Démonstration de la conjecture de Dumont

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démonstration de la conjecture de Dumont"

Transcription

1 C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) Théorie des nombres/combinatoire Démonstration de la conjecture de Dumont Bodo Lass Institut Camille Jordan, UMR 508 du CNRS, Université Claude Bernard Lyon 1,, boulevard du 11 novembre 1918, 696 Villeurbanne cedex, France Reçu le 11 juillet 005 ; accepté après révision le 11 octobre 005 Disponible sur Internet le 1 novembre 005 Présenté par Étienne Ghys À Dominique Foata, pour son 70-ième anniversaire Résumé Soit r 1() (n) : {(x 1,x,...,x ) N n x1 + x + +x,x i 1 (mod ), 1 i }, c 1() (n) : {(x 1,x,...,x ) N n x 1 x + x x + +x 1 x + x x 1,x i 1 ()}, c () (n) : {(x 1,x,...,x ) N n x 1 x + x x + +x 1 x + x x 1,x i ()}. Dumont a conjecturé l identité r 1() (n) c 1() (n) ( 1) c () (n) qui généralise, notamment, les résultats classiques de Lagrange, Gauß, Jacobi et Kronecer sur les décompositions de tout entier en deux, trois et quatre carrés. Nous donnons une preuve combinatoire de la conjecture de Dumont. Pour citer cet article : B. Lass, C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005). 005 Académie des sciences. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Abstract A proof of Dumont s conjecture. Let r 1() (n) : {(x 1,x,...,x ) N n x1 + x + +x,x i 1 (mod ), 1 i }, c 1() (n) : {(x 1,x,...,x ) N n x 1 x + x x + +x 1 x + x x 1,x i 1 ()}, c () (n) : {(x 1,x,...,x ) N n x 1 x + x x + +x 1 x + x x 1,x i ()}. Dumont has conjectured the identity r 1() (n) c 1() (n) ( 1) c () (n), which generalizes, in particular, the classical results of Lagrange, Gauß, Jacobi and Kronecer on the sums of two, three and four squares. We give a combinatorial proof of Dumont s conjecture. To cite this article: B. Lass, C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005). 005 Académie des sciences. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. Adresse (B. Lass) X/$ see front matter 005 Académie des sciences. Publié par Elsevier SAS. Tous droits réservés. doi: /j.crma

2 71 B. Lass / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) Abridged English version Let N a(b) denote the set of strictly positive integers congruent to a modulo b, and let and n be integers such that 1 n and n (mod 8). We want to count the number of solutions of the following Diophantine equations: r 1() (n) : { (x 1,x,...,x ) ( N 1()) n x 1 + x } + +x, c 1() (n) : { (x 1,x,...,x ) ( N 1()) } n x1 x + x x + +x 1 x + x x 1, c () (n) : { (x 1,x,...,x ) ( N ()) } n x1 x + x x + +x 1 x + x x 1. Let y 1,y,...,y be arbitrary strictly positive integers. The equivalence ( ) ( ) ( ) y1 y y m m + (y 1 1) + (y 1) + +(y 1) shows that the congruence n (mod 8) is satisfied automatically in the first Diophantine equation (this is true for the two other equations too) and that r 1() (n) also counts the number of decompositions of (n )/8into triangular numbers. Moreover, Jacobi s two and four odd squares theorems tell us that for n (mod 8) and n (mod 8) we have r 1() (n) ( 1) (d 1)/, r 1() (n) d, d (n/) d (n/) respectively (the sums go over all positive divisors), whereas Kronecer s three odd squares theorem gives r 1() (n) { (a,b,c) N n ac b,b>0, b<a, b < c } for n (mod 8). The aim of André Weil s article [] is to prove exactly those three theorems. Up to now, we could not see in such results anything else than special cases of the general conjecture that number theory is less beautiful than combinatorics. Dominique Dumont [], however, recently recognized them as the cases,, of the following marvellous conjecture (which he also proved for n 0, 8, 16,,, 0). Conjecture 0.1 (Dumont). The following relation holds for all positive integers n and : r 1() (n) c 1() (n) ( 1) c () (n). Once the right statement has been found, the proof almost taes care of itself. We thin that this aphorism can be applied directly to Dumont s conjecture. In any case, it can be applied to our main result: Theorem 0.. Let the infinite matrices A (a ij ) and B (b ij ), i, j 0, 1,,,..., be defined by a ij : q (i+1)(j+1) for all i, j and by b ij : q (i 1)(j 1), b 0j b i0 0 for i, j > 0, whereas b 00 : q (n+1). Then there exists an inversible matrix X (defined in the main version) such that XB AX. In particular, tr[a ]tr[b ], which is the generating function formulation of the identity c 1() (n) r 1() (n) + ( 1) c () (n). 1. Combinatoire En suivant Andrews [1], commençons par rappeler les plus beaux théorèmes de la combinatoire des q-séries formelles (ceux qui préfèrent l analyse complexe pourront supposer q < 1), qui utilisent tous les notations (a; q) n : (1 a)(1 aq) (1 aq n 1), (a; q) : lim n (a; q) n, (a; q) 0 : 1. Théorème 1.1 (q-binomial (Cauchy)). (a; q) n t n (at; q). (q; q) n (t; q)

3 B. Lass / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) Démonstration. Posons F(t): (at; q) /(t; q) : A n (a; q) t n. On vérifie immédiatement (1 t)f(t) (1 at)(atq; q) /(tq; q) (1 at)f (tq), d oùa n (a; q) A n 1 (a; q) q n A n (a; q) aq n 1 A n 1 (a; q),i.e. A n (a; q) A n 1 (a; q)(1 aq n 1 )/(1 q n ). Corollaire 1. (Euler). t n 1, (q; q) n (t; q) t n q n(n 1)/ ( t; q). (q; q) n Démonstration. Il suffit de poser a 0 ou bien de remplacer a par a/b et t par bt pour ensuite poser b 0et a 1. Théorème 1. (Triple produit (Jacobi)). q n z n ( q ; q ) ( qz; q ) ( q/z; q ). Démonstration. Nous utilisons trois fois le corollaire précédent : ( q ; q ) ( qz; q ) ( q ; q ) q n z n (q ; q ) n q n z n( q n+ ; q ) q n z n( q n+ ; q ) q n z n ( 1) m q m +m+mn (q ; q ) m0 m ( 1) m q m z m (q ; q q (n+m) z n+m ( q/z) m ) m0 m (q ; q q n z n ) m0 m 1 ( q/z; q q n z n. ) Corollaire 1. (Gauß). ( 1) n q n (q; q), ( q; q) q n(n+1)/ (q ; q ) (q; q ). Démonstration. L identité 1 + q n (1 q n )/(1 q n ) entraîne ( q; q) (q ; q ) /(q; q) 1/(q; q ). Les cas z 1etz q du théorème précédent impliquent donc bien les deux identités ( 1) n q n (q ; q ) (q; q ) (q; q ) (q; q) (q; q ) (q; q) /( q; q) et q n(n+1)/ 1 q n(n+1)/ 1 (q; q) ( q; q) ( 1; q) (q; q) ( q; q) ( q; q) (q ; q ) ( q; q) (q ; q ) /(q; q ).. Algèbre linéaire Nous regardons maintenant des matrices infinies A (a ij ), i, j 0, 1,,,..., dont les éléments a ij sont des q-séries formelles. Appelons une telle matrice admissible si et seulement si, pour tout n N,ilexisteun N tel que i j >implique deg(a ij )>n,oùdeg( m0 a m q m ) est la plus petite valeur de m avec a m 0(deg(0) ). Autrement dit, une matrice est admissible si sa réduction modulo q N est concentrée sur un nombre fini de lignes diagonales pour tout N. L identité I est admissible et le produit AB de deux matrices admissibles A et B est bien défini et admissible. De plus, la multiplication des matrices admissibles est associative. Si A (a ij ) est une matrice admissible avec deg(a ij )>0 pour tout i, j,alors(i + A) 1 0 ( 1) A est également bien défini et admissible. Appelons la matrice A (a ij ) admise si et seulement si, pour tout n N, ilexisteun N tel que max(i, j) > implique deg(a ij )>n. Autrement dit, une matrice est admise si sa réduction modulo q N est une matrice finie pour

4 716 B. Lass / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) tout N. Pour chaque matrice admise tr[a] est bien définie. De plus, si A est une matrice admise et X est une matrice admissible, alors AX et XA sont des matrices admises et l on a l identité tr[ax]tr[xa]. Nous nous intéressons ici plus spécialement aux matrices de la forme q ij (pour les étudier dans le cas q < 1et mettre fin à «l injustice de la transformation de Fourier» de se borner au bord q 1). Définissons donc les deux matrices admises A (a ij ), B (b ij ) et la matrice admissible X (x ij ) par a ij : q (i+1)(j+1), q (i 1)(j 1), si i, j > 0, b ij : q (n+1), si i j 0, 0, sinon, q1(j i 1)+, si j>i, 1 q16(j i 1)+8 q x ij : (i j), si 1 j i, 1 q16(i j)+8 (q 8 ; q 16 ) i (q 16 ; q 16 q i, si j 0. ) i Théorème.1. Nous avons XB AX. Démonstration. D abord, il nous faut montrer, pour tout i 0etj 1, que i m1 q (i m) 1 q 16(i m)+8 q(m 1)(j 1) + mi+1 j 1 q 1(j n 1)+ 1 q 16(j n 1)+8 q(n+1)(i+1) + En posant m i 1 n j, nous obtenons nj q (n j) 1 q 16(n j)+8 q(n+1)(i+1) q 16ij +j i+1 0 ( 1) [i>j] q 16ij +j i+1 mi+1 q 1(m i 1)+ q(m 1)(j 1) 1 q16(m i 1)+8 nj q (n j) 1 q 16(n j)+8 q(n+1)(i+1). q 1(m i 1)+ q(m 1)(j 1) 1 q16(m i 1)+8 q 8 (q16+8 ) i (q 16+8 ) j 16ij +j i+1 1 q 16+8 q D autre part, en posant i m j n 1, nous obtenons i m1 q (i m) 1 q 16(i m)+8 j 1 q(m 1)(j 1) [ q 16ij +j i+1 ( 1) [j>i] min(i,j) [ ( 1) [j>i] q 16ij +j i+1 min(i,j) [ ( 1) [j>i] q 16ij +j i+1 q 8 ( 1) [i>j] (q 16+8 ) l 0 q 8l { 1, si i>j,, où [i >j]: 1 q16l+8 0, sinon. q 1(j n 1)+ q(n+1)(i+1) 1 q16(j n 1)+8 q 8 (q16+8 ) min(i,j) min(i,j) 1 1 q q 8 (q16+8 ) min(i,j) min(i,j) 1 1 q q 8l (q16l+8 ) min(i,j) 1 q 16l+8 ] q 8 (q16+8 ) j (q 16+8 ) i 1 q 16+8 q 8 min(i,j) 1 q 8(l+1) 0 (q 16+8 ) l 1 ] (q 16l+8 ) ]

5 B. Lass / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) [ ] ( 1) [j>i] q 16ij +j i+1 q 8l (q16l+8 ) min(i,j) 1 q 16l+8 q 8(l+1) (q16l+8 ) min(i,j)+1 q 16l+8 1 q 16l+8 ( 1) [j>i] q 16ij +j i+1 q 8l 1 q 16l+8, ce qui achève la démonstration dans le cas i 0etj 1. Dans le cas j 0, grâce aux identités de Cauchy et de Gauß, nous avons pour tout i (q 8 ; q 16 ) n (q 16 ; q 16 ) n q n q (n+1)(i+1) q i+1 (q 8 ; q 16 ) n ( q 16i+8 ) n q i+1 (q16i+16 ; q 16 ) (q 16 ; q 16 ) n (q 16i+8 ; q 16 ) [ ] q (n+1) q (q16 ; q 16 ) (q 8 ; q 16 ) (q8 ; q 16 ) i (q 16 ; q 16 ) i q i Corollaire.. Nous avons c 1() (n) r 1() (n) + ( 1) c () (n). (q8 ; q 16 ) i (q 16 ; q 16 ) i q i. Démonstration. tr[a ]tr[(xbx 1 ) ]tr[(xb )X 1 ]tr[x 1 (XB )]tr[b ].. Théorie des nombres Terminons cette Note avec quelques applications de notre théorème principal, en commençant avec le théorème dit «Eurêa» de Gauß. Corollaire.1 (Gauß). Tout nombre naturel se décompose en trois nombres triangulaires. Démonstration. Puisque m ( y 1 ) ( + y ) ( + y ) 8m + (y1 1) + (y 1) + (y 1), il faut montrer que r 1() (8m + ) c 1() (8m + ) + c () (8m + )>0. En effet, en posant x 1 x 1etx m + 1, nous avons x 1 x + x x + x x 1 8m +. Corollaire. (Jacobi). r 1() (8m + ) ( 1) (d 1)/. d m+1 Démonstration. Nous avons bien 8m + x 1 x + x x 1 m + 1 x 1 x. Corollaire. (Jacobi). r 1() (8m + ) d. d m+1 Démonstration. Nous avons bien 8m + x 1 x + x x + x x + x x 1 m + 1 x 1+x x+x. Il s ensuit que r 1() (8m + ) c 1() (8m + ) c () (8m + ) d d m+1 d+ d + d d d d m+1 d+d d m+1 d. Corollaire. (Jacobi). Notons r (n) : {(x 1,x ) Z n x1 + x } pour tout n N.Alors r (n) ( 1) (d 1)/. d n, d

6 718 B. Lass / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) Démonstration. L équivalence n (x 1 + x ) + (x 1 x ) n x1 + x fournit une preuve bijective que r (n) r (n), parce que l on a automatiquement y 1 y (mod ) si n y1 + y. Il suffit donc de démontrer le corollaire dans le cas n (mod ). Dans ce cas, cependant, nous avons r (n) r 1() (n). Corollaire.5 (Jacobi). Notons r (n) : {(x 1,x,x,x ) Z n x1 + x + x + x } pour tout n N. Alors r (n) 8 d. d n, d Démonstration. L équivalence n (x 1 + x ) + (x 1 x ) + (x + x ) + (x x ) n x1 + x + x + x fournit une preuve bijective que r (n) r (n) si n est pair, parce que l on a automatiquement y 1 y y y (mod ) si n y1 +y +y +y.sin est impair, alors exactement un tiers des solutions de n y 1 +y +y +y satisfait aux relations y 1 y (mod ) et y y (mod ), c est-à-dire r (n) r (n). Comme d assure les mêmes relations pour le membre de droite, il suffit de démontrer le corollaire dans le cas n (mod 8). Dans ce cas, cependant, nous avons r (n) 16r 1() (n) + r (n/) 16r 1() (n) + r (n)/, i.e. r (n) r 1() (n). Corollaire.6 (Lagrange). Tout nombre naturel se décompose en quatre carrés. Remerciements En tout premier lieu, je voudrais remercier vivement Dominique Dumont d avoir rendu possible la rédaction de cet article en présentant sa conjecture merveilleuse au séminaire «Théorie des nombres et Combinatoire» à l Institut Camille Jordan. Je remercie aussi Victor Guo, Frédéric Chapoton et un arbitre pour des remarques utiles. Références [1] G. Andrews, The Theory of Partitions, Cambridge University Press, 1998 ; Teoriya razbienii, Naua, 198 (en russe). [] D. Dumont, A conjecture on sums of any number of odd squares, Prépublication. [] A. Weil, Sur les sommes de trois et quatre carrés, Enseign. Math. II. Sér. 0 (197) 15.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Abdallah Derbal Département de Mathématiques, Ecole Normale Supérieure, Vieux Kouba - Alger - abderbal@yahoo.fr

Abdallah Derbal Département de Mathématiques, Ecole Normale Supérieure, Vieux Kouba - Alger - abderbal@yahoo.fr #A56 INTEGERS 9 009), 735-744 UNE FORME EFFECTIVE D UN THÉORÈME DE BATEMAN SUR LA FONCTION PHI D EULER Abdallah Derbal Département de Mathématiques, Ecole Normale Supérieure, Vieux Kouba - Alger - Algérie,

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I

C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 348 (21) 35 31 Contents lists available at ScienceDirect C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I www.sciencedirect.com Probabilités/Statistique Un contre-exemple à une conjecture

Plus en détail

0 h(s)ds et h [t = 1 [t, [ h, t IR +. Φ L 2 (IR + ) Φ sur U par

0 h(s)ds et h [t = 1 [t, [ h, t IR +. Φ L 2 (IR + ) Φ sur U par Probabilités) Calculus on Fock space and a non-adapted quantum Itô formula Nicolas Privault Abstract - The aim of this note is to introduce a calculus on Fock space with its probabilistic interpretations,

Plus en détail

Une forme générale de la conjecture abc

Une forme générale de la conjecture abc Une forme générale de la conjecture abc Nicolas Billerey avec l aide de Manuel Pégourié-Gonnard 6 août 2009 Dans [Lan99a], M Langevin montre que la conjecture abc est équivalente à la conjecture suivante

Plus en détail

C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 336 (2003) 1 6. Théorie des nombres. Damien Roy

C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 336 (2003) 1 6. Théorie des nombres. Damien Roy C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 336 (2003) 1 6 Théorie des nombres Approximation simultanée d un nombre et de son carré Simultaneous approximation to a real number and its square Damien Roy Département

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF

CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF ==> Download: CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF CEST POUR MIEUX PLACER MES PDF - Are you searching for Cest Pour Mieux Placer Mes Books? Now, you will be happy that at this

Plus en détail

Nouvelles classes de problèmes pour la fouille de motifs intéressants dans les bases de données 2

Nouvelles classes de problèmes pour la fouille de motifs intéressants dans les bases de données 2 Nouvelles classes de problèmes pour la fouille de motifs intéressants dans les bases de données 2 Lhouari Nourine 1 1 Université Blaise Pascal, CNRS, LIMOS, France SeqBio 2012 Marne la vallée, France 2.

Plus en détail

Arithmetical properties of idempotents in group algebras

Arithmetical properties of idempotents in group algebras Théorie des Groupes/Group Theory Arithmetical properties of idempotents in group algebras Max NEUNHÖFFER Lehrstuhl D für Mathematik, Templergraben 64, 52062 Aachen, Allemagne E-mail: max.neunhoeffer@math.rwth-aachen.de

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past!

Le passé composé. C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! > Le passé composé le passé composé C'est le passé! Tout ça c'est du passé! That's the past! All that's in the past! «Je suis vieux maintenant, et ma femme est vieille aussi. Nous n'avons pas eu d'enfants.

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011.

Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. Sent: 11 May 2011 10:53 Subject: Please find attached a revised amendment letter, extending the contract until 31 st December 2011. I look forward to receiving two signed copies of this letter. Sent: 10

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

EXISTENCE OF ALGEBRAIC HECKE CHARACTERS ( C. R. ACAD. SCI. PARIS SER. I MATH, 332(2001)1041-1046) Tonghai Yang

EXISTENCE OF ALGEBRAIC HECKE CHARACTERS ( C. R. ACAD. SCI. PARIS SER. I MATH, 332(2001)1041-1046) Tonghai Yang EXISTENCE OF ALGEBRAIC HECKE CHARACTERS ( C. R. ACAD. SCI. ARIS SER. I MATH, 332(2001)1041-1046) Tonghai Yang Abstract. In this note, we will characterize a weak version of the Brumer-Stark conjecture

Plus en détail

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on

that the child(ren) was/were in need of protection under Part III of the Child and Family Services Act, and the court made an order on ONTARIO Court File Number at (Name of court) Court office address Applicant(s) (In most cases, the applicant will be a children s aid society.) Full legal name & address for service street & number, municipality,

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Stress and Difficulties at School / College

Stress and Difficulties at School / College Stress and Difficulties at School / College This article will deal with the pressures and problems that students face at school and college. It will also discuss the opposite - the positive aspects of

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.

1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns. 1.The pronouns me, te, nous, and vous are object pronouns.! Marie t invite au théâtre?!! Oui, elle m invite au théâtre.! Elle te parle au téléphone?!! Oui, elle me parle au téléphone.! Le prof vous regarde?!!!

Plus en détail

Contents Windows 8.1... 2

Contents Windows 8.1... 2 Workaround: Installation of IRIS Devices on Windows 8 Contents Windows 8.1... 2 English Français Windows 8... 13 English Français Windows 8.1 1. English Before installing an I.R.I.S. Device, we need to

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Sharp L p bounds for a perturbation of Burkholder s Martingale Transform

Sharp L p bounds for a perturbation of Burkholder s Martingale Transform Sharp L p bounds for a perturbation of Burkholder s Martingale Transform Nicholas Boros a, Prabhu Janakiraman b Alexander Volberg c a Department of Mathematics, Michigan State University, East Lansing,

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

CETTE FOIS CEST DIFFERENT PDF

CETTE FOIS CEST DIFFERENT PDF CETTE FOIS CEST DIFFERENT PDF ==> Download: CETTE FOIS CEST DIFFERENT PDF CETTE FOIS CEST DIFFERENT PDF - Are you searching for Cette Fois Cest Different Books? Now, you will be happy that at this time

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

VOTRE NOTICE D ACCUEIL- YOUR INFORMATION LEAFLET

VOTRE NOTICE D ACCUEIL- YOUR INFORMATION LEAFLET CAMPUS FRAN S E P T E M B R E 2 0 1 5 / S E P T E M B E R 2 0 1 5 S E P T E M B R E 2 0 1 6 / S E P T E M B E R 2 0 1 6 VOTRE NOTICE D ACCUEIL- YOUR LEAFLET BIENVENUE WELCOME Campus France, chargé de vous

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS Introduction Ce supplément vous informe de l utilisation de la fonction USB qui a été installée sur votre table de mixage. Disponible avec 2 ports USB

Plus en détail

DOCUMENTATION MODULE BLOCKCATEGORIESCUSTOM Module crée par Prestacrea - Version : 2.0

DOCUMENTATION MODULE BLOCKCATEGORIESCUSTOM Module crée par Prestacrea - Version : 2.0 DOCUMENTATION MODULE BLOCKCATEGORIESCUSTOM Module crée par Prestacrea - Version : 2.0 INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 1. INSTALLATION... 2 2. CONFIGURATION... 2 3. LICENCE ET COPYRIGHT... 3 4. MISES

Plus en détail

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com

Control your dog with your Smartphone. USER MANUAL www.pet-remote.com Control your dog with your Smartphone USER MANUAL www.pet-remote.com Pet-Remote Pet Training Pet-Remote offers a new and easy way to communicate with your dog! With the push of a single button on your

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Instructions for Completing Allergan s NATRELLE TM Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form

Instructions for Completing Allergan s NATRELLE TM Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Instructions for Completing Allergan s NATRELLE TM Silicone-Filled Breast Implant Device Registration Form Please read the instructions below and complete ONE of the attached forms in either English or

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF

Get Instant Access to ebook Cest Maintenant PDF at Our Huge Library CEST MAINTENANT PDF. ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF ==> Download: CEST MAINTENANT PDF CEST MAINTENANT PDF - Are you searching for Cest Maintenant Books? Now, you will be happy that at this time Cest Maintenant PDF is available at our

Plus en détail

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00

Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 Instructions pour mettre à jour un HFFv2 v1.x.yy v2.0.00 HFFv2 1. OBJET L accroissement de la taille de code sur la version 2.0.00 a nécessité une évolution du mapping de la flash. La conséquence de ce

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

MANUEL MARKETING ET SURVIE PDF

MANUEL MARKETING ET SURVIE PDF MANUEL MARKETING ET SURVIE PDF ==> Download: MANUEL MARKETING ET SURVIE PDF MANUEL MARKETING ET SURVIE PDF - Are you searching for Manuel Marketing Et Survie Books? Now, you will be happy that at this

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif

Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Principe de symétrisation pour la construction d un test adaptatif Cécile Durot 1 & Yves Rozenholc 2 1 UFR SEGMI, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, France, cecile.durot@gmail.com 2 Université

Plus en détail

Factorisation d entiers (première partie)

Factorisation d entiers (première partie) Factorisation d entiers ÉCOLE DE THEORIE DES NOMBRES 0 Factorisation d entiers (première partie) Francesco Pappalardi Théorie des nombres et algorithmique 22 novembre, Bamako (Mali) Factorisation d entiers

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree

UNIVERSITY OF MALTA FACULTY OF ARTS. French as Main Area in an ordinary Bachelor s Degree French Programme of Studies (for courses commencing October 2009 and later) YEAR ONE (2009/10) Year (These units start in and continue in.) FRE1001 Linguistique théorique 1 4 credits Non Compensatable

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

English version ***La version française suit***

English version ***La version française suit*** 1 of 5 4/26/2013 4:26 PM Subject: CRA/ARC- Reminder - Tuesday, April 30, 2013 is the deadline to file your 2012 income tax and benefit return and pay any / Rappel - Vous avez jusqu'au 30 avril 2013 pour

Plus en détail

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving QUALIFICATION SYSTEM - 2 ND SUMMER YOUTH OLYMPIC GAMES - NANJING 2014 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE NATATION Diving A. Events (5) MEN S EVENTS (2) WOMEN S EVENTS (2) MIXED EVENTS (2) 3m individual springboard

Plus en détail

How to Deposit into Your PlayOLG Account

How to Deposit into Your PlayOLG Account How to Deposit into Your PlayOLG Account Option 1: Deposit with INTERAC Online Option 2: Deposit with a credit card Le texte français suit l'anglais. When you want to purchase lottery products or play

Plus en détail

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2.

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2. Eo7 Calculs de déterminants Fiche corrigée par Arnaud Bodin Eercice Calculer les déterminants des matrices suivantes : Correction Vidéo ( ) 0 6 7 3 4 5 8 4 5 6 0 3 4 5 5 6 7 0 3 5 4 3 0 3 0 0 3 0 0 0 3

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

How To connect to TonVPN Max / Comment se connecter à TonVPN Max

How To connect to TonVPN Max / Comment se connecter à TonVPN Max How To connect to TonVPN Max / Comment se connecter à TonVPN Max Note : you need to run all those steps as an administrator or somebody having admin rights on the system. (most of the time root, or using

Plus en détail

Objets Combinatoires élementaires

Objets Combinatoires élementaires Objets Combinatoires élementaires 0-0 Permutations Arrangements Permutations pour un multi-ensemble mots sous-ensemble à k éléments (Problème du choix) Compositions LE2I 04 1 Permutations Supposons que

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa

Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa Corps des nombres complexes, J Paul Tsasa One Pager Février 2013 Vol. 5 Num. 011 Copyright Laréq 2013 http://www.lareq.com Corps des Nombres Complexes Définitions, Règles de Calcul et Théorèmes «Les idiots

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION REGULATIONS R-085-95 In force September 30, 1995 LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES

Plus en détail

LA NETWORK MANAGER remote control software CUSTOM PRESET CREATION PROCEDURE

LA NETWORK MANAGER remote control software CUSTOM PRESET CREATION PROCEDURE LA NETWORK MANAGER remote control software CUSTOM PRESET CREATION PROCEDURE TECHNICAL BULLETIN - VERSION 1.0 Document reference: NWM-CUSTOM-PRS_TB_ML_1-0 Distribution date: July 21 st, 2010 2010 L-ACOUSTICS.

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

I. Programmation I. 1 Ecrire un programme en Scilab traduisant l organigramme montré ci-après (on pourra utiliser les annexes):

I. Programmation I. 1 Ecrire un programme en Scilab traduisant l organigramme montré ci-après (on pourra utiliser les annexes): Master Chimie Fondamentale et Appliquée : spécialité «Ingénierie Chimique» Examen «Programmation, Simulation des procédés» avril 2008a Nom : Prénom : groupe TD : I. Programmation I. 1 Ecrire un programme

Plus en détail

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE :

MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : MELTING POTES, LA SECTION INTERNATIONALE DU BELLASSO (Association étudiante de lʼensaparis-belleville) PRESENTE : Housing system est un service gratuit, qui vous propose de vous mettre en relation avec

Plus en détail

Accès au support technique produits et licences par le portail client MGL de M2Msoft.com. Version 2010. Manuel Utilisateur

Accès au support technique produits et licences par le portail client MGL de M2Msoft.com. Version 2010. Manuel Utilisateur Accès au support technique produits et licences par le portail client MGL de M2Msoft.com Version 2010 Manuel Utilisateur Access to M2Msoft customer support portal, mgl.m2msoft.com, 2010 release. User manual

Plus en détail

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par.

THÈSE. présentée à TÉLÉCOM PARISTECH. pour obtenir le grade de. DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH. Mention Informatique et Réseaux. par. École Doctorale d Informatique, Télécommunications et Électronique de Paris THÈSE présentée à TÉLÉCOM PARISTECH pour obtenir le grade de DOCTEUR de TÉLÉCOM PARISTECH Mention Informatique et Réseaux par

Plus en détail

Gestion des prestations Volontaire

Gestion des prestations Volontaire Gestion des prestations Volontaire Qu estce que l Income Management (Gestion des prestations)? La gestion des prestations est un moyen de vous aider à gérer votre argent pour couvrir vos nécessités et

Plus en détail

Reconstruction d images binaires par l estimation moindres carrés et l optimisation valeur propre

Reconstruction d images binaires par l estimation moindres carrés et l optimisation valeur propre Reconstruction d images binaires par l estimation moindres carrés et l optimisation valeur propre Stéphane Chrétien & Franck Corset Université de Franche-Comté, UMR6623, Département Mathématiques 16 route

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2

DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 DOCUMENTATION MODULE CATEGORIESTOPMENU MODULE CREE PAR PRESTACREA INDEX : DOCUMENTATION - FRANCAIS... 2 INSTALLATION... 2 CONFIGURATION... 2 LICENCE ET COPYRIGHT... 3 SUPPORT TECHNIQUE ET MISES A JOUR...

Plus en détail

Practice Direction. Class Proceedings

Practice Direction. Class Proceedings Effective Date: 2010/07/01 Number: PD - 5 Title: Practice Direction Class Proceedings Summary: This Practice Direction describes the procedure for requesting the assignment of a judge in a proceeding under

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Séquence 1. Matrices - Applications

Séquence 1. Matrices - Applications Séquence 1 Matrices - Applications Sommaire 1. Pré-requis 2. Notion de matrice Addition-Multiplication par un réel 3. Multiplication de matrices 4. Applications 5. Synthèse de la séquence 6. Exercices

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE

AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE AUDIT COMMITTEE: TERMS OF REFERENCE PURPOSE The Audit Committee (the Committee), assists the Board of Trustees to fulfill its oversight responsibilities to the Crown, as shareholder, for the following

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Notice Technique / Technical Manual

Notice Technique / Technical Manual Contrôle d accès Access control Encodeur USB Mifare ENCOD-USB-AI Notice Technique / Technical Manual SOMMAIRE p.2/10 Sommaire Remerciements... 3 Informations et recommandations... 4 Caractéristiques techniques...

Plus en détail

Licence Sciences de l Ingénieur et Licence Informatique. Niveau L2 (= 2ème année)

Licence Sciences de l Ingénieur et Licence Informatique. Niveau L2 (= 2ème année) Licence Sciences de l Ingénieur et Licence Informatique Niveau L2 (= 2ème année) Mathématiques : Résumé de ce qu il faut savoir en Algèbre linéaire (ou Calcul Matriciel) au sortir du L1, en préalable au

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Équations d amorçage d intégrales premières formelles

Équations d amorçage d intégrales premières formelles Équations d amorçage d intégrales premières formelles D Boularas, A Chouikrat 30 novembre 2005 Résumé Grâce à une analyse matricielle et combinatoire des conditions d intégrabilité, on établit des équations

Plus en détail

Symétrie des solutions d équations semi-linéaires elliptiques

Symétrie des solutions d équations semi-linéaires elliptiques Symétrie des solutions d équations semi-linéaires elliptiques Jean DOLBEAULT a, Patricio FELMER b a Ceremade (UMR CNRS no. 7534), Université Paris IX-Dauphine, Place de Lattre de Tassigny, 75775 Paris

Plus en détail