparent ils aux risques par portion que comporte la consommation de produitsdebœufintactsetnonintacts(ycomprislebœuf haché,lebœufinjectédesaumureetlesbiftecksentiers)? o L application d une température de cuisson recommandée aurait elle d importants effets sur les risquesparportion? 5.Principalesobservationsetopinionpréliminaire Au cours de la présente évaluation des risques, des connaissances scientifiques acquises antérieurement sur l identification et la caractérisation d E. colio157 ont été examinéesetdemeurenttoujoursapplicables.deplus,un certain nombre de facteurs qualitatifs présentés dans l évaluation de l exposition indiquent que bien qu une différence éventuelle puisse exister entre les risques que comportelebametceuxquepeuvententraînerlespièces debœufintactes,cetécartestvraisemblablementfaible,et actuellementl expositionàe.colio157sembleêtrefaible. Scénario Étatdelapiècedeviande Intacte BAM Bœufhaché BAM,interventionderéduction logarithmiquede0,4 0,6log BAM,interventionderéduction logarithmiquede0,9 1,1log BAM,interventionderéduction logarithmiquede1,4 1,6log Intacte BAM Nombredeportionsà lasourcede1maladie 1,29milliard 265millions Risqueparrapport àlaréférence millions 3,6 487millions 2,7 1,19milliard 1,1 15,9millions 14,2millions 1 1,1 Source Évaluationdesrisques,SC (2013)/Modèleactualiséde l ASPC9 ÉvaluationdesrisquesFSIS USDA(2002)(nonactualisée) Tableau3.Sommairedesrésultatsdelamodélisation Une différence de 1 représente le risque de référence choisi pour le scénario de modélisation choisi. Les nombres supérieurs à 1 indiquentuneaugmentationdesrisquesparrapportàlaréférence(parexemple,«5»représenteunrisquede«5foissupérieur»). 9Pourlecalculdesrisques,lemodèledel ASPCfaitappelàlatechniquenumériquedeMonteCarlo.Celapermetl intégrationd une distribution d éventuelles valeurs d entrée pour tout paramètre individuel. En présentant une prédiction du nombre de portions requises pour causer une maladie, il s agit de la valeur inverse (probabilité moyenne de maladie causée par une portion donnée) calculée au moyen du modèle. Dans le modèle, les calculs comprennent la variation implicite dans les distributions d un paramètre d entrée,dontleslimitesnesontpasprésentéesdanscedocument. 10Lesréductionslogarithmiquesd E.coliO157découlantdesinterventionsmisesàl essaiparhelleretcoll.(2007)devraientsesituerde0,9à1,1 log.d autresréductions(c. à d.,de0,4à0,6etde1,4à1,6log)ontétéfondéesenrecourantàdesdonnéesdifférentes(pittmanetcoll.,2012, Geornarasetcoll.,2011;Echeverryetcoll.,2009).Onatenupouracquisquelesinterventionsdécritesontétéeffectuéesimmédiatementavant lʹattendrissageetquelaréductionlogarithmiqueatraitàlaconcentrationd E.coliO157àlasurfacedelapiècedeviande. 11Lemodèled évaluationdesrisquesdesé. U.(2002)n estpasfondésurlamêmestructurenisurlesmêmesélémentsd entréequele modèle d évaluation des risques de l ASPC et par conséquent, les résultats n ont pas pu être comparés. Cependant, ces résultats illustrentlaportéed autresprédictionsdesrisquesdecettenature. 8 8 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013

9 Mises à jour du modèle de l ASPC (Smith et coll., 2013), résultatsdelamodélisationetdiscussion En plus des données actualisées concernant les interventionsaucoursdelatransformationlescénariode référence du modèle, depuis sa publication en 2013, un autre changement important au modèle de l ASPC porte sur l exposition éventuelle attribuable plus particulièrement au rapport entre le volume de bœuf attendriaumoyendelamesetceluiattendriparinjection de saumure (point7 de la section intitulée Évaluation de l exposition). Lemodèleactualisédel ASPCpréditlenombremoyende portionsquientraîneraituncasdemaladieattribuableàe. colio157 après avoir consommé un bifteck de BAM, un bifteckintactetdubœufhaché.unrésumédecetteanalyse estprésentéautableau3.selonl analyse,lenombremoyen deportionsquiprovoqueraituncasdemaladieattribuable àe.colio157aprèsavoirconsomméunbifteckdebamest de 265millions. En comparaison, le nombre moyen de portions de bœuf haché qui pourrait causer un cas de maladie attribuable à E. coli est de Enfin, le nombre moyen de portions de pièces de bœuf intactes (bifteck) qui produirait ce résultat correspond à 1,29 milliard.toutesproportionsgardées,lesrésultatsissusdu modèle indiquent que la consommation de BAM comporteraitenvironcinqfoisplusderisquesquecelledes pièces de bœuf intactes. À des fins comparatives, le bœuf haché comporte 1500 et 7300fois plus de risque que le BAMetlespiècesdebœufintactes,respectivement. Les facteurs à la source des écarts entre les risques calculésdécoulantdubœufhaché,dubametdespièces intactespeuventêtrenombreux.l unedescauseslesplus importantes de la différence entre les risques que comportelebœufhachéetceuxquidécoulentdespièces de bœuf intactes est la probabilité élevée de contaminationdumatérielutilisépourlaproductiondu bœuf haché (c. à d., les parures de bœuf). Les parures sonthabituellementobtenuesdelasurfaced unecarcasse qui est plus exposée à la contamination éventuelle que l intérieur et celles ci sont généralement emballées dans de grands contenants de 1000kg (contenants combo) dans lesquels la contamination croisée peut se produire relativementfacilement. Pourlecalculdesrisques,lemodèledel ASPCfaitappel à la technique numérique de Monte Carlo. Cela permet l intégration d une distribution de valeurs d entrée possibles pour tout paramètre individuel. Dans le modèle, les calculs comprennent la variation implicite dansladistributiondesparamètresd entrée.cesontces variations qui permettent de tenir compte des changementsdansl estimationdesrisquesdécoulant,par exemple des différentes méthodes d attendrissage, des traitements appliqués aux pièces de bœuf (c. à d., des interventions) et des écarts entre les températures de cuisson,entreautresfacteurs. Deplus,lemodèledel ASPCestalimentéparlesdonnées issues de la documentation scientifique montrant que le degré et la variabilité de l inactivation pendant la cuisson peuvent différer selon que le bifteck est intact (Sporing, 1999), attendri au moyen d aiguilles/injecté (Luchansky coll., 2011) ou attendri au moyen de lames (Luchansky et coll.,2009;luchanskyetcoll.,2012;sporing,1999).afinde déterminer ces écarts, les auteurs ont principalement comparé des biftecks de diverses épaisseurs cuits en recourantàlamêmeméthode. Danslecasdesteaksattendrisparinjectiondesaumure, lesréductionsdelaconcentrationd E.coliO157résultant de la cuisson variaient entre 0,3 et 4,1 log UFC/g (Luchanskyetcoll.,2011),etdansceluidesteaksattendris à l aide de lames, lacuisson a entraîné une réduction de concentration de la bactérie de l ordre de 0,5 à 6,3 log UFC/g(Luchanskyetcoll.,2009;Luchanskyetcoll.,2012; Sporing, 1999). Aux fins de l illustration de l intégration de ces données dansle modèle de l ASPC, siles biftecks sont cuits jusqu à ce que la température interne atteigne 63ou71 C,lesréductionsmoyennesdelaconcentration d E.coliO157calculéespourlesbiftecksinjectés,attendris aumoyendelamesetintactsontétéétabliesà2,7,à3,8et à4,5logufc/gà63 C,età3,3,à4,4età5,2logUFC/gà 71 C,respectivement.Celanesignifiepasqu ils agissait desseulestempératuresprisesencomptedanslemodèle, carlemodèlerecourtàunedistributiondesvaleurspour cetintrantparticulier12,maisqu à63ouà71 C,sichaque valeur est sélectionnée de manière aléatoire pour une simulationdonnée,lesréductionslogarithmiquesseraient calculéescommeindiquéci dessus. 6.1Simulationsadditionnelles 6.1.1Unscénarioéventuelcomportantuneintervention antimicrobienneavantl attendrissage. En plus du scénario de référence du modèle de l ASPC, trois traitements appliqués immédiatement avant l attendrissagedubœufontaussiétéexplorés(scénario2 du tableau3). Le modèle publié en 2013 par l ASPC ne prévoyait pas la possibilité d une intervention précédant immédiatement l attendrissage, mais on sait que des producteurs peuvent, dans ces circonstances, appliquer un traitement tel que le rinçage à l eau chaude ou à l acide lactique de la surface de la pièce de viande, par exemple. Selon le scénario comportant une intervention d uneefficacitésemblableàcelledelafourchettepubliée par Heller et coll. (2007), pour une variété de types FondésurlʹenquêteEcoSure(2008)auprèsdesconsommateurs; lesdétailssontlesmêmesquedanssmithetcoll.,(2013). 12 Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 9

10 d interventions, la probabilité moyenne d un cas de maladie attribuable à E. colio157 par portion de bifteck de BAM se trouve réduite de telle sorte que sa consommation est environ 2,7 fois plus risquée que celle d unepièceintacte. Dans le cas où une intervention dont l efficacité est semblableàcelledesfourchettesdevaleurspubliéesdans lesouvragesscientifiques(variantentreaucuneffetetune réduction logarithmique de 1,6) précède immédiatement l attendrissage,alorsl effetsurlesrisquescalculésvariera. Par exemple, les biftecks traités immédiatement avant l attendrissage en pratiquant une intervention entraînant une réduction logarithmique de 0,4 à 0,6 comportent environ 3,6 fois plus de risques que les pièces intactes. Si une intervention plus efficace est appliquée (p. ex., produisantuneréductionlogarithmiquede1,4à1,6),alors lesrisquescalculésquecomporteraientlesbiftecksdebam peuvent être réduits jusqu à atteindre un degré presque équivalentauxrisquesdécoulantdebiftecksintacts. Danslecadredecestravaux,ilaétésupposé(hypothèse) quetoutelacuneoutoutelimitationdedonnéesprésente dans le modèle élaboré par l ASPC n aient pas d incidence sur les écarts relatifs entre les risques que comportent le BAM,les pièces intactes et lebœuf haché. Enoutre,malgrélefaitquecertaineslacunesdedonnées ont été comblées depuis la publication des évaluations desrisquesparl ASPCen2013eten1998,leslacunesde données restantes et les difficultés inhérentes à la structuredumodèleutilisédanscecadre(abordéesdans la section intitulée Principales difficultés et lacunes de données) s appliqueraient aux conclusions finales des travauxprésentésici Unexempledescénarioconcernant latempératuredecuissonetlebam En tentant de répondre à la question L application d une température de cuisson recommandée aurait elle d importants effets sur les risques par portion?, le modèle actualisé de l ASPC a été utilisé de nouveau afin de comparer les risques par portion de BAM cuit à une gamme de températures en se conformant à la recommandation dansdiversesmesures.desscénarioshypothétiquesselon lesquels le respect d une recommandation de cuire le BAM jusqu à une température interne donnée varie ont ensuiteétéproduits.lesscénarioshypothétiquesquiont étémisàl essaiétaientfondéssurdestauxdeconformité variant entre 60 et 100% et des températures recommandéesvariantentre63et77 C. L analyseduscénarioamenéauxobservationssuivantes: Lesrisquesmoyensquecomportentuneportionde BAM cuit jusqu à l atteinte d une température interne de 63 C, et ce, à 100% du temps, peuvent être réduits de sorte qu ils atteignent le même 10 Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 niveau moyen de risques par portion que les biftecks intacts cuits sans tenir compte des recommandations sur la température, c. à d., à une fourchettedetempératuresestiméesdanslemodèle deréférence(de27à138oc). La mesure dans laquelle le respect de la recommandation sur la cuisson jusqu à l atteinte d unetempératureinternespécifiquepourraitvarier et les taux de conformité auxquels on pourrait s attendre sont inconnus. Les valeurs utilisées aux fins de cette analyse ont été choisies de manière arbitraire. Toutefois, on s attend à ce qu il subsiste uneincertitudeimportanteàl égarddespréférences des consommateurs et de l empressement dont ils ferontpreuveàadopterdesrecommandations. D autres facteurs qui seraient importants pour l analyse del efficacitéd unetempératuredecuissonn ontpasété intégrés à l analyse du scénario ci haut, mais ceux ci serontabordésbrièvementàlaquestion2. Question2: Selon les spécifications particulières établies par les gestionnaires des risques, l effet de la température de cuisson,àtitredel unedesmesuresdecontrôle,doitfaire l objetd unexamen.selonlesrésultatsdel évaluationdes risques, une température de cuisson ciblant exclusivement lebamdevrait elleêtrerecommandéeauxconsommateurs et/ou aux exploitants d établissements de services alimentaires?lecaséchéant,quelleserait elle? Lesrésultatsdemodélisationobtenusàl aidedumodèle d évaluation des risques utilisé dans ces travaux suggèrentque ledegréderisquesassociéaubamserait cinqfoisplusélevéqueceluiquecomportelespiècesde bœuf intactes si l ensemble des produits sont fabriqués dansdescirconstancesnormalesetenrespectantlesbpf. Toutefois, comme indiqué dans la réponse à la Question1, si une intervention est appliquée immédiatement avant l attendrissage, le risque calculé que comporte le BAM peut être réduit jusqu à avoisiner celuicalculédanslecasdespiècesintactes.ils ensuitque silesrisquesquecomportentlebametlespiècesintactes sont équivalents, l utilité de la recommandation aux consommateurs de la cuisson jusqu à l atteinte d une températureinternedonnéepourraitserévélerlimitée. Sionexaminelesrecommandationssurlestempératures internes devant être atteintes pendant la cuisson afin de réduire l exposition à E. colio157 avec efficacité, il importeaussidetenircomptedelaméthodedecuisson, du type de pièce de bœuf, de son épaisseur et des ingrédientsdelasaumure(lecaséchéant).actuellement, aucun consensus n est atteint dans la documentation scientifique, et des incertitudes subsistent quant à la réaction du consommateur aux emballages étiquetés de

11 produits de BAM et du comportement qu il adoptera à leur égard. Des données supplémentaires sont donc nécessaires afin de mieux documenter et éclairer davantageunerecommandationéventuellesurlacuisson jusqu àl atteinted unetempératureinternedonnéesiune tellerecommandationdevaitêtreadoptée. 7.Principalesdifficultésetlacunesdedonnées 1. Dans l ensemble de cette évaluation des risques, les observationsdontilestquestionfontabstraction,par exemple, de circonstances dans lesquelles une défaillance aurait pu survenir dans le processus de transformation chez un transformateur ou du fait qu unarrivageapuluiparvenircontaminéàunpoint tel que même un processus soigneusement conçu seraitmisenéchec,etc.ilimportedesoulignerquede tels problèmes sont considérés comme des circonstances extraordinaires et rares et qu il n existe pasdedonnéespermettantd enestimerlafréquence. 2. Une part importante de l évaluation des risques consisteàdéterminerlesquestionsausujetdesquelles lesconnaissancessontincomplètes(incertitudes)àun point tel que l application des observations issues de l évaluation des risques devient si limitée qu elles ne peuvent satisfaire les spécifications définies à l attention de l équipe de l évaluation. La déterminationdessecteursdanslesquelslavariabilité d un paramètre ou d un processus est si importante qu ils peuvent avoir le même effet est toute aussi importante.latechniquedemontecarloutiliséeaux fins du volet quantitatif de cette évaluation permet unecertaineanalysedetelseffets.cependant,dansle cadre de la présente évaluation des risques, l analyse quantitative ne constituait pas l objectif principal, et lesestimationsfinalesdesrisquesn ontétéprésentées qu à titre de valeurs moyennes et non de distributions. Or, dans une perspective qualitative, il convient de souligner que la mesure de l incertitude est élevée à l égard de paramètres relatifs au comportementduconsommateur,particulièrementau sujetdelamiseenœuvredesrecommandationssurla cuisson.toutefois,tenircompteducomportementdu consommateur dans le cadre d une évaluation des risques demeurera une importante difficulté dans touslescas. 3. En ce qui concerne l analyse quantitative, toutes les lacunes de données constatées dans l évaluation des risques de Smith et coll. (2013) s appliqueraient aux conclusions tirées aux fins de cette évaluation. Néanmoins, certaines lacunes de données ont été combléesdepuisladernièrepublication,etlemodèle aétémisàl essaiaveccesnouvellesdonnées. a.denouvellesdonnéessurlacuissonpubliéespar Luchansky et coll. (2012) ont été utilisées pour étendre la distribution des réductions logarithmiques produites par la cuisson appliquéedanscemodèle. b.de nouvelles données sur le rapport entre le recours aux lames, aux aiguilles et aux injections pourl attendrissagedubœufontétéutiliséespour renforcerl ensembledescalculsdesrisques.. c.de nouvelles données au sujet du scénario du modèle de référence (plans d interventions préalables à la transformation ou au début du processus) ont été utilisées afin de renforcer l ensembledescalculsdesrisques. d. La mesure de l écart entre les méthodes et les températures appliquées pour la cuisson de diverses pièces de bœuf est inconnue. Bien que l enquête dont les données sur les temps de cuisson ont été utilisées aux fins du volet de modélisation de cette évaluation portait précisémentsurlebœufhachéoulebœuf,aucune distinction entre les rôtis et les biftecks n a été établie,parexemple. 4. Lesinterventionsétudiéesdansl évaluationdesrisques réalisée par Smith et coll. (2013) ont été quantifiées en recourantàdesdonnéesissuesd examensetde méta analysessystématiques.l interventionantimicrobienne additionnelle évaluée (c. à d., une intervention applicable immédiatement avant l attendrissage) était appuyéeparunerevuenarrative. 5. En ce qui concerne les données issues de tests moléculairesetmicrobiologiques,celles cicomportent toujours une part inhérente de variabilité et d incertitude. Dans les données publiées, les détails requis aux fins de l intégration de la variabilité et de l incertitude dans l analyse quantitative n étaient pas disponibles à même les sources de données utilisées dans la présente évaluation des risques. De plus, la capacitédelastructuredumodèledel ASPCdegérer cesanalysesn apasétémiseàl épreuve. a.le recours à des études expérimentales produisant une estimation de la réduction logarithmique constitue une difficulté particulière. En règle générale, dans le cadre de ces études, les concentrations de l inoculum (p. ex.,de106à109ufc/mlouufc/g)sontdeloin plus élevées que celles auxquelles on s attend sur les coupes de bœuf selon les données de surveillance et par conséquent, une surestimation des réductions logarithmiques peutendécouler. 6. En ce qui a trait aux données issues des tests microbiologiques ou moléculaires, l interprétation du comportement, de la présence et de la concentration d organismes indicateurs par rapport à E. coli O157:H7 constitue aussi une difficulté, alors qu aucunedonnéeconcernantl agentpathogènen est aisément accessible. Aucune étude d ajustements Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 11

12 quantitatifsadditionnelsaumodèledel ASPCn aété entrepriseencequiconcernel intégrationdedonnées surdesorganismesindicateurs. 7. Encequiatraitàladéterminationdel expositionau BAM, le nombre de voies éventuelles que peut emprunterunepiècedebœufparticulièreavantd être attendrie, puis consommée constitue un obstacle d envergure.commementionné,laquantitéexactede bœuf soumis à l attendrissage au Canada demeure inconnue. Par conséquent, il a fallu formuler des hypothèsesausujetdelafréquencedel attendrissage (c. à d., chez le transformateur, le détaillant ou le consommateur),cequifaitobstacleàladétermination des risques auxquels la population est exposée. Un schéma général illustrant ces hypothèses figure à l Annexe(figure1). a.comme indiqué dans l évaluation de l exposition, les estimations des volumes de BAMproduitsdanslesétablissementsagrééspar le gouvernement fédéral, de même que chez les détaillants ont été recueillies. Plus de données sur ces deux types d établissements pourraient êtredisponiblesprochainement. b.desdonnéesmanquentsurlesecteurnonagréé par le gouvernement (c. à d., les établissements régisparlesautoritésprovinciales). 8. Il existe davantage de sources de données, particulièrement de données issues de tests microbiologiques ou moléculaires (p. ex., sur la prévalence et la concentration d E.coliO157 à différents points du continuum de production du bœuf),ausujetdel industriedubœufauxétats Unis. Danslescasoùdesdonnéescanadiennesnesontpas disponibles, l applicabilité réelle des données américaines dans le contexte canadien demeure inconnue. On a tenu pour acquis que la représentativité des données américaines était adéquateauxfinsdeladéterminationdesrisquesque comportelebamaucanada. 9. La faible prévalence d E. colio157 dans le bœuf soulèveuncertainnombrededifficultés.parexemple, les schémas d échantillonnage microbiologique et les méthodes d analyse peuvent avoir des limites de détection ne permettant pas aux évaluateurs des risques de faire des déductions au sujet de la populationbactérienneréelleprésentedanslespièces debœufprimairesetsous primaires. 8.Références [1] Adler,J.M.,I.Geornaras,K.EBelk,G.C.SmithetJ. N. Sofos. «Thermal Inactivation of Escherichia coli O157:H7 Inoculated at Different Depths of Non IntactBlade TenderizedBeefSteaks»,J.FoodScience, 2012,77,p.M108 M Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 [2] ASPC (Agence de la santé publique du Canada). E. coli Feuillet d information, accessible au aspc.gc.ca/fs sa/fs fi/ecoli fra.php, consultéen2013a. [3] ASPC (Agence de la santé publique du Canada). E. coli Surveillance, accessible au aspc.gc.ca/fs sa/fs fi/ecoli fra.php,consultéen2013b. [4] Cassin, M. H., A. M. Lammerding, A. M., E.C.D. Todd, W. Ross et R. S. McColl. «Quantitative risk assessment for Escherichia coli O157:H7 in ground beef hamburgers», Int. J. Food Microbio, 1998, 41, p [5] CDC (US Centers for Disease Control). «Multistate OutbreakofE.coliO157:H7InfectionsAssociatedwith BeeffromNationalSteakandPoultry»,2010,accessible auhttp://www.cdc.gov/ecoli/2010/0105.html, consultéen2012. [6] Echeverry,A.,J.C.Brooks,M.F.Miller,J.A.Collins, G.H.LoneraganetM.M.Brashears.«Validationof lactic acid bacteria, lactic acid, and acidified sodium chlorite as decontaminating interventions to control Escherichia coli O157:H7 and Salmonella Typhimurium DT 104 in mechanically tenderized and brine enhanced (nonintact) beef at the purveyor», J. Food Prot,2010,73;p [7] Echeverry,A.,J.C.Brooks,M.F.Miller,J.A.Collins, G.H.LoneraganetM.M.Brashears.«Validationof intervention strategies to control Escherichia coli O157:H7 and Salmonella typhimurium DT 104 in mechanically tenderized and brine enhanced beef», J.FoodProt,2009,72,p [8] Geornaras, I., H. Yang, N. Andritsos, A. Fouladkhah, S. Manios, G. D. Moschonas, M. C. Nunnelly, K. E. Belk, K. K. Nightingale, D. R. Woerner,G.C.SmithetJ.N.Sofos.«Evaluationof chemical decontamination treatments for beef trimmings against Escherichia coli O157:H7, non O157 Shiga toxin producing E. coli and antibiotic resistant and susceptible Salmonella Typhimurium and Salmonella Newport», Report: American Meat InstituteFoundation,2011;accessibleau content/uploads/ pdf, consultéen2013. [9] Gill, C.O. et J. C. McGinnis. «Factors affecting the microbiological condition of the deep tissues of mechanicallytenderizedbeef»,j.foodprot,2005,68, p [10] Gill, C.O. et J. C. McGinnis. «Microbiological conditions of mechanically tenderized beef cuts prepared at four retail stores», Int. J. Food Microbiol, 2004,95,p [11] Gill,C.O.,J.C.McGinnis,A.Houde,L.Lamoureux et D. Leblanc. «Microbiological conditions of moisture enhanced pork before and after cooking», FoodMicrobiol,2005a,22,p

13 [12] Gill,C.O.,J.C.McGinnis,K.Rahn,D.Young,N.Lee et S. Barbut. «Microbiological condition of beef mechanically tenderized at a packing plant», Meat Sci,2005b,69,p [13] Graumann, G. H. et R.A. Holley. «Survival of Escherichia coli O157:H7 in needle tenderized dry curedwestphalianham»,int.j.foodmicrobiol,2007, 118,p [14] Heller,C.E.,J.A.Scanga,J.N.Sofos,K.E.Belk,W. Warren Serna, G. R. Bellinger, R. T. Bacon, M. L. Rossman et G. C. Smith. «Decontamination of Beef SubprimalCutsIntendedforBladeTenderizationor Moisture Enhancement», J. Food Prot, 2007, 70, p [15] Huang, L. et S. Sheen. «Quantitative analysis of verticaltranslocationandlateralcross contamination of Escherichia coli O157:H7 during mechanical tenderizationofbeef»,journaloffoodsafety,2011,31, p [16] ICMSF (International Commission on Microbiological Specifications for Foods). «Microorganisms in Foods 5: Characteristics of Microbial Pathogens», Blackie Academic & Professional,1996,Londres. [17] Jefferies, L. K., C. L. Hansen et F. M. Steele. «Translocation and Cross Contamination of E. coli O157 in Beef Eye of Round Subprimal Cuts ProcessedwithHigh PressureNeedlelessInjection», J.FoodScience,2012,77,p [18] Jeremiah,L.E.,L.L.GibsonetB.Cunningham.«The influence of mechanical tenderization on the palatabilityofcertainbovinemuscles»,foodres.int, 1999,32,p [19] Johns, D. F., C. L. Bratcher, C. R. Kerth et T. McCaskey. «Translocation of Surface Inoculated Escherichia coli into Whole Muscle Nonintact Beef Striploins following Blade Tenderization», J Food Prot,2011,74,p [20] Laine,E.S.,J.M.Scheftel,D.J.Boxrud,K.J.Vought, R. N. Danila, K. M. Elfering et K. E. Smith. «Outbreak of Escherichia coli O157:H7 infections associated with non intact blade tenderized frozen steaks sold by door to door vendors», J. Food Prot, 2005,68,p [21] Luchansky, J. B.,A. C. Porto Fett, B. A. Shoyer, J. E. Call,W.Schlosser,W.Shaw,N.BaueretH.Latimer. «Fate of Shiga toxin producing O157:H7 and non O157:H7Escherichiacolicellswithinblade tenderized beefsteaksaftercookingonacommercialopen flame gasgrill»,j.foodprot,2012,75,p [22] Luchansky, J. B.,A. C. Porto Fett, B. A. Shoyer, J. E. Call,W.Schlosser,W.Shaw,N.BaueretH.Latimer. «InactivationofShigatoxin producingo157:h7and non O157:H7 Shiga toxin producing Escherichia coli in brine injected, gas grilled steaks», J. Food Prot, 2011,74,p [23] Luchansky, J. B., A. C. Porto Fett, B. Shoyer, R. K. Phebus, H. Thippareddi, et J. E. Call. «Thermal inactivation of Escherichia coli O157:H7 in blade tenderizedbeefsteakscookedonacommercialopen flamegasgrill»,j.foodprot,2009,72,p [24] Luchansky,J.B.,R.K.Phebus,H.ThippareddietJ.E. Call.«Translocationofsurface inoculatedescherichia coli O157:H7 into beef subprimals following blade tenderization»,j.foodprot,2008,71,p [25] Meng, J., M. P. Doyle, T. Zhao et S. Zhao. «Enterohemorrhagic Escherichia coli. Chapter 12 in ʺFood Microbiology: Fundamentals and Frontiers», 3e ed. ASM Press, édité par Doyle, M.P. et Beuchat, L.R,2007. [26] Mukherjee,A.,Y.Yoon,J.K.E.Belk,A.Scanga,G.C. Smith et J. N. Sofos. «Thermal Inactivation of Escherichia coli O157:H7 in Beef Treated with Marination and Tenderization Ingredients», J. Food Prot,2008,71,p [27] NZFSA, (New Zealand Food Safety Authority). «Microbial Pathogen Data Sheets, Escherichia coli O157:H7»,2001,accessibleau risk/hazard data sheets/pathogen data sheets.htm, consulté en [28] Pennington, H. «Escherichia coli O157», The Lancet, 2010,376,p [29] Pittman, C. I., I. Geornaras, D. R. Woerner, K. K. Nightingale, J. N. Sofos, L. Goodridge et K. E. Belk. «Evaluation of Lactic Acid as an Initial and SecondarySubprimalInterventionforEscherichiacoli O157:H7, Non O157 Shiga Toxin Producing E. coli, and a Nonpathogenic E. coli Surrogate for E. coli O157:H7»,J.FoodProt,2012,75,p [30] Porto Fett,A.C.,B.A.Shoyer,H.ThippareddietJ.B. Luchansky. «Fate of Escherichia coli O157:H7 in Mechanically Tenderized Beef Prime Rib following Searing, Cooking, and Holding under Commercial Conditions»,J.FoodProt,2013,76,p [31] Santé Canada. Demande de données et de renseignements scientifiques par Santé Canada au sujet dʹe. coli O157 dans les produits de bœuf crus attendrismécaniquement;accessibleau: sc.gc.ca/fn an/consult/2012 ecoli/ index fra.php,consultéen2012. [32] Ray,A.N.,Dikeman,M.E.B.A.Crow,R.K.Phebus, J.P.GrobbeletL.C.Hollis.«Microbialtranslocation of needle free versus traditional needle injection enhancedbeefstriploins»,meatscience,2010,84,p [33] Smith, B.A., A. Fazil et A. M. Lammerding. «A risk assessment model for Escherichia coli O157:H7 in groundbeefandbeefcutsincanada:evaluatingthe effects of interventions», 2013, Food Control, 29, p Angela Catford, Marie-Claude Lavoie, Ben Smith, Enrico Buenaventura, Hélène Couture, Aamir Fazil et le Dr Jeffrey M. Farber: Observations Issues de L évaluation des Risques Pour la Santé que Comporte la Présence d Escherichia Coli O157 dans les Produits de Boeuf Attendris Mécaniquement au Canada 13

14 [34] Sofos,J.N.etGeornaras.«Overviewofcurrentmeat hygiene and safety risks and summary of recent studies on biofilms, and control of Escherichia coli O157:H7 in nonintact, and Listeria monocytogenes in ready to eat,meatproducts»,meatscience,2010,86, p [35] Sporing, S. B. «Escherichia coli O157:H7 risk assessment for production and cooking of blade tenderizedbeefsteaks»,masterthesis,1999,kansas StateUniversity,Manhattan,KS. [36] USDA FSIS(UnitedStatesDepartmentofAgriculture Food Safety and Inspection Service). «FSIS Policy on Non intact Raw Beef Products Contaminated with E. colio157:h7»,1999,accessibleau htm,consulteren Int. food risk anal. j., 2013, Vol. 3, 3:2013 [37] USDA FSIS (United States Department of Agriculture Food Safety and Inspection Service). «Comparative Risk Assessment for Intact (non tenderized) and Non Intact (tenderized) Beef: TechnicalReport»,accessibleau port_mar2002.pdf,consulteren2012. [38] USDA FSIS (United States Department of Agriculture Food Safety and Inspection Service). «Federal Register Notice. 70: », 2005, consulteren2012. [39] Uttaro,B.etJ.L.Aalhus.«Effectofthawingrateon distribution of an injected salt and phosphate brine inbeef»,meatscience,2007,75,p

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois LE CONTEXTE SOMMAIRE Le 19 août 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

Date limite : 15 avril 2015 (données), 15 mai 2015 (experts)

Date limite : 15 avril 2015 (données), 15 mai 2015 (experts) ACTIVITÉS CONJOINTES FAO/OMS SUR L ÉVALUATION DU RISQUE MICROBIOLOGIQUE DANS LES ALIMENTS APPEL À LA COMMUNICATION DE DONNÉES ET À LA CANDIDATURE D EXPERTS SUR LES SALMONELLA SPP. NON TYPHIQUES ET LES

Plus en détail

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR

DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LE PROJET DE LOI N O 97 (Loi visant

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

22/12/11. Plan de la présentation

22/12/11. Plan de la présentation http://www.dda.ulg.ac.be L appréciation quantitative du risque microbiologique et la microbiologie prévisionnelle pour les entreprises. La microbiologie prévisionnelle Deux exemples simples L appréciation

Plus en détail

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada

Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens. Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada Un meilleur système pour protéger la santé et la sécurité des Canadiens Projet de règlement sur la salubrité des aliments au Canada La transformation de l ACIA Raison d être o Mondialisation et concentration

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ)

Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ) Le Centre québécois d inspection des aliments et de la santé animale (CQIASA) 1 Résumé L industrie de la restauration est

Plus en détail

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Cours Aviforum/Agridea, 27.3.07 Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Andreas Gloor, Aviforum, Zollikofen Buts, conditions de base Depuis le 1.1.2007: équivalence à la législation

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 Table des matières Intro SQF - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 BRC - Introduction et historique du référentiel - Différence version 5 et 6 Conclusion 2 Innovaltech

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité?

E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? E. coli entérohémorragiques, un point critique en abattoir : utopie ou réalité? Application de la démarche HACCP pour l identification d étapes de maîtrise Hubert BRUGERE Steak expert Angers 24 et 25 juin

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire

Contexte réglementaire en hygiène alimentaire Contexte réglementaire en hygiène alimentaire 1 Réforme de la législation communautaire pour la restauration collective Approche traditionnelle = obligation de moyens Réglementation Arrêté Ministériel

Plus en détail

Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2

Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2 Livret de l évaluateur : Calcul niveau 2 Ce livret de l évaluateur se divise en deux sections. La première section comprend : des instructions à l intention de l évaluateur sur la façon d administrer le

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22

Annexe 1. Glossaire... 19 Annexe 2. Éléments de gestion de la PFQ de produit GM dans le grain... 22 Projet de politique nationale sur la gestion de la présence de faibles quantités de cultures génétiquement modifiées dans les importations et son cadre de mise en œuvre connexe Septembre 2012 Table des

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

Évaluation Qualitative des Risques. Microbiologiques que Comportent les jus non Pasteurisés de Pomme et D autres Fruits

Évaluation Qualitative des Risques. Microbiologiques que Comportent les jus non Pasteurisés de Pomme et D autres Fruits ARTICLE Revue internationale d analyse des risques alimentaires Évaluation Qualitative des Risques Microbiologiques que Comportent les jus non Pasteurisés de Pomme et D autres Fruits Biljana Mihajlovic1,*,

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation

Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Département fédéral de l intérieur DFI Office vétérinaire fédéral OVF Viande de volaille sûre Campylobacters et germes multi-résistants: point de la situation Dr méd. vét. Sabina Büttner Office vétérinaire

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION

MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION MÉMOIRE DE L ORDRE DES MÉDECINS VÉTÉRINAIRES DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE L AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L ALIMENTATION DANS LE CADRE DE SA CONSULTATION SUR LES NOUVEAUX ENJEUX DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens

Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Réforme de l inspection des viandes et risques zoonotiques bactériens Liège WAVFH 21 novembre 2012 Dr Pascale GILLI-DUNOYER DGAL Bureau des laboratoires et de la coordination des contrôles officiels MAAF-FRANCE

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène

Science et technique. La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants. Viande bovine et micro-organisme pathogène Science et technique Viande bovine et micro-organisme pathogène La température et la durée de stockage sont des facteurs déterminants La contamination des carcasses lors des opérations d abattage et la

Plus en détail

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS

PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS Justification : Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne qui effectue l euthanasie de poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape CALCULATEUR D OPTIONS GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Table des matières Introduction 3 Évaluation des options 4 Exemples 6 Évaluation d une option de style américain

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

EXIGENCES CONCERNANT LES AUDITS EN SALUBRITÉ ALIMENTAIRE

EXIGENCES CONCERNANT LES AUDITS EN SALUBRITÉ ALIMENTAIRE EXIGENCES CONCERNANT LES AUDITS EN SALUBRITÉ ALIMENTAIRE DERNIÈRE RÉVISION : 1 ER AOÛT 2013 Tous droits réservés 2013. Costco Wholesale Corporation. Le présent document appartient à Costco Wholesale et

Plus en détail

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014

L Agroindicateur. Une autre bonne performance. Octobre 2014 L Agroindicateur Octobre 2014 Une autre bonne performance La conjoncture 2014 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer à un niveau historiquement

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE

FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE FORMATION OBLIGATOIRE A L HYGIENE ALIMENTAIRE REFERENTIEL DE CAPACITE DE L OPERATEUR EN RESTAURATION COMMERCIALE (annexe II de l arrêté du 5 octobre 2011) Conseils d utilisation: Vous pouvez suivre la

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés» Modifications apportées au cahier des charges «VBF sur plats cuisinés» Version du 05/11/2002 Nouvelle version 12/02/2014 Principes généraux L agrément délivré par INTERBEV a pour objectif d autoriser l

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP)

Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 59 Chapitre 11 Analyse des risques points critiques pour leur maîtrise (HACCP) 11.1 PRINCIPES DE BASE DE L HACCP... 59 11.2 APPLICATION DES PRINCIPES HACCP À LA PURIFICATION DES MOLLUSQUES BIVALVES...

Plus en détail

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION

RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION 199 Annexe XXIII Original : anglais Novembre 2002 RAPPORT DE LA RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL DE L OIE SUR LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE PENDANT LA PHASE DE PRODUCTION Paris, 18-20

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Un choix fiscalement avantageux

Un choix fiscalement avantageux LES SOLUTIONS CATÉGORIES DE SOCIÉTÉ RUSSELL Un choix fiscalement avantageux Nos solutions catégories de société offrent des occasions de placement fiscalement avantageuses pour que vous ayez plus d argent

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

Saines pratiques de gestion de l exposition au risque de tremblement de terre

Saines pratiques de gestion de l exposition au risque de tremblement de terre Ligne directrice Objet : au risque de tremblement de terre N o : B-9 Date : Février 2013 I. Objet et portée Les pertes catastrophiques causées par les séismes présentent parfois un risque important pour

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010

N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurances multirisques) Catégorie : Comptabilité N o : D-1B Version originale : décembre 2001 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Un fournisseur unique

Un fournisseur unique Autour de l os Un fournisseur unique L accent sur l automatisation La viande est l un des produits alimentaires les plus exigeants et ayant le plus de valeur, notamment en raison du grand nombre de ressources

Plus en détail

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ

CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ CHOISIR SON ABATTOIR SELON LE MARCHÉ VISÉ Patrick Tirard-Collet Conseiller en transformation alimentaire Direction de la transformation alimentaire et des marchés Plan de la présentation Principes de base

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014

La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 COMMUNIQUÉ PREMIER TRIMESTRE 2014 La Banque Nationale divulgue des résultats record au premier trimestre de 2014 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques Outil d autoévaluation LPRPDE Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques table des matières Utilité de cet outil... 3 Utilisation de cet outil... 4 PARTIE 1 : Guide

Plus en détail

817.025.21 Ordonnance du DFI sur l exécution de la législation sur les denrées alimentaires

817.025.21 Ordonnance du DFI sur l exécution de la législation sur les denrées alimentaires Ordonnance du DFI sur l exécution de la législation sur les denrées alimentaires du 23 novembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 59, al. 2, 66 et

Plus en détail

Établissements de transformation des viandes sans abattoir

Établissements de transformation des viandes sans abattoir Nom de l établissement (et n o, le cas échéant) Adresse de l établissement Municipalité Comté Avez-vous un n o d ident. des installations? Non Oui Si oui, inscrire le n o Téléphone Télécopieur Bureau de

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair

Plus en détail

Modélisation épidémiologique de la transmission des salmonelles chez le porc

Modélisation épidémiologique de la transmission des salmonelles chez le porc 24 Novembre 2011 Colloque Projet PSDR Grand Ouest SANCRE Santé animale et compétitivité des filières : atouts et vulnérabilités du Grand Ouest Modélisation épidémiologique de la transmission des salmonelles

Plus en détail

Développement du secteur de chevreau de boucherie

Développement du secteur de chevreau de boucherie Consultants en économie, spécialisés en agriculture, en agroalimentaire et en énergie Développement du secteur de chevreau de boucherie Rapport final présenté au Syndicat des producteurs de chèvres du

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

La biosécurité animale / Est-ce pour vous? André Cécyre D.M.V. Programme d expertise vétérinaire, FPBQ

La biosécurité animale / Est-ce pour vous? André Cécyre D.M.V. Programme d expertise vétérinaire, FPBQ Bovins du Québec, aout 2010 La biosécurité / Une assurance santé animale? Nathalie Côté, agronome Fédération des producteurs de bovins du Québec Le terme biosécurité revient à la mode et évoque parfois

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CAC/RCP 15-1976 CONTENTS INTRODUCTION 137 1 OBJECTIFS 138 2 CHAMP D APPLICATION ET UTILISATION DU DOCUMENT 138 2.1 Champ d

Plus en détail

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004)

Résumé d'avis. (Requête nº EFSA-Q-2003-016) (adopté le 19 février 2004) Résumé d'avis Avis du comité d experts «produits diététiques, nutrition et allergies» sur une saisine de la Commission relative à l évaluation des aliments allergéniques à des fins d étiquetage (Requête

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ET DES RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03

VÉRIFICATION DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ET DES RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03 ET DES RAPPORTS FINANCIERS TRIMESTRIELS DE L AGENCE SPATIALE CANADIENNE RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03 MARS 2013 Table des matières 1.0 SOMMAIRE... 5 1.1 OBJECTIF DE LA VÉRIFICATION...

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations

Type d aliments Conditions particulières Microbes potentiels ou altérations ++ FA1 CHARCUTERIES RISQUES POTENTIELS Conditions particulières Microbes potentiels ou 1.1. Charcuteries fraîches - Pâtés - Jambons cuits - Saucisses Toutes charcuteries humides et peu salées : toutes

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30

La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments. Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 La transformation des petits fruits et l'inspection des aliments Présenté par Sylvie Bujold inspectrice des aliments, chef d équipe 2013-10-30 Plan de présentation Cadre légal Types et catégories de permis

Plus en détail

NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004. Norme pour le Corned Beef

NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004. Norme pour le Corned Beef NORME HARMONISÉE COMESA/DHS DE COMESA 026: 2004 Norme pour le Corned Beef RÉFÉRENCE: DHS 026: 2004 Avant-propos Le marché commun pour l'afrique australe orientale et (COMESA) a été établi en 1994 en tant

Plus en détail