Pourquoi pathologies «chirurgicales»? CANCERS (1) Urgence?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pourquoi pathologies «chirurgicales»? CANCERS (1) Urgence?"

Transcription

1 Pourquoi pathologies «chirurgicales»? Traitement médical m inefficace ou insuffisant Traitement chirurgical adapté et curatif Indication chirurgicale = faisceau d argumentsd Cliniques Biologiques Radiologiques CHIRURGIE DIGESTIVE Dr Guillaume BOZIO 1 2 Dr Guillaume BOZIO 2/7 Urgence? Mise en jeu du pronostic vital à court terme Délai d interventiond Etiologies : Infectieuse : appendicite, cholecystite,, péritonite p Occlusive : hernie étranglée, cancer colique en occlusion Traum : rupture de rate, plaie par arme blanche Toute pathologie de chirurgie programmée, peut, par ses complications, devenir une urgence. Urgence vitale immédiate Urgence Semi-urgence Connaitre-maladie/toutes-les-maladies.asp Urgence différée 3 3/7 4 4/7 Urgence diff CANCERS (1) Maladie générale g à point de départ d local Classification TNM : Tumor Node Metastasis Nécessité d une surveillance rapprochée e après s le traitement : Récidive Extension à distance

2 CANCERS (2) PLAN Traitement curatif : But : guérison Chirurgie +/- Traitement adjuvant : Radiothérapie néoadjuvante (rectum) Chimiothérapie (néo)adjuvante Traitement palliatif : But : traitement des symptômes, prévention des complications Pas de guérison mais meilleures conditions de vie RadioChimiothérapies Chirurgie palliative (résection, stomie d amont) Endo-proth prothèses (colorectales, bilaires,, pancrés) s) 5 Cancer de l estomacl Côlon Rectum Foie Pancréas as 5/7 6 7/7 I - Épidémiologie Cancer de l oesophagel 10-15% 15% des cancers digestifs 5000 cas/an en France 10 hommes/1 femme Âge moyen : 65 ans Certaines régions r + touchées (Normandie, Bretagne) 2 types histologiques : Cancers épidermoïdesdes : 90 % Adénocarcinomes 10 % (incidence ds pays industrialisés) s) : bas oeso 7 8 2/18

3 II - Etiologie III - Diagnostic Cancers épidermoïdesdes : Alcool et tabac +++ : responsable de 90% des Kc épidermoïdesdes Achalasie (méga ga-œsophage idiopathique) Lésions caustiques Diverticules oesophagiens Boissons brulantes, carence vitamines ACE, taux élevé de nitrates dans l alimentation, opium, carence en protéines animales Adénocarcinomes : EBO : risque de dégénérescence=10 d % (reflux biliaire et acide) Primitifs : + rare Signes fonctionnels : Dysphagie : liquides solides AEG : amaigrissement +++, asthénie, anoréxie Douleurs thoraciques post Hypersialorrhées es, éructations, régurgitationsr Toux, dyspnée à l ingestion d aliments d (fistule oesotrachéale ale) Examen clinique : RAS sauf si extension tumorale (Troisier( Troisier,, métastase m hép) h 9 3/ /18 III - Diagnostic Examens complémentaires mentaires Dg : Fibroscopie oesophagienne : Dg Distance / arcades dentaires Biopsies Echo endoscopie : extension profondeur TDM TOGD +/- III - Diagnostic Bilan : 3 objectifs Bilan d extensiond : métastases, m ADP Clinique : foie, Troiser RP, echo abdo TDM TAP Fibroscopie bronchique (envahissement) +/- scinti os Bilan d associationd : Kc ORL dans 10-15% 15% des cas Examen ORL Panendoscopie Bilan du terrain : bilan d opd opérabilité Fonction respiratoire : GDS, EFR,RP Fonctions cardiaque, héph Bilan nutritionnel 11 5/ /18

4 Très s mauvais IV - Pronostic Tous stades confondus : 10-15% 15% à 5 ans Selon TNM : 70 % pour Tis ( 5 % des Kc) 30 % T1 5 % T3 < 10 % N+ 0 % M+ Chirurgie : Reste le ttt de référencer rence Plusieurs conditions : malade opérable + pas de dissémination + tumeur extirpable Interventions lourdes Réa a post-op op Hospitalisation longue semaines Mortalité op < 5% Morbidité 30 % : fistule, sténose, complications respiratoires, reflux, DONC dépistage d précoce +++ et prévention / /18 2 interventions les pratiquées : Lewis-Santy : 1/3 inf : 2 voies Oesophagectomie totale : 1/3 moyen-1/3 sup : 3 voies Intervention de Lewis-Santy : 1er temps abdominal gastrolyse gastroplastie 15 9/ /18

5 Intervention de Lewis-Santy : 2ème 2 temps thoracique oesophagectomie 2 interventions les pratiquées : Lewis-Santy : 1/3 inf : 2 voies Oesophagectomie totale : 1/3 moyen-1/3 sup : 3 voies Anastomose oesogastrique 17 11/ /18 Oesophagectomie totale : 1er temps thoracique Oesophagectomie totale : 2ème 2 et 3ème 3 temps simultanés Voie abdominale : - Gastrolyse oesophagectomie - Gastroplastie Voie cervicale : Anastomose oesogastrique 19 13/ /18

6 Suites post-op op : Alimentation J7 Drains thoraciques, lames, Redons,, SNG Jéjunostomie +/- Autres techniques : Voies d abordd Plasties : type, trajet Fistules Complications respiratoires Complications nerveuses (récurent) 21 15/ /18 Radiothérapie et chimiothérapie: Radio chimiothérapie (5FU-Cisplatine) Néo-adjuvante ou seule Traitement palliatifs : Prothèse Destruction laser ou électrocoagulation Curithérapie rapie Indications : T1 N0-1 1 M0 Xie=standard +/- radiochimio dans essais T2 N0-1 1 M0 T3 N0-1 1 M0 : pas de standard : radiochimio puis X ie ou radiochimio seule T4, M1 : pas de X ie T1 très superficiel : résection endoscopique possible (risque N+ faible) 23 17/ /18 2/11

7 Cancer de l estomacl I - Généralités Cancer de l estomacl 5 % de tous les cancers cas/an en France (Japon +++) Rare avant 50 ans, pic autour de 60 ans Sex-ration (H/F) : 2/1 Pronostic sombre : 15 % à 5 ans tout stade confondu 35 % à 5 ans chez les malades opérés s (70% pour N0, 15% pour N+) 0% si M+ Adénocarcinome le + souvent /9 Cancer de l estomac l II- Diagnostic Cancer de l estomac l II- Diagnostic Clinique : Paraclinique : Signes révélateurs : BEG : amaigrissement, asthénie, anorexie Douleur épigastrique Vomissements, dysphagie Anémie, hémorragie Gastroscopie : Dg, localisation, biopsies +++ Bilan d extension : TDM TAP Echographie abdominale Echo-endoscopie +/- Examen physique : Le + souvent normal PET-Scan +/- Marqueurs tumoraux : ACE (surveillance) Masse épigastrique, ascite, hépatomégalie, gg de Troisier 27 3/9 28 4/9

8 Cancer de l estomac l III- Traitement Cancer de l estomacl III- Traitement Chirurgie = seul ttt à but curatif Pronostic est dépendant de la qualité de la chirurgie (résidu tumoral, curage ggr) Radiothérapie et chimiothérapie pré ou post opératoire en cours d évaluation Conditions : Patient opérable Tumeur extirpable (carcinose, méta, ) 29 5/9 30 6/9 Cancer de l estomacl III- Traitement Cancer de l estomacl III- Traitement Complications post-op opératoires : Syndrome du petit estomac : ballonnements précoces après s repas (fractionnement +++) Dumping syndrome : malaise, sueurs, tachycardie, polyurie, diarrhées 15 min après s les repas (réaction hormonale) à l arrivée brutale d aliments d dans le jéjunumj junum Diarrhées Malabsorption Anémie : carence en Vit B12 Amaigrissement systém au moins 10 kg Lésions muqueuse gastrique restante (gastite( et Kc) Gastrectomie totale : anse en Y Gastrectomie partielle : anse en oméga 31 7/9 32 8/9

9 Cancer de l estomacl Soins post-op opératoires : III- Traitement Soins locaux HBPM Drains de Redon souvent SNG seulement si gastrectomie partielle Jéjunostomie +/- Réalimentation progressive souvent après s TOGD de contrôle (fistule, sténose) Fractionnement des repas et alimentation mixée e au débutd Si splénectomie : vaccination et antibioprophylaxie Supplémentation Vit B12 à vie (inj( IM mensuelle) Chirurgie colique 33 9/9 34 Chirurgie colique I- Rappels anatomiques Chirurgie colique II- Indications 2 interventions principales : Colectomie droite (A. mésentérique supérieure) A froid : Tumeurs +++ (ADK) Maladie inflammatoire Diverticulose Polypose En urgence : Occlusion Perforation Diverticulite compliquée Colite compliquée Hémorragie Colectomie gauche (A. mésentérique inférieure) 35 2/7 36 3/7

10 Chirurgie colique III- Technique Colectomie droite : Coelioscopie ou laparotomie (médiane, transverse droite) Anastomose iléo-colique Curage AMS si Kc Colectomie gauche : Chirurgie colique Coelioscopie ou Laparotomie III- Technique Nécessité de mobiliser l angle colique G Anastomose colo-colique ou colorectale (par voie abdominale ou par voie trans-anale) Curage AMI si Kc Intervention + longue, + difficile 37 4/7 38 5/7 Chirurgie colique III- Technique Chirurgie colique IV- Suites En urgence : Si les conditions ne permettent pas de réaliser l anastomose sans risque, on réalise une stomie (iléostomie ou colostomie) : Dilatation colique importante (occlusion) Péritonite Préparation digestive? Réhabilitation précoce SNG, drains Lever Réalimentation Antalgiques (morphiniques, péridurale) Sortie J4-J5 Ischémie Risque = fistule digestive (gauche++) 39 6/7 40 3/14 7/7

11 Chirurgie rectale I- Rappels anatomiques Chirurgie rectale /7 Indications : Cancer +++ ADK Maladie inflammatoire Chirurgie rectale II- Généralités Principal problème = sphincter anal Si envahissement nécessitn cessité de résection r du sphincter Chirurgie rectale III- Technique Résection antérieure : Coelioscopie ou Laparotomie Tumeur haut rectum Laisse un moignon rectal Anastomose colorectale Abaissement colon G 3 interventions principales avec conservation ou non 43 3/7 44 4/7

12 Chirurgie rectale III- Technique Protectomie totale avec TME : Coelioscopie ou Laparotomie Exérèse totale du rectum et de son méso Tumeur bas rectum Anastomose colo-anale Réservoir colique Abaissement colon G Stomie de protection souvent Chirurgie rectale III- Technique Amputation Abdomino-Périnéale : Résection rectum et sphincter anal En cas d envahissement du sphincter Colostomie iliaque G définitive 45 5/7 46 6/7 Chirurgie rectale IV- Suites En cas de conservation sphinctérienne : (colo-anales surtout) Pb de continence Pb fréquence des selles (réservoir) En cas d amputation : stomie définitive Chirurgie héph Pb psychologique (schéma corporel, social, sexuel, ) Pb d appareillage, d autonomie (personne âgée) Pb de cicatrisation périnéale Dans tous les cas : Risque nerveux (vessie, érection, éjaculation rétrograde, secheresse vaginale) Risque de fistule (stomie de protection +/-) 47 3/14 7/7 48

13 Chirurgie héph I- Rappels anatomiques Chirurgie héph II- Indications Tumeurs : Malignes : +++ Cholangiocarcinome périphérique ou de la VBP (T. de Klatskin) Carcinome hépatocellulaire ou hépatocarcinome Métastases héps Bénignes : Adénome Angiome +/- (Hyperplasie nodulaire et focale HNF = surveillance simple) 49 2/ /13 Chirurgie héph II- Indications Transplantation hép : Cirrhose : Ethylique ++ Virale B ou C Auto-immune (rare) Hépatite fulminante Virale Intoxication au paracétamol (10g) Autres indications rares : Maladie de Caroli Lithiases intrahéps 51 Chirurgie héph III- Bilan pré-op opératoire Les enjeux de la chirurgie hép Chirurgie d exérèse Extirpabilité de la lésion Parenchyme hép résiduel suffisant et fonctionnel Patient opérable Bilan morphologique : Echo abdo TDM abdo et thoracique IRM hép et bili-irm PET-Scan +/- Ponction biopsie hép Diagnostic Rapport anatomique (vasculaire +++) Volumétrie 4/ /13

14 Chirurgie héph III- Bilan pré-op opératoire Biologique : évaluation fonctionnelle hép Bilan de coagulation : TP, fibrinogène, facteur V Albumine Bilan hép : transaminases, γgt, PAL, bilirubine Test au vert d indocyanine (injection IV, prélèvement à 15min, N<10%) Fonction hép normale ou subnormale Volumétrie : 30% de foie résiduel sain minimum (+ si cirrhose) Chirurgie héph 3 types d interventions : Résections anatomiques : lobectomie D/G, hépatectomie D/G, segmentectomie(s) Résections atypiques Résection voies biliaires +/- hépatectomie : nécessité d une reconstruction : anastomose biliodigestive Possibilité d embolisation portale 53 6/ /13 Chirurgie héph Résections anatomiques : Chirurgie héph Résections atypiques et chirurgie complexe en 2 temps : Chirurgie en 1 tps Métastases bilatérales Chirurgie en 2 tps : -Métastasectomies + embolisation port -Hépatectomie D 55 8/ /13

15 Chirurgie héph Résections voie biliaires : Chirurgie héph Transplantation hép : 57 10/ /13 Chirurgie héph V- Suites post-op op Chirurgie complexe, longue (coelioscopie ) Hospitalisation prolongée Réa ou soins intensifs premiers jours Complications : Insuffisance hép ( décès) Troubles de coagulation (TP) Fistule biliaire : biliome (drainage radio) Hémorragie Surveillance : Chirurgie héph V- Suites post-op op Habituelle : pouls, TA, T, diurèse, cicatrice, drains Spécifique : Bile, ascite /drains Poids/PO Diurèse ++ Bio : coag, BH, iono, albumine, plaquettes 59 12/ /13 3/9

16 Chirurgie pancré I- Rappels anatomiques Chirurgie pancré /15 Chirurgie pancré II- Indications Chirurgie pancré III- Généralités s ADK pancréas as Tumeurs +++ : Épidémiologie : Adénocarcinome (90 % des tumeurs) Environ 3000 cas/an en France Tumeur endocrine : insulinome, glucagonome, gastrinome, Rare avant 50 ans, max >75 ans Ampulome Facteurs de risques : TIPMP : Tumeur Intracanalaire Papillaire et Mucineuse du Pancréas Génétique : ATCD familiaux Tumeur duodénale Diabète Pancréatite chronique (alcool indirectement) Pancréatite chronique (éthylique ++) : Dérivations kysto-digestives Résections pancrés Tabac Pronostic effroyable : 10 % à 1 an, et 1 % à 5 ans toutes tumeurs confondues 5 à 25 % à 5 ans si Xie 63 3/15 0% à 5 ans en l absence de Xie 64 4/15

17 Chirurgie pancré III- Généralités s ADK pancréas as Diagnostic : Chirurgie pancré III- Généralités s ADK pancréas as Histoire naturelle : Localisés dans % an niveau de la tête 50 % métasts au moment du Dg 80 % non opérables pour raisons carcinologiques : Envahissement vasculaire Envahissement ganglionnaire à distance Métastases Carcinose péritonéale ttt palliatif Clinique : AEG : amaigrissement Ictère +++, Grosse vésicule (néo de la tête) Douleurs abdo Bio : Cholestase : bilirubine conj (tête) ACE, CA 19-9 Glycémie : diabète parfois mode de révélation Imagerie : TDM (+/- ponction) IRM 65 5/15 Echo-endoscopie (+/- ponction) 66 6/15 Chirurgie pancré 2 interventions les plus fréquentes : DPC : Duodéno Pancéatectomie atectomie Céphalique DPC : Chirurgie pancré Tumeur tête pancréas Exérèse : tête pancréas Duodénum +/- antre gastrique Cholédoque intrapancré et vésicule Splénopancr nopancréatectomieatectomie G Tumeur à G de l isthme pancré Exérèse : Queue du pancréas 67 7/15 Rate (conservation possible) 68 8/15

18 Chirurgie pancré DPC : détails techniques ttt palliatif chirurgical : Chirurgie pancré Double Dérivation D Biliaire et Digestive Drain dans le canal de Wirsung Traite la cholestase Prévient l occlusion digestive haute par envahissement du duodénum Anastomose pancréatico-gastrique 69 9/ /15 Chirurgie pancré Chirurgie pancré V- Suites opératoires Splénopancréatectomie G : Généralités : Chirurgie longue et complexe (DPC = 4-5 h) Pancréas organe friable, fragile Nécessité d une structure adaptée (radiologie, réa, ) Hospitalisation prolongée (2-3 semaines sans complication) Morbidité élevée = 30 % (fistule +++) Mortalité non négligeable = 3% 71 11/ /15

19 Chirurgie pancré Complications : V- Suites opératoires Fistule +++ (pancré > biliaire) Faux anévrysme (angiotdm +++ au moindre doute) Pancréatite Complications non spécifiques : hématome, abcès de paroi, phlébite, Séquelles : Insuffisance pancré exocrine : stéatorrhée Insuffisance pancré endocrine : diabète Relatives à une splénectomie : thrombocytose, risques infectieux 73 13/15 Chirurgie pancré V- Suites opératoires Surveillance : Clinique : Habituelle : T, pouls, TA, diurèse Drains : aspect, quantité Reprise du transit Paroi Biologique : Radiologique : Habituelle : NFP, Iono, CRP Spécifique : plaquettes, glycémie (dextro), amylasémie, lipasémie, BH, dosage amylase et lipase dans les drains Contrôle de drain biliaire ou pancré TDM avec inj au moindre doute 74 14/15 Chirurgie pancré V- Suites opératoires Traitements spécifiques : Somatostatine PSE : sécrétion (en prophylaxie ou si fistule) Insuline : protocole insuline avec dextro rapprochés initialement CREON (gélules à ouvrir) Anti-agrégants plaquettaires si thrombocytose Vaccination + antibioprophylaxie si splénectomie 75 15/15 3/9

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 10/12/09 10/12/09

22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 10/12/09 10/12/09 22/12/2009 RAPPEL ANATOMIQUE (1) FOIE, VOIES BILIAIRES, PANCREAS 10/12/09 RAPPEL ANATOMIQUE (3) RAPPEL ANATOMIQUE (2) 10/12/09 2 3 10/12/09 4 1 BIOLOGIE IMAGERIE Pour le foie : Transaminases, bilirubine,

Plus en détail

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Cancer rectal Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Rectite radique Bilio pancréatique K V.B.P Ampulome diagnostic

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Urgences en chirurgie digestive

Urgences en chirurgie digestive Urgences en chirurgie digestive Dr Jean Marc Hoang Service de chirurgie digestive et générale CHI le Raincy Montfermeil 01 41 70 81 10 Cours IFSI de Maison Blanche mai 2005 Urgences infectieuses appendicite

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF

L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF L ALIMENTATION AU COURS DES DIFFERENTES PATHOLOGIES ET CHIRURGIES DU TUBE DIGESTIF Principes de la réalimentation Réintroduction progressive des aliments en tenant compte: des quantités de la qualité nutritionnelle

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac

Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac Tumeurs de l'estomac «adénocarcinome gastrique» (150) Professeur J.R Delpero Juin 2005 Objectifs : Diagnostiquer une tumeur de l estomac 1. Introduction L'adénocarcinome gastrique se développe à partir

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DIGESTIFS DR. Mathieu BECK RESEAU ONCOLOR INTRODUCTION FREQUENCE Les plus fréquents (frq. cumulée) PRONOSTIC Très variable d un cancer à l autre Exemples: c. colorectaux

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Patho Chir Cours 5. Lithiase Biliaires Pancréatite Cancer du pancreas

Patho Chir Cours 5. Lithiase Biliaires Pancréatite Cancer du pancreas Patho Chir Cours 5 Lithiase Biliaires Pancréatite Cancer du pancreas Les Voies biliaires Les Voies biliaires Les Voies biliaires Les Lithiases biliaires Epidémiologie Facteurs favorisants Les Lithiases

Plus en détail

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Histologie et anatomie pathologique de l'œsophage Sémiologie des dysphagies Radiologie et imagerie du médiastin Résumé : L'alcool

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON SEPTEMBRE 2015 Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON Foie Vésicule biliaire Estomac Voies biliaires Duodénum Pancréas Canal de Wirsung Cholédoque Sphincter d Oddi eau 95%,

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

ONCO-GÉRIATRIE et CHIRURGIE DIGESTIVE

ONCO-GÉRIATRIE et CHIRURGIE DIGESTIVE GÉNÉRALITÉS (Re)placer la chirurgie digestive dans la réflexion onco-gériatrique Avant au siècle dernier: La chirugie digestive existait avant l onco-gériatrie Le chirurgien opérait des sujets âgés depuis

Plus en détail

Sémiologie oesophagienne

Sémiologie oesophagienne Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie OESOPHAGE Explorations

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive

Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive Us et abus des examens d imagerie médicale en pathologie digestive M. MELANGE michel.melange@uclouvain.be Dampremy 9 janvier 2010 Prescription d imagerie par le médecin généraliste à 22% de ses patients;

Plus en détail

LES TUMEURS DU PANCREAS Item 155. Module 10 Pr Daniel JAECK OBJECTIFS

LES TUMEURS DU PANCREAS Item 155. Module 10 Pr Daniel JAECK OBJECTIFS Faculté de Médecine ULP Strasbourg Année 2002 219 LES TUMEURS DU PANCREAS Item 155. Module 10 Pr Daniel JAECK OBJECTIFS A. ADENOCARCINOME CANALAIRE Connaître les principaux symptômes révélateurs d un adénocarcinome

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

TUMEURS DE L ESTOMAC

TUMEURS DE L ESTOMAC -1/8- Lundi 02/04/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset TUMEURS DE L ESTOMAC I/ INTRODUCTION : Le cancer de l estomac est le 4 cancer en fréquence derrière le

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

FMC du 13/06/13. Dr Romain MAZARS Pr Michel Prudhomme. Militaire retraité. Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID

FMC du 13/06/13. Dr Romain MAZARS Pr Michel Prudhomme. Militaire retraité. Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID Militaire retraité Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID Mars 2012: Déséquilibre du diabète devenant insulino dépendant Exploration et bilan du déséquilibre glycémique programmées Dr Romain

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF

LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF LA CARCINOMATOSE PERITONEALE : TRAITEMENT PALLIATIF La carcinomatose péritonéale : traitement palliatif 1. Introduction - La CP signe souvent une pathologie dépassée à pronostic sombre(6 mois). - Traitement

Plus en détail

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Prise en charge médicale des cancers du hile Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Sténoses biliaires Multiples causes mais dominées par les sténoses malignes Le niveau de sténose est toujours un élément

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Gestion du péri opératoire en onco gériatrie Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Plan Série Rétrospective du service Techniques chirurgicales

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

LES DOULEURS ABDOMINALES

LES DOULEURS ABDOMINALES Sémiologie digestive Année 2015 3émes années de médecine Dr KAHOUL FATIMA-ZOHRA-Clinique de Médecine interne LES DOULEURS ABDOMINALES I/ INTRODUCTION : La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation.

Plus en détail

Digestive. Patho Chir

Digestive. Patho Chir Digestive Patho Chir gastroscopie colonoscopie Abdomen à blanc normal Pas bon Bon Abdomen couplé a un thorax air sous coupoles signe d une perforation Abdomen à blanc couché Abdomen à blanc sur le coté

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Voies biliaires. Olivier Lucidarme

Voies biliaires. Olivier Lucidarme Voies biliaires Olivier Lucidarme VB intrahépatiques VB Principale Sgt hilaire Sgt épiploique Sgt rétro duodénopancréatique Sgt intrapariétal VB accessoire Vésicule Canal cystique Lithiase biliaire et

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI

Fractures du bassin. JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Fractures du bassin JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé IFSI Définition Distinguer Les fractures extra- articulaires Les fractures du cotyle Définition Gravité +++ Pronostic vital Poly traumatisme Hémorragie

Plus en détail

LE CANCER DE L ŒSOPHAGE. TRAITEMENT CHIRURGICAL.

LE CANCER DE L ŒSOPHAGE. TRAITEMENT CHIRURGICAL. LE CANCER DE L ŒSOPHAGE. TRAITEMENT CHIRURGICAL. 1143 CANCERS DE L'OESOPHAGE AUTRES LÉSIONS: 36 - PSEUDOSARCOMES - DYSPLASIE HG - MÉTA ADK - MÉLANOMES (3) 883 EPI 224 ADK Photo satellite prise le 03-11-2003

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse

Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Conduite à tenir devant une hémorragie digestive basse Réunion DESC-SCVO Tours P. de Wailly CHU POITIERS Professeur Carretier Généralités 20 % des hémorragies digestives Au-delà de l angle de Treitz 90%

Plus en détail

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille

TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE. Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille TRAITEMENT NEO ADJUVANT DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE Laetitia DAHAN CHU Timone Marseille Aucun CONFLITS D INTÉRÊT Objectifs pédagogiques Savoir définir un cancer du pancréas localement avancé et border

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit

INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit 31, AVENUE DE L ABBAYE 91330 YERRES 01 69 48 48 13 INFORMATIONS AUX PATIENTS CANCER DU RECTUM CHIRURGIE DU RECTUM Dr Lionel Charbit Madame, Monsieur, Cette brochure est destinée à répondre à la plupart

Plus en détail

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale 1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale Les cancers colorectaux : problème de santé publique par leur

Plus en détail

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PLAN PATHOLOGIE BENIGNE CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PATHOLOGIE TRAUMATIQUE 15/01/07 2 PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER DIVERTICULES DE L ŒSOPHAGE (diverticule de Zencker

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Liste des diagnostics

Liste des diagnostics Liste des diagnostics Foie Abcès hépatique......................................................... 3 Adénome hépatique...................................................... 6 Angiome hépatique......................................................

Plus en détail

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif

Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Diagnostic et traitement des lésions néoplasiques du tube digestif Frédéric Prat, Hôpital Cochin, Université Paris-Descartes, Paris Euro-Pharmat, Lyon, octobre 2011 Méthodes et outils pour le DIAGNOSTIC

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE

Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Appareil respiratoire Conduite a tenir devant un nodule pulmonaire 21/10/2013 LEONART Valérie L3 F. BARLESI 6 pages CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE PULMONAIRE Plan A. Définition et Physiopathologie I.

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé.

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé. Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs chez le sujet âgé. Dr Damien ANDRIEU Service de chirurgie digestive CHU Purpan Réunion Régionale d Oncogériatrie 16 mai 2013 Définition «chirurgicale»

Plus en détail

Item 269 : Pancréatite chronique

Item 269 : Pancréatite chronique Item 269 : Pancréatite chronique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition et incidence...1 2 Facteurs de risque et étiologie...2 3 Diagnostic...3 3. 1 Clinique... 1 3. 2 Biologie...

Plus en détail

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd

G. Appareil digestif. Tractus digestif. Recommandation [grade] Commentaires. Problème clinique. Déglutition barytée/togd Tractus digestif Dysphagie cliniquement haute (l obstacle est haut ou bas) 1 Déglutition barytée L'endoscopie haute est généralement pratiquée en première intention chez les patients dysphagiques. Lorsque

Plus en détail

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Épidemiologie Formes génétique Polypose adénomateuse familiale (PAF) : Maladie autosomique dominante, lié à une perte dʼhétérozygotie dʼun gène suppresseur de

Plus en détail

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009

RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD. Dr Céline Savoye-Collet 2009 RADIOLOGIE DIGESTIVE CONVENTIONNELLLE Cours n 3 TO-TPO-TOGD Dr Céline Savoye-Collet 2009 I DEFINITION Opacification de l œsophage = transit oesophagien de l œsophage et du pharynx = transit pharyngo-oesophagien

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

Hémorragie digestive

Hémorragie digestive Hémorragie digestive Tableau clinique perte de sang : hématémèse, melena, perte de sang rouge par voie basse choc hémorragique anémie chronique ferriprive : voir anémie Anamnèse antécédents de maladie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE

DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE DIU DE CHIRURGIE OESOGASTRODUODENALE SEMINAIRE n 1 Jeudi 12 et vendredi 13 décembre 2013 à LILLE Lieu : Faculté de Médecine de Lille Pôle Recherche (Face à l hôpital Claude HURIEZ), 1 place de Verdun 59037

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS. Marianne Picard CHU Limoges

PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS. Marianne Picard CHU Limoges PRISE EN CHARGE DE LA PANCREATITE AIGUE DANS LES 10 PREMIERS JOURS Marianne Picard CHU Limoges Définition Atteinte inflammatoire pancréatique pouvant aller jusqu à la nécrose, d étiologie variée, avec

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire

DOULEURS ABDOMINALES. I. Caractéristiques de la douleur à faire préciser par l interrogatoire Univ-Rennes1-Poycopié Médecine M2-Sémiologie du Foie et des Voies Biliaires 1 DOULEURS ABDOMINALES Jean-François Bretagne La douleur abdominale est un motif fréquent de consultation en médecine générale

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL

FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL FISSURES, FISTULES ANALES, THROMBOSE HEMORROIDAIRE CANCER DU CANAL ANAL Pr A GAINANT (octobre 2003) I -RAPPEL ANATOMIQUE DU CANAL ANAL II - FISSURE DE L'ANUS C'est une ulcération anale. A - Etiopathogénie

Plus en détail

COMPRENDRE L IMAGERIE POST-OPÉRATOIRE D UNE CÉPHALIQUE

COMPRENDRE L IMAGERIE POST-OPÉRATOIRE D UNE CÉPHALIQUE COMPRENDRE L IMAGERIE POST-OPÉRATOIRE D UNE DUODÉNOPANCRÉATECTOMIE CÉPHALIQUE E. Neveu-Bruère, M. Besson, D. Alison (1) (1) Service de Radiologie, Hôpital Trousseau, C.H.R.U. de Tours Rappels (1) Il existe

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

Hémorragies digestives : le point de vue de l hépato-gastroentérologue

Hémorragies digestives : le point de vue de l hépato-gastroentérologue Hémorragies digestives : le point de vue de l hépato-gastroentérologue Dr. Sebastian Suciu Service d Hépato- Gastro-Entérologie, Nouvel Hôpital Civil, H.U.S. Définitions Hémorragies extériorisées 1. Hautes

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Cancer de l endomètre

Cancer de l endomètre Traitement chirurgical des cancers de l endomètre, du col et de l ovaire Cancer de l endomètre Emile Daraï Service de Gynécologie-Obstétrique, Hôpital Tenon, CancerEst, Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Item 150 : Tumeurs de l'estomac

Item 150 : Tumeurs de l'estomac Item 150 : Tumeurs de l'estomac Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définitions... 1 2 Epidémiologie... 2 3 Facteurs de risque... 3 4 Diagnostic...4 5 Bilan d'extension... 5 6 Principes

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail