F. EL OMARI, N. TAREK, M. SABIR, J. TOUFIQ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "F. EL OMARI, N. TAREK, M. SABIR, J. TOUFIQ"

Transcription

1 Evaluation du traitement de substitution par la méthadone au Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions de l Hôpital Arrazi de Rabat-Sale F. EL OMARI, N. TAREK, M. SABIR, J. TOUFIQ Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc TDO 3, 19 Octobre 2012, Genève

2 Introduction Plusiuers enquêtes menées: GYTS Maroc, OMS, UNICEF, CDC (2001) DSH, OMS, 2005 Enquête Nationale Pop Gen Troubles mentaux et toxicomanies, Rapid assessment, 2006, 2008, 2010, 2011 Medspad Rabat-Salé, 2006 Medspad Maroc,

3 Situation de l usage de drogues au Maroc: Augmentation de l usage de drogues Introduction de l héroine et cocaïne Baisse du prix de l héroine Augmentation des UDI (région du Nord) Estimation de UDI Estimation de 5000 à 6000 Injecteurs d héroine Augmentation de la prévalence HIV et HVC chez les UDI

4 Enquête nationale sur les prévalences des troubles mentaux et des toxicomanies, Prévalence de l abus d alcool : 2% Prévalence de l abus des autres substances: 3% Prévalence de la dépendance des autres substances : 2,8% (cannabis+++)

5 Evaluation Rapide des Risques VIH parmi les usagers de drogues injectables (2006,Phase I) Echantillon de 424 usagers de drogues injectées ou injectables. Tanger (36%), Tétouan (24%), Casablanca ( 24%) et Rabat-Salé (16%). Prévalence sur les 12 derniers mois de consommation d héroine est de 69%. 74% des enquêtés déclarent avoir injecté une drogue au moins une fois dans la vie.

6 Evaluation Rapide des Risques VIH parmi les usagers de drogues injectables (2006) Héroïne et cocaïne sont les deux substances les plus injectées 50 % ont partagé ou réutilisent une seringue 3 UDI sur 4 «désinfectent» les seringues utilisées, Mais la plupart le font avec de l eau Prévalence du VIH est de 7% et du VHC est de 18%.

7 Evaluation Rapide des Risques VIH parmi les usagers de drogues injectables (2008 Phase II) Nador, Fès, Al Houceima et Oujda N= 501 (dont 60 % injecteurs) Héroine utilisée dans 77 % des cas Entre 50 % à 70 % partagent seringues HIV + dans 37 % des cas dans un site (Nador) HVC+ dans 57 % des cas dans Nador et Alhouceima.

8 Politique de RDR Intégrée dans le plan d action national depuis 2008 Programme d échange des seringues au niveau du nord du Maroc Méthadone; introduction depuis 2010 dans 3 centres pilotes (Casablanca, Rabat et Tanger) Equipement d autres centres (Oujda, Rabat, Tétouan, Nador) avec ouverture prochaine Knowledge Hub Arrazi depuis 2008

9 Mise en Place du Programme Méthadone au Maroc Critères d admission Critères de priorisation Critères d admission: - Etre dépendant aux opiacés (critères DSM IV) - Etre majeur - Etre consentant - Echec des tentatives de sevrage - Proximité du centre méthadone

10 Critères de priorisation : - Sérologie VIH + - Sérologie Hépatite B et/ou C + - Comorbidités psychiatriques - Femmes, femmes enceintes - Précarité et exclusion sociale

11 Le Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions de l Hôpital Arrazi de Rabat-Sale

12

13

14 Notre Travail Etude prospective sur 2 ans (juin 10-juin 12) Profil des patients sous TSO Evaluation des Indicateurs d impact : - Morbidité (Somatique (HIV, HVC, HVB) et psychiatrique), - Réinsertion socio-professionnelle, - Qualité de vie, - Rétention dans le programme, - Incarcération - Usage d autres drogues (Héroïne, autres, intoxication, overdose...) - Autres

15 Méthodologie Evaluation initiale: Caractéristiques des patients sous TSO Eléments de psychopathologie Gravité de l addiction, ASI Qualité de vie, SF36 Réévaluation à 12 mois et 24 mois. Analyse statistique: SAS

16 RESULTATS

17 Tableau 1 : Caractéristiques socio-démographiques de l échantillon et prévalence des comorbidités Variables Age* Sexe Masculin Féminin Situation matrimoniale : Célibataire Marié Divorcé Veuf Enfants Oui Non Provenance Urbain Rural Nord du Maroc Rabat-Salé Etranger Profession Etudiant Non Oui n(%) 35.9± (95%) 1 (5%) 10 (50%) 2 (10%) 7 (35%) 1 (5%) 7(35%) 13 (65%) 20 (100%) 0(0%) 8 (40%) 10 (50%) 2 (10%) 1 (5%) 15 (75%) 4 (20%) * âge exprimé en âge moyen ± écart type

18 Tableau 1 : Caractéristiques socio-démographiques de l échantillon et prévalence des comorbidités Variables n(%) Niveau d étude Primaire Secondaire Supérieur Niveau socio-économique Modeste Moyen Aisé Comorbidités psychiatriques Oui Trouble dépressif récurent Troubles bipolaire type 1 Trouble personnalité borderline Trouble personnalité antisociale Troubles schizophrénique Non Co morbidités somatiques Hépatite virale B Hépatite virale C VIH Mediane Espace QT 3 (15%) 15 (75%) 2 (10%) 7(35%) 8 (40%) 5(25%) 15 (75%) 3 (15%) 8(40%) 2 (5%) 2(10%) 2(5%) 5 (15%) 0(0%) 3 (15%) 1 (5% 410 ms

19 Tableau 2 :Caractéristiques de l usage et prévalences d usage des opiacés VARIABLES n (%) Age de début d usage des opiacés 23.35* (min=14 ; max= 32) Type d opiacés Héroïne Codéine Morphine Type d usage opiacé Injectée Fumée-inhalée Snifée Dose moyenne de Méthadone Usage autres opiacé au cours du TSO Usage préalable de méthadone Introduction TSO en hospitalier 20 (100%) 3 (15%) 2(10%) 11 (55%) 14 (70%) 3 (15%) 65.52±19.08 mg (50 mg à 90mg) 3 (15%) 5 (25%) 9 (45%)

20 TABLEAU 3 : Prévalence de l usage d autres drogues et types d usages Variables n (%) Cannabis Abus 11(55%) Dépendance 9(45%) Cocaïne Abus Dépendance Usage occasionnel Usage régulier Crack Abus Dépendance Usage occasionnel Usage régulier Alcool Abus Dépendance Usage occasionnel Usage régulier Benzodiazépines Abus Dépendance Usage occasionnel Usage régulier Tabac Dépendance 5(25%) 3 (15%) 4(20%) 3(15%) 3(15%) 2(10%) 4(20%) 2(10%) 3(27.27%) 2(18.18%) 3(27.27%) 2(18.18%) 7(35%) 2(10%) 2(10%) 3(15%) 20(100%)

21 Tableau 4 : Evolution de la file active entre T0, T1 et T2 T T0 Total Sortie par rupture de contrat Transfert autres centres Sortie par décision personnelle n(%) 20 (100%) 3(15%) 3 (15%) 3 (15%) T1 12 mois Transfert autres centres Incarcération 11 (55%) 1(5%) 1(5%) T2 24 mois 9 (45%) Taux de rétention= 70% File active à la date du 30 Juin 2012= 11 patients File active à ce jour= 28 patients Nombre de patients qui ont transité par le centre= 5 patients

22 Evaluation de la gravité de l addiction en se basant sur l ASI file active Tableau 5: Scores moyens de gravité de l ASI à T0, T1 (12 mois) et T2 (24 mois) après inclusion Médical Emploi Alcool Autres Famille/ Juridique Psychiatrique drogues social T T T

23 t0 t1 t Medical emploi juridique alcool drogues psychiatrique famille/societe Figure 1: Evolution des scores de gravité de l ASI entre T0,T1 et T2

24 Evaluation de la Qualité de vie de la file active 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% PF RP BP GH SF MH RE HT t0 t1 t2 Figure2 : Les 8 dimensions de la SF 36 à T0, T1(12 mois) et T2 (24 mois) PF = physical functioning RP = role physical BP = body pain GH = general health HT = vitality SF = social functioning RE = role emotional MH = mental health

25 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% t0 t1 t2 santé physique santé mentale Figure 3 : Indicateurs santé mentale et santé physique chez les patients à T0, T1, et T2

26 Résumés et Conclusion Amélioration des indicateurs de performance Bon taux de rétention Amélioration de la santé physique Proximité du système de soins Pas de nouveaux cas de HIV; HVB. HVC Pas d injection de drogues. Dosage opiacé Positif: 3 patients Amélioration de la santé mentale Etat psychiatrique Insertion social et professionnel

27 Résumés et conclusions File active actuelle: 28 patients ( 7 patients prennent TSO à domicile) Limitations Petit échantillon (étude toujours en cours) Perspectives Intégration d un système de réhabilitation socio professionnelle Généralisation TSO dans d autres centres, prisons

PROGRAMME DE MAINTENANCE A LA METHADONE CASABLANCA

PROGRAMME DE MAINTENANCE A LA METHADONE CASABLANCA PROGRAMME DE MAINTENANCE A LA METHADONE CASABLANCA S.Berrada- Z.Haimeur N. Bousfiha Service d Addictologie CHU IBN ROCHD Casablanca. MAROC Traits distinctifs de l usage d héroïne au Maroc Proximité avec

Plus en détail

Drug Misuse and Treatment in Morocco

Drug Misuse and Treatment in Morocco Drug Misuse and Treatment in Morocco Fatima El Omari Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions, Hôpital Arrazi, CHU Rabat-Salé, Maroc Morocco AFRIQUE Le Maroc Population:

Plus en détail

RECAP. Noyau commun de questions pour les structures spécialisées en addictologie

RECAP. Noyau commun de questions pour les structures spécialisées en addictologie POLE «INDICATEURS» RECAP (REcueil Commun sur les Addictions et les Prises en charge) Noyau commun de questions pour les structures spécialisées en addictologie Les informations à recueillir concernent

Plus en détail

ÉTUDE DE PRÉVALENCE DU VIH ET DU VHC CHEZ LES PERSONNES INCARCÉRÉES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PROVINCIAUX AU QUÉBEC

ÉTUDE DE PRÉVALENCE DU VIH ET DU VHC CHEZ LES PERSONNES INCARCÉRÉES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PROVINCIAUX AU QUÉBEC ÉTUDE DE PRÉVALENCE DU VIH ET DU VHC CHEZ LES PERSONNES INCARCÉRÉES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PROVINCIAUX AU QUÉBEC Yohann Courtemanche, B.Sc Céline Poulin, M.Sc Bouchra Serhir, PhD Michel Alary, MD PhD

Plus en détail

TDI en France. Tanja BASTIANIĆ Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) Décembre OFDT

TDI en France. Tanja BASTIANIĆ Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) Décembre OFDT TDI en France Tanja BASTIANIĆ Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) OFDT 3 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine cedex Tel : 01 41 62 77 16 Fax : 01 41 62 77 00 www.ofdt.fr

Plus en détail

Conduites suicidaires et troubles liés à l usage de substances (TLUS)

Conduites suicidaires et troubles liés à l usage de substances (TLUS) Conduites suicidaires et troubles liés à l usage de substances (TLUS) Dr S.Guillaume Service de Psychologie Médicale & Psychiatrie CHU Montpellier Les troubles psychiatriques sont les principaux facteurs

Plus en détail

ETUDE PROSPECTIVE MONOCENTRIQUE CHEZ LES UD A RISQUE = UDIV

ETUDE PROSPECTIVE MONOCENTRIQUE CHEZ LES UD A RISQUE = UDIV Difficulté d évaluer l incidence virale C chez les UD : suivi irrégulier situation précaire mauvais état veineux Dernière évaluation prospective en France = 1999-2001 Etude menée dans le Nord de la France

Plus en détail

Enquête Profil Addictologique 2013

Enquête Profil Addictologique 2013 Enquête Profil Addictologique 2013 Résultats de l enquête régionale réalisée auprès des structures lorraines spécialisées en addictologie en 2013 LORADDICT ORSAS Lorraine Décembre 2014 Réalisé grâce au

Plus en détail

CSST BUS METHADONE

CSST BUS METHADONE CSST BUS METHADONE 1998-2008 Caractéristiques sociodémographiques, consommations et prises de risques chez les usagers de drogues inclus au programme du bus méthadone entre 1999 et 2005 L objectif de cette

Plus en détail

SOIREE D INFORMATION SUR LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE EN ALSACE

SOIREE D INFORMATION SUR LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE EN ALSACE Strasbourg, 18 janvier2017 SOIREE D INFORMATION SUR LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE EN ALSACE Psychiatrie, addictions et précarité Dr Laurent MICHEL Centre Pierre Nicole, Paris Comorbidité

Plus en détail

ÉTUDE DE PRÉVALENCE DU VIH ET DU VHC CHEZ LES PERSONNES INCARCÉRÉES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PROVINCIAUX AU QUÉBEC

ÉTUDE DE PRÉVALENCE DU VIH ET DU VHC CHEZ LES PERSONNES INCARCÉRÉES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PROVINCIAUX AU QUÉBEC ÉTUDE DE PRÉVALENCE DU VIH ET DU VHC CHEZ LES PERSONNES INCARCÉRÉES DANS LES ÉTABLISSEMENTS PROVINCIAUX AU QUÉBEC Yohann Courtemanche, B.Sc Céline Poulin, M.Sc Bouchra Serhir, PhD Michel Alary, MD PhD

Plus en détail

MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN

MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN La comorbidité Consommation de drogue et troubles Psychiatriques MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN Définition La comorbidité, ou «diagnostic associé», a été définie par

Plus en détail

La réductions des risques en France: enjeux et perspectives. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA

La réductions des risques en France: enjeux et perspectives. Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA La réductions des risques en France: enjeux et perspectives Patrizia Carrieri INSERM U912 - ORSPACA RdR aujourd hui en France : où en sommes nous RdR: réduire les conséquences de l usage de drogues est

Plus en détail

TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION AUX OPIACES. Dr Maroussia WILQUIN

TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION AUX OPIACES. Dr Maroussia WILQUIN TRAITEMENTS DE SUBSTITUTION AUX OPIACES Dr Maroussia WILQUIN AUX USA Dans les année 60, Dole Nyswander et Creek, Suivi au long cours, diminution des opiacés illicites, amélioration psychosociale Dans les

Plus en détail

(jour/mois/année) lnstitution. E2.1 Est-ce que le traitement actuel fait suite à un traitement de substitution commencé ailleurs?

(jour/mois/année) lnstitution. E2.1 Est-ce que le traitement actuel fait suite à un traitement de substitution commencé ailleurs? Service du médecin cantonal SMC Kantonsarztamt KAA Rte de Villars 101, 1752 Villars-sur-Glâne T +41 26 305 79 80 www.fr.ch/smc TRAITEMENT DE SUBSTITUTION FORMULAIRE D'ADMISSION Numéro du/de la patient-e

Plus en détail

Hospitalisations programmées pour les patients souffrant de problèmes de dépendance Dr Mohamed Hachaichi unité hospitalière d addictologie Centre

Hospitalisations programmées pour les patients souffrant de problèmes de dépendance Dr Mohamed Hachaichi unité hospitalière d addictologie Centre Hospitalisations programmées pour les patients souffrant de problèmes de dépendance Dr Mohamed Hachaichi unité hospitalière d addictologie Centre hospitalo-universitaire Vaudois CHUV- Lausanne TDO5- Rabat

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION CSSRA L ESCALE 148, route de Lorient 35000 Rennes Tél : 02 99 59 67 82 Fax : 02 99 59 70 73 direction.escale@ugecam-brpl.fr DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Demande d admission concernant : Date de la demande

Plus en détail

fibrose hépatique Prévalence de la chez les usagers de drogues fréquentant les Caarud et Csapa d Île-de-France FOCUS

fibrose hépatique Prévalence de la chez les usagers de drogues fréquentant les Caarud et Csapa d Île-de-France FOCUS FOCUS 17 Prévalence de la fibrose hépatique chez les usagers de drogues fréquentant les Caarud et Csapa d Île-de-France Élisabeth Avril / Directrice de l association Gaïa-Paris En France, la première cause

Plus en détail

Douleur et Médicaments de Substitution aux Opiacés

Douleur et Médicaments de Substitution aux Opiacés Douleur et Médicaments de Substitution aux Opiacés Dr Nicolas AUTHIER Centre Addictovigilance Auvergne / Consultation Pharmacodépendance Service de pharmacologie - CHU Gabriel Montpied, BP69-63003 CLERMONT-FERRAND

Plus en détail

1. Un état chronique 2. Des usagers 3. Des traitements 4. Des soignants 5. L attente des consommateurs 6. Quelles solutions?

1. Un état chronique 2. Des usagers 3. Des traitements 4. Des soignants 5. L attente des consommateurs 6. Quelles solutions? 1. Un état chronique 2. Des usagers 3. Des traitements 4. Des soignants 5. L attente des consommateurs 6. Quelles solutions? La dépendance aux drogues est un problème de santé multifactoriel Qui est souvent

Plus en détail

EXEMPLE D ORGANISATION DES SOINS EN FRANCE : LA PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS

EXEMPLE D ORGANISATION DES SOINS EN FRANCE : LA PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS COOPERATION INTERNATIONALE FRANCO-RUSSE 2011-2012 : DGOS CH Sainte Anne Institut V.M. Bekhterev SAINT PETERSBOURG 2-3/02/2012 PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS ET DES PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES CHRONIQUES

Plus en détail

Collaboration Médecins -Pharmaciens. ARèS 92 le 6 février 2013

Collaboration Médecins -Pharmaciens. ARèS 92 le 6 février 2013 Collaboration Médecins -Pharmaciens ARèS 92 le 6 février 2013 Cas Clinique 1 Mme M. F, 26 ans vit dans sa famille originaire du Maroc consulte pour sevrage codéine Depuis 7 ans consomme : Dafalgan codéiné

Plus en détail

L héroïne qu est-ce 61 que c est? À quoi ça ressemble? Effets et dangers de l héroïne La réduction des risques, qu est-ce que c est?

L héroïne qu est-ce 61 que c est? À quoi ça ressemble? Effets et dangers de l héroïne La réduction des risques, qu est-ce que c est? L L héroïne qu est-ce 61 que c est? À quoi ça ressemble? Effets et dangers de l héroïne La réduction des risques, qu est-ce que c est? Héroïne et traitement Les chiffres d une réalité 62 La consommation

Plus en détail

Dépendance aux analgésiques opioïdes

Dépendance aux analgésiques opioïdes 6 ème journée du CLUD des hôpitaux de Toulouse Dépendance aux analgésiques opioïdes Anne Roussin Centre d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance (CEIP)- Centre d Addictovigilance, CHU de

Plus en détail

Réduction des Risques et TSO : Etat des lieux au regard des recommandations de l OMS en prison en France

Réduction des Risques et TSO : Etat des lieux au regard des recommandations de l OMS en prison en France Réduction des Risques et TSO : Etat des lieux au regard des recommandations de l OMS en prison en France Deuxième Colloque Francophone sur le traitement de la dépendance aux opioïdes L Michel O Maguet

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

FLASH INFO. Asma HACHANI. Service de réanimation médicale Ariana

FLASH INFO. Asma HACHANI. Service de réanimation médicale Ariana FLASH INFO Asma HACHANI Service de réanimation médicale Ariana Collège de Réanimation : 12 Juin 2013 1 INTRODUCTION L'admission en réanimation des patients ayant une hémopathie maligne reste controversé.

Plus en détail

Le coût des drogues illégales en Suisse

Le coût des drogues illégales en Suisse Le coût des drogues illégales en Suisse Claude Jeanrenaud Neuchâtel, juin 2006 Programme d étude sur les substances engendrant la dépendance Trois études réalisées pour l Office fédéral de la santé publique

Plus en détail

Expérience de prise en charge Maison d arrêt de Varces Isère

Expérience de prise en charge Maison d arrêt de Varces Isère Recommandations de prise en charge des hépatites B & C en milieu carcéral. Quels accès? Quels accompagnements? Expérience de prise en charge Maison d arrêt de Varces Isère Dr MN Hilleret CHU Grenoble Prométhée

Plus en détail

ADDICTOLOGIE : DEFINITIONS SUBSTANCE PSYCHOACTIVE ABUS, DEPENDANCE

ADDICTOLOGIE : DEFINITIONS SUBSTANCE PSYCHOACTIVE ABUS, DEPENDANCE Dr. avier LAQUEILLE Chef du Service Addictologie, Centre Hospitalier Sainte-Anne 1 rue Cabanis 75014 PARIS - Université Paris V ADDICTOLOGIE : DEFINITIONS SUBSTANCE PSYCHOACTIVE ABUS, DEPENDANCE Alcool,

Plus en détail

M. S. LAIDLI- Algérie

M. S. LAIDLI- Algérie Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives M. S. LAIDLI- Algérie Introduction L histoire de l irruption irruption, la propagation et du développement de ce phénomène en Algérie : Avant 1992 Après

Plus en détail

Table des matières. Abréviations 9

Table des matières. Abréviations 9 Abréviations 9 QUESTIONS Méthodologie 13 1. La relation médecin-malade dans le cadre du colloque singulier ou au sein d une équipe, le cas échéant pluri-professionnelle. La communication avec le patient

Plus en détail

Agence Régionale de la Santé Présentation du CSAPA 70

Agence Régionale de la Santé Présentation du CSAPA 70 Agence Régionale de la Santé Présentation du CSAPA 70 Dr Annie QUANTIN 17 mai 2011 Centre de Soins d Accompagnement et de Prévention en Addictologie Passage en CSAPA deux possibilités : CSAPA thématique

Plus en détail

CHAIRE DE RECHERCHE EN TOXICOMANIE DE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

CHAIRE DE RECHERCHE EN TOXICOMANIE DE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE CHAIRE DE RECHERCHE EN TOXICOMANIE DE L UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Première rencontre du comité consultatif 25 mai 2011 OBJECTIFS 1) Améliorer la compréhension des facteurs sociaux et individuels en jeu

Plus en détail

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre

Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale Dr A.Bouslimane, Psychiatre Epidémiologie Internationale la prévalence à vie de la toxicomanie est estimée à 47% chez ceux qui présentent un diagnostic de

Plus en détail

Les addictions dans le Maghreb : quels produits, quelle prévention? Dr Mohammed Elkhammas, chargé du projet RdR

Les addictions dans le Maghreb : quels produits, quelle prévention? Dr Mohammed Elkhammas, chargé du projet RdR Les addictions dans le Maghreb : quels produits, quelle prévention? Dr Mohammed Elkhammas, chargé du projet RdR L addiction Définition : Etat de dépendance périodique ou chronique à des substances ou à

Plus en détail

Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives. M. S. LAIDLI- Algérie

Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives. M. S. LAIDLI- Algérie Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives M. S. LAIDLI- Algérie Introduction L histoire de l irruption, la propagation et du développement de ce phénomène en Algérie: Avant 1992 Après 1992 Toxicomanie

Plus en détail

Durée et arrêt du traitement par la méthadone

Durée et arrêt du traitement par la méthadone Durée et arrêt du traitement par la méthadone Maroussia Wilquin Psychiatre Addictologue CH ABBEVILLE La Méthadone Une dépendance assistée? et/ou Un chemin vers l abstinence? Quelques questions récurrentes

Plus en détail

Nom du patient : Intervenant : Endroit : Nombre d ASSIST antérieurs : # dossier : Date :

Nom du patient : Intervenant : Endroit : Nombre d ASSIST antérieurs : # dossier : Date : Jamais 1 ou 2 semaine jour ou presque A. OMS - ASSIST V3.0, français version Genève Nom du patient : Intervenant : Endroit : Nombre d ASSIST antérieurs : # dossier : Date : Note : Avant de poser les questions

Plus en détail

ETP et TSO: les usagers de drogues, des patients éducables? Par qui?

ETP et TSO: les usagers de drogues, des patients éducables? Par qui? ETP et TSO: les usagers de drogues, des patients éducables? Par qui? Pascal COURTY, MD, PhD SATIS CHU Clermont Ferrand THS 10 Biarritz, 12 octobre 2011 Les ingrédients 1. Un état chronique 2. Des usagers

Plus en détail

Les toxicomanes suivis dans les structures sanitaires et sociales en novembre 1996

Les toxicomanes suivis dans les structures sanitaires et sociales en novembre 1996 En novembre 1996, environ 20 700 personnes toxicomanes ont eu recours aux structures sanitaires et sociales. Dans trois cas sur quatre, il s agit d hommes plutôt jeunes (28,6 ans en moyenne), en situation

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DÉPENDANCE AUX OPIOÏDES AVEC LA MÉTHADONE

TRAITEMENT DE LA DÉPENDANCE AUX OPIOÏDES AVEC LA MÉTHADONE TRAITEMENT DE LA DÉPENDANCE AUX OPIOÏDES AVEC LA MÉTHADONE DOSSIER MÉDICAL TYPE [Tapez un texte] TRAITEMENT DE LA DÉPENDANCE AUX OPIOÏDES AVEC LA MÉTHADONE GUIDE D UTILISATION DU DOSSIER MÉDICAL TYPE D

Plus en détail

Drogues «récréatives» et infection à VIH. Philippe Batel Beaujon, Clichy

Drogues «récréatives» et infection à VIH. Philippe Batel Beaujon, Clichy Drogues «récréatives» et infection à VIH Philippe Batel Beaujon, Clichy Plan Définitions Les produits Prévalences Commorbidités Prise en charge Les tendances Les droooooogues! Définies par Leur famille

Plus en détail

PORTRAIT DE LA VIOLENCE CONJUGALE AU SEIN DE COUPLES FAISANT UNE DEMANDE D'AIDE POUR UN PROBLÈME DE JEUX DE HASARD OU D ARGENT

PORTRAIT DE LA VIOLENCE CONJUGALE AU SEIN DE COUPLES FAISANT UNE DEMANDE D'AIDE POUR UN PROBLÈME DE JEUX DE HASARD OU D ARGENT PORTRAIT DE LA VIOLENCE CONJUGALE AU SEIN DE COUPLES FAISANT UNE DEMANDE D'AIDE POUR UN PROBLÈME DE JEUX DE HASARD OU D ARGENT Marianne Saint-Jacques 1, Joel Tremblay 2, Magali Dufour 1, Francine Ferland

Plus en détail

Inventaire PRI 2 DE Programme de Recherche et Intervention pour la Prévention du Risque Infectieux chez les DEtenus

Inventaire PRI 2 DE Programme de Recherche et Intervention pour la Prévention du Risque Infectieux chez les DEtenus Inventaire PRI 2 DE Programme de Recherche et Intervention pour la Prévention du Risque Infectieux chez les DEtenus L Michel O Maguet M Jauffret-Roustide P Carrieri Inserm U669 - Paris C Calderon InVS

Plus en détail

Le séjour au CTR se déroule sur 6 semaines, avec un temps de consolidation de 2 semaines qui peut s effectuer 6 mois après la sortie.

Le séjour au CTR se déroule sur 6 semaines, avec un temps de consolidation de 2 semaines qui peut s effectuer 6 mois après la sortie. www.oppelia.fr CENTRE DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE Centre Thérapeutique Résidentiel KAIROS 111, rue du Général Leclerc 78570 ANDRESY DOSSIER D ADMISSION Tél : 01.39.27.90.71

Plus en détail

VHC : Quels enseignements de la recherche sur la prévention et l observance dans le domaine du VIH?

VHC : Quels enseignements de la recherche sur la prévention et l observance dans le domaine du VIH? VHC : Quels enseignements de la recherche sur la prévention et l observance dans le domaine du VIH? Patrizia Carrieri INSERM U912 ORSPACA Université d Aix-Marseille, Marseille, France Plan de la présentation

Plus en détail

Bilan de 15 ans de réduction des risques liés aux usages de drogues en France et recommandations de l'expertise collective de l'inserm

Bilan de 15 ans de réduction des risques liés aux usages de drogues en France et recommandations de l'expertise collective de l'inserm Bilan de réduction des risques liés aux usages de en et recommandations de l'expertise collective de l' Jean- M i c h e l C o s t e s D i r e c t e u r O F D T 1 9 9 5-2 0 11 10 ème colloque international

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE STANDARDISE DES. EQUIPES DE LIAISON ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE (ELSA et ECIMUD DE L AP-HP)

RAPPORT D ACTIVITE STANDARDISE DES. EQUIPES DE LIAISON ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE (ELSA et ECIMUD DE L AP-HP) RAPPORT D ACTIVITE STANDARDISE DES EQUIPES DE LIAISON ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE (ELSA et ECIMUD DE L AP-HP) Année : 2005 26 mai 2004 ELSA - DHOS - 1 - INTRODUCTION Comme prévu dans la Circulaire DHOS/O2-

Plus en détail

Articulation des stratégies thérapeutiques dans les poly-addictions

Articulation des stratégies thérapeutiques dans les poly-addictions Articulation des stratégies thérapeutiques dans les poly-addictions Henri-Jean Aubin Centre d Enseignement, de Recherche et de Traitement des Addictions Hôpital Paul Brousse Villejuif France Les cibles

Plus en détail

Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE

Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE Samedi 19 novembre 2016 10h30-11h30 Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE Comorbidités psychiatriques : que nous révèle la partie immergée de l iceberg? Pr Amine BENYAMINA, Pr

Plus en détail

Suicides et tentatives de suicide dans les EHPAD du Nord Pas-de-Calais. MANECHEZ MARIE MÉDECIN GÉRIATRE CHRU LILLE

Suicides et tentatives de suicide dans les EHPAD du Nord Pas-de-Calais. MANECHEZ MARIE MÉDECIN GÉRIATRE CHRU LILLE Suicides et tentatives de suicide dans les EHPAD du Nord Pas-de-Calais. MANECHEZ MARIE MÉDECIN GÉRIATRE CHRU LILLE PLAN INTRODUCTION MATERIEL ET METHODE RESULTAT DISCUSSION APPLICATION PRATIQUE DE NOTRE

Plus en détail

1. Jugend - an Drogenhëllef

1. Jugend - an Drogenhëllef 1. Jugend - an Drogenhëllef En 2012 la JDH offrait les services suivants : 1. Les offres et structures bas seuil 1.1. Kontakt 28 (Luxembourg) 1.2. Porte Ouverte (Esch/Alzette) 2. Les centres de consultation,

Plus en détail

ANSM. Centres d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) DRAMES (Décès en Relation avec l Abus de Médicaments Et de Substances)

ANSM. Centres d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) DRAMES (Décès en Relation avec l Abus de Médicaments Et de Substances) ANSM Centres d Evaluation et d Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) DRAMES (Décès en Relation avec l Abus de Médicaments Et de Substances) RESULTATS DE L ENQUETE 2012 Résultats enquête DRAMES 2012

Plus en détail

L Hôpital face aux conduites addictives des adolescents et jeunes adultes

L Hôpital face aux conduites addictives des adolescents et jeunes adultes L Hôpital face aux conduites addictives des adolescents et jeunes adultes Il faut que jeunesse se passe Quelle honte! Les jeunes, c est plus ce que c était! Bof ça a toujours été comme ça O tempora! O

Plus en détail

Joëlle Rabot-Honoré Coordinator CUT

Joëlle Rabot-Honoré Coordinator CUT Joëlle Rabot-Honoré Coordinator CUT Journée d animation du réseau des acteurs de prévention des conduites addictives Ile de la Réunion _27 Avril 2016 Un réseau d ONGs mauriciennes créé en 2005 et œuvrant

Plus en détail

Enquête «soins et réduction des risques dans les établissements pénitentiaires de la région Alsace»

Enquête «soins et réduction des risques dans les établissements pénitentiaires de la région Alsace» Enquête «soins et réduction des risques dans les établissements pénitentiaires de la région Alsace» Guillemette Quatremère, Jean-Marie Le Gall Mission Innovation Recherche Expérimentation (MIRE) Colloque

Plus en détail

PERCEPTION DU TABAGISME PAR LE

PERCEPTION DU TABAGISME PAR LE Soutenance du mémoire en vue de l obtention du DIU de Tabacologie et d aide au sevrage tabagique PERCEPTION DU TABAGISME PAR LE PATIENT POLY-ADDICT Enquête réalisée auprès de 100 personnes hospitalisées

Plus en détail

LA CASE. Réduction des Risques pour les usagers de drogues : L intervention en squat. Les maraudes: Comprendre et accompagner vers le soin

LA CASE. Réduction des Risques pour les usagers de drogues : L intervention en squat. Les maraudes: Comprendre et accompagner vers le soin LA CASE Association fondée et soutenue par Médecins du Monde Réduction des Risques pour les usagers de drogues : L intervention en squat Olivier CAPDEBOSCQ Les maraudes: Comprendre et accompagner vers

Plus en détail

Observation des produits psychotropes illicites ou détournés de leur utilisation médicamenteuse (OPPIDUM)

Observation des produits psychotropes illicites ou détournés de leur utilisation médicamenteuse (OPPIDUM) Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page. Type de source : Statistiques et enquêtes sanitaires et sociales Type de substance considéré : Drogues illicites Population concernée

Plus en détail

Devenir des jeunes adultes ayant une hypothyroidie congénitale : étude de cohorte longitudinale

Devenir des jeunes adultes ayant une hypothyroidie congénitale : étude de cohorte longitudinale Devenir des jeunes adultes ayant une hypothyroidie congénitale : étude de cohorte longitudinale B Larroque 1, E Ecosse 2, JL Lanoë 3, l ADPHE 4, J Léger 2 1 INSERM U953, Villejuif. Unité d Epidémiologie

Plus en détail

LE MALADE SUICIDAIRE. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine

LE MALADE SUICIDAIRE. Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine LE MALADE SUICIDAIRE Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Suicide Suicide : acte de se donner la mort Désir de mourir Désir d échapper à des

Plus en détail

Santé en milieu Carcéral. Alves Philippe Ammane Hany Court Stéphane dos Santos Angel Etienne Léonard

Santé en milieu Carcéral. Alves Philippe Ammane Hany Court Stéphane dos Santos Angel Etienne Léonard Santé en milieu Carcéral Alves Philippe Ammane Hany Court Stéphane dos Santos Angel Etienne Léonard 18 ans Ne parle pas français Est arrivé clandestinement en suisse après un voyage de 2 ans Vit en suisse,

Plus en détail

SAMENTA Enquête sur la SAnté MENTale et les Addictions chez les personnes sans logement

SAMENTA Enquête sur la SAnté MENTale et les Addictions chez les personnes sans logement SAMENTA Enquête sur la SAnté MENTale et les Addictions chez les personnes sans logement A. Laporte 1, M-A Détrez 2, C. Douay 3, Y. Le Strat 2, E. Le Mener 2, P. Chauvin 5 et l équipe de recherche Samenta

Plus en détail

SYNTHESE D ACTIVITE 2013

SYNTHESE D ACTIVITE 2013 GROUPEMENT HOSPITALIER NORD Hôpital de la Croix-Rousse 103, Grande-Rue de la Croix-Rousse 69317 Lyon cedex 04 France SYNTHESE D ACTIVITE 2013 C. S. A. P. A. Centre de Soins, d Accompagnement et de Prévention

Plus en détail

DOSSIER PATIENT HEPATITE VIRALE

DOSSIER PATIENT HEPATITE VIRALE DOSSIER PATIENT HEPATITE VIRALE Région : Département :..District :.. Prénom(s) :...Nom : Site :...Numéro d identification du patient : Date de l examen initial : / / 1 Caractéristiques sociodémographiques

Plus en détail

TOXICOMANIE ET INFECTION À VIH EN AFRIQUE SUB SAHARIENNE: UNE ÉPIDÉMIE NEGLIGÉE. G Raguin ESTHER et Hôpital Saint Antoine, Paris, France

TOXICOMANIE ET INFECTION À VIH EN AFRIQUE SUB SAHARIENNE: UNE ÉPIDÉMIE NEGLIGÉE. G Raguin ESTHER et Hôpital Saint Antoine, Paris, France TOXICOMANIE ET INFECTION À VIH EN AFRIQUE SUB SAHARIENNE: UNE ÉPIDÉMIE NEGLIGÉE G Raguin ESTHER et Hôpital Saint Antoine, Paris, France Casablanca, Mars 2010 Usage de drogues par voie IV (UDI) Entre 11

Plus en détail

TOXICOMANIE-SIDA : L INTRODUCTION DE LA SUBSTITUTION AU MAROC, IL EST TEMPS D AGIR

TOXICOMANIE-SIDA : L INTRODUCTION DE LA SUBSTITUTION AU MAROC, IL EST TEMPS D AGIR Note TOXICOMANIE-SIDA : L INTRODUCTION DE LA SUBSTITUTION AU MAROC, IL EST TEMPS D AGIR Ali GHOUDANE Sociologue, Tétouan INTRODUCTION Ce n est plus un secret pour personne, la toxicomanie est un problème

Plus en détail

Les salles de consommation de drogues à moindre risque : Ici & ailleurs. Perrine Roux, INSERM U912

Les salles de consommation de drogues à moindre risque : Ici & ailleurs. Perrine Roux, INSERM U912 Les salles de consommation de drogues à moindre risque : Ici & ailleurs Perrine Roux, INSERM U912 Plan de la présentation 1. L exemple de Vancouver 2. Les données scientifiques 3. L expérimentation française

Plus en détail

9 ème Congrès international francophone de la société de pathologie exotique, Novembre 2013, Dakar (UCAD2), Sénégal

9 ème Congrès international francophone de la société de pathologie exotique, Novembre 2013, Dakar (UCAD2), Sénégal 9 ème Congrès international francophone de la société de pathologie exotique, 12 14 Novembre 2013, Dakar (UCAD2), Sénégal Session 3 4. Anthropologie de la santé Albert Gautier Ndione, Maryvonne Maynart,

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE SUBSTANCE

QU EST-CE QU UNE SUBSTANCE QU EST-CE QU UNE SUBSTANCE 10 Toutes ces substances ont un usage réglementé ou interdit Alcool, tabac, cannabis, héroïne, cocaïne, etc. sont des substances psychoactives qui agissent sur le cerveau : >>

Plus en détail

Les femmes qui consomment des drogues en général et des opiacés en particulier sont considérées comme ne devant pas faire d enfants Mauvaises mères:

Les femmes qui consomment des drogues en général et des opiacés en particulier sont considérées comme ne devant pas faire d enfants Mauvaises mères: Les femmes qui consomment des drogues en général et des opiacés en particulier sont considérées comme ne devant pas faire d enfants Mauvaises mères: elles intoxiquent le fœtus, et plus tard délaissent

Plus en détail

Benzodiazépines et anxiété Où est le problème?

Benzodiazépines et anxiété Où est le problème? Benzodiazépines et anxiété Où est le problème? Dr Fatséas Département d addictologie RéNAPSUD, Agir 33, mardi 16 Septembre 2008 Introduction (1) Benzodiazépines Médicaments psychotropes les plus utilisés

Plus en détail

Équipes de liaison spécialisées en dépendance dans les urgences Expérience québécoise

Équipes de liaison spécialisées en dépendance dans les urgences Expérience québécoise Équipes de liaison spécialisées en dépendance dans les urgences Expérience québécoise D re Lise Archibald Québec Plan de la présentation Mise en contexte Historique des équipes de liaison et état de situation

Plus en détail

10 ANS D'ACCOMPAGNEMENT DU PUBLIC BULGARE EN CSAPA ET CAARUD À BORDEAUX. Brigitte Reiller, Krassimira Totcheva

10 ANS D'ACCOMPAGNEMENT DU PUBLIC BULGARE EN CSAPA ET CAARUD À BORDEAUX. Brigitte Reiller, Krassimira Totcheva 10 ANS D'ACCOMPAGNEMENT DU PUBLIC BULGARE EN CSAPA ET CAARUD À BORDEAUX Brigitte Reiller, Krassimira Totcheva Les débuts quelque peu difficiles La légende: ils sont venus travailler pour finir le tramway

Plus en détail

DE LA DEPRESSION A LA CULTURE : DU COTE DE CHEZ NOUS

DE LA DEPRESSION A LA CULTURE : DU COTE DE CHEZ NOUS DE LA DEPRESSION A LA CULTURE : DU COTE DE CHEZ NOUS BENMESSAOUD D, BELAÏD A, KACHA F EHS PSYCHIATRIE CHERAGA - ALGER ALGERIE 2ème CONGRES FRANCO ALGERIEN DE PSYCHIATRIE ALGER, 12 13 MAI 2005 DEPRESSION

Plus en détail

LA CASE. Réduction des Risques pour les usagers de drogues : Action de Prévention Communautaire A.P.C

LA CASE. Réduction des Risques pour les usagers de drogues : Action de Prévention Communautaire A.P.C LA CASE Association fondée et soutenue par Médecins du Monde Réduction des Risques pour les usagers de drogues : Action de Prévention Communautaire A.P.C Olivier CAPDEBOSCQ Les maraudes : Comprendre et

Plus en détail

La microstructure médicale: une expérience originale de soins de proximité dans le suivi de la maladie alcoolique.

La microstructure médicale: une expérience originale de soins de proximité dans le suivi de la maladie alcoolique. La microstructure médicale: une expérience originale de soins de proximité dans le suivi de la maladie alcoolique. Dr Karine Royer CNRMS 1 La microstructure médicale : une nouvelle pratique de soins de

Plus en détail

PROTOCOLE: TRAITEMENT de SUBSTITUTION D'UNE PHARMACODEPENDANCE AUX OPIACES EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE: TRAITEMENT de SUBSTITUTION D'UNE PHARMACODEPENDANCE AUX OPIACES EN AMBULATOIRE PROTOCOLE: TRAITEMENT de SUBSTITUTION D'UNE PHARMACODEPENDANCE AUX OPIACES EN AMBULATOIRE Objet : Mise en place d'un Traitement de Substitution aux Opiacés (TSO) en Médecine de Ville Professionnels concernés

Plus en détail

Retour sur le dispositif d enquête et comparaison des cotations par le MINI aux évaluations cliniques

Retour sur le dispositif d enquête et comparaison des cotations par le MINI aux évaluations cliniques Retour sur le dispositif d enquête et comparaison des cotations par le MINI aux évaluations cliniques Christine Chan Chee 1, Marie-Jeanne Guedj 2 1 Institut de Veille Sanitaire, 2 Hôpital Sainte Anne Contexte

Plus en détail

Bien Etre et Santé Psychique

Bien Etre et Santé Psychique - Mardi 15 mai 2012 - Bien Etre et Santé Psychique Etude régionale descriptive E. Greffié 1, F. Ducrocq 2, L. Plancke 3, A. Amriei 3, D. Bourgois 4, G. Vaiva 1-2 1. Université Lille 2 2. CHRU Lille 3.

Plus en détail

ÉTUDE OBSERVATIONNELLE DE TROIS PROGRAMMES D ÉCHANGE DE SERINGUES EN PHARMACIE (PESP)

ÉTUDE OBSERVATIONNELLE DE TROIS PROGRAMMES D ÉCHANGE DE SERINGUES EN PHARMACIE (PESP) ÉTUDE OBSERVATIONNELLE DE TROIS PROGRAMMES D ÉCHANGE DE SERINGUES EN PHARMACIE (PESP) UNE ENQUÊTE RÉALISÉE AVEC LE SOUTIEN DE LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ LENS 23 NOVEMBRE 2016 OBJECTIFS LES OBJECTIFS

Plus en détail

Colloque sexe et addictions

Colloque sexe et addictions Colloque sexe et addictions Jeudi 29 septembre 2016 Quand peut-on parler d addiction: addiction au sexe, aux produits? Dr Guillery Xavier CHGR de Rennes Colloque sexe et addictions 1 Objectifs Comprendre

Plus en détail

Santé en prison: Barrières et Fenêtres. Kafui Houegnifioh F. Pinault JP Rieder AS. Steiner H. Wolff

Santé en prison: Barrières et Fenêtres. Kafui Houegnifioh F. Pinault JP Rieder AS. Steiner H. Wolff Santé en prison: Barrières et Fenêtres Kafui Houegnifioh F. Pinault JP Rieder AS. Steiner H. Wolff SMPR 14.01.2009 Programme Statut social et santé + descriptif population carcérale à GE Parcours (santé)

Plus en détail

Bernard FONTAINE, médecin du travail, toxicologue industriel POLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord, Lille

Bernard FONTAINE, médecin du travail, toxicologue industriel POLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord, Lille Bernard FONTAINE, médecin du travail, toxicologue industriel POLE SANTE TRAVAIL Métropole Nord, Lille 1 Un médecin du travail n est pas un gendarme et ne peut séparer drogues licites et drogues illicites,

Plus en détail

- PrimInject : étude transversale sur les modes et les pratiques de consommation de drogues en France

- PrimInject : étude transversale sur les modes et les pratiques de consommation de drogues en France - PrimInject : étude transversale sur les modes et les pratiques de consommation de drogues en France Responsable(s) : Arwidson Pierre Guignard Romain Guichard Anne Date de modification : 05/09/2017 Version

Plus en détail

Forum SOS hépatites Lyon 17 et 18 novembre 2011

Forum SOS hépatites Lyon 17 et 18 novembre 2011 Forum SOS hépatites Lyon 17 et 18 novembre 2011 Titre de la Présentation Dr Elisabeth AVRIL GAIA PARIS LE FIBROSCAN Outil de mobilisation et d accès aux soins PLAN Historique du projet Présentation de

Plus en détail

DROGUES ILLICITES: devenir des enfants exposés in utero

DROGUES ILLICITES: devenir des enfants exposés in utero DROGUES ILLICITES: devenir des enfants exposés in utero Claude LEJEUNE Groupe d Etudes Grossesse et Addictions (G.E.G.A.) www.asso-gega.org Hôpital Mère-Enfant de l Est Parisien (Association Horizons-Estrelia)

Plus en détail

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire

Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire Risque suicidaire de l adulte : identification et prise en charge Q44 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Épidémiologie : suicide et tentatives

Plus en détail

Douleur chez le patient sous TDO réalité en ELSA Dr GUEZ Laurent

Douleur chez le patient sous TDO réalité en ELSA Dr GUEZ Laurent Douleur chez le patient sous TDO réalité en ELSA Dr GUEZ Laurent Psychiatre, ELSA Bordeaux, département addictologie CH C. Perrens Vice président ELSA France Mr K. Nourredine Hospitalisé pour fracture

Plus en détail

Résultats de l enquête NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU

Résultats de l enquête NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A PEU Santé des personnes usagères de drogue à Abidjan, Côte d Ivoire Prévalence et pratiques à risque d infection par le VIH, les hépatites virales, et autres

Plus en détail

Rapports d activité des centres de de soins, d accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA)

Rapports d activité des centres de de soins, d accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) Pour toute impression ou sauvegarde, ouvrir la version Word de cette page. Type de source : Statistiques et enquêtes sanitaires et sociales Type de substance considéré : Drogues illicites-alcool Population

Plus en détail

Quelle place pour l analyse de produits dans la politique régionale de santé?

Quelle place pour l analyse de produits dans la politique régionale de santé? Quelle place pour l analyse de produits dans la politique régionale de santé? Paris, 6 novembre 2015 XX/XX/XX 2 Les conduites addictives : une réelle préoccupation régionale Un axe du Projet Régional de

Plus en détail

Définitions. Prédiction vs. évaluation du risque. Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44

Définitions. Prédiction vs. évaluation du risque. Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44 ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44 Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? Épidémiologie : Incidence annuelle du suicide : 10-30 / 100 000 (> 10 000 en France) 2% de la mortalité générale

Plus en détail

Traitements basés sur la substitution d opiacés: encore d actualité?

Traitements basés sur la substitution d opiacés: encore d actualité? Traitements basés sur la substitution d opiacés: encore d actualité? quelques réflexions Forum Addiction Valais, le 7 septembre 2016 Barbara Broers, Unité Dépendances, SMPR Plan TBS/TSO/TBA quelle nomination?

Plus en détail

CONSOMMATION DE PSYCHOTROPES

CONSOMMATION DE PSYCHOTROPES CONSOMMATION DE PSYCHOTROPES CHEZ LES INTERNES EN MÉDECINE Enquête auprès des facultés d Angers et de Lyon C.Dano - J.Hérault - A.Pelier Vieil étudiant et jeune professionnel Un étudiant pas comme les

Plus en détail

Expérience du Soleil Levant depuis 2 ans et demi

Expérience du Soleil Levant depuis 2 ans et demi Expérience du Soleil Levant depuis 2 ans et demi Marina Hansford Dr Juan Lopez 12 novembre 2015 Ouverture en 1989 Contexte et mission initiale: o Épidémie du VIH o Soins palliatifs Évolution : o Évolution

Plus en détail

CONSOMMATION DE CANNABIS EN ALCOOLOGIE ENQUÊTE AUPRÈS DES PATIENTS DANS LES STRUCTURES

CONSOMMATION DE CANNABIS EN ALCOOLOGIE ENQUÊTE AUPRÈS DES PATIENTS DANS LES STRUCTURES CONSOMMATION DE CANNABIS EN ALCOOLOGIE ENQUÊTE AUPRÈS DES PATIENTS DANS LES STRUCTURES DE SOINS ET D HÉBERGEMENT EN RÉGIONNORDPAS DECALAIS O. Cottencin, L. Spinosi, F. Fourny, J. Yguel et le Groupe «Alcool

Plus en détail

Addiction et Santé Travail

Addiction et Santé Travail Impossible d afficher l image. Addiction et Santé Travail Perspective d un addictologue-thérapeute Pr. Marc Auriacombe Département d Addictologie (ISUA, ELSA, HDJA, CSAPA) CH Charles Perrens et CHU de

Plus en détail