Temps et thermodynamique quantique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Temps et thermodynamique quantique"

Transcription

1 Temps et thermodynamique quantique Journée Ludwig Boltzmann 1

2 Ensemble Canonique Distribution de Maxwell-Boltzmann, Ensemble canonique ϕ(a) = Z 1 tr(a e β H ) Z = tr(e β H ) 2

3 La condition KMS ϕ(x x) 0 x A, ϕ(1) = 1. σ t Aut(A) Im z = β iβ F(t + iβ) = ϕ(σ t (b)a) Im z = 0 0 F(t) = ϕ(aσ t (b)) F x,y (t) = ϕ(xσ t (y)) F x,y (t + iβ) = ϕ(σ t (y)x), t R. 3

4 Tomita (1967)+ T (cf. 7) Théorème Soit M une algèbre de von Neumann et ϕ un état normal fidèle sur M, il existe alors un unique groupe à un paramètre σ ϕ t Aut(M) qui vérifie la condition KMS pour β = 1. 4

5 Thèse (1972) Théorème (ac) 1 Int(M) Aut(M) Out(M) 1, La classe de σt ϕ dans Out(M) ne dépend pas du choix de l état ϕ. Donc une algèbre de von Neumann M, possède une évolution canonique R δ Out(M). Noncommutativité Evolution 5

6 Cette évolution est-elle reliée au temps? Rovelli 1992 : Origine thermodynamique du temps 6

7 1. Nous interprétons le temps comme un groupe à 1- paramètre d automorphismes de l algèbre des observables en gravitation. 2. Nous attribuons l existence et les propriétés du flot à des causes thermodynamiques. 3. Dans un contexte covariant comme celui de la relativité générale la notion de temps n est plus indépendante de l état du système comme en physique prérelativiste mais dépend explicitement de l état dans lequel le système se trouve. Quelle est l algèbre des observables en GQ?? 7

8 Fond infrarouge extragalactique Notre groupe local de galaxies se déplace à environ 600 km par seconde par rapport à la radiation relique. Le soleil ne se déplace qu à 370 km par seconde, à cause du mouvement relatif au groupe local. 8

9 Frobénius en caractéristique zéro (ac + c. Consani +m. Marcolli) 1. Thermodynamique des espaces noncommutatifs 2. Catégorie des Λ-modules = catégorie abélienne (Λ = catégorie cyclique) 3. Endomotifs 9

10 Thermodynamique des espaces noncommutatifs Refroidir T : E β états KMS β extrémaux, pour β > 1 ρ : A σ R S(E β R + ) L1 Distiller : Λ-module D(A, ϕ) donné par le conoyau du morphisme cyclique composition de ρ avec la trace Tr : L 1 C Action duale : sur l homologie cy- Spectre de l action de R + clique HC 0 ( D(A, ϕ)) 10

11 Endomotifs A est une limite inductive d algèbres réduites commutatives de dimension finie sur K et S est un semigroupe d endomorphismes ρ : A A A K = A S Endomorphismes d une variété algébrique, X s = {y Y : s(y) = }. X sr y r(y) X s. X = lim s X s ξ su (ρ s (x)) = ξ u (x) Exemple : Le groupe multiplicatif G m (Q) 11

12 Système BC Présentation explicite µ n, n N et e(r), pour r Q/Z, vérifiant les relations µ n µ n = 1, pour tout n N, µ k µ n = µ kn, pour tous k, n N, e(0) = 1, e(r) = e( r), et e(r)e(s) = e(r + s) pour tous r, s Q/Z, Pour tous n N et r Q/Z, µ n e(r) µ n = 1 n ns=r e(s). σ t (µ n ) = n it µ n, σ t (e(r)) = e(r). 12

13 Transition de phase avec BSS L unique état KMS au dessus de la température critique est ( ) ϕ β (e(a/b)) = b β 1 p β 1 1 p 1, p prime, p b et les états KMS extrémaux au dessous de la température critique sont donnés par ϕ β,ρ (e(a/b)) = Tr(π ρ(e(a/b))e βh ) Tr(e βh ) = 1 ζ(β) n=1 n β ρ(ζ n a/b ), où π ρ est la représentation de l algèbre A sur l espace de Hilbert H = l 2 (N) donnée par π ρ (µ n )ɛ m = ɛ nm, π ρ (e(a/b))ɛ m = ρ(ζ m a/b )ɛ m, où ρ Ẑ détermine un plongement dans C du corps cyclotomique Q cycl. 13

14 Interprétation Cohomologique de la réalisation spectrale G m (Q), le système BC (A, ϕ) avec action du groupe de Galois absolu Gal( Q/Q). Caractère χ de Gal( Q/Q) projection p χ. Théorème La représentation de R + dans M = HC 0 (p χ D(A, ϕ)) donne la réalisation spectrale des zéros de la fonction L χ. 14

15 15

16 Formule Explicite = Formule de Trace (ac + rm + cc +mm) Trace H 1(h) = ĥ(0) + ĥ(1) v où v K v h(u 1 ) 1 u K v d u est l intersection Z(h) h(u 1 ) 1 u d u Trace H 1(h) = ĥ(0) + ĥ(1) h(1) v (K v,e Kv ) h(u 1 ) 1 u d u 16

17 Extensions non-ramifiées K K Fq F q Analogue pour Q de K K Fq F q Corps Global K Facteur M Mod K R + Mod M R + K K Fq F q n M M σt Z K K Fq F q M M σ R Points C( F q ) Γ X Q 17

18 KMS et la transition de phase électrofaible Le potentiel effectif à température T est le même que le potentiel effectif à température nulle dans le produit par un cercle S 1 de longueur β = T 1., dk 0 2πT dk 0 2πT n Z n Z

19 A une boucle on obtient V (φ c ) = V 0 (φ c )+ 2 T n Z log(k 2 +(2πnT ) 2 +V 0 (φ c)) d3 k (2π) 3+O( 2 ) et T 4 2π 2 0 log ( Cela rajoute V T (φ c ) = V T =0 (φ c )+ 1 exp[ x 2 + V 0 (φ c)/t 2 ] π2 T V 0 (φ c) T pour les bosons et π2 T V 0 (φ c) T pour les fermions. ) x 2 dx 19

20 Brisure de symétrie spontanée En fait la transition de phase électrofaible est un cas particulier de la brisure de symétrie provenant de la géométrie 20

21 Q-réseaux (ac + mm) Un Q-réseau dans R n est un couple (Λ, φ), où Λ est un réseau dans R n, et φ : Q n /Z n QΛ/Λ un homomorphisme de groupes abeliens. Deux Q-réseaux (Λ 1, φ 1 ) et (Λ 2, φ 2 ) sont commensurables si les réseaux le sont (i.e. QΛ 1 = QΛ 2 ) et φ 1 φ 2 mod Λ 1 + Λ 2. Système BC = espace des Q-réseaux de dimension 1 modulo changement d échelle et commensurabilité. Dimension 2 transition double 21

22 Q-Réseaux GQ? Couples de Q-réseaux commensurables Correspondance Spectrale Changement d échelle D λd Composition des couples de Q-réseaux Composition des correspondances Unités du groupoide Triplets spectraux réels γ γ 1 Correspondance contragrédiente C -algèbre de groupoide Algèbre de Hecke des fonctions de correspondances Séries d Eisenstein D Tr(D n ) Q-réseaux inversibles Variété de Shimura Triplets spectraux à dualité de Poincaré 22 Espace des modules d opérateurs D

23 Redshift Les radiations émises dans l ultraviolet (10 14 cycles par seconde) sont observées dans l infrarouge (10 12 cycles par seconde) : facteur 100 (!) 23

24 24

25 Références A. Connes, Une classification des facteurs de type III. Ann. Sci. École Norm. Sup. (4) 6 (1973), A. Connes, M. Marcolli, From physics to number theory via noncommutative geometry, Part I : Quantum statistical mechanics of Q-lattices, math.nt/ A. Connes, M. Marcolli, Noncommutative geometry, from quantum fields to motives (tentative title), book in preparation. To appear as a co-publication of the American Mathematical Society, Colloquium Publications Series, and Hindustan Book Agency, Texts and Readings in Mathematics Series. A. Connes, C. Consani, M. Marcolli, Noncommutative geometry and motives : the thermodynamics of endomotives, math.qa/ A. Connes and C. Rovelli. von Neumann algebra automorphisms and time-thermodynamics relation in generally covariant quantum theories. Classical Quantum Gravity, 11 (1994) N.12, C. Rovelli. Statistical mechanics of gravity and the thermodynamical origin of time. Classical Quantum Gravity, 10 (1993) N.8, M. Takesaki, Tomita s theory of modular Hilbert algebras and its applications. Lecture Notes in Math., 28, Springer,

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR 6628 - BP 6759 45067 ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE e-mail

Plus en détail

par Igor Klep & Markus Schweighofer

par Igor Klep & Markus Schweighofer POLYNÔMES POSITIFS NON COMMUTATIFS par Igor Klep & Markus Schweighofer Résumé. Dans [Co], Alain Connes demande si tout facteur de type II 1 se plonge dans une ultrapuissance du facteur hyperfini du type

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Résumé. On démontre que pour toute petite catégorie A, le dérivateur HOT A associé à la théorie de l homotopie des préfaisceaux

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Né le 13/06/1984 Russe Célibataire Langues : Russe, Anglais,

Né le 13/06/1984 Russe Célibataire Langues : Russe, Anglais, Alexey Zykin Université d Etat Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques Adresse : 7, Vavilova rue, Moscou, Russie Courriel : alzykin@gmail.com Page personnelle : http://www.mccme.ru/poncelet/pers/zykin.html

Plus en détail

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 )

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) Séminaire de Géométrie Algébrique du Bois-Marie Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) par P. Deligne avec la collaboration de J.F. Boutot, A. Grothendieck, L. Illusie et J.L. Verdier 1977 i Typesetters note This

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Curriculum vitae. Situation personnelle : tomasini(at)math.unistra.fr

Curriculum vitae. Situation personnelle : tomasini(at)math.unistra.fr Curriculum vitae Prénom, Nom : Date et lieu de naissance : Nationalité : Situation personnelle : Email : Guillaume TOMASINI 28 août 1982 à Metz (France) Française Pacsé tomasini(at)math.unistra.fr Situation

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES Theory and Applications of Categories, Vol. 20, No. 17, 2008, pp. 605 649. PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Abstract. We prove that, given any small category

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Une forme générale de la conjecture abc

Une forme générale de la conjecture abc Une forme générale de la conjecture abc Nicolas Billerey avec l aide de Manuel Pégourié-Gonnard 6 août 2009 Dans [Lan99a], M Langevin montre que la conjecture abc est équivalente à la conjecture suivante

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Tutorat 2 de Mathématiques (1ère année)

Tutorat 2 de Mathématiques (1ère année) Tutorat 2 de Mathématiques (ère année) 9//200 Transformée de Radon et Tomographie par Rayons X Compte-rendu à déposer svp le casier de mon bureau. N hésitez pas à me contacter en cas de difficultés majeures

Plus en détail

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction CATÉGORIES DÉRIVÉES ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE Trois exposés à la semaine «Géométrie algébrique complexe» au CIRM, Luminy, décembre 2003 1. Introduction On étudie dans un premier temps les propriétés internes

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces

GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces GUIDE D UTILISATION «MECA PRO» Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces Etude de l équilibre d un solide soumis à trois forces non parallèles Si un solide soumis à l'action de 3 forces A

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques

Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques Introduction à l algèbre pour les Codes cycliques A. Bonnecaze 2006-2007 Contents 1 Notes sur ce support de cours 2 2 Rappels algébriques 3 2.1 Groupes................................................ 3

Plus en détail

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle

Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle Annals of Mathematics, 161 (2005), 1637 1644 Une borne supérieure pour l entropie topologique d une application rationnelle By Tien-Cuong Dinh and Nessim Sibony Abstract Let be a complex projective manifold

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

Abdallah Derbal Département de Mathématiques, Ecole Normale Supérieure, Vieux Kouba - Alger - abderbal@yahoo.fr

Abdallah Derbal Département de Mathématiques, Ecole Normale Supérieure, Vieux Kouba - Alger - abderbal@yahoo.fr #A56 INTEGERS 9 009), 735-744 UNE FORME EFFECTIVE D UN THÉORÈME DE BATEMAN SUR LA FONCTION PHI D EULER Abdallah Derbal Département de Mathématiques, Ecole Normale Supérieure, Vieux Kouba - Alger - Algérie,

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924 LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE 1. Énoncé de la conjecture La conjecture de Green est une vaste

Plus en détail

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Séminaire Tripode, ENS Lyon, Juin 2008. Stefaan Vaes 1/22 Sujet de l exposé 1 Introduction aux relations d équivalence dénombrables,

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que

E3A PC 2009 Math A. questions de cours. t C). On véri e que E3A PC 29 Math A questions de cours. Soit C 2 M 3 (R) Analyse : Si C = S + A, S 2 S 3 (R) et A 2 A 3 (R) alors t C = t S + t A = S A d où S = 2 (C +t C) et A = 2 (C t C). L analyse assure l unicité (sous

Plus en détail

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Marianne Morillon 12 et 19 février 2007 Questions Etant donné un espace normé E, on note par défaut. sa norme, B E sa boule unité large: B E := {x E

Plus en détail

La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37

La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37 La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37 26. Groupes de Teichmüller profinis (Discrétification et prédiscrétification) Soit π un groupe profini à lacets de type g, ν, T le Ẑ-module

Plus en détail

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé Boletín de la Asociación Matemática Venezolana, Vol. X, No. 1 (2003) 21 Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé par D. Cerveau Ivan Pan Résumé On introduit une notion

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés

Université de Franche-Comté - UFR Sciences et Techniques - Département de Physique Master de Physique 1ère année. Mécanique Quantique Travaux Dirigés Master de Physique 1ère année Mécanique Quantique Travaux Dirigés 1 Master de Physique 1ère année - Mécanique Quantique TD 1: Systèmes quantiques de dimension finie Exercice 11- Atome à 2 niveaux dans

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

0 h(s)ds et h [t = 1 [t, [ h, t IR +. Φ L 2 (IR + ) Φ sur U par

0 h(s)ds et h [t = 1 [t, [ h, t IR +. Φ L 2 (IR + ) Φ sur U par Probabilités) Calculus on Fock space and a non-adapted quantum Itô formula Nicolas Privault Abstract - The aim of this note is to introduce a calculus on Fock space with its probabilistic interpretations,

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Espace II. Algèbres d opérateurs et Géométrie non commutative.

Espace II. Algèbres d opérateurs et Géométrie non commutative. Chapitre 2 Espace II. Algèbres d opérateurs et Géométrie non commutative. Dans le formalisme de la mécanique quantique, les observables ne sont plus des grandeurs ou fonctions numériques, que l on peut

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Exercice 1 Ecrire un programme de construction de la figure suivante. On utilisera seulement deux mesures : le rayon du cercle est 8 cm, la largeur d

Plus en détail

Assistante de recherche (Wissenschaftlicher Mitarbeiterin), Institut de Mathématiques, Université de Münster, Allemagne, Groupe du Prof. Urs Hartl.

Assistante de recherche (Wissenschaftlicher Mitarbeiterin), Institut de Mathématiques, Université de Münster, Allemagne, Groupe du Prof. Urs Hartl. Cécile Armana Équipe Algèbre et Théorie des Nombres Laboratoire de Mathématiques, UMR CNRS 6623 Université de Franche-Comté, 16 route de Gray, 25030 Besançon Cedex, France Téléphone : 03 81 66 63 35 Courriel

Plus en détail

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Préambule.................................... xv Bibliographie... xxi I L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Introduction...................................

Plus en détail

2.1 Rapport scientifique concis

2.1 Rapport scientifique concis 2.1 Rapport scientifique concis On se contentera de donner les directions générales dans lesquelles les membres du Lamav ont obtenu des résultats durant les quatre dernières années. Pour plus de détails,

Plus en détail

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh

2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh 2 Fonctions binaires 45 2.4 Représentation graphique, tableau de Karnaugh On peut définir complètement une fonction binaire en dressant son tableau de Karnaugh, table de vérité à 2 n cases pour n variables

Plus en détail

VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE

VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE VI. COMPLÉMENTS SUR LES MODULES, THÉORÈME CHINOIS, FACTEURS INVARIANTS SÉANCES DU 15, 16 ET 22 OCTOBRE 12. Compléments sur les modules 12.1. Théorème de Zorn et conséquences. Soient A un anneau commutatif

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material Quadrature n 74 (009) 10 Online Material E. Brugallé, Online Material Un peu de géométrie tropicale Solutions des exercices Erwan Brugallé Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, 175 rue du Chevaleret,

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ Pierre COLMEZ C.M.L.S., École Polytechnique, 91128 Palaiseau Cedex, France. ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ TABLE DES MATIÈRES Vocabulaire Mathématique....................................................................

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 2004 56ème année, 2003-04, n o 929. MOTIFS DE DIMENSION FINIE [d après S.-I. Kimura, P. O Sullivan,...

Séminaire BOURBAKI Mars 2004 56ème année, 2003-04, n o 929. MOTIFS DE DIMENSION FINIE [d après S.-I. Kimura, P. O Sullivan,... Séminaire BOURBAKI Mars 2004 56ème année, 2003-04, n o 929 MOTIFS DE DIMENSION FINIE [d après S.-I. Kimura, P. O Sullivan,...] par Yves ANDRÉ Table des matières 1. Introduction : les groupes de Chow sont-ils

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets».

point On obtient ainsi le ou les points d inter- entre deux objets». Déplacer un objet Cliquer sur le bouton «Déplacer». On peut ainsi rendre la figure dynamique. Attraper l objet à déplacer avec la souris. Ici, on veut déplacer le point A du triangle point ABC. A du triangle

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

THÉORIE DE HODGE ET THÉORÈME DE LEFSCHETZ «DIFFICILE»

THÉORIE DE HODGE ET THÉORÈME DE LEFSCHETZ «DIFFICILE» Claude Sabbah THÉORIE DE HODGE ET THÉORÈME DE LEFSCHETZ «DIFFICILE» NOTES DE COURS (STRASBOURG 2000, BORDEAUX 2001) Claude Sabbah UMR 7640 du CNRS, Centre de Mathématiques, École polytechnique, F 91128

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x =

AC AB. A B C x 1. x + 1. d où. Avec un calcul vu au lycée, on démontre que cette solution admet deux solutions dont une seule nous intéresse : x = LE NOMBRE D OR Présentation et calcul du nombre d or Euclide avait trouvé un moyen de partager en deu un segment selon en «etrême et moyenne raison» Soit un segment [AB]. Le partage d Euclide consiste

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Master ISI 2010-2011. Data Mining Recherche des sous-ensembles fréquents

Master ISI 2010-2011. Data Mining Recherche des sous-ensembles fréquents Master ISI 2010-2011 Data Mining Recherche des sous-ensembles fréquents Yves Lechevallier INRIA-Rocquencourt E_mail : Yves.Lechevallier@inria.fr 1 Processus Data Mining Phase A : Entrepôt de données Entrepôt

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours linéaires GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Notes de cours Département de génie électrique et de génie informatique Université Laval jean-yves.chouinard@gel.ulaval.ca 12 février 2013

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES

COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2001 COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES (Classe terminale S) Durée : 5 heures La calculatrice de poche est autorisée. La clarté et la précision de la rédaction seront prises

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

La transformée de Fourier sur un groupe fini et quelques-unes de ses applications. Elise Raphael Semestre d automne 2009-2010

La transformée de Fourier sur un groupe fini et quelques-unes de ses applications. Elise Raphael Semestre d automne 2009-2010 La transformée de Fourier sur un groupe fini et quelques-unes de ses applications Elise Raphael Semestre d automne 009-010 1 Contents 1 Transformée de Fourier sur un groupe fini 3 1.1 Dual d un groupe

Plus en détail

SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*)

SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*) PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 56 Fasc. 4 1999 SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*) J. Almeida and M. Delgado Résumé: Le théorème principal trouvé par Ash pour sa preuve

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze]

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057 PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] par Jean Marc FONTAINE INTRODUCTION Quiconque s est intéressé aux

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires Équations non linéaires Objectif : trouver les zéros de fonctions (ou systèmes) non linéaires, c-à-d les valeurs α R telles que f(α) = 0. y f(x) α 1 α 2 α 3 x Equations non lineaires p. 1/49 Exemples et

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Une minoration relative explicite pour la hauteur dans une extension d une extension abélienne

Une minoration relative explicite pour la hauteur dans une extension d une extension abélienne Une minoration relative explicite pour la hauteur dans une extension d une extension abélienne Francesco Amoroso & Emmanuel Delsinne Introduction Soit α un nombre algébrique non nul de degré D qui n est

Plus en détail

par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis

par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis LA CATÉGORIE Θ DE JOYAL EST UNE CATÉGORIE TEST par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis Résumé. Le but principal de cet article est de prouver que la catégorie cellulaire Θ de Joyal est une catégorie

Plus en détail