Rapport annuel. Posons les jalons de notre avenir!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport annuel. Posons les jalons de notre avenir!"

Transcription

1 Rapport annuel 2012 Posons les jalons de notre avenir!

2

3 Edito Notre système de soins de santé présente de nombreuses qualités, reconnues internationalement, en termes d accessibilité, de solidarité, de couverture et de liberté de choix. Néanmoins, la nécessité de rééquilibrer les fonds publics et les nouveaux défis des soins de santé (vieillissement, maladies chroniques, nouvelles technologies, ) soulèvent la question de la durabilité de notre système actuel. Aujourd hui encore plus qu hier, s impose la nécessité de définir une vision globale pour les soins de santé en Belgique. Cette vision, rendue d autant plus nécessaire par la fragmentation croissante des compétences et des processus de décisions, doit être assortie d objectifs concrets et mesurables, pour s assurer que les moyens publics soient correctement utilisés et que les besoins de la population soient rencontrés. En tant qu acteur indépendant et apolitique, nous nous sommes livrés en 2012 à cet exercice en publiant nos "10 Clés pour l Avenir des Soins de Santé". Cette initiative est une invitation pour tous ceux qui sont animés par l intérêt général à combattre la politique du court-termisme, à sortir du débat politico-institutionnel et à mener les changements qui inscriront notre système de santé dans une perspective d avenir durable. Afin de nous préparer au mieux à ces changements, nous avons ouvert en 2012 des chantiers importants dans le cadre de notre Plan Stratégique Ce plan reflète notre ambition de nous tourner résolument vers l avenir et de conforter notre position en tant qu alternative forte aux piliers traditionnels. Xavier Brenez Directeur Général Gustave Nowicki Président

4 Rapport annuel 2012

5 Assurance obligatoire Assurance complémentaire Publications & Events Rapport financier Comment joindre les Mutualités Libres?

6 L Union Nationale des Mutualités Libres Qui sommes-nous? Groupe MLOZ = Mutualités Libres Onafhankelijke Ziekenfondsen Les Mutualités Libres garantissent des services de qualité adaptés aux exigences et besoins actuels dans le cadre de l assurance obligatoire et complémentaire L organisation affiliés Freie Krankenkasse Mutualité Libre Securex 7 mutualités apolitiques 19% Les Mutualités Libres représentent plus de 19 % de la population 279 agences locales Omnimut Mutualité Libre de Wallonie Euromut Mutualité Libre OZ Partenamut Partena Ziekenfonds employés Que faisons-nous? Interlocuteur légal vis-à-vis des autorités et des acteurs de l assurance obligatoire soins de santé et indemnités Centre d expertise pour des matières spécifiques telles que la réglementation, le médical, les relations internationales, l asset management, le juridique ou les études stratégiques Centre de services pour les activités dont la centralisation est source d efficacité accrue ou de gains de productivité significatifs

7 Structures communautaires Les Mutualités Libres disposent de structures décentralisées dont la mission est de servir de support et de coordination dans le cadre des activités d aide sociale, de soins à domicile, de prêt de matériel et plus généralement de services de proximité organisés en faveur de leurs membres. L asbl Sozialdienst der Freien Krankenkasse est compétente pour les membres de la Communauté germanophone. La société mutualiste MOB Zorgkas van de Onafhankelijke Ziekenfondsen a pour mission d offrir aux membres domiciliés en Flandre ou à Bruxelles les services prévus dans le cadre de l assurance dépendance ( zorgverzekering ). Les entités de support APROSS L asbl APROSS est propriétaire des bâtiments de l Union Nationale des Mutualités Libres et de la maison de séjours de soins Dunepanne. Elle propose également des formations dans le secteur de l assurance maladie. SMA Mutuelle Entraide Hospitalisation MEH Cette Société Mutualiste Assurantielle regroupe les produits Hospitalia et Dentalia Plus (voir p. 32). M TEAM Cette asbl fournit aux Mutualités Libres les outils informatiques nécessaires et gère l ensemble des infrastructures techniques consolidées supportant le core business des Mutualités Libres. HEARIS La société coopérative HEARIS assume le rôle de centrale d achats pour l équipement informatique des Mutualités Libres.

