Protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite"

Transcription

1 Protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite Commission de qualité des prestations Internet : Édition : Décembre 2009

2 Remerciements La Commission de qualité des prestations tient à remercier les membres du groupe de travail, les experts associés ainsi que les membres du comité de lecture qui ont participé à l élaboration et la validation de ce protocole ainsi qu aux documents annexes. De plus, la Commission de qualité des prestations remercie les prestataires qui ont partagé les protocoles ou mesures en vigueur dans leur structure d aides et de soins. Groupe de travail Monsieur John SCHUH, Chef de projet, Inspection Sanitaire Dr Pierre WEICHERDING, Inspection Sanitaire Madame Irène DEMUTH, Inspection Sanitaire Madame Tania SCHILTZ, Laboratoire National de Santé - Inspection Sanitaire Madame Claudine KOSTER, COPAS Madame Aline MAHOUT, COPAS Madame Jennifer OLIVAREZ, CEO Comité de lecture Madame Danièle CHRISTEN, Maison de soins «An de Wisen» à Bettembourg Monsieur Robert WILDANGER, SERVIOR Monsieur Alain KOCH, Stëftung Hellef Doheem Experts Dr Elisabeth HEISBOURG, Division de la Médecine Curative Monsieur Joël MOSSONG, Laboratoire National de Santé Monsieur Gérard SCHEIDEN, Inspection Sanitaire Contact : c/o Cellule d évaluation et d orientation de l assurance dépendance (CEO) 125, route d Esch L-2974 Luxembourg Secrétaire administratif : Norbert LINDENLAUB, CEO, Secrétaire technique : Joëlle WAX, CEO, Internet:

3 Les Norovirus sont les principaux agents des gastro-entérites aiguës toutes classes d âges confondues. Ces gastro-entérites, communément appelées «Mogripp» au Luxembourg, sont caractérisées par l apparition brutale de vomissements et/ou de diarrhées après une courte incubation de 24 à 48 heures. La majorité des infections guérissent spontanément en moins de 2 à 3 jours. Cependant, des formes cliniques plus sévères ont été observées avec un risque de déshydratation chez les nourrissons, personnes âgées et personnes immunodéprimées. En Europe les infections à Norovirus circulent surtout pendant l hiver, mais des épidémies ponctuelles au printemps et en été sont souvent observées. Des mesures simples notamment liées à l hygiène des mains et de l environnement constituent les moyens les plus importants pour limiter la transmission. L information et la vigilance de chacun, tant des professionnels, des personnes accompagnées et de leurs proches limitent la propagation et participent à une bonne gestion de l épidémie. C est pourquoi, la Commission de qualité des prestations a souhaité fournir une aide aux professionnels afin de limiter les risques auprès des publics accompagnés par les structures d aides et de soins. Ces recommandations sont destinées aux professionnels et plus particulièrement aux responsables et directeurs de soins qui ont à informer, accompagner et gérer cette période épidémique. Le protocole de gestion d une épidémie de gastro-entérite est complété par différents documents que les structures pourront utiliser selon leurs besoins : un système de questions/réponses ou FAQ (Frequently Asked Questions) à l intention du grand public pour une information simplifiée, reprenant les informations et mesures à suivre une fiche informative qui pourra être imprimée et affichée dans les établissements une présentation sous forme de Powerpoint pour soutenir la diffusion de l information auprès de l ensemble du personnel. Ces diapositives récapitulent les mesures spécifiques à prendre par le personnel soignant et les personnes en charge de l entretien. La Commission de qualité des prestations

4 Table des matières I. Généralités... 5 I.1. Une épidémie c est quoi?... 5 I.2. Spécificités des Norovirus:... 5 I.3. Période ou Temps d incubation... 5 I.4. Voies de contamination... 5 I.5. Voies de transmission... 5 I.6. Contagiosité et évolution... 5 I.7. Traitement... 6 II. Mesures de prévention et de contrôle pour contenir l épidémie... 6 II.1. Hygiène des mains... 6 II.2. Mesures concernant le matériel et l environnement... 8 II.2.1. Matériel... 8 II.2.2. Environnement : locaux, surfaces... 9 II.3. Hygiène hôtelière...10 II.4. Limitation des contacts entre personnes...10 II.4.1. Mesures concernant les personnes prises en charge et leurs proches II.4.2. Mesures spécifiques pour le personnel...10 II.5. Information II.5.1. Contenu de l information...11 Références/Bibliographie...12 Supports d information...12

5 I. GÉNÉRALITÉS 5 / 12 I.1. Une épidémie c est quoi? On peut parler d épidémie de gastro-entérite si plus de 3 personnes présentent pendant la même période des symptômes cliniques dans un même lieu (nausées, vomissements, diarrhées etc.). Les épidémies de gastro-entérites peuvent être causées par différents agents infectieux : (bactéries, virus, protozoaires) Néanmoins, les agents les plus souvent en cause en collectivité sembleraient être des Norovirus (NV). I.2. Spécificités des Norovirus: Les Norovirus sont des virus/ agents pathogènes : - hautement infectieux : quelques particules infectieuses (10-100) suffisent pour causer l infection - très résistants par rapport aux facteurs environnementaux : ils survivent assez longtemps en dehors du corps humain en milieu ambiant et sur des surfaces - résistants contre certains désinfectants avec un temps de contagiosité élevé : les NV restent contagieux pendant plusieurs journées en dehors du corps humain I.3. Période ou Temps d incubation Période entre l instant de la contamination et le début de la maladie: très court, entre 24 et 48 heures I.4. Voies de contamination Les virus sont excrétés par la personne contaminée via : - les matières fécales (selles), - les vomissements, - la voie aérienne (aérosols) est probable notamment lors des vomissements et pourrait participer à la diffusion du virus. I.5. Voies de transmission - manuportée : de personne à personne : mode de transmission le plus fréquent d une personne infectée à une autre - fécale-orale (par exemple par contact cutané avec des surfaces contaminées par des matières fécales contenant des virus) - denrées alimentaires contaminées - eau contaminée. L épidémie ainsi provoquée évolue d abord par paliers, avec un nombre limité de malades au départ. Elle peut ensuite s accélérer par un «effet escalier» si des mesures ne sont pas prises à temps. I.6. Contagiosité et évolution Minimum 48 heures après la disparition des symptômes cliniques, mais l infectiosité et l excrétion de virus peut persister pendant plusieurs semaines.

6 I.7. Traitement 6 / 12 Actuellement, il n existe aucun antiviral actif contre les Norovirus. Les antibiotiques sont sans action. Le traitement se restreint au remplacement de l eau et des sels minéraux perdus et éventuellement à l administration d antiémétiques. Dès qu une épidémie de gastro-entérite d allure virale est suspectée, il est impératif de mettre en place immédiatement les mesures de prévention et de contrôle, sans attendre les résultats de laboratoire afin d éviter la propagation de l épidémie! La disparition des symptômes ne signifie pas que la personne n est plus contagieuse. Les mesures de précaution sont donc à maintenir même après la disparition des symptômes cliniques, à raison de 2 ou 3 jours. II. MESURES DE PRÉVENTION ET DE CONTRÔLE POUR CONTENIR L ÉPIDÉMIE Quand une épidémie est identifiée, il faut prendre des mesures immédiates adaptées à la situation et aux circonstances. Il faut définir les compartiments (étages, unités, services) à haute densité virale et ceux à faible densité virale. Il s agit d éviter le transfert de l épidémie de ces compartiments à haute densité virale vers les autres compartiments en appliquant les mesures barrières adaptées! II.1. Hygiène des mains Lors de la poussée épidémique, il s agit de renforcer les mesures d hygiène, particulièrement l hygiène des mains, de façon à réduire la contamination par les selles ou les vomissements et la transmission par les mains. Les responsables doivent s assurer que les usagers et le personnel soient informés de la marche à suivre pour une hygiène et une désinfection correctes des mains. L hygiène des mains est indiquée s il y a une infection à NV pour: les usagers : - après utilisation des toilettes, - à la sortie de la chambre, - avant de manger. les visiteurs : - mêmes indications que pour les usagers, - rappeler l importance de l hygiène des mains notamment lors de la sortie de la chambre, - recommander d éviter l utilisation des sanitaires de l usager. le personnel intervenant auprès du/des usagers : - à l entrée et à la sortie du compartiment (étage, unité, service) à haute densité virale, - avant et après tout contact avec un usager, - avant et après tout soin, - après avoir touché l environnement de l usager ou du matériel contaminé ou potentiellement contaminé, - après tout contact avec des liquides biologiques: selles, vomissements, etc. et tout contact avec des surfaces susceptibles être contaminées par ces liquides, - avant de préparer les repas.

7 7 / 12 HYGIENE DES MAINS En cas de risque de vomissements et souillures, tout le personnel en contact avec les usagers infectés doit porter des dispositifs de protection tels que gants à usage unique, surblouse/tablier, masque chirurgical. Après avoir administré les soins et ôté les dispositifs de protection, la friction des mains avec une solution hydro-alcoolique virucide s impose. Si présence de souillures/salissures visibles à l œil nu ou pas de protection par le port de gants ou gants déchirés 1. Lavage hygiénique des mains : eau chaude et savon (pendant au moins 30 secondes) 2. Séchage soigneux à l aide de serviettes à usage unique un désinfectant alcoolique perd de son efficacité au contact de l eau 3. Désinfection des mains avec désinfectant Pas de présence de souillures/salissures visibles à l œil nu et gants intacts Désinfection hygiénique des mains (sans lavage préalable) avec désinfectant (à efficacité prouvée contre les NV) Produits à utiliser Les produits de désinfection des mains doivent porter la mention suivante : pour les désinfectants en provenance de l'allemagne: «viruzid» ou «Wirkungsbereich AB nach RKI-Liste». pour les désinfectants en provenance d'autres états européens: Norme EN ou mention «virucide» par le fabricant. Définitions «Wirkbereich» selon RKI: A: zur Abtötung von vegetativen Bakterien einschließlich Mykobakterien sowie von Pilzen einschließlich Pilzsporen geeignet; B: zur Inaktivierung von Viren geeignet N hésitez pas à consulter vos fournisseurs qui connaissent ces normes. Suivre scrupuleusement les recommandations du fabricant pour les conditions d utilisation. L hygiène rigoureuse des mains s impose pour toute la période d incubation et même après la disparition totale des symptômes vu la résistance environnementale des NV et la persistance de durée d excrétion du virus de plusieurs jours jusqu à deux semaines après disparition des symptômes. Attention : Il est important d utiliser les produits spécifiques (virucides) uniquement pendant la poussée épidémique.

8 8 / 12 II.2. Mesures concernant le matériel et l environnement II.2.1. Matériel Appareils Lingerie (draps et vêtements) Vaisselle Mobilier Tapis Nettoyer et désinfecter soigneusement les appareils (manchettes de tensiomètres, par exemple) après chaque utilisation. Veiller à utiliser du matériel de soins réservé à la personne malade et qui reste en chambre. Si le matériel doit être utilisé pour d autres usagers, il doit impérativement être soumis à une désinfection après chaque usage (ex : brassard de tension) Tous les objets susceptibles d avoir été contaminés tels que rouleaux de papier hygiénique et mouchoirs doivent également être éliminés. Les sacs poubelle contenant des articles contaminés (accessoires de nettoyage, par exemple) sont à éliminer ou à stériliser séparément (par autoclave). Le linge sale (blouses de protection, vêtements, draps de lit, etc.) est potentiellement contaminé et présente donc un risque infectieux. Le linge est à stocker dans un sac à linge dans la chambre. Le linge sale contaminé est mis dans des sacs adaptés et identifiés comme «linge infecté». Le linge doit être traité à une température > à 60 C. Les textiles ne pouvant pas être lavés à plus de 30 C doivent être trempés dans un produit désinfectant (oxygène actif ou autre désinfectant pour textile) ou entreposés séparément 14 jours dans un sac hermétique avant d être pris en charge. Attention : informer toute personne devant manipuler du linge contaminé des consignes à respecter (famille, personnel soignant, blanchisserie). Il est recommandé de changer les draps de lit et le linge de corps tous les jours. Il est impératif de passer la vaisselle éventuellement contaminée par des Norovirus au lave-vaisselle. Si non disponible, faire la vaisselle avec de l eau très chaude (>60 ). Le mobilier des chambres doit être nettoyé au désinfectant. Il est recommandé de nettoyer préalablement les matelas souillés à l eau et au savon avant de les passer à la machine à vapeur. Le traitement à la vapeur (à au moins 60 C) peut constituer une bonne alternative. Il est déconseillé de passer l aspirateur sur les tapis contaminés et de polir les sols à la machine, car cela comporte un risque de contamination par aérosolisation. Nb : les Norovirus conservent leur pouvoir infectieux dans l environnement pendant plusieurs jours.

9 9 / 12 II.2.2. Environnement : locaux, surfaces Nettoyage - désinfection des surfaces Si présence de souillures visibles à l œil nu : technique en deux étapes - Nettoyage rapide et régulier des surfaces contaminées (visiblement souillées) voire potentiellement contaminées : brassard de tensiomètres, chaises roulantes, sièges et autres aides techniques. - Renforcement du nettoyage et de la désinfection des surfaces fréquemment touchées ou souvent utilisées: lavabos, robinetterie, lunettes et cuvettes de toilettes, sonnettes, poignées de porte, rails de lits, rampes. - Après le passage d une personne malade aux toilettes communes, ces dernières devraient être immédiatement nettoyées et désinfectées. - Augmentation de la fréquence de nettoyage à 2x/jour pour les salles de séjour des personnes malades, la cuisine et les salles de bains communes. - Mettre des gants et éventuellement mettre une surblouse. - Éliminer d abord impérativement les souillures : au moyen d un matériau absorbant de préférence à usage unique. - Procéder à un nettoyage de surface à l eau et au détergent de la périphérie vers le centre (à préciser). - L absorption des souillures et le nettoyage simple sont obligatoires préalablement pour assurer l action du désinfectant de surface. - Procéder ensuite à la désinfection. Produits à utiliser pour le nettoyage des surfaces contaminées: Les produits de nettoyage et de désinfection des surfaces doivent porter la mention suivante : pour les désinfectants en provenance de l'allemagne: «viruzid» ou «Wirkungsbereich AB nach RKI-Liste» pour les désinfectants en provenance d'autres états européens: Norme EN ou mention «virucide» par le fabricant Définitions «Wirkbereich» selon RKI: A: zur Abtötung von vegetativen Bakterien einschließlich Mykobakterien sowie von Pilzen einschließlich Pilzsporen geeignet; B: zur Inaktivierung von Viren geeignet N hésitez pas à consulter vos fournisseurs qui connaissent ces normes. Suivre scrupuleusement les recommandations du fabricant pour les conditions d utilisation. Attention : La plupart des désinfectants de surface sont inactivés en cas de matières organiques d où l importance d absorber toutes souillures visibles à l œil nu. Le nettoyage des locaux et du milieu constitue une mesure essentielle pour lutter contre la dissémination des particules virales, d où l importance de l information au personnel chargé de l entretien des surfaces. Plus on attend pour effectuer un nettoyage selon les règles, plus le risque de transmission de l agent pathogène à des porteurs sains et de perte de contrôle de l épidémie grandit.

10 II.3. Hygiène hôtelière 10 / 12 Mesures concernant le contrôle et la manipulation des denrées alimentaires et de l eau de boisson Pendant une épidémie, même non due aux aliments, il est recommandé : - de mettre en place un régime alimentaire adapté, - de ne pas préparer des repas froids (salades, sandwiches ou du genre «finger-food») vu le risque de contamination, - de renoncer aux buffets, - d éviter que des personnes externes à l institution ne prennent part à des repas communs (services de repas externes, «déjeuners en groupe», etc.), - d écarter les restes d aliments (épluchures, reste de repas, etc.) pouvant avoir été contaminés par aérosolisation. II.4. Limitation des contacts entre personnes II.4.1. Mesures concernant les personnes prises en charge et leurs proches La séparation des personnes malades des personnes saines, l isolement par groupes ou l isolement de la personne malade (dans sa chambre, arrêt momentané de la prise en charge dans un centre d accueil de jour) peuvent stopper ou tout au moins limiter la propagation d une épidémie au plan local. Ces mesures visent à limiter les contacts entre personnes malades et saines. Les personnes symptomatiques doivent si possible être placées dans des chambres avec toilettes. Si des infections se déclarent dans une chambre à plusieurs lits, les personnes malades doivent être regroupées et les personnes saines de préférence transférées dans des chambres individuelles où elles resteront sous observation pendant la durée d incubation sans introduire de nouvelles personnes dans la chambre. Les mesures d isolement des personnes infectées ne seront levées que si aucune nouvelle infection ne se déclare 48 heures après le dernier cas constaté. Dans les lieux de vie, les personnes éviteront l utilisation des sanitaires communs et auront accès si possible à une chambre avec toilettes privatives. Si cela n est pas possible, il est recommandé de séparer les toilettes disponibles entre toilettes pour personnes malades et toilettes pour personnes saines. Pendant une épidémie, il est nécessaire de réduire, voire d éviter les activités en groupe (activités récréatives, sorties) et il est recommandé de servir les repas en chambre si l infrastructure le permet. Il est recommandé de reporter les sorties ainsi que toutes les visites médicales non urgentes (médecin ou hôpital). Enfin, il est recommandé de suspendre ou au moins de limiter les visites aux personnes malades pendant une épidémie. Les visiteurs qui présenteraient des symptômes (nausées, vomissements) éviteront de même de rendre visite à leurs proches et ce pendant au moins 48 heures après la disparition des symptômes. De manière générale, il est recommandé à l ensemble des personnes malades ou pouvant être porteuses de limiter les déplacements le plus possible pour éviter la propagation de l épidémie. II.4.2. Mesures spécifiques pour le personnel Le personnel malade constitue un risque pour l environnement de travail pendant 2 à 3 jours après la disparition des symptômes cliniques.

11 11 / 12 Il est donc recommandé que le personnel qui présente des symptômes de gastro-entérite pendant l exercice de son travail quitte son poste afin d être mis en congé maladie le temps de la disparition du risque infectieux. En cas d épidémie de grande envergure entraînant une réduction notable d effectifs, le travail quotidien d accompagnement et de prise en charge des usagers ainsi que la gestion de l épidémie risquent de ne plus pouvoir être assurée normalement. Dans ce cas, il convient de faire preuve de bon sens pour assurer temporairement les tâches, aides et soins indispensables. Un plan de continuité de l activité en cas d épidémie de grande envergure peut-être établi afin que des priorités dans l accompagnement et la prise en charge soient fixées et afin d anticiper cette situation. Enfin, pour le personnel de retour après un arrêt maladie pour gastro-entérite, il est recommandé pendant 1 ou 2 jours, de conserver une hygiène stricte des mains et de respecter dans la mesure du possible le port de gants et masques lors des soins. II.5. Information La sensibilisation (information et communication efficace et ciblée) de l ensemble des personnes concernées - directement infectées ou simplement en contact avec des personnes malades - constitue un élément-clé de la gestion d une épidémie de gastro-entérite. Importance d échanger des informations - au personnel (de soins, de maintenance, de cuisine et autre) - aux médecins traitants - aux personnes prises en charge (saines et malades) - aux visiteurs - lors de transferts : aux personnes amenées à rentrer en contact avec des personnes malades ou potentiellement contaminées et ce en raison de la période d incubation (cabinet médicaux, hôpital, autre étage etc.) - aux autorités sanitaires : chaque cas confirmé doit être notifié à l Inspection sanitaire, pendant les heures de bureau, via le numéro de téléphone suivant, , afin d effectuer une surveillance épidémiologique du pays. II.5.1. Contenu de l information Il est important d aviser les personnes contaminées, les visiteurs et toute personne en contact avec des personnes contaminées des mesures de prévention à suivre. L accent sera mis sur le renforcement des mesures d hygiène, particulièrement le lavage des mains et toute mesure de protection en fonction des actes à réaliser ou des besoins. Les mesures de limitation des contacts, à savoir la limitation des déplacements, les accès restreints et les isolements, le cas échéant, seront expliquées aux différentes populations concernées. Une information spécifique par voie d affichage peut être mise en place pour les usagers, les personnels et les visiteurs.

12 12 / 12 RÉFÉRENCES/BIBLIOGRAPHIE National Disease Surveillance Centre. National guidelines on the management of outbreaks of norovirus infection in healthcare setting, 2003 Institut National de santé publique du Québec. Mesures de contrôle et de prévention des éclosions de cas de gastro-entérite infectieuse d allure virale (Norovirus) à l intention des établissements de soins, 2006, Direction de la Santé, Division de l Inspection sanitaire. Feuille d information : Infektionen mit Noroviren/Infections au Norovirus (sept 2008) OFSP (Office fédéral de la santé publique). Norovirus. Caractéristiques biologiques, épidémiologie, tableau clinique, prévention, Recommandations pour la gestion des épidémies, 2005, SUPPORTS D INFORMATION FOIRE AUX QUESTIONS - système de questions/réponses ou FAQ (Frequently Asked Questions) à l intention du grand public pour une information simplifiée, reprenant les informations et mesures à suivre FICHE INFORMATIVE qui pourra être imprimée et affichée dans les établissements (format A3) disponible en français, allemand et portugais SUPPORT DE PRÉSENTATION sous forme de Powerpoint pour soutenir la diffusion de l information auprès de l ensemble du personnel. Ces diapositives récapitulent les mesures spécifiques à prendre par le personnel soignant et les personnes en charge de l entretien

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014

Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS. EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 Gestion d une épidémie à Norovirus dans un EMS EMS Les Châteaux Responsable d unité de soins Mr Sacha Radosavljevec Mardi 16 septembre 2014 1 Contexte - EMS Mission gériatrique 51 lits Sur 2 niveaux 2

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9

Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 Info grippe Information1 8/08/2 0 0 9 < retour à la liste Ce que doivent savoir les parents, les professionnels de l éducation et les élèves en fonction de l évolution de la grippe : les sites de référence

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

Direction générale de la santé Département des situations d urgence sanitaires Bioterrorisme et mesures environnementales en milieu de soins

Direction générale de la santé Département des situations d urgence sanitaires Bioterrorisme et mesures environnementales en milieu de soins Ministère de la santé et des solidarités Direction générale de la santé Département des situations d urgence sanitaires Bioterrorisme et mesures environnementales en milieu de soins Juin 2006 1 Dans le

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!...

Épidémie de grippe. Définitions... 1. Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2. Incubation :... 2. Comment se protéger!... Épidémie de grippe Table des matières Définitions... 1 Les premiers symptômes de la grippe pandémique... 2 Incubation :... 2 Comment se protéger!... 2 Mouchage, éternuements, crachat, toux... 2 Éviter

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire JRVS Midi-Pyrénées - 14 juin 2012 L Couleau 1 ; Maud Ginsbourger 1-2 ; N Sauthier 1 ; P Fabre 3 ;V Schwoebel 1 1. Cellule de l Institut de Veille

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité.

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité. PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE...3 1.1 LA SITUATION ACTUELLE...3 1.2 NOTRE MISE EN PLACE DU PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE...3 1.3 NOS CONTACTS...3 2. NOS SERVICES EXPOSES AU RISQUE...4

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES Un guide à l intention des usagers et leurs proches Pour vous, pour la vie Ce document a comme objectif de vous donner des informations concernant

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Unité soins protégés Conseils pour la sortie de votre enfant CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Introduction Le premier retour à la maison est un moment attendu mais aussi angoissant, que se soit

Plus en détail

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage

Grippe : Recommandations pour les personnes malades et leur entourage 0800/99.777 Commissariat Interministériel Influenza Eurostation II Place Victor Horta 40 Bte 10 1060 Bruxelles Pour plus d information : www.influenza.be info@influenza.be 0800/99.777 en semaine de 8 heures

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS

CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France 1/7 I - L application des mesures en collectivité joue un rôle

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR DE L ALIMENTATION

GUIDE PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR DE L ALIMENTATION PANDÉMIE GRIPPALE GUIDE PRATIQUE POUR LES PROFESSIONNELS DU SECTEUR DE L ALIMENTATION p.2 INFLUENZA AVIAIRE ET PANDÉMIE GRIPPALE p.2 POURQUOI FAUT-IL SE PRÉPARER? p.3 RISQUE DE CONTAGION p.4 MESURES DE

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

LIMITONS LES RISQUES D INFECTION

LIMITONS LES RISQUES D INFECTION VIRUS RESPIRATOIRES GRIPPES, BRONCHITE, RHUME, BRONCHIOLITE... LES MODES DE TRANSMISSION DES VIRUS RESPIRATOIRES GRIPPES, BRONCHITE, RHUME, BRONCHIOLITE... LES VIRUS RESPIRATOIRES SE TRANSMETTENT PAR :

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Le 8 mai 2009 Mise à jour : le 18 septembre 2009 Le présent document

Plus en détail

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS SOMMAIRE Définition des niveaux de risque page 2 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à faible risque page 3 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à risque élevé page 4 Plan de nettoyage

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER. Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?»

La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER. Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?» La grippe A H1N1 A) INFORMER ET PROTEGER Fiche 1 «Les symptômes de la grippe A H1N1» Fiche 2 «Comment le virus se transmet-il?» Fiche 3 «Comment lutter contre la propagation de la grippe A H1N1 et donc

Plus en détail

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ. RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP RISQUES BIOLOGIQUES et travaux d assainissement Certains travaux vous exposent à des agents infectieux qui peuvent avoir des conséquences sur votre santé : bactéries,

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation

La gale. 1 Caractéristiques. 1.1 Parasite. 1.2 Transmission. 1.3 Facteurs de risque. 1.4 Incubation La gale 1 Caractéristiques La gale est une dermatose parasitaire (maladie de la peau), liée à une contamination par un acarien : Sarcoptes scabiei hominis. La femelle fécondée creuse son sillon dans l

Plus en détail

Entretien des jouets et du matériel partagé

Entretien des jouets et du matériel partagé Association des hygiénistes de Picardie 9 ème Journée d automne Noyon - 19 Septembre 2013 Entretien des jouets et du matériel partagé Annie BRENET ARLIN Picardie CCLIN PN Généralités L hygiène est un ensemble

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE

REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE REGLEMENTATION DE LA RESTAURATION COLLECTIVE L établissement même s il fait appel à un prestataire extérieur engage sa responsabilité, il doit mettre en œuvre les repas dans des conditions d hygiène et

Plus en détail

Règlement de maison. Visites

Règlement de maison. Visites Règlement de maison Les résidents jouissent d une liberté d action dans la mesure où elle n entrave pas celle des autres pensionnaires et dans les limites du présent règlement. Visites Les pensionnaires

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE LA GRIPPE SAISONNIERE

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE LA GRIPPE SAISONNIERE 1. OBJECTIF Prévenir une épidémie de grippe saisonnière. 2. DOMAINE D APPLICATION Médecin traitant, Médecin coordonnateur, Cadre de Santé, Directeur, Infirmière Coordinatrice, kinésithérapeutes et tout

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF 5 octobre 2009 Virus grippal Virus à ARN enveloppé Taille 100 nanomètres Réputé fragile : sensible

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

Surveillance et prévention des épidémies saisonnières de gastro-entérites dans les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées

Surveillance et prévention des épidémies saisonnières de gastro-entérites dans les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées Surveillance et prévention des épidémies saisonnières de gastro-entérites dans les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales de

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

DIARRHEES NOSOCOMIALES

DIARRHEES NOSOCOMIALES DIARRHEES NOSOCOMIALES Dr Julie Gagnaire Journée de formation de printemps des correspondants en hygiène hospitalière AVRIL 2016 INTRODUCTION Manque d intérêt car : nombreuses causes de diarrhées (médicaments,

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

MODELE DE PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE EN PANDEMIE GRIPPALE

MODELE DE PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE EN PANDEMIE GRIPPALE GRIPPE A (H1N1) Se préparer, c est préserver notre santé et freiner la pandémie. Se préparer, c est maintenir la vie économique et sociale. MODELE DE PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE EN Cet outil a été établi

Plus en détail

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1)

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) Ce que vous devez savoir Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la grippe A(H1N1)? La grippe est une infection virale très contagieuse des voies respiratoires. Il

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles 3 Ce guide a pour objectif de vous aider à comprendre le risque que représente la survenue d'une pandémie de grippe dans notre pays ou canton.

Plus en détail

EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P.

EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P. EPIDEMIE DE GALE AU GHAM (GROUPEMENT HOSPITALIER AUBE- MARNE) N. Bebenek, 1 P. Stoessel-Thouvenin, M. Joly, A. Sarokina, A. Meunier, J.P. Tasse GHAM : 3 sites hospitaliers Site concerné : 126 lits (médecine-

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS :

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS : Infopunaisesdeslits.ca RENSEIGNEMENTS SUR LA LUTTE ANTIPARASITAIRE FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS : FAIRE APPEL À UNE ENTREPRISE DE DÉSINSECTISATION, TRAVAILLER AVEC ELLE ET SE PRÉPARER La meilleure façon de

Plus en détail

PROTOCOLE ALLAITEMENT

PROTOCOLE ALLAITEMENT PROTOCOLE ALLAITEMENT Vous allaitez votre enfant, sachez que ce n est pas incompatible avec son accueil en crèche ; un lieu spécifique est aménagé pour l allaitement si vous le désirez. Si vous choisissez

Plus en détail