n 18 » ÉDITO Le mot du préfet » La sécurité dans le

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 18 » ÉDITO Le mot du préfet » La sécurité dans le"

Transcription

1 n 18 Journal trimestriel Juillet/Août 2012 SOMMAIRE 2» ÉDITO Le mot du préfet 2 6 8» La sécurité dans le cadre d une cellule de crise Communication de crise Déminage L aide aux victimes Le métier de sapeur-pompier» Actualité départementale Campagnes sécurité été ISIS, prise en charge des expertises TELEPAC» Actualité régionale Journées européennes du patrimoine Mission achats régionale La révision du schéma de massif 11» Actualité Européenne L Europe soutient le pastoralisme dans les Pyrénées 12» Portrait David DELATTRE, Capitaine de Police

2 EDITO Lors du premier semestre 2012, Toulouse, le département de la Haute-Garonne a été mis sous les projecteurs médiatiques. Notre système de secours a montré son efficacité dans les situations de crise et de violences aggravées. La sécurité dans le cad Communication de crise Menace terroriste, catastrophes naturelles, accidents industriels, etc. les crises sont variées et nécessitent toujours une réaction rapide, coordonnée, ainsi qu une prise en compte de la dimension médiatique. 2 Les évènements qui ont touché Toulouse et ses environs, ont permis de mettre dans la lumière, le courage, l abnégation et l honneur d hommes et de femmes au service des citoyens. L Etat organise une formidable chaine d interventions et de secours. Policiers, gendarmes, agents de préfecture, militaires, sapeurs pompiers, secouristes, démineurs ont démontré leur sens aigu du don de soi. J ai voulu que ce nouveau numéro de la lettre des services de l Etat rende hommage à ces intervenants, souvent de l ombre, qui, parfois au péril de leur vie, agissent pour notre sécurité. La lutte contre les risques naturels et les excès de l homme sont un souci permanent et demandent, vigilance, préparation et anticipation. L Etat est le garant de nos libertés, également de notre sécurité. Ses services, souvent méconnus, font un travail remarquable au service de nos concitoyens, mais la sécurité est aussi l affaire de tous. Dans ces moments de grandes tensions et de fragilité, l Etat avec les collectivités et l ensemble des partenaires institutionnels ont montré leur savoir faire. La coordination de l ensemble des secours a été une réussite, il faut en être fier. Henri-Michel COMET Préfet de la région Midi-Pyrénées Préfet de la Haute-Garonne Directeur de la publication : Henri-Michel COMET, Préfet de la région Midi-Pyrénées, Préfet de la Haute-Garonne Responsable de la rédaction : Hélène MALAVAUD, Chef du Service de la communication interministérielle et de la presse Comité de Rédaction : Pôle communication des services de l état Crédit photographique : Jean-Marc CHAUVEL (assistant communication), services de l État, Phovoir, Jimpag, S. Bouquet, SIRPA Terre 2010/CNE Thomas Dijol Maquette: Agence Bienvenue à Bord Le Centre Opérationnel Départemental Lors d une crise, la responsabilité de l organisation des secours incombe au maire, et/ou au préfet si les évènements concernent plusieurs communes ou en cas de déclenchement d un plan (plan rouge, ORSEC, PISO (intempéries). Le préfet devient alors Directeur des Opérations de Secours (DOS). Il prend les décisions stratégiques pour gérer la crise : mise en place des moyens de secours nécessaires tout en coordonnant l action des différents services, sans oublier d informer les échelons supérieurs (zone de défense, ministère de l Intérieur) de l évolution de la situation. Le préfet s appuie sur le Centre Opérationnel Départemental (COD), véritable cellule de gestion de la crise. Implantée à la préfecture, le COD est constitué des représentants des différents services, collectivités, organismes, départementaux ou régionaux appelés à participer à la gestion de la crise. Le COD veille au bon déroulement des opérations et à l application des décisions du DOS. Pour cela : il coordonne l action des services ; il gère les demandes de renfort ; il renouvelle les informations pour permettre au préfet de prendre les décisions ; il suit à la préparation au retour à la normale. Selon le degré de gravité, le Premier ministre est amené à activer la cellule interministérielle de crise (CIC) conduite soit par des ministres de l Intérieur, de la Défense ou des Affaires étrangères selon le sujet de la crise. La CIC a un

3 re d une cellule de crise niveau d organisation proche du COD, à un niveau national. Lors d une crise, la communication est primordiale. Dès la survenue de la crise, le service de communication est alerté, soit par le corps préfectoral, soit par les médias, soit par les communes. Cette fonction est gérée par le service de la communication de la préfecture qui peut être renforcé par des chargés de communication provenant des divers services déconcentrés de l Etat. Il informe la population de l événement, de son évolution, des mesures prises et des recommandations. Il utilise pour cela les sites Internet de la préfecture, les communiqués de presse, ou organise des points de situation entre les médias et le corps préfectoral. La difficulté à laquelle fait face le service, par la nature inédite et imprévisible de la crise, est l anticipation. Ainsi, les outils et les réflexes de la communication de crise sont préparés à l avance. Il est important qu une relation de confiance soit déjà établie en temps normal entre le service de la communication et les médias. Les informations données par la préfecture doivent être claires, rapides et précises, et les rendez-vous réguliers. Le service de déminage de la sécurité civile Enfin, pour se préparer, l année est rythmée par des exercices de crise (plan rouge, PPI). Le site Internet de la préfecture et la relation de confiance établie entre le service de communication et les médias locaux participent à une bonne gestion de la communication de crise. La préfecture de la Haute-Garonne s est engagée, en 2011, dans un projet de certification qualité de sa communication de crise. Cette démarche a abouti, le 16 février dernier, à l obtention de la certification Qualipref pour cette activité. n DOSSIER Midi-Pyrénées 3 Le service de déminage de la sécurité civile est réparti en vingt-quatre centres opérationnels sur tout le territoire français. Les démineurs sont chargés de détecter, enlever, désamorcer ou détruire des objets suspects, allant du simple colis à la munition de guerre. Ils assistent aussi à certaines interventions des forces de l ordre. Et enfin, ils participent à la sécurité du chef de l Etat et de certains ministres lors de déplacements officiels. Au sein du service, certains personnels ont une spécialisation supplémentaire : en plongée, travaux de grandes hauteurs ou groupe effraction, car les démineurs doivent agir en tous temps et tous lieux. Les demandes d intervention sont transmises par les mairies et les forces de l ordre à la préfecture du département qui les centralise et les transmet au centre de déminage, qui assure une permanence 24h/24h. Le centre de Toulouse, composé de quatorze démineurs, est actif sur six départements de la région Midi-Pyrénées (Haute-Garonne, Lot, Tarn, Tarn et Garonne, Ariège, Gers). La moyenne pour les six départements est de trois cent demandes d intervention de tous types par an. Les délais de réponse du service de déminage dépendent du degré de danger pour la population. La priorité des démineurs est la mise en sûreté de la population avant la neutralisation même du problème, qu il soit un engin explosif improvisé (EEI), une prise d otage, un braquage ou voire même une perquisition. Dans ces cas là, le danger étant immédiat, ils interviennent sous trois heures au maximum sur l ensemble de leurs territoires de compétence, en contact direct avec le Centre d'opérations et de Renseignement de la Gendarmerie (CORG), le Centre Information et de Commandement de la police nationale (CIC) ou le RAID. Les cibles et les raisons de ces cas de criminalité sont variées. Il s agit bien plus souvent de banditisme que de terrorisme. Dans le premier cas, les colis piégés, par exemple, sont la plupart du temps des leurres. Ils font souvent l objet d un avertissement dans un règlement de comptes entre particuliers ou d un test visant les services de sécurité. Les démineurs suivent ainsi toujours un protocole différent lorsqu il s agit de neutraliser un EEI. Dans la région, les possibilités de trouver un EEI réel est de 3% (chiffre équivalent au niveau national). Les interventions deviennent plus délicates lorsque l auteur du crime est un forcené, une personne ayant eu un dérèglement psychologique ou une déconnexion avec la réalité, qui va utiliser des explosifs instables et en quantité démesurée, ou qui va causer des dommages de manière imprévisible. Les démineurs font preuve d une remarquable adaptation à chaque situation. n

4 DOSSIER Midi-Pyrénées L aide aux victimes Valérie AUBER Psychologue de la Police Nationale 4 Comment devient-on psychologue dans un commissariat de police? Je suis titulaire d'un DESS en psychologie du travail obtenu en 2000 à l université de Toulouse le Mirail. La validation de mon cursus m'a conféré le titre de psychologue. Ensuite j'ai eu la chance de prendre connaissance d'une annonce passée par l Agence pour l Emploi des Cadres du ministère de l'intérieur évoquant l'ouverture de 6 postes de psychologues. Après examen de ma candidature, j'ai été affectée le 2 octobre 2006 au commissariat central de Toulouse. S'agit-il d'une politique nationale dans le cadre de l'aide aux victimes? Effectivement, le ministère de l'intérieur s'emploie à mettre en place une culture de l'accueil et de l'aide aux victimes. Dans les commissariats les victimes d'évènements douloureux ont besoin d'être rassurées, conseillées. Les psychologues interviennent dans le cadre de l'exercice des missions des services de police ou cœur du triangle relationnel et professionnel que forment les policiers, les victimes et les auteurs d'infractions. Notre intervention ne doit pas être considérée comme un acte d'expertise judiciaire mais comme une aide, un soutien à la personne. Mon rôle est alors de m occuper prioritairement des témoins des faits. Je leur apporte toute l aide psychologique nécessaire, et j assure aussi leur transfert auprès des enquêteurs. Mon intervention contribue à faire baisser le taux d'agressivité quelque fois de plaignants en réelle détresse. Il s agit d amener les victimes choquées dans les meilleures conditions possibles auprès des services d enquête. Je m'emploie à évaluer le stress posttraumatique. Si le traumatisme est sérieux, je conseille un rendez vous avec un médecin généraliste ou un psychiatre. Trouver une écoute est déjà la première demande pour de nombreuses personnes que je rencontre. J'ai à ma disposition une palette d'orientation vers certaines associations. Le SAVIM pour la médiation pénale ou le suivi psychologique plus long des victimes. Par choix je préfère faire un traitement des cas in situ dans mon bureau. Mais il m'arrive aussi de gérer des problèmes par téléphone. Par exemple si des personnes résidant à côté d un lieu d intervention doivent être relogés à l hôtel je dois aussi faire un suivi, et la plupart du temps cela se fait par téléphone. Vous êtes vous intégrée facilement dans l'univers policier? Je crois. De toute façon la complémentarité de ma mission ne peut qu'être comprise par l'ensemble des policiers toulousains. Depuis votre installation pouvez vous faire un bilan de votre action? En termes de prise en charge des victimes ou de leur entourage, il ne fait aucun doute que ma présence au sein du commissariat contribue à améliorer l'accueil et que la demande est bien réelle. Techniquement le policer ne peut pas répondre à tous les problèmes rencontrés par les victimes, j'essaie pour ma part de combler ce vide en matière de prise en charge du stress. n Pouvez vous préciser vos missions? Il s'agit principalement de l'accueil de personnes en souffrance en vue d'un soutien immédiat. Je les accompagne dans leurs démarches au commissariat et tente de leur apporter des réponses et surtout une écoute aux problèmes qu'elles rencontrent. Les brigades spécialisées m'orientent vers des victimes ayant besoin d'un soutien psychologique. Parfois, lorsqu un événement particulièrement traumatisant vient d avoir lieu, comme se fut le cas à Toulouse, je me rends en urgence sur le terrain. Mon rôle est de prendre en charge les victimes choquées par l événement. Dans ces cas là, le dispositif d aide aux victimes est aussi doublé par une cellule d urgence médico-psychologique (CUMP).

5 Le métier de sapeur-pompier : interventions spécifiques et coopérations sur des affaires criminelles DOSSIER Midi-Pyrénées Sur quels types d'affaires criminelles les sapeurs-pompiers peuvent-ils être amenés à intervenir? Nous pouvons d'ores et déjà distinguer les feux d origine criminelle des autres crimes. Lors des incendies, quelque soit son origine, la mission première des sapeurs-pompiers est de l éteindre. Pour la seconde catégorie, les sapeurspompiers peuvent être sollicités pour un secours à personne où leur priorité est de secourir. Ces dernières semaines, avec la participation des sapeurs-pompiers aux différentes opérations de prises d'otages qui se sont déroulées sur Toulouse, un nouveau type d intervention est apparu. Leur rôle consiste alors à porter assistance aux blessés. Colonel Patrick Touflet Directeur du Service Départemental d'incendie et de Secours de la Haute-Garonne 5 Quelles sont les missions des sapeurspompiers dans ce type d'événement? Nous restons dans nos missions de sécurité civile et d aide médicale urgente, qu'il s'agisse de lutter contre un feu, porter secours aux personnes victimes d'agression ou protéger les personnes, les biens et l'environnement. Lorsque vous intervenez dans le cadre d'affaires criminelles, quelles sont les problématiques que vous rencontrez? Dans la mesure du possible, nous devons effectuer nos missions de secours à personne, de lutte contre l incendie ou de protection des biens et de l environnement, tout en préservant les preuves nécessaires aux officiers de la Police judiciaire ou de la Police scientifique, pour leur enquête respective. Ce qui, dans le cas de feux criminels, complique un peu la tâche. Toute la difficulté réside dans les opérations de déblai, où il faut trouver la juste limite avec la Justice afin de prévenir toute reprise d'incendie et en même temps faciliter le travail des enquêteurs. Lorsque des vies humaines sont en jeu, la priorité reste le secours à personne. Comment se déroule une opération, côté sapeur-pompier, dans le cadre de ces interventions? Il peut y avoir plusieurs étapes. Outre le secours d'urgence apporté aux victimes (otages, criminels, agents des forces de l'ordre...), les sapeurs-pompiers enclenchent également l'accompagnement des impliqués (voisins, passants...) afin de tisser de la solidarité et de leur apporter du bien-être. Cette phase se fait en collaboration avec l agence régionale de santé, la cellule d'urgence médico-psychologique du service d aide médicale urgent, le Service d Aide aux Victimes et de Médiation (SAVIM), les associations agréées de sécurité civile, les mairies et le SIRACEDPC*. Enfin, les sapeurspompiers initient des synergies en promouvant la mise en place de guichets uniques où sont mis en relation directe les assureurs, les centres communaux d action sociale, la SAVIM, les administrations concernées... afin de faciliter au mieux le retour vers une situation normale. Quelles relations entretenez-vous avec les autres partenaires lors de ces interventions? Les prérogatives de chacun sont respectées, la volonté de collaborer est primordiale si l'on veut favoriser le bien-être des victimes ou des impliqués. Dans le cadre de leurs missions, les sapeurs-pompiers articulent leurs actions avec anticipation et adaptabilité. Ils s'insèrent ainsi dans l organisation des opérations tout en assurant leurs missions avec rigueur et créativité. Toute la difficulté réside parfois dans la compréhension diligente de l environnement qui peut varier selon les autorités en charge des dossiers (Procureur de Paris, directeur du Service Inter Régionale de la Police Judiciaire pour le terrorisme...). Comment les sapeurs-pompiers sontils sollicités lors d'une prise d'otage? Les sapeurs-pompiers sont des acteurs de l urgence. Ils peuvent être sollicités via les numéros d urgence traditionnels (le 112 ou le 18), mais aussi par leurs partenaires que sont la Police et la Gendarmerie Nationale ou le SAMU. n * SIRACEDPC : Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Economiques de Défense et de la Protection Civile

6 ACTUALITÉS HAUTE-GARONNE 6 Adapter les prises en charge éducatives ISIS, le nom prometteur de la grande déesse égyptienne, est depuis janvier l acronyme d Individualisation et Soutien à l Insertion et à la Scolarité, un nouveau module de prise en charge de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) de Toulouse. Dix adolescents entre 15 et 16 ans y sont accueillis selon un accueil séquentiel alliant activités scolaires, socio-culturelles et sportives. Tous, font l objet d une notifi cation de la maison départementale du handicap (MDPH), gérée par le Conseil général. Le projet a émergé quand les services PJJ de milieu ouvert ont fait part de leur diffi culté à prendre en charge les mineurs présentant des problématiques psychiatriques. «De là nous avons saisi l opportunité d une révision du cahier des charges du service d insertion pour concevoir un module expérimental dédié à ce public» explique Nicolas GINOUX, le directeur. Cette réfl exion a été menée au niveau territorial en impliquant l ensemble des dispositifs, l objectif étant de capter un public échappant aux institutions existantes, et dont l intégration au sein d Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques (ITEP) est aujourd hui diffi cile. Au-delà de la transversalité entre les services de la PJJ, le projet expérimental s est construit avec de nombreux partenaires : l éducation nationale, le conseil général, l agence régionale de santé, Réseau adolescence et partenariat 31 et la mairie de Toulouse qui met à disposition les locaux. Tous travaillent ensemble au sein de comité de pilotage et des commissions d affectation : la MDPH facilite l orientation des adolescents, l inspection académique les rattache à un collège et nomme un référent scolarité, en charge de travailler leur future intégration dans les dispositifs de droits communs. n La montagne en été Henri-Michel COMET, préfet de la région Midi-Pyrénées, préfet de la Haute Garonne, a lancé le 28 juillet dernier, à Luchon, l opération de sensibilisation concernant les risques liés à la randonnée en montagne. Pour la quatorzième année consécutive, le ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire et de la Vie Associative reconduit la campagne estivale de prévention des accidents en montagne. L objectif visé est d informer les publics sur une pratique responsable et le plus possible sécuritaire de la montagne estivale et de les orienter vers une offre de promenade et de randonnée à la portée de leurs capacités physiques et techniques et qui répond à leurs attentes de découverte du milieu montagnard. Pour cette édition 2012, 1500 exemplaires du mémento délivrant aux vacanciers en quête d espaces naturels des conseils pratiques de prévention, sont diffusés sur le territoire montagnard pyrénéen. n

7 Déclarer avec Telepac pour consommer moins de papier et être plus efficace Jusqu en 2005, les exploitants agricoles effectuaient leurs déclarations de demandes d aides agricoles communautaires exclusivement sur des formulaires papier. Le service en ligne Telepac leur permet maintenant d effectuer cette formalité sur Internet tout en bénéfi ciant d une assistance téléphonique gratuite. Une priorité nationale : Des partenaires mobilisés dans le département : ACTUALITÉS HAUTE-GARONNE Le développement de Telepac constitue un chantier prioritaire de simplifi cation et de modernisation des services de l Etat pour le ministère chargé de l agriculture. L objectif national fi xé à 60 % de télédéclaration des dossiers PAC en 2012 a été atteint puisque, la proportion d agriculteurs qui ont choisi de télédéclarer est passé de 57% en 2011 à près de 67,5 % cette année. La Haute-Garonne en avance sur le niveau national : En 2011, le taux de télédéclarations des dossiers PAC en Haute-Garonne atteignait plus de 60%. Aujourd hui, avec près de dossiers PAC déclarés sur Telepac, le département dépasse le taux de 72 %. Il avoisine 95 % pour les demandes de PMTVA (Prime au maintien du troupeau de la vache allaitante) et dépasse 87 % pour l aide aux ovins et 82 % pour l aide aux caprins. Pour atteindre ces résultats, la DDT31 a effectué une communication à destination des acteurs du monde rural : les exploitants agricoles bien-sûr mais aussi les établissements d enseignement et de formation agricole et l ensemble des acteurs économiques. Elle a également travaillé en collaboration avec les organismes de service qui aident plus d un tiers des agriculteurs à déclarer leur dossier PAC. Dans la même optique, la DDT31 et la chambre départementale d agriculture ont mis en place des journées sur sites délocalisés pour informer les éleveurs et les aider à télédéclarer leurs aides animales. Rappelons que la PAC représente chaque année plus de 118 millions d euros d aide sur le département, et sont une part essentielle du revenu des agriculteurs. Cette forme de modernisation des relations entre l administration et ses usagers peut encore progresser, l objectif étant d atteindre 80 % en 2013, et éventuellement d en venir au «zéro papier». n 7

8 ACTUALITÉS MIDI-PYRÉNÉES Découverte du patrimoine régional et national 8 Comme chaque année, le ministère de la Culture et de la Communication offre, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, une belle occasion de découvrir le patrimoine régional et national. Dans le cadre de la 29e édition qui aura lieu les 15 et 16 septembre prochains, plus de 500 communes de la région Midi-Pyrénées vous offrent la possibilité de visiter plus de 1000 monuments, musées ou sites, certains en lien avec la thématique nationale les patrimoines cachés. Ce thème, d une grande richesse, permettra la découverte : du patrimoine souterrain et enfoui, comme la mine d argent romaine de Cénomes à Montagnol ou le site archéologique de Pradayrol à Caniac-du-Causse ; du patrimoine «en hauteur», comme la visite des tribunes de l Église abbatiale Sainte-Foy à Conques ; des coulisses, comme celles du Théâtre Garonne à Toulouse, des réserves, comme celles du musée Ingres à Montauban, et des services d archives, comme celui des archives départementales du Tarn à Albi. La Direction régionale des affaires culturelles, qui coordonne cette manifestation en Midi-Pyrénées, éditera une brochure régionale, dans laquelle chacun trouvera tous les renseignements utiles pour organiser ses visites. Elle sera diffusée auprès des participants et des offi ces de tourisme, et consultable sur : Le programme national est consultable sur le site : n A cette occasion la préfecture de la Haute-Garonne ouvrira ses portes le dimanche 16 septembre de 10h à 17h30

9 La Mission Régionale Achats (préfecture de région / SGAR Midi-Pyrénées) Le Service des Achats de l État (SAE) au Ministère du Budget a créé les missions régionales achats (MRA) au sein de chaque préfecture de région avec pour ambition de réduire les dépenses de fonctionnement de l Etat de 3% par an. ACTUALITÉS MIDI-PYRÉNÉES Placée depuis juin 2010 auprès du SGAR (Secrétariat Général pour les Affaires Régionales), la mission régionale achats de Midi-Pyrénées apporte son soutien aux services déconcentrés de l État dans leurs actions de mutualisation de leurs achats. Experte en marchés publics, elle pilote le déploiement régional des marchés interministériels et ministériels proposés par les services centraux et en assure le suivi. Elle constitue une interface entre les ministères et les services de l État en région, en aidant les services lors de leurs adhésions dans les nouveaux marchés nationaux, en évitant les dysfonctionnements logistiques, en apportant des conseils techniques ou juridiques, et surtout en animant un réseau des acheteurs publics locaux. La mission régionale propose régulièrement à ce réseau de près d une centaine de personnes, des réunions «club achats», des newsletters mensuelles et des sessions gratuites de formations aux fondamentaux des marchés publics, à la négociation, ou à la pratique de l insertion de clauses sociales. La mission achats accentue la professionnalisation des services de l Etat et participe à l émergence et à la reconnaissance de cette nouvelle fonction «achats» en créant une dynamique interministérielle dans la région Elle déploie des actions collectives pour faire adhérer les services et les fédérer autour d un objectif commun de meilleure performance de l achat. Celui-ci passe certes par une préoccupation économique mais aussi, par une définition plus juste du besoin technique et par la sécurité juridique des procédures. L objectif démontré est que l on peut «acheter mieux en dépensant moins», si on fait l effort de regrouper les besoins et de les standardiser. La clé de la réussite des démarches mutualisées réside certes dans la mise en commun des besoins, mais également dans la valorisation des compétences interministérielles locales. Ainsi, lorsque le niveau régional est retenu comme le plus pertinent, la mission régionale achats de Midi-Pyrénées coordonne des procédures de marchés régionaux mutualisés pour le compte des services déconcentrés de l État (préfectures, directions régionales, directions départementales interministérielles, etc.) avec des groupes de travail dédiés pour la rédaction des pièces techniques. Par ailleurs, en exécution du plan administration exemplaire, la mission veille au respect des principes du développement durable (clauses sociales, clause éco-responsable) et à l accès des PME à la commande publique. Après deux années d activité, le bilan de la mission régionale achats de Midi-Pyrénées peut se mesurer au travers d actions emblématiques réalisées en 2011, et en quelques chiffres : une opération d envergure a permis de mutualiser la maintenance des installations de chauffage, ventilation et climatisation (CVC). Les besoins en Magalie Morlat, chef de la mission régionale achats maintenance de près de 180 bâtiments de l Etat relevant de 40 services différents ont été regroupés dans un marché unique qui a permis de réaliser une économie cumulée de e par an (- 40% par rapport aux coûts historiques) tout en garantissant un niveau de qualité technique équivalent, voire supérieur ; A configurations similaires et volume identique, la mutualisation de la location de machines à affranchir de 25 administrations a permis de réaliser une économie de e par an (les nouveaux tarifs sont inférieurs de 56% par rapports aux prix historiques) ; L agrégation des besoins en maintenance de 40 ascenseurs sur la région a dégagé une économie de 68 % par rapport aux prix historiques, avec en prime un passage généralisé de tous les appareils à une maintenance complète. Avec un niveau de prestation supérieur et bien plus performant, l économie globale s élève à e par an pour les 20 services qui ont participé à la démarche. Forte de ces expériences, la mission régionale achats prépare cette année, avec des groupes de travail interministériels dédiés, de nouveaux marchés régionaux mutualisés dans la maintenance des systèmes de sécurité incendie et extincteurs, les abonnements ainsi que dans les travaux de mise aux normes des ascenseurs. n 9

10 ACTUALITÉS MIDI-PYRÉNÉES La révision du schéma de massif : chacun doit pouvoir s exprimer sur l avenir des Pyrénées Connues pour leurs vallées, riches d une économie et de patrimoines variés, les Pyrénées ont été consacrées par la loi montagne - comme les autres massifs français - en tant qu entité interrégionale bénéficiant d une politique spécifique de développement durable, reconnue d intérêt national. Elles bénéficient à ce titre d institutions spécifiques en matière : 10 de gouvernance, avec le comité de massif ; de représentation de l'etat par le préfet de la région Midi-Pyrénées, préfet coordonnateur, assisté par un commissaire de massif ; de partenariat avec un comité de programmation. Ce comité réunit 3 régions et 6 départements aux côtés de l Etat. Il est chargé de la mise en œuvre d engagements financiers pluriannuels autour d enjeux spécifiquement montagnards : diversification des stations touristiques, création de centres thermoludiques, modernisation des refuges, engazonnement des pistes de ski, soutien au pastoralisme et à des actions de préservation d espèces emblématiques Les engagements des pouvoirs publics en faveur du massif des Pyrénées sont contractualisés dans une convention interrégionale , issue d un schéma de massif arrêté en décembre Les orientations stratégiques inscrites dans le schéma du massif pyrénéen relèvent de quatre objectifs principaux : 1. la recherche d une gestion environnementale et patrimoniale exemplaire ; 2. l essor des coopérations européennes (en particulier avec l Espagne et l Andorre) ; 3. l accroissement de la valeur ajoutée au cours massif ; 4. la valorisation de la diversité locale (celle des pratiques sociales et culturelles, celle aussi des productions et savoir-faire particuliers). La révision de l actuel schéma de massif Méthode et calendrier de travail ont été adoptés lors du comité de massif du 11 janvier L objectif est d aboutir à une version finalisée avant la fin de l année, permettant une phase 2013 de consultation et d approbation, à l aube de la période contractuelle Les éléments généraux de cadrage retenus ont mis en avant les nécessités d une vision prospective, d une réflexion élargie, rassemblant les expertises, comparant les Pyrénées à d autres massifs et, enfin, d un souci général d excellence. Pourquoi ces principes? Tout simplement car les revenus dont bénéficie le massif (graphique) proviennent pour une large part de secteurs économiques -agriculture, industrie et tourisme- en situation fréquente de fragilité. Le schéma révisé, aura donc pour ambition de consolider les filières traditionnelles mais aussi d identifier les enjeux et les opportunités pour le Massif en tant qu espace singulier de production et de nature, en dépassant le simple espace de loisir et de protection, Trois actions ont été engagées depuis le début de l année : une évaluation du schéma et de la convention de massif en vigueur ; des contributions des groupes de travail thématiques et d un groupe transversal «prospective et cohérences» ; l actualisation des données pyrénéennes de référence. Une large consultation de la société civile est également prévue, pour permettre à chacun de s informer et de donner son point de vue. Pour faciliter cette consultation, un site Internet dédié a été réalisé (voir encadré). n Crédits mobilisés pour la mise en œuvre de la convention interrégionale : 41,87Me de l Etat et 41,97Me des trois Conseils régionaux concernés, Aquitaine (8,4Me), Languedoc-Roussillon (12,7Me) et Midi Pyrénées (20,87Me). 19 Me de crédits européens, FEDER

11 L Europe soutient le pastoralisme dans les Pyrénées Le pastoralisme occupe une place particulière au sein du massif des Pyrénées. Activité principalement agricole, il représente également un patrimoine culturel avec des estives qui comportent des composantes économiques, sociales, foncières, environnementales, paysagères et touristiques Sur l ensemble du massif des Pyrénées, le pastoralisme couvre 3 régions et 6 départements : les Pyrénées-Atlantiques (Aquitaine), les Hautes-Pyrénées, la Haute- Garonne et l Ariège (Midi-Pyrénées), l Aude et les Pyrénées-Orientales (Languedoc-Roussillon), et concerne exploitations pastorales, estives, bovins, ovins et équins. Les estives couvrent une surface de hectares dont 70% sont situées en zone Natura 2000 et plus de 90% sont des estives collectives organisées. Le soutien de l Union européenne Pour renforcer le pastoralisme, l Union européenne encourage l accroissement de la présence humaine dans les estives qui bénéfi cie à l économie de montagne ainsi qu à la mise en valeur et à la préservation du massif des Pyrénées. L utilisation pastorale des parcours et des estives contribue en effet à la préservation des paysages, au maintien de la biodiversité et à la prévention des risques naturels. Les fonds européens FEDER et le FEADER fi nancent ainsi des actions complémentaires pour soutenir cette activité : Le FEDER soutient les investissements liés à la création, la rénovation et l extension des sites pastoraux dans le but d améliorer les conditions de travail des bergers et de faciliter leur embauche. En juin 2012, 61 sites pastoraux étaient ainsi soutenus par le FEDER pour un montant total de près de 4,2 millions euros depuis 2007 dans le cadre de l axe IV du programme régional de Midi-Pyrénées, dédié au massif des Pyrénées. Les opérations bénéfi ciant du soutien du FEADER sont, quant à elles, ciblées sur : La bonne conduite des troupeaux : 340 gardiennages soutenus en 2010, plus d une centaine d estives équipées de chiens de protection patous ; L amélioration pastorale par le débroussaillage d ouverture, les captages et adductions d eau, l assainissement, l électricité : 290 opérations d améliorations pastorales ont été soutenues entre 2007 et 2010 ; L animation : une cellule dans chaque département dédiée à l animation foncière, l animation des structures collectives, l expertise pastorale et l animation des travaux d amélioration pastorales ; Les études : les diagnostics pastoraux et les études sur les thèmes pastoraux. Le soutien du FEADER à l ensemble de ces actions représente plus de 12 millions d euros depuis A la fi n du programme 2007/2013, ce sont 408 sites pastoraux en bon état, réaménagés ou créés, qui seront à la disposition des exploitants pour accueillir un gardien salarié dans le massif des Pyrénées. n ACTUALITÉS EUROPÉENNES 11 L exemple du site pastoral d'espugues Situé sur la commune de Bethmale en Ariège, le site pastoral d Espugues a été rénové et agrandi afi n d améliorer les conditions de vie et de travail du berger et des éleveurs transhumants. Les matériaux locaux utilisés pour la réalisation du projet ont permis d intégrer au mieux le site pastoral dans son environnement. La rénovation de ce site, placé sur une zone intermédiaire entre deux estives, bénéfi cie aujourd hui à une vingtaine d éleveurs. Le coût total éligible du projet est de euros dont euros fi nancés par le FEDER (soit 50%), fi nancés par l État et euros par la Commune de Bethmale. En savoir + Le site des programmes européens en Midi-Pyrénées : Crédits photos : Myrabella/Wikimedia Commons - P.Charpiat/Wikimedia Commons - Commune de Bethmale

12 PORTRAIT David DELATTRE Capitaine de Police Chef du Bureau des Relations Extérieures et de la Communication à la Direction Départementale de la Sécurité Publique de la Haute-Garonne 12 Vous exercez depuis plus d'une décennie sur la Haute-Garonne, raconteznous votre parcours? J'ai intégré l'ecole Nationale de Police de TOULOUSE en 1989, après avoir réussi les examens et fait mon service militaire. Comme la grande majorité des policiers, je fais mes preuves en banlieue parisienne à Trappes (puis à St-Cyr l'ecole) de 1990 à 1994 en Unité de Police Judiciaire et Administrative. Affecté à LENS (62) d'où je suis originaire (le mal du pays), j'y exerce de 1995 à 1999 en Police Judiciaire de Nuit puis comme Chef de la Brigade Administrative. Après les violences urbaines toulousaines de novembre 98, j'obtiens ma mutation à Toulouse. Je participe alors activement à la mise en place de la Police de Proximité en tant que Chef-adjoint du Commissariat du Secteur Bagatelle. En 2003, je deviens Chef du Secteur Mirail puis responsable de la Voie Publique pour la Division Mirail (de Purpan à Rangueil). Nommé Capitaine de Police, je suis affecté en septembre 2008, Chef-Adjoint du Commissariat de Tournefeuille. Fort de mon expérience dans les quartiers dits "sensibles" de Toulouse, je deviens chargé de mission à la DDSP31 pour la cohésion sociale en septembre 2009, puis en juin 2011, je suis nommé Chef de la Brigade des Relations Extérieures et de la Communication. Quelle est la fonction de chacune de ces sections? La section de la Communication consiste principalement à faire le point sur les faits-divers pour les médias locaux voire nationaux et internationaux quand des évènements de grande portée se produisent. Elle est également saisie pour toute demande de reportage sur la Police ; La section du Partenariat a pour objectif de rapprocher la Police Nationale du citoyen. Avec l'appui indispensable des délégués à la cohésion Police-Population, la section intervient au travers des associations, de l'education Nationale et des autres partenaires institutionnels pour expliquer le rôle et les missions de la Police Nationale ; La section de la Prévention Situationnelle met au service de tous l'expérience de policiers chevronnés pour agir de manière préventive face aux actes de malveillance. Elle est également engagée dans le suivi des ESSP (Etude de Sûreté et de Sécurité Publique) et le contrôle des installations de vidéo-protection ; Le Bureau d'aide aux Victimes est l'interlocuteur privilégié des victimes. Il est souvent chargé de faire le point sur l'état des procédures ou d'être un sas d'information, d'écoute et d'accompagnement avant le dépôt de plainte. Il fonctionne en toute symbiose avec la psychologue de la Police Nationale et le SAVIM (Service d'aide aux Victimes, d'information et de Médiation). Il a également en charge le suivi du dispositif des préplaintes en ligne. Comment vous contacter? Par téléphone au à 25. Par courriel : interieur.gouv.fr / interieur.gouv.fr / Par courrier : Hôtel de Police 23, Bvd de l'embouchure TOULOUSE CEDEX 6 n En quoi consiste la Brigade des Relations Extérieures et de la Communication? Il s'agit d'être l'interface entre l'extérieur et les services de la Police Nationale du département. Quatre sections, qui souvent interagissent entre elles, la composent : La Communication, le Partenariat, la Prévention Situationnelle et l'aide aux Victimes.

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire

La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire La lutte contre les CAMBRIOLAGES dans la Loire LES SERVICES DE L ETAT SE MOBILISENT POUR LUTTER CONTRE LES CAMBRIOLAGES DANS LA LOIRE our ceux qui en sont victimes, un cambriolage est un vrai traumatisme

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation

Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Anne Kolasinski Coach de Vie certifiée Améliorer la communication Transmettre l information Mener une politique d évaluation Prendre vos fonctions Atteindre vos objectifs Améliorer vos performances Renforcer

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS

POUR DIFFUSION AUX AGENTS MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/SEC/BR/LL/FG/DEJ/SPEJ/N 12-15 Lila LALAM 01 43 93 89 65 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : CHARGE DE LA MUTUALISATION DES ACHATS

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Gestion urbaine de proximité

Gestion urbaine de proximité Gestion urbaine de proximité Évolution des enjeux et des pratiques d acteurs Note de cadrage Mai 2012 Ce document est le fruit d une réflexion menée par un groupe de travail partenarial, sous la conduite

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012 SECRETARIAT GENERAL DU COMITE INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE QUATRE MOYENS D ACTION ET CINQUANTE MESURES POUR PREVENIR LA DELINQUANCE ET AIDER LES VICTIMES 2010-2012 1 - Développer la

Plus en détail

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles

Lancement des schémas territoriaux des services aux familles Dossier de presse Lancement des schémas territoriaux des services aux familles 7 février 2014 Contact presse francois.coen@famille.gouv.fr 1. UNE MOBILISATION SANS PRÉCÉDENT Le gouvernement a annoncé en

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Signature de convention AREVA - OPPBTP

Signature de convention AREVA - OPPBTP DOSSIER DE PRESSE - 26 avril 2010 Signature de convention AREVA - OPPBTP CONTACT PRESSE José NOYA tel : 04 75 50 72 08 port : 06 71 08 11 54 jose.noya@areva.com 26 avril 2010 AREVA et l OPPBTP s associent

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

GESTION DES SITUATIONS DE

GESTION DES SITUATIONS DE PROTOCOLE DE GESTION DES SITUATIONS DE CRISE EN ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES ET ÉCOLES CENTRE DE RESSOURCES DEPARTEMENTAL DE GESTION DE CRISE 21A Bd Lamartine 22000 Saint-Brieuc - ( 02 96 62 18 65) Inspection

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets Paris, le 03 avril 2007 Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales à Mesdames et Messieurs les Préfets NOR/INT/B/07/00024/C Objet : Pôle d appui au contrôle de légalité de LYON. Extension au 1

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour

Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour 47 Les comités USEP et HANDISPORT de Lot et Garonne s associent pour SOMMAIRE INTRODUCTION L Enfant, le Sport et le Handicap 1 HANDISPORT et USEP : Qui sommes-nous? PRESENTATION 2 HISTORIQUE 3 HANDISPORT

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année

Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Conférence de presse Actions de sécurisation des fêtes de fin d'année Jeudi 12 décembre 2013 Préfecture de la Haute-Vienne DOSSIER DE PRESSE Limoges, le 12 décembre 2013 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Conférence

Plus en détail

Guide méthodologique #TousPrêts

Guide méthodologique #TousPrêts Guide méthodologique pour l animation autour de l Euro 2016 de football et l ensemble des grands événements sportifs internationaux organisés en France #TousPrêts 2 1. Pourquoi l État intervient-il sur

Plus en détail

La Région investit sur ses territoires

La Région investit sur ses territoires Dossier de presse Contrats Auvergne + Aménagement du territoire La Région investit sur ses territoires 5,9 millions d euros pour le Pays de la Vallée de la Dore La troisième génération (2015-2018) de Contrats

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Industries Secteur Public. Secteur Public*

Industries Secteur Public. Secteur Public* Industries Secteur Public Secteur Public* Le département «Secteur Public» Depuis près de 20 ans, le département Secteur public de PricewaterhouseCoopers accompagne les administrations, les organisations

Plus en détail

Le projet associatif décline et précise la raison

Le projet associatif décline et précise la raison association pour adultes et jeunes handicapés du Val-de-Marne Projet associatif Le projet associatif décline et précise la raison d être et les statuts de l association. Il constitue le document de référence

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE

DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL VOTRE CONSEIL AUTOMOBILE SPECIALISE Contact Presse : Aurélie CARAYON / Amandine VERDASCA 2 DOSSIER DE PRESSE INSTITUTIONNEL SOMMAIRE 1 Aficar simplifie l automobile d entreprise

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 1 Le maire face à la crise Sessions d information décentralisées des élus en Haute-Savoie Septembre / Octobre

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information.

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information. Plan d intervention d urgence en cas d attaque contre les systèmes d information ou de faille technique des systèmes d information «PIU Cyber» (version publique) Ministère d État Ministère de l Économie

Plus en détail

SAP et Actualités du 3SM

SAP et Actualités du 3SM SAP et Actualités du 3SM Réunion annuelle du GIRACAL SEDAN 2 Avril 2011 Médecin Colonel Francis Lévy SAP En 2010 les SP ont réalisé 2 876 456 interventions de SAP soit + 5% / 2009 186 590 étaient médicalisés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT

SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT SOUTIEN AUX PROJETS D EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES COLLEGIENS DE LA MARTINIQUE REGLEMENT REGLEMENT APPEL A PROJETS DEPARTEMENT MARTINIQUE 2015 1 CONTEXTE ET ENJEUX Depuis plus de dix ans,

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

REDACTION DE CONTENU INTERNET

REDACTION DE CONTENU INTERNET Page 1 Dossier suivi par : Caroline MARIE 04.73.31.85.46 contact@gip-massif-central.org GIP Massif central Hôtel de Région 13/15 av. de Fontmaure 63402 Chamalières cedex CAHIER DES REDACTION DE CONTENU

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne

Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne Convention de partenariat entre la zone de défense et de sécurité Ouest et le Mouvement des Entreprises de France de la région Bretagne entre l Etat, Ministère de la défense représenté par Monsieur le

Plus en détail

Sports.gouv.fr. Dossier de presse. Juin 2013

Sports.gouv.fr. Dossier de presse. Juin 2013 Dossier de presse Juin 2013 Sports.gouv.fr Le ministère en charge des Sports lance son nouveau site d informations et de services en ligne pour le grand public et les acteurs du sport Sommaire 1/ Un nouveau

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité.

créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. créateur de sûreté Experte en aménagement, la SERL propose une ingénierie opérationnelle et de conseil en matière de sûreté et de sécurité. 1 vous êtes collectivité : Collectivité territoriale Administration

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND

Quartier Jeunes. 16h-18h. Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Quartier Jeunes 16h-18h Projet : «Lycée de la nouvelle chance Auvergne» Porteur : GIP Auvergne ACADEMIE DE CLERMONT-FERRAND Le GIP Auvergne Le porteur Le porteur Le GIP FCIP Auvergne a pour vocation de

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70

Édition Délégation de la Solidarité du Vignoble Nantais Conseil général 44 Mai 2010 70 Ce chapitre concerne la prévention et la protection de l enfance, avec la présentation de deux dispositifs complémentaires et qui s articulent entre eux : la protection administrative et la protection

Plus en détail

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R.

1. Les outils de la prévention (documents et registres obligatoires) 1.1. Document Unique d Évaluation des Risques professionnels (D.U.E.R. PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION ACADEMIQUE Année 2014 Le programme annuel de prévention académique 2014 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques ministérielles de l éducation nationale,

Plus en détail

ACTION DE ETAT QUELQUES CHIFFRES «CLÉS» -GARONNE -ET-GAR ETAT. Quelques chif

ACTION DE ETAT QUELQUES CHIFFRES «CLÉS» -GARONNE -ET-GAR ETAT. Quelques chif 5 Quelques chif hiffr fres «clés» Les effectifs ectifs de l Etat au 31 décembre e 2013 7 467 193 4 825 473 159 80 37 24 Administration générale Education nationale (dont 3826 enseignants) Economie Finances

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

CHARTE REGIONALE POUR STIMULER LA DEMANDE DE RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS PRIVES

CHARTE REGIONALE POUR STIMULER LA DEMANDE DE RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS PRIVES CHARTE REGIONALE POUR STIMULER LA DEMANDE DE RENOVATION ENERGETIQUE DES LOGEMENTS PRIVES 57% du parc ligérien de logements est antérieur à 1975. Considérant que 46% des consommations d énergie sont liées

Plus en détail

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie

La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie La Direction Départementale de la Cohésion Sociale de la Haute-Savoie Ses missions et services Pôle Logement hébergement Marie-Antoinette FORAY, cheffe de pôle téléphone 04.50.88.48.72 télécopie 04.50.88.48.82

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

SALON INVERSE ACHATS PUBLICS INNOVANTS

SALON INVERSE ACHATS PUBLICS INNOVANTS SALON INVERSE ACHATS PUBLICS INNOVANTS NUMERIQUE & INFORMATIQUE Les établissements publics rencontrent les PME 7 JUILLET 2014 1 ère édition Centre de conférences Pierre Mendès-France 139, rue de Bercy

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L

LE DI S PO S I TI F DE P ARTE ME NTA L LE DI S PO S I TI F O RS E C DE P ARTE ME NTA L Planification des secours et préparation de crise : le Dispositif ORSEC La loi n 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile définit

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE

CHAPITRE 10 ACTION SOCIALE CHAPITRE ACTION SOCIALE L USM est depuis de nombreuses années investie dans les instances de l action sociale pour préserver et développer les dispositifs dont les magistrats peuvent bénéficier, qu ils

Plus en détail