Epilepsie de l enfant : généralités

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epilepsie de l enfant : généralités"

Transcription

1 Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite 5 % des enfants avant 5 ans présentent une convulsion 4000 enfants par an deviennent épileptiques Importance du retentissement cognitif de l épilepsie chez l enfant Déficience mentale Troubles du langage, attention Troubles T du comportement t(2à3f fois plus fréquents) Hyperkinésie Syndrome autistique Signes psychotiques Épilepsie et développement Le Cerveau se Transforme l Epilepsie aussi La sémiologie critique est dépendante de la maturation cérébrale Période néonatale : crises motrices, végétatives, focales ou multifocales, subtle seizures 1 à 3 mois : crises motrices focales ou multifocales 3 à 12 mois : crises motrices focales ou multifocales, spasmes 1 à 2 ans : crises motrices partielles ou généralisées, crises polymorphes 2 à 5 ans : apparition des crises et des épilepsies d origine frontale, Lennox-Gastaut, POCS Quelques exemples Syndrome de West Troubles des fonctions gnosiques en particulier visuelles Syndrome de Lennox-Gastaut Syndrome de type frontal - Trb psychotiques Syndrome de Landau-Kleffner Agnosie auditive - aphasie Syndrome des POCS Trb du langage Sd frontal régression cognitive Epilepsie absence Déficience mentale dans 15% (QI<70) et borderline dans 34% Troubles de l attention Epilepsie myoclonique juvénile Dysfonctionnement frontal

2 Epilepsies et convulsions de l Enfant Cas Cliniques 1. Quel est votre diagnostic? 2. Quel traitement immédiat réalisez-vous et pourquoi? 3. Faut-il hospitaliser cet enfant? Justifiez. 4. Si les secousses avaient été unilatérales et notamment brachio-faciales, quelle pathologie est à redouter, quelles explorations s imposent en urgence? 5. Dans le cas présent, quelles recommandations donnez-vous pour l avenir? Que prescrivez-vous? 1. Quel est votre diagnostic? 2. Quel traitement immédiat réalisez-vous et pourquoi? Convulsion fébrile simple Age > 12 mois et < 5 ans Aucun Atcd Dévelop. PM normal Crise bilatérale Crise < 15 min et isolée Examen neurologique normal Paracétamol : 15 mg/kg Valium IR, 0,5 mg/kg pour éviter les récidives

3 3. Faut-il hospitaliser cet enfant? Justifiez. Oui car: Les parents sont affolés Il s agit d un 1er épisode + si CF compliquée! 4. Si les secousses avaient été unilatérales et notamment brachio-faciales, quelle pathologie est a redouter, quelles explorations s imposent en urgence? Convulsion fébrile compliquée Encéphalite herpétique? Analyse du LCR EEG Imagerie cérébrale (IRM) 5. Dans le cas présent, quelles recommandations donnez-vous pour l avenir? Que prescrivez-vous? Prévenir les récidives: prise en charge de la fièvre En cas de récidive: PLS, Valium IR 1. Quel est le 1er diagnostic à évoquer? 2. Quelle(s) exploration(s) demandez-vous pour le confirmer? 3. Faut-il réaliser une IRM cérébrale éb? 4. Le diagnostic suspecté est confirmé, un traitement est-il nécessaire? Pourquoi? 5. Si un traitement est retenu, quelles sont ses modalités (molécules, posologie, durée ) 6. Quel est le pronostic de cette affection?

4 1. Quel est le 1er diagnostic à évoquer? 2. Quelle(s) exploration(s) demandez-vous pour le confirmer? Epilepsie à pointes centro-temporales Âge Crises motrices brachio-faciales Au cours du sommeil EEG standard EEG sensibilisé (privation de sommeil) 3. Faut-il réaliser une IRM cérébrale? OUI si: Crises et/ou EEG atypiques Atcd neurologiques Signes neurologiques Signes dermatologiques

5 4. Le diagnostic suspecté est confirmé, un traitement est-il nécessaire? Pourquoi? NON car : Crises peu fréquentes Crises non invalidantes 5. Si un traitement est retenu, quelles sont ses modalités (molécules, posologie, durée ) Neurontin, Dépakine Tégrétol ou Trileptal après 6 ans Quelquefois Urbanyl Posologie la plus faible possible Une prise le soir l ont lont trouvé inconscient avec des clonies bilatérales à prédominance brachio-faciale 6. Quel est le pronostic de cette affection? Très bon en général Guérison à l adolescence Si ttt nécessaire, seulement 1 à 2 ans Lien avec POCS risque cognitif 1. Quelles manifestations paroxystiques matinales faut-il rechercher dans les atcds récents du patient? 2. B. présente ces manifestations depuis 6 mois, quel diagnostic évoquez-vous? 3. Que vous attendez-vous à retrouver à l EEG? 4. L EEG confirme votre impression clinique, faut-il réaliser une IRM cérébrale? 5. Un traitement est-il nécessaire? Pourquoi? 6. Si un traitement est retenu, quelles sont ses modalités (molécules, posologie, durée )

6 1. Quelles manifestations paroxystiques matinales faut-il rechercher dans les atcds récents du patient? 2. B. présente ces manifestations depuis 6 mois, quel diagnostic évoquez-vous? Des myoclonies isolées ou en brève salve Pendant ½ heure après le réveil Membres supérieurs++ («maladresse») Conscience normale Epilepsie Myoclonique Juvénile Myoclonies matinales CGTC matinales Absences typiques 3. Que vous attendez-vous à retrouver à l EEG? 4. L EEG confirme votre impression clinique, faut-il réaliser une IRM cérébrale? EEG + EMG + vidéo le matin PO et PPO rapides et généralisées Photosensibilité fréquente NON Epilepsie idiopathique Déterminisme génétique

7 5. Un traitement est-il nécessaire? Pourquoi? 6. Si un traitement est retenu, quelles sont ses modalités (molécules, posologie, durée ) OUI Récidives certaines ou presque Risque de chute 2aire aux myoclonies Dépakine Lamictal Urbanyl 1 prise vespérale Le plus souvent à vie Hygiène de vie scolairesdepuis3mois:ellesemblenepassuivre par moment les instructions, parait scolaires depuis 3mois: elle semble ne pas suivre par moment les instructions, parait 1. Que demandez-vousà l interrogatoire? 2. Quel examen complémentaire vous parait indispensable? 3. Le diagnostic suspecté est confirmé dans une forme typique classique, demandez-vous d autres explorations? pourquoi? 4. Quelle prise en charge proposez-vous? 1. Que demandez-vousà l interrogatoire? Absences? Rupture de contact à début et fin brusque +/- automatismes moteurs Clonies palpébrales

8 scolaires depuis 3mois: elle semble ne pas suivre par moment les instructions, parait 2. Quel examen complémentaire vous parait indispensable? EEG avec hyperpnée et SLI enregistrement d absences tracé intercritique normal scolaires depuis 3mois: elle semble ne pas suivre par moment les instructions, parait 3. Le diagnostic suspecté est confirmé dans une forme typique classique, demandez-vous d autres explorations? pourquoi? Théoriquement NON IRM si -signes focaux -EEG atypique -Signes cliniques et troubles cognitifs Bilan neuro-cognitif si -Difficultés scolaires -Systématique? scolaires depuis 3mois: elle semble ne pas suivre par moment les instructions, parait 4. Quelle prise en charge proposez-vous? Dépakine pdt 1 à 2 ans Alternative: Lamictal, Zarontin, Urbanyl Contrôle clinique et EEG ds les 2 mois Suivi neurocognitif

9 Spasmes Infantiles Syndrome de West Spasmes Infantiles Epidémiologie Incidence : 1 cas pour 2 à 3000 naissances Prédominance masculine : 1,5/1 Age de début entre 3 mois et 1 an pic de fréquence à 5 mois Diagnostic électro-clinique Arrêt voir régression des acquisitions psychomotrices Spasmes : contractions brusques des muscles axiaux et des membres «sursauts» le plus souvent en flexion survenant en salves EEG : hypsarythmie désorganisation du tracé de fond tracé anarchique avec ondes lentes, ondes aiguës et pointes de grande amplitude Spasmes Infantiles Syndrome de West Etiologies Spasmes symptomatiques, 70 à 90% des cas, IRM +++ Malformations cérébrales, maladie de Bourneville (1ere cause) Anoxo-ischémies cérébrales Maladies métaboliques, aberrations chromosomiques Spasmes cryptogéniques Développement antérieur normal Pas de cause identifiable, IRM normale Spasmes idiopathiques? Pronostic Variable en fonction de la cause Déficience i mentale plus ou moins importante t Troubles du comportement, traits autistiques Epilepsie partielle, multifocale, syndrome de Lennox Gastaut Traitement Vigabatrin (Sabril) Corticoïdes (hydrocortisone, synacthène).

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST

ETAT DE MAL EPILEPTIQUE. Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST ETAT DE MAL EPILEPTIQUE Dr Sylviane Peudenier, CHU BREST Définitions Crise d'épilepsie: - Décharge brutale, hypersynchrone et rythmée d'un groupe de neurones hyperexcitables. - Expression clinique variable:

Plus en détail

CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE

CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE CONVULSIONS DE L ENFANT Item 190 JP. CARRIERE Les crises convulsives sont les symptômes les plus fréquents en pratique neurologique pédiatrique. Ce terme a la même signification que «crise épileptique»

Plus en détail

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006

Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu. Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 Conduite à tenir devant un trouble de la marche aigu Module Urgences Pédiatriques 9 novembre 2006 La marche Elément sémiologique essentiel de l examen neurologique +++ et de l appareil locomoteur 60 %

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA

Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Dr Christophe Pasche Médecin agréé PMU Médecin du trafic SSML Président du CREACA Drapeaux rouges Troubles visuels Troubles cognitifs Épilepsie Diabète Médicaments Troubles moteurs/sensitifs Dépendances

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

La dysphasie développementale et ses diagnostics différentiels

La dysphasie développementale et ses diagnostics différentiels La dysphasie développementale et ses diagnostics différentiels Pr Patrick VAN BOGAERT Clinique de Neurologie Pédiatrique Université Libre de Bruxelles Hôpital Erasme Développement normal du langage 3 mois

Plus en détail

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis

Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Programme d enseignement Service de neurologie Hôtel-Dieu de Lévis Service de neurologie Le service de neurologie de l Hôtel-Dieu de Lévis opère dans un Centre Hospitalier Affilié à l Université Laval,

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS L EXPLORATION DES RETARDS MENTAUX

APPORT DE L IRM DANS L EXPLORATION DES RETARDS MENTAUX APPORT DE L IRM DANS L EXPLORATION DES RETARDS MENTAUX A KERKENI, N BABAY, R SEBAI, S TRABELSI, N HAMMAMI, C DRISSI, L BELGHITH, M BEN HAMOUDA. TUNIS - TUNISIE Le retard mental est une situation fréquente

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

EEG en Pédiatrie: ça bouge

EEG en Pédiatrie: ça bouge EEG en Pédiatrie: ça bouge A. Kaminska, P. Plouin, C. Soufflet NEM / Evolution EEG // maturation cérébrale rapide à cet âge, (croissance du PC, acquisitions psychomotrices) d autant plus rapides que l

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy

Narcolepsie. Informations et conseils. Narcolepsy Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Narcolepsie Narcolepsy Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de soins.

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique.

MIGRAINES. Diagnostic. A rechercher aussi. Critères IHS de la migraine. Type d aura. Particularités chez l enfant. Paraclinique. MIGRAINES Diagnostic Critères IHS de la migraine SANS AURA : 5 crises 4-72 heures sans traitement 2 caractéristiques suivantes : Unilatérales Pulsatiles Modérées ou sévères Aggravation par activités physiques

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

AUTISME Troubles Envahissants du Développement

AUTISME Troubles Envahissants du Développement AUTISME Troubles Envahissants du Développement Sémiologie chez le nourrisson Dr Stéphanie Marignier, neuropédiatre Centre de Ressources Autisme Rhône-Alpes Troubles envahissants du développement altérations

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

L agénésie isolée du corps calleux

L agénésie isolée du corps calleux L agénésie isolée du corps calleux Agénésie calleuse Dysgénésie du corps calleux La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre

Table ronde éthique. Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre Table ronde éthique Cas clinique Dr Sophie Perrin Besson Dr Isabelle Favre 1 Madame J.96 ans née en 1918 Arrivée au service des urgences le 1 er juillet à 14h26 pour «état d agitation», adressée par son

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT Hélène De Leersnyder Pédiatre Consultation «sommeil» Hôpital Necker. Paris Atelier Sommeil Enfant SNCLF-SFRMS Paris 12 Mars 2009 Quel enjeu? Sommeil:» 1/3 de la vie des

Plus en détail

UNIVERSITE DE LIMOGES

UNIVERSITE DE LIMOGES UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE de MEDECINE Equipe de recherche EA 3174 Institut d Epidémiologie neurologique et de Neurologie Tropicale Thèse pour obtenir le grade

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir

traumatisme crânien chez l enfant : conduite à tenir Une surveillance à domicile peut suffire quand aucun signe de gravité n est décelé à l examen. Un vomissement survenu peu après le TC et non renouvelé n est pas a priori inquiétant, si l examen neurologique

Plus en détail

Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l enfant (144d) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005)

Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l enfant (144d) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Tumeurs de la fosse cérébrale postérieure de l enfant (144d) Professeur Dominique PLANTAZ Février 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-requis : Epidémiologie des cancers de l enfant Tumeurs de blastème embryonnaire

Plus en détail

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E.

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Postures et respiration en relaxation Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Introduction «Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire

mal de tête d installation subite 12/10 Éliminer une céphalée secondaire LES CÉPHALÉES 4 e Forum Département de médecine familiale et de médecine d urgence St-Georges de Beauce le 29 mai 2009 Les céphalées: objectifs Appliquer un algorithme diagnostique des céphalées Reconnaître

Plus en détail

EPP Epilepsie et travail réglementation

EPP Epilepsie et travail réglementation EPP Epilepsie et travail réglementation Séance du 9 décembre 2008 MP Lehucher-Michel, M Trani 1 Épilepsie et conduite L'ép2ilepsie fait partie des affections incompatibles avec la délivrance ou le maintien

Plus en détail

1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant?

1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant? Fiche de consultation Migraine de l enfant 1 1. IDENTIFICATION Age : Poids : Qui adresse l enfant? Fratrie : Niveau scolaire (classe) : Situation vis-à-vis du travail scolaire : Bon Moyen En difficulté

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Troubles des appren.ssages quand s alarmer et quels traitements proposés?

Troubles des appren.ssages quand s alarmer et quels traitements proposés? Troubles des appren.ssages quand s alarmer et quels traitements proposés? Rôle du médecin traitant Rôle de coordinateur autour de l enfant en difficultés scolaires Ecouter la plainte Eliminer une cause

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

LES CEPHALEES I- INTRODUCTION

LES CEPHALEES I- INTRODUCTION Cours Magistraux Pr. S. AIDI LES CEPHALEES I- INTRODUCTION La céphalée désigne classiquement une douleur ressentie au niveau du crâne. Les céphalées sont extrêmement fréquentes et relèvent de causes multiples.

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro

Déficit neurologique récent. Dr N. Landragin CCA Neuro Déficit neurologique récent Dr N. Landragin CCA Neuro Question vague: couvre toute la neurologie... ou presque... comprendre une démarche diagnostique en neurologie...? Cas clinique n 1 Mlle M, 21 ans,

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

RAPPORT. Novembre 2012

RAPPORT. Novembre 2012 Novembre ENQUETE SUR LES FRANCILIENS EN SITUATION DE HANDICAP ACCUEILLIS DANS UN ETABLISSEMENT BELGE SUR FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE Résultats Ile-de-France Patricia Fiacre Carole Peintre Clotilde

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 LYRICA 25, 75, 150 et 300 mg, gélule Boîte de 56 LYRICA 25, 50, 100 et 200 mg, gélule Boîte de 84 LYRICA 25, 50, 75,100,150, 200

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Céphalée aiguë et chronique

Céphalée aiguë et chronique Item 188 Céphalée aiguë et chronique I. PRINCIPALES CAUSES DE CÉPHALÉES II. CARACTÉRISTIQUES PROPRES DES CÉPHALÉES ORIENTANT LE DIAGNOSTIC III. INTERROGATOIRE IV. EXAMEN CLINIQUE V. HOSPITALISATION ET

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie?

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Qu est-ce que c est une crise épileptique ou une épilepsie? Ligue contre l Epilepsie Ligue Suisse contre l Epilepsie Schweizerische Liga gegen Epilepsie Lega Svizzera contro l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Info Epilepsie Qu est-ce que c est une crise

Plus en détail

VETAGRO SUP CAMPUS VETERINAIRE DE LYON

VETAGRO SUP CAMPUS VETERINAIRE DE LYON VETAGRO SUP CAMPUS VETERINAIRE DE LYON Année 2011 - Thèse n CONTRIBUTION A LA CARACTERISATION DES EPILEPSIES CANINES ET A SON UTILISATION EN TANT QUE MODELE DES EPILEPSIES HUMAINES THESE Présentée à l

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie

Les céphalées aux urgences. G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Les céphalées aux urgences G Demarquay Hôpital Croix-Rousse Service Neurologie Céphalées et urgences Pathologie très fréquente dans la population générale ; 5 ième motif de consultation aux urgences (Minen

Plus en détail

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas J EL Azizi EL Alaoui, A Ayoubi*, H Hadjkacem, A Benbouzid*,M Kzadri*, N Chakir, MR EL Hassani, M Jiddane Service d imagerie médicale

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 juillet 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 8 juillet 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 juillet 2009 BERINERT 500U, poudre et solvant pour solution injectable / perfusion Boîte de 1, code CIP : 574 596-3 Laboratoires CSL Behring SA Inhibiteur de C1 estérase

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Exemple de prise en charge psychomotrice d un trouble de la posture et de l équilibre chez une enfant atteinte de déficience mentale et d épilepsie

Exemple de prise en charge psychomotrice d un trouble de la posture et de l équilibre chez une enfant atteinte de déficience mentale et d épilepsie UNIVERSITE PAUL SABATIER FACULTE DE MEDECINE TOULOUSE RANGUEIL Institut de formation de psychomotricité Exemple de prise en charge psychomotrice d un trouble de la posture et de l équilibre chez une enfant

Plus en détail

Neurofibromatose de type 1. Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen

Neurofibromatose de type 1. Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen Neurofibromatose de type 1 Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen 1882: Friedrich Daniel Von Recklinghausen 1956: Crow: description précise de la NF1 1982: Ricardi : classification des neurofibromatoses en

Plus en détail

Syndrome de Brugada. définition et implications en anesthésie. Jean Reuter DES Anesthésie-Réanimation CHIPS juillet 2014

Syndrome de Brugada. définition et implications en anesthésie. Jean Reuter DES Anesthésie-Réanimation CHIPS juillet 2014 Syndrome de Brugada définition et implications en anesthésie Jean Reuter DES Anesthésie-Réanimation CHIPS juillet 2014 Définition Définition Association d un aspect particulier de susdécalage du segment

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Avant-propos. Bonne lecture

Avant-propos. Bonne lecture Avant-propos Comme annoncé dans le dossier d inscription diffusé au mois de Juillet dernier, voici la liste des hébergements traités par l équipe du CDSA 64. Celle-ci détaille deux types d hébergement.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE POUR LES PARENTS

QUESTIONNAIRE POUR LES PARENTS Laboratoire «Ethique et pratiques médicales» Pr A. Danion-Grilliat, Dr. V. Pascal IRIST (E.A 3424) Université louis Pasteur 7 rue l Université - 67000 Strasbourg anne.danion@chru-strasbourg.fr CESAMES

Plus en détail

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM C.Hafsa, A.Zrig, S.Jerbi Omezzine, S.Kriaa, M.Zbidi, M.Golli, R.Brahem, M.Said, A.Gannouni. SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU FATTOUMA BOURGUIBA MONASTIR-TUNISIE

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

EPILEPSIE ET SOINS INFIRMIERS

EPILEPSIE ET SOINS INFIRMIERS EPILEPSIE ET SOINS INFIRMIERS PLAN Chapitre 1: Rappels Physiopathologiques Chapitre 2: Prendre soin d un d patient épileptique: le rôle de l infirmier( l e) Introduction I) l accueil l du patient épileptique

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Module 2. De la conception à la naissance

Module 2. De la conception à la naissance Module 2. De la conception à la naissance ITEM 17. Principales complications de la grossesse Diagnostics différentiels d une hémorragie génitale Hématurie Rectorragie Diagnostics différentiels de l HTA

Plus en détail

FICHE MÉDICALE CINERGIE TRAVAILLER AVEC UNE EPILEPSIE.

FICHE MÉDICALE CINERGIE TRAVAILLER AVEC UNE EPILEPSIE. FICHE MÉDICALE CINERGIE TRAVAILLER AVEC UNE EPILEPSIE. 1. LE PROBLEME DE SANTE La crise d'épilepsie est une décharge paroxystique hyper-synchrone d une population de neurones cérébraux. Le siège de cette

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015 Transformation Innovation Excellence Pour plus d information : cusm.ca/2015 514-934-1934 cusm.muhc @cusm_muhc @HopitalChildren #CUSM2015 Au service des Montréalais

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

Revisiter le diagnostic étiologique dans la déficience intellectuelle

Revisiter le diagnostic étiologique dans la déficience intellectuelle Lyon Neuroscience Research Center Revisiter le diagnostic étiologique dans la déficience intellectuelle Damien Sanlaville Service de Génétique, Pr Edery Plateforme ACPA, NGS CHU de Lyon Pas de conflit

Plus en détail

Détermination de gènes candidats par séquençage d exome dans une famille présentant des calcifications idiopathiques des noyaux gris centraux

Détermination de gènes candidats par séquençage d exome dans une famille présentant des calcifications idiopathiques des noyaux gris centraux Service de Neurologie U614 Génétique médicale et fonctionnelle des cancers et des maladies neuropsychiatriques Pr Frébourg Dr Campion Pr Hannequin Détermination de gènes candidats par séquençage d exome

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail