Programme d'un jardin botanique idéal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme d'un jardin botanique idéal"

Transcription

1 MÉMOIRES D U JARDIN BOTANIQU E DE MONTRÉAL MEMOIRS O F TH E MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1 (Édition française ) ^ Programme d'un jardin botanique idéal par Henry TEUSCHE R Directeur des Services techniques du Jardin botanique de Montréal. NOV JAROÎK BCn**»<i ^ DEMONT6EAL JARDIN BOTANIQU E D E MONTREA L 4101 EST, RUE SHERBROOK E MONTRÉAL, CANAD A MONTREAL BOTASICA L GARDE X 4101 bliekbkook E ËTIÎBE T EAS T MONTREAL, CANAD A 1940

2 Programme d'u n jardi n botaniqu e idéa l par H. TETJSCHE E Directeur des Services techniques du Jardin Botanique de Montréal L'esquisse qu i sui t a ét é publié e e n dan s l a revu e Parks an d Récréation et sou s le titre : «Th e Botanica l Garde n of thé Future». Ell e fut écrite, tou t d'abord, pou r l e seu l bénéfic e d e l'auteur, afi n d e mettr e au ne t dan s so n espri t c e qu e devraien t o u pourraien t êtr e le s objectif s d'un jardin botanique moderne. I l avait été appelé à composer et à réalise r le Jardin Botaniqu e d e Montréal. I l lui semblai t don c que, avan t d'aborde r une entreprise d'un e auss i grande envergure, i l étai t indiqu é d e prévoi r tout c e qu'u n jardi n botaniqu e idéa l pouvai t mettr e à so n programme, car o n n e peu t guèr e choisi r judicieusement qu e s i l'o n possèd e tou s le s éléments d'une question. Or, i l se trouva plu s tard qu e l e programme élabor é alor s fut accept é presque entièremen t e t n e subit qu e des modifications véritablement insi - gnifiantes. Le Jardin Botanique de Montréa l pourr a donc, quan d il ser a terminé, servir d e démonstratio n à l'application pratiqu e de s principe s énoncés ici. A la lumière de l'expérience acquise au cours de l'élaboration d u Jardi n Botanique d e Montréal, il est deven u possible d e traiter avec une précision plus grand e plusieur s partie s importante s d e cett e esquisse. D'ailleurs, puisque l'articl e origina l es t depui s longtemps épuisé, i l sembl e opportun d'en fair e un e révisio n e t un e réimpression, non pas pou r servir d e livret - guide, mais afin d e fournir de s points d e repère à ceu x qui viendront aprè s nous e t qu i devraient pouvoi r faire mieu x encore. Naturellement, u n jardi n botaniqu e es t avan t tou t un e institutio n d'éducation. Depui s que les jardin s botanique s existent et ce n'es t pas d'hie r ils on t toujour s d e quelqu e faço n servi l'éducation. Mai s il n'es t pa s douteu x que, pou r justifie r so n existenc e dan s notr e sociét é contemporaine, le jardin botanique moderne doit élargi r considérablemen t le cham p d e se s activité s éducatives.

3 Autrefois, l e bu t primordia l d'u n jardi n botaniqu e étai t d e servi r aux hommes de science et aux étudiants plutôt qu'a u grand public. L'admission d e celui-c i outre qu'ell e étai t payant e dan s le s jardins botanique s européens - était tou t a u plu s toléré e e t considéré e plutô t comm e un e nuisance. Cec i fut mêm e poussé si loin qu e l e nom mêm e de «jardi n bota - nique» es t asse z ma l v u d u public. I l peu t mêm e quelquefoi s êtr e plu s opportun d'engage r l'intérê t d u publi c e n créan t d'abor d u n «Garden - center» qu i pourra se transformer plus tard e n jardin botanique. II va d e soi qu'un jardi n botanique doit êtr e l e centre de la recherche botanique pou r l a régio n où il se trouve e t êtr e dot é d'un personnel scientifique compétent ; i l es t clair, aussi, qu'i l doi t coopérer étroitemen t ave c les université s locale s e t le s autre s institution s d'enseignement, e t offri r des cour s d'instructio n scientifique. Or, j e croi s qu'u n jardi n botanique moderne doi t tou t particulièremen t adopte r l a tactiqu e d e s e servi r l e plus possibl e d e se s moyens, pour l'éducatio n d u gran d public. C e n'es t pas qu e j e suggèr e d e transforme r tous le s commi s e t le s mécaniciens e n botanistes, n i d e nourrir les enfants de noms latins d e plantes. Mais, ave c la concentratio n grandissant e d e l a populatio n dan s le s grande s ville s et l'éloignemen t d e la nature qu e cel a entraîne, i l me sembl e que l e jardin botanique d e l'avenir a une grav e tâch e à accompli r en aidant l e citadi n déraciné à retrouve r o ù à conserve r l e lie n salutair e ave c l a natur e dont, après tout, i l fai t partie. L'homm e moderne, vivan t dan s c e déser t arti - ficiel de pierre qu'on appell e une ville, en est venu d e plus en plus à consi - dérer le s plantes, le s arbres, le s arbuste s e t le s fleur s qu'i l voi t dan s le s parcs publics et l e long de s avenue s comme d e purs ornements. I l se plaît à les voi r mai s ne leu r donn e guèr e qu'un e attentio n distrait e et il est loin d'éprouve r u n sentimen t quelconqu e d'affinit é vis-à-vi s d'eux. I l brise et détrui t les arbres de la rout e au capric e du momen t san s songe r à c e qu'il fait. Il n'a pa s de jardin à lui, et souvent i l n'en désir e mêm e pas, car i l l e considèr e seulemen t comm e un e corvé e d e plu s à laquell e i l n e découvre aucu n sens, o u comm e u n ornemen t coûteu x qu'i l n e peu t s e payer. Il en est beaucou p parm i les chefs d'actio n social e qui attribuen t à sa vrai e caus e l a part d'instabilité, d e mécontentement e t d e tristesse qu i est du e à c e divorce d e plu s e n plus grav e d e l'homme d'ave c l a nature. Ils admetten t généralemen t qu e le s parcs publics, le s terrains d e jeu x e t de récréatio n son t u n articl e essentie l à tou t programm e d'urbanisme. Et cependant, y a-t-i l u n par c publi c qu i influenc e l'attitud e d u citadi n vis-à-vis d e la nature? Non, parce qu e ces parcs ne contribuen t pa s à son éducation. Qu'i l me suffis e d e citer le Central Par k à New York, qu i subi t à ce point chaqu e anné e le s ravage s de la destructio n irréfléchi e qu'i l ne peut êtr e maintenu qu'a u pri x de grandes dépenses.

4 Certes, no s pères devaien t dispute r un e existenc e précaire à la nature et pourtan t il s y connaissaien t bie n leu r place ; tandis qu e nou s n'avon s su transpose r dan s notr e vi e modern e e t mécanisé e rie n d e plu s qu e l a notion ma l compris e d e l a dominatio n d e l a natur e pa r l'homme. Cett e notion a été graduellemen t encor e plus déformé e quand ell e a donné nais - sance à l a doctrin e puéril e qu e l'homme, VHomo sapiens, n e faisai t pa s partie d e la nature mais, était seulemen t son maître suprême. Cette fauss e orientation d e l'homm e dan s l a natur e es t à l'origin e d e plu s d e mau x sociaux qu e je n'e n pui s défini r ici. U n changement, un e réorientatio n n e peuvent surveni r qu e par un e éducation systématique ; e t cett e éducatio n doit êtr e s i simple e t se s moyens s i attrayants e t agréable s qu e l e public puisse apprendr e san s s e rendr e compt e qu'o n lu i enseigne. Voil à o ù l e jardin botanique d e l'avenir trouver a u n cham p de travail vaste e t fertile. En fait, ce t aspec t d e la vi e social e est d'un e tell e importanc e qu e j e m e figure san s pein e un e époqu e o ù aucun e vill e d e quelqu e importanc e n e voudra se trouver san s jardin botanique. Après tout, tout e vi e humaine ou animale sur le globe terrestre dépend directement o u indirectement d e la vie végétale. Pénétre r plu s avant dan s les pourquo i et le s commen t d e l a vi e végétal e nou s amèn e à découvri r les source s de notr e propr e subsistance. Cel a nou s perme t de sonde r la mystérieuse unit é d e l a nature, o ù rie n n e s e perd, e t o ù nou s trouvon s nous-mêmes notr e place. Cel a nou s perme t d'apprendr e qu e le s plante s et le s animau x n e son t n i de s adversaire s à mater, n i de s instrument s créés pou r notr e seu l usage, mai s qu'il s fon t partie, comm e nous, d e l a nature, qu'il s sont, e n somme, nos frère s et - nos sœurs sous le soleil. Cett e connaissance nou s enseigner a l a toléranc e e t l'amou r de s autre s êtres, quels qu'ils soient. Et l a tolérance et l'amour, enfants de la sagesse, engendrent l e bonheu r e t l e contentement. Maintenant, voyon s d e quell e faço n u n jardi n botaniqu e peu t aide r l'homme moderne à devenir un meilleu r citoye n d u royaume d e la nature, et par suit e d e la société dont i l fait partie. Si l'o n adme t qu e l a politiqu e d'u n jardi n botaniqu e es t avant tou t de stimule r ou d'éveille r la curiosit é du publi c à la vie des plantes, il me semble qu e l a tâch e n e s e résum e pa s à enseigne r au x gens, mai s qu'ell e consiste plutôt à susciter par une heureuse présentation le désir d'apprendre. Il fau t nou s rendr e compt e qu e nou s avon s affair e no n seulemen t à de s commençants qui, bien qu e n e connaissant rien, son t avide s d'apprendre, mais à un e majorit é d'indifférents. Pour attire r ce s gens-là e t le s retenir, il nou s fau t considére r tou t particulièremen t deu x point s qu i son t ordi - nairement à la bas e de l'intérê t que peu t crée r la vie végétale. Ce sont : premièrement l a flor e indigèn e de s environ s e t deuxièmement, l e jardi n floral.

5 GROUPEMENTS GÉOGRAPHIQUE S E T ÉCOLOGIQUE S Les professeur s moderne s d e langue s s'entenden t généralemen t pou r admettre qu e débuter dans l'enseignement d'un e langu e par l a grammaire, c'est rendre le sujet indûmen t arid e et difficile. L a grammaire sera maîtrisée sans grand effort dè s qu'on aura appris à entendre une langue et qu'on aura saisi so n esprit. La même chose s'applique à la botanique, o ù l a taxonomie, qui constitu e l e squelett e d e cett e science, n e saurai t être enseigné e a u début, sou s peine de dégoûter à jamais la plupart de s étudiants. L a partie la plu s vivant e d e l a botaniqu e n'est-ell e pa s plutôt l'écologie, qu i nou s porte au cœur même de la nature e n nous parlant de s associations végétale s et de s facteurs qui les déterminent? Nous sommes assurés de susciter un vi f intérêt, s i nous arrivons, dan s un jardin botanique, à recréer sous leur aspect nature l e t sur des parcelles assez grande s quelques-un s de s type s d e végétatio n le s plu s caractéris - tiques de la région. Nous ne pouvons manquer de fixer la curiosité du public si nous savons expliquer ensuite de façon à la fois claire et concise comment ces diverse s plante s son t adaptée s au x condition s dan s lesquelle s elle s croissent e t e n quo i elle s dépenden t de s facteurs ambiants. U n ruisseau, une mare, u n marais, un e prairie e n fleurs, et diver s type s d'association s forestières, peuplé s d e plante s qu e l'o n rencontr e dan s le s champ s e t le s bois des alentours, attireront forcément l'attention et les explications qu'on donnera seron t accueillie s avec joie. L'étiquetage, dan s ces groupes, doi t être, naturellement, trè s soign é et complet, et comporte r non seulemen t le no m botaniqu e mai s encor e l e no m vulgaire d e chaqu e variété. Nou s n'avons pa s à discute r ici de s autre s information s qu'o n pourrai t encor e donner, par exemple: la traduction du nom latin, l'origine du nom vulgaire, etc. Pour élargi r l a porté e d e ce s groupe s écologiques, on peu t ajoute r quelques type s d e végétatio n exotiqu e mai s vivan t dan s de s condition s analogues à celle s d u pays. Ainsi, des parcelle s d e forê t e t d e prairi e d e l'europe Centrale, d e la Sibéri e ou d e l a Mandchouri e présenteraien t u n parallélisme intéressant, tou t e n s e distinguan t pa r leu r compositio n visiblement différente. O n pourrait, e n outre, présente r dan s leu r habitat naturel u n gran d nombr e d e plante s américaines, asiatique s o u europé - ennes don t le s forme s horticole s son t aujourd'hu i répandues dan s tou s les jardins. Puisque l a connaissanc e de s condition s sou s lesquelle s viven t le s plantes dan s leur s habitats naturel s nou s donn e toujour s le s meilleure s indications pou r leu r culture, o n peu t facilemen t voi r jusqu'à que l point le jardinage consiste essentiellement dans l'écologie appliquée, et jusqu'où l'étude d e cett e scienc e peut nou s conduir e dans l'ar t d e jardiner. Nous

6 apprenons à apprécie r l'effor t nécessair e à l a production d e beaux plant s et désiron s connaîtr e par leur s noms les variétés qu i nous intéressent et le s distinguer le s unes de s autres. I l sembler a tout nature l ensuit e d'étudie r leurs relations et d'accéder ainsi à la taxonomie. Il arrive aussi que le citadin s'intéress e à la flore adventive de s terrains vagues. Il serait alors très instructif d e consacrer une parcelle aux mauvaise s herbes cosmopolite s les plus communes. O n tiendrait artificiellemen t cette parcelle à l'éta t rudéral ; l'étiquette de chaque plant e porterai t non seulement so n no m mai s encor e son origin e o u s a distributio n géographique, et peut-êtr e l'histoir e d e so n introductio n a u pays. Cec i constituerai t probablement l a seul e faço n u n pe u pittoresqu e d e présente r de s plantes en elles-mêmes peu attrayantes. Dans le livret-guide d u jardin, on inclurait un chapitre sur les moyens les plus simples et les plus efficaces d e combattre les mauvaise s herbe s dan s le s jardins. E t ic i l a référenc e à de s plante s affines qu i ne sont pas, elles, de s mauvaises herbes mai s de s plantes géné - ralement cultivée s à caus e d e leu r valeu r économiqu e o u ornemental e conduirait imperceptiblement à la taxonomie. LE JARDI N FLORAL II m e sembl e qu'o n devrai t tire r u n meilleu r part i d e l a beaut é d u jardin flora l qu'o n n e fait généralemen t dan s les jardins botaniques. De s collections considérables et même complètes d'iris, d e pivoines, de chrysanthèmes, d e glaïeuls, etc., son t naturellemen t d e la plus grande importance horticole e t botanique, mai s l e gran d publi c n e saurai t considére r ce s déploiements qu'ave c u n étonnemen t mêl é d'appréhension. J e m e sui s souvent mêl é à de s foule s qu i contemplaien t de s expositions de c e genre. La réaction l a plu s fréquent e étai t l'étonnement, e t no n pa s ce t enchan - tement qu e produi t l e spectacl e d e l a beaut é e t qu i condui t a u dési r d e connaître davantag e e t d e posséde r soi-mêm e d e belle s fleurs. C'étai t l a stupéfaction e n somme, de gens peu instruits qui se rendent compte qu'ils ne comprennent rien et ne comprendront jamais rien à un tel spectacle. Quelques visiteurs, venu s dan s l'intentio n d e choisi r quelque s bonne s variétés pour leurs propres jardins, prenaient des notes. Ou bien ils remplissaient de s pages e t de s pages, incapable s qu'il s étaien t d e décider quelles variétés ils préféraient, ou encore ils notaient les noms des variétés à grandes fleurs o u à brillan t colori s niais qu i pouvaien t auss i bien êtr e d e culture difficile o u d e floraison incertaine. Il m' a par u bie n éviden t qu e l a présentatio n d'un e grande collection de variétés d'un e seule fleur fait plu s de mai qu e d e bien. Si l'on n e considère que l'intérêt du public, on ne devra exhiber qu'un choix des meilleures

7 8 variétés e t de s plu s recommandables, e n ayan t soi n d e juxtapose r le s couleurs ave c goût. Naturellement, pou r choisir, i l faudr a constitue r des collections. Celles-c i seron t cultivée s dan s le s pépinière s o u dan s de s champs d'essa i auxquel s pourron t avoi r accè s le s étudiant s avancés. A mesure qu e ce s collection s auront ét é utilisées, o n pourra e n dispose r o u les diminue r par éliminatio n graduelle. Par la suite, seule s le s nouvelle s variétés qu i voient le jour chaque année seront cultivée s jusqu'à ce qu'elles aient prouv é leur valeur. Que l a beaut é serv e d'appâ t à l a science, voil à quell e devrai t êtr e la devis e de tou t jardi n botaniqu e et voic i quelque s application s de ce principe. Le jardin de s plante s vivaces. Ici, To n réaliser a de s combinaisons attrayantes d e variétés bie n sélectionnée s de plante s vivaces. O n présen - tera auss i de s exemple s d e diver s type s d e bordures, tel s qu e l a bordure de printemps, d'été, d'automn e o u encore la bordure à floraiso n continue. On illustrera, pa r u n choi x de s plus belles plantes ornementales, les points suivants: A, fleur s pou r le s endroits ombragés : a, résistante s à l a sécheresse, b, exigeant de l'humidité ; B, plante s vivaces, résistan t à la séche - resse en plei n soleil; C, plantes de couverture, soi t à l'ombre, soit sur un talus se c o ù le gazon ne réussi t pas, etc. U n coi n à part peu t êtr e réserv é aux variétés nouvellemen t introduites. Pour obtenir les meilleurs effets, comm e aussi pour faciliter le s recherches, o n songera à crée r une séri e d e jardins individuels contenan t chacu n un ou deux types d e fleurs. En relian t ce s jardins entre eux par de s bordures mixtes, o n pourr a réalise r u n ensembl e harmonieux. O n plantera, pa r exemple: u n jardi n d'iris, u n jardi n d e phlox, u n jardi n d e pivoine s e t de pavots, u n jardi n d e dahlias, u n jardi n d e canna s e t d e glaïeuls, u n jardin d'astilbés et de fougères, un jardin de primevères et de violettes, etc. Voilà l e pla n qu i a ét é réalis é a u Jardi n Botaniqu e d e Montréa l e t avec de s résultats satisfaisants. O n a mêm e préparé de s couches spéciales pour certain s groupe s comm e le s orchidée s rustiques, le s gentiane s e t les graminée s ornementales. Cett e dispositio n a l'avantag e d e permettr e au visiteu r d e trouve r facilemen t l e typ e d e fleu r qu i l'intéress e parti - culièrement e t d e comparer le s variétés qu i s e ressemblent. D'autr e part, elle constitue une splendide exposition dans chacun des jardins à un moment donné. Aucun d e ces choix, cependant, n e doi t êtr e considér é comm e perma - nent o u définitif. E n effet, le s variétés doiven t êtr e remplacée s dè s qu'o n en trouv e d e plu s belles. I l n e faudr a pa s perdr e d e vu e qu e seule s de s observations d e plusieurs années permettront d e connaître la valeur d'un e

8 9 plante, puisqu e les conditions du clima t loca l déterminen t u n choi x parti - culier de s meilleures variétés. L'étiquetage d'u n jardi n d'exposition, qu i doi t êtr e soigneusemen t étudié s i l'o n espèr e atteindr e l e bu t visé, n'es t pa s u n minc e problème. Les étiquette s doiven t êtr e facile s à lir e e t pourtan t pa s asse z voyante s pour nuire à la beauté des fleurs. O n pourra peut-être étudie r la possibilité de supprime r entièremen t le s étiquette s e t d e le s remplacer par u n pla n des divers groupes où chaque nom figurera à sa place. Le jardin de s plante s annuelles. C e jardin no n plus, n e doi t pa s consister e n de s collection s considérables, e t san s dout e confuses, d'u n grand nombre de variétés. I l y aura avantage à présenter plutô t de s assemblages d e couleur s agréable s de quelque s espèces parmi le s plu s belle s et les plus recommandables. L e choix de s variétés, dan s c e jardin, e t l e je u des couleurs varieront d'anné e e n année et o n prendra not e de s combinaisons les mieux réussies et les plus admirées. Le jardi n de s plante s annuelle s s e prêt e admirablemen t a u rôle d e vitrine d'étalage pour attirer les \isiteurs. Au Jardin Botanique de Montréal, par exemple, i l es t plac é devan t l e pavillon d e l'administration e t orient é de telle sort e qu'o n peu t l e voi r d e l a rue. Troi s plantation s successives printemps, débu t d'ét é e t fin d'été-automne offrent u n rich e déploiement d e couleur s qu e mêm e le s automobiliste s n e peuven t s'empêche r de remarquer de la rue. Les jardins aquatique et palustre. Les bassins de pierre contenant des lis-d'eau e t autre s plante s aquatique s o u palustres peuvent êtr e élevé s d'environ deu x pied s ou, mieu x encore, le s allée s peuven t êtr e abaissées. De la sort e o n peut toujour s voir les plantes san s avoi r à s e pencher. Les jardina e n contre-ba s (sunken gardens) présentent, sou s c e rapport, de s conditions trè s favorables : o n pourra y pratique r de s sentiers don t l'u n sera a u nivea u supérieu r de s bassins, tandi s qu e l'autre, u n pe u plu s bas, portera le s plante s à l a hauteu r de s yeux. S i l'on donn e à c e jardin un e disposition régulière, qu'on l'encadre de grands conifères e t qu'o n s e serve judicieusement d'iri s japonais o u de Sibérie, o u d'autre s plante s d e tour - bière ornementale s e n masse s bie n équilibrées, i l ser a auss i attrayan t qu'instructif. Le drainag e et l a provisio n d'ea u son t naturellemen t le s facteurs les plus importants quan d o n dispose des bassins dan s u n ordr e linéaire. Le s drains doiven t être accessibles, puisque l a terre de s bassins peu t quelque - fois le s obstruer e n dépit d e toutes le s précautions. I l n'est pa s nécessaire, cependant, d e pourvoi r chaqu e bassi n d'u n robinet ; i l es t mêm e préfé - rable d e n'e n place r qu'u n seu l a u bou t d e l a rangé e e t d'alimente r le s

9 10 bassins a u moyen d'un petit cana l ou d'une gouttière. Ainsi, l'eau pénètre, sans pression, dan s le s bassins, pa r de s ouvertures individuelles, chacun e étant pourvue d'un e valve pour régle r l e débit. Il faut qu e l'échappement d'eau soi t ajustabl e dan s chaqu e bassin, d e sort e qu'o n puiss e contrôle r ou changer à volonté le niveau. On préfèr e souven t l a dispositio n naturell e de s plante s d'habitat s humide e t aquatiqu e dan s u n étang. Mai s cec i présente le s désavantage s pratiques suivants. Premièrement, le s plantes d e tourbièr e rare s o u fra - giles surtout exotique s ne peuven t y êtr e l'obje t de s même s soin s que dans des bassins. Deuxièmement, le niveau de l'eau n'y es t pas contrô - lable, c e qui es t assurément de nature à nuire à certaines plantes. Troisiè - mement, i l devient difficil e d e cultive r dans de s baquets le s li s d'eau pe u rustiques qu'il faut hiverner à l'intérieur. Quatrièmement, les rats musqués et les tortues manifestent un e préférence désastreus e pour les plantes rares qu'ils rongent à la base des tiges. Ils peuvent facilement être éliminé s de s bassins mais difficilement de s étangs. La rocaille. La plupart des jardins botaniques disposen t leu r rocaille en formations naturelle s et atteignent souven t de s effets agréables. Cepen - dant, cett e dispositio n a l e désavantage d e mêler aux variété s réellemen t ornementales quantit é d'espèce s qui n'on t qu'u n intérê t botanique. Il devient alor s difficil e a u profan e d e choisi r pour son jardin les formes qu i créeront l'effe t voulu. Ceux parmi les visiteurs qu i on t observ é le s plantes alpine s dan s leur habitat nature l e t qu i le s recherchent dan s l e jardin son t stupéfié s pa r ce mélange hétérogène où l'on ne peut trouver un e espèce que par hasard. Il sembl e qu e la meilleur e solutio n es t encor e d'établi r un e cloiso n étanche entre les espèces alpines spontanées qu'on disposer a pa r groupements naturel s et le s véritables plante s d e rocaill e (incluant, e n particulier, le s plus nouvelles forme s améliorées et les hybrides) qui sont à leur mieux dan s une rocaill e régulière. Le plu s intéressant ser a d e disposer le s groupe s naturel s auxquels le nom de «jardin alpin» convient mieux que celui de «rocaille» par ordre géographique: Amérique, Europe, Asie. I l ser a plu s instructi f encore d e disposer su r des mamelons séparé s les flores des diverses chaîne s de montagnes d u monde. Les Alpes, le s Pyrénées, le s Balkans, l'altaï, l'himalaya, les montagnes du Japon, celles de l'amérique du nord-est, les Rocheuses, etc., se distinguent asse z nettement pa r leu r flore pour qu'i l vaille la pein e d e les représenter séparément. I l n'es t pa s nécessaire, d'autre part, d e tente r une reconstitutio n exact e de s association s végétale s typique s d e chaqu e système orographique.

10 11 II en coûte très che r de construire un gran d jardin alpin, et cel a n'es t pas possibl e partout, mai s chaqu e jardi n botaniqu e devrai t a u moin s faire u n effor t pou r donner une imag e aussi exacte que possible de la flore alpine d e s a propr e région. Un e telle collectio n de plante s alpine s locales qui serait, dan s chaqu e cas, uniqu e suffirait à justifie r l'existenc e d'un gran d nombr e d e petits jardin s botaniques. Je propos e qu e To n adopt e un e dispositio n ornemental e pou r le s plantes de rocaill e proprement dites. Cel a contrastera ave c le jardin alpi n et puisque, de toutes façons, les plantes exhibée s ici sont destinées à l'usage de l'homme, i l es t indiqu é d e le s présente r sou s un e form e qu i port e s a marque. Le s contour s irrégulier s e t pittoresques d e la plupar t de s touffe s de plantes alpine s contrasten t agréablemen t ave c la ligne droite des lisières de pierre de s plates-bandes. D'ailleurs, i l est à l a fois plu s facile d'admire r ou d'étudie r ce s plantes e t d'e n prendre soi n dan s de s plates-bandes régu - lières que sur des monticules irréguliers. Les plantations massive s d e certaines plantes alpine s particulièremen t ornementales dan s de s ensembles soigneusemen t étudié s doiven t natu - rellement êtr e e n vedette. Mai s o n songer a auss i à donne r de s exemples de plantations pou r les murs secs, les sentiers dallés, l a moraine bien construite, e t l'éboulis superficiel. L'arboretum présent e le s possibilité s suivante s pou r de s jardin s séparés. 1. L a roseraie, comme il a été dit plu s haut, n e devrait conteni r qu'u n choix de s meilleure s variété s rustique s forman t u n ensembl e d e couleurs agréables, et non pas une vaste collection. Si le s rosé s sauvage s doiven t êtr e incluse s dan s l a roseraie, i l vau t mieux ne choisi r que les espèces les plus ornementales et reléguer la mass e à une pente rocheuse et chaude de l'arboretum. L a plupart de s rosés sauva - ges demandent u n espac e considérabl e pou r atteindr e leu r plei n dévelop - pement e t plusieur s son t à leu r mieux s i on le s plante pa r massif s de plu - sieurs plants. S i ce s espèce s son t tassée s su r de s plates-bande s étroites, elles assument u n aspec t néglig é qu i ne rend justice ni a u jardin ni à leur beauté. 2. L e jardin printanier offrir a un e collectio n d'arbre s e t arbustes, et qui peut-être agrémenté e de bulbes, fleurissan t a u printemps, 3. L e jardin d'automne consister a e n un e collectio n d'arbre s e t d'ar - bustes à fruits décoratifs ou à feuillag e coloré, l'automne. O n pourra peutêtre y dispose r aussi des plantes vivace s à floraison tardive e t de s arbustes dont le s baies, l'hiver, serven t d e nourritur e au x oiseaux. O n donnerait, sur le s étiquettes, les noms des oiseaux en question.

11 12 4. L e jardin de s couleurs hivernales compren d un e collectio n d'arbre s et d'arbustes dont les branches vivement colorées en hiver sont décoratives. Ceux-ci peuven t êtr e inclu s dan s l e jardin numér o 3 e t associé s avanta - geusement ave c les arbustes à baies persistantes. O u bien, ils peuvent êtr e disposés à part sur un fon d sombr e d e Taxus cuspidata. 5. L e jardin des feuillages colorés est une collection d'arbres et d'arbustes à feuillag e coloré. Certains architecte s paysagiste s on t beaucou p décri é c e genr e d e plantes, pa r exempl e l'érable d u Japo n rouge, qui es t peut-êtr e l e mieux connu. La défaveur qu'ont pa r suit e encourue ces variétés depui s quelque temps es t toutefoi s entièremen t imméritée, puisqu'elle s n e deviennen t indésirables que si on les emploie mal, et surtout s i on les mêle à des variétés vertes normales. Bie n assorties, elle s se prêten t à d e brillant s effet s dif - ficiles à réalise r ave c d'autres moyens, e t son t susceptible s d e satisfaire l e goût le plus pointilleux. Un jardin botanique, en tout cas, donnera droit d e cité à ces variétés puisqu'i l se doit d e montrer les diverses formes e t variations de s plantes. Puisqu e tout comm e les formes anormale s mention - nées a u numéro 6 les variétés à feuillage color é sont trop voyante s pour être disséminées au hasard à travers l'arboretum, elles devront être groupées dans un jardin à part où, sur un fond sombr e de conifères, elle s paraîtront aussi attrayante s qu'elle s son t intéressantes. 6. L e jardin de s variations o u de s anomalies réuni t un e collectio n de variété s pleureuses, fastigiée s e t globuleuses, d'arbre s e t d'arbustes. Ces forme s anormale s paraissen t mieu x s i elle s formen t u n ensembl e à part qu e s i o n le s distribu e dan s l a collectio n générale o ù elle s nuiron t à l'effe t d e parc nature l qu e l'on aur a cherch é à crée r avec le s types nor - maux. I l devien t plu s facile d e les étudier s i elles demeuren t ensembl e et, d'ailleurs, o n en obtiendra de s effets saisissant s et pittoresques. 7. L a collection de vignes, disposé e sur de s treillis et de s pergoles peut très joliment encadrer l'un de s jardins mentionnés plus haut. 8. L a collection générale d'arbres e t d'arbustes doi t êtr e disposé e d e telle sort e qu'il soit facile d e trouver toute variété à laquelle on s'intéresse. Toutefois, o n viser a à donne r à l'arboretu m un e apparenc e agréabl e d e parc et on évitera tout ce qui rappelle le verger ou la pépinière. Puisqu'il es t nécessaire, pou r l a clarté, e t pou r facilite r l'étude, d e grouper toutes les espèces d'un même genre, il est aussi indiqué d'améliorer l'aspect d e ces groupes en les séparant distinctement pa r de s plantations. Les essence s indigènes, lorsqu'elle s seron t présentes, fourniron t tou t naturellement l a meilleur e séparation, surtou t s i l'o n s e ser t d'un e de s espèces le s plu s rustique s et le s plu s décorative s d'u n genr e donn é pou r

12 MHV 13 encadrer le groupement génériqu e entier. L à o ù l'absence d'une formatio n arborescente naturell e empêcherai t u n te l découpage, o n devr a employe r la plantation de fond seulement, qu i remplira en même temp s l'importante fonction d e coupe-vent. Une plantation d e ce type aura en outre l'avantage d'ajoute r à l'homogénéité e t a u fini de chaque groupe. San s cela, l'arboretum, pendan t long - temps, paraîtr a à moitié vide, puisqu'o n prendr a fatalemen t plusieur s années à réunir toutes les espèces e t variété s qu e l'on cherche, e t puisque, d'autre part, i l faut laisse r asse z d'espac e pou r qu e la collectio n en s'augmentant n e soi t n i tassé e n i éparpillée, A mesure don c qu e le s collections s'enrichiront, o n remplacer a graduellemen t ce s plantation s d e fon d pa r des variété s e t de s espèce s nouvelles. Je suggère, pa r exemple, d'entoure r les chênes d'un ridea u e t d'u n fon d d e Quercus borealïs, le s érables, d'ace r rubrum o u d'a. saccharum, le s aulnes, d'alnus incana, le s bouleau x d e Betula papyrifera, le s épinettes de Picea glauca, les pins de Pinus resinosa, etc. Pour de grands genres, comme par exempl e ceux que je viens de citer, des subdivisions rendront la disposition plus claire. I l m'a toujour s semblé, à ce t égard, qu e des subdivisions géographique s (Europe, Asie, Amérique) étaient plu s instructive s qu e de s groupement s basé s su r le s affinités. I l y a quelque s genres, cependant, comm e le s Cotoneaster e t le s Berberis où le s espèce s d'origin e asiatiqu e son t e n grand e majorité. Dan s ce s cas exceptionnels, l a répartitio n selo n l'origin e n'es t plu s suffisant e e t l'o n doit suivre d'autres principes, par exemple l a répartition d'après les affinités. Hors le s groupe s d'u n mêm e genre, qu e j e considèr e nécessaires, j e ne voi s aucun e raiso n d'ordonne r le s arbre s e t arbuste s d'u n arboretu m selon l'ordr e taxonomique. I l import e d'abor d qu e chaqu e genr e soi t planté en un endroit o ù la plupart d e ses espèces trouveront de s condition s favorables. S i o n le s plant e dan s l'ordr e systématique, c'es t l e contrair e qui s e présentera. S i l'o n s e soucie, comm e j e croi s qu'o n doi t l e faire, de la disposition esthétique, la succession taxonomique paraîtra encore moins heureuse. Nombre d e petit s genres, n e comportan t qu'un e o u deu x espèce s rustiques, peuven t êtr e cultivé s ensembl e puisque, épar s dan s l'arboretum, ils seraient difficiles à repérer. On devrai t encor e constitue r un group e spécia l d'arbre s et d'arbuste s de rusticit é douteuse. S i o n le s conserv e ensemble, i l ser a plu s facil e d e leur donne r l a protectio n e t le s soin s particulier s qu'il s exigen t e t s i u n hiver exceptionnellemen t du r le s abîme, tou t l'arboretu m n'e n ser a pa s défiguré. 8L10THEQUE

13 14 Le fruticetum. Réuni r tou s le s arbuste s dan s c e qu'on appell e u n fruticetum pou r n e laisse r dan s l'arboretu m qu e le s arbre s es t raremen t possible e t encor e plu s raremen t recommandable. De s groupes d'arbuste s créent un e heureus e diversio n dan s l'arboretu m qu i risque, san s eux, d'être monotone. D'ailleurs, comm e on l' a déj à fai t remarque r a u suje t des rosés, u n espac e considérabl e es t nécessair e a u développemen t norma l d'un gran d nombr e d'arbustes. Ains i plusieur s de s innombrable s espèce s de Crataegus qui, malgr é leur grand e taille, son t d'authentique s arbustes, de mêm e qu e le s lila s qu i doiven t êtr e abondammen t représenté s dan s un jardi n botanique, exigen t passablemen t d'espace. D'autr e part, i l y a beaucoup d'arbustes, tels que les genêts et la plupart de s Légumineuses, ainsi qu e le s Cotoneaster, le s Chaenomeles, le s Prunus arbustifs, certaine s formes naine s d e Betula e t d e Salix, le s Chenopodiacée s e t le s Rutacée s arbustives, l a plupart de s Hypericum, de s Tamarix, de s Daphne, quelque s Êléagnacées, le s Composée s arbustive s e t bie n d'autre s qu i son t parti - culièrement sensible s à un bo n drainage. Là où le drainage naturel n e sera pas adéqua t au x exigence s de ce s arbustes, o n les groupera à part su r des couches spécialemen t préparée s et drainée s e n profondeur. Ceci a ét é fait, pa r exemple, a u Jardi n Botaniqu e d e Montréa l o ù les couches du fruticetum ont ét é disposées en une série de terrasses s'adossant à u n rembla i artificiel destin é à cache r la rue. Pou r obteni r u n plu s joli effet, l a plupar t de s allées on t ét é gazonnée s et, afi n d e briser l a ligne monotone de s longues couches droites, le jardin-rocaille d'ornement, décrit plus haut, a ét é plac é au centr e mêm e de ce t ensemble. La rocaille, dan s cette position, attire très heureusement l'attention e t amèn e sans doute au fruticetum des visiteurs qui n'y seraien t pas venus autrement. Il y a encore, dan s u n jardi n botanique, cin q catégorie s de plante s susceptibles d'êtr e réunie s dan s de s jardin s séparé s e t qu i susciten t de s problèmes esthétique s asse z ardus. Ce s plante s doiven t nécessairemen t être disposée s su r de s plates-bande s régulières, e t l e besoi n d e clarté, ici, doi t l'emporte r su r l e point d e vue décoratif. Le jardin médicinal. S i l'on n'exposai t ic i que le s plantes médici - nales encor e employée s de no s jours, o n n e réussirai t guèr e à intéresse r le public. E t cec i d'autan t moin s qu'i l n'es t pa s recommandable, dan s un jardin public, de donner des instructions détaillée s sur le mode d'emploi de ces plantes et sur leurs effets. I l faut, e n effet, évite r d e mettre entre des mains inexpertes des médicaments qui ne sont pas sans danger pour ceux qui voudraient tenter de s cures sans avoir consulté le médecin. Le Jardi n Botaniqu e d e Montréa l a mi s a u poin t u n proje t destin é à rendr e cett e sectio n no n seulemen t instructiv e mai s attrayante. Ici, ce jardi n es t divis é e n quatr e parties. L a plu s considérabl e qui ser t

14 15 d'arrière-plan au x autre s est constitué e pa r le s plantes qu e le s Indien s d'amérique utilisaient pou r de s fins médicinales, avan t qu'il s n e vinssen t en contac t ave c le s Blancs. Puisqu e le s Indien s s e servaien t d e l'écorc e de certains arbres, ceux-c i ont ét é disposé s en une sort e de bosquet entou - rant une clairière, traversé e par u n ruissea u qu i aboutit à un peti t étang. Les diver s arbuste s e t herbage s médicinau x de s Indien s son t plantés, autant que possible, dan s leu r habitat naturel. Cel a nécessit e la présence de certaine s autre s espèces, mais seule s le s plantes médicinale s sont éti - quetées. Une cabane de bois rond et u n totem ajoutent de la couleur locale à l'ensemble. L a second e parti e contrast e fortemen t ave c l a première, car ell e représent e u n cloîtr e médiéva l o ù son t cultivé s le s simple s que, suivant u n décre t d e Charlemagne, tout jardi n de monastère devai t obli - gatoirement contenir. Un e arcade de pierre, figurant une partie d u cloître, sert d e fond à cette section; de chaque côté s'élèvent de s murs de pierre à toit d e tuiles; l a parti e antérieur e es t fermé e pa r un e grill e d e fer; e t l e centre d u jardin est occupé par u n puit s à margelle de pierre. Les plante s sont cultivées sur des plates-bandes régulières, selon la coutume de l'époque. La troisième et la quatrième parties, entourées de haies, contiennent respectivement le s plante s médicinale s encor e employées dan s l e commerce, et celle s d e l a pharmacopé e familiale. Elles son t groupées selo n l'organ e de la plante qu i est employ é (racine, feuille, fleur, graine) ; mais sauf, cett e disposition et le nom de la plante, aucune précision n'est ajoutée. Le jardi n médicina l peu t encor e conteni r de s plante s vénéneuse s indigènes o u exotique s contre lesquelle s il es t bo n d e préveni r l e public. Mais ic i encore cela n e v a pa s san s certaine s précautions. Le s plantes à poison exercent un attrai t particulier sur certaine s personnes et, si l'on donne à leur sujet de trop amples informations, cela entraîn e un dange r indé - niable. O n conçoit, pa r exemple, quelle mauvais e réclam e c e serai t pou r un jardin botanique municipal, s'il était révélé au cours d'un procès criminel que l e meurtrie r a conç u l à l e dessei n d'empoisonne r quelqu e membr e gênant d e s a famille. L'o n pourrai t peut-êtr e exclur e les plantes suscep - tibles d e causer la mort, mai s même l'herbe-à-la-puce et le sumac à vernis doivent être entourés d'une clôture et porte r un e défens e d e toucher. Le jardin économique rassembl e le s plantes ayan t u n usag e économique. Ici, encore, la disposition l a plus satisfaisante e t l a plus instructiv e consistera à groupe r le s plante s selo n l'organ e utilisé : plante s à fruit s comestibles (tomate, piment, aubergine, concombre, melon) ; plantes don t les racines, le s rhizome s ou le s tubercule s peuven t s e consomme r (radis, betterave, carotte, pomme-de-terre, topinambour, etc.) ; plantes à feuillag e comestible (plantes-épinard s e t plante s à salade, chou x et plante s condi - mentaires); plante s don t le s jeune s pousse s o u le s pétiole s s e mangen t (asperges, oudo, céleri, rhubarbe, cardon, etc.) ; le s poi s e t le s fèves, le s

15 16 céréales. Le s espèce s sauvage s don t dériven t le s variété s horticoles, tel s que le chou marin, la bette, la carotte, et la laitue sauvages, etc., ne doivent pas être oubliées puisqu'elles permettent d'intéressante s comparaisons. Voilà le plan exécuté au Jardin Botanique de Montréal, où l'on a aussi consacré de s section s au x plante s textiles, oléagineuses, tinctoriale s e t aromatiques et o ù figurent, en plus des tabacs, le s fourrages e t le s plantes indigènes cultivées par le s Indiens. Chaqu e groupe est inclus dans un petit jardin séparé, entouré d'une haie. Mai s un itinéraire indiqué par des flèches conduit le visiteur à travers toutes les sections sans qu'il ait jamais à revenir sur se s pas. C e jardin contien t 49 0 variété s d e plante s utiles, disposée s sur de s plates-bande s régulières, e t i l es t parcour u pa r d'innombrable s visiteurs pendant tout e l a belle saison. Les arbre s fruitier s e t le s petit s fruit s peuven t encadre r l e jardi n économique ou bien comme il a été fait au Jardin Botanique de Montréal être disposé s à par t dan s u n peti t verger. I l n'es t ordinairemen t pa s possible et il n'est pas davantage recommandable, dans un jardin botanique, de présente r un e collectio n considérabl e d e variété s d e pommes, poires, etc., etc. Mai s il faut, toutefois, que les divers types fruitiers soien t repré - sentés: prunier, cerisier, abricotier, pêcher, sorbier, amélanchier, néflier, cognassier, châtaignie r e t noyer, noisetier, framboisier, mûrier, gadelier, groseillier, bleuet, etc. O n pourra présente r un e demi-douzain e ou jusqu'à une douzain e d e variétés de pommiers e t d e pruniers, e n faisant un choi x des plus rustiques dan s l a région. O n peut fair e grimpe r les vignes sur un e pergole, c e qui contribuera grandement à l'ornementation de cette section du jardin. On créer a u n centr e d'intérê t d'un e grand e valeur éducative, s i l'o n réalise u n jardine t modèle de 50 par 7 5 pieds, planté d e petits fruits e t d e légumes et destin é à pourvoir au x besoins d'une famille d e quatre o u cinq personnes. Dan s cett e section, o n n'exposerai t qu e le s variétés le s plus éprouvées de chaque légume et de chaque petit fruit e t ceci dans des proportions rigoureuses e t telle s qu e le jardin puisse donner son plein rendement durant toute la saison de végétation. On songera, de plus, à mettre en lumière la rotation annuell e des diverses cultures sur les couches. Le jardin morphologiqu e o u biologique. L'organisatio n d e cette section soulève de s problèmes encor e plu s ardu s que celle des deux précédentes. O n s e propose, ici, d'illustre r le s fonctions des plantes, c e qui es t censément d'u n gran d intérê t pou r l e public. Or, j'ai constaté, dan s tou s les jardins botaniques où l'on a fait pareils essais, qu'on n'avait aucunement réussi à éveiller l a curiosit é populaire. I l n' y a pas à espére r que le public suivra attentivement le livret-guide e t cherchera à s'y reconnaître parmi des exhibits tro p compliqués, tro p détaillé s e t trop complets.

16 17 Je n'a i jamai s observ é qu'un e seul e réalisatio n qu i retin t l'intérê t du public : i l s'agissai t d'un e horlog e d e fleur s qu i démontrai t l a possi - bilité d e dire l'heure par l e moment où s'ouvraient o u se fermaient certaine s fleurs. Le public parcourait le reste de cette section sans y prêter la moindr e attention. Il me sembl e plu s que jamai s opportu n de rappele r ici que «Qu i trop embrass e mal étreint,» e t que, peut-être dan s c e jardin plu s que dan s les précédents, on doit se borner rigoureusement à l'essentiel. Il n'es t d'ailleur s pa s facil e d e s e limiter a u plu s importan t dan s u n champ auss i vast e qu e celu i qu i s'éten d devant nou s dan s c e domaine. Aussi dois-j e avoue r que, pou r l'instant, j e n'a i pa s d e solutio n précis e à apporter à ce problème. Il se peut que le public lui-même soit notre meilleur maître à ce t égard. I l serai t peut-êtr e possibl e d e développe r c e jardi n graduellement, e n commençan t pa r u n o u deu x détail s particulièremen t frappants e t e n en ajoutant pe u à pe u d'autres, destiné s à explique r cer - tains problème s biologiques qu i s e posent l e plu s souven t pou r l e public. Le choi x de ce s problèmes résultera de s demande s d e renseignement s qui ne manqueront pas d'afflue r a u jardin. Quoi qu'i l e n soit, e t surtou t s i l'on cherch e à illustrer de façon com - plète les sujets traités, il me semble que ce jardin doit être divisé en sections clairement définie s e t étiquetées : assimilation, fécondation, dissémination, etc., etc. Le jardin génétique est, en réalité, un e subdivision du jardin biologique, mais on peut lui faire une place à part si l'on veut. On démontrera là, sur d u matérie l vivant, le s loi s d e l'hérédit é e t le s principe s qu i guiden t le sélectionneur. O n peu t auss i y présente r certain s hybride s horticole s bien connus, encadrés par leurs parents, et, dans le cas d'hybrides multiples, par leur s grands-parent s e t arrière-grands-parents. Comm e échantillon s de l'amélioration pa r l a sélection, on exposera des espèces sauvages à côt é des diverses mutations conservée s en culture et n'ayant sub i aucune hybridation ave c d'autre s espèces. L e Crataegomespilus constituer a u n exempl e intéressant dan s c e groupe, s i l'hybrid e sexue l (C. grandïflora) es t juxta - posé à l'hybride de greffe (C. Dardari] e t si leur étrange parenté est clairement exposée. Le jardi n taxonomique, qu e j e mentionn e e n dernier, suscit e de s difficultés e t pos e de s problèmes analogue s à ceu x qu'offr e l e jardin biolo - gique. Si l'on doi t cultive r côte-à-côte des plantes adaptées à des conditions très diverses, il faudra manifestement pourvoir à la construction de couches et mêm e de bassins indépendants. Chaqu e plate-bande doi t être distincte,

17 18 famille pa r famill e e t genr e pa r genre, c e qu i nécessite un e multitud e d e sentiers. Mêm e s i l a plupar t de s sentier s son t gazonnés, ils seron t tro p apparents; e t puisque l'entretien d e tels sentiers est très coûteux, ils seront ordinairement recouvert s d e gravie r e t d e l a sort e il s domineron t encore tout le jardin. Puisque la grandeur des familles e t de s genres varie considérablement, et puisqu'i l fau t le s groupe r selo n leur s affinités, l a dispositio n régulière, qui paraî t l a seul e convenable, devien t asse z difficile. Toutefois, s i l'o n consent à restreindr e le nombre des espèces à présenter, o n arriver a à les disposer régulièrement, peut-êtr e e n séparan t le s famille s pa r de s haie s basses. Faudra-t-il illustre r tou t l e systèm e taxonomiqu e ave c l a majorit é de se s familles e t d e se s genres, en présentant u n gran d nombre d'espèce s ou bie n peut-o n donner une idé e suffisante d u systèm e d e la classification en ne montrant qu e quelques représentants d e familles alliée s? Je n e tiens guère à m e prononce r sur c e point. Dan s l a pratique, l e choi x dépendra sans doute de s fonds disponibles, puisque l a réalisation et l'entretien de ces plates-bandes séparées sont très coûteux. Le jardin taxonomique, à mon avis, ne devra pas être ouvert au grand public, surtou t parc e qu'i l n'intéresser a pa s l a majorit é de s gen s et auss i parce que cela augmenterait le coût d'entretien. Il devra être entouré d'une clôture et o n pourra accorder la permission de le visiter, à certaine s heures indiquées, à tou s ceu x qu i s e donneron t l a pein e d'e n fair e l a demande. A par t cela, c e jardin sera réserv é aux classe s d'étudiants. Un pavillo n pou r le s conférence s pourr a êtr e plac é a u centr e d e c e jardin s i l'on doit y donner des cours d e botanique. Cette liste de suggestions sur la disposition des plantes vis e à ordonner les grandes collection s et à augmente r l'intérê t populair e d u jardin bota - nique e n réalisan t de s ensemble s plaisants. S i longue soit-elle, cependant, elle n e prétend pa s êtr e complète. O n peut envisage r d'autre s réalisation s encore, selon le climat local, comme par exemple : Un jardin d e plantes désertiques o ù l'o n cultiver a de s plante s vivan t dans de s conditions arides et exigeant un so l bien drainé. Un jardin d e plantes à feuilles persistantes qui réclamen t un e ombr e légère et une protection contre le vent. Un jardin d e bruyères qui, aux États-Unis, en tout cas, est à son mieu x sur un talu s ensoleillé, irrigué par un e coulé e o u un ruisseau. Le s bruyères doivent êtr e plantée s pa r large s lisière s de chaqu e variété, don t émergen t des massifs de genévriers et d e genêts. D e gro s blocs granitiques ingénieu - sement disposés prêteront a u tout un aspect encore plus naturel.

18 19 Un jardin de rhododendrons e t d'azalées s e trouvera bie n dans un vallon abrité o ù s'accumul e naturellemen t l e terrea u d e feuille s e t qu i reçoi t l'ombrage indirec t d e grand s arbre s planté s à l a parti e supérieur e d e l a pente. Lorsqu e d e telle s condition s n e s e trouvent pa s déj à réalisées, u n écran d e conifère s fournir a u n abr i artificiel. Mai s il ne faudra pa s oublie r que les quatre conditions suivantes sont nécessaire s au plein succès: ombre indirecte surtou t ver s mid i (no n pa s ombr e directe, sou s le s arbres), so l humifère acide, beaucou p d'humidité, e t drainag e parfai t (san s oublie r la circulation de l'air). Un jardin de haies. Celui-ci devra être strictement régulie r et n e contenir qu e des arbuste s e t arbre s taillés destinés à démontre r quelle s son t le s plantes le s plus recommandables pour constituer des haies de tous les types et de toutes les tailles. Il n'est pa s nécessaire pour démontrer le rendement de chaqu e arbust e d e le s cultiver tou s e n haie. I l suffir a d e montre r leu r plasticité à la taille en en faisant de s cubes, des pyramides o u des colonnes quadrangulaires. On présenter a en plu s des plante s herbacée s vivace s et même annuelles (Kochia) qu i font d e belles haies d'été. On voit sans pein e quel ensemble charman t constituer a c e jardin d e haie s ave c se s diverse s formes et la gamm e de ses verts. Il peu t encor e y avoi r un jardin japonais, mai s il semble que cel a ne vaut pa s la peine de construire ici la vague imitation qu'e n peuven t donne r les jardinier s occidentaux. Pou r réalise r c e jardi n convenablement, o n s'assurera le s services d'un jardinie r japonais, qu i a fait so n apprentissag e au Japon et qui possède à fond les divers symboles qui sont l a clé de l'horticulture orientale. S i l'o n procèd e ainsi, l'o n obtiendr a un e authentiqu e illustration d u vénérabl e ar t paysage r d e l'orien t qu i obéi t à de s règle s bien différente s de s nôtres ; cec i n e peu t manque r d'ajoute r considéra - blement à la valeur éducative de n'importe quel jardin botanique. Il paraît tout indiqu é d e situe r c e jardin à proximit é d e l a sectio n asiatiqu e dan s les groupement s géographiques, c e qui n e saurait qu'ajoute r à l a couleu r locale. E n contre-partie, o n pourr a peut-êtr e dessine r u n jardi n anglai s typique par exempl e sur le modèle du jardin en contre-bas d e Hampton Court Par k (prè s de Londres), à proximité de l a sectio n européenne, a u sein de ces mêmes groupes géographiques. Au Jardin Botanique de Montréal, nous avon s l'intentio n d'éleve r un e caban e à sucr e ave c tou t so n équi - pement afi n d'ajouter à l'intérêt éducatif de la section canadienne. D'autres groupement s d e plante s peuven t s e recommande r pou r satisfaire à des préoccupations locales. Mentionnons les suivantes: Des plante s citée s fréquemmen t dan s l a littérature, mai s don t le s gens n'on t qu'un e asse z vagu e idée, pourraien t êtr e réunie s e n u n peti t jardin trè s intéressant. L'exempl e classiqu e es t l e jardi n «Shakespeare». On en ferait autant pour les plantes mentionnée s dan s la Bible.

19 20 On formerait u n autr e group e avec le s plantes don t le s feuilles o u les fleurs particulièrement symétrique s ou ornementales ont inspiré les artistes et le s décorateurs, surtou t celle s que, san s les reconnaître, nous voyons si souvent stylisée s dans le fer forgé et la pierre. On pourrai t encor e réuni r de s plantes qu i figuren t souven t su r le s blasons ou qui sont à d'autres titre s étroitement associées à des événements historiques. Certaines personne s aimeraien t encor e voi r le s fleur s qu i serven t d'emblème à de s Etats o u qu i son t particulièremen t aimée s d e certain s peuples. E t ains i d e suite. OUTILLAGE TECHNIQU E E T ADMINISTRATIO N L'esquisse ci-dessu s peu t aide r à formule r les principes générau x qui serviront d e bas e a u fonctionnemen t d'u n jardi n nouveau. Le s principes une foi s définis, i l faudra songe r à élaborer un programm e détaillé. Un te l programme doi t naturellemen t comprendr e tou s le s service s technique s nécessaires. Il faut les coordonner de telle sorte qu'une coopération efficient e soit assuré e entr e le s diver s département s d u jardi n e t qu e tou t doubl e emploi soi t évité. Pour l'élaboratio n d'u n jardi n botaniqu e e t l'organisatio n d e so n administration, i l nou s faudr a prévoir, entr e autres, le s unités e t l'équi - pement suivants: 1. Le s édifice s nécessaires, surtou t l e pavillo n d e l'administration, la chaufferi e e t les serres. 2. L a pépinière avec tous ses accessoires. 3. L e réseau routier intérieur e t la circulation probable. 4. L e contrôl e de s visiteur s pa r de s clôture s e t barrière s e t pa r le s règlements qui s'imposent. 5. L a position de s abris e t chalet s de repos. 6. L e restaurant o u la salle de thé publics. 7. Le s terrains d e jeux et de pique-niques. 8. Le s jardins destinés à l'éducation de s enfants sous la surveillance des maîtres d'école ou des membres du personnel du jardin. 9. L'emplacemen t de s parcelles d'essai e t d'amélioratio n de s plantes. 10. Le s conduites d'eau. 11. Le s égouts.

20 L e drainage artificiel là où il est nécessaire. 13. L'éclairag e e t l e téléphone. 14. Le s système s d'enregistremen t e t d'étiquetag e de s plantes. 15. Le s bibliothèques e t l'herbier, e n autant qu'il s servent a u jardin. 16. L'échang e des grajnes. 1. Le pavillo n d e l'administration. E n général, i l vau t mieu x patienter u n pe u pour la construction de ce pavillon e t s e contenter d'un e installation provisoir e pendant plusieur s année s o u tout a u moin s jusqu' à ce que l'orientation e t l e programme d u jardin soien t a u point. Mêm e s'il est certain, dè s l'origine, qu e le s condition s financière s n e permettron t pas l'érectio n d'un e grand e bâtiss e avan t bie n des années, il vaut mieux prévoir le s extension s définitive s immédiatemen t afi n d'évite r plu s tar d des remaniements trop coûteux. On aura don c prévu, avant de commencer, tous le s aménagement s éventuels, tel s que : bureaux d e l'administration ; bibliothèque, burea u d u bibliothécair e e t salle s d e lecture ; herbie r ave c salle d e montage, sall e d e répartition, magasi n e t sall e d'emballage ; salle s de conférence s e t d e délibérations ; burea u d'informatio n ave c tablea u téléphonique; graineterie; salle d'étiquetage o ù sont composée s et exécutées les étiquettes de divers types; entrepôts ; sall e à déjeuner et sall e de repos pour l e personnel ; log e d u concierge ; studio e t chambre s noire s pou r l a photographie; laboratoires ; salle s d'expositio n pou r le s spécimen s secs, etc. I l import e d e décide r à l'avanc e s i l'o n doit donne r de s cour s aux enfants e t au x adultes, o u institue r l'apprentissag e d e jardinier s profes - sionnels, ca r il faudra encor e prévoir l'espace nécessaire à ces services. La chaufferie. Autan t que possible, ell e devr a êtr e caché e à l a vue, quoique asse z rapproché e et d u pavillo n d e l'administratio n e t de s serre s pour leu r fournir l e chauffage san s nécessite r d e conduites trop longues. Par ailleurs, il peut deveni r plu s économique d'avoir deu x chaufferie s si,* pour un e raiso n o u pou r un e autre, i l étai t souhaitabl e d e construir e le^ pavillon d e l'administratio n loi n de s serres. Dan s c e cas, on pourr a installer pou r l e pavillon un systèm e d e chauffag e à l'huile, réservant au x serres le service de la chaufferie centrale. Les serres présenten t u n problèm e crucia l e t compliqu é e t doiven t être étudiée s ave c le plu s gran d soi n dan s le s moindres détails. I l n'entr e pas dans l e cadre de cet article d e donner à ce sujet des instructions détail - lées bu même de mentionner tous les facteurs qui doivent être pris en considération. Mais, o n ne peut trop insister sur le fait qu e l'élaboration d'une serre vraimen t bie n conçu e n'es t pa s un e tâch e ordinair e e t qu'i l n e faut jamais entreprendr e la constructio n d'un ensemble d e serre s san s l e con - cours, ^ou^ tout a u moin s le s conseil s d'u n spécialiste expérimenté. O n

LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION

LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION Ce guide est conçu pour vous aider à planifier vos aménagements en tenant compte de tous les aspects importants de votre projet. En complétant le Planificateur, vous clarifierez

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Avant de commencer Que vous ayez décidé de la construire vous-même ou de faire appel à un professionnel, ne vous lancez pas dans un projet de construction de véranda sans vous

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Quelle nature de local choisir sur la déclaration?

Quelle nature de local choisir sur la déclaration? Quelle nature de local choisir sur la déclaration? La nature du local est à choisir obligatoirement parmi l une des 4 rubriques présentes au sein du cadre 2 de la déclaration n 6650-H-Rev, à savoir : -

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Je suis la haie. Un petit peu d histoire. Quelle est l origine des haies? En fait, il n y a pas une origine mais trois.

Je suis la haie. Un petit peu d histoire. Quelle est l origine des haies? En fait, il n y a pas une origine mais trois. Je suis faite d arbres, petits et grands, et je suis bien plus belle que les murs ou les clôtures que je remplace. Je suis un abri et un garde manger pour beaucoup d animaux et je possède encore bien d

Plus en détail

Les phytotechnolgies, une utilisation des plantes à découvrir

Les phytotechnolgies, une utilisation des plantes à découvrir Les phytotechnolgies, une utilisation des plantes à découvrir Présenté par: Marc Légaré DTA Conseiller en pépinière IQDHO Forum sur l environnement de la FIHOQ 11 février 2011 Les phytotechnologies Utilisation

Plus en détail

COMPOSANTE MAJEURE : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE

COMPOSANTE MAJEURE : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE ATTENTION Ce sujet est destiné aux candidats ayant choisi lors de leur inscription de composer pour cette troisième épreuve sur la composante majeure : SCIENCES EXPERIMENTALES ET TECHNOLOGIE. Vous devrez

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Station n 6: Aménagement d'espaces verts sur façades de maison à la Schlosserstraße

Station n 6: Aménagement d'espaces verts sur façades de maison à la Schlosserstraße Station n 6: Aménagement d'espaces verts sur façades de maison à la Schlosserstraße Façades à la Schlosserstraße avec des plantes en pots, des glycines et du lierre C'estprécisémentdanslecentredensedelaville,où

Plus en détail

Oliviers qui ressemblent à des oliviers

Oliviers qui ressemblent à des oliviers Oliviers qui ressemblent à des oliviers Par : J.M. MIQUEL Dessins : Thierry FONT Presque la totalité des oliviers cultivés en bonsaï sont formés de manière à ce qu ils ressemblent à des bonsaï et non à

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Sélections de livres sur le jardinage, la nature et les sports d extérieur

Sélections de livres sur le jardinage, la nature et les sports d extérieur Sélections de livres sur le jardinage, la nature et les sports d extérieur Poissons d eau douce Pour découvrir les poissons d'eau douce des rivières de France. Le Truffaut du jardin écologique Cet inventaire

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Comment créer son propre studio photo?

Comment créer son propre studio photo? Comment créer son propre studio photo? Pour les e-commerçants qui n'ont pas le budget nécessaire pour investir dans l'achat d'un studio photo, il est possible de créer son propre studio photo à moindre

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

SEMINAIRE DE FLOREFFE. Le troisième degré

SEMINAIRE DE FLOREFFE. Le troisième degré SEMINAIRE DE FLOREFFE rue du Séminaire 7, 5150 FLOREFFE Tél : 081/447140 Fax : 081/445759 www.semflo.be Le troisième degré Année scolaire 2012 2013 COMMENT CHOISIR? 1. Tu choisis pour deux ans. Les heures

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE 45

PROJET PEDAGOGIQUE 45 PROJET PEDAGOGIQUE 45 1. OBJECTIFS GÉNÉRAUX a) L enseignement spécialisé secondaire professionnel a pour objectif de donner aux élèves une formation générale, sociale et professionnelle les amenant à s

Plus en détail

Plantation d'arbres et Arbustes : sensibiliser les enfants à la Nature et l'environnement

Plantation d'arbres et Arbustes : sensibiliser les enfants à la Nature et l'environnement OGEC Ecole Saint Louis 11 rue David d Angers 49690 CORON ogec.ecolecoron@gmail.com TROPHEE DE LA VIE LOCALE Catégorie : NATURE Un projet tourné vers la Nature: Plantation d'arbres et Arbustes : sensibiliser

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre

L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre Résumé du module 5 Les élèves déterminent l essence de l arbre qu ils souhaitent planter au lieu choisi en fonction de divers critères. Ils suivent les

Plus en détail

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ Réaliser vos aménagements paysagers en toute sécurité. Zones de rusticité L hiver,

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le Planificateur de repas et les outils en ligne

Le Planificateur de repas et les outils en ligne Le Planificateur de repas et les outils en ligne Le Planificateur de repas est une application en ligne destinée aux membres du Club Bien Mincir qui permet d obtenir des menus quotidiens basés sur la bonne

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Et voilà, c est fini.

Et voilà, c est fini. Et voilà, c est fini. J espère que tu t es bien amusé en cherchant des feuilles dans le parc et que tu en a appris un peu plus sur les arbres qui vivent ici. Si tu as fait attention, tu auras remarqué

Plus en détail

LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION

LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION LA PRESENTATION DES ARBRES EN EXPOSITION Article écrit par l'équipe des rédacteurs de Parlons Bonsai à partir d'une vidéo réalisée par Lolo31 du site www.parlonsbonsaï.com lors d'une conférence donnée

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche)

Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Vie pratique Le rapport de fin de séjour : Vienne (Autriche) Logement L université dans laquelle j ai effectué mon séjour d étude nous proposait au préalable un site sur les logements en résidence étudiante.

Plus en détail

40èmes Olympiades des métiers

40èmes Olympiades des métiers METIER N 37 40èmes Olympiades des métiers GUIDE DE PREPARATION AUX SELECTIONS REGIONALES Page 1 sur 12 «Vous venez de vous inscrire aux concours régionaux des 40èmes Olympiades des Métiers, et je tenais

Plus en détail

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire La partie classique est la base du jeu de dames pour les débutants. La stratégie est la suivante : jouer de telle manière qu en fin de partie, l

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

AESS en Sciences Physique

AESS en Sciences Physique AESS en Sciences Physique Préparation d une leçon: principes généraux Bernard Knaepen Déterminer les objectifs: fixer la matière en fonction du programme: Pour l enseignement organisé par la Communauté

Plus en détail

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement

Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit. Toiture-jardin potager Optigreen. Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Fruits, légumes et herbes aromatiques la nature sur votre toit Toiture-jardin potager Optigreen Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Agriculture urbaine sur les toits, naturellement Avec les

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Étude de cas : Services financiers le Choix du Président

Étude de cas : Services financiers le Choix du Président Étude de cas : Services financiers le Choix du Président Bureau Intérieur par Staples MC arrive à la rescousse des services financiers du Choix du Président Les services financiers du Choix du Président,

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

École supérieure de danse du Québec. Note concernant les propositions de réorganisation de l école. Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé

École supérieure de danse du Québec. Note concernant les propositions de réorganisation de l école. Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé École supérieure de danse du Québec Note concernant les propositions de réorganisation de l école Par Ludmilia Chiriaeff et Paul Inchauspé Novembre 1990 Réorganisation administrative de l'école supérieure

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

Instrumentaliser les données?

Instrumentaliser les données? Instrumentaliser les données? Maïeutique en statistique Léo Sila Pièce en trois actes Acte I De quoi s agit-il? M. : J ai tracé ces histogrammes (il montre les histogrammes ci-dessous). Qu en dis-tu? Pourcent

Plus en détail

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE

COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE COMPARAISON GRAHPIQUE DE DEUX VALEURS AVEC INCERTITUDE Le but d une expérience de laboratoire est souvent de vérifier un résultat théorique à l aide d un montage. Puisqu il est impossible (sinon très rare)

Plus en détail

Activité en arts plastiques au primaire

Activité en arts plastiques au primaire Activité en arts plastiques au primaire Étapes de la création - Les outils et les matériaux pour le modelage Pâte à modeler (pour les plus jeunes) N importe quelle pâte à modeler fera l affaire. En prévoir

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013

Algorithmique et Programmation Projets 2012/2013 3 Dames 3. Objectif Il s agit d écrire un programme jouant aux Dames selon les règles. Le programme doit être le meilleur possible. Vous utiliserez pour cela l algorithme α β de recherche du meilleur coup

Plus en détail

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents

Le Programme de formation. Le premier cycle du primaire. Information aux parents Le Programme de formation Le premier cycle du primaire Information aux parents Septembre 2000 En septembre prochain, votre enfant sera au premier cycle du primaire, c'est-à-dire qu'il ou elle entrera en

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

CALCULODINGO. Manuel pédagogique

CALCULODINGO. Manuel pédagogique Introduction : CALCULODINGO Manuel pédagogique Le jeu pédagogique Calculodingo permet de jouer à 12 règles de jeu inclues dans le livret de règles, ainsi que 14 règles supplémentaires (indiquées en rouge

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Stage à l Université de Sherbrooke Frédérique Vermare Table des matières Table des matières...2 1 Vie pratique...3 1.1 Logement :...3 1.2 Argent :...3 1.3 Santé :...3 1.4 Stage

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

QUESTIONNAIRE Ce questionnaire très précis est nécessaire du fait que nous nous ne rencontrions pas et qu il me faille un

QUESTIONNAIRE Ce questionnaire très précis est nécessaire du fait que nous nous ne rencontrions pas et qu il me faille un Ce questionnaire très précis est nécessaire du fait que nous nous ne rencontrions pas et qu il me faille un maximum d indications nécessaires à la bonne compréhension de votre projet. BUDGET Le budget

Plus en détail

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points)

Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Rallye mathématique 2006/2007 des écoles de Haute-Loire Cycle 3 Première manche Eléments de solutions 1. Les œufs de Pâques (10 points) Il s'agit d'un problème qui fait appel aux connaissances sur la numération.

Plus en détail

MERCI POUR TOUTE CETTE ANNEE

MERCI POUR TOUTE CETTE ANNEE MERCI POUR TOUTE CETTE ANNEE C est bientôt les vacances! Notre année à l école s achève Qu avons-nous vécu cette année?? Que retenons nous des belles choses que nous avons vécues avec notre famille, ou

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Projet d aménagements paysagers

Projet d aménagements paysagers La note d intention 6. La note d intention Qu est-ce que la note d intention? La note d intention a pour but de présenter et argumenter les principaux choix de conception, ceci afin de justifier et valoriser

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Stratégie 5: Se poser des questions en lisant

Stratégie 5: Se poser des questions en lisant Stratégie 5: Se poser des questions en lisant 4 e Se poser des questions en lisant, c est : demeurer en interaction avec le texte tout au long de ma lecture; anticiper ce qui est important dans ma lecture;

Plus en détail

Cette plante a des feuilles qui ressemblent un peu à celles des orties.

Cette plante a des feuilles qui ressemblent un peu à celles des orties. Nom commun: Impatiente de Balfour. Nom latin : Impatiens balfourii Hook. Famille : Balsaminaceae. Catégorie : Annuelle. Port : érigé, arrondi. Feuillage : caduc, vert moyen. Tiges épaisses, succulentes,

Plus en détail

Un jardin communautaire à Delémont

Un jardin communautaire à Delémont Un jardin communautaire à Delémont Sommaire De la graine... p. 3 Qu'est-ce qu'un jardin communautaire? p.4...a l'éclosion d'une fleur p5 Un jardin communautaire à Delémont. Les besoins spécifiques. Instigatrice

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

ATELIER SUR LES PROCURATIONS

ATELIER SUR LES PROCURATIONS ATELIER SUR LES PROCURATIONS REMERCIEMENTS À NOS PARTENAIRES Clinique juridique de l est d Ottawa du CSCV, 290, rue Dupuis, Ottawa, Ontario Justice Canada Le conseil sur le vieillissement d Ottawa FAFO,

Plus en détail

Le projet de toute une école. Fontenay

Le projet de toute une école. Fontenay Le projet de toute une école Fontenay Le jardin suscite tous les sens. Certaines plantes par leur forme ou leur couleur nous en mettent plein la vue, d autres ont des senteurs raffinées des fois méconnues,

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires

L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires L enseignement du jeu de go dans les écoles primaires Julie Gauthier 16 février 2013 Sommaire 1 Les règles du jeu 3 1.1 Le matériel............................... 3 1.2 L atari-go................................

Plus en détail

Le logiciel : un outil de gestion des données, une aide pour le choix des techniques et un outil de communication pour le personnel de terrain

Le logiciel : un outil de gestion des données, une aide pour le choix des techniques et un outil de communication pour le personnel de terrain Le logiciel : un outil de gestion des données, une aide pour le choix des techniques et un outil de communication pour le personnel de terrain La WALLONIE comprend 262 communes Communes de 1 à 5.000 habitants

Plus en détail

Aménagement paysager et terrains

Aménagement paysager et terrains Aménagement paysager et terrains Instructions : Les questions express s'affichent en bleu et les questions détaillées, en vert. Veuillez inscrire les valeurs appropriées dans les zones "". Lorsque vous

Plus en détail

PROGRAMME DU JOUR. Rôle de Rhône Fleurissement La nouvelle grille d évaluation Concevoir un massif Atelier

PROGRAMME DU JOUR. Rôle de Rhône Fleurissement La nouvelle grille d évaluation Concevoir un massif Atelier Journée technique PROGRAMME DU JOUR Rôle de Rhône Fleurissement La nouvelle grille d évaluation Concevoir un massif Atelier Rappel des principes de fleurissement Intégrer le décor floral dans l ensemble

Plus en détail

LE TRÉSOR DES MOUSQUETAIRES

LE TRÉSOR DES MOUSQUETAIRES LE TRÉSOR DES MOUSQUETAIRES Premier parcours interactif œnotouristique dans l appellation Jurançon DOMAINE DU CINQUAU LE MOT DU PROPRIÉTAIRE Le Domaine du Cinquau est dans ma famille depuis presque 400

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Matériel de jeu. But du jeu. 2-8 7x Pavillon 3-9 7x Serail 4-10 9x Arkaden 5-11 9x Gemächer 6-12 11x Garten 7-13 11x Turm

Matériel de jeu. But du jeu. 2-8 7x Pavillon 3-9 7x Serail 4-10 9x Arkaden 5-11 9x Gemächer 6-12 11x Garten 7-13 11x Turm Un jeu de Dirk Henn pour 2 à 6 personnes Les meilleurs architectes d Europe et des pays arabes veulent faire la preuve de leur habileté. Recrutez les meilleurs ouvriers et veillez à avoir toujours suffisamment

Plus en détail

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite

ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite ACOR Association canadienne des organismes de contrôle des régimes de retraite COMMUNIQUÉ. Le 30 avril 1999 Régimes de pension flexibles N o. 99.01 Renseignements généraux Lors de sa 54 e réunion en mars

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON

DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON DES MOMENTS GRATIFIANTS ET STIMULANTS TOUS LES JOURS L EXPÉRIENCE DES FRANCHISÉS KUMON LE PROGRAMME KUMON Découvrez le sentiment d épanouissement personnel que peut vous procurer la réalisation du plein

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Chapitre 5 Les Probablilités

Chapitre 5 Les Probablilités A) Introduction et Définitions 1) Introduction Chapitre 5 Les Probablilités De nombreuses actions provoquent des résultats qui sont dus en partie ou en totalité au hasard. Il est pourtant nécessaire de

Plus en détail

PLAN TYPE D'UN POTAGER

PLAN TYPE D'UN POTAGER PLAN TYPE D'UN POTAGER Mise en garde Vous êtes parfaitement libre de distribuer, d'offrir ce petit livret autour de vous sans aucune modération. Par contre, il est interdit de le vendre ; je vous remercie

Plus en détail

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux!

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! Avec la participation de la ville de Vernouillet (2 ème Ville Amie des enfants du département) Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! 19/20 Novembre

Plus en détail

Kit pédagogique DP 3

Kit pédagogique DP 3 Kit pédagogique DP 3 La filière horticole Les chiffres clés 9 milliards d de chiffre d affaires 50 000 entreprises 150 000 emplois Des métiers variés et des offres d emplois nombreuses La filière horticole

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Sujets. - Recyclage - Compostage - Empreinte écologique. Comprendra l effet bénéfique du recyclage et du compostage sur notre planète;

Sujets. - Recyclage - Compostage - Empreinte écologique. Comprendra l effet bénéfique du recyclage et du compostage sur notre planète; Fiche pédagogique La chasse aux ordures Dans le cadre des activités proposées, l élève en apprendra davantage sur le recyclage et sur le compostage, testera ses connaissances et fera une expérience sur

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : expliquer l objectif du crédit; analyser le rôle et l importance du crédit en ce qui concerne

Plus en détail

L alimentation au cycle 1

L alimentation au cycle 1 L alimentation au cycle 1 Objectifs généraux Sensibiliser les enfants à la nécessité d une bonne hygiène de vie à travers un exemple : Savoir équilibrer son alimentation - Connaître les différentes familles

Plus en détail

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres

Mise en oeuvre. Mise en oeuvre. Le carton, l humidité et la planéité. Les changements de dimensions des fibres Mise en oeuvre Si vous travaillez avec du carton multijet et que vous l utilisez correctement, vous verrez qu il s agit d un matériau très accommodant. Sa construction multijet est à la base des nombreuses

Plus en détail

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats

Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Sondage sur les bulletins scolaires de la province Résumé des résultats Présenté à la ministre de l Éducation et du Développement de la petite enfance par le Comité d examen des bulletins scolaires de

Plus en détail