Annexe C. Prols sismiques traites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe C. Prols sismiques traites"

Transcription

1 Annexe C Prols sismiques traites

2 252 Prols sismiques traites PR12 PR PR PR Fig. C.1 { Prols sismiques PR12, PR15-1, 15-2 et PR16. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

3 Prols sismiques traites PR PR25 PR PR PR31 PR33 Fig. C.2 { Prols sismiques PR24, PR25, PR28, PR30, PR31 et PR33. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

4 254 Prols sismiques traites PR PR40-3 PR PR PR43 Fig. C.3 { Prols sismiques PR40-1, 40-2 et 40-3, PR42 et PR43. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

5 Prols sismiques traites 255 PR PR PR Fig. C.4 { Prols sismiques PR54, PR55 et PR66. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

6 256 Prols sismiques traites PR PR114 PR PR Fig. C.5 { Prols sismiques PR67, PR114, PR115 et PR139. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

7 Prols sismiques traites 257 PR PR PR Fig. C.6 { Prols sismiques PR159, PR161-1 et Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

8 258 Prols sismiques traites PR PR PR Fig. C.7 { Prols sismiques PR164, PR169 et PR176. Les prols sont ltres en frequence et sommes suivant le point miroir commun qui est reporte en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonnee est en seconde temps double (std).

9 Prols sismiques trait es PR PR PR C.8 { Prols sismiques PR179, PR181 et PR183. Les prols sont ltr es en fr equence et somm es suivant le point miroir commun qui est report e en abscisse ( : Common Depth Point). L'ordonn ee est en seconde temps double (std). Fig.

10 260 Prols sismiques traites

11 Annexe D Biostratigraphie du fragment de corail DR1 La determination de l'^age des coraux (et plus precisement celles des foraminiferes dont on peut considerer qu'ils ont ete "pieges" dans les anfractuosites des coraux au cours de la croissance de ces derniers) a ete realisee par Daniele Grosheny (Universite Louis Pasteur, Institut de Geologie de Strasbourg). Inventaire des foraminiferes Sur les deux lames minces realisees, on a pu observer des foraminiferes planctoniques tres abondants presentant une dominance de formes globuleuses. Seules quelques sections permettent une determination ; la terminologie utilisee est celle de Loeblich et Tappan (1988). L'association comprend : Pulleniatina primalis (Banner et Blow), Globigerinoides cf. trilobus (Reuss), Globigerinoides sp.,? Globoquadrina sp., Sphaeroidinellopsis cf. sphaeroides (Lamb), Hastigerina siphonifera (d'orbigny), Globorotalia cf. crassiformis (Galloway et Wissfer). Interpretation biostratigraphique La repartition biostratigraphique utilisee est celle proposee par Bolli et Saunders (1985). Plusieurs especes possedent un large repartition biostratigraphique. Globigerinoides cf. trilobus appara^t depuis le debut du Miocene et perdure jusqu'a l'actuel ; Pulleniatia primalis possede un ^age compris entre le Pliocene et l'actuel. Globorotalia cf. crassiformis appara^t dans le Pliocene inferieur et existe jusque dans l'actuel. L'association de ces taxa avec S. cf sphaeroides, d'^age Miocene terminal a debut Pliocene moyen, reduit l'intervalle stratigraphique auquel appartient l'echantillon a la periode comprise entre le debut du Pliocene inferieur et le debut du Pliocene moyen (de la zone a Globorotalia margaritae a

12 262 Biostratigraphie du fragment de corail DR1 la zone a Globigerinoides trilobus stulosus ). Conclusions Peu d'individus ont pu ^etre determines et certains l'ont ete avec doute. La datation de cet echantillon ne peut donc ^etre faite qu'avec prudence ; il appartient avec certitude au Neogene et probablement au Pliocene inferieur (5 a 3Ma). Interpretation L'^age des foraminiferes planctoniques est celui de restes agglomeres d'organismes pieges dans les anfractuosites internes des coraux ; il correspond a la periode pendant laquelle les coraux etaient en vie ; on suppose en eet que ces vides remplis des debris d'organismes se sont par la suite trouves isoles de l'exterieur par la croissance qui continuait du massif corallien. La periode a laquelle les coraux sont morts, consecutivementa l'approfondissement par subsidence du guyot porteur, demeure mal connue mais est necessairement tres legerement posterieure. Bien que cet ^age de 5 a 3 Ma soit relativement jeune par rapport a l'^age de la cro^ute oceanique sur laquelle repose la cha^ne des Tarava, il est a rapprocher de l'^age trouve pour certains foraminiferes inclus dans les couches externes des concretions polymetalliques cobaltiferes draguees sur le rebord du plateau des Tuamotu, lesquels sont situees actuellement par des fonds de l'ordre de 1000 a 1200 m.

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

Le passage Mio-Pliocène dans le bassin du Bas Chélif (Algérie). Biostratigraphie et paléoenvironnements

Le passage Mio-Pliocène dans le bassin du Bas Chélif (Algérie). Biostratigraphie et paléoenvironnements Le passage Mio-Pliocène dans le bassin du Bas Chélif (Algérie). Biostratigraphie et paléoenvironnements Khireddine Faïyçal Tewfik ATIF Université d Oran Es-Sénia, Département des Sciences de la Terre,

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2002-2011 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

STATISTIQUES A DEUX VARIABLES

STATISTIQUES A DEUX VARIABLES Evaluation de Mathématiques Bac Pro Date : STATISTIQUES A DEUX VARIABLES Liste des capacités, connaissances et attitudes évaluées Capacités Connaissances Attitudes Evaluation A l aide des TIC, représenter

Plus en détail

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines FctsAffines.nb 1 Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008 Fonctions affines Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hpertete vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec2/inde.html

Plus en détail

Valorisation d es des options Novembre 2007

Valorisation d es des options Novembre 2007 Valorisation des options Novembre 2007 Plan Rappels Relations de prix Le modèle binomial Le modèle de Black-Scholes Les grecques Page 2 Rappels (1) Définition Une option est un contrat financier qui confère

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2003-2012 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

NOM :... Prénom :...

NOM :... Prénom :... UFR de Sciences Physiques Service de la Scolarité 3-5 rue de l Université 67084 STRASBOURG Cedex Tél. 03.90.24.06.70 Année universitaire 2006/2007 NOM :... Prénom :... DEMANDE D INSCRIPTION LICENCE SCIENCES

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Cours de physique: sixième. Yves Delhaye

Cours de physique: sixième. Yves Delhaye Cours de physique: sixième Yves Delhaye 13 septembre 2006 Copyright (c) 2004-2006 Yves Delhaye. Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation

Plus en détail

Académies des Antilles et de la Guyane et AEFE

Académies des Antilles et de la Guyane et AEFE Académies des Antilles et de la Guyane et AEFE Durée de l épreuve : 4h Le sujet se compose de trois exercices notés sur dix points chacun. Il comporte de nombreux documents, mais leur exploitation et les

Plus en détail

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues,

Coordonnateur CNR-Strep : Laboratoires Associés : Pr Claire POYART claire.poyart@cch.aphp.fr. Paris, le 2 mai 2006. Chers(e) Collègues, Coordonnateur CNR-Strep : 27, rue du faubourg Saint Jacques ou (33) 1 58 41 15 44 Laboratoires Associés : Infections à streptocoque du groupe A de l adulte (LA-SGA-A) Pr Anne BOUVET anne.bouvet@htd.aphp.fr

Plus en détail

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES 1 Ce travail a deux objectifs : ====================================================================== 1. Comprendre ce que font les générateurs de nombres aléatoires

Plus en détail

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans,

le versement d'un capital décès d'un montant 30, 000 aux ayants-droits si l'assuré décès décède avant 60 ans, Contrat d'assurance 1 Un individu d'âge x = 45 a souscrit un contrat d'assurance avec les garanties suivantes, avant 60 ans, le versement à l'assuré, à partir de sa 60ème anné, d'une annuité vie entière,

Plus en détail

L océan, un Eldorado pour les ressources du futur?

L océan, un Eldorado pour les ressources du futur? Les ressources minérales du futur sont-elles au fond des mers? «Il existe au fond des mers des mines de zinc, de fer, d argent, d or, dont l exploitation serait très certainement praticable.» Jules Verne

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

Projet mare. La faune des mares

Projet mare. La faune des mares Projet mare La faune des mares CET EXPOSE VOUS EST PRESENTE PAR: Aurélie F. Kelly C. Charly G. Les larves de moustiques Les larves de moustiques sont très nombreuses dans les mares car il y a peu de prédateurs

Plus en détail

MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE

MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE MAAF Assurances SA SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 160 000 000 EUROS ENTIEREMENT VERSE RCS NIORT 542 073 580 Code APE 6512 Z ENTREPRISE REGIE PAR LE CODE DES ASSURANCES N TVA intracommunautaire FR 38 542

Plus en détail

Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise

Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise Plateforme Mobilité Emploi Insertion De l agglomération lyonnaise 1 APPEL A PROJET POUR LA MISE A DISPOSITION DE VEHICULES 2014 CONTEXTE ET ENJEUX L importance des questions liées à l absence de mobilité

Plus en détail

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE

LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE LE QUESTIONNAIRE ISALEM : ETUDE STATISTIQUE 1. OBJECTIFS DE L'ETUDE STATISTIQUE Le traitement statistique des données a été effectué par le Professeur A. ALBERT du Centre Interdisciplinaire de Statistique

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 : OBJET - CHAMP D APPLICATION 1.1. Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les ventes conclues à distance par la société Tant qu il y aura

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA PROTECTION DE NOTRE PATRIMOINE MARITIME & TERRESTRE DOSSIER DE PRESENTATION

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA PROTECTION DE NOTRE PATRIMOINE MARITIME & TERRESTRE DOSSIER DE PRESENTATION CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION POUR LA PROTECTION DE NOTRE PATRIMOINE MARITIME & TERRESTRE DOSSIER DE PRESENTATION LES STANDS DES PARTENAIRES DE FAMILLES DE FRANCE Les partenaires de Familles de

Plus en détail

CE QUE NOUS FAISONS:

CE QUE NOUS FAISONS: CONSEILS PAO CONSEILS PAO Pour que vos fichiers graphiques soient imprimés sans problème et exactement comme vous le souhaitez, nous vous remercions de lire ce petit guide de la PAO. Le but de ce guide

Plus en détail

Conseils pour réaliser un tableau de sortie

Conseils pour réaliser un tableau de sortie Conseils pour réaliser un tableau de sortie Ne pas oublier d adapter le langage au patient ou à l institution! Attention au langage trop scientifique ; mais rester cependant clair et précis ; faire passer

Plus en détail

COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE. Préavis n 8/2010 AU CONSEIL COMMUNAL

COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE. Préavis n 8/2010 AU CONSEIL COMMUNAL COMMUNE DE PAYERNE MUNICIPALITE Préavis n 8/2010 AU CONSEIL COMMUNAL Objet : Remplacement de 3 véhicules et achat de 2 nouveaux véhicules pour les secteurs d'exploitation communaux et équipements pour

Plus en détail

Prévention de la mort subite du nourrisson

Prévention de la mort subite du nourrisson Prévention de la mort subite du nourrisson Tous concernés! De quoi s agit-il? C'est le décès incompréhensible à première vue et imprévisible, le plus souvent pendant le sommeil, d un tout-petit qui semblait

Plus en détail

Normalité des rendements?

Normalité des rendements? Normalité des rendements? Daniel Herlemont 31 mars 2011 Table des matières 1 Introduction 1 2 Test de Normalité des rendements 2 3 Graphiques quantile-quantile 2 4 Estimation par maximum de vraisemblance

Plus en détail

TP2 - Conguration réseau et commandes utiles. 1 Généralités. 2 Conguration de la machine. 2.1 Commande hostname

TP2 - Conguration réseau et commandes utiles. 1 Généralités. 2 Conguration de la machine. 2.1 Commande hostname Département d'informatique Architecture des réseaux TP2 - Conguration réseau et commandes utiles L'objectif de ce TP est d'une part de vous présenter la conguration réseau d'une machine dans l'environnement

Plus en détail

LES CARTES BANCAIRES CB

LES CARTES BANCAIRES CB 25 LES CARTES BANCAIRES CB EN CHIFFRES MARS 26 www.cartes-bancaires.com INTRODUCTION ET CHIFFRES CLES CB 3 ACTIVITÉ DES CARTES CB DEPUIS 22 4 EVOLUTION DU NOMBRE DE CARTES BANCAIRES CB 5 EVOLUTION DES

Plus en détail

Internet mobile : Etat de l art - Février 2010 - Reproduction ou communication même partielle interdite sans autorisation écrite d ip-label.

Internet mobile : Etat de l art - Février 2010 - Reproduction ou communication même partielle interdite sans autorisation écrite d ip-label. Internet mobile : Etat de l art - Février 2010 - Reproduction ou communication même partielle interdite sans autorisation écrite d ip-label.newtest Sommaire 1 MARQUES DE TELEPHONES LES PLUS UTILISEES POUR

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

- 1320 - Cordonniers, sigans

- 1320 - Cordonniers, sigans click for previous page - 1320 - Cordonniers, sigans Corps ovale, très comprimé latéralement et couvert de petites écailles. Bouche petite, avec une seule rangée serrée de petites dents incisiformes. Nageoire

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT EXPOSÉ PRÉALABLE : La Société MUTUACHAT, société par actions simplifiée à capital variable, a notamment pour objet la centralisation des achats ainsi que l achat de biens

Plus en détail

Les évolutions du simulateur de calcul de pension

Les évolutions du simulateur de calcul de pension Les évolutions du simulateur de calcul de pension Mise à jour : 18/02/2014 1. OBJET DU DOCUMENT Ce document présente les évolutions du simulateur de pensions CNRACL depuis la réforme des retraites 2010.

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE. MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie

ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE. MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie ÉPIDÉMIOLOGIE DENTAIRE MDD-20072 Dentisterie communautaire et Épidémiologie Épidémiologie : TERMINOLOGIE Discipline qui étudie les différents facteurs intervenant dans l apparition des maladies ainsi que

Plus en détail

GKR. Geological Knowledge Representation Base de connaissances métallogéniques

GKR. Geological Knowledge Representation Base de connaissances métallogéniques GKR Geological Knowledge Representation Base de connaissances métallogéniques Objets Organiser un ensemble d informations complexes et hétérogènes pour orienter l exploration minière aux échelles tactiques

Plus en détail

Baromètre FNIM 2014-11- 03 Les Français et leur complémentaire santé

Baromètre FNIM 2014-11- 03 Les Français et leur complémentaire santé Baromètre FNIM 2014-11- 03 Les Français et leur complémentaire santé En 2013, la FNIM prenait l initiative de réaliser une enquête sur les attentes des Français en santé, et sur sa prise en charge. Cette

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Rapport d étude 7 novembre 2005 Contacts TNS SOFRES : Florence de MARIEN 01.40.92.45.59 Benjamine DUROUCHOUX 01.40.92.45.14 BDX R_42GV07_01 Département

Plus en détail

Neuve-et-Labrador. stratégique (EES) Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board

Neuve-et-Labrador. stratégique (EES) Canada-Newfoundland and Labrador Offshore Petroleum Board Secteur extracôtier de l Ouest de Terre- Neuve-et-Labrador Le point sur l évaluation environnementale stratégique (EES) Contexte de l EES L Office mène des EES dans le cadre du processus d octroi de droits

Plus en détail

«BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg)

«BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg) «BONUS MALUS» (exercice exploitant les changements de registre) (D après Académie de Strasbourg) Le propriétaire d un véhicule automobile est tenu d assurer sa voiture auprès d une compagnie d assurances.

Plus en détail

La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie.

La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie. La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie. Carrière souterraine de Thénac exploitée depuis l'antiquité - cr1974

Plus en détail

UTILISATION D'UN RADIOCHRONOMETRE POUR DATER DES GRANITES

UTILISATION D'UN RADIOCHRONOMETRE POUR DATER DES GRANITES Fiche sujet-candidat Les géologues s interrogent sur la chronologie de mise en place de deux granites du Massif Central. On cherche à savoir si une méthode de radiochronologie permettrait de déterminer

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION Article 1 - Présentation de l'activité : CONDITIONS GENERALES DE LOCATION La SARL Kidelio, capital de 7000 euros située à 06330 Roquefort, 7 chemin du Curnier CIDEX 13 inscrite au RCS de Grasse sous le

Plus en détail

Exigences s appliquant aux. installations de stockage de déjections qui ne sont pas en activité

Exigences s appliquant aux. installations de stockage de déjections qui ne sont pas en activité Exigences s appliquant aux installations de stockage de déjections qui ne sont pas en activité À l intention des exploitants qui comptent dépeupler des exploitations d élevage exigeant de l entretien ou

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

Remerciements à nos partenaires

Remerciements à nos partenaires Remerciements à nos partenaires Publication : ADIL03 Directeur de la publication : Roland AJUS (Directeur de l ADIL) Comité de lecture : Marie-Christine FROMONT-DANJOU (Directeur de l Habitat et du Logement

Plus en détail

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation Nicolas Talaska, Anthony Guinchard Juin 2014 1 Table des matières 1. Contexte

Plus en détail

Division Moyennes et Grande Entreprises Les éditions de Sage trésorerie. Sommaire

Division Moyennes et Grande Entreprises Les éditions de Sage trésorerie. Sommaire Les éditions de Sage trésorerie Sommaire 1. Préambule... 4 2. Trésorerie... 6 Paramétrage... 6 Edition des sociétés... 6 Edition des banques.... 7 Edition des natures.... 8 Edition des affectations des

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 RAPPORT SEMESTRIEL ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013 Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 8 rue Danielle Casanova 75002 Paris Tel: +33(0)1.44.55.02.10 / Fax: +33(0)1.44.55.02.20 acerfinance@acerfinance.com

Plus en détail

ACADEMIES D AIX-MARSEILLE, CLERMONT-FERRAND, GRENOBLE, LYON MONTPELLIER, NICE

ACADEMIES D AIX-MARSEILLE, CLERMONT-FERRAND, GRENOBLE, LYON MONTPELLIER, NICE SESSION 2010 ACADEMIES D AIX-MARSEILLE, CLERMONT-FERRAND, GRENOBLE, LYON MONTPELLIER, NICE Durée de l épreuve : 4h. Le sujet se compose de quatre exercices notés sur dix points chacun. Il comporte de nombreux

Plus en détail

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013

Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les intérêts des comptes courants d associés Novembre 2013 Les Intérêts des Comptes Courants d Associés- Généralités 2 PAGES Généralités 3 Champs d application 5 La libération totale du capital 6 Le taux

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

maison pour associations

maison pour associations maison pour associations Eléments de compréhension de la comptabilité des petites A.S.B.L. mpa, Association Sans But Lucratif Route de Mons, 80 à 6030 Marchienne-au-Pont Tél 071 53 91 53 - Fax 071 53 91

Plus en détail

PANASONIC TOUGHBOOK, PARTENAIRE DE TARA OCEANS : QUATRE DOCUMENTAIRES SUR LA BIODIVERSITE MARINE A NE PAS MANQUER!

PANASONIC TOUGHBOOK, PARTENAIRE DE TARA OCEANS : QUATRE DOCUMENTAIRES SUR LA BIODIVERSITE MARINE A NE PAS MANQUER! PANASONIC TOUGHBOOK, PARTENAIRE DE TARA OCEANS : QUATRE DOCUMENTAIRES SUR LA BIODIVERSITE MARINE A NE PAS MANQUER! La série «Le monde secret» sera diffusée en première exclusivité sur Planète Thalassa

Plus en détail

FPSTAT 2 í La dçecision statistique. 1. Introduction ça l'infçerence. 1

FPSTAT 2 í La dçecision statistique. 1. Introduction ça l'infçerence. 1 INTRODUCTION ça L'INFçERENCE STATISTIQUE 1. Introduction 2. Notion de variable alçeatoire íprçesentation ívariables alçeatoires discrçetes ívariables alçeatoires continues 3. Reprçesentations d'une distribution

Plus en détail

SITE INTERNET BASE DE DONNÉES COLLABORATIVE

SITE INTERNET BASE DE DONNÉES COLLABORATIVE SITE INTERNET ET BASE DE DONNÉES COLLABORATIVE Rapport d activités 2007 18 janvier 2008 J. de Vaugelas(1) & D. Garcia(2) (1) Université de Nice-Sophia Antipolis, Laboratoire Environnement Marin Littoral

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Les Français et la carte bancaire

Les Français et la carte bancaire Les Français et la carte bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : PayPlug Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans

Plus en détail

Au 31 décembre 2012, les organes du Forum suisse de l'énergie étaient composés comme suit :

Au 31 décembre 2012, les organes du Forum suisse de l'énergie étaient composés comme suit : RAPPORT ANNUEL 2012 Organes de l'association La 35 e assemblée générale ordinaire du Forum suisse de l'énergie a eu lieu le 14 juin 2012. Elle a été dirigée par le président du Forum, l'ancien Conseiller

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

I'I. SARL PERDOUX 3P 5 45750 ST PRYVE ST MESMIN

I'I. SARL PERDOUX 3P 5 45750 ST PRYVE ST MESMIN ffi ATTESTATI ON D'ASSU RANCE RESPoNSABT LtrÉ oécrn xnle Fonctionnant selon les règles de la capitalisation Contrat ASSU RANCE CONSTRUCTION des professionnels du bâtiment I'I. SARL PERDOUX IMPASSE DES

Plus en détail

Fonctions linéaires et affines. 1 Fonctions linéaires. 1.1 Vocabulaire. 1.2 Représentation graphique. 3eme

Fonctions linéaires et affines. 1 Fonctions linéaires. 1.1 Vocabulaire. 1.2 Représentation graphique. 3eme Fonctions linéaires et affines 3eme 1 Fonctions linéaires 1.1 Vocabulaire Définition 1 Soit a un nombre quelconque «fixe». Une fonction linéaire associe à un nombre x quelconque le nombre a x. a s appelle

Plus en détail

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton

Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE PIERRARD Virton Influence d un film viscoélastique ultra-mince sur la réponse d une pointe oscillante : vers un aspect quantitatif du mode semi contact d un microscope à force atomique Ing. M. VAN DROOGENBROEK Dr J. LECOINTRE

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1. - 2 - Les résultats de l'étude... 4 FM N 111528 Contact Ifop : Frédéric Micheau Département Opinion et Stratégies d'entreprise frederic.micheau@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Calcul élémentaire des probabilités

Calcul élémentaire des probabilités Myriam Maumy-Bertrand 1 et Thomas Delzant 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Licence 1ère Année 16-02-2006 Sommaire La loi de Poisson. Définition. Exemple. 1 La loi de Poisson. 2 3 4

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACPA

REGLEMENT INTERIEUR ACPA REGLEMENT INTERIEUR ACPA Association le Coeur sur la Patte pour les Animaux déclarée à la Préfecture du Loiret le 4 Juin 2014 Publiée au Journal Officiel sous le numéro W452012356 le 14 Juin 2014 Ce règlement

Plus en détail

SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE ET GÉOMÉCANIQUE DES ATOLLS DE MURUROA ET FANGATAUFA. Dossier de presse. Octobre 2013

SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE ET GÉOMÉCANIQUE DES ATOLLS DE MURUROA ET FANGATAUFA. Dossier de presse. Octobre 2013 MINISTÈRE DE LA DÉFENSE MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF AUTORITÉ DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE DE DÉFENSE Le Délégué SURVEILLANCE RADIOLOGIQUE ET GÉOMÉCANIQUE DES ATOLLS DE MURUROA ET FANGATAUFA Dossier de presse

Plus en détail

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi :

Le sous-secteur 722 du SCIAN se subdivise ainsi : Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée sur les entreprises Industrie des services de restauration et de débits de boissons Année de référence 1999 Les statistiques financières de l industrie

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions

Chapitre 11. Premières Notions sur les fonctions Chapitre 11 Premières Notions sur les fonctions 1. Exemples Exemple 1 La distance parcourue par une automobile en un temps donné varie en fonction de sa vitesse. Faire deux phrases utilisant les mots suivants.

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Exercices de mathématiques Classes de terminale S, ES, STI2D, STMG Ces documents

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Document(s) associé(s) et annexe(s) Date d'application. Version. Règles NEBEF 2 version du 13/12/2014 Règles NEBEF SI. Résumé / Avertissement

Document(s) associé(s) et annexe(s) Date d'application. Version. Règles NEBEF 2 version du 13/12/2014 Règles NEBEF SI. Résumé / Avertissement Echanges de données entre les Gestionnaires de Réseaux de Distribution et les Opérateurs d Effacement Identification : NEBEF SI GRD OE Version : 2.0 Nombre de pages : 22 Version Date d'application Nature

Plus en détail

Les tableaux croisés dynamiques

Les tableaux croisés dynamiques Les tableaux croisés dynamiques Table des matières Les tableaux croisés dynamiques... 1 1. Les tutoriels... 1. Quelle est l'utilité d'un tableau croisé dynamique... 3. Vérifier les données de départ...

Plus en détail