Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi."

Transcription

1 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Montpellier Claudie Rousson Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi. Contexte du mémoire : Discipline concernée : Mathématiques Classes concernées : maternelles Etablissements : Ecole Pauline Kergomard (Montpellier) ; Ecole Charlie Chaplin (Montpellier) ; Ecole Jean Moulin (Servian) Tuteur du mémoire : Michèle Chaumontet Assesseur : Christine Dazat Année universitaire :

2 I.U.F.M. Académie de Montpellier Site de Montpellier Claudie Rousson Découvrir le nombre à l école maternelle : Préparer au calcul réfléchi. Contexte du mémoire : Discipline concernée : Mathématiques Classes concernées : maternelles Etablissements : Ecole Pauline Kergomard (Montpellier) ; Ecole Charlie Chaplin (Montpellier) ; Ecole Jean Moulin (Servian) Tuteur du mémoire : Michèle Chaumontet Assesseur : Christine Dazat Année universitaire :

3 Résumé : En débutant la rédaction de ce mémoire je me posais la question de savoir : Quelles activités proposer à l école maternelle pour découvrir le nombre et préparer au calcul réfléchi? Un travail bibliographique suivi d une phase de pratique dans les classes, m ont permis de mettre en évidence, en réponse à cette question, la nécessité de proposer en parallèle des activités rituelles et des situations problèmes construites par l enseignant. Summary: On starting writing this thesis, I was wandering what activities should be proposed (at nursery school) in order to get to know the number and to prepare for rational calculus. A bibliographical work, followed by a phase of practical experience in classes, have be enabled me to give prominence to, the necessity to propose in parallel ritual activities and problem situations built by the teacher. Mots clés :?? Ecole maternelle.?? Mathématiques.?? Nombres.?? Calcul réfléchi.?? Résolution de problèmes?? Rituels.?? Jeux.

4

5 Sommaire. Introduction. 2 I. Présentation générale (Théorie) Bref rappel historique de l enseignement du nombre à la maternelle Apprendre par la résolution de problèmes L importance du calcul réfléchi Quels sont les différents modes de quantification chez le jeune enfant? 10 II. Pratiques de classe Des situations rituelles et fonctionnelles Des situations construites. 15 Conclusion 25 Bibliographie 27 Annexes 28 1

6 Introduction Au cours de mon stage de pratique accompagnée, j ai pu observer une classe de CP travailler en mathématique. Nous étions à la veille des vacances de Toussaint. Les enfants travaillaient sur un fichier, et l enseignante donnait oralement le numéro de la page sur laquelle se trouvaient les exercices. Ce jour là l enseignante a demandé aux enfants d ouvrir leur fichier à la page 21. Devant l hésitation de certains, la maîtresse a invité un élève à dire comment s écrivait le nombre 21 : «Avec un 2 et puis un 1». J ai alors été énormément surprise de constater qu environ un tiers des enfants qui ne savaient pas écrire 21 avaient ouvert leur fichier à la page 12 après l explication de leur camarade. De toute évidence l ordre d énonciation des nombres n était pas un critère pertinent pour eux. Partant de cette constatation, j ai voulu m intéresser plus globalement au «problème» de la numération. En comparant les nouvelles instructions officielles avec celles de 1995 je me suis rendue compte que dans ce domaine une place de plus en plus importante était donnée au calcul réfléchi. Que ce soit dans le domaine «Exploitation de données numériques» ou dans le domaine «calcul» ; au cycle deux le calcul réfléchi est LA priorité. Ayant obtenu un premier stage en responsabilité en maternelle (classe de petite et moyenne section) ma réflexion s est alors centrée sur la question : Quelles activités proposer dès l école maternelle pour découvrir le nombre et préparer au calcul réfléchi? Mon travail s est alors articulé en deux temps. 2

7 ?? Tout d abord une partie plutôt bibliographique où j ai voulu me documenter et recueillir les différents points de vue sur le sujet.?? Puis une seconde partie où j ai cherché à mettre en place et à analyser diverses situations de classe. A travers ce mémoire j ai voulu rendre compte de ce travail. C est pourquoi j ai choisi de le présenter en suivant le même «cheminement» (théorie puis pratiques de classe). Toutefois, il ne s agit pas d un compte rendu exhaustif de mes travaux. En particulier, j ai fait le choix de ne pas présenter ici toutes les séances préliminaires de travail sur la construction des collections. 3

8 I. Présentation générale (théorie) 1.1 Bref rappel historique de l enseignement du nombre à la maternelle. Depuis environ un siècle les conceptions sur l enseignement des mathématiques à l école maternelle ont énormément évolué, loin d être linéaire, cette évolution a été jalonnée par trois grandes périodes aux objectifs bien différents. En effet avant 1970, on ne parle pas de mathématique mais de calcul, le but à atteindre étant que les enfants «sachent bien le peu qu ils sauront» (programmes de 1887). Les objectifs sont alors très ambitieux, puisqu un enfant de grande section doit connaître la formation, et la représentation des nombres de 1 à 100, ainsi que leur représentation par les chiffres (dans une brochure de 1954 reprenant les textes officiels antérieurs, les nombres sont limités à 50 en grande section). De plus, les quatre opérations sont abordées, et appliquées, à des nombres de deux chiffres. Toutefois, si les objectifs en terme de connaissance de la file numérique, sont importants, les aspects ludiques et pratiques des activités de calcul sont privilégiés. Les textes officiels précisent clairement que ces activités doivent procurer un réel plaisir aux enfants («qu ils aiment leurs tâches, leurs jeux»). De même, les activités de calcul sont en permanence reliées à la manipulation de collections d objets. 4

9 En 1970 sous l influence des idées de Piaget arrive la réforme dite «des mathématiques modernes». Pendant pratiquement 15 ans, les apprentissages logiques vont prendre le dessus sur les activités de découverte du nombre, les activités pré-numériques sont privilégiées. Deux cadres théoriques, ont servi de référence aux programmes de 1977:?? Les travaux de Piaget sur la genèse du nombre chez l enfant (en particulier en ce qui concerne les activités de sériation).?? La théorie mathématique des ensembles (dans laquelle les nombres sont définis à partir des ensembles) pour ce qui est des activités de classement et de rangement. Prenant pour prétexte une utilisation abusive des travaux de Piaget, le rôle du comptage et de la suite ordinale sont alors dépréciés. Partant du principe que l usage de la comptine numérique n a aucune utilité avant la construction mathématique du nombre, son utilisation est supprimée de l école maternelle et du cours préparatoire au profit d activités symboliques, de classification, de sériation, et de correspondance terme à terme... Enfin, nouveau bouleversement, la circulaire n du 30 janvier 1986 recommande, à nouveau, de faire apprendre et exercer à l école maternelle, la pratique du nombre. Sous l influence de divers travaux de recherche (dont ceux de l équipe de didactique des mathématiques de l INRP: l équipe ERMEL) le nombre et la file numérique retrouvent une place importante dans les apprentissages. " Progressivement, l enfant découvre et construit la notion du nombre, il apprend et récite la comptine numérique " (circulaire de 1986). Cette orientation sera confirmée dans les instructions officielles de Cependant, il est indispensable de ne pas «élémentariser» l école maternelle et si les nombres doivent être abordés dès le cycle 1, l aspect ludique doit être privilégié (ce ne doit en aucun cas, être dans le but de systématiser précocement des procédures). Enfin, si les 5

10 instructions officielles insistent sur la connaissance des nombres en eux-mêmes, elles accordent toujours, une grande importance aux manipulations de collections. 1.2 Apprendre par la résolution de problèmes. «La résolution de problème est l enjeu principal de l apprentissage des mathématiques. Rien ne sert de stocker des connaissances chez les élèves si ces mêmes élèves ne sont pas capables de les utiliser pour en faire quelque chose.» C est par ces phrases que Roland Charnay a entamé son allocution sur les nouveaux programmes de mathématique de l école primaire au cours de sa conférence à l IUFM de Montpellier le 27/11/2002. Il en est pour une bonne part le rédacteur et c est dans cette logique que les programmes de mathématique à l école maternelle ont été écrits. Leur objectif n est pas de définir la notion de nombre, mais de faire en sorte que les nombres aient du sens, que leur utilité soit explicite pour les enfants. En maternelle le nombre doit être vu essentiellement comme un outil, grâce auquel les enfants peuvent agir efficacement sur les objets et les collections. Selon G Vergnaud : «Le savoir se forme à partir de problèmes à résoudre, c'est-à-dire de situations à maîtriser» («Psychologie du développement cognitif et didactique des mathématiques», Grand N, n 38). Partant de là, on peut affirmer que les «problèmes» concrets de classe doivent occuper une place importante dans les activités numériques car ils ont du sens pour les enfants. En particulier, toutes les activités de préparation du matériel sont intéressantes car récurrentes et porteuses de sens pour les enfants. On peut, par exemple, demander à un enfant d aller chercher les feutres pour les enfants de son groupe ; un feutre par enfant, pas plus, pas moins. 6

11 On peut faire de même avec la préparation du goûter, le matériel de motricité, les gommettes Toutefois selon l équipe ERMEL les activités numériques à l école maternelle ne sauraient se restreindre à ce genre de situations. Ils distinguent ainsi trois caractéristiques possibles pour mettre en place des situations d apprentissage variées: «elles peuvent être fonctionnelles ou non, rituelles ou non et enfin construites ou non.?? Une situation est dite «fonctionnelle» si elle se développe à partir de problèmes qui se posent dans la réalité de la classe ou de son environnement et que les élèves ont à résoudre. Répondre aux questions posées est alors nécessaire à la vie de la classe. [ ] C est le cas de la préparation du goûter, de la mise au point d une sortie?? Une situation est dite «rituelle» si elle se répète quasi quotidiennement (pendant une période assez longue) par nécessité, par convention sociale ou par jeu proposé par les enfants ou par le maître.?? Une situation est dite «construite» si elle est élaborée par l enseignant à des fins d apprentissage précises, et si le scénario prévu par l enseignant permet de placer le savoir visé dans un certain contexte et demande à l élève : o d agir dans une situation qui prend du sens pour lui ; o d expliciter les procédures utilisées (ou les savoirs construits) ; o de vérifier la validité de son action ainsi que l exactitude et la pertinence de sa procédure de résolution.» (ERMEL/I.N.R.P, «Apprentissages numériques, grande section de maternelle.») Les situations construites, contrairement aux situations fonctionnelles, permettent ainsi à l enseignant de «jouer» sur les variables didactiques en fonction du niveau des enfants et des 7

12 objectifs poursuivis. Autre intérêt de ces situations, rien ne garanti que les situations fonctionnelles permettront aux enfants de se poser les bonnes questions au bon moment pour provoquer un changement de procédure par exemple. Pour ces raisons, j ai fait le choix dans la seconde partie de ce mémoire de présenter deux types de situations :?? des situations rituelles et fonctionnelles (car elles ont un sens évident pour l enfant) ;?? des situations construites (car elle permettent de proposer des situations plus ciblées aux niveau des apprentissages). 1.3 L importance du calcul réfléchi. En comparant les instructions officielles de 1995 et de 2002, concernant les mathématiques, on peut constater une évolution significative de la place accordée au calcul réfléchi. En effet, le calcul raisonné est clairement présenté comme une des priorités des nouveaux programmes. Je vais tenter de répondre ici, brièvement, à la question : «Pourquoi faut-il faire à l école primaire du calcul réfléchi?». On peut rapidement donner trois grands arguments pour répondre à cette question:?? Parce que c est utile dans la vie quotidienne.?? Parce que cela permet une meilleure compréhension de la numération de position et donne du sens aux opérations.?? Parce que cela permet un travail sur les procédures personnelles (en particulier lors des activités de résolution de problèmes). 8

13 Parce que c est utile dans la vie quotidienne : C est bien évidemment l argument essentiel justifiant son apprentissage à l école. Je vais me contenter de donner ici un exemple d utilisation du calcul réfléchi dans la vie quotidienne : Pour connaître, en francs, le prix d un article en euros, un moyen de calcul approché relativement simple est de multiplier le prix en euros par six, puis par sept, et de prendre de prix moyen entre les deux. Faire ces opérations c est faire du calcul réfléchi! Il faut savoir que multiplier par 6,55957 reviens approximativement à multiplier par 6,5, et que multiplier par 6,5 équivaut à prendre la moyenne entre le résultat de la multiplication par 6 et le résultat de la multiplication par 7 (X*6,5= X*13/2=X*(6+7)/2= (X*6+X*7)/2). Bon nombre d entre nous font ainsi énormément de calcul réfléchi en faisant leurs courses Parce que cela permet une meilleure compréhension de la numération de position et donne du sens aux opérations : lors des activités de calcul réfléchi les enfants peuvent être amenés à effectuer des décompositions des nombres, à travers ces activités ils travaillent la compréhension de la numération de position (par exemple : =3*100+2*100+10= =5*100+10=510). Ces activités de décomposition mettent en avant la différence de signification des chiffres suivant leur place dans le nombre (numération de position). De même, la pratique du calcul réfléchi permet aux enfants de résoudre grâce à des procédures personnelles des problèmes pour lesquels ils ignorent encore la solution experte ou les techniques opératoires (en grande section de maternelle on peut par exemple demander à des enfants «Sachant qu il y a 8 enfants qui mangent à la cantine aujourd hui, et qu il y a autant de filles que de garçons, combien de filles mangent à la cantine aujourd hui?». Les 9

14 enfants peuvent répondre en faisant du calcul réfléchi (4+4=8) alors qu ils ignorent le sens de la division 8/2). Enfin, parce que cela permet un travail sur les procédures personnelles (en particulier lors des activités de résolution de problèmes). Lors des activités de calcul réfléchi les enfants sont amenés à utiliser des procédures personnelles (par exemple : 29+31= =59+1=60 mais aussi 29+31= =30+30=60). Pour un même résultat il existe souvent une multitude de raisonnements possibles. Cette diversité peut être exploitée en demandant aux enfants d expliciter leurs procédures. Cette mise en commun des différentes méthodes peut favoriser l évolution des stratégies de résolution des élèves. 1.4 Quels sont les différents modes de quantification chez le jeune enfant? Dénombrer, c est associer à une collection, son nombre d éléments. Contrairement à ce que l on pourrait croire, le dénombrement d une quantité n implique pas, nécessairement, le recours à la comptine numérique. En effet on peut percevoir chez le jeune enfant deux modes différents de quantification des collections: le mode analogique et le mode conventionnel. Le mode analogique, consiste à faire correspondre à la collection que l on cherche à dénombrer, une collection témoin plus facile à représenter, à manipuler (doigts de la main, chaises autour d une table, traits,...). L enfant utilise alors, une correspondance terme à terme (visuelle ou manuelle) pour faire le dénombrement. Ce mode de quantification 10

15 n implique, ni le recours à la file numérique, ni même une dénomination de la quantité (par exemple: l enfant montre ses doigts en disant «il y en a comme ça»). Le mode conventionnel, consiste à utiliser une suite de mots nombres, à partir de laquelle il est possible de désigner des quantités, par comptage. Le dénombrement aboutit alors à l énonciation d un mot nombre, ayant uniquement une signification numérique (contrairement aux collections de référence du comptage analogique qui ont d autres utilisations). On peut distinguer trois grands types de procédures de dénombrement:??la vision globale: elle ne concerne que les petites quantités (en général inférieures à 4). L enfant dénombre par vision globale, quand il reconnaît directement la quantité et cela quel que soit le positionnement des objets.??la perception visuelle: elle se rapproche de la vision globale, par le fait que le nombre d éléments, est directement reconnu, mais elle s appuie sur une disposition particulière de la collection (par exemple une collection de quatre éléments présentés en carré).??le comptage: c est mettre en correspondance, la suite des objets, et la suite des mots nombres de la comptine numérique (le résultat du comptage étant le dernier mot nombre prononcé). Chez le jeune enfant ces deux modes de quantification peuvent coexister. Toutefois, le mode conventionnel prend généralement rapidement le dessus en raison de son omniprésence sociale, et des possibilités de dénombrement, beaucoup plus grandes, qu il offre (le mode analogique est surtout utilisé par les enfants de petite section). 11

16 II. Pratiques de classe. 2.1 Des situations rituelles et fonctionnelles. Plutôt que de présenter un rituel complet je présente ici diverses activités de calcul réfléchi que l on peut mettre en place au moment des rituels. Certaines peuvent avoir lieu tous les jours ; d autres, exploitent des situations de classe un peu moins récurrentes. Avec les étiquettes : Remarque : pour faciliter la compréhension de la situation j ai retranscrit ces activités sous forme de dialogue avec un exemple. Situation 1 L enseignante : «Combien y a-t-il d absents ce matin? Les enfants : Un Combien reste-t-il d étiquettes? Trois Sachant qu il y a un absent, combien d enfants ont oublié de mettre leur étiquette? Deux Comment tu as fait? 12

17 J en ai trois, j en enlève un, il en reste deux.» Situation 2 : Sachant qu il y a un absent ce matin, combien y a-t-il d enfants dans la classe ce matin? Vingt sept Comment tu as fait? Je suis partie de 26 quand il y a tout le monde et j enlève Antoine. Ca fait 25. On vérifie en mettant l étiquette d Antoine derrière le 26. Situation 3 : Sachant qu il y a 8 enfants qui mangent à la cantine aujourd hui, et qu il y a autant de filles que de garçons, combien de filles mangent à la cantine aujourd hui? 4 Comment tu as fait? Parce que 8 ça fait 4 et 4 et qu il y en a pareil. Avec les mains :?? Demander à un enfant de montrer sur ses doigts le nombre d enfants présents ce matin (en fermant plusieurs fois ses deux mains pour représenter à chaque fois dix).?? Demander à deux ou trois enfants de montrer avec les mains le nombre d enfants présents (absents) en se mettant côte à côte au tableau. Un autre enfant recompte le tout.?? Lors de la situation précédente on peut demander aux enfants de modifier chacun le nombre de doigts montré mais de sorte que le total reste inchangé. Cette activité vise à 13

18 travailler la commutativité de l addition avec les grands nombres ( = ) et les différentes décompositions d un même nombre avec les petite quantités (5+0=1+4=2+3) Avec un boulier : Pour cette activité il est nécessaire d avoir dans la classe un boulier possédant sur chaque ligne dix boules (cinq boules doivent être d une même couleur, les cinq autres étant d une autre couleur). Ici aussi pour faciliter la lecture je retranscris l activité sous forme de dialogue. Il y a ce matin dans la classe vingt sept enfants. Un élève a déplacé sur la droite du boulier vingt sept boules (dix, dix et sept sur la troisième ligne). «Comment tu as su que c était 7? Parce que 7 c est 5 et 2 et une ligne ça fait 10. On est 27, est-ce qu on va réussir à se mettre tous 2 par 2? Est ce que c est un nombre pair ou impair 27? Impair. Comment tu as fait? Sur le boulier 7 ça fait , alors l en reste 1. Mais pourquoi les 2 premières lignes tu ne t en sers pas? Parce que 10 on peut les mettre 2 par 2. Avec le calendrier. 14

19 ?? Demander aux enfants la date du jour et leur faire expliciter leurs procédures (par exemple : «On est le 18 parce que hier on était le 17.»)?? Travailler sur l anticipation (par exemple : «Sachant qu on est le six et que l on va au cinéma le douze, dans combien de jours va-t-on au cinéma?»). 2.2 Des situations construites. Le choix des séances : Pour pouvoir proposer à des enfants des activités utilisant explicitement le calcul réfléchi, tout un travail sur la construction du nombre doit être fait auparavant. Je présente ici quatre situations construites. Les séances trois et quatre font intervenir de façon explicite le calcul réfléchi. Ce n est pas le cas des deux premières situations. J ai choisi d inclure ces deux premières séances dans mon mémoire car il me semble important de rendre compte (même rapidement) de tout le travail à faire avant d arriver au calcul réfléchi. Les bateaux (correspondance constellation/quantité et chiffre/quantité). Niveau : Moyenne section au mois de Décembre. Effectif: 6 enfants (Travail en ateliers dans une classe double niveau petits/moyens. Je travaille avec un des groupes). Objectifs : À travers un jeu permettre aux enfants de travailler sur le dénombrement et la correspondance quantité /constellation. 15

20 Matériel:?? 10 «bateaux» de couleur pour chaque enfant.?? 1 boite «port» par enfant.?? 1 dé avec uniquement des faces 1, 2, 3, 4 et 5 (la face 2 est en double). Durée: 15 minutes Contexte de classe :?? Stage en responsabilité. Déroulement de l activité : Phase collective: Tous les bateaux sont disposés au centre de la table. A son tour, chaque enfant lance le dé et fait entrer dans son «port» autant de bateaux de sa couleur que l indique le dé. Le gagnant est le premier à avoir ramené au port tous ses bateaux. Variante : Même jeu mais en utilisant un dé présentant les chiffres de un à six et non plus les constellations «classiques». Analyse: Au cours de ma première visite dans la classe, l enseignante m avait dit avoir engagé un travail sur les chiffres et avait affiché dans la classe une double frise numérique de 1 à 5 présentant de façon superposée les chiffres et les constellations du dé correspondantes. Dans l optique de poursuivre cette découverte des chiffres j ai préparé pour les enfants de moyenne section une activité de dominos. Il s agissait de dominos doubles présentant sur une partie du domino un chiffre de 1 à 5 et sur l autre une constellation du dé. Les enfants devaient associer la constellation au chiffre correspondant. 16

21 Lorsque j ai mis cette activité en place je me suis très rapidement rendue compte que j avais surévalué le niveau des enfants. Non seulement les enfants ne comprenaient pas la signification des chiffres. Ils n avaient pas conscience que le chiffre représentait une quantité. Mais j ai pu constater que les enfants de la classe avaient encore des difficultés concernant le dénombrement. Même les enfants les plus «dégourdis» n avaient pas un comptage sur de 1 à 5, ils se trompaient régulièrement. C est à partir de cet «échec» que j ai imaginé l activité des bateaux. Mon objectif dans cette activité était double. Tout d abord, travailler le dénombrement en faisant construire aux enfants des collections. Mais aussi donner du sens aux constellations et aux chiffres en leur associant les quantités correspondantes. Du point de vue de la réalisation de l activité les enfants n ont connu qu une seule vraie difficulté. Je vais tenter de l expliquer à partir d un exemple :?? Au premier tour de jeu Lauriane a obtenu 2 bateaux.?? Lorsqu elle lance le dé au second tour elle obtient un 5.?? Elle commence alors à prendre un bateau dans «la mer», puis un autre mais s arrête là. Lauriane : «Combien il m en faut d autres? Moi : Combien tu devais en prendre? Cinq! Et combien tu en as pris? Je sais plus Comment ça se fait? Ils se sont mélangés avec ceux d avant. La grande majorité des enfants ont eu dans un premier temps la même difficulté que Lauriane. Ils mettaient directement les nouveaux bateaux dans le port et ne les séparaient pas des autres. 17

22 Suite à ce problème j ai demandé aux enfants : «Comment on pourrait faire pour ne pas se tromper?». Ils ont proposé deux solutions :?? Ne pas mettre directement les nouveaux bateaux gagnés dans le port mais les regrouper dans un «coin de la mer».?? Bien séparer, dans le «port», les anciens bateaux des nouveaux (en les éloignant le plus possible). Du point de vue des compétences à acquérir cette erreur m a paru intéressante à exploiter car lors des activités de comptage de grandes quantités, bon nombre d enfants rencontrent ce genre de difficultés. Je souhaitais ici saisir l occasion de faire évoluer leurs procédures. Les dominos : correspondance quantité/quantité. Niveau : Moyenne section au mois de Décembre. Effectif: 6 enfants (Travail en ateliers dans une classe double niveau petits/moyens. Je travaille avec un des groupes de moyens) (remarque : j ai inclus dans un des groupes une enfant de petite section particulièrement à l aise concernant le dénombrement) Objectifs : À travers des manipulations permettre aux enfants de travailler sur le dénombrement d objets fixes et la correspondance quantité /quantité. Matériel: Un jeu de dominos présentant sur chaque partie du domino deux quantités différentes (quantités comprises entre 1 et 5). Durée: 15 minutes Contexte de classe :?? Stage en responsabilité.?? Les enfants ont l habitude de jouer aux dominos en particulier avec des dominos sur les couleurs. 18

23 ?? Les groupes d enfants qui travaillent sur cette activité sont des groupes hétérogènes du point de vue des compétences numériques. Par contre, suivant son niveau, je donne en début de partie à chaque enfant des dominos comportant des constellations plus ou moins grandes. Déroulement de l activité : Phase collective: Chaque enfant a à sa disposition 4 dominos. Je dispose le premier domino puis, à tour de rôle chaque enfant essaye de placer un de ses dominos sur la table en associant deux dominos représentant des quantités égales. Le «gagnant» est celui qui, le premier, a placé tous ses dominos sur la table. Analyse: Comme je l avais remarqué lors de l activité avec les dominos chiffre/constellation les enfants de la classe ont des difficultés pour dénombrer une collection fixe de 1 à 5 éléments. Aucun enfant n a un dénombrement sûr (les enfants les plus à l aise se trompent quasiment 2 fois sur 4 lorsqu ils dénombrent une collection fixe à 5 éléments). Pourtant lors de diverses activités j ai pu remarquer que certains enfants étaient assez à l aise lorsqu il s agissait de dénombrer des objets mobiles. Suite au travail avec les bateaux, j ai pu observer que lorsque ces enfants comptaient des objets mobiles ils séparaient souvent les objets déjà comptés des autres. La difficulté vient ici pour eux de l impossibilité de bouger les objets, de trier ceux déjà comptés, de ceux encore à compter. C est avec l objectif de faire travailler cette compétence que j ai proposé cette activité. Un défaut du jeu de domino que j ai pu constater est qu il s agit d un jeu collectif. Je trouvais intéressant de faire jouer les enfants à des jeux collectifs car il n y en avait pas dans la classe habituellement et cela permettait de travailler des compétences liées au domaine : «vivre 19

24 ensemble» (accepter et respecter les règles du jeu, attendre son tour pour jouer ). Ici cela a été problématique car cela était gênant par rapport à l objectif de séance que je m étais fixé. En effet j ai remarqué qu un enfant prenait systématiquement en main le dernier domino joué et le plaçait juste devant lui pour dénombrer la collection de référence. En y réfléchissant par la suite je me suis rendue compte que les enfants n avaient pas sous les yeux tous les dominos mais qu ils étaient au centre de la table. Je ne m étais pas rendue compte que cette disposition ajoutait une difficulté au dénombrement. Pratique de classe: le sur-comptage. Niveau : Grande section. Effectif: environs 6 enfants (Travail en ateliers). Objectifs :?? Permettre à l enfant de construire au fur et à mesure de l année la procédure de comptage et de calcul la plus experte (comptage mental à partir de la collection ayant le plus grand nombre d éléments).?? Favoriser la mémorisation de résultats additifs simples. Matériel:?? Un plateau de jeu avec un train et une trentaine de wagons.?? Deux dés «classiques» (constellations).?? Deux dés avec les chiffres de 1 à 6. Déroulement de l activité : 20

25 Règle du jeu : Même type de jeu que le jeu de l oie. Chaque enfant a en début de jeu un pion placé au fond du train. A son tour il lance les dés et avance son pion d autant de cases que le résultat des deux dés. L objectif est d être le premier à rejoindre la locomotive. Phase n 1: le jeu se joue avec les deux dés «classiques». Les enfants sont libres de recompter le tout pour trouver le résultat de la somme des deux dés. Phase n 2: le jeu se joue avec un dé classique et un dé «chiffré». Travail sur les procédures de sur comptage : reconnaître le chiffre et sur compter en utilisant les points sur le second dé. Phase n 3: le jeu se joue avec deux dés «chiffrés». Travail sur les procédures de sur comptage :?? reconnaître un chiffre et sur compter en utilisant ses doigts pour «traduire» le second dé.?? reconnaître le chiffre le plus grand et sur compter à partir de lui. A ce stade du jeu on espère que la répétition des additions favorisera la mémorisation des résultats additifs. Commentaire : Je n ai malheureusement pas pu tester cette progression dans une classe tout au long de l année. Pratique de classe: correspondance chiffre/quantité. Niveau : Grande section au mois de janvier. Effectif: 8 enfants (Travail en ateliers, 2 sont menés par l enseignante, 1 par une autre stagiaire, je travaille avec le dernier groupe). Objectifs : 21

La construction du nombre en petite section

La construction du nombre en petite section La construction du nombre en petite section Éléments d analyse d Pistes pédagogiquesp 1 La résolution de problèmes, premier domaine de difficultés des élèves. Le calcul mental, deuxième domaine des difficultés

Plus en détail

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Temps forts départementaux Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Calcul au cycle 2 La soustraction fait partie du champ opératoire additif D un point de vue strictement mathématique,

Plus en détail

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF)

Jeux mathématiques en maternelle. Activités clés. Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Activités clés NIVEAU : PS/MS Jeu des maisons et des jardins (Yvette Denny PEMF) Compétences Construire les premiers nombres dans leur aspect cardinal Construire des collections équipotentes Situation

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section

APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section APPROCHER LES QUANTITES ET LES NOMBRES en Moyenne Section Module Dénombrer une quantité ( 8) Mémoriser la suite des nombres( 15) Décomposer les nombres( 3,4 et 5 ) Au travers de l exploitation d albums

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

2. CONSTRUIRE LE CONCEPT DE. la dialectique enseigner / apprendre

2. CONSTRUIRE LE CONCEPT DE. la dialectique enseigner / apprendre 2. CONSTRUIRE LE CONCEPT DE NOMBRE, OUI MAIS COMMENT? la dialectique enseigner / apprendre 1 un modèle d'apprentissage : Piaget psychologie du développement sujet milieu (d'apprentissage) équilibre élément

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale)

Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) 8h45-9h00 Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité orale) Présentation de l horaire et calendrier (activité

Plus en détail

La dyspraxie visuo-spatiale

La dyspraxie visuo-spatiale 1 La dyspraxie visuo-spatiale 2 Définition Dyspraxie visuo-spatiale Introduction La plus fréquente des dyspraxies Association d un trouble du geste de nature dyspraxique et d un trouble visuo-spatial Pathologie

Plus en détail

Des activités mathématiques à l école primaire

Des activités mathématiques à l école primaire 564 Atelier Dm 25 I. Introduction Des activités mathématiques à l école primaire Pourquoi? Quand? Comment? Brigitte Morel Dimanche matin, 8h30, nous cherchons la salle, nous nous installons, première bonne

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT

DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP. Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT DECOUVERTE ET UTILISATION DES TABLETTES NUMERIQUES DANS UNE GS/CP Ecole Raphaël Périé Laurence ALBERT 1) Observation des applications sur la tablette numérique Nom de l application Contenu Remarques ABC

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

CONSTRUCTION DU NOMBRE EN MATERNELLE

CONSTRUCTION DU NOMBRE EN MATERNELLE CONSTRUCTION DU NOMBRE EN MATERNELLE 1. CREER LE BESOIN DU NOMBRE Le nombre a deux fonctions essentielles : Il permet de mémoriser des quantités (dénombrement et mesure) ou des positions (classement) afin

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale Le sondage du jour Type d outil : Activité rituelle permettant de valoriser les relations et de susciter des activités dénombrement au départ du nombre d'élèves de la classe. Auteur(s) : Pauline Gobert

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE

1) pour différencier (voire individualiser) 2) pour remédier et mettre en œuvre les PPRE Animation pédagogique : Le plan de travail individualisé au cycle 3 Résumé des principaux points développés Un contexte professionnel à prendre en compte: Un constat commun (Institution et enseignants)

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Utiliser les calculatrices en classe

Utiliser les calculatrices en classe Les nouveaux programmes de l école primaire Mathématiques Document d accompagnement Utiliser les calculatrices en classe Cycles des apprentissages fondamentaux Cycles des approfondissements Direction de

Plus en détail

Carré parfait et son côté

Carré parfait et son côté LE NOMBRE Carré parfait et son côté Résultat d apprentissage Description 8 e année, Le nombre, n 1 Démontrer une compréhension des carrés parfaits et des racines carrées (se limitant aux nombres entiers

Plus en détail

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités DES OUTILS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SEXUALITÉ JEUNESSE SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION EN MATHÉMATIQUE Les tâches familiales Planification des activités PRIMAIRE 1er cycle,

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Plus petit, plus grand, ranger et comparer

Plus petit, plus grand, ranger et comparer Unité 11 Plus petit, plus grand, ranger et comparer Combien y a-t-il de boules sur la tige A? Sur la tige B? A B Le nombre de boules sur la tige A est plus grand que sur la tige B. On écrit : > 2 On lit

Plus en détail

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS

CO-INTERVENTION. Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS CO-INTERVENTION Deux situations pour provoquer le débat: la co-intervention dans le cadre de la prévention. Ex: langage en GS la co-intervention dans le cadre de la remédiation: ex mathématique en CE2

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2?

b) Fiche élève - Qu est-ce qu une narration de recherche 2? Une tâche complexe peut-être traitée : Gestion d une tâche complexe A la maison : notamment les problèmes ouverts dont les connaissances ne sont pas forcément liées au programme du niveau de classe concerné

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

Organiser des groupes de travail en autonomie

Organiser des groupes de travail en autonomie Organiser des groupes de travail en autonomie Frédérique MIRGALET Conseillère pédagogique L enseignant travaille avec un groupe de niveau de classe et le reste des élèves travaille en autonomie. Il s agira

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

Partie 1 : la construction du nombre chez l'enfant. Page 2. Partie 2 : Des jeux et des nombres Page 8

Partie 1 : la construction du nombre chez l'enfant. Page 2. Partie 2 : Des jeux et des nombres Page 8 Partie 1 : la construction du nombre chez l'enfant. Page 2 Partie 2 : Des jeux et des nombres Page 8 1 La construction du nombre Le nombre est invariant : Le nombre ne change pas quelles que soient les

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet

«Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet «Lady Souris : le mystère du frigidaire» : Gwénaëlle Boulet Rédaction : concevoir et écrire plusieurs phrases cohérente. Ecrire à partir d un album. ( CE1 ou fin d année CP/CE1) En parallèle lire d autres

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom :

1. Projet de lecture. Français 20-2. Médias : La pub. Cahier de l élève. Nom : 1. Projet de lecture Médias : La pub Français 20-2 Cahier de l élève Nom : La pub DESCRIPTION DU PROJET Tu vas lire des annonces publicitaires pour être en mesure de discuter des moyens utilisés par les

Plus en détail

Janvier 2011 CHIMIE. Camille de BATTISTI. Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER

Janvier 2011 CHIMIE. Camille de BATTISTI. Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER CHIMIE Camille de BATTISTI Janvier 2011 Acquérir la démarche expérimentale en chimie. ACADEMIE DE MONTPELLIER TABLE DES MATIERES Pages 1. LES OBJECTIFS VISÉS ET LE SOCLE COMMUN 2 1.1. Objectifs disciplinaires

Plus en détail

Apprendre à résoudre des problèmes numériques. Utiliser le nombre pour résoudre des problèmes

Apprendre à résoudre des problèmes numériques. Utiliser le nombre pour résoudre des problèmes Apprendre à résoudre des problèmes numériques Utiliser le nombre pour résoudre des problèmes Ce guide se propose de faire le point sur les différentes pistes pédagogiques, qui visent à construire le nombre,

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Circonscription de. Valence d Agen

Circonscription de. Valence d Agen Circonscription de Valence d Agen Pourquoi ce guide? Depuis des décennies, le sujet des devoirs à la maison est discuté dans et hors de l école. Nous avons souhaité faire le point sur ce sujet afin de

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Formation Pédagogique 3h

Formation Pédagogique 3h Formation Pédagogique 3h Carole MOULIN Conseillère Pédagogique généraliste Bourgoin 2 20 mars 2013 Ecrire c est: Copier Ecrire sans erreurs sous la dictée Concevoir et écrire une phrase, des phrases, un

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

Quelques matériels numériques

Quelques matériels numériques File Numérique Général Topologie Topographie Repérage Nomination Ordinal Comptage Cardinal Quelques matériels numériques Topologie linéaire espalier < Retour entête. Topologie : Linéaire Catalogue CELDA

Plus en détail

Didactique Mathématiques

Didactique Mathématiques Didactique Mathématiques Les nombres entiers... 3 Le premier apprentissage des nombres en maternelle et en début de CP... 3 Les compétences visées... 3 Plusieurs types de problèmes... 3 Quelles procédures

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

À l école pour développer des compétences

À l école pour développer des compétences _x áxüä vx wxá ÜxááÉâÜvxá wâvtà äxá tâå }xâçxá 2007-2008 2008 À l école pour développer des compétences -au préscolaire- - 1 - - 2 - Mot de présentation Votre enfant entre à la maternelle cette année.

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) *

Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * André ANTIBI Le système d évaluation par contrat de confiance (EPCC) * * extrait du livre «LES NOTES : LA FIN DU CAUCHEMAR» ou «Comment supprimer la constante macabre» 1 Nous proposons un système d évaluation

Plus en détail

Accompagnement personnalisé 6e

Accompagnement personnalisé 6e éduscol Accompagnement personnalisé 6e Accompagnement personnalisé en 6ème Problème pédagogique : l élève fait des erreurs dans la conjugaison du présent de l indicatif. Compétence 1 : Conjuguer les verbes,

Plus en détail

Une école au Togo, épisode 1/4

Une école au Togo, épisode 1/4 Une école au Togo, épisode 1/4 Thèmes Éducation, formation Concept Ce documentaire présente la situation de l école primaire au Togo. Contenu Pour visionner le documentaire Une école au Togo, allez sur

Plus en détail

Document à l attention de l enseignant Grande section

Document à l attention de l enseignant Grande section ÉCOLE : CLASSE : Numéro confidentiel de saisie : Document à l attention de l enseignant Grande section Passation 1 Évaluations «prévention de l illettrisme» - 31-2010-2011 Présentation générale Dans le

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines Les nombres entiers Durée suggérée: 3 semaines Aperçu du module Orientation et contexte Pourquoi est-ce important? Dans le présent module, les élèves multiplieront et diviseront des nombres entiers concrètement,

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Document d accompagnement. de la 1 re à la 8 e année. Exemples de tâches et corrigés. 1 re année Tâche 1... 5 Corrigé... 7 Tâche 2... 8 Corrigé...

Document d accompagnement. de la 1 re à la 8 e année. Exemples de tâches et corrigés. 1 re année Tâche 1... 5 Corrigé... 7 Tâche 2... 8 Corrigé... Normes de performance de la Colombie-Britannique Document d accompagnement Mathématiques de la 1 re à la 8 e année Exemples de tâches et corrigés 1 re année Tâche 1... 5 Corrigé... 7 Tâche 2... 8 Corrigé...

Plus en détail

Situations pédagogiques Outils pour les différents profils

Situations pédagogiques Outils pour les différents profils La numération au C1, C2, C3 Cycle 2 Cycle 3 La perception du nombre, de la pluralité Situations pédagogiques Outils pour les différents profils Les «flash cards» avec les différentes représentations d

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Indications pour une progression au CM1 et au CM2

Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Indications pour une progression au CM1 et au CM2 Objectif 1 Construire et utiliser de nouveaux nombres, plus précis que les entiers naturels pour mesurer les grandeurs continues. Introduction : Découvrir

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

Tous les exercices des analyses d aptitudes Multicheck Junior

Tous les exercices des analyses d aptitudes Multicheck Junior Capacité de mémorisation: Mémorisation des pictogrammes/images/ vêtements/objets/personnes Capacité de mémorisation: Se souvenir d un texte Capacité de mémorisation: Mémoriser les personnes 1 Français:

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail