Annexe C. Prols sismiques traites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe C. Prols sismiques traites"

Transcription

1 Annexe C Prols sismiques traites

2 252 Prols sismiques traites PR12 PR PR PR Fig. C.1 { Prols sismiques PR12, PR15-1, 15-2 et PR16. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

3 Prols sismiques traites PR PR25 PR PR PR31 PR33 Fig. C.2 { Prols sismiques PR24, PR25, PR28, PR30, PR31 et PR33. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

4 254 Prols sismiques traites PR PR40-3 PR PR PR43 Fig. C.3 { Prols sismiques PR40-1, 40-2 et 40-3, PR42 et PR43. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

5 Prols sismiques traites 255 PR PR PR Fig. C.4 { Prols sismiques PR54, PR55 et PR66. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

6 256 Prols sismiques traites PR PR114 PR PR Fig. C.5 { Prols sismiques PR67, PR114, PR115 et PR139. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

7 Prols sismiques traites 257 PR PR PR Fig. C.6 { Prols sismiques PR159, PR161-1 et Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

8 258 Prols sismiques traites PR PR PR Fig. C.7 { Prols sismiques PR164, PR169 et PR176. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

9 Prols sismiques trait es PR PR PR C.8 { Prols sismiques PR179, PR181 et PR183. Les prols sont ltr es en fr equence et somm es suivant le point miroir commun qui est report e en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonn ee est en seconde temps double (std). Fig.

10 260 Prols sismiques traites

11 Annexe D Biostratigraphie du fragment de corail DR1 La determination de l'^age des coraux (et plus precisement celles des foraminiferes dont on peut considerer qu'ils ont ete "pieges" dans les anfractuosites des coraux au cours de la croissance de ces derniers) a ete realisee par Daniele Grosheny (Universite Louis Pasteur, Institut de Geologie de Strasbourg). Inventaire des foraminiferes Sur les deux lames minces realisees, on a pu observer des foraminiferes planctoniques tres abondants presentant une dominance de formes globuleuses. Seules quelques sections permettent une determination ; la terminologie utilisee est celle de Loeblich et Tappan (1988). L'association comprend : Pulleniatina primalis (Banner et Blow), Globigerinoides cf. trilobus (Reuss), Globigerinoides sp.,? Globoquadrina sp., Sphaeroidinellopsis cf. sphaeroides (Lamb), Hastigerina siphonifera (d'orbigny), Globorotalia cf. crassiformis (Galloway et Wissfer). Interpretation biostratigraphique La repartition biostratigraphique utilisee est celle proposee par Bolli et Saunders (1985). Plusieurs especes possedent un large repartition biostratigraphique. Globigerinoides cf. trilobus appara^t depuis le debut du Miocene et perdure jusqu'a l'actuel ; Pulleniatia primalis possede un ^age compris entre le Pliocene et l'actuel. Globorotalia cf. crassiformis appara^t dans le Pliocene inferieur et existe jusque dans l'actuel. L'association de ces taxa avec S. cf sphaeroides, d'^age Miocene terminal a debut Pliocene moyen, reduit l'intervalle stratigraphique auquel appartient l'echantillon a la periode comprise entre le debut du Pliocene inferieur et le debut du Pliocene moyen (de la zone a Globorotalia margaritae a

12 262 Biostratigraphie du fragment de corail DR1 la zone a Globigerinoides trilobus stulosus ). Conclusions Peu d'individus ont pu ^etre determines et certains l'ont ete avec doute. La datation de cet echantillon ne peut donc ^etre faite qu'avec prudence ; il appartient avec certitude au Neogene et probablement au Pliocene inferieur (5 a 3Ma). Interpretation L'^age des foraminiferes planctoniques est celui de restes agglomeres d'organismes pieges dans les anfractuosites internes des coraux ; il correspond a la periode pendant laquelle les coraux etaient en vie ; on suppose en eet que ces vides remplis des debris d'organismes se sont par la suite trouves isoles de l'exterieur par la croissance qui continuait du massif corallien. La periode a laquelle les coraux sont morts, consecutivementa l'approfondissement par subsidence du guyot porteur, demeure mal connue mais est necessairement tres legerement posterieure. Bien que cet ^age de 5 a 3 Ma soit relativement jeune par rapport a l'^age de la cro^ute oceanique sur laquelle repose la cha^ne des Tarava, il est a rapprocher de l'^age trouve pour certains foraminiferes inclus dans les couches externes des concretions polymetalliques cobaltiferes draguees sur le rebord du plateau des Tuamotu, lesquels sont situees actuellement par des fonds de l'ordre de 1000 a 1200 m.

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

SCHEMA GLOBAL DE DEBROUSSAILLEMENT DU RESEAU DES VOIES DEPARTEMENTALES DU VAR

SCHEMA GLOBAL DE DEBROUSSAILLEMENT DU RESEAU DES VOIES DEPARTEMENTALES DU VAR Dénomination de la voie PR de départ Abscisse de départ PR de fin Abscisse de fin Largeur totale de débroussaillement Massif Rd 10 0 47 5 493 50 Rd 10 12 896 14 991 50 Rd 17 0 0 2 355 50 Rd 19 12 488 19

Plus en détail

Le tableau ci-dessous donne la répartition des notes obtenues à un contrôle de mathématiques par les 27 élèves de troisième.

Le tableau ci-dessous donne la répartition des notes obtenues à un contrôle de mathématiques par les 27 élèves de troisième. EXERCICE 1: Brevet Ouest 2 CORRIGE EXERCICES DE STATISTIQUES BREVET 211 Le tableau ci-dessous donne la répartition des notes obtenues à un contrôle de mathématiques par les 27 élèves de troisième. Notes

Plus en détail

2010 My Maths Space Page 1/6

2010 My Maths Space Page 1/6 A. Des statistiques aux probabilités 1. Statistiques descriptives, analyse de données. Vocabulaire des statistiques : Population : c'est l'ensemble étudié. Individu : c'est un élément de la population.

Plus en détail

Baccalauréat ES Polynésie 7 juin 2013

Baccalauréat ES Polynésie 7 juin 2013 Baccalauréat ES Polnésie 7 juin 2013 EXERCICE 1 Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Pour chaque question, une seule des quatre réponses proposées est correcte. Une réponse juste rapporte

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) L attention des candidats est attirée sur le fait que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 213 MATHÉMATIQUES Série ES/L Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) ES : ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L : ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE Les calculatrices électroniques

Plus en détail

Les Dessinateurs Projeteurs du secteur de l'ingénierie

Les Dessinateurs Projeteurs du secteur de l'ingénierie Les Dessinateurs Projeteurs du secteur de l'ingénierie Complément de l'étude réalisée en janvier 2006 26 avril 2006 I - Préambule 2 I.1 - Objectifs et méthodologie de l'étude RAPPEL Suite à l'étude réalisée

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

TD d exercices statistiques et pourcentages.

TD d exercices statistiques et pourcentages. TD d exercices statistiques et pourcentages. Exercice 1 : Diagramme circulaire On donne la répartition du nombre d abonnés au téléphone mobile en France en 2006. Opérateurs Bouygue télécom SFR Orange Autres

Plus en détail

Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010

Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010 Importance des effets de site à Portau-Prince lors du séisme d Haïti de Janvier 2010 Rencontre technique sur la réponse sismique des sols, Lamentin - Guadeloupe A. Roullé D. Bertil J.M. Mompelat Le séisme

Plus en détail

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud. DIAGNOSTIC DE ZONE HUMIDE SUR LE SECTEUR D AMENAGEMENT PRESSENTI SALAMOT/REVELAZ COMMUNE DE TULLINS Janvier 2012 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

- 609 - Art. NO 251 Contribution COR N O 323

- 609 - Art. NO 251 Contribution COR N O 323 IxO Congrès International de Sédimentologie - Nice 1975 Art. NO 251 Contribution COR N O 323 Influence des courants profonds au large du Brésil sur la distribution des faciès sédimentaires récents. Par

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Valorisation d es des options Novembre 2007

Valorisation d es des options Novembre 2007 Valorisation des options Novembre 2007 Plan Rappels Relations de prix Le modèle binomial Le modèle de Black-Scholes Les grecques Page 2 Rappels (1) Définition Une option est un contrat financier qui confère

Plus en détail

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction

TP SVT: H1 : Le scénario suivant présente la formation d un océan qui a ensuite disparu par subduction Chiadmi Hamid Sami Cherradi TP SVT: Intro : Les chaines de montagne sont des lieux de convergence lithosphériques. Ces zones d affrontement entre deux lithosphères renferment des informations qui permettent

Plus en détail

Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.).

Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.). Sommaire Avant propos Préface de Jean Guilaine Remerciements Introduction Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.). 1.1 La période

Plus en détail

Campagnes des moyens navals de l'ums N/O Alis

Campagnes des moyens navals de l'ums N/O Alis Campagnes des moyens navals de l'ums N/O Alis VAHINE 1 : du 9 janvier au jeudi 8 février (31 jours) Chef de mission : Sophie BONNET (IRD) Thème : Suivre le devenir de l azote nouvellement fixé par les

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Sujet de Bac 2013 - Maths ES Obligatoire & Spécialité Amérique du Nord

Sujet de Bac 2013 - Maths ES Obligatoire & Spécialité Amérique du Nord Sujet de Bac 2013 - Maths ES Obligatoire & Spécialité Amérique du Nord Exercice 1 : 4 points et exercice est un questionnaire à choix multiples. Chaque question ci-après comporte quatre réponses possibles.

Plus en détail

GEOLOGIE Durée : 3 heures

GEOLOGIE Durée : 3 heures SESSION 2011 CONCOURS G2E GEOLOGIE Durée : 3 heures Les calculatrices sont interdites. L usage de tout ouvrage de référence et de tout document est strictement interdit. Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE

PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES EN ÉVALUATION CRITIQUE 11 questions pour interpréter les règles de prédiction clinique Comment utiliser cet outil d évaluation Lorsqu on évalue une étude, quelle

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Terminale S - ACP Ex1 : Partie A - Restitution organisée des connaissances Partie B : 1. a. 1. b. 1. c. 2. a. 2. b. Ex2 :

Terminale S - ACP Ex1 : Partie A - Restitution organisée des connaissances Partie B : 1. a. 1. b. 1. c. 2. a. 2. b. Ex2 : Terminale S - ACP Ex1 : Antilles Septembre 2006 Partie A - Restitution organisée des connaissances On suppose connu le résultat suivant : Si est une variable aléatoire qui suit une loi exponentielle de

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

Le passage Mio-Pliocène dans le bassin du Bas Chélif (Algérie). Biostratigraphie et paléoenvironnements

Le passage Mio-Pliocène dans le bassin du Bas Chélif (Algérie). Biostratigraphie et paléoenvironnements Le passage Mio-Pliocène dans le bassin du Bas Chélif (Algérie). Biostratigraphie et paléoenvironnements Khireddine Faïyçal Tewfik ATIF Université d Oran Es-Sénia, Département des Sciences de la Terre,

Plus en détail

Nouveaux programmes de terminale Probabilités et statistiques

Nouveaux programmes de terminale Probabilités et statistiques Nouveaux programmes de terminale Probabilités et statistiques I. Un guide pour l'année II. La loi uniforme : une introduction III. La loi exponentielle IV. De la loi binomiale à la loi normale V. Échantillonnage

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles

Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Evolution de la fréquence des sinistres 2001-2009 en assurance RC automobiles Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Ecosystèmes et environnement NOUVELLE-CALEDONIE

Ecosystèmes et environnement NOUVELLE-CALEDONIE CORAIL VIVANT Réalisation d une banque d informations. - 18/02/2002 1/7 Réalisation d une Base d Informations Géographiques Ecosystèmes et environnement NOUVELLE-CALEDONIE CORAIL VIVANT Réalisation d une

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques. Introduction Faute de connaissances suffisantes sur la structure et le fonctionnement de la planète, la

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016 Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016 Présentation générale de la formation Créer une boutique dans un site culturel ou touristique conduit tout d abord

Plus en détail

Niveau. Situation étudiée. Type d activité. Durée. Objectifs. Seconde.

Niveau. Situation étudiée. Type d activité. Durée. Objectifs. Seconde. Simuler des expériences aléatoires avec une calculatrice Niveau Seconde. Situation étudiée Différentes selon les séances : Séance 1 : Jeu de pile ou face, tirages de boule dans une urne avec des proportions

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Liban EXERCICE 1 : 4 Points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Aucune justification n est demandée. Pour chacune des questions, une

Plus en détail

L essentiel sur les tests statistiques

L essentiel sur les tests statistiques L essentiel sur les tests statistiques 21 septembre 2014 2 Chapitre 1 Tests statistiques Nous considérerons deux exemples au long de ce chapitre. Abondance en C, G : On considère une séquence d ADN et

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 30 mai 2013

Baccalauréat ES Amérique du Nord 30 mai 2013 Baccalauréat ES Amérique du Nord 30 mai 03 EXERCICE 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Chaque question ci-après comporte quatre réponses possibles. Pour chacune de ces questions,

Plus en détail

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES

Module 2 29 Décembre 2009 Intervenant: Dhuin STATISTIQUES STATISTIQUES I. Séries statistiques simples... 1 A. Définitions... 1 1. Population... 1 2. Caractère statistique... 1 B. Séries classées / représentations graphiques.... 2 1. Séries classées... 2 2. Représentations

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

Les roches carbonées Ressources et énergie

Les roches carbonées Ressources et énergie Les roches carbonées Ressources et énergie 1 Exemples de roches carbonées Comme leur nom l in dique, ces roches renferment du carbone (C). Cela leur donne une couleur noire et un pouvoir calorifique plus

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Probabilités Épreuve de Bernoulli, loi de Bernoulli.

CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Probabilités Épreuve de Bernoulli, loi de Bernoulli. 1 ère - 3 Chap.9 : Loi binomiale. Échantillonnage. 1 ère - Chapitre 9 : LOI BINOMIALE. ÉCHANTILLONNAGE. Textes officiels (30 septembre 2010) : CONTENU CAPACITÉ ATTENDUE COMMENTAIRE Probabilités Épreuve

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime technique Division de la formation administrative et commerciale Cycle supérieur Section gestion Comptabilité Classe de 12CG Nombre de leçons: 3.0 Nombre minimal

Plus en détail

Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition

Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition Cours 9 Une variable numérique : distribution et répartition Lorsqu'une variable est qualitative et l'autre numérique, il est courant que la première identie des sous-populations (sexe, catégories socio-économiques,

Plus en détail

Laboratorio Scientifico del MUSEO D ARTE E SCIENZA di Gottfried Matthaes

Laboratorio Scientifico del MUSEO D ARTE E SCIENZA di Gottfried Matthaes Laboratorio Scientifico del MUSEO D ARTE E SCIENZA di Gottfried Matthaes Milan, 23/02/2011 Nr. 2AN-7752 Résultats des analyses scientifiques effectuées sur le tableau peint sur toile (cm 65 x 49) reproduit

Plus en détail

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines FctsAffines.nb 1 Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008 Fonctions affines Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hpertete vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec2/inde.html

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Webinaire Expédié par Amazon Comment utiliser les rapports Expédié par Amazon pour mieux gérer votre stock

Webinaire Expédié par Amazon Comment utiliser les rapports Expédié par Amazon pour mieux gérer votre stock Webinaire Expédié par Amazon Comment utiliser les rapports Expédié par Amazon pour mieux gérer votre stock 2013 1996-2013, Amazon.com, Inc. ou ses sociétés affiliées. Tous droits réservés. Agenda Aperçu

Plus en détail

Exercices sur les lois de probabilités continues

Exercices sur les lois de probabilités continues Terminale S Exercices sur les lois de probabilités continues Exercice n 1 : X est la variable aléatoire de la loi continue et uniforme sur [0 ; 1]. Donner la probabilité des événements suivants : a. b.

Plus en détail

COURS. Introduction au droit. collection. Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés. Collection dirigée par Bernard Beignier

COURS. Introduction au droit. collection. Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés. Collection dirigée par Bernard Beignier Collection dirigée par Bernard Beignier LMD 1 er Semestre de L1 collection COURS Introduction au droit Cours Mémento Lexique Méthodologie des travaux dirigés Bernard BEIGNIER Corinne BLÉRY Anne-Laure THOMAT-RAYNAUD

Plus en détail

ASSOCIATION NAITRE EN ALSACE 19 RUE LOUIS PASTEUR CMCO 67300 SCHILTIGHEIM. Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014

ASSOCIATION NAITRE EN ALSACE 19 RUE LOUIS PASTEUR CMCO 67300 SCHILTIGHEIM. Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014 ASSOCIATION NAITRE EN ALSACE 19 RUE LOUIS PASTEUR CMCO Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014 Dossier N 003733 en Euros. Mission de présentation - Voir le rapport d'expert Comptable ASSOCIATION NAITRE EN

Plus en détail

Baccalauréat SMS 2001 L intégrale de juin à novembre 2001

Baccalauréat SMS 2001 L intégrale de juin à novembre 2001 Baccalauréat SMS 001 L intégrale de juin à novembre 001 Antilles Guyane juin 001............................... 3 La Réunion juin 001.................................... 5 Métropole juin 001.....................................

Plus en détail

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 24 & 25 mars 2015

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 24 & 25 mars 2015 Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 24 & 25 mars 2015 Présentation générale de la formation Créer une boutique dans un site culturel ou touristique conduit tout d

Plus en détail

CONSTRUIRE ENSEMBLE Des b n Þces pour les patients : Des services pour les professionnels : Des opportunit s pour les acteurs institutionnels :

CONSTRUIRE ENSEMBLE Des b n Þces pour les patients : Des services pour les professionnels : Des opportunit s pour les acteurs institutionnels : CONSTRUIRE ENSEMBLE PARTICIPER ENSEMBLE LES ETAPES DE LA CONSTRUCTION Crédit photos : BSIP GIP RTeS@ Pr Louis LARENG Dr Monique SAVOLDELLI Tél : 05 61 77 86 41 lareng.l@chu-toulouse.fr savoldelli.m@chu-toulouse.fr

Plus en détail

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches

7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches 7. Le rôle de l eau dans la transformation des roches A. L EAU DANS L ALTÉRATION ET L ÉROSION Quelle que soit la nature des roches à la surface du globe, elles subissent les actions conjuguées des fluides

Plus en détail

Les évolutions du simulateur de calcul de pension

Les évolutions du simulateur de calcul de pension Les évolutions du simulateur de calcul de pension Mise à jour : 18/02/2014 1. OBJET DU DOCUMENT Ce document présente les évolutions du simulateur de pensions CNRACL depuis la réforme des retraites 2010.

Plus en détail

Aire d'étude : Limoges Commune : Limoges Lieu-dit : Casseaux (les) Adresse : Donzelot (rue) 28

Aire d'étude : Limoges Commune : Limoges Lieu-dit : Casseaux (les) Adresse : Donzelot (rue) 28 Département : 87 Aire d'étude : Limoges Commune : Limoges Lieu-dit : Casseaux (les) Adresse : Donzelot (rue) 28 IM87001733 Edifice contenant : usine de porcelaine Alluaud, puis Charles Field Haviland,

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Les dynamiques générationnelles de l'automobile. Une analyse âge-période-cohorte

Les dynamiques générationnelles de l'automobile. Une analyse âge-période-cohorte Eets d'âge, eets de génération? Les dynamiques générationnelles de l'automobile. Une analyse âge-période-cohorte Yoann Demoli Laboratoire de Sociologie Quantitative (CREST - GENES) Jeudi 5 novembre 2015

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Correction du TP4. column 1 to 17. column 18 to 34. column 35 to 51. column 52 to 68. column 69 to 85. column 86 to 100. U i ]. i=1.

Correction du TP4. column 1 to 17. column 18 to 34. column 35 to 51. column 52 to 68. column 69 to 85. column 86 to 100. U i ]. i=1. Exercice 1. 1. U=grand(1,10000,'uin',-2,5) disp(u(1:100), "U=") On obtient par exemple : U= column 1 to 17-1. 2. 3. 0. 5. 3. - 1. 0. 4. - 2. 5. 3. - 1. 2. 0. - 1. 3. column 18 to 34-2. - 1. 3. 1. 5. 5.

Plus en détail

Protocole d'examen. Sécurité nature

Protocole d'examen. Sécurité nature Protocole d'examen Sécurité nature 6780, 1 e avenue, bureau 109 Québec (QC) G1H 2W8 Personne-ressource désignée : Martin Savard info@fedecp.qc.ca PROTOCOLE D'EXAMEN Sécurité nature 2 de 6 PROTOCOLE D'EXAMEN

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

Les statistiques descriptives et les intervalles de confiance

Les statistiques descriptives et les intervalles de confiance Les statistiques et les intervalles de Yohann.Foucher@univ-nantes.fr Equipe d Accueil 4275 "Biostatistique, recherche clinique et mesures subjectives en santé", Université de Nantes Master 2 - Cours #2

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique

4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6 Analyses d aiguilles siliceuses en terrain gneissique 4.6.1 Introduction C est à quelques kilomètres au nord de la ville de Yaoundé, à proximité du village de Nkolondom qu a été décrite la grotte du

Plus en détail

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE 1. OBJECTIFS DE L'ETUDE STATISTIQUE Le traitement statistique des données a été effectué par le Professeur A. ALBERT du Centre Interdisciplinaire de Statistique

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

TABLEAU DE BORD "ONGULES-ENVIRONNEMENT" Guide d utilisation. ONCFS CNERA Cervidés-Sanglier¹ et Faune de Montagne²

TABLEAU DE BORD ONGULES-ENVIRONNEMENT Guide d utilisation. ONCFS CNERA Cervidés-Sanglier¹ et Faune de Montagne² TABLEAU DE BORD "ONGULES-ENVIRONNEMENT" Guide d utilisation 2014 ONCFS CNERA Cervidés-Sanglier¹ et Faune de Montagne² Tableaux de bord "Ongulés-Environnement" Guide d utilisation 2014-1 - Thierry Chevrier¹,

Plus en détail

Section 3 : Le journal, Le grand livre, La balance

Section 3 : Le journal, Le grand livre, La balance Section 3 : Le journal, Le grand livre, La balance L organisation comptable varie d une entreprise à l autre. Cependant les principes de bases, les procédures, et les documents comptables sont communs

Plus en détail

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR?

COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? NOM: Coéquipier : COMMENT OBTENIR UN SPECTRE SATISFAISANT D UN SIGNAL ENREGISTRE PAR ORDINATEUR? Soit une fonction G(t) périodique, de fréquence f. D'après Fourier, cette fonction peut se décomposer en

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES

1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES 1ère partie de l épreuve Dossier. LES MARGES PASSIVES LES MARGES PASSIVES Niveau : 1 ère S, Terminale S Extrait du programme : «Marges passives des continents : elles sont structurées par des failles normales

Plus en détail

LES CARTES BANCAIRES CB

LES CARTES BANCAIRES CB 2003 LES CARTES BANCAIRES CB EN CHIFFRES FEVRIER 2004 P3 INTRODUCTION LES CARTES BANCAIRES CB EN 2003 P5 LES PAIEMENTS ET RETRAITS P6 PAR CARTE BANCAIRE CB EN 2003 LES PAIEMENTS PAR CARTES BANCAIRES CB

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Normalité des rendements?

Normalité des rendements? Normalité des rendements? Daniel Herlemont 31 mars 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 Test de Normalité des rendements 2 3 Graphiques quantile-quantile 2 4 Estimation par maximum de vraisemblance

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S ÉPREUVE DU MERCREDI 24 JUIN 2015 Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice

Plus en détail

La série STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

La série STMG. Sciences et Technologies du Management et de la Gestion La série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Choisir STMG, c est Suivre des études secondaires technologiques Réussir ses études supérieures à Bac + 2, + 3 ou + 5 Avoir de véritables

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002 Séance de TP 4 Lentilles minces Romain BEL 3 janvier 2002 1 Table des matières 1 Lentilles minces, stigmatisme, relations de conjugaison 3 1.1 Lentilles minces............................. 3 1.2 L'approximation

Plus en détail

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES 1 Ce travail a deux objectifs : ====================================================================== 1. Comprendre ce que font les générateurs de nombres aléatoires

Plus en détail

Fonds présentant un risque de perte en capital

Fonds présentant un risque de perte en capital action plus Novembre 2019 Fonds à formule Durée de placement : 4 ans (1) éligible au PEA et au compte titres Commercialisation du 12 novembre au 12 décembre 2015 (sauf clôture anticipée des souscriptions)

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

C3 : Manipulations statistiques

C3 : Manipulations statistiques C3 : Manipulations statistiques Dorat Rémi 1- Génération de valeurs aléatoires p 2 2- Statistiques descriptives p 3 3- Tests statistiques p 8 4- Régression linéaire p 8 Manipulations statistiques 1 1-

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail