Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier PSSM Namur, 23 avril 2010"

Transcription

1 Atelier PSSM Namur, 23 avril /05/2010 IWSM 1

2 Le Projet de Service de Santé Mentale = un processus dynamique Diagnostique (état des lieux) Autoévaluation Définition des objectifs et du plan d action 11/05/2010 IWSM 2

3 Modèle de projet de service de santé mentale 1. L environnement en termes territorial et institutionnel 2. L organisation du service de santé mentale 3. Définition des objectifs et du plan d action 4. La traduction du plan d action en projets 5. L auto-évaluation 11/05/2010 IWSM 3

4 : 1. L environnement en termes territorial et institutionnel Situer dans quel environnement s inscrit notre action et en connaître les caractéristiques en termes d institutions et de population Identifier les structures de soins présentes sur notre territoire Analyser les caractéristiques de notre population pour mieux connaître ses besoins et l utilisation qu elle fait denotreoffredesoins 11/05/2010 IWSM 4

5 2. L organisation du service de santé mentale Objectif: décrire les points suivants L organisation générale du service : Pouvoir Organisateur Constitution de l équipe Organisation des locaux Organisation du travail en sièges et antennes, initiatives spécifiques et club thérapeutique Les missions du SSM : Accueil de la demande Prise en charge de la demande Activités accessoires 11/05/2010 IWSM 5

6 2. L organisation du service de santé mentale Le travail en réseau institutionnel = les collaborations que le SSM établit avec d autres institutions indépendamment d une situation particulière La gestion des tâches administratives: Gestion journalière et logistique Gestion de l information 11/05/2010 IWSM 6

7 2. L organisation du service de santé mentale Les valeurs, la culture et l ethos = la philosophie générale, les principes directeurs qui orientent l éthique de travail et les choix posés par le service L historique général du service = avoir une vision globale de l histoire du service, du contexte dans lequel il a été créé et de ses évolutions majeures 11/05/2010 IWSM 7

8 2. L organisation du service de santé mentale Les relations avec l usager et son entourage: - Informations communiquées à l usager et son entourage - Respect de la législation relative aux droits du patient - Groupes d usagers La manière dont nous communiquons vers l extérieur (public et professionnels) 11/05/2010 IWSM 8

9 2. L organisation du service de santé mentale L organisation du conseil d avis La perception des attentes et des besoins des usagers et des professionnels = avoir des indications sur les représentations que les usagers et les professionnels ont du service 11/05/2010 IWSM 9

10 1. Environnement Opportunités Menaces PRIORITES OBJECTIFS 2. Organisation Forces Faiblesses 11/05/2010 IWSM 10

11 3. Définition des objectifs et du plan d action Plan d action = processus par lequel sont définis les éléments suivants : 1) généraux 2) opérationnels 3) Initiatives concrètes 4) Moyens 5) Public cible 6) Echéances 7) Evaluation 11/05/2010 IWSM 11

12 3. Définition des objectifs et du plan d action AXES Organisation Communication et visibilité Effectifs de l équipe Gestion financière, d infrastructures et de logistique Gestion du parc informatique Mise en œuvre des activités Réseau institutionnel Place de l usager généraux (long terme) opérationnels (moyen et court termes) Initiative(s) Concrète(s) Outils, moyens mis ou à mettre en œuvre (à disposition à acquérir et comment) + Affectation des ressources Public cible Echéances Evaluation (modalités, indicateur, identification des résultats attendus, quand) 11/05/2010 IWSM 12

13 3. Définition des objectifs et du plan d action 1) Objectif général = l orientation générale de ce que nous souhaitons atteindre Exemple: AXES Aménagement de l infrastructure généraux Atténuer le bruit dans la salle d attente opérationnels Initiatives concrètes Moyens Public cible Echéances Evaluation 11/05/2010 IWSM 13

14 3. Définition des objectifs et du plan d action 2) Objectif opérationnel = un objectif intermédiaire à atteindre pour la réalisation de l objectif général Pour formuler un objectif opérationnel : - Commencer par un verbe - Limité dans le temps, suffisamment précis et concret pour être mesurable - Dépend de vous à 100% 11/05/2010 IWSM 14

15 3. Définition des objectifs et du plan d action 2) opérationnels Exemple: AXES Aménagement de l infrastructure généraux Atténuer le bruit dans la salle d attente opérationnels Installer un espace lecture dans la salle d attente pour les enfants Initiatives concrètes Moyens Public cible Echéances Evaluation 11/05/2010 IWSM 15

16 3. Définition des objectifs et du plan d action 3) Initiatives concrètes = des actions limitées dans le temps et dans l espace permettant d atteindre l objectif opérationnel Exemple: AXES Aménagement de l infrastructure généraux Atténuer le bruit dans la salle d attente opérationnels Installer un espace lecture dans la salle d attente pour les enfants Initiatives concrètes - Acheter table et chaises adaptées aux enfants - Installer le nouveau matériel Moyens Public cible Echéances Evaluation 11/05/2010 IWSM 16

17 3. Définition des objectifs et du plan d action 4) Moyens = L ensemble des ressources nécessaires et utiles à la réalisation des initiatives concrètes Moyens financiers, matériels ou humains Exemple: AXES Aménagement de l infrastructure généraux Atténuer le bruit dans la salle d attente opérationnels Installer un espace lecture dans la salle d attente pour les enfants Initiatives concrètes - Acheter table et chaises adaptées aux enfants - Installer le nouveau matériel Moyens Public cible Echéances Evaluation - financiers : frais de fonctionnement -humains : psychomotricienne - matériels : bourse aux jouets 11/05/2010 IWSM 17

18 3. Définition des objectifs et du plan d action 5) Public cible = les personnes bénéficiaires de l action menée. Exemple: AXES Aménagement de l infrastructure généraux Atténuer le bruit dans la salle d attente opérationnels Installer un espace lecture dans la salle d attente pour les enfants Initiatives concrètes - Acheter table et chaises adaptées aux enfants - Installer le nouveau matériel Moyens - financiers : frais de fonctionnement -humains : psychomotricienne - matériels : bourse aux jouets Public cible Echéances Evaluation enfants et thérapeutes 11/05/2010 IWSM 18

19 3. Définition des objectifs et du plan d action 6) Échéances = délai prévu pour l atteinte de l objectif Exemple: AXES Aménagement de l infrastructure généraux Atténuer le bruit dans la salle d attente opérationnels Installer un espace lecture dans la salle d attente pour les enfants Initiatives concrètes - Acheter table et chaises adaptées aux enfants - Installer le nouveau matériel Moyens - financiers : frais de fonctionnement -humains : psychomotricienne - matériels : bourse aux jouets Public cible Echéances Evaluation enfants 6 mois 11/05/2010 IWSM 19

20 3. Définition des objectifs et du plan d action 7) Evaluation = Processus permettant au service d obtenir des informations sur le degré de réussite des objectifs et de mesurer l écart entre ce qui était attendu et ce qui est obtenu Repose sur la définition de critères et d indicateurs d évaluation. 11/05/2010 IWSM 20

21 3. Définition des objectifs et du plan d action 7) Evaluation Critère d évaluation = Un élément d'appréciation qui permet de vérifier que l objectif a été atteint Toute information (au sens large) pouvant servir de référence pour mesurer que le service a atteint son objectif. Indicateur d évaluation = Permet de mesurer le critère Qualifie ou quantifie la satisfaction d un critère 11/05/2010 IWSM 21

22 3. Définition des objectifs et du plan d action 7) Evaluation Exemple: AXES Initiatives Moyens Public Echéance Evaluation généraux opérationnels concrètes cible s Aménagement Atténuer le enfants 6 mois de bruit dans la l infrastructure salle d attente Installer un espace lecture dans la salle d attente pour les enfants - Acheter table et chaises adaptées aux enfants - Installer le nouveau matériel - financiers : frais de fonctionnement -humains : psychomotricienne - matériels : bourse aux jouets Critère 1 : présence de l espace lecture ; indicateur : oui Critère 2 : proportion d enfants utilisant l espace ; indicateur : 8/10 Critère 3 : pourcentage de diminution du volume sonore estimée par les thérapeutes Indicateur : entre 40 et 60 % 11/05/2010 IWSM 22

23 4. La traduction du plan d action en projets A partir du plan d action, dégager l un ou l autre projet (max. 2 ou 3 projets) Un projet = une activité particulière (existante ou à venir), spécifique, que le SSM choisit de mettre en évidence. Décliner chaque projet dans une fiche action 11/05/2010 IWSM 23

24 4. La traduction du plan d action en projets Une fiche action : - Objectif du projet - Méthodologie de l action - La mise en œuvre de l action (actions et ressources) - Partenariat et réseau liés à l action - Axes de valorisation et impacts attendus de l action - Evaluation des risques externes de l action a priori - Difficultés internes envisagées et propositions de remédiation 11/05/2010 IWSM 24

25 5. L auto-évaluation Buts: - Analyser dans quelle mesure les objectifs ont été atteints - Identifier les raisons pour lesquelles ils ont été ou n ont pas été atteints - Faire évoluer les objectifs et leur traduction en plan d action et en projets en fonction de cette analyse. 11/05/2010 IWSM 25

26 5. L auto-évaluation Comment? En s appuyant sur les critères et les indicateurs définis lors de l élaboration du plan d action Quand? Aux échéances fixées dans le plan d action, qui déterminent les moments où l auto-évaluation aura lieu. 11/05/2010 IWSM 26

27 Appui IWSM Ligne téléphonique: 081/ Personnes de contact : Marie Lambert, Myriam Jourquin, Christine Gosselin 11/05/2010 IWSM 27

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Le diagnostic de projet

Le diagnostic de projet Le diagnostic de projet Une démarche et une éthique Définition du problème Que recherche-t-on? Plan d étude Comment va-t-on s y prendre? Recueil d informations Quelles informations? Analyse des données

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

LE PRECIS RÉFÉRENTIEL QUALITÉ POUR LES PROJETS D APPUI À L ÉQUIPEMENT MÉDICAL

LE PRECIS RÉFÉRENTIEL QUALITÉ POUR LES PROJETS D APPUI À L ÉQUIPEMENT MÉDICAL LE PRECIS RÉFÉRENTIEL QUALITÉ POUR LES PROJETS D APPUI À L ÉQUIPEMENT MÉDICAL AVANT-PROPOS Le nombre important de matériel médical non fonctionnel présent dans les structures de santé des pays en développement

Plus en détail

Séminaire de formation à la conduite de projet, l animation de réunions

Séminaire de formation à la conduite de projet, l animation de réunions Séminaire de formation à la conduite de projet, l animation de réunions Compte rendu des travaux Cabinet Gérard Guitton Conseil Le 10 mai 2007 CROS 0507- CR - Séminaire 21 avril 2007.doc SOMMAIRE 1. Introduction...

Plus en détail

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03- Baromètre des PME régionales innovantes 2013 Appui à la réalisation du terrain de l enquête et accompagnement pour le traitement statistique des données.

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

Evaluation d un SCD : quels indicateurs, quels tableaux de bord

Evaluation d un SCD : quels indicateurs, quels tableaux de bord Evaluation d un SCD : quels indicateurs, quels tableaux de bord Pourquoi mesurer? Quelques concepts et définitions Les indicateurs Construction d un tableau de bord : méthodologie Evaluation d un SCD :

Plus en détail

VISIUM. Méthodologie visuelle Visualisation de système Conception et Optimisation Système d information et d organisation

VISIUM. Méthodologie visuelle Visualisation de système Conception et Optimisation Système d information et d organisation Méthodologie visuelle Visualisation de système Conception et Optimisation Système d information et d organisation Olivier Fargin o.fargin@visium360.fr - www.visium360.fr Méthodologies visuelles (Les atouts

Plus en détail

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque

Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque ² SERVICE DE LA CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Éléments d Investigation Obligatoires (EIO) et situations à risque V2014 Septembre 2015 Haute Autorité de santé Service Certification des Établissements

Plus en détail

Grille d évaluation action Parentalité (dispositif Reaap) Année 2015 1

Grille d évaluation action Parentalité (dispositif Reaap) Année 2015 1 Grille d évaluation de l action Parentalité (dispositif Reaap) Année 2015 1 grille d évaluation par action Nom de la structure : Intitulé du projet, de l action : Personne référente de l action : Grille

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût?

L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût? études L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût? Nadine Sannino Efect/Cemka-Eval Françoise Martin-Dupont Jean Boisvert Centre d éducation thérapeutique de

Plus en détail

Les investissements des

Les investissements des Les investissements des fonds de sécurité sociale COMMENT LIRE UN RAPPORT ACTUARIEL Cours de formation CIF/CSI-Afrique Lomé,, Togo 5-9 juillet 2010 PRINCIPE LES FONDS DE SECURITE SOCIALE SONT DES FONDS

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

d un réflexe d action chez ce dernier. Garante à la fois de l amélioration de la situation de l usager, de l atténuation de son problème, de la

d un réflexe d action chez ce dernier. Garante à la fois de l amélioration de la situation de l usager, de l atténuation de son problème, de la La pratique professionnelle du travailleur social en Centre de santé et de services sociaux : entre logique thérapeutique et logique d accompagnement. Isabelle Chouinard L importance de la dimension relationnelle

Plus en détail

Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges

Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges Annexe 1 : Un exemple de cahier des charges Cahier des charges pour des rencontres de sensibilisation du personnel de l'opac 38 au développement durable L'office public d'aménagement et de construction

Plus en détail

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 7 Novembre 2011 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 7 Novembre 2011 Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Ecole de culture générale et école de commerce Informations générales relatives aux stages

Ecole de culture générale et école de commerce Informations générales relatives aux stages Ecole de culture générale et école de commerce Informations générales relatives aux stages Type de stage Dans le cadre de l Ecole de culture générale et d école de commerce, chaque étudiant est tenu de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Première journée scientifique des boursiers et chercheurs cliniciens Unité SOUTIEN SRAP-QUÉBEC 15 juin 2015

Première journée scientifique des boursiers et chercheurs cliniciens Unité SOUTIEN SRAP-QUÉBEC 15 juin 2015 Première journée scientifique des boursiers et chercheurs cliniciens Unité SOUTIEN SRAP-QUÉBEC 15 juin 2015 PARTENAIRES PRINCIPAUX Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) Ministère de la Santé

Plus en détail

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive

Baromètre 2013 du Club de l Épargne Salariale Octobre 2013. Baromètre 2013. Club de l Epargne Salariale / Harris interactive. Harris Interactive Baromètre 2013 Club de l Epargne Salariale / Harris interactive Toute diffusion de résultats tirés de cette étude doit être accompagnée de la mention suivante : "Baromètre 2013 du Club de l'epargne Salariale

Plus en détail

Évaluation quadriennale d un programme d éducation thérapeutique du patient : une démarche d auto-évaluation

Évaluation quadriennale d un programme d éducation thérapeutique du patient : une démarche d auto-évaluation ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Évaluation quadriennale d un programme d éducation thérapeutique du patient : une démarche d auto-évaluation Guide méthodologique pour les coordonnateurs et les équipes

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion opérationnelle et juridique des ressources humaines de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

PROJET DE PARTENARIAT

PROJET DE PARTENARIAT PROJET DE PARTENARIAT Devenir consultant labellisé TPE/PME Partager un projet commun pour développer son activité. QUALINOVE / Christophe VILLALONGA 14, Rue Professeur Deperet 69 160 TASSIN LA DEMI LUNE

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

Faculté de Santé Publique

Faculté de Santé Publique Gestion de processus Approche rigoureuse en trois étapes: Etape 1 Etape 2 Modéliser et comprendre le processus et ses flux Étudier les relations entre la structure du processus et les mesures de performances

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France

Panorama. des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable. en France Panorama des agendas 21 locaux et des pratiques territoriales de développement durable en France Décembre 2009 TERRITOIRES AYANT DÉCLARÉ UN AGENDA 21 LOCAL - SEPTEMBRE 2009 En 2009, l Observatoire s est

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Analyse fonctionnelle

Analyse fonctionnelle 4TC PI AF 2013 TC patrick.guillaud@inria.fr TELECOMMUNICATIONS, SERVICES ET USAGES 4TC-PI-AF-2013 Au menu : - Des compléments de cours sur l AF - Des illustrations, dont, si possible : - appliqué au «vrai

Plus en détail

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE ÉTAPE 1 Cerner le projet C est le premier temps du projet : il permet d identifier une situation-problème qui questionne et nécessite la mise en œuvre d une réponse. Le projet peut

Plus en détail

Gestion des clusters : guide pratique

Gestion des clusters : guide pratique Outils d action Gestion des clusters : guide pratique Cluster management? A practical guide, Part A: Overview, GTZ, décembre 2007. Même à l époque où les économies étaient encore largement centrées sur

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE LE CONTEXTE L Agence du patrimoine immatériel de l État (APIE) promeut depuis sa création en 2007 une meilleure prise en compte du patrimoine

Plus en détail

Conditions d accès aux Master en Sciences économiques et Master en Sciences de gestion

Conditions d accès aux Master en Sciences économiques et Master en Sciences de gestion Faseg Facultés des Sciences Economiques, Sociales et de Gestion Namur Conditions d accès aux Master en Sciences et Master en Sciences de gestion Conditions de diplôme Enseignement supérieur Universitaire

Plus en détail

Plan d un Rapport de fin de projet

Plan d un Rapport de fin de projet Plan d un Rapport de fin de projet 1. COMMENT LE PROJET A ÉTÉ VÉCU DANS SON SUIVI 1.1. RÉALISATION DES OBJECTIFS Cette partie du document décrit la façon dont les objectifs du projet spécifiés dans le

Plus en détail

Évaluer la formation dans l entreprise

Évaluer la formation dans l entreprise L objectif de ce guide méthodologique est de dresser un bilan des actions de formation menées. L évaluation constitue la dernière étape du management de la formation. La démarche permet de : mesurer la

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction... p.3. A/ Financement des actions... p.3. B/ Constitution du dossier de réponse... p.3. C/ Critères de sélection p.

SOMMAIRE. Introduction... p.3. A/ Financement des actions... p.3. B/ Constitution du dossier de réponse... p.3. C/ Critères de sélection p. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL ACTIONS D ACCOMPAGNEMENT RENFORCÉ DU PARCOURS VAE POUR LES DEMANDEURS D EMLOI PARISIENS CAHIER DES CHARGES Année

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur

Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur Guide d'auto-évaluation des établissements d'enseignement supérieur avril 2008 Les références européennes pour l auto-évaluation 1 Le processus de Bologne qui vise à créer un espace européen d enseignement

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

Enquête sur les Centres d Accueil Thérapeutique à Temps Partiel de la région Rhône-Alpes

Enquête sur les Centres d Accueil Thérapeutique à Temps Partiel de la région Rhône-Alpes Enquête sur les Centres d Accueil Thérapeutique à Temps Partiel de la région Rhône-Alpes Janvier 2012 Commission régionale de l évaluation médico-économique en psychiatrie Réalisée par : Dr. Sylvie YNESTA

Plus en détail

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences

LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences LA QUALITE DANS LES ORGANISMES DE FORMATION Sylvain GOIZE Expert Qualité AFNOR compétences Projet de décret relatif à la qualité des actions de la formation professionnelle continue DECRET Chapitre V Qualité

Plus en détail

Présentation du «Guide de planification stratégique»

Présentation du «Guide de planification stratégique» Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et du Labrador Présentation du «Guide de planification stratégique» Préparé par Raymond Chabot Grant Thornton Août 2011 Mise en contexte

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

Table des matières. Remerciements... 11. Introduction... 13

Table des matières. Remerciements... 11. Introduction... 13 Table des matières Remerciements... 11 Introduction... 13 Chapitre 1. L émergence de l information médicale face aux enjeux de l éthique personnelle et sociétale... 35 1.1. Une société consumériste d informations...

Plus en détail

Diagnostic association DLA 28

Diagnostic association DLA 28 Diagnostic association DLA 28 Syndicat d Initiative duxxxx Objet de la démarche : Le diagnostic a pour objectif de permettre à l association de produire des données significatives pour l aider à élaborer

Plus en détail

ANNEXE I CONDUITE D UN PROJET : CADRE THEORIQUE ET OUTILS PRATIQUES

ANNEXE I CONDUITE D UN PROJET : CADRE THEORIQUE ET OUTILS PRATIQUES ANNEXE I CONDUITE D UN PROJET : CADRE THEORIQUE ET OUTILS PRATIQUES Mener à bien un projet en prévention/éducation pour la santé nécessite d identifier et d ordonnancer un certain nombre d étapes. Avec

Plus en détail

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts

Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts Évaluation des directives par institution et sujet pour les programmes d enseignement supérieur des arts comme développés par inter}artes et adoptés par artesneteurope Institution et sujets à évaluation

Plus en détail

Année propédeutique santé Présentation générale du programme

Année propédeutique santé Présentation générale du programme Année propédeutique Sante 2014-2015 DCA/sbe révision Août 2014 Année propédeutique santé s Présentation générale du programme Introduction et finalités de l année propédeutique santés L objectif de cette

Plus en détail

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Les étapes de mise en œuvre. La méthodologie. R Collomp - D Qualité D 1 Ges4on de projets part 3

Phase 2 : Mettre en œuvre. Gestion des projets. Les étapes de mise en œuvre. La méthodologie. R Collomp - D Qualité D 1 Ges4on de projets part 3 Phase 2 : Mettre en œuvre Gestion des projets Les étapes de mise en œuvre La méthodologie Etapes en amont E. Définition des étapes Faire un découpage du projet en étapes De manière appropriée Trop simple

Plus en détail

PRATIQUER L UNIVERS NUMERIQUE

PRATIQUER L UNIVERS NUMERIQUE Les Ateliers de l Image REFERENTIEL DE FORMATION REFERENTIEL DE FORMATION PRATIQUER L UNIVERS NUMERIQUE Objectif de la formation Acquérir les techniques de la prise de vue numérique. Connaître les différents

Plus en détail

Présentation par Christine Tonui Responsable des subventions, Bureau des recherches et projets parrainés MUCHS/MTRH-Kenya

Présentation par Christine Tonui Responsable des subventions, Bureau des recherches et projets parrainés MUCHS/MTRH-Kenya Présentation par Christine Tonui Responsable des subventions, Bureau des recherches et projets parrainés MUCHS/MTRH-Kenya C est après l attribution que le vrai travail commence: la subvention a été attribuée,

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE

CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE CLAUDE-ANNIE DUPLAT GUIDE PRATIQUE POUR GÉRER UNE ENTREPRISE À CROISSANCE RAPIDE Éditions d Organisation, 2002 ISBN : 2-7081-2781-0 3 LE CHECK-UP DE L ENTREPRISE, MOYEN D UNE VIGILANCE EXTRÊME Check-up

Plus en détail

ATELIER 6 : LA MODÉLISATION DES PROCESSUS ACHATS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ. 25/01/2013 Amue 2013 1

ATELIER 6 : LA MODÉLISATION DES PROCESSUS ACHATS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ. 25/01/2013 Amue 2013 1 ATELIER 6 : LA MODÉLISATION DES PROCESSUS ACHATS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ 25/01/2013 Amue 2013 1 LES PROCESSUS MÉTIERS 25/01/2013 Amue 2012 MODÉLISATION DES PROCESSUS La modélisation : 25/01/2013 Amue

Plus en détail

Plan de professionnalisation des adultes-relais de la Martinique

Plan de professionnalisation des adultes-relais de la Martinique Plan de professionnalisation des adultes-relais de la Martinique Les acteurs du programme Un plan national de professionnalisation à destination des adultes-relais qui se décline au plan territorial sur

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE COMMENT ECRIRE UN BON PROJET?

APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE COMMENT ECRIRE UN BON PROJET? APPEL À PROPOSITIONS DE LA CE ACP-LG-053_13.12.11 COMMENT ECRIRE UN BON PROJET? INTRODUCTION De nombreuses collectivités locales ACP sont intéressées à répondre aux appels à propositions de la Commission

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

STYLE PROFESSIONNEL M(me) Prénom NOM Employeur Date Cette synthèse est confidentielle et ne peut être diffusée sans l accord de la personne évaluée. EXTRAIT DE 17 PAGES SUR 42 AU TOTAL RAPPORT DE SYNTHÈSE

Plus en détail

Journée Nationale Assurance Dépendance. La place de la qualité dans la loi sur l assurance dépendance

Journée Nationale Assurance Dépendance. La place de la qualité dans la loi sur l assurance dépendance Journée Nationale Assurance Dépendance La place de la qualité dans la loi sur l assurance dépendance 1 Plan Quelques chiffres Parler de qualité dans le secteur des aides et soins: pourquoi? L assurance

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores

Les Français et les nuisances sonores Les Français et les nuisances sonores Sondage Ifop pour le Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Contact Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel

Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Logiciels, dispositifs médicaux et gestion des risques point de vue de l industriel Pascale COUSIN 2 ème Rencontres internationales de la gouvernance des risques en santé 7 juin 2010 Présentation SNITEM

Plus en détail

Le concept d audit. chapitre 1. 1.1. Qu est ce qu un audit? 1.1.1. Principe général

Le concept d audit. chapitre 1. 1.1. Qu est ce qu un audit? 1.1.1. Principe général chapitre 1 Le concept d audit Lorsque le brouillard ou la pénombre vient, chacun cherche à éclairer son environnement pour mener ses activités, qu elles restent traditionnelles ou qu il faille les adapter

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Ecole Supérieure des Affaires - Namur Comité des experts : M. Jean TONDEUR, président M. Laurent ARNONE, M. Alain PIEKAREK, M. Michel

Plus en détail

CAHIER D INSTRUCTIONS

CAHIER D INSTRUCTIONS Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 afin d être accessible à toute personne handicapée ou non. Toutes les notices entre accolades

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur (trice) en cybersécurité des systèmes d information

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Préventeur (trice) en cybersécurité des systèmes d information COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 02/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Préventeur (trice) en cybersécurité des

Plus en détail

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes

pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes pour un système de gestion de la qualité en kinésithérapie Association de l AKB et du Cartel des Kinésithérapeutes L'image sur la page précédente représente les deux pôles dans le système de gestion de

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Formulation des objectifs

Formulation des objectifs Formulation des objectifs Prof. Ahmed AAMILI ACE International Consulting ahmaam@gmail.com Constantine, 09 / 03 / 2014 Plan Formulation des objectifs Taxonomie de Bloom 2 Formulation des objectifs Définition

Plus en détail

GROUPE REGIONAL D IDENTITOVIGILANCE

GROUPE REGIONAL D IDENTITOVIGILANCE GROUPE REGIONAL D IDENTITOVIGILANCE Présentation du groupe de travail et des travaux envisagés Organisation du groupe Pilotage global : GCS e-santé PACA Pour chaque thème de travail 1 niveau : le groupe

Plus en détail

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA -

Les Français et le financement des associations. - Sondage de l Institut CSA - Les Français et le financement des associations - Sondage de l Institut CSA - N 0701388 Novembre 2007 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité I.1 Principes PDCA Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principes PDCA Approche processus Politique Organisation Ressources Plans d actions 2 Né aux États-Unis dans le milieu

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION Le profil de poste sert à décrire tous les aspects entourant chacun des postes de l entreprise, à savoir les compétences requises, les tâches et les responsabilités, la rémunération prévue

Plus en détail

Une définition de l évaluation. Les types d évaluation des apprentissages. Les types d évaluation. Les types d évaluation. Les types d'évaluation

Une définition de l évaluation. Les types d évaluation des apprentissages. Les types d évaluation. Les types d évaluation. Les types d'évaluation Une définition de l évaluation Les types d évaluation des apprentissages Pr Marc Gogny Unité de Pharmacologie et Toxicologie Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes Jugement outillé, en vue d une prise de

Plus en détail

Journée Nationale des Industriels

Journée Nationale des Industriels Journée Nationale des Industriels Enjeux pour l industrie des Dispositifs médicaux Anne JOSSERAN Directeur Développement des Nouvelles Technologies Jean-Bernard SCHROEDER Directeur TICS & Equipements Présentation

Plus en détail

Améliorer votre approche processus

Améliorer votre approche processus Améliorer votre approche processus Décrire de manière complète les processus, Mettre en place des tableaux de bord de manière à en surveiller le fonctionnement et à en déterminer l efficacité, Réaliser

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE DANS LE CADRE D UN ACHAT DE PRESTATION : COMMUNICATION ET IMAGE DE SOI

APPEL A CANDIDATURE DANS LE CADRE D UN ACHAT DE PRESTATION : COMMUNICATION ET IMAGE DE SOI APPEL A CANDIDATURE DANS LE CADRE D UN ACHAT DE PRESTATION : COMMUNICATION ET IMAGE DE SOI CONTEXTE L association A.I.L.E est organisme intermédiaire de gestion de crédits européens au titre de la circulaire

Plus en détail