Enfin un dialogue possible?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enfin un dialogue possible?"

Transcription

1 n 11 Magazine de Beci Brussels Enterprises Commerce & Industry Enfin un dialogue possible? ENSEIGNEMENT NOS ENFANTS ENFIN BILINGUES? LES VENDANGES LOUISE QUAND LE CHIC FAIT LA FÊTE

2 ÉCOUTER / SE COMPRENDRE EXAMINER / RÉSOUDRE SD Worx la convergence des talents De gauche à droite : Anette Böhm, SD Worx Chief Human Resources Officer, Harold Ryckaert, SD Worx Chief Information Officer et Stefan Stijfhals, Mobistar Corporate Account Manager. Tout autour : une équipe de 300 collaborateurs ICT. Aujourd hui, la croissance numérique pousse les départements RH et ICT à se rapprocher. C est donc tout naturellement que SD Worx et Mobistar se sont rencontrés et très vite retrouvés sur la même longueur d onde. Les employés souhaitent davantage décider où, quand et comment ils travaillent. Grâce aux télécommunications et aux réseaux, ce «bureau» de plus en plus virtuel est désormais concevable. Ainsi, la collaboration entre employés devient plus performante et les entreprises plus productives. SD Worx guide ses clients pour intégrer ces nouveaux défis. Et Mobistar veille au soutien technologique qui rend cela possible. L un dans l autre, un partenariat plus que dynamique. Pour tout savoir sur SD Worx &Mobistar et comprendre pourquoi nous pourrions devenir partenaires, rendez-vous sur ou regardez la vidéo en scannant le code QR ci-contre.

3 edito Reporters Jean-Claude Daoust, président de BECI Le futur plan régional de stationnement : anti socio-économique et anti-bruxellois? Après plus de vingt ans de politique fragmentée par Commune, le Gouvernement bruxellois doit décider d un plan régional de stationnement. Cette volonté de cohérence et d harmonisation au sein de la Région de Bruxelles-Capitale est saluée par le monde des entreprises. Pour autant, le projet sur la table du Conseil des Ministres inquiète au plus haut point nos entreprises. Ce plan organise davantage la congestion qu il ne favorise la mobilité. 1 Difficile en effet d envisager un tel projet sans que des alternatives valables à la voiture aient été mises en place. En périphérie, c est la création de stationnements de délestage et l opérationnalisation du RER notamment. A Bruxelles, c est le renforcement des transports en commun, à commencer par le métro. Réduire le nombre de stationnements de unités en voirie avec une hausse très importante des tarifs ne peut s imaginer que dans ce cadre. Le plan actuel est inapplicable : La STIB et la SNCB sont aujourd hui saturées et déclarent d ailleurs, en l état actuel de leurs investissements, ne pouvoir améliorer la cohabitation des modes de déplacement publics et privés. Autre élément dont il n a absolument pas été tenu compte : l explosion démographique à Bruxelles. Le plan postule, par la réduction de 20% des places de stationnement, une stabilisation de la population alors même que les chiffres de 2011 démontrent déjà une croissance supérieure à celle prévue par le bureau du Plan. Au rythme actuel, Bruxelles comptera habitants en Tous les secteurs se sont associés à notre analyse que nous avons exposé la conférence des Bourgmestres pour réclamer une rencontre avec le Ministre-Président avant toute décision. Notamment pour réclamer l intégration de l augmentation démographique dans toute la réflexion. Nous sommes convaincus que notre appel à la raison sera entendu et que le bon sens aura le dessus!

4 sommaire NOVEMBRE 11 BRUSSELS, ENTERPRISES, COMMERCE & INDUSTRY 1 Edito 4 Enjeux : Brussels Metropolitan : La collaboration est la nouvelle forme de concurrence 6 Enjeux : Journée nationale du télétravail 8 Enjeux : Les conseillers de l entreprise : à qui faire appel? 12 Brussels Hotels Association : Election du meilleur Club Sandwich des hôtels bruxellois 14 BECI HR Lunch : Un dîner à haute valeur ajoutée 18 Environnement et business : Marchés publics bruxellois plus verts cherchent entreprises plus responsables 20 Environnement et business : Sodexo, un acteur vert de la 1 e heure 22 Espace membres Entreprendre est le mensuel de Beci (Chambre de Commerce & Union des Entreprises de Bruxelles) Editeur responsable Olivier Willocx t f Rédaction Responsable : Roel Veyt Collaborateurs : Production & Abonnements Design : Graphisme Impression : DB Print Traduction : Wouter Devriese, Litteris & Data Translations International Photos de couverture : Reporters Tous droits réservés Reproductions interdites sans autorisation écrite de l éditeur Abonnements pour 10 numéros + Who s who Beci. Infos : t 31 BECI International : Mieux accompagner les exportateurs 58 Bloc-notes 60 Demandes d admission L ENTREPRISE AU QUOTIDIEN 32 Bizzbox 35 Boîte à Outils : Où dois-je gérer les fonds de mon entreprise : dans un port protégé ou sur une mer houleuse? DOSSIER BRUXELLES & ENTREPRISES 37 Bilinguisme et enseignement à Bruxelles 40 Les Vendanges Louise 44 La STIB et les transports en commun à Bruxelles PUBLICITÉ Entreprendre/Dynamiek est lu chaque mois par plus de décideurs. Tirage moyen par numéro : ex. Infos et réservations : Geneviève N. Juste Véronique Legein NOS PROCHAINS DOSSIERS Entreprendre Dynamiek Décembre 2011 Dossier International Janvier 2012 Dossier - La voiture du futur Partenaires structurels de Beci 46 Microsoft Innovation Center Brussels (MIC) 48 Tourisme : plus proche de toi, ma belle 50 Les bâtiments exemplaires à Bruxelles 56 Le Heysel, pôle stratégique local ou hors frontière? PRINTED ON TCF PAPER

5 Chef, j'ai encore quelques documents cruciaux! merak sa la meilleure alternative

6 enjeux La collaboration est la nouvelle forme de concurrence 4 «La seule manière pour l Europe et les États-Unis d émerger de la crise est d axer leurs économies sur l exportation et sur la réduction des émissions de CO2. L innovation et un système d enseignement performant sont les seules façons d accéder à davantage de prospérité. Et cette prospérité, elle proviendra des grandes métropoles.» Ces paroles sont celles de Bruce Katz, directeur du Brookings Metropolitan Policy Program et conférencier invité au Symposium 2011 de Brussels Metropolitan. C est sous le titre The Metropolis Era que s est tenu, le 17 octobre dernier, le Symposium annuel de Brussels Metropolitan. Au pupitre du conférencier, Bruce Katz de la Brookings Institution, le plus ancien think-tank indépendant des États-Unis. Katz, son bouillant directeur du Metropolitan Policy Program, exprime des opinions très tranchées sur la manière dont les États-Unis et l Europe peuvent redynamiser leurs économies respectives. Il estime que les régions métropolitaines doivent jouer un rôle crucial dans ce processus de redynamisation : «S ils veulent mettre en place The Next Economy, les États-Unis et l Europe doivent stimuler l esprit d entreprise et le dynamisme des régions métropolitaines. La métropole est le moteur de la relance économique et de l innovation.» 43 millions d Américains sous le seuil de pauvreté Katz affirme que la crise économique qui perdure constitue la base de tout débat : «La Grande Récession est une sonnette d alarme pour les États- Unis : 8,8 millions d emplois perdus, à peine un quart récupéré au cours de la reprise laborieuse de ces derniers mois et un taux de chômage qui continue à osciller autour de 9 %. Trois Américains sur quatre ont perdu leur travail ou connaissent quelqu un qui s est retrouvé au chômage. 43 millions d Américains vivent sous le seuil de pauvreté.» Ce sont des chiffres impressionnants qui appellent un changement radical de politique, déclare Katz : «Les États-Unis doivent se consacrer Bruce Katz (Brookings Institution) : «La métropole est le moteur de la relance économique et de l'innovation.» massivement à la croissance de leurs exportations. En 2010, l exportation ne représentait que 13 % du produit intérieur brut (PIB) des USA. À titre de comparaison, les exportations représentent 30 % du PIB de la Chine. Voilà qui explique l objectif ambitieux du «Il faut que les villes, les périphéries et les régions cessent de se chiper mutuellement des entreprises et des activités économiques en agitant des privilèges fiscaux ou d autres avantages. Tout cela ne nous fera pas avancer d un iota dans la concurrence avec la Chine et d autres puissances économiques mondiales. La collaboration est la nouvelle forme de concurrence.» Bruce Katz, directeur du Brookings Metropolitan Policy Program président Obama : le doublement des exportations dans les cinq ans, essentiel à l économie américaine.» Une économie propre Une deuxième piste d action se situe dans une conversion totale à l économie verte. Une économie propre

7 enjeux s appuie sur des émissions de CO2 réduites et sur le développement durable. 2,7 millions d Américains travaillent d ores et déjà dans cette économie propre. «Il y a pourtant moyen de faire mieux, avec davantage d innovation technologique. Il suffit de penser aux véhicules électriques, aux smartphones, aux soins de santé à distance etc.» Katz affirme que cette nouvelle économie verte et basée sur l exportation sera surtout portée par les grandes villes : «Les 100 plus grandes régions métropolitaines des États-Unis concentrent aujourd hui les deux tiers de la population et produisent 75 % du PIB. Elles se situent en première ligne pour l exportation vers les nouveaux grands pôles économiques mondiaux que sont la Chine, le Brésil et l Inde.» La concurrence, mais ensemble Il n empêche : tout comme le reste des États-Unis, les régions métropolitaines doivent se mettre à innover de toute urgence. «Nous devons évoluer d une économie axée sur la consommation et l endettement vers une économie productive et durable. Nous ne devons pas nous contenter de construire des Starbucks et de grands stades de sports : il faut aussi que nous investissions dans les sciences de la vie, dans les finances, dans le transport et la logistique. Cela implique un changement de mentalité. Il faut que les villes, les périphéries et les régions cessent de se chiper mutuellement des entreprises et des activités économiques en agitant des privilèges fiscaux ou d autres avantages. Tout cela ne nous fera pas avancer d un iota dans la concurrence avec la Chine et d autres puissances économiques mondiales. La collaboration est la nouvelle forme de concurrence. C est dans ce cadre que Brookings a défini un metropolitan business plan, qui est aussi un projet pilote pour Greater Seattle, Minneapolis/St.Paul et Northeast Ohio : depuis peu, ces régions collaborent étroitement en matière d innovation, d efficacité énergétique et de reconversion des ouvriers industriels.» «Les métropoles doivent se comporter conformément à leur statut de moteur de la prospérité nationale. Les pouvoirs nationaux sont bien conscients que les métropoles sont trop grandes pour conduire leur économie à l échec. Pour autant qu elles s organisent mieux, les régions métropolitaines seront bientôt trop grandes aussi pour tolérer que les politiciens continuent à les négliger.» Bruce Katz, directeur du Brookings Metropolitan Policy Program Washington DC et Bruxelles Katz estime que la collaboration économique entre les métropoles ne peut pas s arrêter aux frontières nationales. «Les entrepreneurs de demain ne tiennent pas compte des frontières nationales sur la carte du monde. Ils s intéressent plutôt aux régions métropolitaines internationales qui entretiennent des relations de partenariat fortes. Il y a là de nombreuses perspectives de croissance. Washington DC et Bruxelles, deux capitales qui hébergent de nombreuses institutions internationales, détiennent un potentiel considérable pour dynamiser de tels partenariats. Elles peuvent mettre en commun leurs meilleures pratiques concernant la gestion des relations entre les autorités fédérales et la métropole, concernant aussi le transport et la mobilité, l intégration des communautés allochtones, la sécurité etc.» Et que faire si les autorités fédérales n apportent pas suffisamment de soutien à la dynamique métropolitaine? «Les métropoles doivent se comporter conformément à leur statut de moteur de la prospérité nationale. Les pouvoirs nationaux sont bien conscients que les métropoles sont trop grandes pour conduire leur économie à l échec. Pour autant qu elles s organisent mieux, les régions métropolitaines seront bientôt trop grandes aussi pour tolérer que les politiciens continuent à les négliger.» Plus d infos : Roel Veyt Communauté Métropolitaine : Enfin un dialogue possible? BECI, VOKA, l UWE et la FEB se félicitent de la volonté affichée par les trois Ministres Présidents de renforcer les concertations entre les trois Régions au sein de la «communauté métropolitaine» en gestation. Les quatre principales organisations d employeurs du pays ont organisé ce lundi 17 octobre la 3 e édition du symposium annuel de leur projet commun Business Route 2018 for Metropolitan Brussels». Elles se sont félicitées à cette occasion de la création d une communauté métropolitaine en tant que plateforme de coopération interrégionale telle que prévue dans le récent accord institutionnel négocié sous la houlette du formateur Elio Di Rupo. Elles ont débattu avec Kris Peeters, Rudi Demotte et Charles Picqué de ses missions et elles se sont déclarées favorables à un dialogue nourri avec le secteur privé sur les questions socio-économiques et liées à la mobilité qui y seront abordées. 5

8 enjeux JOURNÉE NATIONALE DU TÉLÉTRAVAIL «Il faut apprendre à faire confiance à vos collaborateurs» 6 Ce jeudi 8 décembre se tiendra la deuxième édition de la Journée nationale du télétravail. Son concept? Encourager un maximum de Belges à travailler (à temps partiel ou toute la journée) de la maison lors de cette Journée nationale du télétravail, mais aussi leur faire prendre conscience des avantages du télétravail. Vincent De Waele, business transformation director chez Mobistar, est d ores et déjà convaincu de l utilité du «remote working». fait deux ans à présent que Mobistar s est lancée «Cela dans une campagne active de promotion du télétravail. Cette initiative a vu le jour au sein du département RH, à la suite du déménagement du site de Mobistar du boulevard Reyers à l avenue Léopold III», nous confie Vincent De Waele, business transformation director : «Mobistar a alors sciemment opté pour l Activity Based Working. Sur notre précédent site, nous disposions de m² de bureaux, dont seuls 65% étaient simultanément occupés, d après les conclusions de certaines études. Le personnel de Mobistar, qui n était pas assis derrière son bureau, était soit en réunion, soit en rendez-vous externe, soit en vacances.» Un ordinateur portable et un GSM pour tout le monde La promotion du télétravail s inscrit étroitement dans le core business de Mobistar, poursuit Vincent : «Mobistar propose des solutions de mobilité à sa clientèle. Aussi, nous entendons traduire cette mobilité sur notre lieu de travail également. Tous les collaborateurs de Mobistar possèdent un GSM, un ordinateur portable et une connexion VPN. Cela facilite le télétravail et partant, toutes les pièces du puzzle se sont parfaitement emboîtées les unes dans les autres.» Question de mentalité Il n est, dès lors, pas nécessaire pour Mobistar de surmonter des obstacles d ordre technique. Par contre, le télétravail réclame un changement de mentalité, ajoute Vincent De Waele : «Primo, vous devez avoir confiance dans la personne qui travaille à son domicile : est-ce qu elle travaille bel et bien? Secundo, vous devez plus travailler sur l output que sur la présence : le travail a-t-il été effectué, à la fin de la journée? Tertio, les collaborateurs de Mobistar assistent fréquemment à des réunions «physiques» : il faut apprendre à faire confiance à ses collaborateurs dans le cadre de réunions virtuelles, de conference calls, de desktop sharing Et enfin, la question qui se pose souvent est la suivante : quid des contacts sociaux? Mobistar et la Journée nationale du télétravail, le 8 décembre Mobistar entreprendra toute une série d actions concrètes le 8 décembre prochain. Petit aperçu de ces nombreuses et chouettes initiatives : Mobistar espère atteindre le chiffre de 600 collaborateurs travaillant à la maison (soit 1 collaborateur sur 2 qui peut télétravailler). Au cours de cette journée, Mobistar relèvera d emblée le nombre de personnes en train de télétravailler ainsi que les conséquences sur le Business Continuity Plan : combien de collaborateurs peuvent-ils se connecter à distance, tout en conservant un output optimal? Mobistar incitera au minimum 2 directeurs sur 3 à travailler de la maison, tout en leur laissant planifier des réunions virtuelles durant cette journée. Mobistar organisera une conference call en live avec Dixie Dansercoer qui sera à ce moment-là en expédition au Pôle Sud. Cinq raisons pour lesquelles Mobistar encourage le télétravail Mobistar entend s afficher en tant qu employeur attractif, car le télétravail représente un argument séduisant aux yeux des 300 collaborateurs et plus que Mobistar engage chaque année. Mobistar entend réduire, d ici 10 ans, ses émissions de CO2 de 50%. Mobistar entend inciter ses collaborateurs à faire du télétravail : la société veut les familiariser à cette new Way of Work. Mobistar entend encourager ses collaborateurs à recourir aux outils virtuels. Mobistar entend promouvoir le Business Continuity Plan. Mais, vous savez, nous nous appelons, nous chattons et nous sommes en contact permanent par courriel chez Mobistar.» People management 2.0 C est la raison pour laquelle Mobistar organise des ateliers destinés à encadrer les collaborateurs dans leur télétravail. «Nous les organisons à deux niveaux. D une part, des ateliers réservés aux line managers, ce que nous baptisons le people management 2.0. Comment adopter un mode de fonctionnement davantage axé sur l output et la confiance que sur la présence? Et, d autre part, nous recherchons des ambassadeurs à chaque niveau de l échelle hiérarchique. Nous choisissons des collaborateurs à l esprit constructif et possédant un vaste réseau social. Ceux-ci encourageront leurs collègues de Mobistar à se lancer dans l aventure du télétravail.» Plus d infos : Roel Veyt

9 HR SERVICES 5 bonnes raisons de confier la gestion de votre personnel à votre nouveau bras droit : la gestion de votre personnel «all-in» une personne de contact attitrée et polyvalente un soutien proactif un logiciel HRonline novateur un prix fixe mensuel une gestion sans souci de votre personnel Securex. Bien plus qu un secrétariat social. HR SERVICES HEALTH & SAFETY HR INSURANCE HR CONSULTING SOCIAL ADMIN HR RESEARCH

