[PERISCOPE Rapport Intermédiaire]

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[PERISCOPE Rapport Intermédiaire]"

Transcription

1 Appel Région Bretagne ASOSC Appropriation Sociale des Sciences [PERISCOPE Rapport Intermédiaire] de IUEM-REEB OLIVIER RAGUENEAU -LEMAR AVEC LA COLLABORATION DE NADINE SOUCHARD -CCB MARYLINE LAIR -REEB ANOUCK HUBERT- IUEM ET LE CHERCHEUR COLLECTIF JUIN 2013-JUIN 2014

2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION DEMARCHE D ANIMATION DU COLLECTIF ACTEURS-CHERCHEURS REUNI ON DE LANCEMENT ET MOBILISATION DES ACTEURS EXPLORATION DE L ESPACE DE PRATIQUES ACTEURS-CHERCHEURS L ESPACE DE PRATIQUE E N QUESTIONNEMENT LE FORUM «L OBSERVATION PARTICIPATIVE EN SCIENCES DE LA MER ET DU LITTORAL» L EQUIPE PROJET ET LES ENTRETIENS PREPARATOIRES LE PROGRAMME- LE PUBLIC- LES ATELIERS... 9 LE PROGRAMME...9 LES INVITATIONS ET CEUX QUI ONT REPONDU PRESENT LES QUESTIONS QUI ONT ETE SOULEVEES DANS LES ATELIERS L OBSERVATION PARTICIP ATIVE A L IUEM QUELLE PROSPECTIVE POUR L OBSERVATION PARTICIPATIVE? DYNAMIQUES D ACTEURS PHASE 2-C O-CONSTRUCTION D UNE PROSPECTIVE POUR L OBSERVATI ON PARTICIP ATIVE EN SCIENCES DE LA MER E T DU LITTORAL ANNEXES...0 ANNEXE 1 CARTE MENTALE DU CHERCHEUR C OLLECTIF... 0 ANNEXE 2-GRILLE D ANALYSE INTERVIEWS... 1 ANNEXE 3 PROGRAMME DU FORUM... 3 ANNEXE 4 - TEXTE DE L INVITATION AU FORUM OBSERVATION PAR TICIPATIVE... 4 ANNEXE 5 LA CONCLUSION DU FORUM PAR YVES-MARIE PAULET... 5 ANNEXE 6 TABLEAU DES INTERVIEW S REALISEES ET DES E XPERIENCES PRESENTEES... 6

3 INTRODUCTION L idée de la création de PERISCOPE (Plateforme d échanges et de recherche interdisciplinaire entre sciences et société civile organisée) est née au moment des premières rencontres régionales sciences et société organisées en février 2011 à l IUEM. A la suite de ces rencontres, un projet ASOSC (Appropriation Sociale des Sciences) a été déposé et retenu par la région Bretagne. Le projet est alors construit en partenariat avec le REEB (Réseau d'éducation à l'environnement en Bretagne, en liens directs avec Dominique Cottereau, administratrice et Corinne Vermillard, directrice), et inclut également d autres partenaires scientifiques UBO-SHS (Université de Bretagne Occidentale, Sciences Humaines et Sociales) et d autres partenaires associatifs (une troupe de théâtre et Océanopolis). L idée était alors de co-construire un état des lieux mobilisateur des relations sciences société à l échelle de la région Bretagne et de définir ensemble les objectifs, la gouvernance, et le fonctionnement de PERISCOPE. Des co-financements avaient été demandés pour un budget global de mais non obtenus (70 000, programme REPERE du Ministère de l écologie et du développement durable). Tout début 2012, le fait de ne pas avoir obtenu ces co-financements implique de faire un avenant à la convention ASOSC entre la Région Bretagne et l UBO. Le projet est alors retravaillé (par Olivier Ragueneau, Anouck Hubert, Dominique Cottereau, Corinne Vermillard) et recentré sur l état des lieux et sur le thème du continuum terre-mer, l ambition du projet et le budget étant revus à la baisse. Des partenaires SHS de l UBO ne valident pas ce document et demandent à faire une autre proposition. La nouvelle proposition nous parvient en juin 2012, mais elle ne peut être présentée à la région Bretagne car le projet, les partenaires et la répartition financière est totalement différente de la demande initiale, acceptée et financée par la région Bretagne dans le cadre ASOSC ; de plus l esprit de cette proposition ne correspond pas du tout au type de recherche-action collaborative que nous avions initialement envisagé. Le projet est mis en stand-by, du fait du départ du REEB de Corinne Vermillard puis de Dominique Cottereau. Le projet est réactivé en janvier 2013, en intégrant le Collège Coopératif de Bretagne comme partenaire de l IUEM, mais avec 3 changements d interlocuteurs à la région Bretagne, ce n est pas simple au niveau administratif et financier de relancer le projet. Une réunion en juin 2013 au siège de l'association REEB (Guingamp) permet une première présentation du projet à quelques adhérents du réseau, membres de la commission eau/mer/littoral. À la demande de la région, une proposition plus détaillée est construite et soumise en juillet 2013, rédigée par Elise Quéré (REEB), Nadine Souchard (CCB), et Anouck Hubert (IUEM). Du fait de mobilités et de réorganisations internes au REEB, nous changeons d interlocuteur : Elise Quéré (remplaçante) => Sophie Houbart => Maryline Lair. La proposition rédigée en juillet donne alors lieu à un avenant à la convention Région-Bretagne UBO, qui est voté en octobre. Fin octobre 2013 les crédits sont ouverts et nous pouvons commencer le projet. Pendant ce temps, à l IUEM, la plateforme PERISCOPE a continué à organiser des temps de travail (journées d études, petits déjeunés arts et sciences) des rencontres entre scientifiques et acteurs de la société civile qui ont contribué l émergence de projets de recherche comme ARTISTIC (projet international entre sciences, arts et politique autour du changement climatique) et la ZABrI (Zone atelier Brest-Iroise), et de formation, comme Université d été MER-Education, l UE sciences et société Masters SML, Tous ces projets et plus particulièrement le projet ASOSC-PERISCOPE participent à la co-construction de PERISCOPE, ce sont ces projets qui lui donnent une consistance, une existence. Aujourd hui, il est important de clarifier ce qu est PERISCOPE : Un tiers-lieu, un think-tank, un laboratoire d idées, un espace de rencontres et d hybridation des savoirs, pour comprendre et réfléchir mais aussi pour contribuer à l émergence de projets innovants entre sciences et société en lien avec la mer et le littoral.

4 Il faut faire attention de distinguer la plateforme Périscope, véritable laboratoire d idées et en cours de structuration au niveau régional, qui a vocation à devenir pérenne, du projet ASOSC- Périscope, état des lieux qualitatif des relations sciences-société, qui s étend sur deux années. Ce rapport intermédiaire présenté à l issue de la phase 1 du projet (juin 2013-juin 2014), présente les démarches d animation du collectif acteur-chercheur que nous avons mis en œuvre, les résultats d une «mise à l épreuve» lors du «forum «observation participative» en sciences de la mer et du littoral» et les pistes de travail qui s ouvrent pour la seconde phase du projet, à la fois dans le cadre de la commission eau/mer/littoral du REEB et de la prospective scientifique de l IUEM. 1- DEMARCHE D ANIMATION DU COLLECTIF ACTEURS-CHERCHEURS Pour mener à bien cette exploration des interactions entre acteurs et chercheurs, nous avons souhaité constituer un collectif acteur-chercheur nommé «le chercheur collectif» dans lequel nous essayons d assurer une symétrie de position. Cette démarche est accompagnée par Nadine Souchard, Sociologue au CCB (Collège coopératif de Bretagne) et animée par Anouck Hubert, chargée de mission sciences et société à l IUEM. 1-1 REUNION DE LANCEMENT ET MOBILISATION DES ACTEURS Du fait des nombreux changements de personnes entre les porteurs initiaux ayant déposé le projet et ceux qui ont effectivement la charge de le mettre en œuvre, la dynamique initiée en 2011 est à reconstruire. Il nous a fallu réexpliquer le contexte, remobiliser les acteurs associatifs du REEB et les acteurs scientifiques de l IUEM, réorienter les objectifs du projet en fonction des acteurs ayant répondu à l appel à participation. 28 JUIN 2013 DANS LES LOCAUX DU REEB (GUINGAMP-PLOUISY) : PRESENTATION DU PROJET A LA COMMISSION EAU/MER/LITTORAL DU REEB (11 personnes présentes dont 3 acteurs de la recherche) L idée proposée est de faire un recensement des diverses formes d interactions entre associations du REEB et acteurs scientifiques sur le thème des sciences de la mer et de qualifier ces relations. Lors de cette première rencontre, une partie des échanges porte sur les sciences participatives et plus particulièrement l observation participative. Les limites et les freins de ce type d interactions sont relevés par les acteurs associatifs, en particulier la dissymétrie de la relation avec des protocoles conçus par les scientifiques et mis en œuvre par les associations et le manque de feedback de la part des scientifiques vers les observateurs bénévoles. En observation participative les protocoles sont souvent construits par les seuls scientifiques, sans que les acteurs de terrain ne soient consultés De même, une fois que les observateurs bénévoles ont transmis leurs données, ils n ont que très peu d interactions avec les scientifiques A la suite de cette présentation du projet ASOSC-PERISCOPE, le REEB a lancé un appel à participation auprès de ses associations adhérentes. Il est à noter que la dissymétrie de moyens a été pensée et que les acteurs du REEB sont défrayés en tant que prestataire pour leur participation au projet. L'appel a été lancé en octobre 2013, et 11 personnes représentant des associations ont manifesté leur intérêt pour le projet. Après échanges avec chacun sur leur motivation et principalement sur l'engagement que le projet nécessitait, 8 personnes se sont inscrites dans le projet (dont la coordinatrice du REEB).

5 Ainsi, le chercheur-collectif s'est constitué en partie avec les acteurs associatifs suivants : Virginie Antoine, Association Pour Kernaou, éducatrice à l'environnement / chargée de mission Environnement Véronique Javoise, ALESA, professeur en lycée agricole Anne-Kristell Jouan, Nautisme en Bretagne, chargée de mission Claire Prieur, MAVD, éducatrice à l'environnement Marie-Amélie Néollier et Jean-Charles Planchenault, Surfrider Foundation, éducateurs à l'environnement Céline Marie, CPIE de Belle-Isle-en-Mer, éducatrice à l'environnement Jean-Marc Terrade, Interactions, éducateur à l'environnement, chargé de mission GIML Maryline Lair, REEB, coordinatrice du réseau REEB 18 DECEMBRE CRESS A RENNES : PRESENTATION ASOSC-PERISCOP AUX ACTEURS ASSOCIATIFS REEB (10 personnes présentes dont 3 acteurs recherche) Récit de l émergence du projet ASOSC-PERISCOPE et du développement de PERISCOPE think-tank. Qu est-ce qu un chercheur collectif? Un chercheur collectif c est plusieurs personnes qui sont chercheurs ou ne le sont pas, peu importe finalement. Ce qui est important c est qu ils se mettent collectivement en travail de recherche. Dans le cas présent, le chercheur collectif sera composé d acteurs de l éducation à l environnement adhérents du REEB et de chercheurs de l IUEM, chercheurs en sciences de la mer et du littoral. Les chercheurs de l IUEM ne participent pas en tant que spécialistes experts de leur discipline (biologie, chimie, droit, économie, géologie, géographie), ils vont travailler sur une question qui est nouvelle pour eux et utiliser des outils qu ils n ont jamais utilisé. De même les acteurs associatifs ne sont pas spécialistes des relations sciences et société et cette démarche de recherche est nouvelle pour eux. Il y a symétrie de position, tous acteurs et tous chercheurs. Mais on ne va pas changer les rôles, faire de la recherche «comme si». D'une manière générale, même si les modèles de recherche-action sont très divers, il y a toujours une visée de transformation sociale. Participer à un programme de recherche-action, c'est se mettre en situation réflexive. Le fait d'être à plusieurs engagés dans cette dynamique, que la réflexion soit partagée, permet de créer de la connaissance. Ce n'est pas une recherche au sens scientifique, même si on a va rechercher ensemble. L'objectif est de créer quelque chose ensemble, qui relève du bénéfice à partager nos réflexions, chercheurs et société civile : et donc aussi d'accepter de quitter notre posture «très» associative ou «très» chercheur pour créer ensemble. C'est différent de ce que l'on rencontre souvent dans la recherche-action où un groupe d'acteurs va chercher des chercheurs pour les éclairer dans ce qui les traverse. Il faut rompre avec l'idée que l'on va faire une recherche scientifique, mais plutôt une recherche entre nous sur des choses assimilables par nous. C'est ça, la notion de «chercheur collectif». On ne se place pas dans une posture de porte parole (on n est pas là pour défendre notre chapelle) Qu est-ce que le chercheur collectif va produire? De la connaissance appropriable par tous. Quelle sera la question travaillée par le chercheur collectif? On ne va pas faire un inventaire exhaustif des pratiques sciences-société sur le continuum terre-mer, mais plutôt une typologie des pratiques pour les comprendre. Et ceci, déjà à partir de nos expériences Tour de table des motivations, des freins, des craintes :

6 Une grande partie des acteurs associatifs se disent intéressés pour approfondir les sciences participatives et en particulier l observation participative comme l une des modalités des relations entre acteurs scientifiques et acteurs associatifs du REEB. 24 JANVIER A L IUEM PLOUZANE : PRESENTATION ASOSC-PERISCOP AUX ACTEURS RECHERCHE IUEM (7 personnes présentes tous acteurs de la recherche) Récit de l émergence du projet ASOSC-PERISCOPE et du développement de PERISCOPE think-tank. Qu est-ce qu un chercheur collectif? Qu est-ce que le chercheur collectif va produire? La recherche, la nouvelle connaissance ainsi produite est différente de ce que produit une recherche académique : l objectif est de produire de la connaissance appropriable par tous. Le processus est tout aussi important que le résultat et c est pourquoi il nous faudra capitaliser et trouver la meilleure manière de rendre compte de ce cheminement Quelle sera la question travaillée par le chercheur collectif? Inventaire et qualification des relations entre scientifiques et acteurs de la société civile dans les domaines de la mer et du littoral et du continuum terre-mer. Nous ne sommes pas en recherche d exhaustivité mais nous cherchons à rendre compte d une diversité de pratiques en partant des expériences représentées dans le groupe, analyser collectivement ces pratiques et mobiliser les acteurs de la recherche et les acteurs associatifs. Tour de table des motivations, des freins, des craintes : Intérêt pour le sujet, et envie d en savoir plus car dans les réseaux scientifiques internationaux et nationaux, dans les appels à projets, cette notion de sciences & société est de plus en plus présent. L objet mer se prête bien à cette approche. Certains jeunes chercheurs et personnels de la recherche se posent la question de leur légitimité à participer à ce collectif car ils n ont pas de connaissances scientifiques sur le sujet des relations science-société. Il leur est rappelé que c est aussi le cas des acteurs associatifs du REEB et que l idée est d apprendre à travers le processus Ainsi, le chercheur-collectif s'est constitué en partie avec les acteurs scientifiques suivants : Olivier Ragueneau, IUEM, Biochimiste directeur du LEMAR Laboratoire des sciences de l'environnement MARin Christine Paillard, biologiste LEMAR Fabien Riera, Ethnologue, LEMAR Daniela Zepilli, Biologiste, LEMAR Marie Czamanski, ingénieur d étude, IUEM Observatoire Anouck Hubert, chargée de mission Sciences et société LabexMER RESULTAT Explicitation du contexte du projet, explicitation de la forme singulière de recherche-action que nous proposons. Ecoute des motivations, intérêts, et craintes des acteurs associatifs et des acteurs de la recherche.

7 2-2 EXPLORATION DE L ESPACE DE PRATIQUES ACTEURS-CHERCHEURS Le collectif acteur-chercheur ou «chercheur collectif» ainsi constitué s est réuni au cours de 5 rencontres entre février 2014 et juin L objectif était d explorer l espace de pratiques acteurs-chercheurs en partant dans un premier temps des expériences représentées dans le groupe et dans un second temps, d un approfondissement en interviewant des acteurs scientifiques et des acteurs associatifs sur des projets bien ciblés. 1-CARTE MENTALE ET REPERTOIRE D EXPERIENCES EN DEBATS (19 février à l IUEM Plouzané - 13 participants 6 acteurs recherche et 7 acteurs associatifs) Au cours de cette rencontre d une journée, après un temps d interconnaissance, les objectifs, le contexte, et les modalités du travail sont rappelés aux participants. Une séquence méta-plan permet de réaliser une carte mentale nous permettant de cartographier les représentations initiales du groupe sur les relations entre acteurs de la recherche et acteurs associatifs. Une seconde séquence a pour objectif de répertorier les différentes expériences présentes dans le groupe et de créer son répertoire d expérience. Finalement, ces deux documents, carte mentale et répertoire d expérience, sont étudiés pour repérer des typologies de relations entre acteurs de la recherche et acteurs associatifs et de repérer les thématiques manquantes. A partir de ces premiers travaux, un débat est lancé pour analyser les tout premiers résultats. La feuille de route jusqu à la prochaine rencontre est co-élaborée et un rapide feedback de la journée est demandé aux participants. Annexe 1 : Carte mentale 2-OUTILLER-CO-ELABORATION D UNE GRILLE D ANALYSE (2 avril à l IUEM -½ journée- 12 participants 6 acteurs recherche et 6 acteurs associatifs) Cette rencontre d une demi-journée a débuté par une lecture partagée des premières productions (carte mentale, répertoire d expérience et débat issu de la première rencontre). Une seconde séquence a consisté en un exercice de co-élaboration d une grille d analyse, un outil commun d analyse des expériences représentées dans le groupe et d analyse des pratiques des acteurs rencontrés au cours d interviews réalisées par les participants sous forme d un binôme acteur associatif-acteur recherche. La grille d analyse est ensuite testée par le groupe lors de la présentation de deux formes de pratiques des relations entre acteurs de la recherche et acteurs associatifs : rencontre artistes-chercheurs-étudiants-enseignants et observation participative. Suite à cette expérimentation la grille d analyse a été affinée et enrichie. Puis une feuille de route a été co-élaborée avec les intentions de réalisation d interviews, si possible en binômes acteurs associatifs acteurs de la recherche. Annexe 2 : grille d analyse

8 FORUM «L OBSERVATION PARTICIPATIVE EN SCIENCES DE LA MER ET DU LITTORAL : UN ESPACE DE PRATIQUES A QUESTIONNER ET A ENRICHIR?» (23-24 avril 2014 à l IUEM Plouzané 70 participants- 18 intervenants) Dès la première rencontre avec les acteurs associatifs du REEB, la question des sciences participatives et plus particulièrement de l observation participative était apparue comme le type d interaction science-société le plus spontanément cité, souvent expérimenté et relativement bien approprié. Mais il apparaissait également que la nature de cette relation, ses modalités, et ses dynamiques posaient de nombreuses questions intéressantes, en particulier sur la dysmétrie de position et de contribution entre les acteurs associatifs et les acteurs de la recherche. C est pourquoi l IUEM a souhaité, dans le cadre du projet ASOSC et en demandant un complément de financement à l ISCC (Institut dess Sciences de la Communication du CNRS) expérimenter un espace de questionnement des pratiques en invitant acteurs de la société civile et acteurs de la recherche à participer au forum «L observation participative en sciences de la mer et du littoral : un espace de pratiques à questionner et à enrichir?» Ce forum a été l occasion d une mise à l épreuve d un espace de questionnement de pratiques. Annexe 4 : Texte de l invitation MISE EN PARTAGE DES MATERIAUX RECOLTES (14 mai à l IUEM Plouzané- ½ journée-9 participants 4 acteurs recherche et 5 acteurs associatifs) La troisième ½ journée de rencontre a commencé par une analyse des expériences partagées lors de la précédente rencontre et l appropriation de la grille d analyse. Deux nouvelles expériences ont ensuite été présentées : L empowerment avec Surfrider fondation, et la vision des ressorts de participation des bénévoles dans les associations. Ensuite le groupe a partagé les résultats des interviews réalisées.la rencontre s est terminée avec l élaboration d une nouvelle feuille de route et la programmation de nouvelles interviews. Annexe 6 : Tableau des interviews réalisées 2-3 L ESPACE DE PRATIQUE E N QUESTIONNEMENT (25 juin à l IUEM Plouzané- journée- 9 participants 5 acteurs recherche et 4 acteurs associatifs) Après une rapide analyse partagée des expériences présentées lors de la dernière séance, la quatrième journée de rencontre a été l occasion de présenter une expérience de pratique représenté dans le groupe avec les interactions entre chercheurs et artistes dans le contexte de la plateforme PERISCOPE et dans le cadre du projet Auris Maris, et de présenter les interviews réalisées auprès de l équipe de TARA Océans une initiative privée d observations et d expéditions scientifiques en océanographie.un second temps de travail a consisté à identifier, à partir des matériaux récoltés, les questions convergentes et les questions qui motivent les participants.le troisième temps a permis de se projeter dans la seconde phase du projet. Différents objectifs : les chercheurs ont des objectifs de connaissances, les acteurs de l éducation à l environnement ont des objectifs de protéger et faire connaitre. Besoin d espaces communs de dialogue. Rôle central du médiateur / de la médiation La médiation est la construction d un espace relationnel. Liens entre science et société via médiation donnent des liaisons fructueuses Attention au piège de la médiation écran : le médiateur ne se substitue pas aux scientifiques, il est facilitateur dans la relation.

9 2- LE FORUM «L OBSERVATION PARTICIPATIVE EN SCIENCES DE LA MER ET DU LITTORAL» La complexité inhérente au socio-écosystème mer-littoral nécessite de repenser la production des connaissances, et au-delà des approches interdisciplinaires purement scientifiques, d'imaginer de nouvelles interactions entre sciences et société : de la nécessaire vulgarisation à la question du pilotage d'une partie de recherche par la société civile organisée, en passant par les sciences dites participatives, ou encore la mise en place de forums hybrides au sens de Callon, Lascoumes et Barthe (2001). Nous avons répondu à l appel à projet PEPS interdisciplinaire du CNRS «expertise, controverses et communication entre science et société» pour contribuer à l état des lieux mobilisateur des relations existantes entre sciences et société en Bretagne, mené dans le cadre du projet ASOSC financé par la Région Bretagne, en choisissant de se focaliser sur les sciences participatives, en particulier au niveau de l'observation du milieu marin. L'émergence de projets d'observation participative correspond aujourd'hui à un intérêt exprimé dans la communauté scientifique en sciences de la mer et du littoral. Mais qu'en est-il des acteurs de la société civile et des citoyens? Quelles sont leurs demandes, leurs motivations? Peuvent-elles rencontrer les besoins des scientifiques? Le projet a pour finalité, à partir des pratiques existantes, d'enrichir les représentations des acteurs scientifiques et de la société civile organisée du terme de ''participation'' dans le champ des sciences participatives en sciences de la mer et du littoral. Ce projet s'insère dans la plateforme PERISCOPE, pôle régional de l'iscc depuis L EQUIPE PROJET ET LES ENTRETIENS PREPARATOIRES Après s être documentée sur le sujet par la constitution d une bibliographie et la lecture de rapports de synthèses, l équipe projet constituée de 5 personnels de l IUEM (3 ingénieurs d étude et deux chercheurs), toujours accompagnée par N. Souchard, sociologue du Collège Coopératif de Bretagne, a réalisé une série d entretiens préparatoires au forum avec des acteurs de la recherche et des acteurs de la société civile concernés par la pratique et l analyse de l observation participative en sciences de la mer et du littoral. C est à partir de ces entretiens que l équipe projet a conçu le programme et choisi les intervenants. Les taches d animation d ateliers et de tables rondes ont été réparties entre les membres de l équipe projet. Personnes Interviewées en préparation au Forum : Annie Bauer, Ifree Olivier Musard, Aires Marines protégées Romain Juliard, Museum National d histoire naturelle Eric Feunteun et Tristan Diméglio, Planète Mer Bibliographie : Boeuf G.,Allain Y.-M., Bouvier M., L apport des sciences participatives dans la connaissance de la biodiversité. Rapport remis à la Ministre de l Ecologie, Janvier 2012 Ifree, Sciences participatives et biodiversité - Implication du public, portée éducative et pratiques pédagogiques associées. Livret No 2, 107 p. Storup B., Millot G., Neubauer C., La recherche participative comme mode de production de savoirs. Un état des lieux de pratiques en France. Rapport de la Fondation Sciences citoyennes, 94 p. Gosselin M., Gosselin F., Julliard R., L'essor des sciences participatives pour le suivi de la biodiversité : intérêts et limites. Sciences eaux et territoires 3, Tela Botanica, Observons la nature, des réseaux et des sciences pour préserver la biodiversité, 60 p. Le ROP réseau d observateurs en plongée.

10 2-2 - LE PROGRAMME- LE PUBLIC- LES ATELIERS avril «Deux journées d échanges entre acteurs de la recherche et acteurs de la société civile pour découvrir la diversité des pratiques, interroger les différents usages scientifiques et sociaux de l observation participative, découvrir des initiatives fédératrices et imaginer les perspectives pour demain.» LE PROGRAMME Mercredi 23 : QUESTIONNER Conférence introductive : Rendre compte d une diversité de pratiques. Par Annie Bauer Table ronde 1 : Les artisans et animateurs de l observation participative en sciences de la mer et du littoral Phénomer : Suivi des blooms de phytoplanctons Biolit : Observation de la biodiversité du littoral Ecoflux : Suivi de la qualité des eaux de rivières en Finistère Apecs : Suivi des populations de requins et raies Pour chacun de ces projets un témoignage à deux voix : acteur/chercheur => noms Table ronde 2 : Quels usages scientifiques et sociaux de l observation participative? Usages scientifiques : Grégoire Lois Muséum National d Histoire Naturelle ; Pascal Monestiez Réseau CiSStats INRA et CNRS-CEBC Usages sociaux : Bérangère Storup, Fondation Sciences Citoyenne Atelier 1 : Questionner les usages : Usages scientifiques : L observation participative peut-elle être contributive dans les démarches scientifiques, comment et à quelles conditions? Usages sociaux : L observation participative est-elle nécessairement citoyenne et mobilisatrice et à quelles conditions? Jeudi 24 : ENRICHIR Restitution ateliers 1 - Présentation du travail des L3 d ethnographie, UBO Conférence 2 : Vers une structuration nationale du paysage de l observation participative en SML. Par Olivier Musard (Agence des Aires Marines Protégées) et Grégoire Lois (Muséum National d Histoire Naturelle). Atelier 2 - Perspectives : Quelles perspectives pour l observation participative en sciences de la mer et du littoral? Restitutions des ateliers 2 et conclusion : Yves-Marie Paulet Directeur IUEM Annexe 3 : Programme

11 LES INVITATIONS ET CEUX QUI ONT REPONDU PRESENT Une large diffusion de l invitation au niveau des réseaux associatifs, des réseaux scientifiques en sciences de la mer et du littoral, et de nos partenaires des collectivités et institutions. 98 inscriptions en ligne : 39 acteurs de la recherche, 21 acteurs des collectivités territoriales, ministère et agence d état, 31 acteurs associatifs, 8 acteurs économiques entreprises. 22 inscrits en ligne qui déclarent s intéresser au sujet et qui souhaitent recevoir les présentations et bilan mais qui ne peuvent se déplacer pour le forum. 72 personnes présentes Annexe 4 : texte de l invitation par mail LES QUESTIONS QUI ONT ETE SOULEVEES DANS LES ATELIERS Atelier 1 : Visée de transformation sociale de l Observation participative L observation participative constitue une opportunité pour passer d une consommation de biens communs à prise de conscience de «devoirs», changer de regard et changement de comportement. Observation participative est un outil de sensibilisation à l environnement, de recueil de données, mais cela reste un outil parmi d autres. L observation participative est un outil de formation, elle permet un gain de compétences, déclinables pour les scolaires et peut favoriser les approches pluridisciplinaires. L observation participative permet également de valoriser les savoirs empiriques et de comprendre les écarts entre les savoirs d usages et les savoirs scientifiques. L observation participative n a pas forcément un objectif d hybridation des savoirs mais c est une bonne opportunité d hybridation des questionnements. Quels lieux, espaces propices seraient pour hybrider les questionnements? Le scientifique reformule les questionnements sociétaux en questions scientifiques. L acteur scientifique n est pas forcément un chercheur au sens académique, il peut être un acteur associatif ou agent des collectivités ayant une formation scientifique pointue. Les projets d observation participative sont des programmes complexes, multi acteurs, multi thématiques. Pour les scientifiques c est un luxe et un privilège que de pouvoir se poser des questions risquées sur le long terme. L observation participative est une opportunité pour les scientifiques de mettre en œuvre de nouvelles façons de décrire et d étudier la biodiversité. Attention au risque d «Observation participative washing» dans des appels à projets scientifiques ou associatifs : ce sont des projets impliquant dans lesquels on ne devrait pas s engager juste par un effet de mode. Peu d exemples de co-construction des projets entre les acteurs scientifiques et les acteurs associatifs, cela nous apparait néanmoins comme un idéal à concrétiser. L observation participative ne concerne pas le seul domaine de l étude de la biodiversité, d autres expériences sont actuellement menées comme par exemple l archéologie. Le champ des activités humaines en milieu marin est peu exploré avec des outils d observation participative. Quid des participants dans le cadre de leur entreprise? Comment penser l OP sur les espaces marins? Il faudrait mener une réflexion sur la spécificité du milieu marin.

12 Synthèse atelier 2 : Quelles perspectives pour l observation participative en sciences de la mer et du littoral? Quelques rêves que nous avons évoqués: La création de «sentinelles de la côte» un réseau de citoyens usagers du littoral observateurs de différents paramètres. Le problème de la mobilisation sur les observations de la nature ordinaire se pose et cela parait plus facile de mobiliser sur des espèces charismatiques. Il serait intéressant d intégrer des programmes d observation participative dans la formation continue des professionnels de la mer et dans les lycées maritimes. L observation participative constitue un levier pour contribuer et enrichir le débat public et faire évoluer les politiques publiques. Il serait intéressant d étudier les différentes postures du monde scientifique vis-à-vis de l'observation participative: dynamiques individuelles et collectives, représentations sur la place des "profanes" dans un processus de recherche, rôle de l'hybridation des expériences (professionnelle/associative/ ), etc De nouveaux développements possibles? L observation instrumentée semble être une piste intéressante. Les outils autrefois réservés aux spécialistes sont à présent ou seront bientôt à la portée de tous (GPS, thermomètre, hygromètre, microphone, caméras embarquées et drones). Par exemple les plongeurs sont des usagers qui sont déjà très bien instrumentés. L'observation participative peut permettre aux scientifiques d'avoir des vues synoptiques et d'étudier des processus soumis à une très forte variabilité spatiale et temporelle (exemple : dynamiques estuariennes). Cela pourrait aider les scientifiques à résoudre des problématiques de changement d'échelle. Structuration des initiatives d observation participative en sciences de la mer et du littoral Il n est pas forcément nécessaire d avoir un label ou une charte, mais par contre il apparait important d avoir un certain nombre de valeurs partagées. Il faudrait peut-être limiter l hétérogénéité des bases de données et harmoniser les protocoles (par exemple: indicateurs simples : indicateurs d occurrence (présence -absence), indicateurs de densité,) La mutualisation et la localisation sur les sites naturels d une communication commune localiser des différentes «offres» d activités d observation participative. Par exemple avec des QR codes renvoyant aux sites des différents projets d observation participative. Il est important de s'appuyer sur les structures existantes (projets, collectifs, sites web, ) pour diffuser et mutualiser les moyens et les expériences plutôt que de chercher à créer de nouveaux outils. Il serait intéressant de savoir comment cela se passe ailleurs : Quelles sont les différences culturelles, quelles sont les bonnes pratiques et bonnes idées qui seraient transférables en France. Européen Science Citizen Organization Europeen Marine Board Annexe 6 La conclusion du directeur de l IUEM Yves-Marie Paulet Lien vers le compte-rendu du forum

13 2-3 L OBSERVATION PARTICIP ATIVE A L IUEM Dans le cadre du projet PEPS ISCC financé par le CNRS et du projet ASOSC PERISCOPE financé par la région Bretagne, un groupe de travail s est constitué autour de l Observation participative en Sciences de la Mer et du Littoral. En interviewant les chercheurs et personnels de l IUEM ainsi que des personnes ressources extérieures, nous avons pris la mesure de l intérêt que ces questions suscitent en interne, mais aussi auprès de nos partenaires scientifiques et associatifs. Ces entretiens nous ont également permis de prendre conscience des aspects sociaux, éthiques, pratiques, techniques, méthodologiques qu il faudrait prendre en compte, tant du point de vue des scientifiques que des acteurs associatifs et des gestionnaires. Avec ce travail, nous avons compris que les sciences participatives et en particulier l observation participative s inscrivent dans un mouvement national et international qui est actuellement en développement rapide. Les questions soulevées sont nombreuses et pour contribuer à y répondre, le forum régional «L observation participative en sciences de la mer et du littoral : un espace de pratiques à questionner et enrichir?» a été organisé à l IUEM les 23 et 24 avril Ce forum a été un temps d échanges fort et constructif entre acteurs de la recherche et acteurs de la société civile pour découvrir la diversité des pratiques, interroger les différents usages scientifiques et sociaux de l observation participative, découvrir des initiatives fédératrices et imaginer les perspectives pour demain. S inscrire dans les perspectives de développement a l échelon national et régional En préparant ce forum, nous avons rencontré l Agence des AMP et le MNHN qui ont souhaité associer l IUEM au projet d investissement d avenir 65 millions d observateurs, Vigie Nature et notamment à Vigie Mer, le volet maritime de ce projet. L IUEM est en effet un acteur majeur, national et international, de la recherche en Sciences de la Mer et du Littoral et de l observation dans ces domaines. Il est donc particulièrement à même de contribuer au développement national de l observation participative en Sciences de la Mer et du Littoral. Ce projet Vigie Nature est en très bonne voie de financement et une réunion de lancement pour Vigie Mer est d ores et déjà programmée début février, réunion à laquelle l IUEM est convié. Vigie Mer a pour objectifs (1) le développement et la coordination du réseau d observateurs en plongée, (2) le développement et la coordination de programmes de sciences participatives, (3) la contribution au développement d outils spécifiques ou transversaux (notamment informatique) et (4) la coordination et la mise en réseau des sciences participatives. Ces différents axes sont destinés à améliorer et faciliter la participation. L IUEM, a signé en juin 2014 la charte des partenaires en tant que partenaire de Vigie Mer, pourra s y appuyer pour ces futurs projets d observation participative, gagnant notablement en efficacité dans la mise en œuvre. Il est par ailleurs important de s inscrire dans les initiatives régionales, par exemple le réseau Melglaz «éduquer à la mer», porté par la région Bretagne. Une réflexion émerge également autour du réseau Ecoflux à la fois pour imaginer son développement au niveau régional et pour faire évoluer les données recueillies.

14 Lancement d un nouveau Réseau de sciences participatives d Observation du Domaine pelagique à partir de voiliers (RODEO) L objectif est de lancer un nouveau réseau de sciences participatives pour l observation du domaine pélagique en Rade de Brest (réseau d observation en Rade de Brest avec le concours de plaisanciers ; voiliers). Océanopolis organise une journée de lancement d un projet de «sciences participatives» les juin L objectif est de démarrer un réseau d observation du domaine pélagique & du plancton en Rade de Brest, à partir de voiliers de plaisance (15-20 plaisanciers sont intéressés pour participer à ce projet). Ce réseau est basé sur le bénévolat, et la volonté de certains plaisanciers de contribuer à l observation du domaine pélagique marin. Des réseaux d observation existent déjà en Rade de Brest et sur la côte bretonne (REPHY, PREVIMER). L originalité de ce nouveau réseau serait de réaliser des prélèvements d eau de manière simultanée (à un instant t), et ce en différents points de la Rade de Brest (autant de points de prélèvements que de voiliers disponibles). Cela permettrait d avoir une vision synoptique de quelques paramètres hydrologiques de base en rade de Brest (disque de Secchi, teneur en chlorophylle a, composition des communautés planctoniques). Après cette première opération de lancement, il est prévu de pérenniser ce réseau d observation, avec une fréquence de prélèvements de l ordre de 3-4 fois par an (fin d hiver, pendant le bloom phytoplanctonique au printemps, en fin de printemps, et à la fin de l été). Les paramètres mesurés seraient, dans un premier temps : (1) un prélèvement d eau pour la caractérisation des communautés phytoplanctoniques (taxonomie), (2) un prélèvement d eau (2-4 litres) en vue d une filtration pour la mesure de la biomasse carbone, azote, phosphore particulaire), (3) la profondeur de la couche euphotique (estimée à partir d un disque de Secchi), et (4) la teneur en chlorophylle et les performances photosynthétiques (mesure de fluorescence immédiatement après le retour au port des voiliers). Si ce réseau se pérennise, les données recueillies seront intégrées dans la base de données de l observatoire (IUEM), et mises à disposition des chercheurs impliqués dans les programmes d études sur l écosystème de la rade de Brest. La présente demande financière faite au LABEX (4867 ) permettrait de fabriquer les équipements à fournir aux plaisanciers (tubes de prélèvements d eau, disque de Secchi), et d effectuer les mesures, soit immédiatement après le retour au port des bateau le jour j (Aquapen pour mesures de la chlorophylle a et des paramètres photosynthétiques), ou a posteriori (biomasse en carbone, azote, phosphore ; comptage phytoplanctoniques).

15 3- QUELLE PROSPECTIVE P OUR L OBSERVATION PARTICIPATIVE? La première phase du projet a, entre autres, fait apparaître un élément trop souvent oublié : on fait avec les acteurs en présence. En effet, le bilan de la première phase du projet met en évidence que nos résultats et productions sont d'abord le fruit du travail des acteurs en présence, et que cela n'est donc pas neutre. Pourquoi ces acteurs associatifs font partie du «chercheur-collectif»? Pourquoi ces chercheurs font partie du «chercheur-collectif»? Qui représentent-ils? C'est pourquoi, à la fois du côté des acteurs associatifs comme des chercheurs, nous avons voulu repenser la deuxième phase du projet, en allant (et ceci avant la fin du projet) à la rencontre de ceux qui ne sont pas là. Cette démarche ne remet pas en cause le «chercheur collectif» et les personnes qui le composent, seulement elle tient compte des personnalités présentes et l'objectif est alors de confronter de façon régulière les avancées du groupe de travail à d'autres acteurs. Nous avons choisi l observation participative comme sujet pour lancer un exercice de prospective partagée entre d un côté la commission eau/mer/littoral du REEB et de l autre, l observatoire de l IUEM. Dans cette partie, nous allons décrire les dynamiques de ces deux acteurs et ensuite, exposer les objectifs de la deuxième année du projet, centrés sur cette prospective partagée entre recherche et milieu associatif, dans une démarche que nous pensons très innovante. 3-1 DYNAMIQUES D ACTEURS La commission eau/mer/littoral Le REEB est organisé en commissions de travail thématiques, chacune rassemblant les membres du réseau concernés et impliqués sur la thématique. La commission eau/mer/littoral rassemble une quarantaine d'associations bretonnes, dont certaines se sont également impliquées dans le projet ASOSC-PERISCOPE. Conscient que la méthode employée pour constituer le groupe ASOSC-PERISCOPE (à savoir un appel à mobilisation) contient un biais, et ne favorise donc pas les représentations de tous les acteurs associatifs impliqués en éducation à la mer et au littoral au sein de la commission eau/mer/littoral, la seconde phase du projet prévoit d'organiser un temps de travail entre le projet ASOSC-PERISCOPE et la commission eau/mer/littoral. Ce temps de travail devra nous permettre de confronter les éléments d'analyse de l'année 1, à une plus grande diversité d'acteurs associatifs et initier un travail de prospective sur l observation participative. L observatoire de l IUEM Observatoire des Sciences de l Univers (OSU) depuis 2005, l une des trois missions de l IUEM est l observation. Sa mission globale est le suivi systématique à long-terme de phénomènes naturels liés au milieu marin, qui prennent place à différentes échelles spatiales et qui requièrent des observations sur la durée du fait de leur variabilité lente ou sporadique. Par essence multidisciplinaire, l Observatoire Marin de l IUEM regroupe des séries d observation de l océan dans toutes ces composantes : spatiales, depuis les zones littorales et côtières jusqu au domaine hauturier et thématiques, de l océan vivant à l océan physique, incluant ses interfaces à la Terre solide, du trait de côte aux grands fonds. D un point de vue institutionnel, l Observatoire Marin de l IUEM est porteur de deux Services Nationaux d Observation (SNO) de l INSU et d un Système d Observation et d Expérimentation au long terme pour la Recherche en Environnement (SOERE) d AllEnvi. Il contribue à un SNO INSU, au réseau national RESOMAR de l INSU et abrite des sites instrumentés INSU. Treize séries à long-terme s organisent autour de quatre grands thèmes. Le premier «Ecosystèmes et biodiversité en milieu côtier et littoral» (usuellement dit «Faune-Flore») inclue les séries historiques de l IUEM (EVECOS, MAERL, Herbiers, Estran, ces trois dernières contribuant à RESOMAR Benthos), une plus récente (Microalgues,

16 contribuant à RESOMAR Pelagos) et une série hébergée (Mouettes, Univ. Paul Sabatier, Toulouse). Le second thème «Interface Terre-Mer» s articule autour du SNO DyLiTC et ses sites nationaux de référence, complétés de sites pour des suivis à l échelle régionale. Le thème «Physique, chimie et biogéochimie de l océan» regroupe le suivi physico-chimique et biogéochimique de l océan côtier (contribution au SNO SOMLIT, associé au suivi à hautefréquence MAREL, SIRANO) et littoral (ECOFLUX) et le suivi physico-chimique de l océan hauturier avec le SNO ARGO-France. Enfin, le quatrième et dernier thème «Processus aux dorsales océaniques» est celui de la série Hydroacoustique-Bruits abyssaux. Pour le prochain plan quinquennal , l ensemble des labos de l IUEM et l observatoire doivent construire leur prospective scientifique. 3-2 PHASE 2-CO-CONSTRUCTION D UNE PROSPECTIVE PO UR L OBSERVATION PARTICIPATIVE EN SCIENCES DE LA MER ET DU LITTORAL L idée de proposer la co-construction d une prospective «observation participative» entre recherche et monde associatif est la suivante : à l issue du forum sur l observation participative, l IUEM a engagé une réflexion sur le devenir de cette activité au sein de son observatoire. Parmi les multiples séries d observation décrites ci-dessus, seule ECOFLUX est participative ; elle implique des bénévoles et des lycées agricoles dans le suivi de la qualité de treize cours d eau dans le Finistère et ce, depuis une quinzaine d années et à un pas de temps hebdomadaire, constituant ainsi une base de données remarquable. La question qui se pose alors est de savoir ce que devient ECOFLUX, si l on veut l étendre à d autres cours d eau, d autres paramètres à mesurer, d autres départements, voire même à lancer d autres séries d observation participative : le trait de côte, la biodiversité sur l estran etc A l heure où l IUEM lance sa prospective, tant en recherche, en formation qu en observation, sa nouvelle directrice, Anne-Marie Tréguier, dans la lignée des activités innovantes proposées par PERISCOPE (la plateforme), a lancé un appel original : qui pourrait imaginer construire sa prospective, dans les laboratoires comme dans l observatoire, AVEC la société civile? Bien évidemment, le désir du chercheur collectif de se focaliser sur l observation participative ne pouvait manquer de profiter de l occasion : l idée est donc d utiliser ce groupe, en l élargissant à d autres acteurs associatifs et à d autres chercheurs intéressés par l observation participative, pour alimenter la réflexion prospective de l observatoire en co-construisant son volet participatif. Il s agit également de s assurer que cette coconstruction serve non seulement à l IUEM mais également à la commission eau/mer/littoral du REEB. Concrètement, cette idée sera présentée début 2015 à cette commission du REEB et une journée de créativité, centrée sur ce sujet de l observation participative sera organisée au sein de cette commission. L'ambition du réseau REEB et des acteurs associatifs en éducation à l'environnement est, entre autres, de développer le rapport aux sciences et aux démarches scientifiques des citoyens, de favoriser la participation des citoyens dans les décisions de la cité, mais aussi de développer notre conscience et notre capacité à être acteur et auteur des politiques publiques. Le projet mené avec l'iuem constitue un espace d'expérimentation pour les acteurs associatifs du REEB, afin de mieux comprendre le positionnement de chacun, et comment se font les liens entre la science, les chercheurs, la société civile organisée et les citoyens. En parallèle, une journée sera organisée au sein de l IUEM avec les chercheurs déjà impliqués dans l observation participative ou susceptibles de l être (cf par exemple, le lancement récent de RODEO ou de PHENOMER), pour recueillir le point de vue de la recherche. Au printemps, une réunion du chercheur collectif élargi permettra la mise en commun des résultats de ces deux réunions et la co-construction de cette prospective «observation participative» qui sera utile autant au REEB qu à l observatoire de l IUEM. Cette démarche innovante dans le milieu de la recherche sera présentée au Conseil Scientifique International de l Institut au début du mois d avril 2015.

17 ANNEXES ANNEXE 1 CARTE MENTALE DU CHE RCHEUR COLLECTIF

18 ANNEXE 2-GRILLE D ANALYSE INTERVIEWS Une grille qui prépare la structuration de fiches expérience Des expériences qui sont supports à une mise en relation entre des acteurs de la société civile organisée et des chercheurs autour de problématiques maritimes littorales Une grille support à vos entretiens : Il ne s agit pas d appliquer mécaniquement les questions mais de bien identifier collectivement les thèmes que l on souhaite aborder 3 dimensions peuvent être dissociées mais aussi articulées dans l entretien : - l initiative - le collectif d acteurs - l acteur rencontré Nous avons essayé de réorganiser les thèmes et, à titre indicatif, d identifier une ou des questions qui pourraient amener nos interlocuteurs à présenter, discuter et développer leurs point de vue 1- Genèse, histoire de l initiative, de l expérience Pourquoi, dans quel contexte et avec quelles institutions et acteurs impliqués cette expérience, ce projet a pu voir le jour? (Cette partie vise à décrire le plus finement l expérience d un point de vue factuel, objectif ; elle est souvent la partie la plus décrite spontanément) - source et contexte du projet (élément déclencheur.) - à partir de quels vécus, constats - autour de quels objets, (améliorer la connaissance, développer une approche sensible, résoudre un problème de pollution ) - réseau d acteurs : acteurs promoteurs, acteurs associés. - institutions impliquées - temporalité - objectifs visés initialement - échelle de l action. 2- Dans le «collectif d acteurs», ce qui construit la relation : Cette partie vise à décrire le plus finement possible la nature des relations Remarque : il n y a d ailleurs pas nécessairement un collectif d acteurs physiques, comme dans le cas des sciences participatives Comment elle a été initiée? - Décrire les modalités de construction de la relation : informelle, formalisation, négociation, convention - Quelle interconnaissance préalable des acteurs? Sur quelle base? - Repérer les attentes initiales des acteurs associatifs (en matière de recherche, en matière d action ), attentes initiales des chercheurs (en matière de connaissance, en matière d action ) - Modalités d implications (de la contribution des données à la co-construction de la recherche ) - Modalités d interactions (outils participatifs, réunions de travail ) - Conception de l orientation d action (participation, appropriation, traduction, médiation ) plutôt à essayer de renseigner par vous-mêmes?

19 Quelle conception (dimension) de l activité scientifique est en jeu dans la relation? (L activité scientifique saisie à travers la question des données, la rigueur méthodologique, l activité scientifique comme activité sensible, engagée ) Quelle conception de l action (individuelle, collective) est en jeu dans la relation? Qu est ce qui est partagé comme attente, projet entre les acteurs de la société civile et les acteurschercheurs? 3- L évolution des orientations d action et de la relation société civile-chercheur Comment dans le temps a évolué cette relation? - qu est ce qui a été renforcé, interrogé, remis en question. - La nature des relations, les attentes réciproques des acteurs chercheurs et des acteurs associatifs s est-elle été modifiée? Comment la conception même de l action a été renforcée et/ou interrogée? Quel bilan partagé, quelle communication autour de cette expérience? 4- Les problèmes rencontrés et les limites identifiées Peut-on repérer les problèmes et/ou des insatisfactions? Quelles explications en donnent les différents acteurs? Quels aménagements, évolutions ont été imaginés ou seraient à penser? 5- La vision de l acteur rencontré Pourquoi et comment vous vous êtes retrouvé impliqué dans ce projet? Qu est-ce qui vous motivait? A titre personnel, qu est-ce que vous en avez retiré? A partir de votre propre expérience, comment pourrait-on envisager de faire évoluer ce projet? Qu est-ce que vous auriez envie d expérimenter? 6- POUVEZ-VOUS nommer par un ou plusieurs mots clés la nature de la relation entre scientifique et société civile qui a été expérimentée? (vulgarisation, participation..) Un tableau à remplir avec la personne rencontrée à la fin de l entretien Dans ce tableau, intégrer les éléments factuels qui vous paraissent indispensables (nom, fonction, organisme ) Nom de l initiative Institutions impliquées Personnes impliquées Personne rencontrée A préciser les différents types d engagement Contexte Echelle Finalité Modalité

20 ANNEXE 3 PROGRAMME DU FORUM

21 ANNEXE 4 - TEXTE DE L INVITATION AU FORUM OBSERVATION PAR TICIPATIVE

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER

SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER SYNTHESE DE L EVALUATION FINALE DU PROGRAMME LEADER I. BILAN QUANTITATIF A. Evolution de la programmation Un taux de programmation de 73,73%, en progression forte depuis le mi parcours mais à poursuivre

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique

Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique Projet de programme pour l enseignement d exploration de la classe de 2 nde : Informatique et création numérique 19 mai 2015 Préambule L informatique est tout à la fois une science et une technologie qui

Plus en détail

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature

Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation. Appel à candidature Résidence d écriture à vocation territoriale et de médiation Appel à candidature Au printemps 2016, le département de la Sarthe et la Direction Régionale des Affaires culturelles des Pays de la Loire,

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley

Pôle de compétitivité Aerospace Valley Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués Pôle de compétitivité Aerospace Valley Cahier des charges Définition de la Vision «Aerospace Valley 2018» Cahier des Charges n 15-ADMIN-CS-208

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

L élaboration de la fiche de poste

L élaboration de la fiche de poste L élaboration de la fiche de poste 1 Guide pratique pour l élaboration de la fiche de poste Christine SCHMELTZ-OSCABY 40 Allée Ikinoak - 64210 Guethary tél.: 06 07 51 95 97 E-mail :chrischmeltz@yahoo.fr

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique

Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Consultation Publique Constitution du réseau national de la médiation numérique Restitution synthétique "La France, face aux mutations de son temps, doit définir son propre modèle numérique, fondé sur

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR

ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR ADMISSION DIRECTE AU NIVEAU MASTER HEC, ESCP SAINT CYR 1 SOMMAIRE 2 PREPARER HEC / L ESCP EUROPE A L ELEAD 3 -L EPREUVE DE DOSSIER 4 - L EPREUVE DE LANGUE 5 -L EPREUVE D OPTION 6 - LES EPREUVES ORALES

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

LE PROGRAMME ECO-ECOLE

LE PROGRAMME ECO-ECOLE LE PROGRAMME ECO-ECOLE Un programme développé par l office français de la Fondation pour l Education à l Environnement en Europe, en partenariat avec le Réseau Ecole et Nature, la société Eco-Emballages

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur

Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire. Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Cursus de Master en Ingénierie de la Production Alimentaire Une autre façon d accéder au métier d ingénieur Un Réseau National de 28 CMI Le réseau FIGURE Formation en InGenierie par des Universités de

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

«Clé USB pour la promotion d'œuvres d'artistes (photographes, plasticiens...» Lycée La Découverte

«Clé USB pour la promotion d'œuvres d'artistes (photographes, plasticiens...» Lycée La Découverte Date de remise du rapport : 02 / 2014 «Clé USB pour la promotion d'œuvres d'artistes (photographes, plasticiens...» Lycée La Découverte NOTE DE RESTITUTION FINALE DU PORTEUR DE PROJET Ministère des Sports,

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture»

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture» Bilan de mission Au collège : «Les clés de la culture» La co-intervention en 6 e La formation des Assistants pédagogiques Dans le R.A.R. : Accompagner le projet «chorale» par l histoire Histoire de Montpellier

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Conférence IHM 15 à Toulouse

Conférence IHM 15 à Toulouse Conférence IHM 15 à Toulouse Du 27 au 30 octobre 2015 Site de l Arsenal de l Université Toulouse 1, Toulouse http://ihm2015.afihm.org/ Contact : partenaires.ihm15@irit.fr Contenu Présentation... 2 Moments

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet

LE PROJET. Contexte. Constat des acteurs. Identité du projet Dossier de présentation 2014-2016 LE PROJET Contexte L'avancée en âge de la population, dû à l'allongement de l'espérance de vie, et l'intégration en milieu ordinaire, nécessitent une évolution des modes

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements 80 personnes ont participé au séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements, qui

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5

Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 Critères des commissions interdisciplinaires du du Comité national mandat 2012-2016 Table des matières CID 50... 3 CID 51... 3 CID 52... 4 CID 53... 4 CID 54... 5 2 CID 50 Gestion de la recherche La CID

Plus en détail

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008

MASTER RECHERCHE MEDIATIONS DES SCIENCES. Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET. Histoire et Philosophie des Sciences. Année 2007/2008 Année 2007/2008 Domaine LETTRES ET SCIENCES HUMAINES MASTER RECHERCHE Mention HISTOIRE, PHILOSOPHIE ET MEDIATIONS DES SCIENCES Spécialité Histoire et Philosophie des Sciences Unités de Formation et de

Plus en détail

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés Contacts : Hélène Bernard, architecte, Audiar. Céline Racapé, chargée de mission aux formes urbaines, Rennes Métropole. L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

Plus en détail

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION

N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION N.E.A. 2 NAUTISME ESPACE ATLANTIQUE 2 LE PLAN D ACTION 1 1 La coordination NEA2 Coordination «Economie» Coordination «Environnement» Coordination «Social» Chef de file Coordination technique transnationale

Plus en détail

Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015

Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015 Département des conservateurs Formation permanente Un littoral, des littoraux Le patrimoine naturel et culturel du littoral Du 7 au 9 octobre 2015 Crédit photographique : Laurent Mignaux / MEDDE-MLETR

Plus en détail

Dossier de presse mardi 14 janvier 2014 FUN FRANCE UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE. enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr @universite_num

Dossier de presse mardi 14 janvier 2014 FUN FRANCE UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE. enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr @universite_num Dossier de presse mardi 14 janvier 2014 FUN FRANCE UNIVERSITÉ NUMÉRIQUE enseignementsup-recherche.gouv.fr @ministereesr @universite_num DOSSIER DE PRESSE - 14 JANVIER 2014 SOMMAIRE CONTEXTE...........

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

BIEN ACHETER DE LA FORMATION

BIEN ACHETER DE LA FORMATION professionnalisation compétences FORMATION entreprise solutions BIEN ACHETER DE LA FORMATION GUIDE PRATIQUE AGEFOS PME LANGUEDOC-ROUSSILLON Toutes les réponses à vos questions Sommaire 2... Mes objectifs

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail