U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E"

Transcription

1 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E M O T R I C E : PENSER, S INVESTIR ET RÉALISER Y O A N N POULIQUEN / ANNE C L A I R E H O U Z E Introduction L enjeu de la démarche d enseignement qui va être présenté ici s inscrit dans le souci des auteurs de placer l élève dans une activité et un contexte sollicitant les trois composantes de sa conduite motrice. Pour satisfaire à cette préoccupation, le choix est fait de s appuyer sur «un format pédagogique» stable qui place l élève dans un couplage particulier avec le milieu dans lequel il évolue, tout au long d un cycle d enseignement. De cette mise en relation particulière entre l élève et son environnement émergera une sollicitation différenciée sur les champs capacitaires requis chez l élève pour satisfaire aux contraintes qui se présenteront à lui. Il s agit donc, dans ce cadre, de décrypter comment la forme d enseignement adoptée par l enseignant (la forme pédagogique) est déterminante dans l articulation des capacités mises en œuvre par l élève dans sa conduite motrice. I. La notion de format pédagogique 1.1. Définition du concept : L organisation de notre réflexion autour de la notion de «format pédagogique», en lieu et place des traditionnels «tâches» ou «dispositifs», n est pas neutre. Ce choix terminologique nous permet en effet de situer notre analyse de l acte d enseignement-apprentissage dans une perspective théorique dite de la «cognition distribuée». De ce point de vue, il faut envisager l élève qui apprend dans la relation qu il crée et entretient avec le milieu dans lequel il est immergé. Des conditions (spatiales, temporelles, sociales ) «offertes» par le format mise en œuvre par l enseignant va émerger une mise en situation (un «couplage») particulière des élèves. Des formats mis en œuvre découlent des intentions éducatives retenues par l enseignant et «sont autant de moyens d organiser l activité des élèves que de leur signifier, implicitement le plus souvent, qu ils sont ou qu ils vont s engager dans une activité d apprentissage particulière» (Ciséron). Les propositions que nous ferons par la suite vont tenter d immerger l élève qui apprend dans un format pédagogique particulier où les trois composantes de sa conduite motrice seront sollicitées. Le concept de format pédagogique est conçu par Durand (1998) comme l émergence d un dispositif structuré d instruction, conduit par un processus de sélection et d organisation des éléments disponibles dans le contexte (espace, temps, matériel pédagogique) et tenant compte des capacités des élèves à travailler seuls, en coopération, à écouter ou à s engager C est une proposition particulière coordonnant d une façon singulière parmi un champ de possibles élargi, l activité des différents acteurs en interaction. Dès lors, l intérêt des formats est de montrer comment les activités des différents protagonistes s articulent dans le décours des situations Un format au service d une conception de l enseignement : Il est difficilement envisageable de concevoir un format pédagogique sans se poser la question au préalable de l objectif recherché (les acquisitions attendues). En effet, c est de la forme (le format pédagogique) qu émerge le fond (l acquisition de la compétence). Nous entendons par compétence «la mobilisation pertinente de capacités pour traiter une situation ou un type de situations dans un contexte donné». 1

2 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 En d autres termes, le contexte (format pédagogique) supporte une partie de l action (conduite motrice) et dans le cadre de l EPs (éducation physique scolaire), l accent n est pas mis sur l analyse des APS telles qu elles existent mais sur les activités qu elles suscitent (champs capacitaires mis en jeu) en relation avec les contextes dans lesquels elles se déploient. Le format pédagogique qui va être ici présenté est guidé par une conception fonctionnelle de l apprentissage où le «savoir-faire» n est pas premier, mais où il est un moyen au service de l action. En ce sens, nous rejoignons l idée selon laquelle, les mobiles d action sont premiers (dossier EPS N 76 page 18). Par conséquent, le point de départ se situe dans l individu qui agit, de sa raison d agir dont l origine renvoie tant aux champs capacitaires de l engagement que de la pensée, et dont il émergera une recherche d adaptation de la part de l apprenant. Cette recherche d appropriation par l élève, nous amène à faire le choix de les confronter à un format pédagogique basé sur l autorégulation. II. Un format pédagogique particulier : l autorégulation par le choix des contraintes de jeu 2.1. Structuration et propriétés du format : Format pédagogique et compétence attendue : Comme convenu précédemment, le choix d un format répond à une intention éducative sous-jacente qui est première. Afin de justifier au mieux le format qui sera exposé par la suite, nous rappelons qu il est un outil au service de l atteinte d une compétence, laquelle est contextualisée. Dans cette perspective, nous aborderons et traiterons l activité badminton par la stratégie et non la technique (niveau 2 collège). Compétence attendue : «élaborer et actualiser une tactique (autoréguler : pôle réflexif) par l utilisation de différentes stratégies (manipulation de contraintes : pôle de la réalisation) pour s adapter au jeu adverse et à l évolution du rapport de force (coopérer et s opposer : pôle de l engagement)» Trois temps au service de l autorégulation Le format pédagogique utilisé va être décrit selon un séquençage d activités particulières qui organisent et co-déterminent le travail des élèves et de l enseignant suivant des bornes temporelles. Premier temps : la phase exploratoire Cette étape consiste à confronter l élève aux caractéristiques de la rencontre. Il s agira pour lui d identifier et d interpréter les particularités du rapport de force en présence afin de les exploiter au mieux pour optimiser la réalisation à venir dans la phase exécutoire. Second temps : la phase de concertation / choix Cette étape inscrit avant tout l élève dans une activité décisionnelle basée sur la validation/invalidation des connaissances (C. Sève in L apprentissage) construites précédemment. Il s agit pour lui d arrêter les conditions de la rencontre à venir dans le but d être «performant» dans la phase exécutoire. Troisième temps : la phase exécutoire Cette étape est avant tout une phase de réinvestissement et d actualisation des connaissances construites précédemment et qui se donnent à voir dans les conditions de rencontre préalablement déterminées Les contraintes à manipuler et l autorégulation du niveau de difficulté L autorégulation du niveau de difficulté passe par l optimisation des choix de contraintes personnalisées qui tient compte de : - la combinaison / sélection des contraintes (nature, difficulté ) - des caractéristiques du jeu de ses adversaires/partenaires et de son propre jeu. 2

3 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 C O N T R A I N T E S S O U M I S E S A L A U T O R E G U L A T I O N NATURE NIVEAU EN COOPERATION EN OPPOSITION Niv. 1 Renvoi en «zone de confort» Terrain réduit en largeur Contrainte spatiale Niv. 2 Maxi 2 renvois consécutifs du même côté (G/D) Zone du fond ou de l amorti interdite Niv. 3 Maxi 2 renvois consécutifs à la même profondeur (avant/arrière) Renvoi obligatoire en «zone de confort» Contrainte de pression temporelle Niv. 1 5 tentatives autorisées Conclure en 5 frappes maxi Niv. 2 3 tentatives autorisées Conclure en 3 frappes maxi Niv. 3 1 seule tentative autorisée Conclure en 2 frappes maxi Contrainte liée aux types de frappes et de trajectoires Niv. 1 Niv. 2 Niv. 3 Toutes formes de frappes autorisées Frappes main basse interdites Frappes main haute interdites Trajectoires descendantes interdites Renvoi obligatoire en frappes main basse Dans le cadre d un cycle d enseignement, les 3 formes de contraintes proposées à l auto-régulation sont abordées et manipulées de façon progressive afin de respecter les principes de progressivité et de complexification inhérents à tout apprentissage Modes de groupement : une communauté de pratique et d intérêts FICHES ELEVES Coopération avec contrainte spatiale Coopération avec contrainte temporelle Opposition avec contrainte spatiale La coopération, un prélude à l opposition Groupes homogènes entre eux mais hétérogènes en leur sein de 4 élèves (N1/N2/N3/N4) qui renvoie au niveau de jeu et à la hiérarchisation des élèves dans chaque niveau de jeu. Pour constituer les groupes, nous croisons deux logiques complémentaires : niveau de jeu coopératif («le meilleur partenaire») et niveau de jeu en opposition (le classement en montante-descendante). Il s agit de réaliser un nombre prédéfini d échanges consécutifs dans la configuration de jeu retenue (agencement spécifique des contraintes en fonction des caractéristiques de la dyade) avec chaque partenaire de son groupe. 3

4 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 En opposition, une pratique duelle où l on co - opère pour s opposer 1A 2A 3A 4A Rencontres Une coopération par le coaching : à chaque rencontre, les joueurs ont un partenaire qui observe et relève des données pendant la phase exploratoire pour guider le joueur dans le choix de la contrainte (cf. fiche de «la contrainte gagnante»). Une coopération par l interdépendance des résultats : les scores des joueurs d une même équipe sont liés par la recherche d une victoire d équipe qui tient compte de l ensemble des résultats des quatre rencontres. 1B 2B 3B 4B Formes de pratiques mises en œuvre : En coopération, le choix de «la contrainte opti - male» : Il s agit ici de déterminer, au regard des possibilités de chaque joueur, quel est le niveau maximal de contrainte acceptable pour réussir les 15/20 renvois. - La phase exploratoire sert donc à tester différentes configurations possibles de combinaison de contraintes pour identifier progressivement la configuration qui correspond le mieux au niveau des joueurs en présence. On peut s appuyer ici sur l analyse des causes de la rupture dans la continuité des renvois pour déterminer «un axe de travail à privilégier» pour progresser (mise en projet de l élève) puis pour décider du niveau optimal de la contrainte. - La phase de concertation/choix confronte les points de vue des joueurs et des observateurs pour négocier une combinaison de contraintes qui soit accessible au regard de ses possibilités d action : choisir la contrainte optimale. - La phase exécutoire place les élèves en situation de réinvestissement de ce qu ils ont travaillé lors de l exploration et induit forcément un travail de «contrôle de soi» pour gérer le stress induit par l enjeu de cette validation. En opposition, le choix de «la contrainte ga - gnante» : Il s agit ici de déterminer, au regard des caractéristiques du jeu adverse et de son propre jeu, la contrainte qui semble la plus à même de faire évoluer le rapport de force en présence, soit en diminuant les possibilités d utilisation par l adversaire de son point fort, soit en diminuant l utilisation de son propre point faible par l adversaire. - Dès lors, la phase exploratoire sert à identifier chez l adversaire les stratégies de rupture qu il privilégie pour les réduire ou d identifier chez soi, son point faible pour empêcher que l adversaire ne puisse l exploiter. Dès lors, la présence d un partenaire coach qui suit le déroulement de la rencontre avec une lecture guidée de celle-ci favorise l analyse du rapport de force en jeu et ses caractéristiques. - La phase de concertation / choix croise les points de vue du joueur et de son coach/observateur pour arrêter le choix de la contrainte la plus pertinente pour faire basculer ou maintenir le rapport de force en sa faveur : choisir la contrainte gagnante. Cette contrainte peut concerner l adversaire en lui imposant une contrainte limitant son pouvoir d action (zone ou frappe interdite ) Mais elle peut aussi concerner le joueur qui au regard de l analyse du jeu se fixe une contrainte de jeu bonifiée optimisant l exploitation de son point fort (zone ou frappe bonifiée ). Dans les deux cas, on se situe dans l analyse d un rapport de force et la recherche d exploitation à son profit. - La phase exécutoire place l élève en situation de réinvestissement de l analyse faite de la phase exploratoire en exploitant la contrainte choisie. Cette étape induit forcément à un travail de «contrôle de soi» pour gérer le stress de la rencontre. 4

5 2.2. Intérêt de cette «mise en forme» particulière : Construction d un environnement offrant des opportunités pour apprendre : de contraintes subies à des contraintes vécues comme des opportunités pour apprendre La construction et la structuration d un environnement offrant des ressources pour apprendre et des opportunités pour se transformer est au cœur de cette mise en forme pédagogique particulière. L aménagement ainsi proposé par l enseignant vise à placer l apprenant dans des conditions d apprentissages optimales. Ainsi, la structure relativement stabilisée du format, ainsi que «le caractère ritualisé et sécurisant de l activité collective générée par le format» (Brun et Gal-Petitfaux, Revue EPS 317, 2006), permet d engager l élève dans la construction de «routines», à la fois dans la mise au travail ainsi que dans les démarches d apprentissage sollicitées. De cette forme de «stabilité» ainsi mise en place dans le cycle d enseignement naît un contexte où les apprentissages seront facilités pour l élève. Celui-ci sera en effet, au fil des séances, «délesté» de la nécessité d engager certaines ressources (cognitives, émotionnelles et énergétiques) dans les situations auxquelles il sera confronté : - Au niveau cognitif tout d abord, la structure relativement stable des formes de travail permettra aux élèves de «libérer» leurs structures cognitives pour le traitement et l analyse (cf. modèle de Paillard) de nouvelles «contraintes» mises en jeu. - Sur le plan émotionnel ensuite, l appréhension liée à l incertitude du contexte et des formes de pratiques proposées (principalement les formes compétitives où l affrontement et le duel entre les élèves sont mis en avant) est en partie dissipée, ce qui permet à l élève de s engager dans une démarche plus fonctionnelle dans son rapport aux situations. Dans le format pédagogique que nous présentons, le contexte ainsi que les adversaires ne présentent plus d emblée une «mise en danger» pour les «moins compétents», mais un adversaire à déstabiliser, ce qui apaise le retentissement affectif provoqué par l enjeu de la situation et / ou de l affrontement. Dans cette perspective, le format mis en place préserve, voir renforce, le «sentiment de compétence» de l élève. Les champs capacitaires relatifs à «la maîtrise des émotions», à «l empathie» ou encore à «l interprétation et la reconnaissance» du milieu sont donc d emblée requis et sollicités dans le format pédagogique co-construit par l interaction du groupe classe avec l environnement façonné au fil des séances. Ceci ouvre l opportunité pour les élèves d investir et de développer de nouveaux champs capacitaires nécessaires à l atteinte de la compétence visée Guidage et régulation de l enseignant : Si la structure du format retenu amène les élèves à travailler en autonomie et de façon auto-régulée en investissant une multitude de champs capacitaires différents, l activité de l enseignant reste essentielle. Ce dernier, au travers d interventions différenciées au sein des groupes aux différentes phases du format, accompagne les élèves («interaction de tutelle», Bruner, 1983) : - en les guidant dans l analyse de la phase exploratoire - en les sollicitant par le biais d un questionnement sur les causes de leurs réussites ou échecs dans les différents choix effectués - en leur proposant des situations de remédiations - en leur donnant accès à de nouveaux critères de réalisation. L ensemble de ces interventions doit alors permettre aux élèves de s engager dans de nouveaux apprentissages en investissant de nouveaux projets de jeu plus contraignants mais dont la réussite est rendue possible par les formes de travail coopératives inscrites dans le format : - «interactions collaboratives» (Guérin & Péoc h, in L enseignement, 2008) ; - coopération sous forme de «dyades dissymétriques» ; - «compagnonnage cognitif» (aide apporté par un individu à un pair dans l acquisition et la compréhension d une connaissance) ; - «coaching» ; - Tout l enjeu pour l enseignant résidera donc dans sa capacité à adapter son intervention, au travers des formes d interaction retenues pour guider l élève, et dans les phases du format choisies pour intervenir, afin d accompagner les élèves dans la construction de la compétence attendue. En effet, comme le soulignent Brun et Gal-Petitfaux («Un format pédagogique particulier selon l éclairage théorique de l action située»,revue EPS 317, 2006) «cette forme de travail, pour constituer un cadre favorable aux apprentissages, nécessite que l enseignant sache l exploiter et la faire vivre au service des élèves et aux différents moments de la leçon» Un format transposable à d autres activités et dans d autres contextes

6 L objet de notre propos est contextualisé dans une mise en œuvre spécifique au travers d un traitement particulier de l APSA badminton. L intérêt de notre conceptualisation se veut néanmoins plus englobant et généralisant afin d être transposable à d autres supports d activités ainsi qu à d autres contextes disciplinaires. Dans cette perspective, l activité support n est ici qu un prétexte à notre propos, parmi un champ de possibles très vaste et dépassant le simple cadre de notre discipline. C est en effet dans le format retenu que nous envisageons de possibles transferts d une activité à l autre au sein d une année scolaire ou dans le cursus de l élève. Dans les 3 temps identifiés du format pédagogique proposé et au travers des modalités de leur mise en œuvre, nous envisageons la possibilité d une transversalité dans les formes de pratiques vécues par les élèves. Si dans notre proposition de format, les champs capacitaires de la réalisation renvoient à des adaptations plus spécifiques, ceux relatifs à l investissement et à la pensée sont tout à fait ré-investissables et transposables dans des contextes proches et bien au-delà de notre champ disciplinaire. Le caractère transversal de ce format renforce alors la cohérence des propositions de l enseignant et guide les élèves dans leurs apprentissages en leur offrant des repères dans les démarches d apprentissage à mettre en œuvre pour acquérir les compétences attendues définies dans les programmes. III. L articulation des trois composantes de la conduite motrice au cœur du format pédagogique 3.1 Les trois phases du format et leur impact sur les champs capacitaires Premier temps : la phase exploratoire Cette étape consiste à confronter l élève aux caractéristiques de la rencontre. Il s agira pour lui d interpréter les particularités du rapport de force en présence afin de les exploiter au mieux pour optimiser la réalisation à venir dans la phase exécutoire. Les élèves font donc successivement appel aux champs capacitaires : - de l observation : il s agit dans un premier temps de repérer et d identifier des contraintes pour répondre à un objectif particulier. L apprentissage des conditions de l observation, en orientant et guidant le regard de l observateur (lieux de focalisation de l attention, utilisation d outils de recueil de données sur le jeu de son partenaire ), constituera une des fonctions «d étayage» (Bruner) dévolue à l enseignant afin de guider les élèves dans leurs apprentissages. On se situe ici dans le champ capacitaire de l identification avec une focalisation de l attention sur des indices précis et l interprétation des effets de l action. - du raisonnement : cette appropriation des contraintes à manipuler par l élève lui permet d entrer ensuite dans une phase de recherche où il va expérimenter différentes configurations possibles de manipulations des contraintes en vue d optimiser ses résultats. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la démarche expérimentale avec un travail de mise en relation de procédures et de contrôle de leurs résultats. Au-delà de cette sollicitation de l élève au niveau réflexif, la caractéristique propre de cette phase exploratoire est de «laisser le droit à l erreur» pour l élève qui peut alors tester différentes configurations de jeu (manipuler différents niveaux de contraintes) sans que cela ne soit préjudiciable directement sur l issue de la rencontre. De ceci découle chez l élève une sollicitation accrue de sa curiosité, il s ouvrira alors plus facilement (son estime de soi étant préservée par le contexte mis en œuvre) en osant expérimenter des configurations de jeu particulières et tentera de dépasser son niveau actuel dans la mesure où cette phase ne constitue pas une recherche d efficacité immédiate et maximale. L activité réflexive et d engagement de l élève au cours de cette recherche ne peut évidemment se concevoir sans activité motrice et donc sollicite forcément des modes d actions particuliers chez l élève au regard de ses capacités actuelles et des configurations de contraintes expérimentées. Second temps : la phase de concertation / choix Cette étape inscrit l élève dans une activité de prise de décision sans contrainte de temps. Il s agit pour lui d arrêter les conditions de la rencontre à venir dans le but d être «performant» dans la phase exécutoire. L élève est alors confronté à une nécessité de validation / invalidation de connaissances construites lors de la phase d exploration en se projetant par l élaboration d hypothèses d efficacité. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la planification.

7 Ce temps implique également, au regard des modes de groupement utilisés, une concertation entre élèves dont les intérêts sont communs. On sollicite ici un engagement coopératif (compagnonnage cognitif, interactions collaboratives ) chez l élève ce qui met en jeu le champ capacitaire de l empathie pour optimiser au mieux l exploitation des potentialités de chaque membre du groupe. Troisième temps : la phase exécutoire Cette étape est avant tout une phase de réinvestissement et d actualisation des connaissances construites précédemment qui se donne à voir dans les conditions de rencontre préalablement déterminées. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la transposition. Cette phase engage l élève dans une recherche d efficacité immédiate et maximale où la priorité est de «réussir» et donc où l erreur n est plus autant permise qu au préalable. L enjeu de la rencontre oblige l élève à se contrôler pour s adapter au mieux aux perturbations induites par le contexte (panique, tension ). Enfin, le niveau de contraintes choisi détermine une sollicitation particulière des modes d action fondamentaux mis en jeu par l élève. On peut concevoir qu entre les phases deux et trois (cf. modélisation) des allers-retours se fassent afin de permettre une actualisation régulière de la stratégie choisie au regard de l évolution du rapport de force en phase exécutoire. De ce format exposé au travers de ces trois phases successives décrites ci-dessus découle bien une sollicitation de la conduite motrice de l élève dans ses trois composantes : penser, agir et s engager. A chaque niveau, les trois composantes de la conduite interviennent de façon plus ou moins prégnante et prioritaire (se donne à voir dans le schéma par l épaisseur de la flèche) : 3.2 Les contraintes proposées à l autorégulation et le pôle de la réalisation C est bien dans la nature, le niveau des contraintes et dans leur association que se situe la sollicitation parti-

8 culière des modes d action fondamentaux mis en jeu dans la conduite motrice. - la contrainte spatiale telle qu elle est proposée dans notre illustration met en jeu prioritairement les champs capacitaires de l ajustement postural et de la structuration spatiale (apprécier des directions et des espaces ). - la contrainte relative aux types de frappes et trajectoires produites quand à elle sollicitera prioritairement les champs capacitaires de l ajustement postural, de la structuration temporelle et de la coordination. - la contrainte du niveau de pression temporelle a un impact capacitaire qui touche prioritairement le mode d engagement de l élève qui se retrouve sur une gestion du couple risque/sécurité. L e s contraintes M o d e s d a ction f o n d a m e n taux 3.3 Les modes de groupement imposés par le format et le pôle de l engagement Le format est l expression d une articulation sociale singulière du travail scolaire. Le format proposé ici est basé sur : - un fonctionnement des groupes en autonomie. Hastie (1996) montre que les élèves apprécient particulièrement le travail en autonomie en collaboration avec leurs pairs et ont le sentiment de mieux comprendre (compagnonnage cognitif) ce qu il faut qu ils fassent pour progresser (pôle de l engagement et de la réflexion). - la mise en interaction des élèves, basée sur la coopération et la concertation. Une expérimentation menée par Lafont et coll. (Revue STAPS 2006) montre que les interactions verbales induites par le format apportent un effet favorable sur la construction de compétences tactiques (pôle réflexif). - un regroupement des élèves dans la coopération constitué sur la base de niveaux dissymétriques (niveaux hétérogènes). Cette même expérience montre que ces interactions sociales dissymétriques instaurées par le format pédagogique permettent aux sujets initialement faibles d obtenir des bénéfices plus importants qu en situation d interactions symétriques.

9 L e s f o rmes de g r o u p e m e n t L e s modes d e n g a g e m e n t Conclusion : Amener l élève à être acteur et auteur de ses apprentissages passe à n en pas douter par une prise en charge autonome des conditions de construction de ses connaissances. Cette autonomie n est cependant pas donnée d emblée et nécessite un long cheminement où l enseignant devra faire preuve de toute son ingéniosité pour amener l apprenant à identifier, puis s approprier, les conditions de cette acquisition centrale et majeure. La conception que nous avons tenté de développer ici, au travers la mise en place d un format pédagogique particulier structuré autour de l apprentissage par autorégulation de la conduite motrice, renvoie à cette volonté. En permettant à l élève de construire et d articuler des connaissances dans les trois composantes de sa conduite motrice, au travers d un format pédagogique à caractère transversal, réutilisable dans différents contextes de pratique, nous mettons en avant notre conception de l élève physiquement éduqué. Les connaissances ainsi intégrées permettent à l élève de comprendre les contextes mis en œuvre par l enseignant, de s y adapter et, finalement, de s en libérer (visée émancipatrice de l enseignement).

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE

LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE SOMMAIRE ) INTRODUCTION ET DEFINITION. Les constituants du système de jeu et leur fonctionnement. La loi fonctionnelle du jeu de volley ball. Terminologie. )

Plus en détail

Groupe de pilotage Compétence N 4. «Proposition de continuum de formation de la 6 ème à la terminale» Activité support : BADMINTON Tome 1 : le collège

Groupe de pilotage Compétence N 4. «Proposition de continuum de formation de la 6 ème à la terminale» Activité support : BADMINTON Tome 1 : le collège Groupe de pilotage Compétence N 4 «Proposition de continuum de formation de la 6 ème à la terminale» Activité support : BADMINTON Tome 1 : le collège Auteur : Hugues ROLAN Contribution(Hugues(ROLAN Page1

Plus en détail

Les sports de raquette vus sous l angle de l évolution des rapports de forces.

Les sports de raquette vus sous l angle de l évolution des rapports de forces. Les sports de raquette vus sous l angle de l évolution des rapports de forces. Romain LEPRÉVOST Professeur EPS Collège Politzer Evreux Page 1/44 Sommaire 1. L évolution des rapports de forces...3 2. Description

Plus en détail

Athlétisme : Course de haies

Athlétisme : Course de haies www.contrepied.net 1 Athlétisme : Course de haies Y. Humbert, E. Le Levé, A. Roger Février 2009 1. Définition, enjeux et analyse des problèmes posés par l activité Le problème central posé par la course

Plus en détail

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table EPS ADAPTEE Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table Modalité de pratique : 1 CYCLE de 7 séances de 2h00. Les élèves inaptes sont intégrés au groupe classe ou groupe adapté Situation support caractéristique

Plus en détail

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné

Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné Le Projet éducatif du Réseau officiel subventionné "S'il n'y avait pas l'enfant à élever, à protéger, à instruire et à transformer en homme pour demain, l'homme d'aujourd'hui deviendrait un non-sens et

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

PROGRAMMES Proposition HANDBALL

PROGRAMMES Proposition HANDBALL PROGRAMMES Proposition HANDBALL B. Cremonesi P. Jeannin Merci à Max Esposito et Maurice Portes d avoir aimablement et largement participé à la réalisation de cette proposition Des compétences identiques

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

L objectif de cette intervention est d expliquer la construction intellectuelle ayant mené à l élaboration du nouveau parcours de formation et de

L objectif de cette intervention est d expliquer la construction intellectuelle ayant mené à l élaboration du nouveau parcours de formation et de 1 L objectif de cette intervention est d expliquer la construction intellectuelle ayant mené à l élaboration du nouveau parcours de formation et de décrire les points forts de la réforme. 2 Le référentiel

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Les parcours de motricité à l école maternelle

Les parcours de motricité à l école maternelle Les parcours de motricité à l école maternelle Pour commencer, quelques idées reçues : 1) «Le parcours de motricité, pratiqué tous les jours, suffit pour couvrir la programmation EPS» NON, car : Il manque

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE

OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE OUTIL D AIDE A l ELABORATION D UNE FORMATION PEDAGOGIQUE Construire une formation pédagogique c est : Considérer L origine. Le public ciblé La forme Les objectifs Le rôle du formateur L andragogie Choisir

Plus en détail

Formation des entraîneurs niveau 2 fédéral spécifique moins de 16 ans

Formation des entraîneurs niveau 2 fédéral spécifique moins de 16 ans Formation des entraîneurs niveau 2 fédéral spécifique moins de 16 ans 1 Connaître le public : A / Les caractéristiques des joueurs moins de 16 ans : Période de turbulences (adolescence) que connaissent

Plus en détail

Impliquer l élève dans le processus d évaluation

Impliquer l élève dans le processus d évaluation ECES 20 août 2014 Walther.Tessaro@unige.ch Impliquer l élève dans le processus d évaluation Préambule Il est certainement très utile d ouvrir les yeux des enseignants. Ne serait-il pas plus utile d ouvrir

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

F.S.S.E.P. Université Lille 2 Préparation à l écrit 2 du C.A.P.E.P.S. externe 2009

F.S.S.E.P. Université Lille 2 Préparation à l écrit 2 du C.A.P.E.P.S. externe 2009 F.S.S.E.P. Université Lille 2 Préparation à l écrit 2 du C.A.P.E.P.S. externe 2009 Le rapport «enseigner-apprendre» : obstacles et voies de dépassement (notions de processus s d acquisitions, s de contournement

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

Évaluer les compétences : obstacles et solutions pour l enseignant d EPS

Évaluer les compétences : obstacles et solutions pour l enseignant d EPS Revue n 2, Janvier 2012 La construction de compétences Évaluer les compétences : obstacles et solutions pour l enseignant d EPS Stéphane ROUBIEU Professeur Agrégé EPS, Angers (49) L évaluation constitue

Plus en détail

Processus d acquisitions. évaluations. en EPS. au COLLEGE

Processus d acquisitions. évaluations. en EPS. au COLLEGE Processus d acquisitions ET évaluations en EPS au COLLEGE Tout le sujet mais rien que le sujet Processus d acquisitions Evaluations COLLEGE SUJET Quel est l objet du devoir? LIEN entre Processus d acquisitions

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon

La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon La plus grande des immoralités est de faire un métier qu on ne sait pas. Napoléon Réalisé par le commandant Franck-Emmanuel Dubois, ingénieur pédagogique de l Ecole d Application de la Sécurité Civile

Plus en détail

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers

Formation Team Building entre Managers. Formation Team Building entre Managers 1/6 Accueil du Public Six Sigma opérationnel Gestion du stress et préservation de soi Pratique de la Médiation Gestion du temps Négociation Pratique Prise de parole en public Coaching individuel Préparation

Plus en détail

Groupe de pilotage Compétence N 4. «Proposition de continuum de formation de la 6 ème à la terminale» Activité support : FOOTBALL Tome 2 : le Lycée

Groupe de pilotage Compétence N 4. «Proposition de continuum de formation de la 6 ème à la terminale» Activité support : FOOTBALL Tome 2 : le Lycée Groupe de pilotage Compétence N 4 «Proposition de continuum de formation de la 6 ème à la terminale» Activité support : FOOTBALL Tome 2 : le Lycée Auteurs : Joël Andreani, Olivier Labbé Page 1 Table des

Plus en détail

COURSE D ORIENTATION Construction de savoirs du cycle 1 vers le cycle 3

COURSE D ORIENTATION Construction de savoirs du cycle 1 vers le cycle 3 COURSE D ORIENTATION Construction de savoirs du cycle 1 vers le cycle 3 1. La course d orientation A la manière de SOMMAIRE 2. Spécificité et traitement didactique de l activité 2.1.Définition Essence---

Plus en détail

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Direction des sports Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Cycle 2 Document pédagogique élaboré par E.Reig E.T.A.P.S de la Direction des Sports de la ville de joué lès Tours 2011

Plus en détail

REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES

REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES REFERENCES INSTITUTIONNELLES, THEORIQUES, DIDACTIQUES I- DES REFERENCES Institutionnelles Programmes 2008 : Agir et s exprimer avec son corps. S approprier le langage Historiques Domaine disciplinaire

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

INTRODUCTION construction d un jeu d attaque, construction d un jeu de défense.

INTRODUCTION construction d un jeu d attaque, construction d un jeu de défense. SOMMAIRE 1 - Introduction. 2 - Définition de l activité. 3 - Les règles d or. 4 -. 5 - La démarche. 6 - Le plan de la leçon. 7 - Les situations. 8 - L évaluation : * des comportements observables. * des

Plus en détail

École de coaching BEY OND KNO W L EDG E. coaching-cegos.fr. Bien plus que des savoirs

École de coaching BEY OND KNO W L EDG E. coaching-cegos.fr. Bien plus que des savoirs École de coaching coaching-cegos.fr Bien plus que des savoirs BEY OND KNO W L EDG E L école de coaching Cegos accréditée ICF TM Notre mission Le coaching professionnel se définit comme une relation suivie

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

INITIATION AUX NOUVEAUX SPORTS

INITIATION AUX NOUVEAUX SPORTS INITIATION AUX NOUVEAUX SPORTS Ce service permet aux enfants, adolescents, adultes de découvrir différentes pratiques physiques et sportives, disciplines nouvelles permettant d éveiller leur curiosité

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire

MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire Université Saint-Joseph Faculté des Sciences de l Éducation MANUEL DES STAGES Master professionnel Option : Gestion Scolaire 2014 2015 Faculté des Sciences de l Education, mis à jour 26 novembre 2014 TABLE

Plus en détail

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques)

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) TITRE: De la proportionnalité aux statistiques, pour une efficacité individuelle et collective. I Caractéristiques

Plus en détail

Description du projet. La visée

Description du projet. La visée Description du projet La visée «Dans une conjoncture économique difficile et incertaine, dans un environnement de travail sans cesse évolutif, devant des risques répétés de perte d emploi,, celui qui pourra

Plus en détail

1 Points d appuis théoriques sur les sports collectifs :

1 Points d appuis théoriques sur les sports collectifs : 1 Points d appuis théoriques sur les sports collectifs : Les sports collectifs : exemple de situations problèmes «Sport co en milieu scolaire, 1984,Amicale des enseignants d EPS» Du fait de l interaction

Plus en détail

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9

Module 6 heures. Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 Module 6 heures Rappel 2 I. Les points de passage obligés 4 II. Les ressources et points d appui 9 VADE-MECUM - Découverte professionnelle - Module 6 heures 1 Rappel Le module de découverte professionnelle

Plus en détail

Programme d E.P.S. de l Ecole

Programme d E.P.S. de l Ecole Programme d E.P.S. de l Ecole Primaire CONNAISSANCE DU MILIEU SCOLAIRE Ecu 1.2.3.4 F.S.S.E.P LILLE 2 L.MICHEL-connaissance des milieux FSSEP Université Lille 2 1 SOMMAIRE PRESENTATION DU Eduscol.education.fr

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Livret informatique BTS Assistant Manager

Livret informatique BTS Assistant Manager Livret informatique BTS Assistant Manager Document d accompagnement Novembre 2008 1/12 I/ Présentation du livret informatique Principes généraux Le livret informatique utilisé en BTS Assistant de Manager

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

Evaluation des compétences et portfolio Michel Vial, MCF, Aix-Marseille Nicole Mencacci, MCF, Nice 19 septembre 2007, Chalon sur Saône

Evaluation des compétences et portfolio Michel Vial, MCF, Aix-Marseille Nicole Mencacci, MCF, Nice 19 septembre 2007, Chalon sur Saône (2007) Evaluation des compétences et portfolio. Conférence à Chalon, organisée par le rectorat de Dijon Evaluation des compétences et portfolio Michel Vial, MCF, Aix-Marseille Nicole Mencacci, MCF, Nice

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

COURSE en DUREE (CP 5) Stage PAF 17/02/2012. James JOSEPH (2012)

COURSE en DUREE (CP 5) Stage PAF 17/02/2012. James JOSEPH (2012) COURSE en DUREE (CP 5) Stage PAF 17/02/2012 Mises en œuvre des Programmes (Textes de 2001 applicables pour le Bac GT de 2012) (Textes de 2009 pour les LP) (Textes de 2010 dans la perspective de 2013) CONCEVOIR

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Formations pour Cadres et Collaborateurs 2015-2016. Faites. la différence

Formations pour Cadres et Collaborateurs 2015-2016. Faites. la différence Formations pour Cadres et Collaborateurs 2015-2016 Faites la différence Avec le CRPM, faites la différence... Un cours pour chaque besoin Management, communication, organisation, développement personnel

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Ateliers de formation professionnelle :

Ateliers de formation professionnelle : Informations de l'unité d'enseignement Implantation Ecole Normale Catholique du Brabant Wallon Cursus de Bachelier - AESI en - langue étrangère Préparer et réaliser une ou plusieurs séquences d enseignement

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

La qualité de la relation la «CLEF» de votre succès commercial

La qualité de la relation la «CLEF» de votre succès commercial La qualité de la relation la «CLEF» de votre succès commercial La qualité de la relation commerciale au cœur de la vente Plus que jamais la dimension relationnelle est la clef de toute négociation commerciale.

Plus en détail

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales Les liens entre les Compétences Méthodologiques et Sociales et le Socle Commun de Connaissances et de Compétences. GRA 2011 Orléans-Tours 1 Le plan d intervention 1. Rappel institutionnel : Les C.M.S.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Référentiel de compétences du coaching individuel (version décembre 2006)

Référentiel de compétences du coaching individuel (version décembre 2006) Référentiel de compétences du coaching individuel (version décembre 2006) Notre philosophie du référentiel de compétences Ce référentiel a été construit dans la perspective du coaching individuel tel que

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse

DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse DIPLOME UNIVERSITAIRE «MANAGEMENT D UNE CARRIERE DE SPORTIF PROFESSIONNEL» Dossier de presse POURQUOI? Favoriser la poursuite d études ou de formations dans le but d assurer l équilibre du sportif en activité

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

CP5 Les fondamentaux

CP5 Les fondamentaux CP5 Les fondamentaux La plupart des informations qui suivent sont issues du Séminaire National CP5 Mai 2010. CP5 Les fondamentaux... 1 1. Les enjeux :... 1 1.1. Pourquoi une attention particulière sur

Plus en détail

Pratiques du coaching

Pratiques du coaching Pratiques du coaching Matthieu Poirot Psychologue social et docteur en gestion Fondateur et dirigeant Pour me contacter : matthieu.poirot@midori-consulting.com ou au 06-61-15-87-24 Les 5 conséquences négatives

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

«Argumentaire» À propos d un type d affrontement

«Argumentaire» À propos d un type d affrontement Formation initiale «Argumentaire» À propos d un type d affrontement Nous vous proposons une situation extraite du livre «la formation initiale» (page 80-81) de Maurice Portes auquel cet article fait référence.

Plus en détail

Gerard-Samuel.Braon@ac-reunion.fr 13/10/2013. Gérard Samuël BRAON, P. EPS, Formateur FPC EPS, ac-rérunion

Gerard-Samuel.Braon@ac-reunion.fr 13/10/2013. Gérard Samuël BRAON, P. EPS, Formateur FPC EPS, ac-rérunion Formateur FPC EPS, acrérunion COMPETENCES METHODOLOGIQUES ET SOCIALES et Acquisition de COMPETENCES MOTRICES en Education Physique et Sportive (SUPPORT DE LA FPC EPS /CP3DANSE 20132014) 1 GerardSamuel.Braon@acreunion.fr

Plus en détail

Dans le cadre du parcours du lycéen, l Accompagnement Personnalisé c est un nouveau dispositif qui doit permettre de

Dans le cadre du parcours du lycéen, l Accompagnement Personnalisé c est un nouveau dispositif qui doit permettre de Les démarches pédagogiques et les tâches proposées lors des 72 heures de l accompagnement personnalisé en classe de seconde, quelle mise en lien avec les enseignements généraux et les enseignements d exploration?

Plus en détail

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS - 6 e BO n 29 du 18 juillet 1996 - Cycle central BO n 5 du 30 janvier 1997 et BO hors série n 1 du 13 février 1997-3 e BO n 10 du 15 octobre 1998 RÉFÉRENCES OFFICIELLES - Arrêté du 8 juillet 2008 - J.O.

Plus en détail

Contenus d entraînement

Contenus d entraînement Contenus d entraînement Une réflexion a été menée par la Commission Technique depuis août 2010 sur la formation du jeune joueur dans le Morbihan, et les règles aménagées à mettre en place afin de faire

Plus en détail

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif Application à l enseignement du jazz avec le jeu Pads n Swing guillaume.denis@ensmp.fr Centre de recherche en informatique Ecole des mines de Paris

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

APPROCHE TRANSVERSALE DES SPORTS COLLECTIFS AU CYCLE 3 SOMMAIRE. 1. Définition page 2. 2. Les enjeux de l activité page 2

APPROCHE TRANSVERSALE DES SPORTS COLLECTIFS AU CYCLE 3 SOMMAIRE. 1. Définition page 2. 2. Les enjeux de l activité page 2 APPROCHE TRANSVERSALE DES SPORTS COLLECTIFS AU CYCLE 3 SOMMAIRE 1. Définition page 2 2. Les enjeux de l activité page 2 3. Les principes d action page 2 4. Les exigences de l activité page 3 5. Les niveaux

Plus en détail

4 courants de l EPS de 1985 à 1998

4 courants de l EPS de 1985 à 1998 4 courants de l EPS de 1985 à 1998 Annick DAVISSE, Michel DELAUNAY, Paul GOIRAND, Jean ROCHE Coordonné par Patrick SENERS AVANT-PROPOS... XVII Première partie ENTRE 1987 ET 1990, LE GIP DE CRÉTEIL : UNE

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010

eduscol Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Physique-chimie Grilles de compétences Mai 2010 eduscol Physique-chimie Former et évaluer par compétences dans le cadre des activités expérimentales Grilles de compétences Mai 2010 MEN/DGESCO eduscol.education.fr/spc Former et Evaluer par s dans le

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

ACADEMIE DE MARTINIQUE STAGE DE BADMINTON. 29 et 30 Mars 2007

ACADEMIE DE MARTINIQUE STAGE DE BADMINTON. 29 et 30 Mars 2007 ACADEMIE DE MARTINIQUE STAGE DE BADMINTON 29 et 30 Mars 2007 A. LE REGLEMENT Hauteur du filet : 1m50 Limites du terrain Tirage au sort : on jette le volant en l air, la direction du bouchon indique le

Plus en détail

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif EPS 2.0 Expérimentation académique de tablettes numériques tactiles Luc di Pol Interlocuteur académique pour le numérique en EPS Académie de Nancy-Metz La genèse du projet une initiative de la DANE dans

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Stage professionnel en responsabilité - B Suivi des semestres 1 et 2

Stage professionnel en responsabilité - B Suivi des semestres 1 et 2 Filière Enseignement secondaire I Stage professionnel en responsabilité - B Suivi des semestres 1 et 2 Haute Ecole Pédagogique Document à l usage des étudiants, des praticiens formateurs et des professeurs

Plus en détail

Se Série d apprentissages en ligne LGMA-ACAM automne 2012

Se Série d apprentissages en ligne LGMA-ACAM automne 2012 Planification en 10 étapes faciles pour une participation citoyenne réussie Jeudi 11 et vendredi 12 octobre Le service à la clientèle dans le secteur publicr Mardi 16 et mercredi 17 octobre Introduction

Plus en détail

Note d orientations de formation 2016

Note d orientations de formation 2016 Note d orientations de formation 2016 PREAMBULE Le plan de formation 2016 va se faire dans un contexte difficile, même si l accord de branche est signé (mais non encore agréé). De fait la part d investissement

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

Z Animateurs de processus

Z Animateurs de processus FORMATION des Z Animateurs de processus 16 jours pour développer votre posture et acquérir les outils nécessaires à l animation agile de groupe Intervenants certifiés : AT, MBTI, Méthodes Agiles P I E

Plus en détail

Formation des chefs de chœur

Formation des chefs de chœur UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V (ED 0433) Concepts et langages Laboratoire de recherche EA 206 Observatoire Musical Français T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Francis Bergé, PNP à Toulouse et Lille 11 et 18 Mai 2010

Francis Bergé, PNP à Toulouse et Lille 11 et 18 Mai 2010 Francis Bergé, PNP à Toulouse et Lille 11 et 18 Mai 2010 Retour sur quelques notions: La Santé La Culture scolaire la CP5 et les ASDEP Le Savoir S entraîner...en CP5 Dans les programmes lycées Les étapes

Plus en détail