Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi."

Transcription

1 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Montpellier Claudie Rousson Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi. Contexte du mémoire : Discipline concernée : Mathématiques Classes concernées : maternelles Etablissements : Ecole Pauline Kergomard (Montpellier) ; Ecole Charlie Chaplin (Montpellier) ; Ecole Jean Moulin (Servian) Tuteur du mémoire : Michèle Chaumontet Assesseur : Christine Dazat Année universitaire :

2 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Montpellier Claudie Rousson Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi. Contexte du mémoire : Discipline concernée : Mathématiques Classes concernées : maternelles Etablissements : Ecole Pauline Kergomard (Montpellier) ; Ecole Charlie Chaplin (Montpellier) ; Ecole Jean Moulin (Servian) Tuteur du mémoire : Michèle Chaumontet Assesseur : Christine Dazat Année universitaire :

3 Résumé : En débutant la rédaction de ce mémoire je me posais la question de savoir : Quelles activités proposer à l école maternelle pour découvrir le nombre et préparer au calcul réfléchi? Un travail bibliographique suivi d une phase de pratique dans les classes, m ont permis de mettre en évidence, en réponse à cette question, la nécessité de proposer en parallèle des activités rituelles et des situations problèmes construites par l enseignant. Summary: On starting writing this thesis, I was wandering what activities should be proposed (at nursery school) in order to get to know the number and to prepare for rational calculus. A bibliographical work, followed by a phase of practical experience in classes, have be enabled me to give prominence to, the necessity to propose in parallel ritual activities and problem situations built by the teacher. Mots clés :?? Ecole maternelle.?? Mathématiques.?? Nombres.?? Calcul réfléchi.?? Résolution de problèmes?? Rituels.?? Jeux.

4

5 Sommaire. Introduction. 2 I. Présentation générale (Théorie) Bref rappel historique de l enseignement du nombre à la maternelle Apprendre par la résolution de problèmes L importance du calcul réfléchi Quels sont les différents modes de quantification chez le jeune enfant? 10 II. Pratiques de classe Des situations rituelles et fonctionnelles Des situations construites. 15 Conclusion 25 Bibliographie 27 Annexes 28 1

6 Introduction Au cours de mon stage de pratique accompagnée, j ai pu observer une classe de CP travailler en mathématique. Nous étions à la veille des vacances de Toussaint. Les enfants travaillaient sur un fichier, et l enseignante donnait oralement le numéro de la page sur laquelle se trouvaient les exercices. Ce jour là l enseignante a demandé aux enfants d ouvrir leur fichier à la page 21. Devant l hésitation de certains, la maîtresse a invité un élève à dire comment s écrivait le nombre 21 : «Avec un 2 et puis un 1». J ai alors été énormément surprise de constater qu environ un tiers des enfants qui ne savaient pas écrire 21 avaient ouvert leur fichier à la page 12 après l explication de leur camarade. De toute évidence l ordre d énonciation des nombres n était pas un critère pertinent pour eux. Partant de cette constatation, j ai voulu m intéresser plus globalement au «problème» de la numération. En comparant les nouvelles instructions officielles avec celles de 1995 je me suis rendue compte que dans ce domaine une place de plus en plus importante était donnée au calcul réfléchi. Que ce soit dans le domaine «Exploitation de données numériques» ou dans le domaine «calcul» ; au cycle deux le calcul réfléchi est LA priorité. Ayant obtenu un premier stage en responsabilité en maternelle (classe de petite et moyenne section) ma réflexion s est alors centrée sur la question : Quelles activités proposer dès l école maternelle pour découvrir le nombre et préparer au calcul réfléchi? Mon travail s est alors articulé en deux temps. 2

7 ?? Tout d abord une partie plutôt bibliographique où j ai voulu me documenter et recueillir les différents points de vue sur le sujet.?? Puis une seconde partie où j ai cherché à mettre en place et à analyser diverses situations de classe. A travers ce mémoire j ai voulu rendre compte de ce travail. C est pourquoi j ai choisi de le présenter en suivant le même «cheminement» (théorie puis pratiques de classe). Toutefois, il ne s agit pas d un compte rendu exhaustif de mes travaux. En particulier, j ai fait le choix de ne pas présenter ici toutes les séances préliminaires de travail sur la construction des collections. 3

8 I. Présentation générale (théorie) 1.1 Bref rappel historique de l enseignement du nombre à la maternelle. Depuis environ un siècle les conceptions sur l enseignement des mathématiques à l école maternelle ont énormément évolué, loin d être linéaire, cette évolution a été jalonnée par trois grandes périodes aux objectifs bien différents. En effet avant 1970, on ne parle pas de mathématique mais de calcul, le but à atteindre étant que les enfants «sachent bien le peu qu ils sauront» (programmes de 1887). Les objectifs sont alors très ambitieux, puisqu un enfant de grande section doit connaître la formation, et la représentation des nombres de 1 à 100, ainsi que leur représentation par les chiffres (dans une brochure de 1954 reprenant les textes officiels antérieurs, les nombres sont limités à 50 en grande section). De plus, les quatre opérations sont abordées, et appliquées, à des nombres de deux chiffres. Toutefois, si les objectifs en terme de connaissance de la file numérique, sont importants, les aspects ludiques et pratiques des activités de calcul sont privilégiés. Les textes officiels précisent clairement que ces activités doivent procurer un réel plaisir aux enfants («qu ils aiment leurs tâches, leurs jeux»). De même, les activités de calcul sont en permanence reliées à la manipulation de collections d objets. 4

9 En 1970 sous l influence des idées de Piaget arrive la réforme dite «des mathématiques modernes». Pendant pratiquement 15 ans, les apprentissages logiques vont prendre le dessus sur les activités de découverte du nombre, les activités pré-numériques sont privilégiées. Deux cadres théoriques, ont servi de référence aux programmes de 1977:?? Les travaux de Piaget sur la genèse du nombre chez l enfant (en particulier en ce qui concerne les activités de sériation).?? La théorie mathématique des ensembles (dans laquelle les nombres sont définis à partir des ensembles) pour ce qui est des activités de classement et de rangement. Prenant pour prétexte une utilisation abusive des travaux de Piaget, le rôle du comptage et de la suite ordinale sont alors dépréciés. Partant du principe que l usage de la comptine numérique n a aucune utilité avant la construction mathématique du nombre, son utilisation est supprimée de l école maternelle et du cours préparatoire au profit d activités symboliques, de classification, de sériation, et de correspondance terme à terme... Enfin, nouveau bouleversement, la circulaire n du 30 janvier 1986 recommande, à nouveau, de faire apprendre et exercer à l école maternelle, la pratique du nombre. Sous l influence de divers travaux de recherche (dont ceux de l équipe de didactique des mathématiques de l INRP: l équipe ERMEL) le nombre et la file numérique retrouvent une place importante dans les apprentissages. " Progressivement, l enfant découvre et construit la notion du nombre, il apprend et récite la comptine numérique " (circulaire de 1986). Cette orientation sera confirmée dans les instructions officielles de Cependant, il est indispensable de ne pas «élémentariser» l école maternelle et si les nombres doivent être abordés dès le cycle 1, l aspect ludique doit être privilégié (ce ne doit en aucun cas, être dans le but de systématiser précocement des procédures). Enfin, si les 5

10 instructions officielles insistent sur la connaissance des nombres en eux-mêmes, elles accordent toujours, une grande importance aux manipulations de collections. 1.2 Apprendre par la résolution de problèmes. «La résolution de problème est l enjeu principal de l apprentissage des mathématiques. Rien ne sert de stocker des connaissances chez les élèves si ces mêmes élèves ne sont pas capables de les utiliser pour en faire quelque chose.» C est par ces phrases que Roland Charnay a entamé son allocution sur les nouveaux programmes de mathématique de l école primaire au cours de sa conférence à l IUFM de Montpellier le 27/11/2002. Il en est pour une bonne part le rédacteur et c est dans cette logique que les programmes de mathématique à l école maternelle ont été écrits. Leur objectif n est pas de définir la notion de nombre, mais de faire en sorte que les nombres aient du sens, que leur utilité soit explicite pour les enfants. En maternelle le nombre doit être vu essentiellement comme un outil, grâce auquel les enfants peuvent agir efficacement sur les objets et les collections. Selon G Vergnaud : «Le savoir se forme à partir de problèmes à résoudre, c'est-à-dire de situations à maîtriser» («Psychologie du développement cognitif et didactique des mathématiques», Grand N, n 38). Partant de là, on peut affirmer que les «problèmes» concrets de classe doivent occuper une place importante dans les activités numériques car ils ont du sens pour les enfants. En particulier, toutes les activités de préparation du matériel sont intéressantes car récurrentes et porteuses de sens pour les enfants. On peut, par exemple, demander à un enfant d aller chercher les feutres pour les enfants de son groupe ; un feutre par enfant, pas plus, pas moins. 6

11 On peut faire de même avec la préparation du goûter, le matériel de motricité, les gommettes Toutefois selon l équipe ERMEL les activités numériques à l école maternelle ne sauraient se restreindre à ce genre de situations. Ils distinguent ainsi trois caractéristiques possibles pour mettre en place des situations d apprentissage variées: «elles peuvent être fonctionnelles ou non, rituelles ou non et enfin construites ou non.?? Une situation est dite «fonctionnelle» si elle se développe à partir de problèmes qui se posent dans la réalité de la classe ou de son environnement et que les élèves ont à résoudre. Répondre aux questions posées est alors nécessaire à la vie de la classe. [ ] C est le cas de la préparation du goûter, de la mise au point d une sortie?? Une situation est dite «rituelle» si elle se répète quasi quotidiennement (pendant une période assez longue) par nécessité, par convention sociale ou par jeu proposé par les enfants ou par le maître.?? Une situation est dite «construite» si elle est élaborée par l enseignant à des fins d apprentissage précises, et si le scénario prévu par l enseignant permet de placer le savoir visé dans un certain contexte et demande à l élève : o d agir dans une situation qui prend du sens pour lui ; o d expliciter les procédures utilisées (ou les savoirs construits) ; o de vérifier la validité de son action ainsi que l exactitude et la pertinence de sa procédure de résolution.» (ERMEL/I.N.R.P, «Apprentissages numériques, grande section de maternelle.») Les situations construites, contrairement aux situations fonctionnelles, permettent ainsi à l enseignant de «jouer» sur les variables didactiques en fonction du niveau des enfants et des 7

12 objectifs poursuivis. Autre intérêt de ces situations, rien ne garanti que les situations fonctionnelles permettront aux enfants de se poser les bonnes questions au bon moment pour provoquer un changement de procédure par exemple. Pour ces raisons, j ai fait le choix dans la seconde partie de ce mémoire de présenter deux types de situations :?? des situations rituelles et fonctionnelles (car elles ont un sens évident pour l enfant) ;?? des situations construites (car elle permettent de proposer des situations plus ciblées aux niveau des apprentissages). 1.3 L importance du calcul réfléchi. En comparant les instructions officielles de 1995 et de 2002, concernant les mathématiques, on peut constater une évolution significative de la place accordée au calcul réfléchi. En effet, le calcul raisonné est clairement présenté comme une des priorités des nouveaux programmes. Je vais tenter de répondre ici, brièvement, à la question : «Pourquoi faut-il faire à l école primaire du calcul réfléchi?». On peut rapidement donner trois grands arguments pour répondre à cette question:?? Parce que c est utile dans la vie quotidienne.?? Parce que cela permet une meilleure compréhension de la numération de position et donne du sens aux opérations.?? Parce que cela permet un travail sur les procédures personnelles (en particulier lors des activités de résolution de problèmes). 8

13 Parce que c est utile dans la vie quotidienne : C est bien évidemment l argument essentiel justifiant son apprentissage à l école. Je vais me contenter de donner ici un exemple d utilisation du calcul réfléchi dans la vie quotidienne : Pour connaître, en francs, le prix d un article en euros, un moyen de calcul approché relativement simple est de multiplier le prix en euros par six, puis par sept, et de prendre de prix moyen entre les deux. Faire ces opérations c est faire du calcul réfléchi! Il faut savoir que multiplier par 6,55957 reviens approximativement à multiplier par 6,5, et que multiplier par 6,5 équivaut à prendre la moyenne entre le résultat de la multiplication par 6 et le résultat de la multiplication par 7 (X*6,5= X*13/2=X*(6+7)/2= (X*6+X*7)/2). Bon nombre d entre nous font ainsi énormément de calcul réfléchi en faisant leurs courses Parce que cela permet une meilleure compréhension de la numération de position et donne du sens aux opérations : lors des activités de calcul réfléchi les enfants peuvent être amenés à effectuer des décompositions des nombres, à travers ces activités ils travaillent la compréhension de la numération de position (par exemple : =3*100+2*100+10= =5*100+10=510). Ces activités de décomposition mettent en avant la différence de signification des chiffres suivant leur place dans le nombre (numération de position). De même, la pratique du calcul réfléchi permet aux enfants de résoudre grâce à des procédures personnelles des problèmes pour lesquels ils ignorent encore la solution experte ou les techniques opératoires (en grande section de maternelle on peut par exemple demander à des enfants «Sachant qu il y a 8 enfants qui mangent à la cantine aujourd hui, et qu il y a autant de filles que de garçons, combien de filles mangent à la cantine aujourd hui?». Les 9

14 enfants peuvent répondre en faisant du calcul réfléchi (4+4=8) alors qu ils ignorent le sens de la division 8/2). Enfin, parce que cela permet un travail sur les procédures personnelles (en particulier lors des activités de résolution de problèmes). Lors des activités de calcul réfléchi les enfants sont amenés à utiliser des procédures personnelles (par exemple : 29+31= =59+1=60 mais aussi 29+31= =30+30=60). Pour un même résultat il existe souvent une multitude de raisonnements possibles. Cette diversité peut être exploitée en demandant aux enfants d expliciter leurs procédures. Cette mise en commun des différentes méthodes peut favoriser l évolution des stratégies de résolution des élèves. 1.4 Quels sont les différents modes de quantification chez le jeune enfant? Dénombrer, c est associer à une collection, son nombre d éléments. Contrairement à ce que l on pourrait croire, le dénombrement d une quantité n implique pas, nécessairement, le recours à la comptine numérique. En effet on peut percevoir chez le jeune enfant deux modes différents de quantification des collections: le mode analogique et le mode conventionnel. Le mode analogique, consiste à faire correspondre à la collection que l on cherche à dénombrer, une collection témoin plus facile à représenter, à manipuler (doigts de la main, chaises autour d une table, traits,...). L enfant utilise alors, une correspondance terme à terme (visuelle ou manuelle) pour faire le dénombrement. Ce mode de quantification 10

15 n implique, ni le recours à la file numérique, ni même une dénomination de la quantité (par exemple: l enfant montre ses doigts en disant «il y en a comme ça»). Le mode conventionnel, consiste à utiliser une suite de mots nombres, à partir de laquelle il est possible de désigner des quantités, par comptage. Le dénombrement aboutit alors à l énonciation d un mot nombre, ayant uniquement une signification numérique (contrairement aux collections de référence du comptage analogique qui ont d autres utilisations). On peut distinguer trois grands types de procédures de dénombrement:??la vision globale: elle ne concerne que les petites quantités (en général inférieures à 4). L enfant dénombre par vision globale, quand il reconnaît directement la quantité et cela quel que soit le positionnement des objets.??la perception visuelle: elle se rapproche de la vision globale, par le fait que le nombre d éléments, est directement reconnu, mais elle s appuie sur une disposition particulière de la collection (par exemple une collection de quatre éléments présentés en carré).??le comptage: c est mettre en correspondance, la suite des objets, et la suite des mots nombres de la comptine numérique (le résultat du comptage étant le dernier mot nombre prononcé). Chez le jeune enfant ces deux modes de quantification peuvent coexister. Toutefois, le mode conventionnel prend généralement rapidement le dessus en raison de son omniprésence sociale, et des possibilités de dénombrement, beaucoup plus grandes, qu il offre (le mode analogique est surtout utilisé par les enfants de petite section). 11

16 II. Pratiques de classe. 2.1 Des situations rituelles et fonctionnelles. Plutôt que de présenter un rituel complet je présente ici diverses activités de calcul réfléchi que l on peut mettre en place au moment des rituels. Certaines peuvent avoir lieu tous les jours ; d autres, exploitent des situations de classe un peu moins récurrentes. Avec les étiquettes : Remarque : pour faciliter la compréhension de la situation j ai retranscrit ces activités sous forme de dialogue avec un exemple. Situation 1 L enseignante : «Combien y a-t-il d absents ce matin? Les enfants : Un Combien reste-t-il d étiquettes? Trois Sachant qu il y a un absent, combien d enfants ont oublié de mettre leur étiquette? Deux Comment tu as fait? 12

17 J en ai trois, j en enlève un, il en reste deux.» Situation 2 : Sachant qu il y a un absent ce matin, combien y a-t-il d enfants dans la classe ce matin? Vingt sept Comment tu as fait? Je suis partie de 26 quand il y a tout le monde et j enlève Antoine. Ca fait 25. On vérifie en mettant l étiquette d Antoine derrière le 26. Situation 3 : Sachant qu il y a 8 enfants qui mangent à la cantine aujourd hui, et qu il y a autant de filles que de garçons, combien de filles mangent à la cantine aujourd hui? 4 Comment tu as fait? Parce que 8 ça fait 4 et 4 et qu il y en a pareil. Avec les mains :?? Demander à un enfant de montrer sur ses doigts le nombre d enfants présents ce matin (en fermant plusieurs fois ses deux mains pour représenter à chaque fois dix).?? Demander à deux ou trois enfants de montrer avec les mains le nombre d enfants présents (absents) en se mettant côte à côte au tableau. Un autre enfant recompte le tout.?? Lors de la situation précédente on peut demander aux enfants de modifier chacun le nombre de doigts montré mais de sorte que le total reste inchangé. Cette activité vise à 13

18 travailler la commutativité de l addition avec les grands nombres ( = ) et les différentes décompositions d un même nombre avec les petite quantités (5+0=1+4=2+3) Avec un boulier : Pour cette activité il est nécessaire d avoir dans la classe un boulier possédant sur chaque ligne dix boules (cinq boules doivent être d une même couleur, les cinq autres étant d une autre couleur). Ici aussi pour faciliter la lecture je retranscris l activité sous forme de dialogue. Il y a ce matin dans la classe vingt sept enfants. Un élève a déplacé sur la droite du boulier vingt sept boules (dix, dix et sept sur la troisième ligne). «Comment tu as su que c était 7? Parce que 7 c est 5 et 2 et une ligne ça fait 10. On est 27, est-ce qu on va réussir à se mettre tous 2 par 2? Est ce que c est un nombre pair ou impair 27? Impair. Comment tu as fait? Sur le boulier 7 ça fait , alors l en reste 1. Mais pourquoi les 2 premières lignes tu ne t en sers pas? Parce que 10 on peut les mettre 2 par 2. Avec le calendrier. 14

19 ?? Demander aux enfants la date du jour et leur faire expliciter leurs procédures (par exemple : «On est le 18 parce que hier on était le 17.»)?? Travailler sur l anticipation (par exemple : «Sachant qu on est le six et que l on va au cinéma le douze, dans combien de jours va-t-on au cinéma?»). 2.2 Des situations construites. Le choix des séances : Pour pouvoir proposer à des enfants des activités utilisant explicitement le calcul réfléchi, tout un travail sur la construction du nombre doit être fait auparavant. Je présente ici quatre situations construites. Les séances trois et quatre font intervenir de façon explicite le calcul réfléchi. Ce n est pas le cas des deux premières situations. J ai choisi d inclure ces deux premières séances dans mon mémoire car il me semble important de rendre compte (même rapidement) de tout le travail à faire avant d arriver au calcul réfléchi. Les bateaux (correspondance constellation/quantité et chiffre/quantité). Niveau : Moyenne section au mois de Décembre. Effectif: 6 enfants (Travail en ateliers dans une classe double niveau petits/moyens. Je travaille avec un des groupes). Objectifs : À travers un jeu permettre aux enfants de travailler sur le dénombrement et la correspondance quantité /constellation. 15

20 Matériel:?? 10 «bateaux» de couleur pour chaque enfant.?? 1 boite «port» par enfant.?? 1 dé avec uniquement des faces 1, 2, 3, 4 et 5 (la face 2 est en double). Durée: 15 minutes Contexte de classe :?? Stage en responsabilité. Déroulement de l activité : Phase collective: Tous les bateaux sont disposés au centre de la table. A son tour, chaque enfant lance le dé et fait entrer dans son «port» autant de bateaux de sa couleur que l indique le dé. Le gagnant est le premier à avoir ramené au port tous ses bateaux. Variante : Même jeu mais en utilisant un dé présentant les chiffres de un à six et non plus les constellations «classiques». Analyse: Au cours de ma première visite dans la classe, l enseignante m avait dit avoir engagé un travail sur les chiffres et avait affiché dans la classe une double frise numérique de 1 à 5 présentant de façon superposée les chiffres et les constellations du dé correspondantes. Dans l optique de poursuivre cette découverte des chiffres j ai préparé pour les enfants de moyenne section une activité de dominos. Il s agissait de dominos doubles présentant sur une partie du domino un chiffre de 1 à 5 et sur l autre une constellation du dé. Les enfants devaient associer la constellation au chiffre correspondant. 16

21 Lorsque j ai mis cette activité en place je me suis très rapidement rendue compte que j avais surévalué le niveau des enfants. Non seulement les enfants ne comprenaient pas la signification des chiffres. Ils n avaient pas conscience que le chiffre représentait une quantité. Mais j ai pu constater que les enfants de la classe avaient encore des difficultés concernant le dénombrement. Même les enfants les plus «dégourdis» n avaient pas un comptage sur de 1 à 5, ils se trompaient régulièrement. C est à partir de cet «échec» que j ai imaginé l activité des bateaux. Mon objectif dans cette activité était double. Tout d abord, travailler le dénombrement en faisant construire aux enfants des collections. Mais aussi donner du sens aux constellations et aux chiffres en leur associant les quantités correspondantes. Du point de vue de la réalisation de l activité les enfants n ont connu qu une seule vraie difficulté. Je vais tenter de l expliquer à partir d un exemple :?? Au premier tour de jeu Lauriane a obtenu 2 bateaux.?? Lorsqu elle lance le dé au second tour elle obtient un 5.?? Elle commence alors à prendre un bateau dans «la mer», puis un autre mais s arrête là. Lauriane : «Combien il m en faut d autres? Moi : Combien tu devais en prendre? Cinq! Et combien tu en as pris? Je sais plus Comment ça se fait? Ils se sont mélangés avec ceux d avant. La grande majorité des enfants ont eu dans un premier temps la même difficulté que Lauriane. Ils mettaient directement les nouveaux bateaux dans le port et ne les séparaient pas des autres. 17

22 Suite à ce problème j ai demandé aux enfants : «Comment on pourrait faire pour ne pas se tromper?». Ils ont proposé deux solutions :?? Ne pas mettre directement les nouveaux bateaux gagnés dans le port mais les regrouper dans un «coin de la mer».?? Bien séparer, dans le «port», les anciens bateaux des nouveaux (en les éloignant le plus possible). Du point de vue des compétences à acquérir cette erreur m a paru intéressante à exploiter car lors des activités de comptage de grandes quantités, bon nombre d enfants rencontrent ce genre de difficultés. Je souhaitais ici saisir l occasion de faire évoluer leurs procédures. Les dominos : correspondance quantité/quantité. Niveau : Moyenne section au mois de Décembre. Effectif: 6 enfants (Travail en ateliers dans une classe double niveau petits/moyens. Je travaille avec un des groupes de moyens) (remarque : j ai inclus dans un des groupes une enfant de petite section particulièrement à l aise concernant le dénombrement) Objectifs : À travers des manipulations permettre aux enfants de travailler sur le dénombrement d objets fixes et la correspondance quantité /quantité. Matériel: Un jeu de dominos présentant sur chaque partie du domino deux quantités différentes (quantités comprises entre 1 et 5). Durée: 15 minutes Contexte de classe :?? Stage en responsabilité.?? Les enfants ont l habitude de jouer aux dominos en particulier avec des dominos sur les couleurs. 18

23 ?? Les groupes d enfants qui travaillent sur cette activité sont des groupes hétérogènes du point de vue des compétences numériques. Par contre, suivant son niveau, je donne en début de partie à chaque enfant des dominos comportant des constellations plus ou moins grandes. Déroulement de l activité : Phase collective: Chaque enfant a à sa disposition 4 dominos. Je dispose le premier domino puis, à tour de rôle chaque enfant essaye de placer un de ses dominos sur la table en associant deux dominos représentant des quantités égales. Le «gagnant» est celui qui, le premier, a placé tous ses dominos sur la table. Analyse: Comme je l avais remarqué lors de l activité avec les dominos chiffre/constellation les enfants de la classe ont des difficultés pour dénombrer une collection fixe de 1 à 5 éléments. Aucun enfant n a un dénombrement sûr (les enfants les plus à l aise se trompent quasiment 2 fois sur 4 lorsqu ils dénombrent une collection fixe à 5 éléments). Pourtant lors de diverses activités j ai pu remarquer que certains enfants étaient assez à l aise lorsqu il s agissait de dénombrer des objets mobiles. Suite au travail avec les bateaux, j ai pu observer que lorsque ces enfants comptaient des objets mobiles ils séparaient souvent les objets déjà comptés des autres. La difficulté vient ici pour eux de l impossibilité de bouger les objets, de trier ceux déjà comptés, de ceux encore à compter. C est avec l objectif de faire travailler cette compétence que j ai proposé cette activité. Un défaut du jeu de domino que j ai pu constater est qu il s agit d un jeu collectif. Je trouvais intéressant de faire jouer les enfants à des jeux collectifs car il n y en avait pas dans la classe habituellement et cela permettait de travailler des compétences liées au domaine : «vivre 19

24 ensemble» (accepter et respecter les règles du jeu, attendre son tour pour jouer ). Ici cela a été problématique car cela était gênant par rapport à l objectif de séance que je m étais fixé. En effet j ai remarqué qu un enfant prenait systématiquement en main le dernier domino joué et le plaçait juste devant lui pour dénombrer la collection de référence. En y réfléchissant par la suite je me suis rendue compte que les enfants n avaient pas sous les yeux tous les dominos mais qu ils étaient au centre de la table. Je ne m étais pas rendue compte que cette disposition ajoutait une difficulté au dénombrement. Pratique de classe: le sur-comptage. Niveau : Grande section. Effectif: environs 6 enfants (Travail en ateliers). Objectifs :?? Permettre à l enfant de construire au fur et à mesure de l année la procédure de comptage et de calcul la plus experte (comptage mental à partir de la collection ayant le plus grand nombre d éléments).?? Favoriser la mémorisation de résultats additifs simples. Matériel:?? Un plateau de jeu avec un train et une trentaine de wagons.?? Deux dés «classiques» (constellations).?? Deux dés avec les chiffres de 1 à 6. Déroulement de l activité : 20

25 Règle du jeu : Même type de jeu que le jeu de l oie. Chaque enfant a en début de jeu un pion placé au fond du train. A son tour il lance les dés et avance son pion d autant de cases que le résultat des deux dés. L objectif est d être le premier à rejoindre la locomotive. Phase n 1: le jeu se joue avec les deux dés «classiques». Les enfants sont libres de recompter le tout pour trouver le résultat de la somme des deux dés. Phase n 2: le jeu se joue avec un dé classique et un dé «chiffré». Travail sur les procédures de sur comptage : reconnaître le chiffre et sur compter en utilisant les points sur le second dé. Phase n 3: le jeu se joue avec deux dés «chiffrés». Travail sur les procédures de sur comptage :?? reconnaître un chiffre et sur compter en utilisant ses doigts pour «traduire» le second dé.?? reconnaître le chiffre le plus grand et sur compter à partir de lui. A ce stade du jeu on espère que la répétition des additions favorisera la mémorisation des résultats additifs. Commentaire : Je n ai malheureusement pas pu tester cette progression dans une classe tout au long de l année. Pratique de classe: correspondance chiffre/quantité. Niveau : Grande section au mois de janvier. Effectif: 8 enfants (Travail en ateliers, 2 sont menés par l enseignante, 1 par une autre stagiaire, je travaille avec le dernier groupe). Objectifs : 21

CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE.

CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE. CONSTRUCTION DU CONCEPT DE NOMBRE ET DE QUANTITE. Objectifs : Echanger autour des pratiques de classe à propos de la construction du concept de nombre et de quantité. Réfléchir à partir d apports didactiques

Plus en détail

Compétences numériques en maternelle: repérage et activités permettant de travailler ces compétences. Michèle Couderette IUFM Midi-Pyrénées

Compétences numériques en maternelle: repérage et activités permettant de travailler ces compétences. Michèle Couderette IUFM Midi-Pyrénées Compétences numériques en maternelle: repérage et activités permettant de travailler ces compétences Michèle Couderette IUFM Midi-Pyrénées Plan et objectifs de l animation Un peu de théorie. Repérer des

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Animation pédagogique Présentation Les programmes 2008 placent désormais la mise en place de la technique opératoire de la soustraction au CE1. Ce changement

Plus en détail

La construction du nombre en petite section

La construction du nombre en petite section La construction du nombre en petite section Éléments d analyse d Pistes pédagogiquesp 1 La résolution de problèmes, premier domaine de difficultés des élèves. Le calcul mental, deuxième domaine des difficultés

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Temps forts départementaux Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Calcul au cycle 2 La soustraction fait partie du champ opératoire additif D un point de vue strictement mathématique,

Plus en détail

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1

Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 Répertoire de procédures de calcul mental CP et CE1 CP Dans toutes les situations de somme et de différence (rappel : on est dans les deux cas dans le «champ additif) on demandera aux élèves de ne pas

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM

ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM ANIMATION PEDAGOGIQUE Le calcul mental Cycle 2 Mercredi 31 mars 2010 IUFM Détour historique En 1909:«Les exercices de calcul mental figureront à l emploi du temps et ne devront pas être sacrifiés à des

Plus en détail

Les premières notions mathématiques

Les premières notions mathématiques Les premières notions mathématiques Extrait des programmes : «L école maternelle constitue une période décisive dans l acquisition de la suite des nombres (chaîne numérique) et de son utilisation dans

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3

CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 CALCUL MENTAL AU CYCLE 3 Constat de départ : Les élèves du cycle 3 de l école ont des difficultés pour utiliser des procédures de calcul mental lors de calculs réfléchis : ils se trompent ou utilisent

Plus en détail

Des outils en mathématiques pour l'aide personnalisée au C.P. et au C.E.1 Cyrille Philippe

Des outils en mathématiques pour l'aide personnalisée au C.P. et au C.E.1 Cyrille Philippe Des outils en mathématiques pour l'aide personnalisée au C.P. et au C.E.1 Cyrille Philippe Circonscription de Cayenne nord / Remire-Montjoly Difficulté de l'élève L'élève ne comprend pas la notion de dizaine,

Plus en détail

Fiches Nouveau Lettris, 1 2 principe de bijection CE/PE Nombres de 0 à 19 Fiche 1 doc 1

Fiches Nouveau Lettris, 1 2 principe de bijection CE/PE Nombres de 0 à 19 Fiche 1 doc 1 Module : Numératie Fiche N 1 - Donner des informations chiffrées sur soi même - Compter de 0 à 19 Ordonner PO Tour de table / donner une information chiffrée sur soi même PO Introduction aux nombres /sensibilisation

Plus en détail

Activités mentales ritualisées sur le nombre

Activités mentales ritualisées sur le nombre Activités mentales ritualisées sur le nombre Par activités mentales, on entend «entrée dans le Calcul Mental», dans son aspect additif. Activités ritualisées : activités qui sont menées dans le coin regroupement

Plus en détail

Approche des quantités et des nombres à l Ecole Maternelle. Animation pédagogique du 13 janvier 2010

Approche des quantités et des nombres à l Ecole Maternelle. Animation pédagogique du 13 janvier 2010 Approche des quantités et des nombres à l Ecole Maternelle Animation pédagogique du 13 janvier 2010 PLAN : 1- Introduction 2- Les textes officiels 3- Les fonctions du nombre 4- Les domaines numériques

Plus en détail

Projet album a compter ms

Projet album a compter ms MS Montlivault 2010 2011 Benoit Bourdillon Projet album a compter ms Projet : Création d un album à compter en s appuyant sur l album «l Afrique de Zigomar» de Corentin. On refait le voyage de Zigomar

Plus en détail

Faites vos jeux à l école

Faites vos jeux à l école Faites vos jeux à l école Matériel à construire soi-même pour donner du sens en mathématiques à l école maternelle ou élémentaire François Boule Extraits de la notice d utilisation 2005 nouvelle édition

Plus en détail

Calcul mental et réfléchi

Calcul mental et réfléchi Calcul mental et réfléchi Diaporama élaboré par Véronique Jullien CPC St Sébastien Vertou selon les travaux de Sophie Gobert - Professeur chercheur Université de Nantes Comment calculez-vous? 85 + 8 =

Plus en détail

5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes»

5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes» 5.8. Désignation orale et écrite des grands nombres et «émoticômes» Niveau : cycle 3 Modèle proposé : séquence de 2 séances Certaines activités peuvent être proposées périodiquement (entraînement, consolidation..)

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale Le sondage du jour Type d outil : Activité rituelle permettant de valoriser les relations et de susciter des activités dénombrement au départ du nombre d'élèves de la classe. Auteur(s) : Pauline Gobert

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

La collection J apprends les maths Quelques points-clés

La collection J apprends les maths Quelques points-clés La collection J apprends les maths Quelques points-clés Sommaire Distinguer les compétences numériques quotidiennes et les compétences scolaires Conceptualiser, c est pour l essentiel accéder à la conviction

Plus en détail

Remarques : ce jeu est directement inspiré des Mathoeufs (Asco). Vous trouverez de nombreuses activités sur votre moteur de recherche.

Remarques : ce jeu est directement inspiré des Mathoeufs (Asco). Vous trouverez de nombreuses activités sur votre moteur de recherche. Remarques : ce jeu est directement inspiré des Mathoeufs (Asco). Vous trouverez de nombreuses activités sur votre moteur de recherche. N ayant pas ce jeu dans ma classe, j avais décidé d en créer un en

Plus en détail

L appel. Définition et fonctions : Organisation et contenus :

L appel. Définition et fonctions : Organisation et contenus : L appel Définition et fonctions :! Il s agit d un moment de «mise en place et de rappel des repères temporels de la vie collective» mais surtout d un moment où la reconnaissance des uns et des autres est

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Présentation. Principes de base

Présentation. Principes de base Présentation «Philou et la chasse aux mots» est un cahier d activités qui vise le développement des habiletés d accès lexical chez les enfants d âge scolaire, principalement pour ceux de maternelle et

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4

Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012. Evelyne Touchard - CPC Grenoble 4 Stage Mathématiques au cycle 1 Bourgoin Mardi 7 février 2012 Objectifs - Proposer une réflexion sur l utilisation des coins en maternelle : quels coins? Pour faire quoi? - Identifier les coins permettant

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Aide à l'évaluation des acquis des élèves en fin d'école maternelle Évaluation à l'école

eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Aide à l'évaluation des acquis des élèves en fin d'école maternelle Évaluation à l'école eduscol Ressources pour faire la classe à l'école Évaluation à l'école Aide à l'évaluation des acquis des élèves en fin d'école maternelle Découvrir le monde Extraits du document intégral. La pagination

Plus en détail

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB

TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB TESSA : MATRICE DE SECTION VERSION WEB NOM DU FICHIER TESSA : Togo_Ma_M1_S2_G_110213 PAYS TESSA : Togo DOMAINE DU MODULE : MATHEMATIQUES Module numéro : 1 Titre du module : Étude du nombre et de la structure

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice

La démarche d investigation en mathématiques. 26 novembre 2008 La démarche d investigation en mathématiques P. KOBER- IUFM Nice La démarche d investigation en mathématiques 1) Qu est ce que la démarche d investigation en sciences? 2) Qu est-ce que faire des mathématiques? - Pour un chercheur Plan de cette intervention - Dans l

Plus en détail

LES JEUX MATHEMATIQUES

LES JEUX MATHEMATIQUES LES JEUX MATHEMATIQUES I) Les jeux de sociétés dans les programmes Dans le domaine du "vivre ensemble", le jeu de société permet de travailler en classe plusieurs compétences: comprendre et s'approprier

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

La prévention des difficultés numériques en maternelle

La prévention des difficultés numériques en maternelle Conférence de Valéry BARRY Lycée DURZY, Mercredi 12 mars 2014 Circonscription de Montargis Ouest La prévention des difficultés numériques en maternelle Les objectifs sont de : mettre en place des activités

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

CÉDÉROM LES MICROJEUX Jeux mathématiques pour le cycle 2 du primaire

CÉDÉROM LES MICROJEUX Jeux mathématiques pour le cycle 2 du primaire 147 CÉDÉROM Jeux mathématiques pour le cycle 2 du primaire Enseignante en grande section de maternelle (GS) depuis plusieurs années, j ai l habitude d aborder les mathématiques, et en particulier les apprentissages

Plus en détail

Apprentissage des nombres et du calcul au C.P

Apprentissage des nombres et du calcul au C.P Groupe départemental «Mathématiques» Novembre 2011 Apprentissage des nombres et du calcul au C.P Repères pour organiser la progressivité des apprentissages ECOLE PRIMAIRE Cycle II (CP) Nombres et calcul

Plus en détail

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section Module Dénombrer une quantité ( 8) Mémoriser la suite des nombres( 15) Décomposer les nombres( 3,4 et 5 ) Au travers de l exploitation d albums

Plus en détail

Synthèse de l Animation pédagogique «CALCUL MENTAL au cycle 2» 21-01 2009 Montargis

Synthèse de l Animation pédagogique «CALCUL MENTAL au cycle 2» 21-01 2009 Montargis Synthèse de l Animation pédagogique «CALCUL MENTAL au cycle 2» 21-01 2009 Montargis 1. Les I. O. : le calcul mental au cycle 2 ce que disent les textes L entraînement au calcul mental doit être quotidien

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

L ALBUM ECHO BOISSEAU, PHILIPPE, INTRODUCTION À LA PÉDAGOGIE DU LANGAGE MATERNELLE VERSION ABRÉGÉE CNDP HAUTE-NORMANDIE

L ALBUM ECHO BOISSEAU, PHILIPPE, INTRODUCTION À LA PÉDAGOGIE DU LANGAGE MATERNELLE VERSION ABRÉGÉE CNDP HAUTE-NORMANDIE L ALBUM ECHO 1. Philippe Boisseau : Philippe Boisseau, instituteur puis inspecteur de l Education Nationale, s est intéressé aux pratiques langagières des jeunes enfants. Il a élaboré une programmation

Plus en détail

Construire le nombre à la maternelle IEN maternelle Créteil - Josette Denizart- Annie Talamoni- Annette Breiloux

Construire le nombre à la maternelle IEN maternelle Créteil - Josette Denizart- Annie Talamoni- Annette Breiloux Construire le nombre à la maternelle IEN maternelle Créteil - Josette Denizart- Annie Talamoni- Annette Breiloux 1 Éléments institutionnels l Historique : du calcul à des activités mathématiques complexes

Plus en détail

Organiser des séances de jeux en mathématiques

Organiser des séances de jeux en mathématiques Organiser des séances de jeux en mathématiques Jouer, est-ce bien sérieux? De nombreux travaux ont montré le rôle du jeu dans le développement de l enfant. L objet de ce travail n est pas de traiter du

Plus en détail

Jeux de cartes et nombre à l école maternelle

Jeux de cartes et nombre à l école maternelle Jeux de cartes et nombre à l école maternelle Dans le cadre du chantier «mathématiques» 2012-2013 de la circonscription de Marignane, les collègues des écoles de La Renardière et de La Voilerie ont choisi

Plus en détail

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz Dossier Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année Site de Montigny-Lès-Metz UE 1019-9 : Unité et spécificités de la didactique des sciences, technologies et mathématiques : Réalisation et analyse

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS :

Master Métiers de l enseignement scolaire. Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : IUFM de Bonneville Année universitaire 2012-2013 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année UTILISER ET COMPRENDRE L ORDINATEUR EN MÊME TEMPS : L apprentissage dans

Plus en détail

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES A L ECOLE MATERNELLE

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES A L ECOLE MATERNELLE APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES A L ECOLE MATERNELLE L attention n est pas suffisamment portée sur l entrée dans les mathématiques. BOUYSSE. IGEN. Quelques références: Historiques Les programmes

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Deux seances De mathematiques en langue etrangere

Deux seances De mathematiques en langue etrangere Deux seances De mathematiques en langue etrangere Rachel BOUTY Irem de Lyon Nous sommes deux professeurs de mathématiques qui enseignons également cette discipline en allemand dans deux lycées de l académie

Plus en détail

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE Animation pédagogique : Le plan de travail individualisé au cycle 3 Résumé des principaux points développés Un contexte professionnel à prendre en compte: Un constat commun (Institution et enseignants)

Plus en détail

DOMAINE : DECOUVRIR LE MONDE

DOMAINE : DECOUVRIR LE MONDE DOMAINE : DECOUVRIR LE MONDE Compétence de fin de maternelle : le temps Utiliser des repères dans la journée, la semaine, le mois, l année Situer des événements les uns par rapport aux autres Comprendre

Plus en détail

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public?

Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Master 1 FLE Evolution des courants méthodologiques 2007-2008 Session 2 Comment la méthode «Tatou le matou» permet-elle une implication forte auprès d un jeune public? Sarah Descombes N étudiant : 20731087

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

Computix. Dans la colonne du 10, B choisit le 7 inférieur A 10 B 7

Computix. Dans la colonne du 10, B choisit le 7 inférieur A 10 B 7 Computix Matériel : grilles carrées comportant un nombre impair de cases. Quelques-unes sont données en annexe ; mais on peut aussi les construire soi-même, ou les faire construire par les élèves. Elles

Plus en détail

FAIRE SES COURSES EN GRANDE SECTION, EST-CE BIEN RAISONNABLE?

FAIRE SES COURSES EN GRANDE SECTION, EST-CE BIEN RAISONNABLE? FAIRE SES COURSES EN GRANDE SECTION, EST-CE BIEN RAISONNABLE? Nicole DREUX, IMF à Saint-Laurent des eaux (41) Claude LEBRETON, professeur de mathématiques, CD IUFM de Blois INTRODUCTION L activité proposée

Plus en détail

Cycle 3. Dans la classe, le lancement peut- être collectif, le travail peut se réaliser en petits groupes ou seul.

Cycle 3. Dans la classe, le lancement peut- être collectif, le travail peut se réaliser en petits groupes ou seul. Une énigme par jour Du lundi 2 au vendredi 6 mars 202 Cycle 3 La semaine des mathématiques est l occasion d offrir aux élèves des situations qui leur permettent de mettre en place une démarche fondée sur

Plus en détail

Des jeux pour développer des stratégies.

Des jeux pour développer des stratégies. Ateliers didactiques IUFM 2008/2009 Des jeux pour développer des compétences variées (math surtout ) (Cycles 1 et 2) Des jeux pour développer des stratégies. 2008-2009 Groupe «Atelier didactique math»

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

DOSSIER N 01. Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations.

DOSSIER N 01. Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations. DOSSIER N 01 Question : Présenter un choix d exercices sur le thème suivant : Exemples simples de problèmes de dénombrement dans différentes situations. Consignes de l épreuve : Pendant votre préparation

Plus en détail

Activités de calcul mental au cycle 2

Activités de calcul mental au cycle 2 Activités de calcul mental au cycle 2 Les exemples présentés sont empruntés aux manuels de CP et CE1 ou mis à disposition sur Internet par leurs auteurs. Ce dossier comprend trois parties - les fiches

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Construction du nombre au CP et au CE1

Construction du nombre au CP et au CE1 Construction du nombre au CP et au CE1 - Dénombrement par groupement -Décomposition du nombre -Ecriture du nombre - Valeur et positionnement des chiffres dans le nombre CP * Jeu du fourmillion *Jeu du

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

PLAN DE SEQUENCE La proportionnalité au CM2

PLAN DE SEQUENCE La proportionnalité au CM2 PLAN DE SEQUENCE La proportionnalité au CM2 Introduction pour l enseignant Cette séquence sur la proportionnalité au CM2 s articule avec un travail préparatoire en CM1 permettant d introduire la notion

Plus en détail

Préparation et révision

Préparation et révision 2 MÉTHODO Préparation et révision 1. Comment s organiser au cours de la période de formation? a) Bien connaître le programme et la nature de l épreuve Il faut évidemment lire attentivement le programme

Plus en détail

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004

SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP. Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 SEMINAIRE PLAN DE PREVENTION DE L ILLETTRISME ACCOMPAGNEMENT DU DISPOSITIF CP Jeudi 15 janvier et vendredi 16 janvier 2004 Compte-rendu Intervention d Anne-Marie Chartier, Maître de conférence, INRP Introduction

Plus en détail

Coaching : «Se fixer des objectifs et les atteindre!»

Coaching : «Se fixer des objectifs et les atteindre!» Coaching : «Se fixer des objectifs et les atteindre!» Source : Christine Hoor, coach certifiée, Nantes, www.christine-hoor.com Propos recueillis par : Happylogie, www.happylogie.com Ce guide t est offert

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE

PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE PLACE DE LA MATERNELLE DANS L APPRENTISSAGE DU CODE LA DECOUVERTE DU PRINCIPE ALPHABETIQUE - Quelle est la place de la maternelle dans l apprentissage du code? Autrement dit : - En fonction de leur âge,

Plus en détail

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement

Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement Mireille Houart Juillet 2013 Évaluation du séminaire de méthodologie pour les étudiants en étalement 1. Contexte En 2012-2013, suite à la réforme et à la demande de la Faculté de médecine, un séminaire

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves

Ce projet nécessite environ 6 leçons préparatoires avant la journée de rencontre. Étape 1 - Définition du projet commun avec les élèves Projet Musique Le thème est la musique avec une rencontre basée sur plusieurs ateliers à ce sujet. Les élèves des classes partenaires se retrouveront la matinée pour participer à des ateliers autour de

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

société Concevoir un jeu de p o u r a p p r e n d r e j e t p r o U n Josiane Hélayel Marie Lacroix

société Concevoir un jeu de p o u r a p p r e n d r e j e t p r o U n Josiane Hélayel Marie Lacroix U n p r o j e t p o u r a p p r e n d r e Concevoir un jeu de société GS Josiane Hélayel Marie Lacroix Une collection conçue par : Marie-Josée Bernussou, Michel de la Cruz, Josépha Herman-Bredel, Solange

Plus en détail

Fiche de préparation

Fiche de préparation Discipline : N /.Séance : Etre capable de trouver un verbe dans une phrase Niveau : Objectifs Prérequis Durée : Retrouver le verbe conjugué dans la phrase quel que soit le temps (temps simples / temps

Plus en détail