C algèbre d un certain groupe de Lie nilpotent.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C algèbre d un certain groupe de Lie nilpotent."

Transcription

1 Université Paul Verlaine - METZ LMAM 6 décembre 2011

2 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion.

3 G un groupe de Lie, Ĝ l ensemble des classes d équivalence de représentations unitaires irréductibles. (π, H π ) une représentation unitaire irréductible de G sur l espace de Hilbert H π. Soit F L 1 (G), on lui associe sa transformée de Fourier en π définie par l opérateur π(f ) := F (g)π(g)dg, G cette représentation de L 1 (G), appelée représentation intégrée est définie sur H π. Elle vérifie : π(f ) op := sup π(f )ξ Hπ F 1, ξ Hπ 1

4 et π(f ) = π(f ) où F (x) = G (x 1 )F (x 1 ) pour tout x G, avec G la fonction module de G qui est définie par la relation F (gx 1 )dg = G (x) F (g)dg, pour tout x G. G G On réalise sur L 1 (G) la norme. C Définition définie par F C := sup π(f ) op. π G b La C algèbre de G notée C (G) est définie comme le complété de L 1 (G) pour la norme. C. Le dual unitaire de C (G) est en bijection avec Ĝ. C algèbre d un certain groupe de Lie nilpotent.

5 Nous notons par l (Ĉ (G)) = l (Ĝ) l algèbre de tous les champs d opérateurs bornés définie par : l (Ĝ) := {A = (A(π) B(H π)) π G b, A := sup A(π) op < }. π La transformée de Fourier F est définie par F(a) := â := (π(a)) π b G pour a C (G). Le problème maintenant est de reconnaître l algèbre F(C (G)) comme une sous-algèbre de l (Ĝ). Soit (π k ) k Ĝ une suite proprement convergente, alors lim k π k (a) op = sup σ(a) op σ L(π k ) pour a C (G).

6 Par suite pour tout champ d opérateur A F(C (G)) on a lim k A(π k ) op = sup A(σ) op. σ L(π k ) On cherche un espace D (G) consistant de tous champs d opérateurs dans l (Ĝ) qui satisfont certains conditions tel que D (G) C (G), alors le seul représentation irréductible de D (G) doit être de la forme δ π (A) = A(π) pour A D (G), (π Ĝ).

7 On considère maintenant l algèbre de Lie g = vect{a, B, H, U, V, Z} munie de crochets de Lie [A, B] = H, [A, H] = U, [A, V ] = Z, [B, H] = V, [B, U] = Z, (1) Notons par G = exp(g) son groupe de Lie muni de la loi de groupe suivante : (a, X ) (a, X ) = (a + a, b + b, h + h a b, u + u a h + a 2 b 2, v + v + bh 2 b h 2 + a b b 2, z + z a v + bu 2 b u 2 + a b h a 2 b b ), 2 4 avec (a, X ), (a, X ) G. (2)

8 L action adjoint de G Ad(exp(a, X ) 1 )(a, X ) := log(exp(a, X ) 1 exp(a, X ) exp(a, X )) = (a, b, h ab + a b, u ah + a h aa b 2 + a2 b 2, v bh +b h a b ab b 2, z av + a v bu + b u + abh ab h 2 a bh 2 + aa b 2 3 a2 bb ). (3) 3

9 Alors pour l = (α, β, ρ, µ, γ, λ) g l orbite co-adjointe est O l = {(α + bρ + hµ µ ab 2 γ b2 2 + λv λbh 2 + λab2 3, β ρa + γh γ ab 2 + µa2 2 + λu λah 2 + b λa2, ρ µa γb 3 + λab, µ λb, γ λa, λ), (a, b, h, u, v, z) R 6 }. (4)

10 1 er Cas générique : si λ 0, d après (4) on a α = β = µ = γ = 0, soit l ρ,λ = (0, 0, ρ, 0, 0, λ) alors nous obtenons, O lρ,λ = {(a, b, ρλ + uv, u, v, λ), (a, b, u, v) R 4 }. (5) λ 2 eme Cas : si λ = 0, µ 0 ou γ 0 soit l α,µ,γ = (α, 0, 0, µ, γ, 0), alors d après (4) nous obtenons, O lα,µ,γ = {( ou bien O lα,µ,γ = {(a, 2αγ + 2µb h2, b, h, µ, γ, 0), b, h R }, (6) 2γ 2γa 2αγ + h2 2µ, h, µ, γ, 0) a, h R}. (7)

11 3 eme Cas : si λ = 0, γ = 0, µ = 0 et ρ 0, soit l ρ = (0, 0, ρ, 0, 0, 0), alors O lρ = {(a, b, ρ, 0, 0, 0) a, b R}, 4 eme Cas caractère si λ = γ = µ = ρ = 0, soit l α,β = (α, β, 0, 0, 0, 0) alors, O lα,β = {l α,β }.

12 Le description de la C algèbre de G dépend beaucoup de la détermination de l ensemble de limite des suites dans les espaces des orbites co-adjointes. Nous notons par L(O k ) l ensemble de tout point limite de O k dans g /G. Théorème Soit (O k ) k N une suite d éléments dans (g /G) gen tel que lim k λ k = λ R, alors O k proprement convergente et l ensemble de limite L(O k ) = {O lρ,λ }.

13 Théorème Soit O k (g /G) gen tel que lim λ k = 0, alors O k est une suite k proprement convergente si et seulement si pour chaque k N il exist un élément l k = (α k, β k, ρ kλ k +u k v k λ k, u k, v k, λ k ) O k on a u k et v k convergent dans R et lim u kv k = lim ρ kλ k = c R. Ses k k ensembles de limites sont : L(O k ) = (g /G) char (g /G) 3 si c = 0. L c (O k ) = {O lb,c (g /G) 4,5 où l b,c = (α, 0, 0, b, c b, 0) b R, α R} si c 0.

14 Théorème Soit O lk une suite des orbites dans (g /G) 4,5 où l k = (α k, 0, 0, µ k, γ k, 0). 1. Si lim µ k = µ 0 et lim γ k = γ 0, alors O lk proprement k k convergente dans (g /G) 4,5 ; aussi ses ensembles des limites sont L(O lk ) = {O lµ,γ } où l µ,γ = (α, 0, 0, µ, γ, 0). 2. Si lim µ k = 0 et lim γ k = 0 avec γ k k k µ k 0 pour k suffisamment grand et α k γ k 0 pour tout k N, alors O lk proprement convergente si et seulement si pour tout k N il exist un élément l k = ( 2α kγ k +2µ k b k hk 2 2γ k, b k, h k, µ k, γ k, 0) O lk on a (h k ) k convergent dans R et lim (2α kγ k hk 2 ) = 0, ses ensembles k des limites sont :

15 L(O lk ) = (g /G) char, si lim α kγ k = 0 et k L(O lk ) = {O lh, O l h }, si lim α kγ k = h2 k 2, où l h = (0, 0, h, 0, 0, 0). Théorème Soit O k = {(a, b, ρ k, 0, 0, 0) a, b R} une suite des orbites dans (g /G) 3. Alors (O k ) k N proprement convergente dans (g /G) 3 et les ensembles de limites L(O k ) = {O ρ } si lim k ρ k = ρ R et L(O k ) = (g /G) char si lim k ρ k = 0.

16 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Théorème Sur les sous-ensembles (g /G) gen et (g /G) 4,5 l application ϕ : l π l (F ) est continue en norme d operateur pour tout F L 1 c. Théorème Soit O ρk,λ k une suite de (g /G) gen avec lim λ k = + ou k λ k C > 0 k N et lim ρ k = 0, alors k lim π l k (F ) op = 0 F L 1 (G). k

17 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Définition 1.) Pour un élément F L 1 c(g), s S = exp(ra)exp(rb) R 2 et ξ L 2 (R 2 ) soit π lk (F )ξ(s) = F P (st 1, t.p k )ξ(t)dt. R 2 2.) Pour tout j I k, F L 1 c(g), ξ L 2 (R 2 ) et s R 2, soit ν j,k (F )ξ(s) := F P (st 1, t.p b k )ξ(t)e i (t g k j ).p k,b,ζj k(s,t) dt, R 2 j où ζ k j est une application de R 4 R 6.

18 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Proposition Soit F C (G) et j I k tel que lim k bk j = b. Alors on a, U((gj k ) 1 ) π lk (F ) U(gj k ) M R ε k ν j,k (F ) M R ε k op 0, (8) k uniformement en j.

19 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Définition La transformée de Fourier ˆς = F(ς) d un élément ς C (G) est défini comme le champ d opérateurs linéaires bornés définis sur l ensemble (g /G) par A(l) = ˆς(l) = F(ς)(l) := π l (ς) K pour l (g /G) gen A(0) = ˆς(0) = F(ς)(0) := ζ 0 (ς) C (R 2 ). (g /G) 4,5 ; où ζ 0 = indp G 1 la représentation régulière à gauche de G sur l espace de Hilbert L 2 (G/P).

20 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Définition (1) Soit F (G) l espace de champs d opérateurs uniformément bornés A définis sur l ensemble (g /G) vérifiant : (1) A(l) K pour l (g /G) gen (g /G) 4,5 (2) A(0) C (R 2 ), et (3) A satisfait les conditions générique, infini et de continuité. On définit le norme. sur F (G) par : A := sup A(l) op. l Ω Proposition L espace vectoriel F (G) est une C algèbre qui contient l algèbre F(C (G)).

21 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Définition (2) On note par D (G 5 ) l espace de tous les champs d opérateurs A définis sur O b O b, b R qui satisfont les conditions suivantes : (1) A(l) B(L 2 (R)) for l O b O b. (2) L application l A(l) est continu en norme sur (g /G) 4,5. (3) A et A satisfont la condition générique et lim k U( tk b ) A(l k) U(t k b ) M S R k A(l b ) M S R k op = 0 lim k U( tk b ) A(l k) U(t k b ) M S R k A(l b ) M S R k op = 0,

22 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Définition Nous définissons la transformée de Fourier F : C (G 5 ) D (G 5 ) par, π l (ς) K, si l (g /G) 4,5 F(ς)(l) := ς(l) := π l (ς) B(L 2 (R)) si l O b O b ζ 0 (ς) C (R 2 ). Proposition L espace D (G 5 ) est une C algèbre contenant F(C (G 5 )) comme une sous C algèbre.

23 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Soit H 1 = G 5 / vect{u,v } le groupe de Heisenberg de dimension 3. Il a été étudié dans [Lud-Tur]. Définition (3) Soit F 1 la famille composée de tous les champs d opérateurs (A = A(ρ)) ρ R qui satisfont les conditions suivantes : 1. A(ρ) est un opérateur compact sur L 2 (R) pour tout ρ R, 2. A(0) C (R 2 ), 3. L application R B(L 2 (R)) : ρ A(ρ) est continue en norme d opérateur, 4. lim ρ A(ρ) op = 0. Théorème (Lud-Tur) Le C algèbre de Heisenberg C (H 1 ) est isomorphe à D ν (H 1 ).

24 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. Définition Soit D (G) le sous-espace de F (G) composé de tous les champs d opérateurs A définis sur l ensemble g /G tel que A(l) K pour l (g /G) gen (g /G) 4,5, A(l) B(L 2 (R)) pour l (g /G) 3 et A(0) C (R 2 ) tel que : A vérifie les conditions des définitions (1),(2) et (3) Théorème L espace vectoriel D (G) est une C -algèbre, qui est isomorphe avec C (G).

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert

2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2 Opérateurs non bornés dans un espace de Hilbert 2. Opérateurs non bornés: définitions et propriétés élémentaires Soit H un espace de Hilbert et A un opérateur dans H, c est-à-dire, une application linéaire

Plus en détail

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau

Théorie spectrale. Stéphane Maingot & David Manceau Théorie spectrale Stéphane Maingot & David Manceau 2 Théorie spectrale 3 Table des matières Introduction 5 1 Spectre d un opérateur 7 1.1 Inversibilité d un opérateur........................... 7 1.2 Définitions

Plus en détail

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint

Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint Chapitre 5: Opérateurs dans les espaces de Hilbert. Notions d opérateur adjoint 18 mars 2008 1 Généralités sur les opérateurs 1.1 Définitions Soient H et H deux espaces de Hilbert sur C. Définition 1.1

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Présentation du cours d Analyse Fonctionnelle

Présentation du cours d Analyse Fonctionnelle c1 Présentation du cours d Analyse Fonctionnelle Analyse Fonctionnelle signifie ici analyse sur des espaces de fonctions. Il s agit d un domaine des mathématiques qui s est développé dans la première moitié

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

1 Formalisme de la Mécanique Quantique

1 Formalisme de la Mécanique Quantique Théorie Spectrale et Mécanique Quantique Christian Gérard Département de Mathématiques, Bât. 425 UMR 8628 du CNRS Université de Paris-Sud F-91405 Orsay Cédex FRANCE email : Christian.Gerard@math.u-psud.fr

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

Théories spectrales. Stefan Neuwirth

Théories spectrales. Stefan Neuwirth Théories spectrales Stefan Neuwirth Introduction historique Voici le point de départ historique de la théorie des opérateurs : le problème de Sturm-Liouville (pv ) + qv = r(λv + w) αv(a) + α v (a) = 0

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

M1 Analyse Fonctionnelle Une introduction au cours Année 2000-2001

M1 Analyse Fonctionnelle Une introduction au cours Année 2000-2001 Université de Nantes Département de Mathématiques Maîtrise de Mathématiques M1 Analyse Fonctionnelle Une introduction au cours Année 2000-2001 A. Morame et X. P. Wang E.Mail : morame@math.univ-nantes.fr

Plus en détail

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement Cours d algèbre M1 Mathématiques et applications M1 Mathématiques et enseignement 2012/2013 Table des matières Chapitre I. Quelques rappels sur les groupes 1 Chapitre II. Action d un groupe sur un ensemble

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé

LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES. D. Azé LICENCE DE MATHÉMATIQUES FONDAMENTALES Calcul Différentiel et Équations Différentielles D. Azé Université Paul Sabatier Toulouse 2008 Table des matières 1 Généralités sur les espaces normés 3 1.1 Espaces

Plus en détail

APPLICATIONS LINÉAIRES

APPLICATIONS LINÉAIRES 21-10- 2007 J.F.C. A.L. p. 1 APPLICATIONS LINÉAIRES I GÉNÉRALITÉS 1. Définition et vocabulaire 2. Conséquences de la définition 3. Caractérisation II OPÉRATIONS SUR LES APPLICATION LINÉAIRES 1. Somme,

Plus en détail

Algèbre 2 - L1 MIASHS/Lettres-Maths. UFR MIME, Université Lille 3.

Algèbre 2 - L1 MIASHS/Lettres-Maths. UFR MIME, Université Lille 3. Algèbre 2 - L1 MIASHS/Lettres-Maths AMIRI Aboubacar UFR MIME, Université Lille 3. 10 avril 2015. Université Lille 3 1 Définitions et notations Quelques matrices particulières Matrice d une famille sur

Plus en détail

Opérateurs non-bornés

Opérateurs non-bornés Master Mathématiques Analyse spectrale Chapitre 4. Opérateurs non-bornés 1 Domaine, graphe et fermeture Soit H un espace de Hilbert. On rappelle que H H est l espace de Hilbert H H muni du produit scalaire

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr

Cours de Licence. Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1. Version du 19 janvier 2004. 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr Géométrie Cours de Licence Bernard Le Stum 1 Université de Rennes 1 Version du 19 janvier 2004 1 bernard.le-stum@univ-rennes1.fr 2 Table des matières Table des matières 4 Introduction 5 1 Rappels d algébre

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

1.3 Produit matriciel

1.3 Produit matriciel MATRICES Dans tout ce chapitre, K désigne les corps R ou C, p et n des entiers naturels non nuls 1 Matrices à coefficients dans K 11 Définition Définition 11 Matrice On appelle matrice à coefficients dans

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples

208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples 208 - Espaces vectoriels normés, applications linéaires continues. Exemples On se xe un corps K = R ou C. Tous les espaces vectoriels considérés auront K comme corps de base. 1 Généralités Remarque. Tout

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS

ANALYSE MATHEMATIQUE. Jean SCHMETS UNIVERSITE DE LIEGE Faculté des Sciences Institut de Mathématique ANALYSE MATHEMATIQUE Introduction aux espaces fonctionnels Notes du cours de la seconde candidature en sciences mathématiques ou en sciences

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES

ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS. COURS et EXERCICES MASTER (MATHÉMATIQUES PURES) ANALYSE FONCTIONELLE ET THÉORIE DES OPÉRATEURS COURS et EXERCICES Emmanuel Fricain - 2009-2010 - 2 Table des matières 1 Opérateurs bornés... 7 1.1 Adjoint d une application

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires

Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires Utilisation d espaces de Sobolev fractionnaires en reconstruction tomographique d objets binaires M. Bergounioux & E. Trélat MAPMO Université d Orléans Journées du GDR - MOA Porquerolles 19-21 Octobre

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE POITIERS

UNIVERSITÉ DE POITIERS UNIVERSITÉ DE POITIERS Faculté des Sciences Fondamentales et Appliquées Mathématiques PREMIÈRE ANNEE DE LA LICENCE DE SCIENCES ET TECHNOLOGIES UE L «algèbre linéaire» Plan du cours Exercices Enoncés des

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

Cours d algèbre linéaire. Khaoula Ben Abdeljelil

Cours d algèbre linéaire. Khaoula Ben Abdeljelil Cours d algèbre linéaire Khaoula Ben Abdeljelil 2 Table des matières Table des matières............................... i 1 POLYNOMES 1 1.1 Algèbre des polynômes.......................... 1 1.1.1 Définition.............................

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Théorie des Opérateurs 1 M1 Mathématiques, Université de la Réunion

Théorie des Opérateurs 1 M1 Mathématiques, Université de la Réunion Théorie des Opérateurs 1 M1 Mathématiques, Université de la Réunion Guillaume AUBRUN 1. Ce cours est très largement inspiré de l'excellent livre de John Conway, A Course in Functional Analysis. Pour toute

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur

Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Analyse et géométrie M. Alain CONNES, membre de l Institut (Académie des Sciences), professeur Formules explicites, formules de trace et réalisation spectrale des zéros de la fonction zéta 1. Introduction

Plus en détail

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005

MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 MPSI 3 - Cahier de vacances... MPSI 3-2004/2005 Voici une fiche contenant 100 exercices de difficulté raisonable, plutôt techniques, qui recouvrent l ensemble du programme étudié cette année. A raison

Plus en détail

Formulaire de maths - Analyse dans R n

Formulaire de maths - Analyse dans R n Formulaire de maths - Analyse dans R n Nom Théorème ou formule Espaces vectoriels normés Norme sur E Application qui vérifie les propriétés de : séparation : homogénéité : inégalité triangulaire : Normes

Plus en détail

202 - Exemples de parties denses et applications

202 - Exemples de parties denses et applications 202 - Exemples de parties denses et applications 1 Généralités et premiers exemples 1.1 Parties denses On xe un espace métrique (X, d). Dénition 1. Soit D X. On dit que D est dense dans X si D = X. Exemple.

Plus en détail

Espace vectoriel de dimensions finies MPSI

Espace vectoriel de dimensions finies MPSI Espace vectoriel de dimensions finies MPSI 22 juin 2008 Table des matières 1 Partie libre - Partie liée - Partie génératrice 2 1.1 Partie finie liée.......................... 2 1.1.1 Vecteurs colinéaires....................

Plus en détail

C) Fiche : Espaces vectoriels.

C) Fiche : Espaces vectoriels. C) Fiche : Espaces vectoriels. 1) Définition d'un espace vectoriel. K= I ou est le corps des scalaires. E est un K-espace I vectoriel si et seulement si : C'est un ensemble non vide muni de deux opérations,

Plus en détail

Rapport sur l oral de mathématiques 2009

Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Rapport sur l oral de mathématiques 2009 Oral spécifique E.N.S. Paris : Thomas Duquesne Oral commun Paris-Lyon-Cachan : Romain Abraham, Sorin Dumitrescu, Philippe Gille. 1 Remarques générales sur la session

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM365 Intégration 2 Année 2011 12 Théorie de la Mesure et Intégration Amaury Lambert 1 1. Responsable de l UE. Mél : amaury.lambert@upmc.fr

Plus en détail

ANALYSE MATRICIELLE ET ALGÈBRE LINÉAIRE APPLIQUÉE. - Notes de cours et de travaux dirigés - PHILIPPE MALBOS

ANALYSE MATRICIELLE ET ALGÈBRE LINÉAIRE APPLIQUÉE. - Notes de cours et de travaux dirigés - PHILIPPE MALBOS UNIVERSITÉ CLAUDE BERNARD LYON Licence Sciences, Technologies, Santé Enseignement de mathématiques des parcours Informatique ANALYSE MATRICIELLE ET ALGÈBRE LINÉAIRE APPLIQUÉE - Notes de cours et de travaux

Plus en détail

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 27 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Chapitre 17 Matrices et applications linéaires Sommaire 171 Matrices et applications

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6

-1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes... 5 2 Anneaux... 5 3 Corps... 6 4 Algèbre... 6 Table des matières -1 Goupes, Anneaux, Corps, Algèbres. Qu est-ce? 5 1 Groupes.......................................... 5 2 Anneaux.......................................... 5 3 Corps...........................................

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3

Calcul Différentiel. I Fonctions différentiables 3 Université de la Méditerranée Faculté des Sciences de Luminy Licence de Mathématiques, Semestre 5, année 2008-2009 Calcul Différentiel Support du cours de Glenn Merlet 1, version du 6 octobre 2008. Remarques

Plus en détail

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse 3 Fonctions de plusieurs variables Université Claude Bernard, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Santé 43, boulevard 11 novembre 1918 Spécialité Mathématiques 69622 Villeurbanne cedex, France L. Pujo-Menjouet pujo@math.univ-lyon1.fr

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue L3 Mathématiques Jean-Christophe Breton Université de Rennes 1 Septembre Décembre 2014 version du 2/12/14 Table des matières 1 Tribus (σ-algèbres) et mesures 1 1.1 Rappels ensemblistes..............................

Plus en détail

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 Michel Goze, Elisabeth Remm 1. Edité par Ramm Algebra Center 2 Introduction Ce cours s adresse aux étudiants

Plus en détail

PROCESSUS STOCHASTIQUES : Processus stationnaires au sens large. Lionel BANEGE. banege@recherche.enac.fr

PROCESSUS STOCHASTIQUES : Processus stationnaires au sens large. Lionel BANEGE. banege@recherche.enac.fr POCESSUS STOCHASTIQUES : Processus stationnaires au sens large Lionel BANEGE banege@recherche.enac.fr Octobre 2004 Table des Matières Chapitre 1. Processus stationnaires au second ordre 1 1. Définitions

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail

Distributions et EDP Espaces vectoriels topologiques Cours Master - 2009/2010

Distributions et EDP Espaces vectoriels topologiques Cours Master - 2009/2010 Distributions et EDP Espaces vectoriels topologiques Cours Master - 2009/2010 Dr HITTA Amara Univ. 8 Mai 1945 Guelma Janvier 2010 Université 8 Mai 1945 - Guelma COURS - Master Distributions, E.d.p. & Espaces

Plus en détail

Algèbre Linéaire. Victor Lambert. 24 septembre 2014

Algèbre Linéaire. Victor Lambert. 24 septembre 2014 Algèbre Linéaire Victor Lambert 24 septembre 2014 Table des matières 1 Généralités 2 1.1 Espaces vectoriels............................ 2 1.2 Applications linéaires.......................... 4 1.3 Familles

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction

L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction L3 MASS Calcul différentiel (cours et exercices) John BOXALL (Année universitaire 2009 2010 ) Introduction (0.1) Ce cours s articule autour du calcul différentiel et, en particulier, son application au

Plus en détail

Isométries d'un espace euclidien.

Isométries d'un espace euclidien. Isométries d'un espace euclidien. Dans ce chapitre, le corps des scalaires est R et l'espace (E ; ) est un espace euclidien de dimension finie n. 1. Isométries vectorielles d'un espace euclidien...p.1

Plus en détail

Table des matières. 4 Espaces de Hilbert 88 4.1 Généralités... 88 4.2 Le Théorème des bases hilbertiennes... 99 4.3 Exemples...

Table des matières. 4 Espaces de Hilbert 88 4.1 Généralités... 88 4.2 Le Théorème des bases hilbertiennes... 99 4.3 Exemples... Table des matières 1 Espaces linéaires à semi norme 3 1.1 Parties remarquables d un espace linéaire.................. 3 1.2 Sémi-normes sur un espace linéaire...................... 7 1.3 Espace linéaire

Plus en détail

POLYNESIE Juin 2010 Brevet Corrigés Page 1 sur 5

POLYNESIE Juin 2010 Brevet Corrigés Page 1 sur 5 POLYNESIE Juin 010 Brevet Corrigés Page 1 sur 5 Exercice 1 : Activités numériques (1 points) 1. Algorithme d Euclide : 144 = 1 10 + 4 10 = 5 4 + 0 Le dernier reste non nul est 4 donc PGCD(10 ; 144) = 4.

Plus en détail

TD 5- Applications linéaires

TD 5- Applications linéaires TD 5- Applications linéaires Exercice 1. Soit f l'application dénie sur R 2 par f(x, y) = (2x y, 3x + y). 1. Montrer que f est un endomorphisme de R 2. 2. Montrer que f est injective. 3. Montrer que f

Plus en détail

1 Séancs du 14/21.11.08

1 Séancs du 14/21.11.08 1 1 Séancs du 14/21.11.08 1.1 Le rayon spectral Le spectre d un opérateur (ici, élément d une algèbre stellaire) est un compact non vide. La compacité est immédiate, car, pour z > u, u zi peut être inversé

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/83 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

Introduction au domaine de recherche

Introduction au domaine de recherche Introduction au domaine de recherche La conjecture de Guillemin-Sternberg sur la quantification géométrique et la réduction symplectique : un schéma de preuve Martin Puchol Paris, le 20 octobre 2011 TABLE

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Cher Jean-Pierre Serre, voici avec un peu de retard quelques explications sur les déterminants

Cher Jean-Pierre Serre, voici avec un peu de retard quelques explications sur les déterminants Cher Jean-Pierre Serre, voici avec un peu de retard quelques explications sur les déterminants de dimension 2. Soient k un anneau commutatif unitaire et R une k-algèbre associative unitaire. Un déterminant

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Systèmes linéaires. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Systèmes linéaires. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Systèmes linéaires Bernard Ycart Si vous savez déjà résoudre un système linéaire par la méthode de Gauss, vous n apprendrez pas grand chose de neuf dans

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail