Évaluation de la structure épidermique des substituts cutanés produits par la méthode d auto-assemblage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de la structure épidermique des substituts cutanés produits par la méthode d auto-assemblage"

Transcription

1 Évaluation de la structure épidermique des substituts cutanés produits par la méthode d auto-assemblage Mémoire Laetitia Angers Maîtrise en sciences pharmaceutiques Maître ès sciences (M.Sc.) Québec, Canada Laetitia Angers, 2015

2

3 Résumé Une adaptation de la méthode d auto-assemblage développée au LOEX permet de produire des substituts cutanés bicouches ayant un phénotype psoriasique. Le premier objectif de ce travail était d évaluer si une conservation par la congélation des substituts cutanés était envisageable afin d avoir accès à ces derniers en tout temps pour effectuer des analyses physiochimiques sans délais. Les études réalisées sur des substituts sains montrent qu elle ne l est pas dans sa méthodologie actuelle puisqu elle affecte la fonction barrière des substituts. Par ailleurs, en raison du rôle des lipides épidermiques dans la fonction barrière et de leur implication dans le psoriasis, une caractérisation de ces lipides a été effectuée par chromatographie en phase gazeuse. Les résultats obtenus montrent principalement une diminution de la proportion d acide linoléique dans les substituts par rapport à la peau normale humaine. Ces résultats sont prometteurs en raison du rôle de cet acide et de ses métabolites dans l inflammation. iii

4

5 Abstract Adaptation of the self-assembly method developed at LOEX allows us to produce bilayered skin substitutes with psoriatic phenotype. The first aim of this study was to evaluate if freezing of the skin substitutes is possible without affecting its integrity, in order to access the skin substitutes in anytime to perform physicochemical analysis without delay. Results, obtained with control skin substitutes produced via the standard described self-assembly method, showed that freezing clearly affected the skin barrier function of the skin substitutes. Moreover, because of their implication in skin barrier and in psoriasis pathology, epidermal skin lipids of control and psoriatic skin substitutes were characterized by gas chromatography. Results showed mainly a significant reduction of the linoleic acid proportion in skin substitutes compared to normal human skin. These results are promising because of the implication of linoleic acid and its metabolites in inflammation. v

6

7 Table des matières Résumé...iii Abstract... v Table des matières... vii Liste des tableaux... xi Liste des figures... xiii Liste des abréviations... xv Remerciements... xvii Avant-propos... xix 1. Introduction générale La peau L hypoderme Le derme L épiderme La couche cornée Le psoriasis Histologie Étiologie du psoriasis Analyse des lipides par chromatographie Les lipides de la peau saine Les lipides de surface Les lipides épidermiques Les lipides de la couche cornée Les céramides Les stérols Les acides gras Les lipides de la peau psoriasique Les lipides du sérum Les lipides de l épiderme et du stratum corneum L absorption percutanée Facteurs influençant la perméabilité de la peau Les facteurs biologiques vii

8 viii Les facteurs physicochimiques Les voies de passage Le flux Les coefficients de diffusion et de partage La méthode La spectroscopie infrarouge à réflexion totale atténuée (ATR) Le génie tissulaire Modèles de substituts de peau saine Modèles de substituts de peau psoriasique Utilisation et conservation Objectifs du projet Congélation des substituts cutanés Résumé Article Abstract Introduction Material and methods Results Discussion Conclusion Legend to Figures Acknowledgements Tables and figures References Analyses des lipides épidermiques Mise en contexte Matériel et méthodes Extraction et culture cellulaire Méthode d auto-assemblage Isolation de l épiderme Analyses chromatographiques Analyses par chromatographie sur couche mince (HPTLC) Analyses par chromatographie gazeuse Analyses statistiques Résultats et discussion Méthode d analyse Analyses par HPTLC... 79

9 Analyses par chromatographie en phase gazeuse des lipides épidermiques d une peau saine et des substituts sains Phospholipides Triglycérides Analyse par chromatographie en phase gazeuse des lipides épidermiques des substituts sains et psoriasiques Phospholipides Triglycérides Conclusion Conclusions Conclusions par objectif Limitations Perspectives Bibliographie ix

10

11 Liste des tableaux Tableau 3.1 Étapes d extraction des lipides Tableau 3.2 Liste des standards pour les analyses par HPTLC Tableau 3.3 Acides gras analysés par chromatographie en phase gazeuse xi

12

13 Liste des figures Figure 1.1 Couches de la peau normale humaine... 2 Figure 1.2 Couches de l épiderme de la peau normale humaine... 5 Figure 1.3 Différenciation des kératinocytes au travers des différentes couches de l épiderme... 6 Figure 1.4 Représentation «Briques dans le mortier» des cornéocytes de la couche cornée 8 Figure 1.5 Les cinq différentes formes de psoriasis... 9 Figure 1.6 La boucle inflammatoire du psoriasis Figure 1.7 Variation de la concentration de certains lipides au travers des couches de l épiderme, en % massique Figure 1.8 Composition lipidique de l épiderme dans ses différentes couches, en % massique Figure 1.9 Formation des feuillets lipidiques bilamellaires Figure 1.10 Formation des feuillets lipidiques Figure 1.11 Les différentes classes de céramides Figure 1.12 Voies de formation des céramides Figure 1.13 Structure du cholestérol Figure 1.14 Les voies de passage au travers de la couche cornée Figure Cellule de Franz statique Figure 1.16 Spectre infrarouge d une peau normale humaine Figure 3.1 Séparation des lipides sur plaque chromatographique Figure 3.2 Exemple d une TLC obtenue par le système de séparation des céramides en 1D Figure 3.3 Proportion des lipides épidermiques des biopsies de peau et des substituts sains dans la fraction «Phospholipides» Figure 3.4 Structure de l acide linoléique Figure 3.5 Série des oméga-3 et Figure 3.6 Métabolites des acides oméga Figure 3.7 Proportion des lipides épidermiques des biopsies de peau et des substituts sains dans la fraction «Triglycérides» Figure 3.8 Proportion des lipides épidermiques des substituts sains et psoriasiques dans la fraction «Phospholipides» Figure 3.9 Proportion des lipides épidermiques des substituts sains et psoriasiques dans la fraction «Triglycérides» Figure 3.10 Longueur de chaines des lipides épidermiques des substituts sains et psoriasiques dans la fraction «Triglycérides» xiii

14

15 Liste des abréviations 12 HETE 3T3 ADN APCI ATR CER DMEM DMSO EDTA EGF ELSD ESI FDA FID FNHS FSS FTIR GC HDL HPLC HPTLC K K 2 CO 3 Acide 12 hydroxyeicosatétraénoïque 3 day transfer, inoculum 3 x 10 5 cell Acide désoxyribonucléique Atmospheric pressure chemical ionization Attenuated total reflectance Céramide Dulbecco's modified Eagle medium Diméthylsulfoxyde Acide éthylène diamine tétraacétique Facteur de croissance épidermique Evaporative light scattering detector Electrospray ionization Food and Drug Administration Flame ionization detector Frozen normal human skin Frozen skin substitute Fourier transform infrared spectroscopy Chromatographie en phase gazeuse High density lipoprotein High performance liquid chromatography High performance thin layer chromatography Kératine Carbonate de potassium, xv

16 KCl LDL LOEX MAP MCT Chlorure de potassium Low density lipoprotein Laboratoire d'organogénèse expérimentale microtubule associated protein mercury cadmium telluride MRP 8 Myeloid related protein 8 MS Spectrométrie de masse n 3 Oméga 3 n 6 Oméga 6 NHS NPLC PBS PUFA SCID SD SKALP SS SSLs TGF TOF MS UPLC VLDL Normal human skin Normal phase liquid chromatography Phosphate buffered saline Polyinsaturated fatty acids Severe combined immunodeficiency Écart type Skin derived antileukoprotease Skin substitute Skin surface lipids Transforming growth factor Time of flight mass spectrometry Ultra performance liquid chromatography Very low density lipoprotein xvi

17 Remerciements La réalisation de mes travaux de maîtrise s est effectuée au Laboratoire d Organogénèse Expérimentale (LOEX) du Centre hospitalier universitaire de Québec (Hôpital Enfant- Jésus) sous la direction du Dr Roxane Pouliot. Je tiens tout d abord à remercier ma directrice de recherche, le Dr Roxane Pouliot, pour son support tout au long de mes études. Ses conseils, sa grande disponibilité et son écoute ont été grandement appréciés et m ont permis d apprendre et de progresser tout au long de mon cheminement à la maîtrise. Je veux également remercier tous les membres de l équipe de recherche, en particulier Jessica Jean et Isabelle Gendreau pour leur aide et leurs conseils. Merci spécialement à Sarah Dubois Declercq avec qui j ai réalisé la première partie de mon projet. Sa présence et son soutien auront permis de mener à bien ces travaux communs. Je profite de l occasion pour remercier tous les membres du LOEX, en particulier ceux de mon bureau pour leur dynamisme. Merci à François Dominique Scott pour son aide en statistique et à Marie Leroy pour son support lors des analyses en infrarouge. Merci également aux organismes subventionnaires suivants : FQRNT, CRSNG et IRSC ainsi qu à Hydro-Québec pour leur support financier. Finalement, un merci tout particulier à ma famille et à mes proches qui m ont encouragée tout au long de mes études. xvii

18

19 Avant-propos Le deuxième chapitre de ce mémoire fait l objet d un article intitulé ATR-FTIR and drug permeation studies of cryopreserved human tissue-engineered skin substitutes for pharmaceutical studies perspective qui sera soumis dans le journal Skin Pharmacology avec Sarah Dubois Declercq et moi-même comme coauteurs principaux en raison d une contribution équivalente à cet article. J ai développé et réalisé la majorité des expériences de ce projet conjointement avec Sarah Dubois Declercq. Les extractions cellulaires des kératinocytes et fibroblastes utilisés pour la production des substituts sains avaient préalablement été effectuées par d anciens membres du groupe de recherche. La production des substituts cutanés a été effectuée avec Sarah Dubois Declercq dans un partage des tâches égal sous la supervision initiale de Jessica Jean. Les analyses d absorption percutanée ont principalement été réalisées par Sarah Dubois Declercq, mais j ai participé au traitement des données avec l aide de celle-ci et de Marielle Robert. J ai réalisé les analyses de spectroscopie infrarouge et j en ai analysé les données. Les analyses statistiques ont été prises en charge par Sarah Dubois Declercq. Finalement, Sarah Dubois Declercq et moi avons rédigé l article sous la supervision du Dr Roxane Pouliot. xix

20

21 1. Introduction générale 1

22 1.1. La peau La peau est un épithélium d un poids moyen de 4 kg, d une superficie d environ 2 m 2 et d une épaisseur moyenne de 2 mm (Mélissopoulos & Levacher, 1998; Schaefer & Redelmeier, 1996), ce qui en fait le plus grand et le plus lourd organe du corps humain. Cet organe simple en apparence, mais complexe en réalité, est formé de trois couches : l épiderme, le derme et l hypoderme (Marieb, 2005). La peau joue un rôle crucial à différents niveaux par l action de ses quatre principales fonctions (Gartner & Hiatt, 2007). Figure 1.1 Couches de la peau normale humaine (Tirée de (Gartner & Hiatt, 2007)) 1) Tout d abord, constituant l interface entre l intérieur du corps et le monde extérieur, la peau joue un rôle de protection très important. Elle agit en tant que barrière physique, 2

23 chimique, biologique et immunologique pour contrer les agents pathogènes (Harding, 2004) En tant que barrière, la peau permet aussi de réguler la perte d eau. Différents mécanismes interviennent pour assurer cette fonction de barrière. Parmi ceux-ci se trouvent un système de défense immunitaire basé sur l interaction entre différents types cellulaires (Gartner & Hiatt, 2007; Ovalle & Nahirney, 2008) de même que la présence d une couche acide en surface. Effectivement, la couche cornée est à un ph variant entre 4 et 5,5, ce qui lui confère des propriétés antiseptiques (Choi, et al., 2007). 2) La peau agit également comme thermorégulateur. En effet, elle permet de maintenir la température du corps humain à une température d environ 37 C (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Cette thermorégulation est rendue possible grâce à la présence des poils et des glandes sudoripares (Heath, et al., 2008) de même qu à la contraction et dilatation des vaisseaux sanguins (Eroschenko & di Fiore, 2012). L hypoderme agit également comme couche isolante. 3) Différents récepteurs tactiles et sensoriels se retrouvent dans la peau, ce qui lui confère des propriétés au niveau de la perception. Les récepteurs sensoriels qui s y retrouvent sont des mécanorécepteurs, des thermorécepteurs et des nocicepteurs (Kierszenbaum, et al., 2006). 4) Finalement, la quatrième fonction principale de la peau consiste à métaboliser la vitamine D (Gartner & Hiatt, 2007). En effet, lors de l absorption de rayons ultraviolets par la peau, le cholestérol qui s y retrouve est transformé en vitamine D3. Par la suite, cette dernière sera elle-même modifiée par le foie et les reins en vitamine D active (Heath, et al., 2008) L hypoderme L hypoderme est un tissu adipeux représentant 15 à 20 % du poids corporel. Des extensions de fibres de collagène et de fibres élastiques le relient au derme (Mélissopoulos & 3

24 Levacher, 1998). Il est composé de cellules, les adipocytes, et de tissu conjonctif (Kierszenbaum, et al., 2006). Les adipocytes ont la particularité de pouvoir subir une importante variation de volume en peu de temps lorsqu il y a changement du poids corporel (Mélissopoulos & Levacher, 1998). L hypoderme joue un rôle important comme isolant thermique et amortisseur des chocs extérieurs (Stevens & Lowe, 2005). Il représente par ailleurs la plus grande réserve d énergie de tout le corps humain (Lowe & Anderson, 2014) en emmagasinant les lipides sous forme de triglycérides (phase de captation) pour ensuite les relarguer sous formes d acides gras ou encore de glycérol (lipolyse). L hypoderme constitue également une réserve d hormones stéroïdes et est un site important dans la transformation des androgènes en oestrogènes (Mélissopoulos & Levacher, 1998) Le derme Le derme est un tissu conjonctif relié à l épiderme par la jonction dermo-épidermique. Il se divise en deux zones, soit le derme papillaire, d où ont lieu les échanges avec l épiderme, et la couche réticulaire (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Le derme est principalement constitué de fibroblastes qui se trouvent dans une matrice extracellulaire qu ils produisent eux-mêmes. Effectivement, les fibroblastes sont responsables de la synthèse du collagène, de l élastine et de glycoprotéines de structure dont est constituée la matrice. Le derme contient également un réseau de capillaires qui alimente les trois couches cutanées en nutriments et en oxygène et qui élimine les déchets qui y sont produits (Mélissopoulos & Levacher, 1998). On retrouve également dans le derme les glandes sébacées et sudoripares, les cellules du système immunitaire (Jean, 2010; Marieb, 2005; Mélissopoulos & Levacher, 1998) de même que des fibres nerveuses et des récepteurs sensoriels tels des mécanorécepteurs, des thermorécepteurs et des nocicepteurs (Kierszenbaum, et al., 2006) L épiderme L épiderme constitue la couche externe de la peau et joue un rôle important dans la formation d une barrière physique, chimique, biologique et immunologique contre les agents extérieurs (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Cette structure est stratifiée et non 4

25 vascularisée. Elle est composé de kératinocytes se subdivisant en quatre ou cinq couches (Marieb, 2005) soit la couche basale, la couche épineuse, la couche granuleuse, la couche claire, présente uniquement au niveau de la plantes des pieds et de la paume des mains, et la couche cornée. Son épaisseur varie entre 0,05 mm et 1,5 mm. Peau mince Peau épaisse Figure 1.2 Couches de l épiderme de la peau normale humaine (Tirée de (Ash, et al., 2012)) L épiderme est composé à 80 % de kératinocytes (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Ces cellules subissent un processus de différenciation cellulaire lors de leur migration au travers des différentes couches de l épiderme jusqu à la surface de ce dernier (Gartner & Hiatt, 2007; Junqueira & Carneiro, 2005; Ovalle & Nahirney, 2008). Ce faisant, ils synthétisent différentes protéines de la famille des kératines. Ce sont des protéines qui contribuent entre autres au rôle de barrière (Stevens & Lowe, 2005). L épiderme est donc en constant renouvellement. De la couche basale à la couche cornée, les kératinocytes changent d aspect. Dans la couche basale, ils sont de forme cylindrique et perpendiculaires aux papilles du derme (Mélissopoulos & Levacher, 1998). La différenciation cellulaire commence dans cette couche, alors qu un kératinocyte se divise en deux cellules; une 5

26 restera dans la couche basale où elle continuera à se différencier et une migrera vers les couches supérieures. On retrouve dans cette couche les kératines de type 5 et 14 (Blumenberg & Tomic-Canic, 1997). Les kératinocytes situés dans la 2 e couche, soit la couche épineuse, sont de forme polyédrique avec un noyau sphérique (Wysocki, 1999). Il y a présence de desmosomes rattachant les kératinocytes entre eux (Eckert, 1989). On retrouve également dans cette couche les kératines de type 1 et 10 (Blumenberg & Tomic- Canic, 1997). Au niveau de la couche granuleuse, les kératinocytes sont d apparence fusiforme (Mélissopoulos & Levacher, 1998), alors qu au niveau de la couche claire, ils présentent une forme aplatie et ont un noyau très petit, voire absent (Wysocki, 1999). Finalement, dans la couche cornée, les kératinocytes n ont plus de noyau ni d organites cytoplasmiques. Rendus en surface, ils se détachent afin d être remplacés par de nouvelles cellules. Ce processus porte le nom de desquamation (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Figure 1.3 Différenciation des kératinocytes au travers des différentes couches de l épiderme (Tirée de (Schaefer & Redelmeier, 1996)) 6

27 L épiderme, en plus des kératinocytes, contient également des mélanocytes. La mélanine, que synthétisent ces cellules, a la propriété d absorber les rayons ultraviolets du soleil permettant ainsi la protection de l ADN cellulaire (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Les cellules de Langerhans et les cellules de Merkel sont deux autres types cellulaires retrouvés dans l épiderme. Alors que les premières sont impliquées dans le système immunitaire (Kierszenbaum, et al., 2006; Mélissopoulos & Levacher, 1998), les secondes le sont au niveau des récepteurs sensoriels du toucher (Wysocki, 1999). L épiderme contient également des terminaisons nerveuses reliées au derme (Stellman & Dufresne, 2000) La couche cornée La couche cornée étant directement en contact avec le monde extérieur, elle est la principale actrice dans la fonction de barrière physique (Mélissopoulos & Levacher, 1998). Elle est constituée de cornéocytes, c est-à-dire de kératinocytes complètement différenciés, imbriqués dans une matrice intercellulaire de lipides (Walters, 2002). Cette organisation est souvent représentée par l illustration de briques dans du mortier. Grâce à leur organisation spécifique, ces différents lipides interviennent en tant que barrière par le biais de plusieurs mécanismes. Par conséquent, ils jouent un rôle important au niveau de la perméabilité de la peau (Bernard, et al., 2007; Duque Fernandez, 2008). 7

28 Figure 1.4 Représentation «Briques dans le mortier» des cornéocytes de la couche cornée (Tirée de (Harding, 2004) et modifiée par Jessica Jean (Jean, 2010)) 1.2. Le psoriasis Le psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse qui est auto-immune et non contagieuse. Il s agit d une maladie chronique touchant 3 à 5% de la population. Comme son nom l indique, cette dermatose est reconnaissable par des plaques rouges (érythème) recouvertes de squames. Elle peut se présenter sous cinq formes différentes, soit le psoriasis en plaques, en gouttes, inversé, pustuleux ou érythrodermique (Nicolas & Thivolet, 1997). Le psoriasis en plaques est le plus commun, représentant environ 80% des cas (Dubertret, 2004). 8

29 Psoriasis en plaques Psoriasis en gouttes Psoriasis pustuleux Psoriasis érythrodermique Psoriasis inversé Figure 1.5 Les cinq différentes formes de psoriasis (Tirée de (Thivolet & Schmitt, 1993)) 9

30 Histologie Le psoriasis est caractérisé par une augmentation de la prolifération des kératinocytes et par une maturation incomplète de ces derniers. Effectivement, au lieu de prendre entre 28 et 44 jours, leur processus de différenciation au travers des différentes couches de l épiderme ne prend qu autours de 4 jours (Federman, et al., 1999). Le derme et l épiderme des lésions psoriasiques sont également infiltrés par des cellules du système immunitaire. En outre, il y a augmentation de l angiogénèse de même que présence d anomalies au niveau de la composition protéinique, certaines protéines étant sur- ou sous-exprimées. Ces anomalies peuvent être regroupées en trois catégories, soit celles reliées à la différenciation ou à l hyperprolifération des kératinocytes et à l infiltration des cellules du système immunitaire. Au niveau des anomalies protéiniques reliées à la différenciation des kératinocytes, la filaggrine est un marqueur qui est sous-exprimé dans une peau psoriasique. Elle se retrouve habituellement dans la couche granuleuse, qui est absente dans une peau lésionnelle (Bernard, et al., 1988). Les marqueurs de différenciation terminale K1 et K10 sont également sous-exprimés (Mils, et al., 1994). À l inverse, il y a surexpression de l involucrine, une protéine impliquée dans la stabilisation de l enveloppe kératinisée (Ishida-Yamamoto & Iizuka, 1995). C est le cas également du marqueur de différenciation MRP-8, impliqué dans la formation de liens avec le Ca 2+ et dans la réorganisation du cytosquelette, et du SKALP, impliqué dans la dégradation de l élastine (Nagpal, et al., 1996). Différentes protéines présentes dans les peaux psoriasiques sont aussi impliquées dans l hyperprolifération des kératinocytes. Il y a ainsi une augmentation du nombre de récepteurs du facteur épidermique de croissance (EGF) dans les couches supérieures d un épiderme psoriasique par rapport à celui d une peau saine (Nanney, et al., 1986). Le TGF-α est également augmenté (Turbitt, et al., 1990), tout comme l activité de la kinase MAP, impliquée dans la régulation de la prolifération cellulaire (Dimon-Gadal, et al., 1998). Différents marqueurs de la kératine sont également affectés dans une peau lésionnelle. 10

31 C est le cas entre autres des K5, K6, K14 et K16 qui sont surexprimées (Thewes, et al., 1991). Une peau psoriasique présente également de nombreuses dérégulations au niveau des interleukines, un groupe de cytokines particulièrement important au niveau du système immunitaire. En effet, les interleukines 8, 13, 17, 22 et 23 sont, par exemple, surexprimées, alors que l interleukine 10 est, au contraire, sous-exprimée dans la peau psoriasique (Menter & Stoff, 2010) Étiologie du psoriasis Les causes exactes du psoriasis sont à ce jour inconnues. Il est toutefois généralement admis que des facteurs immunologiques, environnementaux et génétiques entreraient en jeu (Nicolas & Thivolet, 1997). Une fois le processus de la maladie enclenché, il en résulte une boucle impliquant la réponse immunitaire du système et le stress subi par les kératinocytes. En effet, chez une personne à la peau saine, suite à une agression de l épiderme, la réponse inflammatoire rapide poussera les cellules immunitaires à produire des facteurs de croissance afin de favoriser la division des kératinocytes et ainsi réparer rapidement la blessure. L inflammation disparaitra ensuite. Dans le cas d une peau psoriasique, l inflammation perdure en raison d une réponse exagérée du système immunitaire (Ainsworth, 2012). La réponse n est toutefois pas constante puisque la maladie évolue en phases de poussées de plaques suivies par des phases de rémission. Le psoriasis se divise en trois niveaux de gravité selon le pourcentage de peau atteinte : la forme légère (moins de 2 %), la forme modérée (2 à 10 %) et la forme grave (plus de 10 %) (Lebwohl, et al., 2004). 11

32 Figure 1.6 La boucle inflammatoire du psoriasis (Tirée de (Ainsworth, 2012)) 1.3. Analyse des lipides par chromatographie L isolation des lipides d un échantillon naturel tel que la peau se fait principalement par extraction avec des solvants organiques. Différentes combinaisons peuvent être utilisées afin de limiter les pertes et la dénaturation des lipides au cours du processus. Des solvants neutres, acides ou basiques peuvent être employés, chacun présentant certains inconvénients (Myher & Kuksis, 1995). Alors que les solvants neutres résultent en un faible recouvrement des phospholipides acides, des lysophospholipides et des acides gras nonestérifiés, les solvants acides peuvent générer des lysophospholipides lorsque l échantillon contient initialement des plasmalogènes. L emploi de solvants alcalins, d un autre côté, engendre un risque de désacyler certains composés. Une fois l isolation des lipides effectuée, des analyses par chromatographie peuvent être effectuées. Cette technique est une méthode analytique permettant de séparer physiquement des espèces chimiques. Ces dernières sont mises en solution dans une phase mobile qui passe au travers d une phase stationnaire. Les différentes molécules sont éluées à un rythme 12

33 plus ou moins rapide en fonction de leurs propriétés et de celles des phases mobiles et stationnaires. Il existe plusieurs types de techniques chromatographiques qui peuvent être classées en fonction de leur phase mobile et du mécanisme de séparation entrant en jeu. Les lipides de la peau saine et de la peau psoriasique ont été analysés par différents groupes de recherche à l aide de méthodes chromatographiques variées. Plusieurs études utilisent la chromatographie sur couche mince afin de séparer ou d analyser différentes classes de lipides présentes dans la peau (Farwanah, et al., 2002; Imokawa, et al., 1989; Melnik, et al., 1989; Ponec & Weerheim, 1990; Weerheim & Ponec, 2001; Wertz, et al., 1985). Afin de quantifier les lipides, un densitomètre peut être utilisé (Motta, et al., 1993). La chromatographie sur couche mince est toutefois une méthode encombrante, nécessitant beaucoup de temps et une concentration de molécules assez spécifique si l on veut obtenir une détection nette et optimale. De plus, la quantité maximale de molécules pouvant être séparée en une analyse est limitée (Gildenast & Lasch, 1997). Afin de palier à certains de ces inconvénients, la chromatographie sur couche mince peut aussi être utilisée en précurseur d une autre méthode chromatographique. Cette technique d analyse implique l utilisation d une plaque de silice sur laquelle les extraits de lipides sont mis à éluer. La plaque est ensuite grattée et hydrolisée, ce qui permet ensuite l analyse par chromatographie en phase gazeuse ou liquide. Alors que le chromatographe gazeux est principalement couplé à un MS (Gonzalez-Illan, et al., 2011; Michael-Jubeli, et al., 2011; Pons, et al., 2002), la chromatographie liquide, quant à elle, a aussi été utilisée couplée à divers autres détecteurs. On retrouve ainsi par exemple des analyses par ESI-MS, par APCI-MS (Farwanah, et al., 2002) et par ELSD (Christie, 1985). Par ailleurs, certains lipides ont été analysés spécifiquement dans différentes études. C est le cas des céramides de la couche cornée dont la caractérisation a entre autres été effectuée par NPLC-ESI-MS, ce qui a permis d identifier 342 céramides différents et de découvrir une nouvelle classe de céramides présents dans la peau, le CER[ADS] en plus des 10 déjà connus (Masukawa, et al., 2008). Par ailleurs, les acides gras libres ont été analysés spécifiquement par GC-MS et GC-FID (Norlen, et al., 1998). Plus récemment, l UPLC en phase inverse a commencé à être utilisé pour les analyses lipidiques couplé, par exemple, à 13

34 un TOF-MS (Rainville, et al., 2007). Son utilisation permet une séparation meilleure et plus rapide qu avec un HPLC standard. Il est à noter que pour les analyses en chromatographie liquide, la phase inverse est à privilégier au dépend de la phase normale puisqu elle offre une meilleure compatibilité avec les échantillons biologiques et lipophiles (Rainville, et al., 2007) Les lipides de la peau saine Les lipides de surface La peau est un site riche en lipides ayant des fonctions diversifiées. Elle est recouverte en surface par une couche de lipides (SSLs) sous forme d un film hydrolipidique. Ces SSLs sont composés d un mélange de lipides sébacés et épidermiques incluant entre autres des triglycérides, des esters et des squalènes. La fraction acide gras des SSLs est riche en acides gras à longues chaînes, mais pauvre en polyinsaturés (PUFAs). Ces lipides de surface possèdent entre autres des propriétés antimicrobiennes (De Luca & Valacchi, 2010) Les lipides épidermiques La composition lipidique varie au travers des différentes couches de l épiderme. Tout au long du processus de kératinisation, celle-ci change, passant d une composition contenant davantage de lipides polaires à une composition comportant majoritairement des lipides neutres. Ce changement de composition lipidique n est toutefois pas linéaire, certains lipides augmentant en concentration dans une couche supérieure pour diminuer par la suite (Lampe, et al., 1983). 14

Psoriasis 2005 Psoriasis Plus de 5 millions de patients souffrent de psoriasis aux USA Ils dépensent entre 1,6 et 3,2 milliards de dollars par an pour traiter leur maladie Entre 150000 et 260000 nouveaux

Plus en détail

COSMETOLOGIE. Dr Pasquini Bernadette

COSMETOLOGIE. Dr Pasquini Bernadette COSMETOLOGIE Dr Pasquini Bernadette COSMETOLOGIE ET MEDECINE Pour entretenir une peau jeune : = hygiène de vie saine et équilibrée, riche en vitamines et antioxydants, bonne hydratation per os = cosmétologie,

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

HYDRATATION CUTANEE. Docteur MSEDDI Madiha Service de Dermatologie - Sfax

HYDRATATION CUTANEE. Docteur MSEDDI Madiha Service de Dermatologie - Sfax HYDRATATION CUTANEE Docteur MSEDDI Madiha Service de Dermatologie - Sfax Introduction L'eau: élément vital de l organisme Composant essentiel de la peau. Degré d'hydratation: niveau d'eau dans un tissu

Plus en détail

LE SYSTÈME TÉGUMENTAIRE ET L HOMÉOSTASIE

LE SYSTÈME TÉGUMENTAIRE ET L HOMÉOSTASIE LE SYSTÈME TÉGUMENTAIRE ET L HOMÉOSTASIE Le système tégumentaire joue un rôle essentiel dans l homéostasie; en effet, il protège le corps et contribue à sa régulation thermique. Il nous permet également

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

La membrane plasmique

La membrane plasmique La membrane plasmique Les molécules qui composent la membrane plasmique 1. Les lipides ls sont amphiphiles ou amphipatiques (une partie hydrophobe et une partie hydrophile) (amphi= des deux cotés, phile

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

Les molécules organiques. Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy

Les molécules organiques. Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy Les molécules organiques Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy Les composés organiques Objectif 3.2.1 Distinguer les composés organiques et les composés inorganiques.

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit

Atelier Pansements. Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit Atelier Pansements Hélène Bachelet Isabelle Maachi Bénedicte Schmit PROCESSUS DE CICATRISATION Etapes de la cicatrisation Le traitement d une plaie n est pas standardisé mais personnalisé Quelque soit

Plus en détail

MI1 Métabolisme et Nutrition - Stockage et mobilisation des molécules énergétiques - Cristol Année Universitaire 2007-2008

MI1 Métabolisme et Nutrition - Stockage et mobilisation des molécules énergétiques - Cristol Année Universitaire 2007-2008 Stockage et mobilisation des réserves énergétiques Les schémas joints sont ceux qui étaient sur le fichier du ronéo de l an dernier ; ceux qui sont sur le poly de la corpo étaient mal sortis. P.41 : triacylglycérol

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Les protéines fibreuses:

Les protéines fibreuses: D- Hiérarchie dans la conformation des protéines Les protéines fibreuses: Le collagène: Le derme de la peau est formé d'un dense treillis de fibres de collagène La kératine : Les ongles, la couche cornée

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Biochimie structurale

Biochimie structurale UNIVERSITE MOHAMMED V-AGDAL Faculté des Sciences Rabat Biochimie structurale Partie lipides Objectifs Connaître pour chacun des lipides La structure chimique Les propriétés physico chimiques Le rôle biologique

Plus en détail

Les objets de l évolution :

Les objets de l évolution : Les objets de l évolution : éléments de biologie cellulaire Table des matières Les 3 règnes et leurs spécificitéss Les cellules procaryotes Les cellules eucaryotes Les cellules végétales Les cellules de

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Catalogue des équipements. Analytique

Catalogue des équipements. Analytique Catalogue des équipements Analytique Table des matières Équipement analytique... 3 Laboratoire analytique... 3 Calorimétrie différentielle à balayage (DSC)... 3 Analyse thermogravimétrique (TGA)... 4 GC-MS

Plus en détail

de l organisme 1. La diversité des constituants Chapitre Questions

de l organisme 1. La diversité des constituants Chapitre Questions Chapitre Les constituants de l organisme L organisme est constitué d eau, d éléments minéraux et de matière organique. Différentes molécules permettent la construction et le renouvellement des cellules.

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011 IFSI 1ère année promotion 2008 2011 NP Plan du cours LA THERMOREGULATION Définition de l homéothermie Définition de la thermorégulation Les modes de transmission de la chaleur Régulation de la température

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Christophe Six. UMR UPMC CNRS 7144 Station Biologique de Roscoff Bureau 354 six@sb-roscoff.fr

Christophe Six. UMR UPMC CNRS 7144 Station Biologique de Roscoff Bureau 354 six@sb-roscoff.fr Structures des membranes biologiques Christophe Six UMR UPMC CNRS 7144 Station Biologique de Roscoff Bureau 354 six@sb-roscoff.fr I. Rappels et généralités 1 / Les grandes fonctions des lipides -Fonction

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

1- Les oses naturels : a) comportent toujours une fonction carbonyle. b) sont tous dextrogyres. 1pt

1- Les oses naturels : a) comportent toujours une fonction carbonyle. b) sont tous dextrogyres. 1pt Université AbouBekr Belkaid Tlemcen Année 2013/2014 Faculté SV-STU Département de Biologie 2 ème année LMD Module de Biochimie Générale (Corrigé Type) 1- Les oses naturels : a) comportent toujours une

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

Histophysiologie annexes cutanées nerfs et vaisseaux

Histophysiologie annexes cutanées nerfs et vaisseaux Histophysiologie annexes cutanées nerfs et vaisseaux Pr. Ludovic Martin Pr. Jean-Paul Saint-André UE Revêtement cutané L2 2011-2012 Poils Plusieurs types de poils Cheveux Cils et sourcils Barbe et moustache

Plus en détail

LES JONCTIONS D ANCRAGE

LES JONCTIONS D ANCRAGE LES JONCTIONS D ANCRAGE 1. Généralités Liées au cytosquelette (microfilaments, filaments intermédiaires= FI). Connexion entre les cellules. Connexion à la matrice extracellulaire. transmission des forces

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos 11. Remerciements 13. Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos 11 Remerciements 13 Chapitre 1 - Les molécules organiques 15 I. Les glucides 15 1. Les oses ou monosaccarides 15 2. Les diholosides ou disaccharides 15 3. Les polyholosides

Plus en détail

Chapitre 5 La présentation du système tégumentaire

Chapitre 5 La présentation du système tégumentaire 93 Chapitre 5. La présentation du système tégumentaire Chapitre 5 La présentation du système tégumentaire I. Le système tégumentaire : des chiffres Le système tégumentaire est le système le plus étendu

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

OXYDERME NOUVEAU CONCEPT DE LA BEAUTE CUTANEE

OXYDERME NOUVEAU CONCEPT DE LA BEAUTE CUTANEE NOUVEAU CONCEPT DE LA BEAUTE CUTANEE Le système d oxygène Comment fonctionne L épiderme est la partie particulièrement active de la peau, notamment sa couche la plus profonde, la strate germinative avec

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie

TSC II. Analyse par Courants Thermostimulés. L excellence en analyse thermique et en calorimétrie TSC II Analyse par Courants Thermostimulés L excellence en analyse thermique et en calorimétrie 2 TSC1I applications... Introduction Cette méthode particulière d Analyse Thermique utilise la MOBILITE MOLECULAIRE

Plus en détail

TAM 2 au 5 septembre 2014

TAM 2 au 5 septembre 2014 TAM 2 au 5 septembre 2014 Partie 1 Biologie Cellulaire Cellule en anaphase. (oui, c est BEAU, vous allez aimer la bioc!) Le commencement c est la Cellule! La cellule est l unité fondamentale de tous les

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements?

Que sait-on déjà? Que reste-t-il encore de secret? Quelles perspectives offrent les nouveaux traitements? LA RECHERCHE SUR LE PSORIASIS INAUGURE UNE NOUVELLE ÈRE (*) (*) raduction d un article du docteur Wim Pollet paru dans le trimestriel Psoriant de l association belge de patients psoriasiques Psoriasis

Plus en détail

Peau sèche et sa prise en charge : quelle utilité en gériatrie?

Peau sèche et sa prise en charge : quelle utilité en gériatrie? Peau sèche et sa prise en charge : quelle utilité en gériatrie? MH Tarteaut ISC Plaies et Cicatrisation Forum - 22 septembre 2009 Département Réhabilitation et Gériatrie La peau Bases physiologiques Les

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire)

Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire ou pluricellulaire) 4- Organisation structurale et fonctionnelle des cellules Organismes unicellulaires Organismes pluricellulaires cellule Cellules procaryotes (toujours unicellulaire) Cellules eucaryotes (unicellulaire

Plus en détail

Hydratation : Les besoins essentiels de ma peau

Hydratation : Les besoins essentiels de ma peau Hydratation : Les besoins essentiels de ma peau Quel est votre type de peau? Peau grasse La peau grasse est caractérisée par une sécrétion importante de sébum (la substance grasse ayant pour but de protéger

Plus en détail

Problèmes de peau peaux à problèmes!

Problèmes de peau peaux à problèmes! Madame, Monsieur, Problèmes de peau peaux à problèmes! De nombreuses personnes souffrent de peau sèche ou de maladies de peau et, par conséquent, les consultations médicales pour ce type de troubles se

Plus en détail

Chapitre 2 : Organisation de la cellule

Chapitre 2 : Organisation de la cellule Partie 1 : notions de biologie cellulaire DAEU- Cours Sciences de la Nature & de la Vie- Marc Cantaloube Chapitre 2 : Organisation de la cellule La cellule est l unité de base des êtres vivants. Il existe

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

UE 10 REVÊTEMENT CUTANÉ COUCHE CORNÉE / FLORE CUTANÉE / ABSORPTION

UE 10 REVÊTEMENT CUTANÉ COUCHE CORNÉE / FLORE CUTANÉE / ABSORPTION 12/04/13 16:33 UE 10 Revêtement cutané Vendredi 12 avril 2013 13h30-14h30 RT Simon CHOURAQUI RL UE 10 REVÊTEMENT CUTANÉ COUCHE CORNÉE / FLORE CUTANÉE / ABSORPTION SOMMAIRE 1- LES LASERS 2- INTRODUCTION

Plus en détail

Manipulation des acides nucléiques

Manipulation des acides nucléiques Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4 nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

La régulation de la glycémie

La régulation de la glycémie La régulation de la glycémie INTRODUCTION GENERALE La glycémie est le taux de glucose plasmatique. Chez un sujet normal, la glycémie oscille autour d une valeur moyenne comprise entre 0.8 g.l -1 et 1.2

Plus en détail

Cours biologie cellulaire Licence L1

Cours biologie cellulaire Licence L1 Cours biologie cellulaire Licence L1 Les Limites Cellulaires: Membranes, Glycocalyx et Paroi Frontières, échanges, communication, et adhésion Concepts de biologie cellulaire «Le concept est la totalité

Plus en détail

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines.

Durée de l'épreuve: 3 heures. (Pas de documents autorisés) Sujet 1 (8 points). Pathologies des cils et des flagelles, et kinésines. Université de la Méditerranée Année universitaire 2002-2003 Faculté des Sciences de Luminy Département de Biologie Maîtrise de Biologie Cellulaire Module optionnel "Dynamique Cellulaire" Première session

Plus en détail

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015

TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 TUTORAT UE 3b 2014-2015 Biophysique Séance d annales Semaine du 30/03/2015 Concours PACES 2012-2013 Séance préparée par les tuteurs stagiaires QCM n 1 : L'amphétamine (masse molaire égale à 135 g.mol -1

Plus en détail

MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés.

MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés. Année universitaire 2006-2007 M1S1 1 ère session Jeudi 28 Juin 2007 MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés.

Plus en détail

La digestion chimique

La digestion chimique SBI3U La digestion chimique Les aliments sont réduits mécaniquement en particules plus petites ils sont soumise à l action de substances chimiques et des enzymes les molécules complexes deviennent des

Plus en détail

Anatomie macroscopique

Anatomie macroscopique Anatomie, embryologie et physiologie de la cornée Anne Faucher, MD, FRCS Université de Sherbrooke Septembre 2000 Anatomie macroscopique 1/6 de la tunique extérieure de l œil Circulaire vue face postérieure

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES

Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Chapitre 1. MILIEU INTERIEUR ET FLUX DE LIQUIDES Exercice A :Une faible absorption des acides aminés (anorexie, dénutrition, problème métabolique etc.) ne permet pas à l organisme de renouveler et de conserver

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE

LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE LES MÉCANISMES MOLÉCULAIRES DE LA CARCINOGENÈSE TOUT D ABORD UN PETIT HISTORIQUE 1910: Peyton ROUS découvre le virus qui porte son nom 1976: les oncogènes de certains virus ont une contrepartie cellulaire

Plus en détail

Pourquoi PrENDrE SoiN DE SA PEAu?

Pourquoi PrENDrE SoiN DE SA PEAu? Pourquoi PRENDRE SOIN DE SA peau? Pourquoi prendre soin de sa peau? Ce cours a été conçu pour vous permettre d approfondir vos connaissances et de gagner en assurance. Grâce à lui vous pouvez vous perfectionner

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

CAP ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE. Arrêté du 22 avril 2008 abrogeant l arrêté du 13 décembre 1990

CAP ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE. Arrêté du 22 avril 2008 abrogeant l arrêté du 13 décembre 1990 CAP ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE Arrêté du 22 avril 2008 abrogeant l arrêté du 13 décembre 1990 1 CAP ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

Plus en détail

LA PEAU Structure et types. DR MSEDDI Madiha Service de Dermatologie Sfax

LA PEAU Structure et types. DR MSEDDI Madiha Service de Dermatologie Sfax LA PEAU Structure et types DR MSEDDI Madiha Service de Dermatologie Sfax INTRODUCTION La peau recouvre tout le corps les formes extérieures Surface (fonction: poids et taille) sujet (70 Kg - 1,70 m - 1,80

Plus en détail

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse

Correction de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre. Devoir de synthèse INSTITUT PREPARATIRE AUX ETUDES D INGENIEURS DE SFAX DEPARTEMENT DE PREPARATIN AUX NURS DE BILGIE A.U. : 2011-2012 orrection de l épreuve de Biochimie du 3 ème trimestre Devoir de synthèse Exercice 1 (12

Plus en détail

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Préparation à l Agrégation Interne Paris VI 2009-2010 Séances des 19 et 23 septembre LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Les mots clés : Lipide, glucide, protide, acide nucléique, monomère, polymère,

Plus en détail

> SOMMAIRE. Avant-propos...

> SOMMAIRE. Avant-propos... > SOMMAIRE Avant-propos... XV CHAPITRE 1 : ASSURANCE QUALITÉ ET BONNES PRATIQUES DE FABRICATION... 1 1. BASES DE L ASSURANCE QUALITÉ... 4 Définitions et domaines d application... 4 Bonnes pratiques...

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Comment la glycémie est elle régulée?

Comment la glycémie est elle régulée? Comment la glycémie est elle régulée? La glycémie, quantité de glucose dans le sang, est un facteur primordial pour un bon état de santé. Bien que les apports de glucose soient très variables dans le temps,

Plus en détail

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE

LA REGULATION DE LA GLYCEMIE Le début vous l avez fait avant les vacances cours de ce jours à partir du II Chap8 TS spécialité Thème 3 Restitution des acquis LA REGULATION DE LA GLYCEMIE http://img10.beijing2008.cn/20080824/img214581293.jpg

Plus en détail

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien.

Existe-il un lien entre ces diverses échelles du phénotype? L étude de la drépanocytose, une maladie génétique, permet de rechercher ce lien. 1 CHAPITRE II Des protéines actives dans la catalyse : les enzymes 2 L ensemble des caractères observables ou non d un individu constitue son phénotype. Ces caractères sont observables directement sur

Plus en détail

L énergie du sportif

L énergie du sportif L énergie du sportif 1 Le corps : une usine à «brûler» les aliments Pour vivre, marcher, penser, notre corps a besoin d énergie. Celle-ci est apportée par la transformation de certains nutriments, en particulier

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Avantages et inconvénients

Avantages et inconvénients GESTION DU RISQUE M Y C O T O X I N E S Marqueurs biologiques liés aux mycotoxines Avantages et inconvénients Christina Schwab Chef de produit, Gestion du risque mycotoxines 2 Christina Schwab Chef de

Plus en détail

Formes galéniques administrées par voie cutanée

Formes galéniques administrées par voie cutanée UE6 - Pharmacie Galénique : Voies d administration et Formes Pharmaceutiques Chapitre 7 : Formes galéniques administrées par voie cutanée Professeur Denis WOUESSI DJEWE Année universitaire 2010/2011 Université

Plus en détail

Module d auto-observation de la peau

Module d auto-observation de la peau Module d auto-observation de la peau Ce module d auto-observation servira de fondement aux cliniciens pour bénéficier d un apprentissage continu dans les domaines de la peau et du traitement des plaies.

Plus en détail

Les bienfaits pour la santé du babeurre fermenté

Les bienfaits pour la santé du babeurre fermenté Les bienfaits pour la santé du babeurre fermenté Brian A. Murray, Anna Kuchta & Philip M. Kelly, Teagasc, Moorepark, Fermoy, Co. Cork, Irlande Le concept des aliments fonctionnels «Que les aliments soient

Plus en détail

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Travaux pratiques Coordonnateur: Jean-Marc CHAPUZET Date: Jeudi 30 Novembre 2006 Local: D7-3012; D7-3014

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

vous pouvez faire plus Une belle peau commence à l intérieur

vous pouvez faire plus Une belle peau commence à l intérieur vous pouvez faire plus Une belle peau commence à l intérieur Pourquoi et comment notre peau vieillit-elle? Les dermatologues pensent que le vieillissement de la peau est dû pour 90 % à des facteurs externes.

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques

insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques insti Prestations analytiques Chimie minérale Chimie organique Chimie nucléaire Analyses physico-chimiques Dominique Robin Ricardo Stouvenel Frédéric Jaquenod Gilles Triscone Martina Zsely-Schaffter Des

Plus en détail