Aire paillée intégrale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aire paillée intégrale"

Transcription

1 Fiche 1 Fiche 1 Mode d emploi : Ce type de bâtimt est plutôt réservé à des petits troupeaux une alimtation sèche et des périodes de stabulation plutôt courtes. Ce système dispse du et la possibilité du stockage au champ après 2 mois d accumulation sous les animaux ne nécessite pas obligatoiremt une fumière. Si la périodicité de curage est inférieure à 2 mois notammt à l arrière du cornadis ou du quai autonettoyant, il faudra dans ce cas prévoir un stockage fumière. Pour maintir les vaches propres, une surface de 11 m 2 par vache est souhaitable, et un paillage quotidi de 12 kg est nécessaire. Un quai ou une stalle d alimtation (longueur 1,9 à 2. ; hauteur,4 m) permet d améliorer le confort et la propreté au niveau de l auge. Une pte latérale de 1 à 4 % doit être aménagée tre le cornadis et le fond de la stabulation. Elle permet ainsi de retarder la montée du du côté de l auge. En l absce de quai d alimtation bétonné (quai autonettoyant), la table d alimtation à plat n est pas visageable ; des auges réglables hauteur sont nécessaires dans ce cas. Les abreuvoirs ne peuvt être positionnés sur l aire paillée mais doivt obligatoiremt être installés au niveau de la ligne d auge. Ce mode de logemt est très évolutif. Dès lors que ses dimsions et son implantation sur le site le permettt, celui-ci peut être transformé aire paillée voire logettes. Option technique : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY VL 8 VL Option ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse à à Source : CA 2. REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Fiche 1 Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 11 m 2 /VL Type et quantité de déjections à épandre : très compact : 7,1 tonnes/vl/6 mois Besoin paille : 12 kg/vl/jour Place à l auge :,65 à,75 m/vl Avantages Un seul type de déjection (). du de l aire de couchage au champ après 2 mois sous les animaux. Absce de. Bonne intégration paysagère, propreté des abords et absce d odeurs. Transformable système paillé aire d exercice. Bâtimt modulable. Inconvénits Source : CA 6 Consommation paille importante. Forte contrainte de paillage. Conduite plus difficile une alimtation humide (silage d herbe). Surveillance des onglons. Niveau de propreté des vaches. souillée sur 2 à 3 m derrière la stalle pouvant nécessiter un curage fréqut. Isolemt des vaches chaleur.

2 4 vaches laitières 8 vaches laitières temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos 55 h/an 55 h/an Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois). Effluts salle de traite 178 m 3 Eaux pluviales souillées 32 m 3 21 m 3 utiles Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois). Effluts salle de traite 31 m³ Eaux pluviales souillées 55 m³ 365 m³ utiles temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos 15 h/an 15 h/an rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes Fiche Main d'oeuvre Main d'oeuvre d'astreinte Main d oeuvre Fiche 1 Main d'oeuvre astreinte Main d'oeuvre Main d oeuvre Source : CA 6. Source : CA Coût du logemt Coût Coût du du logemt stockage des effluts Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation creux d'alimtation creux d'alimtation tête dos dos dos à Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Annuités Annuités coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés Coût du logemt Coût du logemt Coût Coût du stockage du stockage des des effluts Soit 2 7 /VL Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

3 Fiche 2 Fiche 2 Mode d emploi : L aire de couchage est non bétonnée. Avec un tracteur, le couchage est au même niveau que l aire d exercice e. Avec un mécanique, il est nécessaire de surélever l aire paillée (15 2 cm) afin de guider le racleur. Dans les deux situations, les animaux assurt le mélange de la paille et. Grâce au piétinemt, le de l aire paillée rejoint le et facilite la production de mou à compact. Un à deux s journaliers sont nécessaires pour une bonne propreté des vaches. Toutefois l augmtation de la fréquce de peut conduire à un moins compact lié à l absce de mélange des urines et fécès la litière. Pour obtir un produit plus compact, il est souvt nécessaire d apporter de la paille sur l aire d exercice particulier lorsque la largeur du est supérieure à 4 m. Le curage de l aire paillée intervit souvt à 2 mois. Si la périodicité de curage est inférieure à 2 mois, il faudra dans ce cas prévoir une fumière de stockage de plus grande capacité. Suite au curage, il peut être nécessaire de pailler davantage le d alimtation pour pallier l absce de provant du couchage. Le paillage journalier doit être compris tre 1 et 1,2 kg/m 2. Un paillage trop important peut traîner un échauffemt prématuré de la litière. Après un curage, le paillage peut être doublé dans la limite de 2 à 2,5 kg/m 2. Options techniques : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage et du et sans couverture de fumière. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse, d un racleur, construction d une fumière couverte) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY VL 8 VL Options ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse Racleur hydraulique Couverture fumière et zone de transfert + 13 à à Source : Institut de l Elevage. REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Fiche 2 à plat d alimtation Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 7-8 m 2 /VL Surface d exercice/animal : 3, m 2 /VL Type et quantité de déjections à épandre : très compact : 2,8 tonnes/vl/6 mois mou à compact : 5 tonnes/vl/6 mois purin :,6 m 3 /VL/6 mois Besoin paille : 9 à 1 kg/vl/jour Place à l auge :,65 à,75 m/vl Avantages Source : CA 2 Simplicité des circuits. Un seul type de déjection (). Confort de couchage. du de l aire de couchage au champ après 2 mois sous les animaux. Inconvénits Consommation paille élevée. Forte contrainte du paillage. Isolemt des vaches chaleur. Propreté des vaches. Fumier de plus ou moins mou selon le niveau de paillage.

4 à plat d alimtation à plat d alimtation Fiche 2 temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes paillée à plat d alimtation 55 h/an 27 55h/an rabot tracteur Main d'oeuvre d'astreinte Main d'oeuvre Main d oeuvre rabot tracteur Fumière non couverte 3 murs (4mois de stockage) Fumier mou compact 18 m 2 Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois) Purin 25 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 Effluts pluviales souillées 91 m m 3 utiles Fumière non couverte 3 murs (4mois de stockage) Fumier mou compact 215 m 2 Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois) Purin 5 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 Effluts pluviales souillées 152 m m 3 utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes paillée à plat d alimtation 13 h/an h/an rabot tracteur Main d'oeuvre astreinte 2 75 Main d'oeuvre Main d oeuvre rabot tracteur Fiche 2 Source : CA 2. Source : CA Coût du logemt Coût Coût du stockage du logemt des effluts Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation creux d'alimtation d'alimtation tête dos dos dos à Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Annuités Annuités coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés Coût du logemt Coût du logemt Soit 3 73 /VL Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

5 Fiche 3 Fiche 3 Mode d emploi : L aire de couchage est non bétonnée. Le muret à l arrière du d alimtation évite l arrivée de la paille sur le et l écoulemt de jus dans la litière. Un à deux s journaliers du d alimtation sont nécessaires pour assurer la propreté des vaches. Il est conseillé d aménager une différce de niveau de 3 à 4 cm tre la partie supérieure du muret et le fond de l aire paillée. Cette hauteur qui ne constitue pas un obstacle au passage des animaux, permet l accumulation du sous les animaux pdant une durée voisine de 2 mois. Si la périodicité de curage est inférieure, il faudra dans ce cas prévoir une fumière de stockage. Le paillage journalier de l aire de couchage doit être compris tre 1 et 1,2 kg/m 2. Un paillage trop important peut traîner un échauffemt prématuré de la litière. Après un curage, le paillage peut être doublé dans la limite de 2 à 2,5 kg/m 2. Options techniques : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage et du. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse, d un racleur) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY VL 8 VL Options ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse Racleur hydraulique + 99 à à Source : Institut de l Elevage. REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Fiche 3 d alimtation Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 7-8 m 2 /VL Surface d exercice/animal : 3, m 2 /VL Type et quantité de déjections à épandre : très compact : 2,8 tonnes/vl/6 mois : 6,5 m 3 /VL/6 mois Besoin paille : 8 kg/vl/jour Place à l auge :,65 à,75 m/vl Avantages Source : Institut de l Elevage. Simplicité des circuits. Bonne séparation : production de pailleux et de de qualité. Mécanisation aisée du. Une fumière n est pas nécessaire s il y a 2 mois d accumulation sous les animaux et dépôt au champ. Un seul ouvrage de stockage est nécessaire. Inconvénits Consommation paille importante. Forte contrainte du paillage. Isolemt des vaches chaleur. Propreté des vaches.

6 d alimtation d alimtation 4 vaches laitières 8 vaches laitières temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos creux d alimtation 52 h/an 55 h/an Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois). Fosse circulaire non couverte Lisier 26 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 Eaux pluviales souillées 86 m m 3 utiles Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois). Fosse circulaire non couverte Lisier 52 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 Eaux pluviales souillées 142 m m 3 utiles temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos creux d alimtation 97 h/an 15 h/an rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes Fiche Fiche Main d oeuvre rabot tracteur Main d oeuvre rabot tracteur Source : CA 2. Source : CA Coût du Coût logemt du logemt Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation creux d'alimtation d'alimtation tête dos dos dos à Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Annuités Annuités coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés Coût du Coût logemt du logemt Coût du Coût hangar du stockage paille des effluts Soit 3 81 /VL Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

7 Fiche 4 Fiche 4 Mode d emploi : L aire de couchage est non bétonnée. Une différce de niveau de 4 cm doit être aménagée tre l aire paillée et le. Cette hauteur qui ne constitue pas un obstacle au passage des animaux permet l accumulation du sous les animaux pdant une durée voisine de 2 mois. Si la périodicité de curage est inférieure à 2 mois, il faudra alors prévoir une fumière de stockage. Le paillage journalier doit être compris tre 1 et 1,2 kg/m 2. Un paillage trop important peut traîner un surcoût et un échauffemt prématuré de la litière. Après un curage, le paillage peut être doublé dans la limite de 2 à 2,5 kg/m 2. Pour la mécanisation du paillage, il faut préférer la dérouleuse à la pailleuse soufflerie qui risque de colmater les. Le stockage sous permet une réduction du temps de travail et évite le stockage extérieur. Les effluts de salle de traite et notammt les eaux blanches peuvt être stockés le sous les. Il convit toutefois de se prémunir contre la formation de gaz nocifs pour les animaux et pour l homme. Un brassage journalier associé à une bonne vtilation du bâtimt est préconisé. Une séparation tubulaire tre l aire paillée et le, et la création de 2 à 3 passages des animaux tre la zone de couchage et le d alimtation évite l accumulation de paille sur les. Pour le brassage et la circulation du, la fosse doit être divisée 2 canaux. Ces derniers sont disposés sous les s d alimtation et d affouragemt. Option technique : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse) et aux coûts DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie 4 VL 8 VL Option ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse + 99 à CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail) à Source : CA 62 REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Fiche 4 d alimtation Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 7-8 m 2 /VL Surface d exercice/animal : 2,5 m 2 /VL Type et quantité de déjections à épandre : très compact : 2,8 tonnes/vl/6 mois : 6,5 m 3 /VL/6 mois Besoin paille : 8 kg/vl/jour Place à l auge :,65 à,75 m/vl Avantages Simplicité des circuits. Bonne séparation. Production de pailleux et de de qualité. Absce de. Une fumière n est pas nécessaire s il y a 2 mois d accumulation sous les animaux et dépôt au champ. Meilleure intégration paysagère et propreté des abords (absce de fosse et de fumière visibles). Inconvénits Source : CA 2 Consommation paille élevée. Forte contrainte du paillage. Isolemt des vaches chaleur. Propreté des vaches. Nécessité d une homogénéisation régulière du. Risque d odeurs.

8 d alimtation d alimtation temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes creux d alimtation 44 h/an 55 h/an Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois). Fosse sous Lisier 26 m 3 Effluts salle de traite 178 m m 3 utiles Fumier de litière accumulée stocké au champ (curage 2 mois). Fosse sous Lisier 52 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 83 m 3 utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes creux d alimtation 84 h/an 15 h/an Fiche Fiche Main d oeuvre Main d oeuvre Source : CA 62. Source : institut de l élevage Coût du logemt Coût Coût du stockage du logemt des effluts coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos dos à coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Coût du logemt Coût du logemt Soit /VL Annuités Annuités Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés. Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

9 Fiche 5 Fiche 5 Mode d emploi : La disposition des logettes tête permet l obttion d un même type de déjection dans les 2 s de. Le paillage de 3 à 4 kg/vl/jour est toutefois insuffisant pour garantir l obttion d un compact. Le mou nécessite généralemt un égouttage bout de bâtimt ou sur fumière afin d faciliter le stockage et la valorisation agronomique. L éleveur doit tretir une à deux fois par jour le seuil des logettes. Cette opération consiste à lever la litière souillée pour la remplacer par de la paille fraîche disposée dans le de paillage. Pour faciliter le, le peut être surélevé de 15 cm. La largeur du de paillage dépd de la méthode de paillage choisie : 4 cm si on utilise une pailleuse depuis les s de ; 1,7 m pour y dérouler des balles rondes ou 3 m pour treposer les balles à l aide d un tracteur. Le des s peut être mécanisé. Toutefois, une intervtion de l éleveur reste nécessaire pour reprdre périodiquemt le acheminé bout de bâtimt. Options techniques : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage et du et sans couverture de fumière. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse, d un racleur, construction d une fumière couverte) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). 4 VL 8 VL Options ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse Racleur hydraulique Couverture fumière et zone de transfert + 73 à à Fiche 5 tête Source : CA 2 Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 1 logette/vl Surface d exercice/animal : 5, m 2 /VL Avantages Animaux calmes. Propreté et confort des vaches. Correspondance tre le nombre de logettes et les places à l auge. Consommation paille modérée. Source : CA 2 Type et quantité de déjections à épandre : mou : 8,8 tonnes/vl/6 mois purin : 1,8 m 3 /VL/6 mois Besoin paille : 4 kg/vl/jour Inconvénits Gestion de la fumière. Obttion de mou. Gestion lots difficile. Couloir de paillage interrompu à chaque passage. DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Place à l auge :,65 à,75 m/vl

10 tête tête temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos fumière rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes tête 53 h/an 55 h/an Fumière non couverte 3 murs (4 mois de stockage) Fumier mou 232 m 2 Fosse circulaire non couverte Purin 74 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 Eaux pluviales souillées 158 m 3 41 m 3 utiles Fumière non couverte 3 murs (4 mois de stockage) Fumier mou 464 m 2 Fosse circulaire non couverte Purin 147 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 Eaux pluviales souillées 273 m 3 73 m 3 utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes tête 99 h/an 15 h/an Fiche rabot tracteur Main d'oeuvre d'astreinte Main d oeuvre Main d'oeuvre rabot tracteur rabot tracteur ramassage gestion paille fumière épandage Main tous d'oeuvre effluts d'astreinte Main d oeuvre ramassage paille paillage épandage manuel tous effluts Main rabot d'oeuvre tracteur Fiche 5 Source : institut de l élevage Source : institut de l élevage Coût du logemt Coût du logemt Coût du stockage Coût du stockage des des effluts coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos dos à coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Coût du logemt Coût du Coût logemt du stockage des effluts Soit 4 41 /VL Annuités Annuités Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés. Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

11 Fiche 6 Fiche 6 Mode d emploi : La disposition des logettes dos associée au paillage assure la production d un mou compact dans le d exercice tre les deux rangées de logettes et la production d un sur le d alimtation. L éleveur doit tretir une à deux fois par jour l arrière des logettes. Cette opération consiste à lever la litière souillée pour la remplacer par de la paille fraîche disposée à l avant. Il est possible de prévoir 1 de paillage, à l avant de chaque rangée de logettes, ou de mécaniser le paillage si les accès sont adaptés. En l absce de de paillage, la longueur des logettes face au mur doit être suffisante pour permettre les mouvemts de relever et de coucher des vaches laitières (2,6 m). Pour éviter tout apport de paille sur le d alimtation, il est conseillé de positionner une séparation pleine à l avant des logettes ctrales. Options techniques : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage et du et sans couverture de fumière. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse, d un racleur, construction d une fumière couverte) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). 4 VL 8 VL Options ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse Racleur hydraulique Couverture fumière et zone de transfert à à Fiche 6 dos Source : CA 2 Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 1 logette/vl Surface d exercice/animal : 5, m 2 /VL Avantages Animaux calmes. Consommation paille modérée. Obttion de déjections bi distinctes. Bonne séparation des fonctions alimtation et couchage. Permet de garder un accès uniquemt à l alimtation. Type et quantité de déjections à épandre : mou compact : 3,4 tonnes/vl/6 mois + purin : 7 m 3 /VL/6 mois Inconvénits Paillage empruntant le d exercice. Source : CA 2. Besoin paille : 2, à 3, kg/vl/jour DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Place à l auge :,65 à,75 m/vl

12 dos dos temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos fumière rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes dos 48 h/an 55 h/an Fumière non couverte 3 murs (4 mois de stockage) Fumier mou compact 72 m 2 Lisier 259 m 3 Purin 17 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 Eaux pluviales souillées 128 m m 3 utiles Fumière non couverte 3 murs (4 mois de stockage) Fumier mou compact 143 m 2 Lisier 518 m 3 Purin 33 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 Eaux pluviales souillées 214 m m 3 utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes dos 88 h/an 15 h/an Fiche Fiche Main d oeuvre rabot tracteur Main d oeuvre rabot tracteur Source : CA 2. Source : CA Coût du logemt Coût du logemt Soit /VL coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos dos à Annuités Annuités coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Coût du logemt Coût Coût du du hangar logemt paille Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés. Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

13 Fiche 7 Fiche 7 Mode d emploi : La disposition des logettes dos associée au paillage assure la production d un mou compact dans le d exercice tre les deux rangées de logettes et la production d un sur le d alimtation. L éleveur doit tretir une à deux fois par jour l arrière des logettes. Cette opération consiste à lever la litière souillée pour la remplacer par de la paille fraîche disposée à l avant. Il est possible de prévoir 1 de paillage, à l avant de chaque rangée de logettes, ou de mécaniser le paillage si les accès sont adaptés. En l absce de de paillage, la longueur des logettes face au mur doit être suffisante pour permettre les mouvemts de relevé et de coucher des vaches laitières (2,6 m). Pour éviter tout apport de paille sur le d accès à l auge, il est conseillé de positionner une séparation pleine à l avant des logettes ctrales. Le d alimtation sur permet une réduction des temps de liés à la suppression du. Il évite égalemt le stockage du fosse extérieure et ainsi la pluie tombant sur la fosse. Un dispositif de brassage aménagé dans la fosse est nécessaire à l homogénéisation du. Cette opération vise à prévir la formation d une croûte préjudiciable à la reprise du. Les effluts de salle de traite et notammt les eaux blanches peuvt être stockés le. Il convit toutefois de se prémunir contre la formation de gaz nocifs pour les animaux et pour l homme. Un brassage journalier associé à une bonne vtilation du bâtimt est préconisé. Options techniques : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage et du et sans couverture de fumière. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse, d un racleur, construction d une fumière couverte) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie 4 VL 8 VL Options ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse Racleur hydraulique Couverture fumière et zone de transfert à CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY à Source : CA 2. REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Fiche 7 dos Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 1 logette/vl Surface d exercice/animal : 4,5 m 2 /VL Type et quantité de déjections à épandre : très compact : 3,4 tonnes/vl/6 mois + purin : 7m 3 /VL/6 mois Besoin paille : 2, à 3, kg/vl/jour Place à l auge :,65 à,75 m/vl Avantages Animaux calmes. Consommation paille modérée. Obttion de déjections bi distinctes. Bonne séparation des fonctions alimtation et couchage. Permet de garder un accès uniquemt à l alimtation. Réduction du temps de. Inconvénits Source : CA 2 Paillage empruntant le d exercice. Investissemt élevé. Bâtimt peu évolutif. Gestion rigoureuse de la fosse (brassage régulier). Risque d odeurs.

14 dos dos temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes dos 4 h/an 55h/an Fumière non couverte 3 murs (4 mois de stockage) Fumier mou compact 72 m 2 Lisier 259 m 3 Purin 17 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 Effluts pluviales souillées 42 m m 3 utiles Fumière non couverte 3 murs (4 mois de stockage) Fumier mou compact 143 m 2 Lisier 518 m 3 Purin 33 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 Effluts pluviales souillées 65 m m³ utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes dos 75 h/an 15 h/an Fiche Fiche Main d oeuvre rabot tracteur Main d oeuvre rabot tracteur Source : CA 2. Source : CA Coût du logemt Coût du Coût hangar du logemt paille Soit 4 99 /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation creux d'alimtation creux d'alimtation tête dos dos dos à Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Annuités Annuités coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés Coût du logemt Coût du logemt Soit /VL Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

15 Fiche 8 Fiche 8 Mode d emploi : Les systèmes s se traduist par des apports de litière limités. Les tapis ou matelas améliort le confort des animaux mais ne permettt pas de garantir à eux seuls la propreté des animaux. Pour assécher les logettes, des apports de paille hachée (1 kg/vl/jour) ou de sciure, sont conseillés. Les faibles apports de litière ne justifit généralemt pas la réalisation d un de paillage. L treti du seuil de logettes doit être effectué quotidinemt beaucoup de rigueur. Cette opération qui consiste à lever la litière souillée et les bouses pied de logettes est primordiale dans ce mode de logemt où la quantité de paille apportée est faible. La disposition des logettes dos qui privilégie le confort et la tranquillité des animaux préste certains avantages. La disposition face à face est égalemt possible mais préste certaines difficultés pour gérer les animaux lots. Options techniques : Les coûts détaillés précédemmt pour 4 et 8 vaches laitières correspondt au schéma standard sans mécanisation du paillage et du. Ces options ont une incidce sur la main d œuvre, les investissemts et les coûts de fonctionnemt. Le tableau ci-après fait état des options possibles pour ce mode de logemt. Il précise l incidce sur le temps de travail et décrit le coût annuel correspondant aux annuités des investissemts (achat d une pailleuse, d un racleur) et aux coûts de fonctionnemt (utilisation des tracteurs et rémunération du temps de travail). 4 VL 8 VL Options ( /an) min/jour ( /an) min/jour Pailleuse Racleur hydraulique + 7 à à Fiche Source : CA 2 Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 1 logette/vl Surface d exercice/animal : 5, m 2 /VL Type et quantité de déjections à épandre : : tonne : 1,8 m 3 /VL/6 mois Avantages Consommation paille faible. Un seul type d effluts à gérer. Système économique. Simplification du travail d astreinte Inconvénits Confort des vaches. extérieur. Risques de tarsites, problèmes d aplomb. Difficultés d homogénéisation du si le paillage dépasse 1 kg/vl/jour. Source : CA 2. Besoin paille : à 1 kg/vl/jour DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Place à l auge :,65 à,75 m/vl

16 temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes 44 h/an 55h/an Lisier 432 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 Eaux pluviales souillées 125 m m 3 utiles Lisier 864 m 3 Effluts salle de traite 31 m 3 Eaux pluviales souillées 26 m m 3 utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes 81 h/an 15 h/an Fiche Fiche Main d oeuvre rabot tracteur Main d oeuvre rabot tracteur Source : CA 2. Source : institut de l élevage Coût Coût du logemt du logemt coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos dos à coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Coût du logemt Coût du logemt stockage des effluts Soit /VL Annuités Annuités Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. Les coûts de fonctionnemt sont le reflet des tâches d astreinte et saisonnières. Ils se Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés. Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

17 Fiche 9 Fiche 9 Mode d emploi : Les systèmes s se traduist par des apports de litière limités. Les tapis ou matelas peuvt améliorer le confort des animaux mais ne permettt pas de garantir à eux seuls la propreté des animaux. Pour assécher les logettes, des apports de paille hachée ou de sciure, dans la limite d 1 kg/vl/jour, sont conseillés. Ces faibles apports de litière ne justifit généralemt pas la réalisation d un de paillage. L treti du seuil de logettes doit être effectué quotidinemt beaucoup de rigueur. Cette opération qui consiste à lever la litière souillée est primordiale dans ce mode de logemt où la quantité de paille apportée est faible. De plus les bouses à l aplomb des seuils de logettes sont peu piétinées et doivt généralemt être es vers le ctre du. En système, les logettes peuvt être disposées tête ou dos. Toutefois, la disposition des logettes dos qui privilégie le confort et la tranquillité des animaux, peut préster certains avantages. Les s de circulation sur permettt une réduction des temps de liés à la suppression du. Leur largeur est un compromis tre le confort de l animal et la propreté des. Les effluts de salle de traite et notammt les eaux blanches peuvt être stockés le sous les. Il convit toutefois de se prémunir contre la formation de gaz nocifs pour les animaux et pour l homme. Un brassage journalier associé à une bonne vtilation du bâtimt est préconisé. Fiche 9 Source : CA 6 Descriptif Préconisations bi être : Surface de couchage/animal : 1 logette/vl Surface d exercice/animal : 4,5 m 2 /VL Avantages Consommation paille faible. Un seul type d efflut à gérer. Absce de stockage extérieur. Propreté des abords et bonne intégration paysagère. Coût de fonctionnemt faible. Simplification du travail d astreinte. DGER Cas Dar Fiche réalisée par les chambres d agriculture Nord-Pas Calais Picardie et l institut de l élevage le souti financier du Cas Dar et du Conseil régional de Picardie CONTACTS : SERVICE BÂTIMENTS D ELEVAGE CHAMBRE D AGRICULTURE DE L AISNE CHAMBRE D AGRICULTURE DU NORD CHAMBRE D AGRICULTURE DE L OISE CHAMBRE D AGRICULTURE DU PAS-DE-CALAIS CHAMBRE D AGRICULTURE DE LA SOMME INSTITUT DE L ELEVAGE SAINT LAURENT BLANGY Source : CA 6. REMARQUE Cette fiche descriptive préste les critères techniques et économiques d une situation standard. Les élémts décrits doivt être adaptés à chaque situation et ne dispst aucun cas de l intervtion d un conseiller spécialisé bâtimt d élevage. Type et quantité de déjections à épandre : : tonne : 1,8 m 3 /VL/6 mois Besoin paille : à 1 kg/vl/jour Place à l auge :,65 à,75 m/vl Inconvénits Confort des vaches. Gestion rigoureuse de la fosse (brassages réguliers). Risque d odeurs. Investissemt élevé. Risques de tarsites, problèmes d aplomb. Bâtimt peu évolutif.

18 temps de à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête 4 vaches laitières dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes 55h/an Fosse sous Lisier 432 m 3 Effluts salle de traite 178 m 3 61 m 3 utiles Fosse sous Lisier 864 m 3 Effluts salle de traite 31 m m 3 utiles 8 vaches laitières de temps à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos rabot tracteur treti seuil logettes rabot tracteur treti seuil logettes 15 h/an Fiche Main d'oeuvre d'astreinte Main d'oeuvre Main d oeuvre Main d'oeuvre astreinte Main d'oeuvre épandage tous effluts Main d oeuvre Fiche Source : CA 62. Source : CA Coût Coût du du logemt Soit /VL coût total annuel ( euros ) paillée plat à d'alimtation paillée creux d'alimtation paillée creux d'alimtation tête dos dos dos à Annuités Annuités coût total annuel ( euros ) à plat d'alimtation d'alimtation d'alimtation tête dos dos Annuités Main d'œuvre d'astreinte Main d'œuvre Coût du logemt Coût du logemt Soit /VL Les d astreinte représtt les tâches journalières non automatisées correspondant à l treti du seuil de logettes, au, au paillage et à la gestion de la fumière. Ces temps de sont déterminés pour une durée de stabulation de 6 mois. Les regroupt ici le temps lié à l épandage, au ramassage de la paille. Annuités Les coûts Coûts de de fonctionnemt sont Main le d'œuvre reflet des tâches d'astreinte d astreinte Main et d'œuvre saisonnières. Ils se rapportt à l utilisation du matériel nécessaire à l accomplissemt de chacune des tâches (amortissemt, frais d treti,..). Le coût de la main d œuvre associé aux différts est déterminé sur la base horaire de 13 /heure. Seuls les investissemts liés au logemt des animaux et au stockage des effluts et de la paille sont décrits. Les autres postes (salle de traite, stockage des fourrages,..) sans incidce sur l analyse comparative des modes de logemt, ne sont pas détaillés. Le coût total annuel est le cumul des coûts de fonctionnemt, du coût de la main d œuvre et des annuités. Les annuités sont déterminées pour un amortissemt des investissemts sur 15 ans à un taux de 4 %.

Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières

Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières LOGEMENT - TRAITE - DEJECTIONS ET EFFLUENTS Réalisé avec le soutien financier de : Le logement des vaches laitières (aires de vie et d alimentation)

Plus en détail

REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE EN BÂTIMENTS D ELEVAGE

REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE EN BÂTIMENTS D ELEVAGE MARS 2013 REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE EN BÂTIMENTS D ELEVAGE Vaches laitières Vaches Allaitantes et Jeunes Bovins édition Bretagne Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières LOGEMENT - TRAITE

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

Colloque européen - Bâtiment d'élevage du futur. Jacques CAPDEVILLE Institut de l Elevage. Sommaire

Colloque européen - Bâtiment d'élevage du futur. Jacques CAPDEVILLE Institut de l Elevage. Sommaire Les bâtiments simplifiés à logettes et aire d exercice non couverte Jacques CAPDEVILLE Institut de l Elevage Sommaire 1. Objectifs de l étude 2. Localisation et caractéristiques des élevages 3. Les différentes

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment?

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Pré Dexel TUTORIEL Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Le Pré-Dexel est un outil gratuit mis à disposition

Plus en détail

La réglementation applicable à l atelier d élevage

La réglementation applicable à l atelier d élevage Chapitre1 La réglementation applicable à l atelier d élevage 1.1 Les ouvrages 1.2 Les textes 1.2.1 - Les sols 1.2.2 - Les ouvrages de stockage des effluents 1.2.3 - Les eaux de pluie et les eaux de nettoyage

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

Référentiel des prix des bâtiments pour vaches laitières : Pays de la Loire Edition mars 2010

Référentiel des prix des bâtiments pour vaches laitières : Pays de la Loire Edition mars 2010 Référentiel des prix des bâtiments pour vaches laitières : Pays de la Loire Edition mars 2010 LOGEMENT - TRAITE - DEJECTIONS ET EFFLUENTS Le logement des vaches laitières et le bloc de traite, ainsi que

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Référentiel des prix de construction des bâtiments équins

Référentiel des prix de construction des bâtiments équins Référentiel des prix de construction des bâtiments équins LOGEMENT BÂTIMENT DE TRAVAIL Les infrastructures équines représentent un coût important pour les porteurs de projet. Il est donc nécessaire de

Plus en détail

Le gabarit des vaches laitières a

Le gabarit des vaches laitières a CONCEVOIR ET INSTALLER des logettes Le gabarit des vaches laitières a augmenté significativement au cours des dernières décennies. La taille des troupeaux conduit les éleveurs à choisir de plus en plus

Plus en détail

De la stabulation aux ouvrages de stockage Comment gérer les effluents d élevage?

De la stabulation aux ouvrages de stockage Comment gérer les effluents d élevage? De la stabulation aux ouvrages de stockage Comment gérer les effluents d élevage? TERRES d'avenir Groupe régional - RÉFÉRENCES BÂTIMENTS D ÉLEVAGE - Mai 2012 En Auvergne, zone de moyenne montagne, les

Plus en détail

PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE

PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE Les petits détails qui font toute la différence Par Christian Lemay, ing. Consultants Lemay & Choinière inc. Mars 2015 Contenu de la conférence 1. Planification à la ferme

Plus en détail

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie Vincent Mouchette EMD Automatisation - Signification de «séparation» - 2 types de situations : Bâtiments existants Nouveaux

Plus en détail

Nouveautés et perspectives concernant les sols des bâtiments pour vaches laitières J.L. MENARD

Nouveautés et perspectives concernant les sols des bâtiments pour vaches laitières J.L. MENARD Journée UMT Santé Vendredi 5 avril 2013 Nouveautés et perspectives concernant les sols des bâtiments pour vaches laitières J.L. MENARD Bretagne et Pays de Loire Pour quelles raisons? Santé des pieds et

Plus en détail

Stabulations libres DeLaval Pour un élevage couronné de succès moderne conforme aux animaux sûr avantageux et performant

Stabulations libres DeLaval Pour un élevage couronné de succès moderne conforme aux animaux sûr avantageux et performant Stabulations libres DeLaval Pour un élevage couronné de succès moderne conforme aux animaux sûr avantageux et performant Arceaux de séparation pour logettes Logette Thurgi 98 OVF No. 13092 A poser contre

Plus en détail

Conception des bâtiments d élevage de lapins. par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France

Conception des bâtiments d élevage de lapins. par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France Conception des bâtiments d élevage de lapins par François LEBAS Directeur de Recherches honoraire Association Cuniculture - France Réunion GIPAC Tunis Juin 2009 L élevage rationnel des lapins se fait dans

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

Quels enjeux principaux pour demain?

Quels enjeux principaux pour demain? Les bâtiments d élevage de ruminants Quels enjeux principaux pour demain? Jacques CAPDEVILLE / Institut de l Elevage 1 Une approche globale pour répondre à des enjeux multiples Eco-construction Investissement

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une demande d aide à la construction, à la rénovation et à l aménagement des bâtiments d élevage) Etat des lieux

Plus en détail

Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier

Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier 1. Les consommations d énergie Energie globale Energie directe en bâtiment 2. Les économies possibles

Plus en détail

Bâtiments économes Premiers résultats

Bâtiments économes Premiers résultats Cournon 8 octobre 2009 Introduction Bernard MALABIRADE (FNB) Bâtiments économes Pourquoi une étude sur des bâtiments économes? Programme financé dans le cadre du dossier CASDAR n 420 2 1. Introduction

Plus en détail

MAAPRAT Version 01/2012

MAAPRAT Version 01/2012 Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une future demande de subvention PMBE) Etat des lieux renseigné par l éleveur JA Zone vulnérable (dès lors que vous

Plus en détail

La conception d un canal à lisier en bout de bâtiment. Lisier. Pompe à lisier aspiration à 50 cm du fond. ( dans la partie la plus liquide )

La conception d un canal à lisier en bout de bâtiment. Lisier. Pompe à lisier aspiration à 50 cm du fond. ( dans la partie la plus liquide ) Bâtiment d élevage Détail de réalisation La conception d un canal à lisier Le système «flushing» > Définition : Des effluents liquides sont réinjectés en tête de canal en continu pendant le déversement

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE «PMBE»

REGLEMENT TECHNIQUE «PMBE» Conseil Général de la Nièvre REGLEMENT TECHNIQUE «PMBE» 1/. MODES DE LOGEMENT ET AIRE DE VIE : 1.1 - Les aires paillées intégrales : C'est le mode de logement le plus répandu en élevage allaitant, le moins

Plus en détail

Tél. : 085. 51. 27. 01

Tél. : 085. 51. 27. 01 1.1.1.1 CENTRE DES TECHNOLOGIES AGRONOMIQUES COMMUNAUTE FRANςAISE Rue de la Charmille, 16 4577 STREE Tél. : 085. 51. 27. 01 Fax. : 085. 51. 27. 06 PROJET VALORISATION DES EFFLUENTS AGRICOLES (VALEA) FINANCE

Plus en détail

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS

CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS CREATION OU EXTENSION DE BATIMENTS AGRICOLES FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage,

Plus en détail

Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants

Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants collection l essentiel Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants Fiche technique bâtiment d élevage n 2 Depuis quarante ans, le monde de l élevage voit sa main d œuvre disponible

Plus en détail

Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier

Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier 1. Les consommations d énergie Energie globale Energie directe en bâtiment 2. Les économies possibles

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

Catalogue FABRICATION

Catalogue FABRICATION 08/2013 Fabrication d éléments préfabriqués en béton pour l agriculture, l industrie et le pavillon Catalogue FABRICATION Le Haut de la Lande 50220 JUILLEY Tél : 02.33.48.62.03 Fax : 02.33.48.05.00 Email

Plus en détail

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur.

Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Le bâtiment d élevage est au centre des préoccupations de chaque éleveur. Il lui arrive parfois d être cité comme "responsable" dans la pénibilité du travail ou dans l expression de mauvais résultats techniques

Plus en détail

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie

Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Ambiance en hébergements de chevaux en Normandie Auteur : S. Guérin, Chambre d Agriculture du Calvados - Caen T. Leborgne, ifce La Chambre

Plus en détail

Assurer le «bien être des veaux»

Assurer le «bien être des veaux» 1 2 3 4 5 6 7 8 1 Assurer le «bien être des veaux» Température de confort pour le veau Nouveau-né : + 7 à 25 C 15 jours à 6 mois : + 5 à 25 C De la naissance à 6 mois, le logement doit permettre d assurer

Plus en détail

Les bâtiments bovins de demain : économes en paille et producteurs d énergie

Les bâtiments bovins de demain : économes en paille et producteurs d énergie Les conférences de l Institut de l Elevage Les bâtiments bovins de demain : économes en paille et producteurs d énergie 3 octobre 2013 Stéphane MILLE, Jacques CAPDEVILLE, Jean-Yves BLANCHIN service Environnement-bâtiment,

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Le traitement des effluents liquides peu chargés : une alternative au stockage et à l épandage

Le traitement des effluents liquides peu chargés : une alternative au stockage et à l épandage Fiche 14 Traitement des effluents peu chargés Bâtiment d élevage - Détails de réalisation Le traitement des effluents liquides peu chargés : une alternative au stockage et à l épandage Les systèmes de

Plus en détail

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007

Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 Chronique Juridique 18 juillet 2007 Pour parution Vienne Rurale du 27 juillet 2007 QUELQUES DISTANCES A RESPECTER Toujours dans un souci de maintenir de bonnes relations de voisinage, il est important

Plus en détail

Atelier à éviter : exemple 1

Atelier à éviter : exemple 1 Atelier à éviter : exemple 1 Un atelier trop grand et mal agencé! Produits frais Stockage emballage Chambre froide Salle écrémage Douches Vestiaire Vestiaires Laiterie 12 mètres rencontre Salle d affinage

Plus en détail

La Directive Européenne du 20 janvier 1997 réglemente

La Directive Européenne du 20 janvier 1997 réglemente GUIDE PRATIQUE DE L AMÉNAGEMENT DE CASES COLLECTIVES POUR LE LOGEMENT DES VEAUX DE LAIT SOUS LA NOTE IMPORTANTE A L ATTENTION DES ÉLEVEURS La Directive Européenne du 20 janvier 1997 réglemente dorénavant

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite)

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 197 TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 198 TABLEAU 6.3 : Paramètre B (suite) 199 TABLEAU 6.4 : Paramètre B (suite) 200 TABLEAU 6.5 : Paramètre B (suite) 201 240. PARAMÈTRE C : CHARGE D ODEUR Le paramètre

Plus en détail

Et pourquoi pas un AMÉNAGEMENT D ENCLOS D HIVERNAGE ET DE BANDES VÉGÉTATIVES FILTRANTES chez moi

Et pourquoi pas un AMÉNAGEMENT D ENCLOS D HIVERNAGE ET DE BANDES VÉGÉTATIVES FILTRANTES chez moi Et pourquoi pas un AMÉNAGEMENT D ENCLOS D HIVERNAGE ET DE BANDES VÉGÉTATIVES FILTRANTES chez moi Nathalie Côté et Guy Lapointe, agronomes 6 décembre 2014 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION Analyser les besoins

Plus en détail

Mise aux normes des bâtiments d élevage bovins. Calculez les volumes produits par type d étable

Mise aux normes des bâtiments d élevage bovins. Calculez les volumes produits par type d étable Calculez les volumes produits par type d étable Une identification correcte de vos stabulations et de la fréquence de nettoyage sont indispensables car elles influencent directement les types et les volumes

Plus en détail

CARMEJANE : Lieu de rencontre et lieu d apprentissage

CARMEJANE : Lieu de rencontre et lieu d apprentissage Bergerie de la ferme expérimentale de Carmejane Alpes-de-Haute-Provence karine labbay michel colache CARMEJANE : Lieu de rencontre et lieu d apprentissage Ce marché public avait pour objet la construction

Plus en détail

Bien-être animal et émissions gazeuses en élevage de porc biologique

Bien-être animal et émissions gazeuses en élevage de porc biologique Bien-être animal et émissions gazeuses en élevage de porc biologique Heiko Georg Thünen Institut d Agriculture Biologique, Trenthorst 32, D-23847 Westerau (Allemagne) Symposium Évolution des normes de

Plus en détail

Que voit-on? Différents produits antibiotiques. Bio ou pas? Utilisable en bio (sous condition). En bio, la phytothérapie, l homéopathie, les

Que voit-on? Différents produits antibiotiques. Bio ou pas? Utilisable en bio (sous condition). En bio, la phytothérapie, l homéopathie, les 1 2 Que voit-on? Différents produits antibiotiques. Bio ou pas? Utilisable en bio (sous condition). En bio, la phytothérapie, l homéopathie, les oligo-éléments sont à utiliser de préférence. En cas d inefficacité

Plus en détail

Deuxième partie/ Les pistes pour réduire la facture énergétique

Deuxième partie/ Les pistes pour réduire la facture énergétique Deuxième partie/ Les pistes pour réduire la facture énergétique Le pré-refroidisseur lait : 40 à 50 % d économie sur la consommation du tank Le pré-refroidisseur lait consiste à abaisser la température

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

Boschung Agencement de fermes SA - 1663 EPAGNY

Boschung Agencement de fermes SA - 1663 EPAGNY Béton >Eléments de crèches "Willisauer" Elément de crèche type 123 Elément de crèche pour vaches d élevage avec nutrition automatisée No. OVF: 1.1.404 Avantages: - La combinaison avec la dalle en escalier

Plus en détail

Le chargement des animaux est une opération

Le chargement des animaux est une opération Bâtiments et collecte des gros bovins Le chargement des animaux est une opération sensible. Les bonnes conditions de collecte doivent garantir la sécurité des intervenants éleveurs et chauffeurs et le

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

Auto-diagnostic par l éleveur des consommations d énergie en bâtiment laitier

Auto-diagnostic par l éleveur des consommations d énergie en bâtiment laitier Troisième partie/ Auto-diagnostic par l éleveur des consommations d énergie en bâtiment laitier Dans cette partie, nous proposons un outil simple qui permet à l éleveur d estimer rapidement les consommations

Plus en détail

BÂTIMENTS ET GRANDS TROUPEAUX

BÂTIMENTS ET GRANDS TROUPEAUX BÂTIMENTS ET GRANDS TROUPEAUX Approche zootechnique, environnementale et sociétale Tanguy MOREL Qu est-ce qu un grand troupeau en terme de logement? De 80 à 120 vaches laitières Plus de 120 vaches laitières

Plus en détail

CONSEILS D INSTALLATION

CONSEILS D INSTALLATION CONSEILS D INSTALLATION L installation des toilettes Ecodomeo nécessite la création d une pièce pour le compostage (local de compostage), adaptée à votre habitation. Il est important de prêter une attention

Plus en détail

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait"

Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional éco énergie lait Enquêtes auprès des éleveurs laitiers ayant installé un pré-refroidisseur dans le cadre du programme régional "éco énergie lait" Juillet 2014 Rapport de résultats Avec le soutien et le partenariat de :

Plus en détail

REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE OBSERVÉS EN BÂTIMENTS D ÉLEVAGE

REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE OBSERVÉS EN BÂTIMENTS D ÉLEVAGE OCTOBRE 2014 REFERENTIEL DES PRIX A LA PLACE OBSERVÉS EN BÂTIMENTS D ÉLEVAGE Vaches laitières édition Bretagne Avec le soutien financier de Référentiel des prix des bâtiments vaches laitières LOGEMENT

Plus en détail

LA VENTILATION des bâtiments d élevage

LA VENTILATION des bâtiments d élevage LA VENTILATION s bâtiments d élevage Etat s lieux dans les Arnnes Une enquête auprès 15 exploitations du département La ventilation s bâtiments d élevage Réalisation Chambre d Agriculture s Arnnes - Mars

Plus en détail

Dimensionnement des fosses

Dimensionnement des fosses Les capacités de stockage Les capacités sont exprimées en m en m 3 pour 4 et 6 mois pour 4 et 6 mois Les capacités correspondent aux volumes utiles de déjections ou effluents à stocker Exemple vaches laitières

Plus en détail

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat

État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat État des lieux et modernisation du parc bâtiment auvergnat Focus sur le cantal Mardi 10 décembre 2013 M.Poucheret En regard des applications du PMBE depuis 2005, quels sont aujourd hui les besoins de modernisation

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiment d élevage laitier. Repères de consommations et pistes d économies

Les consommations d énergie en bâtiment d élevage laitier. Repères de consommations et pistes d économies Les consommations d énergie en bâtiment d élevage laitier Repères de consommations et pistes d économies collection s ynthès e Cet ouvrage a été rédigé par Jean-Baptiste Dollé et Benoît Delattre (Institut

Plus en détail

Biométhanisation de Bois-Guilbert (Haute Normandie)

Biométhanisation de Bois-Guilbert (Haute Normandie) Biométhanisation de Bois-Guilbert (Haute Normandie) Contexte Localisation Earl Ferme Equestre de Bois Guilbert 1001 route d'héronchelles - 76750 Bois Guilbert - Tél : 02 35 34 42 51 - Fax : 02 35 32 65

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Comparaison des coûts de construction entre CH-A-D-F

Comparaison des coûts de construction entre CH-A-D-F Station fédérale de recherches en économie et technologie agricoles CH-8356 Tänikon Comparaison des coûts de construction entre CH-A-D-F L. Van Caenegem, B. Dudant, H. Schmitt, A. Weratschnig, +W. Zortea

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail L. Madeline (1), R. Palazon (2), M. Fourot

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE Les zones agricoles, dédiées aux différentes cultures ou à l élevage, sont par nature inconstructibles.

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes

Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes vous guider Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes n ELEVAGE BOVIN - LAIT Rédacteur :... Personnes associées :... Date initiale :... Date de mise à jour :...

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

OU SANS ROBOT DE TRAITE

OU SANS ROBOT DE TRAITE BÂTIR OU RÉNOVER R AVEC OU SANS ROBOT DE TRAITE Guy Beauregard, agronome,, M. Sc. Alain Fournier, agronome, M.SC. INPACQ, BOVINS LAITIERS Victoriaville, 19 février 2014 OBSERVATIONAS -Visites de 8 fermes

Plus en détail

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs

Préconisations sanitaires. Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs Préconisations sanitaires Conception et rénovation des bâtiments d élevage de porcs CDMP CDMP Préambule Aujourd hui, un bâtiment doit permettre à l éleveur une conduite sanitaire optimale de son élevage.

Plus en détail

Hygiène en milieu rural

Hygiène en milieu rural DDASS d INDRE - et - LOIRE 2008 Dans ce document : Réglementation applicable aux élevages p. 2 Animaux-équivalents p. 2 Distances à respecter pour p. 3 l implantation d un bâtiment d élevage ou d engraissement

Plus en détail

Table des matières. Partie I Aspects généraux et administratifs de la production caprine. Chapitre 1. Généralités et étude des marchés

Table des matières. Partie I Aspects généraux et administratifs de la production caprine. Chapitre 1. Généralités et étude des marchés Table des matières Préface de Franck Moreau........................................ XIII Préface de Joël Rigal............................................. XV Remerciements.................................................

Plus en détail

MODERNISER LES BÂTIMENTS D ÉLEVAGE : UNE PRIORITÉ POUR LA PRODUCTION DU VEAU DE LAIT SOUS LA MÈRE

MODERNISER LES BÂTIMENTS D ÉLEVAGE : UNE PRIORITÉ POUR LA PRODUCTION DU VEAU DE LAIT SOUS LA MÈRE MODERNISER LES BÂTIMENTS D ÉLEVAGE : UNE PRIORITÉ POUR LA PRODUCTION DU DE LAIT SOUS LA 5,10 3,00 Cornadis autobloquants DOSSIER BÂTIMENTS 5 ème ÉDITION AU SOMMAIRE DE CE DOSSIER : Pages A Bien loger les

Plus en détail

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation

Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation Centre Régional Loire Auvergne PLATE-FORME DE COMPOSTAGE TERRES D ALLAGNON CHAMBEZON (43) Dossier de Présentation SOMMAIRE 1 Introduction et présentation generale... 3 2 Presentation technique... 4 2.1

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le chauffage des bâtiments avicoles La nouvelle génération de centrales thermiques I. Le contexte de l élevage français II. L influence du coût du combustible Faible

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

UN DOCUMENT ELABORE PAR :

UN DOCUMENT ELABORE PAR : UN DOCUMENT ELABORE PAR : Un document réalisé par les Chambres d agriculture de la Charente, la Charente- Maritime et des Deux-Sèvres L équipe du projet : - Christophe BEALU, Conseiller bâtiment et caprin,

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs

Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Bâtiments collectifs d habitation neufs Notice Descriptive Accessibilité aux personnes à mobilité réduite Bâtiments collectifs d habitation neufs REGLEMENTATION : - Loi n 91.663 du 13.07.91 - Décret n 80.637 du 04.08.1980 - Décret n 94.86 du

Plus en détail

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE DOUBLE PARK ECO «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-F et P4-F 185 (Modèle standard) P2-F et P4-F 170 MODELE P2/4-F 170 P2/4-F 185 (Standard) P2/4-F 195 P2-F et P4-F 195 H 325 340 350 DH 156 171 181

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

Cahier des charges pour encastrement de coffrets de branchement et pose de fourreaux en domaine privé des utilisateurs

Cahier des charges pour encastrement de coffrets de branchement et pose de fourreaux en domaine privé des utilisateurs Mise à jour le 28 janvier 2015 Cahier des charges pour encastrement de coffrets de branchement et pose de fourreaux en domaine privé des utilisateurs Résumé : Ces fiches doivent permettre à nos clients

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Petits investissements spécifiques d élevage

Petits investissements spécifiques d élevage Petits investissements spécifiques d élevage Aides du Conseil Régional Midi-Pyrénées 2015 Par délibération en date du 11 décembre 2014, la Commission Permanente du Conseil Régional a adopté les modalités

Plus en détail

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES fiche technique GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES MAINTENIR LA SANTÉ DES ÉLEVAGES La maladie dans un élevage est une menace constante aux conséquences économiques pouvant être désastreuses.

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail