Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples"

Transcription

1 Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR BP ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE web : Soutenance de thèse p.1/26

2 Introduction PARTIE I : Notations - Outils PARTIE II : Définitions - Théorie générale PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.2/26

3 Introduction PARTIE I : Notations - Outils PARTIE II : Définitions - Théorie générale PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.2/26

4 Introduction PARTIE I : Notations - Outils PARTIE II : Définitions - Théorie générale PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.2/26

5 PARTIE I : Notations - Outils Soutenance de thèse p.3/26

6 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. Soutenance de thèse p.4/26

7 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. On définit les éléments bornés de α H par rapport à ν : D( α H, ν)={ξ H C, α(y)ξ C Λ ν (y), y N ν } Soutenance de thèse p.4/26

8 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. On définit les éléments bornés de α H par rapport à ν : D( α H, ν)={ξ H C, α(y)ξ C Λ ν (y), y N ν } Alors, pour tout ξ D( α H, ν), il existe un opérateur borné R α,ν (ξ) Hom N (H ν, H) tel que, pour tout n N ν, on a : R α,ν (ξ)λ ν (n) = α(n)ξ Soutenance de thèse p.4/26

9 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. On définit les éléments bornés de α H par rapport à ν : D( α H, ν)={ξ H C, α(y)ξ C Λ ν (y), y N ν } Alors, pour tout ξ D( α H, ν), il existe un opérateur borné R α,ν (ξ) Hom N (H ν, H) tel que, pour tout n N ν, on a : R α,ν (ξ)λ ν (n) = α(n)ξ On définit aussi, pour tous ξ, η D( α H, ν), l opérateur : < ξ, η > α,ν = R α,ν (η) R α,ν (ξ) π ν (N) N o Soutenance de thèse p.4/26

10 Produit tensoriel relatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N α (resp. β) une *-(resp. anti-)représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H (resp. K). Soutenance de thèse p.5/26

11 Produit tensoriel relatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N α (resp. β) une *-(resp. anti-)représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H (resp. K). On définit l espace de Hilbert K β α H comme le complété ν séparé du produit tensoriel algébrique K D( α H, ν) pour le produit scalaire : (ξ η ξ η ) = (β(< η, η > α,ν )ξ ξ ) pour tous ξ, ξ K et tous η, η D( α H, ν). Soutenance de thèse p.5/26

12 Produit tensoriel relatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N α (resp. β) une *-(resp. anti-)représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H (resp. K). On définit l espace de Hilbert K β α H comme le complété ν séparé du produit tensoriel algébrique K D( α H, ν) pour le produit scalaire : (ξ η ξ η ) = (β(< η, η > α,ν )ξ ξ ) pour tous ξ, ξ K et tous η, η D( α H, ν). On peut définir, de manière naturelle, un opérateur x β α N pour tous x β(n) et y α(n). y Soutenance de thèse p.5/26

13 Produit fibré Si β(n) M 1 L(K) et α(n) M 2 L(H), on définit le produit fibré des algèbres de von Neumann M 1 par M 2 au-dessus de N par : M 1 β α N M 2 = (M 1 β α N M 2) L(K β α ν H) Si (P 1, β ) et (P 2, α ) satisfont des relations analogues et si Φ 1 et Φ 2 sont des *-homorphismes normaux tels que : Φ 1 : (M 1 ) β (P 1 ) β et Φ 2 : α (M 2 ) α (P 2 ) alors on peut définir un *-homomorphisme normal : Φ 1 β α N Φ 2 : M 1 β α N M 2 P 1 β α N P 2 Soutenance de thèse p.6/26

14 Unitaire pseudo-multiplicatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α (resp. β, ˆβ) une *-(resp. anti-) représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H. On suppose que α, β, ˆβ commutent 2 à 2. Soutenance de thèse p.7/26

15 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν H H α β ν o H tel que : Soutenance de thèse p.7/26

16 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν W est un unitaire ; H H α β ν o H tel que : Soutenance de thèse p.7/26

17 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν W est un unitaire ; H H α β ν o H tel que : W vérifie, pour tous n, n N, les relations de commutations suivantes : ( ˆβ(n) α β N o (β(n) α β N o α(n ))W = W (α(n ) ˆβ α N ˆβ(n ))W = W (β(n) ˆβ α N β(n)) ; ˆβ(n )) ; Soutenance de thèse p.7/26

18 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν W est un unitaire ; H H α β ν o H tel que : W vérifie, pour tous n, n N, les relations de commutations suivantes : ( ˆβ(n) α β N o (β(n) α β N o α(n ))W = W (α(n ) ˆβ α N ˆβ(n ))W = W (β(n) ˆβ α N β(n)) ; ˆβ(n )) ; Relation pentagonale : W 12 W 13 W 23 = W 23 W 12 Soutenance de thèse p.7/26

19 Bimodule de Hopf N, M désignent des algèbres de von Neumann, α une *-représentation non dégénérée et normale de N dans M, β une *-antireprésentation non dégénérée, normale de N dans M. On suppose que α et β commutent 2 à 2. On désigne par bimodule de Hopf tout quintuplet (N, M, α, β, Γ) où Γ désigne un *-homomorphisme de M dans M β α N normal tel que, pour tout n N, on a : M injectif et Γ(α(n)) = α(n) β α N 1 et Γ(β(n)) = 1 β α N β(n) ; Γ satisfait la relation (Γ β α N id) Γ = (id β α N Γ) Γ. Soutenance de thèse p.8/26

20 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Soutenance de thèse p.9/26

21 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Un POP nsf T L de M + dans α(n) + est invariant à gauche si : (id β α N T L )Γ(x) = T L (x) β α N 1 pour tout x M + T L Soutenance de thèse p.9/26

22 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Un POP nsf T L de M + dans α(n) + est invariant à gauche si : (id β α N T L )Γ(x) = T L (x) β α N 1 pour tout x M + T L Un *-anti-automorphisme R de M est une coinvolution si : R 2 = id, R α = β et ς N o (R β α N R) Γ = Γ R Soutenance de thèse p.9/26

23 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Un POP nsf T L de M + dans α(n) + est invariant à gauche si : (id β α N T L )Γ(x) = T L (x) β α N 1 pour tout x M + T L Un *-anti-automorphisme R de M est une coinvolution si : R 2 = id, R α = β et ς N o (R β α N R) Γ = Γ R REMARQUE Si T L est un POP nsf invariant à gauche et si R et une coinvolution de M, alors R T L R est un POP nsf invariant à droite. Soutenance de thèse p.9/26

24 PARTIE II : Définitions - Théorie générale Soutenance de thèse p.10/26

25 Unitaire fondamental (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf, T L (resp. T R ) un POP nsf sur N invariant à gauche (resp. droite), H un espace de Hilbert sur lequel M agit, µ un poids nsf sur N. On note Φ = µ α 1 T L et ˆβ(n) = J Φ α(n )J Φ pour tout n N. Soutenance de thèse p.11/26

26 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o Soutenance de thèse p.11/26

27 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o Soutenance de thèse p.11/26

28 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o Soutenance de thèse p.11/26

29 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o W = U H Φ est un unitaire pseudomultiplicatif au-dessus de N pour α, ˆβ, β unitaire fondamental Soutenance de thèse p.11/26

30 Groupoïde quantique mesuré (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf, T L (resp. T R ) un POP nsf sur N invariant à gauche (resp. droite). T L est β-adapté s il existe un poids ν L nsf sur N tel que : σ T L t (β(n)) = β(σ ν L t (n))pour tous n N et t R T R est α-adapté s il existe un poids ν R nsf sur N tel que : σ T R t (α(n)) = α(σ ν R t (n))pour tous n N et t R Soutenance de thèse p.12/26

31 Groupoïde quantique mesuré (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf, T L (resp. T R ) un POP nsf sur N invariant à gauche (resp. droite). T L est β-adapté s il existe un poids ν L nsf sur N tel que : σ T L t (β(n)) = β(σ ν L t (n))pour tous n N et t R T R est α-adapté s il existe un poids ν R nsf sur N tel que : σ T R t (α(n)) = α(σ ν R t (n))pour tous n N et t R Soutenance de thèse p.12/26

32 Groupoïde quantique mesuré On appelle groupoïde quantique mesuré tout bimodule de Hopf (N, M, α, β, Γ) muni de : T L (resp. T R ) POP nsf invariant à gauche (resp. droite) ; ν poids nsf sur N qui rend T L β-adapté et T R α-adapté. On note (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) ν : poids quasi-invariant Soutenance de thèse p.12/26

33 Groupoïde quantique mesuré On appelle groupoïde quantique mesuré tout bimodule de Hopf (N, M, α, β, Γ) muni de : T L (resp. T R ) POP nsf invariant à gauche (resp. droite) ; ν poids nsf sur N qui rend T L β-adapté et T R α-adapté. On note (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) ν : poids quasi-invariant REMARQUE Si T L est β-adapté par rapport à ν et R est une coinvolution alors R T L R est α-adapté par rapport à ν Soutenance de thèse p.12/26

34 Antipode (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental associé. On note Φ = ν α 1 T L. Soutenance de thèse p.13/26

35 Antipode (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W : unitaire fondamental associé. On note Φ = ν α 1 T L. La fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (id ω v,w )(W ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) ˆβ, ν o ) est égale à M. Soutenance de thèse p.13/26

36 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : pour tous v, w D( α H Φ, ν) D((H Φ ) ˆβ, ν o ), l élément (id ω v,w )(W ) D(S) et on a : S((id ω v,w )(W )) = (id ω v,w )(W ) Soutenance de thèse p.13/26

37 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : pour tous v, w D( α H Φ, ν) D((H Φ ) ˆβ, ν o ), l élément (id ω v,w )(W ) D(S) et on a : S((id ω v,w )(W )) = (id ω v,w )(W ) S(x) D(S) et S(S(x) ) = x pour tout x D(S) ; Soutenance de thèse p.13/26

38 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : S = R τ i/2 est une décomposition polaire où τ est un groupe à un paramètre d automorphismes qui vérifie : τ t α = α σ ν t et τ t β = β σ ν t ; Γ τ t = (τ t β α N τ t ) Γ et R est une coinvolution qui commute avec τ ; Soutenance de thèse p.13/26

39 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : S = R τ i/2 est une décomposition polaire où τ est un groupe à un paramètre d automorphismes qui vérifie : τ t α = α σ ν t et τ t β = β σ ν t ; Γ τ t = (τ t β α N τ t ) Γ et R est une coinvolution qui commute avec τ ; S, R et τ sont indépendants de T L et T R. R : antipode unitaire et τ : groupe d échelle Soutenance de thèse p.13/26

40 Module et opérateur d échelle (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, R est l antipode unitaire associée. Soutenance de thèse p.14/26

41 Module et opérateur d échelle (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, R est l antipode unitaire associée. (N, M, α, β, Γ, ν, T L, R T L R) est un groupoïde quantique mesuré. On note Φ = ν α 1 T L. Soutenance de thèse p.14/26

42 Module et opérateur d échelle (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, R est l antipode unitaire associée. (N, M, α, β, Γ, ν, T L, R T L R) est un groupoïde quantique mesuré. On note Φ = ν α 1 T L. Il existe δ strictement positif affilié à M α(n) β(n) et λ strictement positif affilié à Z(M) α(n) β(n) tels que : [DΦ R : DΦ] t = λ it2 2 δ it pour tout t R δ : module et λ : opérateur d échelle Soutenance de thèse p.14/26

43 Module et opérateur d échelle Pour tous s, t R, on a : [DΦ τ s : DΦ] t = λ ist [DΦ R τ s : DΦ R] t = λ ist [DΦ σ Φ R s [DΦ R σ Φ s : DΦ] t = λ ist : DΦ R] t = λ ist Soutenance de thèse p.14/26

44 Module et opérateur d échelle Pour tous s, t R, on a : [DΦ τ s : DΦ] t = λ ist [DΦ R τ s : DΦ R] t = λ ist [DΦ σ Φ R s [DΦ R σ Φ s : DΦ] t = λ ist : DΦ R] t = λ ist R(λ) = λ, R(δ) = δ 1, τ t (δ) = δ et τ t (λ) = λ ; Soutenance de thèse p.14/26

45 Module et opérateur d échelle Pour tous s, t R, on a : [DΦ τ s : DΦ] t = λ ist [DΦ R τ s : DΦ R] t = λ ist [DΦ σ Φ R s [DΦ R σ Φ s : DΦ] t = λ ist : DΦ R] t = λ ist R(λ) = λ, R(δ) = δ 1, τ t (δ) = δ et τ t (λ) = λ ; δ est un cocaractère i.e Γ(δ) = δ β α N δ. Soutenance de thèse p.14/26

46 Unicité (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, On note Φ = µ α 1 T L. THÉORÈME Soit T L un POP nsf de M vers α(n) invariant à gauche et β-adapté par rapport à ν. Alors, il existe p strictement positif affilié à Z(N) tel que : [D T L : DT L ] t = β(p) it pour tout t R Soutenance de thèse p.15/26

47 Unicité THÉORÈME Si (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré et s il existe h et k strictement positifs, affiliés à N et commutants fortement tels que : [Dν : Dν] t = k it2 2 h it pour tout t R Alors les objets fondamentaux sont donnés, pour tout t R, par : R = R, τ t = Ad α([dν :Dν] t )β([dν :Dν] t ) τ t, λ = λ et δ = δ où δ désigne la classe d équivalence de δ pour la relation δ 1 δ 2 si, et seulement s il existe z strictement positif affilié à Z(N) tel que δ it 2 = β(z) it δ it 1 α(z) it. Soutenance de thèse p.15/26

48 Structure duale (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental et R l antipode unitaire associés. On note Φ = ν α 1 T L. Soutenance de thèse p.16/26

49 Structure duale (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental et R l antipode unitaire associés. On note Φ = ν α 1 T L. Hypothèse supplémentaire de densité : D(H β, ν o ) J Φ Λ Φ (N Φ N TL ) est dense dans H Soutenance de thèse p.16/26

50 Structure duale (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental et R l antipode unitaire associés. On note Φ = ν α 1 T L. Hypothèse supplémentaire de densité : D(H β, ν o ) J Φ Λ Φ (N Φ N TL ) est dense dans H REMARQUE Cette hypothèse est vérifiée dans le cas où la base est semifinie. Soutenance de thèse p.16/26

51 Structure duale la base = N ; Soutenance de thèse p.16/26

52 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; Soutenance de thèse p.16/26

53 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; Soutenance de thèse p.16/26

54 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; ˆΓ(x) = σ ν ow (x β α N 1)W σ ν pour tout x ˆM ; Soutenance de thèse p.16/26

55 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; ˆΓ(x) = σ ν ow (x β α N 1)W σ ν pour tout x ˆM ; ˆR(x) = J Φ x J Φ pour tout x ˆM ; Soutenance de thèse p.16/26

56 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; ˆΓ(x) = σ ν ow (x β α N 1)W σ ν pour tout x ˆM ; ˆR(x) = J Φ x J Φ pour tout x ˆM ; il existe T L POP nsf de ˆM vers α(n) invariant à gauche et ˆβ-anti-adapté par rapport à ν dans le sens suivant : Soutenance de thèse p.16/26

57 Structure duale DÉFINITION On dit qu un POP nsf T L de ˆM vers α(n) est ˆβ-anti-adapté s il existe ν poids nsf sur N tel que : σ T L t ( ˆβ(n)) = ˆβ(σ ν t (n)) pour tous n N et t R Soutenance de thèse p.16/26

58 Structure duale DÉFINITION On dit qu un POP nsf T L de ˆM vers α(n) est ˆβ-anti-adapté s il existe ν poids nsf sur N tel que : σ T L t ( ˆβ(n)) = ˆβ(σ ν t (n)) pour tous n N et t R THÉORÈME La structure duale est un groupoïde quantique mesuré si, et seulement si la base est semifinie. Dans ce cas, le groupoïde quantique mesuré et la structure biduale coïncident. Soutenance de thèse p.16/26

59 PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.17/26

60 Groupoïdes (G, G 0, s, r) désigne un groupoïde localement compact et σ-compact. On suppose que : G est muni d un système de Haar {λ u, u G 0 }, G 0 est muni d une mesure quasi-invariante ν. On note µ = ν λ et L la représentation régulière gauche. Soutenance de thèse p.18/26

61 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Soutenance de thèse p.18/26

62 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; Soutenance de thèse p.18/26

63 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; j G f(x) = f(x 1 ) ; Soutenance de thèse p.18/26

64 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; j G f(x) = f(x 1 ) ; P G f(y) = f(x) G dλr(y) (x) Soutenance de thèse p.18/26

65 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; j G f(x) = f(x 1 ) ; P G f(y) = f(x) G dλr(y) (x) (L (G 0, ν), L (G, µ), α, β, Γ G, ν, P G, j G P G j G ) groupoïde quantique mesuré commutatif Soutenance de thèse p.18/26

66 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Soutenance de thèse p.18/26

67 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G (L(g))ξ(x, y) = G g(s)ξ(s 1 x, s 1 y) dλ r(x) (s) ; Soutenance de thèse p.18/26

68 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G (L(g))ξ(x, y) = G g(s)ξ(s 1 x, s 1 y) dλ r(x) (s) ; P G (L(f)) = α(f G 0) Soutenance de thèse p.18/26

69 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G (L(g))ξ(x, y) = G g(s)ξ(s 1 x, s 1 y) dλ r(x) (s) ; P G (L(f)) = α(f G 0) (L (G 0, ν), L(G), α, α, Γ G, ν, P G, P G ) groupoïde quantique mesuré symétrique Soutenance de thèse p.18/26

70 Groupes quantiques THÉORÈME Les groupoïdes quantiques mesurés dont la base N est égale à C sont exactement les groupes quantiques localement compacts (dans le cadre des algèbres de von Neumann) introduits par J. Kustermans et S. Vaes. La dualité obtenue dans ce travail généralise la dualité des groupes quantiques. Soutenance de thèse p.19/26

71 Dimension finie (M, Γ, κ, ε) désigne une C*-algèbre de Hopf faible, h la mesure de Haar et ε t l application but, Eh s et Et h les esp. cond. de Haar source et but. On note N = ε t (M) la sous algèbre de Cartan but. Soutenance de thèse p.20/26

72 Dimension finie (M, Γ, κ, ε) désigne une C*-algèbre de Hopf faible, h la mesure de Haar et ε t l application but, Eh s et Et h les esp. cond. de Haar source et but. On note N = ε t (M) la sous algèbre de Cartan but. On suppose que κ 2 N = id. Soutenance de thèse p.20/26

73 Dimension finie (N, M, id N, κ N, Γ, h α, Eh t, Es h ) est un groupoïde quantique mesuré. Soutenance de thèse p.20/26

74 Dimension finie (N, M, id N, κ N, Γ, h α, Eh t, Es h ) est un groupoïde quantique mesuré. Réciproquement, tout groupoïde quantique mesuré de dimension finie est une C*-algèbre de Hopf faible. On utilise la théorie des isométries partielles multiplicatives de J.M Vallin. Soutenance de thèse p.20/26

75 Cas compact W est un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ de type compact et faiblement régulier, ν la forme canonique et ξ un vecteur fixe et binormalisé. Soutenance de thèse p.21/26

76 Cas compact W est un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ de type compact et faiblement régulier, ν la forme canonique et ξ un vecteur fixe et binormalisé. On désigne par : A l algèbre de von Neumann engendré par la jambe droite de W ; Γ(x) = σ ν ow (x α β ν o 1)W σ ν pour tout x A ; E = (ω ξ β α ν id) Γ et F = (id β α ν ω ξ ) Γ. Soutenance de thèse p.21/26

77 Cas compact (N, A, α, β, Γ, ν, E, F ) est un groupoïde quantique mesuré. F = R E R, λ = δ = 1, Ŵ : unitaire fondamental associé. Soutenance de thèse p.21/26

78 Cas compact (N, A, α, β, Γ, ν, E, F ) est un groupoïde quantique mesuré. F = R E R, λ = δ = 1, Ŵ : unitaire fondamental associé. Réciproquement, si (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) est un groupoïde quantique mesuré, tel que T L est une espérance conditionnelle, alors : ν état normal et fidèle sur N tel que σ ν = σ ν l unitaire fondamental est de type discret. Soutenance de thèse p.21/26

79 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. Soutenance de thèse p.22/26

80 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. M 0 M 1 M 2... est la tour de Jones associée qui est munie canoniquement de POP nsf T i de M i vers M i 1 pour tout i 1. Soutenance de thèse p.22/26

81 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. M 0 M 1 M 2... est la tour de Jones associée qui est munie canoniquement de POP nsf T i de M i vers M i 1 pour tout i 1. On suppose que : T 2 M 0 M 2 et T 3 M 1 M 3 sont semifinis, M 0, M 1 et M 0 M 1 sont semifinies. Soutenance de thèse p.22/26

82 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. M 0 M 1 M 2... est la tour de Jones associée qui est munie canoniquement de POP nsf T i de M i vers M i 1 pour tout i 1. On suppose que : T 2 M 0 M 2 et T 3 M 1 M 3 sont semifinis, M 0, M 1 et M 0 M 1 sont semifinies. On peut munir alors M 0 M 2 et M 1 M 3 de structures de groupoïdes quantiques mesurés en dualité dont la base est M 0 M 1. Soutenance de thèse p.22/26

83 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, Soutenance de thèse p.23/26

84 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, Soutenance de thèse p.23/26

85 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β α Z(M) M qui à x associe 1 β α Z(M) x, Soutenance de thèse p.23/26

86 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) 1, Soutenance de thèse p.23/26

87 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) τ une trace nsf sur Z(M), M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) 1, Soutenance de thèse p.23/26

88 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) τ une trace nsf sur Z(M), M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) T un POP nsf de M vers Z(M) tel que ν = τ T, 1, Soutenance de thèse p.23/26

89 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) τ une trace nsf sur Z(M), M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) T un POP nsf de M vers Z(M) tel que ν = τ T, T R = id β α Z(M) T et R = ς Z(M) (j β α Z(M) j) 1, Soutenance de thèse p.23/26

90 GQM espace (M, M β α Z(M) M, α, β, id, ν, R T R R, T R ) est un groupoïde quantique mesuré. R : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, β α Z(M) λ = δ = 1 Soutenance de thèse p.23/26

91 GQM espace (M, M β α Z(M) M, α, β, id, ν, R T R R, T R ) est un groupoïde quantique mesuré. R : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, β α Z(M) λ = δ = 1 (M, Z(M), id, j, id, ν, j T 1 j, T 1 ) désigne l objet dual. Soutenance de thèse p.23/26

92 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, Soutenance de thèse p.24/26

93 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) Soutenance de thèse p.24/26

94 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) j : M M qui à x associe J ν x J ν, Soutenance de thèse p.24/26

95 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M M qui à x associe 1 x, Soutenance de thèse p.24/26

96 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M M qui à x associe 1 x, β : M M M qui à x associe j(x) 1 Soutenance de thèse p.24/26

97 GQM des paires (M, M M, α, β, id, ν, ν id, id ν) est un groupoïde quantique mesuré. R = ς (j j) : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, λ = δ = 1 Soutenance de thèse p.24/26

98 GQM des paires (M, M M, α, β, id, ν, ν id, id ν) est un groupoïde quantique mesuré. R = ς (j j) : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, λ = δ = 1 (M, L(H), id, j, id, ν, j ν 1 j, ν 1 ) désigne l objet dual. Soutenance de thèse p.24/26

99 Opérations ((N i, M i, α i, β i, Γ i, ν i, T i L, T i R )) i I désigne une famille de groupoïdes quantiques mesurés. ( i I N i, i I M i, i I α i, i I β i,......, i I Γ i, i I ν i, i I T i L, i I T i R) devient un groupoïde quantique mesuré. une somme de groupes quantiques localement compacts, avec différents scalaires d échelle, produit un groupoïde quantique mesuré avec un opérateur d échelle non scalaire. Soutenance de thèse p.25/26

100 Opérations Pour i = 1, 2, (N i, M i, α i, β i, Γ i, ν i, T i L, T i R ) désignent des groupoïdes quantiques mesurés. (N 1 N 2, M 1 M 2, α 1 α 2, β 1 β 2,......, Γ 1 Γ 2, ν 1 ν 2, T 1 L T 2 L, T 1 R T 2 R ) devient un groupoïde quantique mesuré. Soutenance de thèse p.25/26

101 Opérations Pour i = 1, 2, (N i, M i, α i, β i, Γ i, ν i, T i L, T i R ) désignent des groupoïdes quantiques mesurés. (N 1 N 2, M 1 M 2, α 1 α 2, β 1 β 2,......, Γ 1 Γ 2, ν 1 ν 2, T 1 L T 2 L, T 1 R T 2 R ) devient un groupoïde quantique mesuré. Intégrale directe de groupoïdes quantiques mesurés. Soutenance de thèse p.25/26

102 Références G. Böhm, F. Nill & K. Szlachányi : Weak Hopf algebras I. Integral theory and C*-structure, J. Algebra, 221 (1999), ; S. Baaj & G. Skandalis : Unitaires multiplicatifs et dualité pour les produits croisés de C*-algèbres, Ann. Sci. ENS, 26 (1993), ; A. Connes : Non Commutative Geometry, Academic Press, 1994 ; M. Enock : Inclusions of von Neumann algebras and quantum groupoïds II, J. Funct. Analysis, 178 (2000), ; M. Enock : Quantum groupoids of compact type, à paraître au Journal de l Institut de Mathématiques de Jussieu ; M. Enock & J.M. Vallin : Inclusions of von Neumann algebras and quantum groupoids, J. Funct. Analysis, 172 (2000), ; J. Kustermans & S.Vaes : Locally compact quantum groups, Ann. Scient. Ec. Norm. Sup., 33(6) (2000), ; J. Kustermans & S.Vaes : Locally compact quantum groups in the von Neumann algebraic setting,math. Scandinava, 92(1)(2003), ; D. Nikshych & L. Vainerman : Algebraic versions of a finite dimensional quantum groupoid, Lecture Notes in Pure and Appl. Math., 209 (2000), ; J.M Vallin : Bimodules de Hopf et Poids opératoriels de Haar, J. Operator theory, 35 (1996), ; J.M Vallin : Unitaire pseudo-multiplicatif associé à un groupoïde, applications à la moyennabilité, J. Operator theory 44 (2000), ; J.M Vallin : Groupoïdes quantiques finis, J. Alg. 239 (2001), ; J.M Vallin : Multiplicative partial isometries ans finite quantum groupoids, Proceedings of the Meeting of Theorical Physicists and Mathematicians, Strasbourg, 2002, IRMA Lectures in Mathematics and Theorical Physics (2) Soutenance de thèse p.26/26

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

1 Formalisme de la Mécanique Quantique

1 Formalisme de la Mécanique Quantique Théorie Spectrale et Mécanique Quantique Christian Gérard Département de Mathématiques, Bât. 425 UMR 8628 du CNRS Université de Paris-Sud F-91405 Orsay Cédex FRANCE email : Christian.Gerard@math.u-psud.fr

Plus en détail

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques

Espaces vectoriels. Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires. 2MA01-Licence de Mathématiques Université d Orléans Année 2009-2010 Espaces vectoriels et applications linéaires 2MA01-Licence de Mathématiques Espaces vectoriels Exercice 1 Soit E un espace vectoriel. Pour x, y E et λ, µ K, montrer

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire

Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Formulaire de maths Algèbre linéaire et multilinéaire Nom Formule Espaces vectoriels Famille libre On dit que la famille est libre si Famille liée On dit que la famille est liée si Théorème de la base

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Temps et thermodynamique quantique

Temps et thermodynamique quantique Temps et thermodynamique quantique Journée Ludwig Boltzmann 1 Ensemble Canonique Distribution de Maxwell-Boltzmann, Ensemble canonique ϕ(a) = Z 1 tr(a e β H ) Z = tr(e β H ) 2 La condition KMS ϕ(x x) 0

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie

133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie 133: endomorphismes remarquables d'un espace vectoriel euclidien de dimension nie Pierre Lissy March 8, 2010 On considère un espace vectoriel euclidien de dimension nie n, le produit scalaire sera noté

Plus en détail

Table des matières. Applications linéaires.

Table des matières. Applications linéaires. Table des matières Introduction...2 I- s et exemples...3 1-...3 2- Exemples...4 II- Noyaux et images...5 1- Rappels : images directes et images réciproques...5 a- s...5 b- Quelques exemples...5 2- Ker

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que

Champs d hyperplans. En particulier son rang en un point p, qui est le double du plus grand entier k tel que Champs d hyperplans Un champ d hyperplans coorientable (resp. coorienté) sur une variété V m est le noyau ξ d une 1-forme différentielle non singulière α bien définie à multiplication près par une fonction

Plus en détail

Introduction au domaine de recherche

Introduction au domaine de recherche Introduction au domaine de recherche La conjecture de Guillemin-Sternberg sur la quantification géométrique et la réduction symplectique : un schéma de preuve Martin Puchol Paris, le 20 octobre 2011 TABLE

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES MASTER (MATHÉMATIQUES PURES) ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS COURS et EXERCICES Emmanuel Fricain - 2009-2010 - 2 Table des matières 1 Opérateurs bornés... 7 1.1 Adjoint d une application

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Séminaire Tripode, ENS Lyon, Juin 2008. Stefaan Vaes 1/22 Sujet de l exposé 1 Introduction aux relations d équivalence dénombrables,

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Des outils en géométrie affine euclidienne

Des outils en géométrie affine euclidienne Des outils en géométrie affine euclidienne en cours de rédaction Réalisé dans le cadre du Campus numérique EscaleS: www.u-escales.org avec le soutien de l UFR Sciences de l UNSA B. Rousselet en cours de

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

C) Fiche : Espaces vectoriels.

C) Fiche : Espaces vectoriels. C) Fiche : Espaces vectoriels. 1) Définition d'un espace vectoriel. K= I ou est le corps des scalaires. E est un K-espace I vectoriel si et seulement si : C'est un ensemble non vide muni de deux opérations,

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Vandana BHANDARI Marc-Olivier CZARNECKI P R E P AMA TH Collection dirigée par Éric MAURETTE Sommaire Algèbre Notionsdebase... 1,2 Arithmétique...

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations. janvier 2010

Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations. janvier 2010 Arbres binaires, arbres non-croisés, quadrangulations Frédéric Chapoton janvier 2010 Plan 1 Les arbres binaires 2 Les arbres non-croisés 3 La relation entre les deux 4 Dualité et rotation 5 Les intervalles

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

1.3 Produit matriciel

1.3 Produit matriciel MATRICES Dans tout ce chapitre, K désigne les corps R ou C, p et n des entiers naturels non nuls 1 Matrices à coefficients dans K 11 Définition Définition 11 Matrice On appelle matrice à coefficients dans

Plus en détail

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4

Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Université Paris I, Panthéon - Sorbonne Licence M.A.S.S. 203-204 Feuilles de TD du cours d Algèbre S4 Jean-Marc Bardet (Université Paris, SAMM) Email: bardet@univ-paris.fr Page oueb: http://samm.univ-paris.fr/-jean-marc-bardet-

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Exercices - Réduction des endomorphismes : énoncé. Réduction pratique de matrices

Exercices - Réduction des endomorphismes : énoncé. Réduction pratique de matrices Réduction pratique de matrices Exercice 1 - Diagonalisation - 1 - L1/L2/Math Spé - Diagonaliser les matrices suivantes : 0 2 1 A = 3 2 0 B = 2 2 1 0 3 2 2 5 2 2 3 0 On donnera aussi la matrice de passage

Plus en détail

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann

Mathématiques MPSI. Pierron Théo. ENS Ker Lann Mathématiques MPSI Pierron Théo ENS Ker Lann 2 Table des matières I Algèbre 1 1 Ensembles 3 1.1 Vocabulaire général........................ 3 1.2 Opérations sur les parties d un ensemble............ 4

Plus en détail

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix.

CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE. Les candidats traiteront l'un des trois sujets au choix. ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DE STATISTIQUE ET D'ECONOMIE APPLIQUEE ABIDJAN 1 AVRIL 21 CONCOURS D'ELEVE INGENIEUR STATISTICIEN ECONOMISTE OPTIONS MATHEMATIQUES ET ECONOMIE EPREUVE D'ORDRE GENERAL DUREE :

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT

Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Compacité faible et Axiome du Choix Séminaire ERMIT Marianne Morillon 12 et 19 février 2007 Questions Etant donné un espace normé E, on note par défaut. sa norme, B E sa boule unité large: B E := {x E

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Une caractérisation des lois de Wishart en dimension finie ou infinie

Une caractérisation des lois de Wishart en dimension finie ou infinie Une caractérisation des lois de Wishart en dimension finie ou infinie Gabriel Fraisse et Sylvie Viguier-Pla Université de Perpignan, IUT, Domaine d Auriac, Carcassonne Laboratoire de Statistique et Probabilités,

Plus en détail

1 Diagonalisation des endomorphismes auto-adjoints, en dimension finie

1 Diagonalisation des endomorphismes auto-adjoints, en dimension finie Annette Paugam Diagonalisation des auto-adjoints Applications aux formes quadratiques : Directions principales Applications en Géométrie, en Statistique et en Mécanique Les paragraphes, 2, 3 donnent un

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr Géométrie Cours de Licence Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1 Version du 19 janvier 2004 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr 2 Table des matières Table des matières 4 Introduction 5 1 Rappels d algébre

Plus en détail

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr

Exo7. Formes quadratiques. Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Exo Formes quadratiques Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2 Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année Ionel Sorin CIUPERCA Le but de ce cours est d introduire un outil très utilisé dans la modélisation mathématique

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Statistiques et probabilités : Loi Normale. Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE

Statistiques et probabilités : Loi Normale. Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE Statistiques et probabilités : Loi Normale Les I.P.R. et Formateurs de l Académie de LILLE Bulletin officiel spécial 8 du 13 octobre 2011 Cadre général : loi à densité Définition Une fonction f définie

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Physique quantique et physique statistique

Physique quantique et physique statistique Physique quantique et physique statistique 7 blocs 11 blocs Manuel Joffre Jean-Philippe Bouchaud, Gilles Montambaux et Rémi Monasson nist.gov Crédits : J. Bobroff, F. Bouquet, J. Quilliam www.orolia.com

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples

208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples 208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples On se xe un corps K = R ou C. Tous les espaces vectoriels considérés auront K comme corps de base. 1 Généralités Remarque. Tout

Plus en détail

par Igor Klep & Markus Schweighofer

par Igor Klep & Markus Schweighofer POLYNÔMES POSITIFS NON COMMUTATIFS par Igor Klep & Markus Schweighofer Résumé. Dans [Co], Alain Connes demande si tout facteur de type II 1 se plonge dans une ultrapuissance du facteur hyperfini du type

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Plan du module. Licence 2 Informatique 2005/2006. 1ère partie - Systèmes relationnels. 2ème partie - Algèbre. 3ème partie - Séries

Plan du module. Licence 2 Informatique 2005/2006. 1ère partie - Systèmes relationnels. 2ème partie - Algèbre. 3ème partie - Séries Informatique 20h cours/30h théorique TD 2 Informatique Systèmes -Informatiquethéorique 2 relationnels 2005/2006 Informatique -Informatiquethéorique Relations 22005/2006 n-aires 2 Informatique 2005/2006

Plus en détail

Extraits des newsgroups sur le produit tensoriel (compilation de janvier 2002 issue d une recherche Google sur produit tensoriel )

Extraits des newsgroups sur le produit tensoriel (compilation de janvier 2002 issue d une recherche Google sur produit tensoriel ) Extraits des newsgroups sur le produit tensoriel (compilation de janvier 2002 issue d une recherche Google sur produit tensoriel ) De: Christian Ohn (widor@st-sulpice.org) le 22 jan 1999 Soient V et W

Plus en détail