Élevage Le bénéfice des Systèmes d information et des technologies numériques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Élevage Le bénéfice des Systèmes d information et des technologies numériques"

Transcription

1 10:07 Page 29 Élevage Le bénéfice des Systèmes d information et des technologies numériques Les Systèmes d information (SI) d élevage répondent aux besoins de l «entreprise élevage» au sens large. Cette filière fait intervenir des acteurs aux missions complémentaires : éleveurs, inséminateurs, vétérinaires, producteurs de génétique, organismes de conseil aux éleveurs sans oublier l aval : abattoirs, laiteries ou encore les instances de recherche, de surveillance et contrôle : INRA, Interprofessions, État. Ces acteurs accompagnent le processus d élaboration des produits (lait/fromage, viande ), depuis la naissance de l animal, sa reproduction, jusqu à la récolte (traite, abattage ), la vente et la transformation des produits. L organisation informatique des systèmes d information et des technologies numériques se développe sur deux niveaux : le niveau des élevages et des acteurs de terrain qui y interviennent, le niveau consolidé, matérialisé par des bases de données collectives nationales. Ces deux niveaux s alimentent mutuellement. La transmission des événements survenant dans les exploitations constitue la principale source de données pour les SI collectifs, qui produisent des résultats restitués en retour aux éleveurs exploitants. Leurs développements obéissent néanmoins à des logiques différentes, que cela soit sur l initiative individuelle des éleveurs ou par décisions politiques collectives. 1. France informatique élevage et agriculture, Association régionale de services aux organismes d'élevage L évolution informatique en élevage a nécessité l élaboration et la diffusion de «logiciels métiers» correspondant à des besoins individuels ou collectifs. Certains ont été structurants, tels que le Système national d information génétique Bovin, la Base de données nationale d identification animale ou encore certaines applications créées au niveau régional. Des éditeurs de logiciels privés se sont également lancés sur ce marché. Aujourd hui les acteurs disposent d une offre de solutions relativement mâture, bien qu en évolution constante et rapide. L implication des organisations professionnelles Les organisations professionnelles d élevage ont choisi de se doter de compétences et de ressources informatiques spécialisées, au travers notamment, d un réseau national de compétences informatiques et de données d élevage : le réseau FIEA/ARSOE(1). Ce réseau réunit 300 collaborateurs répartis en 9 équipes. Il est appuyé par des compétences nationales d ingénierie à l Institut de l élevage (Service systèmes d information). Les organisations d élevage se sont plus récemment organisées notamment au travers de l interprofession France génétique élevage, qui comporte une commission «Stratégie des Systèmes d information», pour organiser le développement de nouveaux services. ENCADRÉ 1 : TERMINOLOGIE Un système d information se rapporte nécessairement à une organisation définie, par exemple une exploitation agricole ou toute autre entreprise. Il s agit ainsi d une composante de celle-ci. Les logiciels et autres outils numériques sont, de même, des composants du système d information. L usage de certains composants peut être partagé par plusieurs organisations. 29

2 10:07 Page 30 ENCADRÉ 2 : DU MINITEL À INTERNET Les débuts de l informatique en élevage remontent à environ 40 ans (comme dans l industrie ou dans les grandes administrations). L amélioration génétique des troupeaux, stimulée par la Loi sur l élevage de 1966, nécessitait la compilation de grosses quantités de données: productions journalières de lait par vache, analyses (taux butyreux) réalisées en ferme, généalogies des animaux... Seuls les ordinateurs le permettaient. La France est ainsi devenue historiquement l un des leaders mondiaux en génétique animale et jetait de la sorte les bases de l organisation informatique nationale, encore en place aujourd hui. L arrivée des ordinateurs dans les exploitations d élevage remonte à une vingtaine d années. Ces matériels informatiques ont été souvent précédés par les minitels, parfois encore utilisés. Aujourd hui plus des deux tiers des éleveurs utilisent au moins un ordinateur et parfois d autres supports technologiques: smartphone, ordinateur couplé à un distributeur automatique de concentrés La quasi-totalité des technologies informatiques est ainsi utilisée en élevage: portables, étiquettes RFID(2), WEB mobile... L Internet a fait évoluer en profondeur les solutions proposées. L innovation technologique est loin d être finie. D ores et déjà, les nouveaux équipements (par exemple de traite) fourmillent d électronique et donnent une nouvelle dimension aux systèmes d information d élevage: leurs vendeurs équipent ainsi les éleveurs de logiciels de gestion de troupeau. Watier Arioko.com 2. La radio-identification RFID (Radio frequency identification) est une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés «radio-étiquettes» («RFID tag» ou «RFID transponder». Les radio-étiquettes sont de petits objets, tels que des étiquettes autocollantes ou des transpondeurs qui peuvent être collés ou incorporés dans des objets ou produits et même implantés dans des organismes vivants. L informatique des élevages et des acteurs de terrain Les applications informatiques relatives à l optimisation et à la gestion des pratiques de l exploitation agricole englobent les outils utilisés par les éleveurs et par les agents externes intervenant à des titres divers dans les élevages. Leurs interventions se consolident et ont lieu souvent dans des conditions d environnement assez semblables, ce qui induit des solutions de même type. 3. Unité gros bétail 30 TAUX D ÉQUIPEMENT INFORMATIQUE DES ÉLEVEURS Une étude récente (2010) de l Institut de l élevage sur un échantillon d éleveurs possédant un cheptel de plus de 20 UGB(3), indique que: - le taux moyen d équipement en micro-ordinateurs est de 78 %. Les taux d accès à Internet et d équipement en téléphone portable, sont respectivement de 70 % et 80 %, - plus de 80 % des éleveurs équipés utilisent leurs matériels dans le cadre de la gestion de leur exploitation, - la taille du cheptel et l âge de l exploitant ont une influence significative sur les taux d équipement. L ordinateur est plus utilisé chez les nouvelles générations, et dans les exploitations d une taille supérieure à la moyenne.

3 10:07 Page 31 Des outils et infrastructures informatiques fortement mutualisés Un grand nombre d élevages ou de prestataires sont des TPE («très petites entreprises») et utilisent des solutions standardisées et génériques souvent mutualisées en ce qui concerne l hébergement des données et des logiciels. - Beaucoup d éleveurs optent pour des solutions hébergées externes (émanant en particulier des organismes professionnels, dont les Chambres d agriculture, réunis autour des ARSOE). Elles leur permettent de gérer les données de leur élevage par le biais des Intranet et des portails éleveurs, en s affranchissant des contraintes de sauvegarde et d administration de systèmes. Le développement des réseaux hauts débits (ADSL) favorise ces solutions ; - D autres éleveurs acquièrent des progiciels comportant une gestion de données en local. Ils sont proposés, soit par les organismes professionnels, soit par des sociétés privées, avec des contrats d assistance et de maintenance. La généralisation progressive de l accès à Internet estompe les différences entre ces deux types de solutions. Une informatique ouverte et communicante Les éleveurs et intervenants en élevage doivent pouvoir s informer mutuellement de l état d un animal, de sa génétique, ses antécédents, son stade de production, commander des services, rendre compte à l éleveur le cas échéant de leurs prescriptions Ils doivent également pouvoir justifier de leurs pratiques à leurs clients R. ROGNANT, FIEA Les fournisseurs de services informatiques proposent deux grands types de solutions : en application de règlements européens (Paquet hygiène, information de la chaîne alimentaire, ) Leurs systèmes d information respectifs doivent ainsi permettre les échanges électroniques de données, être inter-opérables. Ceci implique l émergence d une activité de standardisation des messages échangés entre logiciels d élevage d éditeurs différents. Cette mission est assurée essentiellement par l Institut de l élevage. L Institut publie sur son site Internet, les messages en usage dans la communauté des utilisateurs Elevage : messages de type EDEL ou de types VSE... D autres instances de standardisation : AGRO-EDI Europe ou, au niveau international, ISO, UN-CEFACT existent également. Un maillage de plates-formes collaboratives Les plates-formes informatiques collaboratives des ARSOE sont des points d échange, de consolidation et de partage de données, entre les organismes d une même région associés à ces platesformes et avec les éleveurs. Elles ont historiquement été mises en place et utilisées par les agents aux sièges des organismes. Elles sont aujourd hui utilisées par les agents des organismes (ex : agents de traite du Contrôle laitier, inséminateurs, ) et de plus en plus par les éleveurs, pour s échanger les données nécessaires à leurs activités respectives. Ce réseau est complété d un point central : le site INRA de Jouy en Josas. De plus en plus d informatique mobile embarquée Lors de leurs déplacements sur le terrain, par exemple à l étable, les intervenants en élevage exécutent des actes ou des observations à mémoriser. Pour éviter des retranscriptions manuelles intermédiaires, il leur faut effectuer une saisie le plus rapidement possible après l événement. Ils sont équipés dans cet objectif de dispo- 31

4 Page 32 Photothèque des Chambres d agriculture, Indre MOREAU R. sitifs portables de saisie (PDA dotés le cas échéant de lecteur intégré de puces RFID ou de code barre, de smartphones ). De plus, il leur est souvent utile d échanger ces informations, dans les deux sens, avec une base de données distante, pour télécharger les derniers événements connus sur le troupeau, ou pour la mettre à jour par un réseau sans fil (WI-FI, EDGE(4), 3G,.). Les logiciels informatiques qu ils utilisent sont de plus en plus, pour reprendre le jargon informatique, de type «cloud» : les outils utilisateurs sont des navigateurs («client léger») et les ressources (données, logiciels) sont «dans les nuages», c est-àdire sur des plates-formes informatiques accessibles par internet, d où l importance, pour les éleveurs, d une couverture du milieu rural par les réseaux. Une informatique de plus en plus couplée à l outil de production Ils intègrent un fichier-inventaire du cheptel. En cas d arrivée de nouveaux animaux, il importe donc de les mettre à jour. Les éleveurs souhaitent enfin éviter de saisir plusieurs fois les mêmes informations par exemple, sur le logiciel associé au robot et sur le portail éleveur en vue de sa notification à la BDNI (Base de données nationale d identification). Ils attendent que soient interconnectées l informatique de production liée à l équipement et l informatique de gestion administrative de l élevage, et que soient tenus en phase les fichiers présents sur divers équipements. Ces données sont utiles à l évaluation génétique et aux conseillers d élevage pour le suivi du troupeau. D où l intérêt d interfacer ces différents équipements et d organiser des flux de données. Les organisations professionnelles de contrôle laitier proposent des solutions pour gérer ces échanges de données entre systèmes et assurer la remontée vers les bases de données collectives. Il existe une norme ISO définissant ces interconnexions (ISO 17532). Une informatique élargie à la gestion des parcelles, des fourrages et du pâturage Les parcelles de l exploitation consacrées aux fourrages sont pour les ruminants en particulier, la source principale de l alimentation des troupeaux. L obligation de traçabilité concerne aussi les aliments ingérés. Des logiciels prenant en compte les parcelles et permettant de gérer le pâturage, sont à disposition des éleveurs (ex. : Mes édité par les Chambres d agriculture). Ces logiciels permettent de tracer les interventions du semis à la récolte. 4. Enhanced data rates for GSM evolution Floris 70 Fotolia.com Progressivement, les nouveaux équipements d élevage comportent des systèmes de contrôle électronique basés sur des capteurs de données. Les animaux sont ainsi reconnus par un repère d identification électronique (puce RFID). Des capteurs directement apposés sur les animaux (par exemple dans le tractus génital de l animal) peuvent émettre des alertes (de vêlage, chaleur) aux éleveurs. Ils les transmettent par exemple par GSM à une base de données distante. Ces équipements ont des capacités de mémorisation: un robot de traite mémorise les traites effectuées et certains paramètres indicateurs de la physiologie des animaux : température, activité mesurée par podomètres 32

5 Page 33 L informatique collective d élevage Des systèmes d informations permettent de gérer les actions collectives exercées en support aux activités des exploitations d élevage : prophylaxies collectives, traçabilité animale, épidémio-surveillance, sélection génétique. Ces actions, conduites sur l initiative de l Etat ou d organisations interprofessionnelles, nécessitent la consolidation des données provenant de la totalité ou d un grand nombre d élevages sur l ensemble du territoire, d une filière de production, d une race dans des bases de données. Dans certains cas, ces structures peuvent s échanger certaines données pour des usages déterminés, sous réserve que les droits sur les données le permettent. Les réseaux des Etablissements d élevage et leurs prestataires informatiques ARSOE sont parmi les acteurs principaux de deux de ces systèmes collectifs. Système de traçabilité animale L enregistrement des mouvements d animaux dans des bases de données nationales, est rendu obligatoire en Europe par des règlements qui s appliquent à chaque Etat-membre. Tous les détenteurs de ruminants et de porcs doivent notifier les mouvements de leurs animaux, y compris les naissances pour les bovins. Les mouvements sont enregistrés, selon les espèces, soit par spécimen identifié individuellement (ex : bovin, ovin, caprin), soit au niveau de lots d animaux provenant d un même lieu (ex : lots de porcs, lots ovins-caprins). Les mouvements s appliquent à tous les déplacements entre lieux d élevage, centres de rassemblement, abattoirs, équarrissages Niveau National SIGAL : Système d'information général de l'alimentation BDNI : Base de données nationale d'identification IPG : Identification pérenne généralisée SPIE : Système professionnel d'information élevage SNIG : Systèmes nationaux d'information génétique SIGAL Bases professionnelles EDE : Etablissements de l'élevage Bases de l'état Glossaire BDNI SPIE (projet) Normabev SNIG IA : Insémination artificielle ARSOE : Association régionale de services aux organismes d'élevage GDS : Groupement de défense sanitaire Bases de données dédiées OPA : Organisation professionnelle agricole IPG Données Sanitaires Abattage - IPG - Génétique - IA - Sanitaire - Technico-Eco GDS GDS EDE GDS EDE Abattoirs OP Eleveurs Niveau Local (régional ou départemental) EDE Contrôle Basier GDS Coop IA OPA d'élevage plateformes collaboratives OP : Organisation de producteurs 33

6 Page 34 une Base de données nationale identification (BDNI), servant de référence, gérée par le Ministère de l agriculture à Toulouse ; des bases de données locales/régionales, sous la responsabilité des Etablissements de l élevage. Elles servent de points d entrée des données, en particulier pour les éleveurs transmettant les données par voie électronique, selon un protocole national de type FTP. Le système d information comprend également d autres points de consolidation intermédiaire, en lien avec la BDNI : la base de données des abattoirs (NORMABEV). Seule la base nationale (BDPORC) existe en espèce porcine. Le système est en cours d élaboration en espèces ovine et caprine. Europe : un suivi des mouvements transfrontaliers Les systèmes de contrôle des mouvements animaux par pays, sont complétés par un système européen d échange de données: le système Traces. Il permet aux autorités vétérinaires et aux opérateurs commerciaux des divers pays de notifier les déplacements d animaux entre deux pays : points de départ et points d arrivée, et d intégrer à une base de données européenne toutes les informations vétérinaires relatives aux échanges d animaux vivants. Bases de données nationales par filière Plusieurs filières structurées sous forme d interprofession consolident en bases de données nationales, les informations utiles 34 Watier Arioko.com Le système d information, mis en place par le Ministère de l agriculture comporte deux étages synchronisées : à la gestion collective de la filière : connaissance des encours d animaux en élevage et prévisions de flux d animaux mis en marché. Elles peuvent servir à redistribuer certaines données à des opérateurs commerciaux (abattoirs). C est notamment la vocation de la base SPIE(5) en cours d élaboration. Ces bases doivent être agréées par le Ministère de l agriculture pour avoir la capacité à gérer des données à caractère public: notifications réglementaires des éleveurs. Systèmes nationaux d information génétiques Plusieurs métiers concourent aux activités collectives de génétique animale : collecte des données, définition des objectifs de sélection, procréation des reproducteurs, indexation, mise en place des semences La gestion collective des données est au centre de leurs activités. C est l objet des Systèmes nationaux d information génétique (SNIG), gérés sous le contrôle de l interprofession France génétique élevage (FGE), conjointement avec le Ministère de l agriculture, garant de la fiabilité des estimations officielles de valeur génétique. En pratique l administration des SNIG (des ruminants) est assurée par l Institut de l élevage. Les SNIG sont organisés par filière de production : bovine, caprine, ovine (respectivement ovin lait et ovin viande). Les bases de données génétiques Elles gèrent une diversité de plus en plus grande de données : identités des animaux, avec leurs signalements (race), leurs filiations observations réalisées principalement en ferme, parfois dans des stations d élevage : production (lait, mises bas, agnelages, ), croissance, événements de reproduction, morphologie des animaux, mortalité, pathologies (mammites, boiteries, affections digestives ) résultats d analyse obtenus en laboratoires : - lait : taux butyreux, taux protéique, leucocytes, spectres infra rouge - génotypes : lecture de sections définies du génome au moyen de «puces de lecture», selon certaines densités (exemple : puce 54K) estimations de valeur génétique. Les Entreprises de mise en place (EMP) et les éleveurs qui effectuent eux-mêmes l Insémination artificielle, quel que soit leur statut au regard de l adhésion au contrôle de performances, ont l obligation réglementaire de notifier les inséminations pratiquées, dans les bases de données génétiques. 5. Système professionnel d information élevage

7 Page 35 Principales Bases de données collectives d élevage Domaine Traçabilité des mouvements Bases de données collectives publiques Maître d ouvrage Base de données Maître d ouvrage Bases de données Ministère BDNI (Base de données Collectif d organisations Bases régionales ARSOE de l agriculture nationale identification) élevage, EDE(6), BD locales IPG(7), d animaux Prophylaxies, épidémiosurveillance Bases de données administrées par des organismes professionnels/interprofessionnels Association SPIE Interbev Base SPIE, OVINFOS + Chambres d agriculture France, NORMABEV Association NORMABEV CNIEL, Assn, BDPORC Infolabo BDPORC Ministère de l agriculture (+ DDT, GDS) SIGAL(8) Amélioration France Génétique Élevage Base de données centrale France Génétique Élevage Bases de données génétique et Ministère de l agriculture INRA - CTIG(9) + Collectifs ARSOE régionales d organisations locales/ ARSOE/SNIG(12) régionale : Organismes Conseil élevage, EDE, GDS(10), Coops d IA(11), Entreprises et organismes de sélection, ) L architecture des systèmes d information génétiques comporte trois étages : Le niveau «outil technicien» : il comprend les logiciels utilisés par les techniciens pour le recueil des données en élevage Les bases de données hébergées au niveau régional par le réseau des ARSOE : elles servent de points d entrée-sortie de données pour les organismes d élevage et les éleveurs. Le niveau national hébergé actuellement par l INRA. Ce dernier valorise la base de données nationale par le calcul des index. Le niveau national est complété par un niveau international, représenté par le centre international d Interbull, en Suède. Celui-ci consolide les données émanant des pays conduisant des programmes d amélioration génétiques et renvoie en retour une indexation internationale. Les bases de données génétiques fournissent en retour aux éleveurs plusieurs types de résultats : les index génétiques de leurs animaux, des indicateurs de la conduite du troupeau : effets milieu, les données brutes et élaborées concernant leurs animaux, sous formats électroniques pour intégration dans leur logiciel de conduite de troupeau. Les organismes de contrôle de performance s appuient également sur les données collectées, pour fournir aux éleveurs de nombreux indicateurs de conduite du troupeau. R. ROGNANT Cette fourniture de services tient lieu d incitation aux éleveurs pour adhérer au contrôle de performances et mettre les données de leur élevage à disposition des bases de données collectives. 6. Établissement départemental d élevage 7. Identification pérenne généralisée 8. Système d information général de l alimentation 9. Centre informatique du département de Génétique animale 10. Groupement de défense sanitaire 11. Coopératives d insémination animale 12. Systèmes nationaux d information génétique 35

8 Page 36 Perspectives d évolution Toutes ces démarches et pratiques d enregistrement et de gestion informatiques sont en constante évolution, du fait de nouveaux champs d actions à investir, mais également de l évolution des nouvelles pratiques, attentes et technologies. Vers un élevage de précision Dans les systèmes de production intensifs, les techniques vont évoluer vers l élevage de précision. Les intrants (aliments, médicaments ) et les interventions y sont ajustés aux stricts besoins d un animal, afin d optimiser l usage des facteurs de production, de limiter les rejets d effluents, mais aussi d atténuer le défaut de bien-être lié aux éventuelles maladies. De plus en plus de données à enregistrer La valeur des produits agricoles est conditionnée par l information qui leur est attachée. La demande des consommateurs se porte sur des produits identifiés, tracés et différenciés. L information requise peut se rapporter : Ceci passe par : un suivi individuel («monitoring») de chaque animal, permettant d anticiper par rapport à des observations à l œil nu. Dans les troupeaux de moyenne à grosse importance, un tel suivi individuel nécessite des enregistrements automatiques par capteur, - à l exploitation où a été élevé l animal (certification, chartes, label, étiquetage environnemental), - à l animal ou au lot d animaux (information de la chaîne alimentaire) une connaissance de plus en plus fine des potentialités intrinsèques de chaque animal, inscrites dans son génome de façon à : L élaboration de cette information nécessite l enregistrement des pratiques d élevage. Les éleveurs vont avoir besoin, pour satisfaire ces exigences, d outils d enregistrement les plus simples et les plus automatiques possible. raisonner les accouplements et la procréation, ajuster les itinéraires techniques au profil génétique de chaque animal ou lot d animaux. Le phénotypage : diversification des caractères enregistrés 36 Ceci devrait conduire au génotypage de parts importantes de la population. Le développement des technologies numériques ne cessera de se renforcer dans les exploitations. Les ateliers d élevage intensifs de ruminants, comme beaucoup d industries, deviendront des environnements pervasifs(13), dans lesquels, les animaux équipés de puces électroniques et les équipements interagiront par des échanges de données, sans que l homme n intervienne. Ces technologies permettent de capter beaucoup de données. Le risque existe que les sociétés multinationales à l origine de ces équipements ne cherchent à capter certaines de ces données et à les monnayer ensuite aux éleveurs et aux organisations collectives, ou à leur proposer directement des services de conseil. Dans un contexte d abondance de données, le challenge consistera également à hiérarchiser les informations pertinentes et à partir d elles, de créer du sens pour les éleveurs. Les techniciens d élevage resteront nécessaires pour les interpréter, les diriger vers des bases de données collectives, où leur analyse (par «data mining») permettra de dégager les bonnes pratiques d élevage et de sélectionner les bons reproducteurs. René ROGNANT France Informatique Élevage et Agriculture (FIEA) Christine MARLIN Chambres d agriculture France Pôle Entreprises et Territoires R. Vale Fotolia.com Les nouvelles techniques de sélection génétique découlant de la génomique demandent l élaboration de dispositifs de recueils d informations nouveaux par rapport aux contrôles de performances actuels, sans remettre en cause la pertinence et la nécessité de ceux-ci. Elles nécessitent des populations de référence, constituées d animaux dont le génotype et le phénotype sont connus. Des plateformes dédiées aux phénotypages vont être mises en place à cet effet. Elles visent à appréhender un nombre important de paramètres de toutes sortes, sur les animaux de la population de référence ou sur leurs produits dans des environnements contrôlés. L odyssée des nouvelles technologies 13. Se dit d un environnement où les objets communicants se reconnaissent et se localisent automatiquement entre eux.

Collecte et gestion de l information zootechnique

Collecte et gestion de l information zootechnique Collecte et gestion de l information zootechnique Erik Rehben (Responsable Systèmes d Information & Traçabilité Animale - Institut de l Elevage) Points abordés Seulement les ruminants, ni les porcins ni

Plus en détail

Génétique et génomique Pierre Martin

Génétique et génomique Pierre Martin Génétique et génomique Pierre Martin Principe de la sélections Repérage des animaux intéressants X Accouplements Programmés Sélection des meilleurs mâles pour la diffusion Index diffusés Indexation simultanée

Plus en détail

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin

Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin Version 2008 MANUEL D'ORGANISATION Objectifs, rôle des partenaires & procédures Code Mutuel de Bonnes Pratiques en Elevage Caprin : guide du technicien

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

RECUEIL SOMMET DE L ÉLEVAGE 2009 IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES BOVINS, OVINS ET CAPRINS

RECUEIL SOMMET DE L ÉLEVAGE 2009 IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES BOVINS, OVINS ET CAPRINS RECUEIL IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES BOVINS, OVINS ET CAPRINS SOMMET DE L ÉLEVAGE 2009 Institut de l Élevage, 149 rue de Bercy, 75595 PARIS Cedex 12 Boucle électronique officielle : questions-réponses

Plus en détail

Chapitre 3 bis. Sanitel

Chapitre 3 bis. Sanitel Chapitre 3 bis Sanitel Le système belge pour l Identification et l enregistrement des animaux. Associations régionales ARSIA : association régionale de santé et d identification animale http://www.arsia.be/

Plus en détail

IOC 2010 Support à destination des éleveurs caprins CR n 00 10 78 010

IOC 2010 Support à destination des éleveurs caprins CR n 00 10 78 010 Identification électronique des caprins ELEVEUR IOC 2010 Support à destination des éleveurs caprins CR n 00 10 78 010 La règlementation Le règlement européen 21/2004: les deux étapes Les textes français

Plus en détail

Commission des Recherches Bovines

Commission des Recherches Bovines Commission des Recherches Bovines Bilan des activités 2002-2006 Composition de la commission Représentants des depts GA (4), PHASE(4+2), SA(3) CEPIA (1), SAE2(1), SAD(1) Représentants des Ecoles Sup Agronomiques

Plus en détail

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE

MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE MEDRIA 2014 DOSSIER DE PRESSE Alimentation-Reproduction-Santé MONITORING 100% CONNECTÉ : MEDRIA LANCE LE FEEDPHONE 1/18 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDRIA lance au SPACE 2014 sa dernière innovation, le FeedPhone

Plus en détail

MAINtag RFID &Tracing Technologies

MAINtag RFID &Tracing Technologies DOSSIER DE PRESSE MAINtag RFID &Tracing Technologies CONTACT PRESSE : Les Quadrants Communication Mélissa Iannetta Attachée de Presse Tel. : 06 67 13 42 73 melissa.iannetta@lesquadrants.com www.lesquadrants.com

Plus en détail

Les puces RFID en élevage

Les puces RFID en élevage Les puces RFID en élevage Veille technologique Théo Harsant Yoann Valloo 1 Introduction Développement des systèmes NFC depuis les années 40 (système IFF) Puis transfert de technologie vers le secteur civil

Plus en détail

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir

Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Le Vétérinaire dans la Chaîne Alimentaire : un Rôle Indispensable? Les services vétérinaires dans le contrôle de la chaîne alimentaire en abattoir Nicolas Holleville vétérinaire officiel Les Services Vétérinaires

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à la mise en œuvre du protocole régissant les échanges transfrontaliers d animaux de boucherie et volailles d abattage entre

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Manifestation médiatique Proviande: Posieux, 29 janvier 2014 Page 1 Aide-mémoire La

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Faire pucer son cheval, c est obligatoire avant le 1 er janvier 2008. Dossier de Presse LES HARAS NATIONAUX, PARCE QU IL Y A DES HOMMES ET DES CHEVAUX

Faire pucer son cheval, c est obligatoire avant le 1 er janvier 2008. Dossier de Presse LES HARAS NATIONAUX, PARCE QU IL Y A DES HOMMES ET DES CHEVAUX Dossier de Presse Mai 2007 Contact presse Hélène de Becdelièvre Chargée de communication 83-85 boulevard V. Auriol 75013 Paris 06 30 10 03 12 www.haras-nationaux.fr Offrez une sécurité et une garantie

Plus en détail

10 11 24 Avenant VBF rev 4.doc Page 1 sur 30

10 11 24 Avenant VBF rev 4.doc Page 1 sur 30 10 11 24 Avenant VBF rev 4.doc Page 1 sur 30 Page 2 sur 30 SOMMAIRE PREAMBULE 3 EXPLICITATION DES MENTIONS COMMUNICANTES AUTORISEES 4 1.1. PRECISION DE L ORIGINE DES BOVINS 4 1.2. PRECISION DE LA DUREE

Plus en détail

Portail Cerise. Simplifiez-vous la vie! Plusieurs services, un seul portail! http://cerise.arsia.be

Portail Cerise. Simplifiez-vous la vie! Plusieurs services, un seul portail! http://cerise.arsia.be Portail Cerise Centre d Enregistrement et de Régulation de l Information des Services à l Elevage Plusieurs services, un seul portail! Simplifiez-vous la vie! Introduction Pour respecter la réglementation,

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

Bien-être des animaux. Recueil des actions des partenaires agricoles

Bien-être des animaux. Recueil des actions des partenaires agricoles Bien-être des animaux Recueil des actions des partenaires agricoles Edition 2014 Edito Le bien-être des animaux, parlons-en! Nous avons trop souvent le sentiment que les jugements sur l élevage se forgent

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Étiquettes approuvées pour les porcs

Étiquettes approuvées pour les porcs Étiquettes approuvées pour les porcs Programme d identification et de traçabilité des animaux d élevage VERSION 1 1 er juillet 2014 Les étiquettes approuvées sous le programme national d'identification

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique

Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique Samedi 23 Mai 2015 Marché des animaux de la ferme & ferme pédagogique REGLEMENT GENERAL Le Clos du Verger organise cette année les Champêtreries a Jasseron le 23 Mai 2015. Au programme : Marché des animaux

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE

MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE MEDRIA 2013 DOSSIER DE PRESSE MEDRIA INVESTIT LA SANTÉ ANIMALE ET LANCE SON APPLICATION MOBILE 1 2 Retrouvez-nous Au SPACE 2013 HALL 1 STAND E46 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Depuis près de 10 ans, MEDRIA met au

Plus en détail

GENIFER GENANIMAL : ANR-GANI-015 (2006-2008),

GENIFER GENANIMAL : ANR-GANI-015 (2006-2008), G F εn I ε R GENIFER GENANIMAL : ANR-GANI-015 (2006-2008), Mesures phénotypiques et étude du polymorphisme de gènes candidats de QTL de fertilité femelle en race Prim Holstein Patrice HUMBLOT 1, Yves AMIGUES

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100

Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100 Page 1 sur 25 Guide utilisateurs SYNel WEB MOBILE Version V100 1 INTRODUCTION... 3 2 ACCES A SYNEL WEB MOBILE... 4 3 AUTHENTIFICATION... 4 3.1 CONNEXION... 4 3.2 MULTI-CHEPTELS... 4 4 ACCUEIL... 5 5 IDENTIFICATION...

Plus en détail

Gènes Diffusion - EPIC 2010

Gènes Diffusion - EPIC 2010 Gènes Diffusion - EPIC 2010 1. Contexte. 2. Notion de génétique animale. 3. Profil de l équipe plateforme. 4. Type et gestion des données biologiques. 5. Environnement Matériel et Logiciel. 6. Analyses

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

$$! %%!$!%$! $!&!! $'! # $ ( $)% ! "#$! % &!$ ' () ,!!" & $ - ") -73228 82632'99'-: ;!)< = *!!$94*!$*4>*!=?!! ( !!(!( $%! :(!!= :( (!!!!=?!

$$! %%!$!%$! $!&!! $'! # $ ( $)% ! #$! % &!$ ' () ,!! & $ - ) -73228 82632'99'-: ;!)< = *!!$94*!$*4>*!=?!! ( !!(!( $%! :(!!= :( (!!!!=?! "#$ $$ %%$%$ $& $' # $ ( $)% "#$ % & $ ' () *""+ ", " & $ - ")./(,0 12304- -5) 0 6.('" -73228 82632'99'-: ;)< = *$94*$*4>*=? ( = 4 ( ( ( $% :( = 0(5 :( ( =?5 @A5= *5$"1 BC 5"D E( BC)("( ; " (5"(5$5 F :$"

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

H - DOMAINES SPECIFIQUES

H - DOMAINES SPECIFIQUES Sécurité sanitaire des aliments Contexte réglementaire des aliments santé 126 353 4 janvier-12 ENITA BORDEAUX Données actuelles en nutrition humaine 126 354 3 janvier-12 ENITA BORDEAUX Comportement alimentaire

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

Un seul système national d étiquetage. pour l industrie laitière canadienne

Un seul système national d étiquetage. pour l industrie laitière canadienne Un seul système national d étiquetage pour l industrie laitière canadienne Table des matières Un seul système national d étiquetage pour les sujets laitiers. 1 Le système à trois modes de lecture fonctionne

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Service des actions sanitaires en production primaire Sous-direction de la santé et de protection animales Bureau de la santé animale 251 rue de Vaugirard

Plus en détail

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe.

des registres de l'entreprise de transformation de viande et des activités du personnel à tous les stades du processus d'abattage et de découpe. RÈGLEMENT (CE) N 854/2004 FIXANT LES RÈGLES SPÉCIFIQUES D ORGANISATION DES CONTRÔLES OFFICIELS CONCERNANT LES PRODUITS D ORIGINE ANIMALE DESTINÉS À LA CONSOMMATION HUMAINE H 3 Points clés : Délivrance

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

1 L adéquation des systèmes d information actuels

1 L adéquation des systèmes d information actuels 1 L adéquation des systèmes d information actuels 1.1 Le contexte de la question 1.1.1 La tendance à l omniprésence informatique LG : Les «objets communicants» vont générer énormément d informations de

Plus en détail

RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution

RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution Séminaire RFID - Radio Frequency Identification Applications, Outils Logiciels et Vision Future Charly Viquerat Consultant

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring»

Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring» Aide à l Utilisation du site «Mon Monitoring» Mise à jour Aout 2013 Identifiant :... Mot de passe :.. Lorsque vous mettez les colliers aux animaux prenez garde à la petite flèche gravée (colorée en noir

Plus en détail

PLAN DE CONTRÔLE VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE D AQUITAINE LA/17/91

PLAN DE CONTRÔLE VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE D AQUITAINE LA/17/91 CERTIFICATION DE LABEL : PLAN DE CONTRÔLE Référence : LA1791 / P300-1. VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE D AQUITAINE LA/17/91 Indice n 1 Page 1/63 PLAN DE CONTRÔLE VIANDE BOVINE ET ABATS DE RACE BLONDE

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-68 du 26 mai 2011 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Poujol Frères et Poujol Froid par la société Arcadie Sud-Ouest L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Innovations technologiques pour les prochaines années

Innovations technologiques pour les prochaines années Article publié dans Porc Québec Juin 2004 Innovations technologiques pour les prochaines années RÉGIE ROBERT FILLION, AGRONOME, RESPONSABLE DU SECTEUR TECHNIQUES D ÉLEVAGE ET VALÉRIE DUFOUR, M. SC., CENTRE

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE

ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE ACADEMIE VETERINAIRE DE FRANCE Séance académique du 24 novembre 2011 Evolution de l inspection en abattoir au vu de l amélioration de la santé des cheptels et des technologies d abattage Dr pascale GILLI-DUNOYER

Plus en détail

S engager en conversion AB

S engager en conversion AB Fiche rédigée par Patrick Lemarié (Animateur CAB) mise à jour janvier 2012 LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@gab44.org MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Ancien logo Version du 10/11/2005 Nouvelle version 12/02/2014 Préambule Nouveau logo (remplace l ancien) Intégration à la démarche «Viandes de France»

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective

14/09/2015 COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION. 14 septembre 2015. Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective COMITÉ RÉGIONAL DE L'ALIMENTATION 14 septembre 2015 1 Les actions interprofessionnelles bovines en Restauration Collective 2 1 La filière bovine, en Poitou-Charentes ENJEUX POUR LA FILIERE, Cheptel : 751

Plus en détail

Principes de la réglementation en matière de transport d'animaux vivants (TAV)

Principes de la réglementation en matière de transport d'animaux vivants (TAV) PRÉFET DE LA CÔTE-D OR Direction départementale de la protection des populations 4 rue Hoche BP 53533 21035 Dijon cedex Principes de la réglementation en matière de transport d'animaux vivants (TAV) Tél.

Plus en détail

L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en

L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en 1 L'objectif du sujet proposé est, après un état des lieux des technologies disponibles, de faire un panorama des usages courants/potentiels en agriculture en mettant en valeur les spécificités/contraintes,

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

SUISSE GARANTIE REGLEMENT SECTORIEL VIANDE

SUISSE GARANTIE REGLEMENT SECTORIEL VIANDE SUISSE GARANTIE REGLEMENT SECTORIEL VIANDE Document n 7.2.f Edition 2016 Approuvé par la commission technique d'ams le 05.03.2015 En vigueur à partir du 01.01.2016 Sommaire Page 1 Généralités... 4 1.1

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 711 SÉNAT SECONDE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 septembre 2010 PROPOSITION DE LOI visant à limiter la production de viande provenant d animaux abattus

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Les Solutions RTLS fondées sur le WiFi

Les Solutions RTLS fondées sur le WiFi Les Solutions RTLS fondées sur le WiFi État de l Art Pôle I-Trans, le 20 septembre 2007 1 Sommaire Objectifs La Technologie Les applications existantes Annexe : compatibilité avec les solutions RFID 2

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

FRH RESSOURCES HUMAINES

FRH RESSOURCES HUMAINES FRH RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines FRH : Paie et administration du personnel Congés et absences Gestion des talents/gpec : formation, compétences et entretiens Planification, optimisation

Plus en détail

LOGICIELS PHOTOCOPIEURS DÉVELOPPEMENT FORMATION ASSISTANCE MATERIELS

LOGICIELS PHOTOCOPIEURS DÉVELOPPEMENT FORMATION ASSISTANCE MATERIELS LOGICIELS PHOTOCOPIEURS DÉVELOPPEMENT ASSISTANCE MATERIELS FORMATION Votre expert en solutions globales Plus de 25 ans d expériences, nous nous appuyons sur des partenaires leader du marché en matériel

Plus en détail

CONCOURS FINANCIER DE

CONCOURS FINANCIER DE Rennes, le 10 février 2005 Réf : 211-B2-9/ARED/2005 Politique régionale Code RENFORCEMENT DE LA RECHERCHE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DYNAMISATION DES COMPETENCES SCIENTIFIQUES N 211-B2-9 ALLOCATIONS

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Présentation d un projet du CATI SICPA : Le projet GAniMed

Présentation d un projet du CATI SICPA : Le projet GAniMed Présentation d un projet du : Le projet GAniMed Thierry HEIRMAN / Introduction : Un manque de communication inter-si Le département GA dispose d une culture SI depuis de nombreuses années : SI Métier :

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

M2M. «Le nouveau paradigme des applications M2M: de l usage technique à l usage CRM» www.vertical-m2m.com

M2M. «Le nouveau paradigme des applications M2M: de l usage technique à l usage CRM» www.vertical-m2m.com «Le nouveau paradigme des applications M2M: de l usage technique à l usage CRM» Jeudi 25 Octobre 2012 M2M Conférence : Internet du Futur, Objets communicants connectés et Machine-to-Machine www.vertical-m2m.com

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana ----------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana ----------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana ----------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI n 2006-030 du 24 novembre 2006 relative à l élevage à Madagascar L Assemblée nationale

Plus en détail

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES

LE REFERENTIEL DE COMPETENCES LE REFERENTIEL DE FINALITE Liste des missions EXPLOITANT ARBORICULTEUR Organise et supervise l'ensemble des opérations techniques liées à la production de fruits en fonction de ses objectifs quantitatifs

Plus en détail

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing D un point de vue juridique, la CNIL constate que le Cloud computing soulève un certain nombre de difficultés

Plus en détail