Comité de Pilotage de l'assurance Maladie Universelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "--------------- -------------------- Comité de Pilotage de l'assurance Maladie Universelle"

Transcription

1 Ministère de la Solidarité, de la République de Côte d'ivoire Sécurité Sociale Et des Handicapés Union - Discipline - Travail Comité de Pilotage de l'assurance Maladie Universelle COLLOQUE SUR LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE EN AFRIQUE FRANCOPHONE WBI - IMA Paris, avril 2004 Rapport pays présenté par : - BAMBA Karim - Prof. OUEGNIN Georges-Armand - YAPI Alloh Marc - DOUCOURE Ibrahim - KOUYE Pauline Facilitateur : SERY Jean-Pierre Mars 2004

2 2 INTRODUCTION GENERALE Pays de l Afrique de l ouest, la Côte d'ivoire s'étend sur une superficie globale de km². C est l un des pays à forte croissance démographique du continent. En effet, les différents recensements réalisés ont fait apparaître que la population de la Côte d Ivoire est passée de 10,8 millions en 1988 à 15,4 millions en 1998, soit un taux d accroissement annuel moyen de 3,3% sur la période C est l un des taux les plus élevé au monde. Aujourd hui, cette population est estimée à 17 millions d habitants dont la majorité vit en milieu rural (57% de la population totale). La croissance rapide de la population Ivoirienne s explique d une part, par une fécondité assez forte malgré la baisse constatée ces dernières années (le nombre moyen d enfants par femme est passé de 7 enfants en 1980 à 5,4 enfants en 1998) ; d autre part, par un apport migratoire important (28% de la population ivoirienne est d origine étrangère). L économie de la Côte d Ivoire, repose principalement sur le binôme café-cacao, le pays étant le premier producteur mondial pour le cacao et le troisième pour le café. Au plan sanitaire, la Côte d Ivoire à l instar de la plupart des pays en développement avait opté au lendemain des indépendances pour la gratuité des soins de santé comme principe de fonctionnement des structures sanitaires publiques, option que justifiait amplement la paupérisation des populations. Dans cette optique, la croissance économique tant espérée devait permettre de dégager des ressources suffisantes à même d assurer le financement du secteur de la santé. Malheureusement, depuis les années 1980, la Côte d Ivoire est en proie à une crise économique aiguë. Celle-ci a engendrée une crise socio-politique à partir des années Ainsi, au cours des trois dernières années, la croissance économique est restée inférieure à zéro. Cette situation résulte d une part, de la contre performance du secteur primaire et d autre part, d une détérioration sans précédant du climat politique entraînant une réduction significative des investissements publics affectés au secteur de la santé. Il découle de cet état de crise, une accentuation de la pauvreté et une détérioration continue de l ensemble du tissu social. Le seuil de pauvreté qui était de 33,6 % en 1998 s est certainement accru du fait de la situation de guerre que connaît le pays depuis septembre Dans le même ordre d idée, les indicateurs sociaux issus du Recensement Général de la Population et de l Habitat de 1998 (RGPH, 1998) montraient déjà l état sanitaire déplorable des populations : - Le taux de mortalité enregistre une hausse : l espérance de vie à la naissance qui était de 55,7 ans en 1988 est passé à 50,9 ans en 1998 ; - Le taux brut de mortalité est estimé à 13,9% en 1998 contre 12,3% en 1988 ; - Le taux de mortalité infantile est de 104 décès pour 1000 naissances en 1998 ; - Le taux de mortalité maternelle est de 597 décès pour naissances.

3 3 Au regard de ce qui précède, il s avère nécessaire d entreprendre des réformes hardies dont la plus importante est l instauration d un système d Assurance Maladie Universelle. PREMIERE PARTIE : SITUATION ACTUELLE DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE La couverture du risque maladie est assurée en Côte d Ivoire par plusieurs acteurs, à travers des systèmes assurantiels publics et privés ; l Etat prenant directement en charge, les frais de santé de certaines catégories de citoyens. I - LES SYSTEMES DE COUVERTURE EXISTANTS On distingue les régimes de couverture publics et les régimes de couverture volontaires ou privés. A- Les régimes publics A-1. La couverture assurée par l Etat - Le régime de protection des fonctionnaires * Fondements juridiques La loi du 7 novembre 1962 sur les pensions civiles et le décret du 9 février 1968 pris pour son application, organisent un régime spécial de réparation pécuniaire accordée au fonctionnaire en cas d invalidité résultant de maladie ou d accident survenus dans l exercice de ses fonctions. Le statut général de la Fonction Publique, prévoit en ses articles 65 et suivants, un régime de congé maladie en faveur du fonctionnaire atteint d une maladie non professionnelle ou professionnelle et du fonctionnaire victime d un accident du travail. * Personnes couvertes Ces dispositions s appliquent à tous les fonctionnaires et agents de l Etat, dont la population est estimée en 2003 à personnes. * Prestations offertes Les textes législatifs et réglementaires évoqués plus haut déterminent les prestations offertes aux fonctionnaires et agents de l Etat. Elles concernent les branches de l accident de travail, des maladies professionnelles, des allocations familiales, de la retraite. En ce qui concerne la couverture maladie, elle est assurée par la Mutuelle Générale des Fonctionnaires et Agents de l Etat (MUGEFCI) et les autres Mutuelles des agents du secteur Public (Mutuelle des Agents du Trésor, Mutuelle des Agents des Impôts,etc). * Mode de financement Le financement du régime de protection des fonctionnaires contre les maladies, les accidents et leurs conséquences, est exclusivement à la charge de l Etat.

4 4 A-2. Le régime général des travailleurs du secteur privé et assimilés Le régime général des travailleurs du secteur privé et assimilés prend en compte le système de couverture sociale assuré par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNPS) et les dispositions législatives régissant la Médecine d Entreprise. A-2-1. La couverture maladie assurée par la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale * Fondements juridiques Les prestations maladie accordées par la CNPS se fondent sur : La loi n du 02 août 1999, portant Code de Prévoyance Sociale. Cette loi définit les branches de prestations gérées par la CNPS ; La loi n du 12 Janvier 1995, portant Code du Travail (art. 23.6, instituant l assurance maternité au profit de la femme salariée). * Personnes couvertes Ce sont les travailleurs du secteur privé et assimilé et leurs ayants droit. En 2002, l on dénombrait salariés immatriculés (rapport d activité CNPS 2002). Cependant au titre exclusivement des prestations maladie, le nombre de bénéficiaires s élevait en 2002 à bénéficiaires. * Prestations offertes En rapport avec la maladie, la CNPS gère trois principales branches d assurance à savoir : Les Prestations Familiales, l Assurance Maternité et les risques professionnels. * Mode de financement Le financement de ces branches est exclusivement à la charge de l employeur (le taux varie entre 7,75% et 10,75% de la masse salariale mensuelle, plafonnée à FCFA). A-2-2. La Médecine d Entreprise * Fondements juridiques Elle est instituée par le Code du travail (loi n du 12 Janvier 1995), qui fait obligation à tout employeur ayant plus de 100 salariés, de disposer d une infirmerie. * Personnes couvertes Ce sont les salariés de l entreprise et les membres de leurs familles. A ce jour, on dénombre un peu plus de 82 entreprises possédant un centre de santé, avec un médecin à plein temps. * Prestations servies

5 5 Les travailleurs y reçoivent les premiers soins. Certaines grosses entreprises (Port Autonome d Abidjan- les industries agroalimentaires, la SIR, la CIE ), ont développé de véritables structures sanitaires, offrant aux travailleurs de l entreprise et aux membres de leurs familles, des prestations médicales essentielles. * Mode de financement La Médecine d entreprise est exclusivement à la charge de l employeur qui finance les infrastructures et les prestations B- Les régimes d assurance volontaire Ils sont assurés par les compagnies d assurance privée et les mutuelles de santé. B-1- Les Assurances Privées 1)- Fondements juridiques Régies par le Code CIMA 1, qui regroupe actuellement neuf (09) Etats d Afrique francophone (zone franc), les assurances privées occupent une part non négligeable en matière de couverture du risque maladie en Côte d Ivoire. 2)- Personnes couvertes Les assurances privées sont souscrites par les salariés des grandes entreprises et les syndicats ou groupements professionnels des personnels publics ou parapublics. Elles proposent à l ensemble des personnes couvertes, des contrats individuels et des contrats de groupe pour une prise en charge totale ou partielle des frais liés à la maladie ou à la maternité. 3)- Mode de financement Le financement se fait par le paiement d une prime d assurance dont le montant varie entre FCFA et FCFA par mois et par individu. En 2002, on estime à FCFA 2 le montant des charges de sinistres pris en charge par les Compagnies d assurances privées au titre de la branche maladie. B-2- Les Mutuelles de Santé En l absence d un cadre législatif propre à elles, les mutuelles de santé sont régies par une loi franchise de 1898, relative aux sociétés de secours mutuels. Cependant, de façon dérogatoire au droit commun, l Etat a dû intervenir par des décrets spécifiques ou même des arrêtés ministériels pour promouvoir certaines mutuelles des agents relevant du secteur public. Les plus connues sont la Mutuelle Générale des Fonctionnaires de Côte d Ivoire (MUGEFCI) qui compte environ bénéficiaires, le Fonds de Prévoyance Militaire (FPM) avec près de bénéficiaires, le Fonds de Prévoyance de la Police Nationale (FPPN) qui compte contributeurs pour bénéficiaires en Conférence Interafricaine des Marchés d Assurance 2 Rapport d activité 2002 Direction des assurances 3 Source : rapport d activité 2002 du FPPN

6 6 De manière générale, selon l inventaire 2003 des mutuelles de santé, l on dénombre dans le pays une quarantaine d organisations mutualistes de types divers réparties comme suit : associations de gestion communautaire : 20 mutuelles d entreprises en auto assurance : 5 ONG : 5 associations de santé : 6 mutuelles de santé ayant concédé la gestion à un opérateur privé : 4 II - DIAGNOSTIC DE LA COUVERTURE ACTUELLE DU RISQUE MALADIE Sous cette rubrique, il s agit de mettre en exergue, les dysfonctionnements inhérents aux systèmes actuels de couverture du risque maladie en Côte d'ivoire ; dysfonctionnements qui se saisissent tant du point de vue de l applicabilité des dispositions législatives et réglementaires que du point de vue du niveau réel de la couverture (personnes couvertes, panier des prestations offertes). A- Au niveau des régimes publics A1- La couverture assurée par l Etat Les difficultés liées au système de couverture assurée par l Etat, sont principalement dues à l amenuisement des ressources publiques. Cette situation a pour corollaire la réduction des investissements publics affectés au secteur de la santé ce qui se traduit non seulement par une dégradation de l offre public de soins, mais aussi par l institution de la politique de recouvrement des coûts de santé. Si le premier facteur crée à l évidence la perte de confiance dans les structures sanitaires publiques, le deuxième rend caduque certaines dispositions réglementaires, qui consacrent la gratuité des soins de santé pour les fonctionnaires 4, dans les structures sanitaires publiques. A2- La couverture assurée par la CNPS La législation qui régit le régime de protection sociale géré par la CNPS, ne prévoit pas la couverture maladie en tant que telle. Les dépenses de santé sont assurées incidemment à travers la branche des prestations familiales y compris l assurance maternité et la branche des risques professionnels. Par ailleurs, la gratuité des soins prônée par la législation en faveur des travailleurs du secteur privé dans le cadre de la politique d action sanitaire et sociale n est plus une réalité, du fait de l institution du ticket contributif depuis En outre, la condition de mariage pour bénéficier des prestations familiales de la CNPS, exclut de nombreux travailleurs assujettis au régime et enfin les difficiles conditions d accès au droit (lenteur et lourdeur administrative) découragent les bénéficiaires. A3- La Médecine d Entreprise De nombreux employeurs ne respectent pas malheureusement les prescriptions légales en la matière, encouragées en cela par des services de l inspection du travail qui manquent cruellement de moyens d intervention. 4 Statut général de la Fonction Publique

7 7 Ce système, quoique d un apport indéniable, sur le plan de la couverture sanitaire des travailleurs, reste tout de même limité du point de vue de la couverture sociale de la santé, en ce sens qu elle est exclusivement réservée aux travailleurs de l entreprise et aux membres de leurs familles de même que les prestations offertes restent encore très limitées (premiers soins en cas d accidents, soins infirmiers généralement). B- Au niveau des régimes volontaires B1- Les assurances privées La part des assurances privées dans le dispositif global de couverture du risque est peu significative en raison de leur faible degré de pénétration des populations et du coût très élevé des produits développés. Le prix moyen du contrat d'assurance maladie varie entre FCFA et FCFA par mois selon qu'il s'agit d'un contrat individuel ou d'un contrat groupe. De sorte que c'est seulement 0,97 % de la population qui souscrit à ces contrats. La clientèle constituée concerne encore malheureusement une minorité de privilégiés, capable de s acquitter du paiement des primes au taux prohibitif pour le grand public. Il faut par ailleurs noter que les procédures d indemnisation et de remboursement sont longues et non incitatives. B2- Les mutuelles de santé En l absence d une réglementation spécifique à la mutualité, c est la loi sur les associations qui sert de cadre légal à l existence des organisations mutualistes. Cette loi prescrit l autorisation préalable de l administration pour le démarrage des activités de toute association. Toutefois, cette obligation légale n est pas respectée, dans la mesure où la plupart de ces organisations mènent leurs activités sans avoir été enregistrées au Ministère de l Intérieur. Par ailleurs certaines mutuelles dérogent aux principes fondamentaux de la mutualité en instituant des adhésions obligatoires ; ce qui est contraire aux principes mutualistes qui prônent la liberté et la responsabilité. Dans ces conditions, les mutuelles de santé qui devaient pallier les insuffisances de la couverture assurée par l Etat n ont pas pu émerger véritablement. Au regard donc du constat sur le système actuel de la couverture maladie, il y a lieu de reconnaître que la situation est caractérisée par une grande insécurité sociale puisque 85% à 90% de la population ne bénéficient d aucune couverture sociale, notamment les populations du milieu rural, les travailleurs du secteur informel, les indigents ou demandeurs sociaux. Face à cette situation, il fallait réagir en instituant le système d Assurance Maladie Universelle et le code de la mutualité. DEUXIEME PARTIE : REFORME EN COURS I- INSTAURATION DU SYSTEME D ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE I-1 - Présentation de l Assurance Maladie Universelle I-1.1) Objectifs visés

8 8 Projet novateur auquel adhère l ensemble de la population, si l on s en tient aux résultats des enquêtes réalisées par l Institut National de la Statistique (INS) sur «la pauvreté en 2002», l Assurance Maladie Universelle vise les principaux objectifs suivants : - améliorer l état de santé des populations en assurant sans exclusion, l accessibilité financière de tous aux soins de santé ; - développer l activité de la médecine, en favorisant l équilibre de l offre et de la demande de soins de santé ; - réduire les disparités régionales et économiques, disparités qui amplifient, les inégalités entre les groupes et régions et accroissent les déficits sociaux ; - réaliser une meilleure solidarité nationale, facteur de cohésion sociale ; - instituer à terme un système de Sécurité Sociale couvrant l ensemble des risques sociaux étendus à l ensemble de la population. I-1.2) Organisation et fonctionnement du système Les principes de fonctionnement Le fonctionnement de l Assurance Maladie Universelle repose sur les principes de base suivants : - la solidarité nationale, dont la traduction concrète est d une part, le paiement d une cotisation par tous et pour tous, et d autre part, la gestion collective des risques liés à la maladie et à la maternité (article 3) ; - l option de l affiliation obligatoire à travers une Caisse, comme outil de gestion du système répond au souci de l Etat de protéger l intérêt général, afin de confectionner un filet social très large. Ce choix, permet aussi de mobiliser rapidement les ressources financières ; - l extension de la couverture à tous les résidants (Ivoiriens comme étrangers) et dans certaines conditions, aux ivoiriens résidents à l extérieur (article 2) ; - l institution de deux régimes distincts : le régime d Assurance Maladie du secteur agricole et le régime d Assurance Maladie des autres secteurs (article 6) ; - la couverture obligatoire de base, assurée par des caisses nationales et la couverture complémentaire, assurée par les mutuelles de santé et les Compagnies d Assurance Privées (article 4) ; - les caisses nationales ont le statut d Institutions de Prévoyance Sociale, organismes de droit privé de type particulier, assurant la gestion d un service public et dotés de l autonomie financière (article 14). Les Organismes de gestion

9 9 La gestion administrative, technique et financière du système de l Assurance Maladie Universelle est confiée à trois Institutions de Prévoyance Sociale (IPS), dotées d un siège social et d agences départementales. * La Caisse Sociale Agricole (CSA) Créée par décret N du 02 avril 2002, la Caisse Sociale Agricole (CSA) assure le fonctionnement du régime Assurance Maladie Universelle du secteur agricole. Les affiliés de la CSA sont : Les exploitants agricoles et assimilés Les pêcheurs Les éleveurs * La Caisse Nationale d Assurance Maladie (CNAM) Créée par décret N du 02 avril 2002, la Caisse Nationale d Assurance Maladie est chargée de gérer le régime assurance maladie des secteurs autres que le secteur agricole. Les affiliés de la CNAM sont : les salariés du secteur privé ; les fonctionnaires et agents de l Etat ; les travailleurs du secteur informel ; les élèves et étudiants ; les demandeurs de premier emploi ; les ministres de cultes ; les demandeurs sociaux (enfants en circonstances extrêmement difficiles, les handicapés, les 3ème et 4ème âges, etc ). Les missions et l administration de ces deux caisses sont identiques : effectuer l identification et l immatriculation des bénéficiaires ; assurer la gestion collective des risques liés à la maladie et à la maternité ; assurer l équilibre financier du régime ; assurer le contrôle médical en matière de soins et d application de la tarification des actes ; contribuer aux actions de prévention, d éducation et d information, de nature à améliorer l état de santé des affiliés. * Le Fonds National de l Assurance Maladie Universelle (FN/AMU) Créé par décret N du 02 avril 2002, le Fonds National de l Assurance Maladie Universelle (FN/AMU) assure le recouvrement et la gestion des ressources financières de chacun des deux régimes obligatoires. Ses missions sont : recouvrer les cotisations ; mobiliser et encaisser les ressources financières ; assurer l équilibre financier du système ; payer les prestations ;

10 10 effectuer des placements. I-1.3) Les prestations de l AMU (Article 65) Dans le cadre de la couverture obligatoire de base, l AMU assure, dans le respect de la pyramide sanitaire, la prise en charge des actes médicaux suivants : consultations ; examens de laboratoire ; actes chirurgicaux ; hospitalisation ; médicaments ; soins dentaires. Les prestations médicales assurées à chaque niveau de la pyramide sanitaire sont contenues dans le Paquet Minimum d Activités (PMA), défini par l Arrêté n 741 MSP/cab du 9 décembre Les grandes endémies et certaines maladies longues et coûteuses sont prises en charge dans le cadre des politiques et programmes nationaux de lutte contre ces affections. I-1.4) Le financement du système (Article 40) Le service des prestations et la couverture des frais de gestion de chacun des régimes sont assurés au moyen : - des cotisations établies et recouvrées selon les règles prévues aux articles 41 et suivants ; - des majorations et des intérêts moratoires pour retard dans le versement des cotisations, ainsi que des sanctions financières imposées aux prestataires de soins ; - des revenus des placements effectués par le Fond National de l Assurance Maladie Universelle ; - des dons et legs ; - des emprunts ou obligations ; - éventuellement des contributions exceptionnelles au titre du budget général de l Etat de la même année. Les ressources de l Assurance Maladie Universelle sont également constituées dans la stricte mesure nécessaire à permettre l équilibre financier de l Assurance Maladie Universelle, par des contributions sociales, taxes fiscales et parafiscales qui sont perçues directement par le Fonds National de l Assurance Maladie Universelle. L assiette, le taux et les modalités de recouvrement et de contrôle de ces contributions et taxes sont déterminés par des arrêtés. II- L Etat d avancement des travaux de mise en œuvre de l AMU II-1. Le cadre juridique et institutionnel Les différents textes ci-dessous sont déjà pris. Ce sont :

11 11 - La loi N du 09 octobre 2001 portant institution, organisation et fonctionnement de l'assurance Maladie Universelle (AMU) ; - Le décret N du 02 avril 2002 portant création de l'institution de Prévoyance Sociale dénommée : Caisse Sociale Agricole (IPS-CSA) ; - Le décret N du 02 avril 2002 portant création de l'institution de Prévoyance Sociale dénommée : Caisse Nationale d'assurance Maladie (IPS-CNAM) ; - Le décret N du 02 avril 2002 portant création de l'institution de Prévoyance Sociale dénommée : Fonds National d'assurance Maladie universelle (IPS-FNAMU) ; - Le décret n du 24 juillet 2002 portant modalités de fixation et de recouvrement des cotisations du secteur agricole pour le Fonds National d'assurance Maladie Universelle (FNAMU) ; - Le décret N du 29 janvier 2004 portant création, organisation et attribution du Comité de Pilotage de l'assurance Maladie Universelle (AMU) ; - L'arrêté N 0027 du 27 novembre 2001 portant institution organisation et fonctionnement du Comité de pilotage de l Assurance Maladie Universelle (AMU) ; - L'arrêté N du 06 janvier 2004 portant institution, organisation et fonctionnement des Comités Locaux Assurance Maladie Universelle (CLAMU). II-2. Les travaux du Comité de Pilotage Après le vote de la loi, il a été créé un comité de pilotage des opérations de mise en œuvre de l Assurance Maladie Universelle. Ce comité est organisé autour de quatre (4) composantes techniques et de trois (3) volets spécifiques. La composante santé Elle est chargée de finaliser les dossiers sectoriels de santé et d accomplir les diligences de ce secteur. La composante identification - sécurité Elle est chargée de conduire le dossier de l identification et de l immatriculation des bénéficiaires et des prestataires de soins en rapport avec l Office National d Identification. La composante cotisation - financement Elle est chargée de mettre en place le dispositif relatif aux cotisations, au recouvrement, au budget de l AMU et proposer les études complémentaires et actuarielles. La composante création des organismes

12 12 Elle est chargée d étudier les procédures, d organisation administrative, les ressources humaines, la politique de formation, le schéma de décentration des organismes : FN/AMU, CSA, CNAM. Volet dialogue social Ce volet est chargé de la sensibilisation et de l information des populations à l AMU. Volet communication Il est chargé de mettre en œuvre un plan média. Volet informatique Il est chargé de proposer une architecture informatique adéquate. Ces composantes et volets spécifiques ont regroupé des techniciens et experts issus des structures publiques, parapubliques et privées, représentant les différents secteurs de la vie sociale, économique et politique de la Nation Ivoirienne. Des experts des institutions internationales d appui au développement que sont la coopération française, l OMS et le BIT ont apporté leurs expériences. On peut citer la convention France-BIT - Côte d Ivoire signée en octobre II-2.1) Résultats des travaux de la composante santé Cette composante a collecté des informations en rapport avec les termes de référence qui lui ont été assignés et qui concernent des travaux déjà effectués : - La classification des établissements sanitaires publics. Décret n du 25 octobre La classification, la définition et l'organisation des établissements sanitaires privés. Décret n du 25 octobre L'ordinogramme qui classe les prestations selon le niveau de la pyramide sanitaire. - Les tarifs actuels pratiqués dans les secteurs public et privé selon le niveau de la pyramide sanitaire. Arrêté n 258 MSPAS/K/MEFP du 03 septembre Barème des honoraires du secteur privé. - La carte sanitaire. - Les normes applicables aux établissements sanitaires des différents niveaux de la pyramide sanitaire pour bénéficier d un agrément. Décret n du 25 octobre La procédure d accès et d utilisation des établissements sanitaires ou code d utilisation du système sanitaire. - La règle en matière de prescription. - La règle concernant l hospitalisation. - La règle concernant la grossesse. - La règle de gestion du médicament.

13 13 II-2.2) Résultats des travaux de la composante cotisation - financement Les propositions finales de la composante se sont basées sur le modèle de l étude actuarielle tout en ne négligeant pas les avis de divers spécialistes. La méthode de calcul du taux de cotisation retenue pour les salariés du secteur public et privé est le barème progressif pour les salaires dont le taux est inférieur ou égal à FCFA par mois. Pour les salaires supérieurs à FCFA par mois, on applique des taux progressifs. Pour les pensionnés de la CNPS et de la CGRAE : la cotisation est assise sur le montant de la pension. Pour le secteur agricole : on distingue les agriculteurs de produits d exportation pour lesquels la cotisation est assise sur le revenu. Pour les autres : on applique un forfait annuel pour les revenus dont le taux est inférieur ou égal à F par an et un barème progressif pour les revenus supérieurs. Pour les opérateurs économiques du secteur informel : on applique un forfait annuel pour les revenus inférieurs à FCFA par an. Pour les revenus supérieurs à FCFA : on applique le barème progressif. Les demandeurs sociaux et la population jeune sont soumis à une cotisation au forfait. II-2.3) Résultats des travaux de la composante identification - sécurité Cette composante qui est chargée de la conduite des travaux relatifs à l identification et à l immatriculation des bénéficiaires et des prestataires de soins est parvenue aux résultats suivants : - La création du répertoire des professions ou activités agricoles pour le compte de la Caisse Sociale Agricole (CSA) ; - La création du répertoire des professions ou activités non agricoles pour le compte de la Caisse Nationale d Assurance Maladie (CNAM) ; - L'élaboration de la fiche d identification des affiliés de la CSA ; - L'élaboration de la fiche d identification des affiliés de la CNAM ; - La détermination des lieux d identification des futurs bénéficiaires de l AMU ; - La création des numéros d identification ; - L'élaboration des critères d éligibilité des établissements sanitaires et des prestataires de soins; - Le projet de la carte AMU ; - La rédaction des décrets assignés à la composante. Parallèlement aux travaux de la composante identification sécurité, le Ministère de l Agriculture en collaboration avec le Ministère de la Solidarité, de la Sécurité Sociale des Handicapés a réalisé le recensement agricole en vue de constituer une base de données sur les agriculteurs susceptibles de bénéficier des services de l AMU.

14 14 A l'issue de l'opération de collette des données dans les régions enquêtées, les questionnaires renseignés concernaient ménages sur les ménages agricoles attendus; soit un taux de couverture de 56,18 %. Ceci correspond à enquêtés sur les attendus ; soit un taux de couverture 53,13 %. Il est opportun à ce niveau de rappeler que la Côte d'ivoire a une population agricole de individus et ménages agricoles. II-2.4) Résultats des travaux de la composante création des organismes - Les décrets relatifs à la création des trois (3) Caisses ; - L'acquisition du siège social de l'amu et l identification des bâtiments devant abriter les sièges départementaux ; - L'élaboration du plan de formation du personnel des organismes ; - La conception des organigrammes des organismes de l AMU. II-2.5) Résultats des travaux du volet dialogue social Le déroulement de cette opération s est fait en deux phases : La phase de sensibilisation consiste à initier les populations aux dispositions de la loi instituant l AMU, à définir les aires du dialogue social, à identifier les acteurs potentiels du dialogue, à mobiliser les leaders locaux et à promouvoir le concept de Comités Locaux Assurance Maladie Universelle (CLAMU). Cette phase s est opérée d août 2002 à juin 2003 sur toute l étendue du territoire national. La phase d installation des CLAMU consiste à mettre en place les instruments du dialogue social que sont les Comités Locaux Assurance Maladie Universelle (CLAMU) avec leurs démembrements. Le cadre organique de ces instruments est défini par l arrêté N du 06 janvier 2004 portant institution, organisation et fonctionnement des Comités Locaux Assurance Maladie Universelle (CLAMU). Ils sont institués sur tout le territoire national et sont de six types : - Le Comité Assurance Maladie Universelle du District d'abidjan (CAMUDA) ; - Le Comité Assurance Maladie Universelle du District de Yamoussoukro (CAMUDY) ; - Les Comités Départementaux Assurance Maladie Universelle (CDAMU) ; - Les Comités Communaux Assurance Maladie Universelle (CCAMU) ; - Les Comités Sous-Préfectoraux Assurance Maladie Universelle (CSP AMU) ; - Les Comités Villageois Assurance Maladie Universelle (CVAMU). Ces comités exercent leurs compétences territoriales et d attributions dans les limites administratives de chaque collectivité locale. Au plan opérationnel, ces comités sont chargés : - de sensibiliser et d informer les population aux système de l AMU ; - de les sensibiliser à la l identification ainsi qu au paiement des cotisations ; - de recueillir à la base, leurs avis et suggestions.

15 15 Concernant les animateurs, la composition des CLAMU fait intervenir de nombreux acteurs allant des représentants de l Etat aux populations elles-même en passant par les leaders d opinion, les représentants des organisations socioprofessionnelles, les techniciens du ministère en charge de la sécurité sociale et ceux des organismes de gestion de l AMU. Cette phase débutée depuis le 28 janvier 2004 dans le district d Abidjan se poursuit. II-2.6) Résultats des travaux du volet informatique - Elaboration d un cahier de charge informatique ; - Conception de l architecture informatique du système. II-2.7) Résultats des travaux du volet communication - Elaboration des logos de la CSA et de l AMU ; - Elaboration des affiches et des panneaux publicitaires. III- Le Plan d'action 2004 pour la mise en œuvre de l'amu L action principale à mener au titre de l année 2004 est la mise en place des organismes de l AMU. Cette action comporte plusieurs phases : - La libération du fonds d établissement L Etat prévoit dans le budget 2004 un fonds de démarrage de l Assurance Maladie Universelle d un montant de FCFA (un milliard de francs CFA). - La mise en place des conseils d administration Les négociations sont en cours en vue de nommer les membres des Conseils d Administration des différents organismes. - L expérimentation de l AMU dans des sites pilotes TROISIEME PARTIE : FACTEURS DE PROGRESSION VERS LA COUVERTURE UNIVERSELLE Les difficultés inhérentes à l'offre de soins Malgré les avancées notables opérées ces dernières années en terme de renforcement de l'accessibilité des populations aux soins, on note que le taux d'utilisation des services sanitaires reste encore très faible (26,3 %) en raison non seulement de l'éloignement de certaines structures sanitaires mais aussi du coût élevé des prestations sanitaires. Par rapport à la qualité des prestations offertes, on note également le sous-équipement des structures sanitaires ou la dégradation des équipements existants. Toutefois, à l'analyse, l'offre de soins actuellement en vigueur en Côte d'ivoire est encourageante et permet le démarrage de l'amu au regard des indicateurs suivants :

16 16 - on observe que 54 % de la population vivent dans une localité disposant d une formation sanitaire, - 14 % sont à une distance de moins de 5 Km, - 15 % entre 5 et 10 Km, - 8 % entre 10 et 15 Km, - 5 % entre 15 et 20 Km, - 4 % à plus de 20 km. Cependant cette situation doit être améliorée en vue d'une meilleure prise en charge des populations mais aussi et surtout pour répondre aux besoins d'une couverture universelle. La question de la collaboration avec le secteur privé La loi n du 09 octobre 2001 portant institution, organisation et fonctionnement de l'assurance Maladie Universelle règle la question de la collaboration entre l'amu et le secteur privé en délimitant très clairement les champs de compétence de chacun. Selon cette loi, l'amu assure les prestations de base et les assurances privées les prestations complémentaires. Cette question sera également prise en charge dans les conventions entre l'amu et ses partenaires. A ce propos, il faut également noter que tous les prestataires publics et privés seront conventionnés par le système. La question de la normalisation de la tarification Les articles 77 et suivants de la loi relative à l'amu organise un mécanisme de conventionnement et de tarification en vue de la maîtrise des dépenses de santé. Les conventions nationales signées par les caisses et les organisations syndicales des prestataires (médecins, chirurgiens dentistes, laboratoires et pharmaciens) détermineront les critères d admissibilité et de rémunération des prestataires. Le règlement conventionnel est signé par un arrêté interministériel (Ministre de la Santé et le Ministre en charge de la Sécurité Sociale) garantissant aux parties engagées dans les conventions nationales une tarification conventionnelle minimale et maximale. La tarification d'autorité incombe quant à elle, à tout autre prestataire qui n'a pas adhéré à la convention nationale. L'augmentation de la productivité des agents de santé est aussi réglée par la fixation des contrats d objectifs aux organismes de gestion. La question de l'évaluation de la qualité des services Les établissements sanitaires ne disposent pas toujours du plateau technique adéquat pour la prise en charge des malades. Au problème de la disponibilité de l'offre, il faut ajouter la question récurrente de la qualité de l'accueil des patients dans les structures sanitaires publiques. Toutes ces questions trouveront leurs réponses dans les contrats d objectifs que la tutelle assignera aux organes de gestion de l AMU.

17 17 Les problèmes des pesanteurs socioculturelles, obstacles à la mobilisation de l'épargne santé Le système de représentation des africains n'intègre pas la question de la prévention des risques liés à la maladie. En effet, en Afrique l'on pense qu'il existe toujours des causes sous-jacentes aux problèmes qui surviennent. Dans ce contexte, la maladie ou d'autres formes de malheurs sont souvent perçus comme étant l'œuvre des esprits maléfiques ou des ancêtres mécontents. Dans ces conditions, mettre de l argent de côté pour faire face, le cas échéant, à la maladie signifierait que l on s attire le mauvais sort. Par ailleurs, du fait de l'analphabétisme dominant dans les zones rurales, toute attitude nouvelle se rapportant aux comportements des citadins suscite scepticisme et méfiance. Les innovations telle que l'amu, apparaissent d'abord comme une rupture avec les habitudes sociales fortement influencées par les croyances traditionnelles. Toutes ces préoccupations trouvent leur solution dans le dialogue social à travers la sensibilisation et l'information des populations par les Comités Locaux Assurance Maladie Universelle (CLAMU). La question de la contribution des indigents La position des indigents communément appelés demandeurs sociaux dans le dispositif de l'amu est plus que préoccupante pour les promoteurs de ce projet. L'Assurance Maladie Universelle est avant tout une assurance sociale mise en place surtout pour les personnes démunies et les couches sociales vulnérables. Au plan du financement, cette catégorie d'assurés aura une contribution facilement supportable et le système de recouvrement fiable. La question de la capacité contributive des ménages La contribution des ménages au financement actuel de la santé est la plus importante de celle de tous les acteurs nationaux du financement. Selon l'étude de SHEPARD publiée en 1996, les ménages contribuent à hauteur de 53 % des dépenses totales de santé, dont 8 % au titre de l'assurance publique et privée.

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

LE SYSTEME DE COUVERTURE SOCIALE EN COTE D IVOIRE

LE SYSTEME DE COUVERTURE SOCIALE EN COTE D IVOIRE MINISTÈRE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DES AFFAIRES SOCIALES RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE ET DE LA MUTUALITE LE SYSTEME DE COUVERTURE SOCIALE

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants

- 41 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants - 41 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Proposition de loi tendant à réformer le système de sécurité sociale des étudiants Code de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE SECRATARIAT GENERAL CELLULE DE COMMUNICATION REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland MINISTRY OF LABOUR AND

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité

sociale DSS La Direction de la sécurité Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité La Direction de la sécurité sociale DSS Un système de protection sociale générale fondé sur le principe de la solidarité 1, Place de Fontenoy 75350 Paris cedex Tél : 01 40 56 60 00 Fax : 01 40 56 72 88

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 27 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi visant à supprimer les franchises médicales et participations forfaitaires. Réunie le mercredi 4 mars 2015, la commission n a pas adopté de texte sur la proposition

Plus en détail

A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Loi de financement de la sécurité sociale

A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Loi de financement de la sécurité sociale I MAJ.09-2015 SOMMAIRE A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Tutelle Loi de financement de la sécurité sociale Organigramme général Organisation de

Plus en détail

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE

S O M M A I R E I 07.03 A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE I 07.03 S O M M A I R E A ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX B ASSURANCE MALADIE C ASSURANCE MATERNITÉ, DÉCÈS, INVALIDITÉ, VEUVAGE D ACCIDENTS DU TRAVAIL ET MALADIES PROFESSIONNELLES E

Plus en détail

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21

Sommaire. Introduction...13. Chapitre 1 - L organisation du régime général de la Sécurité sociale...21 Sommaire Introduction...13 Qu est-ce que le droit à la protection sociale?...13 Qu est-ce que le risque social?...14 Comment la Sécurité sociale est-elle née?...14 Quels sont les différents modèles de

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

Protection sociale en France : l assurance maladie. Évelyne DIAS

Protection sociale en France : l assurance maladie. Évelyne DIAS Protection sociale en France : l assurance maladie Évelyne DIAS La protection sociale désigne tous les mécanismes existant pour aider les individus à faire face aux risques sociaux. Cela correspond à un

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

Djibouti. Système d Assurance Maladie Universelle

Djibouti. Système d Assurance Maladie Universelle Système d Assurance Maladie Universelle Loi n 24/AN/14/7ème du 5 février 2014 [NB - Loi n 24/AN/14/7ème du 5 février 2014 portant mise en place d un système d Assurance Maladie Universelle] Titre 1 - Principes

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Jeudi 10 mai 2012 Mardi 15 mai 2012 Mercredi 23 mai 2012 Introction Les enjeux de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE

LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE Qu est ce que la complémentaire santé? L'Assurance maladie ne rembourse pas intégralement les dépenses de santé (frais médicaux, chirurgicaux et d hospitalisation ).

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat

Rôle et importance de la caisse de retraite pour agents et fonctionnaires de l Etat FORUM INTERNATIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA REFORME ET MODERNISATION DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE CONGOLAISE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE SESSION VII INNOVATION STRATÉGIQUE EN MATIÈRE DE SYSTÈME DE

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE LES QUESTIONS ESSENTIELLES POUR UN PROFESSIONNEL DE LA SANTE DANS LE SECTEUR PUBLIC Q 1- Qu est ce que

Plus en détail

Revenus de remplacement : modalités déclaratives

Revenus de remplacement : modalités déclaratives Revenus de remplacement : modalités déclaratives Les revenus de remplacement sont destinés à compenser la perte de rémunération pendant une période d inactivité partielle ou totale. Sont notamment considérés

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DES AGENTS

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE

COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE Régime Professionnel Complémentaire de Santé IRP AUTO Partenaire de l UNIDEC 28 Juin 2014 LA COUVERTURE SANTÉ GÉNÉRALISÉE SOMMAIRE Présentation du groupe IRP AUTO Le contexte

Plus en détail

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire Photos de famille des participants à la journée mondiale de la

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE

POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE Q UELQUES POINTS CLES SUR LES CONTRATS DE PREVOYANCE COMPLEMENTAIRE SANTE Source juridique Lettre circulaire ACOSS n 2008-028 du 6 août 2008 Lettre ministérielle du 13 février 2008 Lettre circulaire ACOSS

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple Un but Une foi ----------- Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles SOMMAIRE I- PRESENTATION DES IPM 1. LE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES PROTECTION SOCIALE. Direction de la sécurité sociale PROTECTION SOCIALE Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille

Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille Santé Prévoyance Réunica Santé Pro et Prévoyance Pro Choisissez le meilleur en Santé et Prévoyance pour votre bien-être et celui de votre famille SPÉCIAL AUTO ENTREPRENEURS REUNICA.COM Santé Avec Réunica

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COOPERATIVES DE CONSOMMATEURS

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COOPERATIVES DE CONSOMMATEURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES COOPERATIVES DE CONSOMMATEURS ACCORD DE BRANCHE DES COOPERATIVES DE CONSOMMATEURS RELATIF A LA MISE EN PLACE D UNE GARANTIE DE FRAIS DE SANTE A ADHESION OBLIGATOIRE

Plus en détail

Descriptif des Garanties

Descriptif des Garanties EPHC Titre 8 de la Convention collective nationale DE L ENSEIGNEMENT PRIVE HORS CONTRAT Régime de prévoyance obligatoire Descriptif des Garanties Personnel concerné Ensemble des salariés, non cadres et

Plus en détail

La protection sociale des salariés

La protection sociale des salariés La protection sociale des salariés Joël Bienassis Directeur des Accords Collectifs Bruno de la Porte Directeur Associé 03 février 2011 Sommaire! 1 La protection sociale en France Bruno de la Porte! Définition!

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.)

SENAT PROJET DE LOI. relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) PROJET DE LOI adopté le 21 décembre 1977 N 88 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1977-1978 PROJET DE LOI relatif à la généralisation de la Sécurité sociale. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté, dans

Plus en détail

Plafond de la sécurité sociale pour 2015

Plafond de la sécurité sociale pour 2015 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction des Relations Sociales, des Règles RH et du Logement Social Règles RH Destinataires Diffusion narionale Tous services Contact Tél :

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail

Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du travail Association internationale de la sécurité sociale Quatorzième Conférence régionale africaine Tunis, Tunisie, 25-28 juin 2002 Tendances actuelles dans la prévention et l'assurance contre les accidents du

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Dossier de presse Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Contact presse : Géraldine Vieuille vieuille.geraldine@ccmsa.msa.fr 01.41.63.72.41 SOMMAIRE

Plus en détail

L ASSURANCE STATUTAIRE

L ASSURANCE STATUTAIRE VILLE DE TREGUNC MARCHE ASSURANCES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES GENERALES L ASSURANCE STATUTAIRE 1 DEFINITIONS Pour l application des présentes garanties, on entend par : COLLECTIVITE SOUSCRIPTRICE :

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

PLANIFICATION DU SYSTEME DE COUVERTURE DU RISQUE MALADIE AU MALI : CAS DES PERSONNES INDIGENTES. Luc TOGO, DNPSES Mali

PLANIFICATION DU SYSTEME DE COUVERTURE DU RISQUE MALADIE AU MALI : CAS DES PERSONNES INDIGENTES. Luc TOGO, DNPSES Mali PLANIFICATION DU SYSTEME DE COUVERTURE DU RISQUE MALADIE AU MALI : CAS DES PERSONNES INDIGENTES Luc TOGO, DNPSES Mali Introduction La politique nationale en matière de protection sociale prévoit à terme,

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Les collaborateurs occasionnels du service public

Les collaborateurs occasionnels du service public Les collaborateurs occasionnels du service public Textes de référence : Article L 311-3-21 du code de la sécurité sociale Décret n 2000-35 du 17 janvier 2000 Arrêté du 21 juillet 2000 Décret n 2008-267

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

Exposé sous le thème: la sécurité sociale. Mlle Kaoutar El Mahdaoui

Exposé sous le thème: la sécurité sociale. Mlle Kaoutar El Mahdaoui Exposé sous le thème: la sécurité sociale Réalisée par: Encadré par Mlle Jalila Boussakri M.KHALID FARID Mlle Kaoutar El Mahdaoui Plan Introduction Axe I : Le régime de la CNSS: SECTION1: principe général

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE)

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) Décret n 97-393 du 9 juillet 1997 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénomme Agence Nationale

Plus en détail