au microscope environnement quotidien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "au microscope environnement quotidien"

Transcription

1 LEVallois au microscope N 17 La voirie ou l environnement quotidien Quand on parle de voirie, on entend des marteaux-piqueurs, on voit des trous dans la chaussée À priori, rien que de très rébarbatif! Et pourtant, la voirie c est un grand ensemble constituant notre environnement quotidien Les chaussées et les trottoirs, certes, mais aussi l éclairage public, les signalisations, le mobilier urbain de sécurité, d information ou de confort, la propreté de la ville, la collecte et le traitement des déchets, l eau potable qui arrive dans nos robinets, le gaz, l électricité, les égouts Panorama de tout ce qui nous entoure, que l on ne voit pas toujours et dont on ne connaît pas très bien le fonctionnement. Retrouvez tous les Levallois au Microscope

2 La voierie, ce sont d abord les chaussées. Quelle est la longueur de la voirie automobile à Levallois? > Voirie communale : 39,474 kilomètres. > Voirie départementale devenue communale : 2,733 kms (RD16-rue Jean-Jaurès, 1,077 km, et RD17-rue Paul-Vaillant-Couturier, 1,568 km). > Stationnements payants signalés sur chaussée : places. Coût de la bande de stationnement : 2,21 le mètre linéaire. > Stationnements livraisons : 238 emplacements. Coût bande jaune : 4,30 le m². Mot livraison imprimé au sol : 113 le m². > Stationnements transports de fonds : 27 emplacements. Coût résine rouge, croisillon blanc : 34,22 le m². > Stationnements deux roues (sans mobilier) : 100 places. Coût de la bande de stationnement : 2,21 le m² + lettrage motos : 113,12 le m². Quel est le coût d entretien de l ensemble de la voirie en 2013? > En fonctionnement : > En investissement : Quid du développement durable en matière de chaussées automobiles? > Depuis 2003, les voies très circulantes ont été recouvertes d enrobé phonique qui amortit sensiblement le bruit du passage des véhicules. > Toutes les voies communales en sont équipées au fur et à mesure de leur rénovation. Il ne reste donc plus à Levallois que 35 % d enrobé traditionnel et il est appliqué à basse température pour éviter les inhalations. > Depuis 2011, l asphalte qui recouvre les trottoirs est également appliqué à basse température (150 contre 200 ). De quoi sont constituées les chaussées sur lesquelles nous roulons? Les structures des chaussées à circulation routière sont construites sur une Plate-forme. Elle se compose de la Partie Supérieure des Terrassements (PST), constituée des sols en place ou de matériaux rapportés sur environ un mètre, puis de la Couche de forme. La Couche de forme est un élément de transition permettant d adapter les caractéristiques des matériaux de remblai ou de sols en place aux fonctions essentielles de la Plate-forme qui supportera la chaussée. La Couche de forme doit donc répondre à la fois à des impératifs à court terme pour la réalisation de la chaussée (nivellement, charge au sol, protection du support et traficabilité) et à long terme pour l utilisation (homogénéisation, garantie de la charge au sol minimale, contribution au drainage). La qualité du couple Partie Supérieure des Terrassements (PST)-Couche de forme garantit à long terme la qualité de la Plate-forme, support de la chaussée. À Levallois, 39,474 kilomètres de voirie communale, 11 Zones 30 à circulation douce et 23 rues piétonnes. Quels sont les aménagements spéciaux de voirie et leur coût? > Les Zones 30, à circulation douce (voir ) : 2,260 kms. Coût de la chaussée en enrobé : 34,85 le m². > Rues piétonnes (voir ) : 2, 515 kms. Coût de la chaussée en pavage : 159,30 le m². > Couloirs bus RATP : 4, 249 kms, rues Victor-Hugo, Aristide-Briand, Voltaire. Coût du marquage : 3,55 le mètre linéaire. À savoir! Depuis 2011, la peinture utilisée pour les marquages au sol est écologique. Baptisée Ostrea, elle est constituée d une résine à base de coquilles d huîtres. > Places Mobilité Réduite (PMR) : 141 emplacements. Coût d installation en 2012 : > Aménagement carrefours et traversées pour personnes handicapées. Levallois compte 212 carrefours. En avance sur le planning du PAVE (Plan d Accessibilité de la Voirie et des Espaces publics), adopté fin 2010, 35 % des bateaux de traversées ont été aménagés pour les personnes handicapées, 145 bandes podotactiles et les potelets haute-visibilité nécessaires ont été posés. Coût d aménagements en 2012 : > Passages piétons : 610, soit un tous les 65 mètres. Coût de création : 198 l unité. > Élargissement de trottoirs devant les brasseries et restaurants : 72. Coût entre et > Vélib : 14 stations et 320 places de vélos. Coût : la station. > Autolib : 8 stations, uniquement en parkings publics souterrains (Hôtel de ville, Louise-Michel, Marjolin, Wilson-Planchette, Pompidou et André-Citroën, Wilson- Barbusse et So Ouest). La 9 ème station sera installée dans le parking Verdun à la fin de sa rénovation. Coût : Opération blanche pour Levallois, les annuités acquittées par la Ville étant compensées par la redevance annuelle versée à Levaparc par le délégataire. Combien de voies en Zone 30 et de rues piétonnes à Levallois? Lesquelles? Levallois possède 11 Zones 30 Ce sont des voies à circulation douce, limitée à 30km/heure, mises en place dans les secteurs à forte circulation piétonne et aux abords d établissements publics très fréquentés (écoles, équipements sportifs et culturels ) rues de l Aspirant-Dargent, de la Gare, Collange (aux abords du groupe scolaire Saint-Exupéry), Deguingand, Gabriel-Péri (aux abords du marché), Trébois, Carnot (aux abords du marché), Clément-Bayard (entre Président Wilson et André-Citroën, Lorraine, Edouard- Vaillant (entre Artistide-Briand et Camille-Pelletan), Marjolin (de la place du 11 Novembre à la rue Paul-Vaillant-Couturier). Levallois possède 23 rues piétonnes Exclusivement réservées aux piétons, elles possèdent toutes des bornes escamotables pour empêcher les intrusions indésirables de véhicules non autorisés. Allées Marcel-Cerdan, Auguste-Renoir, Pablo-Picasso, Alfred-Sisley, Claude-Monet et Youri-Gagarine, places Georges-Pompidou et de la République, avenue de l Europe, impasse Génouville, rues Bara, Marcel- Cerdan, des Marronniers, Maryse-Hilsz, Jacques-Mazaud (entre Carnot et Gabriel-Péri), Henri-Barbusse, de Bretagne, Clément-Bayard (entre rue du Parc et avenue de l Europe), Gustave-Eiffel, Jules-Ferry, Pablo- Neruda (du n 6 à 10), d Alsace (entre rue Deguingand et parking Alsace) et Gabriel-Péri (entre Louise- Michel et Louis-Rouquier) le dimanche de 9 h à 13 h 30 en raison du marché. II Levallois au microscope - n 17 III

3 Dans la ville, 72 caméras de vidéo-protection, panneaux de circulation, barrières croix de Saint-André pour la protection des piétons. La voirie, c est aussi le mobilier urbain. Quels sont les principaux équipements et quel est leur coût? > Vidéo protection : 72 caméras. Coût moyen d installation : l unité (y compris câblage coffret, génie civil et raccordement). Coût de fonctionnement : l unité (4 visites et nettoyages/an). > Bouches d incendies : 240. Coût : 2 576,51 l unité. > Bouches de lavage : 319. Coût : 2 379,72 l unité. > Bouches d arrosage : 21. Coût : 1 913,60 l unité. > Bornes escamotables automatiques : 103. Coût : de fourniture et 774,79 de pose. > Bornes escamotables mécaniques : 245. Coût : 4 623,74 de fourniture et 420,22 de pose. > Poteaux indicateurs : 133 mâts. Coût : l unité. Entretien annuel (lavage 3 fois/an) : 133 l unité. > Panneaux circulation : Coût entre 50 et 80 l unité. > Arceaux pour deux roues : 576 arceaux pour places, soit plus de 450 places au km², sans compter les 697 places dans les parkings souterrains (et les 100 places marquées au sol sans mobilier, voir plus haut). Fourniture et pose : 170,88 l unité. > Potelets fixes sur trottoirs : Fourniture et pose : 52,72 l unité. > Potelets rétractables sur trottoirs : 200. Fourniture et pose : 111,93 l unité. > Bancs hors parcs : 219. Fourniture et pose : 478,54 l unité > Cendriers extérieurs bâtiments municipaux : 79. Fourniture et pose : 408,52 l unité. > Cendriers extérieurs devant entreprises et restaurants : 29. > Cabines téléphoniques : 74 dont 27 simples, 33 doubles et 14 triples. Les cabines sont prises en charge par France Telecom. > Barrières croix de Saint-André : dans la ville. Fourniture et pose : 175 l unité. Qu est-ce qu une barrière croix de Saint-André et à quoi sert-elle? Les barrières jointives croix de Saint-André sont systématiquement installées aux abords de la quasi-totalité des équipements municipaux recevant du public, notamment des enfants. Elles ont deux objectifs prioritaires. D abord, protéger les piétons de la voie de circulation automobile, ensuite canaliser les entrées et sorties du public, surtout les jeunes qui ont tendance à se précipiter et à se bousculer. Enfin, éviter le stationnement à cheval sur le trottoir devant ces établissements, ce qui répond aux exigences du plan Vigipirate. Pour exemples, 32 barrières protègent le parvis de l école George-Sand, 24 celui du groupe scolaire Buffon, 19 protègent le parvis du palais des sports Marcel-Cerdan points lumineux éclairent efficacement Levallois avec une consommation reduite de 30 %. Quels sont les équipements pour l éclairage public? > points lumineux éclairent Levallois. > Transformateurs abaisseurs : 305. Ils transforment le courant haute tension en courant basse tension utilisable par les particuliers. > Feux tricolores sans signal sonore : 264. Coût d une création à un carrefour > Feux tricolores avec signal sonore pour malvoyants : 150. Coût du signal sonore en sus de l installation : > Panneaux lumineux Attention école : 31. Coût : > Radars pédagogiques : 3. Ils permettent d informer et de sensibiliser les automobilistes et d avoir des statistiques sur les vitesses pratiquées sur le secteur concerné pendant une période donnée. Ils sont installés rues de Lorraine, Paul-Vaillant-Couturier et Baudin. Coût de création : l unité. > Plaques de rues lumineuses : 189. Coût installation : 808,46 l unité. > Numéros de voirie lumineux : 267. Coût installation : 416,50 l unité. > Coût de fonctionnement 2013 de l éclairage public (y compris feux tricolores) : > Coût d investissement 2013 de l éclairage public : Puissance totale 831 kw. > Coût en énergie (EDF) de l éclairage public : par an. Voir. On a le sentiment que Levallois est plus éclairée la nuit que la plupart des communes. Cela est-il vrai? Cela ne coûte-t-il pas trop cher en consommation? > Levallois est mieux éclairée que les autres communes Ce n est pas une sensation, c est une réalité. En effet, la réglementation exige un éclairement minimum de 20 lux pour la chaussée et de 15 lux pour le trottoir (norme européenne EN 13201). Levallois possède un éclairement moyen sur l ensemble de la Ville de 24 lux pour la chaussée et de 18 lux pour le trottoir. Ce qui permet d éviter les zones d ombres qui donnent un sentiment d insécurité. > Une consommation réduite de 30 % Pour maîtriser les dépenses liées à la consommation électrique nécessaire pour cet éclairage performant, la Ville a suivi rapidement les évolutions technologiques. Dans les parcs et squares, des ampoules LED ont été installées, 60 W LED équivalant à 150 W sodium. Ces ampoules performantes et peu consommatrices d énergie, permettent de laisser les parcs allumés la nuit, ce qui concourt à la sécurité de tous. Pour les trottoirs, les lampes à sodium de 150 W ont été remplacées par de l iodure métallique de 90 W. Pour les chaussées, les lampes à sodium de 400 W ont été remplacées par de l iodure métallique de 150 W. Ces dispositions ont permis de réduire la consommation de 30 % en 10 ans. > Un éclairage intelligent Pour éviter les dépenses de consommation inutiles, l allumage et l extinction de l éclairage public sont commandés par une cellule photosensible. Elle est associée à une horloge astronomique radio synchronisée par l émetteur de France Inter qui suit l évolution quotidienne du lever et du coucher du soleil. > Des signalisations économes 47 carrefours avec feux tricolores sur 51 sont équipés de lampes LED. Les quatre derniers, qui sont des carrefours partagés avec les communes limitrophes, seront équipés prochainement. Les avantages des lampes LED sont d abord une meilleure visibilité, de jour comme de nuit, pour les automobilistes et les piétons. Les ampoules LED, comme c est le cas pour les téléviseurs de nouvelle génération équipés de cette technologie, ne sont pas sensibles à l environnement extérieur et ne reflètent pas le soleil. Les lampes LED ont par ailleurs une meilleure fiabilité (moins de pannes) et ne nécessitent qu une seule visite de contrôle par mois au lieu d une par semaine avec les anciennes lampes. IV Levallois au microscope - n 17 V

4 Il existe également du mobilier urbain publicitaire. Lequel? Le mobilier urbain publicitaire est une prestation gratuite selon un marché avec la société JCDecaux de mise à disposition, exploitation et maintenance de mobiliers urbains publicitaires en contrepartie des espaces publicitaires vendus à des annonceurs sur ces supports. Sur chacun d eux, des espaces sont réservés pour la communication municipale. > Abris bus : 58. RATP 41, Abeilles 16 et So Ouest 1. > Sucettes affichage (un côté affiche publicitaire, un côté affiche municipale) : 97. > Colonnes Moriss : 6. > Mâts entrée de Ville : 6. > Sanitaires publics : 8. La Ville prend à sa charge > Journaux électroniques d informations : 21. Coût annuel location/maintenance : l unité. > Info bus : 36. Coût : l unité. > Panneaux d affichage administratif : 25. > Panneaux d affichage libre : 5. > Autres prestations de nettoiement : dégraffitage, désherbage, lutte contre l affichage sauvage, ramassage des feuilles, salage, déneigement sont effectués du lundi au dimanche inclus selon les besoins et les saisons. > Corbeilles propreté des rues (hors parcs) : 547. Elles sont vidées et nettoyées tous les jours, du lundi au dimanche inclus. > Allo propreté : permanence téléphonique de jour à l Hôtel de Ville, du lundi au vendredi, et par mail permettant aux Levalloisiens de signaler des incidents de propreté. > Ramassage de dépôts sauvages : 4 camions ramassent chaque année, du lundi au dimanche inclus, tonnes de déchets sauvages en tous genres. > Budget prévisionnel 2013 pour la propreté de la ville : 4 millions. Quels sont les moyens matériels mis en œuvre pour assurer la propreté de la ville? > Lavage des chaussées : 3 laveuses mécaniques opèrent du lundi au dimanche inclus. La ville est découpée en 6 secteurs. > Balayage des rues et trottoirs : il est assuré par 22 agents de propreté et 2 balayeuses mécaniques, du lundi au dimanche inclus. La ville est découpée en 20 secteurs. > Lavage points écoles : 21 points de lavage, du lundi au vendredi inclus, le matin avant l entrée des enfants en classe. > Déjections canines : 7 motos caninettes assurent le ramassage, du lundi au dimanche inclus, de litres de déjections par an. La ville est découpée en 5 secteurs. Comme à Paris, il existe une taxe de balayage à Levallois. Pourquoi? Ne touche-t-elle pas surtout les habitants? Comme pour la taxe d enlèvement des ordures ménagères, le produit de la taxe de balayage est strictement limité à la couverture du coût du nettoiement de la ville et n abonde pas le reste du Budget de la ville. La première phase de la réforme de la Taxe Professionnelle avait fait perdre à Levallois une part de ce produit fiscal essentiel puisqu il permet de ne pas peser sur la Taxe d Habitation et la Taxe Foncière acquittées par les habitants. Une augmentation modérée de la fiscalité des entreprises aurait permis de compenser cette perte. Or, hélas, les règles administratives créent un lien obligatoire entre les taux entreprises et les taux habitants. Concrètement, une hausse des taux des entreprises aurait automatiquement et obligatoirement entraîné une hausse non négligeable des taux de la Taxe d Habitation et de la Taxe Foncière acquittées par les Levalloisiens. C est dans ce contexte qu a été instaurée en 2009 la taxe de balayage. En effet, ce nouvel impôt est moins pénalisant pour les Levalloisiens qu une augmentation des taxes directes classiques. D abord, parce qu il est acquitté par les propriétaires fonciers. À Levallois, plus de la moitié de la taxe de balayage est donc supportée par les propriétaires d immeubles de bureaux ou à usage commercial et non sur les habitants. D autre part, la base de calcul de la taxe de balayage, originale car très ancienne, est fondée sur la superficie de voirie attenante à chaque immeuble et non sur la valeur locative, souvent élevée à Levallois et qui sert, elle, de base au calcul de la Taxe d Habitation et de la Taxe Foncière. VI Levallois au microscope - n 17 VII

5 tonnes d ordures ménagères sont collectées chaque année selon le principe du tri sélectif. Comment est organisée la collecte des ordures ménagères à Levallois? > La collecte, effectuée par le prestataire de la Ville, la société Sepur, a lieu chaque jour, du lundi au vendredi compris, de 19 h à 23 h, le samedi de 19 h à 21 h. La ville est divisée en six secteurs. > Le prestataire assure, 30 minutes avant le passage des bennes, la sortie et la rentrée des conteneurs des locaux vide-ordures des rez-de-chaussée des immeubles, ainsi que le ramassage des sacs et cartons déposés près des conteneurs. > Par contrat, le prestataire (qui a obtenu les certifications Qualité et Environnement ISO 9001 et ) doit utiliser des bennes fonctionnant au Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) limitant les pollutions sonores et atmosphériques. > Une gestion informatique permet de vérifier la limitation du nombre de kilomètres parcourus, en respect de la recommandation R437 contre les émanations abusives. > Les bennes de ramassage sont équipées d un système de géolocalisation (GPS) garantissant le suivi de la prestation, sa lisibilité et sa totale transparence. Le dépassement du temps alloué à la collecte est soumis à des pénalités (par quart d heure et par véhicule). > En 2012, tonnes d ordures ménagères ont été collectées à Levallois. > Le prix pour la Ville de la collecte des ordures ménagères et déchets est un montant forfaitaire au tonnage selon le type de déchet collecté. 4,5 millions de dépense sont inscrits au budget primitif > Les recettes liées aux redevances de droits de voirie s élèvent à environ La chaleur dégagée par l incinération des déchets de Levallois permet de créer de l énergie sous forme de vapeur d eau pour alimenter des logements en chauffage et en eau chaude sanitaire. Comment sont organisés l évacuation et le traitement des déchets à Levallois? > La Ville de Levallois est adhérente au SYCTOM (Agence métropolitaine des déchets ménagers) qui regroupe 84 communes réparties sur 5 départements. > Le SYCTOM a en charge le traitement de tous les déchets ménagers et assimilés, leur valorisation par recyclage et réemploi, la prévention et la réduction à la source de la production des déchets. > Le taux de recyclage de Levallois a d ores et déjà dépassé les objectifs du plan régional d élimination des déchets ménagers. Cependant, la Ville poursuit ses efforts afin d aller au-delà des objectifs du Grenelle de l environnement. > Les déchets levalloisiens sont dirigés vers le centre d incinération avec valorisation énergétique du SYCTOM à Saint-Ouen. Il est conçu pour traiter tonnes de déchets par an. > Après avoir été pesés, les camions-bennes déversent les ordures ménagères dans une fosse de m 3 équipée de deux ponts roulants avec grappins qui transfèrent les déchets dans les fours. > Trois groupes de fours-chaudière d une capacité nominale de 28 tonnes/heure, incinèrent chacun les déchets à une température de 900 C. > La chaleur dégagée par la combustion des déchets permet de créer de l énergie sous forme de vapeur d eau pour alimenter des logements en chauffage et en eau chaude sanitaire. Dès les années 1990, le chauffage des immeubles du Front de Seine de Levallois a été alimenté par ce système, précurseur à l époque. > Pour l année 2011, le centre a produit MWh de chaleur. À Levallois MWh ont été utilisés, permettant de chauffer m 2 de logements, m 2 de bureaux, m 2 d équipements publics et de produire MWh d électricité revendue à EDF. > Cette production de chaleur a correspondu à une économie de tonnes de pétrole. Qu en est-il du tri sélectif des ordures ménagères? Levallois a été l une des premières villes de France à mettre en place le tri sélectif des déchets avec une politique volontariste de sensibilisation régulière des Levalloisiens et des entreprises installées sur la ville. En 2012, un Plan Local de Prévention des Déchets (PLPLD) a été signé avec la Région Île-de-France et l ADEME (Agence De l Environnement et de la Maîtrise de l Énergie) dont l objectif est de réduire la quantité de déchets produite par Levallois de 7 % en cinq ans. Outre les ordures ménagères, la Ville assure > La collecte sélective multi matériaux (du lundi au samedi) : tonnes/an. > La collecte du verre (du lundi au samedi) : tonnes/an. > La collecte des objets encombrants (lundi et jeudi) : 635 tonnes/an. > La collecte des déchets d équipements électroniques et électriques (lundi et jeudi) : 21 tonnes/an. > La collecte des déchets toxiques (apport volontaire des Levalloisiens sur 6 sites) : 11 tonnes/an. > La collecte des déchets non ménagers des entreprises (du lundi au vendredi par contrat) : tonnes/an. Schéma de fonctionnement d une unité de traitement des déchets. VIII Levallois au microscope - n 17 IX

6 On a beaucoup parlé dans les médias du système Degrés Bleus utilisé pour le Centre Aquatique de Levallois. De quoi s agit-il? Levallois est adhérente à des syndicats intercommunaux pour la gestion de l eau potable, de l électricité, du gaz, de l assainissement. Levallois a remporté le Grand prix de l Environnement d Île-de-France, catégorie énergie, pour ce système écologique et innovant de maintien en température des bassins du Centre Aquatique. Degrés Bleus, installé par Eau et Force, filiale de la Lyonnaise des Eaux, est un système qui utilise une énergie renouvelable, largement disponible en ville, la chaleur des eaux usées, celle des salles de bains, des machines à laver Cette chaleur est récupérée grâce à un échangeur de 80 mètres de long installé au fond du réseau d eaux usées jouxtant le Centre Aquatique. Les calories sont alors transportées grâce à un fluide caloporteur jusqu à une pompe à chaleur installée dans la chaufferie du Centre Aquatique. En ayant opté pour cette énergie verte, la Ville de Levallois a diminué de 24 % la consommation d énergie et de 66 % les émissions de gaz à effet de serre pour le maintien en température des bassins du Centre Aquatique. Qu en est-il de l eau, de l électricité, de l assainissement Qui s en occupe? > L eau Le service public de l eau potable de Levallois est géré par le SEDIF, Syndicat des Eaux de l Île-de-France. Il regroupe 149 communes de sept départements de la région parisienne, abonnés et consommateurs. À Levallois (2011) 37 km de réseaux de distribution m 3 d eau potable consommés par an Coût du m 3 : 1,4703 TTC > L électricité Elle est prise en charge par le SIPPEREC, Syndicat Intercommunal pour la Périphérie de Paris pour l Électricité et les Réseaux de Communication. Il regroupe 100 collectivités locales réparties dans la petite couronne. Il gère la distribution d électricité et des télécommunications pour abonnés. Le SIPPEREC contrôle l activité d ERDF et d EDF. À Levallois 112 km de réseau basse tension 102 km de réseau moyenne tension 200 postes de distribution > Le gaz Il est géré par le SIGEIF, Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l Électricité en Île-de-France. Il fédère 176 communes, soit 4,9 millions d habitants, et assure aussi la distribution de l électricité pour 55 communes. Levallois y a adhéré pour le gaz. À Levallois abonnés 10 km de réseau basse pression 27 km de réseau moyenne pression > Les égouts, le traitement des eaux usées Comme Paris, Levallois est l une des très rares villes à présenter la spécificité originale de posséder des égouts visitables. Ainsi, on peut circuler debout sur 31 des 34 km de réseau. Les égouts municipaux sont entretenus par un délégataire de service public (Eau et Force) et possèdent la certification norme environnementale ISO Ils recueillent les eaux usées de chaque immeuble puis les dirigent, via des collecteurs élémentaires (1,30 m de diamètre) ou secondaires (3 m de diamètre), vers des émissaires, énormes tuyaux (jusqu à 6 m de diamètre à 100 mètres de profondeur), qui les transportent jusqu aux usines d épuration. À partir des émissaires, le traitement des eaux usées est pris en charge, pour les villes des départements de la petite couronne, dont Levallois, par le SIAAP, Syndicat Interdépartemental pour l Assainissement de l Agglomération Parisienne. Les eaux usées sont débarrassées des pollutions carbonées, azotées et phosphatées qu elles contiennent avant d être rejetées dans la Seine et dans la Marne. X Levallois au microscope - n 17 XI

7 On voit souvent des travaux de percement sur une voie, qui est donc ensuite remise en état, puis quelques semaines ou mois plus tard, de nouveaux percements au même endroit. Pourquoi? Comme indiqué ci-dessus, les réseaux, eau électricité, gaz, assainissement, sont gérés par de très grands syndicats intercommunaux qui, en raison d impératifs techniques et de contraintes de calendriers n arrivent pas forcément à coordonner leurs interventions. Pour pondérer ce constat, il faut reconnaître que la majorité des travaux est liée à des interventions d urgence qui, par définition, ne sont pas programmables. Il faut savoir aussi que des réseaux d assainissement de Paris traversent certaines parties de Levallois. Ainsi, les travaux actuels sur la rue du Président Wilson qui se déroulent depuis plusieurs mois, concernent les réseaux de Paris (précisément le collecteur Marceau). Ils sont planifiés et réalisés sous le contrôle des équipes de la Ville de Paris et de ses prestataires. Pour permettre aux Levalloisiens de connaître ces différentes interventions, le nouveau site de la Ville vient de lancer une carte interactive des travaux, accessible directement depuis Cette carte permet, en quelques clics, d avoir accès, de façon géolocalisée à l ensemble des travaux réalisés à Levallois : fermeture de rue, rénovation de bâtiments, interdiction de stationner ou encore travaux dans les parkings publics, tout y est! Pour simplifier au maximum la navigation des internautes, des filtres par catégorie de travaux permettent d accéder très simplement à l information recherchée. Cette carte interactive des travaux est actualisée en temps réel tout au long de l année par les équipes des Services techniques municipaux.

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

RENOVER LES FEUX TRICOLORES

RENOVER LES FEUX TRICOLORES Matinale de l Energie RENOVER LES FEUX TRICOLORES Pourquoi le faire, Comment, A quel prix Matinales 2014 Page 1 sommaire 1. UN CADRE JURIDIQUE CONTRAINT 2. LE FONCTIONNEMENT DES FEUX 3. LA MAINTENANCE

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS

19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS 19- LA COLLECTE ET LE TRAITEMENT DES DECHETS Rapport de présentation / Diagnostic Dossier de PLU approuvé 255 19.1 LES ORDURES MENAGERES ET EMBALLAGES MENAGERS RECYCLABLES La prestation de collecte des

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

DÉPLOIEMENT DU SERVICE AUTOLIB. version juillet 2015

DÉPLOIEMENT DU SERVICE AUTOLIB. version juillet 2015 DÉPLOIEMENT DU SERVICE AUTOLIB version juillet 2015 ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX Autolib Métropole : un syndicat mixte ouvert Acteurs 82 communes dont Ville de Paris adhésion Autolib Métropole concédant public privé

Plus en détail

Pose de Mobilier Urbain

Pose de Mobilier Urbain Pose de Mobilier Urbain PRÉSENTATION DE L ENTREPRISE LES AVANTAGES DU CAROTTAGE MDC CAROTTAGE est votre spécialiste du carottage, sciage et pose de mobilier urbain. Notre société compte au sein de ses

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

LE GRAND LARGE S ENGAGE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE

LE GRAND LARGE S ENGAGE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE LE GRAND LARGE S ENGAGE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE Contact : LE GRAND LARGE 02.99.20.60.20 contact@legrandlarge-congres.com SOMMAIRE LE DEVELOPPEMENT DURABLE AU GRAND LARGE Pages 1 à 7 ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage.

Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. COLLECTES SELECTIVES FICHE D'INFORMATION GEDEC N 4 (août 2006) Un point de récupération situé et équipé de façon adéquate est attractif pour ses utilisateurs et donc favorise le recyclage. L aménagement

Plus en détail

ANNEXE au CCP NETTOYAGE DES LOCAUX LISTE DES PRESTATIONS DE NETTOYAGE A REALISER DANS LE CADRE DU CONTRAT

ANNEXE au CCP NETTOYAGE DES LOCAUX LISTE DES PRESTATIONS DE NETTOYAGE A REALISER DANS LE CADRE DU CONTRAT ANNEXE au CCP NETTOYAGE DES LOCAUX LISTE DES PRESTATIONS DE NETTOYAGE A REALISER DANS LE CADRE DU CONTRAT CCP - Consultation Nettoyage des Locaux SEM Numerica Août 2011 Page 1 sur 12 Article 1. Prestations

Plus en détail

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire

Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Collecte et valorisation des déchets dans le pays de Gex Permis de construire Édition 2013 Règles et prescriptions à respecter pour les permis de construire Prévoir la voirie, les équipements et les zones

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

Madame Monsieur, Yves ALLIENNE

Madame Monsieur, Yves ALLIENNE Madame Monsieur, Merci à l A.P.H et à sa Présidente de m avoir permis de présenter ce qui fait le quotidien des Services Municipaux en matière de Propreté Urbaine. Le classement de notre belle station

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

HOTEL D ENTREPRISES 14 avenue de l industrie Charleville-Mézières

HOTEL D ENTREPRISES 14 avenue de l industrie Charleville-Mézières HOTEL D ENTREPRISES 14 avenue de l industrie Charleville-Mézières PRESENTATION L hôtel d entreprises est une structure d accueil temporaire destiné aux entreprises en création ou en phase de croissance,

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX DQE

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX DQE MAITRE D'OVRAGE: Commune de Saint André de Corcy Aménagements de circulation et de réduction de vitesse dans l agglomération - RD n 4 et RD n 82 Référence dossier 01 333 09 01/ 09099_DQE-base_rev1 Dossier

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

L énergie durable Pas que du vent!

L énergie durable Pas que du vent! L énergie durable Pas que du vent! Première partie Des chiffres, pas des adjectifs 9 Lumière S éclairer à la maison et au travail Les ampoules électriques les plus puissantes de la maison consomment 250

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

EN TOUTES CIRCONSTANCES. Code. de la Rue. Petit manuel de savoir-vivre à l usage des habitants, piétons et automobilistes

EN TOUTES CIRCONSTANCES. Code. de la Rue. Petit manuel de savoir-vivre à l usage des habitants, piétons et automobilistes 10 conseils POUR GARDER SA commune PROPRE, EN TOUTES CIRCONSTANCES Le Code de la Rue Petit manuel de savoir-vivre à l usage des habitants, piétons et automobilistes Règle n 1 Je ne jette pas mon mégot

Plus en détail

MARDI 5 JUILLET 2011 REIMS

MARDI 5 JUILLET 2011 REIMS MARDI 5 JUILLET 2011 VOUS ROULEZ EN VOITURE ÉLECTRIQUE? REIMS PARTIE 1 : COMMUNIQUE DE PRESSE E.LECLERC inaugure sa première borne champenoise de recharge pour véhicules électriques à Saint-Brice-Courcelles

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

Règlement des ouvriers gardiens des établissements scolaires de la ville de Reims

Règlement des ouvriers gardiens des établissements scolaires de la ville de Reims Règlement des ouvriers gardiens des établissements scolaires de la ville de Reims Préliminaire Le présent règlement intérieur détermine les droits et obligations particuliers des ouvriers-gardiens des

Plus en détail

FAVORISER LES DEPLACEMENTS ET LES TRANSPORTS LES MOINS POLLUANTS EXEMPLES, PROJETS, PROSPECTIVES

FAVORISER LES DEPLACEMENTS ET LES TRANSPORTS LES MOINS POLLUANTS EXEMPLES, PROJETS, PROSPECTIVES L EXEMPLE DE LA VILLE DE FRIBOURG ET DU QUARTIER VAUBAN EN ALLEMAGNE Responsables de 40 % des émissions de CO 2,, les transports routiers ont un impact non négligeable sur le réchauffement planétaire,

Plus en détail

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources

GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE. pour économiser les fournitures et les ressources GUIDE DE L AGENT ÉCORESPONSABLE pour économiser les fournitures et les ressources En route vers une administration écoresponsable Aujourd hui notre planète est en danger : sa biodiversité est menacée.

Plus en détail

L énergie durable. Le climat se réchauffe, les ressources

L énergie durable. Le climat se réchauffe, les ressources L énergie Déjà près de 30 ans de géothermie et ça se renouvelle! Engagée en faveur du développement et contre la précarité énergétique, la Ville lance ce mois-ci des travaux pour améliorer et augmenter

Plus en détail

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr

DÉCHETS MÉNAGERS. Mode d emploi. Point info 01 46 12 75 20. www.ville-montrouge.fr DÉCHETS MÉNAGERS Mode d emploi Point info 01 46 12 75 20 www.ville-montrouge.fr C ollecte sélective en porte à porte, ramassage des encombrants, déchetterie, etc., la Ville de Montrouge propose une palette

Plus en détail

ARTICLE 1 - Réglementation et rôle de la Collectivité

ARTICLE 1 - Réglementation et rôle de la Collectivité CCPG - 135 Rue de Genève BP 441 01174 GEX Cedex Tel : 04 50 42 26 41 / Fax : 04 50 42 65 01 - dechets@ccpg.fr CONTRAT DE COLLECTE DES DÉCHETS ASSIMILÉS «DIB-DAC» ARTICLES L.2224-14 ET L.2333-78 DU CGCT

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

RÉSIDENCE NELSON MANDELA LYON 9 ÈME

RÉSIDENCE NELSON MANDELA LYON 9 ÈME RÉSIDENCE NELSON MANDELA LYON 9 ÈME AVRIL 2011 L Opac du Rhône s est engagé depuis plusieurs années dans une démarche de développement durable. Elle vise à : / préserver les ressources naturelles grâce

Plus en détail

Gardons. notre ville. propre. C est l affaire de tous au quotidien. www.ville-maubeuge.fr

Gardons. notre ville. propre. C est l affaire de tous au quotidien. www.ville-maubeuge.fr Gardons C est l affaire de tous au quotidien www.ville-maubeuge.fr intro La té d une ville, c est l affaire de tous au quotidien. Dès 2001, la municipalité a engagé une série d actions pour permettre à

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

1 TRAVAUX PREPARATOIRES

1 TRAVAUX PREPARATOIRES 1 TRAVAX PREPARATOIRES 1.1 Installation de chantier J 100 1.2 Implantation et récolement du projet J 30 1.3 Nettoyage et débrousaillage du terrain sur emprise des Travaux m2 100 1.4 Démolition d'ouvrages

Plus en détail

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité

La gare ferroviaire de demain. Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité La gare ferroviaire de demain Ecodurabilité - Ecomobilité - Multimodalité Direction XXXX, le XX/XX/2011 Plan de présentation La recherche de la performance des gares SNCF L exemple des haltes éco-durables

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

Résumé non technique de l étude d impact

Résumé non technique de l étude d impact de l étude d impact 2 2.1 Contexte environnant 2.1.1 Faune et flore La proximité de zones artificialisées, d infrastructures routières majeures et l exploitation antérieures des terres agricoles qui constituent

Plus en détail

Alternative Urbaine. Notre offre se décompose en 4 segments : Conception Construction Pose Maintenance préventive et curative

Alternative Urbaine. Notre offre se décompose en 4 segments : Conception Construction Pose Maintenance préventive et curative Alternative Urbaine I.NOVATIS intervient dans l'aménagement des espaces urbains dans leurs globalités en tant que concepteur ou fournisseur de mobiliers. Notre offre est modulable. Nous aidons nos clients

Plus en détail

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Accessibilité > voirie et espaces publics Réglementation et mise en oeuvre Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Les références réglementaires Le cadre législatif Loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

Atelier Gestion des déchets et espaces publics

Atelier Gestion des déchets et espaces publics Assistance à Maîtrise d Ouvrage Développement Durable ZAC FRANCIADES OPERA - MASSY Atelier Gestion des déchets et espaces publics 18 juin 2012 Déroulement de l atelier Partie 1 : Les constats Partie 2

Plus en détail

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets

Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets 1 Centre Formation Acteurs Eléments de réflexion sur le financement d un service de gestion des déchets Locaux Ouagadougou g Ouagadougou du 26 au 30 Octobre 2009 2 Problématique déchets Augmentation des

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Maîtriser la consommation d eau

Maîtriser la consommation d eau Maîtriser la consommation d eau S assurer après utilisation que le robinet d eau est bien fermé. Signaler aux agents les éventuelles fuite d eau dans les sanitaires. Un robinet doté d un «mousseur» permet

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

PLUS BELLE MA VILLE!

PLUS BELLE MA VILLE! Conception graphique - Illustrations Communication GPSO - C.Favreau - 2013 ISS Y-LES-M O U L INE A U X PLUS BELLE MA VILLE! GUIDE DES COLLEC TES www.agglo-gpso.fr grand paris seine ouest collecte vos objets

Plus en détail

VOIRIE ACCESSIBLE Véronique IMBAULT Décembre 2011

VOIRIE ACCESSIBLE Véronique IMBAULT Décembre 2011 VOIRIE ACCESSIBLE Véronique IMBAULT Décembre 2011 Plan Rappels règlementaires Cheminements et trottoirs Escaliers Équipements et mobilier urbains Traversée de chaussée Feux de circulation permanents Emplacements

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

3. UN URBANISME RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT REPOSANT NOTAMMENT SUR

3. UN URBANISME RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT REPOSANT NOTAMMENT SUR 3. UN URBANISME RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT REPOSANT NOTAMMENT SUR LA MAÎTRISE DES DÉPLACEMENTS. Pour assurer un aménagement et un développement durable, la Ville de Boulogne- Billancourt souhaite mener

Plus en détail

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012)

Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Rapport Bilan Carbone Groupe GMBA Baker Tilly (exercice 2012) Introduction : GMBA est un cabinet d audit, d expertise comptable et de conseil situé sur 3 sites géographiques différents : deux à Paris et

Plus en détail

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z

Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Car bon e 2 009 de la Com m unauté d aggl om ération Loire For e z Bilan Carbone de la Communauté d agglomération Loire Forez Patrimoine et Services 2009 Contexte de l étude Afin de lutter contre

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

au microscope Les Levalloisiens s expriment vivre à levallois N 9

au microscope Les Levalloisiens s expriment vivre à levallois N 9 LEVallois au microscope vivre à levallois Les Levalloisiens s expriment N 9 Au quotidien, la Municipalité, élus et agents communaux, sont à l écoute des Levalloisiens, de leurs problèmes et de leurs aspirations.

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Les règles de priorités:

Les règles de priorités: Les règles de priorités: Remarques générales Lors du franchissement d une intersection, l automobiliste doit : Ralentir en côntrôlant son rétroviseur intérieur. S assurer que la route est libre. Observer

Plus en détail

Quartier Calmette Tilleuls. 6 Juin 2012

Quartier Calmette Tilleuls. 6 Juin 2012 Rendez-vous urbain Quartier Calmette Tilleuls 6 Juin 2012 le 6 Juin 2012 1. Parcours réalisé 1 2 Pour ce troisième rendez-vous urbain, seulement trois personnes étaient présentes sur les douze convoquées.

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

Synthèse du bilan carbone

Synthèse du bilan carbone Synthèse du bilan carbone patrimoine et services ville de CANNES Ce projet est co-financé par l Union europénne. Projet sélectionné dans le cadre du programme opérationnel FEDER PACA 27-213. Année de référence

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

Maintenance des installations d éclairage public. Rapport annuel consolidé 2013. sur 163 communes. Syndicat Départemental d Energie

Maintenance des installations d éclairage public. Rapport annuel consolidé 2013. sur 163 communes. Syndicat Départemental d Energie Maintenance des installations d éclairage public Rapport annuel consolidé 2013 sur 163 communes Syndicat Départemental d Energie Sommaire Sommaire... 1 I Préambule... 2 L entretien préventif annuel...

Plus en détail

Catalogue de répartition frais entretien - investissements (Etat au 01.01.2010)

Catalogue de répartition frais entretien - investissements (Etat au 01.01.2010) Département des finances, des institutions et de la sécurité Service cantonal des contributions Section des personnes physiques Departement für Finanzen, Institutionen und Sicherheit Kantonale Steuerverwaltung

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE

Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE République Française Département du Pas-de-Calais Commune de MARCK REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET DES PRE ENSEIGNES SOMMAIRE Préambule Partie I Dispositions générales et définitions

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

COMMISSION DE SUIVI DE SITE

COMMISSION DE SUIVI DE SITE COMMISSION DE SUIVI DE SITE Centre de traitement multi filière SYCTOM IVRY Paris XIII Centre de tri et déchèterie exploités par SITA IDF SOMMAIRE Bassins versants Présentation du Centre de tri Bilan d

Plus en détail

La mise en place de la redevance incitative

La mise en place de la redevance incitative SICTOM DE LA ZONE SOUS VOSGIENNE novembre 2010-n 4 La mise en place de la redevance incitative Dans ce numéro : La redevance incitative: qu est-ce que c est? La redevance incitative Astuces pour réduire

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Fiscalité environnementale

Fiscalité environnementale Secrétariat général Fiscalité environnementale Février 2009 La réforme de la fiscalité environnementale, adoptée dans la loi de finances pour 2009 et la loi de finances rectificative pour 2008, concrétise

Plus en détail

APPEL A CONCURRENCE Développement des services de véhicules partagés à Paris

APPEL A CONCURRENCE Développement des services de véhicules partagés à Paris APPEL A CONCURRENCE Développement des services de véhicules partagés à Paris Date limite de remise des dossiers de candidature : le lundi 30 mars 2015 à 12h00 1/8 APPEL A CONCURRENCE POUR L ATTRIBUTION

Plus en détail

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs FORMATION DRJSCS BASSE-NORMANDIE 26 OCTOBRE 2012 L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs Objectif: acquérir des connaissances sur l accessibilité des équipements sportifs. Les principales

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 46-2013

EXPOSE DES MOTIFS N 46-2013 Commune de Plan lesouates EXPOSE DES MOTIFS N 462013 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: SECURISATION DU PARKING SOUTERRAIN DES AVIATEURS PAR L INSTALLATION DE CAMERAS DE VIDEO PROTECTION CREDIT

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE ORDINAIRE DU 7 SEPTEMBRE 2012. *************

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE ORDINAIRE DU 7 SEPTEMBRE 2012. ************* REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE ORDINAIRE DU 7 SEPTEMBRE 2012. ************* ETAIENT PRESENTS : Mrs VIAULT G., Maire ; Mrs OLLAR Ph., ROUSSEAU Ch., DUFOUR T., Adjoints BOURBONNAIS O., Mmes NOBLET Ch.,

Plus en détail

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois 0 Chauffage à granulés de bois Alliance pour le Climat Luxembourg Protection du climat à la base En partenariat avec plus de 00 villes et communes européennes, plusieurs communes de l Alliance pour le

Plus en détail

Palais de la Méditerranée

Palais de la Méditerranée 2 Palais de la Méditerranée 5 6 7 3 8 2 Palais de la Méditerranée 1 Palais des Congrès Palais des Arts A. Présentation du 2 Dans le cadre du programme d investissement, le Palais de la Méditerranée 2 a

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.

QUIZZ! C est toi l expert en énergie! Ta mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement. QI! C est toi l expert en énergie! a mission: Répondre aux questions du cahier en explorant cette maison sur le site energie-environnement.ch i tu réponds correctement, tu obtiendras un code secret qui

Plus en détail

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

480 tests. Code de la route. Codoroute - Tendance & Repères. Jean-Luc Millard. Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0

480 tests. Code de la route. Codoroute - Tendance & Repères. Jean-Luc Millard. Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0 480 tests Code de la route Jean-Luc Millard Groupe Eyrolles 2005, ISBN 2-212-11664-0 Codoroute - Tendance & Repères S é r i e N 1 À la sortie de ce carrefour, je vais emprunter la rue la plus à gauche,

Plus en détail

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir

Guide pratique de l. éco agent. des gestes. simples. et quotidiens. pour agir éco agent Guide pratique de l des gestes simples et quotidiens pour agir 1 Edito Sommaire L électricité...3 Les équipements bureautiques...4 Le confort thermique...5 Le papier...6 Les déchets...7 Les déplacements...8

Plus en détail

eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com

eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste De plus en plus, le traitement des biodéchets

Plus en détail

MUNICIPALITE DE GLAND

MUNICIPALITE DE GLAND MUNICIPALITE DE GLAND Préavis municipal n 56 relatif à l octroi d un crédit pour financer la rénovation des installations de chauffage des vestiaires sis au centre sportif "En Bord". Madame la présidente,

Plus en détail