Mémoire, (in-)oubli et responsabilité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire, (in-)oubli et responsabilité"

Transcription

1 Conférences publiques 2015 Domaine Sociologie, politiques sociales et travail social Faculté des Lettres & colloque 26 & 27 mars (avec inscription) Mémoire, (in-)oubli et responsabilité «une responsabilité inavouée, des droits bafoués» en collaboration avec le réseau Dialog (INRS - Montréal)

2 Merci à nos soutiens pour l organisation de ces conférences publiques.

3 Vivianne Châtel 25 février 2015 Entre oubli et abus. Devoir de mémoire et responsabilité Marie-Claire Lavabre 04 mars 2015 Paradigmes de la mémoire en sciences sociales : les impensés de l oubli Christophe Niewiadomski 11 mars 2015 Recherche biographique, enjeux de mémoire et d accompagnement Jacques Fierens 18 mars 2015 Le Burundi sans mémoire et sans paix? À propos d éléphants, d abeilles et d araignées Ivan Jablonka 25 mars 2015 Les sciences sociales et l écriture du monde Colloque (26 & 27 mars) avec le réseau Dialog (INRS- Montréal) «Une responsabilité inavouée, des droits bafoués» sur inscription Miguel Ángel Rodríguez 30 mars 2015 La responsabilité politique de l État mexicain dans la tragédie d Ayotzinapa : une descente dans les profondeurs du mal Ali Moussa Iye 01 avril 2015 La traite négrière et l esclavage : une tragédie fondatrice occultée Svetla Koleva 15 avril 2015 Retour à la mémoire : détour par les sciences sociales en Bulgarie MERCREDI 17h15 à 19h00 Miséricorde Amphi A Marie-Rose Blunschi 22 avril 2015 Tous responsables? L extrême pauvreté, miroir de nos oublis Annette Wieviorka 29 avril 2015 «L heure d exactitude», pour ne pas oublier Sabine Haupt 06 mai 2015 Les peuples nomades d Europe dans la littérature. L invention d un discours d exclusion entre fascination et mépris Catalina Sagarra 20 mai 2015 La mémoire et l oubli face au mal absolu Le masculin est utilisé dans ce document uniquement dans le but d en alléger la forme.

4

5 L histoire humaine, bien que pavée de bonnes intentions, est surtout marquée par les violences, les guerres, les crimes contre l humanité et les génocides. Le XX ème siècle s est ainsi révélé comme le siècle des camps, le siècle des horreurs, le siècle de la destruction de l homme par l homme. Le "plus jamais cela", maintes fois entendu et répété depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, n a rempli que le rôle d une promesse à venir, rappelant cette définition de l homme de Fédor M. Dostoïevski : "Un être qui s habitue à tout". Et ce d autant plus que notre société contemporaine se vit et se pense sur le modèle de la vitesse, de l accélération permanente ou encore sur le modèle de la consommation-destruction, dispensant de tout sens critique sur cette surenchère de lieux, de mémoires, d événements, de commémorations. Comment dès lors ne pas lire ces moments obligés comme autant d écrans à la pensée, comme autant de supports à l indifférence? Comment parler des camps, parler des génocides? Comment "se souvenir" pour ne pas oublier certes, mais surtout pour ne pas que la leçon de ce passé récent (ou lointain) ne se perde dans le no man s land commémorationnel ou même dans un no man s land exhibitionniste? Se souvenir, mais ne pas sanctifier. Se souvenir, mais ne pas esthétiser. Se souvenir, mais ne pas banaliser. Notre propos portera sur l ambiguïté des représentations (qu elles soient commémorations ou qu elles soient allégories) qui hésitent entre ces trois scènes, sanctification, esthétisation ou banalisation, afin d interroger ce "devoir de mémoire" qui est le nôtre, un devoir de mémoire vu et lu comme un "devoir de rendre justice, par le souvenir, à un autre que soi" (Paul Ricœur), et donc comme un devoir de vigilance et un devoir de responsabilité et de solidarité avec tous ceux qui aujourd hui sont menacés dans leur existence physique et morale, dans leur liberté, dans leurs Droits, dans leur dignité? Vivianne CHÂTEL Université de Fribourg Entre oubli et abus. Devoir de mémoire et responsabilité 25 février 2015

6 La question de la mémoire n est pas nouvelle, ni comme objet des sciences sociales, encore moins comme enjeu politique, même s il faut considérer à cet égard que le vocabulaire de la mémoire, appliqué aux politiques du passé ne s est imposé qu au cours des dernières décennies. De fait, les connotations aujourd hui attachées à la notion quand on la spécifie comme collective, politique ou sociale, infranationale, nationale, voire transnationale n émergent que récemment. La question de l oubli est bien évidemment associée à la montée en puissance de la notion de mémoire et circule elle aussi entre différentes sphères, scientifique, médiatique, politique. On déplore l oubli au nom des vertus de la mémoire, du "devoir de mémoire" ou des leçons de l histoire. On lui attribue une valeur positive au nom du "droit à l oubli", des nécessités de l avenir, contre l obsession mortifère du passé, etc. L oubli est un lieu commun de tout discours sur la mémoire. Pour autant, et paradoxalement, les significations de l oubli envisagé, avec la mémoire dont il serait le complément ou le revers, au niveau des collectifs ne sont guère dépliées, pas plus que ses dimensions proprement sociales ne sont interrogées. À tenter une improbable synthèse générale à partir de la littérature sur la mémoire en sciences sociales, il apparaît que cohabitent aujourd hui trois grandes problématiques, celle des "lieux de mémoire", celle du "travail de mémoire", celle des "cadres de la mémoire". L oubli, pour y être très inégalement présent, y est encore très diversement traité, référé à des phénomènes hétérogènes. Marie-Claire LAVABRE Université de Paris X-Nanterre Paradigmes de la mémoire en sciences sociales : les impensés de l oubli 04 mars 2015

7 La recherche biographique se définit avant tout par son projet, qui s organise autour du souci de mieux comprendre les processus de constitution de l individu et de son inscription temporelle dans l existence par l étude des formes narratives qu il donne à son expérience. En d autres termes, il s agit d interroger ici les rapports que l individu entretient avec les choses, avec lui-même et avec les autres dans le monde historique et social. La recherche biographique conçoit de ce fait l activité narrative comme la condition même d une connaissance de l être humain dans les sciences sociales en s attachant à mobiliser et à étudier les processus de réflexivité biographique. Ainsi décrit, l amplitude de ce projet pourrait faire craindre une telle dispersion d approches qu il s en trouverait alors considérablement affaibli. Nous verrons que cette question cède le pas dès lors que l on examine dans le détail l ensemble des pratiques qui peuvent se réclamer de ce champ. Cellesci, très diversifiées, tant dans leurs méthodes, leurs visées et leurs étayages théoriques, sont en effet bien codifiées et s accordent toutes à porter attention à l élaboration du récit, qu il soit oral, écrit, individuel ou collectif, en tant que celui-ci va constituer le matériel de recherche sur la base duquel vont se donner à connaître les processus permettant d accéder à une dialectique herméneutique entre vie, récits et contextes. Après avoir présenté une cartographie des approches biographiques dans les sciences humaines et sociales, nous nous proposons de préciser la distinction entre approches biographiques et recherche biographique, d indiquer les problèmes épistémologiques les plus saillants, puis de proposer des pistes de convergences avec le domaine de l analyse de l activité. Enfin, nous présenterons un exemple clinique pour tenter de mieux illustrer notre propos. Christophe NIEWIADOMSKI Université de Lille 3 Recherche biographique, enjeux de mémoire et d accompagnement 11 mars 2015

8 Le Burundi a été le théâtre récent de crimes contre l humanité et d actes génocidaires. Ce n est qu apparemment que, depuis quelques années, il connaît un calme relatif, que certains appellent la paix. Les éléphants, dit-on, se souviennent trente ans plus tard de ceux qu ils ont rencontrés, ne fût-ce que quelques instants. Pourquoi la mémoire des souffrances est-elle si durablement incrustée dans le cœur des Burundais alors que le monde ne se souvient de rien? Les abeilles vivent en communauté, mais, observait déjà Aristote, elles ne se donnent pas de lois et ne créent pas de tribunaux parce qu elles ne sont pas capables de parole commune sur ce qui est juste et injuste. L État voisin du Burundi a connu un génocide, a créé des tribunaux et a promulgué des lois censées réconcilier la population avec elle-même. La paix a-t-elle pour autant gagné contre l horreur? Selon la vision du monde qui prévaut en Afrique centrale, le monde et les humains constituent un jeu de forces vitales dont aucune ne peut subir de modification sans que toutes en ressentent quelqu effet, comme vibre la toile de l araignée si vous touchez un seul de ses fils. Quelles sont les forces qui ont été ébranlées au Burundi? Celles de la mort? Celles de l indignité? Où trouver celles de la paix, de la réconciliation et, qui sait, celles du pardon? Mais, au fait, qui devrait pardonner quoi à qui? Jacques FIERENS Université de Namur Le Burundi sans mémoire et sans paix? À propos d éléphants, d abeilles et d araignées 18 mars 2015

9 Faisons un rêve: des textes où histoire et littérature coexistent. Ce défi n a de sens que s il fait naître des formes nouvelles. L histoire et la littérature peuvent être autre chose, l une pour l autre, qu un cheval de Troie. Mon idée est la suivante : l écriture de l histoire n est pas simplement une technique (annonce de plan, citations, notes en bas de page), mais un choix. Le chercheur est placé devant une possibilité d écriture. Réciproquement, une possibilité de connaissance s offre à l écrivain : la littérature est douée d une aptitude historique, sociologique, anthropologique. Parce qu au XIX ème siècle l histoire et la sociologie se sont séparées des belles-lettres, le débat est habituellement sous-tendu par deux postulats implicites : les sciences sociales n ont pas de portée littéraire ; un écrivain ne fait pas de sciences sociales. Il faudrait choisir entre une histoire qui serait "scientifique", au détriment de l écriture, et une histoire qui serait "littéraire", au détriment de la vérité. Cette alternative est un piège. Parce qu elles produisent de la connaissance sur le réel, parce qu elles sont capables non seulement de le représenter (c est la vieille mimesis), mais de l expliquer, les sciences sociales sont déjà présentes dans la littérature carnets de voyage, mémoires, autobiographies, correspondances, témoignages, journaux intimes, récits de vie, reportages, tous ces textes où quelqu un observe, dépose, consigne, examine, transmet, raconte son enfance, évoque les absents, rend compte d une expérience, retrace l itinéraire d un individu, parcourt un pays en guerre ou une région en crise, enquête sur un fait divers, un système mafieux, un milieu professionnel. Toute cette littérature révèle une pensée historienne, sociologique et anthropologique, forte de certains outils d intelligibilité : une manière de comprendre le présent et le passé. Ivan JABLONKA Université de Paris XIII Les sciences sociales et l écriture du monde 25 mars 2015

10 Domaine Sociologie, politiques sociales et travail social Faculté des Lettres Colloque (26 & 27 mars) une responsabilité inavouée, des droits bafoués Avec des contributions de représentant-e-s de/du -réseau Dialog -Gitpa -docip -Conamuri -ATD Quart Monde -etc. et des conférencier-ère-s du Paraguay, du Mexique, de Suisse, de France, du Québec, etc. Renseignements et inscription: severine.moll-lauper[at]unifr.ch

11 Une responsabilité inavouée, des droits bafoués Le 20ème siècle : un siècle de camps et d horreur qui a consacré l idée même de l anéantissement de l Autre du seul fait qu il soit né (herero, arménien, juif, tsigane, tutsi, etc.). S il est un enseignement de ce siècle, en-dehors de la mise hors-de-l humanité de peuples entiers, c est l indicible, l impossible dire d un vécu impossible à oublier. Et cet indicible nous oblige, au nom de notre responsabilité-pour-autrui, non à ressasser encore et toujours, mais à nous interroger sur notre rapport à l Autre, sur cette condition d humanité qui nous lie à Autrui, d où qu il vienne et où qu il soit. Ce colloque reprend en quelque sorte la question de la mémoire (et des Droits) et de notre responsabilité au cœur du cycle de conférences 2015 organisé par la Chaire francophone Travail social et politiques sociales, mais avec une accentuation particulière sur les peuples indigènes / autochtones et sur l enfance volée. Nous y verrons ainsi le poids de l Histoire non partagée, parce que souvent non reconnue, comme support de souffrance toujours présente, rappelant ainsi toute la responsabilité qui est la nôtre dans la construction de notre Histoire afin de faire place, par le débat, par le souvenir à un autre que soi (Paul Ricœur). Nous reprendrons non seulement l histoire des pensionnats dans le cadre plus spécifique du Canada qui a vu les enfants des peuples premiers retirés de leur famille afin d "extirper leurs racines indiennes", que nous pourrons dans ce cadre confronter à l histoire de l enfance volée en Suisse, soit avec les enfants de familles extrêmement vulnérables, soit avec les enfants yéniches, mais aussi l histoire des peuples indigènes de l Amérique du Sud, pourchassés, discriminés et qui peinent, malgré leurs droits à l auto-détermination (reconnus au niveau international) et malgré bien souvent l inscription de ces droits dans les constitutions nationales, à les faire reconnaître et à les faire vivre devant la toute puissance financière et économique. Ce colloque vise à considérer les Droits de l homme dans leur double dimension, 1/comme un appel à mettre notre responsabilité celle qui permettait à Victor Schœlcher de lutter contre l esclavage au seul nom des droits imprescriptibles de l homme, celui d être un homme digne et libre, capable de penser et d agir par lui-même, responsable et autonome (au sens kantien du terme), au cœur de la vie sociale et individuelle, au cœur d une vie qui ne nous fasse pas oublier qu être homme, c est être parmi les autres hommes, c est être avec les autres hommes, c est être pour les autres hommes, et 2/ comme une obligation qui incombe à chacun d épargner à l autre homme, à tout homme, femme et enfant, le fait de la misère et de l errance, le fait de l esclavage et de l asservissement, le fait de la torture et de la déshumanisation. La question qui va animer ce colloque concerne donc les enjeux de mémoire et de responsabilité face à des droits bafoués. Avec comme unique objectif, mieux connaître les mécanismes, les ressentis, le vécu, de ces hommes, femmes et enfants, humiliés, martyrisés, pour mieux aider et pour éviter le regard qui se détourne de l Autre souffrant parce que différent, pour reconnaître les outrages passés et présents, pour reconnaître aussi notre responsabilité d êtres humains face aux drames insoutenables vécus par d autres êtres humains.

12 43. C est le nombre qui représente le mieux, aujourd hui, la dimension du mal. C est celui de l impardonnable moral et juridique, défiant le discours de l État de droit au Mexique. Notre propos se centrera non pas sur les froides narrations des supposés assassins de 43 jeunes étudiants, la majorité indigènes, mais sur la perte des liens humains les plus élémentaires que révèle cette barbarie et sur le persistant refus de l État mexicain de reconnaître l existence des disparitions forcées sur le territoire national, découplant ainsi responsabilité et imputation, action et agents responsables de ce tragique et inqualifiable massacre commandité par les autorités municipales. Nous essaierons d analyser l action des pouvoirs publics destinée à offrir une représentation "historique" quasi innocente des sanglants événements d Iguala. La position de l État mexicain, en voulant clore la procédure, est insoutenable dans une perspective de "vérité historique". Cette attitude commode, qui annule la victoire morale sur le mal, a déjà été qualifiée par une partie du Parlement européen comme une tromperie, considérant que, par action et par omission, l État mexicain "est impliqué dans l exécution des disparitions et dans sa dissimulation". La réflexion ici proposée, pour le dire avec Paul Ricœur, veut être "une descente dans les profondeurs de la faute" pour aborder les possibles raisons d une telle expérience qualifiable de "septembre noir" mexicain. Miguel Ángel RODRÍGUEZ Université autonome de Puebla La responsabilité politique de l État mexicain dans la tragédie d Ayotzinapa : une descente dans les profondeurs du mal Lundi 30 mars 2015

13 Les mémoires collectives, qui sont au cœur des identités nationales, se construisent toujours sur une lecture sélective du passé pour répondre aux besoins d auto-valorisation des peuples. Pour façonner ce récit national, il faut souvent transfigurer une réalité historique moins reluisante par une mythomanie collective qui conduit à l occultation de faits majeurs susceptibles de contredire cette aspiration à la grandeur. C est dire que la prise en compte des mémoires douloureuses ou "honteuses" dans ce récit national devient un exercice périlleux que les nations rechignent souvent à effectuer, surtout si elles doutent de la solidité de leur consensus politique et de leur cohésion sociale. Pourtant, dans les sociétés multiethniques modernes, notamment celles marquées par des crimes historiques (génocides, déportations massives, exploitation), le rapport à établir avec ce passé peu glorieux participe de la définition du nouveau "vivre ensemble" dont l on parle de plus en plus. Cette question est devenue aujourd hui d autant plus déterminante que la gestion de la mémoire collective n est plus le domaine réservé des idéologues d État et interpelle désormais toutes les disciplines des sciences sociales et humaines dont elle est devenue à la fois un objet d étude et un domaine d intervention. Dans mon intervention, je rappellerai donc la particularité de la traite négrière et de l esclavage et en quoi ils constituent une tragédie fondatrice de notre modernité. J expliquerai pourquoi et comment cette histoire a été si longtemps occultée, reniée et falsifiée. Je discuterai les enjeux éthiques, politiques, culturels et éducatifs de l intégration de cette tragédie dans la mémoire collective nationale et internationale. Enfin, j inviterai à la réflexion sur l exigence, dans les sociétés prétendant à la démocratie, de passer du "devoir de mémoire" incombant aux pouvoirs publics pour assumer leur rôle au "droit à la mémoire" et "l égalité mémorielle" exigés par les citoyens pour pouvoir se reconnaître dans le projet du "vivre ensemble". Ali MOUSSA IYE La traite négrière et l esclavage : une tragédie fondatrice occultée Unesco-Paris 01 avril 2015

14 La conférence se propose de cerner et d examiner la posture des sciences sociales face à la mémoire devenue au cours des dernières décennies à la fois une réalité distincte, un terrain d action, une préoccupation scientifique commune aux sciences de l homme et de la société. Comment les sciences sociales s y prennent-elles là où différents ordres de valeurs s entremêlent et s entrecroisent plus que jamais? Arrivent-elles à défendre leur ultime vocation de produire des connaissances à caractère universel et unificateur là où la vérité blesse les identités et les blessures historiques revendiquent reconnaissance, donc leur propre vérité? Peuvent-elles continuer à être axiologiquement neutres, une fois sorties de leur zone d exercice (disciplinaire) protégée par les règles de la méthode, lorsqu elles-mêmes mettent en usage social leur propre production scientifique participant à des débats, à l élaboration des lois, à l organisation d événements portant sur l histoire d une société donnée ou de l humanité? À partir de trois cas de l histoire nationale de la société bulgare (le sauvetage des juifs bulgares de l Holocauste en 1943, le massacre des Bulgares du petit village de Batak effectué par un régiment turc en 1876 et le passé communiste) et de leur existence contemporaine sous forme de mémoires collectives, nous allons essayer de révéler en quoi consiste le malaise des sciences sociales, à quoi celui-ci est dû et quelles sont ses conséquences, tant pour la pratique scientifique que pour la Cité. Svetla KOLEVA Académie bulgare des sciences Retour à la mémoire : détour par les sciences sociales en Bulgarie 15 avril 2015

15 L écart entre les populations qui luttent contre l extrême pauvreté et les autres citoyens continue de se creuser. La violence de la misère, l ignorance, le dénuement et le mépris isolent les personnes et les enferment dans le silence jusqu à les faire parfois douter de leur appartenance à la communauté humaine. Laissées sans compréhension de leur histoire et de leur résistance, elles sont renvoyées à une image négative et honteuse de leurs origines. La méconnaissance de leur histoire maintient les préjugés et favorise l exclusion et la discrimination, au point de leur dénier parfois tout sens de responsabilité pour soi-même et pour les autres. La banalisation de cette violence amène nos sociétés à vivre dans le mensonge en proclamant des valeurs universelles tout en sachant que la manière de les réaliser repose sur le fait de nier aux plus pauvres la capacité d en être porteurs, en se contentant d une paix qui condamne des êtres humains à vivre dans la misère. Aujourd hui, des citoyens et des gouvernements commencent à reconnaître des violences infligées, dans l histoire récente, à des personnes et populations à cause de leur situation de pauvreté. Ainsi, le gouvernement suisse a présenté ses excuses aux enfants placés de force, aux personnes stérilisées sans consentement, maltraitées dans les institutions jusqu au début des années Cette reconnaissance obtenue grâce au courage et à l acharnement des personnes qui ont osé rompre le silence peut être considérée comme un premier pas vers une paix qui n oublie personne, parce qu elle se construit avec les plus pauvres. Marie-Rose BLUNSCHI ATD Quart-Monde Tous responsables? L extrême pauvreté, miroir de nos oublis 22 avril 2015

16 "L heure d exactitude" l expression est empruntée à Marc Bloch est celle où s impose le mot juste, un "langage" capable de dessiner avec précision les contours de faits, "sans flottements ni équivoques". Marc Bloch se demandait si elle sonnerait, un jour. Pourquoi cette nécessité d exactitude? En quoi l exactitude est-elle un devoir pour l histoire? En quoi est-elle aussi un combat? C est à la question du langage langage de l historien, langage du juriste, langage du débat public si souvent instrumental, que nous consacrerons notre conférence. D un évènement sans nom, la destruction des Juifs d Europe est devenue un évènement constamment évoqué, perdant bien souvent dans cette évocation sa consistance historique, utilisée parfois pour donner à nos contemporains une bonne conscience rétrospective. Comment et avec quels mots a cheminé jusqu à nous cette histoire? Comment les sociétés ont-elles gardé la mémoire, et la mémoire de quoi? Quels sont les usages qui ont été assignés à cette mémoire? Et comment se présente-t-elle soixante-dix ans après l ouverture des camps du complexe d Auschwitz? Annette WIEVIORKA Université de Paris I "L heure d exactitude", pour ne pas oublier 29 avril 2015

17 Depuis leur arrivée en Europe vers la fin du moyen-âge, les gitans (ou : "roms", "romanichels", "tziganes", "bohémiens", "manouches", "sinti", "yéniches") ont incarné, dans les divers discours culturels et littéraires, l image de "l autre", c est-à-dire un "au-delà culturel" imaginé comme fascinant par sa liberté et menaçant par son étrangeté. Tandis que les discours (pseudo-)scientifiques (linguistique, anthropologique et anthropométrique) du XIX ème siècle tentaient de distinguer une théorie historique sur un peuple nomade et ses origines de la masse réelle des migrants peuplant alors les abords des grandes cités, la littérature procéda à une sorte de romantisation du gitan engendrant, à partir de la deuxième moitié du XIX ème siècle, le modèle du "bohémien", figure de proue de l art moderne et avant-gardiste. Dans un premier temps, la conférence présentera, dans de grandes lignes, la genèse du "mythe tzigane" dans les discours scientifiques et littéraires du XIX ème siècle, pour le confronter ensuite à quelques textes contemporains d auteures d origine tzigane. Sabine HAUPT Université de Fribourg Les peuples nomades d Europe dans la littérature. L invention d un discours d exclusion entre fascination et mépris 06 mai 2015

18 Lorsqu un génocide a eu lieu, maintes instances s efforcent d en conserver la mémoire : commémoration, sites mémoriels, musées, récits de témoignage, etc. S impose avec le temps, un "devoir" de mémoire que les survivants contestent parfois lui préférant un "droit" à la mémoire. Si ces revendications posent effectivement un impératif, celui de se souvenir, elles mettent paradoxalement aussi en lumière le rapport ambigu que la mémoire entretient avec l oubli. Olivier Abel rappelle, par exemple, la dimension positive de "l oublié", comme condition d une liberté recouvrée, qui permettrait à l individu de ne pas être perpétuellement déterminé par ce qui a précédé. Mais toutes les offenses, tous les crimes,... peuvent-ils être oubliés? Cet oubli reviendrait-il à pardonner, par ignorance volontaire, de tels crimes? Et, de fil en aiguille, à les entériner, voire à en accepter leur réapparition, puisque "pardonnables"? La question du pardon, si souvent mise de l avant par les nations ayant connu des génocides pour tenter de reconstruire le tissu social avec la participation de tous les acteurs (génocidaires, survivants et tiers), est dès lors également inséparable de l oubli puisque, si pardonné, le crime en est amoindri et les responsabilités diluées pour le bien commun. Mais il convient également de se demander si le ressassement d une certaine mémoire ne participerait pas à son tour à la fabrication d une certaine amnésie collective qui tarauderait derechef la mémoire du groupe (les survivants) et la mémoire individuelle, tout n étant plus acceptable, dicible ou pensable? Face à ces exigences institutionnalisées, comment le survivant vit-il son vécu? Comment les traces que le crime a laissées dans le ressenti de ces personnes agissent-elles dans la construction d une identité qui entre souvent en conflit avec les impératifs d une nation en pleine reconstruction? Nous proposons ainsi une approximation des mémoires et des oublis sur lesquels il convient de réfléchir pour mieux cerner l épineuse question des responsabilités. Catalina SAGARRA Université de Trent La mémoire et l oubli face au mal absolu 20 mai 2015

19 Les conférences publiques font l objet d une publication dans la collection Res socialis dirigée par Marc-Henry Soulet à Academic Press Fribourg. Rappel des titres : Crise et recomposition des solidarités, Les Transformations des métiers du social, Urgence, souffrance, misère : lutte humanitaire ou politique sociale?, Le Travail, nouvelle question sociale, Agir en société. Engagement et mobilisation aujourd hui, La Solidarité : exigence morale ou obligation publique?, Quel Avenir pour l exclusion?, Chômage et solidarité : les nouvelles inégalités, Société en changement, société de changement, La Souffrance sociale : nouveau malaise dans la civilisation, La Solidarité à l ère de la globalisation, Ces Gens-là : les sciences sociales face au peuple, Changer de vie. Un problème social, Vulnérabilité. De la fragilité à l éthique de la sollicitude, Autres ouvrages publiés dans la collection Res socialis : Soulet M.H, Petit précis de grammaire indigène du travail social, Castel R. (s/s la dir. de), Les Sorties de la toxicomanie, Maxwell J.A., La Modélisation de la recherche qualitative, Châtel V., Réflexions sur la responsabilité. Essai sur la violence et les jeunes, Soulet M.H., Gérer sa consommation. Drogues dures et enjeu de conventionalité (en coll. avec M. Caiata Zufferey & K. Oeuvray), Châtel V. & Soulet M.H. (éd.), Faire face et s en sortir, volume 1, Négociation identitaire et capacité d action, Châtel V. & Soulet M.H. (éd.), Faire face et s en sortir, volume 2, Développement des compétences et action collective, Cattacin S. & alii, Retour au travail! Le workfare comme instrument de réforme, Strauss A. & Corbin J., Les Fondements de la recherche qualitative, Balsa C. (éd.), Confiance et lien social, Becker H.S., Le Travail sociologique : méthode et substance, Bassand M. & Lalive d Épinay C., Des Sociologues et la philosophie, Châtel V., L Inexistence sociale. Essais sur le déni de l Autre, 2007 (ré-éd. 2012). Bajoit G. (éd.), Le Contrat social dans un monde globalisé, Châtel V. (éd.), Les Temps des politiques sociales, Messu M., Les Assistés sociaux suivi de L Assurance d assistance, Javeau Cl., Le Petit murmure et le bruit du monde, Cesoni M.-L. & Devresse M.-S. (éd.), La Détention de stupéfiants entre criminalisation et décriminalisation, Bajoit G., Pour une sociologie de combat, Burnay N. (éd.), Transmission, mémoire et reconnaissance, Diogo F., Gonçalves R.L. & Tomás L., Les Nouvelles configurations de la mobilité sociale, Bresson M., Geronimi V. & Pottier N., La Vulnérabilité : questions de recherche en sciences sociales, Glaser G. & Strauss A., Transitions statutaires. Une théorie formelle, 2014.

20 RESPONSABLE, ENGAGÉ-E, COMPÉTENT-E VOTRE PROJET DEMAIN NOTRE CHALLENGE AUJOURD HUI expertise coopération humanisme responsabilité autonomie participation partenariat professionnalisme DES FORMATIONS en sociologie en travail social et politiques sociales en éthique, responsabilité et développement Renseignements: Domaine Sociologie, politiques sociales et travail social

Colloque international

Colloque international Domaine Sociologie, politiques sociales et travail social Faculté des Lettres www.unifr.ch/travsoc/fr Colloque international 25, 26 & 27 mars 2015 une responsabilité inavouée, des droits bafoués organisé

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement «La diversité n est pas entre les cultures, mais inhérente à l idée même de culture, et

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013

Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 Colloque «Ensemble pour le bien-être de tous» Evaluations et perspectives du Plan de Cohésion Sociale en Wallonie Namur 14 mars 2013 La cohésion sociale et la coresponsabilité Samuel Thirion Division Recherche

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège

Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1362-00-10 Nombre de pages : 6 Politique d encadrement des voyages de groupe et des délégations organisés à l intention des étudiants du Collège Adoptée par le Conseil

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C.

EPS ET SOCLE COMMUN. Les activités athlétiques à l'école primaire. Pour l'équipe EPS 35 : J.L. Béquignon, F. Bodin, H. Le Nost, P. Moniot, C. EPS ET SOCLE COMMUN Les activités athlétiques à l'école primaire CONNAISSANCES 2 Piliers Tout élève devra connaître courir Sauter Lancer Un vocabulaire juste et précis pour désigner des objets réels, des

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS

CALENDRIER DES FORMATIONS CALENDRIER DES FORMATIONS DES CADRES D ASBL INSCRIPTIONS La Codef accompagne au jour le jour ses membres dans leur rôle d employeurs. Les formations proposées répondent à leurs besoins et sont conçues

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Présentation conceptualisée par Lise Paiement du projet Pédagogie culturelle et animée par Marc Lauzon Juin 2008

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Le défi de la diversité L expérience fédérale

Le défi de la diversité L expérience fédérale Le défi de la diversité L expérience fédérale www.forumfed.org Ce film décrit comment cinq pays gèrent leur diversité ethnique et linguistique par le biais de leur régime fédéral : l Inde la Suisse la

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe

Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la Méthode d analyse en groupe Programme d initiation à la méthode d analyse en groupe PAGE 1 Responsables et contact : Raphaël Darquenne (Réseau MAG) Tel : 0479 76 17 82 e-mail

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

2008 Presses de l Université du Québec. Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec, Québec G1V 2M2 Tél.: (418) 657-4399 www.puq.

2008 Presses de l Université du Québec. Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec, Québec G1V 2M2 Tél.: (418) 657-4399 www.puq. TABLE DES MATIÈRES ACRONYMES... XIII INTRODUCTION... 1 Vivianne Châtel et Shirley Roy Partie 1 RÉFLEXION LIMINAIRE Chapitre 1 DE L EXCLUSION À LA VULNÉRABILITÉ Continuité et rupture... 13 Shirley Roy 1.1.

Plus en détail

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX Table des matières Remerciements....VII Avant-propos....XV Préface....XVII Liste des auteurs... XIX Introduction générale... 1 Catherine Teiger et Marianne Lacomblez Partie I Analyses du travail, formations

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan INTRODUCTION Environnement et Santé Évaluation environnementale

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer?

Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Le CHSCT, le devoir de prévention et la santé mentale au travail, comment se préparer? Les élus qui nous contactent sont souvent démunis face à cette situation nouvelle que représente pour eux la multiplication

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Coaching de la prise de parole médiatique des dirigeants d entreprises

Coaching de la prise de parole médiatique des dirigeants d entreprises [ MEDIA TRAINING ] Coaching de la prise de parole médiatique des dirigeants d entreprises PILBS Pour Inventer La Bonne Stratégie Cabinet conseil & organisme de formation Catalogue disponible en ligne :

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF

PROJET PEDAGOGIQUE COOPERATIF Intitulé : Jeux de société coopératifs Classe : cycles 1,2 & 3 Niveau : de la maternelle au CM2 Groupe d action national OCCE : Association départementale OCCE : Stage jeux coop mai 2011 Alain Joffre-

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Je ne veux pas, je ne peux pas collaborer.

Je ne veux pas, je ne peux pas collaborer. 1 Nos carnets de note ne nous appartiennent plus. Non qu'ils appartiennent à d'autres : ils forment la substance des machines et la matrice du Réseau. Nous n'en sommes pas pour autant dépossédés, nous

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale Centre pénitentiaire

Maîtrise mentale et comportementale Centre pénitentiaire Maîtrise mentale et comportementale Centre pénitentiaire Formation pour les centres pénitentiaires Après 20 ans d exercice dans les métiers de sécurité, également formé aux techniques de communication,

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 2 Protection de l enfance et droit de la famille FR 002 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Protection de

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Bilan année : Objectifs année :

Bilan année : Objectifs année : ENTRETIEN ANNUEL COMMERCIAUX Bilan année : Objectifs année : Société : Service : Date de l entretien : Evaluateur : Collaborateur évalué : Lieu de l entretien : Durée de l entretien : ENTRETIEN ANNUEL

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Je travaille pour le Réseau flamand de lutte contre la pauvreté 58 associations où les pauvres prennent la parole en Flandre et à Bruxelles sont affiliés à

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

PALLIER AU MANQUE DE STAGE. OU SACRIFIER UNE PROFESSIONNALISATION DE QUALITE?

PALLIER AU MANQUE DE STAGE. OU SACRIFIER UNE PROFESSIONNALISATION DE QUALITE? COMMUNIQUE DU 29 JUIN 2015 PALLIER AU MANQUE DE STAGE. OU SACRIFIER UNE PROFESSIONNALISATION DE QUALITE? Préambule : C est dans le contexte des Etats Généraux du travail social, initiés en 2013 et qui

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche

Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Guide pour remplir le formulaire de candidature Recherche Rappel Le «Prix Recherche» a pour objectif de créer et de diffuser des «supports d application 1» à destination des acteurs de terrain 2 pour que

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail