Premiere partie. Le volcanisme de la plaque Pacique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premiere partie. Le volcanisme de la plaque Pacique"

Transcription

1 Premiere partie Le volcanisme de la plaque Pacique

2

3 Chapitre 2 La theorie des points chauds Notre realite se situe dans un univers de mots, non de choses. D'ailleurs, une chose, cela n'existe pas, c'est un gestalt au sein de l'esprit. La \chosite"... le sens de la substance. Une illusion. Le mot est plus reel que l'objet qu'il designe. Philip K. Dick Sommaire 2.1 Avant l'apparition du concept La notion de point chaud Origine des points chauds et apport des modeles Les ecarts des modeles avec les points chauds observes Inuence de la lithosphere... 47

4 40 La theorie des points chauds Preambule Il est important pour la suite de bien preciser ce que l'on entend par point chaud. En eet, ce mot est a la fois le nom du site actif d'un typedevolcanisme intraplaque qui produit des cha^nes volcaniques lineaires, (ainsi on parle du point chaud d'hawai'i), et le nom attribue au processus de mise en place de ce volcanime (on parle alors de volcanisme de type point chaud). Dans ce chapitre, nous allons donc nous attacher a rappeler la denition de depart des points chauds, celle dont nous nous servirons par la suite, et les mecanismes qui ont ete proposes pour expliquer leur fonctionnement, ces mecanismes etant en grande partie lies a la source des points chauds. 2.1 Avant l'apparition du concept La notion de migration du volcanisme intraplaque est plus ancienne que celle des points chauds associee a la theorie de la tectonique des plaques. Ainsi, les legendes hawaiiennes rapportent le fait que la tres colerique deesse Pele, brouillee avec sa sur a la suite d'une terrible querelle, est partie vers le sud-est, et dans sa fureur, a construit successivement Diamond Head sur l'^le d'oahu, Haleakala sur l'^le de Maui et enn le Kilauea a Hawai'i, qui est son actuelle demeure. Au XIXeme siecle, les explorateurs occidentaux pensaient, bien avant l'obtention des premieres datations, que l'^age des ^les du Pacique allait decroissant vers le sud-est. Ils se fondaient, comme les maoris hawaiiens, sur l'observation de l'evolution de l'activite volcanique d'une part et sur l'analyse de la morphologie des ^les passant du stade d'^le haute a celui d'atoll. En 1831, Charles Darwin embarque sur le Beagle, pour une croisiere qui dure 5 ans. Elle l'amene dans le Pacique et il constate que les atolls du Pacique entourent les sommets de vieux volcans qui se sont progressivement enfonces sous l'ocean (Darwin, 1842). Quelques annees plus tard, James Dana, lors d'une expedition de 6 ans a bord du Peacok, etudie en detail les ^les volcaniques du Pacique. Il complete la theorie de la subsidence de Darwin en supposant que le corail se developpe des la n des episodes volcaniques de telle sorte qu'il compense l'enfoncement progressif de l'^le (Dana, 1849). Le long de la cha^ne d'hawai'i, il remarque de plus une evolution graduelle, du sudest au nord-ouest, de la taille de la barriere corallienne et l'attribue a une dierence de taux de subsidence entre les deux extremites de la cha^ne. Il reconna^t une progression systematique des ^ages des ^les a partir de leur degre d'erosion. Sa principale erreur est de considerer que la construction de l'ensemble des edices a demarre simultanement, et que seule la n du volcanisme s'est deplacee progressivement vers le sud-est. Il propose que ce volcanisme soit lie a des failles en echelon paralleles a la direction de la cha^ne. Ces

5 2.2 La notion de point chaud 41 failles seraient plus larges au niveau de l'^le d'hawai'i que vers le nord-ouest. Dans l'etat des connaissances de l'epoque, et avec l'hypothese d'une Terre ne pouvant pas se deplacer lateralement, il etait dicle de conclure autrement. 2.2 La notion de point chaud Il a fallu attendre l'emergence de la theorie de la tectonique des plaques pour que se cree le concept de point chaud. Ces deux theories sont en fait intimement liees et apparaissent simultanement dans l'article fondateur de Wilson (1963). Il propose que : \Even at the surface of the Pacic, the direction of subcrustal movement is indicated by the strike of several parallel chains of volcanic islands, such as the Hawaiians, which may be thought to have risen like bubbles in a stream from the slower moving deep interior." Progressivement plus vieux,, Courant rapide (2-3 cm /an) Courant lent (1 cm/an) Fig. 2.1 { D'apres Wilson (1963) : les cha^nes d'^les volcaniques type les ^les hawaiiennes doivent ^etre issues d'un mecanisme legerement dierent de celui qui forme les dorsales. La source pourrait ^etre profonde (100 milles ou plus), dans la partie la plus lente des courants convectifs. Le deplacement relatif entra^ne les vieux volcans loin de leur source, tandis que de nouveaux volcans se forment sur la source. La longueur de la cha^ne volcanique depend de la duree d'activite de la source. Ainsi, il decrit un nouveau type de volcanisme, dont la source se situe dans le manteau, et est plus profonde que les zones de convection mantelliques proches de la surface. Ces \bulles" (bubbles), qui prennent rapidement le nom de panache, creent les cha^nes volcaniques lineaires intraplaques telles celle d'hawai'i. Cela permet a Morgan (1971) de denombrer 20 panaches mantelliques chauds au dessus desquels se deplacent les plaques. Sur la plaque Pacique, Morgan suggere que les alignements Hawai'i-Empereur, Tuamotu- Ligne, et Australes-Gilbert-Marshall soient dus au deplacement de la plaque rigide au dessus de 3 points chauds xes. Les points chauds sont donc des marqueurs privilegies des mouvements de plaques. Leur origine profonde, vraisemblablement decouplee des mouvements de la plaque, leur permet de generer des alignements volcaniques qui reproduisent en surface les mouvements absolus de la plaque. Les p^oles absolus de rotation obtenus

6 42 La theorie des points chauds dans un repere lie aux points chauds xes sont en bon accord avec ceux denis par le paleomagnetisme (Francheteau et al., 1970). Le modele simple de point chaud peut alors ^etre deni de la facon suivante : { la direction absolue du mouvement de la plaque est celle de l'alignement de la cha^ne ; { les courbures d'une cha^ne correspondent aux changements de direction du mouvement absolu de la plaque ; { les points chauds sont pratiquement xes les uns par rapport aux autres ; { il existe une progession lineaire de l'^age dans une cha^ne volcanique ; { le point chaud actif se trouve a l'extremite de la cha^ne ; { les basaltes des ^les provenant d'un point chaud sont des OIB (pour Oceanic Island Basalts). Par la suite, nous considererons que toute manifestation de volcanisme intraplaque regroupant ces criteres sera de type point chaud. Ces criteres sont independants des mecanismes qui expliquent l'existence ou encore l'origine des points chauds, pour lesquelles de nombreuses questions se posent encore. 2.3 Origine des points chauds et apport des modeles Que ce soit Wilson (1963) ou Morgan (1971), il est fait reference a un manteau profond. Des lors, le probleme de la source des points chauds est pose. Les modeles analogiques realises a partir des annees 1970 tentent de repondre a cette question. a b Fig. 2.2 { D'apres Griths et Campbell (1990) : photographies d'un panache dans du sirop de glucose a dierents stades de son ascension. L'ascension est initiee par la dierence de temperature entre les uides. A droite, la t^ete arrive en butee sous la paroi superieure du reservoir et s'etale. L'echelle est identique a droite et a gauche. L'etude des conditions initiales a montre que l'hypothese de depart la plus probable pour initier un panache etait un chauage du uide par le bas (e.g. Parmentier et al., 1975; Yuen et Schubert, 1976). La region d'origine des panaches doit donc se situer au niveau d'une couche limite thermique et dans ces conditions, la couche D" devient l'un des meilleurs candidats. D'un point de vue geochimique, la couche D", au dessus de la frontiere noyau-manteau, est un reservoir dierent de celui des basaltes produits aux dorsales (les MORB, pour Mid-Ocean Ridge Basalts), elle pourrait donc generer les OIB. Enn, une origine profonde expliquerait la continuite temporelle d'un point chaud sur

7 2.3 Origine des points chauds et apport des modeles 43 plusieurs dizaines de millions d'annees, comme sur l'alignement Hawai'i-Empereur. L'apport des modeles se situe aussi au niveau de la geometrie des panaches. Ils predisent notamment la formation d'une t^ete au sommet du panache et une structure geochimique ou la t^ete du panache est davantage contaminee et se refroidit plus que la queue du panache (Griths et Campbell, 1990). L'interpretation de la photographie de la Figure 2.2 a conduit Campbell et Griths (1990) a proposer un diametre d'environ 1000 km pour la t^ete du panache s'il vient de la couche D", et de 300 km s'il vient de la zone de transition a 650 km de profondeur. Dans le premier cas, il s'elargirait a 2000 km en arrivant en butee sur la lithosphere. Le developpement d'une t^ete volumineuse au sommet du panache ascensionnel permet alors d'envisager un lien generique entre les grandes provinces basaltiques (les trapps ou CFB - pour Continental Flood Basalts - en domaine continental, les plateaux oceaniques ou LIP - pour Large Igneous Province - en domaine oceanique) et les alignements volcaniques intraplaques (Richards et al., 1989). Les provinces basaltiques correspondraient a l'arrivee en surface de la t^ete du panache. manteau supérieur manteau inférieur panaches ascendants lithosphère CMB Fig. 2.3 { D'apres Davies (1990) : modele de convection a une couche. Les panaches sont representes en gris sombre, la lithosphere en gris clair. Le cercle en tirete est celui de la zone de transition a 650 km, le cercle inferieur en noir est celui de la frontiere noyau-manteau (CMB : Core-Mantle Boundary). La profondeur de la source des points chauds est un probleme lie a celui de la convection mantellique. Le cas le plus simple est le systeme convectif a une couche comme celui propose par Davies (1990) qui s'appuie justement sur une origine profonde des panaches. Dans un systeme convectif a une couche, la seule couche limite thermique (necessaire a l'initiation d'un panache) est la couche D". L'ensemble est coherent. Cependant, d'une part les points chauds s'ecartent souvent notablement des modeles classiques, comme nous le verrons plus loin, et d'autre part la question de la convection mantellique n'est pas encore resolue. Un modele de convection thermochimique propose par Davaille (1999) considere un systeme a deux couches, plus ou moins stratie : dans le cas ou la couche inferieure est tres ne, on retrouverait des panaches du type de ceux qui proviennent de la couche D" (diametre de l'ordre de 100 km, espacement typique entre point chaud a la surface de l' ordre de 1000 km) ; dans le cas d'un contraste de densite

8 44 La theorie des points chauds intermediaire entre les 2 strates d'epaisseur moyenne, il se cree un d^ome au sommet de la couche inferieure d'ou partent des petits panaches. 2.4 Les ecarts des modeles avec les points chauds observes L'observation des cha^nes volcaniques de type point chaud en domaine oceanique montre un certain nombre de divergences a la fois par rapport a la theorie et par rapport aux experiences. C'est notamment le cas dans le Pacique (Figure 2.4) et en particulier dans le Pacique sud central. 60N 40N 20N 0 Plaque Pacifique Plaque Cocos 20S Plaque Indo-Australienne Polynésie Française Plaque Nazca 40S 60S Plaque Antarctique 150E W 120W 90W 60W Contour de la ZEE Fig. 2.4 { Bathymetrie de la plaque Pacique. Notre zone d'etude sera le plus souvent comprise dans la region du Pacique Sud Central qui comprend la Polynesie francaise. Le contour de la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Polynesie francaise est en trait continu, les limites de plaque sont reportees sous forme de segments. Le Pacique sud central comporte de nombreuses cha^nes volcaniques attribuees au

9 2.4 Les ecarts des modeles avec les points chauds observes 45 passage de la plaque au dessus d'un point chaud. Mais la plupart de ces points chauds s'ecarte du modele classique presente ci-dessus. L'arrivee en surface, probablementrecente, du point chaud de la Societe n'a pas produit d'epanchements volumineux de basaltes. La zone ou devrait se situer le point chaud des Marquises ne montre aucun signe d'activite magmatique recente. Et l'alignement des Marquises lui-m^eme n'est pas oriente suivant la direction absolue du deplacement de la plaque Pacique. L'alignement des Australes- Cook presente des anomalies dans la relation distance-^age, entre les edices et le seul point chaud actif de l'alignement, situe au niveau du mont sous-marin Macdonald. Des reconstructions geodynamiques realisees par dierents auteurs suggerent jusqu'a 5 points chauds pour expliquer l'alignement des Australes-Cook (voir x 1.2.4). Enn l'origine du plateau des Tuamotu avec la soixantaine d'atolls qui le compose, et son lien avec le volcanisme intraplaque reste matiere a debat (voir x 1.2.5). Ces ecarts aux modeles seront detailles dans le chapitre 3. Il existe au nord de l'archipel des Tuamotu un alignementvolcanique parallele au sens de deplacement de la plaque Pacique, la ride de Puka Puka. Sandwell et al. (1995) ont obtenu une serie de datations qui montrent une decroissance vers l'est des ^ages des monts sous-marins, mais suivant une vitesse qui n'est pas compatible avec celle du deplacement de la plaque, donc avec l'hypothese d'un point chaud xe. Ils suggerent la possibilite d'un volcanisme lie a des phenomenes d'extension dans la lithosphere. 0 Profondeur du plancher océanique (m) Plaque Demi-espace Age de la lithosphère (Ma) Fig. 2.5 { Subsidence du plancher oceanique dans le Pacique central sud : modeles de plaque et de demi-espace de Parson et Sclater (1977) et profondeurs modales des sondages acoustiques en fonction de l'^age de la lithosphere (Sichoix et al., 1998). Le Pacique sud central est egalement le siege de deux anomalies globales, l'une

10 46 La theorie des points chauds bathymetrique et l'autre isotopique. Il existe une anomalie bathymetrique positive du plancher oceanique (Figure 2.5), le Super-bombement du Pacique central sud (McNutt et Fischer, 1987). Cette anomalie ne s'explique pas par la somme des bombements individuels de chaque point chaud de la zone (McNutt et al., 1996; Sichoix et al., 1998). En regle generale, la profondeur du plancher oceanique peut ^etre expliquee par un modele de plaque creee chaude a la dorsale et se refroidissant par conduction en s'en eloignant (Parsons et Sclater, 1977). La bathymetrie est donc directement liee a la temperature de la plaque ou encore a son ^age. L'existence d'une anomalie bathymetrique met donc en evidence une anomalie thermique de la lithosphere. De plus, la zone du Superswell est associee a une anomalie negative du geode. Donc la surelevation bathymetrique n'est pas compensee par un mecanisme isostatique simple (qui aurait produit une anomalie positive du geode), mais par un mecanisme dynamique de convection dans une zone situee directement sous la plaque (McNutt, 1998). Kodiak-Bowie Cobb-Eichelberg 30N Hawaii 0 30S Caroline,,,, yyyy,,,, yyyy,y,,,, yyyy SOPITA Samoa Rarotonga Rurutu Tahiti DUPAL ANOMALIE Marquesas Pitcairn Macdonald Easter 150E W 120W 90W Fig. 2.6 { D'apres Staudigel et al. (1991) : localisation de l'anomalie isotopique du Pacique sud en grise (South Pacic Isotopic Anomaly, SOPITA) et de l'anomalie DUPAL. A noter que le grand axe de SOPITA est parallele au mouvement absolu de la plaque. Les points chauds sont representes sous forme de disques noirs. Sur le plan geochimique, le Pacique sud central presente aussi un comportement anormal deni comme la South Pacic Isotopic and Thermal Anomaly ou SOPITA (Figure 2.6) qui n'est pas confondue avec le Superswell (Staudigel et al., 1991). Les produits volcaniques sont caracterises par des enrichissements radiogeniques des isotopes, et surtout par une grande dispersion de leurs caracteristiques. Palacz et Saunders (1986) suggerent au moins deux origines pour ces basaltes : dans un cas, ils pourraient deriver de MORB subduits remobilises dans des panaches mantelliques ; dans l'autre, ils pensent que la

11 2.5 Inuence de la lithosphere 47 composante DUPAL (Dupre et Allegre, 1983) incluerait de la lithosphere continentale recyclee. 2.5 Inuence de la lithosphere Au premier ordre, la theorie des points chauds suppose qu'il existe une interaction minimeentre panache et lithosphere. Cependant, une partie des comportements anormaux des points chauds pourrait s'expliquer par la prise en compte d'un r^ole important de cette derniere. Des les annees 1970, l'inuence de la lithosphere est prise en compte. Il est montre (Vogt, 1974; Skilbeck et Whitebread Jr, 1978) que la formation discrete d'^les s'explique par l'epaisseur de la lithosphere : plus elle est jeune, et plus une formation type plateau sera possible, tandis que plus elle est vieille, plus on aura des ^les independantes. Ce r^ole de ltre de la lithosphere est aussi mis en avant pour justier l'absence de volcanisme de certains points chauds hypothetiques sur la plaque Pacique : a partir d'une etude des aspects du geode a dierentes longueurs d'onde, Fleitout et Moriceau (1992) montrent qu'a courte longueur d'onde (<200 km), le geode est caracterise par des lineations paralleles qui correspondraient d'une part aux cha^nes de type point chaud reconnues, et d'autre part a des panaches non encore repertories. Ces panaches proviendraient du manteau et leur duree de vie serait longue, comme le montre l'extension des lineations du geode. D'autre part, les contraintes existant dans la lithosphere peuvent controller l'expression en surface de certains points chauds, comme McNutt et al. (1997) l'ont mis en evidence au sud des Australes ou 3 cha^nes d'^ages dierents coexistent. Au-dela d'un simple r^ole de ltre, la lithosphere est vue par certains auteurs comme la region source ou proche de la source du volcanisme intraplaque. Turcotte (1974) montre que les contraintes thermiques dues au refroidissement de la lithosphere, perpendiculaires a la direction d'expansion du plancher susent a la ssurer et l'angle de rupture plastique est alors de 35 degres : c'est en accord avec un certain nombre de direction de cha^nes dans le Pacique comme Hawai'i ou la Societe. Shaw et Jackson (1973) proposent que les mouvements des plaques induisent des contraintes dans l'asthenosphere et que la dissipation de chaleur et la fusion partielle qui en decoulent produisent une dierenciation gravitaire : les residus lourds coulent dans le manteau et y ancrent l'anomalie. La creation de residus lourds est cependant peu probable d'un point de vue petrologique. Enn Anderson (1995) propose un modele ou la lithosphere continentale s'etale sous les oceans (Figure 2.7) et forme ce qu'il appelle la perisphere. La perisphere serait la couche de la lithosphere comprise entre la lithosphere rigide, qui est limitee par l'isotherme C (McNutt, 1984), et le manteau convectant, dont la limite superieure est l'isotherme 1350 C. La perisphere correspondrait a la couche limite thermique qui se cree au sommet du systeme convectif constitue par le manteau. Elle serait en permanence enrichie a partir des plaques plongeantes et autres instabilites arrachees par delimination de la lithosphere

12 48 La theorie des points chauds,,, yyy zz,, yy zz {{,,, yyy zz {{{ a DM CFB HOT EM DM CL WET CL* b COLD CL DRY DM EM HOT WET DM CFB EM Fig. 2.7 { d'apres Anderson (1995) : (a) Vision conventionnelle du manteau appauvri (depleted mantle : DM) et de la lithosphere continentale (CL). La CL est supposee ^etre enrichie (EM), et source des CFB. (b) Modele de la perisphere. Le manteau enrichi (EM) est une couche a faible viscosite (perisphere) qui se trouve sous les continents et sous les oceans. La lithosphere rigide s'etend seulement jusqu'a l'isotherme (Anderson, 1996). Anderson fait alors l'hypothese que la perisphere puisse se desolidariser du mouvement de la plaque, ce qui expliquerait l'apparente xite spatiale des points chauds. La perisphere serait ainsi la source des OIB.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Annexe C. Prols sismiques traites

Annexe C. Prols sismiques traites Annexe C Prols sismiques traites 252 Prols sismiques traites 4.0 4.4 PR12 PR15-1 500 600 700 800 4.0 4.4 PR15-2 500 600 700 PR16 500 600 700 800 900 Fig. C.1 { Prols sismiques PR12, PR15-1, 15-2 et PR16.

Plus en détail

rencontre du non-lineaire 2002 1

rencontre du non-lineaire 2002 1 rencontre du non-lineaire 2002 1 Intermittence des instabilités petite échelle dans la convection de Rayleigh-Bénard forcée par un écoulement cisaillant V. Vidal, C. Crambes et A. Davaille Laboratoire

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Marc Fournier Institut des Sciences de la Terre de Paris (istep) marc.fournier@upmc.fr Géothermal : dont la température est due à un séjour en profondeur

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Plaques Plongeantes Et Panaches Dans Le Manteau Inférieur

Plaques Plongeantes Et Panaches Dans Le Manteau Inférieur Plaques Plongeantes Et Panaches Dans Le Manteau Inférieur E. STUTZMANN 1, J. BESSE 1, A. DAVAILLE 1 & Y. REN 1 1 Institut de Physique du Globe de Paris, 4 place Jussieu, 75252 Paris Cedex 5, France stutz@igp.jussieu.fr

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Le tsunami de Sumatra

Le tsunami de Sumatra Direction de la communication Service Information-médias Le tsunami de Sumatra CEA 31-33, rue de la Fédération 75752 Paris cedex 15 - Tél. 01 40 56 10 00 Sommaire - Séismes et tsunamis - Qu a-t-on appris

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

Modélisation analogique de la convection

Modélisation analogique de la convection Modélisation analogique de la convection Problème : «Le transfert de chaleur de la profondeur vers la surface se produit selon deux mécanismes : la convection et la conduction. Le transfert par convection

Plus en détail

Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets. Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN ê Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 036 058 A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 80420035.0 Int. Cl.3: B 60 J 1/20 Date de dépôt:

Plus en détail

4.14 Influence de la température sur les résistances

4.14 Influence de la température sur les résistances nfluence de la température sur la résistance 4.14 nfluence de la température sur les résistances ne résistance R, parcourue par un courant pendant un certain temps t, dissipe une énergie calorifique (W

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que le

Plus en détail

continents et leur dynamique

continents et leur dynamique 100 104 114 125 133 101 2 Les continents et leur dynamique Les objectifs généraux de cette partie En classe de Première S, l attention s est portée principalement sur le domaine océanique. En classe de

Plus en détail

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités

GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités GOOGLE EARTH Quelques méthodes d utilisation et pistes d activités Google Earth est un logiciel, permettant une visualisation de la Terre (et d autres astres!) avec un assemblage de photographies aériennes

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire

1. Vocabulaire : Introduction au tableau élémentaire L1-S1 Lire et caractériser l'information géographique - Le traitement statistique univarié Statistique : le terme statistique désigne à la fois : 1) l'ensemble des données numériques concernant une catégorie

Plus en détail

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies

Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Projet de traitement d'image - SI 381 reconstitution 3D d'intérieur à partir de photographies Régis Boulet Charlie Demené Alexis Guyot Balthazar Neveu Guillaume Tartavel Sommaire Sommaire... 1 Structure

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES

IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES IMAGERIE PAR TOMOGRAPHIE ÉLECTRIQUE RÉSISTIVE DE LA DISTRIBUTION DES PHASES DANS UNE COLONNE À BULLES E. Fransolet, M. Crine, G. L Homme, Laboratoires de Génie Chimique, P. Marchot, D. Toye. Université

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

UTILISATION D'UN RADIOCHRONOMETRE POUR DATER DES GRANITES

UTILISATION D'UN RADIOCHRONOMETRE POUR DATER DES GRANITES Fiche sujet-candidat Les géologues s interrogent sur la chronologie de mise en place de deux granites du Massif Central. On cherche à savoir si une méthode de radiochronologie permettrait de déterminer

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements

B- Météorologie. En présence de cumulus alignés en bande parallèles vous prévoyez un vent: R : de même direction que les alignements B- Météorologie Nuages Brouillard Les brouillards côtiers sont du type: R : brouillard d'advection Il y a brouillard dès que la visibilité est inférieure à: R : 1 km Les facteurs favorisant l'apparition

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Les calottes polaires Isostasie Champ de température

Les calottes polaires Isostasie Champ de température 1 M2R STUE / Cours «Neige et Glace» Les calottes polaires Isostasie Champ de température F. Parrenin Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'environnement Grenoble 2 L'isostasie sous-glaciaire Rigidité

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Recherche d information textuelle

Recherche d information textuelle Recherche d information textuelle Pré-traitements & indexation B. Piwowarski CNRS / LIP6 Université Paris 6 benjamin@bpiwowar.net http://www.bpiwowar.net Master IP - 2014-15 Cours et travaux pratiques

Plus en détail

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies

Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Une application de méthodes inverses en astrophysique : l'analyse de l'histoire de la formation d'étoiles dans les galaxies Ariane Lançon (Observatoire de Strasbourg) en collaboration avec: Jean-Luc Vergely,

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Chapitre 1: Facteurs d'échelle

Chapitre 1: Facteurs d'échelle Chapitre 1: Facteurs d'échelle Des considérations générales sur la taille des objets ou des êtres vivants et leur influence sur différents paramètres, permettent d'établir simplement quelques lois ou tendances,

Plus en détail

Théories de la Business Intelligence

Théories de la Business Intelligence 25 Chapitre 2 Théories de la Business Intelligence 1. Architectures des systèmes décisionnels Théories de la Business Intelligence Depuis les premières requêtes sur les sources de données OLTP consolidées

Plus en détail

Office - Le menu Dessin La barre d'outil Dessin

Office - Le menu Dessin La barre d'outil Dessin Office - Le menu Dessin La barre d'outil Dessin Le module de dessin d'office est un logiciel de dessin vectoriel*. Il crée des figures géométriques en les transformant en équation dites courbes de Béziers*

Plus en détail

Physique: 1 er Bachelier en Medecine. 1er juin 2012. Duree de l'examen: 3 h. Partie 1: /56. Partie 2 : /20. Nom: N ō carte d étudiant:

Physique: 1 er Bachelier en Medecine. 1er juin 2012. Duree de l'examen: 3 h. Partie 1: /56. Partie 2 : /20. Nom: N ō carte d étudiant: Nom: Prénom: A N ō carte d étudiant: Physique: 1 er Bachelier en Medecine 1er juin 2012. Duree de l'examen: 3 h Avant de commencer a repondre aux questions, identiez-vous en haut de cette 1ere page, et

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes

Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Etudes des nuages et de la convection autour des dépressions intenses des moyennes latitudes Jérôme DREANO 28 Février 2014 1 Introduction Dans le modèle LMDZ, les paramétrisations physiques des nuages

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78

TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78 4 / 6 avenue Eiffel 78420 Carrieres sur seine Tél : 01 30 15 20 00 Fax : 01 30 15 20 01 www.metronelec.com TESTEUR DE BRASABILITE MENISCO ST78 Utilisable avec tous types d alliage (avec ou sans plomb)

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Mode d'emploi du plugin Grayscale_Granulometry

Mode d'emploi du plugin Grayscale_Granulometry Mode d'emploi du plugin Grayscale_Granulometry D. Legland 27 mars 2013 Mode d'emploi rapide du plugin Grayscale Granulometry pour ImageJ. Le plugin permet de calculer des courbes de granulométrie en niveaux

Plus en détail

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante)

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) EnSciTerre, Cycles de conférences de l OSUC Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) E. Bourdon Sommaire - Qu est-ce qu un réservoir géothermal

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S OBLIGATOIRE + SPÉCIALITÉ 1/9 Corrigé partie I - 8 points : étude d un caryotype Outil de détermination de note pour une question

Plus en détail

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources

RapidMiner. Data Mining. 1 Introduction. 2 Prise en main. Master Maths Finances 2010/2011. 1.1 Présentation. 1.2 Ressources Master Maths Finances 2010/2011 Data Mining janvier 2011 RapidMiner 1 Introduction 1.1 Présentation RapidMiner est un logiciel open source et gratuit dédié au data mining. Il contient de nombreux outils

Plus en détail

Analyse des trajectoires acceptables en approche de virage assistance aux conducteurs

Analyse des trajectoires acceptables en approche de virage assistance aux conducteurs DIVAS Analyse des trajectoires acceptables en approche de virage assistance aux conducteurs N 3.C.1 Décembre 2008 Projet financé par l Agence Nationale de la Recherche Responsable : S. Espié Projet ANR

Plus en détail

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique

Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Thème 1-B - Le domaine continental et sa dynamique Table des matières Quelques éléments de réflexion.. Activités envisageables.. Thème 1-B-1

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE www.es-geothermie.fr www.es-groupe.fr LA GÉOTHERMIE EN ALSACE GÉOTHERMIE PROFONDE, L HISTOIRE 2 LA GÉOTHERMIE EN ALSACE Il y a les nuages, il y a la pluie. Et il y a cette petite goutte d eau qui tombe

Plus en détail

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités.

CHAPITRE VI ALEAS. 6.1.Généralités. CHAPITRE VI ALEAS 6.1.Généralités. Lors de la synthèse des systèmes logique (combinatoires ou séquentiels), nous avons supposé, implicitement, qu une même variable secondaire avait toujours la même valeur

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

*EP001039352A1* EP 1 039 352 A1 (19) (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39

*EP001039352A1* EP 1 039 352 A1 (19) (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP001039352A1* (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39

Plus en détail

BAccALAU RÉAT G É trt Énnl

BAccALAU RÉAT G É trt Énnl BAccALAU RÉAT G É trt Énnl SESSION 2013 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès gue Ie sujet est remis, assurez-vous

Plus en détail

Comment créer votre propre lampes LED

Comment créer votre propre lampes LED Comment créer votre propre lampes LED Intro Un tutorial pour faire fabriqué des ampoules LED comme à l usine. Après de nombreuses tentatives pour faire toutes sortes de conversions LED, j ai enfin trouvé

Plus en détail

Urbanisation de système d'information. PLM 3 (Product Lifecycle Management) Élaborations, versions, variantes, configurations

Urbanisation de système d'information. PLM 3 (Product Lifecycle Management) Élaborations, versions, variantes, configurations Urbanisation de système d'information PLM 3 (Product Lifecycle Management) Élaborations, versions, variantes, configurations 1 Mise en gestes L'existence de tout produit, et de tout service commence par

Plus en détail

Introduction a l'algorithmique des objets partages. Robert Cori. Antoine Petit. Lifac, ENS Cachan, 94235 Cachan Cedex. Resume

Introduction a l'algorithmique des objets partages. Robert Cori. Antoine Petit. Lifac, ENS Cachan, 94235 Cachan Cedex. Resume Introduction a l'algorithmique des objets partages Bernadette Charron{Bost Robert Cori Lix, Ecole Polytechnique, 91128 Palaiseau Cedex, France, charron@lix.polytechnique.fr cori@lix.polytechnique.fr Antoine

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Ajouter de la mémoire à son ordinateur

Ajouter de la mémoire à son ordinateur Ajouter de la mémoire à son ordinateur Votre ordinateur se traine et vous avez envie de lui donner un coup de fouet? Ajoutez-lui de la mémoire! En augmentant la mémoire vive de votre ordinateur, le disque

Plus en détail

Mathématiques et petites voitures

Mathématiques et petites voitures Mathématiques et petites voitures Thomas Lefebvre 10 avril 2015 Résumé Ce document présente diérentes applications des mathématiques dans le domaine du slot-racing. Table des matières 1 Périmètre et circuit

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Programme nucléo-énergétique du Brésil

Programme nucléo-énergétique du Brésil Programme nucléo-énergétique du Brésil Les études faites par le gouvernement brésilien sur la situation énergétique du pays pour les 25 ou 30 années à venir montrent que les centrales hydroélectriques

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

VOS PREMIERS PAS AVEC TRACENPOCHE

VOS PREMIERS PAS AVEC TRACENPOCHE Vos premiers pas avec TracenPoche page 1/16 VOS PREMIERS PAS AVEC TRACENPOCHE Un coup d'oeil sur l'interface de TracenPoche : La zone de travail comporte un script, une figure, un énoncé, une zone d analyse,

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique.

Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Etude numérique des transferts de chaleur dans une fenêtre pariétodynamique. Rémy GREFFET 1, Ghislain MICHAUX 1, Patrick SALAGNAC 1*, Jean-Baptiste RIDORET 2 1 Laboratoire des Sciences de l'ingénieur pour

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

Documentation. Cartographie. Présentation générale

Documentation. Cartographie. Présentation générale Documentation Cartographie Présentation générale On accède aux cartes thématiques après avoir choisi un niveau géographique (ou découpage de la carte ou maillage), par exemple la France par commune. La

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS POUR LA MAINTENANCE DE VOTRE ORDINATEUR

QUELQUES CONSEILS POUR LA MAINTENANCE DE VOTRE ORDINATEUR QUELQUES CONSEILS POUR LA MAINTENANCE DE VOTRE ORDINATEUR Table des matières 1. AVANT-PROPOS...2 2.CRÉER UN POINT de RESTAURATION - RESTAURER le SYSTÈME...2 2.1 Créer un point de restauration...3 2.2 Restaurer

Plus en détail

Notre galaxie, la Voie lactée

Notre galaxie, la Voie lactée Chapitre 1 Notre galaxie, la Voie lactée Misha Haywood Au début du XX e siècle, alors que notre galaxie était encore désignée comme un «univers-île», expression forgée par Alexander V. Humboldt, un astronome

Plus en détail