Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE LYCÉE DE LA MONTAGNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE LYCÉE DE LA MONTAGNE"

Transcription

1 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE LYCÉE DE LA MONTAGNE Adresse : La Bolline, Quartier du Clôt Code Postal : Ville : VALDEBLORE

2 Abréviation Désignation AO Appel d'offres BET Bureau d'études CDC Cahier des charges CE Chef d'établissement DDASS Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales DGS Direction Générale de la Santé (Autorité administrative sous la hiérarchie du Ministère de la Santé Publique) DLYC Direction des Lycées (Région) DO Déclaration obligatoire ECS Eau Chaude Sanitaire ECS/BL Bouclage ECS EFS Eau Froide Sanitaire EPS Education Physique et Sportive ERP Etablissement recevant du public MA Mandataire MAJ Mise à jour PS Prestataire de Service RNSP Réseau National de Santé Publique

3 I FICHE D'INFORMATIONS... Page 1 II REVISIONS DU CAHIER SANITAIRE... Page 2 III FICHE DE SUIVI ANNUEL... Page 3 IV FICHES DE DEFINITION DES RESPONSABILITES... Page 4 V LE CAHIER SANITAIRE : Utilité et usage... Page 6 1 ère PARTIE : L'EAU Livre Eau I : Réglementation... Page Réglementation... Page Mises à jour réglementation... Page 13 Livre Eau II : Descriptif réseau... Page Eléments constitutifs... Page Schémas... Page Diagnostic du réseau... Page Mises à jour... Page 16 Livre Eau III : Protocoles... Page Protocole de maintenance, de surveillance et de contrôle... Page Protocoles et enregistrements... Page 24 2 ème PARTIE : AUDIT ANNUEL DU CAHIER SANITAIRE RAPPORT D'AUDIT... Page 70

4 I. FICHE D'INFORMATIONS Page n 1 Chef d'établissement...: Madame GUYOT... Téléphone...: Télécopie... : : Gestionnaire d'établissement...: Monsieur LAURAUX... Téléphone...: Télécopie... : : Direction des lycées (chargé d'opérations)...: Anne BARTHELEMY... Téléphone...: Télécopie... : : regionpaca.fr... Mandataire (chargé d'opérations)...:... Téléphone...: Télécopie... : :... Prestataire de service : chauffage + traitement s'il y a lieu...: AREA PACA (M. CHIAMBRETTO)... Téléphone...: Télécopie... : : Autres renseignements utiles :

5 Page n 2 II. REVISIONS DU CAHIER SANITAIRE Date Page Référence ancienne version Référence nouvelle version Observations

6 Page n 3 III. FICHE DE SUIVI ANNUEL Date de création du cahier sanitaire : mai 2009 Année Mois/jour Nom Visa Chef d'établissement Nom Visa Chaque audit annuel du cahier sanitaire fait l'objet d'une réunion pour contrôler avec chacun des intervenants que l'intégralité des interventions effectuées sur les réseaux d'eau de l'établissement a bien été consignée sur le cahier sanitaire. Une fiche d'audit est renseignée (cf 3 ème partie du cahier sanitaire), le chef d'établissement et l'auditeur renseignent également la fiche des suivis d'audit ci-dessus

7 Page n 4 IV. FICHES DE DEFINITION DES RESPONSABILITES Veille Réglementaire et Normative Etablissement Direction des Lycées Mandataire Intervenant extérieur Responsabilités Direction des Lycées Assure la veille réglementaire et normative Communique les MAJ ( => MA & CE) Mandataire Applique les MAJ dans la rédaction des CDC et la conduite des opérations sur site Chef d'établissement Applique les MAJ dans la gestion du cahier sanitaire Conformité de l'eau à l'entrée de l'établissement (Décret 89-3 et suivi modifications) Etablissement Direction des Lycées Mandataire Intervenant extérieur Responsabilités DDASS Fournisseur d'eau Procède aux analyses et à leur interprétation à l'entrée de l'établissement Fournit une eau conforme à la réglementation Chef d'établissement Archive le rapport de la DDASS dans le cahier sanitaire et adresse copies à DL&MA Direction des Lycées Mandataire Destinataires du rapport de la DDASS (pour information)

8 Page n 5 Surveillance et prévention de la légionellose (circulaire DGS du 24 avril 1997) Etablissement Direction des Lycées Mandataire Intervenant extérieur Responsabilités DDASS Enquête sur déclaration d'un cas isolé de légionellose dans l'établissement Contrôle l'application de la réglementation au sein de l'établissement Renseigne la DDASS lors d'une enquête sur un cas de légionellose (1) Chef d'établissement Informe DL & MA de la survenance de cas de légionellose Planifie en collaboration avec MA les mesures nécessaires (2) Passe tout contrat d entretien complet relatif à toutes installations et en particulier les traitements d eau (adoucisseur, filmogène anticorrosion et chloration) S assure de la bonne mise en œuvre des protocoles sanitaires Direction des Lycées Rédige les procédures (2) Prépare les budgets Mandataire Etablit CDC (*) des interventions Planifie en collaboration avec CE et supervise les mesures nécessaires (2) Médecin Biologiste Informent la DDASS du cas de légionellose (Déclaration obligatoire) (1) cf Légionellose "communautaire" de la circulaire (2) cf Annexes II, III & IV de la circulaire

9 V. LE CAHIER SANITAIRE : UTILITE ET USAGE Page n 6 La législation sanitaire impose un suivi des réseaux d'eau dans les établissements de santé et les établissements recevant du public (ERP). L'apparition de plus en plus fréquente de maladies dues à la présence de bactéries dans les eaux potables est à l'origine de ces contraintes législatives. La réglementation française en matière d'eau destinée à la consommation humaine (communément appelée eau potable) est basée sur le Code de Santé Publique et le décret 89-3 modifié (cf chapitre réglementation). Une épidémie de "Maladie du Légionnaire" (appellation médicale "Légionellose") en 1976 aux Etats- Unis a fait prendre conscience aux autorités sanitaires des risques liés à cette maladie. L'évolution législative a conduit à rendre la déclaration de cette maladie obligatoire et à renforcer les mesures de précaution pour les établissements recevant du public. Différentes circulaires de la Direction Générale de la Santé (sous la hiérarchie du Ministre de la Santé) ont édicté des règles destinées à prévenir les problèmes liés à l'apparition de la légionellose et les 2 plus importantes sont celles du 24 Avril 1997 et du 31 Décembre Cette réglementation détermine également la responsabilité du responsable de l'établissement. La réalisation d'un "CAHIER SANITAIRE" représente la réponse la mieux adaptée pour répondre aux exigences de la réglementation et pour faciliter la lutte contre la légionelle. La gestion des risques passe par une gestion documentaire et le cahier sanitaire joue plusieurs rôles : caractérisation du réseau (connaissance détaillée des composantes) ; protocoles de traitements curatifs et préventifs ; traçabilité des interventions de toutes natures (enregistrement de tous traitements, modifications ) ; plans d'actions (maintenance, surveillance, préventives, curatives ). Il s'agit donc de réaliser un ensemble documentaire qui ne trouvera d'application réelle que dans la mesure ou la mise à jour sera effectuée sous la responsabilité d'une seule et même personne. Quelque soit l'action mise en œuvre il est indispensable de pouvoir : vérifier sa conformité aux règles établies ; vérifier son efficacité ; assurer sa traçabilité ; s'assurer de sa bonne exécution.

10 Page n 7 Cela sous-entend la gestion d'un système documentaire réalisé dans le même esprit qu'une procédure d'assurance qualité : Rédaction Approbation, validation Identification, codage Diffusion Mise à jour, modification Classement, archivage Ecrire ce que l'on doit faire Faire précisément ce qui est écrit Prouver la conformité de ce qui a été réalisé Améliorer le système en s'appuyant sur les résultats L'ensemble est constitué de plusieurs documents jouant chacun un rôle précis : informatif : renseignements généraux relatifs à l'organisation, aux responsabilités, aux intervenants descriptif : plans et/ou schémas, rapport de diagnostic opérationnel : protocoles (maintenance, surveillance, traitements préventifs et curatifs) démonstratif : registre des interventions, résultats d'analyses Le cahier sanitaire de l'établissement est établi suivant des règles communes à tous les établissements de la Région et l'on y trouve : Livre I : Réglementation et Mises à jour (veilles normative et réglementaire) Livre II : Descriptif du réseau (Eléments constitutifs, Schémas, Diagnostic) Livre III : Protocoles (Maintenance, Traitements, Surveillance et contrôles) Livre IV : Enregistrements (Fiches descriptives, de suivi, Registre des interventions) Livre V : Revue annuelle LEGIONELLE (bactérie) et LEGIONELLOSE (maladie) La légionelle est une bactérie strictement aérobie se développant dans les biotopes humides et dont les principales caractéristiques sont définies dans le tableau ci-dessous. Longueur De 2 µm A 3µm Largeur De 0,3 µm A 0,4 µm Base alimentaire Plage de température de développement Seuil de détection par analyse Seuil de danger Protides (substances organiques présentes dans les tuyauteries) de 25 C à 45 C 50 UFC/Litre (UFC => Unités Formant Colonie) De 10 3 à 10 5 /UFC/L suivant état de santé

11 Page n 8 Durée de vie en fonction de la température du milieu hydrique A 50 C A 55 C À 60 C À 70 C 6.00 heures 15 minutes 45 secondes 27 secondes On trouve la légionelle dans notre environnement quotidien : réservoirs naturels d eau douce, sols humides, eaux stagnantes. Elle est présente dans la plupart des réservoirs artificiels d eau au sein desquels elle rencontre des facteurs favorisant sa croissance (température, stagnation, biofilm etc ). Ces conditions favorables à son développement se retrouvent donc tout naturellement au niveau des installations de distribution d eau potable. Celles-ci présentent une densité de micro-organismes plus faible que dans un écosystème naturel mais la biodiversité y est surprenante (bactéries, protozoaires, algues ) faisant de ces réseaux des écosystèmes particuliers. Le risque "légionelle" existe depuis toujours mais l on en a vraiment pris conscience qu en 1976 lorsqu une épidémie a décimé 36 anciens légionnaires réunis pour un congrès dans un hôtel de Philadelphie. L éradication de cette bactérie est impossible en l état actuel de nos connaissances et il faut tout simplement apprendre à vivre avec, tout comme l on vit avec d autres d ailleurs. Il suffit donc d'être conscient de sa présence permanente et d'agir en conséquence pour l empêcher de se développer dans les endroits qui lui sont favorables et atteindre des seuils dépassant la tolérance humaine. Il existe 39 espèces de légionelle et plus de 50 sérogroupes! Les connaissances actuelles tiennent la "Legionella pneumophila sérogroupe 1" pour la plus dangereuse pour l'homme puisque cette variété est responsable de plus de 80% des cas de légionellose déclarés. Ce risque "légionelle" se traduit par deux infections dites Légionellose caractérisées par une asthénie (état de fatigue avancé), une fièvre élevée (40 C), des myalgies (douleurs musculaires) et des céphalées (maux de tête) : Maladie des Légionnaires : on observe parfois une toux initialement non productive d'expectoration puis ramenant une expectoration mucoïde (glaires). L'infection peut entraîner à terme une insuffisance respiratoire. Le taux de mortalité peut être très élevé dans une population à risques (malades immunodéprimés). La période d'incubation varie de 2 à 10 jours (habituellement 5 à 6 jours) ; La Fièvre de Pontiac : rare, de caractère bénin, elle a une allure de syndrome grippal, ne s'accompagne pas de pneumonie et ne met pas le pronostic vital en jeu. La guérison est habituellement spontanée en 2 à 5 jours. L'incubation est de 5 heures à 3 jours (habituellement 24 à 48 heures). La transmission de ces maladies se fait presque exclusivement par inhalation d'eau contaminée diffusée en aérosol (douches, vapeur ). La transmission inter humaine n'a pas été constatée et l'on suppose que d'autres modes de transmission sont possibles (ingestion) mais n'ont pas été prouvés. Des facteurs de risque individuels aggravants sont à prendre en compte (âge, sexe masculin (les hommes encourent 2,5 fois plus le risque de contracter la maladie que les femmes), tabagisme et alcoolisme, immunodépression, cancer, diabète, corticothérapie, affections respiratoires chroniques).

12 Page n 9 La Légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987, ce qui signifie que le médecin ayant constaté les signes cliniques et le biologiste ayant pratiqué les analyses sont tenus de le déclarer aux autorités sanitaires. Une enquête est alors déclenchée pour connaître les origines et réagir suivant la provenance de la maladie notamment en relevant de manière méticuleuse les activités et les voyages du patient au cours des 10 derniers jours. En effet la période d'incubation peut-être révélatrice de l'origine de la maladie qui ne se situe pas forcément dans le milieu dans lequel il vit le plus souvent. Ce facteur est important dans le cas des établissements recevant du public qui pourraient se voir accuser de ne pas respecter la réglementation en matière de fourniture d'eau destinée à la consommation humaine alors que la maladie pourrait avoir été déclenchée en un autre lieu, y compris au domicile du malade (Une étude canadienne a montré que la légionelle était présente dans 30% des chauffe-eau de Montréal). En cas d'apparition d'un cas de légionellose chez un lycéen, un enseignant ou encore un membre du personnel du lycée, il est nécessaire de connaître la nature des déplacements de la personne et demander une analyse d'eau notamment au niveau de la douche de son ou ses lieux de séjour dans les 10 jours précédant la détection de la maladie en vue de vérifier l'absence ou la présence de légionelle. Cette analyse comparée à celle effectuée dans le lycée peut éventuellement montrer que la maladie n'a pas été contractée au sein de l'établissement dégageant ainsi celui-ci de toute responsabilité. De façon plus générale, il faut s'assurer auprès du médecin soignant un élève, un enseignant ou un membre du personnel présentant des symptômes tels que un état de fatigue avancé, une fièvre élevée ( 40 C), des douleurs musculaires et des maux de tête qu'il ne s'agit pas d'une légionellose. Il est de la responsabilité du médecin de demander une analyse en vue de déterminer la cause précise de la maladie et de déclarer celle-ci, conjointement avec le laboratoire d'analyses biologiques, s'il s'agit effectivement d'une légionellose.

13 L'EAU

14 Page n 11 REGLEMENTATION 1.1 REGLEMENTATION (Rappel des textes principaux) Code de la santé publique Livre III - Protection de la santé et de l'environnement Titres I er et II Décret du 20 décembre 2001 relatif aux eaux destinées à la consommation humaine, à l'exclusion des eaux minérales naturelles, version consolidée au 27 mai 2003 ; Arrêté du 22 août 2002 relatif aux matériaux et objets utilisés dans les installations fixes de production, de traitement et de distribution d'eau destinée à la consommation humaine ; Arrêté du 13 janvier 2000 modifiant l arrêté du 29 mai 1997 relatif aux matériaux et objet utilisés dans les installations fixes de production, de traitement et de distribution d eau destinée à la consommation humaine ; Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l arrêté du 25 juin 1978 relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public (suivi des températures) ; Circulaire de la Direction Générale de la Santé N 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et la prévention de la légionellose ; Circulaire de la Direction Générale de la Santé / VS 4 N du 31 décembre 1998 relative à la mise en œuvre de bonnes pratiques d'entretien des réseaux d'eau dans les établissements de santé et aux moyens de prévention du risque lié aux légionelles dans les installations à risques et dans celles des bâtiments recevant du public ; Circulaire DGS/VS4 n du 26 mai 1999 relative aux accessoires placés au contact de l eau destinée à la consommation humaine ; Circulaire DGS/VS4/2000/166 du 28 mars 2000 relative aux produits de procédés de traitement des eaux destinées à la consommation humaine ; Circulaire DGS/VS4 n du 27 avril 2000 modifiant la circulaire DGS/VS 4 n du 12 avril 1999 relative aux matériaux utilisés dans les installations fixes de distribution d eaux destinées à la consommation humaine ; Circulaire de la Direction Générale de la Santé N 2002/243 du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque lié à la légionelle dans les établissements de santé ; Circulaire de la Direction Générale de la Santé N 2002/273 du 2 mai 2002 relative à diffusion du rapport du conseil supérieur d hygiène publique de France relatif à la gestion du risque lié aux Légionelles ; Circulaire du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médico-sociaux d'hébergement pour personnes âgées ; Circulaire interministérielle n DGS/SD7A n 126 du 3 avril 2007 relative à la mise en œuvre de l Arrêté du 30/11/2005. Lycée Lucie Aubrac BOLLENE Date :

15 Documents de recommandations Page n 12 Guide technique N 1 de la Direction Générale de la Santé relatifs à la protection des réseaux d'eau destinée à la consommation humaine Guide technique N 1 bis de la Direction Générale de la Santé relatif à la qualité des installations de distribution d'eau destinée à la consommation humaine à l'intérieur des bâtiments (Conception, Réalisation, Entretien) CSTB, Réseau d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments : Guide technique de conception et de mise en œuvre (2003) ; CSTB, Réseau d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments : Guide technique de maintenance (2005) ; Guide d'investigation d'un ou plusieurs cas de légionellose : numéro spécial du Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire n 20-22/1997 Normes d'analyse d'eau NF T de Novembre 1993 et ISO de 1998 relatives à la recherche et au dénombrement des Legionella et Legionella pneumophila Autres Documents DTU 60.1, DTU 65.10, DTU et autres DTU (Document Techniques Unifiés) en vigueur Normes NF P (DTU 60.5) et NF P (juin 1990) Certification CSTBat Service - Règlement technique N Désinfection des réseaux Cinquième édition du 1 er septembre 1999

16 Page n MISES A JOUR REGLEMENTATION (Chef d établissement via région) Date Référence Objet Joindre les textes en annexe

17 Page n 14 DESCRIPTIF RESEAU 2.1 ELEMENTS CONSTITUTIFS La liste des éléments constitutifs du réseau est établie d'après le relevé schématique réalisé lors de la constitution du cahier sanitaire. La mise à jour est effectuée par chronologie en fonction des interventions sur le réseau enregistrées sur une "main-courante" et reportée sur la liste. La traçabilité est assurée par le repérage sur schéma de chacun des éléments. Les observations donnent toutes indications utiles pour l'établissement du diagnostic Fiche 1 LISTE Etablissement : Date création fiche : 29/06/2009 Ville : VALDEBLORE Opérateur : ICS eau LISTE DES ELEMENTS PRINCIPAUX CONSTITUTIFS DU RESEAU Schéma de principe Schéma de principe chaufferie principale Schéma de principe chaufferie principale Schéma de principe chaufferie principale Synoptique de distribution, BAT C, étage Synoptique de distribution, BAT C, étage Schéma de principe Internat 1 et 2 Schéma de principe Internat 1 et 2 Désignation (ou lieu) Disconnecteurs BA PPECS principal Mitigeur centralisé de la chaufferie principale Mitigeur collectif des vestiaires 1 et 2 du gymnase Mitigeur collectif des vestiaires 3 et 4 du gymnase PPECS Internat 1 et 2 Mitigeur centralisé de la sousstation de l internat 1 Descriptif Permet d éviter les retours d eau de l appoint de chauffage vers le réseau sanitaire Nous vous rappelons que ces éléments doivent faire l objet d un contrôle annuel par une société spécialisée Installation de production d eau chaude sanitaire alimentant la cuisine et le gymnase. Permet de mitiger l eau distribuée afin de limiter le risque de brûlure. Permet de mitiger l eau distribuée vers les douches collectives des vestiaires 1 et 2. Permet de mitiger l eau distribuée vers les douches collectives des vestiaires 3 et 4. Installation de production d eau chaude sanitaire alimentant l ensemble sanitaires et chambres des internats 1 et 2. Permet de mitiger l eau distribuée afin de limiter le risque de brûlure

18 Schéma de principe Internat 3 Schéma de principe Internat 3 Ensemble des synoptiques de distribution PPECS Internat 3 Mitigeur centralisé de la sousstation de l internat 3 PPECS secondaires Page n 15 Installation de production d eau chaude sanitaire alimentant l ensemble sanitaires et chambres de l internat 3 Permet de mitiger l eau distribuée afin de limiter le risque de brûlure Installations de production d eau chaude électriques de petite capacité, alimentant des points d usage dont la consommation est peu importante.

19 Page n 16 LISTE DES ELEMENTS MODIFIES OU AJOUTES Repère / schéma Modifié ou Ajouté Date Désignation (ou lieu) Descriptif 2.2 SCHEMAS Etablissement : Date création fiche : 29/06/2009 Ville : Valdeblore Opérateur : ICS eau LISTE DES SCHEMAS DE PRINCIPE Désignation Synoptique général de distribution Schéma de principe chaufferie principale Schéma de principe internats 1 et 2 Schéma de principe internat 3 Synoptique de distribution du Bâtiment A Synoptique de distribution du Bâtiment B Synoptique de distribution du Bâtiment C Synoptique de distribution du Bâtiment D Observations Arrivée d eau de ville et identification des différents départs en distribution. Installation de production d eau chaude de la cuisine et du gymnase. Installation de production d eau chaude des sanitaires et chambres des internats 1 et 2. Installation de production d eau chaude des sanitaires et chambres de l internat 3. Distribution et points d usage des 4 niveaux du bâtiment d administration. Distribution et points d usage des 2 niveaux du bâtiment d enseignement. Distribution et points d usage des 3 niveaux du bâtiment du gymnase et des cuisines. Distribution et points d usage des 5 niveaux des bâtiments des internats (1, 2, et 3).

20 Page n DIAGNOSTIC DU RESEAU C.f. : rapport diagnostic des réseaux 2.4 MISES A JOUR La liste des composantes du réseau et la liste des schémas doit être mise à jour chaque fois que cela est nécessaire.

21 Page n 18 PROGRAMME & PROTOCOLES DE MAINTENANCE Les protocoles concernent divers types d'opérations : maintien du réseau en bon état de fonctionnement (protocoles de maintenance et de surveillance) ; réalisation de traitements de désinfection, détartrage (protocoles de traitements). C'est un document de référence qui définit, par élément ou partie de réseau, les points suivants : les objectifs à atteindre ; les procédures d'actions (moyens humains et matériels à mettre en œuvre, règles de sécurité, nature des produits ) ; les responsabilités des intervenants susceptibles d'être impliqués directement ou indirectement. 3.1 PROGRAMME DE MAINTENANCE, DE SURVEILLANCE ET DE CONTROLE En fonction du réseau et des équipements qui le constituent, un programme de maintenance est établi mentionnant : les éléments à entretenir et à contrôler avec leur localisation ; les opérations, mesures et analyses à effectuer ; les responsabilités concernées ; le protocole de référence.

22 Page n 19 Programme de maintenance, de surveillance et de contrôle proposé par ICS eau Bâtiment A (administratif) Désignation Localisation Opération Responsabilité Contrôle permanent Protocole / fiche de suivi Protocole de suivi des anomalies et travaux associés Ensemble des réseaux Suivi des anomalies (fuites, corrosion ) et des travaux associés Etablissement MSC 00 Protocole de contrôle des températures des points de puisages Protocole de purges sectorielles sur les réseaux Protocole de contrôle état et fonctionnement des éléments accessoires Protocole de contrôle de la température pour les productions individuelles Protocole de nettoyage, détartrage, désinfection des points d usages Protocole de contrôle de la potabilité de l eau froide Protocole de contrôle des taux de légionelles dans les réseaux Protocole de traitement choc en fonction des résultats L ensemble des points d eau dans les sanitaires Ensemble du bâtiment Mensuelle et/ou pré-rentrées scolaires Contrôler le maintien de la température de distribution EFS, puis ECS, sur des points fixes Effectuer des purges en points bas sur les zones mortes des réseaux (EFS et ECS) ainsi que sur els by-pass Bi-annuelle (pré-rentrées de septembre et avril) Ensemble des réseaux Postes de production du foyer et du local d entretien Contrôler le bon fonctionnement des organes hydrauliques (filtres, mitigeurs collectifs, dégazeurs, vannes ) Contrôler la température de distribution ECS sur des points fixes. (évier foyer, et vidoir local technique) Annuelle (juin ou pré-rentrée de septembre) Ensemble des points d usages (vestiaires et sanitaires) Points représentatifs du réseau Poste de production et Points d usage défavorisés Ensemble du réseau contaminé Détartrer et désinfecter les points d usages, changer les joints et pièces usées. Purger tous les points de puisage (Pré-rentrée scolaire) Contrôler la potabilité de l eau froide sanitaire sur le plan physico-chimique et bactériologique Contrôler la présence de légionelle sur l eau chaude sanitaire (production et réseaux) Désinfecter l ensemble du réseau suite à une contamination Etablissement MSC 03 Etablissement MSC 06 Etablissement et/ou prestataire de service MSC 08 Etablissement MSC 09 Etablissement MSC 12 Prestataire de service Prestataire de service Prestataire de service MSC 17 MSC 18 MSC 19

23 Page n 20 Programme de maintenance, de surveillance et de contrôle proposé par ICS eau Bâtiment B (salles de cours) Désignation Localisation Opération Responsabilité Contrôle permanent Protocole / fiche de suivi Protocole de suivi des anomalies et travaux associés Ensemble des réseaux Suivi des anomalies (fuites, corrosion ) et des travaux associés Etablissement MSC 00 Mensuelle et/ou pré-rentrées scolaires Protocole de contrôle des températures des points de puisages Protocole de purges sectorielles sur les réseaux Protocole de contrôle état et fonctionnement des éléments accessoires Protocole de contrôle de la température pour les productions individuelle Protocole de nettoyage, détartrage, désinfection des points d usages Protocole de contrôle des équipements de protection Protocole de contrôle de la potabilité de l eau froide Protocole de contrôle des taux de légionelles dans les réseaux Protocole de traitement choc en fonction des résultats L ensemble des points d eau dans les sanitaires Ensemble du bâtiment Contrôler le maintien de la température de distribution EFS, puis ECS, sur des points fixes Effectuer des purges en points bas sur les zones mortes des réseaux (EFS et ECS) ainsi que sur els by-pass Bi-annuelle (pré-rentrées de septembre et avril) Ensemble des réseaux Postes de production secondaires Contrôler le bon fonctionnement des organes hydrauliques (filtres, mitigeurs collectifs, dégazeurs, vannes ) Contrôler la température de distribution ECS sur des points fixes. Annuelle (juin ou pré-rentrée de septembre) Ensemble des points d usages (vestiaires et sanitaires) Equipements de protection : clapets en sousstation. Points représentatifs du réseau Poste de production et Points d usage défavorisés Ensemble du réseau contaminé Détartrer et désinfecter les points d usages, changer les joints et pièces usées. Purger tous les points de puisage (Pré-rentrée scolaire) Contrôler le bon fonctionnement des ensembles de protection pour limiter les risques de retours d eau Contrôler la potabilité de l eau froide sanitaire sur le plan physico-chimique et bactériologique Contrôler la présence de légionelle sur l eau chaude sanitaire (production et réseaux) Désinfecter l ensemble du réseau suite à une contamination Etablissement MSC 03 Etablissement MSC 06 Etablissement et/ou prestataire de service MSC 08 Etablissement MSC 09 Etablissement MSC 12 Etablissement et/ou prestataire de service Prestataire de service Prestataire de service Prestataire de service MSC 16 MSC 17 MSC 18 MSC 19

24 Page n 21 Programme de maintenance, de surveillance et de contrôle proposé par ICS eau Bâtiment C (cuisines, gymnase) Désignation Localisation Opération Responsabilité Contrôle permanent Protocole / fiche de suivi Protocole de suivi des anomalies et travaux associés Ensemble des réseaux Suivi des anomalies (fuites, corrosion ) et des travaux associés Etablissement MSC 00 Protocole de contrôle des températures de production ECS Protocole de contrôle des températures des points de puisages Protocole de contrôle du fonctionnement du bouclage de l ECS Protocole de purge des ballons de production et/ou chasse des points d usage non utilisé Protocole de purges sectorielles sur les réseaux Protocole de contrôle état et fonctionnement des éléments accessoires Protocole de nettoyage, détartrage, désinfection des productions ECS Hebdomadaire (en périodes d'activité scolaire) Chaufferie principale L ensemble des points d eau dans les sanitaires et vestiaires Chaufferie principale Chaufferie principale Ensemble du bâtiment Contrôler les températures de production (départ et retour de boucle) Mensuelle et/ou pré-rentrées scolaires Contrôler le maintien de la température de distribution EFS, puis ECS, sur des points fixes Vérifier le bon fonctionnement des pompes et permuter le circulateur utilisé Effectuer des purges successives en point bas du ballon de production afin d évacuer les boues accumulées. Effectuer des purges en points bas sur les zones mortes des réseaux (EFS et ECS) ainsi que sur els by-pass Bi-annuelle (pré-rentrées de septembre et avril) Ensemble des réseaux Contrôler le bon fonctionnement des organes hydrauliques (filtres, mitigeurs collectifs, dégazeurs, vannes ) Annuelle (juin ou pré-rentrée de septembre) Chaufferie principale Nettoyage, détartrage, désinfection préventive (chlorée ou thermique), rinçage et arrêt production (Juin) Etablissement et/ou prestataire de service MSC 01 Etablissement MSC 03 Etablissement et/ou prestataire de service Etablissement et/ou prestataire de service MSC 04 MSC 05 Etablissement MSC 06 Etablissement et/ou prestataire de service Prestataire de service MSC 08 MSC 10 Protocole de remise en service des productions ECS Chaufferie principale Remise en service de la production ECS (Pré-rentrée scolaire) Prestataire de service MSC 11 Protocole de nettoyage, détartrage, désinfection des points d usages et fontaines Ensemble des points d usages (vestiaires et sanitaires) Détartrer et désinfecter les points d usages, changer les joints et pièces usées. Purger tous les points de puisage Nettoyer, détartrer et désinfecter les parois, bacs et becs verseurs, et changer les filtres si besoin des fontaines. Etablissement MSC 12 (Pré-rentrée scolaire)

25 Page n 22 Protocole de contrôle des équipements de protection Equipements de protection : clapets en sousstation. Contrôler le bon fonctionnement des ensembles de protection pour limiter les risques de retours d eau Etablissement et/ou prestataire de service MSC 16 Protocole de contrôle de la potabilité de l eau froide Points représentatifs du réseau Contrôler la potabilité de l eau froide sanitaire sur le plan physico-chimique et bactériologique Prestataire de service MSC 17 Protocole de contrôle des taux de légionelles dans les réseaux Poste de production et Points d usage défavorisés Contrôler la présence de légionelle sur l eau chaude sanitaire (production et réseaux) Prestataire de service MSC 18 Protocole de traitement choc en fonction des résultats Ensemble du réseau contaminé Désinfecter l ensemble du réseau suite à une contamination Prestataire de service MSC 19

26 Page n 23 Programme de maintenance, de surveillance et de contrôle proposé par ICS eau Bâtiment D (internats) Désignation Localisation Opération Responsabilité Contrôle permanent Protocole / fiche de suivi Protocole de suivi des anomalies et travaux associés Ensemble des réseaux Suivi des anomalies (fuites, corrosion ) et des travaux associés Etablissement MSC 00 Hebdomadaire (en périodes d'activité scolaire) Protocole de contrôle des températures de production ECS Sous-station internats ½ Sous-station Internat 3 Contrôler les températures de production (départs et retours de boucle) Etablissement et/ou prestataire de service MSC 01 Mensuelle et/ou pré-rentrées scolaires Protocole de contrôle des températures des points de puisages L ensemble des points d eau dans les sanitaires et chambres Contrôler le maintien de la température de distribution EFS, puis ECS, sur des points fixes Etablissement MSC 03 Protocole de contrôle du fonctionnement du bouclage de l ECS Sous-station internats ½ Sous-station Internat 3 Vérifier le bon fonctionnement des pompes et permuter les circulateurs utilisés Etablissement et/ou prestataire de service MSC 04 Protocole de purge des ballons de production et/ou chasse des points d usage non utilisé Sous-station internats ½ Sous-station Internat 3 Effectuer des purges successives en point bas des ballons de production afin d évacuer les boues accumulées. Etablissement et/ou prestataire de service MSC 05 Protocole de purges sectorielles sur les réseaux Ensemble du bâtiment Effectuer des purges en points bas sur les zones mortes des réseaux (EFS et ECS) ainsi que sur les by-pass Etablissement MSC 06 Bi-annuelle (pré-rentrées de septembre et avril) Protocole de contrôle état et fonctionnement des éléments accessoires Ensemble des réseaux Contrôler le bon fonctionnement des organes hydrauliques (filtres, mitigeurs collectifs, dégazeurs, vannes ) Etablissement et/ou prestataire de service MSC 08 Annuelle (juin ou pré-rentrée de septembre) Protocole de nettoyage, détartrage, désinfection des productions ECS Sous-station internats ½ Sous-station Internat 3 Nettoyage, détartrage, désinfection préventive (chlorée ou thermique), rinçage et arrêt production (Juin) Prestataire de service MSC 10 Protocole de remise en service des productions ECS Sous-station internats ½ Sous-station Internat 3 Remise en service de la production ECS (Pré-rentrée scolaire) Prestataire de service MSC 11

27 Page n 24 Protocole de nettoyage, détartrage, désinfection des points d usages Ensemble des points d usages (chambres et sanitaires) Détartrer et désinfecter les points d usages, changer les joints et pièces usées. Purger tous les points de puisage Nettoyer, détartrer et désinfecter les parois, bacs et becs verseurs, et changer les filtres si besoin des fontaines. Etablissement MSC 12 (Pré-rentrée scolaire) Protocole de contrôle des équipements de protection Equipements de protection : clapets en sousstations. Contrôler le bon fonctionnement des ensembles de protection pour limiter les risques de retours d eau Etablissement et/ou prestataire de service MSC 16 Protocole de contrôle de la potabilité de l eau froide Points représentatifs du réseau Contrôler la potabilité de l eau froide sanitaire sur le plan physico-chimique et bactériologique Prestataire de service MSC 17 Protocole de contrôle des taux de légionelles dans les réseaux Poste de production et Points d usage défavorisés Contrôler la présence de légionelle sur l eau chaude sanitaire (production et réseaux) Prestataire de service MSC 18 Protocole de traitement choc en fonction des résultats Ensemble du réseau contaminé Désinfecter l ensemble du réseau suite à une contamination Prestataire de service MSC 19

28 Page n 25 PLANNING ANNUEL DE SUIVI DE MAINTENANCE Maintenance permanente suivi des anomalies (fuites, corrosion etc..) et des travaux associés.... MSC 00 Maintenance hebdomadaire Contrôler les températures de production (départ et retour de boucle),... MSC 01 Contrôler le fonctionnement des traitements d eaux... MSC 02 Maintenance mensuelle Contrôle des températures aux points de puisages... MSC 03 Contrôle fonctionnement du bouclage de l E.C.S.... MSC 04 Purges des ballons de production et/ou chasse des points d usage non utilisés... MSC 05 Purges sectorielles des réseaux d ECS... MSC 06 Contrôler le fonctionnement des traitements d eaux... MSC 07 Maintenance bi-annuelle (pré-rentrées de septembre et avril) Contrôle fonctionnement des éléments accessoires (vannes, thermomètres etc )... MSC 08 Contrôle de température pour la production individuelle... MSC 09 Maintenance annuelle (pré-rentrée de septembre) Nettoyage, détartrage, désinfection des équipements collectifs (production ECS)... MSC 10 Remise en service production ECS... MSC 11 Nettoyage, détartrage, désinfection des équipements (points de puisage etc..)... MSC 12 Dépose et analyse des manchettes témoins... MSC 13 Entretien et suivi du traitement anti-corrosion... MSC 14 Entretien et suivi de l adoucisseur... MSC 15 Contrôle fonctionnel et réglementaire des équipements de protection... MSC 16 Analyser la potabilité de l eau froide... MSC 17 Analyser les légionelles dans les réseaux... MSC 18 Traitement de choc en fonction des résultats... MSC 19

29 Page n PROTOCOLES ET ENREGISTREMENTS En référence au programme de maintenance, de surveillance et de contrôle défini ci-dessus, il conviendra d utiliser et de compléter l ensemble des protocoles et fiches de suivi associées (enregistrement).

30 Page n 27 MSC 00 : Protocole d enregistrement des anomalies et des solutions adoptées Objectif Enregistrer les anomalies identifiées sur l installation Responsabilité ETABLISSEMENT Protocole de référence MSC 00 Périodicité Dès la découverte de détériorations Définition : Concerne toutes les anomalies et tous les travaux réalisés sur les réseaux et les différents équipements concernant la production et la distribution d ECS et d EF. Du changement de joint jusqu à une réhabilitation complète d un nouveau réseau dans l enceinte de l établissement. Cela comprend le contrôle visuel de l état extérieur des canalisations. Si une corrosion externe de canalisation est avérée, informer la direction des lycées afin de procéder à un diagnostic détaillé des réseaux touchés avec découpe des canalisations pour observations et études. Toute trace de piqûre, décollage, fissures et fuites sur les tuyauteries, joints, soudures, raccords, doit faire l'objet de réparation immédiate. Pour le cas particulier des raccords en filasse, il est recommandé de les remplacer par des raccords téflons. Ce contrôle visuel de l'état des canalisations doit également englober le contrôle de l'état des calorifuges. Vérifier le bon état des systèmes d'assemblages et des supports Protocole Responsabilité Observation Enregistrer les éléments concernant l anomalie identifiée. E Sur fiche de suivi MSC 00 Avertir DLYC si des travaux importants sont à prévoir. Déclencher les travaux Réaliser les travaux Prévoir une désinfection rinçage avant remise en service des éléments ou bras de réseaux concernés E/DLYC/MA E/DLYC/MA PS PS Suivant protocole MSC11 et MSC 08

31 Page n 26 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE ENREGISTREMENT DES ANOMALIES ET DES SOLUTIONS ADOPTEES Fiche de suivi : MSC 00 Année : Date POSTE Tout l établissement Référence équipement ou schéma Anomalies recensées Nature des travaux à réaliser FREQUENCE Dés la découverte de détérioration Exécution Nom et signature date Vérification / Désinfection avant remise en route Nom et Date signature MAINTENANCE OCCASIONNELLE

32 Page n 27 MSC 01 : Protocole de contrôle des températures de production d ECS Objectif Contrôler le fonctionnement des systèmes de production d eau chaude sanitaire Responsabilité Etablissement PS Protocole de référence MSC 01 Périodicité Hebdomadaire Protocole Responsabilité Observation Vérification de la température de production d eau chaude sanitaire. Valeur guide : 60 C (+ 0 2 C) Seuil d alerte : 55 C Seuil d action : 52 C Le cas échéant, modifier les réglages nécessaires pour obtenir la valeur de consigne (primaire, thermostat, vanne 3 voies ) Mitigeurs collectifs : mesure ou relevé, vérification de la consigne, et réglage si nécessaire. Relever les températures de départ et de retour de boucle. Valeur guide : ΔT< 5 C Seuil d action : 5 C< ΔT< 12 C Seuil d alerte : ΔT> 12 C Si valeur guide dépassée, revoir l équilibrage de la boucle, le fonctionnement des pompes de circulation, l embouage éventuel des réseaux. Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. Reporter ces valeurs dans le tableau de suivi MSC 01. Etablissement ou PS Etablissement ou PS Le matin à heures fixes si possible Le matin à heures fixes si possible E/DLYC/MA Suivre protocole MSC 00 Editer une courbe de suivi avant chaque période de vacances scolaires

33 Page n 28 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE Contrôle de la température de production d ECS, contrôle au départ et en retour de boucle Fiche de suivi : MSC 01 Année : Type Localisation FREQUENCE Ballon de production Ballon de stockage Hebdomadaire Echangeur à plaques Echangeur tubulaire Date Opérateur Nom et signature Températures mesurées Production Départ Retour Observations

34 Page n 29 MSC 02 : Protocole de contrôle de fonctionnement des traitements appoints produits (filmogène chloration adoucisseur) Objectif Contrôler le fonctionnement des traitements d eau appoints produits Responsabilité Etablissement PS Protocole de référence MSC 02 Périodicité Hebdomadaire Protocole Responsabilité Observation Vérifier la présence de réactifs en quantité suffisante dans le local de stockage Vérifier que le bac est approvisionné au minimum au 1/3 et jusqu au repère indiqué par le fournisseur - Remplir si nécessaire Contrôle visuel du fonctionnement de ou des pompes Si traitement de désinfection continu (chlore), prévoir une mesure du taux de chlore libre sur le retour ECS Valeur guide : entre 1 et 2 ppm Seuil d action : < 1 ppm ou > 2 ppm (contrôle et réglage du traitement d eau) Seuil d alerte : o > 3 ppm (contrôle et réglage du traitement d eau contrôle des manchettes témoin : corrosion) o < 0,05 ppm (contrôle et réglage du traitement d eau tirages d eau sur les points d eau stagnante) Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. Passer les contrats d entretien complets selon modèle remis, ou s assurer des qualifications du personnel d établissement à la bonne mise en œuvre des protocoles. S assurer des visites effectuées chaque semaine par PS ou Etablissement. Etablissement ou PS Etablissement ou PS E/DLYC/MA Chef d établissement Le matin à heures fixes si possible Suivre protocole MSC 01

35 Page n 30 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE Protocole de contrôle de fonctionnement des traitements appoints produits Fiche de suivi : MSC 02 Année : Type Localisation FREQUENCE Adoucisseur Traitement filmogène Traitement désinfection Date Opérateur Nom et signature Paramètres mesurés (si traitement désinfection) Chlore libre Hebdomadaire Observations (référence fiche anomalie)

36 Page n 31 MSC 03 : Protocole de contrôle de température des points de puisage Objectif Responsabilité Contrôler le maintien de la température de distribution ECS et l absence de réchauffement de l eau froide ETABLISSEMENT Protocole de référence MSC 03 Périodicité Mensuelle et/ou pré-rentrées scolaires Protocole Responsabilité Observation Ces mesures seront réalisées sur des points fixes afin d effectuer un contrôle spatio-temporel de la température sur le réseau. Effectuer le test sur l'eau froide puis sur l'eau chaude 1. Faire couler l'eau jusqu'à obtention d'une eau à la température attendue 2. Relever la température à la sortie des robinets 3. La noter (indiquer éventuellement le temps d'attente pour l'obtention de cette température) Nota : une température d'eau froide élevée incite au contrôle du calorifugeage et des interconnexions eau chaude eau froide (appareillage ou mitigeur). Sur l eau froide contrôler également la température au compteur général afin de permettre une comparaison. Actions correctives en cas de non respect des températures d'eau chaude 1. S assurer de la température de l ECS en sortie de production (remettre à la valeur guide puis contrôler après stabilisation de la température) 2. S assurer de l équilibrage de la boucle générale, le cas échéant (cf. procédure production ECS) Si 5 C < ΔT < 12 C 1. Contrôle des pompes de circulation et vérification de l équilibrage (tés de réglages si installés), réalisation de chasses aux points bas. Si ΔT > 12 C 1. Si nécessaire rinçage énergique des réseaux de type hydropneumatique + chasses abondantes aux points bas 2. Evaluation de l entartrage et de la corrosion des réseaux Si ΔT < 5 C, alors passer à une étude localisée du phénomène (phase 3) 1. S assurer, le cas échéant, de l équilibrage de la colonne (réglage des vannes TA ) 2. S assurer du degré de corrosion et/ou d entartrage des canalisations concernées S assurer du calorifugeage des canalisations concernées Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. Etablissement Etablissement E/DLYC/MA Le matin à heures fixes si possible Le matin à heures fixes si possible Suivre protocole MSC 00

37 Page n 32 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE Protocole de contrôle de température des points de puisage Fiche de suivi : MSC 03 Année : Type Réseau eau froide Réseau eau chaude Réservoir eau Localisation Opérateur Nom et signature Date FREQUENCE Mensuelle et/ou pré- rentrées scolaires Température observée Observations (référence fiche anomalie) MAINTENANCE MENSUELLE

38 Page n 33 MSC 04 : Protocole de contrôle du fonctionnement des pompes de circulation Objectif Contrôler le bon fonctionnement des pompes Responsabilité Etablissement PS Protocole de référence MSC 04 Périodicité Mensuelle et pré-rentrées scolaires Protocole Responsabilité Observation Vérifier le bon fonctionnement des pompes (absence de surchauffe et de fuites ) Effectuer la permutation des pompes fonctionnant en duplex. Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. Etablissement ou PS E/DLYC/MA Suivre protocole MSC 00

39 Page n 34 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE Protocole de contrôle du fonctionnement des pompes Fiche de suivi : MSC 04 Année : Type Ballon de production : BP Ballon de stockage : BS Echangeur à plaques : EP Echangeur tubulaire : ET Préparateur ECS : P FREQUENCE Mensuelle et pré- rentrées scolaires Localisation Désignation Opérateur Nom et signature Date Date contrôle pompes Observations (référence fiche anomalie) MAINTENANCE MENSUELLE

40 Page n 35 MSC 05 : Protocole de purges des productions ECS desservant des douches Effectuer des purges sur les zones mortes Objectif des productions ECS desservant des douches Responsabilité Etablissement PS Protocole de référence MSC 05 Périodicité Mensuelle et pré-rentrées scolaires Protocole Responsabilité Observation Afin d évacuer les boues, effectuer des chasses successives en point bas (vidange ou groupe de sécurité) Etablissement/ des ballons jusqu à ce que les rejets à l égout soient PS limpides, ainsi que sur les robinets de purge des by-pass (après équipement) Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. E/DLYC/MA Suivre protocole MSC 00

41 Page n 36 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE Protocole de purges des productions ECS desservant des douches Fiche de suivi : MSC 05 Année : Type Ballon de production BP Ballon de stockage : BS Echangeur à plaques : EP Echangeur tubulaire : ET Préparateur ECS : P FREQUENCE Mensuelle et pré- rentrées scolaires Localisation Désignation Opérateur Nom et signature Date Date contrôle pompes Observations (référence fiche anomalie) MAINTENANCE MENSUELLE

42 Page n 37 MSC 06 : Protocole de purges sectorielles sur les réseaux Effectuer des purges sur les zones mortes Objectif des réseaux, contrôler le bon fonctionnement des pompes Responsabilité Etablissement Protocole de référence MSC 06 Périodicité Mensuelle et pré-rentrées scolaires Protocole Responsabilité Observation Afin d évacuer les boues, effectuer des chasses successives en points bas des réseaux d eau froide et d eau chaude sanitaire (robinets de purge prévus à cet effet), jusqu à ce que les rejets à l égout soient limpides, ainsi que sur les robinets de purge des by-pass (après équipement) Etablissement Avant chaque pré-rentrée scolaire, prévoir d effectuer des purges sur toutes les douches* * Sur les douches inutilisées, prévoir des purges hebdomadaires, ou la dépose de ces points d eau et alimentations en eau. Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. Etablissement E/DLYC/MA Suivre protocole MSC 00

43 Page n 38 VALDEBLORE (06) CAHIER SANITAIRE Protocole de purges sectorielles sur les réseaux Fiche de suivi : MSC 06 Année : Type FREQUENCE Réseau EF Réseau ECS Mensuelle et pré- rentrées scolaires Opérateur Localisation Nom et signature Observations Date Purges (référence fiche anomalie) MAINTENANCE MENSUELLE

44 Page n 39 MSC 07 : Protocole de maintenance des postes par injection (filmogène et/ou chloration) Vérification dosage moyen, vérification Objectif des valeurs de traitement, vérification du débit des pompes Responsabilité PS Protocole de référence MSC 07 Périodicité Mensuelle et pré-rentrées scolaires Protocole Responsabilité Observation Vérification du dosage moyen sur la période : relevé du compteur d eau (consommation d eau sur la période) relevé de la consommation en réactifs sur la période Rapport = vol. de réactifs consommés / vol. d eau passée. Rapport à comparer avec le dosage réglé et autorisé Vérification des valeurs de traitement : Analyses sur eau brute, aller, retour de boucle (éventuellement) des paramètres significatifs du traitement. Filmogène : SiO2, P2O5, Désinfectant : chlore libre, chlore total, Résultats à comparer avec : Le dosage théorique Vérification du débit des pompes : - Calculer le dosage moyen et vérifier le fonctionnement de la pompe si le dosage moyen n équivaut pas au dosage théorique (désamorçage de la pompe, entrée d air, point d injection bouché, manque d étanchéité des joints, des membranes ) Si une anomalie est détectée, informer la direction des lycées et établir une fiche d anomalie dont la référence sera reportée sur la fiche de suivi. Passer les contrats d entretien complets selon modèle remis, ou s assurer des qualifications du personnel d établissement à la bonne mise en œuvre des protocoles. S assurer des visites mensuelles effectuées par PS ou Etablissement.. PS PS PS Nous rappelons que le produit doit être utilisé pur (sous sa forme commerciale) conformément à l avis technique du CSTB. Comparer avec les limites autorisées par la législation E/DLYC/MA Suivre protocole MSC 00 Chef d établissement

CE QU IL FAUT RETENIR.

CE QU IL FAUT RETENIR. Juin 2014 Professionnels de l hébergement de tourisme LEGIONELLE ET LEGIONELLOSE : CE QU IL FAUT RETENIR. Délégation Territoriale de l Essonne 6/8 rue Prométhée -Tour Lorraine - 91035 - Evry Cedex Standard

Plus en détail

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Sommaire 1. Legionella et Légionellose 2. La réglementation 3. La

Plus en détail

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE Edition 2014 Acteur de l efficience énergétique TEC 313 - Thorax Nancy 0044535 La personne responsable de la production ou de la distribution d'eau

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S. 1 ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU ET D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.) (pour les établissements scolaires et les bâtiments administratifs) 1 2 2 Contexte réglementaire : Règlements

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU La circulaire DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose précise les mesures

Plus en détail

Prévention du risque LEGIONELLOSE

Prévention du risque LEGIONELLOSE Prévention du risque LEGIONELLOSE Réunion ATEE 28 SOMMAIRE 1. LA LEGIONELLOSE 2. CONCEPTION DE L INSTALLATION 3. EXPLOITATION DE L INSTALLATION 4. RETOUR D EXPERIENCE 5. MESURES CORRECTIVES LA LEGIONELLOSE

Plus en détail

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante Gestion du risque bactérien dans les réseaux d eau sanitaire Le carnet de suivi sanitaire Outil de la maîtrise des risques sanitaires OFIS 109, rue du 1 er mars 1943 69100 VILLEURBANNE Tél.: 04 37 91 69

Plus en détail

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention?

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 2 Le risque lié aux légionelles Un problème de santé publique de premier plan Où sont les légionelles?

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.1-10 : Identifier des règles d'hygiène Thème : S4 : Approche scientifique et technique

Plus en détail

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre

Plus en détail

La progression des actions dans le risque Légionelle

La progression des actions dans le risque Légionelle La progression des actions dans le risque Légionelle Isabelle Devie Gestion des Risques Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de REIMS Avec le concours de Mr J. Naitychia, Isagua Concept 1 Les Légionelles

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011 Conseil, études et formations dans le domaine de la distribution des eaux 27 rue Titon 75011 Paris Tel : 01 43 48 89 31 Fax : 01 43 73 25 28 contact@aquafluence.fr www.aquafluence.eu Agence régionale de

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06 Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot Emmanuelle Annic - 19/01/06 La Réglementation (1) La circulaire du 31 décembre 1998 demande que chaque responsable doit détenir un dossier régulièrement actualisé comportant

Plus en détail

Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P.

Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P. JIE 2008 POITIERS Conférence n 67 Thème : Biofilm légionelles - réseaux Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P.

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Prélèvement pour recherche de Légionelles Pré requis Laboratoire accrédité pour le paramètre légionelles par le Comité Français d accréditation (COFRAC)

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION TECAMPING températures trop faibles (< 50 C) dans le réseau d eau chaude, ainsi que le manque d entretien des équipements (robinetterie, filtres ) peuvent entraîner le développement de légionelles. C Au

Plus en détail

REGISTRE DES OPERATIONS DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION

REGISTRE DES OPERATIONS DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION Année : Protection contre les retours d eau (cf. procédure 3-1) uniquement pour les disconnecteurs de type CA Nom de l opérateur Entreprise Absence prolongée d écoulement au niveau de la purge Echangeur

Plus en détail

GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES

GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES REUNION MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES COLLECTIVES A LA REUNION REDACTION DE DOCUMENTS TYPES GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES ERIC MICHEL - VINCENT BAYETTI ACD2 THOMAS AILHAUD - HELIOTROPIC

Plus en détail

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010 Le 24 février 2010 ARRETE Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire NOR: SASP1002960A

Plus en détail

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure

Plus en détail

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C

Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C. Destruction cellulaire si exposition prolongée à T 60 C Informations sur les légionelles et sur la légionellose Arrêt de la multiplication cellulaire si T < 5 C Température optimale Croissance optimale pour T comprise 25 C et 45 C Destruction cellulaire si

Plus en détail

Plan de Diffusion Pour information :

Plan de Diffusion Pour information : Direction : Générale de l'enseignement et de la Recherche Sous-Direction : de l'administration de la Communauté Educative Mission Hygiène et Sécurité Adresse : 1 ter, avenue de Lowendal 75700 Paris 07

Plus en détail

Prévention en unité de soins

Prévention en unité de soins 38èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 LA LÉGIONELLOSE ASSOCIÉE AUX SOINS Prévention en unité de soins Véronique PEDRON IDE Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux 1 Contexte (1/2)

Plus en détail

Point sur les cas de légionellose en France

Point sur les cas de légionellose en France ARLIN 26 mars 2009 PREVENTION DU RISQUE LEGIONELLE OU COMMENT RE-INVENTER L EAU CHAUDE Dr S LELIMOUZIN Médecin Hygiéniste CHBA Vannes 26 mars 2009 Réunion de l'arlin Bretagne - Vannes 1 Point sur les cas

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Mai 2009 version 3 - Guide de gestion du risque lié aux légionelles

Plus en détail

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU Prévention de la légionellose REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE OBJET DU REGISTRE, CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE & MODE D EMPLOI... page 2 Partie 1 : LISTE RÉCAPITULATIVE DES

Plus en détail

Prévention de la légionellose

Prévention de la légionellose Prévention de la légionellose Nouveau Règlement de la Régie du Bâtiment du Québec Jacques Murray T.P. CWT Vice-Président Applications & Technologies Produits Chimiques Magnus Ltée Présenté à L ASPE Québec

Plus en détail

PLATEFORME FORMATION & EVALUATION. Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective

PLATEFORME FORMATION & EVALUATION. Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective PLATEFORME FORMATION & EVALUATION Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective guillaume.pradier@ines-solaire.org 22 juin 2017 1 2 Programme Présentation INES / SOCOL Schémas solaire

Plus en détail

CAS D ALERTE A LA LEGIONELLOSE EN MILIEU INDUSTRIEL Dr B.GALY

CAS D ALERTE A LA LEGIONELLOSE EN MILIEU INDUSTRIEL Dr B.GALY CAS D ALERTE A LA LEGIONELLOSE EN MILIEU INDUSTRIEL Dr B.GALY Bien que peu de donnée sur les contaminations en milieu professionnel par des légionelles soient disponibles, certaines populations de travailleurs

Plus en détail

Légionelloses : Contexte réglementaire / Prévention Investigation des cas. 16 Juin 2015

Légionelloses : Contexte réglementaire / Prévention Investigation des cas. 16 Juin 2015 Légionelloses : Contexte réglementaire / Prévention Investigation des cas 16 Juin 2015 Contexte réglementaire / Code Santé Publique Art. L 1321-1 : "Toute personne qui offre au public de l eau en vue de

Plus en détail

MARCHE TYPE P2 PFI DECEMBRE 2015

MARCHE TYPE P2 PFI DECEMBRE 2015 MARCHE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES POUR LA CONDUITE ET L ENTRETIEN (P 2 PFI) DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE DE L EREA JACQUES BREL 92380 GARCHES ANNEXE

Plus en détail

Circuits tours aéroréfrigérantes et risque légionelle La réglementation illustrée

Circuits tours aéroréfrigérantes et risque légionelle La réglementation illustrée Circuits tours aéroréfrigérantes et risque légionelle La réglementation illustrée Michèle Merchat Spécialiste légionelle et circuits de refroidissement Appui technique ministère de l'environnement, de

Plus en détail

facilite la lutte contre les Une bonne conception Pseudomonas protège des Légionelles

facilite la lutte contre les Une bonne conception Pseudomonas protège des Légionelles Une bonne conception protège des Légionelles et facilite la lutte contre les Pseudomonas 1 Éléments constitutifs Retour du terrain Milieu hospitalier de prescriptions dans le cadre de la lutte contre les

Plus en détail

DIAGNOSTIC DES RESEAUX ET DE LA QUALITE DE L EAU POTABLE

DIAGNOSTIC DES RESEAUX ET DE LA QUALITE DE L EAU POTABLE PLAN D ACTION SANITAIRE DANS LES LYCEES LYCEE : LPA LA RICARDE- ISLE SUR SORGUE LOT N 1 DIAGNOSTIC DES RESEAUX ET DE LA QUALITE DE L EAU POTABLE Etablissement : LPA LA RICARDE Adresse : 1016, Avenue J.

Plus en détail

Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments

Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 1 Plan de l exposé _ Textes réglementaires et normatifs Lois,

Plus en détail

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS Sommaire S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS I - Généralités Termes employés dans ce guide................... 2 Risques et maintenance........................... 5 II - Réseaux collectifs : responsabilités

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

Vanne thermostatique MTCV multifonctions pour bouclage ECS

Vanne thermostatique MTCV multifonctions pour bouclage ECS Vanne thermostatique MTCV multifonctions pour bouclage ECS Fig. 1) Version de base A Fig. 2) * Version B avec cartouche de désinfection * le thermomètre est en option Introduction La MTCV est une vanne

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

CSTB - janvier /8 Référentiel technique de certification "Bâtiments Tertiaires - Démarche HQE " Bureau et Enseignement - Partie III : QEB

CSTB - janvier /8 Référentiel technique de certification Bâtiments Tertiaires - Démarche HQE  Bureau et Enseignement - Partie III : QEB QUALITE SANITAIRE DE L EAU CSTB - janvier 2005 1/8 INTRODUCTION Lorsque l on parle de qualité sanitaire de l eau, on entend par là l eau destinée à la consommation humaine. Par conséquent, une eau est

Plus en détail

Date de clôture du carnet

Date de clôture du carnet Date d ouverture du carnet Date de clôture du carnet Code de la Santé Publique Sécurité sanitaire des eaux et des aliments (Extrait) Art. L. 1321-1 Toute personne qui offre de l eau en vue de l alimentation

Plus en détail

Classe : Technologie : production ECS électrique en habitat individuel. Production ECS en habitat individuel

Classe : Technologie : production ECS électrique en habitat individuel. Production ECS en habitat individuel Production ECS en habitat individuel 1. Généralités Pourquoi produire de l eau chaude sanitaire? Pour avoir de l eau chaude au différents point de puisage d une habitation (lavabo, évier, douche, baignoire...)

Plus en détail

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012

Plus en détail

NOR : MESP C (Texte non paru au Journal officiel)

NOR : MESP C (Texte non paru au Journal officiel) Direction générale de la santé Sous-direction de la veille sanitaire Bureau VS 4 Circulaire DGS/VS 4 n 98-771 du 31 décembre 1998 relative à la mise en oeuvre de bonnes pratiques d'entretien des réseaux

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES MAITRE D OUVRAGE LYCEE GUILLAUME FICHET 219 rue de Pressy 74130 BONNEVILLE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES D.P.G.F. DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE RESTRUCTURATION DE LA CHAUFFERIE

Plus en détail

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Hygiène Risque et Qualité chez la personne âgée Jeudi 24 Septembre 2009 Lyon espace tête d or Nathalie ARMAND Pharmacien Hygiéniste Guillaume

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau

Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau 1- PLAN DE PRÉSENTATION Mandat de la RBQ Mise en contexte Contenu du règlement Mise en œuvre du règlement Recommandations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires .. 15 décembre 2005 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 36 sur 158 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant

Plus en détail

RESEAUX D EAU SANITAIRE

RESEAUX D EAU SANITAIRE RESEAUX D EAU SANITAIRE a présente fiche, destinée aux professionnels doit être adaptée suivant chaque application. L utilisation du document relève de la seule responsabilité du lecteur qui ne pourra

Plus en détail

La légionellose en Haute-Normandie

La légionellose en Haute-Normandie La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale

Plus en détail

CIRCULAIRE DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose.

CIRCULAIRE DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la veille sanitaire DGS/VS2/VS4 Le ministre du travail et des affaires sociales R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E Paris, le à Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Art. R du Code de la Santé Publique

Art. R du Code de la Santé Publique Bâtiment et santé Réseaux d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments Partie Guide technique de conception et de mise en œuvre Ministère de la Santé, de la Famille et des Handicapés

Plus en détail

Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS)

Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) American Society of Plumbing Engineers (ASPE) 10 septembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat de la RBQ Mise en

Plus en détail

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles

Plan d'action Sanitaire dans les Lycées. Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE. Lycée les Alpilles Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Lycée les Alpilles Adresse : 91 avenue Edouard Herriot Code Postal : 13 210... Ville : Saint Rémy de Provence Abréviation

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des prescriptions techniques

Plus en détail

Gestion du risque légionelles dans les TAR

Gestion du risque légionelles dans les TAR Gestion du risque légionelles dans les TAR Réglementation ICPE 2921 Claire Rosevègue DGEC/SCEE/SD5/5B Bureau de la qualité de l air 14 mars 2017 Evolution de la réglementation Pourquoi la révision en 2013

Plus en détail

Hôpital Privé Gériatrique les Magnolias 77 rue du Perray BALLAINVILLIERS

Hôpital Privé Gériatrique les Magnolias 77 rue du Perray BALLAINVILLIERS Hôpital Privé Gériatrique les Magnolias 77 rue du Perray 91160 BALLAINVILLIERS MARCHE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET CURATIVE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE, VENTILATION, CLIMATISATION, ECS DE L HOPITAL

Plus en détail

D.P.G.F. CHAUFFAGE - VENTILATION

D.P.G.F. CHAUFFAGE - VENTILATION . CHAUFFAGE - VENTILATION 1- TRAVAUX DIVERS Neutralisation des installations existantes suivant CCTP Conservation exploitation des autres niveaux Essais et réglages D.O.E. DIVERS HT... 2- RESEAU RADIATEURS

Plus en détail

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016 1 POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL Un partenaire incontournable 2 Une réalité: Le conditionnement de l

Plus en détail

BAC ASSP option DOMICILE. Remplace le BEP Carrières sanitaires et sociales, rentrée septembre 2011

BAC ASSP option DOMICILE. Remplace le BEP Carrières sanitaires et sociales, rentrée septembre 2011 BAC PROFESSIONNEL ACCOMPAGNEMENT, SOINS ET SERVICES à la PERSONNE Cycle de trois ans (seconde, première, terminale) BAC ASSP option DOMICILE Remplace le BEP Carrières sanitaires et sociales, rentrée septembre

Plus en détail

L application de chaudières à condensation

L application de chaudières à condensation La conversion au gaz naturel d une chaufferie collective au mazout L application de chaudières à condensation KVBG ARGB Optimiser la performance énergétique avec chaudière à condensation au gaz naturel.

Plus en détail

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne

ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Centre International de Valbonne ANNEXE 2 Plan d'action Sanitaire dans les Lycées Lutte contre la légionelle CAHIER SANITAIRE Adresse : 190 rue Frédéric Mistral Code Postal : 06 560... Ville : VALBONNE Abréviation Désignation AO Appel

Plus en détail

Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender?

Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender? Midi Pyrénées Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender? Béatrice BRESSON Ingénieur d Etudes Sanitaires ARS de Midi Pyrénées Direction de la Santé Publique Département Santé Environnement

Plus en détail

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie , Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie Le Contexte Développement des systèmes de climatisation et de réfrigération Usages

Plus en détail

«Note d informations adressées AUX EXPLOITANTS DES TOURS AERO-REFRIGERANTES»

«Note d informations adressées AUX EXPLOITANTS DES TOURS AERO-REFRIGERANTES» «Note d informations adressées AUX EXPLOITANTS DES TOURS AERO-REFRIGERANTES» Le 1 février 2005 OBJET : TOURS AERO-REFRIGERANTES HUMIDES INSTALLATION DE REFROIDISSEMENT PAR DISPERSION D EAU DANS UN FLUX

Plus en détail

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet

Plus en détail

Contrôle de qualité Systèmes de traitement de l eau en hémodialyse (Individuel et central) INTRODUCTION

Contrôle de qualité Systèmes de traitement de l eau en hémodialyse (Individuel et central) INTRODUCTION INTRODUCTION Ce document est un guide reprenant les contrôles minimaux communs applicables à tous les fabricants. A.A.M.B. On entend par contrôle de qualité, l ensemble des opérations destinées à évaluer

Plus en détail

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire PRESSION SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Un système complet pour l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux

Plus en détail

Architecture d Intérieur. Equipement du bâtiment. Eau chaude sanitaire. A.Arpigny. Ai Eau chaude sanitaire 1

Architecture d Intérieur. Equipement du bâtiment. Eau chaude sanitaire. A.Arpigny. Ai Eau chaude sanitaire 1 Architecture d Intérieur Equipement du bâtiment Eau chaude sanitaire A.Arpigny Ai3 2014-2015- Eau chaude sanitaire 1 Qu est-ce que c est l eau chaude sanitaire??? Quels sont les critères qui entrent en

Plus en détail

Travaux en milieu de soins

Travaux en milieu de soins Travaux en milieu de soins Précautions - Recommandations 1 Thèmes Introduction Hygiène de l environnement Travaux surfaces Travaux eau Travaux air Conclusions 2 1 Travaux à domicile Question: une personne

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques

Cahier des Prescriptions Techniques Annexe n 1 : Individualisation des contrats de fourniture d eau dans les immeubles collectifs ou les ensembles immobiliers de logement Cahier des Prescriptions Techniques Conformément au décret n 2003-408

Plus en détail

Maître d'ouvrage : Association "Les Maisons du Monde" Opération : Construction d'une crèche associative "LEI MINOTS"

Maître d'ouvrage : Association Les Maisons du Monde Opération : Construction d'une crèche associative LEI MINOTS 2.6.5 Renseignements et documents à fournir Plans de réservation, plans de recollement, d'execution, schémas de principe, notes de calcul, dossier DOE Ens 1 2.6.10 Contrôles et essais Sous-Total Poste

Plus en détail

ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 2

ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 2 ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 2 Conseiller chauffage PEB RIT : Société :... Particulier Nom :... N d identification :... Société :... N de TVA :... Rue :... N :. CP : Commune

Plus en détail

Plan d action de prévention des légionelloses

Plan d action de prévention des légionelloses Ministère de l écologie et du développement durable Ministère de la santé et de la protection sociale Plan d action de prévention des légionelloses 2004 2008 Le constat La légionellose est une infection

Plus en détail

Édition février 2016 Livret technique pour la mise en service dynamique

Édition février 2016 Livret technique pour la mise en service dynamique Édition février 2016 Livret technique pour la mise en service dynamique Installations solaires centralisées pour la production d Eau Chaude Sanitaire en collectif et tertiaire Sommaire Mise en service

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA CERTIFICATION CSTBat Service

REFERENTIEL DE LA CERTIFICATION CSTBat Service HYDRAULIQUE ET ÉQUIPEMENTS SANITAIRES Division EAUX & BÂTIMENTS REFERENTIEL DE LA CERTIFICATION CSTBat Service EXIGENCES TECHNIQUES N 25-03 Partie A : D EAU CHAUDE SANITAIRE Partie B : LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE 3ème Symposium International de l Eau 1 PRESENTATION LANFRANCHI Jean-Paul Pharmacien biologiste Directeur de Laboratoire d Analyses Médicales

Plus en détail

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Légionelles Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Introduction Historique 1976: congrès de l American Legion à Philadelphie: épidémie de 182 malades, 16% de décès

Plus en détail

CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL CLASSE A BALLONS

CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL CLASSE A BALLONS CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL CLASSE A BALLONS Email 300-400 Instructions de fonctionnement et de maintenance pour l usager CP018144 04/12/15 V1.5 - page 1 - BLOSOL COMBI SOMMAIRE 1. GENERALITE... 3 Recommandations

Plus en détail

Production instantanée d ECS

Production instantanée d ECS Production instantanée d ECS Par Jean-Marc DUFOUR 28/01/2016 61 Sommaire Principe de la production instantanée Les variantes: Production instantanée directe Production instantanée indirecte Avec échangeur

Plus en détail

APPLICATION LEGIONELLOSE REGLAGE DE BASE 01/02/2012 1

APPLICATION LEGIONELLOSE REGLAGE DE BASE 01/02/2012 1 APPLICATION LEGIONELLOSE REGLAGE DE BASE 01/02/2012 1 LES TEMPERATURES Brulures et légionellose sont les 2 principaux risques sanitaires liées a l utilisation de l eau chaude sanitaire (ECS). L'arrêté

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

RÉUSSIR L ÉQUILIBRAGE DU BOUCLAGE

RÉUSSIR L ÉQUILIBRAGE DU BOUCLAGE FOCUS TECHNIQUE RÉUSSIR L ÉQUILIBRAGE DU BOUCLAGE INTRODUCTION L équilibrage d un bouclage d Eau Chaude Sanitaire (ECS) est encore mal appréhendé par la profession. Ce constat découle d une autre constation

Plus en détail

Le suivi des installations d eau potable

Le suivi des installations d eau potable Le suivi des installations d eau potable Journée d échanges et d information du 8 novembre 2011 Direction de l Economie & du Développement Durable Service De l Eau 1 Le suivi des différents ouvrages L

Plus en détail

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Données 2007 Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation

Plus en détail

Le Chauffe Eau Solaire Collectif

Le Chauffe Eau Solaire Collectif Le Chauffe Eau Solaire Collectif CLUB DES ACTEURS DU SOLAIRE REGION ALSACE OCTOBRE 2006 QUELQUES REGLES DE CONCEPTION Emmanuel Ballot - Ingénieur ENSAIS Bureau d études GEST ENERGIE 1 Eléments de conception

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE Vanne d équilibrage GRK NET Référence : F G H

FICHE TECHNIQUE Vanne d équilibrage GRK NET Référence : F G H FICHE TECHNIQUE Vanne d équilibrage GRK NET Référence : 1800-8F - 1800-8G - 1800-8H - Application : Installation de distribution d Eau Chaude Sanitaire et de chauffage - Fonction : Equilibrage Préréglage

Plus en détail