Sciences-Croisées. L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux. Numéro 5 : Contributions libres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sciences-Croisées. L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux. Numéro 5 : Contributions libres"

Transcription

1 Sciences-Croisées Numéro 5 : Contributions libres L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux Christine Charpentier, Maéva Duchène Université de Provence (Département des Sciences de L éducation ; UMR ADEF) L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux Résumé Ce travail prend sa source dans la mise en lumière de la diversité des discours sur les pratiques d accompagnement à l emploi. Nous nous sommes attachés à préciser la relation particulière que les pratiques professionnelles désignent par «accompagnement». Si la posture d accompagnement est transverse, elle réfère néanmoins à une mission d éducation de l autre, elle est un cas particulier d intervention éducative, un «être là» qui vise à l émancipation, à l autonomisation de l autre. Contrairement au guidage ou à l un de ses modes particulier qu est la relation d aide, dans l accompagnement, la place conférée à l autre n est pas celle du suiveur, mais celle de créateur de son propre chemin. L accompagnement est de l ordre de la rencontre d un autre. Forme particulière d étayage, ce qui est en jeu dans la relation d accompagnement est la qualité de la liaison, l accompagnateur s éloignant de toute attitude de maîtrise. Pour travailler à partir de la confiance en l autre, pour parier que l autre pourra se dépasser, l accompagnement demande travail sur soi, vigilance et questionnement éthique. Mots-clés : Accompagnement Relation Aide Guidage Autonomisation Ethique Abstract This work takes its source in the highlighting of the diversity of speeches on the practices of accompaniment in job. We applied ourselves to specifying the particular relation which professional practices indicate by accompaniment. If the position of accompaniment is transverse, it refers however to a mission of education of the other, it is a particular case of instructive intervention, one to be alongside which aims at emancipation, at developing autonomy of the other. Contrary to guidance or to one of its individual modes that is help relation, in accompaniment, the place conferred on the other is not that of follower, but that of creator of its own way. Accompaniment is in the order of meeting of the other. Particular form of shoring up, what is at stake in the relation of accompaniment is the quality of link, the accompanist moving away from any attitude of mastery. To work from the trust in the other, to bet that the other will be able to surpass himself, accompaniment asks for work on oneself, for alertness and for ethical question setting.

2 Key words: Accompaniment Relation Help Guidance Autonomy Ethics.

3 Parce que nous sommes à un stade de notre vie «où l on se pose la question de ce qui a été effectivement acquis jusque-là, tant d un point de vue affectif que social» (Malarewicz, 2005, p.52) et à l issue d un travail sur nos expériences, sur nos intentions, sur nos relations à l environnement, nous avons intégré un master professionnel en Sciences de l Education. Le point commun entre les enseignements tirés de nos expériences professionnelles d hier et nos aspirations d aujourd hui, réside dans notre conviction que favoriser le développement de l autre, l aider à grandir, l aider à se trouver est un élément clé tant au sein de l entreprise qu à l extérieur. Le travail d enquêtes réalisé en début d année universitaire nous a permis une rencontre qui s est avérée déterminante dans le choix de notre thématique de mémoire. Ainsi, le fil rouge de nos travaux, de nos recherches, de nos questionnements concerne t-il l accompagnement, ou plus exactement la relation d accompagnement dans le type de rapports qu elle induit entre accompagnateur et accompagné. Effet de mode ou nouveau paradigme existentiel pérenne, le terme «accompagnement» appartient désormais au vocabulaire usuel des sciences humaines et des sciences de l éducation. La montée en puissance sur le devant de la scène sociale de l idée d accompagnement s est assortie d un développement exponentiel des pratiques «d assistance», «d aide», de «conseil», de «tutorat», de «consultance», de «mentorat», de «compagnonnage», de «coaching» avec des tentatives extrêmement hétérogènes d en donner des définitions et d établir des consensus sur les manières de faire. C est au travers du prisme des théories que nous nous proposons de rechercher des éclairages sur la nature et la fonction de la relation d accompagnement. Ainsi tenterons-nous dans un premier chapitre de comprendre ce que serait une relation d accompagnement en procédant par la négative, c est-à-dire en «évacuant» ce qu elle n est pas. Nous consacrerons un second chapitre à la fonction de cette relation, nous chercherons là des éléments de réponse aux questions : «Que fait-on lorsque l on accompagne quelqu un? Quelle cause sert-on?». Nous aborderons enfin ce que nous qualifierons de «comment être» de l accompagnateur pour que sa pratique s inscrive véritablement dans l accompagnement et en serve la visée. 1. La relation d accompagnement, ce qu elle n est pas, ce qu elle serait «La démarche d accompagnement, un signe des temps» 1 1 (Le Bouëdec, 2002, p.13)

4 Si Paul (2004) nous précise que l'origine du «fond traditionnel» de l accompagnement, d'où toutes les formes actuelles revendiquent d'être issues, se perd dans la nuit des temps (la question initiatique avec Homère, le modèle maïeutique avec Socrate et le modèle thérapeutique avec Hippocrate), nous concentrerons notre propos sur un rapide exposé des mutations de civilisation qui se sont opérées au cours du dernier demi-siècle. Cette incursion dans ce passé proche semble en effet pouvoir nous éclairer sur les causes de l émergence puis de l envahissement du terme «accompagnement» dans la plupart des domaines de la vie que sont l éducation, la santé, l économie, la politique, la vie sociale ou encore spirituelle. Avant les années 60, les institutions, que ce soit la famille, l école ou le travail exerçaient une autorité naturellement admise et prescrivaient aux individus leurs devoirs et le sens de leurs pratiques. C est entre 1960 et 1975 que ces trois intégrateurs majeurs se trouvent ébranlés, des évènements tels que Mai 68, la libération des mœurs ou l après-concile Vatican II 2 symbolisent une rupture avec les idéaux antérieurs. Avec les différents chocs pétroliers, c est à l intégrateur travail d être mis à mal, émergent dès lors les problématiques du chômage, de l insertion et de l exclusion. L intégrateur politique sera lui discrédité avec l évènement-signe que fut la chute du mur de Berlin 3, bousculant les derniers repères idéologiques qui valorisaient le collectif au détriment de l individu. L idéologie libérale et l individualisme deviennent les piliers d une société qui va enjoindre «l individu à se tenir debout seul, à assumer et à conduire sa vie, à ne plus s en remettre à d autres qui pensent pour lui» (Le Bouëdec, 2002, p 15). Dès lors, le sujet se définit par son individualité, son historicité, il est responsable de son destin. La communauté ne prenant plus en charge les individus, il revient à chacun d établir des liens avec autrui. Confrontée à un effacement de repères bien identifiables pour délimiter durablement la place de chacun, la société développe une culture du projet. «Il est alors demandé à chacun de produire lui-même son projet tandis que disparaissent les mécanismes de solidarité sur lequel peut s appuyer l individu de la société salariale pour construire les voies de sa socialisation» (Bachelart, 2002, p 111). Le projet devenu maître mot impose son volontarisme. Une telle culture de la dérégulation par le projet, en germe dans nos environnements dès les années 80, transforme dans les années 90 tout un chacun en un acteur supposé capable de définir ses intentions dans des environnements aux contours beaucoup plus souples, parce que bousculés, par d incessants changements. Cet acteur est supposé, par ailleurs, être capable de mettre en pratique ses intentions ainsi définies (Boutinet, 2002, p 245). Mais cette entreprise, pour valorisée qu elle soit, n a-t-elle pas d autant plus de chance d aboutir que l individu est suréquipé en ressources tant relationnelles, que symboliques ou matérielles? Un individu en risque 2 Le II ème concile œcuménique du Vatican, appelé Vatican II, est le XXII ème Concile œcuménique de l'église catholique romaine. Ouvert par Jean XXIII en octobre 1962, il sera clos par Paul VI en Evénement marquant de l'histoire de l'église catholique au XXe siècle, il symbolise son ouverture à la modernité. 3 Le 9 novembre 1989

5 d exclusion ou exclus est-il en capacité de se mettre en projet, de prétendre à l autonomie? Comment envisager de se projeter quand le principal enjeu est de chercher à assurer le quotidien? A ce sujet, Boutinet (2002, p. 245) nous dit que chez des personnes en situation difficile, l injonction au projet a accentué les formes de dépendance, en faisant achopper des illusions d autonomie face à des contraintes insupportables, celles de la déqualification, celles de la flexibilité, celles d un marché du travail très capricieux. Ainsi, dans cette même société où dominent les injonctions au projet et à l autonomie, le taux de chômage, la précarité de l emploi et les difficultés d insertion progressent. De fait, il se dessine une réalité angoissante sinon désespérante, tant l incertitude est grande, les voies diverses et contradictoires, le discernement difficile. On est dans une ambiance d insécurité, de doute, d absence d horizon ; on a du mal à s assurer de ce qui est crédible ou non, de ce qui est normal (Le Bouëdec, 2002, p 15). Face à des parcours professionnels comme personnels jamais assurés, jalonnés de crises et de transitions incertaines, face à une recherche de sens toujours plus difficile parce que singulière, surgissent le besoin et l offre d accompagnement. «A la fois expression d un mal de vivre dans nos environnements post-modernes et révélateur d un déplacement anthropologique dans nos constructions culturelles, tel semble être le paysage dominant qui entoure l accompagnement et ses pratiques» (Boutinet, 2002, p 241). S il nous parait dès lors avéré que l accompagnement émerge en réponse au risque de désadaptation sociale «d un public dit en difficulté mais soumis à une injonction d autonomie» (Paul, 2007, p 253), ce terme reste à cette étape de notre recherche un «mot valise», une étiquette verbale dont le sens échappe. Puisque «sans travail sur les mots, on ne peut pas faire de recherche» (Vial, 2007, p.2), nous proposons une première tentative de clarification qui prendra appui sur une analyse sémantique Eclairage sémantique du mot «accompagner». Le mot «accompagner» est un parasynthétique, il est composé d un radical, d un préfixe et d un suffixe. Le suffixe «er» désigne l action de. Le radical est lui-même un composé de «com/co» et «pain». Accompagner est donc de la famille de «co-pain» : partager le pain, être copain. Dans cette famille, sont d usage courant les mots «compagnon» et «compagnie» qui expriment l idée de partage, partage du plaisir de voyager, pour le compagnon de voyage, partage des épreuves de la guerre, pour le compagnon d armes, partage de la vie de l autre, pour la dame de compagnie. Pour ce qui est du préfixe «ac», il exprime le fait de devenir, d aller vers, il exprime un processus. L accompagnement est le processus pendant lequel deux personnes, partenaires temporairement, deviennent compagnons. Elles ne sont pas compagnons d emblée, sinon on aurait le verbe «compagner». Le préfixe «ac» dit que c est le fait d être ensemble à ce moment là qui fait qu au bout du compte, ils seront compagnons. Autrement dit, on est compagnon quand on se quitte dans l accompagnement, pas quand on démarre [ ]

6 Accompagner, c est «être avec» quelqu un. L accompagnateur est celui qui va faire en sorte que l autre chemine à sa façon. (Vial, 2007, p.3). Pour Pineau (1998, p.9), étymologiquement, le mot source «compagnon» dont dérive «accompagnement» est irrigué par trois filets de sens : une relation de partage, d échange, de communication d un élément substantiel, le pain ou le pas ; un mouvement vers une parité de relation, même avec une disparité de position, de place [ ] ; une durée, cette relation partagée s établit dans le temps, avec des débuts et des suites. Elle perdure en se nourrissant du temps. Ces éclairages mettent en relief trois dimensions de l accompagnement : - la dimension relationnelle. L accompagnement est une relation à autrui : «Si la forme la plus simple de l accompagnement est duale, c est que le deux est effectivement le minimum requis pour une relation» (Paul, 2004, p.59). - la dimension temporelle. L accompagnement s entend comme processus, comme mouvement vers. - la dimension spatiale. L accompagnement s entend comme un «être là» en même temps avec l autre. Le fondement de l accompagnement serait donc la relation à autrui, reste à déterminer l angle sous lequel autrui est envisagé 1.3. La relation d accompagnement, une relation caractérisée L accompagnement est une relation à autrui d un genre particulier, définie par un ensemble de caractéristiques propres (Paul, 2004). - La relation est asymétrique, elle met en présence au moins deux personnes «d inégales puissances». - La relation est contractualisée, elle nécessite un accord mutuel. De fait, l accompagnement est une rencontre, l accompagnement ne peut pas être imposé, imposé par l accompagnateur ou l accompagné. Cependant, il peut exister «une commande sur l accompagné». C est à ce cas de figure, par exemple que sont régulièrement confrontés les professionnels de l accompagnement vers l emploi lorsqu ils agissent en réponse à une commande institutionnelle. Le demandeur d emploi est en effet enjoint de se conformer à une démarche «d accompagnement à l emploi». Cette commande ne saurait néanmoins se substituer à la demande. La démarche proprement dite d accompagnement correspond au passage de la commande à la demande. La première s inscrit dans un cadre institutionnel comme service défini avec ses contraintes. La seconde émane, non pas de la volonté exprimée par une personne d être accompagnée, mais de l accueil d une personne considérée comme sujet et donc seule à même de dire ce qu elle désire pour elle-même. Pour qu il y ait relation d accompagnement, il faut donc qu il y ait un professionnel qui prenne en compte autrui comme demandeur potentiel, même si la demande n est pas formulée (Paul, 2004, p.128). Si Vial nous confirme que ce passage de la commande à la demande est une condition sine qua non à l amorçage du processus d accompagnement, il nous indique également que cette demande pourra être «évaluée, révisée,

7 réajustée, régulée, [et] se transformer tout au long du processus» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 100). - La relation est circonstancielle, elle est due à un contexte, elle répond à une situation particulière ou à la traversée d une période singulière. - La relation est temporaire, elle est délimitée par un début et une fin. - La relation est co-mobilisatrice, elle implique les deux protagonistes, elle sollicite un cheminement de l un et de l autre, elle requiert l investissement de chacun, accompagnateur et accompagné s engagent dans une aventure. La relation d accompagnement est donc une relation «impliquante», il ne s agirait pas d un traitement de dossier ou d une simple résolution de problème. Il nous paraît opportun à ce stade de notre réflexion de nous réinterroger sur cette notion de l implication dans la relation. Si accompagner requiert l implication du professionnel, c est bien également en tant que personne que l accompagnateur va s engager et vivre l intensité de la situation relationnelle. Face aux difficultés rencontrées par l accompagné, comment l accompagnateur doit-il agir, réagir? S agit-il pour lui de tout mettre en œuvre pour aider, assister l accompagné, lui faciliter la tâche? L accompagnateur doit-il guider l accompagné, peut-il aller jusqu à explicitement ou implicitement l orienter vers une voie, une issue qui lui paraîtrait être la meilleure pour lui? Ces questionnements nous amènent à étudier ce que sont l aide, la facilitation et le guidage et ce qu ils impliquent en termes de relation à l autre La relation d aide. Abels (1998, p.24) nous éclaire sur ce qu est l aide, ce qu elle implique dans le rapport à l autre. L aide a une connotation de charité, de désir de faire du bien à l autre ; l aidant étant dans une position haute par rapport à l aidé, l aidant demeurant celui qui sait, celui qui possède par rapport à l aidé qui est dans le manque et qui reste l objet de l aide. La relation d aide supposerait que l autre soit diminué. Elle supposerait un diagnostic fait au départ et considéré comme vrai : le diagnostic de l inefficacité, voire de l incapacité de l autre. Aider consisterait à apporter son concours à l effort de l autre qui, sans cette aide n y arriverait pas, parce que son effort est insuffisant ou parce qu il ne peut pas faire l effort. Pour ce qui est de l aide, «l aidant se légitime par un savoir sur l inefficacité de l aidé», pour ce qui est de la facilitation, «l aidant se légitime par un a priori sur l incapacité de l aidé» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 46). En ce sens, la facilitation fait partie de l aide, c est un cas extrême de l aide. En présupposant de l inefficacité ou de l incapacité de l autre, l aidant dévaloriserait l autre, à notre sens sans en avoir ni la volonté, ni la conscience. Aider, entrer dans la sphère de la charité impliquerait donc d exercer un pouvoir sur l autre, de l empêcher d être sujet autonome, de l obliger à être assujetti, de l enfermer dans un rapport de don et de contre don : «Derrière le don, il y a toujours du narcissisme» (Vial, 2007, p.8). Aider reviendrait à s attacher l autre, à le faire sien. En se rendant nécessaire, incontournable, en se positionnant «au-dessus» de l aidé, l aidant qui se veut sachant pour l autre exercerait «une relation de

8 pouvoir» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 45). En effet, selon Fustier (2000, p. 49), «la violence faite dans l acte de donner semble bien être marquée de l empreinte de la pulsion de maîtrise, désir de posséder l autre dans un mouvement de déstructuration d où surgit le plaisir». Paul (2004, p. 306) nous confirme par ailleurs que l aidant n est pas accompagnateur, il existe: «d une part, le contexte de l aide et des aidants. De l autre, celui de l accompagnement et des accompagnants». Ainsi, dès lors que le professionnel est tenté d estimer l accompagné en incapacité de faire, il le place en position basse, en croyant œuvrer pour l autre, il le place en dépendance. Si avec l aide se joue l assujettissement, qu en est-il du guidage? 1.5. Le guidage «Le guidage fonctionne sur une distribution implicite et évidente des places. Le guide assigne une place au guidé, la seconde place, celle de l objet promené, de l objet transformé» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 39). Le guide sait où il va, il ne se pose donc pas la question de la place, il occupe la «bonne» place, celle de celui qui sait, qui connaît. Il a la maîtrise, il contrôle, il est en position haute : «La position haute est celle de celui qui maintient l interaction, la contrôle et lui confère un statut. La position basse, en revanche, est celle qui s adapte, se conforme et s ajuste aux comportements de l autre» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 41). Et si le guide, peut parfois adopter la position basse, ce ne serait qu un leurre, «une épreuve dans une trajectoire, une expérimentation ; le guide pouvant reprendre sa place quand il veut» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p.41). Le guide dirige, prend en main, prend en charge, donne l orientation, la voie. Le guide donne, voire impose une trajectoire, une trajectoire étant le chemin le plus court pour atteindre un objectif (Ardoino, 2000). Dans le guidage, la trajectoire est décidée avant et à la place de celui qui est guidé. L idée de trajectoire appelle à la recherche d efficacité. «Le guidage impose ou facilite le dépassement de l obstacle» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 59). En résumé, aide et guidage, le premier sous couvert de la charité, de bons sentiments, le second «décomplexé» quant à ses velléités directives fonctionneraient sur ce que nous qualifierons de registre exclusif du «JE» : JE sais comment t aider, JE sais où tu dois aller, JE connais la route qu il te faut prendre Ainsi, aidant comme guide, en convoquant un rapport de pouvoir et de maîtrise feraient à leur manière autorité, tous deux prendraient en charge, or «accompagner n est pas prendre en charge» (Vial & Caparros- Mencacci, 2007, p. 23). Avoir brossé le tableau du guidage et de l un de ses modes particulier qu est la relation d aide nous permet de mieux saisir ce qu accompagner n est pas, accompagner serait donc autre chose. A cette étape, nous ne pouvons que rejoindre Paul lorsqu elle nous prévient que «le verbe accompagner ne dit rien de ce que l on fait en le faisant» (Paul, 2004, p. 79) Néanmoins, le descriptif que nous avons fait des relations d aide et du guidage va nous servir de point d appui pour tenter d identifier la relation d accompagnement dans le rapport de place entre accompagnateur et accompagné et dans les

9 conséquences qu induisent ce rapport. Cette démarche n a pas pour vocation d opposer, au sens de dégager des oppositions pour in fine faire émerger de «bonnes ou de mauvaises» pratiques, mais de permettre de mieux cerner la relation d accompagnement dans ce qu elle recouvre La nature de la relation d accompagnement. Alors que l aide ou le guidage posent un diagnostic qui va conditionner, déterminer, figer les places de chacun dans la relation (relation essentiellement verticale en référence à l idée de position haute et basse), l accompagnement en postulant des possibles de l autre va envisager la relation en termes d horizontalité, où l essentiel se retrouve dans la relation elle-même : «L accompagnateur travaille à partir de la confiance en l autre, il parie que l autre pourra se dépasser» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 54). Accompagner reviendrait à accueillir l autre, être avec l autre, à côté, un peu en retrait, jamais au premier plan et être au service de l autre, au sens de «se mettre au service de quelqu un n est pas d abord lui rendre service en faisant ce qu il ne veut ou ne peut pas faire mais se réaliser en faisant son devoir, en occupant sa place» (Vial, 2007, p.2). Cette même idée est exprimée par Roberge (2002, p.106) lorsqu elle nous dit que dans l exercice du métier d accompagnement, le défi consiste à mettre au service de l autre ses savoirs, son expertise, son expérience et son unicité, en s assurant toutefois de ne jamais se substituer à cet autre, afin de lui permettre d être le centre de la relation et du processus. En effet, nous rejoignons l idée qu «accompagner est le terme utilisé pour dire le positionnement du professionnel qui n agit pas sur ou à la place de, mais avec» (Paul, 2004, p.100). Postuler des possibles de l autre, l accueillir en ce qu il est, être avec lui sans se confondre à lui, ou sans l amener à être soi, donc en reconnaissant et en respectant sa singularité serait le signe d une nouvelle façon de problématiser l autre : autrui est une personne. Distingué du collectif et de l anonymat, irréductible à un dossier à traiter ou un problème à résoudre, il n est plus l objet passif d une prise en charge, mais devient le sujet actif de son parcours (Paul, 2004, p. 99). Ainsi, «l accompagnateur ne précède pas, il ne corrige pas, il n est pas le maître, il est (ou mieux, il devient dans l accompagnement) compagnon (de route)» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p.22) ou encore, l accompagnateur «stimule sans jamais précéder et, ce faisant, suscite, favorise ou éprouve la réflexion du sujet» (Forestier, 2002, p.15). Nous en déduisons que l accompagnement s éloignerait de l attitude de maîtrise. Là encore, Roberge (2002, p.104) nous éclaire lorsqu elle avance qu accompagner, c est se placer dans «une relation d être» et non pas dans «une relation d aide» : accompagner c est créer avec l autre une relation d être, où chacun peut - et doit - être ce qu il est [ ]. Une relation donc, où chacun et surtout le consultant, dans un accompagnement professionnel a de l espace pour être,

10 un espace qu il est même invité à habiter entièrement afin de découvrir des ressources jusque là ignorées de lui. Accompagner serait alors être en relation avec un autre, que l on découvre et avec lequel on va cheminer : L art d accompagner consiste à trouver «là où va» celui qu on accompagne afin d aller avec lui. Il ne s agit ni de le précéder, ni de lui montrer le chemin, ni de le tirer vers l avant car on risquerait de lui indiquer notre chemin à la place du sien. Il ne s agit pas non plus de le suivre en le poussant car on risquerait, là, de n avoir d autre objectif que de le faire avancer, sans savoir vers quoi (Hévin & Turner, 2002, p. 262). Il s agirait ainsi d amener l autre à trouver son propre chemin, à tâtonner, quitte à ce qu il bifurque, revienne en arrière. En ce sens, l idée d un accompagnement programmable, maîtrisé, à l issue certaine et prédéterminée paraîtrait exclue. De nouveau, nous entendons ici, que l accompagnateur n a pas la main mise, ni sur l autre, ni sur son chemin : «L accompagnateur vise le cheminement de l accompagné, tandis que l accompagné vise son propre devenir» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p.36). Si la trajectoire relève de la sphère du guidage, le cheminement, le trajet relèverait lui de celle de l accompagnement : «Si l accompagnement se définit métaphoriquement par l expression du chemin faisant, c est qu il se constitue dans une logique intégrant l incertitude, l aléa, le non-ordre et incite à la modestie : il est possible que quelque chose échappe» (Paul, 2004, p 309). Ainsi, l accompagnateur en se mettant à côté, en retrait, au service de l autre va faire en sorte de cheminer avec l accompagné, lui-même dans la construction de son propre chemin. La place de l accompagné sera celle où il pourra «se loger en tant que sujet» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 56). L accompagnateur qui ne se lie pas l accompagné, qui ne le fait pas sien, qui ne parle pas, qui n agit pas en son nom, ne serait plus dans la logique du JE telle que nous l avions défini en résumé de la relation d aide et du guidage, mais bien dans la logique du IL. Ce IL tel que nous l entendons résumerait à notre sens le mouvement de retrait qu opère l accompagnateur, le décentrement de soi et le centrage sur l accompagné tout en lui laissant suffisamment de place et de latitude pour qu il dessine son propre chemin, cette approche nécessitant pour l accompagnateur d être en capacité de «ne plus s écouter» pour accueillir et écouter l autre. En effet, «favoriser et considérer la parole permettent à l autre de prendre sa place de sujet» car, pour l accompagné, «dire et être entendu permettent d avancer dans une réflexion et une démarche d évolution personnelle et professionnelle» (Prodhomme, 2002, p. 84). La nature de la relation d accompagnement nous apparaissant dorénavant plus précise, nous nous proposons d aborder la question de sa fonction. 2. La fonction de la relation d accompagnement.

11 2.1. Une fonction éducative. Le Bouëdec (1998, p.53) nous dit que l accompagnement remplit «une fonction éducative». Alors que l instruction donne la priorité aux contenus à transmettre et vise à rendre savant, l éducation viserait elle, à permettre une adaptation du plus grand nombre des membres d une société à leur environnement immédiat, tout comme leur développement physique, intellectuel [ ], psychologique et moral propres devant faciliter pour chacun, tout à la fois, l entrée dans la vie personnelle, la conquête d une capacité à s autoriser, et l entrée dans la société, avec l exercice partagé d une citoyenneté, relativement autonome parce que pourvue de capacités critiques suffisantes (Ardoino, 2000, p. 110). «L éducation est un savoir être, formation du sujet, élaboration de la relation à soi et au monde, autant, sinon plus qu acquisition de savoirs et de savoir faire étroitement entendus» (Ardoino & Lecerf, 1986, p. 14, cités par Eymard & Vial, 2000, p. 100). Le mot éducation, tient sa richesse de sa polysémie naturelle. Originellement, il dériverait du latin educare, nourrir (référant ainsi à l'acception d'élevage), certains y rattachent un autre verbe : e-ducere (sortir de...), ce dernier évoquant la transition d'un état à un autre. Éduquer renvoie donc à l idée de prendre soin de, et aussi, à l action de faire croître, d'élever. Ainsi l accompagnateur en suscitant la mise en mouvement de l accompagné, en favorisant son cheminement singulier lui permettrait-il de s élever, de «grandir», de tendre à l autonomie La visée de l autonomie Etymologie. Le mot «autonomie» vient du grec autonomia, pouvoir de celui qui est autonomos, c'est-à-dire qui détermine lui-même la loi (nomos) à laquelle il obéit (Foulquier, 1971). Ce premier éclairage étymologique nous questionne sur le type de loi dont il s agit : s agit-il pour l individu de se déterminer hors des lois extérieures ou de régler lui-même sa conduite en tenant compte des lois extérieures? L autonomie, une affaire de personne. La définition du dictionnaire pédagogique Bordas (2000) nous précise que «la conquête de l autonomie est la prise de conscience des lois et l intégration de ces lois dans un advenir personnel, dialectique entre contrainte et liberté». Viser à l autonomie passerait donc par la prise de conscience des lois existantes (et non pas la création ex-nihilo de ses propres lois), et par l intégration de ces lois avec l idée que l individu puisse agir sur

12 son environnement, se créer son espace et se construire un devenir qui lui sera propre. L autonomie est «une attitude qui consiste à prendre son avenir en main et à s en rendre responsable» (Hoffmans-Gosset, 1996, p.129), elle «est à lire comme une transformation de nous-mêmes et de notre rapport au réel» (Hoffmans-Gosset, 1996, p.153). L autonomie serait donc en lien avec la responsabilité, le fait de s assumer. Si l autonomie a à voir avec l indépendance, la liberté, ces termes ne sont pourtant pas synonymes : S il est question de liberté, c est une liberté relative qui accepte d être soumise à des lois. S il est question de responsabilité, ce sont des responsabilités assumées qui rencontrent formes d autorité et de pouvoir. S il est question de choix et d initiatives, c est encore davantage la créativité et la réalisation de soi qui intéresse (Hoffmans-Gosset, 1996, p 116). Devenir autonome serait ainsi se construire, devenir ce que l on est et le devenir par ses propres moyens. Plus que d autonomie, il nous faudrait parler d autonomisation, Hoffmans-Gosset (1996) nous précisant qu il s agit plus d une quête que d un état, d un processus inachevable. Tendre à l autonomie serait donc une quête, une quête de soi et de son identité pour prendre son avenir en main et s en rendre responsable. L autonomisation est donc bien un travail que la personne doit faire elle-même et sur elle-même. En effet, «on ne donne pas l autonomie, on donne des matériaux pour qu elle s édifie, on met en situation de devenir» (Hoffmans-Gosset, 1996, p.126). Et si «l exercice de l autonomie entraîne une plus grande autonomie, comme si celle-ci sécrétait elle-même sa propre substance» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 148), tendre à l autonomie c est aussi, pour la personne «accepter l insécurité ou le doute dans lequel, parfois elle peut plonger» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 128). En chacun d entre nous, les besoins de dépendance, de sécurité, de réassurance coexistent avec le besoin d indépendance, nous ne serions pas dans l alternative mais dans la dépendance et l indépendance à la fois et en même temps. L accompagnateur aura ici un rôle important à jouer en favorisant chez l accompagné la prise de conscience que, pour tendre à l autonomie, il faut affronter l incertitude, accepter de remettre en cause ses conceptions, ses représentations pour mieux se déterminer et assumer ses choix. L autonomie serait donc en lien avec la façon d aborder les choses de la vie et de faire retour sur elles. En ce sens, il nous paraît que l autonomie soit à relier avec la conscience et la connaissance de soi, avec la capacité à s accorder une certaine valeur, à oser se faire confiance, à s affirmer et à se positionner. L estime de soi, ce sentiment d avoir de la valeur, et de se sentir reconnu par autrui (Maslow, 1970) comme la confiance en soi, c'est-à-dire la prise de conscience de ses propres attitudes nous semblent des éléments majeurs à construire, développer, structurer pour tendre à l autonomie. En lui donnant les moyens de réfléchir à son vécu, de le mettre en dialectique, mais aussi en contribuant à restaurer la confiance, l accompagnateur favoriserait le développement de l autonomie de l accompagné L autonomie, une affaire de société.

13 Si l autonomie est une affaire de personne, c est également une affaire de société : «L autonomie, ce n est pas être seul, c est s éprouver responsable et en communion avec les autres. L autonomie se joue en société, elle n est jamais une pratique de reclus ou de solitaire» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 48). Elle concerne le sujet, mais elle ne peut se concevoir sans prendre appui sur le groupe, «creuset nécessaire à sa réalisation» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 108). «L autonomie de la personne va de pair avec son insertion dans la communauté sociale et passe par la capacité à restaurer des liens» (Paul, 2004, p.105). Les liens dont il est question ici ne sont pas à entendre comme les liens qui attacheraient l accompagné à l accompagnateur, qui le lieraient à l autre, mais les liens qui vont permettre à l accompagné de se re-lier, c'est-àdire de se lier autrement qu avant : «Accompagner, c est permettre à quelqu un de rejoindre un groupe, qu il se ré-affilie, qu il reconnaisse son appartenance à une culture. C est travailler ce qu on appelle la reliance» (Vial, 2007, p.3). L accompagnement aurait donc une fonction de développement de la personne, en termes d autonomisation, de socialisation : «L accompagnement dans sa contribution à la réparation des liens sociaux participe à l articulation de l individuel et du collectif, de l autonomisation et de la socialisation» (Paul, 2004, p.312). Dès lors, se pose à notre sens, la question du «comment faire» ou plutôt du «comment être» de l accompagnateur dans sa relation avec autrui : «L accompagnement ne dépend pas de principes universels, d actes de bonté qu il suffirait d afficher. Il demande un travail sur soi» (Vial & Caparros- Mencacci, 2007, p. 45), cette même idée est exprimée par Le Bouëdec lorsqu il avance qu «accompagner demande une attention permanente à sa propre attitude» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.48). Cette attention permanente de l accompagnateur pour identifier le registre dans lequel il se trouve et évaluer sa pertinence au regard du contexte nous parait d autant plus importante que les frontières entre «aide», «guidage» et «accompagnement» peuvent à notre sens rapidement devenir perméables. Accompagner demanderait donc une vigilance, une attention et une autoévaluation de ce qui se joue dans la relation. C est ce travail sur soi de l accompagnateur et dans son rapport avec l accompagné que nous nous proposons d aborder maintenant. 3. Le «comment être» de l accompagnateur L accompagnateur et les représentations. A l instar de chacun, l accompagnateur est une personne qui évolue, s inscrit et se construit par les interactions avec son environnement social. Il entre en relation avec l accompagné avec son propre système d interprétation de la réalité, avec sa «grille de lecture» personnelle, avec ses représentations. Se représenter quelque chose ou quelqu'un, c'est dans le langage courant s'en faire une idée, l'imaginer, c'est, en somme, réduire à des dimensions

14 intégrables à notre pensée les caractéristiques que nous percevons d'une réalité quelconque. Emile Durkheim ( ) fut le premier à évoquer la notion de représentations en distinguant les représentations collectives des représentations individuelles, à travers l'étude des religions et des mythes. C est néanmoins avec le psychosociologue Serge Moscovici que le concept de représentation sociale s'élabore véritablement, lorsqu en 1961, il s attache à montrer comment, diffusée dans une culture donnée, une théorie scientifique (la psychanalyse) est transformée en représentations sociales et modifie la vision que les gens ont d eux-mêmes et du monde qui les entoure. Si le terme de «représentation sociale» est relativement récent, le concept, lui, paraît tirer son fondement dans celui de la doxa, qui remonte aux origines mêmes de la philosophie. En effet, peu avant Platon et Aristote, Parménide, philosophe grec, définissait la doxa comme étant un ensemble plus ou moins cohérent, de points de vue, de propos, d opinions, de présuppositions généralement admises en tant que tels sur lesquels venaient se fonder toute forme de communication. A la suite de Moscovici, de nombreux chercheurs se sont intéressés aux représentations sociales. Si la polysémie du concept et les multiples phénomènes et processus qu il désigne le rendent difficile à cerner, nous proposerons néanmoins quelques éléments de définition. Pour Jodelet (1993, p.22) : On entend par représentation sociale une forme de connaissance courante dite de sens commun, présentant les caractéristiques suivantes : Elle est socialement élaborée et partagée car elle se constitue à partir de nos expériences, mais aussi des informations, savoirs, modèles de pensée que nous recevons et transmettons par la tradition, l'éducation et la communication sociale. Elle a une visée pratique d'organisation, de maîtrise de l'environnement (matériel, social, idéel) et d'orientation des conduites et communications. Elle concourt à l'établissement d'une vision de la réalité commune à un ensemble social (groupe, classe etc.) ou culturel. Abric (1994, p.13) définit, lui, la représentation : comme une vision fonctionnelle du monde, qui permet à l'individu ou au groupe de donner un sens à ses conduites, et de comprendre la réalité, à travers son propre système de références, donc de s'y adapter, de s'y définir une place. La représentation sociale serait donc une connaissance (au sens d un ensemble organisé de cognitions - opinions, croyances, images, opinions, attitudes, valeurs ) : - naïve et de sens commun (par opposition à la connaissance scientifique), - socialement élaborée (par la communication, par l expérience, en référence aux normes) et partagée (commune à des groupes sociaux), - ayant une visée pratique (agir sur le monde et interagir avec autrui) et concernant un objet de la réalité quotidienne.

15 Les représentations sociales, système d interprétation et de construction de la réalité orientent voire justifient nos actions, nos comportements, nos conduites et nos relations sociales. Mucchielli (1994, p.93) précise par ailleurs que, si les représentations sociales proposent «des schémas tout faits», elles perturbent notre perception de la réalité car «elles exercent sur tous les membres du groupe une influence qui les pousse à adopter la représentation sociale dominante et, plus, à s y conformer». Ainsi, «elles sont à l origine des préjugés». Pour ce qui est du champ que nous avons pu observer, mais qui nous paraît néanmoins généralisable à l ensemble des champs traversés par l accompagnement, l accompagnateur a sa propre représentation du demandeur d emploi, de la précarité, de l insertion, liée à son histoire personnelle, aux personnes rencontrées et au contexte, à l institution au sein duquel il exerce sa profession. Afin que son décryptage et son analyse de la demande ne soient le moins possible altérés ou orientés par ses propres représentations, l accompagnateur va, à notre sens devoir les identifier pour mieux s en distancier. Prodhomme (2002, p.88) nous confirme que le savoir-faire de l accompagnant suppose évidemment une prise de conscience et une distanciation de ses propres modèles implicites, ceux qui sont susceptibles, à son insu, d influencer sa pratique Faire abstraction de ses propres représentations de ce qu est une bonne intégration sociale, une bonne insertion professionnelle pour laisser à l autre le champ ouvert. Si le travail de distanciation de l accompagnateur sur ses représentations paraît être en première lecture un travail sur soi avec soi, le travail de compréhension de l autre, de ses représentations, de son système de références ne paraît envisageable que dans le cadre des échanges, de la communication entre accompagnateur et accompagné. Ainsi, choisissonsnous à présent de nous intéresser à la manière d être de l accompagnateur dans sa communication et donc dans sa relation avec l accompagné L accompagnateur et son rapport à l accompagné. Ce chapitre s appuie sur les travaux de Carl Rogers ( ), psychologue humaniste américain. Carl Rogers, père fondateur de l Approche Centrée sur la Personne (ACP) défend que chacun possède en soi une tendance fondamentale à réaliser pleinement ses potentialités humaines : «Carl Rogers a mis l accent sur la conviction anthropologique que tout homme possède les ressources pour se développer» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.14). La principale condition à cette réalisation d autrui serait qu il soit pleinement, inconditionnellement accepté par ceux avec lesquels il est en relation. Accepter pleinement l autre nécessiterait de la part du thérapeute une certaine façon d être, d être soi et d être dans son rapport à l autre : «Pour Rogers dans la communication interindividuelle, comme dans la relation thérapeutique, l essentiel est la création d un climat relationnel particulier fondé sur quatre composantes, qui sont les quatre fondements de l esprit et de la démarche rogérienne» (Abric, 1996, p. 41).

16 la congruence La notion de «congruence» renvoie au fait d être véritablement soi-même dans la relation, de se montrer tel que l on est, et pour cela, il conviendrait d avoir conscience de ce que l on est. Montrer de la congruence, nous apparaît dès lors comme la résultante d un travail sur soi, de connaissance et d acceptation de soi : «Congruence est le terme que nous avons employé pour indiquer une correspondance exacte entre l expérience et la prise de conscience. Ce terme peut aussi désigner d une façon plus large l accord de l expérience, de la conscience et de la communication» (Rogers, 1968, p.238) la neutralité bienveillante «Elle n est pas une neutralité passive fondée sur un refus de s engager. Elle est bien un engagement sans jugement, mais un engagement positif reposant sur l intérêt porté à l autre» (Abric, 1996, p. 43). Nous comprenons ici, que la non-directivité ne signifie pas un laisser-faire. En ce sens, nous rejoignons Vial lorsqu il choisit de parler de «la présence à l autre» versus «la neutralité bienveillante» : «l accompagnateur ne gomme pas sa présence, il est présent à l autre Et il manifeste cette présence à l autre : il s engage activement dans les questions pour provoquer l engagement de l accompagné» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 251). l empathie Pour Carl Rogers, il s agit de ressentir l univers particulier du client comme si c était le sien propre, mais sans jamais oublier le «comme si». L empathie ou la compréhension empathique consiste en la perception correcte du cadre de référence d autrui avec les harmonies subjectives et les valeurs personnelles qui s y rattachent. Percevoir de manière empathique, c est percevoir le monde subjectif d autrui comme si on était cette personne sans toutefois perdre de vue qu il s agit d une situation analogue, comme si [ ] Si cette dernière condition est absente, ou cesse de jouer, il ne s agit plus d empathie mais d identification» (Rogers, 1962, p. 197). Faire preuve de compréhension empathique consisterait à avoir la capacité de s immerger dans le monde subjectif d autrui, tout en restant émotionnellement indépendant. L empathie, c est «comprendre le vécu de quelqu un d autre sans l éprouver pour autant de façon réelle dans notre affectivité» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 250). L empathie permettrait d accueillir la parole de l accompagné, de porter son attention vers l autre tout en gardant une distance suffisante pour ne pas être dans la fusion avec l autre. le respect

17 Rogers nous parle de considération positive inconditionnelle, «c est l attitude qui consiste à accueillir et accepter chaleureusement autrui comme il est et en totalité» (Rogers, 1968, p.238). Nous comprenons ici qu il s agit du respect de l autre, de sa personnalité, de ses appartenances sociales, culturelles et professionnelles, de sa manière d agir, de réagir ou de résister. L idée de respect nous renvoie à la notion de non-jugement de l autre dans ce qu il est : «C est toujours du jugement dont il s agit de se défaire» (Cifali, 1994, p.289). Les qualités évoquées par C. Rogers sont certes empruntées au monde de la thérapie, et bien que la relation d accompagnement ne soit pas une relation thérapeutique, ces qualités «dans la mesure où elles favorisent une relation dont l objectif est d aider à grandir restent pertinentes dans le cadre des relations éducatives prises dans un sens large» (Lerbet-Séréni, 1994, p.21). Ainsi, avoir conscience de ce que l on est et l être pleinement, avoir conscience de ce qui se joue dans la relation, pouvoir le verbaliser, accueillir et accepter l autre dans sa différence, s immerger dans le monde de l autre sans s identifier, ne pas porter de jugement de valeur, nous paraissent bien relever d un travail sur soi, d une vigilance, d une attitude réflexive, d un questionnement de l accompagnateur sur son rapport à l autre : «Accompagner demande une attention permanente à sa propre attitude et notamment une mise en garde contre le fantasme de toute puissance» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p. 48). Accompagner nécessiterait donc de porter un regard distancié sur ses attitudes, ses pratiques, de se questionner sur sa relation à autrui, sur le sens de ce qui est fait. Il nous semble toucher là au domaine de l éthique L accompagnateur et l éthique. L accompagnement sous-tend une espérance éthique en développant à l égard d autrui la certitude qu il est en capacité d initier un processus par lequel il se révèlera un sujet pensant, agissant de manière autonome. Par ailleurs, ne pouvant par définition pas prendre appui sur un protocole qui n existe pas, l accompagnateur doit inventer à chaque fois la façon d être avec l autre, accepter l imprévu, savoir faire avec l imprévu, «ce qui débouche toujours dans les métiers de l humain sur des questionnements éthiques» (Vial, 2007, p.13). En effet, «le questionnement éthique survient habituellement lorsque, au-delà des règles de conduite habituellement en vigueur dans un espace donné, le professionnel s interroge sur ce qu il estime bon de faire» (Niewiadomski, 2002, p 174). Vial (2005, p.6) nous précise que ce questionnement «surgit en situation, quand la déontologie fait défaut ou/et quand la morale est inopérante». L éthique ne serait donc pas la morale. La morale se veut universelle, applicable à tous, en toutes circonstances : «la morale appelle ordre et discipline ; elle identifie et classe ; son monde est celui du prévisible, du simplifié et du maîtrisable» (Imbert, 1987, p.11), alors que «l éthique ouvre un champ de création ; un champ où chacun se trouve confronté à la tâche de son incessante auto-création (Imbert, 1987, p. 70).

18 La visée éthique placerait celle-ci du côté du sens, de l'orientation vers une vie bonne. La norme morale s'imposerait du dehors de moi, et me contraindrait. Là où la morale me contraint, l'éthique me libère. Là où la morale est pour moi hétéro-référencée, l'éthique renvoie à mon autoréférence. Là où la morale me dicte de ne pas agir ainsi pour ne pas apparaître tel ou tel aux yeux des autres, l'éthique me dicte de ne pas agir ainsi pour ne pas être tel ou tel à mes propres yeux (Lerbet-Sereni, 1998, p.4). L accompagnateur en cédant par le retrait et la retenue la place à l autre est dans un exercice éthique, dans l éthique de la relation. Cet exercice lui permettrait de ne pas viser la maîtrise de l autre et d ainsi se prémunir du fantasme de toute-puissance : «Nous réserver, nous abstenir, nous contenir, nous retenir [ ], c est laisser davantage d espace et de temps à soi et à l autre pour penser, pour douter, pour essayer et pour que peu à peu l autre construise son chemin, invente son œuvre» (Beauvais, 2004, p 107). C est en se questionnant, en se mettant dans un processus d auto-questionnement, que le sujet investit le champ de l éthique. Ces questionnements impliquent l exercice du doute pour l accompagnateur, pour ne pas céder à la certitude de «bien-faire». Pour pouvoir vivre «sans panique» le questionnement éthique, Vial (2005) nous suggère trois mises en travail : - préserver l énigme de l autre et de soi : nous entendons ici ne pas porter de jugement de valeur, ne pas étiqueter, ne pas figer la relation à soi comme à l autre, - faire le travail du deuil de la maîtrise et de la toute puissance, - développer l intelligence des relations, se distancier, s ouvrir à l imprévu, accepter la surprise. Par ailleurs, si ces questionnements éthiques impliquent l exercice du doute pour l accompagnateur, ils impliquent également le doute pour l accompagné, «créer autour de l autre suffisamment de désordre pour qu il hésite, abandonne ses assurances et certitudes et accueille en lui le doute nécessaire et préalable à toute prise de décision concernant son propre destin» (Beauvais, 2004, p.108). Amener l accompagné à abandonner ses certitudes nécessite pour l accompagnateur un travail d écoute, de questionnements mais renvoie également à sa capacité d évaluer ce que l accompagné est en mesure d entendre au moment des échanges. Avec ce chapitre consacré à l éthique de la relation qui s éprouve dans le questionnement, nous investiguons la sphère de l évaluation, l évaluation étant le rapport que les sujets entretiennent avec la valeur, c'est-à-dire avec le sens, avec ce qui compte. C est en cherchant le sens, l essentiel, en questionnant le sens de ce qui est fait, en étant en proie au doute, que l accompagnateur pourra faire le deuil de la maîtrise et promouvoir les possibles. L évaluation dont il est question dans la relation relèverait ainsi de l appréciation. L accompagnateur apprécie, il apprécie dans le but de réagir, de faire évoluer la relation, de faire en sorte que l autre se questionne. In fine, l accompagnateur apprécie pour faire progresser. Nous nous situons dans le monde du subjectif et non pas sur l axe de la mesure, du calcul ou de la précision. L accompagnateur apprécie ce qui n est pas mesurable. L accompagnateur évalue pour rendre intelligibles les situations. Il évalue en

19 continu pour l intelligibilité de ce qu il fait : «La grandeur de cette posture [d accompagnement] est essentiellement éthique parce qu elle concerne le devenir de l autre» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.16). Conclusion. Nous nous interrogions sur la nature et la fonction de la relation d accompagnement. Les éclairages théoriques convoqués nous ont permis de différencier la relation d accompagnement des relations d aide ou de guidage et d inscrire cette relation dans une dimension éducative ayant pour visée le développement de l autonomie chez l accompagné. En effet, la relation d accompagnement ne réfère ni à l aide, qui assujettit, met en dépendance, ni au guidage qui placerait «l accompagnateur» comme seul sachant et cautionnerait de fait une attitude de toute puissance, des velléités de maîtrise sur l autre et sur le chemin qu il lui serait imposé d emprunter. Alors qu aidant ou guide prennent en charge, imposent à leur manière une autorité et occupent une position haute dans la relation, l accompagnateur, lui se place dans une logique autre. L accompagnateur se met au service de l accompagné, en s assurant de ne jamais se substituer à lui, en respectant sa singularité et en postulant de ses possibles, il n agit pas «sur» ou «à la place de», il ne prend pas en charge, il agit «avec». L accompagnateur envisage la relation en terme d horizontalité, il accueille, il stimule sans jamais précéder. Cet «être là» de l accompagnateur vise à faire grandir l accompagné, à lui permettre de s émanciper, de se dés-adhérer pour mieux se découvrir et se lier autrement au monde qui l entoure. En ce sens, l accompagnement ainsi défini remplit une fonction éducative, il est à concevoir comme un processus éducatif qui permettrait à l accompagné d élaborer lui-même son chemin et par la même de tendre à l autonomie, c'est-à-dire prendre son avenir en main, s en rendre responsable, «se trouver» et s assumer au sein de la collectivité, de son environnement social. Nous avons également souligné combien «être accompagnateur» au sens entendu ici demande de la vigilance, un travail sur soi, une analyse réflexive de ses pratiques et de son rapport à l autre, afin de ne pas céder à la tentation de mettre l accompagné en dépendance. Le «savoir-faire» principal de l accompagnateur nous paraît donc bien être de l ordre du «savoir être», «l accompagnement est un art, pas une science» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.16). Et si, «servir l humain est le vœu de tout accompagnateur» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 111), il nous semble qu accompagner relève d un processus complexe requérant de la part de l accompagnateur la capacité à travailler et élucider sa relation à autrui, à conjuguer proximité et distance, à s engager tout en restant «à côté», à intervenir mais en laissant à l autre les choix, à accepter de ne plus s écouter pour écouter l autre. Nous comprenons dès lors que «l accompagnement exige des accompagnants émancipés, parlants et agissants, réfléchissants et délibérants, capables d agir de façon autonome et responsable» (Paul, 2004, p. 313). Accepter le doute et l incertitude, avoir la conscience qu il va se passer quelque chose, voir venir plutôt que de vouloir faire, accompagner demanderait donc un inachevable travail sur soi : «Tout métier de l humain

20 est contraint à débusquer l ombre derrière la lumière, l intéressement derrière l altruisme, l égoïsme derrière la générosité, le narcissisme derrière le don» (Cifali, 1994, p.64).

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Parmi les dispositifs d accompagnement

Parmi les dispositifs d accompagnement L analyse de la demande dans la relation d accompagnement Par Guy Amoureux L analyse de la demande d accompagnement permet la prise en compte des différents intérêts que chacun peut avoir à la résolution

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain.

Psychologie Sociale. La psychosociologie étudie les situations sur le terrain. Psychologie Sociale Nous confondons souvent la psychologie sociale et la psychosociologie. La psychologie sociale et la psychosociologie sont différenciées par la méthode. La psychologie sociale exerce,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise PROGRAMME DE FORMATION Etre Coach professionnel en entreprise Buts : Former des coachs professionnels capables d intervenir dans le monde de l entreprise pour accompagner et développer l autonomie de salariés

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E

U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E M O T R I C E : PENSER, S INVESTIR ET RÉALISER Y O

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous.

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous. Qu'est-ce qu'un stéréotype? (by Krystyna Szymankiewic) Stéréotype : idée ou image populaire et caricaturale que l'on se fait d'une personne ou d'un groupe, en se basant sur une simplification abusive de

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV

École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV École de formation à la Pratique de la Médiation qui intègre le processus CNV proposée par L institut francophone pour la Communication NonViolente antenne France Cette école a pour vocation La formation

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Marion LE STRAT 2011-2012. Utiliser les techniques de coaching auprès de vos collaborateurs

Marion LE STRAT 2011-2012. Utiliser les techniques de coaching auprès de vos collaborateurs Bénédicte BELISSON IUT Lumière Natacha JEANTET LP CGRH Marion LE STRAT 2011-2012 Utiliser les techniques de coaching auprès de vos collaborateurs Thierry LE VAN Psychosociologie Sommaire Sommaire... 2

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

FORMATIONS COACHING EVOLUTIF - PNL - HYPNOSE - NON VERBAL - COMMUNICATION EFFICACE

FORMATIONS COACHING EVOLUTIF - PNL - HYPNOSE - NON VERBAL - COMMUNICATION EFFICACE FORMATIONS COACHING EVOLUTIF - PNL - HYPNOSE - NON VERBAL - COMMUNICATION EFFICACE Ecole de Coaching. Vous préparer à réaliser vos potentiels... Pour vous initier au coaching, développer vos connaissances,

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets?

Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Le prof, cet incompris ; l élève, désinvesti? Enseignant, animateur, accompagnateur : quelle(s) posture(s) pour quels effets? Résumé Christine Jacqmot et Elie Milgrom FA2L scrl «Mon cours intéresse-t-il

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Forum Web et Innovation Sociale

Forum Web et Innovation Sociale Forum Web et Innovation Sociale L entreprise, Foyer d Innovation Sociale 1 Présentation finale forum web et innovation sociale.pptx Six mutations changent le business La fin des temps modernes Les basculements

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

LES QUATRIEME RENCONTRES de SUPELEC Sur le LE COACHING. Le 4 octobre 2007 Au Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon

LES QUATRIEME RENCONTRES de SUPELEC Sur le LE COACHING. Le 4 octobre 2007 Au Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon Groupe de Lyon LES QUATRIEME RENCONTRES de SUPELEC Sur le LE COACHING Le 4 octobre 2007 Au Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon PRESENTATION Odile GIRY et Philippe PALDACCI sont deux coachs

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

Numéro de déclaration d organisme formateur: 83430318543

Numéro de déclaration d organisme formateur: 83430318543 ESPACE GRENOUILLIT FORMATION 47 Bd St Louis 43000 LE PUY EN VELAY Tél. : 04 71 09 33 86 Mail : communication@espace-grenouillit.com Siret: 441 763 646 000 29 Numéro de déclaration d organisme formateur:

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching?

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Parcours de formation Coach Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Dans un monde qui va de plus en plus vite Nous entendons parler chaque jour de stress, de mal-être

Plus en détail