U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E"

Transcription

1 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 U N FORMAT PÉDAGOGIQUE ARTICULANT LES TR O I S CO M P O S A N T E S DE LA CO N D U I T E M O T R I C E : PENSER, S INVESTIR ET RÉALISER Y O A N N POULIQUEN / ANNE C L A I R E H O U Z E Introduction L enjeu de la démarche d enseignement qui va être présenté ici s inscrit dans le souci des auteurs de placer l élève dans une activité et un contexte sollicitant les trois composantes de sa conduite motrice. Pour satisfaire à cette préoccupation, le choix est fait de s appuyer sur «un format pédagogique» stable qui place l élève dans un couplage particulier avec le milieu dans lequel il évolue, tout au long d un cycle d enseignement. De cette mise en relation particulière entre l élève et son environnement émergera une sollicitation différenciée sur les champs capacitaires requis chez l élève pour satisfaire aux contraintes qui se présenteront à lui. Il s agit donc, dans ce cadre, de décrypter comment la forme d enseignement adoptée par l enseignant (la forme pédagogique) est déterminante dans l articulation des capacités mises en œuvre par l élève dans sa conduite motrice. I. La notion de format pédagogique 1.1. Définition du concept : L organisation de notre réflexion autour de la notion de «format pédagogique», en lieu et place des traditionnels «tâches» ou «dispositifs», n est pas neutre. Ce choix terminologique nous permet en effet de situer notre analyse de l acte d enseignement-apprentissage dans une perspective théorique dite de la «cognition distribuée». De ce point de vue, il faut envisager l élève qui apprend dans la relation qu il crée et entretient avec le milieu dans lequel il est immergé. Des conditions (spatiales, temporelles, sociales ) «offertes» par le format mise en œuvre par l enseignant va émerger une mise en situation (un «couplage») particulière des élèves. Des formats mis en œuvre découlent des intentions éducatives retenues par l enseignant et «sont autant de moyens d organiser l activité des élèves que de leur signifier, implicitement le plus souvent, qu ils sont ou qu ils vont s engager dans une activité d apprentissage particulière» (Ciséron). Les propositions que nous ferons par la suite vont tenter d immerger l élève qui apprend dans un format pédagogique particulier où les trois composantes de sa conduite motrice seront sollicitées. Le concept de format pédagogique est conçu par Durand (1998) comme l émergence d un dispositif structuré d instruction, conduit par un processus de sélection et d organisation des éléments disponibles dans le contexte (espace, temps, matériel pédagogique) et tenant compte des capacités des élèves à travailler seuls, en coopération, à écouter ou à s engager C est une proposition particulière coordonnant d une façon singulière parmi un champ de possibles élargi, l activité des différents acteurs en interaction. Dès lors, l intérêt des formats est de montrer comment les activités des différents protagonistes s articulent dans le décours des situations Un format au service d une conception de l enseignement : Il est difficilement envisageable de concevoir un format pédagogique sans se poser la question au préalable de l objectif recherché (les acquisitions attendues). En effet, c est de la forme (le format pédagogique) qu émerge le fond (l acquisition de la compétence). Nous entendons par compétence «la mobilisation pertinente de capacités pour traiter une situation ou un type de situations dans un contexte donné». 1

2 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 En d autres termes, le contexte (format pédagogique) supporte une partie de l action (conduite motrice) et dans le cadre de l EPs (éducation physique scolaire), l accent n est pas mis sur l analyse des APS telles qu elles existent mais sur les activités qu elles suscitent (champs capacitaires mis en jeu) en relation avec les contextes dans lesquels elles se déploient. Le format pédagogique qui va être ici présenté est guidé par une conception fonctionnelle de l apprentissage où le «savoir-faire» n est pas premier, mais où il est un moyen au service de l action. En ce sens, nous rejoignons l idée selon laquelle, les mobiles d action sont premiers (dossier EPS N 76 page 18). Par conséquent, le point de départ se situe dans l individu qui agit, de sa raison d agir dont l origine renvoie tant aux champs capacitaires de l engagement que de la pensée, et dont il émergera une recherche d adaptation de la part de l apprenant. Cette recherche d appropriation par l élève, nous amène à faire le choix de les confronter à un format pédagogique basé sur l autorégulation. II. Un format pédagogique particulier : l autorégulation par le choix des contraintes de jeu 2.1. Structuration et propriétés du format : Format pédagogique et compétence attendue : Comme convenu précédemment, le choix d un format répond à une intention éducative sous-jacente qui est première. Afin de justifier au mieux le format qui sera exposé par la suite, nous rappelons qu il est un outil au service de l atteinte d une compétence, laquelle est contextualisée. Dans cette perspective, nous aborderons et traiterons l activité badminton par la stratégie et non la technique (niveau 2 collège). Compétence attendue : «élaborer et actualiser une tactique (autoréguler : pôle réflexif) par l utilisation de différentes stratégies (manipulation de contraintes : pôle de la réalisation) pour s adapter au jeu adverse et à l évolution du rapport de force (coopérer et s opposer : pôle de l engagement)» Trois temps au service de l autorégulation Le format pédagogique utilisé va être décrit selon un séquençage d activités particulières qui organisent et co-déterminent le travail des élèves et de l enseignant suivant des bornes temporelles. Premier temps : la phase exploratoire Cette étape consiste à confronter l élève aux caractéristiques de la rencontre. Il s agira pour lui d identifier et d interpréter les particularités du rapport de force en présence afin de les exploiter au mieux pour optimiser la réalisation à venir dans la phase exécutoire. Second temps : la phase de concertation / choix Cette étape inscrit avant tout l élève dans une activité décisionnelle basée sur la validation/invalidation des connaissances (C. Sève in L apprentissage) construites précédemment. Il s agit pour lui d arrêter les conditions de la rencontre à venir dans le but d être «performant» dans la phase exécutoire. Troisième temps : la phase exécutoire Cette étape est avant tout une phase de réinvestissement et d actualisation des connaissances construites précédemment et qui se donnent à voir dans les conditions de rencontre préalablement déterminées Les contraintes à manipuler et l autorégulation du niveau de difficulté L autorégulation du niveau de difficulté passe par l optimisation des choix de contraintes personnalisées qui tient compte de : - la combinaison / sélection des contraintes (nature, difficulté ) - des caractéristiques du jeu de ses adversaires/partenaires et de son propre jeu. 2

3 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 C O N T R A I N T E S S O U M I S E S A L A U T O R E G U L A T I O N NATURE NIVEAU EN COOPERATION EN OPPOSITION Niv. 1 Renvoi en «zone de confort» Terrain réduit en largeur Contrainte spatiale Niv. 2 Maxi 2 renvois consécutifs du même côté (G/D) Zone du fond ou de l amorti interdite Niv. 3 Maxi 2 renvois consécutifs à la même profondeur (avant/arrière) Renvoi obligatoire en «zone de confort» Contrainte de pression temporelle Niv. 1 5 tentatives autorisées Conclure en 5 frappes maxi Niv. 2 3 tentatives autorisées Conclure en 3 frappes maxi Niv. 3 1 seule tentative autorisée Conclure en 2 frappes maxi Contrainte liée aux types de frappes et de trajectoires Niv. 1 Niv. 2 Niv. 3 Toutes formes de frappes autorisées Frappes main basse interdites Frappes main haute interdites Trajectoires descendantes interdites Renvoi obligatoire en frappes main basse Dans le cadre d un cycle d enseignement, les 3 formes de contraintes proposées à l auto-régulation sont abordées et manipulées de façon progressive afin de respecter les principes de progressivité et de complexification inhérents à tout apprentissage Modes de groupement : une communauté de pratique et d intérêts FICHES ELEVES Coopération avec contrainte spatiale Coopération avec contrainte temporelle Opposition avec contrainte spatiale La coopération, un prélude à l opposition Groupes homogènes entre eux mais hétérogènes en leur sein de 4 élèves (N1/N2/N3/N4) qui renvoie au niveau de jeu et à la hiérarchisation des élèves dans chaque niveau de jeu. Pour constituer les groupes, nous croisons deux logiques complémentaires : niveau de jeu coopératif («le meilleur partenaire») et niveau de jeu en opposition (le classement en montante-descendante). Il s agit de réaliser un nombre prédéfini d échanges consécutifs dans la configuration de jeu retenue (agencement spécifique des contraintes en fonction des caractéristiques de la dyade) avec chaque partenaire de son groupe. 3

4 Dossiers de l EPS de l Académie de Rennes N 1 - OCTOBRE 2009 En opposition, une pratique duelle où l on co - opère pour s opposer 1A 2A 3A 4A Rencontres Une coopération par le coaching : à chaque rencontre, les joueurs ont un partenaire qui observe et relève des données pendant la phase exploratoire pour guider le joueur dans le choix de la contrainte (cf. fiche de «la contrainte gagnante»). Une coopération par l interdépendance des résultats : les scores des joueurs d une même équipe sont liés par la recherche d une victoire d équipe qui tient compte de l ensemble des résultats des quatre rencontres. 1B 2B 3B 4B Formes de pratiques mises en œuvre : En coopération, le choix de «la contrainte opti - male» : Il s agit ici de déterminer, au regard des possibilités de chaque joueur, quel est le niveau maximal de contrainte acceptable pour réussir les 15/20 renvois. - La phase exploratoire sert donc à tester différentes configurations possibles de combinaison de contraintes pour identifier progressivement la configuration qui correspond le mieux au niveau des joueurs en présence. On peut s appuyer ici sur l analyse des causes de la rupture dans la continuité des renvois pour déterminer «un axe de travail à privilégier» pour progresser (mise en projet de l élève) puis pour décider du niveau optimal de la contrainte. - La phase de concertation/choix confronte les points de vue des joueurs et des observateurs pour négocier une combinaison de contraintes qui soit accessible au regard de ses possibilités d action : choisir la contrainte optimale. - La phase exécutoire place les élèves en situation de réinvestissement de ce qu ils ont travaillé lors de l exploration et induit forcément un travail de «contrôle de soi» pour gérer le stress induit par l enjeu de cette validation. En opposition, le choix de «la contrainte ga - gnante» : Il s agit ici de déterminer, au regard des caractéristiques du jeu adverse et de son propre jeu, la contrainte qui semble la plus à même de faire évoluer le rapport de force en présence, soit en diminuant les possibilités d utilisation par l adversaire de son point fort, soit en diminuant l utilisation de son propre point faible par l adversaire. - Dès lors, la phase exploratoire sert à identifier chez l adversaire les stratégies de rupture qu il privilégie pour les réduire ou d identifier chez soi, son point faible pour empêcher que l adversaire ne puisse l exploiter. Dès lors, la présence d un partenaire coach qui suit le déroulement de la rencontre avec une lecture guidée de celle-ci favorise l analyse du rapport de force en jeu et ses caractéristiques. - La phase de concertation / choix croise les points de vue du joueur et de son coach/observateur pour arrêter le choix de la contrainte la plus pertinente pour faire basculer ou maintenir le rapport de force en sa faveur : choisir la contrainte gagnante. Cette contrainte peut concerner l adversaire en lui imposant une contrainte limitant son pouvoir d action (zone ou frappe interdite ) Mais elle peut aussi concerner le joueur qui au regard de l analyse du jeu se fixe une contrainte de jeu bonifiée optimisant l exploitation de son point fort (zone ou frappe bonifiée ). Dans les deux cas, on se situe dans l analyse d un rapport de force et la recherche d exploitation à son profit. - La phase exécutoire place l élève en situation de réinvestissement de l analyse faite de la phase exploratoire en exploitant la contrainte choisie. Cette étape induit forcément à un travail de «contrôle de soi» pour gérer le stress de la rencontre. 4

5 2.2. Intérêt de cette «mise en forme» particulière : Construction d un environnement offrant des opportunités pour apprendre : de contraintes subies à des contraintes vécues comme des opportunités pour apprendre La construction et la structuration d un environnement offrant des ressources pour apprendre et des opportunités pour se transformer est au cœur de cette mise en forme pédagogique particulière. L aménagement ainsi proposé par l enseignant vise à placer l apprenant dans des conditions d apprentissages optimales. Ainsi, la structure relativement stabilisée du format, ainsi que «le caractère ritualisé et sécurisant de l activité collective générée par le format» (Brun et Gal-Petitfaux, Revue EPS 317, 2006), permet d engager l élève dans la construction de «routines», à la fois dans la mise au travail ainsi que dans les démarches d apprentissage sollicitées. De cette forme de «stabilité» ainsi mise en place dans le cycle d enseignement naît un contexte où les apprentissages seront facilités pour l élève. Celui-ci sera en effet, au fil des séances, «délesté» de la nécessité d engager certaines ressources (cognitives, émotionnelles et énergétiques) dans les situations auxquelles il sera confronté : - Au niveau cognitif tout d abord, la structure relativement stable des formes de travail permettra aux élèves de «libérer» leurs structures cognitives pour le traitement et l analyse (cf. modèle de Paillard) de nouvelles «contraintes» mises en jeu. - Sur le plan émotionnel ensuite, l appréhension liée à l incertitude du contexte et des formes de pratiques proposées (principalement les formes compétitives où l affrontement et le duel entre les élèves sont mis en avant) est en partie dissipée, ce qui permet à l élève de s engager dans une démarche plus fonctionnelle dans son rapport aux situations. Dans le format pédagogique que nous présentons, le contexte ainsi que les adversaires ne présentent plus d emblée une «mise en danger» pour les «moins compétents», mais un adversaire à déstabiliser, ce qui apaise le retentissement affectif provoqué par l enjeu de la situation et / ou de l affrontement. Dans cette perspective, le format mis en place préserve, voir renforce, le «sentiment de compétence» de l élève. Les champs capacitaires relatifs à «la maîtrise des émotions», à «l empathie» ou encore à «l interprétation et la reconnaissance» du milieu sont donc d emblée requis et sollicités dans le format pédagogique co-construit par l interaction du groupe classe avec l environnement façonné au fil des séances. Ceci ouvre l opportunité pour les élèves d investir et de développer de nouveaux champs capacitaires nécessaires à l atteinte de la compétence visée Guidage et régulation de l enseignant : Si la structure du format retenu amène les élèves à travailler en autonomie et de façon auto-régulée en investissant une multitude de champs capacitaires différents, l activité de l enseignant reste essentielle. Ce dernier, au travers d interventions différenciées au sein des groupes aux différentes phases du format, accompagne les élèves («interaction de tutelle», Bruner, 1983) : - en les guidant dans l analyse de la phase exploratoire - en les sollicitant par le biais d un questionnement sur les causes de leurs réussites ou échecs dans les différents choix effectués - en leur proposant des situations de remédiations - en leur donnant accès à de nouveaux critères de réalisation. L ensemble de ces interventions doit alors permettre aux élèves de s engager dans de nouveaux apprentissages en investissant de nouveaux projets de jeu plus contraignants mais dont la réussite est rendue possible par les formes de travail coopératives inscrites dans le format : - «interactions collaboratives» (Guérin & Péoc h, in L enseignement, 2008) ; - coopération sous forme de «dyades dissymétriques» ; - «compagnonnage cognitif» (aide apporté par un individu à un pair dans l acquisition et la compréhension d une connaissance) ; - «coaching» ; - Tout l enjeu pour l enseignant résidera donc dans sa capacité à adapter son intervention, au travers des formes d interaction retenues pour guider l élève, et dans les phases du format choisies pour intervenir, afin d accompagner les élèves dans la construction de la compétence attendue. En effet, comme le soulignent Brun et Gal-Petitfaux («Un format pédagogique particulier selon l éclairage théorique de l action située»,revue EPS 317, 2006) «cette forme de travail, pour constituer un cadre favorable aux apprentissages, nécessite que l enseignant sache l exploiter et la faire vivre au service des élèves et aux différents moments de la leçon» Un format transposable à d autres activités et dans d autres contextes

6 L objet de notre propos est contextualisé dans une mise en œuvre spécifique au travers d un traitement particulier de l APSA badminton. L intérêt de notre conceptualisation se veut néanmoins plus englobant et généralisant afin d être transposable à d autres supports d activités ainsi qu à d autres contextes disciplinaires. Dans cette perspective, l activité support n est ici qu un prétexte à notre propos, parmi un champ de possibles très vaste et dépassant le simple cadre de notre discipline. C est en effet dans le format retenu que nous envisageons de possibles transferts d une activité à l autre au sein d une année scolaire ou dans le cursus de l élève. Dans les 3 temps identifiés du format pédagogique proposé et au travers des modalités de leur mise en œuvre, nous envisageons la possibilité d une transversalité dans les formes de pratiques vécues par les élèves. Si dans notre proposition de format, les champs capacitaires de la réalisation renvoient à des adaptations plus spécifiques, ceux relatifs à l investissement et à la pensée sont tout à fait ré-investissables et transposables dans des contextes proches et bien au-delà de notre champ disciplinaire. Le caractère transversal de ce format renforce alors la cohérence des propositions de l enseignant et guide les élèves dans leurs apprentissages en leur offrant des repères dans les démarches d apprentissage à mettre en œuvre pour acquérir les compétences attendues définies dans les programmes. III. L articulation des trois composantes de la conduite motrice au cœur du format pédagogique 3.1 Les trois phases du format et leur impact sur les champs capacitaires Premier temps : la phase exploratoire Cette étape consiste à confronter l élève aux caractéristiques de la rencontre. Il s agira pour lui d interpréter les particularités du rapport de force en présence afin de les exploiter au mieux pour optimiser la réalisation à venir dans la phase exécutoire. Les élèves font donc successivement appel aux champs capacitaires : - de l observation : il s agit dans un premier temps de repérer et d identifier des contraintes pour répondre à un objectif particulier. L apprentissage des conditions de l observation, en orientant et guidant le regard de l observateur (lieux de focalisation de l attention, utilisation d outils de recueil de données sur le jeu de son partenaire ), constituera une des fonctions «d étayage» (Bruner) dévolue à l enseignant afin de guider les élèves dans leurs apprentissages. On se situe ici dans le champ capacitaire de l identification avec une focalisation de l attention sur des indices précis et l interprétation des effets de l action. - du raisonnement : cette appropriation des contraintes à manipuler par l élève lui permet d entrer ensuite dans une phase de recherche où il va expérimenter différentes configurations possibles de manipulations des contraintes en vue d optimiser ses résultats. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la démarche expérimentale avec un travail de mise en relation de procédures et de contrôle de leurs résultats. Au-delà de cette sollicitation de l élève au niveau réflexif, la caractéristique propre de cette phase exploratoire est de «laisser le droit à l erreur» pour l élève qui peut alors tester différentes configurations de jeu (manipuler différents niveaux de contraintes) sans que cela ne soit préjudiciable directement sur l issue de la rencontre. De ceci découle chez l élève une sollicitation accrue de sa curiosité, il s ouvrira alors plus facilement (son estime de soi étant préservée par le contexte mis en œuvre) en osant expérimenter des configurations de jeu particulières et tentera de dépasser son niveau actuel dans la mesure où cette phase ne constitue pas une recherche d efficacité immédiate et maximale. L activité réflexive et d engagement de l élève au cours de cette recherche ne peut évidemment se concevoir sans activité motrice et donc sollicite forcément des modes d actions particuliers chez l élève au regard de ses capacités actuelles et des configurations de contraintes expérimentées. Second temps : la phase de concertation / choix Cette étape inscrit l élève dans une activité de prise de décision sans contrainte de temps. Il s agit pour lui d arrêter les conditions de la rencontre à venir dans le but d être «performant» dans la phase exécutoire. L élève est alors confronté à une nécessité de validation / invalidation de connaissances construites lors de la phase d exploration en se projetant par l élaboration d hypothèses d efficacité. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la planification.

7 Ce temps implique également, au regard des modes de groupement utilisés, une concertation entre élèves dont les intérêts sont communs. On sollicite ici un engagement coopératif (compagnonnage cognitif, interactions collaboratives ) chez l élève ce qui met en jeu le champ capacitaire de l empathie pour optimiser au mieux l exploitation des potentialités de chaque membre du groupe. Troisième temps : la phase exécutoire Cette étape est avant tout une phase de réinvestissement et d actualisation des connaissances construites précédemment qui se donne à voir dans les conditions de rencontre préalablement déterminées. On se situe ici dans le champ capacitaire lié à la transposition. Cette phase engage l élève dans une recherche d efficacité immédiate et maximale où la priorité est de «réussir» et donc où l erreur n est plus autant permise qu au préalable. L enjeu de la rencontre oblige l élève à se contrôler pour s adapter au mieux aux perturbations induites par le contexte (panique, tension ). Enfin, le niveau de contraintes choisi détermine une sollicitation particulière des modes d action fondamentaux mis en jeu par l élève. On peut concevoir qu entre les phases deux et trois (cf. modélisation) des allers-retours se fassent afin de permettre une actualisation régulière de la stratégie choisie au regard de l évolution du rapport de force en phase exécutoire. De ce format exposé au travers de ces trois phases successives décrites ci-dessus découle bien une sollicitation de la conduite motrice de l élève dans ses trois composantes : penser, agir et s engager. A chaque niveau, les trois composantes de la conduite interviennent de façon plus ou moins prégnante et prioritaire (se donne à voir dans le schéma par l épaisseur de la flèche) : 3.2 Les contraintes proposées à l autorégulation et le pôle de la réalisation C est bien dans la nature, le niveau des contraintes et dans leur association que se situe la sollicitation parti-

8 culière des modes d action fondamentaux mis en jeu dans la conduite motrice. - la contrainte spatiale telle qu elle est proposée dans notre illustration met en jeu prioritairement les champs capacitaires de l ajustement postural et de la structuration spatiale (apprécier des directions et des espaces ). - la contrainte relative aux types de frappes et trajectoires produites quand à elle sollicitera prioritairement les champs capacitaires de l ajustement postural, de la structuration temporelle et de la coordination. - la contrainte du niveau de pression temporelle a un impact capacitaire qui touche prioritairement le mode d engagement de l élève qui se retrouve sur une gestion du couple risque/sécurité. L e s contraintes M o d e s d a ction f o n d a m e n taux 3.3 Les modes de groupement imposés par le format et le pôle de l engagement Le format est l expression d une articulation sociale singulière du travail scolaire. Le format proposé ici est basé sur : - un fonctionnement des groupes en autonomie. Hastie (1996) montre que les élèves apprécient particulièrement le travail en autonomie en collaboration avec leurs pairs et ont le sentiment de mieux comprendre (compagnonnage cognitif) ce qu il faut qu ils fassent pour progresser (pôle de l engagement et de la réflexion). - la mise en interaction des élèves, basée sur la coopération et la concertation. Une expérimentation menée par Lafont et coll. (Revue STAPS 2006) montre que les interactions verbales induites par le format apportent un effet favorable sur la construction de compétences tactiques (pôle réflexif). - un regroupement des élèves dans la coopération constitué sur la base de niveaux dissymétriques (niveaux hétérogènes). Cette même expérience montre que ces interactions sociales dissymétriques instaurées par le format pédagogique permettent aux sujets initialement faibles d obtenir des bénéfices plus importants qu en situation d interactions symétriques.

9 L e s f o rmes de g r o u p e m e n t L e s modes d e n g a g e m e n t Conclusion : Amener l élève à être acteur et auteur de ses apprentissages passe à n en pas douter par une prise en charge autonome des conditions de construction de ses connaissances. Cette autonomie n est cependant pas donnée d emblée et nécessite un long cheminement où l enseignant devra faire preuve de toute son ingéniosité pour amener l apprenant à identifier, puis s approprier, les conditions de cette acquisition centrale et majeure. La conception que nous avons tenté de développer ici, au travers la mise en place d un format pédagogique particulier structuré autour de l apprentissage par autorégulation de la conduite motrice, renvoie à cette volonté. En permettant à l élève de construire et d articuler des connaissances dans les trois composantes de sa conduite motrice, au travers d un format pédagogique à caractère transversal, réutilisable dans différents contextes de pratique, nous mettons en avant notre conception de l élève physiquement éduqué. Les connaissances ainsi intégrées permettent à l élève de comprendre les contextes mis en œuvre par l enseignant, de s y adapter et, finalement, de s en libérer (visée émancipatrice de l enseignement).

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table

EPS ADAPTEE. Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table EPS ADAPTEE Cycle terminal : N1 et N2 APSA : Tennis de table Modalité de pratique : 1 CYCLE de 7 séances de 2h00. Les élèves inaptes sont intégrés au groupe classe ou groupe adapté Situation support caractéristique

Plus en détail

LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE

LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE LES SYSTEMES DE JEU EN VOLLEY BALL AU LYCEE SOMMAIRE ) INTRODUCTION ET DEFINITION. Les constituants du système de jeu et leur fonctionnement. La loi fonctionnelle du jeu de volley ball. Terminologie. )

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE

EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE CYCLE 4 HYPER TEXTE LE VOLET 1 DU CYCLE 4 est un texte général qui oriente toutes les disciplines et qui permet de cibler la singularité des axes de formation. LE VOLET 2

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Gerard-Samuel.Braon@ac-reunion.fr 13/10/2013. Gérard Samuël BRAON, P. EPS, Formateur FPC EPS, ac-rérunion

Gerard-Samuel.Braon@ac-reunion.fr 13/10/2013. Gérard Samuël BRAON, P. EPS, Formateur FPC EPS, ac-rérunion Formateur FPC EPS, acrérunion COMPETENCES METHODOLOGIQUES ET SOCIALES et Acquisition de COMPETENCES MOTRICES en Education Physique et Sportive (SUPPORT DE LA FPC EPS /CP3DANSE 20132014) 1 GerardSamuel.Braon@acreunion.fr

Plus en détail

Programme d E.P.S. de l Ecole

Programme d E.P.S. de l Ecole Programme d E.P.S. de l Ecole Primaire CONNAISSANCE DU MILIEU SCOLAIRE Ecu 1.2.3.4 F.S.S.E.P LILLE 2 L.MICHEL-connaissance des milieux FSSEP Université Lille 2 1 SOMMAIRE PRESENTATION DU Eduscol.education.fr

Plus en détail

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales

Les liens entre les. Compétences Méthodologiques et Sociales Les liens entre les Compétences Méthodologiques et Sociales et le Socle Commun de Connaissances et de Compétences. GRA 2011 Orléans-Tours 1 Le plan d intervention 1. Rappel institutionnel : Les C.M.S.

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif

EPS 2.0. Délégation Académique au Numérique Éducatif EPS 2.0 Expérimentation académique de tablettes numériques tactiles Luc di Pol Interlocuteur académique pour le numérique en EPS Académie de Nancy-Metz La genèse du projet une initiative de la DANE dans

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS

RÉFÉRENCES OFFICIELLES FINALITÉS DE L EPS - 6 e BO n 29 du 18 juillet 1996 - Cycle central BO n 5 du 30 janvier 1997 et BO hors série n 1 du 13 février 1997-3 e BO n 10 du 15 octobre 1998 RÉFÉRENCES OFFICIELLES - Arrêté du 8 juillet 2008 - J.O.

Plus en détail

ANALYSER DES TACHES MOTRICES SUR LE VERSANT INFORMATIONNEL. Aurore HUCHEZ FSSEP - Lille 2

ANALYSER DES TACHES MOTRICES SUR LE VERSANT INFORMATIONNEL. Aurore HUCHEZ FSSEP - Lille 2 ANALYSER DES TACHES MOTRICES SUR LE VERSANT INFORMATIONNEL Aurore HUCHEZ FSSEP - Lille 2 INTRODUCTION La notion de tâche motrice Activité déterminée et obligatoire Peut être imposée de l extérieur par

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons

Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Direction des sports Jeux de ballons à l école Unité d apprentissage jeux de ballons Cycle 2 Document pédagogique élaboré par E.Reig E.T.A.P.S de la Direction des Sports de la ville de joué lès Tours 2011

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2. Compétences spécifiques liées à l'activité. Objectifs

Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2. Compétences spécifiques liées à l'activité. Objectifs 1 Les compétences visées se réfèrent au programme E.P.S. du cycle 2 -- s'opposer individuellement avec les jeux d'oppositions duelles Compétences spécifiques liées à l'activité -- rencontrer un partenaire

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique

Projet d école 2014-2018. Guide méthodologique Projet d école 2014-2018 Guide méthodologique 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 LES TEXTES DE REFERENCES... 4 LES ETAPES D ELABORATION DU PROJET D ECOLE... 4 ETAPE 1 : BILAN DU PROJET, DIAGNOSTIC... 5 1. LE

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

CAP EST LAGOON RESORT

CAP EST LAGOON RESORT 2014 DEVELOPPER Son LEADERSHIP pour dépasser les situations conflictuelles et conduire efficacement le changement LES J 13/V 14/S 15 ET V 21/S 22 NOVEMBRE 2014 PENDANT 5 JOURS DANS UN CADRE REPOSANT ET

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Document FPC EPS Tennis de Table «Mettre en œuvre un cycle d enseignement au niveau 2 collège et au niveau 1 en lycée»

Document FPC EPS Tennis de Table «Mettre en œuvre un cycle d enseignement au niveau 2 collège et au niveau 1 en lycée» Document FPC EPS Tennis de Table «Mettre en œuvre un cycle d enseignement au niveau 2 collège et au niveau 1 en lycée» Page 1 : Page 2 à 7 : Page 8 à 17 : Sommaire : Problématique du document ou objectifs

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1

Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 Vers UNE PROGRAMMATION EN EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE A L ECOLE PRIMAIRE DANS LE DEPARTEMENT DU RHONE Groupe départemental EPS 1 Rhône Pour une programmation en EPS janvier 2010 1 La programmation :

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Dans quelle situation se trouve l enseignant dans sa classe, sachant que nous restons là, à un degré de généralités?

Dans quelle situation se trouve l enseignant dans sa classe, sachant que nous restons là, à un degré de généralités? L autonomie de l enseignant dans sa classe : quelles compétences? INTRODUCTION L autonomie, finalité qui avec la socialisation, la responsabilité, sont revenues sur le devant de la scène dans les discours

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée

La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée 1 La réforme du collège puis celle du lycée professionnel et maintenant celle du lycée générale et technologique a entraîné une réécriture des programmes, et notamment ceux de l éducation physique et sportive.

Plus en détail

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE Version préliminaire Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d alléger le texte.

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire

FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire FICHE 7 Propositions d ensemble pour l EPS à l école primaire Quel pas en avant est possible? Le premier progrès à réaliser pour que tous les élèves bénéficient de l enseignement de l EPS est d assurer

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves :

Le contexte. Quels enjeux? UN PEU D HISTOIRE. Une demande des élèves : Les infrastructures : L encadrement : Pour les élèves : SECTION SPORTIVE SCOLAIRE FOOTBALL Le contexte Septembre 2003 : La SSL en visite au FC Nantes UN PEU D HISTOIRE 2003 Création de la Section Sportive Locale. 11 élèves de 5ème (10 garçons et 1 fille) et

Plus en détail

COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3. R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet

COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3. R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet COMPETENCES E P S et BASKET BALL au CYCLE 3 R.Reynaud CPC. LYON PART-DIEU mai 2003 en référence au document d'antoine Muguet basket-ball au CYCLE 3 - COMPETENCES EPS R.Reynaud-05/2003 CPC Lyon Part Dieu

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE?

ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? ENSEIGNEMENT DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE A L ECOLE PRIMAIRE : QUELLE DEMARCHE? Les nouveaux programmes 2008 confirment que l observation, le questionnement, l expérimentation et l argumentation sont

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire PRÉSENTATION DU PROGRAMME Le cœur à l école PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire Le programme Le coeur à l école s adresse aux parents d enfants

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI)

LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) LE CARNET DE BORD INFORMATISE (CBI) 1. L'utilisation du CBI vous est apparue 1. complexe 2. -3 3. -2 4. -1 5. 1 6. 2 7. 3 8. simple 2. Une formation à l'utilisation du CBI est 1. inutile 2. -3 3. -2 7.

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

SÉMINAIRE INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

SÉMINAIRE INTELLIGENCE EMOTIONNELLE 21 ET 22 AOÛT 2010 Nuvilly-Suisse Contact Cornelia Roulet Tél. 078/787.17.81 chevalcoaching@orangemail.ch Eliane Bernard Coach structurel et facilitatrice équin «grow» Dominique Pellet Coach PNL «dpcoaching»

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Les services en ligne

Les services en ligne X Les services en ligne (ressources partagées, cahier de texte numérique, messagerie, forum, blog ) Extrait de l étude «Le développement des usages des TICE dans l enseignement secondaire», 2005-2008 SDTICE

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Badminton Niveau 3. Public concerné : CAP 1 ère année et terminale Bac pro 3 ans 1 ère année

Badminton Niveau 3. Public concerné : CAP 1 ère année et terminale Bac pro 3 ans 1 ère année Badminton Niveau 3 Public concerné : CAP 1 ère année et terminale Bac pro 3 ans 1 ère année Groupement : 8, «activité d opposition duelle : sport de raquette» CP : 4, «Conduire et maîtriser un affrontement

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

IDENTIFIER LES TEMPS DE JEU NE PAS PERDRE LE BALLON

IDENTIFIER LES TEMPS DE JEU NE PAS PERDRE LE BALLON BENJAMINS IDENTIFIER LES TEMPS DE JEU N TACHE SITUATION N 1 Objectif Avancer pour conserver-progresser ou pour déséquilibrer But Marquer Règles Interdit de défendre dans la zone défensive tant que le ballon

Plus en détail

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT

REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT REPONDRE AU BESOIN DE BOUGER CHEZ LE JEUNE ENFANT L enfant de deux, trois ans, a besoin de bouger pour développer ses capacités motrices. Aménagement des lieux dans l école et dans la classe La cour de

Plus en détail

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI

Décryptage. c o m p r e n d r e p o u r a g i r. Le coaching en individuel ou en équipe. Alain Boureau. Septembre 2006. Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r Le coaching en individuel ou en équipe Alain Boureau Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Le coaching en individuel ou en équipe Premières ressources

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH

Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH IFC Formations n S.0.01.04.02.c03/1/2 n S.0.01.04.02.c03/2/2 Opérateur : ULB-ULg-UMH Préparer la transition secondaire-université dans les cours de mathématiques Présentation générale Stéphanie BRIDOUX

Plus en détail

Introduire l analyse et la résolution de problème dès le début du cursus (médical)

Introduire l analyse et la résolution de problème dès le début du cursus (médical) Introduire l analyse et la résolution de problème dès le début du cursus (médical) Introduire les éléments de la pratique dès le début de la formation théorique Anne Collard Journée IFRES 2014 Cadre 2

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES

LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES Académie d Aix-Marseille Année scolaire LIVRET DE SUIVI DE SCOLARITE EN SEGPA RELEVE DE COMPETENCES NOM : Prénom : Livret de suivi de scolarité en SEGPA Préambule à l attention des enseignants L objectif

Plus en détail

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE

I - LE PROJET PEDAGOGIQUE ENSEIGNER L ACTIVITE HOCKEY A L ECOLE ELEMENTAIRE I - LE PROJET PEDAGOGIQUE Avant d avoir eu les élèves /joueurs A - DEFINITION DE L ACTIVITE SUPPORT : LE HOCKEY Le hockey est un jeu collectif praticable

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail