U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E"

Transcription

1 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E M O T R I C E : PENSER, S INVESTIR ET RÉALISER Y O A N N POULIQUEN / ANNE C L A I R E H O U Z E Introduction L enjeu de la démarche d enseignement qui va être présenté ici s inscrit dans le souci des auteurs de placer l élève dans une activité et un contexte sollicitant les trois composantes de sa conduite motrice. Pour satisfaire à cette préoccupation, le choix est fait de s appuyer sur «un format pédagogique» stable qui place l élève dans un couplage particulier avec le milieu dans lequel il évolue, tout au long d un cycle d enseignement. De cette mise en relation particulière entre l élève et son environnement émergera une sollicitation différenciée sur les champs capacitaires requis chez l élève pour satisfaire aux contraintes qui se présenteront à lui. Il s agit donc, dans ce cadre, de décrypter comment la forme d enseignement adoptée par l enseignant (la forme pédagogique) est déterminante dans l articulation des capacités mises en œuvre par l élève dans sa conduite motrice. I. La notion de format pédagogique 1.1. Définition du concept : L organisation de notre réflexion autour de la notion de «format pédagogique», en lieu et place des traditionnels «tâches» ou «dispositifs», n est pas neutre. Ce choix terminologique nous permet en effet de situer notre analyse de l acte d enseignement-apprentissage dans une perspective théorique dite de la «cognition distribuée». De ce point de vue, il faut envisager l élève qui apprend dans la relation qu il crée et entretient avec le milieu dans lequel il est immergé. Des conditions (spatiales, temporelles, sociales ) «offertes» par le format mise en œuvre par l enseignant va émerger une mise en situation (un «couplage») particulière des élèves. Des formats mis en œuvre découlent des intentions éducatives retenues par l enseignant et «sont autant de moyens d organiser l activité des élèves que de leur signifier, implicitement le plus souvent, qu ils sont ou qu ils vont s engager dans une activité d apprentissage particulière» (Ciséron). Les propositions que nous ferons par la suite vont tenter d immerger l élève qui apprend dans un format pédagogique particulier où les trois composantes de sa conduite motrice seront sollicitées. Le concept de format pédagogique est conçu par Durand (1998) comme l émergence d un dispositif structuré d instruction, conduit par un processus de sélection et d organisation des éléments disponibles dans le contexte (espace, temps, matériel pédagogique) et tenant compte des capacités des élèves à travailler seuls, en coopération, à écouter ou à s engager C est une proposition particulière coordonnant d une façon singulière parmi un champ de possibles élargi, l activité des différents acteurs en interaction. Dès lors, l intérêt des formats est de montrer comment les activités des différents protagonistes s articulent dans le décours des situations Un format au service d une conception de l enseignement : Il est difficilement envisageable de concevoir un format pédagogique sans se poser la question au préalable de l objectif recherché (les acquisitions attendues). En effet, c est de la forme (le format pédagogique) qu émerge le fond (l acquisition de la compétence). Nous entendons par compétence «la mobilisation pertinente de capacités pour traiter une situation ou un type de situations dans un contexte donné». 1

2 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 En d autres termes, le contexte (format pédagogique) supporte une partie de l action (conduite motrice) et dans le cadre de l EPs (éducation physique scolaire), l accent n est pas mis sur l analyse des APS telles qu elles existent mais sur les activités qu elles suscitent (champs capacitaires mis en jeu) en relation avec les contextes dans lesquels elles se déploient. Le format pédagogique qui va être ici présenté est guidé par une conception fonctionnelle de l apprentissage où le «savoir-faire» n est pas premier, mais où il est un moyen au service de l action. En ce sens, nous rejoignons l idée selon laquelle, les mobiles d action sont premiers (dossier EPS N 76 page 18). Par conséquent, le point de départ se situe dans l individu qui agit, de sa raison d agir dont l origine renvoie tant aux champs capacitaires de l engagement que de la pensée, et dont il émergera une recherche d adaptation de la part de l apprenant. Cette recherche d appropriation par l élève, nous amène à faire le choix de les confronter à un format pédagogique basé sur l autorégulation. II. Un format pédagogique particulier : l autorégulation par le choix des contraintes de jeu 2.1. Structuration et propriétés du format : Format pédagogique et compétence attendue : Comme convenu précédemment, le choix d un format répond à une intention éducative sous-jacente qui est première. Afin de justifier au mieux le format qui sera exposé par la suite, nous rappelons qu il est un outil au service de l atteinte d une compétence, laquelle est contextualisée. Dans cette perspective, nous aborderons et traiterons l activité badminton par la stratégie et non la technique (niveau 2 collège). Compétence attendue : «élaborer et actualiser une tactique (autoréguler : pôle réflexif) par l utilisation de différentes stratégies (manipulation de contraintes : pôle de la réalisation) pour s adapter au jeu adverse et à l évolution du rapport de force (coopérer et s opposer : pôle de l engagement)» Trois temps au service de l autorégulation Le format pédagogique utilisé va être décrit selon un séquençage d activités particulières qui organisent et co-déterminent le travail des élèves et de l enseignant suivant des bornes temporelles. Premier temps : la phase exploratoire Cette étape consiste à confronter l élève aux caractéristiques de la rencontre. Il s agira pour lui d identifier et d interpréter les particularités du rapport de force en présence afin de les exploiter au mieux pour optimiser la réalisation à venir dans la phase exécutoire. Second temps : la phase de concertation / choix Cette étape inscrit avant tout l élève dans une activité décisionnelle basée sur la validation/invalidation des connaissances (C. Sève in L apprentissage) construites précédemment. Il s agit pour lui d arrêter les conditions de la rencontre à venir dans le but d être «performant» dans la phase exécutoire. Troisième temps : la phase exécutoire Cette étape est avant tout une phase de réinvestissement et d actualisation des connaissances construites précédemment et qui se donnent à voir dans les conditions de rencontre préalablement déterminées Les contraintes à manipuler et l autorégulation du niveau de difficulté L autorégulation du niveau de difficulté passe par l optimisation des choix de contraintes personnalisées qui tient compte de : - la combinaison / sélection des contraintes (nature, difficulté ) - des caractéristiques du jeu de ses adversaires/partenaires et de son propre jeu. 2

3 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 C O N T R A I N T E S S O U M I S E S A L A U T O R E G U L A T I O N NATURE NIVEAU EN COOPERATION EN OPPOSITION Niv. 1 Renvoi en «zone de confort» Terrain réduit en largeur Contrainte spatiale Niv. 2 Maxi 2 renvois consécutifs du même côté (G/D) Zone du fond ou de l amorti interdite Niv. 3 Maxi 2 renvois consécutifs à la même profondeur (avant/arrière) Renvoi obligatoire en «zone de confort» Contrainte de pression temporelle Niv. 1 5 tentatives autorisées Conclure en 5 frappes maxi Niv. 2 3 tentatives autorisées Conclure en 3 frappes maxi Niv. 3 1 seule tentative autorisée Conclure en 2 frappes maxi Contrainte liée aux types de frappes et de trajectoires Niv. 1 Niv. 2 Niv. 3 Toutes formes de frappes autorisées Frappes main basse interdites Frappes main haute interdites Trajectoires descendantes interdites Renvoi obligatoire en frappes main basse Dans le cadre d un cycle d enseignement, les 3 formes de contraintes proposées à l auto-régulation sont abordées et manipulées de façon progressive afin de respecter les principes de progressivité et de complexification inhérents à tout apprentissage Modes de groupement : une communauté de pratique et d intérêts FICHES ELEVES Coopération avec contrainte spatiale Coopération avec contrainte temporelle Opposition avec contrainte spatiale La coopération, un prélude à l opposition Groupes homogènes entre eux mais hétérogènes en leur sein de 4 élèves (N1/N2/N3/N4) qui renvoie au niveau de jeu et à la hiérarchisation des élèves dans chaque niveau de jeu. Pour constituer les groupes, nous croisons deux logiques complémentaires : niveau de jeu coopératif («le meilleur partenaire») et niveau de jeu en opposition (le classement en montante-descendante). Il s agit de réaliser un nombre prédéfini d échanges consécutifs dans la configuration de jeu retenue (agencement spécifique des contraintes en fonction des caractéristiques de la dyade) avec chaque partenaire de son groupe. 3

4 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 En opposition, une pratique duelle où l on co - opère pour s opposer 1A 2A 3A 4A Rencontres Une coopération par le coaching : à chaque rencontre, les joueurs ont un partenaire qui observe et relève des données pendant la phase exploratoire pour guider le joueur dans le choix de la contrainte (cf. fiche de «la contrainte gagnante»). Une coopération par l interdépendance des résultats : les scores des joueurs d une même équipe sont liés par la recherche d une victoire d équipe qui tient compte de l ensemble des résultats des quatre rencontres. 1B 2B 3B 4B Formes de pratiques mises en œuvre : En coopération, le choix de «la contrainte opti - male» : Il s agit ici de déterminer, au regard des possibilités de chaque joueur, quel est le niveau maximal de contrainte acceptable pour réussir les 15/20 renvois. - La phase exploratoire sert donc à tester différentes configurations possibles de combinaison de contraintes pour identifier progressivement la configuration qui correspond le mieux au niveau des joueurs en présence. On peut s appuyer ici sur l analyse des causes de la rupture dans la continuité des renvois pour déterminer «un axe de travail à privilégier» pour progresser (mise en projet de l élève) puis pour décider du niveau optimal de la contrainte. - La phase de concertation/choix confronte les points de vue des joueurs et des observateurs pour négocier une combinaison de contraintes qui soit accessible au regard de ses possibilités d action : choisir la contrainte optimale. - La phase exécutoire place les élèves en situation de réinvestissement de ce qu ils ont travaillé lors de l exploration et induit forcément un travail de «contrôle de soi» pour gérer le stress induit par l enjeu de cette validation. En opposition, le choix de «la contrainte ga - gnante» : Il s agit ici de déterminer, au regard des caractéristiques du jeu adverse et de son propre jeu, la contrainte qui semble la plus à même de faire évoluer le rapport de force en présence, soit en diminuant les possibilités d utilisation par l adversaire de son point fort, soit en diminuant l utilisation de son propre point faible par l adversaire. - Dès lors, la phase exploratoire sert à identifier chez l adversaire les stratégies de rupture qu il privilégie pour les réduire ou d identifier chez soi, son point faible pour empêcher que l adversaire ne puisse l exploiter. Dès lors, la présence d un partenaire coach qui suit le déroulement de la rencontre avec une lecture guidée de celle-ci favorise l analyse du rapport de force en jeu et ses caractéristiques. - La phase de concertation / choix croise les points de vue du joueur et de son coach/observateur pour arrêter le choix de la contrainte la plus pertinente pour faire basculer ou maintenir le rapport de force en sa faveur : choisir la contrainte gagnante. Cette contrainte peut concerner l adversaire en lui imposant une contrainte limitant son pouvoir d action (zone ou frappe interdite ) Mais elle peut aussi concerner le joueur qui au regard de l analyse du jeu se fixe une contrainte de jeu bonifiée optimisant l exploitation de son point fort (zone ou frappe bonifiée ). Dans les deux cas, on se situe dans l analyse d un rapport de force et la recherche d exploitation à son profit. - La phase exécutoire place l élève en situation de réinvestissement de l analyse faite de la phase exploratoire en exploitant la contrainte choisie. Cette étape induit forcément à un travail de «contrôle de soi» pour gérer le stress de la rencontre. 4

5 2.2. Intérêt de cette «mise en forme» particulière : Construction d un environnement offrant des opportunités pour apprendre : de contraintes subies à des contraintes vécues comme des opportunités pour apprendre La construction et la structuration d un environnement offrant des ressources pour apprendre et des opportunités pour se transformer est au cœur de cette mise en forme pédagogique particulière. L aménagement ainsi proposé par l enseignant vise à placer l apprenant dans des conditions d apprentissages optimales. Ainsi, la structure relativement stabilisée du format, ainsi que «le caractère ritualisé et sécurisant de l activité collective générée par le format» (Brun et Gal-Petitfaux, Revue EPS 317, 2006), permet d engager l élève dans la construction de «routines», à la fois dans la mise au travail ainsi que dans les démarches d apprentissage sollicitées. De cette forme de «stabilité» ainsi mise en place dans le cycle d enseignement naît un contexte où les apprentissages seront facilités pour l élève. Celui-ci sera en effet, au fil des séances, «délesté» de la nécessité d engager certaines ressources (cognitives, émotionnelles et énergétiques) dans les situations auxquelles il sera confronté : - Au niveau cognitif tout d abord, la structure relativement stable des formes de travail permettra aux élèves de «libérer» leurs structures cognitives pour le traitement et l analyse (cf. modèle de Paillard) de nouvelles «contraintes» mises en jeu. - Sur le plan émotionnel ensuite, l appréhension liée à l incertitude du contexte et des formes de pratiques proposées (principalement les formes compétitives où l affrontement et le duel entre les élèves sont mis en avant) est en partie dissipée, ce qui permet à l élève de s engager dans une démarche plus fonctionnelle dans son rapport aux situations. Dans le format pédagogique que nous présentons, le contexte ainsi que les adversaires ne présentent plus d emblée une «mise en danger» pour les «moins compétents», mais un adversaire à déstabiliser, ce qui apaise le retentissement affectif provoqué par l enjeu de la situation et / ou de l affrontement. Dans cette perspective, le format mis en place préserve, voir renforce, le «sentiment de compétence» de l élève. Les champs capacitaires relatifs à «la maîtrise des émotions», à «l empathie» ou encore à «l interprétation et la reconnaissance» du milieu sont donc d emblée requis et sollicités dans le format pédagogique co-construit par l interaction du groupe classe avec l environnement façonné au fil des séances. Ceci ouvre l opportunité pour les élèves d investir et de développer de nouveaux champs capacitaires nécessaires à l atteinte de la compétence visée Guidage et régulation de l enseignant : Si la structure du format retenu amène les élèves à travailler en autonomie et de façon auto-régulée en investissant une multitude de champs capacitaires différents, l activité de l enseignant reste essentielle. Ce dernier, au travers d interventions différenciées au sein des groupes aux différentes phases du format, accompagne les élèves («interaction de tutelle», Bruner, 1983) : - en les guidant dans l analyse de la phase exploratoire - en les sollicitant par le biais d un questionnement sur les causes de leurs réussites ou échecs dans les différents choix effectués - en leur proposant des situations de remédiations - en leur donnant accès à de nouveaux critères de réalisation. L ensemble de ces interventions doit alors permettre aux élèves de s engager dans de nouveaux apprentissages en investissant de nouveaux projets de jeu plus contraignants mais dont la réussite est rendue possible par les formes de travail coopératives inscrites dans le format : - «interactions collaboratives» (Guérin & Péoc h, in L enseignement, 2008) ; - coopération sous forme de «dyades dissymétriques» ; - «compagnonnage cognitif» (aide apporté par un individu à un pair dans l acquisition et la compréhension d une connaissance) ; - «coaching» ; - Tout l enjeu pour l enseignant résidera donc dans sa capacité à adapter son intervention, au travers des formes d interaction retenues pour guider l élève, et dans les phases du format choisies pour intervenir, afin d accompagner les élèves dans la construction de la compétence attendue. En effet, comme le soulignent Brun et Gal-Petitfaux («Un format pédagogique particulier selon l éclairage théorique de l action située»,revue EPS 317, 2006) «cette forme de travail, pour constituer un cadre favorable aux apprentissages, nécessite que l enseignant sache l exploiter et la faire vivre au service des élèves et aux différents moments de la leçon» Un format transposable à d autres activités et dans d autres contextes

6 L objet de notre propos est contextualisé dans une mise en œuvre spécifique au travers d un traitement particulier de l APSA badminton. L intérêt de notre conceptualisation se veut néanmoins plus englobant et généralisant afin d être transposable à d autres supports d activités ainsi qu à d autres contextes disciplinaires. Dans cette perspective, l activité support n est ici qu un prétexte à notre propos, parmi un champ de possibles très vaste et dépassant le simple cadre de notre discipline. C est en effet dans le format retenu que nous envisageons de possibles transferts d une activité à l autre au sein d une année scolaire ou dans le cursus de l élève. Dans les 3 temps identifiés du format pédagogique proposé et au travers des modalités de leur mise en œuvre, nous envisageons la possibilité d une transversalité dans les formes de pratiques vécues par les élèves. Si dans notre proposition de format, les champs capacitaires de la réalisation renvoient à des adaptations plus spécifiques, ceux relatifs à l investissement et à la pensée sont tout à fait ré-investissables et transposables dans des contextes proches et bien au-delà de notre champ disciplinaire. Le caractère transversal de ce format renforce alors la cohérence des propositions de l enseignant et guide les élèves dans leurs apprentissages en leur offrant des repères dans les démarches d apprentissage à mettre en œuvre pour acquérir les compétences attendues définies dans les programmes. III. L articulation des trois composantes de la conduite motrice au cœur du format pédagogique 3.1 Les trois phases du format et leur impact sur les champs capacitaires Premier temps : la phase exploratoire Cette étape consiste à confronter l élève aux caractéristiques de la rencontre. Il s agira pour lui d interpréter les particularités du rapport de force en présence afin de les exploiter au mieux pour optimiser la réalisation à venir dans la phase exécutoire. Les élèves font donc successivement appel aux champs capacitaires : - de l observation : il s agit dans un premier temps de repérer et d identifier des contraintes pour répondre à un objectif particulier. L apprentissage des conditions de l observation, en orientant et guidant le regard de l observateur (lieux de focalisation de l attention, utilisation d outils de recueil de données sur le jeu de son partenaire ), constituera une des fonctions «d étayage» (Bruner) dévolue à l enseignant afin de guider les élèves dans leurs apprentissages. On se situe ici dans le champ capacitaire de l identification avec une focalisation de l attention sur des indices précis et l interprétation des effets de l action. - du raisonnement : cette appropriation des contraintes à manipuler par l élève lui permet d entrer ensuite dans une phase de recherche où il va expérimenter différentes configurations possibles de manipulations des contraintes en vue d optimiser ses résultats. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la démarche expérimentale avec un travail de mise en relation de procédures et de contrôle de leurs résultats. Au-delà de cette sollicitation de l élève au niveau réflexif, la caractéristique propre de cette phase exploratoire est de «laisser le droit à l erreur» pour l élève qui peut alors tester différentes configurations de jeu (manipuler différents niveaux de contraintes) sans que cela ne soit préjudiciable directement sur l issue de la rencontre. De ceci découle chez l élève une sollicitation accrue de sa curiosité, il s ouvrira alors plus facilement (son estime de soi étant préservée par le contexte mis en œuvre) en osant expérimenter des configurations de jeu particulières et tentera de dépasser son niveau actuel dans la mesure où cette phase ne constitue pas une recherche d efficacité immédiate et maximale. L activité réflexive et d engagement de l élève au cours de cette recherche ne peut évidemment se concevoir sans activité motrice et donc sollicite forcément des modes d actions particuliers chez l élève au regard de ses capacités actuelles et des configurations de contraintes expérimentées. Second temps : la phase de concertation / choix Cette étape inscrit l élève dans une activité de prise de décision sans contrainte de temps. Il s agit pour lui d arrêter les conditions de la rencontre à venir dans le but d être «performant» dans la phase exécutoire. L élève est alors confronté à une nécessité de validation / invalidation de connaissances construites lors de la phase d exploration en se projetant par l élaboration d hypothèses d efficacité. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la planification.

7 Ce temps implique également, au regard des modes de groupement utilisés, une concertation entre élèves dont les intérêts sont communs. On sollicite ici un engagement coopératif (compagnonnage cognitif, interactions collaboratives ) chez l élève ce qui met en jeu le champ capacitaire de l empathie pour optimiser au mieux l exploitation des potentialités de chaque membre du groupe. Troisième temps : la phase exécutoire Cette étape est avant tout une phase de réinvestissement et d actualisation des connaissances construites précédemment qui se donne à voir dans les conditions de rencontre préalablement déterminées. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la transposition. Cette phase engage l élève dans une recherche d efficacité immédiate et maximale où la priorité est de «réussir» et donc où l erreur n est plus autant permise qu au préalable. L enjeu de la rencontre oblige l élève à se contrôler pour s adapter au mieux aux perturbations induites par le contexte (panique, tension ). Enfin, le niveau de contraintes choisi détermine une sollicitation particulière des modes d action fondamentaux mis en jeu par l élève. On peut concevoir qu entre les phases deux et trois (cf. modélisation) des allers-retours se fassent afin de permettre une actualisation régulière de la stratégie choisie au regard de l évolution du rapport de force en phase exécutoire. De ce format exposé au travers de ces trois phases successives décrites ci-dessus découle bien une sollicitation de la conduite motrice de l élève dans ses trois composantes : penser, agir et s engager. A chaque niveau, les trois composantes de la conduite interviennent de façon plus ou moins prégnante et prioritaire (se donne à voir dans le schéma par l épaisseur de la flèche) : 3.2 Les contraintes proposées à l autorégulation et le pôle de la réalisation C est bien dans la nature, le niveau des contraintes et dans leur association que se situe la sollicitation parti-

8 culière des modes d action fondamentaux mis en jeu dans la conduite motrice. - la contrainte spatiale telle qu elle est proposée dans notre illustration met en jeu prioritairement les champs capacitaires de l ajustement postural et de la structuration spatiale (apprécier des directions et des espaces ). - la contrainte relative aux types de frappes et trajectoires produites quand à elle sollicitera prioritairement les champs capacitaires de l ajustement postural, de la structuration temporelle et de la coordination. - la contrainte du niveau de pression temporelle a un impact capacitaire qui touche prioritairement le mode d engagement de l élève qui se retrouve sur une gestion du couple risque/sécurité. L e s contraintes M o d e s d a ction f o n d a m e n taux 3.3 Les modes de groupement imposés par le format et le pôle de l engagement Le format est l expression d une articulation sociale singulière du travail scolaire. Le format proposé ici est basé sur : - un fonctionnement des groupes en autonomie. Hastie (1996) montre que les élèves apprécient particulièrement le travail en autonomie en collaboration avec leurs pairs et ont le sentiment de mieux comprendre (compagnonnage cognitif) ce qu il faut qu ils fassent pour progresser (pôle de l engagement et de la réflexion). - la mise en interaction des élèves, basée sur la coopération et la concertation. Une expérimentation menée par Lafont et coll. (Revue STAPS 2006) montre que les interactions verbales induites par le format apportent un effet favorable sur la construction de compétences tactiques (pôle réflexif). - un regroupement des élèves dans la coopération constitué sur la base de niveaux dissymétriques (niveaux hétérogènes). Cette même expérience montre que ces interactions sociales dissymétriques instaurées par le format pédagogique permettent aux sujets initialement faibles d obtenir des bénéfices plus importants qu en situation d interactions symétriques.

9 L e s f o rmes de g r o u p e m e n t L e s modes d e n g a g e m e n t Conclusion : Amener l élève à être acteur et auteur de ses apprentissages passe à n en pas douter par une prise en charge autonome des conditions de construction de ses connaissances. Cette autonomie n est cependant pas donnée d emblée et nécessite un long cheminement où l enseignant devra faire preuve de toute son ingéniosité pour amener l apprenant à identifier, puis s approprier, les conditions de cette acquisition centrale et majeure. La conception que nous avons tenté de développer ici, au travers la mise en place d un format pédagogique particulier structuré autour de l apprentissage par autorégulation de la conduite motrice, renvoie à cette volonté. En permettant à l élève de construire et d articuler des connaissances dans les trois composantes de sa conduite motrice, au travers d un format pédagogique à caractère transversal, réutilisable dans différents contextes de pratique, nous mettons en avant notre conception de l élève physiquement éduqué. Les connaissances ainsi intégrées permettent à l élève de comprendre les contextes mis en œuvre par l enseignant, de s y adapter et, finalement, de s en libérer (visée émancipatrice de l enseignement).

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table EPS ADAPTEE Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table Modalité de pratique : 1 CYCLE de 7 séances de 2h00. Les élèves inaptes sont intégrés au groupe classe ou groupe adapté Situation support caractéristique

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage.

L'apprentissage. La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. L'apprentissage 1 Définitions a. Approche globale La majeure partie des conduites sociales n est pas innée mais acquise par apprentissage. Un apprentissage est l acquisition d un nouveau savoir. Dans la

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

La gestion de l hétérogénéité des élèves : entre culture commune et accès différenciés aux savoirs.

La gestion de l hétérogénéité des élèves : entre culture commune et accès différenciés aux savoirs. La gestion de l hétérogénéité des élèves : entre culture commune et accès différenciés aux savoirs. 1. Des réflexions liminaires : Il est important de replacer la problématique de l hétérogénéité des élèves

Plus en détail

CP5 Les fondamentaux

CP5 Les fondamentaux CP5 Les fondamentaux La plupart des informations qui suivent sont issues du Séminaire National CP5 Mai 2010. CP5 Les fondamentaux... 1 1. Les enjeux :... 1 1.1. Pourquoi une attention particulière sur

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

TACTIQUE PRO Serious Game

TACTIQUE PRO Serious Game TACTIQUE PRO Serious Game Choisir et construire IFMV-VALDOCCO 102, rue Henri Barbusse 95100 Argenteuil 09.61.28.12.57 Responsable du projet : Christine MARY projet.valdocco@gmail.com Le Valdocco est une

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

OPTIMISER LES RELATIONS COACH- ATHLETE POUR LA PERFORMANCE. Gilbert AVANZINI MAP/ DPS / INSEP

OPTIMISER LES RELATIONS COACH- ATHLETE POUR LA PERFORMANCE. Gilbert AVANZINI MAP/ DPS / INSEP OPTIMISER LES RELATIONS COACH- ATHLETE POUR LA PERFORMANCE Gilbert AVANZINI MAP/ DPS / INSEP 4 ème rencontre des entraîneurs TRIATHLON 20 Novembre 2010 RAPPORTS ENTRAINEUR / PERFORMANCE «CHEF DE PROJET»

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

Programme d E.P.S. de l Ecole

Programme d E.P.S. de l Ecole Programme d E.P.S. de l Ecole Primaire CONNAISSANCE DU MILIEU SCOLAIRE Ecu 1.2.3.4 F.S.S.E.P LILLE 2 L.MICHEL-connaissance des milieux FSSEP Université Lille 2 1 SOMMAIRE PRESENTATION DU Eduscol.education.fr

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Impliquer l élève dans le processus d évaluation

Impliquer l élève dans le processus d évaluation ECES 20 août 2014 Walther.Tessaro@unige.ch Impliquer l élève dans le processus d évaluation Préambule Il est certainement très utile d ouvrir les yeux des enseignants. Ne serait-il pas plus utile d ouvrir

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice

DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE. Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice DÉROULEMENT D UNE SÉANCE DE COURS IMPLIQUANT L ÉLÈVE Marie-Madeleine PIROCHE IEN Économie Gestion Académie de Nice Les étapes d une séance de cours Introduire le sujet Dégager la problématique Traiter

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

L ACTE PEDAGOGIQUE D ENTRAINER. Guy Petitgirard Entraineur National FFHB 1 L ACTE D ENTRAINER 1) DU DIAGNOSTIC A L INTERVENTION

L ACTE PEDAGOGIQUE D ENTRAINER. Guy Petitgirard Entraineur National FFHB 1 L ACTE D ENTRAINER 1) DU DIAGNOSTIC A L INTERVENTION L ACTE PEDAGOGIQUE D ENTRAINER 1 L ACTE D ENTRAINER 1) DU DIAGNOSTIC A L INTERVENTION 2 1 LE JEU DE L EQUIPE Répond à des principes S appuie sur un «projet de jeu» Est la résultante de la coordination

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES

Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) SCIENCES HUMAINES SCIENCES HUMAINES Master SCIENCES DE L EDUCATION STRATÉGIE ET INGÉNIERIE DE FORMATION D ADULTES (SIFA) Objectifs former des spécialistes en ingénierie de formation dans les trois niveaux de cette ingénierie

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

«Argumentaire» À propos d un type d affrontement

«Argumentaire» À propos d un type d affrontement Formation initiale «Argumentaire» À propos d un type d affrontement Nous vous proposons une situation extraite du livre «la formation initiale» (page 80-81) de Maurice Portes auquel cet article fait référence.

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

PILOTAGE ACADEMIQUE DES PROGRAMMES. Communiquer et afficher vers l opinion publique

PILOTAGE ACADEMIQUE DES PROGRAMMES. Communiquer et afficher vers l opinion publique PILOTAGE ACADEMIQUE DES PROGRAMMES 1 PROGRAMME Communiquer et afficher vers l opinion publique LISIBILITE - unifier et homogénéiser les contenus - structurer et hiérarchiser les contenus par niveau de

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective»

Formation. «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» Formation «Faire rimer épanouissement personnel et efficacité collective» CATALOGUE DES FORMATIONS 2015-2016 PREAMBULE AYOA conçoit et réalise des formations sur mesure en développement personnel, communication

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Préparation Mentale appliquée à la performance sportive

Préparation Mentale appliquée à la performance sportive Préparation Mentale appliquée à la performance sportive Lamugnière Julien 38 avenue du Limousin 63100 Clermont-Ferrand 06-59-79-14-67 http://mentalup.free.fr La Préparation Mentale «Faire ce que l on sait

Plus en détail

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES

RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES RÈGLES POUR LE PASSAGE D UNE CLASSE À L AUTRE AU PRIMAIRE ET POUR LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES Présentées au conseil d établissement de l école Notre-Dame-du-Rosaire lors de la séance ordinaire du 9 juin 2014.

Plus en détail

«Co-enseigner pour faire progresser

«Co-enseigner pour faire progresser «Co-enseigner pour faire progresser tous les élèves» Formation Maîtres supplémentaires Circonscriptions de Décines, Meyzieu, Vaulx en Velin B. Parrini, A. Sanial-Lanternier, F. Delay-Goyet 28 novembre

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons

La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons La danse : un moyen d illustrer le processus de création Un travail de composition en exploitant un éventail de combinaisons Le processus de création est une activité intellectuelle complexe qui nécessite

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire Service de l évaluation des apprentissages DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Programme d études Pratiques de consommation de la formation

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Certificat en interventions de group et leadership

Certificat en interventions de group et leadership Certificat en interventions de groupe et leadership (30 crédits) Cours obligatoires (9 crédits) HUM1503 Introduction à la vie de groupe IGL 2536 Laboratoire d interventions auprès des groupes I IGL 2538

Plus en détail

Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr

Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr Poitiers, le mercredi 23 septembre 2009 Les cours du primaire disponibles gratuitement sur le site www.academie-en-ligne.fr Lancée le 19 juin dernier par le ministre de l Éducation nationale, l Académie

Plus en détail

LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF

LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF LE COACHING? C'est quoi? A quoi ça sert? Comment ça marche? Mireille Allée et Gérard Vaillant Avril 2011, SICFOR-FCF Déroulé 1. Vivre un coaching en live 2. Coaching qu est ce que c est? 3. Cadre déontologique

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif

De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif De la conception à l évaluation d un jeu vidéo éducatif Application à l enseignement du jazz avec le jeu Pads n Swing guillaume.denis@ensmp.fr Centre de recherche en informatique Ecole des mines de Paris

Plus en détail

Concours externe du Capeps et Cafep - Capeps

Concours externe du Capeps et Cafep - Capeps A. Épreuves écrites d'admissibilité I. Dissertation portant sur les fondements sociohistoriques et épistémologiques de l'éducation physique et des activités physiques, sportives et artistiques (APSA) L'épreuve

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

1. Lecture-analyse des compétences attendues (CA) Niveau 3 et Niveau 4 du programme : 2. Comportements observables avant l acquisition des niveaux :

1. Lecture-analyse des compétences attendues (CA) Niveau 3 et Niveau 4 du programme : 2. Comportements observables avant l acquisition des niveaux : L évaluation formative, un outil au service de la réussite des élèves «Du quoi apprendre au quoi évaluer?» Illustration en Badminton Par I. Lyonnet LP L.LABE Lyon 7 ème 1. Lecture-analyse des compétences

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Pédagogie inversée 35. Pédagogie inversée

Pédagogie inversée 35. Pédagogie inversée Pédagogie inversée 35 Pédagogie inversée 36 Pédagogie inversée «Le numérique nous recentre sur les apprentissages.» Ces derniers temps, on voit (re)fleurir la pédagogie inversée ou Flip Classroom, une

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail