Les enjeux de la. communication territoriale. en période pré-électorale. 2ème Edition Mars Edito

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux de la. communication territoriale. en période pré-électorale. 2ème Edition Mars 2014. Edito"

Transcription

1 newsletter éditée par les étudiants du master AGCOM également disponible en ligne sur 2ème Edition Mars 2014 Les enjeux de la communication territoriale en période pré-électorale Approche distinctive entre communication politique et communication publique À quelques semaines des élections municipales des 23 et 30 mars prochain, nous nous sommes intéressés à ce scrutin important qui permet aux électeurs français de voter les membres du conseil municipal notamment le maire tous les 6 ans. Tandis qu en tant que futurs communicants, nous connaissons ce que représente une communication dans les entrainés à nous interroger sur la particularité de la communication publique. Nous avons cherché à appréhender cet univers qui adjoint à la fois pratiques politiques et publiques. Car dans une période électorale, où tous les acteurs de la société se mobilisent : hommes politiques, partis politiques, institutions, médias et électeurs, nous avons voulu savoir quel est le champ d action des collectivités territoriales qui doivent assurer leur mission et le service public utiles à l ensemble des citoyens. Comment, dans un contexte électoral, conduire des actions de communication publique? Quels sont les paramètres à Edito Nous voici de retour avec une nouvelle thématique, un nouveau champ d investigation que nous avons exploré dans cette deuxième newsletter où nous vous invitons à découvrir le monde de la communication publique en période préélectorale. Un article, une interview d un professionnel, 1 entretien avec un élu et des paroles d AGCom pour couronner le tout. Il s agit donc d un éclairage varié sur l univers à la fois riche, complexe et chargé de contraintes de la communication territoriale avant la période électorale. Vous découvrirez également les évènements à ne pas manquer qu organisent les AGcom : de la conférence de Joe La Pompe le vengeur masqué de la pub prévue le 26 mars prochain au 11ème Concours de Courts Métrages International organisé à Toulouse les 2 et 15 avril Une vraie dose d émotions à vivre. A vos marques, prêts, partez à la découverte de notre newsletter! dans cette édition 1 Les enjeux de la communication territoriale en période pré-électorale 6 Entretien avec Joseph Carles 8 Témoignage d ancien AGCOM 10 Paroles de la promo 2013/2014 organisations, la curiosité nous a considérer? 12 L actu des AGCOM : 11ème édition de Concours de Courts Conférence Joe la Pompe 1

2 Cette préoccupation n est sans doute pas moindre si l on considère qu elle soulève la problématique du pouvoir d exécution des communicants institutionnels territoriaux dans l exercice de leur fonction. Ainsi, les collectivités territoriales, notamment les «communes, départements, régions et de plus en plus structures intercommunales sont au premier rang des émetteurs de communication publique.» Car dans la mise en place des actions de communication surtout lorsqu elles doivent être exécutées dans une période spécifique, il est nécessaire sinon fondamentale que l on distingue ce qui relève de la communication politique de ce qui concerne la communication publique. Comment dissocier les deux formes de communication? Et qui en sont les émetteurs? La communication politique plus souvent exposée par les médias, peut être définie comme la mise en œuvre des actions de communication par des spécialistes (agences de communication par exemple) pour favoriser l élection d un candidat politique. Tandis que la communication publique est émise par «l ensemble des institutions et des organismes qui, de la commune à l Etat et aujourd hui, à l Europe et aux organismes internationaux, sont au service de l intérêt général [ ] dont l absence d objectifs mercantiles et lucratifs demeure l essentiel.». La communication publique territoriale met donc en place des actions vastes qui s adressent à tous les publics ; elle joue un rôle majeur dans l organisation de la vie d un territoire précis basé sur la prise en compte des attentes citoyennes. Les communicants institutionnels territoriaux c est-à-dire les fonctionnaires de l Etat ont la mission d informer les usagers, de renseigner les citoyens sur les grandes questions liées à leur environnement, à l évolution des comportements de la société. La communication publique devient par conséquent de la part des collectivités locales un engagement durable, une vision constructive, une relation transparente et une action positive qui invite également les citoyens (par la concertation, la démocratie de proximité) à participer en tant qu acteurs dans la prise de décisions liée à leur ville, à leur localité. Par ailleurs, même si la communication territoriale permet également de diffuser des informations sur les projets ou de publier les réalisations et/ou les dépenses engagées par un élu au cours de son mandat afin de signifier et légitimer ses activités dans le cadre de ses fonctions, (Publication des informations budgétaires et ratios financiers) il n en demeure pas moins qu elle reste exclusivement un service public non profitable à un élu ou à une personnalité politique. La séparation entre les actions émises par les collectivités locales et celles effectuées par l élu en tant qu entité personnelle est donc indispensable Les Français, quand on les interroge sur la légitimité des pouvoirs publics à conduire des campagnes publicitaires sur des sujets d intérêt général, sont favorables à 63% et jugent ces campagnes utiles à 69%. Des chiffres à comparer avec ceux de l indice de confiance enregistré par les campagnes de pub «en général» : 36,2% (Dominique Mégard, La communication publique et territoriale). 2

3 Approche juridique de la communication institutionnelle territoriale en période préélectorale crédit photo : A l approche donc des élections municipales, la communication publique territoriale devient un enjeu déterminant pour les communicants territoriaux. Comment parvenir à communiquer pendant la période préélectorale sans créer d amalgame entre les missions assurées ordinairement par les collectivités locales et éviter ainsi une surinterprétation ou une mauvaise interprétation de leurs actions de communication? Quelles précautions prendre pour que ces actions ne soient pas considérées comme de la propagande en faveur de l élu sortant? Afin d apporter des réponses à ces interrogations le communicant institutionnel territorial doit se référer au code électoral qui promulgue les dispositions législatives et réglementaires relatives aux élections municipales. En ce qui concerne les élections municipales de mars 2014, «les conseillers municipaux seront élus les 23 et 30 mars Dès le 1er mars 2013, la communication municipale est soumise à des règles spécifiques. La campagne électorale officielle débute le 10 mars 2014, elle s achève le 22 mars 2014 à minuit. Pour le second tour, elle s ouvre le 24 mars 2014 et se termine le 29 mars 2014 à minuit. C est durant cette période que les moyens de propagande sont le plus strictement réglementés». Il est ainsi conseillé de ne pas organiser d évènements aux dates proches du scrutin, toutefois, dans le cas échéant, le communicant est tenu de respecter le fonctionnement et la fréquence des manifestations pour éviter l amalgame entre ce qui serait de l ordre de la campagne électorale et de l intérêt général. Cela en est de même des discours prononcés et d autres activités de service public. Dans tous les cas, selon les textes de lois, plusieurs actions de communication vont se faire en respectant quatre principes fondamentaux : l antériorité, la périodicité, l identité et la neutralité : Maintenir la continuité d un journal existant La publication du bulletin municipal à condition qu il soit neutre, informatif et axé sur les projets se rapportant à la vie de la commune La réalisation des évènements établis au préalable, aux dates prévues dans le respect des thématiques basées sur l intérêt général excluant tout discours faisant référence à l élu L utilisation des sites internet en respectant la notion de neutralité de moyens publics et donc interdisant une campagne électorale favorisant un quelconque candidat 3

4 Les collectivités locales devront par contre proscrire d autres actions de communication : Faire la propagande de l élu à travers la collectivité qu il/elle représente ou dont il/elle est membre Le recours à un procédé de publicité commerciale par voie de presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle pendant les six mois précédant le premier jour du mois de l élection, soit le 1er septembre 2013 (1er alinéa de l art. L. 52-1) La diffusion ou le commentaire de sondages d opinion en rapport avec l élection ainsi que la diffusion de propos à caractère électoral la veille et le jour du scrutin La diffusion de nouveaux messages à caractère de propagande électorale sur les sites la veille et le jour du scrutin. Le site non modifié peut cependant rester en ligne. Du côté de l élu qui veut briguer un autre mandat, pendant la période préélectorale, ses initiatives, ses discours ou même ses interventions dans les journaux et autres manifestations publiques doivent être bien identifiés, tout comme les personnes s occupant de la réalisation de sa campagne électorale. Qu il s agisse des projets en cours ou finis, du traitement des questions citoyennes, l idée est de mobiliser un électorat, de le convaincre sans recevoir de l aide de la part des collectivités locales. La jurisprudence par cette règle veut rendre possible les principes d égalité entre les différents candidats, réguler les prises de parole sur les chaînes de télévision et dans la presse pour assurer une campagne électorale équitable à tous les candidats. C est le Conseil Supérieur de l Audiovisuel (CSA) qui est chargé de veiller à la régulation de la communication et de la propagande à des fins électorales sur les chaînes de télévisions et les radios. L accès à l antenne des médias audiovisuels des candidats aux élections municipales relève des règles particulières fixées par le CSA dans sa délibération du 4 janvier 2011 relative au principe de pluralisme politique en période électorale. crédit : «Selon les cas, ce texte général est complété par un texte articulier qui fixe des règles complémentaires. Il fixe par exemple la liste des éditeurs tenus de transmettre chaque semaine au Conseil leurs relevés de temps de parole et d antenne. Le temps de parole correspond à la diffusion de toutes les interventions d un candidat ou de ses soutiens. Le temps d antenne recouvre, d une part, le temps de parole et, d autre part, l ensemble des éléments éditoriaux consacrés à un candidat ou à ses soutiens.» 4

5 L impact du code électoral dans la réalisation d une campagne pré-électorale Il est évident que la communication publique en période pré-électorale qu elle soit considérée du point de vue des candidats ou des collectivités locales, n est pas facile à gérer. Les restrictions qu impose le code électoral influencent la campagne électorale des candidats qui demeurent dans le contrôle des actes qu ils posent. S agissant d un nouveau candidat, ou même d un ancien élu qui voudrait être réélu, la période préélectorale étant sensible soumet à une transparence aussi bien dans la gestion financière que dans l utilisation des moyens matériels. Car les irrégularités ou le non respect de ces règles établies peuvent entrainer soit l annulation du scrutin ou des poursuites judiciaires auprès de tribunaux si cela concerne les dépenses des deniers publiques au profit d un candidat. Aussi dans le traitement de certains sujets, l autocensure apparaît également comme un moyen d échapper à l épée de Damoclès qui pèse au-dessus de leur tête lorsqu il faut par exemple aborder des thèmes précis. En définitive, communiquer en période préélectorale, revient à prendre en compte le contexte politique, les contraintes ainsi que tous les aspects juridiques et techniques indispensables au bon déroulement de la campagne et par extension du scrutin. crédit photo : crédit photo ; 5

6 Entretien avec Joseph Carles Elu à la ville de Blagnac, Joseph CARLES est adjoint au Maire délégué aux finances, à la stratégie et la coopération intercommunale. Il nous livre son point de vue sur la communication en période pré-électorale. 1. Que pensez-vous des règles de limitation de la communication publique en cette période? La limitation me parait nécessaire. C est une nécessité de justice entre les différents candidats. Parce que certains ont accès, de par leurs fonctions, aux médias, et d autres n y ont pas accès, ou dans une moindre mesure. Les élus sortants ont accès non seulement aux médias classiques, mais à la communication institutionnelle développée par les municipalités. Prenons l exemple du bulletin municipal : il pourrait être facile pour les sortants d utiliser ce support à leur profit. S il n y avait pas de limitation, cela signifierait que l on amplifierait l avantage des élus sortants par rapport aux autres candidats. Il est donc normal que, dans cette période-là, la règle essaie le plus possible de mettre les différents candidats à égalité. Je suis donc très favorable à cette limitation. C est un premier point quique me paraît déterminant. 2. Pensez-vous que ces règles préservent correctement l équité des candidats? Je dirais que c est un moindre mal. Elles n arrivent pas à rompre totalement avec ce que l on pourrait appeler «la prime au sortant». En même temps, il est aussi difficile de reprocher à un élu sortant de proposer à la population de prendre en compte le bilan de ce qu il a réalisé. On ne peut pas l attaquer en disant, cela ne va pas sans qu il ne soit en capacité de défendre son bilan. Nous nous situons donc dans quelque chose qui est un peu compliqué. Il pourrait probablement être judicieux de retravailler encore cette question des règles de limitation, pour allez chercher plus de justice. Mais aujourd hui il me semble que le cadre juridique apparaît comme un moindre mal, imparfait mais nécessaire, et jouant son rôle. 3. Pensez-vous que ces règles sont suffisamment clarifiées? et facilement applicables? Comme toujours, quand un cadre est extrêmement rigide, finalement il devient bloquant, paralysant. Et quand il est un peu plus souple, il laisse de l espace à l interprétation. Aujourd hui nous sommes un peu dans un entre-deux. La question est complexe et soulève des ambiguïtés. Il est souvent sensible d évaluer de ce qui relève de la communication politique. Prenons l exemple d une ville qui organise une manifestation tous les ans depuis cinq ans. Si elle continue à organiser cette manifestation, elle communique, et cela est normal, ce n est pas quelques chose qui va être considéré comme de la communication au profit du candidat déjà élu. En revanche, si c est la première année qu elle la met en place, elle est effectivement susceptible de voir la communication autour de cette manifestation être reprise dans les comptes de campagne. Pourtant même dans le cadre d une manifestation reconduite, si on peut modifier le format, le contenu ou les modalités de communication, cela doit-il être intégré dans les comptes de campagne? Toutes ces ambiguïtés ne pourront pas être levées. Il me semble qu il faut laisser un peu le bon sens, et puis laisser aussi les actions contentieuses, lorsqu elles sont nécessaires, faire leur œuvre. 6

7 4. Comment mettez-vous en œuvre la communication au sein de votre collectivité en ces périodes sensibles? Dans ma commune, comme dans beaucoup d'autres, nous avons tendance à pratiquer l'autocensure. J observe que nous avons très majoritairement la crainte de voir la communication contestée, il y a donc clairement des manifestations ou des inaugurations que nous préférons différer, car nous estimons que cela pourrait être ambigu. Il y a malgré tout des événements que l'on ne peut pas différer. Par exemple, à Blagnac, nous avons l'ouverture imminente d'un Musée de l'aéronautique. Les avions doivent être déplacés et amenés, depuis leur site actuel, jusqu'au musée. Il y a un programme élaboré depuis plusieurs mois maintenant. L'inauguration doit intervenir quelques temps avant les élections, et cet événement ne peut être reporté. Ainsi, la commune va être totalement absente de cet événement, et nous laissons faire les autres opérateurs en charge de ce projet, la SEM, le délégataire, Airbus. Si cet événement n'était pas survenu en période pré-électorale, la commune aurait pris part à cette manifestation. Mais elle a jugé préférable de se placer en retrait. Les équipes sortantes savent qu il faut éviter de risquer les actions contentieuses. Il faut être extrêmement vigilant. 5.Avez-vous établi des règles particulières de vigilance? Des processus de contrôle ou de vérification des communications par exemple? Nous avons effectivement une procédure en interne. Nous avons en quelque sorte un contrôle systématique, au niveau du Cabinet du Maire, de toutes les communications qui sont prévues, pour savoir si elles peuvent être autorisées ou non, en fonction des règles applicables à la communication dans lae période pré-électorale. Ainsi lorsque les services font des propositions, elles sont systématiquement passées au tamis de la validation des services du Cabinet. Le Cabinet ne juge pas de la pertinence du fond du message de communication, mais plutôt de son efficacité, et de sa conformité par rapport à la réglementation en cette période pré-électorale. En période hors élections, le Cabinet porte plus intérêt au fond et au sens du message. En période pré-électorale, c'est plutôt la conformité qui est surveillée. 6. Selon vous, est-ce un temps particulier pour la communication de la collectivité en direction des habitants? Le dialogue est-il toujours possible? Bien entendu, le dialogue est possible. Mais il y a plusieurs choses. Un peu partout, j'observe aujourd hui une tendance très caractéristique. D'une part, les listes d opposition aux équipes sortantes ont tendance à se situer dans une posture et un discours d enfermement. «troptrop d habitants, trop d habitations...». Il y a aussi une tendance, une forme de «démagogie à tous les étages». Tous les opposants sont prêts à baisser les impôts, dans un contexte ou l'etat annonce pourtant de nouvelles baisses des dotations aux collectivités, encore plus sévères que celles qui sont déjà survenues, de l'ordre de plusieurs milliard d'euros. Dans ce contexte, comment imaginer une baisse des impôts locaux? Ce serait un danger considérable du point de vue de la prospective. Et pourtant, un peu partout, les propositions sont en totale contradiction avec cette perspective de baisse des ressources. Il y a une inconnue par rapport au réalisme des projets proposés. En parallèle de cela, il y a un candidat sortant, qui porte un bilan et qui connaît les contraintes énormes qui pèsent sur la faisabilité des projets. Il y a une véritable déconnexion des discours entre des équipes en place, qui sont marquées par le réel, et des alternatives, des propositions «horssol», empreintes de démagogie. Le deuxième élément à mon avis est difficilement mesurable. Il s'agit de la mise en question et de la représentativité et du poids des réseaux sociaux ; Ils relèvent, selon moi, «d'un microcosme, microcosmique». Quel est le poids de ces réseaux sociaux? Quelle est leur représentativité? Est-ce que cela va peser ou non sur les résultats? Ce sont des questions qui se posent. Et l'on se situe à mon avis dans une forme de communication «d'intoxication». Il faut donc compter sur l'intelligence des électeurs, et leur capacité à peser et évaluer les points positifs et les points négatifs, parmi tous ces discours, sur les véritables arguments de fond. Quoi qu'il en soit, les élus sortants se doivent d'avoir une communication très sérieuse sur le bilan, et des propositions étayées. 7

8 Témoignage d ancien AGCOM Maria REYX, aujourd hui chargée de communication à la Marie de Castelmaurou, est issue de la pormotion AGCOM 2004/2005. Elle témoigne ici de son expérience en tant que communicant d une institution publique et nous raconte comment la communication est gérée dans cette période délicate. Votre parcours est atypique J ai eu la chance de travailler dans des structures très différentes. Que ce soit dans le secteur privé ou public, à chaque fois j ai rencontré des personnes compétentes et motivées, qui m ont transmis leurs valeurs et m ont fait confiance. C est la base dans notre domaine. Qu est ce que vous aimez dans ce métier? Ce qui me plaît vraiment c est qu on ne s ennuie jamais. Autant dire que tous les jours j apprends quelque chose de nouveau. Vous êtes responsable de communication d une collectivité territoriale. Quelles sont les difficultés que vous rencontrez? Dans la communication il faut être polyvalent et savoir adapter son message aux différentes cibles et collaborateurs pour répondre aux attentes et aux comportements rencontrés. 8 Par exemple, dans une mairie, les élus changent tous les 6 ans. Donc la stratégie de communication change. Il faut savoir s adapter et s améliorer, être force de proposition. Et convaincre. De plus, il faut toujours faire plus vite, mieux et avec moins de moyens. Comment gérez-vous la communication en période préélectorale? La communication en période préélectorale est bien définie par le Code électoral. En quelques mots, il faut respecter les grands principes : Neutralité Régularité Antériorité - Identité. Nous sommes obligés de veiller aux messages envoyés par tous les moyens et ce en fonction du calendrier électoral. Par exemple, pendant l année qui précède l élection municipale, les collectivités territoriales ont l interdiction de contribuer au financement de la campagne électorale d un candidat. Cette interdiction concerne entre autres les actions de promotion des actions réalisées ou toutes communications sur la gestion locale qui pourraient avoir un impact électoral. Mais aussi, pour les candidats sortants, il est interdit d utiliser les moyens humains et matériels de la commune pour la campagne électorale (personnel municipal, voiture de fonction, téléphone, photos, etc.). Les actions de communication mises en place par les collectivités peuvent néanmoins se poursuivre en évitant d apparaître comme des éléments de propagande en faveur de listes candidates. Comment éviter les dérapages pour ne pas favoriser le candidat élu en période préélectorale? Les élus jouent un double rôle : celle de représentant d un territoire et celle de personnalité qui souhaite être réélue. Ils doivent donc veiller à utiliser les moyens de communication propres à chacun de ces rôles, sans les confondre. La communication institutionnelle à destination des administrés et la communication politique au soutien de leur

9 candidature doivent faire appel à des moyens différents. Quant aux chargés de communication de la collectivité, ils ne doivent en aucun cas aider un candidat. Comment vous adaptez-vous aux changements dans votre structure en pleine période électorale? En tant que fonctionnaires, nous sommes au service des autres et promouvons une politique territoriale en faveur des habitants. Nous veillons au respect des règles imposées par la loi en matière de communication électorale. Le communicant territorial doit faire attention aux pressions exercées par les médias ou par les habitants qui se multiplient en cette période. En aucun cas il ne doit confondre son rôle avec celui des candidats. La rigueur et l intégrité sont les mots clé de notre métier. Quels conseils donneriez-vous aux Agcom pour la recherche d emploi? Envoyer un simple CV aujourd hui ne suffit plus. La recherche d emploi est un chemin plein d enseignements sur notre métier et sur nous-mêmes. Je vous conseille d aller à la rencontre des responsables de communication. Quand on va directement discuter avec ces personnes, on montre notre motivation et l intérêt qu on porte à la structure dans laquelle on postule. N hésitez pas à surprendre vos interlocuteurs, à sortir des sentiers battus. 9

10 Nous vous présentons ici les témoignages de quelques étudiantes de la promotion actuelle. Un grand merci à Marine, Julia et Carole, pour leur contribution ; elles nous apportent leur point de vue sur la communication publique en période préélectorale. La promo AGCOM 2013/ Que pensez-vous de la communication : La communication publique est une notion très large : débats publics, portes-paroles du gouvernement, communication des collectivités locales...c est une notion très riche mais également encadrée par de nombreuses contraintes : celle de la hiérarchie, du politiquement correct, des critiques des partis de l opposition etc.. Cependant, la communication publique est indispensable. En effet, les pouvoirs publics sont constitutionnellement censés représenter les citoyens, le secteur public doit donc s efforcer d être transparent et nouer un véritable lien entre ses actions et les citoyens d un : De mon point de vue, la communication publique est essentielle, qu elle soit politique, évènementielle, culturelle, sportive... Elle participe à la défense des valeurs portées par l ensemble des citoyens et accompagne ainsi l amélioration de la vie en communauté. Elle contribue également à développer l attractivité touristique et économique des territoires. La communication publique permet d informer les acteurs économiques, les acteurs culturels, les médias ainsi que l ensemble de la population des projets en cours et à venir. Elle est tout simplement un vecteur de dialogue avec les citoyens et de rassemblement autour de valeurs communes ; c est pourquoi elle me paraît primordiale. Elle représente un enjeu majeur pour les institutions publiques puisqu elle concourt à rendre compréhensibles leurs choix et leurs : La communication publique, donc institutionnelle, répond à un cadre juridique particulier en période de préélections. C est la raison pour laquelle la communication doit veiller à rester institutionnelle et non politique six mois avant le scrutin. 2. Comment le communicant public peut-il bien communiquer en période : Il faut avant tout que le communicant public respecte le cadre légal de la communication électorale au risque de se faire lyncher et d être sanctionné. Il doit par ailleurs savoir transmettre le message de son parti tout en s assurant l adhésion du plus grand nombre. Il ne doit donc pas trahir ses valeurs mais doit rester ouvert afin de toucher chaque : Le communicant public peut s exprimer sur le bilan politique du mandat en cours, sur tous les sujets : sportifs, culturels, urbains, économiques Il faut que le communicant reste prudent quant aux sujets politiques, il vaut mieux ne pas s exprimer que d entacher la campagne électorale en cours et mettre le candidat dans une position délicate. Le communicant public doit bien distinguer la communication institutionnelle de la communication politique. 10

11 @Carole : Le chargé de la communication institutionnelle peut communiquer sur le bilan du mandat écoulé. Les thèmes peuvent être variés et dans son périmètre d action : culture, éducation, urbanisme, logement, entre autres 3. Selon vous, quelles sont les difficultés rencontrées par les communicants publics dans cette période : Dans un premier temps, le cadre légal, comme dit précédemment, est un premier obstacle. Dans un second temps, je pense que les plus grosses difficultés sont de ne pas aller trop loin dans le dénigrement des concurrents, de rester fairplay, de faire face aux critiques, moqueries, imitations, aux ironies, aux diffamations et de toujours garder la tête haute, un discours honnête, ouvert et respectueux. La tentation d attaquer l opposition est : La principale difficulté en période pré-électorale est de ne pas évoquer les sujets politiques sensibles. Ils sont bien évidemment le centre de la communication politique en période pré-électorale, cependant, le communicant public doit s exprimer dans un cadre purement institutionnel. Comme les journalistes parlent au nom des médias, le communicant public doit s exprimer au nom de l institution concernée plutôt qu au nom du candidat. C est, il me semble, la principale : Les difficultés qui peuvent être rencontrées durant la période pré-électorale concernent les sujets politiques. Le candidat aux élections et en activité ne peut pas réagir dans les médias durant cette période, afin de respecter l équité entre tous les candidats aux élections. Le communicant doit donc orienter son message sur des thèmes purement institutionnels. 4. Quelles sont les qualités essentielles d un communicant : Les qualités essentielles selon moi sont la bonne compréhension de l univers politique, des institutions, des attentes et appréhensions des citoyens, l empathie, le respect, l anticipation, la subtilité. Il faut également être un bon orateur et fin dans sa : Un communicant public doit avant tout s informer puisqu information et communication se rejoignent. Il doit également rester prudent quant à la pression exercée par les médias lors de la période pré-électorale. Comme tous communicants, il doit disposer de qualités rédactionnelles et d une capacité d adaptation. Une compréhension des enjeux politiques est également essentielle. Pour résumé, je pense qu un communicant public doit être curieux, informé, attentif et avant tout passionné par son métier pour remplir au mieux ses : Les qualités essentielles d un communicant dans un service public doivent être la neutralité et la transparence. Un communicant reste informé des sujets d actualité locaux, régionaux, nationaux et internationaux. 11

12 L actu des AGCOM... 11ème édition de Concours de Courts à Toulouse : «Silence dans la salle, envoyez le magnéto!» Les 2 et 15 avril, venez voter pour vos courts préférés lors des projections publiques! Concours de Courts est de retour ce printemps pour sa 11ème édition. Le public est de nouveau invité à devenir jury le temps de deux projections publiques pour voter pour ses courts-métrages préférés les 2 et 15 avril Des projections gratuites et ouvertes à tous Quelques 350 talents du monde entier (Mali, Etats-Unis, Argentine, Canada, Espagne, Allemagne...) ont tenté leur chance et ont répondu à l appel à candidatures de la 11ème édition de «Concourts de Courts». Cette année encore beaucoup de films de qualité et beaucoup de créativité : films, documentaires, comédies, films d animation... Il y en aura pour tous les goûts. Le public, un jury à part entière Ces projections sont l occasion pour le public de découvrir ou redécouvrir le format original du court-métrage, d autres cultures, mais aussi de donner son avis sur la quarantaine de films sélectionnés par notre pré-jury de professionnels de l audiovisuel et de la communication. Lors de ces projections, le public joue un rôle primordial puisqu il est amené à voter pour ses films favoris, et à déterminer les 20 œuvres qui seront visionnées, jugées, et récompensées par le jury final. 11 années de courts-métrages Créé en 2003 à l initiative de Serge Regourd, Directeur du Master 2 professionnel «Administration et Gestion de la Communication» de l Université Toulouse 1 Capitole, le festival est devenu un rendez-vous incontournable du court métrage à Toulouse. La cérémonie de clôture, quant à elle, de déroulera le 23 mai 2014 au cinéma l ABC. Les films seront diffusés, le public votera pour son coup de cœur, et le jury remettra les prix aux vainqueurs. Un cocktail dînatoire clôturera l événement. INFORMATIONS PRATIQUES : Entrée libre et gratuite Mercredi 2 avril 2014 : 1ère projection 18h-20h/ 2nde projection 20h-22h Salle des Arts du Spectacle Ecole Supérieure de l Audiovisuel de Toulouse (ESAV) 56, rue du Taur Toulouse Pour plus d infos sur le concours : Internet : Twitter Facebook : concoursdecourtstoulouse Mardi 15 avril 2014 : 18h-20h Amphithéâtre Guy Isaac. Manufacture des Tabacs, Université de Toulouse 1 Capitole 21, Allée de Brienne Toulouse 12

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014

ADOPTER SON DISPOSITIF ÉLECTORAL POUR LES ELECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES ÉDITEURS POUR LA COUVERTURE DES ÉLECTIONS FÉDÉRALES, RÉGIONALES ET EUROPÉENNES DU 25 MAI 2014 EN FÉDÉRATION WALLONIE- BRUXELLES Les élections constituent un moment particulier

Plus en détail

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité

Définir une stratégie de communication. Adapter la communication au territoire et à la collectivité détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Définir une stratégie de communication Définir et partager une politique de communication Cerner les enjeux de la communication publique territoriale...2662 Établir

Plus en détail

ASSISTANT TERRITORIAL DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHÈQUES PRINCIPAL DE 2 e CLASSE

ASSISTANT TERRITORIAL DE CONSERVATION DU PATRIMOINE ET DES BIBLIOTHÈQUES PRINCIPAL DE 2 e CLASSE Cadrage actualisé 15/10/15 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale ASSISTANT TERRITORIAL

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 58 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la communication des collectivités territoriales, PRÉSENTÉE Par M. Jean-Claude

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE Filière administrative CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat à se préparer au

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

L ORGANISATION MATERIELLE ET LES MODALITES DE VOTE

L ORGANISATION MATERIELLE ET LES MODALITES DE VOTE L ORGANISATION MATERIELLE ET LES MODALITES DE VOTE 1. Comment sont fixées les modalités d organisation des élections? 2. Quels sont les moyens matériels de vote qui doivent être mis à disposition des électeurs

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI ORGANIQUE TEXTE ADOPTE n o 181 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2002-2003 24 juillet 2003 PROJET DE LOI ORGANIQUE relatif au référendum

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

OBJET : Organisation des élections cantonales et municipales partielles.

OBJET : Organisation des élections cantonales et municipales partielles. Secrétariat général DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE Sous-direction des affaires politiques et de la vie associative Bureau des élections et des études politiques CIRCULAIRE N

Plus en détail

bulletin de vote Document utilisé par les électeurs pour indiquer leur choix lors d une élection ou un référendum.

bulletin de vote Document utilisé par les électeurs pour indiquer leur choix lors d une élection ou un référendum. A acclamation Candidat élu par acclamation n a pas d opposants. Il n y a donc pas de vote. analyser Examiner de façon méthodique et détaillée, dans le but de fournir une explication et de donner une interprétation.

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC Participation à l'assemblée L'assemblée est une réunion privée à laquelle ne peuvent assister que les copropriétaires ou leurs mandataires. Les personnes étrangères au syndicat,

Plus en détail

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat

Réunion téléphonique du 20 mars 2014. L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Réunion téléphonique du 20 mars 2014 L installation du conseil municipal et les premières mesures à prendre en début de mandat Le terme du mandat Fin de mandat des conseillers municipaux : le 23 mars 2014,

Plus en détail

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets

Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Bourse nationale d expérimentation en faveur de la participation des habitants Appel à projets Contexte Réaffirmés par le Comité Interministériel des Villes (CIV) du 19 février 2013, l engagement citoyen

Plus en détail

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique COLLOQUE DE L ACA-EUROPE 15-17 JUIN 2014 2 ème table ronde : Le contrôle de la régulation économique par le juge administratif suprême R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal)

Commentaire. Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013. M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Commentaire Décision n 2013-326 QPC du 5 juillet 2013 M. Jean-Louis M. (Inéligibilités au mandat de conseiller municipal) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel le 17 avril 2013 (décision

Plus en détail

Charte du Conseil des enfants

Charte du Conseil des enfants Juillet 2014 Charte du Conseil des enfants Notre monde actuel connaît une révolution technologique sans précédent, marquée notamment par des modifications fondamentales de nos moyens de communication et

Plus en détail

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS Dans le cadre de l élection présidentielle du 15 avril 2015, la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Financement électoral pour les candidats et les tiers. Contrôleur du financement politique

Financement électoral pour les candidats et les tiers. Contrôleur du financement politique Financement électoral pour les candidats et les tiers Contrôleur du financement politique 2014 Objectifs de la formation 1. Documents importants 2. Portée de la Loi sur le financement de l activité politique

Plus en détail

6/19/2014. Financement électoral pour les candidats et les tiers. Objectifs de la formation. 1. Documents importants

6/19/2014. Financement électoral pour les candidats et les tiers. Objectifs de la formation. 1. Documents importants Financement électoral pour les candidats et les tiers Contrôleur du financement politique 2014 Objectifs de la formation 1. Documents importants 2. Portée de la Loi sur le financement de l activité politique

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

- CONCOURS NOUVEAUX REGARDS SUR L ENTREPRISE

- CONCOURS NOUVEAUX REGARDS SUR L ENTREPRISE - CONCOURS NOUVEAUX REGARDS SUR L ENTREPRISE ACCUEILLEZ UN JEUNE RÉALISATEUR! Sommaire Le concours... p 3 4 Accueillir un jeune réalisateur dans votre entreprise... p 5-11 Présentation de la société Histoires

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets en Communication Titre Bac+4 certifié niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 320 Groupe ISEE 1 CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP SOUS LE N 320

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE

STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE Réalisé le I - Dispositions relatives au but et à la composition de l association Article 1 Objet et but 1.1- L association dite «Club de», dénommée ci-après «...», régie

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

STATUTS. Il est créé entre les adhérents aux présents statuts, une Association dénommée, qui a pour sigle.

STATUTS. Il est créé entre les adhérents aux présents statuts, une Association dénommée, qui a pour sigle. Le présent document est un modèle de Statuts proposé à titre indicatif aux clubs affiliés ou souhaitant s affilier à la Fédération Française d Haltérophilie Musculation (F.F.H.M). Il constitue une aide

Plus en détail

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Parti libéral du Canada Conseil des présidents Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Le présent règlement établit les procédures pour l élection des Dirigeants du Conseil des

Plus en détail

La communication institutionnelle des communaut!s en p!riode!lectorale

La communication institutionnelle des communaut!s en p!riode!lectorale La communication institutionnelle des communaut!s en p!riode!lectorale! Rappels juridiques! Octobre "##$ N ombre de communautés ont mis en place des politiques de communication chargées d assurer la légitimité

Plus en détail

Telle est l économie de la présente Loi.

Telle est l économie de la présente Loi. REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGONGO LOI ORGANIQUE MODIFIANT ET COMPLETANT LA LOI N 10/013 DU 28 JUILLET 2010 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE Avril

Plus en détail

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 18 juin au 3 juillet 2015

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 18 juin au 3 juillet 2015 Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Ligne directrice n o 2015-09 Publicité électorale par les partis enregistrés Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle,

Plus en détail

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union

RÈGLEMENTINTÉRIEUR MAI 2015. Éditions de l Union RÈGLEMENTINTÉRIEUR Éditions de l Union TITRE I ADHÉRENTS Article 1 er DEMANDE D ADHÉSION 1. Toute personne physique souscrivant à l objet et aux valeurs du Mouvement peut adresser une demande d adhésion,

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90. Délégation de fonctions et délégation de signature

CIRCULAIRE CDG90. Délégation de fonctions et délégation de signature CIRCULAIRE CDG90 14/08 Délégation de fonctions et délégation de signature! Code Général des Collectivités Territoriales, notamment article L2122-18, L2122-19, L3221-3, L4231-3, L5211-2 et R2122-8 I DEFINITIONS!

Plus en détail

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

ELECTIONS PROFESSIONNELLES ELECTIONS PROFESSIONNELLES 1. Mise en œuvre des élections a. Date et affichage des élections professionnelles b. Négociation du protocole d accord préélectoral c. Les collèges électoraux 2. Electorat a.

Plus en détail

LA COMMUNICATION PARLEMENTAIRE

LA COMMUNICATION PARLEMENTAIRE LA COMMUNICATION PARLEMENTAIRE Objectifs et Enjeux stratégiques LES FONDAMENTAUX DE LA COMMUNICATION PARLEMENTAIRE Exister en tant qu'institution, faire, faire savoir 2 C est l ensemble des actions menées

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

La perception de la décentralisation par les élus locaux

La perception de la décentralisation par les élus locaux La perception de la décentralisation par les élus locaux Présentation du 26 juin 2012 Contacts TNS Sofres : Stratégies d'opinion / Politique Laure SALVAING / Gwennaig MALPART SOMMAIRE 1 Les missions d

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES

RENCONTRES DÉPARTEMENTALES RENCONTRES DÉPARTEMENTALES DÉPARTEMENT (en toutes lettres): MEURTHE ET MOSELLE (à écrire également en bas de cette page en double-cliquant sur le mot «département» puis cliquer sur «fermer» dans la barre

Plus en détail

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique

Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Conférence : la Dynamique Participative ou la Puissance de l Intelligence collective, au service de l innovation Pédagogique et Technologique Introduction Les lycées seront amenés à relever d importants

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE DOLLOT SÉANCE DU 29 MARS 2014

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE DOLLOT SÉANCE DU 29 MARS 2014 PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE DOLLOT SÉANCE DU 29 MARS 2014 Le Samedi Vingt Neuf Mars Deux Mil Quatorze à 10h00, le Conseil Municipal régulièrement convoqué s est réuni en séance publique dans

Plus en détail

VENDÉE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES MANDAT 2014-2016

VENDÉE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES MANDAT 2014-2016 VENDÉE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES JEUNES MANDAT 2014-2016 Première Partie Etre élu, c est s engager et être responsable Les élections, c est : élire des représentants (élus), qui représentent tous les citoyens,

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

RÈGLEMENT DES OPÉRATIONS ÉLECTORALES 2016

RÈGLEMENT DES OPÉRATIONS ÉLECTORALES 2016 RÈGLEMENT DES OPÉRATIONS ÉLECTORALES 2016 adopté par le Conseil d Administration de la mutuelle Médicis (Élection des délégués à l Assemblée Générale de Médicis) Mis à jour le 1 er janvier 2016 SOMMAIRE

Plus en détail

LA GESTION DU PLURALISME EN PERIODE ELECTORALE : L EXPERIENCE DU SENEGAL AVEC LE CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DE L AUDIOVISUEL.

LA GESTION DU PLURALISME EN PERIODE ELECTORALE : L EXPERIENCE DU SENEGAL AVEC LE CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DE L AUDIOVISUEL. LA GESTION DU PLURALISME EN PERIODE ELECTORALE : L EXPERIENCE DU SENEGAL AVEC LE CONSEIL NATIONAL DE REGULATION DE L AUDIOVISUEL. 1 INTRODUCTION La régulation de l audiovisuel a une histoire au Sénégal.

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL,

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Décision n 2012-4638 AN du 18 janvier 2013 A.N., Eure (2 ème circ.) M. Jean-Pierre NICOLAS LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu la requête n 2012-4638 présentée, pour M. Jean-Pierre NICOLAS, demeurant à Evreux

Plus en détail

Nouvelle citoyenneté, nouvelles influences

Nouvelle citoyenneté, nouvelles influences Nouvelle citoyenneté, nouvelles influences Rapport 15 place de la République 75003 Paris À : De : La Rédaction de 20 Minutes Luc Balleroy MÉTHODOLOGIE La méthodologie Echantillon de 1004 personnes représentatif

Plus en détail

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014

Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Sondage Jour du vote : Motivations de vote et d abstention au premier tour des élections municipales de 2014 Harris Interactive 23/03/2014 Sommaire Méthodologie de l enquête P.3 1. Intérêt et attitude

Plus en détail

pratiques Mettre en place le vote électronique Pour quels scrutins l employeur peut-il recourir au vote électronique?

pratiques Mettre en place le vote électronique Pour quels scrutins l employeur peut-il recourir au vote électronique? pratiques [élections des représentants du personnel] Mettre en place le vote électronique Lorsqu il organise les élections professionnelles, l employeur a la possibilité d opter pour un vote électronique.

Plus en détail

Sites internet des collectivités, Web 2.0 et communication en période préélectorale

Sites internet des collectivités, Web 2.0 et communication en période préélectorale AGVF Sites internet des collectivités, Web 2.0 et communication en période préélectorale Anne CANTERO Docteur en droit Avocate associée 1 Présentation du cabinet d avocats Le cabinet Caprioli & Associés

Plus en détail

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités

Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG. Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Département intercommunalité et territoires 18 mars 2013 MCG-HG Principales dispositions concernant les communes et les intercommunalités Projet de loi relatif à l élection des conseillers départementaux,

Plus en détail

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales

VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales VADE-MECUM DES RELATIONS ELUS / AGENTS dans les collectivités locales Préambule : quels enjeux? La question des relations élus / agents se pose dans les collectivités locales en raison de la coexistence

Plus en détail

PREFECTURE DE TARN-ET-GARONNE REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014

PREFECTURE DE TARN-ET-GARONNE REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014 REUNION DES MAIRES 24 ET 25 AVRIL 2014 SOMMAIRE LE MAIRE, AGENT DE L ÉTAT LE CONTRÔLE DE LEGALITE ET LA FONCTION DE CONSEIL LA TELETRANSMISSION : ACTES LES ÉCHÉANCES A VENIR LE MAIRE, AGENT DE L ÉTAT Le

Plus en détail

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012

Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 Synthèse du comité directeur du 24 mai 2012 PROJET DE MODIFICATION DU COMPTE RENDU DE COMITE DIRECTEUR La rédaction des comptes rendus et des synthèses destinées aux guides génère un travail important

Plus en détail

«On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!»

«On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!» «On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!» Retour sur la première année du mandat d Anne Hidalgo avec les élus du groupe UMP au Conseil de Paris et l oeil de Ménégol Et si on osait vraiment Paris?

Plus en détail

DEPARTEMENT DES VOSGES

DEPARTEMENT DES VOSGES DEPARTEMENT DES VOSGES DEPARTEMENT DES VOSGES Contrat d'objectifs et de moyens Département des Vosges / SEM Vosges Télévision Contrat d'objectifs et de moyens ENTRE : Le Département des Vosges Représenté

Plus en détail

RÈGLEMENT DES PRIX «FONDATION RAJA WOMEN S AWARDS» 2 e Edition - 2014

RÈGLEMENT DES PRIX «FONDATION RAJA WOMEN S AWARDS» 2 e Edition - 2014 RÈGLEMENT DES PRIX «FONDATION RAJA WOMEN S AWARDS» 2 e Edition - 2014 Article 1 : Objet des Prix Dans la perspective de prolonger son engagement permanent d agir en faveur des femmes dans le monde, la

Plus en détail

A16 FAIRE OU FAIRE FAIRE : DSP, SPL, RÉGIES

A16 FAIRE OU FAIRE FAIRE : DSP, SPL, RÉGIES A16 FAIRE OU FAIRE FAIRE : DSP, SPL, RÉGIES Organisateur LA LETTRE DU SECTEUR PUBLIC Coordinateur et animateur Jean DUMONTEIL, Directeur de la Lettre du secteur public Cet atelier est l occasion d aborder

Plus en détail

Aspirations et valeurs

Aspirations et valeurs Communiquer avec les électeurs Un exposé consiste d'un énoncé de cinq à sept paragraphes qui offre une rationale complète et cohérente en faveur du candidat et qui établit un lien entre l'histoire personnelle

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2007 07 89 0262 Catégorie : C* REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Développement de la démarche innovation I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT ENTRE LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS DE BELGIQUE ET L ASSEMBLEE NATIONALE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI

PROTOCOLE DE PARTENARIAT ENTRE LA CHAMBRE DES REPRESENTANTS DE BELGIQUE ET L ASSEMBLEE NATIONALE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE AVEC LE SOUTIEN DU SPF AFFAIRES ÉTRANGÈRES, COMMERCE EXTÉRIEUR ET COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT DU ROYAUME DE BELGIQUE PROTOCOLE DE PARTENARIAT ENTRE LA CHAMBRE DES

Plus en détail

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015 10 juillet 2015 Edito Cette nouvelle lettre de l Etat est spécifique et a pour thème : La Commune Nouvelle. Elle a pour objectif d expliquer ce qu est cette entité territoriale, de vous présenter les modalités

Plus en détail

RÈGLEMENT DES PRIX «FONDATION RAJA WOMEN S AWARDS» 2013

RÈGLEMENT DES PRIX «FONDATION RAJA WOMEN S AWARDS» 2013 RÈGLEMENT DES PRIX «FONDATION RAJA WOMEN S AWARDS» 2013 Article 1 : Objet des Prix Dans la perspective de prolonger son engagement quotidien d agir en faveur des femmes dans le monde, la Fondation RAJA

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Journée des Présidents de Section. Le 5 juin 2014

Journée des Présidents de Section. Le 5 juin 2014 Journée des Présidents de Section Le 5 juin 2014 Journée des présidents de sections 5 Juin 2014 9h30 Accueil des participants. 10h00 Ouverture de la journée Simon FORTEL, coordinateur National Accueil

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCÈS AU GRADE D EDUCATEUR TERRITORIAL DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES PRINCIPAL DE 1ère CLASSE PAR AVANCEMENT DE GRADE

EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCÈS AU GRADE D EDUCATEUR TERRITORIAL DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES PRINCIPAL DE 1ère CLASSE PAR AVANCEMENT DE GRADE Service Interrégional des Concours Filière sportive EXAMEN PROFESSIONNEL D ACCÈS AU GRADE D EDUCATEUR TERRITORIAL DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES PRINCIPAL DE 1ère CLASSE PAR AVANCEMENT DE GRADE Cette

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5)

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) Fiche 5 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) o Code de l action sociale et des familles (CASF) : articles L. 123-4 à L. 123-9 articles R.123-1 à R.123-26

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

Élections professionnelles 2014

Élections professionnelles 2014 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord Élections professionnelles 2014 www.cdg59.fr Commissions administratives paritaires (CAP) Comités techniques (CT) Comités d hygiène de sécurité

Plus en détail

Règlement du PRIX JEUNES TALENTS COTE-D OR- création contemporaine

Règlement du PRIX JEUNES TALENTS COTE-D OR- création contemporaine Règlement du PRIX JEUNES TALENTS COTE-D OR- création contemporaine Article 1 : Dans le cadre de son programme AmbitionS Côte-d Or, le Département s est fixé pour objectif de soutenir la création contemporaine

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Ville de Mont-Saint-Hilaire t-saint-hilaire Ville de Mont-Saint-Hilaire Entrée en vigueur de la Politique de communication de la Ville de Mont-Saint-Hilaire : le 4 juin 2012

Plus en détail

Les Voix(es) de la participation Formation, rencontres et échanges à partir de l expérience Destinée aux usagers de services en santé mentale

Les Voix(es) de la participation Formation, rencontres et échanges à partir de l expérience Destinée aux usagers de services en santé mentale Les Voix(es) de la participation Formation, rencontres et échanges à partir de l expérience Destinée aux usagers de services en santé mentale Programme 2015 [de février à juillet] 2 À qui s adresse Les

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET

DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET DEPARTEMENT DU NORD - ARRONDISSEMENT DE LILLE COMMUNE DE LOMPRET R E G L E M E N T I N T E R I E U R D U C O N S E I L M U N I C I P A L Adopté par délibération n 36/2014 en date du 02 juillet 2014 Commune

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Alerte Fasken Martineau

Alerte Fasken Martineau Alerte Fasken Martineau Avril 2005 Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Les plafonds des contributions politiques et des dépenses électorales sont majorés à temps avant la prochaine élection Vancouver Calgary

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE

FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE FICHE 4 TOUT CE QUI CHANGE EN MATIERE D INFORMATION- CONSULTATION DU CE 1. Les délais de consultation du CE Sur le principe, rien ne change, en pratique, toute votre vie d élu CE va être bouleversée et

Plus en détail

Communication et développement des institutions

Communication et développement des institutions Métiers de la communication Métiers du développement des institutions Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 255 métiers de la communication DIRECTEUR DE COMMUNICATION Code : COM01 Directeur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

PRÉFET DE LA VIENNE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE

PRÉFET DE LA VIENNE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE FICHE N 1 PROCEDURE DE CREATION DE LA COMMUNE NOUVELLE Les communes nouvelles sont soumises aux dispositions du CGCT applicable aux communes, sous réserve des dispositions dérogatoires des articles L.2113-1

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats

Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Votre guide pour l organisation d une rencontre de l ensemble des candidates et des candidats Élections municipales et scolaires de 2014 en Ontario Le lundi 27 octobre 2014 En Ontario, les élections municipales

Plus en détail

Les obligations des candidats aux élections présidentielle et législatives en matière de financement de leurs campagnes électorales

Les obligations des candidats aux élections présidentielle et législatives en matière de financement de leurs campagnes électorales Communiqué de presse 27 mars 2007 Les obligations des candidats aux élections présidentielle et législatives en matière de financement de leurs campagnes électorales Si les citoyens français savent que

Plus en détail

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT

3.2 PERTE DE LA QUALITE D ADHERENT REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 REGLEMENT INTERIEUR. En application de l article 25 des statuts il est créé un Règlement Intérieur. ART. 2 CONSTITUTION. (article 1 des statuts) Seuls les associations et

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail