La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles"

Transcription

1 La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales)

2 Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes 2. Déterminants économiques de la consommation 3. Déterminants socio-démographiques Revenu, âge, éducation, catégorie sociale, Effets de génération 4. Obstacles et opportunités 5. Conclusions Rencontres Fondation Louis Bonduelle

3 Le contexte : (1) fin de la transition nutritionnelle la consommation se stabilise Rencontres Fondation Louis Bonduelle

4 Structure des apports énergétiques : Monde moyenne % 80% Glucides 70% 60% 50% 40% Lipides 30% 20% 10% Protéines 0% Énergie : kcal/personne/jour Source : FAO Stat, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

5 Structure des apports énergétiques : Monde moyenne % 80% Glucides 70% 60% 50% 40% Lipides 30% 20% 10% Protéines 0% Énergie : kcal/personne/jour Source : FAO Stat, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

6 Structure des apports énergétiques en France depuis % Glucides 50 % 40 % Lipides 30 % 20 % 10 % Protéines 0 % Source : FAO Stat, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

7 La consommation des principaux aliments de 1950 à kg / personne / an 250 Céréales, pommes de terre Fruits, légumes Lait, produits laitiers Viande Poisson Source : INSEE Annuaire Statistique de la France Rencontres Fondation Louis Bonduelle

8 Évolution de la consommation apparente Légumes Fruits Source : INSEE Comptabilité Nationale Rencontres Fondation Louis Bonduelle

9 Fruits et légumes frais : dépenses et quantités achetées, (Achats des ménages pour la consommation à domicile), kg Dépense légumes ( /ménage/an) Dépense fruits ( /ménage/an) Quantité légumes (kg/ménage/an) Quantité fruits (kg/ménage/an) Dépenses Quantités Source : TNS, CTIFL, INTERFEL, VINIFLHOR Rencontres Fondation Louis Bonduelle

10 Le contexte : (2) la consommation de F&L se stabilise à un niveau insuffisant Rencontres Fondation Louis Bonduelle

11 Consommation individuelle de fruits et légumes INCA Adultes, Jus de fruits non compris Recommandation : 400g/j g/personne/jour Sources : AFSSA, INCA1, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

12 Consommation individuelle de fruits et légumes INCA % Adultes, Jus de fruits non compris Recommandation : 400g/j g/personne/jour Sources : AFSSA, INCA1, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

13 Consommation individuelle de fruits et légumes INCA , ENNS % Adultes, Jus de fruits non compris ENNS : 57% g/personne/jour Sources : AFSSA, INCA1, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

14 Consommation individuelle de fruits et légumes INCA % Adultes, Jus de fruits non compris Petits consommateurs < 280g/j g/personne/jour Sources : AFSSA, INCA1, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

15 Consommation individuelle de fruits et légumes INCA , ENNS % Adultes, Jus de fruits non compris ENNS : 35% g/personne/jour Sources : AFSSA, INCA1, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

16 La consommation et ses déterminants Facteurs économiques Effets socio-démographiques Facteurs sensoriels et attitudes Rencontres Fondation Louis Bonduelle

17 La consommation et ses déterminants Facteurs économiques : les prix Rencontres Fondation Louis Bonduelle

18 Évolution de la consommation en volume Légumes transformés Fuits transformés Fruits frais Légumes frais Source : INSEE Comptabilité Nationale Rencontres Fondation Louis Bonduelle

19 Prix relatifs des fruits et légumes frais et transformés = prix alimentaires Référence : ensemble des prix alimentaires 80 Légumes frais 60 Fruits frais Fruits transformés (yc jus) Légumes transformés Source : INSEE Comptabilité Nationale Rencontres Fondation Louis Bonduelle

20 La consommation et ses déterminants Facteurs économiques : les revenus Rencontres Fondation Louis Bonduelle

21 Achats alimentaires et revenu en Fruits frais 60 Légumes frais 50 Viande Kg / personne / an Corps gras Revenu par personne (F/mois) Source : TNS Secodip 1997, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

22 Achats de fruits et revenu en Fruits frais kg/personne/an Agrumes, fruits exotiques Fruits transformés F/personne/mois Source : TNS Secodip 1997, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

23 Achats de légumes et revenu en kg/personne/an Légumes frais Conserves, surgelés F/personne/mois Source : TNS Secodip 1997, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

24 Achats de fruits et légumes et revenu en Fruits frais 60 Légumes frais Légumes transformés Kg / personne / an Revenu par personne ( /mois) Source : TNS Secodip 1997, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

25 Achats de légumes frais de 1969 à 2001 selon le quartile de revenu 60% 4ème quartile 40% Ecarts à la moyenne 20% 0% -20% 3ème quartile 2ème quartile -40% 1er quartile -60% Sources : Insee, Secodip, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

26 Achats de fruits frais de 1969 à 2001 selon le quartile de revenu 60% 4ème quartile 40% Ecarts à la moyenne 20% 0% -20% 3ème quartile 2ème quartile -40% 1er quartile -60% Sources : Insee, Secodip, traitement P. Combris Rencontres Fondation Louis Bonduelle

27 Les prix : obstacle à la consommation des produits frais Les prix sont perçus comme trop élevés - En hausse depuis 40 ans - Prix relatifs des produits frais plus élevés que la moyenne des prix alimentaires, surtout pour les légumes (+40%) Les consommateurs sont sensibles aux prix - Effet sur les achats plus que proportionnel à la variation de prix, surtout pour les légumes - Effet plus fort sur les populations modestes (quartile de revenus les plus faibles) pour les produits transformés - MAIS une baisse de prix modérée n est pas forcément suffisante pour accroître la consommation des populations très défavorisées, si la consommation des F&L ne fait pas partie de leurs priorités budgétaires. Rencontres Fondation Louis Bonduelle

28 Elasticités revenu de l'alimentation 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 Produits céréaliers Fruits Produits laitiers Corps gras Boissons Poissons Viandes Produits sucrés Légumes Seuil de pauvreté Ensemble de la population Les achats des ménages pauvres sont plus sensibles au revenu pour la quasi-totalité des grands groupes alimentaires (sauf poisson, produits sucrés) Source : estimations économétriques à partir des données BDF (F. Caillavet, Rapport ONPES, 2006) Rencontres Fondation Louis Bonduelle

29 Impact d une diminution de prix sur les achats de F&L Elasticités prix des achats de fruits et légumes 2,000 1,800 1,600 1,400 Fruits Légumes Elasticité prix directe 1,200 1,000 0,800 0,600 0,400 0,200 0,000 Fruits frais fruits en conserve et surgelés fruits secs jus de fruits pommes de terre légumes frais lég ume s secs et en conserve lég ume s surgelés plats préparés à base de légumes ménages pauvres autres ménages La ré-allocation du budget des ménages pauvres se fait en priorité vers les pommes de terre et les FL transformés Une diminution (subvention, baisse TVA) du prix des FL frais bénéficierait davantage aux ménages aisés Source : estimations économétriques à partir des données TNS 1997 (F. Caillavet, CORELA, 2002) Rencontres Fondation Louis Bonduelle

30 Les déterminants de la consommation : facteurs socio-démographiques Revenu Âge Éducation Catégorie sociale Région d'habitat Type de ménage Rencontres Fondation Louis Bonduelle

31 Les achats de fruits frais en er quartile 2ème quartile 3ème quartile 4ème quartile 20 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 65 ans Plus de 65 ans Pas de diplôme Bepc Baccalauréat Etudes Supérieures Agriculteurs exploitants Indépendants Cadres supérieurs Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Inactifs Région parisienne Est Nord Ouest Centre-Ouest Centre-Est Sud-Est Sud-Ouest Rencontres Fondation kg / personne Louis Bonduelle / an 2010 Sources : TNS, traitement P. Combris 31

32 Les achats de légumes frais en er quartile 2ème quartile 3ème quartile 4ème quartile 20 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 65 ans Plus de 65 ans Pas de diplôme Bepc Baccalauréat Etudes Supérieures Agriculteurs exploitants Indépendants Cadres supérieurs Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Inactifs Région parisienne Est Nord Ouest Centre-Ouest Centre-Est Sud-Est Sud-Ouest Femme seule Homme seul Adultes sans enfants Adultes avec enfants Pas de potager Potager Rencontres Fondation kg / personne Louis / anbonduelle Sources : TNS, traitement P. Combris

33 Les achats de conserves de légumes en er quartile 2ème quartile 3ème quartile 4ème quartile 20 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 65 ans Plus de 65 ans Pas de diplôme Bepc Baccalauréat Etudes Supérieures Agriculteurs exploitants Indépendants Cadres supérieurs Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Inactifs Région parisienne Est Nord Ouest Centre-Ouest Centre-Est Sud-Est Sud-Ouest Rencontres Fondation Louis kg / Bonduelle personne / an 2010 Sources : TNS, traitement P. Combris 33

34 Les achats de légumes surgelés en er quartile 2ème quartile 3ème quartile 4ème quartile 20 à 40 ans 41 à 50 ans 51 à 65 ans Plus de 65 ans Pas de diplôme Bepc Baccalauréat Etudes Supérieures Agriculteurs exploitants Indépendants Cadres supérieurs Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Inactifs Région parisienne Est Nord Ouest Centre-Ouest Centre-Est Sud-Est Sud-Ouest Rencontres Fondation Louis kg / personne Bonduelle / an2010 Sources : TNS, traitement P. Combris 34

35 Déterminants socio-démographiques : âge et génération La consommation augmente avec l'âge : les enfants consomment moins que les adultes chez les adultes la consommation augmente jusqu'à ans Effets d âge ou de génération? Rencontres Fondation Louis Bonduelle

36 Dépenses pour les légumes frais : effets d'âge et de génération Euros constants 1995, par ménage et par an 1995? 2000? ? 1989? 38 ans 48 ans 58 ans 68 ans ans ans Dépenses selon l'âge en Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

37 Dépenses pour les légumes frais : effets d'âge et de génération 500 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

38 Dépenses pour les légumes frais : effets d'âge et de génération 500 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

39 Dépenses pour les légumes frais : effets d'âge et de génération 500 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

40 Dépenses pour les légumes frais : effets d'âge et de génération 500 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

41 Dépenses pour les légumes frais : effets d'âge et de génération 500 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

42 Dépenses pour les fruits frais : effets d'âge et de génération 500 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

43 Fruits frais : effets d'âge et de génération, 4 ème quartile de revenu Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

44 Fruits frais : effets d'âge et de génération, 1 er quartile de revenu 400 Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

45 Fruits en conserve et surgelés : effets d'âge et de génération Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

46 Légumes en conserve et surgelés : effets d'âge et de génération Euros constants 1995, par ménage et par an Source : Enquêtes BDF 1979, 1984, 1989, 1995, 2000 (INSEE), traitement CREDOC, Exercice d'anticipation des comportements alimentaires des Français, Modèle Age-Période-Cohorte, Cahier de Recherche n 222, Décembre Rencontres Fondation Louis Bonduelle

47 Obstacles et opportunités : préférences, normes et habitudes Caractéristiques sensorielles potentiellement facteurs de rejet L amer, l acide, la texture + Les odeurs Effet de l âge : attitudes moins favorables des enfants (exposition répétée nécessaire) et des personnes âgées Impact des normes Norme sociétale perçue Habitude de manger des F&L pendant l enfance Rencontres Fondation Louis Bonduelle

48 Obstacles et opportunités : valeurs Valorisations multiples par le consommateur Valeur hédonique (goût, arôme) prépondérante Valeur santé : reconnue mais limitée Valeur symbolique : les F&L sont des marqueurs féminins Valeur de partage et de pratique sociale variable selon les pays Valeur coûts-sacrifices en défaveur des F&L frais Perçus comme chers Peu pratiques Difficiles à conserver Consommateurs de temps pour l achat et la préparation Demandeurs de savoir-faire Peu disponibles à proximité Rencontres Fondation Louis Bonduelle

49 Pour conclure 1. Les politiques de santé publiques sont très favorables à la consommation des fruits et légumes 2. L'évolution des prix, des pratiques et des goûts des consommateurs sont des obstacles au développement de la consommation 3. Ces obstacles sont particulièrement importants pour les jeunes générations, et pour les ménages modestes 4. Les fruits semblent profiter davantage que les légumes des recommandations nutritionnelles 5. L'adaptation des produits aux goût et aux pratiques de consommation sera l'élément clé des évolutions à venir Rencontres Fondation Louis Bonduelle

La consommation des fruits et légumes : évolution, déterminants économiques et sociodémographiques

La consommation des fruits et légumes : évolution, déterminants économiques et sociodémographiques La consommation des fruits et légumes : évolution, déterminants économiques et sociodémographiques Pierre COMBRIS INRA, ALISS Alimentation et Sciences Sociales Comité Consommateurs 10 octobre 2011 Sommaire

Plus en détail

La consommation alimentaire : des inégalités persistantes mais qui se réduisent

La consommation alimentaire : des inégalités persistantes mais qui se réduisent La consommation alimentaire : des inégalités persistantes mais qui se réduisent France Caillavet, Cédric Lecogne et Véronique Nichèle* L alimentation reste l un des premiers postes de dépense des ménages.

Plus en détail

Philippe Cardon, Maître de conférences, Université Lille 3 Ceries / Aliss (INRA) Rencontres de la Fondation Louis Bonduelle Paris, 5 juin 2012

Philippe Cardon, Maître de conférences, Université Lille 3 Ceries / Aliss (INRA) Rencontres de la Fondation Louis Bonduelle Paris, 5 juin 2012 Philippe Cardon, Maître de conférences, Université Lille 3 Ceries / Aliss (INRA) Rencontres de la Fondation Louis Bonduelle Paris, 5 juin 2012 Introduction Interroger les «catégories» : Senior? Retraités?

Plus en détail

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES.

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES. PRINCIPALES ÉVOLUTIO ET MOTEURS DE LA COOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES 30 novembre 2012 Pascale HEBEL Directrice du Département Consommation CCAF 2007:

Plus en détail

Consommation alimentaire des Français

Consommation alimentaire des Français Intervention de l Afssa au colloque «La situation nutritionnelle en France en 2007» Paris, 12 décembre 2007 Consommation alimentaire des Français les premiers résultats d une enquête d intérêt général

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE

LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER UN GRAND PAS POUR VOTRE ÉQUILIBRE LE PETIT DÉJEUNER... POURQUOI? POUR QUI? À Après huit à douze heures de sommeil, les réserves d'énergie de l'organisme sont épuisées : le petit déjeuner

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne

Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et

Plus en détail

L alimentation du sportif

L alimentation du sportif L alimentation du sportif Dr F. GANE TROPLENT 04/2013 Faculté de Médecine HyacintheBASTARAUD Activités physiques : Recommandations d activité physique pour la population Pratique d une activité physique

Plus en détail

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION Première caractérisation du secteur (données 2012) SYNTHESE Etude du secteur des sauces condimentaires-oqali Données 2011-Edition 2013 EDITION 2014 Synthèse de l

Plus en détail

Pertes et gaspillages alimentaires

Pertes et gaspillages alimentaires Pertes et gaspillages alimentaires Un phénomène aux multiples facettes Barbara REDLINGSHÖFER Mission d anticipation Recherche&Société Pour le développement durable (MaR/S) de l INRA Plan de la présentation

Plus en détail

Conjoncture de la consommation alimentaire Intervention de Pascale Hébel Directrice du département Consommation Crédoc

Conjoncture de la consommation alimentaire Intervention de Pascale Hébel Directrice du département Consommation Crédoc Conjoncture de la consommation alimentaire Intervention de Pascale Hébel Directrice du département Consommation Crédoc 12 décembre 2012 Conjoncture de la consommation alimentaire Evolutions économiques

Plus en détail

Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés

Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés Observatoire de la Consommation Alimentaire Etude des relations entre les catégories de ménages et les produits consommés 2006 Ir H. FOURMANOIR fourmanoir.h@fsagx.ac.be Avenue de la Faculté d agronomie

Plus en détail

GT lipides Céréales Prêtes à Consommer ou à Préparer. 29 janvier 2008

GT lipides Céréales Prêtes à Consommer ou à Préparer. 29 janvier 2008 GT lipides Céréales Prêtes à Consommer ou à Préparer 29 janvier 2008 1 Marché et fabricants Le marché français en 2006 (enquête de branche Alliance 7, panel IRI, Secodip) Valeur : 560 millions d euros

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation

Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Réglementations et organisation de l'alimentation dans les E.A.J.E. Direction de la Petite Enfance et de l'éducation Le GEM RCN. (Groupe d Etude des Marchés de Restauration Collective et de Nutrition)

Plus en détail

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Fiche technique Sondage réalisé pour : MALONGO Dates de réalisation : Les 22 et 23 mars 2006 Échantillon national de 1000 personnes, représentatif

Plus en détail

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés

Indices des prix à la consommation pour les ménages retraités ou âgés CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Indices des prix à la consommation

Plus en détail

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES.

PRINCIPALES ÉVOLUTIONS ET MOTEURS DE LA CONSOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES. PRINCIPALES ÉVOLUTIO ET MOTEURS DE LA COOMMATION DE VIANDE. LES DYNAMIQUES SPÉCIFIQUES AUX VIANDES DE PORC ET DE VOLLAILLES 30 novembre 2012 Pascale HEBEL Directrice du Département Consommation CCAF 2007:

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 49 SOMMAIRE Les seniors Les chiffres clés Les habitudes alimentaires des seniors Les recommandations Les alternatives Herbalife Les compléments alimentaires

Plus en détail

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6

Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 Enquête sur le comportement alimentaire des étudiants des universités Paris 2, Paris 4 et Paris 6 Stéphanie LABOJKA 16/05/2012 I OBJECTIFS Cette enquête a pour but d évaluer le comportement alimentaire

Plus en détail

COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS

COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS Compte rendu Session du jeudi 14 mai 2009 COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS QUELLES REPONSES POUR LES INDUSTRIELS AUX ENJEUX SUR LE MARCHE DES PRODUITS AGRO-ALIMENTAIReS?

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

Evolution de la consommation alimentaire en Belgique et en Région wallonne. Résumé

Evolution de la consommation alimentaire en Belgique et en Région wallonne. Résumé Evolution de la consommation alimentaire en Belgique et en Région wallonne DUQUESNE, B., MATENDO, S., LEBAILLY,Ph. Observatoire de la Consommation Alimentaire (OCA), Unité d'economie et Développement rural,

Plus en détail

Tendances et limites du modèle alimentaire :

Tendances et limites du modèle alimentaire : Tendances et limites du modèle alimentaire : que peut-on attendre de la cuisine note à note? Pierre COMBRIS INRA Alimentation et Sciences Sociales (ALISS) Académie d'agriculture de France Séance du 19

Plus en détail

Connaissances, consommations et habitudes alimentaires... p. 4. L alimentation au quotidien... p. 8. Les comportements d achat alimentaire...p.

Connaissances, consommations et habitudes alimentaires... p. 4. L alimentation au quotidien... p. 8. Les comportements d achat alimentaire...p. BAROMETRE SANTE NUTRITION 2008 Dossier de presse Janvier 2010 Sommaire Introduction... p. 3 Connaissances, consommations et habitudes alimentaires... p. 4 Fruits et légumes : une nette progression de la

Plus en détail

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS

PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS PERTE D APPETIT PERTE DE POIDS Votre appétit vous fait défaut Fractionnez votre alimentation en petits repas : prévoyez 2 à 3 collations dans la journée. Exemples de collations : entremets, biscuits, toasts,

Plus en détail

Inégalités, pauvreté et choix alimentaires en France

Inégalités, pauvreté et choix alimentaires en France Inégalités, pauvreté et choix alimentaires en France France CAILLAVET -ALISS/INRA Economie de l Alimentation dans les pays industrialisés Académie d Agriculture - 14 février 2007 Enjeux Aggravation des

Plus en détail

REGARD DES SCIENCES HUMAINES SUR L ALIMENTATION DES PERSONNES EN SITUATION DE PRECARITE

REGARD DES SCIENCES HUMAINES SUR L ALIMENTATION DES PERSONNES EN SITUATION DE PRECARITE REGARD DES SCIENCES HUMAINES SUR L ALIMENTATION DES PERSONNES EN SITUATION DE PRECARITE DOSSIER DOCUMENTAIRE Contacts : Christelle ARCHER Chargée de projet christelle.archer@educationsante-pch.org Sébastien

Plus en détail

Mais que veulent vraiment les consommateurs? Les mercredis du Pavillon de la France 7 octobre 2015

Mais que veulent vraiment les consommateurs? Les mercredis du Pavillon de la France 7 octobre 2015 Mais que veulent vraiment les consommateurs? Les mercredis du Pavillon de la France 7 octobre 2015 1 Des dépenses alimentaires par habitant (hors inflation) en baisse en 2008 et 2009 Dépenses alimentaires

Plus en détail

Les Produits Traiteurs. Frais

Les Produits Traiteurs. Frais Les Produits Traiteurs Frais Groupe de travail lipides 28 octobre 2008 ADISUR Surimi FIAC Aliments Conservés FICT P.F.D Charcuteries, Produits à base de Fruits, Salaisons traiteurs sucres et Dérivés STF

Plus en détail

Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments

Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments Sommaire de l élaboration et de l utilisation d un outil de surveillance: La classification des aliments dans le Fichier canadien sur les éléments nutritifs selon Bien manger avec le Guide alimentaire

Plus en détail

Carte de présentation

Carte de présentation Carte de présentation Géoclip - Energies Demain 1/17 2/17 Méthode (1/2) Avant-Propos Il est rappelé à tous les utilisateurs de l'outil Précariter, ainsi qu'aux destinataires des données produites avec

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique (comparaison entre athlètes et non-athlètes; nouvelles tendances comme le jus de betteraves) Comme vous le savez, l'alimentation de l'athlète

Plus en détail

Baromètre de la perception de l alimentation

Baromètre de la perception de l alimentation Baromètre de la perception de l alimentation Baromètre 4 Étude réalisée pour le Ministère de l Agriculture et de la Pêche Août 2009 Baromètre de la perception de l alimentation Le contexte de l alimentation

Plus en détail

Activités physiques et dépense énergétique

Activités physiques et dépense énergétique Observe Le fonctionnement du corps humain et l éducation à la santé : alimentation et hygiène alimentaire Activités physiques et dépense énergétique 1. Voici la quantité d énergie que ton corps dépense

Plus en détail

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France Préfet de la région d Île-de-France DRIAAF Quelques aspects de la Restauration sociale en Île-de-France 1 Contexte régional en matière d accessibilité alimentaire et de nutrition 2 Éléments du contexte

Plus en détail

SONDAGE LES FRANCAIS ET LES SPORTS MECANIQUES. Nobody s Unpredictable

SONDAGE LES FRANCAIS ET LES SPORTS MECANIQUES. Nobody s Unpredictable SONDAGE LES FRANCAIS ET LES SPORTS MECANIQUES Nobody s Unpredictable Méthodologie Cible : Individus âgés de 15 ans et plus Taille d échantillon : Réalisation d une vague d omnibus soit un échantillon de

Plus en détail

«L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle?

«L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle? «L impact des transformations du cadre de vie des personnes âgées sur leur alimentation : quelle place pour la prévention nutritionnelle?» Philippe Cardon UR 1303 ALISS INRA Ivry I. Un questionnement général

Plus en détail

LE MICROENVIRONNEMENT

LE MICROENVIRONNEMENT LES BARS A JUS LE MICROENVIRONNEMENT Consommation annuelle de jus de fruits en France, en Litre/an/habitant L Offre Consommation de jus de fruits en litre / an / habitant par pays 40 35,7 33,5 35 28,6

Plus en détail

LES 15 principaux regimes existants

LES 15 principaux regimes existants NEWS MENSUELLE 1 LES 15 principaux regimes existants Le surpoids et l obésité, qui touchent respectivement 32 % et 15 % des personnes de plus de 18 ans en France en 2010, constituent un véritable problème

Plus en détail

Figure 1. Proportion des dépenses en fromage en 2001 sur les dépenses totales en produits laitiers

Figure 1. Proportion des dépenses en fromage en 2001 sur les dépenses totales en produits laitiers Dépenses alimentaires des ménages canadiens 1 : Le fromage Le fromage est un aliment très populaire au Canada. En effet, les ménages canadiens y ont consacré 35,7 de leurs dépenses totales en produits

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

L ATTITUDE DES FRANÇAIS A L EGARD DE

L ATTITUDE DES FRANÇAIS A L EGARD DE L ATTITUDE DES FRANÇAIS A L EGARD DE LA SUPPRESSION SIMULTANEE DE L ISF ET DU BOUCLIER FISCAL - Sondage de l'institut CSA - N 1001375A Octobre 2010 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 CSA

Plus en détail

UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2

UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2 UE 4.1 S1 Soins de confort et de bien être Compétence 3 GROUPE 2 1 Pour aborder la prise en charge d un patient, il est essentiel de connaître et d acquérir certaines connaissances relatives à son alimentation.

Plus en détail

LES POPULATIONS MODESTES ONT-ELLES UNE ALIMENTATION DESEQUILIBREE?

LES POPULATIONS MODESTES ONT-ELLES UNE ALIMENTATION DESEQUILIBREE? Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES POPULATIO MODESTES ONT-ELLES UNE ALIMENTATION DESEQUILIBREE? Fanette RECOURS Pascale HEBEL Avec la collaboration de Cécile CHAMARET

Plus en détail

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés

DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés DOSSIER : LE MARCHE Les produits surgelés Sommaire -Définition, qu est ce qu un produit surgelé? -principe du surgelé -Politique produits et stratégie croissante -Les chiffres, parts de marché en tableau

Plus en détail

Les groupes d aliments

Les groupes d aliments PARTIE SOURCES NUTRITIONNELLES CHAPITRE 1 Les groupes d aliments Objectif Identifier les groupes d aliments et leurs constituants caractéristiques E En PFMP au multi-accueil «Les Petits Loups», Lisa est

Plus en détail

Extraits d études de marchés COQUILLE ST JACQUES / SCALLOP 2011 FRANCE

Extraits d études de marchés COQUILLE ST JACQUES / SCALLOP 2011 FRANCE Extraits d études de marchés COQUILLE ST JACQUES / SCALLOP 211 FRANCE La production mondiale de s St Jacques Estimée 2,4 millions de tonnes en 29 Les 2/3 proviennent d aquaculture Près de 9% de la production

Plus en détail

Hygiène alimentaire des adolescents L'adolescence est souvent une période difficile tant pour les parents que pour les ados.

Hygiène alimentaire des adolescents L'adolescence est souvent une période difficile tant pour les parents que pour les ados. Hygiène alimentaire des adolescents L'adolescence est souvent une période difficile tant pour les parents que pour les ados. Les limites d'âge sont variables, car on observe, surtout chez les filles, des

Plus en détail

Prix de l alimentation : une hausse sans faim?

Prix de l alimentation : une hausse sans faim? UAW Hainaut Mouscron, le 9 septembre 2008 Prix de l alimentation : une hausse sans faim? Dr Brigitte Duquesne Observatoire de la Consommation Alimentaire 9 avril 2008, Le Soir Les premières secousses du

Plus en détail

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique

Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Parcours du Cœur scolaires 2015 Atelier diététique Conçu par Fabienne Cima, diététicienne dans l unité de prévention cardiovasculaire au CHU de PONTCHAILLOU Fabienne.cima@chu-rennes.fr Objectif général

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Disparités sociales et alimentation

Disparités sociales et alimentation Document de travail CENTRE D ÉTUDES ET DE PROSPECTIVE n 9 - Novembre 2013 Disparités sociales et alimentation Céline Laisney Chargée de mission - Veille Centre d études et de prospective1 Alors que l on

Plus en détail

Résultats détaillés. La personne est capable de donner un coût pour sa santé? Oui... 49%... 49% Non... 51%... 51%

Résultats détaillés. La personne est capable de donner un coût pour sa santé? Oui... 49%... 49% Non... 51%... 51% Résultats détaillés Pour l ensemble des questions traitées, on trouvera deux colonnes de pourcentages : - la première est sur la base des effectifs totaux (total inférieur à 100% pour les questions filtrées)

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire EAU Seule boisson indispensable PRODUITS SUCRES Limiter le sucre : desserts sucrés, boissons sucrées (Sodas, sirop ) Des aliments pour une journée (1 part = 1 fois par jour) MATIERES

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET L UTILISATION DE LEUR. - Sondage de l'institut CSA - VOITURE DEPUIS LA HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT. N 0501176B Septembre 2005

LES FRANÇAIS ET L UTILISATION DE LEUR. - Sondage de l'institut CSA - VOITURE DEPUIS LA HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT. N 0501176B Septembre 2005 LES FRANÇAIS ET L UTILISATION DE LEUR VOITURE DEPUIS LA HAUSSE DU PRIX DU CARBURANT - Sondage de l'institut CSA - N 0501176B Septembre 2005 22, rue du 4 Septembre BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Opinion-Institutionnel

Plus en détail

Alimentation du jeune enfant

Alimentation du jeune enfant Alimentation du jeune enfant I. Alimentation des nourrissons 1. Les besoins alimentaires Besoins nutritionnels moyens : Nouveau-né : 80 cal / Kg 1 er : 120 cal / Kg 3 ème mois : 120 cal / Kg 6 ième : 100

Plus en détail

L'OPINION DES FRANCAIS A L EGARD DES

L'OPINION DES FRANCAIS A L EGARD DES L'OPINION DES FRANCAIS A L EGARD DES VOITURES DIESEL - Sondage de l'institut CSA - N 0801153C Septembre 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél. (33)01 44 94 59

Plus en détail

Enquête auprès des consommateurs de fruits & légumes

Enquête auprès des consommateurs de fruits & légumes Enquête auprès des consommateurs de fruits & légumes Merci à vous de prendre quelques instants (5 à 10 mn) pour répondre à ce questionnaire! (1 questionnaire par foyer ) Vos habitudes de consommation et

Plus en détail

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008

- Lignes directrices relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire novembre 2008 Lignes directrices à l attention des opérateurs économiques relatives à la communication sur les repères de consommation alimentaire et d activité physique du Programme National Nutrition Santé Ces lignes

Plus en détail

ÀPARTIR. L insécurité alimentaire pour raisons financières en France. Nicole Darmon *, Aurélie Bocquier **, Florent Vieux * et France Caillavet ***

ÀPARTIR. L insécurité alimentaire pour raisons financières en France. Nicole Darmon *, Aurélie Bocquier **, Florent Vieux * et France Caillavet *** L insécurité alimentaire pour raisons financières en France Nicole Darmon *, Aurélie Bocquier **, Florent Vieux * et France Caillavet *** ÀPARTIR de l enquête nationale INCA 2 (Individuelle nationale sur

Plus en détail

NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE ENQUÊTE NUTRITION À DOMICILE RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES

NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE ENQUÊTE NUTRITION À DOMICILE RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE 1 ENQUÊTE NUTRITION À DOMICILE RÉSULTATS PRÉLIMINAIRES 01 / 04 / 2016 PRÉSENTATION DE L ÉTUDE OBJECTIFS ET CALENDRIER NOM DE LA PRÉSENTATION - DATE2 PRÉSENTATION DE L ÉTUDE

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV)

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête Participation culturelle & sportive de mai 2003 (EPCV) Liste des s Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV) Index des s : AGEDPR : Age de la personne de référence (8 modalités)... 3 AGEPR : Age de la personne de référence...

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

LE TABAGISME AU LUXEMBOURG EN 2013

LE TABAGISME AU LUXEMBOURG EN 2013 LE TABAGISME AU LUXEMBOURG EN 2013 Enquête TNS ILRES/ Fondation Cancer 2013 www.cancer.lu Enquête sur le tabagisme au Luxembourg en 2013 Résultats de la dernière enquête annuelle TNS ILRES commanditée

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

Rubrique Alimentation

Rubrique Alimentation smoothies Septembre 2009 Alimentation et équilibre alimentaire Pourquoi manger? Ce sont les aliments qui vont répondre aux besoins physiologiques de l organisme grâce aux nutriments qu ils contiennent

Plus en détail

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT INTERCLAN BRETAGNE GROUPE DE TRAVAIL ENRICHISSEMENT 1 QU EST CE QU ENRICHIR? L enrichissement a pour objectifs : De pallier aux carences d une alimentation insuffisante pour couvrir les besoins protéinoénergétiques

Plus en détail

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins.

Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. PARTIE II : ALIMENTATION, PRODUCTION ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 Comportements alimentaires et satisfaction des besoins. Introduction : L organisme prélève dans son milieu les aliments qu

Plus en détail

Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition?

Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition? Les enjeux futurs de la qualité des fruits et légumes: quel positionnement à la croisée de l environnement et de la nutrition? Martine Padilla IAMM/MOISA Le consommateur: vulnérable et captif Un consommateur

Plus en détail

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Calendrier En 2008, Casino a signé Les une engagements charte d engagements de la charte de progrès PNNS ont nutritionnel été appréhendés du PNNS. Elle comprenait 10

Plus en détail

Département des Landes (40) - Dossier complet

Département des Landes (40) - Dossier complet Département des Landes (4) - Dossier complet Chiffres clés Évolution et structure de la population Département des Landes (4) POP T - Population par grandes tranches d'âges 211 26 Ensemble 387 929 1, 362

Plus en détail

Développement d une application pilote

Développement d une application pilote Développement d une application pilote Nutri-TIC Flora Massanella Principes Cette seconde phase vise à mettre en pratique les conclusions obtenues lors de la phase A. L application web Nutri- TIC a donc

Plus en détail

Pour garder la forme, sautez. le goûter matinal

Pour garder la forme, sautez. le goûter matinal Pour garder la forme, sautez le goûter matinal Pourquoi est-il préférable d éviter le goûter du matin? Qu appelle-t-on le goûter du matin? Le goûter du matin, ou collation matinale, correspond à toute

Plus en détail

Oqali Observatoire de la qualité de l alimentation

Oqali Observatoire de la qualité de l alimentation Oqali Observatoire de la qualité de l alimentation Aspects méthodologiques de la collecte et du traitement des données Colloque «Qualité nutritionnelle de l offre alimentaire» Paris, 4 mai 2010 MINISTERE

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié

Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge ( 0 à 36 mois ) C. Bouillié le 26 / 10/ 2007 Alimentation du nourrisson et de l enfant en bas âge Développement des fonctions digestives Besoins du

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise»

Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise» Dictionnaire sociologique de l entrepreneuriat Annexe de la notice «Créateurs et création d entreprise» Source : Fabien Reix, à partir des données INSEE de l enquête SINE, 2006. Presses de Sciences Po

Plus en détail

Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 2010 - Vague n 3. réalisé par TNS Sofres / Logica

Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 2010 - Vague n 3. réalisé par TNS Sofres / Logica Baromètre Eco Conso Métro/Codice Janvier 10 - Vague n 3 réalisé par TNS Sofres / Logica Un sondage réalisé pour Échantillon Échantillon national de 1000 personnes représentatif de l ensemble de la population

Plus en détail

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente

Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Le poids de la dépense contrainte en France et les adeptes de la dépense intelligente Etude réalisée par pour Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile!

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Notre corps a besoin: de lipides qui apportent de l énergie et permettent la croissance des cellules, de glucides qui donnent de l'énergie,

Plus en détail

ETUDE DU SECTEUR DES PIZZAS SURGELEES

ETUDE DU SECTEUR DES PIZZAS SURGELEES ETUDE DU SECTEUR DES PIZZAS SURGELEES Données 2010 Etude du secteur des pizzas surgelées Oqali Données 2010-Edition 2011 1 Etude du secteur des pizzas surgelées Oqali Données 2010-Edition 2011 2 SOMMAIRE

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

Formation diététique et restauration

Formation diététique et restauration L alimentation Formation diététique et restauration Janvier 2016 L alimentation doit apporter une quantité suffisante des différents nutriments nécessaires pour assurer la couverture de l ensemble des

Plus en détail

Les dépenses d énergie pour le logement représentent

Les dépenses d énergie pour le logement représentent COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE e n 5 Juin 21 Le budget «énergie du logement» : les déterminants des écarts entre les ménages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION développement durable Le budget qu un

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT

CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT S o c i é t é F r a n ç a i s e d e N u t r i t i o n d u S p o r t contact@sfns.fr CAHIER DES CHARGES EN RESTAURATION POUR EQUIPE SPORTIVE EN DEPLACEMENT NOTE AUX FEDERATIONS : CONDITIONS D APPLICATION

Plus en détail

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière

Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Découverte de l analyse sensorielle et de son utilisation en production légumière Anne-Blandine Hélias 28 juin 2007 BBV Nos objectifs Performance des variétés végétales Qualité : traçabilité génétique

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

La vérité sur le soutien scolaire en 10 tableaux

La vérité sur le soutien scolaire en 10 tableaux La vérité sur le soutien scolaire en 10 tableaux 1. Objectifs et méthodologie Cette étude, mise en place par l IFOP pour cadomia, a pour objectif d identifier et de cerner : - le profil des familles qui

Plus en détail