10 enjeux 8 BRUSSELS HOTELS ASSOCIATION Première élection du meilleur Club Sandwich des hôtels bruxellois Cette première édition du «Meilleur Club Sandwich des hôtels bruxellois». Le grand vainqueur est l Hôtel Métropole avec «Le Métropole 31» préparé par Sophie Bocquié, sous la houlette de Dominique Michou. La BHA se félicite du succès de l opération de ce 17 octobre 2011, à l Institut Emile Gryzon, en présence des membres du jury et de nombreuses personnalités du secteur hôtelier. Au terme d une dégustation de trois heures environ (20 minutes espaçant chaque candidat), les membres du jury ont tranché en toute objectivité (présentation des Clubs Sandwich à l aveugle ç-à-d numérotés sans le nom de l Hôtel en piste) et ont voté pour les meilleurs résultats gustatifs et esthétiques. Le grand vainqueur est l Hôtel Métropole avec «Le Métropole 31» préparé par Sophie Bocquié, sous la houlette de Dominique Michou. Le deuxième lauréat est Le Château du Lac avec «The Jamin Brussels Club (JB s Club)» préparé par Ludovic Jaminon, sous la houlette de Günter Wortmann. Le troisième élu est Le Dolce La Hulpe Brussels avec son «Sucré Gourmand» préparé par Kevin Criquelaire, sous la houlette de Pascal Marcin. BHA/Didier Vandenbosch Consommateurs & professionnels Le jury, alliant consommateurs et professionnels, était composé des personnalités suivantes : Kwinten De Paepe (Président du Jury), Pierre Fonteyne, Anne Jongen, Virginie Claes, Joëlle Scoriels, Stéphane de Groodt et le Ministre-Président du Gouvernement francophone bruxellois (COCOF), en charge du Tourisme et de l Enseignement, Christos Doulkeridis. Les candidats étaient les hôtels suivants : Château du Lac, Conrad Brussels, Dolce la Hulpe Brussels, Hotel Amigo, Hotel Métropole, Hotel Silken Berlaymont Brussels, Renaissance Brussels Hotel, Royal Windsor Hotel, Sheraton Brussels Hotel et le Stanhope Hotel. Cet événement s inscrit en prélude de l année de la «Gastronomie 2012 Brusselicious» et est le premier événement L élection du meilleur Club Sandwich des hôtels bruxellois a permis de mettre à l honneur différents produits de terroir, bruxellois ou belges.

11

12 enjeux Brussels Hotels Association La Brussels Hotels Association (B.H.A.) est l organisation professionnelle du secteur hôtelier, ses membres représentent emplois et chambres dans la Région de Bruxelles-Capitale et son hinterland économique. BHA/Didier Vandenbosch 10 Le grand vainqueur est l Hôtel Métropole avec «Le Métropole 31» préparé par Sophie Bocquié. Le deuxième lauréat est Le Château du Lac (Ludovic Jaminon) et le troisième élu est Le Dolce La Hulpe Brussels (Kevin Criquelaire). d une série de collaborations entre la BHA et les instituts hôteliers de la COCOF. Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de la Brussels Hotels Association : «Cette opération a eu le grand mérite de mettre en avant les jeunes commis - âgés de moins de 30 ans - issus d hôtels renommés sur le plan international et leur travail de qualité (sous la houlette des Chefs de cuisine). Une initiative qui a également permis de mettre à l honneur différents produits de terroir, bruxellois ou belges pour un Club Sandwich renouant avec ses racines d en-cas phare de l hôtellerie, savoureux et de saison. Véritables atouts pour le tourisme de qualité, les valeurs d accueil du service hôtelier et le savoir-faire culinaire de ses jeunes talents sont à nouveau au-devant de l affiche. Nous attendons vivement la prochaine édition de ce concours aussi sympathique que gastronomique.» TOURISME : accord pour en confier la compétence à la Région de Bruxelles-Capitale La Brussels Hotels Association, l association bruxelloise du secteur hôtelier à Bruxelles, se réjouit du récent accord sur la régionalisation du tourisme. BHA attire toutefois l attention sur la nécessité de donner à la Région un budget, des moyens humains suffisants et une réelle compétence en matière de promotion de la destination pour, enfin, développer une image de marque cohérente avec le pouvoir d imposer cette image pour la promotion extérieure. Avec emplois directs et emplois indirects, le tourisme représente le secteur d activité le plus important de la région. Pour Rodolphe Van Weyenbergh, secrétaire général de la BHA : «Les chiffres démontrent que le tourisme est bien plus qu un «détail» dans la construction de l image de capitale européenne de Bruxelles. Il s agit d un socle économique majeur. Les institutions régionales l ont compris et ont investi, à nos côtés, pour permettre le développement de cette image. Aujourd hui, enfin, la région va pouvoir récolter les fruits de ces investissements en concentrant entre ses mains l ensemble des pouvoirs et des paramètres nécessaires à une bonne gouvernance du tourisme de la capitale. Nous espérons que l attribution de ces nouvelles compétences sera assortie de moyens tant humains que financiers afin de permettre à Bruxelles et à son hinterland économique de poursuivre le formidable développement qu ils ont affiché ces dernières années.» L association insiste sur l importance pour Bruxelles de maîtriser, depuis leur conception jusqu à leur promotion à l international, le développement de ses produits touristiques, qu ils soient culturels, événementiels, de loisir ou d affaire. «Bruxelles n est pas Bruges, Ostende, Dinant ou Bouillon, ne s adresse pas toujours à la même clientèle, se visite souvent pour d autres motifs et ne se vend donc pas de la même façon. Bruxelles doit se doter de ses propres bureaux à l étranger, tout en gardant la porte ouverte à des actions concertées, en cas de convergences sur les cibles à atteindre avec les deux autres régions.»

13 LES GAGNANTS DU PENSION AMBASSADOR AWARD 2011 EDDY VAN GERREWEY EATON FILTRATION GAGNANT PME CHANTAL CABUY COFINIMMO GAGNANT CORPORATE Ces deux gagnants ont travaillé très dur pour votre pension. C est pourquoi ils remportent tous deux le Pension Ambassador Award Nous voulons également mettre en avant le travail de Peter Sommen de l administration de la Province d Anvers. Nous lui décernons le prix spécial du jury pour l innovation. Ensuite, nous souhaitons remercier tous les candidats pour leur participation. Leur investissement nous promet de belles choses pour l avenir de nos pensions. Nous nous réjouissons déjà de leur participation au Pension Ambassador Award Delta Lloyd Life SA, Entreprise d assurances agréée sous le n de code 167 pour les branches vie 21, 22, 23 et 27, la branche 26 capitalisation ainsi que toutes les branches IARD sauf crédit, caution et assistance (A.R M.B ), dont le siège social est situé Avenue Fonsny 38, 1060 Bruxelles, Belgique - TVA BE RPM Bruxelles - Delta Lloyd Bank : IBAN BE BIC BNAGBEBB

14 enjeux CENTRE POUR ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ Les conseillers de l entreprise : à qui faire appel? Gérer tout seul son activité relève - presque - de l utopie. Se faire conseiller, échanger, s informer, est indispensable. Il existe, sur le marché, un tas de conseillers pour vous aider Il en existe tant qu il est difficile de s y retrouver! Parcourons les principaux : 12 Le fiscaliste Il existe des comptables/fiscalistes agréés ; des experts comptables/ conseils fiscaux ; des réviseurs d entreprise et des avocats/fiscalistes. Tous sont susceptibles de vous donner des conseils fiscaux. La reconnaissance officielle de leur titre (et il n en n existe pas d autres à ce niveau) vous garantit leurs compétences. Cependant, comme dans toute profession, il y en a de bons et de moins bons. Ceux qui portent ce titre sont néanmoins garants d une formation de base et d un minimum d expérience, ainsi que de l accomplissement annuel d heures de formation permanente. Le comptable/le fiscaliste agréé Il est reconnu, avec l expert-comptable, comme le premier conseiller du chef d entreprise. N importe qui ne peut pas être comptable. Il faut justifier d une formation de base, d un stage pratique, et d une formation permanente. Le comptable peut vous aider dans la tenue des comptes, la fiscalité, la gestion (calcul de la rentabilité, gestion des investissements, gestion de la trésorerie, ), l approche juridique (établissement des statuts, aide dans les formalités, ). Il peut également s y connaître dans l une ou l autre spécialité ou secteur, développés selon sa passion et ses affinités. L expert-comptable/le conseil fiscal Il peut certes assurer les mêmes tâches que le comptable, mais a le droit, en plus, de réaliser certaines missions spécifiques, comme auditer les comptes, réaliser des rapports imposés par la loi en cas de transformation, fusion, scission de société, par exemple. Les conditions d accès pour être expert-comptable sont plus strictes que pour les comptables, mais une fois sur le marché tout est question d hommes (ou de femmes!). Chacun est riche de compétences et de forces tout en ayant ses faiblesses Le reviseur d entreprises Le reviseur d entreprises exerce plutôt des missions sur les grandes entreprises pour lesquelles il a un monopole : il peut, seul, certifier les comptes, faire des rapports les concernant. Un reviseur est cependant parfois nécessaire pour les petites entreprises: c est le cas lorsque vous décidez par exemple d apporter des biens en nature (ex.: PC, voiture, ) dans une société. La loi oblige qu un reviseur fasse un rapport justifiant la valeur des biens apportés. Les trois professions sont chapeautées par des instituts officiels : l IPCF (Instituts des Professionnels Comptables et Fiscalistes agréés), l IEC (Institut des Experts Comptables et Conseils Fiscaux) et l IRE (Institut des Reviseurs d Entreprises). Les Instituts veillent à la déontologie, au bon déroulement des missions, Les professionnels, membres des Instituts, doivent souscrire une assurance en responsabilité civile pour couvrir les éventuelles fautes commises auprès de leurs clients. L avocat L avocat est devenu un véritable conseiller de proximité des chefs d entreprise mais il interviendra aussi plus ponctuellement pour des problèmes spécifiques qui apparaîtront ici et là dans la vie de l entreprise. Compte tenu de la complexité des matières, il est plus que recommandé d y faire appel préventivement. Intégrez-le dans vos budgets : espérer s en passer est souvent utopique et coûte souvent cher lorsqu il y a un souci... Le notaire Le notaire officialise quantité d actes liés à la vie privée ou professionnelle. Il y a obligation de passer par son ministère pour l achat ou la vente d une maison, le choix d un régime matrimonial spécifique, la création d une société commerciale, par exemple. Mais, le notaire est aussi un acteur de proximité des créateurs et chefs d entreprise. Il peut être pour eux un véritable conseiller en matière de droit des sociétés, de succession, de vente de fonds de commerce, d association, de cession d actions, Ne l oubliez pas dans vos réflexions! La rémunération du notaire est fixée par arrêté royal ou par tarifs imposés par la Chambre des Notaires compétente. Les consultants ou les conseillers Le consultant est celui qui conseille. Soyez prudents dans vos choix car quiconque peut - malheureusement - être consultant aujourd hui. Il n y a aucun test à passer. Rien de tel pour les sélectionner de faire référence à des réseaux tels celui de BECI.

15 enjeux enjeux Aussi, quel que soit celui qui vous conseille, soyez conscient que celui qui reste maître et responsable, c est vous, en tant que chef d entreprise. Se reposer entièrement sur son conseiller sans rien comprendre de ce qu il fait est impardonnable et constitue souvent la première faute de gestion. Même si l informatique n est pas votre tasse de thé, vous devez savoir où sont logés vos back-up, comprendre la structure du réseau, pour ne citer qu un exemple. Veillez donc à conclure avec vos conseillers une lettre de mission qui répond, au minimum aux questions suivantes : qui fait quoi? Dans quel délai? À quel prix? Et avec quelles «sécurités». Les médiateurs Le terme de «Médiation» vise un véritable processus volontaire et confidentiel de gestion des conflits par lequel les parties recourent à un tiers indépendant et impartial, le médiateur. Son rôle est d aider les parties à élaborer elles-mêmes, en toute connaissance de cause, une entente équitable qui respecte les besoins de chacun des intervenants. La médiation a pour avantage d être moins coûteuse, plus rapide et plus conviviale qu une procédure judiciaire. La médiation peut viser différentes matières : civil, commercial, social ou familial. Une médiation peut être entamée à tout moment, indépendamment de toute autre procédure. Légalement, toute personne peut être désignée comme médiateur (on parlera alors d une médiation libre). Mais seuls les accords réalisés par des médiateurs agréés pourront être homologués par le juge. Les avocats ayant ainsi suivi une formation spécialisée sont reconnus officiellement. La formation leur confère l agrément légal de médiateur. Il y a aussi des notaires-médiateurs parfaitement aptes à intervenir dans des conflits entre associés ou administrateurs de société, dans le cadre de transactions immobilières posant soucis, etc Etonnamment par contre, le médiateur d entreprise visé par l article 13 de la loi sur la continuité des entreprises est lui une sorte de coach intermédiaire entre le commerçant et ses créanciers. La loi ne prévoit (encore) aucune qualification particulière pour cette fonction alors qu elle peut être essentielle pour les entrepreneurs en difficulté. Actuellement, les médiateurs sont désignés au cas par cas (avocat, professionnel comptable, etc.). Le choix d un conseiller est cependant parfois bien difficile. Voici 5 critères importants à contrôler : Ses compétences : ses spécificités doivent correspondre à vos besoins. Il doit connaître et maîtriser son métier. N hésitez pas à lui demander des références. Assurez-vous également qu il connaît votre secteur, ses us et coutumes Son profil : certains conseillers préfèrent les gros clients. D autres ne travaillent que pour des «petits». Renseignez-vous sur son type de clientèle et son secteur d activité. Ses disponibilités : le conseiller - ou l un de ses collaborateurs - doit pouvoir être disponible dans les 24 heures. S il est président d une dizaine d associations : bravo, mais il risque d être peu disponible. Sa localisation : les moyens de télécommunications permettent d éviter de nombreux déplacements. Néanmoins, le contact humain reste ce qu il est. Un problème se résout souvent plus facilement en direct que par mails interposés. Veillez donc à ce que vos conseillers soient de proximité. Son prix : ce n est pas le premier critère car la qualité se paye. Ne soyez pas surpris d un prix horaire aux alentours de 100 à 150, hors TVA. Comment les trouver? Le meilleur moyen reste le bouche à oreilles. Faites parler des amis, des partenaires, des fournisseurs, des soustraitants, et pourquoi pas des clients! En ce qui concerne les médiateurs, soulignons l existence de Bmediation, association émanant d une initiative commune de BECI et des deux Ordres des Avocats de Bruxelles, qui rassemble nombre de médiateurs à votre service! H.L. Dans le cadre de l action menée par la Région de Bruxelles-Capitale en matière de prévention et gestion de difficultés professionnelles : INVITATION aux AVOCATS - PROFESSIONNELS COMPTABLES NOTAIRES - HUISSIERS CURATEURS - JUGES CONSULAIRES - JUGES DU TRAVAIL - MEDIATEURS Lundi 12 décembre :30 >18:00 Palais de Justice, place Poelaert- Salle de l Ordre du Barreau de Bruxelles La prévention au sein des Entreprises APRÉS-MIDI de réflexion/débat à destination des professions libérales et fonctions assimilées Quel est l avenir des PME? Quelles seront les évolutions de nos professions? Comment anticiper les difficultés? Quelles seront les facteurs de réussite? Comment développer de nouvelles synergies? Dans quel environnement évoluerons-nous demain en tant que conseillers ou prestataires? Inscription et Informations : Stéphanie Van Stichel - T Participation : gratuite 13

16 enjeux BECI HR LUNCH Un dîner à haute valeur ajoutée Le 23 septembre dernier, une trentaine de gestionnaires des ressources humaines se retrouvaient au siège de BECI pour une revue de l actualité juridique en matière sociale. Animée par l avocat et juge suppléant Olivier Rijckaert, la session d une heure s est poursuivie par un lunch ponctué de discussions animées entre les participants et le spécialiste du droit social. 14 Lancé il y a deux ans, le concept du BECI HR Lunch gagne chaque année en popularité. Son principe: tous les trimestres, les participants se réunissent un vendredi midi pour un exposé d une heure au cours duquel l orateur, Olivier Rijckaert, décortique avec eux les fait les plus saillants de l actualité juridique du trimestre en matière de droit social. Avocat associé chez Field Fisher Waterhouse LLP, juge suppléant au Tribunal du travail de Namur et assistant à l Université Libre de Bruxelles, Olivier Rijckaert maîtrise, grâce à cette triple casquette, tous les aspects de ce domaine complexe du droit. Du spécialiste au praticien L idée de ce lunch est partie de réunions qu Olivier Rijckaert animait au sein de son cabinet d avocats. «Le droit belge connaît depuis plusieurs années une évolution de plus en plus rapide. Et le droit social n y fait pas exception. Comme les partenaires sociaux jouent également un rôle très actif dans l évolution de la législation et qu il existe une jurisprudence de plus en plus abondante, même les avocats spécialisés éprouvent de sérieuses difficultés à rester au courant de toute l actualité alors que c est le coeur de leur métier», sourit notre interlocuteur. «Vous imaginez donc la difficulté que cela peut représenter, pour un responsable des Ressources Humaines, de rester au courant des évolutions susceptibles d influencer son entreprise. Et pourtant, ce dernier ne peut pas se permettre de rater une information importante, car une décision erronée peut s avérer lourde de conséquences sur le plan juridique! Nous avons donc eu l idée, au sein de Field Fisher Waterhouse, d organiser à intervalles réguliers des réunions afin de partager et de commenter l actualité du droit social avec nos clients.» Elargir le public À l époque, Maître Rijckaert est déjà en contact avec Frédéric Simon, conseiller en droit social chez BECI. «Olivier Rijckaert m a proposé de partager ces informations avec les membres de BECI au cours de petites séances informelles», se souvient Frédéric Simon. «Nous voulions que ces séances soient à la fois interactives et informatives. Pour pouvoir à la fois communiquer un maximum d informations et permettre la discussion, nous avons opté pour la formule du séminaire d une heure suivi d un buffet lunch. De cette manière, les participants peuvent Olivier Rijckaert,, avocat associé chez Field Fisher Waterhouse LLP, partage et commente l actualité du droit social pendant les BECI HR Lunches. prolonger la discussion entre eux et avec Olivier Rijckaert tout en se restaurant. La formule semble en tout cas plaire aux participants.». Une sélection soigneuse Chaque présentation trimestrielle reprend une sélection des textes légaux parus au cours du trimestre et des extraits de la jurisprudence la plus «L idée est de donner aux participants les informations qui sont les plus susceptibles d avoir une influence sur leur pratique quotidienne de la gestion Ressources Humaines. Quant aux décisions de justice, je les sélectionne moimême. J ai accès aux décisions les plus récentes, parfois même avant leur parution dans la littérature spécialisée. Cette partie de mon exposé apporte donc une grande valeur ajoutée aux participants du BECI HR Lunch.» Olivier Rijckaert, avocat associé chez Field Fisher Waterhouse LLP

17 Un bon assureur fait partie intégrante de votre entreprise. Ethias, l assurance d une protection optimale et du meilleur service pour votre entreprise. Ethias SA, rue des Croisiers 24, 4000 Liège. RPM Liège TVA BE Plus info s

18 enjeux récente. «J effectue avec deux de mes collaborateurs, Noël Lambert et Jan Hebbelinck, le choix des informations les plus pertinentes», explique Olivier Rijckaert. «Nous préparons un résumé «digeste» des différents textes légaux et des décisions de justice, qui est remis à chaque fois aux participants. La séance elle-même consiste en une lecture commentée de ces différents points. Les textes légaux sont choisis en fonction de leur importance et de leur pertinence: l idée est de donner aux participants les informations qui sont les plus susceptibles d avoir une influence sur leur pratique quotidienne de la GRH. Quant aux décisions de justice, je les sélectionne moi-même. J ai accès aux décisions les plus récentes, parfois même avant leur parution dans la littérature spécialisée. Cette partie de mon exposé apporte donc une grande valeur ajoutée aux participants.» Ces décisions, Olivier Rijckaert les choisit en fonction de leur originalité ou de leur importance. «Par exemple, je trouve indispensable de parler d un jugement lorsqu il constitue une rupture avec la jurisprudence antérieure, vu l impact que cela pourrait avoir sur la pratique.» À en juger par l intérêt avec lequel les participants ont suivi la présentation et par l intensité des conversations autour du buffet, la formule du BECI HR Lunch est en tout cas un franc succès. Frédéric Wauters Vers une harmonisation des statuts d ouvrier et d employé? 16 Reporters/Design Pics & ImageSource/Reporters Parmi les sujets abordés le 23 septembre dernier, la controverse autour de l harmonisation des statuts d ouvrier et d employé s est taillé la part du lion. «L actualité est extrêmement mouvante en la matière», reconnaît Olivier Rijckaert. «D abord, il y a eu cette décision du législateur de faire en premier pas vers une harmonisation avec la loi du 12 avril 2011, qui entrera en vigueur le 1er janvier Cette loi se voulait une réponse, certes tardive, à un arrêt de la Cour d Arbitrage datant de 1993.» À l époque, la Cour avait relevé que la discrimination introduite entre ouvriers et employés par la loi de 1978 sur les contrats de travail n était pas constitutionnelle. Consciente de la sensibilité du sujet, elle avait laissé le temps au législateur de réagir pour harmoniser les statuts. «Mais dans un arrêt du 8 juillet dernier, la Cour Constitutionnelle relève que la nouvelle loi ne corrige pas cette discrimination et viole donc la Constitution. Cette fois, la Cour considère manifestement que le législateur n a que trop traîné, et lui donne deux ans pour corriger le tir. Nous pouvons donc nous attendre à d intenses discussions sur le sujet au cours des prochains mois», conclut l avocat. Inscrivez-vous aux BECI HR Lunch La perspective prochaine d un gouvernement de plein exercice et les nombreuses discussions en cours sur des sujets comme l égalisation des statuts d ouvrier et d employé, les élections sociales ou encore la modération salariale risquent fort de déboucher sur une actualité sociale chargée au cours de l année Pour rester au courant des dernières évolutions et en discuter entre spécialistes, rejoignez les participants du BECI HR Lunch. Il reste encore des places! CALENDRIER (Séminaire et lunch de 11h à 13h) Vendredi 27 janvier 2012 Vendredi 23 mars 2012 Vendredi 8 juin 2012 Renseignements et inscriptions: Training Team - BECI Avenue Louise Bruxelles T

19

20 enjeux ENVIRONNEMENT ET BUSINESS Marchés publics bruxellois plus verts cherchent entreprises plus responsables 20 à 30 milliards d euros, 5 à 10% du produit intérieur brut du pays : les pouvoirs publics lancent de nombreux appels d offres et entendent utiliser ce levier pour infléchir les marchés vers plus de responsabilité environnementale. Une menace pour les entreprises bruxelloises teintée d exigences peu en phase avec la réalité économique? Pas du tout! Car moins qu une contrainte, c est une opportunité de se différencier de la concurrence. Le point sur la vision de Bruxelles et les attentes des administrations. 18 La Région de Bruxelles Capitale a introduit des clauses environnementales dans les cahiers des charges des nouveaux marchés tout secteur confondu. La moitié des achats des marchés publics bruxellois seront durables d ici La nouvelle sonne comme un couperet? Oui et non. Oui car la Belgique a pris des engagements au Conseil de l Union et a choisi de s engager dans une démarche d achats publics durables, qui se traduit entre autres par le Guide des Achats Durables du SPP Développement durable. Oui aussi car le plan de développement de la Région de Bruxelles-Capitale s inscrit dans ces efforts en introduisant des clauses environnementales dans les cahiers des charges des nouveaux marchés tous secteurs confondus. Celles-ci pousseront les entreprises à calculer et à réduire leur consommation d énergie tant dans leurs processus que dans leur transport, à sélectionner des matières soucieuses de l environnement et à prévenir la gestion des déchets... Car c est un fait que les ressources naturelles ne sont pas inépuisables et que les marchés publics vu leur importance et leurs retombées sur les citoyens ont un rôle d exemple à jouer. Et c est un fait aussi que les efforts environnementaux permettent de comprimer les frais d exploitation.mais non, ce n est pas un couperet. Dans un premier

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique.

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique. ACOMPTEA, en réponse à des questions diverses posées par ses clients, a pris l initiative de rédiger ce livre blanc. Le choix d un cabinet d expertise est déterminant car il va vous accompagner dans le

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC.

Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. Á propos du Wealth Management. Et sur la riche expérience de KBC. À chaque patrimoine familial sa propre histoire. Avec beaucoup de persévérance et de sagacité, vous vous êtes constitué un patrimoine

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Bien se faire conseiller

Bien se faire conseiller Bien se faire conseiller Comment choisir son cabinet d aide à la création Se faire accompagner surtout au début, est vraiment indispensable. Une boutique de gestion est le partenaire idéal pour vous aider

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite Sommaire Tchip, un concept unique p 04 4 forfaits, un succès! Gaieté et visibilité Ambiance actuelle Des produits professionnels n 1 Une communication nationale et locale pour une identité forte Le Groupe

Plus en détail

1-Cianéo : Grandir Ensemble. 2-Cianéo : Le site qui vous correspond 2-1 Les Packs... p4 2-2 Les Options. 3-1 Le suivi p6 3-2 L outil de mise à jour

1-Cianéo : Grandir Ensemble. 2-Cianéo : Le site qui vous correspond 2-1 Les Packs... p4 2-2 Les Options. 3-1 Le suivi p6 3-2 L outil de mise à jour Sommaire : 1-Cianéo : Grandir Ensemble... p3 2-Cianéo : Le site qui vous correspond 2-1 Les Packs... p4 2-2 Les Options... p5 3-Cianéo : Vous n êtes pas seul... 3-1 Le suivi p6 3-2 L outil de mise à jour...

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires

Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Davantage de risques d accidents chez les intérimaires Une meilleure prévention s impose grâce à une analyse des risques Bruxelles, le - Securex, acteur international dans le domaine des services RH, attire

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion.

Enfin, l ESeco de Lausanne intègre étroitement l outil informatique à sa formation dans le but d en faire un véritable outil de gestion. BUSINESS PLAN SALON DES ETUDIANTS DE LAUSANNE, 25 ET 26 MARS 2010 1. Présentation générale 1.1. La formation d économiste d entreprise diplômé ES en Suisse Le contenu de la formation d économiste d entreprise

Plus en détail

Pour un développement. local. durable. Développement

Pour un développement. local. durable. Développement Développement local Pour un développement local durable durable Le développement local vise à améliorer la vie quotidienne des habitants d un territoire en renforçant toutes les formes d attractivité de

Plus en détail

conduites addictives en entreprise

conduites addictives en entreprise PRÉVENTION conduites addictives en entreprise GUIDE D INFORMATION ET DE PRÉVENTION Anticiper pour mieux vous protéger La prévention, un enjeu pour votre entreprise Parce que les comportements addictifs

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau Droit FIDUCIAL SOFIRAL Chiffre FIDUCIAL Audit FIDUCIAL

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 Département Génie Civil Point presse 06/02/2014 La 5e édition du challenge national Construction Durable accueillie à Belfort Les 24 départements

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

CABINET D'EXPERTISE COMPTABLE, DE CONSEIL ET D ACCOMPAGNEMENT DU DIRIGEANT

CABINET D'EXPERTISE COMPTABLE, DE CONSEIL ET D ACCOMPAGNEMENT DU DIRIGEANT CABINET D'EXPERTISE COMPTABLE, DE CONSEIL ET D ACCOMPAGNEMENT DU DIRIGEANT Expertise-Comptable Audit Gestion d entreprise Gestion sociale et Gestion des Ressources Humaines Système d information Accompagnement

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Développement des Individus, des Compétences et des Motivations. ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR «Une passion partagée»

Développement des Individus, des Compétences et des Motivations. ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR «Une passion partagée» Développement des Individus, des Compétences et des Motivations ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR «Une passion partagée» 1 UNE ECOLE DE CONSULTANT-FORMATEUR POURQUOI? La complexité de notre environnement incite

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE: ENAT

APPEL A CANDIDATURE: ENAT APPEL A CANDIDATURE: ENAT Congrès international sur le tourisme pour tous. Organisé par la fondation ONCE. Soutenu par la Commission Européenne. 21 23 Novembre, 2007 MARINA D OR Région de Valencia, Espagne

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE CNIA SAADA Assurance est née de l union de deux grandes forces de l assurance, CNIA Assurance et Assurances Es Saada, qui ont mis en commun leurs compétences humaines

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S.

DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. DOSSIER LA RESPONSABILITE SOCIETALE DE L ENTREPRISE P. C. S. 1 La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) est la déclinaison des principes du développement durable à l échelle de l entreprise. Les

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

De Particulier à Particulier

De Particulier à Particulier De Particulier à Particulier Mon Aide Immobilière en quelques mots Nous sommes une société de CONSEIL et de COMMUNICATION IMMOBILIERE née en 2013 à Bordeaux. Positionnée sur un marché jusque là inexploité

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION

CHARTE D ENGAGEMENT. Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION CHARTE D ENGAGEMENT Engagements du SYCOPARC PROGRAMMATION Le SYCOPARC s engage à mettre en œuvre la programmation via son service de médiation culturelle. Il veille à la cohérence et à la pertinence des

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Management Expertises Solutions

Management Expertises Solutions Management Expertises Solutions Rue Louis-Favre 34 2 0 0 2 N e u c h â t e l +41 32 729 35 00 +41 32 729 35 01 contact@mesgestion.ch www.mesgestion.ch Notre entreprise Fondée en 1990, est une société suisse

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ENTREZ DANS LE PREMIER RÉSEAU D INDÉPENDANTS

ENTREZ DANS LE PREMIER RÉSEAU D INDÉPENDANTS ENTREZ DANS LE PREMIER RÉSEAU D INDÉPENDANTS Fédération Internationale des Logis VOUS SOUHAITEZ conserver votre identité et votre indépendance en vous appuyant sur une marque puissante?, c est 3 000 restaurateurs-hôteliers,

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail