Premiere partie. Le volcanisme de la plaque Pacique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premiere partie. Le volcanisme de la plaque Pacique"

Transcription

1 Premiere partie Le volcanisme de la plaque Pacique

2

3 Chapitre 2 La theorie des points chauds Notre realite se situe dans un univers de mots, non de choses. D'ailleurs, une chose, cela n'existe pas, c'est un gestalt au sein de l'esprit. La \chosite"... le sens de la substance. Une illusion. Le mot est plus reel que l'objet qu'il designe. Philip K. Dick Sommaire 2.1 Avant l'apparition du concept La notion de point chaud Origine des points chauds et apport des modeles Les ecarts des modeles avec les points chauds observes Inuence de la lithosphere... 47

4 40 La theorie des points chauds Preambule Il est important pour la suite de bien preciser ce que l'on entend par point chaud. En eet, ce mot est a la fois le nom du site actif d'un typedevolcanisme intraplaque qui produit des cha^nes volcaniques lineaires, (ainsi on parle du point chaud d'hawai'i), et le nom attribue au processus de mise en place de ce volcanime (on parle alors de volcanisme de type point chaud). Dans ce chapitre, nous allons donc nous attacher a rappeler la denition de depart des points chauds, celle dont nous nous servirons par la suite, et les mecanismes qui ont ete proposes pour expliquer leur fonctionnement, ces mecanismes etant en grande partie lies a la source des points chauds. 2.1 Avant l'apparition du concept La notion de migration du volcanisme intraplaque est plus ancienne que celle des points chauds associee a la theorie de la tectonique des plaques. Ainsi, les legendes hawaiiennes rapportent le fait que la tres colerique deesse Pele, brouillee avec sa sur a la suite d'une terrible querelle, est partie vers le sud-est, et dans sa fureur, a construit successivement Diamond Head sur l'^le d'oahu, Haleakala sur l'^le de Maui et enn le Kilauea a Hawai'i, qui est son actuelle demeure. Au XIXeme siecle, les explorateurs occidentaux pensaient, bien avant l'obtention des premieres datations, que l'^age des ^les du Pacique allait decroissant vers le sud-est. Ils se fondaient, comme les maoris hawaiiens, sur l'observation de l'evolution de l'activite volcanique d'une part et sur l'analyse de la morphologie des ^les passant du stade d'^le haute a celui d'atoll. En 1831, Charles Darwin embarque sur le Beagle, pour une croisiere qui dure 5 ans. Elle l'amene dans le Pacique et il constate que les atolls du Pacique entourent les sommets de vieux volcans qui se sont progressivement enfonces sous l'ocean (Darwin, 1842). Quelques annees plus tard, James Dana, lors d'une expedition de 6 ans a bord du Peacok, etudie en detail les ^les volcaniques du Pacique. Il complete la theorie de la subsidence de Darwin en supposant que le corail se developpe des la n des episodes volcaniques de telle sorte qu'il compense l'enfoncement progressif de l'^le (Dana, 1849). Le long de la cha^ne d'hawai'i, il remarque de plus une evolution graduelle, du sudest au nord-ouest, de la taille de la barriere corallienne et l'attribue a une dierence de taux de subsidence entre les deux extremites de la cha^ne. Il reconna^t une progression systematique des ^ages des ^les a partir de leur degre d'erosion. Sa principale erreur est de considerer que la construction de l'ensemble des edices a demarre simultanement, et que seule la n du volcanisme s'est deplacee progressivement vers le sud-est. Il propose que ce volcanisme soit lie a des failles en echelon paralleles a la direction de la cha^ne. Ces

5 2.2 La notion de point chaud 41 failles seraient plus larges au niveau de l'^le d'hawai'i que vers le nord-ouest. Dans l'etat des connaissances de l'epoque, et avec l'hypothese d'une Terre ne pouvant pas se deplacer lateralement, il etait dicle de conclure autrement. 2.2 La notion de point chaud Il a fallu attendre l'emergence de la theorie de la tectonique des plaques pour que se cree le concept de point chaud. Ces deux theories sont en fait intimement liees et apparaissent simultanement dans l'article fondateur de Wilson (1963). Il propose que : \Even at the surface of the Pacic, the direction of subcrustal movement is indicated by the strike of several parallel chains of volcanic islands, such as the Hawaiians, which may be thought to have risen like bubbles in a stream from the slower moving deep interior." Progressivement plus vieux,, Courant rapide (2-3 cm /an) Courant lent (1 cm/an) Fig. 2.1 { D'apres Wilson (1963) : les cha^nes d'^les volcaniques type les ^les hawaiiennes doivent ^etre issues d'un mecanisme legerement dierent de celui qui forme les dorsales. La source pourrait ^etre profonde (100 milles ou plus), dans la partie la plus lente des courants convectifs. Le deplacement relatif entra^ne les vieux volcans loin de leur source, tandis que de nouveaux volcans se forment sur la source. La longueur de la cha^ne volcanique depend de la duree d'activite de la source. Ainsi, il decrit un nouveau type de volcanisme, dont la source se situe dans le manteau, et est plus profonde que les zones de convection mantelliques proches de la surface. Ces \bulles" (bubbles), qui prennent rapidement le nom de panache, creent les cha^nes volcaniques lineaires intraplaques telles celle d'hawai'i. Cela permet a Morgan (1971) de denombrer 20 panaches mantelliques chauds au dessus desquels se deplacent les plaques. Sur la plaque Pacique, Morgan suggere que les alignements Hawai'i-Empereur, Tuamotu- Ligne, et Australes-Gilbert-Marshall soient dus au deplacement de la plaque rigide au dessus de 3 points chauds xes. Les points chauds sont donc des marqueurs privilegies des mouvements de plaques. Leur origine profonde, vraisemblablement decouplee des mouvements de la plaque, leur permet de generer des alignements volcaniques qui reproduisent en surface les mouvements absolus de la plaque. Les p^oles absolus de rotation obtenus

6 42 La theorie des points chauds dans un repere lie aux points chauds xes sont en bon accord avec ceux denis par le paleomagnetisme (Francheteau et al., 1970). Le modele simple de point chaud peut alors ^etre deni de la facon suivante : { la direction absolue du mouvement de la plaque est celle de l'alignement de la cha^ne ; { les courbures d'une cha^ne correspondent aux changements de direction du mouvement absolu de la plaque ; { les points chauds sont pratiquement xes les uns par rapport aux autres ; { il existe une progession lineaire de l'^age dans une cha^ne volcanique ; { le point chaud actif se trouve a l'extremite de la cha^ne ; { les basaltes des ^les provenant d'un point chaud sont des OIB (pour Oceanic Island Basalts). Par la suite, nous considererons que toute manifestation de volcanisme intraplaque regroupant ces criteres sera de type point chaud. Ces criteres sont independants des mecanismes qui expliquent l'existence ou encore l'origine des points chauds, pour lesquelles de nombreuses questions se posent encore. 2.3 Origine des points chauds et apport des modeles Que ce soit Wilson (1963) ou Morgan (1971), il est fait reference a un manteau profond. Des lors, le probleme de la source des points chauds est pose. Les modeles analogiques realises a partir des annees 1970 tentent de repondre a cette question. a b Fig. 2.2 { D'apres Griths et Campbell (1990) : photographies d'un panache dans du sirop de glucose a dierents stades de son ascension. L'ascension est initiee par la dierence de temperature entre les uides. A droite, la t^ete arrive en butee sous la paroi superieure du reservoir et s'etale. L'echelle est identique a droite et a gauche. L'etude des conditions initiales a montre que l'hypothese de depart la plus probable pour initier un panache etait un chauage du uide par le bas (e.g. Parmentier et al., 1975; Yuen et Schubert, 1976). La region d'origine des panaches doit donc se situer au niveau d'une couche limite thermique et dans ces conditions, la couche D" devient l'un des meilleurs candidats. D'un point de vue geochimique, la couche D", au dessus de la frontiere noyau-manteau, est un reservoir dierent de celui des basaltes produits aux dorsales (les MORB, pour Mid-Ocean Ridge Basalts), elle pourrait donc generer les OIB. Enn, une origine profonde expliquerait la continuite temporelle d'un point chaud sur

7 2.3 Origine des points chauds et apport des modeles 43 plusieurs dizaines de millions d'annees, comme sur l'alignement Hawai'i-Empereur. L'apport des modeles se situe aussi au niveau de la geometrie des panaches. Ils predisent notamment la formation d'une t^ete au sommet du panache et une structure geochimique ou la t^ete du panache est davantage contaminee et se refroidit plus que la queue du panache (Griths et Campbell, 1990). L'interpretation de la photographie de la Figure 2.2 a conduit Campbell et Griths (1990) a proposer un diametre d'environ 1000 km pour la t^ete du panache s'il vient de la couche D", et de 300 km s'il vient de la zone de transition a 650 km de profondeur. Dans le premier cas, il s'elargirait a 2000 km en arrivant en butee sur la lithosphere. Le developpement d'une t^ete volumineuse au sommet du panache ascensionnel permet alors d'envisager un lien generique entre les grandes provinces basaltiques (les trapps ou CFB - pour Continental Flood Basalts - en domaine continental, les plateaux oceaniques ou LIP - pour Large Igneous Province - en domaine oceanique) et les alignements volcaniques intraplaques (Richards et al., 1989). Les provinces basaltiques correspondraient a l'arrivee en surface de la t^ete du panache. manteau supérieur manteau inférieur panaches ascendants lithosphère CMB Fig. 2.3 { D'apres Davies (1990) : modele de convection a une couche. Les panaches sont representes en gris sombre, la lithosphere en gris clair. Le cercle en tirete est celui de la zone de transition a 650 km, le cercle inferieur en noir est celui de la frontiere noyau-manteau (CMB : Core-Mantle Boundary). La profondeur de la source des points chauds est un probleme lie a celui de la convection mantellique. Le cas le plus simple est le systeme convectif a une couche comme celui propose par Davies (1990) qui s'appuie justement sur une origine profonde des panaches. Dans un systeme convectif a une couche, la seule couche limite thermique (necessaire a l'initiation d'un panache) est la couche D". L'ensemble est coherent. Cependant, d'une part les points chauds s'ecartent souvent notablement des modeles classiques, comme nous le verrons plus loin, et d'autre part la question de la convection mantellique n'est pas encore resolue. Un modele de convection thermochimique propose par Davaille (1999) considere un systeme a deux couches, plus ou moins stratie : dans le cas ou la couche inferieure est tres ne, on retrouverait des panaches du type de ceux qui proviennent de la couche D" (diametre de l'ordre de 100 km, espacement typique entre point chaud a la surface de l' ordre de 1000 km) ; dans le cas d'un contraste de densite

8 44 La theorie des points chauds intermediaire entre les 2 strates d'epaisseur moyenne, il se cree un d^ome au sommet de la couche inferieure d'ou partent des petits panaches. 2.4 Les ecarts des modeles avec les points chauds observes L'observation des cha^nes volcaniques de type point chaud en domaine oceanique montre un certain nombre de divergences a la fois par rapport a la theorie et par rapport aux experiences. C'est notamment le cas dans le Pacique (Figure 2.4) et en particulier dans le Pacique sud central. 60N 40N 20N 0 Plaque Pacifique Plaque Cocos 20S Plaque Indo-Australienne Polynésie Française Plaque Nazca 40S 60S Plaque Antarctique 150E W 120W 90W 60W Contour de la ZEE Fig. 2.4 { Bathymetrie de la plaque Pacique. Notre zone d'etude sera le plus souvent comprise dans la region du Pacique Sud Central qui comprend la Polynesie francaise. Le contour de la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Polynesie francaise est en trait continu, les limites de plaque sont reportees sous forme de segments. Le Pacique sud central comporte de nombreuses cha^nes volcaniques attribuees au

9 2.4 Les ecarts des modeles avec les points chauds observes 45 passage de la plaque au dessus d'un point chaud. Mais la plupart de ces points chauds s'ecarte du modele classique presente ci-dessus. L'arrivee en surface, probablementrecente, du point chaud de la Societe n'a pas produit d'epanchements volumineux de basaltes. La zone ou devrait se situer le point chaud des Marquises ne montre aucun signe d'activite magmatique recente. Et l'alignement des Marquises lui-m^eme n'est pas oriente suivant la direction absolue du deplacement de la plaque Pacique. L'alignement des Australes- Cook presente des anomalies dans la relation distance-^age, entre les edices et le seul point chaud actif de l'alignement, situe au niveau du mont sous-marin Macdonald. Des reconstructions geodynamiques realisees par dierents auteurs suggerent jusqu'a 5 points chauds pour expliquer l'alignement des Australes-Cook (voir x 1.2.4). Enn l'origine du plateau des Tuamotu avec la soixantaine d'atolls qui le compose, et son lien avec le volcanisme intraplaque reste matiere a debat (voir x 1.2.5). Ces ecarts aux modeles seront detailles dans le chapitre 3. Il existe au nord de l'archipel des Tuamotu un alignementvolcanique parallele au sens de deplacement de la plaque Pacique, la ride de Puka Puka. Sandwell et al. (1995) ont obtenu une serie de datations qui montrent une decroissance vers l'est des ^ages des monts sous-marins, mais suivant une vitesse qui n'est pas compatible avec celle du deplacement de la plaque, donc avec l'hypothese d'un point chaud xe. Ils suggerent la possibilite d'un volcanisme lie a des phenomenes d'extension dans la lithosphere. 0 Profondeur du plancher océanique (m) Plaque Demi-espace Age de la lithosphère (Ma) Fig. 2.5 { Subsidence du plancher oceanique dans le Pacique central sud : modeles de plaque et de demi-espace de Parson et Sclater (1977) et profondeurs modales des sondages acoustiques en fonction de l'^age de la lithosphere (Sichoix et al., 1998). Le Pacique sud central est egalement le siege de deux anomalies globales, l'une

10 46 La theorie des points chauds bathymetrique et l'autre isotopique. Il existe une anomalie bathymetrique positive du plancher oceanique (Figure 2.5), le Super-bombement du Pacique central sud (McNutt et Fischer, 1987). Cette anomalie ne s'explique pas par la somme des bombements individuels de chaque point chaud de la zone (McNutt et al., 1996; Sichoix et al., 1998). En regle generale, la profondeur du plancher oceanique peut ^etre expliquee par un modele de plaque creee chaude a la dorsale et se refroidissant par conduction en s'en eloignant (Parsons et Sclater, 1977). La bathymetrie est donc directement liee a la temperature de la plaque ou encore a son ^age. L'existence d'une anomalie bathymetrique met donc en evidence une anomalie thermique de la lithosphere. De plus, la zone du Superswell est associee a une anomalie negative du geode. Donc la surelevation bathymetrique n'est pas compensee par un mecanisme isostatique simple (qui aurait produit une anomalie positive du geode), mais par un mecanisme dynamique de convection dans une zone situee directement sous la plaque (McNutt, 1998). Kodiak-Bowie Cobb-Eichelberg 30N Hawaii 0 30S Caroline,,,, yyyy,,,, yyyy,y,,,, yyyy SOPITA Samoa Rarotonga Rurutu Tahiti DUPAL ANOMALIE Marquesas Pitcairn Macdonald Easter 150E W 120W 90W Fig. 2.6 { D'apres Staudigel et al. (1991) : localisation de l'anomalie isotopique du Pacique sud en grise (South Pacic Isotopic Anomaly, SOPITA) et de l'anomalie DUPAL. A noter que le grand axe de SOPITA est parallele au mouvement absolu de la plaque. Les points chauds sont representes sous forme de disques noirs. Sur le plan geochimique, le Pacique sud central presente aussi un comportement anormal deni comme la South Pacic Isotopic and Thermal Anomaly ou SOPITA (Figure 2.6) qui n'est pas confondue avec le Superswell (Staudigel et al., 1991). Les produits volcaniques sont caracterises par des enrichissements radiogeniques des isotopes, et surtout par une grande dispersion de leurs caracteristiques. Palacz et Saunders (1986) suggerent au moins deux origines pour ces basaltes : dans un cas, ils pourraient deriver de MORB subduits remobilises dans des panaches mantelliques ; dans l'autre, ils pensent que la

11 2.5 Inuence de la lithosphere 47 composante DUPAL (Dupre et Allegre, 1983) incluerait de la lithosphere continentale recyclee. 2.5 Inuence de la lithosphere Au premier ordre, la theorie des points chauds suppose qu'il existe une interaction minimeentre panache et lithosphere. Cependant, une partie des comportements anormaux des points chauds pourrait s'expliquer par la prise en compte d'un r^ole important de cette derniere. Des les annees 1970, l'inuence de la lithosphere est prise en compte. Il est montre (Vogt, 1974; Skilbeck et Whitebread Jr, 1978) que la formation discrete d'^les s'explique par l'epaisseur de la lithosphere : plus elle est jeune, et plus une formation type plateau sera possible, tandis que plus elle est vieille, plus on aura des ^les independantes. Ce r^ole de ltre de la lithosphere est aussi mis en avant pour justier l'absence de volcanisme de certains points chauds hypothetiques sur la plaque Pacique : a partir d'une etude des aspects du geode a dierentes longueurs d'onde, Fleitout et Moriceau (1992) montrent qu'a courte longueur d'onde (<200 km), le geode est caracterise par des lineations paralleles qui correspondraient d'une part aux cha^nes de type point chaud reconnues, et d'autre part a des panaches non encore repertories. Ces panaches proviendraient du manteau et leur duree de vie serait longue, comme le montre l'extension des lineations du geode. D'autre part, les contraintes existant dans la lithosphere peuvent controller l'expression en surface de certains points chauds, comme McNutt et al. (1997) l'ont mis en evidence au sud des Australes ou 3 cha^nes d'^ages dierents coexistent. Au-dela d'un simple r^ole de ltre, la lithosphere est vue par certains auteurs comme la region source ou proche de la source du volcanisme intraplaque. Turcotte (1974) montre que les contraintes thermiques dues au refroidissement de la lithosphere, perpendiculaires a la direction d'expansion du plancher susent a la ssurer et l'angle de rupture plastique est alors de 35 degres : c'est en accord avec un certain nombre de direction de cha^nes dans le Pacique comme Hawai'i ou la Societe. Shaw et Jackson (1973) proposent que les mouvements des plaques induisent des contraintes dans l'asthenosphere et que la dissipation de chaleur et la fusion partielle qui en decoulent produisent une dierenciation gravitaire : les residus lourds coulent dans le manteau et y ancrent l'anomalie. La creation de residus lourds est cependant peu probable d'un point de vue petrologique. Enn Anderson (1995) propose un modele ou la lithosphere continentale s'etale sous les oceans (Figure 2.7) et forme ce qu'il appelle la perisphere. La perisphere serait la couche de la lithosphere comprise entre la lithosphere rigide, qui est limitee par l'isotherme C (McNutt, 1984), et le manteau convectant, dont la limite superieure est l'isotherme 1350 C. La perisphere correspondrait a la couche limite thermique qui se cree au sommet du systeme convectif constitue par le manteau. Elle serait en permanence enrichie a partir des plaques plongeantes et autres instabilites arrachees par delimination de la lithosphere

12 48 La theorie des points chauds,,, yyy zz,, yy zz {{,,, yyy zz {{{ a DM CFB HOT EM DM CL WET CL* b COLD CL DRY DM EM HOT WET DM CFB EM Fig. 2.7 { d'apres Anderson (1995) : (a) Vision conventionnelle du manteau appauvri (depleted mantle : DM) et de la lithosphere continentale (CL). La CL est supposee ^etre enrichie (EM), et source des CFB. (b) Modele de la perisphere. Le manteau enrichi (EM) est une couche a faible viscosite (perisphere) qui se trouve sous les continents et sous les oceans. La lithosphere rigide s'etend seulement jusqu'a l'isotherme (Anderson, 1996). Anderson fait alors l'hypothese que la perisphere puisse se desolidariser du mouvement de la plaque, ce qui expliquerait l'apparente xite spatiale des points chauds. La perisphere serait ainsi la source des OIB.

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus.

TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. TP16 : de l élaboration de la théorie aux mouvements absolus. Matériel : - logiciels informatiques( le fichier Hawai.kmz ; le dossier TP GPS 1S) - Du papier calque - Un globe terrestre ( activité 1) Objectif

Plus en détail

Les points chauds et la convection du manteau terrestre

Les points chauds et la convection du manteau terrestre Les points chauds et la convection du manteau terrestre Sommaire 1. LOCALISATION DE QUELQUES STRUCTURES NON EXPLIQUÉES PAR LA THÉORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES 2. FORMULATION DE LA THÉORIE DES POINTS

Plus en détail

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques.

La tectonique des plaques. Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. Chapitre 3 : La tectonique des plaques Problème : Quel lien peut-on faire entre séismes, volcans et plaques? I- L'enveloppe de la Terre est découpée en plaques. A- Localisation des plaques Activité : Observation

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau.

- La péridotite est quant à elle un cas particulier, difficile à classer. C est la roche du manteau. Rappels de géologie de 1S. Rappel bref de la structure du globe. http://geologie-alpe-huez.1001photos.com/roches/terre.php La lithosphère est constituée de la croûte (continentale ou océanique) et de la

Plus en détail

INTRODUCTION - RAPPELS

INTRODUCTION - RAPPELS Thème 1B Chapitre 3 Les caractéristiques de la lithosphère continentale TermS 2012-2013 INTRODUCTION - RAPPELS L'étude de la propagation des ondes sismiques a permis d'élaborer un modèle de structure interne

Plus en détail

Partie 6 : La géothermie et son utilisation.

Partie 6 : La géothermie et son utilisation. Partie 6 : La géothermie et son utilisation. La production d énergie est un défi pour l avenir. En effet la démographie explose et les humains ont besoin de plus en plus d énergie. L exploitation des énergies

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1

Géodynamique. Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Géodynamique 2014 Unité d introduction et de socle commun aux 5 UE optionnelles choisies au second semestre de l'année de Master 1 Pré-requis: Bases en cinématique des plaques, géophysique, géologie sédimentaire,

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE

1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE 1ère partie de l épreuve Dossier. DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE DORSALE ET LITHOSPHERE OCEANIQUE Niveau : 1 ère S - TS Extrait du programme : Divergence et phénomènes liés (durée indicative : 3 semaines)

Plus en détail

Volcanisme et tectonique des plaques

Volcanisme et tectonique des plaques Volcanisme et tectonique des plaques Le volcanisme Le volcanisme est un phénomène naturel menaçant, mais il peut être aussi fascinant. Pour certaine civilisation, l attraction des volcans est grande. Elle

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre I] Des éruptions volcaniques différentes CHAPITRE 2 LES VOLCANS : EFFETS ET CAUSES Quelles sont les manifestations d une éruption volcanique? Quelles sont

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG

La tectonique des plaques: histoire d un modèle. Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG La tectonique des plaques: histoire d un modèle Progression pédagogique en 1 e S David Bard - APBG Temps approximatif: 10 semaines Rappel des acquis de 4 e et motivation Tableau d Hokusai montrant le tsunami

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

Correction de la géothermie

Correction de la géothermie Correction de la géothermie Les ondes issues d un séisme survenu en Alsace sont enregistrées dans différentes stations (Doc. 1). On dispose ainsi du temps de parcours des ondes P réfléchies sur le Moho

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre

Fig. 2 : Structure en couches de la Terre Cours de Tectonique globale/fb/module M12/ S3 de licence "STU/ Figures/ ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 3 En 4 parties Sommaire 1. Les bandes d anomalies magnétiques 2. Les bandes d anomalies magnétiques : exemples de levers 3. Les bandes d anomalies magnétiques

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Venim del Nord, venim del Sud, de terra endins, de mar enllà, Géomagnétisme. Lluis Llach

Venim del Nord, venim del Sud, de terra endins, de mar enllà, Géomagnétisme. Lluis Llach Venim del Nord, venim del Sud, de terra endins, de mar enllà, Géomagnétisme Lluis Llach Mots Clés : ligne de champ, détecteur de champ magnétique, boussole, nord magnétique, nord géographique, inversion

Plus en détail

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes

Chapitre II La formation des chaînes de montagnes Chapitre II La formation des chaînes de montagnes -I -Les traces d un domaine océanique dans les chaînes de montagnes 1) Des roches témoins d un océan disparu 1 2 Basaltes en coussin au fond de l océan

Plus en détail

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques

Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques Chapitre n 3: L hypothèse de l expansion océanique et l apport de nouvelles données scientifiques. Introduction Faute de connaissances suffisantes sur la structure et le fonctionnement de la planète, la

Plus en détail

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001

L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 L observation du Soleil Classe de 4 ème 5, professeur M. Debackère 19/04/2001 LES TACHES SOLAIRES En 1611, GALILEE et trois autres observateurs redécouvrent les taches solaires grâce à la lunette (elles

Plus en détail

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande»

Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Commentaire de documents : Sujet : «Tectonique et société : le cas de l'islande» Consignes : - travail individuel ; - rédiger intégralement introduction et conclusion ; - noter les titres des grandes parties

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques

Séquence 5. Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Séquence 5 Modéliser la surface de la Terre : frontières et déplacement des plaques lithosphériques Sommaire 1. Le recyclage de la lithosphère océanique 2. Le premier modèle de la tectonique des plaques

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège L'océan dans ta cuisine Des expériences faciles pour comprendre l'océan GHER Univeristé de Liège Comment ça fonctionne: Une série d'expériences sont proposées pour apprendre des concepts basiques sur l'océanographie

Plus en détail

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE

HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE HYDROTHERMALISME et GEOTHERMIE P. Patrier Mas Lien : http://sfa.univ-poitiers.fr/geosciences/ (ressources pédagogiques) Quelques définitions. Gê : terre - thermos : chaleur Géothermie : «C est l utilisation

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2009 TRAVAUX PRATIQUES DE SPECIALITÉ DU SECTEUR C Durée totale : 6 heures Géodynamique

Plus en détail

Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2

Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2 EPREUVE ECRITE DE GÉOLOGIE ENS : PARIS - LYON - CACHAN Coefficients : PARIS option Biologie : 2 option Sciences de la Terre : 5 LYON option Biologie : 4 option Sciences de la Terre : 8 CACHAN : 2 MEMBRES

Plus en détail

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI)

ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE. (Pr. Driss FADLI) ANNEXE I QUELQUES IDEES ANCIENNES SUR LA STRUCTURE INTERNE DU GLOBE TERRESTRE (Pr. Driss FADLI) Dès le 7ème siècle av. J.- C. La Terre est supposée plate, ayant la forme d'un disque, entièrement entouré

Plus en détail

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION :

DEFINITIONS : Comment se passe une éruption volcanique? I/ Une éruption volcanique peut être effusive ou explosive. DEFINITION : Chapitre 2 : le volcanisme Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 2 : le volcanisme

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) :

Bilan TP7 : géothermie. 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Bilan TP7 : géothermie Activité 1 : Mesures de la conduction et de la convection 1- Modélisation de la conduction (transfert d énergie thermique sans transfert de matière, de proche en proche) : Montage

Plus en détail

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Thèmes 4 et 5 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Les zones de subduction sont le siège d'une importante activité magmatique qui aboutit à la

Plus en détail

Annexe C. Prols sismiques traites

Annexe C. Prols sismiques traites Annexe C Prols sismiques traites 252 Prols sismiques traites 4.0 4.4 PR12 PR15-1 500 600 700 800 4.0 4.4 PR15-2 500 600 700 PR16 500 600 700 800 900 Fig. C.1 { Prols sismiques PR12, PR15-1, 15-2 et PR16.

Plus en détail

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE

PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE 1 PREMIERE PARTIE CRISTALLOGRAPHIE GEOMETRIQUE Cette première partie se divise en cinq chapitres : Le chapitre 1 donne quelques généralités sur l'état cristallin. Le chapitre est consacré aux calculs dans

Plus en détail

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE

OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE SESSION 008 OLYMPIADES DES GEOSCIENCES ACADEMIES de LA GUADELOUPE, LA GUYANE, LA REUNION, et de LA MARTINIQUE et les Etablissements de l AEFE Proposition de corrigé et barème. Olympiades des géosciences

Plus en détail

La structure interne du Piton de la Fournaise

La structure interne du Piton de la Fournaise Benoît Taisne ST 2 La structure interne du Piton de la Fournaise Eruption du 27/03/2001 Tuteurs : Michel Semet et Benoît Villemant Sommaire Introduction p 2 I Principes des méthodes utilisées A L étude

Plus en détail

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON 1. Les objectifs 1.1. La mise en évidence du phénomène d`interférence pour obtenir des

Plus en détail

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE

Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Chapitre IV LA LUNE I LES CARACTERES PHYSIQUES ET ASTRONOMIQUES DE LA LUNE Forme : - sphère presque parfaite - zones sombres = mare (" mer ") = vastes plaines, lisses constituées de basaltes Elles caractérisent

Plus en détail

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002 Séance de TP 4 Lentilles minces Romain BEL 3 janvier 2002 1 Table des matières 1 Lentilles minces, stigmatisme, relations de conjugaison 3 1.1 Lentilles minces............................. 3 1.2 L'approximation

Plus en détail

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE

S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE S.C.T. 4003 INTRODUCTION A LA GEODYNAMIQUE Hiver 2013 Jean-Claude Mareschal PK7612 tel: 6864 mareschal.jean-claude@uqam.ca L utilisation d ordinateurs portatifs ou de téléphones cellulaires n est pas autorisée

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Marc Fournier Institut des Sciences de la Terre de Paris (istep) marc.fournier@upmc.fr Géothermal : dont la température est due à un séjour en profondeur

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

Campagnes des moyens navals de l'ums N/O Alis

Campagnes des moyens navals de l'ums N/O Alis Campagnes des moyens navals de l'ums N/O Alis VAHINE 1 : du 9 janvier au jeudi 8 février (31 jours) Chef de mission : Sophie BONNET (IRD) Thème : Suivre le devenir de l azote nouvellement fixé par les

Plus en détail

Biblio: Fond scientifique: -La physique de la Terre solide, Larroque et Virieux. -Géophysique, Dubois et Diament. -La Terre interne, Brunet et al.

Biblio: Fond scientifique: -La physique de la Terre solide, Larroque et Virieux. -Géophysique, Dubois et Diament. -La Terre interne, Brunet et al. Géothermie à Soultz-sous-Forêt : application au programme de TS d après la formation PAF 2012/2013 «Géothermie et propriétés thermiques de la Terre» Marie Tromp Armelle Baldeyrou-Bailly Biblio: Fond scientifique:

Plus en détail

Le piton de la fournaise

Le piton de la fournaise Le piton de la fournaise 1 Où se trouve le Piton de la fournaise? 2 La Réunion est formée de combien de volcans? 3 Quel est l âge du Piton de la fournaise? 4 Comment s est construite l île? 5 Quelle est

Plus en détail

GENERALITE CONVECTION

GENERALITE CONVECTION http://www.ff-sachsenhagen.de/images/webdesign/flamme.jpg GENERALITE CONVECTION n peu de physique de la transmission de la chaleur Hypothèse de travail : on est en régime stationnaire : la production de

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Ce que nous croyons vrai, aujourd hui (date) concernant les volcans :

Ce que nous croyons vrai, aujourd hui (date) concernant les volcans : Séance 1 : Selon vous, qu est-ce qu une éruption volcanique? Domaine disciplinaire : Sciences : Le ciel et la Terre Niveaux concernés : cycle 3 (classe de CM1, CM2) Objectifs : - Apprendre à exprimer des

Plus en détail

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE

STRUCTURE DU GLOBE TERRESTRE Université Mohammed V Agdal, Faculté des Sciences de Rabat Département des Sciences de la Terre et de l Univers Pr. Driss FADLI Filières SVI et STU Semestre S1 (module1) (2005/2006) 1 Eléments de cour

Plus en détail

Comparaison des fluctuations des précipitations moyennes annuelles au Rwanda avec les épisodes EL-NINO/LA NINA et les cycles des taches solaires.

Comparaison des fluctuations des précipitations moyennes annuelles au Rwanda avec les épisodes EL-NINO/LA NINA et les cycles des taches solaires. Geo-Eco-Trop., 2010, 34 : 75-86 Comparaison des fluctuations des précipitations moyennes annuelles au Rwanda avec les épisodes EL-NINO/LA NINA et les cycles des taches solaires. Comparison of the Rwandan

Plus en détail

rencontre du non-lineaire 2002 1

rencontre du non-lineaire 2002 1 rencontre du non-lineaire 2002 1 Intermittence des instabilités petite échelle dans la convection de Rayleigh-Bénard forcée par un écoulement cisaillant V. Vidal, C. Crambes et A. Davaille Laboratoire

Plus en détail

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2

CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 CORRIGÉS SCIENCES NATURELLES 2 LA MATIÈRE ET L ÉNERGIE /page 5/ Le mouvement Position initiale Position finale Déplacement 280 m 0 m - 280 m 25 m 525 m 500 m 125 m 150 m 25 m 200 m 125 m - 75 m 175 m 75

Plus en détail

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi?

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi? 1. La molécule d eau L eau est composée d oxygène et d hydrogène. Elle possède des propriétés extraordinaires qui ont permis en particulier le développement de la vie sur la Terre : c est par exemple l

Plus en détail

IntCl.3: G 01 J 5/52 G 01 M 11/00. Demandeur: N.V. Philips' Gloeilampenfabrieken Groenewoudseweg 1 NL-5621 BA Eindhoven(NL) DE GB IT NL

IntCl.3: G 01 J 5/52 G 01 M 11/00. Demandeur: N.V. Philips' Gloeilampenfabrieken Groenewoudseweg 1 NL-5621 BA Eindhoven(NL) DE GB IT NL à Europàisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 114 431 A2 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 83201771.9 @ Date de dépôt: 14.12.83 IntCl.3:

Plus en détail

Bases du traitement des images. Détection de contours. Nicolas Thome. 19 octobre 2009. Plan Modélisation Filtrage Approches continues Post-Traitements

Bases du traitement des images. Détection de contours. Nicolas Thome. 19 octobre 2009. Plan Modélisation Filtrage Approches continues Post-Traitements Détection de contours Nicolas Thome 19 octobre 2009 1 / 61 Introduction Rôle primordial de la détection de contours en vision 1 Réduction d'information Information de toute l'image résumée dans le contours

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis

Séquence 3. Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre. Sommaire. Chapitre 1. Prérequis Séquence 3 Enjeux planétaires contemporains : géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectifs L étude du flux thermique d origine interne permettra de comprendre le fonctionnement de la planète

Plus en détail

Les origines et les conséquences du volcanisme en Islande

Les origines et les conséquences du volcanisme en Islande Les origines et les conséquences du volcanisme en Islande [1] Aurélie Thaveau Université Pierre et Marie Curie DEUG 2 ème année- ST2 Année 1999/2000 Tuteur : Mr Villemant 1 Remerciements : à Mr Villemant

Plus en détail

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS

Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Génération de champ magnétique par effet dynamo : l expérience VKS Nicolas Mordant Laboratoire de Physique Statistique 6 Novembre 2007 Compte-rendu de Luc Deike et Stéphanie Couvreur Introduction Les mouvements

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications. et modules Géosciences. Projet AGATE (PEPS CNRS 2014)

Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications. et modules Géosciences. Projet AGATE (PEPS CNRS 2014) Présentation des nouveautés dans l enseignement de la Géologie : applications interactives et modules Géosciences Projet AGATE (PEPS CNRS 2014) ACCES (EA 3749, IFÉ-ENS de Lyon) F. Morel-Deville, A. Rivière,

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012

TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 TP de cartographie Les cartes géologiques au 1/50000 Jeudi 20 septembre 2012 Partie I) TP de cartographie, la carte de France au 1/1000000 Voir le cours de l année dernière avec Jérôme. Partie II) TP de

Plus en détail

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole

Documents sur la patrie tectonique de Madagascar Clé USB avec logiciel Audacity et base de données sismiques en ligne : Sismos à l Ecole Laboratoire de Sciences de la Vie et de la Terre Mise à l épreuve de l idée d une dérive des continents Première S Au début du XXe siècle, les premières idées évoquant une mobilité horizontale des continents

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

DESSIN EN PERSPECTIVE.

DESSIN EN PERSPECTIVE. DESSIN EN PERSPECTIVE. Pour représenter le volume d un objet ou d une image dans un plan, on utilise la perspective. C'est l'art de représenter les objets en trois dimensions sur une surface à deux dimensions,

Plus en détail

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES

PHENOTYPE - GENOTYPE Le phénotype d un individu : - peut être observé uniquement à l échelle moléculaire et à l échelle cellulaire PROTEINES ENZYMES REVISIONS DE 1 S. Vous devez indiquer pour chaque proposition si celle-ci est vraie (V) ou fausse (F) en cochant la case correspondante ; une abstention ou une réponse trop peu lisible seront considérées

Plus en détail

Le mécanisme des éclipses

Le mécanisme des éclipses 25/10/2001 - Par Franck Menant Le mécanisme des éclipses Ce dossier présente les différentes sortes d'éclipses avec leurs caractérisitques propres! Images à l'appui et calendrier des 10 prochaines années!

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Chapitre 4. La circulation océanique

Chapitre 4. La circulation océanique Chapitre 4 La circulation océanique Equations du mouvement Force et contraintes agissant sur l'océan Equilibre géostrophique Circulation et transport d'ekman Upwelling Les cellules de circulation subtropicales

Plus en détail

Compétences à acquérir au cycle 1 et au cycle 2 DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE)

Compétences à acquérir au cycle 1 et au cycle 2 DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE) DOMAINE NUMÉRIQUE (CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE) Connaissance des nombres entiers naturels Compétences relatives aux quantités et aux nombres Être capable de : - comparer des quantités en utilisant

Plus en détail

Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr

Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr Rapport final 2004/2071019 pour l'étude CIRENE 2004. Jérôme VIALARD jv@lodyc.jussieu.fr Introduction Le projet Cirene a été conçu il y a plusieurs années et a considérablement évolué en cours de route.

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

DS N 2 - MP 1 & 2 - Durée : 4 h

DS N 2 - MP 1 & 2 - Durée : 4 h DS N 2 - MP 1 & 2 - Durée : 4 h Mercredi 8 octobre 2014 Ce devoir comporte 12 pages et trois parties totalement indépendantes. Un soin particulier devra être apporté à la justication des armations ou des

Plus en détail

Accompagnement à la visite du Jardin de Roches. Terminale S. Livret ELEVES

Accompagnement à la visite du Jardin de Roches. Terminale S. Livret ELEVES #jaimelageol Accompagnement à la visite du Jardin de Roches Terminale S Livret ELEVES Bienvenue dans le Jardin de Roches du Centre Beautour. Cet espace dédié à la géologie présente les roches du soussol

Plus en détail

DEUST Géosciences Module de géophysique

DEUST Géosciences Module de géophysique DEUST Géosciences Module de géophysique Université de la Nouvelle Calédonie Séance 1 : Introduction à la géophysique J. Collot Service géologique de Nouvelle Calédonie DIMENC julien.collot@gouv.nc 1 Séance

Plus en détail

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes

I. L évolution des caractéristiques des chaînes de montagnes T H E M E 1 : L A T E R R E D A N S L U N I V E R S, L A V I E, L E V O L U T I O N D U V I V A N T P A R T I E 2 : G E O D Y N A M I Q U E D U D O M A I N E C O N T I N E N T A L C H A P I T R E 11 :

Plus en détail

Le risque sismique. ch. vigny laboratoire de Géologie de l ENS http://www.geologie.ens.fr/~vigny. St Flour - 24 Août 2006

Le risque sismique. ch. vigny laboratoire de Géologie de l ENS http://www.geologie.ens.fr/~vigny. St Flour - 24 Août 2006 Le risque sismique ch. vigny laboratoire de Géologie de l ENS http://www.geologie.ens.fr/~vigny St Flour - 24 Août 2006 Risque sismique = Aléa x Vulnérabilité Aléa sismique: Vulnérabilité: Probabilité

Plus en détail

Les risques volcaniques

Les risques volcaniques Les risques volcaniques La Classe de 2VP1 est allée visiter Vulcania le vendredi 4 avril le matin. L entrée de Vulcania L objectif de cette sortie vise à comprendre quels sont les risques majeurs et les

Plus en détail