Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Immunopathologie et immunointervention : Allergies Hypersensibilité de type I. Allergies Hypersensibilité de type I"

Transcription

1 28/10/2013 MAIROT Kévin D1 Immunopathologie et immunointervention Professeur J. Vitte 8 pages Plan: Allergies Hypersensibilité de type I A. Physiopathologie de l'allergie : I. Schéma global de la réaction immunitaire amenant à une allergie II. Les immunoglobulines E B. Les allergènes : I. Définition II. Les allergènes saisonniers III. Allergènes pérannuels aéroportés IV. Les trophallergènes C. Épidémiologie : D. Tableaux cliniques : E. Exploration, suivi, diagnostique : La prof conseille de lire «immunologie fondamentale et immunopathologie», téléchargeable gratuitement sur le site de l'assim sous forme de chapitres ( ). Il existe 4 grands mécanismes qui définissent l hypersensibilité en immunologie. D'après classification de Gell & Coombs : Type I : médiée par les IgE, les effets sont immédiats. Type II : à IgG ou IgM, les effets sont semi-retardés (4 à 8 heures). Type III : à complexes immuns (= complexes antigène-anticorps), les effets sont semiretardés (4 à 8 heures). Type IV : à lymphocyte T, les effets sont retardés (1 à 3 jours). Ce cours va présenter l'hypersensibilité de type I. 1/8

2 A. Physiopathologie de l'allergie : I. Schéma global de la réaction immunitaire amenant à une allergie : A connaître 1. Des allergènes pénètrent l'organisme (suite au traumatisme de la peau ou autre épithélium servant de barrière entre le milieu intérieur et extérieur). 2. Ils arrivent alors au contact des cellules dendritiques qui vont les présenter aux LT naïfs dans les ganglions. 3. Le LT naïf correspondant au peptide présenté va se multiplier s'activer. 4. Le LT activé va à son tour activer les LB qui se différencient en plasmocytes, qui produiront des IgE (par la commutation isotypique :C'est sous l'effet des cytokines sécrétées par les lymphocytes Th que la cellule B entreprend la commutation isotypique, c'est-à-dire le passage de la sécrétion d'un anticorps d'isotype IgM à un autre isotype (IgG, A, E)). 5. Les IgE vont se fixer sur leurs récepteurs de forte affinité à la surface des mastocytes = cellule effectrice, souvent nichés près des barrières de l'organisme. 6. Lorsque le même allergène entre une seconde fois dans le milieu intérieur, il active les mastocytes portant les IgE spécifiques à leur surface et déclenche donc immédiatement les symptômes (rougeur, prurit, œdème, éternuements, bronchospasme, hypotension etc.. ) dus à l'exocytose des granules pré-formés contenant des amines vasoactives (histamine, sérotonine...). 2/8

3 Pas à connaître, juste comprendre 'l'idée générale' : Lors de son activation, en fonction des cytokines environnantes, le lymphocyte T devient un LT «helper» différent : S'il y a du TGF-β et de l'il-6, le lymphocyte deviendra un Th17, qui induira une réponse à neutrophile, via l'il-17. S'il y a INF-γ et de l'il-12 le lymphocyte deviendra un Th1 qui induira une activation des macrophages, via l'inf-γ. S'il y a de l'il-4, on aura des Th2 qui produiront de l'il 5, 13, 4 avec entre autre des réponses de type IgE. en présence de TGF β et d'il-2, on a les T reg qui participent à la terminaison de la réponse immune, inhibent les autres voies lymphocytaires. II. Les immunoglobulines E : Ce sont des immunoglobulines présentes en quantité infime par rapport aux autres dans le sang. Dosage sérique des immunoglobulines : IgG : 10aine g/l (7-15 g/l) IgA et IgM de l'ordre du g/l (1-4 g/l et 0,5-3 g/l) Les IgE ne sont même pas détectées par cet examen : elles représentent moins de 0, g/l En pathologie on peut en avoir 1000 fois plus. Le temps de demie vie : 2,5 jours pour les IgE, contre 21 jours pour les IgG. Ce sont les dernières Ig découvertes. Les IgE et IgG sont spécifiques des mammifères, mais alors que l'on sait tout (ou presque) du rôle physiologique des IgG, on ne sait presque rien sur celui des IgE : Elles ont un rôle dans la réponse immune contre certains parasites (trichinella, schistosoma, et toxoplasma gondii). Les helminthes induisent une grosse production d'ige mais non spécifique : si on est infesté par ces vers on n'y sera pas pour autant allergique. Une autre piste est encore expérimentale : la réponse anti tumorale. Dès 1935, des études épidémiologiques ont examiné la relation existant entre les allergies(hypersensibilité immédiate) et les tumeurs malignes et ont trouvé une association inverse. La structure des IgE :Pas de questions dessus Comme les autres immunoglobulines, elles sont formées de chaînes lourdes et légères, et ont une forme soluble et membranaire (sur les LB). Dans la forme soluble, on trouve la chaîne lourde avec 4 domaines constants, et les chaînes légères ayant un domaine variable et un constant. Dans la forme membranaire (BCR) même organisation que pour les autres avec en plus : deux chaînes complémentaires Ig-α et Ig-β (deux isoformes de CD79)!! Ne pas confondre les IgE portées par la membrane du LB et les Ig portées par leur récepteur (FcεR) à la surface des autres cellules!! 3/8

4 Récepteurs aux IgE : Les récepteurs aux Ig reconnaissent la partie constante des Ig et sont spécifiques des isotypes (A, M, G, E). Les récepteurs à la fraction constante des IgE (FcεR) peuvent être de faible ou de forte affinité aux IgE : Pour les récepteurs de forte affinité (FcεRI) : ils sont capables de fixer l'ac seul, sans l'antigène, ce qui veut dire que les cellules l'exprimant se promènent avec des IgE à leur surface et dès que l'ag correspondant arrive, il y a signalisation. Seuls les basophiles,les mastocytes et les cellules de langherans (dendritiques sous cutanées) expriment ces récepteurs. L'activation et les effets sont donc immédiats. rôle effecteur : symptomes expression constitutive Pour les récepteurs de faible affinité FcεRII=CD23) : il faut un complexe Ag-Ac pour qu'il y ait fixation. Ils ont un effet régulateur : induction de la transcription de certains gènes. On les trouve sur les lymphocytes B, T, éosinophiles, monocytes, cellules de Langherans, cellules dendritiques folliculaires, plaquettes sanguines. rôle régulateur expression inductible (sauf sur les LB) A bien comprendre : Le fait d'avoir des IgE spécifiques d'un allergène donné n'est pas suffisant pour être allergique. On est dit «sensibilisé» à cet allergène et ont a plus de risques que la population générale de devenir allergique, mais on ne le sera pas nécessairement. Pour être déclaré allergique, il faut les IgE, mais aussi les symptômes de l'allergie. Par exemple : Lors des anesthésies, il y a parfois des chocs anaphylactiques en réponse aux médicaments utilisés. Pourquoi ne pas faire de dépistage alors que c'est grave? Si on faisait le dépistage, 10% de la population serait positive, pourtant beaucoup moins (~1/10 000) auront un choc anaphylactique, car la majorité des personnes n'est que sensibilisée. B. Les allergènes : I. Définition : On utilise le mot allergène lorsqu'on parle d'un Ag qui induit une réponse à IgE. Une source allergénique concerne le produit initial : pollen, fruit, venin, poussière sous le lit. Un extrait allergénique est une fraction préparée pour des tests cutanés, dosages, désensibilisation (immunothérapie spécifique) ; c'est donc une protéine retirée de la source allergénique puis utilisée par la médecine. L'allergène : protéine purifiée ou recombinante : on l'utilise pour le dosage des IgE. Une protéine donnée ne sera pas allergénique pour l'homme si celui-ci possède un homologue à 70% ou plus. Par exemple dans les allergies à la crevette, escargots, c'est la tropomyosine qui est en cause. Elle existe aussi dans le poisson, cependant elle n'est jamais à l'origine d'allergie chez l'homme parce que notre tropomyosine est très proche de celle du poisson. 4/8

5 Autre raison : parmi les familles protéiques les plus fréquentes, on ne trouve aucun allergène : le fait qu'une protéine soit allergène ne tient pas qu'à sa fréquence, mais à d'autres propriétés, probablement sa structure, et ses interactions avec le SI. Ce sont souvent des protéines ayant une activité enzymatique leur permettant de passer les membranes, d'autres sont des protéines globulaire très stables non détruites par la cuisson et très fortement allergéniques. II. Les allergènes saisonniers = pollens Ils sont anémophiles : transportés par le vent. Sont spécifiques des régions selon la végétation. Il existe 3 grands saisons polliniques : Fin de l'hiver : pollens des arbres Passage du printemps à l'été : graminés Passage de l'été à l'automne : herbacés. En méditerranée, on a les cyprès, les genévrier, des platanes, des bouleaux. Le pollen de bouleau est un gros problème : il contient des protéines appartenant à la famille PR- 10 présentant des homologues très proches dans pratiquement tous les fruits de la terre. Cette protéine est extrêmement allergisante, amenant à une reconnaissance croisée des protéines homologues présentes dans l'alimentation (fruits). De nombreuses allergies alimentaires sont dues à ce pollen. Le temps sec et le vent favorisent la dissémination des pollens accentuant ainsi les symptômes. La pluie par contre améliore les symptômes. Mais une tempête peut faire gonfler et éclater des particules de pollen qui vont alors libérer des particules de plus petite taille. Il y a alors pénétration plus profonde dans les voies aériennes et donc aggravation. III. Allergènes pérannuels aéroportés : On vit avec eux dans notre maison. Ce sont les acariens, les moisissures, les animaux de compagnie, le latex, les blattes... Des réactions croisées peuvent survenir : acariens ou poils d'animaux avec des allergènes alimentaires. Les poils de certains animaux de compagnie possèdent une albumine identique à celle présente dans la viande : il y a donc apparition d'une allergie aux animaux et des symptômes alimentaires si consommation de viande peu cuite. IV. Les trophallergènes (= allergènes ingérés) : Ils ne sont pas identiques dans tous les pays, chaque pays ayant ses spécificités culinaires. Le mode de vie joue dans l'apparition des allergies. (La nourriture des fast-food favoriserai les allergies au sésame. C'est ainsi qu'en mangeant des bigmac on se retrouve allergique à je ne sais quelle crème cosmétique contenant du sésame..!). L'age joue aussi : les allergies sont plutôt d'origine animale chez les enfants (alimentation plus animale : lait/oeufs) alors qu'elles sont plutôt végétales chez l'adulte. 5/8

6 C. Épidémiologie : Les allergies sont de plus en plus fréquentes dans les pays industrialisés. Les raisons : le mode de vie serait incriminé avec principalement le fait que l'on soit trop propres( hypothèse hygiéniste : vaccin, hygiène plus de réponse Th1, et donc beaucoup plus de Th2, responsable des allergies). Un régime alimentaire très varié (plus de risques de tomber sur un allergène auquel on est sensible). La pollution atmosphérique abime les barrières naturelles, les allergènes passent donc plus facilement et le risque d'allergie augmente. La modification de la pollinisation par les changements climatiques : les cyprès produisent maintenant en ville des pollens plus riches en protéines allergisantes que les cyprès de montagne. Le caractère héréditaire des maladies allergiques est à retenir c'est-à-dire que si l'on suspecte une pathologie allergique et qu'il y a un cas dans la famille (quelles qu'en soient les manifestations) c'est un argument fort en faveur du diagnostic positif. D. Tableaux cliniques : Ils dépendent de la voie de pénétration de l allergène et de la localisation des symptômes. On distingue : les symptômes systémiques = anaphylaxie :les + sévères Ils apparaissent pour toutes les voies d'introduction. Exemples : anesthésie préopératoire, fruits à coques, produits laitiers, latex, venin d hyménoptères les allergies respiratoires, ORL, oculaires : Elles sont causées par des antigènes aéroportés (pollens, micro-organisme, animaux domestiques ). les allergies digestives : Elles sont causées par des antigènes alimentaires (aliments de consommation courante). les allergies cutanées : Elles sont causées par des antigènes environnementaux, alimentaires et iatrogènes (lait et eczéma atopique, antibiotiques et urticaire, cosmétiques ). les allergies croisées : Elles ont une identité/parenté antigénique. Introduction du même allergène par des voies différentes : alimentaire/transcutané, inhalé/ingéré Le raisonnement probabiliste est utile. 6/8

7 E. Exploration, diagnostic, suivi : Il existe des : test cutanés : en premier lieu. Les antigènes sont appliqués ou injectés. Le test revient positif si l'on observe une papule urticarienne, un érythème et un prurit. Ces tests peuvent soit être à lecture immédiate (allergies respiratoires, ORL, digestives ; médiée par les mastocytes) ou à lecture retardée (allergies cutanées ; médiée par les LT mémoires) en fonction du type d'allergie. Tests biologie : recherche et dosage des IgE spécifiques de l'ag incriminé Activation ex vivo des basophiles par l'ag incriminé Diagnostic différentiel des allergies croisées Test de provocation : on reproduit les événements rapportés par le patient (effectué à l hôpital car c est dangereux : le patient peut faire un choc anaphylactique..). Marine va chez le médecin pour savoir ce qui lui arrive : - Bonjour Docteur, en ce moment je me sens pas très bien, savez-vous ce que j'ai? - Hum...oui, vous êtes allergique au bouleau! - Ah?! Hé bien il faut que j'arrête de travailler! - Mais non Madame! Je parlais de l'arbre! Ok c'est nul... 7/8

8 8/8

Immunopathologie. Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences. Filière SVI Semestre 4. Pr. Saaïd AMZAZI. Département de Biologie

Immunopathologie. Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences. Filière SVI Semestre 4. Pr. Saaïd AMZAZI. Département de Biologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Département de Biologie Année Universitaire : 2004-2005 Filière SVI Semestre 4 Immunopathologie Module optionnel (M 16.1): Biologie Humaine Élément : Immunologie

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

LES ALLERGIES. 26 /03/09 Dr Porri Pneumo

LES ALLERGIES. 26 /03/09 Dr Porri Pneumo A. LES ALLERGIES 26 /03/09 Dr Porri Pneumo I. Définitions II. Physiopathologie A. La phase de sensibilisation B. La phase d allergie III. Pneumoallergènes A. Les acariens B. Les phanères d animaux C. Les

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE. Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre

CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE. Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre CONTRIBUTION DE LA BIOLOGIE AU DIAGNOSTIC DE L ALLERGIE Dr Marie DESROUSSEAUX Pharmacien Biologiste Laboratoire Biocentre INTRODUCTION La prévalence des maladies allergiques a doublé au cours des 15 dernières

Plus en détail

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif)

A quoi pensez-vous? (diagnostic positif) Cas clinique Mme D. 24ans, depuis 3 semaines: Asthénie Rhinorrhée Obstruction nasale Ecoulement nasal postérieur Toux productive le matin+++ Voix enrouée le matin +++ Douleurs modérées infraorbitaires

Plus en détail

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2)

Coline Plé IPL. Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines. Structure de l IgE (1) Structure de l IgE : Fragments Fab et Fc (2) Les Immunoglobulines de type E (IgE) Classes d Immunoglobulines 1. Structure 2. Synthèse 3. Récepteurs 4. Fonctions Division des Immunoglobulines en 5 classes en fonction de leurs propriétés structurales

Plus en détail

2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue. F Lemoigne

2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue. F Lemoigne 2 : Terrain atopique et allergies respiratoires: place de l allergologue F Lemoigne Définitions Atopie: aptitude génétiquement déterminée à fabriquer des IgE asthme, rhinite allergique, dermatose atopique,

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Journées de pneumo-allergologie pédiatrique A.Juchet, A.Chabbert-Broué

Journées de pneumo-allergologie pédiatrique A.Juchet, A.Chabbert-Broué Journées de pneumo-allergologie pédiatrique A.Juchet, A.Chabbert-Broué Patient allergique ou suspect d allergie Anamnèse Interrogatoire Enquête alimentaire Examen clinique Tests cutanés prick-tests (HSI)

Plus en détail

Ta b le PREMIÈRE PARTIE. Introduction...9 COMPRENDRE L'ALLERGIE

Ta b le PREMIÈRE PARTIE. Introduction...9 COMPRENDRE L'ALLERGIE Ta b le Introduction...9 PREMIÈRE PARTIE COMPRENDRE L'ALLERGIE CHAPITRE 1 Allergies, allergènes, allergiques... 15 L'allergie est-elle une maladie?... 16 Qu'est-ce qu'un allergène?... 17 Qui est allergique?...

Plus en détail

BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE

BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE Dr Cécile BORDES, MCU-PH Laboratoire d Immunologie Université Victor Segalen, CHU Pellegrin Bordeaux BASES IMMUNOLOGIQUES DE L HYPERSENSIBILITE LIEE AUX IgE Objectifs Présenter les bases physiopathologiques

Plus en détail

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras

L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras L allergie alimentaire chez l enfant François DOUCHAIN Service de Pédiatrie CH Arras JAMA 26 janvier 2012 1 L allergie alimentaire (AA) touche environ 5% de la population infantile Semble en augmentation

Plus en détail

F.Benabadji Alger 22.11.13

F.Benabadji Alger 22.11.13 F.Benabadji Alger 22.11.13 ALLERGIE DANS LE MONDE 4ÉME RANG MONDIAL (OMS) PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE LES CAUSES Notre environnement (industriel, technologique, scientifique et climatique) * Allergènes

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Allergies respiratoires et environnement extérieur 1 français sur 4 souffre d allergies respiratoires.

Allergies respiratoires et environnement extérieur 1 français sur 4 souffre d allergies respiratoires. 1 français sur 4 souffre d allergies respiratoires. Un document réalisé par le Comité Français d'observation des Allergies. Introduction Définition de l allergie L allergie correspond à une réponse anormale

Plus en détail

Allergique ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides d Allergies

Allergique ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides d Allergies Allergique ou non? Patient Diagnostics Tests Rapides d Allergies Les tests rapides d allergies exceptionnels à utiliser chez soi Test allergie général (IgE) Test allergie aux oeufs Test intolérance au

Plus en détail

Rachel Frély. Les allergies. alimentaires. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Rachel Frély. Les allergies. alimentaires. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Rachel Frély Les allergies alimentaires Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol CHAPITRE 1 Les allergies alimentaires en questions 1. Quels sont les mécanismes de l allergie? Au début du

Plus en détail

Sylvain Dubucquoi : Biologie de l allergie, CERM 2007

Sylvain Dubucquoi : Biologie de l allergie, CERM 2007 : Biologie de l allergie, CERM 2007 Allergie : Le poids des chiffres! Exploration des hypersensibilités à IgE 4% de la population générale ~ 10% des enfants de moins de 2 ans (USA) Les manifestations s'aggravent!

Plus en détail

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.

HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen. HYPERSENSIBILITE AUX PRODUITS DE CONTRASTE (immédiate/retardée) Dr Dominique LAROCHE Laboratoire d Hormonologie CHU de CAEN laroche-do@chu-caen.fr PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS Réaction immédiate : < 1

Plus en détail

8.4 Rhinite allergique

8.4 Rhinite allergique 8.4 Rhinite allergique Références bibliographiques : -La rhinite non allergique à éosinophiles ou NARES. Aspects cliniques et immunohistologiques. Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

MANIFESTATIONS CLINIQUES ET CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE

MANIFESTATIONS CLINIQUES ET CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE MANIFESTATIONS CLINIQUES ET CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE Martine Drouet Unité Allergologie CHU - ANGERS Société Française de Toxicologie 29-30 nov 2012 - Toulouse Epidémiologie de l

Plus en détail

aux arbres? La désensibilisation Je m informe 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

aux arbres? La désensibilisation Je m informe 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Diminue voire supprime les symptômes à terme Allergique aux arbres? 2. Diminue la consommation des traitements symptomatiques

Plus en détail

RNSA AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN

RNSA AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN RNSA CAPTEURS AEROCAP 44 ALLERGOLOGIE DE TERRAIN RNSA Association loi 1901Crée en 1996 par M.THIBAUDON pour poursuivre les travaux du laboratoire d Aérobiologie de l institut PASTEUR à Paris Étude du contenu

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T

TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T 14/10/2013 MARIANI Natacha L2 TSSIBG G. Pommier 8 pages TSSIBG Immunoglobulines et récepteurs pour l'antigène des lymphocytes B et T Immunoglobulines (Ig/AC) Récepteurs pour l'antigène des lymphocytes

Plus en détail

Prise en charge d une réaction allergique de type immédiat avec les produits de contraste

Prise en charge d une réaction allergique de type immédiat avec les produits de contraste Prise en charge d une réaction allergique de type immédiat avec les produits de contraste Olivier Clément (Paris), Pascale Dewachter (Paris), Anika Fichelle (Paris), Jean-Yves Gauvrit (Rennes), Didier

Plus en détail

Y a-t-il des allergènes asthmogènes?

Y a-t-il des allergènes asthmogènes? Y a-t-il des allergènes asthmogènes? Michel MIGUERES Pneumologue et allergologue, Clinique de l Union, Toulouse Les symptômes des allergies respiratoires rhinite, conjonctivite, asthme ne s observent pas

Plus en détail

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française

S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française S.P.L.F. : Société de Pneumologie de Langue Française Ministère de la Santé Français publie le plan Asthme 2002 L ANAES ( Agence Nationale d Accréditation et d Evaluation en Santé) Par le biais d une

Plus en détail

Les allergies des beaux jours Pollens Guêpes

Les allergies des beaux jours Pollens Guêpes Les allergies des beaux jours Pollens Guêpes Document non contractuel / Mod 3344/04.2012/ Imprimerie B.F.I - 03.28.52.69.42 Le partenaire santé qui vous change la vie Prévention Le printemps arrive et

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Diminue voire supprime les symptômes à terme 2. Diminue la consommation des traitements symptomatiques associés à l allergie

Plus en détail

PLACE DES RECOMBINANTS EN ALLERGIE RESPIRATOIRE Frédéric ric de Blay

PLACE DES RECOMBINANTS EN ALLERGIE RESPIRATOIRE Frédéric ric de Blay PLACE DES RECOMBINANTS EN ALLERGIE RESPIRATOIRE Frédéric ric de Blay Unité de pneumologie, d allergologie d et de pathologie respiratoire de l environnementl Pôle de Pathologie thoracique Hôpitaux universitaires

Plus en détail

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2

ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres. Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 ASTHME : EFR, Allergologie, Kinésithérapie, Autres Dr Isabelle Tillie-Leblond, CHRU Lille & Université de Lille 2 L ALLERGIE Conférence d experts Asthme-Allergie Quand et comment faire une enquête allergologique?

Plus en détail

La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie

La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie La mise au point des allergies alimentaires. Olivier Michel CHU Brugmann Immuno- allergologie Conflits d intérêt en rapport avec la présenta?on Honoraires de conférence : Thermofischer Par?cipa?on à un

Plus en détail

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U

APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U APLV EN PÉRIODE NÉONATALE QUELLE CLINIQUE? QUE FAIRE? D D E B O I S S I E U DÉFINITIONS Allergie aux protéines du lait de vache = Réaction immunologique vis à vis d une ou plusieurs protéines du lait de

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

BIOLOGIE DE L ALLERGIE

BIOLOGIE DE L ALLERGIE BIOLOGIE DE L ALLERGIE 9h -10h15: L'exploration de l'hypersensibilité de type I: des extraits allergéniques aux allergènes moléculaires- F.Bienvenu 10h15-10h45: Présentation d'un dossier clinique. O. Marchand

Plus en détail

L ALLERGIE A L IODE N EXISTE PAS

L ALLERGIE A L IODE N EXISTE PAS L ALLERGIE A L IODE N EXISTE PAS Actualités thérapeutiques 07/12/2013 Dr Gwenaëlle VEYRAC Centre Régional de Pharmacovigilance Un grand nombre de patients se déclarent «allergiques à l iode» Expression

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Revêtement cutané Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées. Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées

Revêtement cutané Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées. Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées 07/04/15 GRANGEON Anastasia L2 (CR : Hamza Berguigua) Revêtement cutané Dr Sophie Jego 12 pages Mécanismes des réactions inflammatoires cutanées Plan A. Organisation du tissu cutané B. Fonctions physiologiques

Plus en détail

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2

Si active. Fragment ( si fragment ) Dans le cas de complexe, on écrit le complexe sous un seul nom. Ex : complexe des molécules 1, 4 et 2 : C 1,4,2 Le complément I_ Généralités A. Découverte Les anticorps ont été découverts en 1890. La fixation d'anticorps ne suffit pas à détruire l'antigène. Pfeiffer et Bordet ont démontré qu'un système complémentaire

Plus en détail

28 Complément et inflammation

28 Complément et inflammation 28 Complément et inflammation Introduction Le complément est un système de protéines sériques qui comporte une trentaine de constituants, solubles et membranaires. Il est impliqué dans la réponse innée

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

28 MARS 13 Hebdomadaire Province

28 MARS 13 Hebdomadaire Province Page 1/6 La saison des pollens arrive et avec elle, son lot annuel de rhumes des foins, conjonctivites et autres maux. Les dernières déceni Aujourd'hui un Français sur trois serait concerné par l'allergie

Plus en détail

A LA PÊCHE AUX POLLENS

A LA PÊCHE AUX POLLENS CAS CLINIQUE A LA PÊCHE AUX POLLENS Commencer Réalisé par le Dr Fontaine Allergologue, Praticien attaché au CHU de Reims SITUATION Madame D. Valérie, 35 ans, originaire de l Aisne, consulte au mois d

Plus en détail

Physiopathologie de l hypersensibilité immédiate (HSI)

Physiopathologie de l hypersensibilité immédiate (HSI) Physiopathologie de l hypersensibilité immédiate (HSI) Cyril Hoarau, Nisen Abuaf, Frédéric Bérard, Jacques Bienvenu, Sylvie Chollet-Martin, Jean François Nicolas, Joana Vitte I-Définitions... 2 II-Classification

Plus en détail

ALLERGIQUE AUX ARBRES?

ALLERGIQUE AUX ARBRES? ALLERGIQUE AUX ARBRES? Connaître mon allergie Définition L année commence par la saison des pollens d arbres. On peut différencier les arbres sans châton (cyprès, frêne, platane, chêne, olivier), présents

Plus en détail

REGLES DE PRESCRIPTION DES TESTS BIOLOGIQUES CONCERNANT L ALLERGIE (Nomenclature de biologie médicale)

REGLES DE PRESCRIPTION DES TESTS BIOLOGIQUES CONCERNANT L ALLERGIE (Nomenclature de biologie médicale) REGLES DE PRESCRIPTION DES TESTS BIOLOGIQUES CONCERNANT L ALLERGIE (Nomenclature de biologie médicale) 1) Le dosage des IGE totales sériques n est pas un test de dépistage de l allergie et ne peut pas

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Les Allergies. Dossier réalisé avec la collaboration du conseil scientifique de la Société Francaise d'allergologie

Les Allergies. Dossier réalisé avec la collaboration du conseil scientifique de la Société Francaise d'allergologie Les Allergies Les allergies sont connues de longue date : Hippocrate et Lucrèce en ont déjà donné des descriptions dans l Antiquité. A la Renaissance, on attribue le rhume des foins (rhinoconjonctivite

Plus en détail

6La vaccination et les allergies

6La vaccination et les allergies CHAPITRE 6 Ursule@Fotolia.com 6La vaccination et les allergies OBJECTIFS Être capable de : Énoncer le principe de vaccination. Indiquer les caractéristiques de l immunité conférée par les vaccins. Présenter

Plus en détail

Pollinose- Aspects Cliniques et Thérapeutiques

Pollinose- Aspects Cliniques et Thérapeutiques Pollinose- Aspects Cliniques et Thérapeutiques Dr Jean Charles BONNEAU ANGERS pollinarium 1 Pollinose- Aspects Cliniques et Thérapeutiques Qu est que la pollinose, son impact sur la santé & la société?

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées

Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Activité 29 : Les mécanismes de l immunité acquise permettant l élimination d antigènes circulants et la destruction des cellules infectées Partie I : A l aide des informations du logiciel Immunologie

Plus en détail

your life* gynécologie immunologie et transplantation infectiologie et parasitologie métabolisme, diabète, nutrition neurologie ophtalmologie

your life* gynécologie immunologie et transplantation infectiologie et parasitologie métabolisme, diabète, nutrition neurologie ophtalmologie Acteur majeur dans le domaine de la santé, le laboratoire Mylan offre dans plus de 140 pays et territoires dans le monde, l une des plus larges gammes de produits pharmaceutiques, intervenant dans tous

Plus en détail

aux graminées? La désensibilisation Je m informe 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

aux graminées? La désensibilisation Je m informe 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Diminue voire supprime les symptômes à terme Allergique aux graminées? 2. Diminue la consommation des traitements symptomatiques

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse

Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Réponses aux pathogènes, immunité anti-infectieuse Ghislaine Sterkers et Marie-Anne Gougerot-Pocidalo I-Introduction... 2 II-Systèmes immunitaires impliqués dans la défense anti-infectieuse... 3 II-1.Immunité

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient

L immunothérapie sublinguale. Carnet Patient L immunothérapie sublinguale Carnet Patient Introduction Le traitement des maladies allergiques respiratoires (rhinite, asthme), comprend le contrôle de l environnement, l éviction de l allergène, l utilisation

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY Définissez-moi d abord ce que vous entendez par Atopie, par Dermatite Atopique (DA) et par Allergie et je vous dirai si le DA c est

Plus en détail

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies...

DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil. Quel bilan pour quelles allergies... DEPISTAGE du Syndrome d'apnées du Sommeil Quel bilan pour quelles allergies... Asthme et rhinite...de O à 77 ans Dr CYRIL BERGOIN (Tourcoing) FMC TOURCOING 13 NOVEMBRE 2008 Rhinite et asthme : des maladies

Plus en détail

Les allergies croisées. Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique

Les allergies croisées. Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique Les allergies croisées Lisez attentivement cette fiche si vous êtes allergique EN BREF L allergie croisée est une réaction à une substance donnée alors que le sujet est sensibilisé à une autre substance

Plus en détail

La processionaire et l Homme. Dr. Ignacio Moneo Hospital Carlos III Madrid imoneog@hotmail.com

La processionaire et l Homme. Dr. Ignacio Moneo Hospital Carlos III Madrid imoneog@hotmail.com La processionaire et l Homme Dr. Ignacio Moneo Hospital Carlos III Madrid imoneog@hotmail.com 1 Introduction La chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa, TP) provoque des lésions cutanées

Plus en détail

L enfant avant tout. Allergie alimentaire ou intolérance alimentaire?

L enfant avant tout. Allergie alimentaire ou intolérance alimentaire? 31 L enfant avant tout Allergie alimentaire ou intolérance alimentaire? En Amérique du Nord, les allergies alimentaires touchent environ 5 % des enfants et de 1 à 2 % des adultes, mais bien plus de personnes

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Les allergies croisées A. Bakhatar, K. El fadi. Service des maladies respiratoires CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc

Les allergies croisées A. Bakhatar, K. El fadi. Service des maladies respiratoires CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Les allergies croisées A. Bakhatar, K. El fadi Service des maladies respiratoires CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc Généralités Introduction: Réactions croisées entre allergènes: 1970 1980. Grand nombre

Plus en détail

Les allergènes moléculaires

Les allergènes moléculaires Les allergènes moléculaires Utilité dans l allergie alimentaire Monique Fontaine Raisonnement à l échelon moléculaire = nouvelle manière d aborder le diagnostic allergique! = avantages et limites = nécessite

Plus en détail

Diagnostic : allergènes recombinants. Thérapeutique : Induction de tolérance alimentaire Désensibilisation sublinguale

Diagnostic : allergènes recombinants. Thérapeutique : Induction de tolérance alimentaire Désensibilisation sublinguale L.MALOT Diagnostic : allergènes recombinants Thérapeutique : Induction de tolérance alimentaire Désensibilisation sublinguale DIAGNOSTIC Camille 10 ans Cs pour une rhinite perannuelle Interro : éternuements

Plus en détail

Allergie au latex : l apport des recombinants. Agnès Juchet, Jean-François Fontaine, Anne Chabbert- Broué CFP2A, session ASPPIR, 06 nov 2009

Allergie au latex : l apport des recombinants. Agnès Juchet, Jean-François Fontaine, Anne Chabbert- Broué CFP2A, session ASPPIR, 06 nov 2009 Allergie au latex : l apport des recombinants Agnès Juchet, Jean-François Fontaine, Anne Chabbert- Broué CFP2A, session ASPPIR, 06 nov 2009 Composition du latex Latex à l état naturel : issue de hévéa

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

Notre système. Immunitaire

Notre système. Immunitaire Notre système Immunitaire Notre système Immunitaire Edito L association I.R.I.S. salue l initiative de Sara Lebien, qui en écrivant cet ouvrage et en proposant une illustration gaie et coloré a rendu l

Plus en détail

pratique quotidienne chez l enfant

pratique quotidienne chez l enfant EXPLORATION DE L ALLERGIE ALIMENTAIRE: pratique quotidienne chez l enfant Pr Ag BEN M RAD Sonia Hopital Ariana DIAGNOSTIC DIFFICILE Diversité des substances Polymorphisme clinique Variabilité du délai

Plus en détail

Je m informe. L Étroit Unlimited P1004FR 08-2010

Je m informe. L Étroit Unlimited P1004FR 08-2010 L Étroit Unlimited P1004FR 08-2010 Je m informe Comprendre l allergie Il y a de plus en plus d allergiques VRAI : L OMS (Organisation Mondiale de la Santé) classe l allergie au 4ème rang des affections

Plus en détail

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme?

L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? CAS CLINIQUE L allergie respiratoire : de la rhinite à l asthme? Commencer Réalisé par le Pr Just Chef du Service d Allergologie Centre de l asthme et des Allergies Hôpital Trousseau Paris 12 Suite Paul,

Plus en détail

AGCC, H2,CH4, CO2, H2S

AGCC, H2,CH4, CO2, H2S AGCC, H2,CH4, CO2, H2S AGCC, H2,CH4, CO2, H2S mastocytes Terminaisons sensitives Réaction à la prise alimentaire Allergique IgE médiée Maladie coeliaque Non IgE médiée Entérocolite nécrosante Mixte Allergie

Plus en détail

Examen L3 - lère session 2012-2013. Module : Immunopathologie et immunointervention

Examen L3 - lère session 2012-2013. Module : Immunopathologie et immunointervention Examen L3 - lère session 2012-2013 Module : Immunopathologie et immunointervention 1. Le ganglion: ' *\j Est le lieu où se développe la réponse immunitaire Son augmentation de volume peut être lié à une

Plus en détail

L allergologie moléculaire en pratique : Les fabacées

L allergologie moléculaire en pratique : Les fabacées Les rendez vous de l allergologie Moléculaire Les rendez vous de l allergologie Moléculaire L allergologie moléculaire en pratique : Les fabacées Dr H. Masson Juin 2014 Allergène purifié Extrait allergénique

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 148 - Février 2015 SOMMAIRE 1) Physiopathologie des réactions allergiques 2) Allergie aux béta-lactamines 3) En pratique 4) Quizz Le mot de la rédaction Les symptômes d une allergie

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

La surveillance des allergies

La surveillance des allergies La surveillance des allergies Mathilde Pascal, Christophe Declercq Département Santé Environnement Marie-Christine Delmas, Claire Fuhrman Département des maladies chroniques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Les facteurs environnementaux interviennent néanmoins de manière prépondérante par rapport aux critères génétiques.

Les facteurs environnementaux interviennent néanmoins de manière prépondérante par rapport aux critères génétiques. FICHE N 4 : LES ALLERGIES I. DEFINITION ET MECANISMES L allergie est la conséquence d une réaction immunitaire exagérée. Etymologiquement, c est l état d un individu qui réagit autrement (allos : autre

Plus en détail

ITEM 115 : ALLERGIES RESPIRATOIRES CHEZ L ENFANT (et de l adulte*)

ITEM 115 : ALLERGIES RESPIRATOIRES CHEZ L ENFANT (et de l adulte*) ITEM 115 : ALLERGIES RESPIRATOIRES CHEZ L ENFANT (et de l adulte*) Objectifs Pédagogiques : - Reconnaître une allergie respiratoire chez l enfant - Connaître les principes généraux du traitement d une

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Réintroductions alimentaires chez l enfant. M. Hofer - J.Wassenberg Immuno-allergologie Service de pédiatrie - CHUV

Réintroductions alimentaires chez l enfant. M. Hofer - J.Wassenberg Immuno-allergologie Service de pédiatrie - CHUV Réintroductions alimentaires chez l enfant M. Hofer - J.Wassenberg Immuno-allergologie Service de pédiatrie - CHUV Réintroductions alimentaires en 2004 Age: 12 mois 10 ans Nombre total: 30 Tests réussis:

Plus en détail

Les immunoglobulines et leurs fonctions. Marie-Nathalie Kolopp-Sarda MCU-PH Laboratoire d Immunologie Centre de Biologie Lyon Sud Octobre 2009

Les immunoglobulines et leurs fonctions. Marie-Nathalie Kolopp-Sarda MCU-PH Laboratoire d Immunologie Centre de Biologie Lyon Sud Octobre 2009 Les immunoglobulines et leurs fonctions Marie-Nathalie Kolopp-Sarda MCU-PH Laboratoire d Immunologie Centre de Biologie Lyon Sud Octobre 2009 IMMUNOGLOBULINES ET FONCTION ANTICORPS Définition Les immunoglobulines

Plus en détail

Des déficiences présentes

Des déficiences présentes Des déficiences présentes Comment se fait-il que dans certains cas, le système immunitaire ne fonctionne pas convenablement? Problèmes : 1. Pourquoi certains enfants sont-ils mis sous bulle plastique?

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

Allergie au latex (caoutchouc naturel) Amandine CATELAIN-LAMY Service des maladies professionnelles CENTRE HOSPITALIER LYON-SUD

Allergie au latex (caoutchouc naturel) Amandine CATELAIN-LAMY Service des maladies professionnelles CENTRE HOSPITALIER LYON-SUD r Allergie au latex (caoutchouc naturel) Amandine CATELAIN-LAMY Service des maladies professionnelles CENTRE HOSPITALIER LYON-SUD 27/11/2007 EPP - Service de médecine statutaire r Hevea Brasiliensis (Asie

Plus en détail

L allergie alimentaire chez le petit enfant

L allergie alimentaire chez le petit enfant Expression généraliste_ Soirée du 18 / 01 / 2005. Page 1 sur 6 L allergie alimentaire chez le petit enfant Quelques rappels de définition : A. Les effets néfaste ou adverses des aliments se répartissent

Plus en détail

Cellules présentatrices d'antigènes et allergie : phénotype, propriétés, fonctions

Cellules présentatrices d'antigènes et allergie : phénotype, propriétés, fonctions DESC d Immunologie Clinique et Allergologie 2014 Module 0 «Immunologie» Cellules présentatrices d'antigènes et allergie : phénotype, propriétés, fonctions Circulation et domiciliation des cellules immunitaires

Plus en détail

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale

L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale L immunité innée: de la Clinique à la Science Fondamentale RALANDISON Stéphane Association des Praticiens en Rhumatologie à Madagascar Soirée Rhumato, 28 février 2013 Introduction Habitudes pratiques:

Plus en détail

Dossier Progressif. 184 : hypersensibilité et allergies respiratoires chez l enfant et l adulte. Asthme,

Dossier Progressif. 184 : hypersensibilité et allergies respiratoires chez l enfant et l adulte. Asthme, Dossier Progressif Ce dossier progressif a été construit, revu et corrigé par au moins 4 enseignants du Collège des Enseignants de Pneumologie (CEP). Il s appuie sur l enseignement du Référentiel National

Plus en détail