Sciences-Croisées. L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux. Numéro 5 : Contributions libres

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sciences-Croisées. L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux. Numéro 5 : Contributions libres"

Transcription

1 Sciences-Croisées Numéro 5 : Contributions libres L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux Christine Charpentier, Maéva Duchène Université de Provence (Département des Sciences de L éducation ; UMR ADEF) L accompagnement, un certain rapport des hommes entre eux Résumé Ce travail prend sa source dans la mise en lumière de la diversité des discours sur les pratiques d accompagnement à l emploi. Nous nous sommes attachés à préciser la relation particulière que les pratiques professionnelles désignent par «accompagnement». Si la posture d accompagnement est transverse, elle réfère néanmoins à une mission d éducation de l autre, elle est un cas particulier d intervention éducative, un «être là» qui vise à l émancipation, à l autonomisation de l autre. Contrairement au guidage ou à l un de ses modes particulier qu est la relation d aide, dans l accompagnement, la place conférée à l autre n est pas celle du suiveur, mais celle de créateur de son propre chemin. L accompagnement est de l ordre de la rencontre d un autre. Forme particulière d étayage, ce qui est en jeu dans la relation d accompagnement est la qualité de la liaison, l accompagnateur s éloignant de toute attitude de maîtrise. Pour travailler à partir de la confiance en l autre, pour parier que l autre pourra se dépasser, l accompagnement demande travail sur soi, vigilance et questionnement éthique. Mots-clés : Accompagnement Relation Aide Guidage Autonomisation Ethique Abstract This work takes its source in the highlighting of the diversity of speeches on the practices of accompaniment in job. We applied ourselves to specifying the particular relation which professional practices indicate by accompaniment. If the position of accompaniment is transverse, it refers however to a mission of education of the other, it is a particular case of instructive intervention, one to be alongside which aims at emancipation, at developing autonomy of the other. Contrary to guidance or to one of its individual modes that is help relation, in accompaniment, the place conferred on the other is not that of follower, but that of creator of its own way. Accompaniment is in the order of meeting of the other. Particular form of shoring up, what is at stake in the relation of accompaniment is the quality of link, the accompanist moving away from any attitude of mastery. To work from the trust in the other, to bet that the other will be able to surpass himself, accompaniment asks for work on oneself, for alertness and for ethical question setting.

2 Key words: Accompaniment Relation Help Guidance Autonomy Ethics.

3 Parce que nous sommes à un stade de notre vie «où l on se pose la question de ce qui a été effectivement acquis jusque-là, tant d un point de vue affectif que social» (Malarewicz, 2005, p.52) et à l issue d un travail sur nos expériences, sur nos intentions, sur nos relations à l environnement, nous avons intégré un master professionnel en Sciences de l Education. Le point commun entre les enseignements tirés de nos expériences professionnelles d hier et nos aspirations d aujourd hui, réside dans notre conviction que favoriser le développement de l autre, l aider à grandir, l aider à se trouver est un élément clé tant au sein de l entreprise qu à l extérieur. Le travail d enquêtes réalisé en début d année universitaire nous a permis une rencontre qui s est avérée déterminante dans le choix de notre thématique de mémoire. Ainsi, le fil rouge de nos travaux, de nos recherches, de nos questionnements concerne t-il l accompagnement, ou plus exactement la relation d accompagnement dans le type de rapports qu elle induit entre accompagnateur et accompagné. Effet de mode ou nouveau paradigme existentiel pérenne, le terme «accompagnement» appartient désormais au vocabulaire usuel des sciences humaines et des sciences de l éducation. La montée en puissance sur le devant de la scène sociale de l idée d accompagnement s est assortie d un développement exponentiel des pratiques «d assistance», «d aide», de «conseil», de «tutorat», de «consultance», de «mentorat», de «compagnonnage», de «coaching» avec des tentatives extrêmement hétérogènes d en donner des définitions et d établir des consensus sur les manières de faire. C est au travers du prisme des théories que nous nous proposons de rechercher des éclairages sur la nature et la fonction de la relation d accompagnement. Ainsi tenterons-nous dans un premier chapitre de comprendre ce que serait une relation d accompagnement en procédant par la négative, c est-à-dire en «évacuant» ce qu elle n est pas. Nous consacrerons un second chapitre à la fonction de cette relation, nous chercherons là des éléments de réponse aux questions : «Que fait-on lorsque l on accompagne quelqu un? Quelle cause sert-on?». Nous aborderons enfin ce que nous qualifierons de «comment être» de l accompagnateur pour que sa pratique s inscrive véritablement dans l accompagnement et en serve la visée. 1. La relation d accompagnement, ce qu elle n est pas, ce qu elle serait «La démarche d accompagnement, un signe des temps» 1 1 (Le Bouëdec, 2002, p.13)

4 Si Paul (2004) nous précise que l'origine du «fond traditionnel» de l accompagnement, d'où toutes les formes actuelles revendiquent d'être issues, se perd dans la nuit des temps (la question initiatique avec Homère, le modèle maïeutique avec Socrate et le modèle thérapeutique avec Hippocrate), nous concentrerons notre propos sur un rapide exposé des mutations de civilisation qui se sont opérées au cours du dernier demi-siècle. Cette incursion dans ce passé proche semble en effet pouvoir nous éclairer sur les causes de l émergence puis de l envahissement du terme «accompagnement» dans la plupart des domaines de la vie que sont l éducation, la santé, l économie, la politique, la vie sociale ou encore spirituelle. Avant les années 60, les institutions, que ce soit la famille, l école ou le travail exerçaient une autorité naturellement admise et prescrivaient aux individus leurs devoirs et le sens de leurs pratiques. C est entre 1960 et 1975 que ces trois intégrateurs majeurs se trouvent ébranlés, des évènements tels que Mai 68, la libération des mœurs ou l après-concile Vatican II 2 symbolisent une rupture avec les idéaux antérieurs. Avec les différents chocs pétroliers, c est à l intégrateur travail d être mis à mal, émergent dès lors les problématiques du chômage, de l insertion et de l exclusion. L intégrateur politique sera lui discrédité avec l évènement-signe que fut la chute du mur de Berlin 3, bousculant les derniers repères idéologiques qui valorisaient le collectif au détriment de l individu. L idéologie libérale et l individualisme deviennent les piliers d une société qui va enjoindre «l individu à se tenir debout seul, à assumer et à conduire sa vie, à ne plus s en remettre à d autres qui pensent pour lui» (Le Bouëdec, 2002, p 15). Dès lors, le sujet se définit par son individualité, son historicité, il est responsable de son destin. La communauté ne prenant plus en charge les individus, il revient à chacun d établir des liens avec autrui. Confrontée à un effacement de repères bien identifiables pour délimiter durablement la place de chacun, la société développe une culture du projet. «Il est alors demandé à chacun de produire lui-même son projet tandis que disparaissent les mécanismes de solidarité sur lequel peut s appuyer l individu de la société salariale pour construire les voies de sa socialisation» (Bachelart, 2002, p 111). Le projet devenu maître mot impose son volontarisme. Une telle culture de la dérégulation par le projet, en germe dans nos environnements dès les années 80, transforme dans les années 90 tout un chacun en un acteur supposé capable de définir ses intentions dans des environnements aux contours beaucoup plus souples, parce que bousculés, par d incessants changements. Cet acteur est supposé, par ailleurs, être capable de mettre en pratique ses intentions ainsi définies (Boutinet, 2002, p 245). Mais cette entreprise, pour valorisée qu elle soit, n a-t-elle pas d autant plus de chance d aboutir que l individu est suréquipé en ressources tant relationnelles, que symboliques ou matérielles? Un individu en risque 2 Le II ème concile œcuménique du Vatican, appelé Vatican II, est le XXII ème Concile œcuménique de l'église catholique romaine. Ouvert par Jean XXIII en octobre 1962, il sera clos par Paul VI en Evénement marquant de l'histoire de l'église catholique au XXe siècle, il symbolise son ouverture à la modernité. 3 Le 9 novembre 1989

5 d exclusion ou exclus est-il en capacité de se mettre en projet, de prétendre à l autonomie? Comment envisager de se projeter quand le principal enjeu est de chercher à assurer le quotidien? A ce sujet, Boutinet (2002, p. 245) nous dit que chez des personnes en situation difficile, l injonction au projet a accentué les formes de dépendance, en faisant achopper des illusions d autonomie face à des contraintes insupportables, celles de la déqualification, celles de la flexibilité, celles d un marché du travail très capricieux. Ainsi, dans cette même société où dominent les injonctions au projet et à l autonomie, le taux de chômage, la précarité de l emploi et les difficultés d insertion progressent. De fait, il se dessine une réalité angoissante sinon désespérante, tant l incertitude est grande, les voies diverses et contradictoires, le discernement difficile. On est dans une ambiance d insécurité, de doute, d absence d horizon ; on a du mal à s assurer de ce qui est crédible ou non, de ce qui est normal (Le Bouëdec, 2002, p 15). Face à des parcours professionnels comme personnels jamais assurés, jalonnés de crises et de transitions incertaines, face à une recherche de sens toujours plus difficile parce que singulière, surgissent le besoin et l offre d accompagnement. «A la fois expression d un mal de vivre dans nos environnements post-modernes et révélateur d un déplacement anthropologique dans nos constructions culturelles, tel semble être le paysage dominant qui entoure l accompagnement et ses pratiques» (Boutinet, 2002, p 241). S il nous parait dès lors avéré que l accompagnement émerge en réponse au risque de désadaptation sociale «d un public dit en difficulté mais soumis à une injonction d autonomie» (Paul, 2007, p 253), ce terme reste à cette étape de notre recherche un «mot valise», une étiquette verbale dont le sens échappe. Puisque «sans travail sur les mots, on ne peut pas faire de recherche» (Vial, 2007, p.2), nous proposons une première tentative de clarification qui prendra appui sur une analyse sémantique Eclairage sémantique du mot «accompagner». Le mot «accompagner» est un parasynthétique, il est composé d un radical, d un préfixe et d un suffixe. Le suffixe «er» désigne l action de. Le radical est lui-même un composé de «com/co» et «pain». Accompagner est donc de la famille de «co-pain» : partager le pain, être copain. Dans cette famille, sont d usage courant les mots «compagnon» et «compagnie» qui expriment l idée de partage, partage du plaisir de voyager, pour le compagnon de voyage, partage des épreuves de la guerre, pour le compagnon d armes, partage de la vie de l autre, pour la dame de compagnie. Pour ce qui est du préfixe «ac», il exprime le fait de devenir, d aller vers, il exprime un processus. L accompagnement est le processus pendant lequel deux personnes, partenaires temporairement, deviennent compagnons. Elles ne sont pas compagnons d emblée, sinon on aurait le verbe «compagner». Le préfixe «ac» dit que c est le fait d être ensemble à ce moment là qui fait qu au bout du compte, ils seront compagnons. Autrement dit, on est compagnon quand on se quitte dans l accompagnement, pas quand on démarre [ ]

6 Accompagner, c est «être avec» quelqu un. L accompagnateur est celui qui va faire en sorte que l autre chemine à sa façon. (Vial, 2007, p.3). Pour Pineau (1998, p.9), étymologiquement, le mot source «compagnon» dont dérive «accompagnement» est irrigué par trois filets de sens : une relation de partage, d échange, de communication d un élément substantiel, le pain ou le pas ; un mouvement vers une parité de relation, même avec une disparité de position, de place [ ] ; une durée, cette relation partagée s établit dans le temps, avec des débuts et des suites. Elle perdure en se nourrissant du temps. Ces éclairages mettent en relief trois dimensions de l accompagnement : - la dimension relationnelle. L accompagnement est une relation à autrui : «Si la forme la plus simple de l accompagnement est duale, c est que le deux est effectivement le minimum requis pour une relation» (Paul, 2004, p.59). - la dimension temporelle. L accompagnement s entend comme processus, comme mouvement vers. - la dimension spatiale. L accompagnement s entend comme un «être là» en même temps avec l autre. Le fondement de l accompagnement serait donc la relation à autrui, reste à déterminer l angle sous lequel autrui est envisagé 1.3. La relation d accompagnement, une relation caractérisée L accompagnement est une relation à autrui d un genre particulier, définie par un ensemble de caractéristiques propres (Paul, 2004). - La relation est asymétrique, elle met en présence au moins deux personnes «d inégales puissances». - La relation est contractualisée, elle nécessite un accord mutuel. De fait, l accompagnement est une rencontre, l accompagnement ne peut pas être imposé, imposé par l accompagnateur ou l accompagné. Cependant, il peut exister «une commande sur l accompagné». C est à ce cas de figure, par exemple que sont régulièrement confrontés les professionnels de l accompagnement vers l emploi lorsqu ils agissent en réponse à une commande institutionnelle. Le demandeur d emploi est en effet enjoint de se conformer à une démarche «d accompagnement à l emploi». Cette commande ne saurait néanmoins se substituer à la demande. La démarche proprement dite d accompagnement correspond au passage de la commande à la demande. La première s inscrit dans un cadre institutionnel comme service défini avec ses contraintes. La seconde émane, non pas de la volonté exprimée par une personne d être accompagnée, mais de l accueil d une personne considérée comme sujet et donc seule à même de dire ce qu elle désire pour elle-même. Pour qu il y ait relation d accompagnement, il faut donc qu il y ait un professionnel qui prenne en compte autrui comme demandeur potentiel, même si la demande n est pas formulée (Paul, 2004, p.128). Si Vial nous confirme que ce passage de la commande à la demande est une condition sine qua non à l amorçage du processus d accompagnement, il nous indique également que cette demande pourra être «évaluée, révisée,

7 réajustée, régulée, [et] se transformer tout au long du processus» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 100). - La relation est circonstancielle, elle est due à un contexte, elle répond à une situation particulière ou à la traversée d une période singulière. - La relation est temporaire, elle est délimitée par un début et une fin. - La relation est co-mobilisatrice, elle implique les deux protagonistes, elle sollicite un cheminement de l un et de l autre, elle requiert l investissement de chacun, accompagnateur et accompagné s engagent dans une aventure. La relation d accompagnement est donc une relation «impliquante», il ne s agirait pas d un traitement de dossier ou d une simple résolution de problème. Il nous paraît opportun à ce stade de notre réflexion de nous réinterroger sur cette notion de l implication dans la relation. Si accompagner requiert l implication du professionnel, c est bien également en tant que personne que l accompagnateur va s engager et vivre l intensité de la situation relationnelle. Face aux difficultés rencontrées par l accompagné, comment l accompagnateur doit-il agir, réagir? S agit-il pour lui de tout mettre en œuvre pour aider, assister l accompagné, lui faciliter la tâche? L accompagnateur doit-il guider l accompagné, peut-il aller jusqu à explicitement ou implicitement l orienter vers une voie, une issue qui lui paraîtrait être la meilleure pour lui? Ces questionnements nous amènent à étudier ce que sont l aide, la facilitation et le guidage et ce qu ils impliquent en termes de relation à l autre La relation d aide. Abels (1998, p.24) nous éclaire sur ce qu est l aide, ce qu elle implique dans le rapport à l autre. L aide a une connotation de charité, de désir de faire du bien à l autre ; l aidant étant dans une position haute par rapport à l aidé, l aidant demeurant celui qui sait, celui qui possède par rapport à l aidé qui est dans le manque et qui reste l objet de l aide. La relation d aide supposerait que l autre soit diminué. Elle supposerait un diagnostic fait au départ et considéré comme vrai : le diagnostic de l inefficacité, voire de l incapacité de l autre. Aider consisterait à apporter son concours à l effort de l autre qui, sans cette aide n y arriverait pas, parce que son effort est insuffisant ou parce qu il ne peut pas faire l effort. Pour ce qui est de l aide, «l aidant se légitime par un savoir sur l inefficacité de l aidé», pour ce qui est de la facilitation, «l aidant se légitime par un a priori sur l incapacité de l aidé» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 46). En ce sens, la facilitation fait partie de l aide, c est un cas extrême de l aide. En présupposant de l inefficacité ou de l incapacité de l autre, l aidant dévaloriserait l autre, à notre sens sans en avoir ni la volonté, ni la conscience. Aider, entrer dans la sphère de la charité impliquerait donc d exercer un pouvoir sur l autre, de l empêcher d être sujet autonome, de l obliger à être assujetti, de l enfermer dans un rapport de don et de contre don : «Derrière le don, il y a toujours du narcissisme» (Vial, 2007, p.8). Aider reviendrait à s attacher l autre, à le faire sien. En se rendant nécessaire, incontournable, en se positionnant «au-dessus» de l aidé, l aidant qui se veut sachant pour l autre exercerait «une relation de

8 pouvoir» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 45). En effet, selon Fustier (2000, p. 49), «la violence faite dans l acte de donner semble bien être marquée de l empreinte de la pulsion de maîtrise, désir de posséder l autre dans un mouvement de déstructuration d où surgit le plaisir». Paul (2004, p. 306) nous confirme par ailleurs que l aidant n est pas accompagnateur, il existe: «d une part, le contexte de l aide et des aidants. De l autre, celui de l accompagnement et des accompagnants». Ainsi, dès lors que le professionnel est tenté d estimer l accompagné en incapacité de faire, il le place en position basse, en croyant œuvrer pour l autre, il le place en dépendance. Si avec l aide se joue l assujettissement, qu en est-il du guidage? 1.5. Le guidage «Le guidage fonctionne sur une distribution implicite et évidente des places. Le guide assigne une place au guidé, la seconde place, celle de l objet promené, de l objet transformé» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 39). Le guide sait où il va, il ne se pose donc pas la question de la place, il occupe la «bonne» place, celle de celui qui sait, qui connaît. Il a la maîtrise, il contrôle, il est en position haute : «La position haute est celle de celui qui maintient l interaction, la contrôle et lui confère un statut. La position basse, en revanche, est celle qui s adapte, se conforme et s ajuste aux comportements de l autre» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 41). Et si le guide, peut parfois adopter la position basse, ce ne serait qu un leurre, «une épreuve dans une trajectoire, une expérimentation ; le guide pouvant reprendre sa place quand il veut» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p.41). Le guide dirige, prend en main, prend en charge, donne l orientation, la voie. Le guide donne, voire impose une trajectoire, une trajectoire étant le chemin le plus court pour atteindre un objectif (Ardoino, 2000). Dans le guidage, la trajectoire est décidée avant et à la place de celui qui est guidé. L idée de trajectoire appelle à la recherche d efficacité. «Le guidage impose ou facilite le dépassement de l obstacle» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 59). En résumé, aide et guidage, le premier sous couvert de la charité, de bons sentiments, le second «décomplexé» quant à ses velléités directives fonctionneraient sur ce que nous qualifierons de registre exclusif du «JE» : JE sais comment t aider, JE sais où tu dois aller, JE connais la route qu il te faut prendre Ainsi, aidant comme guide, en convoquant un rapport de pouvoir et de maîtrise feraient à leur manière autorité, tous deux prendraient en charge, or «accompagner n est pas prendre en charge» (Vial & Caparros- Mencacci, 2007, p. 23). Avoir brossé le tableau du guidage et de l un de ses modes particulier qu est la relation d aide nous permet de mieux saisir ce qu accompagner n est pas, accompagner serait donc autre chose. A cette étape, nous ne pouvons que rejoindre Paul lorsqu elle nous prévient que «le verbe accompagner ne dit rien de ce que l on fait en le faisant» (Paul, 2004, p. 79) Néanmoins, le descriptif que nous avons fait des relations d aide et du guidage va nous servir de point d appui pour tenter d identifier la relation d accompagnement dans le rapport de place entre accompagnateur et accompagné et dans les

9 conséquences qu induisent ce rapport. Cette démarche n a pas pour vocation d opposer, au sens de dégager des oppositions pour in fine faire émerger de «bonnes ou de mauvaises» pratiques, mais de permettre de mieux cerner la relation d accompagnement dans ce qu elle recouvre La nature de la relation d accompagnement. Alors que l aide ou le guidage posent un diagnostic qui va conditionner, déterminer, figer les places de chacun dans la relation (relation essentiellement verticale en référence à l idée de position haute et basse), l accompagnement en postulant des possibles de l autre va envisager la relation en termes d horizontalité, où l essentiel se retrouve dans la relation elle-même : «L accompagnateur travaille à partir de la confiance en l autre, il parie que l autre pourra se dépasser» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 54). Accompagner reviendrait à accueillir l autre, être avec l autre, à côté, un peu en retrait, jamais au premier plan et être au service de l autre, au sens de «se mettre au service de quelqu un n est pas d abord lui rendre service en faisant ce qu il ne veut ou ne peut pas faire mais se réaliser en faisant son devoir, en occupant sa place» (Vial, 2007, p.2). Cette même idée est exprimée par Roberge (2002, p.106) lorsqu elle nous dit que dans l exercice du métier d accompagnement, le défi consiste à mettre au service de l autre ses savoirs, son expertise, son expérience et son unicité, en s assurant toutefois de ne jamais se substituer à cet autre, afin de lui permettre d être le centre de la relation et du processus. En effet, nous rejoignons l idée qu «accompagner est le terme utilisé pour dire le positionnement du professionnel qui n agit pas sur ou à la place de, mais avec» (Paul, 2004, p.100). Postuler des possibles de l autre, l accueillir en ce qu il est, être avec lui sans se confondre à lui, ou sans l amener à être soi, donc en reconnaissant et en respectant sa singularité serait le signe d une nouvelle façon de problématiser l autre : autrui est une personne. Distingué du collectif et de l anonymat, irréductible à un dossier à traiter ou un problème à résoudre, il n est plus l objet passif d une prise en charge, mais devient le sujet actif de son parcours (Paul, 2004, p. 99). Ainsi, «l accompagnateur ne précède pas, il ne corrige pas, il n est pas le maître, il est (ou mieux, il devient dans l accompagnement) compagnon (de route)» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p.22) ou encore, l accompagnateur «stimule sans jamais précéder et, ce faisant, suscite, favorise ou éprouve la réflexion du sujet» (Forestier, 2002, p.15). Nous en déduisons que l accompagnement s éloignerait de l attitude de maîtrise. Là encore, Roberge (2002, p.104) nous éclaire lorsqu elle avance qu accompagner, c est se placer dans «une relation d être» et non pas dans «une relation d aide» : accompagner c est créer avec l autre une relation d être, où chacun peut - et doit - être ce qu il est [ ]. Une relation donc, où chacun et surtout le consultant, dans un accompagnement professionnel a de l espace pour être,

10 un espace qu il est même invité à habiter entièrement afin de découvrir des ressources jusque là ignorées de lui. Accompagner serait alors être en relation avec un autre, que l on découvre et avec lequel on va cheminer : L art d accompagner consiste à trouver «là où va» celui qu on accompagne afin d aller avec lui. Il ne s agit ni de le précéder, ni de lui montrer le chemin, ni de le tirer vers l avant car on risquerait de lui indiquer notre chemin à la place du sien. Il ne s agit pas non plus de le suivre en le poussant car on risquerait, là, de n avoir d autre objectif que de le faire avancer, sans savoir vers quoi (Hévin & Turner, 2002, p. 262). Il s agirait ainsi d amener l autre à trouver son propre chemin, à tâtonner, quitte à ce qu il bifurque, revienne en arrière. En ce sens, l idée d un accompagnement programmable, maîtrisé, à l issue certaine et prédéterminée paraîtrait exclue. De nouveau, nous entendons ici, que l accompagnateur n a pas la main mise, ni sur l autre, ni sur son chemin : «L accompagnateur vise le cheminement de l accompagné, tandis que l accompagné vise son propre devenir» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p.36). Si la trajectoire relève de la sphère du guidage, le cheminement, le trajet relèverait lui de celle de l accompagnement : «Si l accompagnement se définit métaphoriquement par l expression du chemin faisant, c est qu il se constitue dans une logique intégrant l incertitude, l aléa, le non-ordre et incite à la modestie : il est possible que quelque chose échappe» (Paul, 2004, p 309). Ainsi, l accompagnateur en se mettant à côté, en retrait, au service de l autre va faire en sorte de cheminer avec l accompagné, lui-même dans la construction de son propre chemin. La place de l accompagné sera celle où il pourra «se loger en tant que sujet» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 56). L accompagnateur qui ne se lie pas l accompagné, qui ne le fait pas sien, qui ne parle pas, qui n agit pas en son nom, ne serait plus dans la logique du JE telle que nous l avions défini en résumé de la relation d aide et du guidage, mais bien dans la logique du IL. Ce IL tel que nous l entendons résumerait à notre sens le mouvement de retrait qu opère l accompagnateur, le décentrement de soi et le centrage sur l accompagné tout en lui laissant suffisamment de place et de latitude pour qu il dessine son propre chemin, cette approche nécessitant pour l accompagnateur d être en capacité de «ne plus s écouter» pour accueillir et écouter l autre. En effet, «favoriser et considérer la parole permettent à l autre de prendre sa place de sujet» car, pour l accompagné, «dire et être entendu permettent d avancer dans une réflexion et une démarche d évolution personnelle et professionnelle» (Prodhomme, 2002, p. 84). La nature de la relation d accompagnement nous apparaissant dorénavant plus précise, nous nous proposons d aborder la question de sa fonction. 2. La fonction de la relation d accompagnement.

11 2.1. Une fonction éducative. Le Bouëdec (1998, p.53) nous dit que l accompagnement remplit «une fonction éducative». Alors que l instruction donne la priorité aux contenus à transmettre et vise à rendre savant, l éducation viserait elle, à permettre une adaptation du plus grand nombre des membres d une société à leur environnement immédiat, tout comme leur développement physique, intellectuel [ ], psychologique et moral propres devant faciliter pour chacun, tout à la fois, l entrée dans la vie personnelle, la conquête d une capacité à s autoriser, et l entrée dans la société, avec l exercice partagé d une citoyenneté, relativement autonome parce que pourvue de capacités critiques suffisantes (Ardoino, 2000, p. 110). «L éducation est un savoir être, formation du sujet, élaboration de la relation à soi et au monde, autant, sinon plus qu acquisition de savoirs et de savoir faire étroitement entendus» (Ardoino & Lecerf, 1986, p. 14, cités par Eymard & Vial, 2000, p. 100). Le mot éducation, tient sa richesse de sa polysémie naturelle. Originellement, il dériverait du latin educare, nourrir (référant ainsi à l'acception d'élevage), certains y rattachent un autre verbe : e-ducere (sortir de...), ce dernier évoquant la transition d'un état à un autre. Éduquer renvoie donc à l idée de prendre soin de, et aussi, à l action de faire croître, d'élever. Ainsi l accompagnateur en suscitant la mise en mouvement de l accompagné, en favorisant son cheminement singulier lui permettrait-il de s élever, de «grandir», de tendre à l autonomie La visée de l autonomie Etymologie. Le mot «autonomie» vient du grec autonomia, pouvoir de celui qui est autonomos, c'est-à-dire qui détermine lui-même la loi (nomos) à laquelle il obéit (Foulquier, 1971). Ce premier éclairage étymologique nous questionne sur le type de loi dont il s agit : s agit-il pour l individu de se déterminer hors des lois extérieures ou de régler lui-même sa conduite en tenant compte des lois extérieures? L autonomie, une affaire de personne. La définition du dictionnaire pédagogique Bordas (2000) nous précise que «la conquête de l autonomie est la prise de conscience des lois et l intégration de ces lois dans un advenir personnel, dialectique entre contrainte et liberté». Viser à l autonomie passerait donc par la prise de conscience des lois existantes (et non pas la création ex-nihilo de ses propres lois), et par l intégration de ces lois avec l idée que l individu puisse agir sur

12 son environnement, se créer son espace et se construire un devenir qui lui sera propre. L autonomie est «une attitude qui consiste à prendre son avenir en main et à s en rendre responsable» (Hoffmans-Gosset, 1996, p.129), elle «est à lire comme une transformation de nous-mêmes et de notre rapport au réel» (Hoffmans-Gosset, 1996, p.153). L autonomie serait donc en lien avec la responsabilité, le fait de s assumer. Si l autonomie a à voir avec l indépendance, la liberté, ces termes ne sont pourtant pas synonymes : S il est question de liberté, c est une liberté relative qui accepte d être soumise à des lois. S il est question de responsabilité, ce sont des responsabilités assumées qui rencontrent formes d autorité et de pouvoir. S il est question de choix et d initiatives, c est encore davantage la créativité et la réalisation de soi qui intéresse (Hoffmans-Gosset, 1996, p 116). Devenir autonome serait ainsi se construire, devenir ce que l on est et le devenir par ses propres moyens. Plus que d autonomie, il nous faudrait parler d autonomisation, Hoffmans-Gosset (1996) nous précisant qu il s agit plus d une quête que d un état, d un processus inachevable. Tendre à l autonomie serait donc une quête, une quête de soi et de son identité pour prendre son avenir en main et s en rendre responsable. L autonomisation est donc bien un travail que la personne doit faire elle-même et sur elle-même. En effet, «on ne donne pas l autonomie, on donne des matériaux pour qu elle s édifie, on met en situation de devenir» (Hoffmans-Gosset, 1996, p.126). Et si «l exercice de l autonomie entraîne une plus grande autonomie, comme si celle-ci sécrétait elle-même sa propre substance» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 148), tendre à l autonomie c est aussi, pour la personne «accepter l insécurité ou le doute dans lequel, parfois elle peut plonger» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 128). En chacun d entre nous, les besoins de dépendance, de sécurité, de réassurance coexistent avec le besoin d indépendance, nous ne serions pas dans l alternative mais dans la dépendance et l indépendance à la fois et en même temps. L accompagnateur aura ici un rôle important à jouer en favorisant chez l accompagné la prise de conscience que, pour tendre à l autonomie, il faut affronter l incertitude, accepter de remettre en cause ses conceptions, ses représentations pour mieux se déterminer et assumer ses choix. L autonomie serait donc en lien avec la façon d aborder les choses de la vie et de faire retour sur elles. En ce sens, il nous paraît que l autonomie soit à relier avec la conscience et la connaissance de soi, avec la capacité à s accorder une certaine valeur, à oser se faire confiance, à s affirmer et à se positionner. L estime de soi, ce sentiment d avoir de la valeur, et de se sentir reconnu par autrui (Maslow, 1970) comme la confiance en soi, c'est-à-dire la prise de conscience de ses propres attitudes nous semblent des éléments majeurs à construire, développer, structurer pour tendre à l autonomie. En lui donnant les moyens de réfléchir à son vécu, de le mettre en dialectique, mais aussi en contribuant à restaurer la confiance, l accompagnateur favoriserait le développement de l autonomie de l accompagné L autonomie, une affaire de société.

13 Si l autonomie est une affaire de personne, c est également une affaire de société : «L autonomie, ce n est pas être seul, c est s éprouver responsable et en communion avec les autres. L autonomie se joue en société, elle n est jamais une pratique de reclus ou de solitaire» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 48). Elle concerne le sujet, mais elle ne peut se concevoir sans prendre appui sur le groupe, «creuset nécessaire à sa réalisation» (Hoffmans-Gosset, 1996, p. 108). «L autonomie de la personne va de pair avec son insertion dans la communauté sociale et passe par la capacité à restaurer des liens» (Paul, 2004, p.105). Les liens dont il est question ici ne sont pas à entendre comme les liens qui attacheraient l accompagné à l accompagnateur, qui le lieraient à l autre, mais les liens qui vont permettre à l accompagné de se re-lier, c'est-àdire de se lier autrement qu avant : «Accompagner, c est permettre à quelqu un de rejoindre un groupe, qu il se ré-affilie, qu il reconnaisse son appartenance à une culture. C est travailler ce qu on appelle la reliance» (Vial, 2007, p.3). L accompagnement aurait donc une fonction de développement de la personne, en termes d autonomisation, de socialisation : «L accompagnement dans sa contribution à la réparation des liens sociaux participe à l articulation de l individuel et du collectif, de l autonomisation et de la socialisation» (Paul, 2004, p.312). Dès lors, se pose à notre sens, la question du «comment faire» ou plutôt du «comment être» de l accompagnateur dans sa relation avec autrui : «L accompagnement ne dépend pas de principes universels, d actes de bonté qu il suffirait d afficher. Il demande un travail sur soi» (Vial & Caparros- Mencacci, 2007, p. 45), cette même idée est exprimée par Le Bouëdec lorsqu il avance qu «accompagner demande une attention permanente à sa propre attitude» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.48). Cette attention permanente de l accompagnateur pour identifier le registre dans lequel il se trouve et évaluer sa pertinence au regard du contexte nous parait d autant plus importante que les frontières entre «aide», «guidage» et «accompagnement» peuvent à notre sens rapidement devenir perméables. Accompagner demanderait donc une vigilance, une attention et une autoévaluation de ce qui se joue dans la relation. C est ce travail sur soi de l accompagnateur et dans son rapport avec l accompagné que nous nous proposons d aborder maintenant. 3. Le «comment être» de l accompagnateur L accompagnateur et les représentations. A l instar de chacun, l accompagnateur est une personne qui évolue, s inscrit et se construit par les interactions avec son environnement social. Il entre en relation avec l accompagné avec son propre système d interprétation de la réalité, avec sa «grille de lecture» personnelle, avec ses représentations. Se représenter quelque chose ou quelqu'un, c'est dans le langage courant s'en faire une idée, l'imaginer, c'est, en somme, réduire à des dimensions

14 intégrables à notre pensée les caractéristiques que nous percevons d'une réalité quelconque. Emile Durkheim ( ) fut le premier à évoquer la notion de représentations en distinguant les représentations collectives des représentations individuelles, à travers l'étude des religions et des mythes. C est néanmoins avec le psychosociologue Serge Moscovici que le concept de représentation sociale s'élabore véritablement, lorsqu en 1961, il s attache à montrer comment, diffusée dans une culture donnée, une théorie scientifique (la psychanalyse) est transformée en représentations sociales et modifie la vision que les gens ont d eux-mêmes et du monde qui les entoure. Si le terme de «représentation sociale» est relativement récent, le concept, lui, paraît tirer son fondement dans celui de la doxa, qui remonte aux origines mêmes de la philosophie. En effet, peu avant Platon et Aristote, Parménide, philosophe grec, définissait la doxa comme étant un ensemble plus ou moins cohérent, de points de vue, de propos, d opinions, de présuppositions généralement admises en tant que tels sur lesquels venaient se fonder toute forme de communication. A la suite de Moscovici, de nombreux chercheurs se sont intéressés aux représentations sociales. Si la polysémie du concept et les multiples phénomènes et processus qu il désigne le rendent difficile à cerner, nous proposerons néanmoins quelques éléments de définition. Pour Jodelet (1993, p.22) : On entend par représentation sociale une forme de connaissance courante dite de sens commun, présentant les caractéristiques suivantes : Elle est socialement élaborée et partagée car elle se constitue à partir de nos expériences, mais aussi des informations, savoirs, modèles de pensée que nous recevons et transmettons par la tradition, l'éducation et la communication sociale. Elle a une visée pratique d'organisation, de maîtrise de l'environnement (matériel, social, idéel) et d'orientation des conduites et communications. Elle concourt à l'établissement d'une vision de la réalité commune à un ensemble social (groupe, classe etc.) ou culturel. Abric (1994, p.13) définit, lui, la représentation : comme une vision fonctionnelle du monde, qui permet à l'individu ou au groupe de donner un sens à ses conduites, et de comprendre la réalité, à travers son propre système de références, donc de s'y adapter, de s'y définir une place. La représentation sociale serait donc une connaissance (au sens d un ensemble organisé de cognitions - opinions, croyances, images, opinions, attitudes, valeurs ) : - naïve et de sens commun (par opposition à la connaissance scientifique), - socialement élaborée (par la communication, par l expérience, en référence aux normes) et partagée (commune à des groupes sociaux), - ayant une visée pratique (agir sur le monde et interagir avec autrui) et concernant un objet de la réalité quotidienne.

15 Les représentations sociales, système d interprétation et de construction de la réalité orientent voire justifient nos actions, nos comportements, nos conduites et nos relations sociales. Mucchielli (1994, p.93) précise par ailleurs que, si les représentations sociales proposent «des schémas tout faits», elles perturbent notre perception de la réalité car «elles exercent sur tous les membres du groupe une influence qui les pousse à adopter la représentation sociale dominante et, plus, à s y conformer». Ainsi, «elles sont à l origine des préjugés». Pour ce qui est du champ que nous avons pu observer, mais qui nous paraît néanmoins généralisable à l ensemble des champs traversés par l accompagnement, l accompagnateur a sa propre représentation du demandeur d emploi, de la précarité, de l insertion, liée à son histoire personnelle, aux personnes rencontrées et au contexte, à l institution au sein duquel il exerce sa profession. Afin que son décryptage et son analyse de la demande ne soient le moins possible altérés ou orientés par ses propres représentations, l accompagnateur va, à notre sens devoir les identifier pour mieux s en distancier. Prodhomme (2002, p.88) nous confirme que le savoir-faire de l accompagnant suppose évidemment une prise de conscience et une distanciation de ses propres modèles implicites, ceux qui sont susceptibles, à son insu, d influencer sa pratique Faire abstraction de ses propres représentations de ce qu est une bonne intégration sociale, une bonne insertion professionnelle pour laisser à l autre le champ ouvert. Si le travail de distanciation de l accompagnateur sur ses représentations paraît être en première lecture un travail sur soi avec soi, le travail de compréhension de l autre, de ses représentations, de son système de références ne paraît envisageable que dans le cadre des échanges, de la communication entre accompagnateur et accompagné. Ainsi, choisissonsnous à présent de nous intéresser à la manière d être de l accompagnateur dans sa communication et donc dans sa relation avec l accompagné L accompagnateur et son rapport à l accompagné. Ce chapitre s appuie sur les travaux de Carl Rogers ( ), psychologue humaniste américain. Carl Rogers, père fondateur de l Approche Centrée sur la Personne (ACP) défend que chacun possède en soi une tendance fondamentale à réaliser pleinement ses potentialités humaines : «Carl Rogers a mis l accent sur la conviction anthropologique que tout homme possède les ressources pour se développer» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.14). La principale condition à cette réalisation d autrui serait qu il soit pleinement, inconditionnellement accepté par ceux avec lesquels il est en relation. Accepter pleinement l autre nécessiterait de la part du thérapeute une certaine façon d être, d être soi et d être dans son rapport à l autre : «Pour Rogers dans la communication interindividuelle, comme dans la relation thérapeutique, l essentiel est la création d un climat relationnel particulier fondé sur quatre composantes, qui sont les quatre fondements de l esprit et de la démarche rogérienne» (Abric, 1996, p. 41).

16 la congruence La notion de «congruence» renvoie au fait d être véritablement soi-même dans la relation, de se montrer tel que l on est, et pour cela, il conviendrait d avoir conscience de ce que l on est. Montrer de la congruence, nous apparaît dès lors comme la résultante d un travail sur soi, de connaissance et d acceptation de soi : «Congruence est le terme que nous avons employé pour indiquer une correspondance exacte entre l expérience et la prise de conscience. Ce terme peut aussi désigner d une façon plus large l accord de l expérience, de la conscience et de la communication» (Rogers, 1968, p.238) la neutralité bienveillante «Elle n est pas une neutralité passive fondée sur un refus de s engager. Elle est bien un engagement sans jugement, mais un engagement positif reposant sur l intérêt porté à l autre» (Abric, 1996, p. 43). Nous comprenons ici, que la non-directivité ne signifie pas un laisser-faire. En ce sens, nous rejoignons Vial lorsqu il choisit de parler de «la présence à l autre» versus «la neutralité bienveillante» : «l accompagnateur ne gomme pas sa présence, il est présent à l autre Et il manifeste cette présence à l autre : il s engage activement dans les questions pour provoquer l engagement de l accompagné» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 251). l empathie Pour Carl Rogers, il s agit de ressentir l univers particulier du client comme si c était le sien propre, mais sans jamais oublier le «comme si». L empathie ou la compréhension empathique consiste en la perception correcte du cadre de référence d autrui avec les harmonies subjectives et les valeurs personnelles qui s y rattachent. Percevoir de manière empathique, c est percevoir le monde subjectif d autrui comme si on était cette personne sans toutefois perdre de vue qu il s agit d une situation analogue, comme si [ ] Si cette dernière condition est absente, ou cesse de jouer, il ne s agit plus d empathie mais d identification» (Rogers, 1962, p. 197). Faire preuve de compréhension empathique consisterait à avoir la capacité de s immerger dans le monde subjectif d autrui, tout en restant émotionnellement indépendant. L empathie, c est «comprendre le vécu de quelqu un d autre sans l éprouver pour autant de façon réelle dans notre affectivité» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 250). L empathie permettrait d accueillir la parole de l accompagné, de porter son attention vers l autre tout en gardant une distance suffisante pour ne pas être dans la fusion avec l autre. le respect

17 Rogers nous parle de considération positive inconditionnelle, «c est l attitude qui consiste à accueillir et accepter chaleureusement autrui comme il est et en totalité» (Rogers, 1968, p.238). Nous comprenons ici qu il s agit du respect de l autre, de sa personnalité, de ses appartenances sociales, culturelles et professionnelles, de sa manière d agir, de réagir ou de résister. L idée de respect nous renvoie à la notion de non-jugement de l autre dans ce qu il est : «C est toujours du jugement dont il s agit de se défaire» (Cifali, 1994, p.289). Les qualités évoquées par C. Rogers sont certes empruntées au monde de la thérapie, et bien que la relation d accompagnement ne soit pas une relation thérapeutique, ces qualités «dans la mesure où elles favorisent une relation dont l objectif est d aider à grandir restent pertinentes dans le cadre des relations éducatives prises dans un sens large» (Lerbet-Séréni, 1994, p.21). Ainsi, avoir conscience de ce que l on est et l être pleinement, avoir conscience de ce qui se joue dans la relation, pouvoir le verbaliser, accueillir et accepter l autre dans sa différence, s immerger dans le monde de l autre sans s identifier, ne pas porter de jugement de valeur, nous paraissent bien relever d un travail sur soi, d une vigilance, d une attitude réflexive, d un questionnement de l accompagnateur sur son rapport à l autre : «Accompagner demande une attention permanente à sa propre attitude et notamment une mise en garde contre le fantasme de toute puissance» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p. 48). Accompagner nécessiterait donc de porter un regard distancié sur ses attitudes, ses pratiques, de se questionner sur sa relation à autrui, sur le sens de ce qui est fait. Il nous semble toucher là au domaine de l éthique L accompagnateur et l éthique. L accompagnement sous-tend une espérance éthique en développant à l égard d autrui la certitude qu il est en capacité d initier un processus par lequel il se révèlera un sujet pensant, agissant de manière autonome. Par ailleurs, ne pouvant par définition pas prendre appui sur un protocole qui n existe pas, l accompagnateur doit inventer à chaque fois la façon d être avec l autre, accepter l imprévu, savoir faire avec l imprévu, «ce qui débouche toujours dans les métiers de l humain sur des questionnements éthiques» (Vial, 2007, p.13). En effet, «le questionnement éthique survient habituellement lorsque, au-delà des règles de conduite habituellement en vigueur dans un espace donné, le professionnel s interroge sur ce qu il estime bon de faire» (Niewiadomski, 2002, p 174). Vial (2005, p.6) nous précise que ce questionnement «surgit en situation, quand la déontologie fait défaut ou/et quand la morale est inopérante». L éthique ne serait donc pas la morale. La morale se veut universelle, applicable à tous, en toutes circonstances : «la morale appelle ordre et discipline ; elle identifie et classe ; son monde est celui du prévisible, du simplifié et du maîtrisable» (Imbert, 1987, p.11), alors que «l éthique ouvre un champ de création ; un champ où chacun se trouve confronté à la tâche de son incessante auto-création (Imbert, 1987, p. 70).

18 La visée éthique placerait celle-ci du côté du sens, de l'orientation vers une vie bonne. La norme morale s'imposerait du dehors de moi, et me contraindrait. Là où la morale me contraint, l'éthique me libère. Là où la morale est pour moi hétéro-référencée, l'éthique renvoie à mon autoréférence. Là où la morale me dicte de ne pas agir ainsi pour ne pas apparaître tel ou tel aux yeux des autres, l'éthique me dicte de ne pas agir ainsi pour ne pas être tel ou tel à mes propres yeux (Lerbet-Sereni, 1998, p.4). L accompagnateur en cédant par le retrait et la retenue la place à l autre est dans un exercice éthique, dans l éthique de la relation. Cet exercice lui permettrait de ne pas viser la maîtrise de l autre et d ainsi se prémunir du fantasme de toute-puissance : «Nous réserver, nous abstenir, nous contenir, nous retenir [ ], c est laisser davantage d espace et de temps à soi et à l autre pour penser, pour douter, pour essayer et pour que peu à peu l autre construise son chemin, invente son œuvre» (Beauvais, 2004, p 107). C est en se questionnant, en se mettant dans un processus d auto-questionnement, que le sujet investit le champ de l éthique. Ces questionnements impliquent l exercice du doute pour l accompagnateur, pour ne pas céder à la certitude de «bien-faire». Pour pouvoir vivre «sans panique» le questionnement éthique, Vial (2005) nous suggère trois mises en travail : - préserver l énigme de l autre et de soi : nous entendons ici ne pas porter de jugement de valeur, ne pas étiqueter, ne pas figer la relation à soi comme à l autre, - faire le travail du deuil de la maîtrise et de la toute puissance, - développer l intelligence des relations, se distancier, s ouvrir à l imprévu, accepter la surprise. Par ailleurs, si ces questionnements éthiques impliquent l exercice du doute pour l accompagnateur, ils impliquent également le doute pour l accompagné, «créer autour de l autre suffisamment de désordre pour qu il hésite, abandonne ses assurances et certitudes et accueille en lui le doute nécessaire et préalable à toute prise de décision concernant son propre destin» (Beauvais, 2004, p.108). Amener l accompagné à abandonner ses certitudes nécessite pour l accompagnateur un travail d écoute, de questionnements mais renvoie également à sa capacité d évaluer ce que l accompagné est en mesure d entendre au moment des échanges. Avec ce chapitre consacré à l éthique de la relation qui s éprouve dans le questionnement, nous investiguons la sphère de l évaluation, l évaluation étant le rapport que les sujets entretiennent avec la valeur, c'est-à-dire avec le sens, avec ce qui compte. C est en cherchant le sens, l essentiel, en questionnant le sens de ce qui est fait, en étant en proie au doute, que l accompagnateur pourra faire le deuil de la maîtrise et promouvoir les possibles. L évaluation dont il est question dans la relation relèverait ainsi de l appréciation. L accompagnateur apprécie, il apprécie dans le but de réagir, de faire évoluer la relation, de faire en sorte que l autre se questionne. In fine, l accompagnateur apprécie pour faire progresser. Nous nous situons dans le monde du subjectif et non pas sur l axe de la mesure, du calcul ou de la précision. L accompagnateur apprécie ce qui n est pas mesurable. L accompagnateur évalue pour rendre intelligibles les situations. Il évalue en

19 continu pour l intelligibilité de ce qu il fait : «La grandeur de cette posture [d accompagnement] est essentiellement éthique parce qu elle concerne le devenir de l autre» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.16). Conclusion. Nous nous interrogions sur la nature et la fonction de la relation d accompagnement. Les éclairages théoriques convoqués nous ont permis de différencier la relation d accompagnement des relations d aide ou de guidage et d inscrire cette relation dans une dimension éducative ayant pour visée le développement de l autonomie chez l accompagné. En effet, la relation d accompagnement ne réfère ni à l aide, qui assujettit, met en dépendance, ni au guidage qui placerait «l accompagnateur» comme seul sachant et cautionnerait de fait une attitude de toute puissance, des velléités de maîtrise sur l autre et sur le chemin qu il lui serait imposé d emprunter. Alors qu aidant ou guide prennent en charge, imposent à leur manière une autorité et occupent une position haute dans la relation, l accompagnateur, lui se place dans une logique autre. L accompagnateur se met au service de l accompagné, en s assurant de ne jamais se substituer à lui, en respectant sa singularité et en postulant de ses possibles, il n agit pas «sur» ou «à la place de», il ne prend pas en charge, il agit «avec». L accompagnateur envisage la relation en terme d horizontalité, il accueille, il stimule sans jamais précéder. Cet «être là» de l accompagnateur vise à faire grandir l accompagné, à lui permettre de s émanciper, de se dés-adhérer pour mieux se découvrir et se lier autrement au monde qui l entoure. En ce sens, l accompagnement ainsi défini remplit une fonction éducative, il est à concevoir comme un processus éducatif qui permettrait à l accompagné d élaborer lui-même son chemin et par la même de tendre à l autonomie, c'est-à-dire prendre son avenir en main, s en rendre responsable, «se trouver» et s assumer au sein de la collectivité, de son environnement social. Nous avons également souligné combien «être accompagnateur» au sens entendu ici demande de la vigilance, un travail sur soi, une analyse réflexive de ses pratiques et de son rapport à l autre, afin de ne pas céder à la tentation de mettre l accompagné en dépendance. Le «savoir-faire» principal de l accompagnateur nous paraît donc bien être de l ordre du «savoir être», «l accompagnement est un art, pas une science» (Le Bouëdec, Du Crest, Pasquier & Stahl, 2001, p.16). Et si, «servir l humain est le vœu de tout accompagnateur» (Vial & Caparros-Mencacci, 2007, p. 111), il nous semble qu accompagner relève d un processus complexe requérant de la part de l accompagnateur la capacité à travailler et élucider sa relation à autrui, à conjuguer proximité et distance, à s engager tout en restant «à côté», à intervenir mais en laissant à l autre les choix, à accepter de ne plus s écouter pour écouter l autre. Nous comprenons dès lors que «l accompagnement exige des accompagnants émancipés, parlants et agissants, réfléchissants et délibérants, capables d agir de façon autonome et responsable» (Paul, 2004, p. 313). Accepter le doute et l incertitude, avoir la conscience qu il va se passer quelque chose, voir venir plutôt que de vouloir faire, accompagner demanderait donc un inachevable travail sur soi : «Tout métier de l humain

20 est contraint à débusquer l ombre derrière la lumière, l intéressement derrière l altruisme, l égoïsme derrière la générosité, le narcissisme derrière le don» (Cifali, 1994, p.64).

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

2 chercheurs : accord et désaccord COMPLEMENT POSTURE DE LA PERSONNE RESSOURCE POUR ACCOMPAGNER LE PROJET D UN COLLÈGUE. PRessMitic 27.01.

2 chercheurs : accord et désaccord COMPLEMENT POSTURE DE LA PERSONNE RESSOURCE POUR ACCOMPAGNER LE PROJET D UN COLLÈGUE. PRessMitic 27.01. POSTURE DE LA PERSONNE RESSOURCE POUR ACCOMPAGNER LE PROJET D UN COLLÈGUE COMPLEMENT PRessMitic Frédérique Rebetez, 2013 2 chercheurs : accord et désaccord 2 penseurs de l accompagnement (parmi d autres)

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime L estime de soi La période des études universitaires coïncide souvent avec une période de changements et de remises en question très intenses où l estime de soi peut être particulièrement mise à l épreuve.

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

UN MONDE D ENGAGEMENT

UN MONDE D ENGAGEMENT UN MONDE D ENGAGEMENT PROJET ÉDUCATIF Le collège Édouard-Montpetit est un établissement d enseignement supérieur public et laïc qui fait partie du réseau des collèges d enseignement général et professionnel

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel,

Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, Module de formation centré sur le positionnement et la pratique des salariés titulaires d un mandat de représentant du personnel, 5 Passage Delessert 75010 Paris tél : +33 1 53 26 99 82 +33 6 10 59 95

Plus en détail

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés.

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Le Coaching 1 Qu estce que le coaching? C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Grâce à un questionnement précis,

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Pour une évaluation qui n en reste pas au contrôle. Etudier valoriser organiser les pratiques d évaluation

Pour une évaluation qui n en reste pas au contrôle. Etudier valoriser organiser les pratiques d évaluation Pour une évaluation qui n en reste pas au contrôle Etudier valoriser organiser les pratiques d évaluation [ Instance de labellisation des praticiens de l évaluation dans les ressources humaines] La supervision

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Master de l Enseignement, de l'éducation et de la Formation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS. Présentation

Master de l Enseignement, de l'éducation et de la Formation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS. Présentation MASTER CULTURES LAÏCITE RELIGIONS Présentation Dans la société française actuelle, on assiste simultanément à un «retour au religieux» et à une méconnaissance «du religieux» qui imposent une prise en compte

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Michel Vial UMR ADEF En introduction, je vais situer de quelle évaluation on parle ici et rappeler à grands traits ce qui la caractérise.

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Le coaching peut prendre des formes diverses et se situe toujours dans une période de passage et de développement pour le coaché.

Le coaching peut prendre des formes diverses et se situe toujours dans une période de passage et de développement pour le coaché. Domaines d intervention Le coaching peut prendre des formes diverses et se situe toujours dans une période de passage et de développement pour le coaché. Coaching interculturel : outil de gestion des différences

Plus en détail

Formation Théories pour l intervention en Organisation Comprendre les clés du changement

Formation Théories pour l intervention en Organisation Comprendre les clés du changement Formation Théories pour l intervention en Organisation Cette formation concerne Formation professionnalisante Certificat de formation remis Cette formation s adresse aux professionnels qui désirent acquérir

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org

Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation. GEYSER et DialTer www.comedie.org Le dialogue territorial : une démarche de concertation basée sur les principes de la médiation Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Journée sur le SCOT Autunois-Morvan Autun 25 septembre 2013

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 PRÉVENTION/GESTION DES CONFLITS J-L NIGAUD PRÉAMBULE CONFLIT : Un des modes d expression parmi d autres du «Vivre ensemble» dans tout groupe social. Système

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Une application du monomythe de Joseph Campbell en accompagnement spirituel. Présentation par Martin Paquette 13 juin 2014

Une application du monomythe de Joseph Campbell en accompagnement spirituel. Présentation par Martin Paquette 13 juin 2014 Une application du monomythe de Joseph Campbell en accompagnement spirituel Présentation par Martin Paquette 13 juin 2014 page 4 Axes à considérer lors d une intervention en soins spirituels Axe horizontal:

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

«Formation Management»

«Formation Management» «Formation Management» n Les fondements du management n Donner du sens n Bâtir la confiance n Prendre en compte les besoins individuels n Entretenir la motivation n Le management situationnel n Le management

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION LEADERSHIP ACCOMPAGNEMENT PROFESSIONNELS STRUCTURE DU PROGRAMME Programme de formation : 15 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex 10 Programme

Plus en détail

L ENTRETIEN de Recherche

L ENTRETIEN de Recherche L ENTRETIEN de Recherche I. UTILISATION DE L ENTRETIEN DE RECHERCHE I.1. L entretien Exploratoire I.1.A. Caractéristiques Techniques Des Entretiens Exploratoires I.1.B. Fonctions De L entretien Exploratoire

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

La question du mentorat et le mélange des scènes en formation

La question du mentorat et le mélange des scènes en formation La question du mentorat et le mélange des scènes en formation Michel Vial Haute école pédagogique de Fribourg Février 2010 Références Allouche-Benayoun, J. & Pariat, M. (1993). La fonction formation, analyse

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation. - Aristote COACHING ARISTOTE

Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation. - Aristote COACHING ARISTOTE Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation. - Aristote COACHING ARISTOTE Se donner une représentation claire de la combinaison unique et spécifique de ses talents.

Plus en détail

Diriger une école maternelle

Diriger une école maternelle Diriger une école maternelle E.HAYOT IEN Toul Mai 2012 D après les travaux de l IEN maternelle 83 DIRIGER? Etre le chef? Prendre des décisions? Avoir du pouvoir? Juger? Contrôler? Commander? Animer? Coordonner?

Plus en détail

Coaching mentorat. Catherine Voynnet Fourboul

Coaching mentorat. Catherine Voynnet Fourboul Coaching mentorat Catherine Voynnet Fourboul Bibliographie Chavel T. (2004) Profession Coach : De la théorie à la pratique, Ed. demos Delivré F. (2005), 2ème édition, Le métier de coach : rôles et compétences,

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail