Quelques tests de primalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quelques tests de primalité"

Transcription

1 Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest École de printemps C2 Mars 2014

2 Plan 1 Introduction 2 De Fermat à Miller-Rabin 3 Test de Miller-Rabin 4 Le test de Solovay-Strassen

3 Définition et résultats classiques Euclide, livre sept des Élément, vers -300 : définition, existence d un diviseur premier, algorithme pour pgcd et ppcm, infinité, p k+1 l k p l + 1, crible d Eratosthène, théorème fondamental de l arithmétique (preuve par Gauss), complexité linéaire pour +, quadratique pour, exponentielle pour primalité et factorisation : T = n 1/2+o(1).

4 Distribution des nombres premiers A π(a) A/π(A) log A Théorème des nombres premiers : π(a) = p n =(1 + o(1)) n log n. Assez nombreux! A log A (1 + o(1)) et

5 Exponentiation Étant donné g dans G et e entier naturel, calculer g e. Maladroit g, g 2, g 3,...,g e 1, g e. T =(e 1). L algorithme d exponentiation rapide permet de calculer efficacement g e. Méthode inventée par Piṅgala dans son Chandah-sûtra (entre -450 et -250). e = 0 k K k2 k et b 0 = g, b k = bk 1 2 pour 1 k K. Puis g e b k k. 0 k K T = O(log e).

6 Ordre d un élément dans un groupe 0 oz Z G a g a. Trouver o? Prouver o? Si f = i pm i i et q i = f /p i et g f = 1etg q i = 1alorsf = o. Si l on a des preuves courtes de primalité, on a des preuves courtes pour l ordre d un élément dans un groupe.

7 Un peu d arithmétique Les propriétés de l anneau Z/nZ reflètent la factorisation de n. Si n = i pm i i alors Z/nZ i (Z/pm i i Z). Bijection effective : r i = n/p m i i et s i inverse de r i modulo p m i i (u i ) i i u i r i s i mod n. En particulier (Z/nZ) est d ordre i pm i 1 i (p i 1) donc #(Z/nZ) = n 1 n est premier. Une preuve que g mod n est d ordre n 1estunepreuvedeprimalité.

8 Preuves courtes de primalité Exhiber un générateur g de (Z/nZ) et une preuve que g est d ordre n 1. Exhiber la factorisation n 1 = i pm i i premiers. et une preuve que les p i sont Vérifier que g n 1 = 1etg n 1 p i = 1. PRIMES est dans NP co-np.

9 Ordre ou ordre exact On se donne un groupe algébrique G, e.g. groupe multiplicatif ou courbe elliptique sur Z/nZ. Soit G(Z/nZ) =(Z/nZ) ou E(Z/nZ) par exemple. On a un morphisme ρ p : G(Z/nZ) G p (Z/pZ) pour tout p n. Soit o premier à n. OnditqueA G(Z/nZ) est d ordre exact o si oa = 0 et pour tout p n l image ρ p (A) est d ordre o dans G p (Z/pZ). Autrement dit pour tout q o et p n on a o q A = 0modp.

10 Ordre ou ordre exact Soit n = 7 13 = 91 et G le groupe multiplicatif. 1 est d ordre 2 modulo 7 et 3 est d ordre 3 modulo 13, donc ( 1) 6 13 = 36 = 55 est d ordre 6 modulo n mais pas d ordre exact 6. En revanche 3 est d ordre 6 modulo 7 et 10 est d ordre 6 modulo 13, donc = 374 = 10 est d ordre exact 6. En particulier et sont inversibles modulo n.

11 Théorème (Pocklington) Test de Pocklington-Lehmer Soit n 2 un entier. Soit a (Z/nZ) d ordre exact s n. Alors n est premier. a est d ordre exact s signifie a s = 1eta i 1 est inversible pour 1 i < s (de façon équivalente a s/q 1 est inversible pour tout diviseur premier q de s). Démonstration. Soit p un diviseur premier de n. Le groupe (Z/pZ) contient a mod p. Donc s divise p 1. Donc p 1 + s > n. Donc tout diviseur premier de n est plus grand que n,etn est premier. Ce qui est difficile en pratique, c est de trouver un facteur s assez grand de n 1 qui soit produit de petits premiers. Souvent on écrit n 1 = 2m et on est bloqué.

12 Des premiers pour quoi faire? On va voir que PRIMES est dans P. Le problème de la factorisation ne semble pas être dans P. Fonctions asymétriques et fonctions trappes. Pour construire des groupes multiplicatifs et utiliser des logarithmes discrets. On connaît #(Z/pZ). Pour construire des corps finis et faire de la géométrie : (3x + 2y) p = 3x p + 2y p F p [x, y]. SiV est une variété algébrique sur F p on a une application F : V V.Onpeutcalculer#E(F p ).

13 Critère de Fermat Si n est premier alors x n = x mod n pour tout entier x et x n 1 = 1modn si (x, n) =1. Preuve 1 : on vérifie pour x = 1 et on utilise (x + y) p = x p + y p. Preuve 2 : théorème de Lagrange. Critère de composition : W n =(Z/nZ), F n associée est définie par : F n : (Z/nZ) {prime, composite} x prime si x n 1 = 1modn composite si x n 1 = 1modn On choisit x au hasard (comment?) et on calcule F n (x). Si F n (x) =composite alors n est composé. Critère de composition. Si F n (x) =prime que faire?

14 Critère de Fermat Combien de faux témoins? Pas trop en général. 100% pour les nombres de Carmichael exemple n = 561 = Que se passe-t-il? Il y a une infinité de nombres de Carmichael d après Alford, Granville, Pomerance. Le test de Fermat n a pas de faux témoins si n est premier, mais peut avoir 100% de faux témoins pour certains nombres composés.

15 Théorème Le critère de Miller-Rabin Soit n 3 un entier impair et posons n 1 = 2 k mavecmimpair. Si nestpremier, alors pour tout x dans (Z/nZ), on a Démonstration. x m = 1 ou x 2i m = 1 pour un 0 i < k. (1) D après le théorème de Fermat, x n 1 1 = 0. Mais x n 1 1 =(x n 1 2 ) 2 1 =(x n 1 2 1)(x n ) = (x m 1)(x m + 1)(x 2m + 1) (x 2k 1 m + 1) (Z/nZ) est un corps, donc au moins un des facteurs est nul.

16 Le test de Miller-Rabin Corollaire : Si l on trouve un x tel que Eq. (1) est fausse, alors n est composé. Critère de composition : W n =(Z/nZ), M n associée est définie par : M n : (Z/nZ) {prime, composite} x prime si (1) est vraie composite sinon On choisit x au hasard et on calcule M n (x). Comment? Complexité? Si M n (x) =composite alors n est composé. Critère de composition. Si M n (x) =prime que dire?

17 Le test de Miller-Rabin Théorème Si n est composé et impair, et s il a t facteurs premiers, alors #{x in(z/nz) : Eq. (1) est vraie} ϕ(n) 1 2 t 1. Si de plus n 15 alors 1/4. Remarque 1 : Après λ tests, la probabilité de manquer un composé est majorée par 1/4 λ. Remarque 2 : Cette majoration est presque optimale. Pour n = pq avec p = 2 a + 1, q = 4 a 1 deux premiers et a impair, n 1 = 2 a (4a + 3) et il y a beaucoup d entiers x d ordre a modulo n.

18 Preuve I Soit l le plus grand entier tel que 2 l divise p 1 pour tout diviseur premier p de n. Alors B = {x in (Z/nZ) : Eq. (1) est vraie} est contenu dans B = {x in (Z/nZ) : x 2l 1 m = ±1} Si x m = 1modn alors x B.Six m2i = 1 modn avec 1 i < k alors 2 i+1 divise p 1 pour tout p n. Donc l i + 1. Donc x 2l 1m =( 1) 2l i 1.

19 Preuve II Le nombre de x tels que x 2l 1 m = 1estleproduitsurp du nombre de solutions de x 2l 1 m = 1modp ap, Donc, pgcd((p 1)p ap 1, m 2 l 1 ) (= pgcd(p 1, m) 2 l 1 ). #{x in (Z/nZ) : x 2l 1 m = 1} = p n pgcd(p 1, m) 2 l 1. De même, le nombre de x tels que x 2l m = 1modp ap est pgcd(p 1, m) 2 l, donc le nombre de x tels que x 2l 1 m = 1 mod p ap est aussi pgcd(p 1, m) 2 l 1. Donc, #B = 2 p n pgcd(p 1, m) 2l 1, et #B ϕ(n) = 2 pgcd(p 1, m) 2 l 1 (p 1) p ap 1. p n

20 Preuve III Comme 2 l 1 pgcd(p 1, m) divise (p 1)/2, on a #B ϕ(n) 1 2 t 1. Enfin si t = 1, #B /ϕ(n) 1/3.

21 Complexité et fiabilité Si n est premier, pas de faux temoin. Si n est composé, la densité de faux témoins est 1/4 et 1/2 t 1. T =(log n) 2+(n) avec exponentiation et arithmétique rapides. Avec λ/2 tests de Miller-Rabin, pour n 15 impair, l algorithme répond prime avec probabilité 2 λ si n est composé. Le temps de calcul est (λ/2)(log n) 2+(n). Nous verrons qu il existe un algorithme qui atteint la même sécurité en temps λ 1 2 +(λ) (log n) 2+(n) si λ log n.

22 Symbole de Legendre Soit n 3 un entier premier. Pour a entier a n est défini par a 0 si a = 0modn. = 1 si l équation X 2 = a a deux solutions dans Z/nZ. n 1 si l équation X 2 = a n a aucune solution dans Z/nZ. On a n 1 a n = a 2 mod n. Eneffetsia = b 2 alors a n 1 2 = b n 1 = 1et le polynôme x n 1 2 1n apasplusde(n 1)/2 solutions. Cela donne une première méthode pour calculer efficacement ce symbole. Notons que a a n est un morphisme de groupes.

23 Loi de réciprocité quadratique Théorème Si p et q sont des premiers impairs positifs et distincts, alors 2 p p q q p =( 1) (p 1)(q 1) 4, =( 1) p ,et p =( 1) p 1 2.

24 Démonstration. Soit Φ q (x) =1 + x + + x q 1 et A(x) F p [x] un facteur irréductible de Φ q (x) modulo p. Soit L = F p [x]/a et ζ = x mod A(x) L.C estuneracineq-ième primitive de l unité dans L.Lasomme de Gauss τ = x ζ x q x F q 1 est dans L. On montre que τ 2 = q L. Donc τ est une q 1 racine carrée de q. CetteracineestdansF q p si et seulement si p 1 τ p = τ. Onvérifiequeτ p = τ. Donc q est un carré q q p modulo p si et seulement si = 1. q

25 Symbole de Jacobi Soit N 3entierimpairetN = i pe i i sa factorisation. Le symbole de Jacobi est x = ei x. N p i i a Dépend de x mod N. Et = 0ssipgcd(a, b) = 1. b Théorème (Gauss) 1 Pour M 3 et N 3 impairs M et M N N M =( 1) M 1 2, =( 1) (M 1)(N 1) 4. 2 M =( 1) M2 1 8,

26 Calcul du symbole de Jacobi Pour calculer M N on utilise alternativement trois idées remplacer M par M%N, si M est pair, sortir 2, si M est impair et < N basculer. Et même mieux. T =(log max(m, N)) 2+o(1).

27 Critère de Solovay-Strassen Si n 3 est premier alors pour tout x dans (Z/nZ) on a x n 1 x 2 = mod n. n L ensemble des témoins pour ce test est donc W n =(Z/nZ) et l application associée S n : (Z/nZ) {prime, composite} est définie par : S n (x) =prime ssi x n 1 2 = x n mod n.

28 Densité de faux témoins Si n est premier impair, pas de faux témoins. Théorème Si n est un entier impair composé, la densité de faux témoins vérifie où ϕ(n) =#(Z/nZ). {x (Z/nZ) x n 1 2 = x n mod n} 1 ϕ(n) 2, Complexité? Densité? Comparaison avec Miller-Rabin?

29 Bilan On a montré que PRIME est dans co RP. Montrer que PRIME est dans RP a pris beaucoup de temps. Adleman et Huang l ont montré en Rappel : RP co RP est noté ZPP. Quantités pertinentes pour un test de composition : densité µ(n), complexité T (n). Le quotient T (n) log 2 µ(n) est le prix d un bit de sécurité, ou d espérance. On obtient (log n) 2+o(1).

30 Résumé Complexité des algorithmes antiques Distribution des nombres premiers Exponentiation rapide Preuves courtes de l ordre d un élément Preuves courtes de primalité et de composition PRIME est dans NP co NP Ordre exact Test de Pocklington-Lehmer Tests de composition (Miller-Rabin, Solovay-Strassen) PRIME est dans co RP

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars 2014 Plan 1 Rappels 2 Agrawal,

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER

M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER M2 EFM TD MATHÉMATIQUES APPLIQUÉES : ARITHMÉTIQUE CHRISTOPHE RITZENTHALER 1. Euclide, relation de Bézout, gcd Exercice 1. [DKM94,.14] Montrer que 6 n 3 n our tout entier n ositif. Exercice 2. [DKM94,.15]

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html

Arithmétique Algorithmique. http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie III Algorithmes classiques 1 Coût de la multiplication et de la division 2 Exponentiation rapide 3 Algorithme d Euclide

Plus en détail

Arithmétique et Tests de Primalité

Arithmétique et Tests de Primalité Arithmétique et Tests de Primalité Pierre Rouchon Centre Automatique et Systèmes Mines ParisTech pierre.rouchon@mines-paristech.fr Novembre 2012 P.Rouchon (Mines ParisTech) Arithmétique et Tests de Primalité

Plus en détail

Langage C et aléa, séance 4

Langage C et aléa, séance 4 Langage C et aléa, séance 4 École des Mines de Nancy, séminaire d option Ingénierie Mathématique Frédéric Sur http://www.loria.fr/ sur/enseignement/courscalea/ 1 La bibliothèque GMP Nous allons utiliser

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

Quelle sécurité? Cryptographie à clé publique. Fonction à sens unique. Clés publiques. ! Notion de trappe. Repose sur la sécurité calculatoire.

Quelle sécurité? Cryptographie à clé publique. Fonction à sens unique. Clés publiques. ! Notion de trappe. Repose sur la sécurité calculatoire. Quelle sécurité? Repose sur la sécurité calculatoire. Signification : cryptanalyste déploie plus d efforts de calcul pour retrouver le clair (ou la clé) à partir du chiffré que la durée de vie du clair.

Plus en détail

Congruences et théorème chinois des restes

Congruences et théorème chinois des restes Congruences et théorème chinois des restes Michel Van Caneghem Février 2003 Turing : des codes secrets aux machines universelles #2 c 2003 MVC Les congruences Développé au début du 19ème siècle par Carl

Plus en détail

Chiffrement à clef publique ou asymétrique

Chiffrement à clef publique ou asymétrique Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

L ANNEAU Z ET SES QUOTIENTS

L ANNEAU Z ET SES QUOTIENTS L ANNEAU Z ET SES QUOTIENTS RÉSUMÉ ET QUESTIONS 1. IDÉAUX Un anneau est un ensemble A muni de deux lois de composition internes + et telles que (A, +) est un groupe commutatif d élément neutre noté 0 et

Plus en détail

Arithmétique modulaire pour la cryptographie

Arithmétique modulaire pour la cryptographie Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

Introduction à la cryptographie à clef publique

Introduction à la cryptographie à clef publique {Franck.Leprevost,Sebastien.Varrette,Nicolas.Bernard}@uni.lu Université du Luxembourg, CESI-LACS, Luxembourg Laboratoire ID-IMAG, Grenoble, France Master CSCI - 2005-2006 Outlines 1 Génération de nombres

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel.

Exo7. Devoir à la maison et sujet de partiel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud. Exercice 1 Soit d non rationel. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Devoir à la maison et sujet de partiel Exercice 1 Soit d non rationel. Dans l anneau on definit la conjugaison" z : Z[ d] = {n + m d n,m Z} si z

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers E. Dostal juin 2015 Table des matières 2 Nombres remarquables dont les nombres premiers 2 2.1 Introduction............................................

Plus en détail

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Etant donné un entier n, l arithmétique modulo n consiste à faire des calculs sur les restes dans la division euclidienne des entiers par n. Exemples

Plus en détail

Cryptographie à clé publique

Cryptographie à clé publique Les systèmes à clé publique Cryptographie à clé publique Systèmes symétriques : même clé pour le chiffrement et le déchiffrement Problèmes : transmission de la clé 1 clé par destinataire Système asymétrique

Plus en détail

Feuille d exercices 1

Feuille d exercices 1 Complexité Exercice 1 Démontrer que a) n 2 /2 O(n) b) 5n+3 = O(n) c) 30n+5 = O(n 2 ) d) 4n 3 +5n 2 +10 = O(n 3 ). Exercice 2 Donnez la complexité (en fonction de n) de l algorithme suivant. Vous donnerez

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Lemme Chinois Exercice 1 Soient A un anneau et I et J les idéaux de A tels que I + J = (1). Démontrer que I n + J m = (1) quels que soient entiers

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

MULTIPLICATION RAPIDE : KARATSUBA ET FFT

MULTIPLICATION RAPIDE : KARATSUBA ET FFT MULTIPLICATION RAPIDE : KARATSUBA ET FFT 1. Introduction La multiplication est une opération élémentaire qu on utilise évidemment très souvent, et la rapidité des nombreux algorithmes qui l utilisent dépend

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Polynômes. Motivation. 1. Définitions. Exo7. 1.1. Définitions

Polynômes. Motivation. 1. Définitions. Exo7. 1.1. Définitions Exo7 Polynômes Vidéo partie 1. Définitions Vidéo partie 2. Arithmétique des polynômes Vidéo partie 3. Racine d'un polynôme, factorisation Vidéo partie 4. Fractions rationnelles Exercices Polynômes Exercices

Plus en détail

H4. THÉORIE DES NOMBRES. Nombres premiers A. CHAMBERT-LOIR, F. IVORRA

H4. THÉORIE DES NOMBRES. Nombres premiers A. CHAMBERT-LOIR, F. IVORRA Master STS mention mathématiques Année 2007/2008 H4. THÉORIE DES NOMBRES. Nombres premiers A. CHAMBERT-LOIR, F. IVORRA A. RAPPELS : FACTORISATION, THÉORÈME D EUCLIDE EXERCICE 1 1 Démontrer qu il existe

Plus en détail

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures Université P. et M. Curie (Paris VI) Master de sciences et technologies ère année - applications Spécialité : Mathématiques Fondamentales code UE : MMAT4020 Mention : Mathématiques et MO : (2 ECTS) code

Plus en détail

Arithmétique Algorithmique.

Arithmétique Algorithmique. Arithmétique Algorithmique http://www.math.univ-lyon1.fr/~roblot/ens.html Partie IV Factorisation des entiers 1 Enoncé du problème 2 Algorithmes préliminaires Primalité et pseudo-primalité Reconnaissance

Plus en détail

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach

Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Equations polynomiales modulaires et Conjecture de Goldbach Denise Vella-Chemla 5/2/2013 La conjecture de Goldbach stipule que tout nombre pair supérieur à 2 est la somme de deux nombres premiers. 1 Modéliser

Plus en détail

Que faire en algorithmique en classe de seconde? ElHassan FADILI Lycée Salvador Allende

Que faire en algorithmique en classe de seconde? ElHassan FADILI Lycée Salvador Allende Que faire en algorithmique en classe de seconde? BEGIN Que dit le programme? Algorithmique (objectifs pour le lycée) La démarche algorithmique est, depuis les origines, une composante essentielle de l

Plus en détail

Algorithmes Probabilistes COMPLEX

Algorithmes Probabilistes COMPLEX Algorithmes Probabilistes COMPLEX Ludovic Perret Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) ludovic.perret@lip6.fr Introduction Algorithme Il retourne toujours une solution correcte, et pour une même

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement asymétrique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie

CRYPTOGRAPHIE. Chiffrement asymétrique. E. Bresson. Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr. SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie CRYPTOGRAPHIE Chiffrement asymétrique E. Bresson SGDN/DCSSI Laboratoire de cryptographie Emmanuel.Bresson@sgdn.gouv.fr I. CHIFFREMENT ASYMÉTRIQUE I.1. CHIFFREMENT À CLÉ PUBLIQUE Organisation de la section

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Le problème. Éric Wegrzynowski. 29 avril Introduction. Principe RSA. Comment Alice et Bob peuvent-ils faire pour partager une clé

Le problème. Éric Wegrzynowski. 29 avril Introduction. Principe RSA. Comment Alice et Bob peuvent-ils faire pour partager une clé Éric Wegrzynowski 29 avril 2010 Le problème Comment Alice et Bob peuvent-ils faire pour partager une clé secrète? Réponses : Impraticable se rencontrer physiquement pour échanger une clé secrète ; Praticable

Plus en détail

Cryptographie (RSA) et primalité

Cryptographie (RSA) et primalité Cryptographie (RS) et primalité January 26, 2011 (Chapitre pour le cours : groupes et arithmétique, MI4, L2 option info) 1 Cryptographie 1.1 Principes généraux La cryptographie est l art (ou la science)

Plus en détail

Structures algébriques et algorithmes

Structures algébriques et algorithmes Univ. Lille 1 - Master Info 2011-2012 Principes et Algorithmes de Cryptographie Table des matières Structures algébriques et algorithmes 1 Entiers et opérations sur les entiers 2 1.1 Taille d'un entier...........

Plus en détail

1 Exercices à savoir faire

1 Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2013 2014 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n 5 : Congruences, indicatrice d Euler, RSA 1 Exercices à savoir faire Exercice 1 1 Trouver tous les couples (x, y) Z 2 tels que 3x +

Plus en détail

RSA - bases mathématiques

RSA - bases mathématiques RSA - bases mathématiques Jang Schiltz Centre Universitaire de Luxembourg Séminaire de Mathématiques 162A, avenue de la Faïencerie L-1511 Luxembourg Luxembourg E-mail:schiltzj@cu.lu 1 Divisibilité Définition

Plus en détail

Chaînes d addition Euclidiennes Appliquées à la Multiplication de Points sur les Courbes Elliptiques

Chaînes d addition Euclidiennes Appliquées à la Multiplication de Points sur les Courbes Elliptiques Chaînes d addition Euclidiennes Appliquées à la Multiplication de Points sur les Courbes Elliptiques Nicolas Méloni ARITH-LIRMM, Université Montpellier2, France I3M, Université Montpellier2, France 23

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n 6 : équations aux congruences, Z/nZ Exercices à savoir faire Exercice 1 1. Trouver tous les couples (x, y) Z 2 tels que 3x + 7y = 5.

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Arithmétique. 2 ième année de DUT Informatique. Version 2.1 3 février 2009. Ph. Roux

Arithmétique. 2 ième année de DUT Informatique. Version 2.1 3 février 2009. Ph. Roux Arithmétique 2 ième année de DUT Informatique Version 2.1 3 février 2009 Ph. Roux 2002-2009 Table des matières Table des matières 2 1 cours magistral 3 1.1 Divisibilité.................................

Plus en détail

Devoir à la maison. à rendre le lundi 21 février 2011

Devoir à la maison. à rendre le lundi 21 février 2011 Université Clermont 1 Année 2010-2011 IUT Info 1A Semestres décalés Arithmétique et Cryptographie Malika More Devoir à la maison à rendre le lundi 21 février 2011 Exercice 1 (3 points). 1. En utilisant

Plus en détail

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence

L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence L essentiel du cours 2014/2015 Terminale S Spécialité Maths, Lycée Français de Valence Sommaire 1. Arithmétique 2 1.1. Division euclidienne......................... 2 1.2. Congruences.............................

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Cryptographie et fonctions à sens unique

Cryptographie et fonctions à sens unique Cryptographie et fonctions à sens unique Pierre Rouchon Centre Automatique et Systèmes Mines ParisTech pierre.rouchon@mines-paristech.fr Octobre 2012 P.Rouchon (Mines ParisTech) Cryptographie et fonctions

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements

Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Exo7 Logique et raisonnements Vidéo partie 1. Logique Vidéo partie 2. Raisonnements Exercices Logique, ensembles, raisonnements Quelques motivations Il est important d avoir un langage rigoureux. La langue

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Tests de primalité et cryptographie

Tests de primalité et cryptographie UNIVERSITE D EVRY VAL D ESSONNE Tests de primalité et cryptographie Latifa Elkhati Chargé de TER : Mr.Abdelmajid.BAYAD composé d une courbe de Weierstrass et la fonction (exp(x), cos (y), cos(z) ) Maîtrise

Plus en détail

CHAPITRE 8 : ELEMENTS D ARITHMETIQUE. Définition : Le nombre entier naturel a est multiple du nombre entier naturel b signifie qu il existe un nombre

CHAPITRE 8 : ELEMENTS D ARITHMETIQUE. Définition : Le nombre entier naturel a est multiple du nombre entier naturel b signifie qu il existe un nombre I MULTIPLES ET DIVISEURS : 1.1 Multiples d un nombre entier naturel : CHAPITRE 8 : ELEMENTS D ARITHMETIQUE Définition : Le nombre entier naturel a est multiple du nombre entier naturel b signifie qu il

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Nombres ayant même reste dans la division euclidienne par un entier non nul notion de congruence - Compatibilité avec les opérations usuelles.

Nombres ayant même reste dans la division euclidienne par un entier non nul notion de congruence - Compatibilité avec les opérations usuelles. ARITHMETIQUE Partie des mathématiques étudiant les propriétés élémentaires des nombres entiers. Introduction : Le développement de l informatique et plus généralement de ce qu on appelle «le numérique»,

Plus en détail

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface

Table des matières. I Mise à niveau 11. Préface Table des matières Préface v I Mise à niveau 11 1 Bases du calcul commercial 13 1.1 Alphabet grec...................................... 13 1.2 Symboles mathématiques............................... 14 1.3

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Algorithmique. Rappels mathématiques.

Algorithmique. Rappels mathématiques. Algorithmique.. Anca Nitulescu anca.nitulescu@ens.fr Ecole Normale Supérieure, Paris Cours 2 1/49 Anca Nitulescu anca.nitulescu@ens.fr Introduction à la cryptographie Définition Complexité des algorithmes

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

Les dessous de la cryptographie à clé publique

Les dessous de la cryptographie à clé publique Les dessous de la cryptographie à clé publique Christiane Rousseau Université de Montréal De tout temps l homme a cherché des moyens de transmettre des messages secrets et a inventé des codes secrets de

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Signature, identi cation.

CHAPITRE 6 : Signature, identi cation. CHAPITRE 6 : Signature, identi cation. La cryptographie ne se limite plus à l art de chi rer des messages, on va considérer dans ce chapitre de nouvelles tâches qu il est possible de réaliser. La signature

Plus en détail

Problème: si les tableaux que l'on trie sont déjà à peu près triés, l'algorithme n'est pas efficace.

Problème: si les tableaux que l'on trie sont déjà à peu près triés, l'algorithme n'est pas efficace. Traonmilin Yann traonmil@enst.fr MOD Algorithmique Probabiliste 1. Deux exemples 1.1. Quicksort randomisé. Dans l'algorithme de tri classique Quicksort, le pivot est choisi au début du tableau puis on

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Introduction à la Cryptologie

Introduction à la Cryptologie Introduction à la Cryptologie Chapitre 11 : Classification et construction des corps finis Michael Eisermann (Institut Fourier, UJF Grenoble) Année 2008-2009 IF / IMAG, Master 1, S1-S2 document mis à jour

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Introduction des nombres complexes en TS

Introduction des nombres complexes en TS Introduction des nombres complexes en TS 1 À la découverte de nouveaux nombres Résoudre : dans, puis dans, l équation 5 + x = 0 ; dans, puis dans, l équation 3x + 2 = 0 ; dans, puis dans, l équation x

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples

Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples 36 Probabilité conditionnelle et indépendance. Couples de variables aléatoires. Exemples (Ω, B, P est un espace probabilisé. 36.1 Définition et propriétés des probabilités conditionnelles Définition 36.1

Plus en détail

INF4420: Sécurité Informatique

INF4420: Sécurité Informatique : Cryptographie III José M. Fernandez M-3109 340-4711 poste 5433 Aperçu Crypto III Cryptographie à clé publique (suite) RSA (suite) Problème du log discret Chiffre de El-Gamal Chiffrement à courbe elliptique

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Théorème 1.1 Soient a et b deux entiers. Nous supposons b non nul. Alors il existe un et un seul couple d entiers (q, r) tels que

Théorème 1.1 Soient a et b deux entiers. Nous supposons b non nul. Alors il existe un et un seul couple d entiers (q, r) tels que Algorithmes arithmétiques classiques Les applications de l arithmétique et le développement des moyens de calcul ont rendu cruciales les questions sur la possibilité effective de réaliser certaines opérations.

Plus en détail

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier

Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier Courbes elliptiques, fonctions L et conjecture de Zagier François Brunault Exposé au séminaire de mathématiques pures, Université de Clermont-Ferrand, mardi 15 novembre 25 Les courbes elliptiques sont

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie Mathématiques pour l informatique notes de cours sur la seconde partie L Université Paris-Est, Marne-la-Vallée Cyril Nicaud Organisation Ce demi-cours est composé de 6 séances de cours et 6 séances de

Plus en détail

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2)

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2) LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ. Pré-requis : Relation d équivalence ; Définitions d un groupe, d un anneau, d un corps ; Division euclidienne dans Z, notation d un cardinal ( ) ; Nombres

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Arithmétique modulaire pour la cryptographie

Arithmétique modulaire pour la cryptographie Académie de Montpellier U n i v e r s i t é M o n t p e l l i e r I I Sciences et Techniques du Languedoc Thèse présentée au Laboratoire d Informatique de Robotique et de Microélectronique de Montpellier

Plus en détail

STRUCTURES ALGÉBRIQUES FONDAMENTALES

STRUCTURES ALGÉBRIQUES FONDAMENTALES STRUCTURES ALGÉBRIQUES FONDAMENTALES A. BOUARICH 1. Notion de relations binaires 1.1. Relation binaire d équivalence sur un ensemble. Définition 1. Soit A un ensemble non vide. Une fonction propositionnelle

Plus en détail

Factorisation d entiers (première partie)

Factorisation d entiers (première partie) Factorisation d entiers ÉCOLE DE THEORIE DES NOMBRES 0 Factorisation d entiers (première partie) Francesco Pappalardi Théorie des nombres et algorithmique 22 novembre, Bamako (Mali) Factorisation d entiers

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Cryptographie RSA. Introduction Opérations Attaques. Cryptographie RSA NGUYEN Tuong Lan - LIU Yi 1

Cryptographie RSA. Introduction Opérations Attaques. Cryptographie RSA NGUYEN Tuong Lan - LIU Yi 1 Cryptographie RSA Introduction Opérations Attaques Cryptographie RSA NGUYEN Tuong Lan - LIU Yi 1 Introduction Historique: Rivest Shamir Adleman ou RSA est un algorithme asymétrique de cryptographie à clé

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail