L impact des stéroïdes anabolisants sur la santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L impact des stéroïdes anabolisants sur la santé"

Transcription

1 L impact des stéroïdes anabolisants sur la santé Élaborée et animée par: Patricia Beaulac, infirmière clinicienne 23 octobre 2013

2 2 Objectifs Savoir les motifs de consommation des stéroïdes anabolisants Connaitre les stéroïdes anabolisants ainsi que des produits connexes Décrire les répercussions des stéroïdes anabolisants ainsi que des produits connexes sur la santé physique et mentale Saisir les stratégies d interventions à privilégier Connaître les disponibles services et ressources de soutien

3 3 Motifs de consommation Sexe: Deux fois plus de garçons consomment pour améliorer leurs performances physiques et sportives Âge: Augmente au cours de l adolescence Milieu familial: Facteur de risque ou de protection Obligation de résultats: La pression augmente l anxiété de performance (CQLD, 2006)

4 4 Motifs de consommation Isolement social: Éloignement du domicile, difficultés liés aux études, etc. Carrière: Sportive, compétition, recherche de célébrité, etc. Amis et collègues: Besoin de s intégrer et d être accepté Culte du corps et de la performance: Beauté et admiration (CQLD, 2006)

5 5 Qu est-ce que les stéroïdes anabolisants? Androgène = hormone mâle contient de la testostérone Androgène produit des spermatozoïdes développe les caractères masculins. Stéroïdes équivalent synthétique de la testostérone Anabolisant stimulation du métabolisme des protéines et des lipides la masse musculaire (CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002; NIDA, 2012)

6 6 Qu est-ce que les stéroïdes anabolisants? Sous forme de comprimés, de capsules, de liquides, de crèmes ou de gels Noms: Anadrol, Dianobol, Winstrol, DecaDurabolin, Depo-Testostérone, Equipoise, Anavar, Cyclomen, Halotestin, Oxandrin, Anapolon 50 et autres. (CAMH, 2003; CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002)

7 7 Les cycles d utilisation Deux types stéroïdes et plus peuvent être pris dans un même temps afin de maximiser les effets. La prise se fait par cycle de 6 à 12 semaines. Le début et la fin du cycle sont progressif. L arrêt entre les cycles est de 2 à 4 semaines lors d une prise orale puis de 3 à 6 semaines lors d une prise intraveineuse. (CAMH, 2003; Léonard et Ben Amar, 2002)

8 8 Usages thérapeutiques Déficiences fonctionnelles des testicules: stimule le développement ou le maintient des caractères sexuels mâles Retard de croissance: accélère la croissance et augmente la taille États cataboliques: accélère le mécanisme de réparation tissulaire et stimule l appétit (CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002)

9 9 Usages thérapeutiques Ostéoporose: amélioration rapide du tissu osseux Anémie: stimule l érythropoïèse l hémoglobine) ( les Œdème angioneurotique héréditaire: guérison totale de cette maladie Carcinome mammaire: effet palliatif (CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002) globules rouge et

10 10 Pourquoi les gens en santé prennent des stéroïdes anabolisants? la masse musculaire et du poids la force musculaire l agressivité en entrainement ainsi qu en compétition la motivation l endurance physique la fatigue et accélère la récupération physique (CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002)

11 11 Effets secondaires De façon générale: Apparition ou exacerbation de l acné Perte de cheveux Déchirement des muscles et tendons Troubles cardiovasculaires (CAMH, 2003; CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002; NIDA, 2012)

12 12 Effets secondaires De façon générale (suite): Baisse de la fertilité Complications hépatiques VIH, VHB, VHC, si consommé par voie intraveineuse (CAMH, 2003; CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002; NIDA, 2012)

13 13 Effets secondaires Troubles psychologiques/psychiatriques: Anxiété Irritabilité Agressivité Manie et/ou dépression pouvant aller jusqu au suicide Pertes de la perception de certaines réalités et valeurs Insomnie Confusion Psychose et/ou paranoïa (CAMH, 2003; CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002; NIDA, 2012)

14 14 Effets secondaires Chez l homme: Chez la femme: Gynécomastie Atrophie testiculaire Difficulté et douleur à uriner Diminution de la libido Impuissance Risque accru du cancer de la prostate Développement excessif des poils Durcissement de la peau Masculinisation de la voix et du corps Atrophie des seins et de l utérus Hypertrophie du clitoris Irrégularité menstruelle, oligoménorrhée et aménorrhée (CAMH, 2003; CQLD, 2006; Léonard et Ben Amar, 2002; NIDA, 2012)

15 15 Interactions pharmacologiques Potentialise les effets des anticoagulants Potentialise l effet de l insuline Inhibe l effet des hypoglycémiants oraux Perturbe le métabolisme de la testostérone avec la prise d alcool et augmente les concentration d oestradiol provoque la féminisation chez l homme (Léonard et Ben Amar, 2002)

16 16 Enjeux Toxicité: Les doses de stéroïdes consommées par les athlètes sont considérées dangereuses par les professionnels de la santé. La dose dépasse de 2 à 200 fois la dose thérapeutique. Varie d un individu à l autre, selon: Âge Sexe Dose Durée Voie d administration (CAMH, 2003; Léonard et Ben Amar, 2002)

17 17 Enjeux Dépendance: Ce phénomène ce manifeste par: Voie d administration intraveineuse Augmentation des doses Augmentation du nombre de différents stéroïdes utilisés Augmentation de la durée des cycles Réduction des temps d arrêt entre les cycles Persistance de la prise de stéroïdes malgré la présence d effets négatifs ressentis Augmentation du temps et des ressources financières consacrés à l achat des stéroïdes Symptômes de sevrage présents à l arrêt de la consommation (CAMH, 2003; Léonard et Ben Amar, 2002; NIDA, 2012)

18 18 Signes et symptômes de sevrage Fatigue/perte d énergie Perte de motivation et de l envie de s entraîner Sauts d humeur, dépression Pensées suicidaires Agitation Perte d appétit (CAMH, 2003; Léonard et Ben Amar, 2002)

19 19 Signes et symptômes de sevrage Céphalées Insomnie Pulsions sexuelles réduites Chute rapide du poids et de la masse ainsi que de la force musculaire Désir de prendre plus de stéroïdes (CAMH, 2003; Léonard et Ben Amar, 2002)

20 20 Produits connexes

21 21 Glucocorticoïdes (Prednisone, Dexaméthasone, Hydrocortisone, Bétaméthasone, Aldostérone, etc.) - la fatigue - la tolérance à la douleur Effets indésirables Fragilité des tendons Déchirures musculaires Entorse des genoux et des chevilles Cicatrisation des plaies retardées Rétention de sodium et d eau de graisse au niveau du visage et du cou glycémie sécrétion d acide par l estomac la vulnérabilité aux infections locales et générales (CQLD, 2006; Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage )

22 22 Glucocorticoïdes (Prednisone, Dexaméthasone, Hydrocortisone, Bétaméthasone, Aldostérone, etc.) Abus/prise prolongée Fatigue chronique Chute de performance Défaillance cardiovasculaire pouvant aller jusqu à la mort Risque d ostéoporose ou d ostéonécrose Risque majeure d insuffisance surrénale pouvant conduire jusqu au syndrome de Cushing (CQLD, 2006; Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage )

23 23 Érythropoïétine (EPO) - la capacité de transporter l oxygène aux muscles - l endurance et la performance Abus Syndrome grippal Accidents cardiaques Embolie Diabète Cirrhose (CQLD, 2006; Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage )

24 24 Diurétiques (Furosémide = Lasix, Spironolactone = Aldactone ) - les liquides de l organisme - le poids - Tenter d échapper au contrôle antidopage Effets indésirables Déshydratation Déséquilibre des électrolytes Affaiblissement musculaire Arythmie cardiaque Hypotension artérielle (CQLD, 2006; Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage )

25 Stimulants (amphétamine, cocaïne, éphédrine et dérivés) - l attention, la concentration et le temps de réaction - la fatigue et l énergie - du poids Effets indésirables Anxiété Agitation Insomnie Céphalées Étourdissements Tremblements Perte d appétit Déshydratation Troubles gastro-intestinaux Tachycardie Arythmie cardiaque Hypertension artérielle (CQLD, 2006; IUSMQ, 2012; Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage) 25

26 Hormone de croissance (hgh) - la masse musculaire - la masse grasse - l endurance physique suite à une résistance à la fatigue Effets indésirables Croissance des os longs Allongement des maxillaires Douleur articulaire Arthrose Perturbation thyroïdienne Troubles cardiovasculaires Troubles nerveux Gynécomastie (chez l homme) Risque de diabète Risque de cancer (CQLD, 2006; Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage ) 26

27 27 Agonistes bêta-2 (Ventolin, Bricanyl, Serevent, etc.) - Améliorer la fonction respiratoire - la capacité à l effort et la résistance - le temps de récupération - Stimuler la motivation Effets indésirables Tremblements Céphalées Troubles cardiaques pouvant aller jusqu à un arrêt cardiaque (CQLD, 2006)

28 28 Narcotiques (Morphine, Dilaudid, Codéine, etc.) - la sensibilité et la douleur Effets indésirables de l attention et de la concentration Troubles de coordination Constipation Risque de dépression respiratoire (CQLD, 2006)

29 29 GHB (gamma-hydroxybutyrate) - Alternative aux stéroïdes (moins couteux) - Stimule la libération d hormones de croissance Stimule le développement musculaire Effets indésirables Somnolence et confusion Amnésie Altérations psychomotrices Vertiges et étourdissements Nausées et vomissements Diarrhée Spasmes musculaires Tremblements (CQLD, 2006) Surdosage Risques de convulsions Hallucinations Bradycardie Hypotension artérielle Dépression respiratoire Inconscience Coma

30 30 STRATÉGIES D INTERVENTIONS (Image tirée du site internet:

31 31 Stratégies d interventions Aborder la problématique d un point de vue sportif Graduellement, introduire la notion de dépendance Donner de l information sur les stéroïdes et ses produits connexes Donner des alternatives santé Investiguer à quel besoin cela répond Adopter une approche axée sur la réduction des méfaits

32 32 Alternatives santé / Suppléments alimentaires Saine hygiène de vie Bien s alimenter Avoir un sommeil réparateur et régulier S abstenir de produit toxique, dont le tabac, l alcool et les autres drogues Soigner les moindre blessures Écouter son corps Avoir une routine d entrainement bien établit Ne pas hésiter à poser des questions aux professionnels du milieu (INPES, 2008)

33 33 Alternatives santé / Suppléments alimentaires Boissons énergétiques (Gatorade, Powerade) Caféine Bicarbonates Multivitamines-minéraux (Australian Institute of Sport)

34 34 Alternatives santé / Suppléments alimentaires Barres sportives 16 à 40g de glucides, 2 à 10g de protéines, 1 à 8g de lipides Gels sportifs 65 à 75 g de glucides/100ml + électrolytes et caféine Protéines en poudre 20 à 30g de protéines, 30 à 40g de glucides, 5 à 10g de lipides Créatinine (Australian Institute of Sport, IUSMQ, 2012)

35 35 Réduction des méfaits Stéroïdes anabolisant I/V S assurer que les ampoules ou les fioles: Sont scellés et intacts Ont des étiquettes lisibles Ont des dates de péremption inscrites et non expirées Ont des emballages avec la même inscription, numéro de lot et dates de péremption Sont identiques et que la quantité de liquide est la même Ont un liquide transparent et sans particule en suspension (Santé Publique Ottawa, Programme sur les aiguilles et les seringues et CATIE, 2013)

36 36 Réduction des méfaits Stéroïdes anabolisant I/V Matériel: Utilisez du matériel neuf et stérile pour chaque injection Ne partagez jamais le matériel d injection Matériaux: Seringues stériles (2 ou 3ml) Aiguilles stériles (calibre 18 23, longueur de 1 à 1,5 po, pour aspirer le produit // calibre 21 25, longueur de 1 à 1,5 po, pour injecter le produit dans le muscle) Tampons d alcool Contenant rigide sécuritaire Ne pas injecter plus de 2 ml dans un muscle en 1 seule fois (Santé Publique Ottawa, Programme sur les aiguilles et les seringues et CATIE, 2013)

37 37 Réduction des méfaits Stéroïdes anabolisant I/V Sites d injection: Hanches, fesses, cuisses et épaules Voir la référence pour les techniques d injection sécuritaire: Santé Publique Ottawa, Programme sur les aiguilles et les seringues et CATIE (2013). Les stéroïdes anabolisants. Roids/jus/poudre blanche. Peu importe le nom que vous lui donnez, voici ce que vous devez savoir pour une injection plus sécuritaire. Ottawa: Santé Publique Ottawa. (Santé Publique Ottawa, Programme sur les aiguilles et les seringues et CATIE, 2013)

38 38 Réduction des méfaits Stéroïdes anabolisant I/V Risques d une injection: Cellulite et abcès Douleur ou spasmes musculaires Atteinte d un nerf Saignement sans arrêt ITSS: VIH, VHB et VHC (Santé Publique Ottawa, Programme sur les aiguilles et les seringues et CATIE, 2013)

39 39 Où aller?

40 40 Où aller? Nutritionniste sportif Adapter l alimentation l entraînement. aux objectifs ainsi qu à Kinésiologue: Conçoit des programmes d'entraînement physique spécifiques adaptés aux besoins. Centre de réadaptation en dépendance Permet d effectuer une évaluation complète sur l ampleur de la problématique, de planifier un plan d intervention individualisé et d avancer au rythme de la personne. Thérapie Offre un retrait du milieu afin de travailler intensivement sur la problématique.

41 41 (Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage)

42 42 Références Australian Institute of Sport (s.d.). Site d Australian Government/ Australian Sports Commission. Site téléaccessible à l adresse: <http://www.ausport.gov.au/ais/nutrition/supplements/classification_-_test>. Consulté le 25 février Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) (2003). Site de Do you know anabolic steroids. Document téléaccessible à l adresse: <http://www.camh.ca/fr/hospital/health_information/a_z_mental_health_and _addiction_information/steroids/pages/anabolic_steroids_dyk.aspx>. Consulté le 5 mars Centre québécois de lutte aux dépendances (CQLD) (2006). Drogues. Savoir plus risquer moins. Livre d information. Québec: Centre québécois de lutte aux dépendances.

43 43 Références Garnier, M., Delamare, V., Delamare, J. et Delamare, T. (2006). Dictionnaire illustré des termes de médecine. 29e éd. Paris: Maloine. Institut universitaire en santé mentale de Québec (IUSMQ) (2012). Substances d entrainement. Québec: Institut universitaire en santé mentale de Québec. Institut National de Prévention et d Éducation pour la Santé (INPES) (2008). Se doper ou pas? Sport examens. Saint-Denis Cedex: Parimage. Laboratoire Suisse d Analyse du Dopage (s.d.). Site de prestations de laboratoire. Site téléaccessible à l adresse: <http://www.doping.chuv.ch/lad_home/lad-prestations-laboratoire/ladprestations-laboratoire-liste-methodes/lad-prestations-laboratoire-listemethodes-corticos.htm>. Consulté le 21 février 2013.

44 44 Références Léonard, L. et Ben Amar, M. (2002). Les psychotropes. Pharmacologie et toxicomanie. Québec: Les Presses de l Université de Montréal. National Institute on Drug Abuse (NIDA) (2012). DrugFacts: Anabolic Steroids. Document téléaccessible à l adresse: <http://www.drugabuse.gov/publications/drugfacts/anabolic-steroids>. Consulté le 20 août Santé Publique Ottawa, Programme sur les aiguilles et les seringues et CATIE (2013). Les stéroïdes anabolisants. Roids/jus/poudre blanche. Peu importe le nom que vous lui donnez, voici ce que vous devez savoir pour une injection plus sécuritaire. Ottawa: Santé Publique Ottawa.

45 Mise à jour 21 octobre

Les stéroïdes anabolisants ROIDS/JUS/POUDRE BLANCHE

Les stéroïdes anabolisants ROIDS/JUS/POUDRE BLANCHE Les stéroïdes anabolisants ROIDS/JUS/POUDRE BLANCHE Peu importe le nom que vous lui donnez, voici ce que vous devez savoir pour UNE INJECTION PLUS SÉCURITAIRE 1 Table des matières Si vous utilisez des

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

PAS. e DOPER. Écoute dopage. Drogues Info Service. > 0800 15 2000 > www.dopage.com

PAS. e DOPER. Écoute dopage. Drogues Info Service. > 0800 15 2000 > www.dopage.com Deux numéros Vert pour être aidé Écoute dopage > 0800 15 2000 > www.dopage.com Anonyme et gratuit depuis un poste fixe, pour poser des questions, être écouté, conseillé et orienté. Du lundi au vendredi

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau LES RELATIONS ENTRE L ABUS, LA DÉPENDANCE ET LES TROUBLES MENTAUX par Karen Fortin Christophe est un jeune homme de 20 ans qui éprouve des difficultés

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne?

HépatiteC n 4. onseil. Pourquoi faut-il que je me soigne? HépatiteC n 4 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Pourquoi faut-il que je me soigne? Sommaire ( Pourquoi faut-il que je me soigne? 1 2 3 Le virus qui m a infecté : un ennemi pour mon foie L

Plus en détail

DIABÈTe De TYPe 1 Petit guide pour les parents et les enfants.

DIABÈTe De TYPe 1 Petit guide pour les parents et les enfants. DIABÈTe De TYPe 1 Petit guide pour les parents et les enfants. Guide pour comprendre et aborder sereinement l apparition du diabète de type 1. Sommaire Le contrôle glycémique 04 Qu est-ce que le taux d

Plus en détail

Quand le stress nous rend malade

Quand le stress nous rend malade Yuri Arcurs Quand le stress nous rend malade Tous concernés! De quoi s agit-il? Le stress stimule notre organisme pour qu'il s'adapte à une nouvelle situation, bonne ou mauvaise. Deux hormones sont alors

Plus en détail

NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES A L UTILISATEUR. Firazyr 30 mg solution injectable en seringue pré-remplie Icatibant

NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES A L UTILISATEUR. Firazyr 30 mg solution injectable en seringue pré-remplie Icatibant B. NOTICE 1 NOTICE : INFORMATIONS DESTINÉES A L UTILISATEUR Firazyr 30 mg solution injectable en seringue pré-remplie Icatibant Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4 Anémie et maladie rénale chronique Phases 1-4 Initiative de qualité en matière d issue des maladies rénales de la National Kidney Foundation Saviez-vous que l initiative de qualité en matière d issue des

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol.

PIL Décembre 2009. Autres composants: acide tartrique, macrogol 4000, macrogol 1000, macrogol 400, butylhydroxyanisol. Notice publique MOTILIUM Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Si vous avez d autres questions,

Plus en détail

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction.

Partie du système nerveux central qui relie certains groupes de neurones à l origine de fortes sensations de plaisir et de satisfaction. avec la collaboration du Centre de vulgarisation de la connaissance, Université Paris XI LEXIQUE LE CANNABIS SOUS L ŒIL DES SCIENTIFIQUES Addiction État de besoin vis-à-vis d une drogue ou d une pratique

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain)

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain) NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Immukine 100 microgrammes/0,5 ml solution injectable (Interféron gamma-1b recombinant humain) Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

Notice : information de l utilisateur. ESMYA 5 mg, comprimés Ulipristal acétate

Notice : information de l utilisateur. ESMYA 5 mg, comprimés Ulipristal acétate B. NOTICE 22 Notice : information de l utilisateur ESMYA 5 mg, comprimés Ulipristal acétate Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl

NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés. Bisacodyl NOTICE: INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour

Plus en détail

http://addictologie.hug-ge.ch

http://addictologie.hug-ge.ch Jeudi 5 février 2015 Gerard Calzada http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES Wikipédia 2 http://addictologie.hug-ge.ch Trainspotting (1966) ASPECTS CINÉMATOGRAPHIQUES

Plus en détail

L ALCOOL ET LE CORPS HUMAIN

L ALCOOL ET LE CORPS HUMAIN L ALCOOL ET LE CORPS HUMAIN TABLE DES MATIÈRES Présentation 1 L alcool, différent des autres aliments 2 Différent au moment de l absorption 3 Différent au moment de l élimination 4 Différent dans les conséquences

Plus en détail

Choix plus sains. Voulez-vous savoir quels produits. pourraient vous aider à prévenir les maladies ou améliorer considérablement votre santé?

Choix plus sains. Voulez-vous savoir quels produits. pourraient vous aider à prévenir les maladies ou améliorer considérablement votre santé? Choix plus sains Découvrez quels produits pourraient améliorer considérablement votre vie. Voulez-vous savoir quels produits pourraient vous aider à prévenir les maladies ou améliorer considérablement

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP)

L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) L ANALGÉSIE CONTRÔLÉE PAR LE PATIENT (ACP) Réponses à vos inquiétudes Pour vous, pour la vie Quel est le principe de l ACP? La technique d analgésie contrôlée par le patient (ACP) que vous propose votre

Plus en détail

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal!

Gina Sanders. Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Gina Sanders Troubles du sommeil : banal... mais pas fatal! Tous concernés! De quoi s agit-il? encontrer ponctuellement des dif cultés pour s endormir, se réveiller en pleine nuit ou se retrouver debout

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

La vaccination, une bonne protection

La vaccination, une bonne protection Vaccin contre l hépatite A et l hépatite B La personne qui reçoit ce vaccin se protège contre l hépatite A, l hépatite B et leurs complications. L hépatite A et l hépatite B sont des infections du foie

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MS Direct 10 mg comprimé enrobé MS Direct 20 mg comprimé enrobé sulfate de morphine Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie?

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie? P a g e 1 Comment savoir que vous présentez une hypoglycémie? La plupart des personnes diabétiques sentent rapidement lorsque leur taux de glycémie est trop bas (inférieur à 60 mg/dl). Les premiers symptômes

Plus en détail

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers)

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers) 1 Nom Prénom Date de naissance (AAAA/MM/JJ) N o de proposition ou de contrat 1. renseignements médicaux Renseignements Oui Non médicaux 1. Prenez-vous des médicaments? Cocher OUI ou NON. 2. Au cours des

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue La consommation de drogues, qu elles soient licites (alcool, tabac) ou illicites (cannabis, crack, etc.), fait partie des conduites à risques fréquemment

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

LES CONDUITES ADDICTIVES

LES CONDUITES ADDICTIVES EOM N.I LES CONDUITES ADDICTIVES I. introduction : - addiction : assuétude, asservissement, dépendance, toxicomanie. - Problème majeur de la santé publique. - Mortalité et morbidité élevées. pertes de

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général.

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général. GÉRER VOTRE FATIGUE Gérer votre fatigue Guide pratique destiné aux personnes atteintes de cancer et à leur famille Cette brochure contient des renseignements généraux qui ne sont pas spécifiques à vous.

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Bisolax 5 mg comprimés enrobés Bisacodyl Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament. Elle contient des informations importante s pour

Plus en détail

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com

http://www.aroma-zone.com - contacts@aroma-zone.com HUILE ESSENTIELLE DE BASILIC TROPICAL Revigorante et vitalisante, tonique puissante du système nerveux. Digestive, antispasmodique. Stress, fatigue, dépression, insomnie Flatulence, indigestion, nausée,

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest

Informations sur. östradiolvalerat och dienogest Informations sur östradiolvalerat och dienogest Cette brochure concerne votre nouvelle pilule contraceptive Qlaira. Lisez attentivement son contenu avant de commencer votre première plaquette de pilules.

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

Maladies chroniques et APS

Maladies chroniques et APS Maladies chroniques et APS Master de recherche Physiologie et Biomécanique des APS Dr. BETTAIEB Ramzi : M.A. ISSEP KEF Définition de la maladie chronique Selon l'organisation Mondiale de la Santé, la maladie

Plus en détail

Plan de l atelier. Addiction et vieillissement. Population générale. La réalité clinique actuelle?

Plan de l atelier. Addiction et vieillissement. Population générale. La réalité clinique actuelle? Plan de l atelier Addiction et vieillissement Barbara Broers Dpt de Médecine Communautaire Lugano, le 14 septembre 26 Introduction Usage de substances et changements Usage de substances et conséquences

Plus en détail

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi

Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Séance 3 : Conduire une source de stress importante! Oui mais aussi Divorcer ou conduire, il faut choisir Le risque de subir un accident de voiture est multiplié par quatre pendant les périodes de divorce

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

Notice: information de l utilisateur. ALOPEXY 2% solution pour application cutanée. Minoxidil

Notice: information de l utilisateur. ALOPEXY 2% solution pour application cutanée. Minoxidil Notice: information de l utilisateur ALOPEXY 2% solution pour application cutanée. Minoxidil Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Aimerais-tu en connaître davantage sur les troubles alimentaires? Clique sur chacune des sections pour avoir plus de détails

Aimerais-tu en connaître davantage sur les troubles alimentaires? Clique sur chacune des sections pour avoir plus de détails LES TROUBLES ALIMENTAIRES Les troubles alimentaires se caractérisent par des croyances, des attitudes et des comportements extrêmes à l égard de la nourriture et du poids. Ce sont des troubles complexes

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE

COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE COMMENT MAÎTRISER LA FATIGUE LES SYMPTÔMES DE LA FATIGUE - Maux de tête; - Douleurs musculaires; - Problèmes d appétit (absence d appétit ou augmentation); - Problèmes de sommeil (insomnie, incapacité

Plus en détail

Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine. Réponses aux questions les plus fréquentes

Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine. Réponses aux questions les plus fréquentes Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine Réponses aux questions les plus fréquentes Introduction Quel objectif? Ce document constitue une aide dans la gestion au quotidien de votre douleur.

Plus en détail

Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Accident Vasculaire Cérébral (AVC) Vous venez de présenter une thrombose cérébrale et vous êtes hospitalisé. Il y a beaucoup de questions que vous vous posez sur ce qui s est passé et sur ce qui va arriver

Plus en détail

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes

Réflexions autour de cas cliniques. D R Bernard Desoutter, Nîmes Réflexions autour de cas cliniques D R Bernard Desoutter, Nîmes Traitement des conséquences de la maladie Traitement des effets secondaires du traitement allopathique Le soutien psychologique de l accompagnement

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR. APO-CITALOPRAM Comprimés de citalopram USP

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR. APO-CITALOPRAM Comprimés de citalopram USP PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr APO-CITALOPRAM Comprimés de citalopram USP Cette notice est la troisième partie de la monographie du produit APO-CITALOPRAM, publiée lorsque le médicament

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM

VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM VOTRE PROCHE EST À RISQUE OU PRÉSENTE UN DELIRIUM Comment pouvez-vous l aider? Pour vous, pour la vie L équipe de soins a identifié votre proche comme étant à risque de développer un delirium ou vous a

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail