C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I"

Transcription

1 C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I ) Contents lists available at SciVerse ScienceDirect C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I Géométrie algébrique Le lemme fondamental métaplectique de Jacquet et Mao en caractéristique positive The metaplectic fundamental lemma of Jacquet and Mao in positive characteristic Viet Cuong Do Institut Élie Cartan, Université Henri Poincaré-Nancy 1, B.P , Vandoeuvre-lès-Nancy cedex, France info article résumé Historique de l article : Reçu le 13 juillet 2011 Acceptéle31août2011 Disponible sur Internet le 21 septembre 2011 Présenté par Gérard Laumon On démontre dans le cas de caractéristique positive un lemme fondamental conjecturé par Jacquet et Mao pour le groupe métaplectique. On utilise les arguments de B.C. Ngo pour le lemme fondamental de Jacquet Ye B.C. Ngo, 1999) [6] et une étude géométrique de l extension métaplectique Académie des sciences. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. abstract We prove in the case of positive characteristic a fundamental lemma conjectured by Jacquet and Mao for the metaplectic group. We use the arguments of B.C. Ngo for Jacquet Ye s fundamental lemma B.C. Ngo, 1999) [6] and a geometric study of the metaplectic extension Académie des sciences. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Abridged English version Let k be a finite field of characteristic p 2. Let O ϖ = k[[ϖ ]] be the ring of power series with indeterminate ϖ, and let F ϖ be its field of fractions. Denote by v ϖ x) the valuation of an element x F ϖ.letl p be a prime number. Fix a non-trivial additive character ψ : k Q l, where Q l is an algebraic closure of Q l.letψ denote the character of F ϖ defined by Ψx) = ψresx dϖ )). Let N r the sub-scheme of GL r formed by unipotent upper triangular matrices and T r the one formed by diagonal matrices. Denote by S r the affine space formed by r r symmetric matrices and by gl r the affine space of r r matrices. For each α = α 1,...,α r 1 ) k ) r 1, we define the character θ α of N r F ϖ ) by θ α = Ψ 1 r 1 α 2 i=1 in i,i+1 ). This character is trivial on N r O ϖ ), and induces a function θ α : N r F ϖ )/N r O ϖ ) Q l. For each matrix t T r F ϖ ),H.Jacquet[3],forGL 2 ) and Z. Mao [5], for an arbitrary r) introduced two orbital integrals I ϖ t, α) and J ϖ t, α). They can be rewritten as sums over finite sets cf. [6]), and we will recall their definitions in this form. Let X ϖ t)k) ={n N r F ϖ )/N r O ϖ ) t ntn S r O ϖ )}. The integral I ϖ t, α) is defined by I ϖ t, α) = n Xϖ t)k) θ α 2n). To define the integral J ϖ t, α), we use a splitting of the metaplectic extension cf. [4]) GLr F ϖ ) of GL r F ϖ ) above GL r O ϖ ).Denotebyg g, κ ϖ g)) this splitting with the notations of [4]). Adresse X/$ see front matter 2011 Académie des sciences. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.crma

2 1078 V.C. Do / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I ) Let Y ϖ t)k) ={n,n ) N r F ϖ )/N r O ϖ )) 2 t ntn GL r O ϖ )}. Letα = α r 1,...,α 1 ). The integral J ϖ t, α) is defined by J ϖ t, α) = n,n ) Yϖ t)k) κ ϖ w t 0 ntn )θ α w t 0 nw 0 )θ α n ), where w 0 is the matrix of the permutation r, r 1,...,1). We recover the original integral J ϖ t, α) cf. [5]) by replacing n with w t 0 n 1 w 0. For each t = diagt 1, t 2,...,t r ),wenotea i = ij=1 t j. The nonemptiness of X ϖ t)k) and Y ϖ t)k) requires a 1,...,a r 1 O ϖ and a r Oϖ. Let ζ : k {±1} the nontrivial quadratic character ζλ)= λ q 1 2,λ k ). Denote by γ ϖ.,.) the Weil s constant. [ t ϖ t,α)iϖ t,α) t ϖ t,α)iϖ t,α) Theorem 1. For t = diaga 1, a 1 1 a 2,...,a 1 r 1 a r), we have J ϖ t, α) = ζ 1) j rmod 2) v ϖ a j ) j rmod 2) γ ϖ a j a 1 j 1,Ψ),andt ϖ t, α) = r 1 i=1 a i 1/2 ζ 1) with a 0 = 1). Moreover,iftt, α) t t, α) then the orbital integrals I ϖ and J ϖ vanish. where t ϖ t, α) = r 1 i=1 a i 1/2 j rmod 2) v ϖ a j ) j rmod 2) γ ϖ a j a 1 j 1,Ψ) These formulas were conjectured by Mao [5] for arbitrary non-archimedian local field and were proved for r = 2 by Jacquet see [3]) and for r = 3 by Mao see [5]) Mao s formula [5] μa, b, c) = a 1 b 1/2 γ a,ψ)γ c,ψ) must be corrected in μa, b, c) = a 1 b 1/2 γ a,ψ)γ c,ψ) as we see comparing to Jacquet s formula for r = 2 cf. [3])). The key point in the proof of this theorem consists in studying the metaplectic group and relating it with ACK s Arbarello, De Concini and Kac) extension, and in constructing a deformation of some global sums, which are a global product of the local sums introduced above. This theorem then appears as a limit of known identities for simple sums. The étale cohomology interpretation of exponential sums and the theory of perverse sheaves is used for passing to the limit. 1. Énoncé Soit k := F q un corps fini de caractéristique p 2. On note O ϖ := k[[ϖ ]] l anneau des séries formelles en une indéterminée ϖ et à coefficient dans k, etf ϖ son corps des fractions. On note v ϖ x) la valuation de l élément x F ϖ.soitl un nombre premier différent de p. On fixe un caractère additif non trivial ψ : k Q l,oùq l est une clôture algébrique de Q l. On notera Ψ le caractère de F ϖ défini par Ψx) = ψresx dϖ )). On note N r le sous-schéma en groupe de GL r formé des matrices triangulaires supérieures unipotentes et T r celui formé des matrices diagonales. On note S r l espace affine des matrices symétriques de taille r et gl r l espace affine des matrices de taille r. Pour tout α = α 1,...α r 1 ) k ) r 1, on définit le caractère θ α de N r F ϖ ) par θ α n) = Ψ 1 r 1 α 2 i=1 in i,i+1 ). La restriction de ce caractère à N r O ϖ ) est triviale et induit donc une fonction θ α sur N r F ϖ )/N r O ϖ ) à valeurs dans Q l. Pour toute matrice diagonale t T r F ϖ ),H.Jacquet[3]pourGL 2 )etz.mao[5]pourr abitraire) introduisent deux intégrales orbitales I ϖ t, α) et J ϖ t, α). Celles-ci se reécrivent comme des sommes portant sur des ensembles finis cf. [6]) et c est sous cette forme qu on va rappeler leur définition. Soit X ϖ t)k) ={n N r F ϖ )/N r O ϖ ) t ntn S r O ϖ )}. L intégralei ϖ t, α) est définie par I ϖ t, α) = n Xϖ t)k) θ α 2n). Pour définir l intégrale J ϖ t, α) on utilise un scindage de l extension métaplectique cf. [4]) GLr F ϖ ) de GL r F ϖ ) audessus de GL r O ϖ ).Onécritg g, κ ϖ g)) ce scindage avec les notations de [4]). Soit Y ϖ t)k) ={n,n ) N r F ϖ )/N r O ϖ )) 2 t ntn GL r O ϖ )}. Soitα = α r 1,...,α 1 ).L intégrale J ϖ t, α) est définie par J ϖ t, α) = n,n ) Yϖ t)k) κ ϖ w t 0 ntn )θ α w 0 t nw 0 )θ α n ),oùw 0 est une matrice de la permutation r, r 1,...,1). En faisant le changement de variables consistant à remplacer n par w t 0 n 1 w 0,onretrouvel intégrale J ϖ t, α) originale de Mao cf. [5]). Pour tout t = diagt 1, t 2,...,t r ),onnotea i = ij=1 t j. Donc pour que X ϖ t)k) et Y ϖ t)k) soient non vides, il faut que a 1,...,a r 1 appartiennent à O ϖ et a r à Oϖ. Soit ζ : k {±1} le caractère quadratique non trivial ζλ)= λ q 1 2, λ k ). On note γ ϖ.,.) la constante de Weil. [ Théorème 1. Pour tout t = diaga 1, a 1 1 a 2,...,a 1 r 1 a t ϖ t,α)iϖ t,α) r), on a J ϖ t, α) = t ϖ t,α)i ϖ t,α) ζ 1) j rmod 2) v ϖ a j ) j rmod 2) γ ϖ a j a 1 j 1,Ψ),etoùt ϖ t, α) = r 1 i=1 a i 1/2 ζ 1) Ψ)en convenant que a 0 = 1). Deplussit ϖ t, α) t ϖ t, α), les deux intégrales I ϖ et J ϖ sont nulles. où t ϖ t, α) = r 1 i=1 a i 1/2 j rmod 2) v ϖ a j ) j rmod 2) γ ϖ a j a 1 j 1, Mao a conjecturé ces formules pour tous les corps locaux non-archimédiens et elles ont été démontrées pour r = 2par Jacquet voir [3]) et pour r = 3 par Mao voir [5]) la formule de [5] μa, b, c) = a 1 b 1/2 γ a,ψ)γ c,ψ) doit en fait être corrigée en μa, b, c) = a 1 b 1/2 γ a,ψ)γ c,ψ), comme on le voit en la comparant avec la formule de Jacquet [3] pour GL 2 ). 2. Interprétation cohomologique Les ensembles X ϖ t)k) et Y ϖ t)k) sont de manière naturelle des ensembles de points à valeurs dans k de variétés algébriques X ϖ t) et Y ϖ t) de type fini sur k. Ces variétés sont munies d un morphisme h ϖ,x : X ϖ t) G a défini par

3 V.C. Do / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I ) h ϖ,x n) = res r 1 α i=1 in i,i+1 dϖ ) et d un morphisme h ϖ,y : Y ϖ t) G a défini par h ϖ,y n,n ) = res r 1 1 α i=1 2 in i,i+1 + n i,i+1) dϖ ). Soit k une clôture algébrique de k. OnnoteX ϖ t) = X ϖ t) k k et L ψ le faisceau d Artin-Schreier sur G a associé au caractère ψ. D après la formule des traces de Grothendieck Lefschetz, on a I ϖ t) = TrFr, X ϖ t), h ϖ,x L ψ)). Pour interpréter cohomologiquement l intégrale J ϖ, la construction de Kazhdan Patterson voir [4]) n est pas commode. On a donc adopté un point de vue plus géométrique. Arbarello, De Concini et Kac associent à chaque g GL r F ϖ ) une droite cf. [1]) ) ) 1) D g = goϖ r /gor ϖ Or ϖ O r ϖ /goϖ r Or ϖ où V désigne la puissance extérieure maximale dim V V d un k-espace vectoriel V. Cette construction fournit une extension centrale GLr,ACK F ϖ ) de GL r F ϖ ) par k. On utilisera plutôt la droite g = D detg) D 1 g, ce qui revient à considérer l extension GLr,geo F ϖ ) = det GL1,ACK F ϖ )) GLr,ACK F ϖ ) la somme des extensions étant ici notée additivement). On construit, à l aide de la décomposition de Bruhat, une base δg) de g), ce qui fournit une section δ de GLr,geo F ϖ ). Proposition 1. On a σ g 1, g 2 ) = ζ δg 1)δg 2 ) δg 1 g 2 ) ),oùσ est le 2-cocycle de Kazhdan Patterson [4]. En particulier, l extension de Kazhdan Patterson s obtient à partir de notre extension GLr,geo F ϖ ) en la poussant par ζ : k {±1}. La fonction κ ϖ est le quotient triv/δ de la section obtenue trivialement pour g GL r O ϖ ) par la section δ. Onobtient de cette manière un morphisme κ ϖ : Y ϖ t) G m. On note Y ϖ t) = Y ϖ t) k k. Soit L ζ le faisceau de Kummer sur G m associé au revêtement G m G m, x x 2 et au caractère non trivial de {±1}. Il résulte de la formule des traces de Grothendieck Lefschetz que J ϖ t) = TrFr, Y ϖ t), h ϖ,y L ψ κϖ L ζ )). Le Théorème 1 est alors une conséquence de l énoncé géométrique suivant où on note I ϖ t) = Γ c X ϖ t), h ϖ,x L ψ) et J ϖ t) = Y ϖ t), h ϖ,y L ψ κϖ L ζ ). Théorème 2. J ϖ t) T ϖ t) I ϖ t) T ϖ t) I ϖ t), oùt ϖ t) et T ϖ t) sont des Q l -espaces vectoriels de rang 1 placés en degré v ϖ r 1 i=1 a i) tels que TrFr, T ϖ t)) = t ϖ t, α) et TrFr, T ϖ t)) = t ϖ t, α). Pour démontrer le Théorème 2, on commence par prouver directement le cas particulier où r = 2ett = diagt 1, t 2 ) avec v ϖ t 1 ) = 1, v ϖ t 2 ) = 1. Plus précisément on a : Proposition 2. Le Théorème 2 est vrai dans le cas particulier ci-dessus ; de plus I ϖ t) et J ϖ t) sont alors des Q l-espaces vectoriels de rang 2 placés respectivement en degré 0 et 1. La démonstration de cette proposition est en fait une géométrisation de l argument de Jacquet [2, p. 145]. Dans le cas général, on ne connaît pas explicitement X ϖ t), h ϖ,x L ψ) resp. Y ϖ t), h ϖ,y L ψ κ ϖ L ζ )) carla variété X ϖ t) resp. Y ϖ t)) est trop compliquée. 3. Sommes globales Suivant l idée de B.C. Ngo [6], on va utiliser une méthode de déformation en considérant plutôt des sommes sur un corps global de caractéristique positive. Soient O = k[ϖ ] l anneau des polynômes en une variable ϖ à coefficients dans k, etf son corps des fractions. Soient a 1,...,a r F tels que pgcd r 1 i=1 a i, a r ) = 1etα k ) r 1. Pour toute place v a r,onnoteo v le complété de O en v, F v son corps des fractions, et k v son corps résiduel. Pour t = diaga 1, a 2 /a 1,...,a r /a r 1 ) T r O v ), on peut définir un couple X v t), h v,x ) resp. un triple Y v t), h v,y, κ v )) comme on l a fait ci-dessus, simplement en remplaçant F ϖ par F v, O ϖ par O v et le résidu en ϖ par le résidu en v on prend comme forme différentielle la forme méromorphe dϖ sur P 1 Speck[ϖ ]) = A 1 ). On introduit deux variétés de type fini sur k : Xt) = v a r,v Res k v /k X v t) et Y t) = v a r,v Res k v /ky v t), où Res est la restriction de Weil. Les variétés Xt) et Y t) sont munies de morphismes h X t,α) : Xt) G a, h X t,α)n) = h Y t,α) : Y t) G a, h Y n,n ) = κt) : Y t) G m, κg) = v a r,v = v a r,v = i=1 v a r,v = i=1 N kv /kκ v g). r 1 tr kv /kh α,v,x n), r 1 tr kv /kh α,v,y n,n ),

4 1080 V.C. Do / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I ) En notant = k, on a la formule de multiplicativité cohomologique : Proposition 3. Xt), h X L ) ψ = λ suppt) Y t), h Y L ψ κ L ζ ) = Xϖ λ t), h ϖ λ,x L ψ), λ suppt) où suppt) est l ensemble des racines de r 1 i=1 a i dans k. Y ϖ λ t), h ϖ λ,y L ψ κ ϖ λ L ζ ), Soient Q di lavariétéaffinesurk des polynômes unitaires de degré d i et V d ={a 1,...,a r ) r i=1 Q d i pgcd r 1 i=1 a i, a r ) = 1} avec d = d 1,...,d r ).Soitt = diaga 1, a 2 /a 1,...,a r /a r 1 ) tel que a 1,...,a r ) V d. Le couple Xt), h X ) et le triple Y t), h Y, κ) se mettent en famille de sorte qu on obtient des variétés X d et Y d de type fini sur k munies de morphismes f X d : X d Gm r 1 V d Gm r 1, f Y d : Y d Gm r 1 V d Gm r 1, h X,d : X d Gm r 1 G a, h Y,d : Y d Gm r 1 G a et κ d : Y d Gm r 1 G m tels que Xt) et Xt), h X L ψ) resp. Y t) et Y t), h Y L ψ κ L ζ )) sont respectivement les fibres en t, α) de f X d et de R fd,! X h L X,d ψ resp. de f Y d et de R f d,! Y h L X,d ψ κ L d ζ )). 4. Le cas d = 1, 2,...,r) On pose d = 1, 2,...,r). SoitU d l ouvert de r i=1 Q i G m ) r 1 formé des couples t, α) telsquelepolynôme r n ait pas de racines multiples. On note resultp, Q ) le résultant de deux polynômes P et Q. Proposition 4. La restriction à U d du complexe I = R fd,! X h L X,d ψ resp. J = R fd,! Y h L Y,d ψ κ L d ζ )) est un système local de rang 2 rr 1) 2 placé en degré 0resp. placé en degré rr 1) ). DeplusJ 2 Ud = T I Ud,oùT est un système local de rang 1 placé en degré rr 1) au-dessus de U 2 d, géométriquement constant et provenant d un caractère τ de Gal k/k tel que τ Fr q ) = 1) rr 1) 2 ζ 1) [ r2 4 ] q rr 1) 4 [ r 2 ],où = γ ϖ,ψ ). Ce proposition résulte directement de la propriété muliplicative des sommes globales et de la Proposition 2. La formule de trace pour le facteur de transfert vient du fait que le produit des constantes de Weil en toutes les places du corps global k[ϖ ] est trivial cf. [7]) ce qui par le théorème de Chebotarev) implique qu il est géométriquement constant. On prolonge alors de manière évidente T à V d Gm r 1. Théorème 3. R f Y d,! h Y,d L ψ κ d L ζ ) = T R f X d,! h X,d L ψ. Les deux membres de cette égalité sont, à décalage près, des faisceaux pervers isomorphes au prolongement intermédiaire de leur restriction à U d. i=1 a i Ceci résulte de la Proposition 4 et du théorème suivant : Théorème Le complexe de faisceaux R fd,! X h L X,d ψ[ rr+1) + r 1] est un faisceau pervers, prolongement intermédiaire de sa restriction à 2 l ouvert U d. 2. Le complexe de faisceaux R fd,! Y h L Y,d ψ κ L d ζ )[r 2 + r 1] est un faisceau pervers, prolongement intermédiaire de sa restriction àl ouvertu d. Pour démontrer le Théorème 4, on va utiliser l argument de B.C. Ngo [6], «le pas de récurence», pg. 515). La difficulté ici est le manque d équivariance de la fonction κ. Pour résoudre cette difficulté, le point crucial est le théorème suivant : Théorème 5. κw 0 y + ϖ Id r )) est en fait un polynôme en les coefficients de la matrice y gl r.deplusona : κw 0 y + ϖ Id r ))κw 0 t y + ϖ Id r )) = resulta r 1 y), a r y)), oùa i y) = dets i y) + ϖ Id i ),s i y) étant la sous-matrice faite des i permières lignes et des i permières colonnes de y. La démonstration de ce théorème repose sur la vision géométrique de l extension de Kazhdan Patterson évoquée dans le paragraphe 2. Ce théorème implique que κw 0 y + ϖ Id r ) est alors un produit de facteurs irréductibles de resulta r 1 y), a r y)). En faisant agit g GL r 1 par y diagg, 1) 1 ydiagg, 1), g transforme alors κ en la multipliant par une puissance de detg) ; l extension G r 1 de GL r 1 obtenue en extrayant une racine carrée de detg) laisse alors

5 V.C. Do / C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I ) invariant le faisceau κ L ζ et l argument de loc. cit. s adapte alors en remplaçant GL i par l extension G i le plongement G i G i+1 est fournit aussi par g diagg, 1) puisque les deux ont même déterminant). Le point 1) du Théorème 4 s obtient assez facilement par l argument de [6] en remplaçant cette fois GL i par le groupe orthogonal associé à la forme quadratique qx 1,...,x i ) = ij=1 x2 j. 5. L énoncé local résulte de l énoncé global Proposition 5. Le Théorème 3 entraîne le Théorème 2. Soient v A 1 k), t = diagt 1,...,t s ) T s F v ). D après [6], Prop , p. 505), pour r assez grand, il existe t = diaga 1, a 2 /a 1,...,a r /a r 1 ),aveca 1,...,a r ) V 1,2,...,r)k) tel que I v t ) I v t ) et J v t ) J v t ).Onaa = a i i a i,où a i est à racines simples premières à v et où a i a toutes ses racines en v. Soientalorsd = dega i )) i et d = dega i )) i. On fait varié a i ) i et a i ) i en introduisant l ouvert V d V d ) dist de V d V d au-dessus duquel pgcd r i=1 a i, r i=1 a i ) = 1 et les a sont à racines simples. On a alors un morphisme étale μ : V i d V d ) dist V d. On généralise les sommes globales du paragraphe 3 en introduisant X t) = Res kw /k X w t) et X t) = Res kw /k X w t) w a 1...a r 1 w a 1...a r 1 Y t) et Y t) sont définies par des formules analogues). Comme dans le paragraphe 3, celles-ci se mettent en familles. On définit de cette manière des complexes I, I, J et J vérifiant μ I = I L I et μ J = J L J.EnfaitI et J sont des systèmes locaux. En utilisant le fait que la perversité et le prolongement intermédiaire sont stables par changement de base étale et que le produit tensoriel d un complexe avec un système local est pervers et prolongement intermédiaire de sa restriction à un ouvert si et seulement si ce complexe l est déjà, on obtient que I et J sont pervers et prolongement intermédiaire de leur restriction à l ouvert μ U d. Le système local T s écrit lui aussi comme un produit T T T et T ne sont plus géométriquement constants, la définition de T ne pose pas de problème, on définit en fait T = T T 1 et la formule du produit pour les constantes de Weil permet de calculer TrFr t, T )). En spécialisant en t = t on obtient alors le Théorème 2. Références [1] E. Arbarello, C. De Concini, V.G. Kac, The infinite wedge representation and the reciprocity law for algebraic curves, in: Proceedings of Symposia in Pure Mathematics, vol. 49, 1989, pp [2] H. Jacquet, On the non vanishing of some L-functions, Proc. Indian Acad. Sci. Math. Sci.) ) [3] H. Jacquet, Représentations distinguées pour le groupe orthogonal, C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I ) [4] D. Kazhdan, S. Patterson, Metaplectic form, Publ. Math. IHES ) [5] Z. Mao, A fundamental lemma for metaplectic correspondence, J. Reine Angew. Math ) [6] B.C. Ngo, Le lemme fondamental de Jacquet et Ye en caractéristique positive, Duke Math. J. 96 3) 1999) [7] A. Weil, Sur certain groupes d opérateurs unitaires, Acta Math )

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Une forme générale de la conjecture abc

Une forme générale de la conjecture abc Une forme générale de la conjecture abc Nicolas Billerey avec l aide de Manuel Pégourié-Gonnard 6 août 2009 Dans [Lan99a], M Langevin montre que la conjecture abc est équivalente à la conjecture suivante

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables

Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables Une note sur les fibrés holomorphes non-filtrables Marian Aprodu, Matei Toma Un théorème de structure pour les fibrés vectoriels stables de rang deux sur les surfaces elliptiques algébriques a été démontré

Plus en détail

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires

Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Autour du cardinal d un ensemble de matrices binaires Adrien REISNER 1 Abstract. We here study a couple of algebraic and analytic properties of certain binary matrices in the spaces M n(r). In particular,

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur.

Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur. Séminaire Chevalley 21 avril 1958 1958, exposé n o 1 ESPACES FIBRÉS ALGÉBRIQUES Le texte qui suit, rédigé en septembre 1958, diffère sensiblement de l exposé oral, ne serait ce que par sa longueur. Sommaire

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Démonstration de la conjecture de Dumont

Démonstration de la conjecture de Dumont C. R. Acad. Sci. Paris, Ser. I 1 (005) 71 718 Théorie des nombres/combinatoire Démonstration de la conjecture de Dumont Bodo Lass http://france.elsevier.com/direct/crass1/ Institut Camille Jordan, UMR

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Matrices et déterminants

Matrices et déterminants Matrices et déterminants Matrices Définition.. Une matrice réelle (ou complexe) M = (m i,j ) (m, n) à m lignes et n colonnes est un tableau à m lignes et n colonnes de réels (ou de complexes). Le coefficient

Plus en détail

QUELQUES CALCULS DE LA COHOMOLOGIE DE GL N (Z) ET DE LA K-THÉORIE DE Z

QUELQUES CALCULS DE LA COHOMOLOGIE DE GL N (Z) ET DE LA K-THÉORIE DE Z QUELQUES CALCULS DE LA COHOMOLOGIE DE GL N (Z) ET DE LA K-THÉORIE DE Z PHILIPPE ELBAZ-VINCENT, HERBERT GANGL, ET CHRISTOPHE SOULÉ Résumé - Pour N = 5 N = 6, nous calculons le complexe cellulaire défini

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Algèbre 2 - L1 MIASHS/Lettres-Maths. UFR MIME, Université Lille 3.

Algèbre 2 - L1 MIASHS/Lettres-Maths. UFR MIME, Université Lille 3. Algèbre 2 - L1 MIASHS/Lettres-Maths AMIRI Aboubacar UFR MIME, Université Lille 3. 10 avril 2015. Université Lille 3 1 Définitions et notations Quelques matrices particulières Matrice d une famille sur

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Arithmetical properties of idempotents in group algebras

Arithmetical properties of idempotents in group algebras Théorie des Groupes/Group Theory Arithmetical properties of idempotents in group algebras Max NEUNHÖFFER Lehrstuhl D für Mathematik, Templergraben 64, 52062 Aachen, Allemagne E-mail: max.neunhoeffer@math.rwth-aachen.de

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE L ESPACE DE MODULES DES FAISCEAUX SEMI-STABLES SUR LE PLAN PROJECTIF. Joseph LE POTIER

À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE L ESPACE DE MODULES DES FAISCEAUX SEMI-STABLES SUR LE PLAN PROJECTIF. Joseph LE POTIER Bull. Soc. math. France, 122, 1994, p. 363 369. À PROPOS DE LA CONSTRUCTION DE L ESPACE DE MODULES DES FAISCEAUX SEMI-STABLES SUR LE PLAN PROJECTIF PAR Joseph LE POTIER RÉSUMÉ. SoitM = M(r, c 1,c 2 ) l

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Sous la direction de Nikita Karpenko. Gilles Tauzin

Sous la direction de Nikita Karpenko. Gilles Tauzin Sous la direction de Nikita Karpenko Gilles Tauzin Années universitaires 20042007 Théorème de Bézout et applications Ici, k est un corps algébriquement clos. Lorsque l'on étudie des courbes dans le plan

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod

1. La notion d espace fibré au sens de Steenrod FIBRES, CONNEXIONS ET HOMOLOGIE CYCLIQUE par Max KAROUBI. La notion d espace fibré au sens de Steenrod.. Dans l acceptation la plus simple, un espace fibré ξ de base B et de fibre F est la donnée d une

Plus en détail

0 h(s)ds et h [t = 1 [t, [ h, t IR +. Φ L 2 (IR + ) Φ sur U par

0 h(s)ds et h [t = 1 [t, [ h, t IR +. Φ L 2 (IR + ) Φ sur U par Probabilités) Calculus on Fock space and a non-adapted quantum Itô formula Nicolas Privault Abstract - The aim of this note is to introduce a calculus on Fock space with its probabilistic interpretations,

Plus en détail

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Préambule.................................... xv Bibliographie... xxi I L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Introduction...................................

Plus en détail

DESCENTES DES DÉRANGEMENTS ET MOTS CIRCULAIRES(*)

DESCENTES DES DÉRANGEMENTS ET MOTS CIRCULAIRES(*) DESCENTES DES DÉRANGEMENTS ET MOTS CIRCULAIRES(*) Jacques DÉSARMÉNIEN (**) ET Michelle WACHS (***) RÉSUMÉ. Au moyen de deux bijections, dues à Macdonald et à Gessel, nous établissons que l ensemble des

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées

Réduction des endomorphismes et des matrices carrées 48 Chapitre 4 Réduction des endomorphismes et des matrices carrées La motivation de ce chapitre est la suivante. Étant donné un endomorphisme f d un espace E de dimension finie, déterminé par sa matrice

Plus en détail

Un résultat de densité pour les équations de Maxwell

Un résultat de densité pour les équations de Maxwell Un résultat de densité pour les équations de Maxwell Faker Ben Belgacem 1, Christine Bernardi 2, Martin Costabel 3, Monique Dauge 3 1 M.I.P. (UMR C.N.R.S. 5640), Université Paul Sabatier, 118 route de

Plus en détail

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités PC* Devoir 6: Corrigé 20 202 Partie I : Généralités I.A - Questions préliminaires a b c I.A.) M S M = b l m avec (a, b, c, l, m, t) R 6. c m t Les éléments de S sont les matrices de la forme : M = ae +

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

1.3 Produit matriciel

1.3 Produit matriciel MATRICES Dans tout ce chapitre, K désigne les corps R ou C, p et n des entiers naturels non nuls 1 Matrices à coefficients dans K 11 Définition Définition 11 Matrice On appelle matrice à coefficients dans

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Maths PCSI Cours Table des matières Equations différentielles 1 Généralités 2 1.1 Solution d une équation différentielle................................ 2 1.2 Problème de Cauchy.........................................

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Lemme Chinois Exercice 1 Soient A un anneau et I et J les idéaux de A tels que I + J = (1). Démontrer que I n + J m = (1) quels que soient entiers

Plus en détail

Nombre maximum de points rationnels d une courbe sur un corps fini.

Nombre maximum de points rationnels d une courbe sur un corps fini. Séminaire de Théorie des Nombres de Bordeaux Le 07 Juin 1991. Marc Perret Equipe Arithmétique et Théorie de l Information C.I.R.M., Luminy, Case 916 13288 - Marseille Cedex 9. Nombre maximum de points

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique...

Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Cours 3: Inversion des matrices dans la pratique... Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module complémentaire de maths, année 2012 1 Rappel de l épisode précédent

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }.

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }. Dans tout ce qui suit on désigne par k un corps commutatif de caractéristique différente de 2 (par exemple R ou C) etpare un k-espace vectoriel de dimension finie n>0. On appelle L(E) l anneau des endomorphismes

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Denise Vella-Chemla 5/2/2013 La conjecture de Goldbach stipule que tout nombre pair supérieur à 2 est la somme de deux nombres premiers. 1 Modéliser

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924 LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE 1. Énoncé de la conjecture La conjecture de Green est une vaste

Plus en détail

Exercices - Réduction des endomorphismes : énoncé. Réduction pratique de matrices

Exercices - Réduction des endomorphismes : énoncé. Réduction pratique de matrices Réduction pratique de matrices Exercice 1 - Diagonalisation - 1 - L1/L2/Math Spé - Diagonaliser les matrices suivantes : 0 2 1 A = 3 2 0 B = 2 2 1 0 3 2 2 5 2 2 3 0 On donnera aussi la matrice de passage

Plus en détail

Équations du troisième degré

Équations du troisième degré par Z, auctore L objet de cet article est d exposer deux méthodes pour trouver des solutions à une équation du troisième degré : la recherche de racines évidentes d une part, et la formule de Cardan d

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig

Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig 1 Géométrie algébrique/algebraic geometry Nombre de points des surfaces de Deligne-Lusztig François Rodier Résumé On présente des exemples de surfaces qui

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé

Examen de l UE LM125 Janvier 2007 Corrigé Université Pierre et Marie Curie Licence Sciences et Technologies MIME L énoncé est repris sur fond mauve. En prune : des commentaires. Examen de l UE LM15 Janvier 007 Corrigé Commentaires généraux barème

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N

EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 53 Fasc. 4 1996 EQUATIONS ELLIPTIQUES SEMI LINEAIRES DANS DES DOMAINES NON BORNES DE IR N B. Khodja Résumé: Soit f une fonction numérique continue, localement lipschitzienne

Plus en détail

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie 133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie Pierre Lissy March 8, 2010 On considère un espace vectoriel euclidien de dimension nie n, le produit scalaire sera noté

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Algebra for Digital Communication. Test 2

Algebra for Digital Communication. Test 2 EPFL - Section de Mathématiques Algebra for Digital Communication Prof. E. Bayer Fluckiger Sections de Systèmes de Communications et Physique Winter semester 2006-2007 Test 2 Thursday, 1st February 2007

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann Mathématiques MPSI Pierron Théo ENS Ker Lann 2 Table des matières I Algèbre 1 1 Ensembles 3 1.1 Vocabulaire général........................ 3 1.2 Opérations sur les parties d un ensemble............ 4

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992

arxiv:alg-geom/ v1 16 Jun 1992 arxiv:alg-geom/9206007v1 16 Jun 1992 Géométrie algébrique/ Algebraic geometry. Rang de courbes elliptiques d invariant donné. Jean-François Mestre. Résumé.- Nous montrons qu il existe une infinité de courbes

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Nom Formule Espaces vectoriels Famille libre On dit que la famille est libre si Famille liée On dit que la famille est liée si Théorème de la base

Plus en détail

Variétés dont le fibré cotangent est ample

Variétés dont le fibré cotangent est ample Variétés dont le fibré cotangent est ample Olivier Benoist Mémoire de magistère sous la direction d Olivier Debarre Table des matières Introduction 2 1 Variétés projectives lisses 3 1.1 Généralités..............................

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Curriculum Vitae. Universität Duisburg-Essen, Thea-Leymann-Straÿe 9, 45127, Essen, Allemagne Raum : WSC-O-3.52

Curriculum Vitae. Universität Duisburg-Essen, Thea-Leymann-Straÿe 9, 45127, Essen, Allemagne Raum : WSC-O-3.52 Curriculum Vitae Nom et Prénom : Address : DO Viet Cuong Universität Duisburg-Essen, Thea-Leymann-Straÿe 9, 45127, Essen, Allemagne Raum : WSC-O-3.52 Téléphone : +49/(0)201/183-3913 Address électronique

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail