Programme d'un jardin botanique idéal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme d'un jardin botanique idéal"

Transcription

1 MÉMOIRES D U JARDIN BOTANIQU E DE MONTRÉAL MEMOIRS O F TH E MONTREAL BOTANICAL GARDEN No. 1 (Édition française ) ^ Programme d'un jardin botanique idéal par Henry TEUSCHE R Directeur des Services techniques du Jardin botanique de Montréal. NOV JAROÎK BCn**»<i ^ DEMONT6EAL JARDIN BOTANIQU E D E MONTREA L 4101 EST, RUE SHERBROOK E MONTRÉAL, CANAD A MONTREAL BOTASICA L GARDE X 4101 bliekbkook E ËTIÎBE T EAS T MONTREAL, CANAD A 1940

2 Programme d'u n jardi n botaniqu e idéa l par H. TETJSCHE E Directeur des Services techniques du Jardin Botanique de Montréal L'esquisse qu i sui t a ét é publié e e n dan s l a revu e Parks an d Récréation et sou s le titre : «Th e Botanica l Garde n of thé Future». Ell e fut écrite, tou t d'abord, pou r l e seu l bénéfic e d e l'auteur, afi n d e mettr e au ne t dan s so n espri t c e qu e devraien t o u pourraien t êtr e le s objectif s d'un jardin botanique moderne. I l avait été appelé à composer et à réalise r le Jardin Botaniqu e d e Montréal. I l lui semblai t don c que, avan t d'aborde r une entreprise d'un e auss i grande envergure, i l étai t indiqu é d e prévoi r tout c e qu'u n jardi n botaniqu e idéa l pouvai t mettr e à so n programme, car o n n e peu t guèr e choisi r judicieusement qu e s i l'o n possèd e tou s le s éléments d'une question. Or, i l se trouva plu s tard qu e l e programme élabor é alor s fut accept é presque entièremen t e t n e subit qu e des modifications véritablement insi - gnifiantes. Le Jardin Botanique de Montréa l pourr a donc, quan d il ser a terminé, servir d e démonstratio n à l'application pratiqu e de s principe s énoncés ici. A la lumière de l'expérience acquise au cours de l'élaboration d u Jardi n Botanique d e Montréal, il est deven u possible d e traiter avec une précision plus grand e plusieur s partie s importante s d e cett e esquisse. D'ailleurs, puisque l'articl e origina l es t depui s longtemps épuisé, i l sembl e opportun d'en fair e un e révisio n e t un e réimpression, non pas pou r servir d e livret - guide, mais afin d e fournir de s points d e repère à ceu x qui viendront aprè s nous e t qu i devraient pouvoi r faire mieu x encore. Naturellement, u n jardi n botaniqu e es t avan t tou t un e institutio n d'éducation. Depui s que les jardin s botanique s existent et ce n'es t pas d'hie r ils on t toujour s d e quelqu e faço n servi l'éducation. Mai s il n'es t pa s douteu x que, pou r justifie r so n existenc e dan s notr e sociét é contemporaine, le jardin botanique moderne doit élargi r considérablemen t le cham p d e se s activité s éducatives.

3 Autrefois, l e bu t primordia l d'u n jardi n botaniqu e étai t d e servi r aux hommes de science et aux étudiants plutôt qu'a u grand public. L'admission d e celui-c i outre qu'ell e étai t payant e dan s le s jardins botanique s européens - était tou t a u plu s toléré e e t considéré e plutô t comm e un e nuisance. Cec i fut mêm e poussé si loin qu e l e nom mêm e de «jardi n bota - nique» es t asse z ma l v u d u public. I l peu t mêm e quelquefoi s êtr e plu s opportun d'engage r l'intérê t d u publi c e n créan t d'abor d u n «Garden - center» qu i pourra se transformer plus tard e n jardin botanique. II va d e soi qu'un jardi n botanique doit êtr e l e centre de la recherche botanique pou r l a régio n où il se trouve e t êtr e dot é d'un personnel scientifique compétent ; i l es t clair, aussi, qu'i l doi t coopérer étroitemen t ave c les université s locale s e t le s autre s institution s d'enseignement, e t offri r des cour s d'instructio n scientifique. Or, j e croi s qu'u n jardi n botanique moderne doi t tou t particulièremen t adopte r l a tactiqu e d e s e servi r l e plus possibl e d e se s moyens, pour l'éducatio n d u gran d public. C e n'es t pas qu e j e suggèr e d e transforme r tous le s commi s e t le s mécaniciens e n botanistes, n i d e nourrir les enfants de noms latins d e plantes. Mais, ave c la concentratio n grandissant e d e l a populatio n dan s le s grande s ville s et l'éloignemen t d e la nature qu e cel a entraîne, i l me sembl e que l e jardin botanique d e l'avenir a une grav e tâch e à accompli r en aidant l e citadi n déraciné à retrouve r o ù à conserve r l e lie n salutair e ave c l a natur e dont, après tout, i l fai t partie. L'homm e moderne, vivan t dan s c e déser t arti - ficiel de pierre qu'on appell e une ville, en est venu d e plus en plus à consi - dérer le s plantes, le s arbres, le s arbuste s e t le s fleur s qu'i l voi t dan s le s parcs publics et l e long de s avenue s comme d e purs ornements. I l se plaît à les voi r mai s ne leu r donn e guèr e qu'un e attentio n distrait e et il est loin d'éprouve r u n sentimen t quelconqu e d'affinit é vis-à-vi s d'eux. I l brise et détrui t les arbres de la rout e au capric e du momen t san s songe r à c e qu'il fait. Il n'a pa s de jardin à lui, et souvent i l n'en désir e mêm e pas, car i l l e considèr e seulemen t comm e un e corvé e d e plu s à laquell e i l n e découvre aucu n sens, o u comm e u n ornemen t coûteu x qu'i l n e peu t s e payer. Il en est beaucou p parm i les chefs d'actio n social e qui attribuen t à sa vrai e caus e l a part d'instabilité, d e mécontentement e t d e tristesse qu i est du e à c e divorce d e plu s e n plus grav e d e l'homme d'ave c l a nature. Ils admetten t généralemen t qu e le s parcs publics, le s terrains d e jeu x e t de récréatio n son t u n articl e essentie l à tou t programm e d'urbanisme. Et cependant, y a-t-i l u n par c publi c qu i influenc e l'attitud e d u citadi n vis-à-vis d e la nature? Non, parce qu e ces parcs ne contribuen t pa s à son éducation. Qu'i l me suffis e d e citer le Central Par k à New York, qu i subi t à ce point chaqu e anné e le s ravage s de la destructio n irréfléchi e qu'i l ne peut êtr e maintenu qu'a u pri x de grandes dépenses.

4 Certes, no s pères devaien t dispute r un e existenc e précaire à la nature et pourtan t il s y connaissaien t bie n leu r place ; tandis qu e nou s n'avon s su transpose r dan s notr e vi e modern e e t mécanisé e rie n d e plu s qu e l a notion ma l compris e d e l a dominatio n d e l a natur e pa r l'homme. Cett e notion a été graduellemen t encor e plus déformé e quand ell e a donné nais - sance à l a doctrin e puéril e qu e l'homme, VHomo sapiens, n e faisai t pa s partie d e la nature mais, était seulemen t son maître suprême. Cette fauss e orientation d e l'homm e dan s l a natur e es t à l'origin e d e plu s d e mau x sociaux qu e je n'e n pui s défini r ici. U n changement, un e réorientatio n n e peuvent surveni r qu e par un e éducation systématique ; e t cett e éducatio n doit êtr e s i simple e t se s moyens s i attrayants e t agréable s qu e l e public puisse apprendr e san s s e rendr e compt e qu'o n lu i enseigne. Voil à o ù l e jardin botanique d e l'avenir trouver a u n cham p de travail vaste e t fertile. En fait, ce t aspec t d e la vi e social e est d'un e tell e importanc e qu e j e m e figure san s pein e un e époqu e o ù aucun e vill e d e quelqu e importanc e n e voudra se trouver san s jardin botanique. Après tout, tout e vi e humaine ou animale sur le globe terrestre dépend directement o u indirectement d e la vie végétale. Pénétre r plu s avant dan s les pourquo i et le s commen t d e l a vi e végétal e nou s amèn e à découvri r les source s de notr e propr e subsistance. Cel a nou s perme t de sonde r la mystérieuse unit é d e l a nature, o ù rie n n e s e perd, e t o ù nou s trouvon s nous-mêmes notr e place. Cel a nou s perme t d'apprendr e qu e le s plante s et le s animau x n e son t n i de s adversaire s à mater, n i de s instrument s créés pou r notr e seu l usage, mai s qu'il s fon t partie, comm e nous, d e l a nature, qu'il s sont, e n somme, nos frère s et - nos sœurs sous le soleil. Cett e connaissance nou s enseigner a l a toléranc e e t l'amou r de s autre s êtres, quels qu'ils soient. Et l a tolérance et l'amour, enfants de la sagesse, engendrent l e bonheu r e t l e contentement. Maintenant, voyon s d e quell e faço n u n jardi n botaniqu e peu t aide r l'homme moderne à devenir un meilleu r citoye n d u royaume d e la nature, et par suit e d e la société dont i l fait partie. Si l'o n adme t qu e l a politiqu e d'u n jardi n botaniqu e es t avant tou t de stimule r ou d'éveille r la curiosit é du publi c à la vie des plantes, il me semble qu e l a tâch e n e s e résum e pa s à enseigne r au x gens, mai s qu'ell e consiste plutôt à susciter par une heureuse présentation le désir d'apprendre. Il fau t nou s rendr e compt e qu e nou s avon s affair e no n seulemen t à de s commençants qui, bien qu e n e connaissant rien, son t avide s d'apprendre, mais à un e majorit é d'indifférents. Pour attire r ce s gens-là e t le s retenir, il nou s fau t considére r tou t particulièremen t deu x point s qu i son t ordi - nairement à la bas e de l'intérê t que peu t crée r la vie végétale. Ce sont : premièrement l a flor e indigèn e de s environ s e t deuxièmement, l e jardi n floral.

5 GROUPEMENTS GÉOGRAPHIQUE S E T ÉCOLOGIQUE S Les professeur s moderne s d e langue s s'entenden t généralemen t pou r admettre qu e débuter dans l'enseignement d'un e langu e par l a grammaire, c'est rendre le sujet indûmen t arid e et difficile. L a grammaire sera maîtrisée sans grand effort dè s qu'on aura appris à entendre une langue et qu'on aura saisi so n esprit. La même chose s'applique à la botanique, o ù l a taxonomie, qui constitu e l e squelett e d e cett e science, n e saurai t être enseigné e a u début, sou s peine de dégoûter à jamais la plupart de s étudiants. L a partie la plu s vivant e d e l a botaniqu e n'est-ell e pa s plutôt l'écologie, qu i nou s porte au cœur même de la nature e n nous parlant de s associations végétale s et de s facteurs qui les déterminent? Nous sommes assurés de susciter un vi f intérêt, s i nous arrivons, dan s un jardin botanique, à recréer sous leur aspect nature l e t sur des parcelles assez grande s quelques-un s de s type s d e végétatio n le s plu s caractéris - tiques de la région. Nous ne pouvons manquer de fixer la curiosité du public si nous savons expliquer ensuite de façon à la fois claire et concise comment ces diverse s plante s son t adaptée s au x condition s dan s lesquelle s elle s croissent e t e n quo i elle s dépenden t de s facteurs ambiants. U n ruisseau, une mare, u n marais, un e prairie e n fleurs, et diver s type s d'association s forestières, peuplé s d e plante s qu e l'o n rencontr e dan s le s champ s e t le s bois des alentours, attireront forcément l'attention et les explications qu'on donnera seron t accueillie s avec joie. L'étiquetage, dan s ces groupes, doi t être, naturellement, trè s soign é et complet, et comporte r non seulemen t le no m botaniqu e mai s encor e l e no m vulgaire d e chaqu e variété. Nou s n'avons pa s à discute r ici de s autre s information s qu'o n pourrai t encor e donner, par exemple: la traduction du nom latin, l'origine du nom vulgaire, etc. Pour élargi r l a porté e d e ce s groupe s écologiques, on peu t ajoute r quelques type s d e végétatio n exotiqu e mai s vivan t dan s de s condition s analogues à celle s d u pays. Ainsi, des parcelle s d e forê t e t d e prairi e d e l'europe Centrale, d e la Sibéri e ou d e l a Mandchouri e présenteraien t u n parallélisme intéressant, tou t e n s e distinguan t pa r leu r compositio n visiblement différente. O n pourrait, e n outre, présente r dan s leu r habitat naturel u n gran d nombr e d e plante s américaines, asiatique s o u europé - ennes don t le s forme s horticole s son t aujourd'hu i répandues dan s tou s les jardins. Puisque l a connaissanc e de s condition s sou s lesquelle s viven t le s plantes dan s leur s habitats naturel s nou s donn e toujour s le s meilleure s indications pou r leu r culture, o n peu t facilemen t voi r jusqu'à que l point le jardinage consiste essentiellement dans l'écologie appliquée, et jusqu'où l'étude d e cett e scienc e peut nou s conduir e dans l'ar t d e jardiner. Nous

6 apprenons à apprécie r l'effor t nécessair e à l a production d e beaux plant s et désiron s connaîtr e par leur s noms les variétés qu i nous intéressent et le s distinguer le s unes de s autres. I l sembler a tout nature l ensuit e d'étudie r leurs relations et d'accéder ainsi à la taxonomie. Il arrive aussi que le citadin s'intéress e à la flore adventive de s terrains vagues. Il serait alors très instructif d e consacrer une parcelle aux mauvaise s herbes cosmopolite s les plus communes. O n tiendrait artificiellemen t cette parcelle à l'éta t rudéral ; l'étiquette de chaque plant e porterai t non seulement so n no m mai s encor e son origin e o u s a distributio n géographique, et peut-êtr e l'histoir e d e so n introductio n a u pays. Cec i constituerai t probablement l a seul e faço n u n pe u pittoresqu e d e présente r de s plantes en elles-mêmes peu attrayantes. Dans le livret-guide d u jardin, on inclurait un chapitre sur les moyens les plus simples et les plus efficaces d e combattre les mauvaise s herbe s dan s le s jardins. E t ic i l a référenc e à de s plante s affines qu i ne sont pas, elles, de s mauvaises herbes mai s de s plantes géné - ralement cultivée s à caus e d e leu r valeu r économiqu e o u ornemental e conduirait imperceptiblement à la taxonomie. LE JARDI N FLORAL II m e sembl e qu'o n devrai t tire r u n meilleu r part i d e l a beaut é d u jardin flora l qu'o n n e fait généralemen t dan s les jardins botaniques. De s collections considérables et même complètes d'iris, d e pivoines, de chrysanthèmes, d e glaïeuls, etc., son t naturellemen t d e la plus grande importance horticole e t botanique, mai s l e gran d publi c n e saurai t considére r ce s déploiements qu'ave c u n étonnemen t mêl é d'appréhension. J e m e sui s souvent mêl é à de s foule s qu i contemplaien t de s expositions de c e genre. La réaction l a plu s fréquent e étai t l'étonnement, e t no n pa s ce t enchan - tement qu e produi t l e spectacl e d e l a beaut é e t qu i condui t a u dési r d e connaître davantag e e t d e posséde r soi-mêm e d e belle s fleurs. C'étai t l a stupéfaction e n somme, de gens peu instruits qui se rendent compte qu'ils ne comprennent rien et ne comprendront jamais rien à un tel spectacle. Quelques visiteurs, venu s dan s l'intentio n d e choisi r quelque s bonne s variétés pour leurs propres jardins, prenaient des notes. Ou bien ils remplissaient de s pages e t de s pages, incapable s qu'il s étaien t d e décider quelles variétés ils préféraient, ou encore ils notaient les noms des variétés à grandes fleurs o u à brillan t colori s niais qu i pouvaien t auss i bien êtr e d e culture difficile o u d e floraison incertaine. Il m' a par u bie n éviden t qu e l a présentatio n d'un e grande collection de variétés d'un e seule fleur fait plu s de mai qu e d e bien. Si l'on n e considère que l'intérêt du public, on ne devra exhiber qu'un choix des meilleures

7 8 variétés e t de s plu s recommandables, e n ayan t soi n d e juxtapose r le s couleurs ave c goût. Naturellement, pou r choisir, i l faudr a constitue r des collections. Celles-c i seron t cultivée s dan s le s pépinière s o u dan s de s champs d'essa i auxquel s pourron t avoi r accè s le s étudiant s avancés. A mesure qu e ce s collection s auront ét é utilisées, o n pourra e n dispose r o u les diminue r par éliminatio n graduelle. Par la suite, seule s le s nouvelle s variétés qu i voient le jour chaque année seront cultivée s jusqu'à ce qu'elles aient prouv é leur valeur. Que l a beaut é serv e d'appâ t à l a science, voil à quell e devrai t êtr e la devis e de tou t jardi n botaniqu e et voic i quelque s application s de ce principe. Le jardin de s plante s vivaces. Ici, To n réaliser a de s combinaisons attrayantes d e variétés bie n sélectionnée s de plante s vivaces. O n présen - tera auss i de s exemple s d e diver s type s d e bordures, tel s qu e l a bordure de printemps, d'été, d'automn e o u encore la bordure à floraiso n continue. On illustrera, pa r u n choi x de s plus belles plantes ornementales, les points suivants: A, fleur s pou r le s endroits ombragés : a, résistante s à l a sécheresse, b, exigeant de l'humidité ; B, plante s vivaces, résistan t à la séche - resse en plei n soleil; C, plantes de couverture, soi t à l'ombre, soit sur un talus se c o ù le gazon ne réussi t pas, etc. U n coi n à part peu t êtr e réserv é aux variétés nouvellemen t introduites. Pour obtenir les meilleurs effets, comm e aussi pour faciliter le s recherches, o n songera à crée r une séri e d e jardins individuels contenan t chacu n un ou deux types d e fleurs. En relian t ce s jardins entre eux par de s bordures mixtes, o n pourr a réalise r u n ensembl e harmonieux. O n plantera, pa r exemple: u n jardi n d'iris, u n jardi n d e phlox, u n jardi n d e pivoine s e t de pavots, u n jardi n d e dahlias, u n jardi n d e canna s e t d e glaïeuls, u n jardin d'astilbés et de fougères, un jardin de primevères et de violettes, etc. Voilà l e pla n qu i a ét é réalis é a u Jardi n Botaniqu e d e Montréa l e t avec de s résultats satisfaisants. O n a mêm e préparé de s couches spéciales pour certain s groupe s comm e le s orchidée s rustiques, le s gentiane s e t les graminée s ornementales. Cett e dispositio n a l'avantag e d e permettr e au visiteu r d e trouve r facilemen t l e typ e d e fleu r qu i l'intéress e parti - culièrement e t d e comparer le s variétés qu i s e ressemblent. D'autr e part, elle constitue une splendide exposition dans chacun des jardins à un moment donné. Aucun d e ces choix, cependant, n e doi t êtr e considér é comm e perma - nent o u définitif. E n effet, le s variétés doiven t êtr e remplacée s dè s qu'o n en trouv e d e plu s belles. I l n e faudr a pa s perdr e d e vu e qu e seule s de s observations d e plusieurs années permettront d e connaître la valeur d'un e

8 9 plante, puisqu e les conditions du clima t loca l déterminen t u n choi x parti - culier de s meilleures variétés. L'étiquetage d'u n jardi n d'exposition, qu i doi t êtr e soigneusemen t étudié s i l'o n espèr e atteindr e l e bu t visé, n'es t pa s u n minc e problème. Les étiquette s doiven t êtr e facile s à lir e e t pourtan t pa s asse z voyante s pour nuire à la beauté des fleurs. O n pourra peut-être étudie r la possibilité de supprime r entièremen t le s étiquette s e t d e le s remplacer par u n pla n des divers groupes où chaque nom figurera à sa place. Le jardin de s plante s annuelles. C e jardin no n plus, n e doi t pa s consister e n de s collection s considérables, e t san s dout e confuses, d'u n grand nombre de variétés. I l y aura avantage à présenter plutô t de s assemblages d e couleur s agréable s de quelque s espèces parmi le s plu s belle s et les plus recommandables. L e choix de s variétés, dan s c e jardin, e t l e je u des couleurs varieront d'anné e e n année et o n prendra not e de s combinaisons les mieux réussies et les plus admirées. Le jardi n de s plante s annuelle s s e prêt e admirablemen t a u rôle d e vitrine d'étalage pour attirer les \isiteurs. Au Jardin Botanique de Montréal, par exemple, i l es t plac é devan t l e pavillon d e l'administration e t orient é de telle sort e qu'o n peu t l e voi r d e l a rue. Troi s plantation s successives printemps, débu t d'ét é e t fin d'été-automne offrent u n rich e déploiement d e couleur s qu e mêm e le s automobiliste s n e peuven t s'empêche r de remarquer de la rue. Les jardins aquatique et palustre. Les bassins de pierre contenant des lis-d'eau e t autre s plante s aquatique s o u palustres peuvent êtr e élevé s d'environ deu x pied s ou, mieu x encore, le s allée s peuven t êtr e abaissées. De la sort e o n peut toujour s voir les plantes san s avoi r à s e pencher. Les jardina e n contre-ba s (sunken gardens) présentent, sou s c e rapport, de s conditions trè s favorables : o n pourra y pratique r de s sentiers don t l'u n sera a u nivea u supérieu r de s bassins, tandi s qu e l'autre, u n pe u plu s bas, portera le s plante s à l a hauteu r de s yeux. S i l'on donn e à c e jardin un e disposition régulière, qu'on l'encadre de grands conifères e t qu'o n s e serve judicieusement d'iri s japonais o u de Sibérie, o u d'autre s plante s d e tour - bière ornementale s e n masse s bie n équilibrées, i l ser a auss i attrayan t qu'instructif. Le drainag e et l a provisio n d'ea u son t naturellemen t le s facteurs les plus importants quan d o n dispose des bassins dan s u n ordr e linéaire. Le s drains doiven t être accessibles, puisque l a terre de s bassins peu t quelque - fois le s obstruer e n dépit d e toutes le s précautions. I l n'est pa s nécessaire, cependant, d e pourvoi r chaqu e bassi n d'u n robinet ; i l es t mêm e préfé - rable d e n'e n place r qu'u n seu l a u bou t d e l a rangé e e t d'alimente r le s

9 10 bassins a u moyen d'un petit cana l ou d'une gouttière. Ainsi, l'eau pénètre, sans pression, dan s le s bassins, pa r de s ouvertures individuelles, chacun e étant pourvue d'un e valve pour régle r l e débit. Il faut qu e l'échappement d'eau soi t ajustabl e dan s chaqu e bassin, d e sort e qu'o n puiss e contrôle r ou changer à volonté le niveau. On préfèr e souven t l a dispositio n naturell e de s plante s d'habitat s humide e t aquatiqu e dan s u n étang. Mai s cec i présente le s désavantage s pratiques suivants. Premièrement, le s plantes d e tourbièr e rare s o u fra - giles surtout exotique s ne peuven t y êtr e l'obje t de s même s soin s que dans des bassins. Deuxièmement, le niveau de l'eau n'y es t pas contrô - lable, c e qui es t assurément de nature à nuire à certaines plantes. Troisiè - mement, i l devient difficil e d e cultive r dans de s baquets le s li s d'eau pe u rustiques qu'il faut hiverner à l'intérieur. Quatrièmement, les rats musqués et les tortues manifestent un e préférence désastreus e pour les plantes rares qu'ils rongent à la base des tiges. Ils peuvent facilement être éliminé s de s bassins mais difficilement de s étangs. La rocaille. La plupart des jardins botaniques disposen t leu r rocaille en formations naturelle s et atteignent souven t de s effets agréables. Cepen - dant, cett e dispositio n a l e désavantage d e mêler aux variété s réellemen t ornementales quantit é d'espèce s qui n'on t qu'u n intérê t botanique. Il devient alor s difficil e a u profan e d e choisi r pour son jardin les formes qu i créeront l'effe t voulu. Ceux parmi les visiteurs qu i on t observ é le s plantes alpine s dan s leur habitat nature l e t qu i le s recherchent dan s l e jardin son t stupéfié s pa r ce mélange hétérogène où l'on ne peut trouver un e espèce que par hasard. Il sembl e qu e la meilleur e solutio n es t encor e d'établi r un e cloiso n étanche entre les espèces alpines spontanées qu'on disposer a pa r groupements naturel s et le s véritables plante s d e rocaill e (incluant, e n particulier, le s plus nouvelles forme s améliorées et les hybrides) qui sont à leur mieux dan s une rocaill e régulière. Le plu s intéressant ser a d e disposer le s groupe s naturel s auxquels le nom de «jardin alpin» convient mieux que celui de «rocaille» par ordre géographique: Amérique, Europe, Asie. I l ser a plu s instructi f encore d e disposer su r des mamelons séparé s les flores des diverses chaîne s de montagnes d u monde. Les Alpes, le s Pyrénées, le s Balkans, l'altaï, l'himalaya, les montagnes du Japon, celles de l'amérique du nord-est, les Rocheuses, etc., se distinguent asse z nettement pa r leu r flore pour qu'i l vaille la pein e d e les représenter séparément. I l n'es t pa s nécessaire, d'autre part, d e tente r une reconstitutio n exact e de s association s végétale s typique s d e chaqu e système orographique.

10 11 II en coûte très che r de construire un gran d jardin alpin, et cel a n'es t pas possibl e partout, mai s chaqu e jardi n botaniqu e devrai t a u moin s faire u n effor t pou r donner une imag e aussi exacte que possible de la flore alpine d e s a propr e région. Un e telle collectio n de plante s alpine s locales qui serait, dan s chaqu e cas, uniqu e suffirait à justifie r l'existenc e d'un gran d nombr e d e petits jardin s botaniques. Je propos e qu e To n adopt e un e dispositio n ornemental e pou r le s plantes de rocaill e proprement dites. Cel a contrastera ave c le jardin alpi n et puisque, de toutes façons, les plantes exhibée s ici sont destinées à l'usage de l'homme, i l es t indiqu é d e le s présente r sou s un e form e qu i port e s a marque. Le s contour s irrégulier s e t pittoresques d e la plupar t de s touffe s de plantes alpine s contrasten t agréablemen t ave c la ligne droite des lisières de pierre de s plates-bandes. D'ailleurs, i l est à l a fois plu s facile d'admire r ou d'étudie r ce s plantes e t d'e n prendre soi n dan s de s plates-bandes régu - lières que sur des monticules irréguliers. Les plantations massive s d e certaines plantes alpine s particulièremen t ornementales dan s de s ensembles soigneusemen t étudié s doiven t natu - rellement êtr e e n vedette. Mai s o n songer a auss i à donne r de s exemples de plantations pou r les murs secs, les sentiers dallés, l a moraine bien construite, e t l'éboulis superficiel. L'arboretum présent e le s possibilité s suivante s pou r de s jardin s séparés. 1. L a roseraie, comme il a été dit plu s haut, n e devrait conteni r qu'u n choix de s meilleure s variété s rustique s forman t u n ensembl e d e couleurs agréables, et non pas une vaste collection. Si le s rosé s sauvage s doiven t êtr e incluse s dan s l a roseraie, i l vau t mieux ne choisi r que les espèces les plus ornementales et reléguer la mass e à une pente rocheuse et chaude de l'arboretum. L a plupart de s rosés sauva - ges demandent u n espac e considérabl e pou r atteindr e leu r plei n dévelop - pement e t plusieur s son t à leu r mieux s i on le s plante pa r massif s de plu - sieurs plants. S i ce s espèce s son t tassée s su r de s plates-bande s étroites, elles assument u n aspec t néglig é qu i ne rend justice ni a u jardin ni à leur beauté. 2. L e jardin printanier offrir a un e collectio n d'arbre s e t arbustes, et qui peut-être agrémenté e de bulbes, fleurissan t a u printemps, 3. L e jardin d'automne consister a e n un e collectio n d'arbre s e t d'ar - bustes à fruits décoratifs ou à feuillag e coloré, l'automne. O n pourra peutêtre y dispose r aussi des plantes vivace s à floraison tardive e t de s arbustes dont le s baies, l'hiver, serven t d e nourritur e au x oiseaux. O n donnerait, sur le s étiquettes, les noms des oiseaux en question.

11 12 4. L e jardin de s couleurs hivernales compren d un e collectio n d'arbre s et d'arbustes dont les branches vivement colorées en hiver sont décoratives. Ceux-ci peuven t êtr e inclu s dan s l e jardin numér o 3 e t associé s avanta - geusement ave c les arbustes à baies persistantes. O u bien, ils peuvent êtr e disposés à part sur un fon d sombr e d e Taxus cuspidata. 5. L e jardin des feuillages colorés est une collection d'arbres et d'arbustes à feuillag e coloré. Certains architecte s paysagiste s on t beaucou p décri é c e genr e d e plantes, pa r exempl e l'érable d u Japo n rouge, qui es t peut-êtr e l e mieux connu. La défaveur qu'ont pa r suit e encourue ces variétés depui s quelque temps es t toutefoi s entièremen t imméritée, puisqu'elle s n e deviennen t indésirables que si on les emploie mal, et surtout s i on les mêle à des variétés vertes normales. Bie n assorties, elle s se prêten t à d e brillant s effet s dif - ficiles à réalise r ave c d'autres moyens, e t son t susceptible s d e satisfaire l e goût le plus pointilleux. Un jardin botanique, en tout cas, donnera droit d e cité à ces variétés puisqu'i l se doit d e montrer les diverses formes e t variations de s plantes. Puisqu e tout comm e les formes anormale s mention - nées a u numéro 6 les variétés à feuillage color é sont trop voyante s pour être disséminées au hasard à travers l'arboretum, elles devront être groupées dans un jardin à part où, sur un fond sombr e de conifères, elle s paraîtront aussi attrayante s qu'elle s son t intéressantes. 6. L e jardin de s variations o u de s anomalies réuni t un e collectio n de variété s pleureuses, fastigiée s e t globuleuses, d'arbre s e t d'arbustes. Ces forme s anormale s paraissen t mieu x s i elle s formen t u n ensembl e à part qu e s i o n le s distribu e dan s l a collectio n générale o ù elle s nuiron t à l'effe t d e parc nature l qu e l'on aur a cherch é à crée r avec le s types nor - maux. I l devien t plu s facile d e les étudier s i elles demeuren t ensembl e et, d'ailleurs, o n en obtiendra de s effets saisissant s et pittoresques. 7. L a collection de vignes, disposé e sur de s treillis et de s pergoles peut très joliment encadrer l'un de s jardins mentionnés plus haut. 8. L a collection générale d'arbres e t d'arbustes doi t êtr e disposé e d e telle sort e qu'il soit facile d e trouver toute variété à laquelle on s'intéresse. Toutefois, o n viser a à donne r à l'arboretu m un e apparenc e agréabl e d e parc et on évitera tout ce qui rappelle le verger ou la pépinière. Puisqu'il es t nécessaire, pou r l a clarté, e t pou r facilite r l'étude, d e grouper toutes les espèces d'un même genre, il est aussi indiqué d'améliorer l'aspect d e ces groupes en les séparant distinctement pa r de s plantations. Les essence s indigènes, lorsqu'elle s seron t présentes, fourniron t tou t naturellement l a meilleur e séparation, surtou t s i l'o n s e ser t d'un e de s espèces le s plu s rustique s et le s plu s décorative s d'u n genr e donn é pou r

12 MHV 13 encadrer le groupement génériqu e entier. L à o ù l'absence d'une formatio n arborescente naturell e empêcherai t u n te l découpage, o n devr a employe r la plantation de fond seulement, qu i remplira en même temp s l'importante fonction d e coupe-vent. Une plantation d e ce type aura en outre l'avantage d'ajoute r à l'homogénéité e t a u fini de chaque groupe. San s cela, l'arboretum, pendan t long - temps, paraîtr a à moitié vide, puisqu'o n prendr a fatalemen t plusieur s années à réunir toutes les espèces e t variété s qu e l'on cherche, e t puisque, d'autre part, i l faut laisse r asse z d'espac e pou r qu e la collectio n en s'augmentant n e soi t n i tassé e n i éparpillée, A mesure don c qu e le s collections s'enrichiront, o n remplacer a graduellemen t ce s plantation s d e fon d pa r des variété s e t de s espèce s nouvelles. Je suggère, pa r exemple, d'entoure r les chênes d'un ridea u e t d'u n fon d d e Quercus borealïs, le s érables, d'ace r rubrum o u d'a. saccharum, le s aulnes, d'alnus incana, le s bouleau x d e Betula papyrifera, le s épinettes de Picea glauca, les pins de Pinus resinosa, etc. Pour de grands genres, comme par exempl e ceux que je viens de citer, des subdivisions rendront la disposition plus claire. I l m'a toujour s semblé, à ce t égard, qu e des subdivisions géographique s (Europe, Asie, Amérique) étaient plu s instructive s qu e de s groupement s basé s su r le s affinités. I l y a quelque s genres, cependant, comm e le s Cotoneaster e t le s Berberis où le s espèce s d'origin e asiatiqu e son t e n grand e majorité. Dan s ce s cas exceptionnels, l a répartitio n selo n l'origin e n'es t plu s suffisant e e t l'o n doit suivre d'autres principes, par exemple l a répartition d'après les affinités. Hors le s groupe s d'u n mêm e genre, qu e j e considèr e nécessaires, j e ne voi s aucun e raiso n d'ordonne r le s arbre s e t arbuste s d'u n arboretu m selon l'ordr e taxonomique. I l import e d'abor d qu e chaqu e genr e soi t planté en un endroit o ù la plupart d e ses espèces trouveront de s condition s favorables. S i o n le s plant e dan s l'ordr e systématique, c'es t l e contrair e qui s e présentera. S i l'o n s e soucie, comm e j e croi s qu'o n doi t l e faire, de la disposition esthétique, la succession taxonomique paraîtra encore moins heureuse. Nombre d e petit s genres, n e comportan t qu'un e o u deu x espèce s rustiques, peuven t êtr e cultivé s ensembl e puisque, épar s dan s l'arboretum, ils seraient difficiles à repérer. On devrai t encor e constitue r un group e spécia l d'arbre s et d'arbuste s de rusticit é douteuse. S i o n le s conserv e ensemble, i l ser a plu s facil e d e leur donne r l a protectio n e t le s soin s particulier s qu'il s exigen t e t s i u n hiver exceptionnellemen t du r le s abîme, tou t l'arboretu m n'e n ser a pa s défiguré. 8L10THEQUE

13 14 Le fruticetum. Réuni r tou s le s arbuste s dan s c e qu'on appell e u n fruticetum pou r n e laisse r dan s l'arboretu m qu e le s arbre s es t raremen t possible e t encor e plu s raremen t recommandable. De s groupes d'arbuste s créent un e heureus e diversio n dan s l'arboretu m qu i risque, san s eux, d'être monotone. D'ailleurs, comm e on l' a déj à fai t remarque r a u suje t des rosés, u n espac e considérabl e es t nécessair e a u développemen t norma l d'un gran d nombr e d'arbustes. Ains i plusieur s de s innombrable s espèce s de Crataegus qui, malgr é leur grand e taille, son t d'authentique s arbustes, de mêm e qu e le s lila s qu i doiven t êtr e abondammen t représenté s dan s un jardi n botanique, exigen t passablemen t d'espace. D'autr e part, i l y a beaucoup d'arbustes, tels que les genêts et la plupart de s Légumineuses, ainsi qu e le s Cotoneaster, le s Chaenomeles, le s Prunus arbustifs, certaine s formes naine s d e Betula e t d e Salix, le s Chenopodiacée s e t le s Rutacée s arbustives, l a plupart de s Hypericum, de s Tamarix, de s Daphne, quelque s Êléagnacées, le s Composée s arbustive s e t bie n d'autre s qu i son t parti - culièrement sensible s à un bo n drainage. Là où le drainage naturel n e sera pas adéqua t au x exigence s de ce s arbustes, o n les groupera à part su r des couches spécialemen t préparée s et drainée s e n profondeur. Ceci a ét é fait, pa r exemple, a u Jardi n Botaniqu e d e Montréa l o ù les couches du fruticetum ont ét é disposées en une série de terrasses s'adossant à u n rembla i artificiel destin é à cache r la rue. Pou r obteni r u n plu s joli effet, l a plupar t de s allées on t ét é gazonnée s et, afi n d e briser l a ligne monotone de s longues couches droites, le jardin-rocaille d'ornement, décrit plus haut, a ét é plac é au centr e mêm e de ce t ensemble. La rocaille, dan s cette position, attire très heureusement l'attention e t amèn e sans doute au fruticetum des visiteurs qui n'y seraien t pas venus autrement. Il y a encore, dan s u n jardi n botanique, cin q catégorie s de plante s susceptibles d'êtr e réunie s dan s de s jardin s séparé s e t qu i susciten t de s problèmes esthétique s asse z ardus. Ce s plante s doiven t nécessairemen t être disposée s su r de s plates-bande s régulières, e t l e besoi n d e clarté, ici, doi t l'emporte r su r l e point d e vue décoratif. Le jardin médicinal. S i l'on n'exposai t ic i que le s plantes médici - nales encor e employée s de no s jours, o n n e réussirai t guèr e à intéresse r le public. E t cec i d'autan t moin s qu'i l n'es t pa s recommandable, dan s un jardin public, de donner des instructions détaillée s sur le mode d'emploi de ces plantes et sur leurs effets. I l faut, e n effet, évite r d e mettre entre des mains inexpertes des médicaments qui ne sont pas sans danger pour ceux qui voudraient tenter de s cures sans avoir consulté le médecin. Le Jardi n Botaniqu e d e Montréa l a mi s a u poin t u n proje t destin é à rendr e cett e sectio n no n seulemen t instructiv e mai s attrayante. Ici, ce jardi n es t divis é e n quatr e parties. L a plu s considérabl e qui ser t

14 15 d'arrière-plan au x autre s est constitué e pa r le s plantes qu e le s Indien s d'amérique utilisaient pou r de s fins médicinales, avan t qu'il s n e vinssen t en contac t ave c le s Blancs. Puisqu e le s Indien s s e servaien t d e l'écorc e de certains arbres, ceux-c i ont ét é disposé s en une sort e de bosquet entou - rant une clairière, traversé e par u n ruissea u qu i aboutit à un peti t étang. Les diver s arbuste s e t herbage s médicinau x de s Indien s son t plantés, autant que possible, dan s leu r habitat naturel. Cel a nécessit e la présence de certaine s autre s espèces, mais seule s le s plantes médicinale s sont éti - quetées. Une cabane de bois rond et u n totem ajoutent de la couleur locale à l'ensemble. L a second e parti e contrast e fortemen t ave c l a première, car ell e représent e u n cloîtr e médiéva l o ù son t cultivé s le s simple s que, suivant u n décre t d e Charlemagne, tout jardi n de monastère devai t obli - gatoirement contenir. Un e arcade de pierre, figurant une partie d u cloître, sert d e fond à cette section; de chaque côté s'élèvent de s murs de pierre à toit d e tuiles; l a parti e antérieur e es t fermé e pa r un e grill e d e fer; e t l e centre d u jardin est occupé par u n puit s à margelle de pierre. Les plante s sont cultivées sur des plates-bandes régulières, selon la coutume de l'époque. La troisième et la quatrième parties, entourées de haies, contiennent respectivement le s plante s médicinale s encor e employées dan s l e commerce, et celle s d e l a pharmacopé e familiale. Elles son t groupées selo n l'organ e de la plante qu i est employ é (racine, feuille, fleur, graine) ; mais sauf, cett e disposition et le nom de la plante, aucune précision n'est ajoutée. Le jardi n médicina l peu t encor e conteni r de s plante s vénéneuse s indigènes o u exotique s contre lesquelle s il es t bo n d e préveni r l e public. Mais ic i encore cela n e v a pa s san s certaine s précautions. Le s plantes à poison exercent un attrai t particulier sur certaine s personnes et, si l'on donne à leur sujet de trop amples informations, cela entraîn e un dange r indé - niable. O n conçoit, pa r exemple, quelle mauvais e réclam e c e serai t pou r un jardin botanique municipal, s'il était révélé au cours d'un procès criminel que l e meurtrie r a conç u l à l e dessei n d'empoisonne r quelqu e membr e gênant d e s a famille. L'o n pourrai t peut-êtr e exclur e les plantes suscep - tibles d e causer la mort, mai s même l'herbe-à-la-puce et le sumac à vernis doivent être entourés d'une clôture et porte r un e défens e d e toucher. Le jardin économique rassembl e le s plantes ayan t u n usag e économique. Ici, encore, la disposition l a plus satisfaisante e t l a plus instructiv e consistera à groupe r le s plante s selo n l'organ e utilisé : plante s à fruit s comestibles (tomate, piment, aubergine, concombre, melon) ; plantes don t les racines, le s rhizome s ou le s tubercule s peuven t s e consomme r (radis, betterave, carotte, pomme-de-terre, topinambour, etc.) ; plantes à feuillag e comestible (plantes-épinard s e t plante s à salade, chou x et plante s condi - mentaires); plante s don t le s jeune s pousse s o u le s pétiole s s e mangen t (asperges, oudo, céleri, rhubarbe, cardon, etc.) ; le s poi s e t le s fèves, le s

15 16 céréales. Le s espèce s sauvage s don t dériven t le s variété s horticoles, tel s que le chou marin, la bette, la carotte, et la laitue sauvages, etc., ne doivent pas être oubliées puisqu'elles permettent d'intéressante s comparaisons. Voilà le plan exécuté au Jardin Botanique de Montréal, où l'on a aussi consacré de s section s au x plante s textiles, oléagineuses, tinctoriale s e t aromatiques et o ù figurent, en plus des tabacs, le s fourrages e t le s plantes indigènes cultivées par le s Indiens. Chaqu e groupe est inclus dans un petit jardin séparé, entouré d'une haie. Mai s un itinéraire indiqué par des flèches conduit le visiteur à travers toutes les sections sans qu'il ait jamais à revenir sur se s pas. C e jardin contien t 49 0 variété s d e plante s utiles, disposée s sur de s plates-bande s régulières, e t i l es t parcour u pa r d'innombrable s visiteurs pendant tout e l a belle saison. Les arbre s fruitier s e t le s petit s fruit s peuven t encadre r l e jardi n économique ou bien comme il a été fait au Jardin Botanique de Montréal être disposé s à par t dan s u n peti t verger. I l n'es t ordinairemen t pa s possible et il n'est pas davantage recommandable, dans un jardin botanique, de présente r un e collectio n considérabl e d e variété s d e pommes, poires, etc., etc. Mai s il faut, toutefois, que les divers types fruitiers soien t repré - sentés: prunier, cerisier, abricotier, pêcher, sorbier, amélanchier, néflier, cognassier, châtaignie r e t noyer, noisetier, framboisier, mûrier, gadelier, groseillier, bleuet, etc. O n pourra présente r un e demi-douzain e ou jusqu'à une douzain e d e variétés de pommiers e t d e pruniers, e n faisant un choi x des plus rustiques dan s l a région. O n peut fair e grimpe r les vignes sur un e pergole, c e qui contribuera grandement à l'ornementation de cette section du jardin. On créer a u n centr e d'intérê t d'un e grand e valeur éducative, s i l'o n réalise u n jardine t modèle de 50 par 7 5 pieds, planté d e petits fruits e t d e légumes et destin é à pourvoir au x besoins d'une famille d e quatre o u cinq personnes. Dan s cett e section, o n n'exposerai t qu e le s variétés le s plus éprouvées de chaque légume et de chaque petit fruit e t ceci dans des proportions rigoureuses e t telle s qu e le jardin puisse donner son plein rendement durant toute la saison de végétation. On songera, de plus, à mettre en lumière la rotation annuell e des diverses cultures sur les couches. Le jardin morphologiqu e o u biologique. L'organisatio n d e cette section soulève de s problèmes encor e plu s ardu s que celle des deux précédentes. O n s e propose, ici, d'illustre r le s fonctions des plantes, c e qui es t censément d'u n gran d intérê t pou r l e public. Or, j'ai constaté, dan s tou s les jardins botaniques où l'on a fait pareils essais, qu'on n'avait aucunement réussi à éveiller l a curiosit é populaire. I l n' y a pas à espére r que le public suivra attentivement le livret-guide e t cherchera à s'y reconnaître parmi des exhibits tro p compliqués, tro p détaillé s e t trop complets.

16 17 Je n'a i jamai s observ é qu'un e seul e réalisatio n qu i retin t l'intérê t du public : i l s'agissai t d'un e horlog e d e fleur s qu i démontrai t l a possi - bilité d e dire l'heure par l e moment où s'ouvraient o u se fermaient certaine s fleurs. Le public parcourait le reste de cette section sans y prêter la moindr e attention. Il me sembl e plu s que jamai s opportu n de rappele r ici que «Qu i trop embrass e mal étreint,» e t que, peut-être dan s c e jardin plu s que dan s les précédents, on doit se borner rigoureusement à l'essentiel. Il n'es t d'ailleur s pa s facil e d e s e limiter a u plu s importan t dan s u n champ auss i vast e qu e celu i qu i s'éten d devant nou s dan s c e domaine. Aussi dois-j e avoue r que, pou r l'instant, j e n'a i pa s d e solutio n précis e à apporter à ce problème. Il se peut que le public lui-même soit notre meilleur maître à ce t égard. I l serai t peut-êtr e possibl e d e développe r c e jardi n graduellement, e n commençan t pa r u n o u deu x détail s particulièremen t frappants e t e n en ajoutant pe u à pe u d'autres, destiné s à explique r cer - tains problème s biologiques qu i s e posent l e plu s souven t pou r l e public. Le choi x de ce s problèmes résultera de s demande s d e renseignement s qui ne manqueront pas d'afflue r a u jardin. Quoi qu'i l e n soit, e t surtou t s i l'on cherch e à illustrer de façon com - plète les sujets traités, il me semble que ce jardin doit être divisé en sections clairement définie s e t étiquetées : assimilation, fécondation, dissémination, etc., etc. Le jardin génétique est, en réalité, un e subdivision du jardin biologique, mais on peut lui faire une place à part si l'on veut. On démontrera là, sur d u matérie l vivant, le s loi s d e l'hérédit é e t le s principe s qu i guiden t le sélectionneur. O n peu t auss i y présente r certain s hybride s horticole s bien connus, encadrés par leurs parents, et, dans le cas d'hybrides multiples, par leur s grands-parent s e t arrière-grands-parents. Comm e échantillon s de l'amélioration pa r l a sélection, on exposera des espèces sauvages à côt é des diverses mutations conservée s en culture et n'ayant sub i aucune hybridation ave c d'autre s espèces. L e Crataegomespilus constituer a u n exempl e intéressant dan s c e groupe, s i l'hybrid e sexue l (C. grandïflora) es t juxta - posé à l'hybride de greffe (C. Dardari] e t si leur étrange parenté est clairement exposée. Le jardi n taxonomique, qu e j e mentionn e e n dernier, suscit e de s difficultés e t pos e de s problèmes analogue s à ceu x qu'offr e l e jardin biolo - gique. Si l'on doi t cultive r côte-à-côte des plantes adaptées à des conditions très diverses, il faudra manifestement pourvoir à la construction de couches et mêm e de bassins indépendants. Chaqu e plate-bande doi t être distincte,

17 18 famille pa r famill e e t genr e pa r genre, c e qu i nécessite un e multitud e d e sentiers. Mêm e s i l a plupar t de s sentier s son t gazonnés, ils seron t tro p apparents; e t puisque l'entretien d e tels sentiers est très coûteux, ils seront ordinairement recouvert s d e gravie r e t d e l a sort e il s domineron t encore tout le jardin. Puisque la grandeur des familles e t de s genres varie considérablement, et puisqu'i l fau t le s groupe r selo n leur s affinités, l a dispositio n régulière, qui paraî t l a seul e convenable, devien t asse z difficile. Toutefois, s i l'o n consent à restreindr e le nombre des espèces à présenter, o n arriver a à les disposer régulièrement, peut-êtr e e n séparan t le s famille s pa r de s haie s basses. Faudra-t-il illustre r tou t l e systèm e taxonomiqu e ave c l a majorit é de se s familles e t d e se s genres, en présentant u n gran d nombre d'espèce s ou bie n peut-o n donner une idé e suffisante d u systèm e d e la classification en ne montrant qu e quelques représentants d e familles alliée s? Je n e tiens guère à m e prononce r sur c e point. Dan s l a pratique, l e choi x dépendra sans doute de s fonds disponibles, puisque l a réalisation et l'entretien de ces plates-bandes séparées sont très coûteux. Le jardin taxonomique, à mon avis, ne devra pas être ouvert au grand public, surtou t parc e qu'i l n'intéresser a pa s l a majorit é de s gen s et auss i parce que cela augmenterait le coût d'entretien. Il devra être entouré d'une clôture et o n pourra accorder la permission de le visiter, à certaine s heures indiquées, à tou s ceu x qu i s e donneron t l a pein e d'e n fair e l a demande. A par t cela, c e jardin sera réserv é aux classe s d'étudiants. Un pavillo n pou r le s conférence s pourr a êtr e plac é a u centr e d e c e jardin s i l'on doit y donner des cours d e botanique. Cette liste de suggestions sur la disposition des plantes vis e à ordonner les grandes collection s et à augmente r l'intérê t populair e d u jardin bota - nique e n réalisan t de s ensemble s plaisants. S i longue soit-elle, cependant, elle n e prétend pa s êtr e complète. O n peut envisage r d'autre s réalisation s encore, selon le climat local, comme par exemple : Un jardin d e plantes désertiques o ù l'o n cultiver a de s plante s vivan t dans de s conditions arides et exigeant un so l bien drainé. Un jardin d e plantes à feuilles persistantes qui réclamen t un e ombr e légère et une protection contre le vent. Un jardin d e bruyères qui, aux États-Unis, en tout cas, est à son mieu x sur un talu s ensoleillé, irrigué par un e coulé e o u un ruisseau. Le s bruyères doivent êtr e plantée s pa r large s lisière s de chaqu e variété, don t émergen t des massifs de genévriers et d e genêts. D e gro s blocs granitiques ingénieu - sement disposés prêteront a u tout un aspect encore plus naturel.

18 19 Un jardin de rhododendrons e t d'azalées s e trouvera bie n dans un vallon abrité o ù s'accumul e naturellemen t l e terrea u d e feuille s e t qu i reçoi t l'ombrage indirec t d e grand s arbre s planté s à l a parti e supérieur e d e l a pente. Lorsqu e d e telle s condition s n e s e trouvent pa s déj à réalisées, u n écran d e conifère s fournir a u n abr i artificiel. Mai s il ne faudra pa s oublie r que les quatre conditions suivantes sont nécessaire s au plein succès: ombre indirecte surtou t ver s mid i (no n pa s ombr e directe, sou s le s arbres), so l humifère acide, beaucou p d'humidité, e t drainag e parfai t (san s oublie r la circulation de l'air). Un jardin de haies. Celui-ci devra être strictement régulie r et n e contenir qu e des arbuste s e t arbre s taillés destinés à démontre r quelle s son t le s plantes le s plus recommandables pour constituer des haies de tous les types et de toutes les tailles. Il n'est pa s nécessaire pour démontrer le rendement de chaqu e arbust e d e le s cultiver tou s e n haie. I l suffir a d e montre r leu r plasticité à la taille en en faisant de s cubes, des pyramides o u des colonnes quadrangulaires. On présenter a en plu s des plante s herbacée s vivace s et même annuelles (Kochia) qu i font d e belles haies d'été. On voit sans pein e quel ensemble charman t constituer a c e jardin d e haie s ave c se s diverse s formes et la gamm e de ses verts. Il peu t encor e y avoi r un jardin japonais, mai s il semble que cel a ne vaut pa s la peine de construire ici la vague imitation qu'e n peuven t donne r les jardinier s occidentaux. Pou r réalise r c e jardi n convenablement, o n s'assurera le s services d'un jardinie r japonais, qu i a fait so n apprentissag e au Japon et qui possède à fond les divers symboles qui sont l a clé de l'horticulture orientale. S i l'o n procèd e ainsi, l'o n obtiendr a un e authentiqu e illustration d u vénérabl e ar t paysage r d e l'orien t qu i obéi t à de s règle s bien différente s de s nôtres ; cec i n e peu t manque r d'ajoute r considéra - blement à la valeur éducative de n'importe quel jardin botanique. Il paraît tout indiqu é d e situe r c e jardin à proximit é d e l a sectio n asiatiqu e dan s les groupement s géographiques, c e qui n e saurait qu'ajoute r à l a couleu r locale. E n contre-partie, o n pourr a peut-êtr e dessine r u n jardi n anglai s typique par exempl e sur le modèle du jardin en contre-bas d e Hampton Court Par k (prè s de Londres), à proximité de l a sectio n européenne, a u sein de ces mêmes groupes géographiques. Au Jardin Botanique de Montréal, nous avon s l'intentio n d'éleve r un e caban e à sucr e ave c tou t so n équi - pement afi n d'ajouter à l'intérêt éducatif de la section canadienne. D'autres groupement s d e plante s peuven t s e recommande r pou r satisfaire à des préoccupations locales. Mentionnons les suivantes: Des plante s citée s fréquemmen t dan s l a littérature, mai s don t le s gens n'on t qu'un e asse z vagu e idée, pourraien t êtr e réunie s e n u n peti t jardin trè s intéressant. L'exempl e classiqu e es t l e jardi n «Shakespeare». On en ferait autant pour les plantes mentionnée s dan s la Bible.

19 20 On formerait u n autr e group e avec le s plantes don t le s feuilles o u les fleurs particulièrement symétrique s ou ornementales ont inspiré les artistes et le s décorateurs, surtou t celle s que, san s les reconnaître, nous voyons si souvent stylisée s dans le fer forgé et la pierre. On pourrai t encor e réuni r de s plantes qu i figuren t souven t su r le s blasons ou qui sont à d'autres titre s étroitement associées à des événements historiques. Certaines personne s aimeraien t encor e voi r le s fleur s qu i serven t d'emblème à de s Etats o u qu i son t particulièremen t aimée s d e certain s peuples. E t ains i d e suite. OUTILLAGE TECHNIQU E E T ADMINISTRATIO N L'esquisse ci-dessu s peu t aide r à formule r les principes générau x qui serviront d e bas e a u fonctionnemen t d'u n jardi n nouveau. Le s principes une foi s définis, i l faudra songe r à élaborer un programm e détaillé. Un te l programme doi t naturellemen t comprendr e tou s le s service s technique s nécessaires. Il faut les coordonner de telle sorte qu'une coopération efficient e soit assuré e entr e le s diver s département s d u jardi n e t qu e tou t doubl e emploi soi t évité. Pour l'élaboratio n d'u n jardi n botaniqu e e t l'organisatio n d e so n administration, i l nou s faudr a prévoir, entr e autres, le s unités e t l'équi - pement suivants: 1. Le s édifice s nécessaires, surtou t l e pavillo n d e l'administration, la chaufferi e e t les serres. 2. L a pépinière avec tous ses accessoires. 3. L e réseau routier intérieur e t la circulation probable. 4. L e contrôl e de s visiteur s pa r de s clôture s e t barrière s e t pa r le s règlements qui s'imposent. 5. L a position de s abris e t chalet s de repos. 6. L e restaurant o u la salle de thé publics. 7. Le s terrains d e jeux et de pique-niques. 8. Le s jardins destinés à l'éducation de s enfants sous la surveillance des maîtres d'école ou des membres du personnel du jardin. 9. L'emplacemen t de s parcelles d'essai e t d'amélioratio n de s plantes. 10. Le s conduites d'eau. 11. Le s égouts.

20 L e drainage artificiel là où il est nécessaire. 13. L'éclairag e e t l e téléphone. 14. Le s système s d'enregistremen t e t d'étiquetag e de s plantes. 15. Le s bibliothèques e t l'herbier, e n autant qu'il s servent a u jardin. 16. L'échang e des grajnes. 1. Le pavillo n d e l'administration. E n général, i l vau t mieu x patienter u n pe u pour la construction de ce pavillon e t s e contenter d'un e installation provisoir e pendant plusieur s année s o u tout a u moin s jusqu' à ce que l'orientation e t l e programme d u jardin soien t a u point. Mêm e s'il est certain, dè s l'origine, qu e le s condition s financière s n e permettron t pas l'érectio n d'un e grand e bâtiss e avan t bie n des années, il vaut mieux prévoir le s extension s définitive s immédiatemen t afi n d'évite r plu s tar d des remaniements trop coûteux. On aura don c prévu, avant de commencer, tous le s aménagement s éventuels, tel s que : bureaux d e l'administration ; bibliothèque, burea u d u bibliothécair e e t salle s d e lecture ; herbie r ave c salle d e montage, sall e d e répartition, magasi n e t sall e d'emballage ; salle s de conférence s e t d e délibérations ; burea u d'informatio n ave c tablea u téléphonique; graineterie; salle d'étiquetage o ù sont composée s et exécutées les étiquettes de divers types; entrepôts ; sall e à déjeuner et sall e de repos pour l e personnel ; log e d u concierge ; studio e t chambre s noire s pou r l a photographie; laboratoires ; salle s d'expositio n pou r le s spécimen s secs, etc. I l import e d e décide r à l'avanc e s i l'o n doit donne r de s cour s aux enfants e t au x adultes, o u institue r l'apprentissag e d e jardinier s profes - sionnels, ca r il faudra encor e prévoir l'espace nécessaire à ces services. La chaufferie. Autan t que possible, ell e devr a êtr e caché e à l a vue, quoique asse z rapproché e et d u pavillo n d e l'administratio n e t de s serre s pour leu r fournir l e chauffage san s nécessite r d e conduites trop longues. Par ailleurs, il peut deveni r plu s économique d'avoir deu x chaufferie s si,* pour un e raiso n o u pou r un e autre, i l étai t souhaitabl e d e construir e le^ pavillon d e l'administratio n loi n de s serres. Dan s c e cas, on pourr a installer pou r l e pavillon un systèm e d e chauffag e à l'huile, réservant au x serres le service de la chaufferie centrale. Les serres présenten t u n problèm e crucia l e t compliqu é e t doiven t être étudiée s ave c le plu s gran d soi n dan s le s moindres détails. I l n'entr e pas dans l e cadre de cet article d e donner à ce sujet des instructions détail - lées bu même de mentionner tous les facteurs qui doivent être pris en considération. Mais, o n ne peut trop insister sur le fait qu e l'élaboration d'une serre vraimen t bie n conçu e n'es t pa s un e tâch e ordinair e e t qu'i l n e faut jamais entreprendr e la constructio n d'un ensemble d e serre s san s l e con - cours, ^ou^ tout a u moin s le s conseil s d'u n spécialiste expérimenté. O n

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif:

Atelier du café. La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Objectif: Instructions pour l'enseignant Objectif: La classe apprend des choses intéressantes sur le café, sa production, le caféier etc. Tâche: Les images doivent être attribuées aux textes correspondants. Matériel:

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

Cultiver les légumes. Installer les carrés. L entretien. Osez le potager en carrés! Sommaire

Cultiver les légumes. Installer les carrés. L entretien. Osez le potager en carrés! Sommaire Osez le potager en carrés! Vive le potager en carrés!...4 Pour toute la famille....6 Installer les carrés Choisir un modèle....10 Le matériel nécessaire....12 Le bon emplacement...14 Remplir les carrés...16

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

Le projet de toute une école. Fontenay

Le projet de toute une école. Fontenay Le projet de toute une école Fontenay Le jardin suscite tous les sens. Certaines plantes par leur forme ou leur couleur nous en mettent plein la vue, d autres ont des senteurs raffinées des fois méconnues,

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013)

Chapitre 19 DIVISION COLLECTION THÉMATIQUE (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) Chapitre 19 DIVISION "COLLECTION THÉMATIQUE" (APS Manual version révisée 22 février 2012. Traduit par FB, 10 janvier 2013) 1. Collection thématique. Dans une collection thématique on développe un sujet

Plus en détail

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures Rénover et construire à Westmount Page 1 3. Toitures Conserver tout trait distinctif d importance d une toiture existante ou d un élément de cette toiture. Conserver la toiture aussi longtemps que possible

Plus en détail

PORTRAITS DE PARCS E X P O S I T I O N P H O T O G R A P H I Q U E

PORTRAITS DE PARCS E X P O S I T I O N P H O T O G R A P H I Q U E PORTRAITS DE PARCS E X P O S I T I O N P H O T O G R A P H I Q U E Du 2 au 28 avril 2011 MUSEUM DE GRENOBLE - JARDIN DES PLANTES DOSSIER DE PRESSE Crédit : Olivier Roydor 2 8 PARCS - 8 PHOTOGRAPHES 6 PARCS

Plus en détail

Avertissement : Les prix inscrits pour certains articles et services ne le sont qu à titre indicatif.

Avertissement : Les prix inscrits pour certains articles et services ne le sont qu à titre indicatif. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Gariépy, François Guide pratique du jardinage écologique (L écologique) Comprend des réf. bibliogr. et un index. ISBN 2-89435-278-6 1. Jardinage

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

1 Le chauffage des serres agricoles

1 Le chauffage des serres agricoles 1 Le chauffage des serres agricoles 1.1 Introduction Les serres offrent aux maraîchers et aux horticulteurs la possibilité de maîtriser le climat (température, humidité et lumière) et de produire, au moment

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE

FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE FASCICULE DES 10 ESPECES D'ARBRES URBAINS ENIGME V - A LA DECOUVERTE DE LA NATURE INTRODUCTION La nature est incroyablement diversifiée. Elle regroupe la Terre avec ses zones aquatiques telles que les

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE

Bancs publics. Problématiques traitées : FICHE Bancs publics Pour un piéton dont les ressources de mobilité sont limitées, le banc public n est pas uniquement un lieu de détente, mais il lui sert également à retrouver des forces pour poursuivre son

Plus en détail

Le Bandonote est un jeu de cartes visant à favoriser la mémorisation des touches du bandonéon bisonique, 142 touches, AA.

Le Bandonote est un jeu de cartes visant à favoriser la mémorisation des touches du bandonéon bisonique, 142 touches, AA. Le Bandonote est un jeu de cartes visant à favoriser la mémorisation des touches du bandonéon bisonique, 142 touches, AA. Ce jeu a suscité la curiosité, en particulier de la part d'étudiants débutants.

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

Les caractéristiques d'une bonne cave à vin

Les caractéristiques d'une bonne cave à vin L'aération Une bonne cave est une cave aérée. Pour éviter un taux d'humidité trop important et le développement de champignons un léger courant d'air suffit, mais trop d'aération peut aussi nuire à la

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme"

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en forme Faire son compost Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme" La fabrication du compost permet de réduire le volume de sa poubelle et de produire, à partir de déchets organiques

Plus en détail

MARAICHAGE COLLECTIF (Atelier1) Claude Mudry

MARAICHAGE COLLECTIF (Atelier1) Claude Mudry Sézegnin à 17 km du centre de Genève Féminin pour masculin MARAICHAGE COLLECTIF (Atelier1) Claude Mudry Déroulement de la présentation Qui sommes nous et un peu de notre histoire Nous sommes aujourd'hui

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

PROSPECTUS INTERNATIONAL. International FRANÇAIS LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA

PROSPECTUS INTERNATIONAL. International FRANÇAIS LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA FRANÇAIS PROSPECTUS INTERNATIONAL LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA International LETHBRIDGE COLLEGE Lethbridge College, le plus important collège communautaire subventionné par l État, est ouvert depuis 1957.

Plus en détail

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes Fixer un lieu précis de la cour avec les élèves pour observer les manifestations

Plus en détail

Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait on faire. du compost en classe?

Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait on faire. du compost en classe? Notes à l enseignant ou à l enseignante 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Comment pourrait-on faire du compost en classe? Clientèle visée : 1 re année du 3 e cycle (5 e année) Objectifs: Se questionner

Plus en détail

NO 10 "B R U N C H S A N T E"

NO 10 B R U N C H S A N T E NO 1 Jus d'orange petit matin Oeuf poché à la Florentine Jambon à saveur tropicale Crêpes au coulis de bleuets Fèves au lard bon matin Plateau de fromage jardinière Plateau de tomates et d'oranges en douce

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

L entretien du gazon simplement

L entretien du gazon simplement GAZON L entretien du gazon simplement Pour un gazon bien vert et dense, une fumure adaptée et une tonte régulière sont les mesures d entretien les plus importantes. Un gazon bien nourri sera dense et résistant.

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

Choix des essences + protection des arbres

Choix des essences + protection des arbres Gestion de l arbre en milieu urbain 27 mars 2014 Choix des essences + protection des arbres Yves FRIQUET Conseil Général du Haut-Rhin Mission technique Arbres Unité Nature et Patrimoine arboré/sea/devi

Plus en détail

Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee)

Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee) Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee) Cherche la pancarte qui dit Start Here (=Commencez ici) et continue de marcher jusqu à ce que ce que tu vois la pancarte Upsteps to Sunken Garden

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Festival du développement durable juin 2009 Le parc Navazza et ses richesses naturelles Localisation de la visite Le parc Navazza peut grossièrement

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

Voici les espèces dont il est question dans ce document :

Voici les espèces dont il est question dans ce document : Chaque espèce de gazon a des caractéristiques propres : densité, couleur, résistance à la sécheresse, à l ombre, etc. Il vaut donc mieux semer un mélange de plusieurs espèces de façon à combiner les qualités

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL No 25/2012 le 12 décembre 2012 Concerne : Demande d'un crédit de construction de 270'000.-- pour le remplacement des couches horticoles

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Comme beaucoup de personnes, j'ai voulu récupérer les notices de mon ancien logiciel de gestion de bibliothèque. Vu qu'il ne prévoyait pas

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

Le stockage et la conservation des vins

Le stockage et la conservation des vins Le stockage et la conservation des vins C1-3.1 Valoriser le produit. C4-2.3 Stocker les produits. Différencier cave centrale et cave du jour. Objectifs : Enumérer les facteurs de qualité d'une cave. Lors

Plus en détail

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES Le bon choix Turfline le bon choix CONTENU le BON choix 2 un nouveau design 4 les compositions 5 un choix judicieux 7 Le bon choix Nous sommes fiers de vous présenter le nouveau design de l emballage Turfline.

Plus en détail

40èmes Olympiades des métiers

40èmes Olympiades des métiers METIER N 37 40èmes Olympiades des métiers GUIDE DE PREPARATION AUX SELECTIONS REGIONALES Page 1 sur 12 «Vous venez de vous inscrire aux concours régionaux des 40èmes Olympiades des Métiers, et je tenais

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

BADGE de BOIS I. Feux de camps

BADGE de BOIS I. Feux de camps BADGE de BOIS I Feux de camps Le but d organiser des feux de camp Les activités théâtrales, les histoires, les chansons et la musique peuvent tous être utilisés efficacement dans un programme de feu de

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Tableau des associations de plantes potagères

Tableau des associations de plantes potagères Tableau des associations de plantes potagères (Source : Formation Nature et Progrès) DENOMINATIONS R C FAVORABLE DÉFAVORABLE Ail 1 0 pissenlit pomme de terre Aneth Cc Légumes Herbes Fleurs Artichaut Cc

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Le gazon connait deux périodes de repos:

Le gazon connait deux périodes de repos: Le gazon connait deux périodes de repos: En hiver froid En été sécheresse Naturellement, à cette période le gazon ne se développe plus et va jaunir par manque d eau. Pour contrecarrer cette période de

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION

PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION PROJET : EXPERIMENTER SES 5 SENS AU QUOTIDIEN! DECOUVRIR LE MONDE PETITE SECTION Compétence : Découvrir les parties du corps et les 5 sens. Leurs caractéristiques et leurs fonctions. Finalité : Préparer

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

Etablissement : école maternelle Victor Hugo Rue Raoul Dufy 66000 Perpignan Circonscription : Perpignan Nord 8 enseignants (dont 2 TMB)

Etablissement : école maternelle Victor Hugo Rue Raoul Dufy 66000 Perpignan Circonscription : Perpignan Nord 8 enseignants (dont 2 TMB) Des temps de récréations aux espaces de «recréation» ou Comment faire de la cour de l école un lieu pour la réalisation et l accomplissement de l élève. Etablissement : école maternelle Victor Hugo Rue

Plus en détail

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13 Rapport de veille sur les évolutions du domaine des parcs et jardins P. 1/13 Numéro : 8 Date : 15 mars 2009 Centre : Centre de compétence Secteurs verts Forem Formation Titre : La végétalisation des toitures

Plus en détail

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE

TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE 672 REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE TAUX DE PLACEMENT A UTILISER EN FUTAIE JARDINÉE RÉSINEUSE Application au calcul des valeurs devenir et des dommages-intérêts Les problèmes d'évaluation des forêts ou d'estimation

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

LES OLYMPIADES DES METIERS. paration aux sélections s. Guide de préparation. régionalesr

LES OLYMPIADES DES METIERS. paration aux sélections s. Guide de préparation. régionalesr Comité Français des Olympiades des Métiers - WorldSkills France 7 Rue d Argout 75002 Paris LES OLYMPIADES DES METIERS Guide de préparation paration Métier n 37 : JARDINIER/PAYSAGISTE Cofom : e-mail : cofom@wanadoo.fr

Plus en détail

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015 Département de l économie, de l'énergie et du territoire Service de l agriculture Office des paiements directs Information aux exploitants agricoles du canton du Valais Dès cette année, les documents relatifs

Plus en détail

Couvertures en ardoises rectangulaires

Couvertures en ardoises rectangulaires Couvertures en ardoises rectangulaires Découvrez l esthétique des ardoises naturelles pour le toit et la façade. Ne soyez pas modeste, optez pour l ardoise! LES COUVERTURES EN ARDOISES RECTANGULAIRES UN

Plus en détail

1. 2 Choisir les matériaux de construction

1. 2 Choisir les matériaux de construction MODE D'EMPLOI Comment transformer une place de parking en un espace de PARK(ing)? >>> Manuel d utilisation PARK(ing) Day Vous avez sauté le pas vous avez le Manuel. Apparemment, vous pensez sérieusement

Plus en détail

Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise.

Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise. Une promenade en forêt par Inner Health Studio. Enregistré avec la permission de l entreprise. Adoptez une position confortable, soit assise, soit couchée. Sentez votre corps se détendre à mesure qu une

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Les potagers Neerstalle

Les potagers Neerstalle Les potagers Neerstalle Une initiative de Marc COOLS, Échevin de l Environnement et des Propriétés communales, avec le soutien du Collège des Bourgmestre et Échevins d Uccle Une action menée par le Service

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales

Pièges à insectes. Légumes Petits fruits Plantes ornementales Pièges à insectes Légumes Petits fruits Plantes ornementales Légumes plein champ Culture Ravageurs Type de piège Nombre de piège Remarques Carotte Mouche de la carotte Psila rosae Rebell orange Min. 2

Plus en détail

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire verger biodiversité eau arbre & forêt animations scolaires maternelle 3 secondaire Le CRIE vous propose ses animations en projet ainsi que toute une série d activités d 1 journée ou d 1/2 journée Découvrez-les

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes.

Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. Bâtiments d élevage : Pourquoi? Aspects climatiques : Fiche technique n 1 : le logement construction des boxes. - le porc est sensible aux brusques changements du climat, - surexposition au soleil : déshydratation

Plus en détail

Formulaire de demande d une phytolicence

Formulaire de demande d une phytolicence Formulaire de demande d une phytolicence Veuillez compléter toutes les données en MAJUSCULES et joindre à ce formulaire tous les documents demandés avant de l envoyer. Les demandes reçues électroniquement

Plus en détail

La recherche sur Internet Table des matières

La recherche sur Internet Table des matières La recherche sur Internet Table des matières 1- Internet est comme une bibliothèque publique... 2 Comment on utilise une bibliothèque ordinaire...2 L'Internet n'est pas une bibliothèque ordinaire...2 Synthèse...2

Plus en détail

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches.

Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. Choisir entre le détourage plume et le détourage par les couches. QUEL CHOIX D OUTILS ET QUELLE METHODE, POUR QUEL OBJECTIF? Il existe différentes techniques de détourage. De la plus simple à la plus délicate,

Plus en détail

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon!

Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! Vous allez construire? Protégez-vous contre le radon! FICHES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION RADON Avant de construire, renseignez-vous sur le taux de radon dans votre région Le radon est un gaz présent

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

Herrebout-Vermander N.V. S.A.

Herrebout-Vermander N.V. S.A. Pag. 1/5 Herrebout-Vermander N.V. S.A. Kuurne, mai 2002 rev. Janvier 2005 Le parquetteur est parti, et qu'est-ce qu'on fait maintenant Félicitations avec votre nouveau Le parquet est un revêtement de sol

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot

UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013. Les toitures vertes. Présentation par la sa MEULEMAN JP. Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot UCM Château Tinlot - 27 novembre 2013 Les toitures vertes Présentation par la sa MEULEMAN JP Jean-Paul Meuleman - Hugues Michot Présentation des toitures végétales... Toiture à Tournai 1998 Maubeuge 1990

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent vinet-sixième session 126 EX/33 PARIS, le ler avril 1987 Original anglais/français Point 8.2 de l'ordre

Plus en détail

Dolce vita. Plaisir. à la villa

Dolce vita. Plaisir. à la villa Plaisir D ÊTRE BIEN CHEZ SOI par marie-josée turcotte Dolce vita à la villa À la recherche d une parcelle de campagne en ville? Le Vert Mezzanine pourrait bien être la solution à tous vos souhaits. Visite

Plus en détail

ESSAI DE CONDUITE DE L'AVOCATIER EN HAIE FRUITIÈR E

ESSAI DE CONDUITE DE L'AVOCATIER EN HAIE FRUITIÈR E Fruits - Vol. 26, n 6, 1971-44 3 ESSAI DE CONDUITE DE L'AVOCATIER EN HAIE FRUITIÈR E par, J.P. GAILLARD * ESSAI DE CONDUITE DE L'AVOCATIER EN HAIE FRUITIER E par J.P. GAILLARD (IFAC ) Fruits, juin 1971,

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Comment se protéger des frelons asiatiques?

Comment se protéger des frelons asiatiques? PREFET de l AUDE Comment se protéger des frelons asiatiques? Vous trouverez ci-dessous des conseils pour vous protéger du frelon asiatique, que vous soyez particulier, maire ou apiculteur ainsi que des

Plus en détail

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0 Cafetière Mode d Emploi 1Notice cafetière v1.0 SOMMAIRE 1 CONSIGNES DE SÉCURITÉ... 3 2INSTALLATION DE L APPAREIL EN TOUTE SÉCURITÉ...4 3PRECAUTION CONCERNANT L UTILISATION DE L APPAREIL...5 4DESCRIPTION

Plus en détail

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud

INSCRIPTION, CLASSEMENT ET EMBALLAGE. Communication de l expert de l Afrique du Sud NATIONS UNIES ST Secrétariat Distr. GÉNÉRALE ST/SG/AC.10/C.3/2005/47 13 septembre 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ D EXPERTS DU TRANSPORT DES MARCHANDISES DANGEREUSES ET DU SYSTÈME GÉNÉRAL HARMONISÉ

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail