ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ESTIME DE SOI. Quelques repères théoriques"

Transcription

1 ESTIME DE SOI L école n est pas une nécessité naturelle pour l enfant mais il y trouve une aide et une compréhension du monde qui l entoure et des réponses aux questions qui naissent en lui. Cependant un enfant ignore parfois les ressources de ce lieu, ou pire, il le craint ou le refuse.il faut réveiller du désir chez un tel enfant pour qu il ait une demande, envie d apprendre pour s impliquer dans les processus d apprentissage. «l Estime de soi est la valeur qu un individu s accorde fondée sur la conscience de sa propre valeur et de son importance inaliénable entant qu être humain». Josiane de St Paul ( psychologue canadienne). Quelques repères théoriques La construction de l estime de soi est un processus dynamique et continu tout au long de la vie. Les liens privilégiés créés dans le contexte familial et l amour inconditionnel des parents constituent la base de l estime de soi. C est le regard des parents, le premier miroir de l enfant, qui lui reflète une image de lui plus ou moins favorable qu il va progressivement intérioriser. Cependant, tout n est pas encore joué à la fin de la petite enfance puisqu en grandissant l enfant va élargir son champ de relations sociales, notamment lors de l entrée à l école. 1) Apprentissage et estime de soi L estime de soi est l idée que l on se fait de soi-même. L appréciation que l on se fait de sa propre valeur. L enfant peut avoir une image négative de lui-même ce qui peut se traduire par un sentiment de gène, de honte et d incompétence face à soi-même alors qu une image positive se manifestera par un sentiment de fierté, de compétence et par la capacité d explorer et d apprendre. 1

2 L estime de soi se construit dès la petite enfance à partir du regard positif et aimant que pose la famille et les adultes ayant autorité sur l enfant. L enfant peut alors se percevoir comme quelqu un qui a de la valeur quelqu un digne d être aimé.c est la base de l estime de soi. Les composantes de l estime de soi : -l amour de soi- L amour de soi est donné en majeure partie par notre famille. C est ce qui est appelé «le narcissisme «.Une partie est le narcissisme primaire, archaïque qui est l instinct de survie. On est né avec ça. Très rapidement dans les premières semaines de la vie arrive le «narcissisme secondaire» c est l amour qu on se porte à soi-même, parce que l on est aimé. Les carences d estime de soi ayant leur origine à ce niveau sont les plus difficiles à rattraper. -la vision de soi- C est une appréciation subjective, l important n est pas la réalité des choses mais la conviction que l on a d être porteur de qualités ou de défauts, de potentialités ou de limitations. -la confiance en soi- La confiance en soi s applique à nos actes, on est capable d agir de manière adéquate dans des situations importantes. C est aussi pouvoir construire ou entreprendre ce que l on n est pas sur de réussir. -la construction identitaire- Prendre conscience de soi, c est devenir une personne qui sait qui elle est, qui peut exprimer ce qu elle ressent et ce qu elle désire. La construction de l identité se construit par étapes, c est un long processus qui s exprime de la naissance à l adolescence. 2

3 2) Approches psychanalytiques -le corps- Pour le bébé le corps est la base de son identification, il se découvre lui-même au travers de ses perceptions mais aussi et cela est primordial dans son rapport aux autres et dans le regard des autres. -image de soi- La conscience de soi se structure petit à petit. Stade du miroir, théorie psychanalytique /Jacques Lacan Entre 6 et 18 mois l enfant va reconnaître son image dans le miroir. L image du corps passe par celle imaginée dans le regard de l autre. Ce qui fait du regard un concept capital pour ce qui touche à ce que j ai de plus cher en moi et donc au plus narcissique. Autrement dit «Regarde c est toi et l enfant comprend c est moi» il se découvre alors comme un individu séparé des autres. Mélanie Klein met en relief l importance de l autre, pour que l enfant puisse se reconnaître : «j ai besoin de l autre pour me reconnaître car c est toute la relation que l autre a avec lui-même qui va permettre à l image de mon corps de s exprimer ou pas. C est en ce sens que l enfant peut avancer avec enthousiasme vers l autre» Dolto définie une autre approche : Le stade du miroir n est pas un début du sujet s inscrivant dans son corps mais une fin. Dolto parle de narcissisme primordial. L enfant doit d abord apprendre à se connaître avant de ce reconnaître (Estime de soi).ce processus se déroule lentement, depuis la dépendance jusqu à l autonomie. 3

4 3) Conscience de soi et découverte Lorsque l entourage est positif, à l écoute, les jeunes enfants se trouvent alors compétents, ils sont capables d apprendre et d envisager de nouvelles expériences. Certains enfants aux prises avec une image de soi négative se sentent moins compétents, moins aptes et peuvent même renoncer. L arrivée à l école est un moment important où le jeune enfant va passer de la culture maternelle à la Culture bien commun à tous. Il faut abandonner que le savoir est donné pour accepter l effort d apprendre, il faut en effet pour être disponible aux apprentissages accepter de ne pas tout savoirfaire le deuil de la toute puissance. Pour certains enfants la séparation avec leur mère, leur milieu familial vient réveiller des peurs qui les déstabilisent leur organisation personnelle, leur fonctionnement psychique ne sont plus disponibles. Il y a toujours le risque fantasmatique de perdre sa place et cela ramène à des peurs archaïques. Les enfants trop réservés, inhibés, les enfants turbulents trop actifs nous disent à leur façon leur insécurité ; leur attitude difficile souvent à supporter est le seul équilibre psychique qu ils ont trouvé pour mettre à distance leurs angoisses ou leurs peurs. 4) L estime de soi et les apprentissages Différentes observations révèlent que l estime de soi influence le comportement des enfants à l école. Les enfants ayant une bonne estime de soi sont capables de mettre en place des ressources et des stratégies adaptées telles que l anticipation positive de l avenir, la recherche de soutien sociale, la confrontation active à la difficulté 4

5 Par contre, une estime de soi faible induit des attitudes négatives qui peuvent se manifester par la tristesse, le fatalisme, une anticipation négative, l évitement, la nervosité et le déni. Ces enfants en manque d affirmation vivent la difficulté et l échec comme une menace à leur intégrité psychique. Importance des conditions relationnelles : Les conditions relationnelles constituent un élément important permettant de créer des conditions d enseignement favorable au développement d une estime de soi positive. L enseignant, en tant qu interlocuteur privilégié de l enfant, détient un rôle stratégique. C est à lui de créer un espace sécurisant qui aide l enfant à aborder de nouvelles situations dans une relation de confiance. «Apprendre c est changer, c est se risquer, c est avoir du pouvoir sur nos apprentissages pour les définir comme siens et non comme application d un ordre extérieur.» Françoise HATCHUEL Conclusion «C est bien agréable pour un enfant quand il est content de lui, que la grande personne aussi soit contente de lui ; c est une épreuve pour lui quand il s aperçoit qu elle ne l est pas» Françoise DOLTO 5

LES ENJEUX DE L ADOLESCENCE ET L ADOLESCENT MALADE

LES ENJEUX DE L ADOLESCENCE ET L ADOLESCENT MALADE LES ENJEUX DE L ADOLESCENCE ET L ADOLESCENT MALADE Dr Vincent Belloncle Psychiatrie de l enfant et de l adolescent Maison de l Adolescent CHU de Rouen L ADOLESCENCE Période de transition entre enfance

Plus en détail

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique

L AP3 Présente. En collaboration avec. LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl. L enquête Grundtvig Belgique L AP3 Présente En collaboration avec LES TOF-SERVICES asbl WALLOPOLY asbl LES AIDANTS PROCHES asbl L enquête Grundtvig Belgique Association de Parents et de Professionnels autour de la Personne Polyhandicapée

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence

La Gestalt-thérapie. Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence La Gestalt-thérapie Conférence organisée par L Association des Psychologues de l Enfance et de l Adolescence Mardi 16 février 2016 Nanterre Université Intervenants : Arnaud Sébal, directeur de l IFAS-

Plus en détail

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise

Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Démarches et méthodes de communication interne au sein de l entreprise Aujourd hui, la notion de communication est devenue nécessaire, caractérisée par publicité. Il faut COM-MU-NI-QUER. Les attentes de

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle.

Feuille1. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. BASE PNL 3 jours, soit 21 heures, en salle. Vous découvrirez la puissance de la PNL en termes de développement personnel et de communication interpersonnelle. "C est dans la qualité de nos échanges que

Plus en détail

People First : notre priorité!

People First : notre priorité! People First : notre priorité! Notre mission est d apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Un sourire venant du cœur des collaborateurs Bel qui se réalisent

Plus en détail

LA DÉFINITION DE LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE

LA DÉFINITION DE LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE Module 1 Mieux comprendre LA DÉFINITION DE LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE D é m a r c h e p e r s o n n e l l e Objectifs du module S approprier la définition de la construction identitaire telle qu elle

Plus en détail

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL

COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL COPROPRIETE LE CONSEIL SYNDICAL LE CONSEILLER SYNDICAL COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B LE CONSEIL SYNDICAL 2 Exposé La loi du 10 juillet 1965 et son décret

Plus en détail

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles

THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves. 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles THEME : L activité de l enseignant et les apprentissages des élèves 1. L activité de l enseignant : attentes institutionnelles Références : - Référentiel des compétences professionnelles des métiers du

Plus en détail

DES OUTILS PÉDAGOGIQUES

DES OUTILS PÉDAGOGIQUES DES OUTILS AU SERVICE DE LA FORMATION DE LA PERSONNE & DU Depuis plus de 70 ans, La Jeunesse au Plein Air milite pour le départ de tous les enfants en vacances. Elle soutient ainsi financièrement le départ

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse

Evaluateur du projet : UMR EFTS, Université de Toulouse Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ÉTAPE SUR L EVALUATION AU 31 DÉCEMBRE 2010 RÉDIGÉE PAR

Plus en détail

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement. Regards croisés sur la gestion des parcours professionnels dans les entreprises Enquête auprès de salariés et de Responsables des Ressources Humaines. Témoignage d une équipe de professionnels de l accompagnement.

Plus en détail

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste

Le modèle psychanalytique. Le modèle humaniste Le modèle psychanalytique Le modèle humaniste «Le deuil est régulièrement la réaction à la perte d une personne aimée ou d une abstraction mise à sa place, la patrie, la liberté, un idéal etc. L action

Plus en détail

Le travailleur social dans le processus d adoption

Le travailleur social dans le processus d adoption Institut du Bien-Etre Social et de Recherches Bureau du Directeur Général Madame Arielle Jeanty Villedrouin Le travailleur social dans le processus d adoption Dans le cadre de la vulgarisation de la nouvelle

Plus en détail

LE JEU A L ECOLE MATERNELLE. Introduction

LE JEU A L ECOLE MATERNELLE. Introduction LE JEU A L ECOLE MATERNELLE Introduction L enfant passe six heures par jour de trois à six ans à l école maternelle. On doit donc de lui proposer des activités qui, au fur et à mesure de l évolution de

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit

Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit Prévenir la violence, gérer les conflits les 3 questions à garder à l esprit 1 - Comment devenir crédible aux yeux de l élève, des élèves, de l enfant/adolescent? 2 - Comment développer chez l enfant /

Plus en détail

Enfant instables et hyperactifs. Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard)

Enfant instables et hyperactifs. Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard) Enfant instables et hyperactifs Compte rendu de la conférence de Paul Fernandez du 28 mars 2007 (rédigé par Agnès Guyard) I- Le TDAH ou THADA : trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité ( approche

Plus en détail

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011

SATISFACTION A L EGARD DES. - Synthèse de l'institut CSA - PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE. N 1100567 Juin 2011 SATISFACTION A L EGARD DES PROGRAMMES DE RENOVATION URBAINE - Synthèse de l'institut CSA - N 1100567 Juin 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél. (33)01 44 94 59

Plus en détail

Travail en équipe et compétences sociales. Comment développer de bonnes habiletés sociales au travail et un bon esprit d équipe?

Travail en équipe et compétences sociales. Comment développer de bonnes habiletés sociales au travail et un bon esprit d équipe? Travail en équipe et compétences sociales Comment développer de bonnes habiletés sociales au travail et un bon esprit d équipe? 1 Plan du cours L équipe de travail Les performances de l équipe Le coaching

Plus en détail

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON

LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON LE DOCTEUR-TRACEUR EN HOSPITALISATION TEMPS PLEIN CLINIQUE BELLE-RIVE - VILLENEUVE-LES-AVIGNON TOULOUSE Mme Isabelle BORDAT Dr Emmanuel GRANIER Quelle expérience? 2 Depuis 2012, Un projet d établissement

Plus en détail

DISCOURS DE JENNY BA CHEF DE PROJET AQUARIUS ABROAD

DISCOURS DE JENNY BA CHEF DE PROJET AQUARIUS ABROAD DISCOURS DE JENNY BA CHEF DE PROJET AQUARIUS ABROAD ENTHOUSIASME, CRAINTES ET ATTENTES DES ETUDIANTS EN MATIERE DE MOBILITE PROFESSIONNELLE ET DE STAGE DANS UN PAYS ETRANGER Le 4 novembre 2008, Grand Amphithéâtre

Plus en détail

Capsule pédagogique La discipline un jeu d enfants!

Capsule pédagogique La discipline un jeu d enfants! Capsule pédagogique La discipline un jeu d enfants! Pour vivre en harmonie avec les enfants, il est primordial d'établir avec eux de solide lien d'attachement et de confiance. Afin d offrir un milieu de

Plus en détail

PROGRAMME D ÉDUCATION INTERNATIONALE. Polyvalente Marcel-Landry

PROGRAMME D ÉDUCATION INTERNATIONALE. Polyvalente Marcel-Landry PROGRAMME D ÉDUCATION INTERNATIONALE Polyvalente Marcel-Landry 2010-2011 La polyvalente Marcel-Landry est l u n e d e s t ro i s é c o l e s d e l a commission scolaire des HautesRivières à dispenser le

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE

BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE BEAUBOIS POLITIQUE DE VALORISATION DU TRAVAIL SCOLAIRE AU SECONDAIRE 1. Contexte - travail scolaire et projet éducatif Le travail scolaire occupe une place de choix dans le projet éducatif de Beaubois,

Plus en détail

Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école

Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école Le quoi de neuf? Une transition entre l extérieur et l école Le «Quoi de Neuf?» est un des outils de la vie coopérative de la classe qui permet la construction d une histoire commune au «groupe de vie».

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DES SCOUTS MUSULMANS DE FRANCE

PROJET EDUCATIF DES SCOUTS MUSULMANS DE FRANCE PROJET EDUCATIF DES SCOUTS MUSULMANS DE FRANCE LA MISSION DES SCOUTS MUSULMANS DE FRANCE L Association des Scouts musulmans de France offre le scoutisme aux jeunes garçons et aux jeunes filles en vue de

Plus en détail

UNE PERTE, UN DEUIL UN PROCESSUS

UNE PERTE, UN DEUIL UN PROCESSUS UNE PERTE, UN DEUIL UN PROCESSUS PRÉSENTATION INFIRMIÈRES, INFIRMIÈRES AUXILIAIRES, ENSEIGNANTS ET ÉTUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS MARC PEPPER, Chef du service des soins spirituels du CSSSNL, Intervenant

Plus en détail

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9

Résumé. Evaluation interne de la modalité Accords de Partenariat opérationnel: Rapport final 9 Résumé Lux-Development (LuxDev) est le bras opératif de l aide bilatérale de Luxembourg. En 2009, LuxDev a déboursé et géré plus de 70 millions dans les dix pays partenaires du Luxembourg pour l aide bilatéral.

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE

FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE FORMATIONS PROFESSIONNELLES SYNTHESE A l occasion de son 40 ème anniversaire dans le domaine du soin en addictologie, le Centre ADAJE a mis au point deux formations liées à l approche culturelle. En effet,

Plus en détail

Les équations du premier degré

Les équations du premier degré TABLE DES MATIÈRES 1 Les équations du premier degré Paul Milan LMA Seconde le 10 septembre 2010 Table des matières 1 Définition 1 2 Résolution d une équation du premier degré 2 2.1 Règles de base................................

Plus en détail

COMPTE- RENDU DE LA RENCONTRE LA MOTIVATION SCOLAIRE

COMPTE- RENDU DE LA RENCONTRE LA MOTIVATION SCOLAIRE COMPTE- RENDU DE LA RENCONTRE LA MOTIVATION SCOLAIRE Mi-temps de l année scolaire, février-mars est la période des vœux et de toutes les interrogations sur le parcours scolaire de votre enfant : passage

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Faire confiance à son intuition

Faire confiance à son intuition oui! Faire confiance à son intuition durée : 2 jours Explorer la perception des autres à son égard et la sienne à l égard des autres Faire un retour en exprimant son ressenti et en se basant sur du concret

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée contributive : La société face à la métamorphose numérique Junior ESSEC 04/02/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Le modèle social français face au numérique Thème de la journée contributive

Plus en détail

Livret. médiateur élève

Livret. médiateur élève Livret du médiateur élève En début d année, suite à une session de sensibilisation à la médiation par les pairs animée par la médiatrice sociale de votre école/collège, vous vous êtes portés candidat pour

Plus en détail

Pour un tout-petit être accueilli par quelqu un d autre que son papa et sa maman est une grande aventure.

Pour un tout-petit être accueilli par quelqu un d autre que son papa et sa maman est une grande aventure. Pour un tout-petit être accueilli par quelqu un d autre que son papa et sa maman est une grande aventure. C est faire l expérience quelques fois d une première séparation, c est faire connaissance avec

Plus en détail

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 SONDAGE : LES BANQUES ET L EURO : CONFIANCE DES FRANÇAIS La dernière enquête de l Observatoire de l opinion, menée par l Ireq en juin 1998, montre aussi que

Plus en détail

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous?

I ) Quel genre de formateur ou d accompagnant êtes-vous? MODULES DE PERFECTIONNEMENT DE FORMATEURS Chaque thématique est indépendante l une de l autre Ce programme a pour objectifs : d élargir son champ de conscience dans le domaine de la formation des adultes

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

Le deuil des soignants : une souffrance à penser

Le deuil des soignants : une souffrance à penser Le deuil des soignants : une souffrance à penser Journée des référents - EMSP St Nazaire 2014 Dr Coraline Vignéras Deuil du Soignant? «Être endeuillé c est continuer à vivre après la perte d un être cher

Plus en détail

Basket. Entraînement des jeunes. 150 fiches pratiques. Principes fondamentaux Perfectionnement technico-tactique. Cathy MALFOIS. Préface de Boris Diaw

Basket. Entraînement des jeunes. 150 fiches pratiques. Principes fondamentaux Perfectionnement technico-tactique. Cathy MALFOIS. Préface de Boris Diaw Cathy MALFOIS Préface de Boris Diaw Basket Entraînement des jeunes Principes fondamentaux Perfectionnement technico-tactique 150 fiches pratiques 27, rue Saint-André des Arts - 75006 Paris 1 SOMMAIRE PRÉFACE

Plus en détail

Animations pour enfants de la 1 ère à la 6 ème primaire

Animations pour enfants de la 1 ère à la 6 ème primaire Quel Prix? Gratuit. Modalités pratiques Combien de temps prévoir pour les animations? Une heure trente par animation. Le nombre d élèves est-il limité? Non mais il est nécessaire de le préciser afin d

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17. (8.008 signes) Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE N 17 (8.008 signes) La reconnaissance du volontariat Quelles responsabilités pour le volontaire

Plus en détail

«L affirmation de soi dans le respect d autrui.»

«L affirmation de soi dans le respect d autrui.» L Assertivité «L affirmation de soi dans le respect d autrui.» Par Marc Alexandre Legrain, consultant en développement. 1 Objectifs du développement. «On peut définir l affirmation de soi comme la faculté

Plus en détail

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE

ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE ORIENTATIONS RÉGIONALES POUR LA SUPERVISION CLINIQUE SERVICES INTÉGRÉS EN PÉRINATALITÉ ET POUR LA PETITE ENFANCE À L INTENTION DES FAMILLES VIVANT EN CONTEXTE DE VULNÉRABILITÉ (SIPPE) par Luce Bordeleau

Plus en détail

René Son. Prends soin de toi

René Son. Prends soin de toi René Son Prends soin de toi 1. Au Canada, on a coutume d écrire à la fin d un texte lorsque l on écrit à un ou à une amie : «prends soin de toi.» 2. Pour un européen la formule de politesse surprend un

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

L Observatoire Cegos a interrogé 1300 salariés et 428 DRH / responsables RH afin de faire le point sur le climat social au sein des entreprises

L Observatoire Cegos a interrogé 1300 salariés et 428 DRH / responsables RH afin de faire le point sur le climat social au sein des entreprises L Observatoire Cegos a interrogé 1300 salariés et 428 DRH / responsables RH afin de faire le point sur le climat social au sein des entreprises privées et les organisations publiques. Comment se portent

Plus en détail

Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada

Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada Christian Bergeron, Université Laval, Québec, Canada PLAN DE PRÉSENTATION Introduction Qu est-ce qu un individu individualisé? Qu est-ce qu une épreuve de la vie? Cadre de réflexion Objectif Questions

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Année universitaire 2014/2015. Licence professionnelle Gestion des Ressources Humaines

LICENCE PROFESSIONNELLE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Année universitaire 2014/2015. Licence professionnelle Gestion des Ressources Humaines IUT Nantes Licence professionnelle Gestion des Ressources Humaines GUIDE DU TUTEUR I.U.T. 3 rue du Maréchal Joffre B.P. 34103 44041 Nantes Cedex 1 Responsable pédagogique de la licence : Yvan BAREL Tél.

Plus en détail

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL

RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL RECUEIL D EXPERIENCES : SERVICES AUX POPULATIONS EN MILIEU RURAL «SCHEMAS INTERCOMMUNAL D ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE» INFORMATIONS : Territoire concerné : Communauté de Communes Eyrieux aux Serres L

Plus en détail

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques

Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Lyon, le 25 mars 2015 Prévention et objets connectés Détecter et réduire les risques Présentation des conclusions de l observatoire Blue@picil, créé par Bluelinea et le Groupe APICIL Une étude née de la

Plus en détail

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1

PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 PRECONISATIONS EN MATIERE D ANNONCE DU DIAGNOSTIC DE NEUROFIBROMATOSE DE TYPE 1 L annonce d un diagnostic de neurofibromatose de type 1 que ce soit dans le cas d une forme sporadique ou familiale est un

Plus en détail

EUIL VIVRE SON DEUIL HOPITAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM

EUIL VIVRE SON DEUIL HOPITAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM VIVRE SON DEUIL EUIL HOPITAL INTERCOMMUNAL SOULTZ-ISSENHEIM Hôpital de Soultz / Maison de Retraite «Les Capucines» 80 Route de Guebwiller 68360 SOULTZ Tél.: 03.89.62.17.10 Maison Zimmermann 23 Quai de

Plus en détail

Introduction. Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence?

Introduction. Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence? Pourquoi ce livre? Pour qui? Des difficultés à gérer la classe une question d intelligence? Je reprends ce que disait Coluche : «Il nous vendait de l intelligence et n avait pas un échantillon sur lui!».

Plus en détail

Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie

Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie Descriptif de la Formation professionnelle en Kinésiologie Définition La Kinésiologie, considérée comme un art de l éducation, permet de découvrir son potentiel inné, de se responsabiliser et de se respecter

Plus en détail

Ce texte découle d une présentation réalisée lors

Ce texte découle d une présentation réalisée lors Pour en savoir plus FINANCEMENT PUBLIC ET ÉCONOMIE SOCIALE. L EXPÉRIENCE D INVESTISSEMENT QUÉBEC Claude Carbonneau Vice-président aux coopératives et aux autres entreprises de l économie sociale Investissement

Plus en détail

Cette note propose des outils pratiques afin de faire de l'évaluation une étape positive à la fois pour l'apprenti(e) et la collectivité.

Cette note propose des outils pratiques afin de faire de l'évaluation une étape positive à la fois pour l'apprenti(e) et la collectivité. Fiche pratique RH Direction Expertise statutaire et ressources humaines Pôle Recrutement et conseil RH 05 59 90 18 23 apprentissage@cdg-64.fr CONTRATS D'APPRENTISSAGE - Evaluer le travail de l'apprenti

Plus en détail

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent

Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Intervenir en contexte de deuil périnatal: préserver et soutenir le devenir parent Julie Émond, Bac. Sc. Inf Infirmière clinicienne en santé mentale jeunesse CSSSL Thérapeute conjugale et familiale (en

Plus en détail

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne)

Région(s) d expérimentation : Département de la Haute Loire (Région Auvergne) Directiondelajeunesse, del éducationpopulaireetdelavieassociative Missiond animation dufondsd expérimentationspourlajeunesse NOTED ETAPESURL EVALUATIONAU31DECEMBRE2010 REDIGEEPARLELERFAS DOSSIER:AP1_n

Plus en détail

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert

Séance 2 : découvrir l autisme avec le film «Mon Petit frère de la lune»de Frédéric Philibert Mise en route PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Découvrir l autisme Classe : CE-CM Niveau : cycles 2 & 3 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Descriptif du projet coopératif

Plus en détail

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques

Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques Chapitre 9: Introduction aux tests statistiques 1. Approche 2. Formalisme général d un test statistique 3. P-value 4. Intervalle de confiance 5. Test bilatéral et test unilatéral 1 1. Approche Procédé

Plus en détail

«LES ADOLESCENTS ET LE VIRTUEL»

«LES ADOLESCENTS ET LE VIRTUEL» Enquête au point Ecoute prévention ENQUETE AU POINT ECOUTE PREVENTION «LES ADOLESCENTS ET LE VIRTUEL» QUEL USAGE FONT LES ADOLESCENTS DES JEUX VIDEOS, DE L ORDINATEUR ET DU TELEPHONE PORTABLE? Nous avons

Plus en détail

DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE

DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE DE L ADOLESCENCE À L ÂGE ADULTE Continuité et diversité des parcours EVALUER POUR QUOI? Le but : connaitre au mieux les forces, les faiblesses, mais surtout les besoins de la personne, afin de construire

Plus en détail

Les 11 compétences clés du coach selon ICF

Les 11 compétences clés du coach selon ICF www.coachfederation.fr Les 11 compétences clés du coach selon ICF Selon le processus d'accréditation d'international Coach Federation. A. Établir les fondations : 1. Respecter les directives éthiques et

Plus en détail

L Empreinte de l eau, source de gouvernance

L Empreinte de l eau, source de gouvernance Mémoire L Empreinte de l eau, source de gouvernance Présenté à l Office de consultation publique de Montréal par Aqua Climax inc. 29 août 2013 Mémoire rédigé par : Bastien Guérard Aqua Climax info@aquaclimax.com

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

Notre conception du développement

Notre conception du développement Notre conception du développement ACT Développement - Révisé mai 2008 Confirmé en tant que document de l'alliance ACT par le Comité directeur, janvier 2013 Notre conception du développement Le développement

Plus en détail

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges»

Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Séminaire National sur le Thème : «Développement des Compétences : un défi pour l entreprise algérienne à l heure de la globalisation des échanges» Gestion des compétences La démarche de Sonelgaz MOHAND

Plus en détail

Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE

Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE Note sur décret d application de la Loi de Réforme des Retraites Analyse de la CGT DEPART ANTICIPE POUR LONGUE CARRIERE Premier décret pris en application de la loi de réforme de la retraite, ce texte

Plus en détail

La vie, l amour et votre coeur

La vie, l amour et votre coeur Ce livret est destiné aux personnes qui veulent en apprendre davantage sur l activité sexuelle et les maladies du cœur. 2 Table des matières Page Ce que vous pourriez ressentir... 1 Parlez-en à votre partenaire...

Plus en détail

À la rencontre des adultes en situation de catéchèse biblique

À la rencontre des adultes en situation de catéchèse biblique Cette catéchèse qui bouscule familles et communautés chrétiennes! Colloque sur la formation à la vie chrétienne Université Laval, 22-24 août 2007 Atelier thématique 5 À la rencontre des adultes en situation

Plus en détail

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation

Madame, Monsieur, Stage de type 1 : stage de découverte et d initiation 5648 14/03/2016 Mise à jour de certaines dispositions reprises dans la circulaire 5038 du 22/10/2014 concernant l organisation des visites et stages dans l enseignement secondaire ordinaire et spécialisé

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE TECHNIQUES D ORTHÈSES VISUELLES

DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE TECHNIQUES D ORTHÈSES VISUELLES DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE TECHNIQUES D ORTHÈSES VISUELLES 101-VU1-CA L ŒIL HUMAIN 75 heures Pondération 3-2-3 Compétence : Reconnaitre des indices d anomalie oculaire (00CF). Ce cours

Plus en détail

TABLEAU DES ENTREVUES

TABLEAU DES ENTREVUES TABLEAU DES ENTREVUES Ce tableau regroupe les descriptions de toutes les entrevues réalisées auprès des éducatrices et éducateurs spécialisés. Pour chacun des thèmes, des suggestions de questions en lien

Plus en détail

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015

Chiffres clés en Provence-Alpes-Côte d Azur. PACA, une région où il fait bon vivre. Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Communiqué de presse Marseille, le 21 octobre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Provence-Alpes-Côte d Azur et évalue leur impact sur la performance

Plus en détail

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre?

Le pouvoir d agir. La participation des habitants ; de quoi parle-t-on? Comment s y prendre? Offre de formation 2013 Le pouvoir d agir Appui à la vie associative Projets sociaux des collectivités locales Projet associatif Actions citoyennes Bénévolat Développement social local La participation

Plus en détail

Sondage Meute Seeonee

Sondage Meute Seeonee Sondage Meute Seeonee I. Résultats des dix-sept participations A. Organisation - Donner les informations au rassemblement final : nous donnons généralement la date de la prochaine réunion, mais nous veillerons

Plus en détail

C o r e S t r a t e g i e s

C o r e S t r a t e g i e s Ville d Ottawa Examen de la réglementation et des services de taxi et de limousine Expérience client 14 octobre 2015 C o r e S t r a t e g i e s Table des matières Examen de la réglementation et des services

Plus en détail

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête

Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Le stress au travail Conditions de travail et état de santé des entrepreneurs, dirigeants de PME, indépendants, résultats d une enquête Fribourg, le 8 avril 2014 WWW.OBSERVATOIREAMAROK.CH Mathias Rossi

Plus en détail

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation

SOMMAIRE. L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver. Conseil supérieur de l éducation AVIS AU MINISTRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT L amélioration de l enseignement de l anglais, langue seconde, au primaire : un équilibre à trouver SOMMAIRE AOÛT 2014 Conseil supérieur de l éducation

Plus en détail

FORMATIONS À LA CARTE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE

FORMATIONS À LA CARTE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE PROGRAMMES BASÉS SUR LES APPORTS SCIENTIFIQUES DE LA RECHERCHE EN PSYCHOLOGIE POSITIVE OUTILS & JEUX PÉDAGOGIQUES FORMATIONS À LA CARTE CLIMAT DE CLASSE CONFIANCE EN SOI RÉSILIENCE GESTION DU STRESS MOTIVATION

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

La natation scolaire 2012/2013

La natation scolaire 2012/2013 La natation scolaire 2012/2013 Résultats du questionnaire distribué aux parents par l intermédiaire de l Education nationale Cellule Evaluation, Pilotage et Organisation La natation scolaire Depuis 2004,

Plus en détail

«Nous ne voyons pas les choses telles quelles sont, nous voyons les choses telles que nous sommes» Anais Nin

«Nous ne voyons pas les choses telles quelles sont, nous voyons les choses telles que nous sommes» Anais Nin «Nous ne voyons pas les choses telles quelles sont, nous voyons les choses telles que nous sommes» Anais Nin Introduction «La souffrance n est pas uniquement définie par la douleur physique, ni même par

Plus en détail

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT

ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT ECOLE BELGE DU BURUNDI APPEL A CANDIDATURE POUR LE POSTE DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT L Ecole belge de Bujumbura (EBB) est une école (Asbl) privée située au centre de Bujumbura. Elle dispense un enseignement

Plus en détail

Ouvrage co-signé par Isabelle Mounier-Kuhn et Jerry Knock, deux associés du cabinet Oasys.

Ouvrage co-signé par Isabelle Mounier-Kuhn et Jerry Knock, deux associés du cabinet Oasys. Positionnement professionnel et réseaux Une dynamique vertueuse pour réussir sa carrière Ouvrage co-signé par Isabelle Mounier-Kuhn et Jerry Knock, deux associés du cabinet Oasys. PREFACE DE RICHARD DESCOINGS

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

Colloque international du DIM GESTES «Quelles actions pour un autre travail?» Atelier A6 Hiérarchie et management 10 juin 2013

Colloque international du DIM GESTES «Quelles actions pour un autre travail?» Atelier A6 Hiérarchie et management 10 juin 2013 Colloque international du DIM GESTES «Quelles actions pour un autre travail?» Atelier A6 Hiérarchie et management 10 juin 2013 La gestion du mal-être en entreprise : le travail hors de cause Le cas des

Plus en détail

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC

DÉCLARATION H:\RB_DOC\FPU\00033680.DOC Deuxième Conférence judiciaire de Malte sur les questions transfrontières de droit de la famille sous les auspices du Gouvernement de Malte en collaboration avec la Conférence de La Haye de droit international

Plus en détail

Osez. réussir! GÉRARD LELARGE. Les erreurs à ne pas commettre pour progresser en entreprise

Osez. réussir! GÉRARD LELARGE. Les erreurs à ne pas commettre pour progresser en entreprise Osez réussir! GÉRARD LELARGE Les erreurs à ne pas commettre pour progresser en entreprise Choisir systématiquement les solutions les plus simples, se soumettre à l autorité quoi qu il arrive, se focaliser

Plus en détail

POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE?

POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE? PAGE 1 POURQUOI CO-INVESTIR DANS UNE PME RÉGIONALE? Le particulier, séduit par l idée, le savoir-faire et le sérieux d une entreprise, ne trouve généralement pas un cadre structuré assurant, d une part,

Plus en détail

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures)

Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Formation aux intervenants Durée: 3 jours (21 heures) Reconnaissance OPQ : # RA00612-13 SOFÉDUC : 2 unités d éducation continue Intervenir auprès de la personne suicidaire à l aide de bonnes pratiques

Plus en détail