8 Les mutualités sont des instruments sous-utilisés par les autorités Xavier Brenez, Directeur général de l Union Nationale des Mutualités Libres, revient sur les temps forts de l année L établissement du Plan Stratégique constitue une étape importante de l année Quels sont les constats à la base de ce Plan? Des changements dans notre environnement sont à l origine de notre réflexion stratégique. Ces changements ne sont pas neufs, mais ils ont tendance à s accélérer et leurs effets se font davantage ressentir. Il y a bien sûr la pression sur les frais d administration des mutualités et les effets de la simplification administrative qui commencent à se matérialiser. C est la preuve que notre métier traditionnel est en train de changer. D un autre côté, les besoins croissants en matière de santé constituent des opportunités pour les mutualités. Ce sont des éléments de contexte qui nous poussent à nous remettre en question. Pourquoi ce Plan Stratégique marque-t-il une rupture avec le passé? Les Mutualités Libres disposent d un ADN et d un positionnement qui existent depuis de nombreuses années. Nous ne souhaitions donc pas en changer, mais plutôt le confirmer, le renforcer. En revanche, nous avons axé notre réflexion sur le fonctionnement en interne et surtout, sur la manière de concrétiser nos ambitions. Les idées sont bonnes, mais comment les réaliser dans un environnement de 7 mutualités, une union, une société informatique M-team? Comment s organiser pour passer au-dessus de cette complexité? La gouvernance interne a donc constitué un volet important de la réflexion, afin de trouver le bon équilibre entre synergie et diversité. Le Plan Stratégique s inscrit également dans une vision globale des soins de santé que nous avons résumée dans 10 Clés pour l Avenir des Soins de Santé. Les 10 Clés pour l Avenir des Soins de Santé préconisent 10 réformes majeures du système (lire ci-contre). Si vous ne deviez retenir qu une seule proposition, la plus impérative, quelle serait-elle? Pour moi, développer une vision intégrée des soins de santé constitue la base de tout. Il est nécessaire d avoir une vision partagée des enjeux, un plan structuré pour aborder les défis majeurs et une responsabilisation plus importante des acteurs, que ce soit les acteurs politiques, les mutualités ou les prestataires de soins. A un certain moment, il devient indispensable d effectuer un sanity check des politiques qui sont menées et analyser, par exemple, ce qui coûte le plus à la société en termes de morbidité, de mortalité. Identifier les 5 à 10 % de la population qui représentent 50 à 65 % des dépenses. Quelles sont les pathologies et le groupe-cible qui se retrouvent dans ces catégories? Sommes-nous bien orientés vers ces problématiques? Les abordons-nous de la manière la plus efficace? Doit-on forcément placer des gens en structure hospitalière alors que, sans perdre la qualité et avec un meilleur bien-être, on pourrait les gérer dans d autres filières de soins, à domicile ou ailleurs? Prenons l exemple de la dialyse à domicile, c est une pratique qu on pourrait davantage encourager en Belgique. Les patients sont demandeurs. Cela coûte moins cher à la société et il n y a aucune perte de qualité

9 Quels sont les grands défis auxquels les mutualités seront confrontées dans les prochaines années? De manière générale, le grand défi des mutualités est de démontrer leur valeur ajoutée d une part vis-à-vis des autorités et d autre part, vis-à-vis des membres. Actuellement, nous nous trouvons dans un modèle où, par rapport à d autres pays, les mutualités détiennent un rôle relativement passif, soit essentiellement administratif, de contrôle. Les mécanismes de responsabilisation existent, mais ils sont faibles et les mutualités ne disposent pas des leviers nécessaires pour avoir un impact majeur sur les dépenses de soins de santé. Au niveau des Mutualités Libres, nous avons la volonté d être un acteur beaucoup plus responsabilisé et plus actif en ce qui concerne la gestion des dépenses, l accompagnement d un certain nombre de groupe-cibles, Les mutualités sont des instruments sous-utilisés par les autorités. Par rapport à leurs membres, elles devraient être encouragées à développer des services tels que l accompagnement des malades chroniques, la gestion de la dépendance, le coaching, la gestion des situations post-hospitalières, etc. Les mutualités sont appelées à évoluer vers des entreprises de santé, ce qui implique une diversification de leurs activités et un service davantage proactif. Quel pourrait être l impact de la 6e réforme de l Etat sur le rôle des mutualités? La 6e réforme de l Etat est généralement perçue comme une menace potentielle pour le rôle des mutualités. C est vrai, mais on peut également y voir une opportunité pour les mutualités de démontrer leur valeur ajoutée. La régionalisation aura pour conséquence la fragmentation des mécanismes de décisions. Les mutualités, en étant actives aux différents échelons de notre système, pourraient s assurer d une certaine cohérence dans les décisions. Ensuite, certaines compétences transférées aux entités fédérées, par exemple la revalidation, demandent une expertise très rare, mais dont les mutualités disposent. De même, il existe déjà des circuits administratifs, de paiement, de contrôle, etc. pour les matières transférées. Ce serait vraiment une erreur pour les entités fédérées de ne pas les utiliser ou de travailler de manière complètement différente. Enfin, les mutualités ont un rôle d intermédiaire à jouer entre leurs membres et la complexité administrative et institutionnelle. Peu importe que cette compétence soit gérée par telle autorité ou qu un même domaine soit partagé entre le fédéral et les entités fédérées, le rôle de la mutualité est de s assurer que ce soit présenté de manière simple et cohérente à ses membres. Pour conclure, quel a été le point fort de l année 2012? Les échanges intenses et constructifs pour construire notre avenir. Nous avons identifié nos challenges et nos opportunités, tout en prenant conscience de la complexité croissante de notre environnement. Ceci s est traduit dans une révision de notre mode de fonctionnement qui veut combiner la force de la collaboration et l esprit d entrepreneuriat qui caractérise notre Union. Toutes les composantes de notre organisation ont été impliquées - l Union, les mutualités et M-team - et nous avons veillé à partager ces réflexions avec tous les collaborateurs. L esprit de collaboration a changé, des équipes communes ont été mises sur pied. Nous avons déjà mis en œuvre une série d actions du Plan Stratégique, mais ce n est qu un début! En 2013 et dans les prochaines années, il faudra maintenir le cap et la cadence. Publiée en mai 2012, en dehors de toute échéance politique, la Vision desmutualités Libres sur l évolution des soins de santé est à considérer comme un appel à une réflexion globale sur les défis du secteur et les solutions à y apporter. Ce document propose 10 priorités pour assurer la pérennité et l efficacité de notre système de soins de santé. Développer une politique de soins de santé durable et intégrée, axée sur une collaboration étroite entre les différents niveaux de pouvoirs. Offrir aux personnes atteintes d une maladie chronique un meilleur suivi et accompagnement. Développer des solutions pour les personnes dépendantes : service flats, télémédecine, accompagnement des aidants-proches, Concevoir une politique des médicaments efficiente, comprenant entre autres davantage de contrôle sur les prix des médicaments et sur les pratiques de prescription. Diminuer les incapacités de travail. Réformer le financement des soins. Optimiser l utilisation des technologies médicales, en encourageant la collaboration entre les hôpitaux et en soutenant les nouvelles technologies qui ont fait la preuve de leur plus-value thérapeutique. Revoir les mécanismes de concertation entre mutualités et prestataires de soins. Intensifier la simplification administrative et réglementaire, notamment en accélérant l informatisation des soins de santé (prescription et facturation électronique, etc.) Evaluer le secteur des soins de santé : effectuer un inventaire des bases de données, améliorer la collecte des données, etc

10 Notre défi en 2012? Préparer l avenir! L année 2012 a été marquée par d intenses réflexions nécessaires à l évolution de notre organisation. L Union Nationale des Mutualités Libres a ainsi posé ses jalons pour les années à venir. Ces réflexions ont été concrétisées dans le Plan Stratégique MLOZ et "la Vision des Mutualités Libres sur l évolution des soins de santé en Belgique" ("10 Clés pour l Avenir des Soins de Santé" p. 9). Plusieurs projets et actions ont également vu le jour dès Voici quelques exemples de projets initiés en 2012 et qui auront un impact important sur les prochaines années. STEAM Vers une IT performante et des processus métier harmonisés Mis en place au printemps 2012, le projet STEAM vise à harmoniser les méthodes de travail et les processus métier des Unions et des mutualités afin de les intégrer progressivement au sein d une solution logicielle standard. Durant l année 2012, STEAM a atteint son premier objectif avec succès, à savoir sélectionner une suite logicielle standard, flexible et paramétrable, capable de s adapter aux spécificités du métier mutualiste et prendre en compte les particularités de chacun de ses acteurs. Une gouvernance solide a également été mise en place afin d assurer une prise de décision plus rapide et efficace. C est ainsi qu ont été notamment définis les organes de décision, les domaines transversaux, la charte de projet et les mécanismes financiers. Dans un premier temps, STEAM s est concentré sur les métiers communs AO, AC et SMA. Pour mener à bien ses différentes missions, STEAM se compose d une équipe pluridisciplinaire constituée d experts de l Union, des mutualités et de M-team. L ORGANISATION v2.0 Les Business Units, une approche intégrée des métiers Durant l année 2012, les Services de l Union ont été repensés afin de permettre une organisation plus responsable et plus efficace : les Business Units (B.U.) ont été constituées. Leur mission est d assumer l ensemble des rôles qui incombaient auparavant à différents services, en ce qui concerne le Core Business. Elles sont donc axées sur les grands métiers, avec une certaine dimension transversale. Chaque Business Unit est ainsi responsable de son métier de A à Z (expertise, dossiers, modèles, processus, informations, ) et offre un point de contact unique à ses clients (mutualités, prestataires, autorités, ) afin de répondre à leurs questions et attentes de manière exhaustive et cohérente. Standardisation, flexibilité et performance sont les mots-clés qui doivent conduire à la mise en place de processus et d outils modernes, indispensables face aux enjeux de demain

11 MLOZ 4CP devient 4CP Les Mutualités Neutres et Libérales se joignent au projet MLOZ 4CP, For Care Provider, est un outil web qui permet aux prestataires de soins d effectuer le suivi administratif de leurs factures, de nos rejets et paiements ou encore de réaliser une recherche d assurabilité. Il s agit du moyen de contact privilégié entre le prestataire et notre service de facturation. Depuis décembre 2012, une nouvelle étape est franchie : notre outil web est également mis à la disposition des Mutualités Neutres et des Mutualités Libérales (en avril 2013). 4CP est un projet vivant destiné à encore évoluer dans les prochaines années afin de répondre toujours davantage aux besoins des prestataires. 4CP en quelques chiffres (fin 2012) : prestataires utilisent 4CP 20 prestataires se connectent par heure, c est-à-dire, 1 connexion toutes les 3 minutes mouvements ont été enregistrés en 2012, soit une augmentation de 22 %, par rapport à 2011 NOUVEAU MODUS OPERANDI Pour le Comité de Direction MLOZ et pour les plateformes de concertation avec les mutualités En 2012, le Comité de Direction (CD) de MLOZ a analysé son propre fonctionnement et défini un nouveau modus operandi suite à plusieurs débats et réflexions internes. Le nouveau modus operandi est un document de travail comprenant des accords pragmatiques en matière de gouvernance et de processus décisionnel. Sa finalité est de réaliser les objectifs suivants : un processus décisionnel plus rapide une meilleure qualité des décisions une communication ciblée et effective des décisions de meilleures exécution et implémentation des décisions un suivi formel et structuré des décisions La préparation et l exécution des décisions ont été déléguées à des plateformes de concertation des représentants de l Union Nationale et de toutes les Mutualités Libres. Quatre plateformes de concertation ont été créées en 2012 : la plateforme Customer Experience la plateforme Operations la plateforme Finance la plateforme IT Le modus operandi du CD MLOZ constituait la base de la définition du fonctionnement des 4 plateformes, qui ont également décrit leur propre modus operandi en complément à celui du Comité de Direction. Ces deux documents constituent le manuel pratique pour le pilotage, la discussion et le suivi des projets et actions communs. RAPPROCHEMENT AVEC M-TEAM WE = one team, one spirit 2012 a en outre été une année marquée par le rapprochement qui s est opéré entre l Union et M-team, notre fournisseur informatique. Après des années de séparation franche entre le métier et l IT, les deux entités se sont entendues pour créer des services informatiques centraux. C est ainsi qu est né l esprit WE. Dans ce cadre, deux projets fondamentaux ont vu le jour : STEAM (voir ci-contre) et TOM (Target Operating Model). INSIDEOUT! Le Nouveau Monde du Travail, un programme sur mesure pour l Union Nationale L analyse relative au bâtiment existant était l occasion de réfléchir de manière approfondie à l infrastructure de l Union Nationale sous tous ses aspects. Comment créer un environnement flexible qui peut supporter toute réorganisation future et au sein duquel les collaborateurs peuvent travailler de manière optimale? En réponse à cette question, l Union Nationale a opté pour une philosophie résolument innovante : le Nouveau Monde du Travail (NMT). Le travail indépendant du temps et du lieu constitue l un des principes de base du NMT. Le NMT part d une confiance fondamentale dans le savoir-faire et la responsabilité de chaque collaborateur. Dès 2012, l Union Nationale a donné forme à un programme NMT : InsideOut! Une référence à l ambition de placer l expertise et la motivation des collaborateurs au centre de notre organisation, avec pour objectifs principaux : un échange de connaissances et de collaboration (entre les collaborateurs, avec les mutualités, avec les acteurs externes) une culture orientée individus et résultats (confiance et responsabilité) la satisfaction des collaborateurs (une ambiance de travail positive et un meilleur équilibre travail/vie privée) une empreinte écologique réduite et un environnement sain Les différentes phases du projet ont également été fixées en Le déménagement vers le nouveau bâtiment constitue une étape importante du programme. Trois vitesses ont été définies pour parvenir à la date cible de

12 Administration, Direction et Surveillance Conseil d administration Membres élus par l Assemblée Générale du 24/09/2010 Président - Gustave Nowicki Directeur Général - Xavier Brenez Membres effectifs Sagrario Carballo-Martinez Jean Colaut Mark Coppieters Pascal Courard Xavier Darmstaedter Elisabeth de Bethune Pascal De Coene Rita De Croock Jean-Pierre de Jamblinne de Meux Erik De Lembre* Luc De Pauw Bernard De Roover Antoine De Visscher René Decat Luc Deflem Marcel Dengis Marie-Gemma Dequae Henri Dewanckele René Deweseler Olivier de Woot François Dielen Christine Dries Yves Dusart Michel Eertmans Daniel Ferette Olivier Halflants Hubert Heck Vincent Jonckheere Jacques Jonet Stefaan Lauwers Didier Lefebvre Baudouin Lemaire* Alain Levaux Robert Liénart Jean-Claude Marsin Max Martin José Massy Ronny Mattelaer Luc Matthys Eric Pellegroms Freddy Piron Eric Raes Léopold Ramboux Rudi Reyntjens Jean-Jacques Robeyns Jean Rogge Isabelle Ronsmans Christian Roulling Luk Segers Rik Selleslaghs Peter Sterckx Thierry Steylemans Michel Thays Joseph Van Den Brande Rosita Van Maele André Van Troyen Edward Van Vré Eric Vereecken Etienne Vergote Alex Verheyden* André Verlinde Jean-Pierre Vets Jean Wallemacq André Wandesmal Lucas Willemyns * Vice-Présidents Conseillers Henri Lafosse Walter Langer Laurent Goovaerts Patrice Courtin

13 Comité de Direction Président - Gustave Nowicki Directeur Général - Xavier Brenez Membres effectifs Rik Selleslaghs (501) Jacques Jonet (506) / Freddy Piron (à partir du 1er janvier 2013) Alex Parisel (509) Hubert Heck (515) Christine Dries (516) Stefaan Lauwers (526) Pascal Courard (527) Surveillance Interne - Comité d audit Président - Erik De Lembre Administrateurs indépendants Edward Van Vré Sagrario Carballo-Martinez Michel Eertmans Luc Deflem Externe ERNST & YOUNG Réviseurs d entreprises S.C.C. Représentée par Marie-Laure Moreau, Associée Représentants de la Direction Xavier Brenez Dick Vanwolleghem

14 Evolution Effectifs Mutations Indemnités Frais d administration

15 Assurance obligatoire

16 7 mutualités 1 stratégie commune Fin 2012, l effectif consolidé des Mutualités Libres s élevait à bénéficiaires. Soit une augmentation de membres par rapport à Cet effectif se répartit entre les 7 mutualités pour lequelles chaque Directeur Général a tiré le bilan de l année affiliés Rik Selleslaghs : "L impact du Plan Stratégique de MLOZ fut clairement perceptible chez OZ en Deux éléments nous semblent particulièrement marquants. Premièrement, MLOZ souhaite augmenter le nombre de ses clients. Chaque mutualité travaille à cet objectif depuis 2012 et garantit une croissance minimale depuis En 2012, OZ a réalisé une importante croissance et a ainsi contribué à cet objectif commun. L outil IT constitue un deuxième élément fondamental. OZ soutient intégralement ce projet d une grande importance. Nous nous sommes engagés concrètement, entre autres, par le détachement d un manager à temps plein qui représentera le business dans le projet." affiliés Freddy Piron (Directeur depuis 2013) : "Partager une vision commune au travers du Plan Stratégique MLOZ a pris, cette année, toute sa dimension au regard de la crise et des mesures gouvernementales concomitantes touchant le financement des organismes assureurs AMI. Le fait saillant pour Omnimut, en 2012, a été la mise sur pied d un Plan Stratégique propre, calqué sur les principes directeurs du plan national, ayant pour but l augmentation globale de l efficacité de l organisation ainsi que l indispensable rationalisation des coûts. Dans la continuité de ce plan et outre ces fondamentaux, l effort devra porter sur l accroissement de l effectif des membres ainsi que sur un renforcement de la qualité de service offerte à ces derniers." affiliés Alex Parisel : "Le Plan Stratégique MLOZ a abouti à une réflexion plus profonde sur l avenir du rôle des mutualités et en particulier d Euromut dans un contexte changeant. Cette réflexion a amené Euromut à envisager une alliance avec Partenamut et Partena Ziekenfonds pour mieux répondre aux recherches de synergies, d harmonisation, d économies d échelle et d entreprenariat social préconisées par le Plan Stratégique MLOZ. Par ailleurs, Euromut a participé activement à la reconfiguration de l organisation des médecins-conseils, suite à la centralisation de la gestion au sein de l Union. Euromut a en outre ajusté ses pratiques informatiques en lien avec les nouvelles modalités définies par l Union en concertation avec M-team en vue de sécuriser l avenir."

17 affiliés Hubert Heck : "Dans le courant de l année 2012, la Freie Krankenkasse a renforcé sa position sur le marché, conformément aux objectifs du Plan Stratégique MLOZ. Elle compte désormais 35 % de la population de la Communauté germanophone parmi ses clients. En s alignant à la nouvelle gouvernance MLOZ, la gestion interne de la Freie a été restructurée par l établissement d un nouvel organigramme devant permettre entre autres une responsabilisation plus importante de différents acteurs. Le démarrage d un plan "enterprise risk management"en vue de la réalisation des objectifs stratégiques MLOZ ainsi que la préparation d un "business continuity plan" sont d autres faits marquants de 2012." affiliés Christine Dries : Le contexte économique difficile de 2012 a mis le système de soins à rude épreuve et a amené la Mutualité Securex à relever de nouveaux défis. Nos choix stratégiques sont inspirés du Plan Stratégique MLOZ et des forces de Securex. Nous utilisons l innovation comme moteur d une différenciation ciblée, par la création en 2012 de la SMA Securex et le lancement d une assurance mutualiste centrée sur les besoins des indépendants et de leur famille. Le service aux clients est notre priorité, aussi l année 2012 a été marquée par l adaptation de la structure de nos activités opérationnelles, l optimisation de nos processus et l investissement intense dans notre capital humain affiliés Stefaan Lauwers : Partena Ziekenfonds & Partners propose des solutions de qualité en matière de santé et de confort personnel, afin que chacun puisse vivre de la manière la plus saine, intense et indépendante possible. C est également l un des principaux points de départ du Plan Stratégique de MLOZ : être plus qu un intermédiaire et un organisme de paiement. Nous continuons donc à investir dans des services innovants en matière de santé (management de la vitalité), de vieillissement (aide ménagère via titres-services) et de soutien aux familles (accueil d enfants, services de repassage). Le projet d alliance avec Euromut et Partenamut nous redonnera de l énergie, en ces temps d économie, pour renforcer notre rôle d entrepreneur social affiliés Pascal Courard : "Cette année encore, Partenamut a voulu mettre l accent sur faire plus et mieux dans un contexte de changements permanents. Politique de croissance donc avec une augmentation de portefeuille de 2,15 %, mais aussi et surtout, une augmentation de la qualité de nos prestations : délais de traitement réduits dans tous nos secteurs, diminution du nombre d erreurs par l amélioration de nos processus (introduction du Lean Management ) constitue deux éléments marquants qui démontrent notre volonté de nous inscrire dans le Plan Stratégique de MLOZ. Les défis pour les années à venir seront de poursuivre dans cette voie en sachant que les conditions externes (financières notamment) seront de plus en plus difficiles. Notre capacité à nous adapter aux multiples changements prévisibles et à innover dans l intérêt de nos clients et de nos autres parties prenantes, seront pour notre entreprise deux thèmes prioritaires que nous entendons mener à bien de concert avec nos mutualités sœurs."

18 Dans le régime indépendant, plus d un ayant droit sur quatre est affilié aux Mutualités Libres

19 Les Mutualités Libres par rapport aux autres organismes assureurs Au 31 décembre 2012, les effectifs des différents OA se présentaient comme suit : Répartition des ayants droit par OA au 31 décembre 2012 (hors conventions internationales). Régime Général Régime Indépendant Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage ANMC ,27 % ,08 % UNMN ,38 % ,20 % UNMS ,68 % ,46 % UNML ,13 % ,75 % MLOZ ,64 % ,12 % CAAMI ,80 % ,39 % SNCB ,11 % 0 0,00 % TOTAL ,00 % ,00 % MLOZ compte 17,64 % des ayants droit du régime général parmi ses membres. Dans le régime indépendant, plus d un ayant droit sur quatre est affilié aux Mutualités Libres (29,12 % au 31 décembre 2012). Seule l ANMC compte proportionnellement (et en chiffres absolus) plus d assurés indépendants. Les mutations Les mutations In et Out par bénéficiaire s élevaient à en Tout comme les années précédentes, ce solde est une nouvelle fois favorable, affiliations, contre en Union Mutations IN Mutations OUT Solde ANMC UNMN UNMS UNML CAAMI SNCB TOTAL

20 Frais d administration Dotation L économie totale sur les dotations a été fixée à 104 millions d euros, répartis sur les années 2012 à Pour 2012, l effort demandé aux 5 unions nationales s élève à 42,6 millions d euros, soit une diminution de la dotation de 0,46 % par rapport à Le montant des frais d administration qui a été octroyé forfaitairement (1) aux organismes assureurs pour l exercice 2012, a été fixé par la loi-programme, publiée le 17 février Lors de la formation du gouvernement fin 2011, l élaboration d un plan d économie a immédiatement été entamée. L assurance maladie, et plus particulièrement les moyens de fonctionnement des organismes assureurs, n y a pas échappé. Les cinq unions nationales (2) ont reçu un montant de 1.029,8 millions d euros (- 0,46 %). Ce montant est composé d une partie fixe de 926,9 millions d euros et d une partie variable de 103 millions d euros. En vertu de la loi du 22 août 2002 portant diverses dispositions relatives aux soins de santé, la partie variable est, depuis 2004, fixée à 10 % du montant annuel des frais d administration. La clé de répartition de la partie fixe entre les organismes assureurs repose sur une pondération de leurs effectifs. La partie variable octroyée dépend de l appréciation par l Office de Contrôle des Mutualités (OCM) des critères de performance pour la gestion de l assurance obligatoire. Cette appréciation n est pas encore connue pour Pour 2011, notre Union a reçu 95,9 % de sa dotation maximale, contre 97,9 % l année précédente. (1) Les organismes assureurs reçoivent en outre des compléments en tant que frais d administration comme l indemnisation pour l intégration des petits risques à l assurance obligatoire ou les montants qui sont octroyés comme rémunérations pour les récupérations effectuées ou pour les produits financiers réalisés en assurance obligatoire. (2) La CAAMI et la Caisse Soins de Santé de la SNCB jouissent d un régime spécifique

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets

Hanoï 6 novembre 2012. par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets Hanoï 6 novembre 2012 par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets STRUCTURE de l exposé INTRODUCTION 1.Le fonctionnement du système 2.Le financement du système 3.La gestion du système QUESTIONS

Plus en détail

Rapport Annuel. Assurance obligatoire. Assurance complémentaire. Publications & Events. Rapport financier

Rapport Annuel. Assurance obligatoire. Assurance complémentaire. Publications & Events. Rapport financier Rapport Annuel 0 2011 2012 20 Assurance obligatoire Assurance complémentaire Publications & Events Rapport financier Table des matières 1234 Notre organisation 4 Assurance obligatoire 11 Assurance complémentaire

Plus en détail

Mécanismes et règles pour assurer la bonne gouvernance des mutualités en Belgique

Mécanismes et règles pour assurer la bonne gouvernance des mutualités en Belgique Mécanismes et règles pour assurer la bonne gouvernance des mutualités en Belgique Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Casablanca Plan 1. Organisation des soins de santé en Belgique

Plus en détail

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences

Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Défis et opportunités en matière de santé suite au transfert de compétences Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Bruxelles 28/01/2014 Plan 1. Des compétences disparates et partielles

Plus en détail

SOMMAIRE 3 ÉDITO 4 L ORGANISATION 14 ASSURANCE OBLIGATOIRE 26 ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE 36 PUBLICATIONS & EVENTS 42 RAPPORT FINANCIER 56 CONTACT

SOMMAIRE 3 ÉDITO 4 L ORGANISATION 14 ASSURANCE OBLIGATOIRE 26 ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE 36 PUBLICATIONS & EVENTS 42 RAPPORT FINANCIER 56 CONTACT RAPPORT ANNUEL MUTUALITÉS LIBRES SOMMAIRE 3 ÉDITO 4 L ORGANISATION 14 ASSURANCE OBLIGATOIRE 26 ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE 36 PUBLICATIONS & EVENTS 42 RAPPORT FINANCIER 56 CONTACT 58 DÉCLARATION SUR LE CONTRÔLE

Plus en détail

Rapport Annuel 2010 présenté à l assemblée générale du 10 juin 2011

Rapport Annuel 2010 présenté à l assemblée générale du 10 juin 2011 Rapport Annuel 2010 présenté à l assemblée générale du 10 juin 2011 >> Table des matières >> Notre organisation 5 >> Assurance obligatoire 13 >> Assurance complémentaire 27 >> Publications 39 >> Events

Plus en détail

Recettes courantes 24.872.899 26.745.043 28.013.920 29.460.835 28.953.251 Recettes de capital 418.310 459

Recettes courantes 24.872.899 26.745.043 28.013.920 29.460.835 28.953.251 Recettes de capital 418.310 459 1. Commentaire A. Évolution du résultat budgétaire (milliers d'euros) 2008 2009 2010 2011 2012 Recettes courantes 24.872.899 26.745.043 28.013.920 29.460.835 28.953.251 Recettes de capital 418.310 459

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

«La gestion des projets, un élément moteur de la gouvernance des Systèmes d Information»

«La gestion des projets, un élément moteur de la gouvernance des Systèmes d Information» Séminaire «Patient Numérique 2012» Olivier REMACLE IT Manager 18/10/2012 «La gestion des projets, un élément moteur de la gouvernance des Systèmes d Information» Agenda : I. Le Contexte métier II. La Gouvernance

Plus en détail

Nouveaux défis pour les mutualités

Nouveaux défis pour les mutualités Nouveaux défis pour les mutualités Alain THIRION Trésorier Union Nationale des Mutualités Socialistes Les mutualités en Belgique Aperçu du secteur 7 organismes assureurs dont : 5 privés, regroupant +/-

Plus en détail

La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés?

La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés? La régionalisation, mutation vers un système d assistance sociale complétée par des piliers privés? Jean Hermesse Secrétaire général des Mutualités Chrétiennes Solvay Brussels, MMISS, 13/01/2014 Plan 1.

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur.

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. Si vous quittez votre employeur, que devient votre assurance hospitalisation? Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son

Plus en détail

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants

L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants L assurance indemnités Travailleurs salariés et indépendants 1 Introduction: l assurance maladie-invalidité L assurance maladie-invalidité (AMI) forme une des branches du système belge de la sécurité sociale;

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI.

L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI. www.coopami.org L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI. Lima du 25/01/2016 au 05/02/2016 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La protection sociale en santé en Belgique Sécurité sociale Protection

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Introduction. Introduction. Pulinx Erlend - INAMI - formation soins de santé 25/09/08 section CPAS 1 ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE

Introduction. Introduction. Pulinx Erlend - INAMI - formation soins de santé 25/09/08 section CPAS 1 ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE Introduction L assurance obligatoire soins de santé et indemnités est une branche de la sécurité sociale à côté des branches relatives aux: - accidents de travail et

Plus en détail

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012

par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI Bruxelles 27 novembre 2012 www.inami.be www.coopami.org Financement et maîtrise des dépenses de remboursement des soins de santé par l assurance maladie obligatoire par Michel VIGNEUL Conseiller actuaire Manager de projets COOPAMI

Plus en détail

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale

L Institut national d assurance maladie-invalidité. Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale L Institut national d assurance maladie-invalidité Son organisation, ses missions et son rôle dans la sécurité sociale 6 Juillet 2015 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité

LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE. Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE Jo De Cock Administrateur général Institut national d assurance maladie-invalidité 09 juin 2011 2 SOMMAIRE I. Introduction II. III. IV. Système de santé: objectifs

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 1 - La sécurité sociale en Belgique et les mutualités. Plan 1- INTRODUCTION 2- GRANDS PRINCIPES DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur.

Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son employeur. Si vous quittez votre employeur, que devient votre assurance hospitalisation? Hospitalia Continuité. Pour continuer à bénéficier d une assurance hospitalisation à bon prix quand on n a plus celle de son

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

L assurance de groupe Employés

L assurance de groupe Employés L assurance de groupe L assurance de groupe 3 Votre sécurité nous tient à cœur. Plus de sécurité financière pour vos collaborateurs Comme toute entreprise, vous savez qu il ne peut pas y avoir de croissance

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation

Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Déclaration d admission Coût de l hospitalisation Choix de chambre et conditions financières pour une admission classique ou en hôpital de jour. Introduction Le présent document vise à vous informer des

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

HOSPIMUT Des assurances hospitalisation à la mesure de vos besoins!

HOSPIMUT Des assurances hospitalisation à la mesure de vos besoins! HOSPIMUT Des assurances hospitalisation à la mesure de vos besoins! PROTÉGEZ-VOUS CONTRE LES FRAIS D HOSPITALISATION ÉLEVÉS! Une hospitalisation peut coûter cher et l intervention de l assurance maladie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

3.4. Rapport fi nancier

3.4. Rapport fi nancier PARTIE 3 : LA MC EN CHIFFRES 3.4. Rapport fi nancier ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE (AO) CLÔTURE 2008 Courant 2010, l INAMI a clôturé les comptes de l assurance maladie obligatoire pour l exercice 2008.

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 DES MUTUALITÉS LIBRES

RAPPORT ANNUEL 2014 DES MUTUALITÉS LIBRES RAPPORT ANNUEL 2014 DES MUTUALITÉS LIBRES 1 p. 5 L ORGANISATION p. 39 PUBLICATIONS & EVENTS 1 2 3 4 5 6 ASSURANCE OBLIGATOIRE p. 17 RAPPORT FINANCIER p. 47 ASSURANCE COMPLÉMENTAIRE p. 29 CONTACT p. 63

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

SPÉCIAL ESEF NOV ESEF. Vous êtes un employeur étranger européen : choisissez en France, un partenaire unique pour votre protection sociale

SPÉCIAL ESEF NOV ESEF. Vous êtes un employeur étranger européen : choisissez en France, un partenaire unique pour votre protection sociale SPÉCIAL ESEF NOV ESEF Vous êtes un employeur étranger européen : choisissez en France, un partenaire unique pour votre protection sociale PRÉVOYANCE SANTÉ Parce que nous sommes déjà votre point d entrée

Plus en détail

Transfert des compétences : Note explicative

Transfert des compétences : Note explicative Transfert des compétences : Note explicative I. Contexte : Dans le cadre de la 6 ème réforme de l Etat, et plus particulièrement dans le cadre du transfert des compétences en matière de santé, le secteur

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Karim CHAYATA Maître-assistant Université de Sousse Introduction Cadre global des rapports entre l assurance maladie et l hôpital

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens

Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Politique de santé : enjeux régionaux, fédéraux et européens Mémorandum de la Fédération des maisons médicales Octobre 2013 et la Fédération des maisons médicales Le mouvement des maisons médicales et

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

OPTIMISER AU MIEUx VOTRE STATUT D INDÉPENDANT N EST PAS TOUJOURS ÉVIDENT?

OPTIMISER AU MIEUx VOTRE STATUT D INDÉPENDANT N EST PAS TOUJOURS ÉVIDENT? OPTIMISER AU MIEUx VOTRE STATUT D INDÉPENDANT N EST PAS TOUJOURS ÉVIDENT? PAS DE PANIQUE, PARTENA PROFESSIONAl A UNE TACTIQUE! OPTIMISEZ VOTRE STATUT D INDÉPENDANT AVEC PARTENA COMPASS Votre droit à la

Plus en détail

Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire.

Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire. COMMUNIQUE DE PRESSE Bilan de l utilisation des services proposés par la mutualité Euromut dans le cadre de son assurance complémentaire. Bruxelles, le 11 mars 2008 - Si Euromut veille à promouvoir le

Plus en détail

* Entreprises de 5 à 19 membres de personnel.

* Entreprises de 5 à 19 membres de personnel. DKV PME PACKAGE En tant que dirigeant d une PME *, vous savez que les avantages extra-légaux contribuent considérablement à la satisfaction des membres de votre personnel et au succès de votre entreprise.

Plus en détail

«Quick-Check Asset Management»

«Quick-Check Asset Management» 1 «Quick-Check Asset Management» Audit sur le positionnement des gestionnaires de réseau de distribution en matière de gestion d actifs Septembre 2012 D un régime actuel «Cost +» La plupart des GRD se

Plus en détail

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro

La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul. Florence Navarro La pension de vieillesse au Luxembourg: réglementation et modalités de calcul Déjeuner-débat ELSA Florence Navarro 2 juillet 2014 Le principe des 3 piliers en matière de pension 1 er pilier Sécurité sociale

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS

PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez de souscrire un régime de prévoyance pour vos salariés cadres. Le PLAN CADRES

Plus en détail

La Mutualité Socialiste du Luxembourg a 100 ans *****

La Mutualité Socialiste du Luxembourg a 100 ans ***** La Mutualité Socialiste du Luxembourg a ***** Quelles missions? (1) Depuis toujours, l homme cherche à se protéger de ce qui menace son existence, en particulier la maladie. Au fil des années, la Mutualité

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique (les différents régimes). La question de l assurance complémentaire.

Financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique (les différents régimes). La question de l assurance complémentaire. www.inami.be www.coopami.org Financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique (les différents régimes). La question de l assurance complémentaire. Nouakchott 31 janvier 2011 Michel Vigneul Cellule

Plus en détail

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73)

COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) COMMUNE DE GILLY-SUR-ISERE (73) CCTP LOT N 4 : ASSURANCE DES RISQUES STATUTAIRES CCTP / Risques statutaires page 1 SOMMAIRE Article 1 OBJET DE L ASSURANCE.. page 3 Article 2 GARANTIES DETAILLEES. page

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés particuliers PROFESSIONNELS entreprises Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez dans le cadre de votre politique sociale de souscrire un

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

ASSURANCES HOSPITALISATION

ASSURANCES HOSPITALISATION ASSURANCES HOSPITALISATION RÈGLEMENT EN VIGUEUR AU 01-01-2016 Article 1 Objet de l assurance L assurance a pour objet d accorder, à charge de la Société Mutualiste SOLIMUT, une intervention financière

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Règlement relatif à l assurance complémentaire

Règlement relatif à l assurance complémentaire Règlement relatif à l assurance complémentaire Fondation de prévoyance Swiss Life Assurance complémentaire Service externe valable à compter du 1 er janvier 2011 Sommaire A Introduction 3 1 Principe 3

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail