Leur plus grande simulation en DIX ANS d existence PAGE 3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Leur plus grande simulation en DIX ANS d existence PAGE 3"

Transcription

1 Votre notaire, un partenaire de confiance! Au service des militaires depuis plus de 30 ans BOILARD, RENAUD NOTAIRES INC. Le journal de la communauté militaire Région de Québec Adsum, Garnison Valcartier, CP 1000, succ. Forces, Courcelette (QC) G0A 4Z0. N o convention : LE MERCREDI 29 FÉVRIER 2012 Appuyons nos troupes Support Our Troops agence immobilière COMEAU L'équipe qui donne des RESULTATS facebook.com/lequipecomeau FIERS DE SERVIR LES MEMBRES DE LA COMMUNAUTÉ MILITAIRE Leur plus grande simulation en DIX ANS d existence PAGE 3 Photo : Philippe Brassard, Adsum D autres articles sur l ex RAFALE BLANCHE Onze ans de déminage humanitaire Il n y manque que les gyrophares Photo : Philippe Brassard, Adsum p. 5 À 11 Photo : courtoisie p. 12 Photo : Philippe Brassard, Adsum p , Côte Joyeuse, St-Raymond Sans Frais

2 Page 2 / Adsum / 29 février 2012

3 Un militaire feint de souffrir alors que des paramédics civils l extirpent hors d une voiture accidentée. 10 ANS DE SIMULATION MÉDICALE AU CSM FC Une simulation médicale d une ampleur jamais vue à Valcartier Par Philippe Brassard Journal Adsum Pour son 10 e anniversaire, le Centre de simulation médicale des Forces canadiennes (CSM FC) a orchestré la plus grande simulation de son histoire. Une trentaine de participants civils ont fait face à une situation d urgence comportant 45 blessés; du jamais vu à Valcartier. Un médecin résident, 15 infirmières et 15 paramédics œuvrant pour le Centre hospitalier affilié universitaire de Québec ont pris part à cette simulation inédite, organisée dans le cadre du colloque annuel de la traumatologie de Québec. Pour une huitième année, le CSM FC a organisé en collaboration avec ses partenaires civils un atelier de simulation à la fois extrême et réaliste. Les participants civils ont été plongés au cœur d une situation d urgence qui se déroulait dans un hôpital des Îles-de-la- Madeleine. «Coup sur coup, ils ont eu à faire face à deux scénarios : une explosion sur un pétrolier, qui a fait une dizaine de blessés majeurs. À une demi-heure d intervalle, un autobus de touristes a crashé, de sorte qu il y avait près de 45 blessés au total», raconte le directeur du CSM, François Pineault. «C est le 10 e anniversaire du Centre de simulation médicale et c est le plus gros scénario jamais réalisé ici», soutient-il, précisant que le record précédent était de 31 blessés, en La salle principale du CSM de Valcartier avait été transformée en petit centre hospitalier avec des civières, des équipements médicaux variés, un laboratoire, des appa - reils rayon X, une salle de trauma, etc. Même l ambiance sonore y était! Cet aménagement a représenté beaucoup de travail. «Notre objectif journalier est d entraîner nos jeunes techniciens médicaux militaires, principalement dans des scènes préhospitalières, mentionne M. Pineault. Nous avons une salle d urgence qui sert surtout pour les entraînements sur demande. D où la grande difficulté pour nous au CSM de recréer une petite installation médicale, avec tout ce que ça comprend.» L un des objectifs de cet entraînement était de sortir les participants de leur «zone de confort». «On est habitué d effectuer notre triage et de gérer nos patients sur la scène, partage Yves-Mathieu Desjardins, Un paramédic civil et des militaires en appui à la simulation transportent un blessé sur civière vers l ambulance. chef trieur des paramédics, qui vivait une cinquième simulation à Valcartier. Là, il fallait le faire à l hôpital, c était désta - bilisant.» Prendre en charge et soigner un grand nombre de blessés a été un bon défi pour l équipe civile. «Généralement dans une simulation, on a trois ou quatre patients, mais là on en a 40. C est une situation avec laquelle on n est pas habitué de travailler. Avec un espace restreint, c est le bordel, mais il y a une certaine gestion dans le chaos», signale l ambulancier. Les victimes, campées par des militaires, arrivaient sur des civières par hélicoptère ou par ambulance. Plusieurs avaient été maquillées avec du faux sang, des membres fracturés ou des lésions graves. Certains militaires ont laissé parler leurs talents d acteurs, feignant de souffrir, d être inconscient, de grelotter ou d être sur le bord d accoucher! Les infirmières et paramédics ont donc pu se pratiquer à prodiguer toutes sortes de soins. «Ce qui est intéressant ici, c est qu on peut simuler des choses, mais en les faisant pour vrai : appliquer des vrais pansements, faire des vraies évacuations, des vraies immobilisations. On manipule le matériel de façon réelle, sur des manne - quins ou sur du vrai monde», commente M. Desjardins. La simulation a nécessité le soutien d environ 80 personnes, dont 15 observateurs militaires de la 5 e Ambulance de campagne, qui ont pu évaluer et «coacher» les participants civils, pour les aider à atteindre une cohésion d équipe, et 45 membres du 5 e Groupe-brigade méca - nisé du Canada jouant les blessés. «Sans l apport de tous ces gens, on ne peut pas conduire ce mandat», insiste François Pineault, reconnaissant. Enfin, cette activité annuelle apporte plusieurs bénéfices au CSM. «C est important de conserver une bonne relation avec les institutions civiles qui prennent soin de nos militaires», indique le directeur. «Pour nous, c est aussi primordial de s entraîner et de sortir de notre zone de confort. Ça nous permet de réaliser jus - qu où on peut aller.» La major Marc Dauphin, médecin-chef de la Garnison St-Jean, soigne un mannequin capable de simuler la respiration humaine avec deux infirmières civiles dans la salle de trauma. - Photos : Philippe Brassard, Adsum «We speak English» Bain thérapeutique Massothérapie Esthétique Soin des pieds Extension des cils Reçus d'assurance disponibles PROMOTION Forfait Douceur (2h00) Massage 60min. 109$ 89$ Balnéothérapie au choix Pause-santé L un des 45 militaires du 5 GBMC qui ont campé le rôle des blessés se fait maquiller avec du faux sang. HÔTEL QUÉBEC 3115, avenue des Hôtels, Ste-Foy QC G1W 3Z6 Tél.: Téléc.: liquidation de maisons en inventaire pour faire place aux nouveaux modèles À partir de $ Charlesbourg (Rivière aux roches) À partir de $ Val-Bélair (Élysée) À partir de $ Val-Bélair (Élysée) 29 février 2012 / Adsum / Page 3

4 Journée internationale de la femme 8 mars 2012 La Journée internationale de la femme sera célébrée le 8 mars 2012 à travers le monde. J aimerais prendre quel - ques moments pour souligner cet événement en tant qu employeur responsable et en tant qu ambassadeur pour le statut de la femme au Secteur du Québec de la Force terres tre (SQFT), tel que désigné par le général commandant. Tout d abord, un petit rappel historique. Le «Woman s Day» est devenu officiellement la Journée internationale de la femme lors du congrès de la Deuxième internationale socialiste, tenu à Copenhague en août En 1911, pour la première fois, la Journée internationale de la femme a été célébrée avec éclat en Allemagne, en Autriche, au Danemark, en Suisse et aux États-Unis. Chez nous, les sources actuellement disponibles ne mentionnent aucune manifestation significative en lien avec la Journée internationale de la femme avant Ce sont ensuite les groupes de fem - mes, les syndicats et les groupes communautaires qui ont contribué à faire de cette journée une manifestation annuelle, comme partout à travers le monde. 1 Dans l ère moderne où nous vivons, nous n avons toujours pas atteint un statut égal MOT DU COMMANDANT DU 5 GSS Colonel Sylvain Sirois entre les hommes et les femmes. Même au Canada et au Québec, où l égalité des sexes semble bien intégrée dans nos mœurs, malgré de nombreuses avancées, nous avons encore des sphères d activités où ce concept a de la difficulté à s établir. Je ne professe pas ici que nous devrions avoir autant de femmes que d hommes dans tous les domaines et dans toutes les sphères de notre société, militaires ou civiles. L objectif devrait être plutôt l élimination des obstacles systémiques afin que toute personne puisse s émanciper, dans un domaine de son choix, et cela, peu importe son sexe. Les femmes rencontrent encore beaucoup de ces obstacles. La Journée internationale de la femme nous offre l occasion de réfléchir et d être sensibilisé à cette problématique. Cette année, nous soulignons cette Journée internationale sous le thème «Rester fortes : la santé et le mieux-être au féminin». De l information sera disponible sur la page d accueil électronique et sur les différents babillards de vos garnisons. Je vous invite à la consulter. Dans le cadre de la gestion des programmes mandatés au SQFT, les activités majeures sont orga - nisées tous les deux ans. Pour la Journée internationale de la femme, ces activités sont organisées aux années impaires. Cependant, plusieurs activités non militaires sont organisées au sein de notre communauté et je vous encourage tous, hommes et femmes, militaires et employés civils, à y participer et à laisser vos subordonnés y participer si vos horaires le permettent. Soyez tous assurés que la chaîne de commandement demeure vigilante et sensible à la question de l égalité. Je vous encourage aussi à participer aux divers comités de discussion qui seront remis sur pied sur nos garnisons dans les mois qui viennent et qui permettront un dialogue informel sur diverses problématiques, dont celle du statut de la femme. Le 8 mars 2012, prenez un moment de réflexion sur le statut des femmes dans votre communauté et demandez-vous si vous faites partie de la solution. Servir avec honneur et persévérance. Colonel Sylvain Sirois Commandant du 5 e Groupe de soutien de secteur 1 Source : «L origine véritable du 8 mars», Journée internationale des femmes, Conseil du statut de la femme, novembre Prendre soin des nôtres Par Richard Vachon Centre intégré de soutien du personnel, Saint-Jean Le 2 février, le Chef du personnel militaire des FC, le contre-amiral Smith, annonçait le lancement de la publi - cation Prendre soin des nôtres, une démarche globale pour les soins du personnel malades et blessés des Forces cana diennes (FC). Ce concept de soins consiste en une prestation uniforme des avantages et services pendant toute la durée des trois étapes franchies par les militaires ayant subi une blessure ou souffrant d une mala - die: la récupération, la réadaptation et la réintégration au service militaire ou au retour à la vie civile. LA RÉCUPÉRATION Il s agit de la période de traitement et de convalescence, pendant laquelle les militaires blessés et/ou malades passent de Les membres des Forces canadiennes qui sont blessés ou malades bénéficieront d une prestation uniforme des avantages et des services pendant les trois étapes de leur rétablissement. - Photo: Stock.xchng l étape de la blessure/maladie à l étape où leur état est stable et qu ils sont prêts à recevoir des soins médicaux. L équipe de gestion du blessé aide le militaire et sa famille en coordonnant l accès à de nombreux services cliniques. LA RÉADAPTATION C est un processus actif pour optimiser des résultats à la suite d une blessure ou d une maladie. Cette réadaptation peut prendre plusieurs formes: physique, mentale et professionnelle. Les services de réadaptation physiques des FC ont été agrandis de façon significative. Par exemple, le Programme de réadaptation physi - que qui est réparti dans sept centres d expertise en réadaptation militaire, dont un à Valcartier. De plus, les FC ont établi sept centres de soutien pour trauma et stress opérationnel (CSTSO) pour répondre à la demande sans cesse croissante du syndrome de stress post-traumatique et autres blessure de stress opérationnel, dont un à Valcartier. LA RÉINTÉGRATION Il s agit d un processus uniforme pour les militaires qui se rétablissent à la suite d une blessure/maladie en vue de les aider à retourner au travail dans les FC ou de les préparer à une carrière dans la vie civile. Advenant une libération pour raisons médicales, un militaire devient admissible à divers services d aide à la transition. Pour aider à faire cette transition sans heurt, plusieurs partenaires des FC tels que les Services financiers du RARM et Anciens Combattants Canada entreront en action. En conclusion, les FC se sont engagées à part entière quant aux services de soins et de soutien pour les militaires et leurs familles. Pour ce faire, le réseau national des Centres intégrés de soutien du personnel (CISP) a été créé. Ces CISP offrent un soutien complet aux militaires, aux anciens combattants et aux familles des défunts. Au Québec, ces CISP se situent à Bagotville, Valcartier et ici à Saint-Jean. Le CISP Saint-Jean assure la coordination et facilite le soutien administratif durant les différentes phases de rétablissement pour le retour en service ou à la transition vers la vie civile pour tous les militaires et vétérans. Appelez-nous! ou , poste Page 4 / Adsum / 29 février 2012

5 RAFALE BLANCHE Opération SABRE AMBITIEUX, le déploiement du 12 RBC Par le capitaine Marc Thébault 12 e Régiment blindé du Canada Au loin, un bruit sourd et prolongé se faisait entendre sur les routes sinueuses de la MRC Beauce-Sartigan. Rapidement, le grondement des Coyote se rapprochait, révélant ainsi la présence des escadrons de reconnaissance du 12 e Régiment blindé du Canada (12 RBC) aux résidants de l endroit. Notre arrivée dans la région était très attendue par la population. À quelques endroits, des affiches souhai - taient la bienvenue au régiment. RAFALE BLANCHE 2012 n en était qu à ses premiers balbutiements que les membres du 12 RBC devaient déjà composer avec une température et des conditions routières défavorables. En effet, à peine avaient-ils commencé à s installer dans leur zone d opération respective que les escadrons A et D durent effectuer des tâches de poste de contrôle de la circulation et de sécurité de points vitaux, afin d appuyer le déploiement de la brigade qui a été prolongé en raison du mauvais temps. Malgré les délais infligés par les conditions météorologiques, les deux escadrons de reconnaissance, maintenus en puissance par l escadron de Commandement et de services (C/S), ont promptement réorienté leurs opérations dans le but de définir leur espace de bataille et de procé - der à des manœuvres au niveau d escadron. Un Coyote dans la neige. Que ce soit en effectuant une relève en place, au niveau d escadron, ou même un ravitaillement de nuit par élingage, les défis étaient au rendez-vous pour tous les niveaux du leadership régimentaire. Néanmoins, ce crescendo des opérations réservait un défi de taille pour le régiment, du jamais vu depuis plusieurs années. En effet, quatre jours de préparation et de coordination minutieuses ont été nécessaires afin de mettre sur pied l opération finale, une reconnaissance de zone divisionnaire. Le but de la manœuvre était simple : stimuler, entraîner et mettre à l épreuve tous les membres du régiment. C est ainsi qu a débuté, dès l aube du 9 février, une reconnaissance de zone avec les escadrons A et D en tête, suivis des éléments du poste de commandement régimentaire (PCR) et de l escadron C/S. Sur une distance de plus de 50 kilomètres, le régiment a ainsi procédé à une marche vers l ennemi. Hélicoptères Griffon et avions à réaction de type Alpha Jet ont été mis à contribution comme appui aérien rapproché sous contrôle des contrôleurs avancés d aviation du 5 e Régiment d artillerie de campagne. La nature de la guerre hivernale étant ce qu elle est, plusieurs véhicules enlisés ont nécessité la contribution des véhicules de remorquage du régiment. Ainsi, le système d échelon régimentaire a été projeté sous les feux de l action pour permettre la continuité de l opération. Cette dernière opération, d une durée de 16 heures, a permis au régiment de quitter sa zone de responsabilité tout en effectuant une tâche tactique complexe juxtaposée à notre redéploiement vers Valcartier. C est donc sous le couvert de la nuit que les membres du régiment ont quitté la MRC et sa population cordiale afin de retrouver le confort de leur foyer. Une affiche souhaitant la bienvenue au 12 RBC à Saint-Ephrem-de-Beauce. 29 février 2012 / Adsum / Page 5

6 RAFALE BLANCHE RAFALE BLANCHE 2012 : tout un défi pour la logistique! Par le capitaine Michel Purnelle Officier responsable des affaires publiques de l unité (RAPU) Dans la soirée du 31 janvier, les conditions météo se dégradent rapidement, les routes blanchissent et les essuie-glaces peinent à balayer la neige; la visibilité tombe, le vent s en mêle et la température chute. Nous ne pouvions pas imaginer un tel défi comme scénario pour s entraîner et pourtant Nous devions y faire face à tout prix. Devoir avant tout est la devise du 5 e Bataillon des services du Canada (5 Bn S du C) et c est toute une équipe qui est parvenue à diriger des opérations de transport et de ravitaillement en carburant pour soutenir plus de 872 véhicules du mouvement rou tier du 5 e Groupe-brigade mécanisé du Canada. Dans l ombre de ce déplacement, la maintenance veillait au service de remor - quage et ses hommes ont été amplement compromis à plusieurs reprises sous la tempête pour porter assistance aux véhi - cules en difficulté. Dans la même lancée, freiné par le manque de matériel, coincé sur les routes, notre groupe précurseur entamait une course contre la montre pour monter le poste de commandement des opérations logistiques. Déjà les deman des d approvisionnement des uni - tés rentraient sans même que la maison soit encore fonctionnelle. Pour rajouter quelques embûches à leur mission, le froid humide attaquait vivement toutes mains en contact avec les armatures métalliques des tentes à monter. Cela résume que la guerre hivernale n épargne rien, un simple geste demande dix fois plus d efforts, plus de temps, plus de détermination et de courage pour continuer. Et, la détermination n a pas manqué, ni le courage pour tous les membres du 5 Bn S du C réunis, le camp s est érigé rapidement et discrètement sous un camouflage urbain dans une ancienne usine de plancher au cœur de Beauceville. Le soutien des unités est devenu notre priorité. De nombreux convois poussés à travers la région par des conditions extrê - mes ont délivré sur des points de livraison de la nourriture et du carburant pour garder les troupes en mouvement et aptes au combat. L élingage par hélicoptère a été une pièce maîtresse de notre soutien, par sa rapidité pour l approvisionnement de nos soldats sur le terrain. Comme sur un jeu d échec, nous avons déplacé nos pions à travers la Beauce au bon endroit et au bon moment, un synchronisme parfait. Une courte pause s est présentée à nous lors de notre journée de rayonnement du 4 février qui a permis à la population de Beauceville de nous côtoyer dans nos lignes et découvrir ses forces armées. Nous avons accueilli plus de 400 visiteurs. Les opérations logistiques de transport, d approvisionnement, de maintenance et d alimentation durant l exercice RAFALE BLANCHE ont été un succès et ils repré - sentent un effort collectif de tous nos corps de métiers logistiques pour pousser les soldats à l avant afin qu ils continuent à combattre, telle est la mission que nous partageons tous avec passion. Physiothérapie Valcartier Shannon Nouvelle carrière... Nouveaux défis... N N ous sommes la plus importante compagnie privée de sécurité au Canada. otre mission offrir des oportunités emplois de qualité aux personnes qui ont terminés une brillante carrière au sein des Forces Canadiennes et de la Gendarmerie Royale du Canada. ous joindre N PLACE 438 boul. Jacques-Cartier PHYSIOTHÉRAPEUTES : Catherine Turgeon, pht Kathleen Dubé, pht Jour/Soir URGENCES Page 6 / Adsum / 29 février 2012

7 RAFALE BLANCHE 1 R22 e R : retour aux sources à Thetford Mines Par l adjudant-maître Jean-François Boutin 1 er Bataillon, Royal 22 e Régiment C est du 31 janvier au 9 février que le 1 er Bataillon, Royal 22 e Régiment (1 R22 e R) a participé à l exercice RAFALE BLANCHE 12. Ce déploiement du 5 e Groupe-brigade mécanisé du Canada a regroupé près de 550 personnes et une centaine de véhicu - les provenant du 1 R22 e R à destination de Thetford Mines. Cet exercice hivernal représentait un retour à un entraînement conventionnel pour les troupes du bataillon. L objectif était d exécuter des manœuvres de combat en hiver dans un secteur peu fami - lier, où il était possible d interagir avec la population tout en exploitant nos res - sour ces militaires. Dès le mois de novembre, des reconnaissances ont été effectuées afin d identifier les emplacements requis pour le séjour et les besoins des différents services nécessaires au soutien des opérations. C est chaleureusement que nous avons été reçus par les autorités municipales et les citoyens. Tous les besoins logistiques ont été comblés malgré les aspects budgétaires et les échéanciers. Dès le départ du mouvement routier, la météo a mis au défi nos capacités en conduite hivernale comme si elle avait fait partie intégrante du plan d entraînement. Ce sont cinq heures de conduite dans des conditions extrêmes qui auront été nécessaires pour nous rendre à destination. Comme si tout avait été planifié pour l entraînement dans un secteur nordique, Les soldats Turcotte et Beaudry-Naamani, de la compagnie A du 1 R22 e R. c est sous la neige et le grésil que nous avons installé le campement. Sans le moindre doute, tout au long de l exercice, les soldats ont pu mettre à l épreuve, pen - dant les manœuvres tactiques et opéra tion - nel les, leur capacité d adaptation aux conditions hivernales. Le 4 février, les membres du bataillon ont pris une pause pour participer à des activités portes ouvertes où ils ont pu expo ser l équipement utilisé lors des manœuvres et échan - ger avec la communauté. L objectif atteint, l exercice RAFALE BLANCHE 12 a été l occasion de conduire un entraînement distinctif dans une zone spécifique d opérations. La collaboration de tous les participants à l exercice dans un contexte de brigade a marqué la transi tion entre l entraînement pour les déploie ments en Afghanistan et un entraînement de type plus conventionnel. L excellente collaboration avec les autorités municipales et les citoyens a sans aucun doute contribué au succès de l exercice et à renouer les liens avec la population. Des dauphins capables de détecter les mines sous-marines Dans l éventualité où l Iran tenterait de bloquer le détroit d Ormuz, où transite 40 % des exportations mondiales de pétrole, la marine américaine pourrait faire appel à une ressource pour le moins originale : une flotte de dauphins! Ces jolis mammifères marins sont entraînés à détecter et signaler la présence de mines sous-marines. À l aide de leur sonar naturel, ils repèrent facilement les objets sous l eau, par exemple une sphère de huit centimètres à 100 mètres de distance ou même des pièces de monnaie. Un dauphin qui détecte une mine n a qu à relâcher un appareil électronique et les plongeurs américains s occupent de neutraliser l explosif. Ce travail représente toutefois un grand danger pour ces animaux intelligents, qui peuvent déclencher une mine ou être ciblés par les forces ennemies. Des organismes de défense des animaux s objectent à une telle utilisation des dauphins. (P.B.) - Source : LeMonde.fr 29 février 2012 / Adsum / Page 7

8 40 E ANNÉE, N o 17, MERCREDI 29 FÉVRIER 2012 Le journal Adsum est une publication non officielle publiée un mercredi sur deux avec la permission du Commandant du 5 e Groupe de soutien de secteur. Les opinions et les points de vue exprimés dans ce journal ne sont pas nécessairement ceux du MDN, des FC et de l ASPFC/Personnel des FNP. Le journal Adsum informe la communauté militaire de la garnison et de la grande région de Québec depuis Notre publication constitue l un des principaux outils de com munication interne de l Armée au Québec. C est un moyen privilégié pour le Secteur du Québec de la Force terrestre (SQFT) de communiquer avec son personnel et les familles. Les succès, les intérêts et les préoccupations de la grande équipe du SQFT, voilà la matière avec laquelle est bâti l Adsum. Tirage : 5050 copies Éditeur : Colonel Sylvain Sirois, commandant 5 GSS Rédactrice en chef : Caroline Charest Tél. : , poste 5672 Courriel : Journaliste : Philippe Brassard Tél. : , poste 6656 Courriel : Conseillère en publicité : Isabelle Blouin Tél. : Courriel : Commis d administration : Marie-Josée Simard Tél. : , poste 5598 Courriel : Infographiste : Philippe Dionne-Raymond Tél. : , poste 6656 Courriel : CHÔMAGE ÉLEVÉ CHEZ LES JEUNES VÉTÉRANS AMÉRICAINS Près du tiers des jeunes vétérans américains âgés entre 18 et 24 ans n occupaient pas d emploi rémunéré dans le dernier trimestre de l année 2011, révèlent des récentes statistiques portant sur le marché du travail aux États-Unis. Le taux de chômage se retrouve deux fois plus élevé chez ces jeunes vétérans par rapport à la population civile. En décembre, le chômage affectait 13,1 % de l ensemble des jeunes vétérans (18-29 ans). À titre de comparaison, la problématique touchait un jeune vétéran sur cinq en Selon un ancien chef d état-major des Forces armées américaines, la lenteur de la reprise écono mi que aux États-Unis est un grand facteur pouvant expliquer cette situation. (P.B.) 4 PNEUS D HIVER GRATUITS Bénévoles et responsables de clubs sportifs et de loisirs, envoyez-nous de vos nouvelles! Montrez aux lecteurs et lectrices le dynamisme de votre club en soumettant de courts articles (nous les corrigerons!) et des photos de vos activités et compétitions par courriel à 4 CHANGEMENTS D HUILE GRATUITS Centre de véhicules d occasion Comme vous, nous sommes des passionnés! Toute correspondance doit être adressée à la rédactrice en chef. Les demandes de publication doivent être acheminées par courrier élec tronique à Soumettre les textes en format Word et les photos en jpg. La rédactrice en chef se réserve le droit de rejeter ou de modifier tout matériel rédactionnel ou publicitaire. Les auteurs des textes ne seront pas nécessairement avisés des modifications apportées à leurs textes. Les articles publiés dans ce journal sont la propriété de l Adsum et ne pourront être publiés, utilisés ou reproduits sans l autorisation de la rédactrice en chef ou de l auteur. Le journal Adsum est une entité des Programmes de soutien du personnel (PSP) et est financé en grande partie par les fonds non publics. Les revenus générés par les annonces publicitaires contribuent en majeure partie au financement du journal. Nous vous remercions d encourager nos annonceurs. ABONNEMENT 20,00 $ par année (22 éditions) plus taxes GRATUIT pour les militaires et les employés civils du MDN. ISSN ADRESSE POSTALE Journal Adsum Garnison Valcartier, bât. 516 C.P. 1000, succ. Forces Courcelette (Québec) G0A 4Z0 TÉLÉPHONE , POSTE 5598 Nissan Xterra S km, #4112c $ Nissan Titan SL km, #4239c $ Jeep Patriot Sport/North 2010, km, #3967c $ Volvo S40 2.4i A km, #3968c $ Nissan Maxima SV 2011, km, #4525c $ Nissan Versa 1.8SL km, #4237c $ Nissan Pathfinder SE km, #2887c $ Nissan Altima 2.5 S km, #3465c $ Nissan Pathfinder S VUS 2011, km, #4197c $ Kia Rondo EX 5-Seater 2009, km, #4382c $ Ford F-150 XLT km, #4071c $ Nissan 370z Touring km, #4660c $ TÉLÉCOPIEUR SITE WEB : COURRIEL : Page 8 / Adsum / 29 février 2012 PROCHAINE PARUTION Mercredi 14 mars 2012 DATE DE TOMBÉE Vendredi 2 mars 2012 Fondé par le 12 e Régiment blindé du Canada Nissan Xterra SE km, #4017c $ Nissan Rogue SL AWD km, #3873c $ Nissan Rogue S AWD km, #3392c $ 125, rue Marais à Québec Nissan X-Trail km, #4219c $

9 RAFALE BL ANCHE Construction du camp régimentaire Par le capitaine Eric Boucher Commandant de la troupe de construction, 5 RGC La troupe de construction du 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) a construit un camp pouvant accueillir 275 soldats déployés dans le cadre de RAFALE BLANCHE. Le camp régimentaire a été érigé à Sainte-Aurélie sur le site de la scierie de M. François Giguère qui nous a prêté son terrain avec enthousiasme. La troupe de construction, du 55e Escadron d appui, a profité de cet exercice pour faire travailler ses différents corps de métiers tels que les électriciens, les techniciens en groupes électrogènes, les menuisiers et les plombiers. Avant le déploiement, beaucoup de préparation a été nécessaire pour que la construction du camp soit un succès. Premièrement, nous avons fait des reconnaissances de sites, et ensuite nous avons fait la conception du camp sur ordinateur en utilisant des images satellites du site choisi. Suivant les caractéristiques et dimensions du camp, les électriciens avec les techniciens en groupes électrogènes ont préparé les équipements électriques (panneaux d alimentation, câblages, connecteurs, etc.) pour que le camp soit alimenté rapidement en électricité lors du déploiement. L installation de douches et de toilettes a nécessité une bonne préparation de la part des plombiers, car la plomberie derrière les installations sanitaires est assez complexe et par temps froid, le travail doit pouvoir se faire rapidement. Une fois rendue sur le site, la troupe s est déployée très rapidement. Les techniciens en groupes électrogènes ont installé et démarré deux génératrices de 150kW pour alimenter le camp en électricité. Pendant ce temps, les électriciens ont installé les panneaux électriques et tout le câblage nécessaire pour l alimentation du camp. De leur côté, les plombiers, assis tés des menuisiers, ont installé la tuyauterie pour alimenter les installations sanitaires en eau potable directement de l hydrant du site. Les eaux usées étaient vidangées directement dans le système d égout de la municipalité. Les menuisiers ont construit une boîte qui était chauffée avec des chaufferettes pour que les tuyaux ne gèlent pas. Des tentes chauffées ont également été utilisées pour les réservoirs d eau potable. Le temps froid a causé divers problèmes techniques auxquels la troupe de construction a dû s adapter. La construction du camp s est terminée avec succès. Lors de son passage au camp, le conseiller de la branche du génie militaire canadien, le colonel Dickson, a souligné le travail exceptionnel de la troupe de construction. Les projets réussis commencent par un ' & % $ #"!& #" (# $ ' & ( et un sourire chaleureux. (( P * "., $.,' * #. *,# " #,*. + * & -. '., #.,+ $ -, $ #. *, ) -," #. ' -,," ) # - # *,., ),+ * ) $ # ',,- # ',.,". *,. -," ) -. -, -,. $ *,#.,")!!.,".,. $, ) $ -, + +. ) -,"., + * #!. *,- )," ' &,) *.,". - ',.,- )!!., + ' # ' $.,, J " " $. -, # + * ) (.' c.,!, ) En arrière-plan, l adjudant-maître Beaumier, le capitaine Boucher et le propriétaire du site, M. Giguère, pendant l inspection des installations sanitaires. Un membre du 5e Régiment du génie de combat coupe du bois pour construire des installations sanitaires. Photos : cpl Sébastien Grimard, Affaires publiques 5 GBMC. #.,' ) $ ( ) $ * -, ) -,". *,. ', $.,(.,- $ # -,- *,.,- # -, $.,. -," #..,+ ) $ --.,,!.,-$ #. ' -,.,- ) $ * # ', # - #,# -,, $,*., $.,(.,+. $,( ) $. *, ' -, + + * & " #. ',!. -," ) # -* *,+ ) $ *,. -, #. *,,!. ) #. ', $.,(.,- $ -,,* & # - ' # ) ". -,- $ *,. -,+.*,, #.,.$ # -,,+ ) $ *,,.,. $ *, * ) $ # ' -,. ', *,+ * ) (. ', --) "# &,., )!.,. + ) ' )!.,. + ) ',.,+ $ -,#! + ) * ' ', & ' # ', $,! ).,. ) ' # ),* & - #. ' #..,*. " * $ '., " ' $..!. ',. -,+ + + *.. ',* + #.!. ',. ', $ #,-) ', &. -, -$ *,.,-. * # *&,! ' # *.,.,. * -). -, $ #, ".,,," #. '., VOTRE HYPOTHÈQUE, C EST MON AFFAIRE! Achat Renouvellement Pré-autorisation Refinancement Service gratuit, rapide, efficace, 7/7 jours Cathy Vachon Courtier immobilier hypothécaire t PRÊT (7738) «Partout au Canada» Nous favorisons la diversité et souscrivonsau principe de l égalité d accès à l emploi. + + *..,., $ ) #,. + ) # '. *,- ),+ ) '. ' #.,. - ', ),+ ) $ *,- ) #,. ',. -, $ ' *. -, Postulez en ligne à homedepotemplois.ca/7926 et découvrez les façons "# " (% $ " ( ($ " & PLUS DE 150 VÉHICULES EN INVENTAIRE Importation U.S. Crédit personnalisé et confidentiel 1re, 2e et 3e chance au crédit Tous nos véhicules sont inspectés 1020, chemin Olivier, Saint-Nicolas G7A 2M7 (à 2 minutes des ponts) Fax : *Cet t e o f f r e es t va l id e j u s q u a u 6 ma r s 2012* 2004 NOUS PAYONS LA TPS! BMW 135i 2009 NOUS PAYONS LA TPS! Toyota Tacoma SR5 TRD 2006 NOUS PAYONS LA TPS! Toyota Corolla sport 2010 NOUS PAYONS LA TPS! Jeep Wrangler Sahara 2007 NOUS PAYONS LA TPS! Dodge Ram 1500 Bighorn février 2012 / Adsum / Page 9 NOUS PAYONS LA TPS! Subaru Impreza STI

10 RAFALE BLANCHE Le 51 EC conduit les opérations interarmées Par le sergent Martin Bouchard Commandant de section, 51 e Escadron de campagne Cet article relate l expérience du 51 e Esca - dron de campagne qui, du 5 au 9 février, a fourni un appui rapproché en génie au 2 e Bataillon, Royal 22 e Régiment (2 R22 e R) dans le cadre de RAFALE BLANCHE. L exercice RAFALE BLANCHE, qui a eu lieu du 31 janvier au 8 février, s est divisé en deux phases. La première, sous la tu - telle du 5 e Régiment du génie de combat (5 RGC), et la seconde en tant qu unité de soutien auprès du 2 R22 e R. Pour la transition entre les deux pha ses de l exercice, nous avons été invités à la cabane à sucre par la compagnie A du 2 R22 e R pour regarder le Super Bowl. Tout en regardant la partie, nous avons eu droit à un authentique repas de cabane à sucre qui a été très apprécié par la troupe qui, durant l exercice, ne mangeait que des rations. Une ambiance festive et une rivalité amicale régnaient entre les personnes rassemblées dans la salle. Cette pause a fait le plus grand bien à la troupe. Pour la deuxième phase de l exercice qui eu lieu près de Thedford Mines, la troupe 1 a apporté son appui à la compa - gnie A en aidant à la construction d une base d opérations avancée nordique. Ce faisant, la troupe 1 a construit des positions de tir pour des véhicules blindés légers (VBL) occupés par des fantassins en déneigeant les positions à l aide de la pelle d un VBL Génie. Un sapeur inspecte le train de roulement d une voi ture à la recherche de pièges. Photo : Cédric Lamontagne, Zone911 Par la suite, la troupe a construit un obstacle pour le personnel démonté se composant de trois obstacles de concer - tina de type 3 avec du barbelé à 30 centimètres du sol entre chaque obstacle. Ils ont par la suite déroulé des rouleaux de concertina sur 180 mètres de long à environ 30 mètres de la route dans un bois très dense afin d offrir une protection contre les intrusions par le flanc. Ces tâches ont été difficiles, car le matériel a dû être transporté en raquettes. Durant l attaque finale sur l objectif canadien, les éléments du génie devaient être prêts à intervenir en effectuant une brèche d obstacle, une fouille ou autre. Les sapeurs de la troupe 1 ont très bien représenté le 5 RGC. Avec enthousiasme, ils ont réussi à accomplir toutes les tâches qu on leur a confiées. Ils ont effec- Obstacle d hiver : construction et démolition Par le lieutenant Kevin Madore Commandant troupe 4, 5 e Régiment du génie de combat C est par un matin frais du 7 février que les membres de la troupe 4 ont reçu la tâche de construire un obstacle dans des conditions hivernales. L innovation était à l horaire pour la conception et la construction des obstacles avec le maté - riel disponible. Deux barricades enfoncées dans le sol et ancrées aux arbres environnants ont été érigées. De la neige a été fondue et appliquée sur la base de l obstacle afin de la geler au sol, le tout complété par la compaction de neige sur la barricade par un VBL-Génie. Le lendemain, ces obstacles ont été détruits à l aide d explosifs délibérément. La perte de dextérité des mains et des doigts, causée par le froid, a représenté un bon défi pendant la construction des obstacles et la manipulation des explo sifs. Malgré cela, les sapeurs ont démontré une grande aptitude à s adap - ter à l environnement tout au long de l exer cice en exécutant avec brio toutes les tâches qui leur ont été demandées. tué une brèche dans une clôture de concertina pour permettre au fantassin d atteindre l objectif. Une fois rendues à l objectif, les sections d ingénieurs étaient en charge de fouiller le site, incluant une carcasse de véhicule suspect. Des sapeurs préparent les billots de bois pour la construction des barricades. Photos : lt Kevin Madore Les charges explosives sont placées sur la première barricade. Les membres des sections ont tous démontré du professionnalisme, ainsi qu un bon sens de l urgence. Le fait de s entraîner en équipe de combat ajoute un réalisme qu on voit souvent en théâtre opérationnel. Page 10 / Adsum / 29 février 2012

11 RAFALE BL ANCHE PLONGÉE SOUS GLACE Par le sapeur Avila-Rivas 5e Régiment du génie de combat La brigade s étant déployée dans le but de pratiquer des tâches en milieu hivernal, les plongeurs de combat du 5e Régiment du génie de combat (5 RGC) n ont pas fait exception à cette règle. Le site du pont de glace du lac Etchemin était l endroit idéal où pratiquer la plongée sous glace pour l équipe de spécialistes. Étant donné que ce type de plongée n est pas pratiqué pendant le cours de base de plongeur de combat, il en revient aux membres seniors du régiment d enseigner cette tâche particulière aux nouveaux membres de l équipe. Les utilités de la plongée sous glace diffèrent un peu de la plongée conventionnelle. Celle-ci serait plutôt utilisée en cas de perte de matériel Le sapeur Avila-Rivas s apprête à effectuer sa première plongée sous glace. ou pour récupérer des véhicules qui seraient tombées sous la glace. Malgré l eau qui était à une température de 3 C, les plongeurs du 5 RGC ont bien apprécié de pouvoir effectuer une plongée sous glace et pratiquer cet aspect de la plongée peu commun. Steven Blaney, ministre des Anciens Combattants, a rendu visite aux plongeurs du 5 RGC. Il est entouré du colonel Lafaut, commandant du 5 GBMC, et du brigadier-général Giguère, commandant du SQFT/FOI(E). Les plongeurs sont le capitaine Kilburn et le caporal Plourde. Photo : cpl Sébastien Grimard, AP 5 GBMC C est mission accomplie pour la batterie X Par lieutenant Gaudreault Batterie X, 5e Régiment d artillerie légère du Canada Du 31 janvier au 9 février, le 5e Régiment d artillerie légère du Canada (5 RALC) s est déployé pour l exercice de guerre hivernale annuel avec le 5 e Groupebrigade mécanisée du Canada. De notre côté, l exercice de dix jours sethe scindait Persoen naldeux - Aphases dsum distinctes. La phase 1, dans les secteurs d entraînement de Valcartier, consistait en un exercice de réel au niveau régimentaire. Iluar s agistir ednesda y Bi-w sait du dernier entraînement de tir en Colour préparation du déploiement à Gagetown pour LION INTRÉPIDE. Au total, près de 1000 obus de tous calibres ont été tirés en trois journées de tir. Ce n est que le samedi 4 février que le 5 RALC s est joint au reste de la brigade déjà établie dans la région beauceronne. Les canons bien au chaud dans le hangar, les batteries d artillerie se sont métamorphosées en compagnies d infanterie démontées. La zone d opération du 5 RALC s établissait au sud-ouest de la municipalité de St-Georges de Beauce où des tâches de patrouilles de reconnaissance et de pré- sence ont eu lieu. Une équipe de hockey composée d artilleurs a joué contre l équipe locale de Shenley. Au terme de cette féroce rencontre, les artilleurs se sont inclinés face à leurs opposants au compte de 5-3. Bien entendu, un match revanche sera de mise, mais cette fois, ici à Valcartier. L exercice RAFALE BLANCHE a été une belle occasion pour le 5 RALC de tisser des liens avec les communautés civiles à l intérieur de notre zone d opération. Plusieurs curieux sont venus visiter les positions et les nombreux contacts avec la population ont fait écarquiller les yeux de la Beauce, apparemment très peu familière avec la présence des militaires dans leur paisible voisinage. Le maire de St-Martin a même lancé une invitation pour l assemblée du conseil municipal à laquelle nous avons répondu volontiers. Même le jeune fils de M. Gaétan Bolduc, propriétaire du terrain où la batterie X s est entraînée, s est prêté à un scénario dans lequel il incarnait un élément de reconnaissance ennemi. Pour conclure, les deux missions principales du 5 RALC, soit la confirmation des habiletés en guerre hivernale et le rayonnement des Forces auprès des citoyens, ont été accomplies pour cette édition 2012 de l exercice RAFALE BLANCHE. 20 finalistes,1 grand gagnant! L ULTIME MORDU DE SPORT CHOISIRA PARMI QUATRE EXPÉRIENCES DE SPORT. CONCOURS EN VIGUEUR DU 15 FÉVRIER AU 31 DÉCEMBRE finalists,1 big winner! THE ULTIMATE SPORTS FAN WILL HAVE A CHOICE OF ONE OF FOUR EXPERIENCES. CONTEST RUNS FROM FEBRUARY 15 TO DECEMBER 31, 2012 Téléphonez ou cliquez pour obtenir votre soumission d assurance auto ou habitation : Call or click for your home and auto insurance quote: canex.lapersonnelle.com canex.thepersonal.com 29 février 2012 / Adsum / Page 11 * L assurance auto n est pas offerte au Manitoba, en Saskatchewan ni en Colombie-Britannique, où il existe des régimes d assurance gouvernementaux. Règlement complet et détails sur : canex.lapersonnelle.com. * Auto insurance not available in Manitoba, Saskatchewan or British Columbia due to government run plans. Complete contest rules and details at canex.thepersonal.com.

12 L adjudant-maître à la retraite Langis Langlois donne un briefing de déminage au Congo. Des obus rouillés et autres munitions explosives trouvées par l équipe de Langis Langlois dans le milieu de vie des Congolais. Un ingénieur de combat à la retraite devenu expert en déminage humanitaire Par Philippe Brassard Journal Adsum Après 25 ans de carrière comme ingénieur de combat dans les Forces canadiennes, l adjudant-maître à la retraite Langis Langlois a consacré 11 années au déminage humanitaire en Irak et au Congo, des pays où l utilisation des mines a fait des milliers de victimes civiles. L ancien membre du 5 e Régiment du génie de combat (5 RGC), qui travaille présentement à Valcartier comme ou vrier d entretien de terrains pour les Program - mes de soutien du personnel (PSP), est un expert en déminage. Comme sapeur, il a acquis une grande connaissance des explosifs et des mines. En 1993, il avait même été déployé au Cambodge pour conseiller des équipes de déminage. «Il y avait plus de 20 millions de mines, et il y en a encore aujourd hui», informe-t-il. Après sa retraite des FC en 1998, il a décidé de faire du déminage son occupation première. C était une façon pour lui d utiliser son expertise en explosifs «pour une bonne fin». C est ainsi qu en 1999, il est embauché comme chef d équipe au sein d une compagnie britannique de déminage. Pendant Langis Langlois et son équipe de démineurs congolais lors d une cérémonie marquant le succès des activités de déminage autour d un village. Un démineur congolais sensibilise la population d un village au danger des mines et des explosifs abandonnés. - Photos : Courtoisie Langis Langlois trois ans, il a œuvré en Irak, plus précisément au Kurdistan, et au Koweit. «Notre tâche principale, c était d entraî - ner les Kurdes au déminage. C était l un des grands programmes de l époque : on avait 1500 démineurs, tous des Kurdes, dont des professeurs et des docteurs.» Le Canadien et son équipe étaient en charge de nettoyer des champs des mines posées depuis la guerre Iran-Irak ( ) ou posées par Saddam Hussein lors des guerres civiles, précise-t-il. L un de ces champs avait une superficie de plus de mètres carrés, soit l équivalent de 18 terrains de football. Partout, dans les montagnes, les champs agricoles, des milliers de petits engins explosifs dormaient sous terre, en attente de leur prochaine victime : mines antipersonnel, obus, grenades, sous-munitions non explosées, mines antichar, etc. «Contrairement au Canada, dans ces pays, le moindre petit lopin de terre doit être cultivé pour se nourrir. Si tu ne démi - nes pas un champ avant un ou deux ans, les habitants vont y aller pareil», souligne M. Langlois. Un jour, l ex-militaire s est rendu dans un village au Koweit. «Il y avait des sousmunitions autour des maisons, dans les champs. On est rentré dans une petite cabane en terre où les enfants étaient assis sur des mines antichar.» Peu éduqués, les enfants ramassent tout ce qu ils trouvent, comme des jouets. «Partout où on allait, on faisait de la sensibilisation auprès de la population. On leur expliquait quoi faire s ils trouvent un engin», signale M. Langlois. Après l Irak, le vétéran a œuvré comme officier des opérations pour un program - me de déminage des Nations Unies au Congo, en Afrique, de 2002 à Son rôle : encadrer des entrepreneurs privés et entraîner les Congolais. Les champs de mines remontaient aux conflits qui ont affligé le Congo vers la fin des années 90. «Ce sont des champs de mines posées par des milices, des fois par des enfants soldats», note l ex-militaire, ajoutant qu il y avait beaucoup de munitions abandonnées. Dans ce pays dévasté par la guerre, les mines se trouvaient couramment près des points d eau ou des ponts, de sorte que la population vivait sans cesse avec ce danger sournois. «On a eu un accident dans un petit village où une maman de 23 ans, enceinte, s est rendue à un point d eau avec son petit garçon. Elle a sauté DES ENGINS POUR «DÉMORALISER» «Les mines antipersonnel ne sont pas faites pour tuer, c est fait pour démoraliser, explique Langis Langlois. Si un groupe marche dans un secteur et que quelqu un saute sur une mine, ça démoralise le groupe. Ça prend un paquet de monde pour évacuer le blessé, et pendant ce temps d autres risquent de sauter à leur tour.» Parmi les dizaines de sortes de mines existantes, qui ont été fabriquées dans de nombreux pays comme la Chine, l Italie ou la Russie, les mines bondissantes sont particulièrement dange reu - ses. Selon M. Langlois, certaines mines conventionnelles artisanales coûtent peut-être deux dollars à produire et à poser, mais environ 2000 $ à neutraliser. LES MINES DANS LE MONDE Selon le ministère canadien des Affaires étran - gères, les mines terrestres antipersonnel ont fait plus d un million de victimes à travers le monde depuis Parmi elles, un grand nombre d enfants, de femmes et de personnes âgées. Selon les Nations Unies, des millions de ces engins ont été posés dans plus de 78 pays, surtout en Afrique et en Asie. Même lorsque les conflits dans lesquels elles ont été utilisées sont terminés, les mines continuent à tuer des milliers de personnes chaque année. C est sans compter les munitions non explosées, «les restants de guerre», très meurtriers eux aussi. Plusieurs traités internationaux tentent de limi - ter l utilisation des mines et explosifs à sousmunitions. En 1997, la Convention sur l interdiction de l emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction a été adoptée à Ottawa par 122 pays membres des Nations Unies. Certains pays tels que l Iran, la Libye ou la Russie refusent toutefois d adhérer au texte. L Équipe de lutte antimine des Nations Unies soutient depuis plus d une décennie des programmes axés sur le déminage, l éducation, l aide aux victimes et la destruction des stocks de mines. Malgré tout, près de 4000 personnes sont mortes en 2010 à cause des mines antipersonnel, qui encore aujourd hui sont utilisées comme armes de guerre. sur une mine. Elle a été amputée d une jambe. Elle a perdu le bébé. Son mari ne voulait plus d une femme à qui il manquait une jambe», raconte M. Langlois. «À travers notre programme, on a réussi à l envoyer dans un centre de réadaptation. Elle a gardé un bon moral malgré tout.» Pour libérer la population de ce fléau, les démineurs utilisent divers outils des détecteurs de mines, des chiens pisteurs, des tracteurs spécialisés pour trouver la menace et la neutraliser. «Il y a des places où il fallait chercher à la petite pelle, centimètre par centimètre.» En 2002, un démineur a perdu une jambe après avoir marché sur une mine qui avait échappé à la vigilance des autres. «Notre travail, c était aussi d assurer que lorsqu on remet un terrain à la population, on ne trouve pas d autres mines. Mais il y a toujours un risque résiduel.» Selon M. Langlois, durant ses huit années au Congo, des dizaines de milliers de mines ont été neutralisées. Plus de 3000 personnes sont décédées, mais le nombre d incidents a diminué au fil du temps. Jamais, par contre, les Congolais n ont perdu le sourire, précise-t-il. Même si le travail est loin d être terminé, le Canadien a le sentiment d avoir pu faire une différence. Il retournerait peutêtre au Congo s il en avait la chance. «Nos succès, c était de sauver des vies. Des fois, ça ne paraît pas à grande échelle, mais si tu peux en sauver une, deux, trois, c est déjà beaucoup» Page 12 / Adsum / 29 février 2012

13 Caporal-chef Pierre Martel 5 RGC Caporal-chef Bruno Mcauley 5 RGC Caporal-chef Sébastien Plourde 5 RGC Bombardier-chef Marc Rouillard 5 RALC Caporal-chef Mathieu Bilodeau-Roy 2 R22eR Caporal-chef André Thibault Barrette ECG Asie du Sud-Ouest 2 R22eR Bombardier-chef Mathieu Thiffeault 5 RALC Bombardier-chef Michael Tremblay-Lavoie 5 RALC Bombardier-chef Jean-François Turmel 5 RALC Caporal-chef William Warford 5 RGC Caporal Marc Balayer 1 R22eR Caporal Vuthea Chap 5 RGC Caporal Mario Critchley Barrette ECG Asie du Sud-Ouest 2 R22eR Caporal Jean-François Dallaire 5 RALC Caporal Julie Dallaire Barrette ECG Asie du Sud-Ouest 2 R22eR Caporal Patrick Deschênes 5 RALC Caporal Kenny Dion-Germain 5 Amb C Caporal Joël Dupont Étoile de campagne générale 5 Amb C Caporal Louis Dureau 2e barrette ECG Asie du Sud-Ouest 2 R22eR Caporal Mireille Gauthier 5 Amb C Caporal Émilie Gauvin 5 RGC Caporal Martin Hamel 5 RGC Caporal Valérie Jenkins 5 RGC Bombardier Kevin Keays 5 RALC Caporal Jonathan Lacasse-Leroux 1 R22eR Caporal Joannie Leblanc 5 RGC Caporal Ludovic Leblanc-Bellemare 5 RGC Caporal Jean-François Martel Barrette ECG Asie du Sud-Ouest 2 R22eR Caporal Maxime Mayrand 2 R22eR Caporal Dave Morin 5 Bn S du C Caporal Francis Pelletier 5 Amb C Caporal Jeremy Wilson 5 RGC Soldat Véronique Bérubé 5 GSS Sn Pers Soldat Louis-Philippe Dufour 5 Bn S du C Soldat Pierre-Luc Godin-Thomas 5 Bn S du C Cie Maint QUE SIGNIFIE BRAVO ZULU? Soldat Philippe Langlais 5 Bn S du C Cie Maint Soldat Kevin McAdam 5 Bn S du C Cie Maint Soldat Yann Paquet-Thibeault 5 Bn S du C Cie Maint Soldat Fraser Rae 5 Bn S du C Cie Maint Soldat Jordan Snodgrass 5 Bn S du C C est un terme emprunté à la marine qui signifie «bien fait» ou tout simplement «bravo». Pour soumettre la photo du récipiendaire d une promotion, d une décoration ou d une distinction, ou encore de quelqu un prenant sa retraite, veuillez nous demander le formulaire de rédaction pour Bravo Zulu par courriel à ou composer le , poste février 2012 / Adsum / Page 13

14 Entraînement intensif pour des contrôleurs aériens avancés Vue du cockpit d un A-Jet à 3500 pieds d altitude pendant l approche de l aéroport Jean-Lesage de Québec. On peut distinguer le pont de Québec, le fleuve Saint-Laurent et ses glaces ainsi que Lévis. Photo : adj Marc Gagnon, 5 RALC Le lieutenant Joshua Davidson observe les effets d une attaque de A-10 durant l entraînement préliminaire dans le désert de l Arizona. Photo : adj Marc Gagnon, 5 RALC Le pilote de A-jet Dave «Barney» Reid et le sergent Chris Coelho devant l avion d entraînement de haute performance à la suite d un vol en appui à l exercice RAFALE BLANCHE Photo : Mike French, Top Aces Les contrôleurs aériens avancés (CAA) du 5 e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) ont eu l occasion au cours des dernières semaines de parfaire leurs habiletés et d intégrer leurs capacités au sein d un exercice collectif. Depuis la fin des missions de combat en Afghanistan, c était la première occasion pour ces contrôleurs de travailler étroitement avec les commandants de sousunités. Le but était de leur fournir un appui aérien au bon moment, au bon endroit. Pour atteindre ce but, l évolution de l entraînement les a amenés à travailler avec les CF-18 du 425 ETAC de Bagotville et les A-Jet de la compagnie civile canadienne Top Aces. De plus, certains chan - ceux ont pu se déployer dans le désert de l Arizona pour travailler avec les F-16 de la Luke AFB de Phoenix et les A-10 de la Davis-Monthan AFB de Tucson. Tout a commencé avec la participation de nos contrôleurs à un exercice orga - nisé par le 2 RCHA de Petawawa. Cette unité organise régulièrement un exercice de contrôle aérien dans les secteurs d entraînement de Gila Bend, dans le désert de l Arizona. Cette destination est parfaite pour accomplir notre travail vu l absence de couvert nuageux et l immensité du champ de tir air-sol. Nous avons ainsi pu mettre à jour les qualifications de deux de nos membres en leur permettant de travailler avec des plates-formes américaines. Les membres de la US Air Force sont très intéressés à travailler avec des CAA canadiens, signe du professionna - lisme de ceux-ci. Quelques jours plus tard, les contrô leurs restés à Valcartier ont pu contrôler des CF-18 canadiens dans des exercices de tir réels. Grâce à l excellent appui du 425 ETAC et de la collaboration de Mère Nature, nous avons pu permettre à quatre de nos contrôleurs de remettre à jour leur qualification. Les CF-18 ont pu engager des cibles au sol à l aide de munitions de pratique guidées au laser ainsi qu avec leur canon de 20 mm. Par la suite, la compagnie Top Aces a pris le relais. Les premiers exercices consistaient en des contrôles statiques dans les secteurs d entraînement. Témoignant de la confiance que les pilotes de Top Aces accordent aux contrôleurs du 5 GBMC, nous avons pu intégrer des missions d appui aérien aux missions de tir réelles de 81 mm, 105 mm et 155 mm du 5 e Régi - ment d artillerie légère du Canada. Nous avons également pu envoyer quelques contrôleurs voler en A-jets pour qu ils se familiarisent avec le point de vue du pilote qui participe à la mission. Tous ceux qui ont volé pourront vous affirmer qu ils ont un nouveau respect pour ces pilotes qui font un travail très exigeant. Nous avons terminé l exercice avec les autres unités déployées en Beauce dans le cadre de RAFALE BLANCHE L intégration des contrôleurs a permis aux commandants des unités déployés d avoir accès à un appui aérien et à un entraînement réaliste. Fait à noter : le pilote de Top Aces Steven «Bunt» Nierlich a volé 9 heures et 50 minutes sur une pé - riode de 14 heures le 8 février en soutien à nos opérations, un record personnel. Prochain rendez-vous pour les CAA du 5 GBMC : LION INTRÉPIDE 2012! PDSF $ Rabais 6 059$ $* * Transport, manutention inclus. Taxes en sus $ ACCESSOIRES GRATUIT V-6 4 LITRES MANUEL 5 VITESSES VITRE TEINTÉ VERSION SPORT Photo à titre indicatif Page 14 / Adsum / 29 février , Côte Joyeuse, Saint-Raymond de Portneuf (Québec) G3L 4A OUVERT LE SAMEDI JUSQU'À 15H

15 Option 1 : Québec Option 2 : Montréal Option 3 : Saguenay-Lac-Saint-Jean Nous sommes là lorsque les militaires s absentent pour des raisons de service : Saviez-vous que? Exercices en campagne Formations Si vous avez des questions, n hésitez pas à nous appeler! We are there when military personnel are absent for reasons of service: Field exercices Courses Tâches Missions à l étranger, etc. Taskings Missions, etc. If you have any questions, please contact us! Do you know that février 2012 / Adsum / Page 15

16 Tél: JUDE AUDET Cell: Le capitaine Brousseau lors de son combat contre le Pakistan, celui où il est ressorti vainqueur. De la détermination, partout! Par le sous-lieutenant Geneviève Fortin Ratté Responsable des affaires publiques du 35 e Régiment du génie de combat «Ubique», la devise du génie militaire, signifie «partout». Elle nous rappelle, non sans grande fierté, que les ingénieurs militaires ont participé à chacune des grandes campagnes notables de l histoire. Encore aujourd hui, on peut voir les ingénieurs un peu partout et ce, de l entraînement militaire en Caroline du Nord jusqu à l entraînement sportif à Ankara en Turquie Noble Guerrier, L adjudant Samuel Bard s assure du déploiement de la force nécessaire à la construction des ponts MR et MGB, au franchissement de nombreux soldats et véhicules en bateau d assaut en plus d appuyer les compagnies d infanterie présentes. Sa position d adjudant des opérations du 16 e Escadron du génie pour l exercice lui aura valu une récompense hors du commun. S il se dit satisfait et fier du rendement de ses troupes, celles-ci peuvent bien lui rendre cette fierté. En effet, si l adj Bard comble de nombreuses positions à son unité accomplissant les tâches qui y sont reliées avec brio, cela ne l empêche pas d être remarqué à l extérieur de ses occupations quotidiennes. Le lieutenantgénéral Devlin, commandant de la Force terrestre, lui a remis, en guise de remerciement et de félicitations pour son excellent travail le «coin» du commandant de l Armée canadienne. Championnat du monde de Wushu, Ankara, Turquie. En 2011, le capitaine François Brousseau, commandant du 15 e Escadron du génie, se hisse parmi les athlètes participant à ce championnat. Il y gagne son premier combat contre le Pakistan au premier tour, ce qui lui vaut de poursuivre la compétition avec les 16 meilleurs au monde. Ensuite, en 8 e de finale, il affronte la Chine, une puissance mondiale. Bien qu il ne remporte pas ce combat, le capt Brousseau a su garder la distance avec ce champion mondial, ce qui le rend très fier. Cette opportunité, il l a méritée au prix d un entraînement exigeant : six fois par semaine à raison de trois heures chaque fois. Depuis seulement quatre ans, le capt Brousseau s entraîne au Sanshou, un sport de combat libre qui a pour racines le Kung-Fu traditionnel chinois et quel - ques éléments du Sambo russe. Discipline peu connue au Canada et pas du tout au Québec, c est au club «Les cogneurs» que le capt Brousseau et son partenaire d entraînement, Nicolas Jobidon, ont trouvé appui pour perfectionner leur sport. À présent, le capt Brousseau n a qu un seul objectif en tête : s entraîner et être fin prêt pour le championnat de 2013 en Malaisie. Félicitons nos membres du 35 e Régi - ment du génie de combat pour leur détermination et leur sens du devoir bien accompli! Page 16 / Adsum / 29 février 2012 RÉSIDANTS DES LOGEMENTS FAMILIAUX Êtes-vous satisfait de la livraison du journal Adsum à votre domicile? N hésitez pas à porter à notre attention toute situation qui vous causerait des désagréments. Pour nous rapporter un problème, composez le , poste 5598, ou envoyez un courriel à

17 La troupe Explosifs s entraîne sur la côte Ouest Par le lieutenant Elyann Périard-Fournier Commandant troupe Explosifs, 5 e Régiment du génie de combat Le 29 janvier, neuf opérateurs et assistants opérateurs en neutralisation de dispositifs explosifs de circonstance (DEC) du 5 e Régiment du génie de combat (5 RGC) se sont envolés pour Des Rangers en renfort aux Iles de la Madeleine Par le capitaine Hélène St-Louis 2 e Groupe de patrouille des Rangers canadiens Les 13 et 14 février, des Rangers canadiens des Îles-de-la-Madeleine ont appuyé la Sûreté du Québec lors du verglas qui s est abattu sur les Iles et a privé d électricité quelques milliers d abonnés. Une des tâches des Rangers canadiens consiste à fournir de l aide en cas de désastres naturels. Les Rangers des Îles-de-la-Madeleine ont eu comme mandat de Commandement Canada d assister la Sûreté du Québec lors de la panne d électricité causée par le verglas à la mi-fév rier. C est un groupe de huit Rangers dirigés par le sergent Bertrand Aucoin, chef de la patrouille, et le caporal-chef Paul Hébert, qui a participé à la mission. Le cplc Hébert a mentionné que l équipe était très fière d aider la population. Les Rangers ont procédé à la vérification de centaines de foyers afin de s assurer de la sécurité des résidants et de les informer des différentes mesures à prendre. La participation des Rangers canadiens a grandement été appréciée des autorités et des sinistrés madelinots. Pour plus d'informations, accédez à et entrez le numéro d'identification Cell : Bureau : Cell : Maison : NOUVELLES EXPRESS Un centre permanent de soutien opérationnel des FC en Allemagne Le nouveau centre de soutien opérationnel permanent des Forces canadiennes en Europe sera situé à l aéroport de Cologne-Bonn, en Allemagne. C est ce qu ont annoncé le 14 février à Ottawa le ministre de la Défense nationale, Peter MacKay, et son homologue de la République fédérale d Allemagne, Thomas de Maizière. Depuis 2009, les FC opèrent un petit centre de soutien à la base américaine de Spangdahlem en Allemagne, qui a servi à acheminer les premières nécessités et le personnel affecté aux opérations en Afghanistan. Ce petit centre temporaire servira de base de l établissement du nouveau centre permanent. Un opérateur en neutralisation des explosifs et munitions investigue un fauteuil piégé lors d un scénario reproduisant une situation à haut risque. Comox, en Colombie-Britannique, afin de participer à l exercice OPÉRATEURS AVERTIS avec le précieux soutien de la 19 e Escadre d élimination des explo - sifs (EEE). En l espace de deux semaines, les opérateurs ont eu l opportunité d exercer des habiletés et des leçons apprises en opération en Afghanistan au cours de multiples scénarios où ils devaient neutraliser des DEC et faire la collecte d indices sur le site après la neutralisation ou la détonation d un DEC. Puisque la mission de combat en Afghanistan a pris fin cependant, les opérateurs doivent s entraîner pour une menace qui peut être bien différente, tel qu un appui à la GRC lors d une guerre de gang de motards ici au Canada. Les opérateurs ont donc dû s adapter à un environnement domestique plus permissif où les engins étaient de plus en plus sophistiqués. Les membres de la 19 EEE ont plus d expérience dans les opérations domestiques, principalement en étant sur appel en tout temps pour récupérer et détruire des munitions militaires retrouvées sur l Île de Vancouver et partout en Colombie- Britannique. C était la chance pour les membres du 5 RGC de profiter de leur bagage del connaissances et de créer des liens avec la communauté de neutralisation des explosifs et munitions des Forces canadiennes. La base de Comox, où opère la 19 e Escadre, a été construite en 1942 pour assurer une protection de la côte ouest contre la menace japonaise. Elle est située sur la côte est de l Île de Vancouver, à 230 kilomètres au nord de Victoria. Deux escadrons «opérationnels utilisent les Aurora, des avions de patrouille à longue portée, afin de patrouiller au-dessus de l océan Paci - fique, ainsi que les avions CC-115 Buffalo et les hélicoptères CH-149 Cormorant pour la recherche et sauvetage. La 19 e Escadre est aussi la maison de l École de recherche et sauvetage des Forces canadiennes (ERSFC) et du 19 e Escadron de maintenance (Air). Malgré le brouillard hivernal, les opérateurs du 5 RGC ont également pu profiter d une vue magnifique, sur la chaîne de montagnes de l Île de Vancouver à l ouest et le Détroit de Géorgie, et les Rocheuses à l est. En plus de revenir de l exercice avec de nouvelles connaissances et une nouvelle confiance en leurs capacités, les membres rapportent des souvenirs d un endroit pas assez souvent visité par le personnel de l Armée. Déménager dans une nouvelle ville peut être excitant mais c'est aussi une aventure qui représente un défi. La clé pour l'achat d'une maison est de prendre une décision éclairée. Ensemble, nous aidons les familles depuis 8 ans à faire le saut d'un quar - tier à un autre, d'aussi loin que l'alaska, le Québec et même de la Belgique. Notre connaissance de l'immobilier de Barrie, Angus et la région, combinée à notre approche honnête fait que les acheteurs se sentent à l'aise en complétant l'achat d'une maison. En 8 années d'entreprise, nous avons atteint un succès au niveau professionnel en se méritant plusieurs prix annuellement mais notre but ultime est que notre client se sente unique dans sa quête pour une maison. Par l'entre mise de notre connaissance du processus de relocalisation Brookfield et de notre expertise au niveau de la région, nos services dépassent largement les autres. Pour plus d'informations, veuillez nous contacter par téléphone ou courriel à n'importe quel moment. Au plaisir de vous faciliter votre déménagement et de vous aider à prendre la bonne décision.» ID $ ID $ ID $ 3+1 chambres à coucher. Granite & bois franc. Sous-sol entièrement fini. Clair et propre. 4 chambres à coucher. À proximité du centre scolaire et loisirs. Bois franc et céramique. Salle de bain principale Chambres. Cul de sac. Salle des médias au sous-sol. Bois franc et céramique. 29 février 2012 / Adsum / Page 17

18 Exercice PLEIN CONTACT 2012 Par le sous-lieutenant Samuel Pelletier Chef de troupe, escadron D, 12 Régiment blindé du Canada Le samedi 18 février, l exercice PLEIN CONTACT réunissait les membres du Corps blindé pour les faire participer à des compétitions sportives dans un esprit amical. C est sous la direction du 12 e Régiment blindé du Canada (12 RBC) que le que le Sherbrooke Hussard, l École de l Arme blindée, le 12 RBC de Trois-Rivières, les Royal Canadian Dragoons (RCD) de Petawawa et pour la première fois, le Lord Strathcona s horse (Royal Canadians) (LdSH (RC)) de Edmonton se sont affrontés afin de remporter les grands honneurs. Trois disciplines hockey sur glace, volley - ball et deck hockey ont été disputées. Trophées des différentes compétitions. Photo : cpl Raymond, photographe 12 RBC La mise au jeu officielle a eu lieu à l aréna Clément-Boulanger avant le début de la partie de hockey sur glace entre le 12 RBC(Va) et le LdSH(RC). Cette partie a été chaudement disputée, mais l équipe de l ouest a remporté le match par un but à la fin de la dernière période. Cette rencontre de haut niveau a bien démarré le tournoi et les joueurs du 12 RBC espé - raient bien pouvoir se reprendre plus tard dans la journée. Les deux équipes se sont retrouvées en finale à la fin de la journée. Malgré le parcours exténuant de l équipe de Valcartier et la rencontre plutôt agitée entre le RCD et le LdSH(RC), ce sont ces derniers qui ont remporté l honneur de ce tournoi. L équipe du LdSH(RC) a également remporté les honneurs en deck hockey face à la farouche équipe du RCD. Tandis que du côté du volleyball, c est avec finesse et agilité que le 12 RBC a remporté la victoire face au RCD, lors d une finale forte en émotions et chaudement disputée. Pour clore la fin de semaine, c est le LdSH(Rc) qui, à sa première présence au tournoi, est reparti avec le trophée de l équipe gagnante. La journée s est terminée avec un souper au régiment qui réunissait tous les partici - pants de l activité. Les membres de l esca - dron de chars ont remis au LdSH(RC) une plaque ayant une valeur symbolique importante. Il s agit de l insigne qui était à l entrée de la base d opérations avancée (BOA) Mas um Ghar et sur laquelle il est écrit «Home of the LEOPARDS». C est le LdSH(RC) qui a occupé cette BOA la majeure partie du temps lorsque celle-ci était occupée par les Forces canadiennes (FC). Toutefois, ce sont les membres de l escadron de chars du 12 RBC qui l occu - paient lorsque la mission de combat des FC en Afghanistan afghane s est terminée. Ils tenaient donc à remettre ce momento aux membres du LdSH(RC) en recon - naissance de leur service. L exercice PLEIN CONTACT a été un grand succès, permettant aux membres du Corps blindé de renforcer leurs liens et de créer un esprit d appartenance sans pareil. L équipe gagnante du volleyball, les représentants du 12 RBC. LOGEMENTS À LOUER JUILLET 2012 À PARTIR DE 895 $ Situé au coin de la rue Montolieu et boul Pie-XI à Val-Bélair, CE PROJET DE 21 LOGEMENTS dont la construction débutera au printemps 2012 vous offre : Page 18 / Adsum / 29 février 2012 Un immeuble luxueux 4 cotés en pierres, comprenant une entrée indépendante et un hall d entrée fermé. Planchers radiants chauffants. Pièces à aire ouverte et fenestration abondante. Une cuisine fonctionnelle avec comptoir lunch. Décoration tendance, insonorisation supérieure, beaucoup de rangement. À proximité de tous les services. DIMENSIONS DES PIÈCES CUISINE : x 8-4 S.A.M. : 11-3 x SALON : 11-4 x 15-4 CHAMBRE 1 : 13-0 x 12-4 CHAMBRE 2 : 10-0 x 10-0 Contactez-nous afin de réserver votre unité pour juillet 2012 Tel : / Cell : Courriel :

19 NOUVELLES EXPRESS Le travail officiel canadien en Afghanistan suspendu Le personnel officiel canadien en Afghanistan a reçu l ordre de quitter les bâtiments gouvernementaux afghans, a rapporté le 26 février le quotidien Globe and Mail. Cette mesure survient alors que l Afghanistan est le théâtre d une semaine de violences, après que des exemplaires du Coran eurent été brûlés par inadvertance sur une base américaine près de Kaboul. Le 25 février, deux conseillers militaires américains ont été tués par un policier afghan, dans l un des bureaux du ministère de l Inté - rieur. D importantes manifestations ont également eu lieu dans plusieurs régions de l Afghanistan. Un contingent de 950 militaires canadiens demeure affecté à l entraînement des forces de sécurité afghane dans la région de Kaboul. Suivez l Adsum sur Facebook Consultez notre page sur et cliquez sur «J aime» pour accéder plus rapidement à nos articles, nos dates de publication et nos annonces de concours. NOTRE MISSION? VOUS INFORMER! Journal Adsum, , poste 5598 Des étudiants de West Point chez les Vingt-deux Par Philippe Brassard Journal Adsum Les Vingt-deux ont accueilli une trentaine d étudiants de l Académie militaire de West Point, l une des plus prestigieuses académies militaires des Forces armées des États-Unis, en visite à la Citadelle de Québec le 17 février. Ces futurs officiers de l Armée américaine étaient de passage à Québec pour du développement professionnel. Après un entretien avec le consul général des États-Unis, ils ont été reçus par le lieutenant-colonel Simon Bernard, commandant du 2 e Bataillon, Royal 22 e Régiment (2 R22 e R) et de la Citadelle, pour une visi - te de la forteresse suivie d une rencontre au Mess des officiers. Ces jeunes étudiants âgés entre 19 et 23 ans étaient intéressés par l histoire du R22 e R. Les échanges ont été constructifs. «Je leur ai parlé des défis de la langue et des défis culturels qui viennent avec le fait d être le seul régiment canadien-français de la Force régulière, souligne le lcol Bernard. Plusieurs parlaient français et je les ai encouragés à continuer, car ce sera certainement utile avec tous les défis qui s en viennent en Afrique et ailleurs dans le monde.» UNE ACADÉMIE PRESTIGIEUSE Fondée en 1802 dans l État de New York, West Point est la plus ancienne académie militaire des États-Unis. Plusieurs géné - raux qui ont marqué l histoire américaine ont été diplômés de cette académie. On pense entre autres à des personnages clés de la Guerre de Sécession ( ) : le général Jefferson Davis, président des Les étudiants américains de l Académie militaire de West Point ont été accueillis par des Vingt-deux à la Citadelle, notamment le lieutenant-colonel Simon Bernard, commandant du 2 R22 e R. - Photo : cpl David Robert, 2 R22 e R États confédérés d Amérique, le général confédéré Robert Lee, ainsi que les géné - raux de l Union George Meade, vainqueur de la bataille de Gettysburg, et Ulysses Grant, qui a été président des États-Unis après la réunification. «Quand la guerre a débuté, plusieurs étudiants se sont battus l un contre l autre. Des amis d école se sont retrouvés face à face sur le front avec leur bataillon ou leur brigade», raconte le lcol Bernard. Aujourd hui, l Académie de West Point est fréquentée par 5000 à 6000 étudiants, et compte 1000 gradués par année. La tradition y occupe une place prédominante et sa réputation traverse les frontières. «Les officiers américains qui sortent de West Point ont une très bonne réputation» chez les officiers canadiens, commente le lcol Bernard. Bureau satellite PLACE, 438 boul. Jacques-Cartier VOS SPÉCIALISTES DE LA RELOCALISATION DE MILITAIRES Nous travaillons avec BROOKFIELD NOUS FACILITONS VOTRE MUTATION VENEZ NOUS RENCONTRER À PLACE MÉLANIE JOBIN Courtier immobilier ÉRIC BOUCHARD Courtier immobilier Cell : STÉPHANE TURMEL Courtier immobilier Cell : JEAN-MARC TURGEON Courtier immobilier BENOIT LEPAGE Courtier immobilier PIERRE ST-ONGE Courtier immobilier LINDA RIOUX Courtier immobilier Cell : février 2012 / Adsum / Page 19

20 PROJET MÉMOIRE : Guerre en Normandie : le débarquement N.D.L.R. L automne dernier, le major (à la retraite) Florent Tremblay a passé quelques semaines sur les plages fran - çaises du Débarquement en compagnie de vétérans. Dans ce texte, il partage ses impressions sur un film traitant du débarquement et livre le témoignage d un vétéran rencontré là-bas. Par le major (à la retraite) Florent Tremblay Collaborateur au journal Adsum Sur la plage d Arro - manches, sur les côtes de Normandie, là même où les Alliés débarquèrent le 6 juin 1944, la France a construit un cinéma circulaire. Quatre cents personnes peuvent tenir debout dans la salle qui est dépourvue de sièges. Seules des rampes métalliques permettent aux spectateurs de se tenir dans l obscurité pour ne pas tomber en raison du vertige. Au plafond, 16 caméras projettent en même temps sur le mur qui fait 360 degrés, les 16 projections de films d archi - ves qu autant de correspondants de guerre ont pris depuis les péniches du débar - quement où ils avaient pris place. Évidemment, ces 16 journalistes ne braquaient pas leur objectif sur la même scène. Conséquem ment, tout ce qu ils voyaient, on le voit en même temps comme si on était au cœur de l événement. Pendant cette expérience unique, je me suis vu à l intérieur de l une des nombreuses péniches qui s avançaient. Je L extérieur du cinéma circulaire. voyais autour de moi plein de soldats casqués, tendus, fébriles et inquiets. Devant moi, les plages sablonneuses approchaient; sur le haut de la falaise, je voyais les Allemands qui tiraient sur nous. Si je regardais à l arrière, puisque je pouvais me retourner, je voyais les remous du bateau dans lequel je me tenais et tous les autres bateaux d abordage qui s avan çaient. Le bruit était ahurissant. Vous avez vu le film «Il faut sauver le soldat Ryan»? C était cette sensation de bruits, de vibrations sonores, d intensité physique et psychologique qui dura 17 minutes. Expérience bouleversante. À ma droite, je voyais un troupeau de bétails qui broutaient nonchalamment pendant que des avions, sans doute alliés, vrombissaient dans leur passage en rase-motte. Pas très loin, dans une rue qui descendait vers la côte, des gens se hâtaient. Plus nous approchions de la grève et plus les tirs et les bombardements devenaient assour - dissants. Puis j ai senti le fond de ma péni - che gratter le sable de la plage et plusieurs autres bateaux d accostage ont fait de même. J ai vu leurs lourdes portes tomber pour permettre le débarquement. Là-haut, sur le belvédère, les mitrailleuses alle mandes se sont mises à cracher sur nous. Le jeune soldat qui était à mes côtés est tombé, une balle en plein front. C en était trop; j avais beau me dire que ce n était pas réel, je n en pouvais plus et j ai senti des larmes chaudes couler sur mes joues, brouillant ma vue. J entendais le claquement des semelles de bottes militaires qui frappaient les vaguelettes de la plage. Je voyais nos soldats s avancer, bravement, crânement, vers l ennemi et souvent tomber sous leurs balles. Je voyais nos chars d assaut qui débarquaient lourdement, tiraient en progressant et dont les chenillettes s embourbaient dans les graviers du rivage pendant que d autres réussissaient à s avancer dans les champs J entendais les soldats blessés qui hurlaient leur peine et leur désespoir, pendant que les brancardiers les ramenaient dans les péniches, et même, détail attendrissant, un chien blessé à qui on faisait un garrot. Des avions américains par centaines, dans un bruit étourdissant, passaient au-dessus de nous et semaient la mort chez l ennemi dans un crépitement qui faisait peur. La Maison du Canada à Arromanches, un point de rassemblement de tous les régiments canadiens. Il s agit de l une des nombreuses fortifications de défense qu avaient installées les Allemands tout le long de l Atlantique. Elle est devenue la Maison du Canada parce que c est là que nos Canadiens libérèrent la première maison française. Puis, subitement, ces bruits assourdissants se sont tus et, brusquement, nous sommes passés à la déroute de l ennemi et aux pleurs et aux embrassades des Fran - çais dans la rue, pendant que d autres criaient leur joie Et avec cette population en liesse, enfin libérée, j ai pleuré. Pendant que défilaient sur les 16 écrans les noms de tous les participants, des producteurs et des réalisateurs, la lumière est peu à peu revenue dans la salle. Le silence était lourd. Devant moi, un vieux monsieur se mouchait abondamment; je lui mis une main sur l épaule en lui demandant «ça va?» Il m a répondu qu il avait «braillé comme un veau». Je comprends un peu mieux aujourd hui ce qu on appelle stress de guerre. Après seulement 17 minutes de ces vi - sions et de ces bruits cauchemardesques, UNE PRIÈRE AVANT DE MOURIR Un prêtre âgé, du nom de Renaud, m a raconté un souvenir troublant du débarquement de «En passant devant la porte d une grande ferme, j entends comme un râle sourd, des plaintes de douleur qui venaient de l intérieur du bâtiment. Cachés derrière les bottes de paille, plusieurs soldats anglophones, je ne sais pas s il y avait des Canadiens, m ont semblé grièvement blessés; ils avaient laissé leurs compagnons poursuivre la route sans eux. Je me suis approché. Ils étaient en train de mourir sous mes yeux. Je ne savais pas quoi leur dire. Et puis je me suis souvenu du «Notre Père» appris en anglais durant mes années d études. J ai récité devant eux la prière. Je les entends encore me répondre. Puis, je suis reparti; Dieu ait leur âme!» nous sommes sortis de là abasourdis, comme si nous venions de vivre l expérience de la guerre. Et dire qu eux, les vrais, nos vétérans, sont passés par là durant des mois! LE CIMETIÈRE CANADIEN DU DÉBARQUEMENT En sortant du cinéma, mon épouse et moi avions besoin d air frais et de calme. C est au bord de la mer, juste à côté, qu on l a trouvé. Et pourtant, de la falaise où jadis se tenaient les Allemands, on peut encore apercevoir les quais flottants et le port artificiel qu avaient préparés et appor tés les Britanniques pour faciliter l accostage des navires du débarquement. Et depuis, ces masses de métal rouillent dans la mer en faisant la joie des touristes et des navigateurs en quête d émotions fortes En après-midi, nous avons voulu nous rendre à quelques kilomètres de là, dans la campagne calme de Bény-sur-Mer, là où dorment pour l éternité nos soldats canadiens morts sur les plages du débarquement. Spectacle navrant : 7958 pierres tombales, toutes taillées sur le même modèle de nos cimetières militaires à travers le monde. Je m arrête et contemple; c étaient 7958 jeunes soldats, jeunes Canadiens dont les âges oscillaient pour la plupart entre 19 et 23 ans! Et d où provenaient-ils? Des Régiments de la Chaudière, de Maisonneuve, des Nova Scotia Highlanders, du Royal Canadian Artillery et des Hussards de Sherbrooke. À quelques rangées de l endroit où je me tiens, j aperçois deux dames âgées, sans doute des Canadiennes Je m avance pour me présenter et les saluer. Ces deux dames, la mère et la fille, venaient de Toronto. La dame âgée de 90 ans était l épouse d un jeune pilote décédé pendant la guerre et la plus jeune, qui avait la fin soixantaine, était sa fille. C était la première fois de leur vie qu elles venaient sur la tombe de leur disparu. Le prochain article de Florent Tremblay traitera de la vie en Normandie après le débarquement. Page 20 / Adsum / 29 février 2012 Céline Trudel courtier immobilier Annie Laganière courtier immobilier Madeleine Ouellet courtier immobilier VOUS PENSEZ VENDRE VOTRE PROPRIÉTÉ? CONTACTEZ-NOUS! Ensemble pour RÉALISER vos RÊVES! STE-CATHERINE- DE-LA JACQUES-CARTIER Terrain avec construction à venir dans secteur recherché! Service privilégié! Venez choisir la maison de vos rêves! STE-CATHERINE-DE-LA- JACQUES-CARTIER Grand jumelé 2009 (22x30) dans secteur familial. 3 chambres. Patio 12x18. Vous aurez de l'espace! Ne ratez pas l'occasion! DÉJA VENDU Faites affaires avec nous POUR RÉUSSIR VOUS AUSSI à vendre rapidement votre propriété!

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ)

Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Appel d offres pour l organisation des événements annuels de l Ordre des architectes du Québec (OAQ) Date limite de présentation des propositions : Le mardi 4 septembre 2012, 17 h 1 Renseignements préliminaires

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Plus de 10 ans d expériences

Plus de 10 ans d expériences NOTRE MISSION ARIANNE vous accompagne dans vos premiers pas au Canada ARIANNE Relocation Canada offre des services de mobilité internationale aux personnes et organisations qui se relocalisent à Montréal,

Plus en détail

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence!

Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004. Prenez de l avance sur la concurrence! Le plus grand rassemblement de manufacturiers au Canada en 2004 L édition 2004 offrira aux 4 000 visiteurs attendus La 132 e Conférence annuelle des Manufacturiers et exportateurs du Canada (MEC) Plus

Plus en détail

Qu est-ce qui provoque le stress?

Qu est-ce qui provoque le stress? 1 Qu est-ce qui provoque le stress? Le stress n épargne personne. On vit tous, à un moment ou à un autre, des situations stressantes qui, dans votre cas, pourraient se produire : à votre retour d un déploiement;

Plus en détail

bienvenue à la clinique de valère

bienvenue à la clinique de valère bienvenue à la clinique de valère une clinique de spécialistes spécialement à votre service SOMMAIRE Bienvenue Votre arrivée à la Clinique S informer, communiquer, lire Vos soins et traitements A l heure

Plus en détail

SEPTEMBRE2013 Prise 04

SEPTEMBRE2013 Prise 04 SEPTEMBRE2013 Prise 04 Dans ce numéro Nouvelles heures d ouverture PORTRAIT DE DIRIGEANT CONSEIL FISCALITÉ OT DU IRECTEUR ÉNÉRAL Dans le but de vous offrir une prestation de service correspondant à vos

Plus en détail

Travaux d égouts en voie d être terminés

Travaux d égouts en voie d être terminés Issoudun, Ensemble avec Fierté Bureau Municipal 314 rue Principale Tél. : 418-728-2006 Volume 8, Numéro 8 Juillet 2015 Travaux d égouts en voie d être terminés Chers citoyens, Notre réseau d égouts est

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement

À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement À quoi vous attendre si vous devez présenter une demande de règlement Votre assurance protection du revenu RBC Assurances reconnaît qu une maladie ou une blessure invalidante peut poser des défis sur les

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

CENTRE DE LA FAMILLE VALCARTIER CHECK LIST. Pour mieux vous préparer lors d une ABSENCE PROLONGÉE. La famille, la force conjointe

CENTRE DE LA FAMILLE VALCARTIER CHECK LIST. Pour mieux vous préparer lors d une ABSENCE PROLONGÉE. La famille, la force conjointe CENTRE DE LA FAMILLE VALCARTIER CHECK LIST Pour mieux vous préparer lors d une ABSENCE PROLONGÉE La famille, la force conjointe ASSURANCES Adresse pour les réclamations Soins de santé et médicaments Sun

Plus en détail

PROPOSITION DE LA FONDATION CHRISTIAN VACHON

PROPOSITION DE LA FONDATION CHRISTIAN VACHON PROPOSITION DE LA FONDATION CHRISTIAN VACHON Christian Vachon 819 571-3493 Courriel : relaisfcv@gmail.com Site Web : www.fondationchristianvachon.com T AB LE DES M ATIÈRES 1. S O M M A I R E 2. C O N F

Plus en détail

Coopérer. pour créer l avenir

Coopérer. pour créer l avenir novembre 10 Coopérer pour créer l avenir Depuis 110 ans, chez Desjardins, premier groupe financier coopératif en importance au Canada, la coopération est notre âme et nos membres, notre raison d être.

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Connaître les enjeux et les défis de la préparation d une simulation d'un code orange ;

Connaître les enjeux et les défis de la préparation d une simulation d'un code orange ; Connaître les enjeux et les défis de la préparation d une simulation d'un code orange ; S outiller de façon concrète pour la préparation d une simulation d un code orange ; Partager notre expérience afin

Plus en détail

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés

L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés L Héritage de Jean La prévention des mauvais traitements envers les aînés produit par L Association yukonnaise d éducation et d information juridiques janvier 2015 L Héritage de Jean Une production de

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. DEVENIR CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de son projet de se lancer en affaires. Ça vous stimule. Après tout,

Plus en détail

Demande du comité de trauma local. Volonté de la direction du CSSSB

Demande du comité de trauma local. Volonté de la direction du CSSSB Demande du comité de trauma local Volonté de la direction du CSSSB Création d un comité de travail En collaboration avec l Agence de Chaudière Appalaches 9 rencontres entre le 27 novembre 2012 et le 6

Plus en détail

Engagement «Enduro 2014»

Engagement «Enduro 2014» Engagement «Enduro 2014» Le service de l aide à la conduite AIC a prêté main forte à l académie de police de Savatan du dimanche 28 septembre au vendredi 3 octobre 2014 pour animer la régie mise en place

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Guangzhou, en Chine, du 11 au 14 novembre 2014. Préparé par Joe Lam

Guangzhou, en Chine, du 11 au 14 novembre 2014. Préparé par Joe Lam ITS China Guangzhou, en Chine, du 11 au 14 novembre 2014 Préparé par Joe Lam Résumé Mon voyage en Chine pour la participation réussite. Il a contribué à raffermir la relation entre STI Canada et ITS China

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

De l ombre à la lumière, pour toujours

De l ombre à la lumière, pour toujours De l ombre à la lumière, pour toujours SUITE 800, 10301 SOUTHPORT LANE SUD-OUEST CALGARY (ALBERTA) T2W 1S7 La Commission de la santé mentale du Canada télécopieur : 403-385-4044 courriel : info@commissionsantementale.ca

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES DE LA SOCIÉTÉ D ÉNERGIE DU YUKON BOURSE D ÉTUDES GÉNÉRALES

BOURSES D ÉTUDES DE LA SOCIÉTÉ D ÉNERGIE DU YUKON BOURSE D ÉTUDES GÉNÉRALES BOURSES D ÉTUDES DE LA SOCIÉTÉ D ÉNERGIE DU YUKON BOURSE D ÉTUDES GÉNÉRALES Bourses d études annuelles de 2 000 $ offertes à deux étudiants 1 entamant leur première année d études postsecondaires. Bourses

Plus en détail

Sébastien Lévesque Nancy Proulx Jérémie Gagnon. Martin Madore Huguette Deschenes Nelson Thériault

Sébastien Lévesque Nancy Proulx Jérémie Gagnon. Martin Madore Huguette Deschenes Nelson Thériault CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINTE-IRÈNE Sainte-Irène, le 5 août 2014 Procès-verbal de la séance régulière du conseil municipal, tenue le lundi 4 e jour d août 2014 à 19 h 30 au centre municipal

Plus en détail

2008-2009. SURVOL des ACTIVITÉS

2008-2009. SURVOL des ACTIVITÉS SURVOL des ACTIVITÉS 2008-2009 Apporter un soutien direct à l élève qui vit une période de crise financière ou de diff icultés personnelles et encourager l élève à poursuivre ses études jusqu à l obtention

Plus en détail

Assistance médicale globale. Assistance à l échelle internationale pour les voyageurs qui ont besoin de soins médicaux urgents.

Assistance médicale globale. Assistance à l échelle internationale pour les voyageurs qui ont besoin de soins médicaux urgents. Assistance médicale globale Assistance à l échelle internationale pour les voyageurs qui ont besoin de soins médicaux urgents. En quoi consiste l Assistance médicale globale? Grâce à une entente avec une

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER.

VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. VOUS AVEZ L ART DE VIVRE, NOUS AVONS L ART D ACCOMPAGNER. OBJECTIF DE NOTRE RENCONTRE Je sais à quel point l achat d une propriété est un projet important. Je sais également combien il est capital que

Plus en détail

Assistance médicale globale. Assistance à l échelle internationale pour les voyageurs qui ont besoin de soins médicaux urgents.

Assistance médicale globale. Assistance à l échelle internationale pour les voyageurs qui ont besoin de soins médicaux urgents. Assistance médicale globale Assistance à l échelle internationale pour les voyageurs qui ont besoin de soins médicaux urgents. En quoi consiste l Assistance médicale globale? Dans le cadre d une entente

Plus en détail

Une liste de Questions et Réponses Un exemple de lettre de sollicitation en français et en anglais Le formulaire de dons

Une liste de Questions et Réponses Un exemple de lettre de sollicitation en français et en anglais Le formulaire de dons Cher(ère) participant(e), Au nom de la Fondation du cancer du sein du Québec et de Virgin Radio 96, nous tenons à vous remercier pour votre intérêt et votre participation à l évènement Raser pour sauver

Plus en détail

Page de présentation de la demande de financement

Page de présentation de la demande de financement Page de présentation de la demande de financement Date JJ/MM/AAAA Veuillez remplir la présente page de présentation et la joindre à votre demande de financement. Les renseignements doivent porter précisément

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Logistique pour les présentateurs

Logistique pour les présentateurs Logistique pour les présentateurs Trucs et outils dates limites à retenir Merci à toutes les personnes qui livreront des présentations dans le cadre de la Conférence 2016 Santé arc-en-ciel Ontario : chefs

Plus en détail

Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie

Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie Rapport régional d activités dans le cadre du Schéma de couverture de risques en sécurité incendie Période couverte : Du 1 er juin 2013 au 31 décembre 2014 Juin 2015 Table des matières Introduction...

Plus en détail

Travailler ensemble Réussir ensemble

Travailler ensemble Réussir ensemble Travailler ensemble Réussir ensemble Systèmes de simulation et de test Systèmes opérationnels Solutions d entrainement et de formation À la recherche de talents Que vous soyez débutants ou expérimentés,

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes

DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes DOCUMENT D INFORMATION Le Canada dans le monde Sondage national auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université de Montréal Contexte

Plus en détail

Guide d accueil Maison Levinschi. transition. www.douglas.qc.ca

Guide d accueil Maison Levinschi. transition. www.douglas.qc.ca Guide d accueil Maison Levinschi Programme de transition communautaire www.douglas.qc.ca BIENVENUE Programme de transition communautaire L équipe traitante de la Maison Levinschi vous souhaite la bienvenue.

Plus en détail

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière

L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière L entretien hivernal des routes : concilier protection de l environnement et sécurité routière Audrée Perreault, ing. Naomie Gagnon, ing. jr. Frédéric Champagne, ing. Ministère des Transports du Québec

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer»

Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer» Séminaire sous le thème «Chauffez sans y passer» Le est heureux de présenter son premier Séminaire. Ce séminaire destiné aux intervenants du secteur public, de l'enquête en recherche et cause de circonstance

Plus en détail

Le 11 août 2011 Le Commissariat à l accès à l information et à la protection de la vie privée du Nouveau-Brunswick

Le 11 août 2011 Le Commissariat à l accès à l information et à la protection de la vie privée du Nouveau-Brunswick BULLETIN D INTERPRÉTATION Loi sur l accès et la protection en matière de renseignements personnels sur la santé, paragraphe 49(2) Avis d atteinte à la protection de la vie privée Le 11 août 2011 Le Commissariat

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie Allocution de Paul N. Lucas, Président et chef de la direction, GlaxoSmithKline

Plus en détail

Programmes en formation pratique intégrée

Programmes en formation pratique intégrée Programmes en formation pratique intégrée Premier cycle : Baccalauréat en sciences comptables Novembre 2010 L emploi du générique masculin dans ce document est utilisé sans aucune discrimination et uniquement

Plus en détail

Quel service puis-je racheter?

Quel service puis-je racheter? PARLONS VOLUME 1, NUMÉRO 4 JUILLET 2000 Combien cela coûte-t-il? Voir page 4 Quel service puis-je racheter? Voir page 3 Pourquoi est-ce une bonne idée de racheter du service? Voir page 2 Comment décider

Plus en détail

Unissez-vous à l ACIQ

Unissez-vous à l ACIQ Unissez-vous à l ACIQ NOTRE MISSION L Association des couples infertiles du Québec (ACIQ) a pour mission de représenter et de promouvoir les intérêts des couples infertiles du Québec afin que ceux-ci puissent

Plus en détail

Exemples d utilisation

Exemples d utilisation Exemples d utilisation Afin de vous donner une indication de la puissance de Librex, voici quelques exemples de la façon dont le logiciel peut être utilisé. Ces exemples sont des cas réels provenant de

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÊT D ÉQUIPEMENTS AUX ORGANISMES RECONNUS PAR VILLE DE BÉCANCOUR

POLITIQUE DE PRÊT D ÉQUIPEMENTS AUX ORGANISMES RECONNUS PAR VILLE DE BÉCANCOUR POLITIQUE DE PRÊT D ÉQUIPEMENTS AUX ORGANISMES RECONNUS PAR VILLE DE BÉCANCOUR Service à la communauté Ville de Bécancour Mars 2013 Table des matières 1. Préambule... 3 2. But de la politique de prêt d

Plus en détail

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement

Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Poly Brésil 2002 Cahier de nancement Ce document a pour but de vous présenter la mission Poly-brésil 2002. Vous y trouverez des informations sur la nature de notre mission internationale et sur le partenariat

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier

Protection du revenu. Assurance invalidité. Série Pilier Protection du revenu Assurance invalidité Série Pilier Les conséquences d une invalidité peuvent être dévastatrices. Votre capacité à gagner un revenu est la base de votre avenir financier et votre actif

Plus en détail

DEUXIÈME ATELIER : LA PROTECTION DE L INFORMATION CONFIDENTIELLE LORS DES COMMUNICATIONS

DEUXIÈME ATELIER : LA PROTECTION DE L INFORMATION CONFIDENTIELLE LORS DES COMMUNICATIONS TRANSCRIPTION DE LA VIDÉO POUR L ATELIER 2 Bonjour Cette année, la campagne de sensibilisation permet d approfondir notre connaissance sur le thème de la protection des informations confidentielles. DEUXIÈME

Plus en détail

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de:

Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: ! Le Comité SOS Pauvreté est une table de concerta7on ayant pour objec7fs de: Trouver des moyens de sensibiliser la popula3on à la situa3on de la pauvreté locale. Offrir un répertoire de ressources. Par3ciper

Plus en détail

A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré!

A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré! A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré! Avec le Défi de la Nuit de l Eau, contribuez à améliorer l accès à l eau potable aux enfants du Togo! Le Défi est une nouvelle approche

Plus en détail

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT COMMUNIQUE DE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT 1.L a.s.b.l. FVS/AMADE Burundi désire recruter un consultant pour faire une étude de faisabilité pour la création des mutualités de santé pour les groupements

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Lettre d appui du Premier Ministre Jean Chrétien... 2. Lettre d appui du Premier Ministre Lucien Bouchard.. 3

Lettre d appui du Premier Ministre Jean Chrétien... 2. Lettre d appui du Premier Ministre Lucien Bouchard.. 3 Ce document a pour but de vous présenter la mission Poly-Espagne 2001. Vous y trouverez des informations sur la nature de notre mission internationale et sur le partenariat que nous désirons établir avec

Plus en détail

2010-2011. Rapport de fin séjour - PAJNIC Nicolas - Vancouver. PAJNIC Nicolas. 3éme année Télécom Saint- Etienne. Rapport de fin de séjour Vancouver

2010-2011. Rapport de fin séjour - PAJNIC Nicolas - Vancouver. PAJNIC Nicolas. 3éme année Télécom Saint- Etienne. Rapport de fin de séjour Vancouver 2010-2011 Rapport de fin séjour - PAJNIC Nicolas - Vancouver PAJNIC Nicolas 3éme année Télécom Saint- Etienne Rapport de fin de séjour Vancouver 1 - Vie Pratique : 1-1. Logement : Après une réponse positive

Plus en détail

Se connaître et s entourer Mobilisez vos troupes et atteignez vos objectifs d affaires!

Se connaître et s entourer Mobilisez vos troupes et atteignez vos objectifs d affaires! Mobilisez vos troupes et atteignez vos objectifs d affaires! «De la connaissance de soi naît la performance» Objectifs Mieux vous connaître à travers le regard des autres; Améliorer vos relations avec

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Cocktail de recrutement des entreprises et du secteur public 2015 Plan de partenariat

Cocktail de recrutement des entreprises et du secteur public 2015 Plan de partenariat COMITÉ ÉTUDIANT CPA DE L ESG UQAM WWW.COMITECPAESG.COM COMITÉ ÉTUDIANT CPA DU HEC Cocktail de recrutement des entreprises et du secteur public 2015 Plan de partenariat Nos comités étudiants En tant que

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

La Suite SC DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. La Suite SC DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Table des matières Présentation...2 Mise en contexte...2 Notre mission...2 Nos employés...2 Plaintes et demandes d accommodement...2 Adoption

Plus en détail

M. Claude Fournier Gestionnaire. 1. Constat des présences et ouverture de la réunion. L ouverture de la réunion se fait à 19h40

M. Claude Fournier Gestionnaire. 1. Constat des présences et ouverture de la réunion. L ouverture de la réunion se fait à 19h40 Procès-verbal de la réunion du Conseil d administration de l Héritage de l Île Paton- Phase 1 tenue le 2 septembre 2015 à la salle de conférence au 4450 Promenade Paton, Laval, Québec Procès-verbal 2 septembre

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014

Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014 Le grand-petit journal Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014 Les Journées de la persévérance scolair e (JPS) rappellent l importance de la persévérance et de la réussite scolaire des

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Si Vous avez le droit de travailler

Si Vous avez le droit de travailler Département US de la Justice Division des Droits civils Bureau du conseiller spécial aux méthodes d emploi inéquitables liées à l immigration Si Vous avez le droit de travailler Ne laissez personne vous

Plus en détail

8 années LES JOUEURS D AVENIR PRENNENT LEUR ÉLAN AU CENTRE D ENTRAÎNEMENT JUNIOR. 2ième année

8 années LES JOUEURS D AVENIR PRENNENT LEUR ÉLAN AU CENTRE D ENTRAÎNEMENT JUNIOR. 2ième année LES JOUEURS D AVENIR PRENNENT LEUR ÉLAN AU CENTRE D ENTRAÎNEMENT JUNIOR TENNIS CANADA CLUB OR CDT 8 années consécutives CLUB SPORTIF-TENNIS #1 au Québec pour une 2ième année 300 chemin du Golf, Île-des-Sœurs

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

auto partage location de voitures ( CommunAuto * ) ( Globe Location d auto Montréal )

auto partage location de voitures ( CommunAuto * ) ( Globe Location d auto Montréal ) auto partage ( CommunAuto * ) vs location de voitures ( Globe Location d auto Montréal ) Lequel est le moins cher? Lequel est le plus simple? Lequel est le plus propre? Lequel est le mieux? *Pour des fins

Plus en détail

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies.

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Vous êtes entre de bonnes mains avec BSI. Notre gamme de solutions efficaces de gestion des risques permettra à votre organisation

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides

PROCÈS-VERBAL ÉTAIENT PRÉSENTS : IL Y A QUORUM ÉTAIENT ÉGALEMENT PRÉSENTS : ABSENCE : Conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides ÉTAIENT PRÉSENTS : PROCÈS-VERBAL Procès-verbal de la deuxième séance du conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides, mercredi 2 février 2011, au chalet Notre-Dame-des-Laurentides, 55, rue Moïse-Verret.

Plus en détail

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière

DEVENEZ UN HÉROS POUR. L association Prévention Routière DEVENEZ UN HÉROS POUR L association Prévention Routière 1 Notre mission Créée en 1949, l'association Prévention Routière est reconnue d'utilité publique en 1955. Elle conduit ses actions dans de multiples

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016 Projet LA DESCRIPTION DU PROJET Jeunes sur la piste du patrimoine mondial consiste à jumeler des écoles situées dans les

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Services gouvernementaux

Services gouvernementaux Services gouvernementaux Déclaration fiscale Gouvernement du Canada o Service Canada o Prestation d assurance-emploi Gouvernement du Québec o Régie des rentes (prestations pour enfants) o Ministère des

Plus en détail

À propos de l étude. ce que les bénévoles appuyés par leur employeur recherchent dans leurs expériences bénévoles;

À propos de l étude. ce que les bénévoles appuyés par leur employeur recherchent dans leurs expériences bénévoles; À propos de l étude L étude pancanadienne de 2010 fait partie d un projet conjoint; elle a été commandée par la Financière Manuvie en partenariat avec Bénévoles Canada et a été menée par le Centre de recherche

Plus en détail

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique

EN HARMONIE. L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique EN HARMONIE L Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec regroupe les physiothérapeutes et les thérapeutes en réadaptation physique Le développement moteur de l enfant Dans les deux premières années

Plus en détail

Deuxième Guerre mondiale

Deuxième Guerre mondiale Musée de la Défense aérienne de Bagotville Premier cycle du primaire Nom : Deuxième Guerre mondiale FICHES D HISTOIRE Cher élève, Je m appelle Charles. Je vis au Canada avec ma soeur Charlotte et nos parents.

Plus en détail