Équations d amorçage d intégrales premières formelles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Équations d amorçage d intégrales premières formelles"

Transcription

1 Équations d amorçage d intégrales premières formelles D Boularas, A Chouikrat 30 novembre 2005 Résumé Grâce à une analyse matricielle et combinatoire des conditions d intégrabilité, on établit des équations diophantiennes, appelées équations d amorçage, dont les solutions correspondent aux multi-degrés des monômes de démarrage des intégrales premières formelles des systèmes différentiels de valuation un Classification AMS : 34A34, 34C20, 14L30, 14L35 Mots clés : systèmes différentiels, intégrabilité, intégrales premières 1 Notations et motivations Le problème de l intégrabilité des systèmes différentiels polynomiaux est un sujet à la fois ancien, plaisant et qui se pose en des termes simples Soit K le corps des nombres réels IR) ou complexes C) et Pn, m) l espace vectoriel des systèmes différentiels autonomes à coefficients dans K dx j dt = P j x), j {1,, n} 1) où xt) = T x 1 t),x 2 t),, x n t)), représenté avec des indices supérieurs, est un élément courant de l espace des phases K n et les polynômes P j j = 1, 2,, n) sont de degré au plus égal à m Le temps t pourrait être réel ou complexe LACO, UMR 6090, Département de Mathématiques, Faculté des Sciences et Techniques, Université de Limoges, 123, Avenue A Thomas, 87000, Limoges, France Département de Mathématiques, Faculté des Sciences, Université Saad Dahlab, Blida, Algérie 1

2 Définition 1 Une fonction F C 1 O), continûment différentiable sur l ouvert O de K n et à valeurs dans K est une intégrale première du système différentiel 1) si n F x j x) P j x) =0 2) Le membre de gauche de l égalité 2) définit un opérateur linéaire O,P de l espace vectoriel des fonctions continûment différentiables C 1 O) dans l espace vectoriel des fonctions continues CO) Le problème de l intégrabilité des systèmes différentiels 1) consiste à décrire le noyau de cet opérateur Il relève plutôt de la résolution du système considéré On sait qu au voisinage de tout point régulier x 0 c est-à-dire, P x 0 ) 0) le noyau de O,P est engendré par n 1 intégrales premières fonctionnellement indépendantes[7, p206]) Ce résultat, important en soi, demeure cependant théorique Par contre au voisinage d un point singulier, des travaux de plus en plus nombreux et d essence effective [4, 5, 6, 8]) sont consacrés à la recherche d intégrales premières dans des classes particulières de fonctions comme celles des polynômes, des fractions rationnelles, des fonctions algébriques, des exponentielles ou, plus généralement, dans des extensions différentielles du corps des fractions rationnelles Kx) Dans ce travail, nous nous intéressons aux intégrales premières développables en séries entières formelles) au voisinage d un point singulier, ici x = 0, où la matrice du linéarisé A n est pas nulle Lorsque ces deux conditions sont vérifiées, à savoir P O) = 0 et A = A i j) 1 i,j n = P 0) 0, nous dirons que le polynôme vectoriel P est de valuation 1 x On note σ 1,, σ n les fonctions symétriques associées aux valeurs propres de A Le principal résultat de cet article est l obtention d une famille d équations diophantiennes multivariées, à coefficients dans K[σ 1,σ 2,, σ n ], telles que si le système 1) admet une intégrale première formelle, sa valuation est solution de l une de ces équations 2 Écriture matricielle des conditions d intégrabilité 21 Ordre total-lexicographique On note Symk) l ensemble des formes algébriques homogènes de degré k et S l espace vectoriel de dimension infinie des séries formelles : où [9, p 21]) S= Symk) k=1 dimsymk)) = nn + 1)n + 2) n + k 1) k! = n + k 1)! n 1)!k! 2

3 L ensemble des multi-degrés est décrit par le produit cartésien IN n On appelle degré total d un monôme x 1 ) i 1 x 2 ) in x n ) in l entier naturel i = i 1 + i i n L ensemble des multi-degrés IN n peut être muni de l ordre total-lexicographique : i > j ou i j { la première composante non nulle de i j i = j et est positive C est bien un ordre total En respectant l ordre total-lexicographique, l ensemble des formes algébriques {x 1 ) i 1 x 2 ) i2 x n ) in ; i = k} définit une base canonique) dans laquelle tout élément de Symk) f i1,i 2,,i n x 1 ) i 1 x 2 ) i2 x n ) in i =k s écrit sous la forme [f k,0,0,,0,f k 1,1,0,,0,f k 1,0,1,,0,, f 0,0,0,,k ] x 1 ) k x 1 ) k 1 x 2 ) 1 x 1 ) k 1 x 3 ) 1 x n ) k = F [k] X [k], 3) où F [k] et X [k] désignent respectivement des vecteurs ligne et colonne Utilisant cette écriture simplifiée, une série formelle devient k=1 i =k f i1,i 2,,i n x 1 ) i 1 x 2 ) i2 x n ) in F 1 X 1 + F 2 X F k X k + 4) tandis que le second membre du système différentiel 1), de valuation 1 et de degré m, s écrit sous la forme : dx dt = P 1 X 1 + P 2 X P m X m, 5) où cette fois, P i,i=1, 2,, m, est une matrice à n lignes et 3 n + i 1)! n 1)!i! colonnes

4 22 Écriture matricielle des conditions d intégrabilité Une série F x) = F 1 X 1 + F 2 X F k X k + est une intégrale première du système différentiel 1) si elle vérifie l équation 2) que l on réécrit sous la forme : n F x) P j x) =0, x j c est-à-dire, en reprenant les notations précédentes, n F 1 X 1 + F 2 X 2 + ) [ ] P j x j 1 X 1 + P j 2 X PmX j m =0 En développant le membre de gauche de cette équation par degré d homogénéité, on obtient la suite infinie d équations, degrés croissants en x, 1 : 2 : 3 : m : m + 1 : n F 1 X 1 ) P j x j 1 X 1 =0, n [ F1 X 1 ) P j x j 2 X 2 + F 2X 2 ) ] P j x j 1 X 1 =0, n [ F1 X 1 ) P j x j 3 X 3 + F 2X 2 ) P j x j 2 X 2 + F 3X 3 ) ] P j x j 1 X 1 =0, n [ F1 X 1 ) P x mx j m + F 2X 2 ) P j x m 1X j m F mx m ) ] P j j x j 1 X 1 =0, n [ F2 X 2 ) P x mx j m + F 3X 3 ) P j x m 1X j m F m+1x m+1 ) ] P j j x j 1 X 1 =0, De façon générale, l équation qui correspond au degré k en x est : n [ Fk mink,m)+1 X k mink,m)+1 ) x j P j mx m + + F k mink,m)+2x k mink,m)+1 ) P x m 1X j m F kx k ) ] P j j x j 1 X 1 =0 6) L équation 6) étant homogène de degré k en les composantes de x, il existe mink, m) matrices, notées M [i,k] i = k mink, m) + 1,, k), permettant de la réecrire sous la forme : ] [F k mink,m)+1 M [k mink,m)+1,k] + F k mink,m)+2 M [k mink,m)+2,k] + + F k M [k,k] X [k] =0 4

5 La matrice M [i,k] a n + i 1)! n 1)!i! lignes et n + k 1)! n 1)!k! La précédente suite infinie d équations devient : F 1 M [1,1] =0 colonnes F 1 M [1,2] + F 2 M [2,2] =0 F 1 M [1,3] + F 2 M [2,3] + F 3 M [3,3] =0 7) F k mink,m)+1 M [k mink,m)+1,k] + F k mink,m)+2 M [k mink,m)+2,k] + + F k M [k,k] =0, Le système linéaire ainsi obtenu est triangulaire par blocs) 3 Équations d amorçage des intégrales premières Si le système différentiel 1) admet une intégrale première F de valuation d, dans l écriture 4) de celle-ci, on a nécessairement : F 1 = F 2 = F 3 = = F d 1 = 0 et F d 0 Par conséquent, la première équation consistante que nous rencontrons est : F d M [d,d] =0 Elle admet une solution non nulle si, et seulement si, detm [d,d] )=0 Cette condition est nécessaire mais pas suffisante Sachant que le système 7) est triangulaire, une fois le premier F d trouvé, on l injecte dans l équation vectorielle) suivante et on déduit F d+1 On continue ce processus tant que le passage d une équation à une autre est compatible Il peut s interrompre de deux manières La première est lorqu une équation n a pas de solution Dans ce cas, Le système différentiel 1) n a pas d intégrale première formelle de valuation d La seconde manière apparait lorsqu à partir d un certain rang D, la nullité des F i,i = D +1,D+2,, D + m 1, est compatible avec les équations Dans ce cas, le système 1) admet une intégrale première polynomiale de valuation d et de degré D et par conséquent, le rang de la matrice M [D mind,m)+1,d] est inférieur à D mind, m)+n)! D mind, m) + 1)!n 1)! Nous obtenons ainsi une condition nécessaire d existence d intégrale première polynomiale qu on appellera, condition de rupture Dans ce travail, nous nous intéresserons seulement à la condition d amorçage d intégrales premières formelles et pour cela, on va détailler le calcul de M [d,d] 5

6 31 Expression des matrices M [d,d] De manière générale, la matrice M [l,d], où d =1, 2, 3, mink, m)+2,, d, est définie par : et l = d mink, m) + 1, d n F l X l ) x j P j d l+1 Xd l+1 = F l M [l,d] X d La matrice M [d,d] est carrée et est de dimension Elle est définie par : d + n 1)! d)!n 1)! d + n 1)! On la note L d)!n 1)! n F d X d ) x j A j X 1 = F d LX d = i =d j =d f j1,j 2,,j n L j 1,j 2,,j n i 1,i 2,,i n x 1 ) i 1 x 2 ) i 2 x n ) in où A j désigne la j-jème ligne de la matrice A, c est-à-dire P 1, selon la notation 5) Nous nous proposons de calculer tous les coefficients L j 1,j 2,,j n i 1,i 2,,i n de la matrice L Pour faciliter ce calcul, on écrit l expression [ ] n F d X d ) n f A j X 1 i1,i2,,in x 1 ) i 1 x 2 ) i 2 x n ) in [ n ] = A j x j x j q x q i 1 +i 2 + +i n=d sous la forme {i 1 f i1,i2,,in x 1 ) i1 1 x 2 ) i 2 x n ) [A in 11x 1 + A 12x A 1nx ] n q=1 i =d + i 2 f i1,i 2,,i n x 1 ) i 1 x 2 ) i 2 1 x n ) in [ A 2 1x 1 + A 2 2x A 2 nx n ] + + i n f i1,i 2,,i n x 1 ) i 1 x 2 ) i 2 x n ) in 1 [ A n 1x 1 + A n 2x A n nx n ]} 8) On remarque alors que les multi-indices inférieur et supérieur sont égaux à deux indices près qui diffèrent au plus d une unité D où la proposition : Proposition 1 La matrice L est définie par : L j 1j 2 j n i 1 i 2 i = 0 si i j > 2, n L i 1i 2 i n i 1 i l 1) i q + 1) i n = i l A l q, L i 1i 2 i n i 1 i l + 1) i q 1) i n = i q A q l, L i 1i 2 i n i 1 i 2 i n = i 1 A i 2 A i n A n n) 6 9)

7 Corollaire 1 La matrice L = M [d,d] est diagonale triangulaire inférieure, triangulaire supérieure) si, et seulement si, quelle quel que soit d =1, 2, 3,, la matrice de départ A est diagonale triangulaire inférieure, triangulaire supérieure) Corollaire 2 Si λ 1,λ 2,, λ n désignent les valeurs propres éventuellement égales) de la partie linéaire A du système 1), alors les valeurs propres de la matrice M [d,d] sont de la forme i 1 λ 1 + i 2 λ i n λ n, où i 1,i 2, IN Remarquons que ce corollaire est contenu dans le lemme 23 de l article [6]) Grâce à l ordre utilisé et aux corollaires précédents, on peut dire que le déterminant de L ne change pas si on remplace la matrice A par sa forme de Jordan Par conséquent, Proposition 2 Le déterminant de la matrice M [d,d] est égal à : i 1 λ 1 + i 2 λ i n λ n ) 10) i 1 +i 2 ++i n=d Cette quantité étant une fonction symétrique, elle s exprime nécessairement [3, p 307]) à l aide des fonctions symétriques de base, c est-à-dire, des coefficients du polynôme caractéristique de A : où Par conséquent, detλ1 n A) =λ n σ 1 A)λ n ) n σ n A), σ 1 = n λ i, σ 2 = i=1 1 i<j n λ i λ j,,, σ n = λ 1 λ 2 λ n detm [d,d] = S d σ 1,σ 2,,σ n ) où S d est un polynôme Fait remarquable, ce polynôme se factorise en un produit de facteurs irréductibles dont la structure de chacun est décrite entierement par l action du groupe symétrique 32 Action du groupe symétrique sur IN n On note S n le groupe des permutations de {1, 2,, n} et ϕ : S n IN n IN n l action définie par ϕσ, i)) = i σ1),i σ2),, i σn) ) 11) où i =i 1,i 2,, i n ) Cette action laisse invariant les hyper-réseaux H k, k = 1, 2, 3, qui sont constitués de n-uplets d entiers naturels dont la somme est égale à k Elle induit donc sur les ensembles H k des partitions en orbites : Oi) ={i σ1),i σ2),, i σn) ); σ S n } Par exemple, pour tout entier naturel non nul k, 7

8 1 Ok, 0, 0,, 0))={k, 0, 0,, 0), 0, k, 0,, 0), 0, 0, k,, 0),,0, 0, 0,, k)}, 2 et si de plus k est multiple de n k = nl), Ol, l, l,, l)) = {l, l, l,, l)} Il est clair que la dimension de Symk) est égale au nombre d éléments de H k : H k = nn + 1)n + 2) n + k 1) k! = n + k 1)! 12) n 1)!k! Pour calculer le nombre d orbites, on prendra pour chacune d elle un représentant i = i 1,i 2,, i n ) tel que i = k et i 1 i 2 i n Ce représentant correspond à une partition de k, ne dépassant pas n parts Par conséquent, le nombre d orbites de H k est égal au nombre de partitions de k ne dépassant pas n parts Soient p n k) le nombre de partitions de l entier naturel k en au plus n parts et p n,m k) le nombre de partitions de k en au plus n parts inférieures ou égales à m D après [2, p 33], les nombres p n,m k) sont définis par la fonction génératrice : G n,m t) = 1 tm+n )1 t m+n 1 ) 1 t n+1 ) 1 t m )1 t m 1 ) 1 t) = 1 + p n,m k)t k 13) k=1 Sachant que les parts d une partition de k ne dépassent pas k, on a : p n k) =p n,k k) De manière générale, pour obtenir tous les p n k), on fait tendre m vers l inifini Proposition 3 Le produit g n t) = m=1 1 t m+n converge pour tout t I =] 1, 1[ 1 tm t m t m+n Preuve Pour tout n fixé, la série est absolument convergente sur I par 1 t m m=1 comparaison avec la série géométrique de terme général t m ) La proposition 4101 [1, p157] permet de conclure En fait, Proposition 4 La somme partielle d ordre k de la série 1+ somme partielle d ordre k du développement en série du produit fini p n k)t k est égale à la k=1 k m=1 1 t m+n 1 t m 8

9 Preuve Pour le voir, il suffit de remarquer que dans le passage de k à k + 1 du développement en série entière du produit k 1 t m+n 1 t, m m=1 le développement de la fraction 1 tk+n+1 1 t k+1 qui est de la forme 1 + t k+n+1 )1 + t k+1 + ) = 1 + t k+1 + n influe pas sur les k premiers termes du développement en série entière de la fraction k m=1 1 t m+n 1 t m 33 Factorisation de detm [d,d] ) dans K[σ 1,σ 2,, σ n ] L objectif de ce paragraphe est de présenter une méthode qui permet d exprimer detm [d,d] ) à l aide des fonctions symétriques σ 1,σ 2,, σ n Pour arriver à cette fin, un réarrangement des facteurs du produit de l expression 10) est nécessaire Pour cela, nous allons regrouper dans l expression 10) les facteurs en les λ i par orbites d indices D où : ) detm [d,d] )= j 1 λ 1 + j 2 λ j n λ n i 1 + i i n = k i 1 i 2 i n 0 j 1,j 2,,j n) Oi 1,i 2,,i n) Dans l expression précédente, chaque crochet nous fournira un facteur irréductible il y en a p n k) facteurs) dans K[σ 1,σ 2,, σ n ] Voici quelques exemples génériques) de ces facteurs 1 lorsque la partition de k est k), le facteur est : j 1 λ 1 + j 2 λ j n λ n )=k n deta); j 1,j 2,,j n) Ok,0,0) 2 lorsque k est un multiple de n, c est-à-dire, k = nl, l, l, l) est une partition de k et alors, j 1 λ 1 + j 2 λ j n λ n )=ltracea); j 1,j 2,,j n) Ol,l,l) 3 lorsque k = u +n 1)v, avec u < v, la partition v, v,, v, u) correspond au facteur [uλ 1 + vλ λ n )][uλ 2 + vλ 1 + λ 3 + λ n )] [uλ n + vλ λ n 1 )] = [u v)λ 1 + v tracea)][u v)λ 2 + vtracea)] [u v)λ n + v tracea)] = v n [tracea)] n + v n 1 u v)[tracea)] n 1 σ 1 + v n 2 u v) 2 [tracea)] n 2 σ vu v) n 1 [tracea)] σ n 1 +u v) n σ n 9

10 Les longueurs ou cardinaux) d orbites varient entre 1 lorsque les n parts de la partition sont égales) et n! lorsque les n ou n 1 parts de la partition sont distinctes deux à deux) De manière générale, Lemme 1 Soit k = k 1, k 1,k 2,, k 2,k l,, k l ) une partition de k en r = r 1 + r r l parts telle que r n ; la longueur de l orbite O k) est égale à O k) = n! r 1!r 2! r l!n r)! On fait remarquer que le facteur n r correspond au nombre de zéros dans le multi-degré représenté par la partition k de k Proposition 5 L expression j 1,j 2,,j n) Oi 1,i 2,i n) est un polynôme irréductible dans K[σ 1,σ 2,, σ n ] j 1 λ 1 + j 2 λ j n λ n ) Preuve L irreductibilité de chaque facteur associé à une orbite vient du fait que l orbite en question, en tant qu ensemble S n -invariant, est minimal au sens de l inclusion Maintenant que nous avons obtenu la factorisation du déterminant detm [k,k] ) en p n k) facteurs irréductibles dans K[σ 1,σ 2,, σ n ], étudions la structure de chacun d eux en fonction, seulement, de la longueur de l orbite correspondante Remarque 1 À toute orbite Oi 1,i 2,, i n ) telle que i 1 + i i n = d et de cardinal l correspond le type de facteur : j 1 λ 1 + j 2 λ j n λ n )= A α1,α 2,,α n d, l) σ α 1 1 σ α 2 2 σn αn j 1,j 2,,j n) Oi 1,i 2,i n) P n i=1 iα i=l où les A α1,α 2,,α n d, l) sont des coefficients entiers qui ne dépendent que de d et de l À chaque longueur d orbite O k) correspond un type de facteur E j σ 1,σ 2,,σ n k) de degré O k) dans K[A 1 1,A 1 2,, A n n] Les zéros de ces facteurs sont les multi-degrés de longueur égale à la valuation d de la série formelle cherchée Il y a autant d équations que de longueurs À chaque orbite, on associe une équation d amorçage : E j σ 1,σ 2,,σ n k) =0 en k 1,k 2,, k n ) IN n et à coefficients dans K[σ 1,σ 2,, σ n ] On peut alors regrouper les résultats précédents en : Théorème 1 Si le système différentiel 1) admet une intégrale première formelle, alors l une des équations d amorçage précédentes admet une solution non triviale 10

11 Remarque 2 On sait que lorsqu une série formelle F est une intégrale première de 1) alors, quelle que soit la fonction Φ : C C, différentiable, Φ F est aussi une intégrale première de 1), en particulier, si cette fonction est une puissance k-ième Tenant compte de cela, tout facteur irréductible de detm [d,d] ) est facteur de detm [ld,ld] ) pour l =1, 2, Une conséquence de cette remarque : Remarque 3 Le déterminant de L qui correspond à celui de A, pour d =1) est facteur de tous les déterminants detm [d,d] ) 4 Exemples des systèmes de dimensions 2 et 3 Les résultats précédents possèdent un caract`re algorithmique En effet, en suivant les étapes suivantes, on peut élaborer un algorithme qui permet de calculer les équations d amorçage de valuation totale donnée d Étape 1 Calculer toutes les partitions de l entier d en au plus n parts Étape 2 Répartir les orbites associées aux partitions selon leurs longueurs cardinaux) Cela donne les types d orbites Étape 3 Pour chaque longueur d orbite, écrire l équation d amorçage en les λ 1,, λ n Étape 4 En utilisant les bases de Groebner [3]), on réeduit ces équations dans l anneau K[σ 1,σ 2,, σ n ] Pour les petites dimensions, on peut comparer les facteurs obtenus à l expression générale de detm [d,d] ) factorisée dans K[σ 1,σ 2,, σ n ] sans passer par les S n -orbites Les exemples ci-dessous ont été traités à l aide du logiciel Maple8 41 Systèmes de dimension 2 ) d Pour chaque degré d, il existe +1 orbites Od 1 d 2 ) telles que d 1 + d 2 = d Ici 2 désigne la partie entière On distinguera deux types : Premier type : l orbite Od 1 d 2 ) est réduite à un singleton : Nécessairement d est pair et d 1 = d 2 = d Le facteur correspondant à l orbite est : 2 d 2 tracea) Second type : l orbiteod 1 d 2 ) contient deux éléments : Évidemment, d 1 d 2 Dans ce cas, ) d 1 λ 1 + d 2 λ 2 )d 2 λ 1 + d 1 λ 2 ) = d 1 d 2 λ 1 ) 2 +λ 2 ) 2 + d 1 ) 2 +d 2 ) 2 )λ 1 λ 2 ) 11

12 = d 1 d 2 λ 1 + λ 2 ) 2 + d 1 d 2 ) 2 λ 1 λ 2 ) ) 2 ) 2 = d 1 d 2 tracea) + d 1 d 2 deta) Ainsi, pour n importe quel degré total d, nous pouvons prévoir et calculer les facteurs irréductibles de detm [d,d] ) Pour cela, on distinguera les cas où d est pair ou impair Théorème 2 Si le système 1) admet une intégrale première formelle de valuation d, alors 1) si d est impair, d 1 + d 2 = d d 1 >d 2 2 ] [d 1 d 2 tracea)) +d1 d 2 ) 2 deta) =0, 2) si d est pair, d 2 tracea) d 1 + d 2 = d d 1 >d 2 2 ] [d 1 d 2 tracea)) +d1 d 2 ) 2 deta) =0 Corollaire 3 Si le système 1), à coefficients dans IR, admet une intégrale première formelle réelle, alors trace 2 A)detA) 0 On vérifie l expression factorisée du théorème ci-dessus en effectuant directement les calculs à l aide des bases de Groebner réduction dans K[σ 1,σ 2,, σ n ]) et factorisation Ainsi, en posant δ = deta) = σ 2 et J = tracea) = σ 1 ) on obtient les expressions suivantes : detm [2,2] ) = 4 δ J, detm [3,3] ) = 9 δ 2 J 2 + δ), detm [4,4] ) = 32 δj 4 δ +3J 2 ), detm [5,5] ) = 25 δ δ +6J 2 ) 9 δ +4J 2 ), detm [6,6] ) = 432 δj 2 J 2 + δ) 16 δ +5J 2 ), detm [7,7] ) = 49 δ 25 δ +6J 2 )δ + 12 J 2 ) 9 δ + 10 J 2 ), detm [8,8] ) = 1024 δj 4 δ +3J 2 ) 36 δ +7J 2 ) 4 δ + 15 J 2 ), detm [9,9] ) = 729 δ δ + 20 J 2 ) 49 δ +8J 2 ) 2 J 2 + δ) 25 δ + 14 J 2 ), detm [10,10] ) = 8000 δj 9 δ +4J 2 )δ +6J 2 ) 16 δ + 21 J 2 ) 64 δ +9J 2 ), 12

13 42 Systèmes de dimension 3 D après l étude générale, pour un degré donné d, nous avons trois types de décompositions en partitions ou de facteurs) : Premier type : l orbite Od 1,d 2,d 3 ) a un élément Nécessairement d est un multiple de 3 et d 1 = d 2 = d 3 = d Le facteur correspondant est évidemment 3 d 3 σ 1 Deuxième type : l orbite Od 1,d 2,d 3 ) a trois éléments Dans ce cas, nous avons nécessairement d 1 = d 2 >d 3 ou d 1 >d 2 = d 3, ce qui revient à : Le facteur est d =2d 1 + d 3 ou d = d 1 +2d 2 avec d 1 >d 2 d 1 d 3 ) 3 σ 3 + d 1 d 2 3 σ 3 1 d 3 d 1 d 3 ) 2 σ 2 σ 1 si d =2d 1 + d 3 d 2 d 1 ) 3 σ 3 + d 2 d 2 1 σ 3 1 d 1 d 2 d 1 ) 2 σ 2 σ 1 si d = d 1 +2d 2 Troisième type : l orbite Od 1,d 2,d 3 ) a six éléments Dans ce cas, d = d 1 + d 2 + d 3 avec d 1 >d 2 >d 3 Le facteur correspondant est : d 2 1 d 1 d 3 d 2 d 1 d 3 d 2 + d d 2 2) 3 σ 2 3 d 2 d 3 ) 2 d 1 d 3 ) 2 d 1 d 2 ) 2 σ d 2 3 d 2 1 d 2 2 σ 6 1 +d 3 d d 2 1 d 2 3 d 3 d 2 d 1 + d 2 3 d 1 )d 1 d d 3 d 2 d 1 + d 3 d d 2 3 d 2 ) σ 2 2 σ 2 1 d 3 d 2 d 1 6 d 3 d 2 d 1 + d 3 d d 2 3 d 1 + d 3 d d 2 1 d 2 + d 1 d d 2 3 d 2 ) σ 2 σ 4 1 d 3 2 d 1 + d 3 2 d 3 4 d 2 2 d d 2 3 d d 1 d 3 d d 1 d 2 3 d 2 +2d 2 1 d 3 d 2 + d 3 3 d 2 + d 2 d d 2 3 d d 3 3 d 1 + d 3 d 3 1)d 2 1 d 1 d 3 d 2 d 1 d 3 d 2 + d d 2 2)σ 3 σ 2 σ d 3 3 d d 3 3 d d 3 2 d 3 1 d 3 2 d 3 d 2 1 d 3 3 d 1 d 2 2 d 2 2 d 3 d 3 1 d 2 3 d 3 2 d 1 d 3 3 d 2 1 d 2 + d 2 3 d d 4 2 d d 4 3 d d 2 3 d d 2 3 d 2 1 d d 4 3 d 2 1 d 2 3 d 3 1 d 2 + d 4 1 d 2 2)σ 3 σ 3 1 Comme en dimension 2, en utilisant les bases de Groebner, on obtient les factorisations suivantes des déterminants suivants : detm [1,1] ) = σ 3 detm [2,2] ) = 8 σ 3 σ 1 σ 2 σ 3 ), detm [3,3] ) = 27 σ 3 σ 1 27 σ σ 3 σ 2 σ 1 +4σ 3 σ σ σ 2 2 σ 1 2 ) detm [4,4] ) = 512 σ 3 σ3 +2σ σ 1 σ 2 ) σ1 σ 2 σ 3 ) 343 σ σ 3 σ σ 3 σ 2 σ σ σ 2 2 σ 1 2 ) 13

14 detm [5,5] ) = 125 σ 3 8 σ3 +3σ σ 1 σ 2 ) 4 σ1 3 +2σ 1 σ 2 σ 3 ) 2197 σ σ 3 σ σ 3 σ 2 σ σ 2 2 σ σ 2 3 ) 343 σ σ 3 σ σ 3 σ 2 σ σ 2 2 σ σ 2 3 ) detm [6,6] ) = σ 3 σ 1 σ 3 + σ 1 σ 2 ) 27 σ 3 +4σ σ 1 σ 2 ) 27 σ σ 3 σ 2 σ 1 +4σ 3 σ σ σ 2 2 σ 1 2 ) 9261 σ σ 3 σ σ 3 σ 2 σ σ 2 2 σ σ 2 3 ) 27 σ3 2 +4σ 3 σ σ σ 3 σ 2 σ σ 1 4 σ σ 2 2 σ σ 2 3 ) Les auteurs remercient vivement le referee pour toutes les corrections et suggestions apportées Références [1] É Amar, É Matheron, analyse complexe, Editions Cassini [2] GE Andrews, The Theory of Partitions, Encyclopedia of Mathematices and its applications, volume 2,Addison-Wesley Publishing Company, 1976 [3] D Cox, J Little, D O shea, Ideals, Varieties and Algorithms, Springer-Verlag, 1992 [4] A Maciejewski, J Moulin-Ollagnier, A Nowicki, Generic polynomial vector fields are not integrable, October 2002, to be published in Indagationes Mathematicae [5] J Moulin-Ollagnier, Liouvillian Integration of the Lotka-Volterra System, Qualitative Theory of Dynamical Systems ), [6] J Moulin-Ollagnier, A Nowicki, J-M Strelcyn, On the no-existence of constants of derivations : the proof of a theorem of a theorem of Jouanolou and its development Bull Sci math 119, [7] L Pontriaguine, Équations différentielles ordinaires, Éditions Mir - Moscou, 1975 [8] M F Singer, Liouvillian First Integral of Differential Equations, Transactions of the AMS, 3332), October 1992, [9] H Weyl, The Classical Groups, Their Invariants and Representations Princeton

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle

Master de mathématiques Analyse numérique matricielle Master de mathématiques Analyse numérique matricielle 2009 2010 CHAPITRE 1 Méthodes itératives de résolution de systèmes linéaires On veut résoudre un système linéaire Ax = b, où A est une matrice inversible

Plus en détail

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique

Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Projet CLANU en 3GE: Compléments d algèbre linéaire numérique Année 2008/2009 1 Décomposition QR On rappelle que la multiplication avec une matrice unitaire Q C n n (c est-à-dire Q 1 = Q = Q T ) ne change

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Cours d analyse numérique SMI-S4

Cours d analyse numérique SMI-S4 ours d analyse numérique SMI-S4 Introduction L objet de l analyse numérique est de concevoir et d étudier des méthodes de résolution de certains problèmes mathématiques, en général issus de problèmes réels,

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence

Chapitre 3. Mesures stationnaires. et théorèmes de convergence Chapitre 3 Mesures stationnaires et théorèmes de convergence Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée p.1 I. Mesures stationnaires Christiane Cocozza-Thivent, Université de Marne-la-Vallée

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Mathématiques appliquées à l informatique

Mathématiques appliquées à l informatique Mathématiques appliquées à l informatique Jean-Etienne Poirrier 15 décembre 2005 Table des matières 1 Matrices 3 1.1 Définition......................................... 3 1.2 Les différents types de matrices.............................

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010

Calculer avec Sage. Revision : 417 du 1 er juillet 2010 Calculer avec Sage Alexandre Casamayou Guillaume Connan Thierry Dumont Laurent Fousse François Maltey Matthias Meulien Marc Mezzarobba Clément Pernet Nicolas Thiéry Paul Zimmermann Revision : 417 du 1

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes

Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes Résolution de systèmes linéaires par des méthodes directes J. Erhel Janvier 2014 1 Inverse d une matrice carrée et systèmes linéaires Ce paragraphe a pour objet les matrices carrées et les systèmes linéaires.

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail

Rapport de TER Transformation de la matrice génératrice d un code quasi-cyclique. NARDEAU Nicolas, BENMOUSSA Wafa 2006-2007

Rapport de TER Transformation de la matrice génératrice d un code quasi-cyclique. NARDEAU Nicolas, BENMOUSSA Wafa 2006-2007 Rapport de TER Transformation de la matrice génératrice d un code quasi-cyclique NARDEAU Nicolas, BENMOUSSA Wafa 2006-2007 1 Table des matières 1 Codes Correcteurs 3 1.1 Préliminaires..................................

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2.

Exo7. Calculs de déterminants. Fiche corrigée par Arnaud Bodin. Exercice 1 Calculer les déterminants des matrices suivantes : Exercice 2. Eo7 Calculs de déterminants Fiche corrigée par Arnaud Bodin Eercice Calculer les déterminants des matrices suivantes : Correction Vidéo ( ) 0 6 7 3 4 5 8 4 5 6 0 3 4 5 5 6 7 0 3 5 4 3 0 3 0 0 3 0 0 0 3

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens

Chapitre 7. Statistique des échantillons gaussiens. 7.1 Projection de vecteurs gaussiens Chapitre 7 Statistique des échantillons gaussiens Le théorème central limite met en évidence le rôle majeur tenu par la loi gaussienne en modélisation stochastique. De ce fait, les modèles statistiques

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Eléments de théorie des corps finis.

Eléments de théorie des corps finis. Université de Rouen Agrégation de mathématiques 2005-2006 Eléments de théorie des corps finis. Application : les codes correcteurs. Nicolas Bruyère Table des matières I Les corps finis 1 1 Corps finis

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Les codes de Hamming et les codes cycliques - Chapitre 6 (suite et fin)- Les codes de Hamming Principe La distance minimale d un code linéaire L est le plus petit nombre

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES.

CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE. EQUATIONS DIFFERENTIELLES. CHAPITRE V SYSTEMES DIFFERENTIELS LINEAIRES A COEFFICIENTS CONSTANTS DU PREMIER ORDRE EQUATIONS DIFFERENTIELLES Le but de ce chapitre est la résolution des deux types de systèmes différentiels linéaires

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Problème 1 : applications du plan affine

Problème 1 : applications du plan affine Problème 1 : applications du plan affine Notations On désigne par GL 2 (R) l ensemble des matrices 2 2 inversibles à coefficients réels. Soit un plan affine P muni d un repère (O, I, J). Les coordonnées

Plus en détail

Le calcul numérique : pourquoi et comment?

Le calcul numérique : pourquoi et comment? Le calcul numérique : pourquoi et comment? 16 juin 2009 Claude Gomez Directeur du consortium Scilab Plan Le calcul symbolique Le calcul numérique Le logiciel Scilab Scilab au lycée Le calcul symbolique

Plus en détail

avec des nombres entiers

avec des nombres entiers Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants.. + 9 + 9. Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : 0. 9 9 0 9. Calculez. 9 0 9. : : 0 : 9 : :. : : 0

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface Table des matières Préface v I Mise à niveau 11 1 Bases du calcul commercial 13 1.1 Alphabet grec...................................... 13 1.2 Symboles mathématiques............................... 14 1.3

Plus en détail

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours

GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Codes cycliques Notes de cours linéaires GEL-7064 : Théorie et pratique des codes correcteurs Notes de cours Département de génie électrique et de génie informatique Université Laval jean-yves.chouinard@gel.ulaval.ca 12 février 2013

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Introduction à l Algorithmique

Introduction à l Algorithmique Introduction à l Algorithmique N. Jacon 1 Définition et exemples Un algorithme est une procédure de calcul qui prend en entier une valeur ou un ensemble de valeurs et qui donne en sortie une valeur ou

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Sites web éducatifs et ressources en mathématiques

Sites web éducatifs et ressources en mathématiques Sites web éducatifs et ressources en mathématiques Exercices en ligne pour le primaire Calcul mental élémentaire : http://www.csaffluents.qc.ca/wlamen/tables-sous.html Problèmes de soustraction/addition

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Introduction à la théorie des codes

Introduction à la théorie des codes Introduction à la théorie des codes André Leroy Ces notes doivent servir aux étudiants comme support et ne remplacent pas le cours Section 1 Introduction Section 2 Théorie de l information Section 3 Distance

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail