LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique"

Transcription

1 LLC Leucémie Lymphoïde Chronique

2 Définition La Leucémie Lymphoïde Chronique est une hémopathie chronique, définie par l accumulation dans le sang de lymphocytes Le taux de lymphocytes doit être supérieur a 4 x 10 9 /L sur deux prélèvements fait a 3 mois d intervalle Dans la LLC la moelle osseuse est aussi envahi par de petits lymphocytes. Il s agit de lymphocytes B dont l origine est monoclonale, et l aspect mature. Il est admis que dans la LLC,il existe une dérégulation de l apoptose.

3 Épidémiologie La LLC est la plus fréquente des leucémies de l adulte en Europe Occidentale. Elle atteint plus d hommes que de femmes. La médiane d age des patients au diagnostic est de 65 ans. 10 % sont diagnostiqué avant 50 ans. L incidence annuelle est de 3/ habitants; elle augmente avec l age.

4 DIAGNOSTIC Il repose sur les critères suivants: HEMOGRAMME Lymphocytose> avec predominances de petits lymphocytes matures sur le frottis sanguins sur deux prélèvements a trois mois d intervalle ANALYSE IMMUNOPHENOTYPIQUE PAR CYTOMETRIE DE FLUX: Permet d etablir le score de MATUTES qui dans les cas typiques doit être de 5 EN dessous, le diagnostic doit être mis en doute (notamment en faveurs d autres formes de proliferations lymphoïdes ) et dans ce cas d autres examens réalises.

5 Diagnostic de LLC par immunophenotype COTATION 1 0 CD5/CD20+ CD Expression d immunoglobuline de membrane Expression de FMC7 Expression CD22 ou CD79 b faible - faible forte + forte

6 EXPLORATIONS INITIALES INTERROGATOIRE - Temps de doublement de la lymphocytose - Signes généraux EXAMEN CLINIQUE - Inventaire du syndrome tumoral il existe 5 aires ganglionnaires : cervicale, axillaire, inguinale, foie et rate BIOLOGIE - NFS avec examen du frottis. - Bilan d hémolyse (reticulocytes, coombs direct, bilirubine, haptoglobine) - Électrophorèse des protéines sanguine (hypogammaglobulinemie ) - LDH - bêta 2 microglobuline RADIOLOGIE - RP - Échographie ou TDM abdominale

7 EVALUATION PRONOSTIQUE Elle reposait sur des critères cliniques et biologiques jusqu à ces dernières années: Classification de RAI et de BINET:

8 classification DE RAI % de patients Survie médiane Stade 0 Lymphocytose isolée 31 % >150 mois Stade 1 Lymphocytose et adénopathies 35 % 101 mois Stade 2 Lymphocytose et hepato ou splénomégalie et + ou - adénopathies 26% 71 mois Stade 3 Lymphocytose et anemie (<110g/ L) 6% 19 mois Stade 4 Lymphocytose et thrombopénie (plaq < / mm 3 ) 2% 19 mois

9 CLASSIFICATION DE BINET STADE % Aires ggs HB>10 g/dl Plaq> / mm 3 Survie médiane A 60 % <3 oui 12 ans B 30 % > ou = 3 oui 6 ans C 10 % Indifférent non 4 ans NB : 5 aires ganglionnaires considérées: cervicale,axillaire,inguinale,foie,rate (atteinte bilatérale comptant pour 1 aire)

10 QUAND TRAITER L instauration d un traitement dans la LLC repose sur le dogme largement admis qui n autorise l initiation d un traitement qu aux stades B ou C. Cependant le stade A qui comprend l effectif le plus important de patients,est celui dont l évolution est également très heterogene. Ainsi,l émergence de nouvelles thérapeutiques et de nouveau facteurs pronostics pourrait inciter a affiner cette conduite attentiste.

11 Facteurs pronostic Ces classifications ( RAI et BINET ) ont guider les stratégies thérapeutiques durant de nombreuses années. Cependant; elles ne permettent pas de prédire précisément l évolutivité de la maladie,en particuliers chez les patients appartenant au groupe a faible risque. Depuis une dizaine d années de nouveaux marqueurs a valeur pronostique ont été identifies.: -Bêta 2 micro globuline -Thymidine kinase -CD23 soluble qui reflètent la masse tumorale et ou sa capacité prolifération au même titre que le temps de doublement de la lymphocytose< 12 mois. Mais ce sont les caractéristiques immunophenothypiques; chromosomiques et moléculaires qui actuellement constituent les outils les plus performants.

12 Facteurs pronostiques immunophenotypiques Certains marqueurs de membrane ont une valeur pronostic. Les marqueurs CD38 et ZAP 70 (marqueurs de substitution de l étude du statut mutationnel des gênes des immunoglobulines) Globalement les patients CD38+ ont un moins bon pronostic. Les patients dont l expression de ZAP 70 est >20% évolue plus rapidement.

13 Facteurs pronostiques cytogénétiques Cytogénétique conventionnelle (caryotype standard) et hybridation in situ fluorescente(fish) Dans les années 80 la CC permettait de retrouver des anomalies dans 40 a 50 % des LLC. Actuellement la recherche spécifique par FISH retrouve des anomalies dans plus de 80 % des cas. -Délétions 13q (50 % bon pronostic si isolée) -Déletions11q (10 %) -Délétions17p (catastrophique,résiste a la fluda, anti CD20,alkylants) -Autres Les deux anomalies de mauvais pronostic sont: la délétion 17p ou 11q.

14 QUAND TRAITER? Jusqu à présent on avait conclu a l inutilité de l introduction d un traitement précoce par chlorambucil dans les stades A de BINET et la décision de traitement reste basée soit sur des critères cliniques: passage au stade B ou C de BINET soit sur les critères d évolutivité de CHESON Symptômes généraux liés a la maladie Insuffisance médullaire progressive Cytopénie auto-immune répondant mal aux corticoïdes Splénomégalie massive (>6 cm en dessous du rebord costal) Adénopathies massive (>10 cm) ou en évolution Lymphocytose en évolution( augmentation > 50 % en 2 mois, temps de doublement< 6 mois)

15 Molécules a dispositions Monochimiotherapie ou polychimiotherapies classiques Les analogues des purines Anticorps monoclonaux(anti CD 20, anti CD 52) Autogreffe de cellules souches périphériques Allogreffe de cellules souches Autres

16 Monochimiotherapie ou polychimiotherapie classique. LE chlorambucil seul ou en association avec une corticothérapie reste l agent alkylant le plus largement utilise. Le cyclophosphamide a une action proche. Nombreuses associations: COP, CAP, MINI CHOP

17 Les analogues des purines: Fludarabine en monothérapie (voie orale 40 mg/m oral = 25 mg/ m IV) ou associée au Cyclophosphamide. L association FC a démontre sa supériorité sur les agents alkylants et sur la F en monothérapie. Son association avec les anticorps monoclonaux est prometteuse mais non officiellement validée.

18 Anticorps monoclonaux(anti CD 20,anti CD 52) Mabcampath:30 mg IV 3 fois par semaine durant 12 semaines avec ayant possibilités d administration en S/C. Efficacité en monothérapie chez les patients reçu des alkylants,et réfractaires a la fluda ou en rechute précoce Mabthera 375 mg / m en association avec FC reconnu mais reste le problème du traitement d entretien

19 Autogreffe de cellules souches périphériques: sujets de moins de 65 ans mais problèmes du recueil et place de la purge du greffon Allogreffe de cellules souches Sujets jeunes porteurs de LLC ayant un mauvais pronostic ou en non réponse ou en rechute précoce A discuter de façon précoce Autres: Molécules antiangiogenetiques; immunothérapie ;théophylline; splénectomie;radiothérapie ;;;;;

20 EN PRATIQUE STADE A Jusqu à preuve du contraire aucun traitement

21 Stade B et C Association Fludarabine et Endoxan. On privilégiera la voie orale, plus facile d emploi. L association avec un anticorps monoclonal améliore probablement les résultats, mais n est pas encore officiellement validé. D autres traitements tels que l association mini-chop reste intéressantes en cas d hémolyse auto-immune ou de mauvaise tolérance a la Fludarabine Le Chloraminophene garde son intérêt chez les patients ages ou fragiles L existence d une délétion 17p annonce une chimiorésistance avec les drogues habituelles et invite a traiter rapidement avec le MABCAMPATH éventuellement associé a la dexamethasone L autogreffe n a pas fait preuve de son interet et ne doit être envisagée que dans le cadre d études cliniques Les indications de l allo greffe sont rares : sujets de moins de 65 ans, sans comorbidite associe et avec des critères de mauvais pronostic (deletion17p en consolidation de la première ligne, échec ou réponse < 1 an après première ligne de traitement avec Fluda, del 11q en consolidation de la deuxième ligne de traitement, ou rechute moins de 2 ans après autogreffe)

22 PREVENTOINS ET TRAITEMENTS DES COMPLICATIONS Cytopénies auto-immunes Corticothérapies ou immunosuppresseurs(endoxan) et éviter la Fluda Complications infectieuses sévères et récidivantes associées a l hypogammaglobulinemie: Immunoglobulines polyvalentes IV toutes les 3 ou 4 semaines destinées a assurer un taux a 5 g/ l Déficit cellulaire T (notamment prise de Fluda ) Prévention des infections opportunistes par Bactrim et Zelitrex jusqu à récupération CD4> 200/ mm. Les produits sanguins doivent aussi être irradiées.

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Plan: I. Introduction II. Physiopathologie III. Etude clinique IV. Diagnostic : Positif et Différentiel V. Classification VI. Facteurs pronostiques VII. Complications VIII.

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig de membranne CD5+, CD23+ CD79b-, FMC7- Cytologie: petit lymphocyte mature

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 ENC : OBJECTIFS Diagnostiquer une leucémie lymphoïde chronique. INTRODUCTION La Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) est

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique 25% des leucémies de l adulte 25% des lymphomes de l adulte Âge médiane (USA): 71 ans Survie 5 ans 88% Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Diagnostic positif...5 II.1 Les circonstances de découverte... 5 II.2 Les éléments

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : 1 - Diagnostic positif 2 - Diagnostic différentiel 3 - Pronostic et évolution 5 - Complications 6 Notions de Traitement Module 10 item 163 Objectif ECN : Diagnostiquer

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique: au delà du leukeran et de la fludarabine. Joffre C. Allard, hémato oncologue CISSS Bas St Laurent Hôpital régional

Leucémie lymphoïde chronique: au delà du leukeran et de la fludarabine. Joffre C. Allard, hémato oncologue CISSS Bas St Laurent Hôpital régional Leucémie lymphoïde chronique: au delà du leukeran et de la fludarabine Joffre C. Allard, hémato oncologue CISSS Bas St Laurent Hôpital régional LLC syndrome lymphoprolifératif chronique de la cellule B

Plus en détail

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE GENERALITES Définition Syndrome lymphoprolifératif Prolifération monoclonale maligne de lymphocytes B matures Infiltration médullaire, gg et sanguine Evolution lente Etiologie

Plus en détail

Vincent Ribrag DU hématologie 2016

Vincent Ribrag DU hématologie 2016 Lymphomes folliculaires Les lymphomes folliculaires (FL pour follicular lymphoma) représentent 20 à 25 % de l ensemble des lymphomes. Les FL sont composés de cellules centrofolliculaires du centre germinatif

Plus en détail

Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique

Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique Pr André Bosly Service d hématologie Cliniques universitaires UCL de Mont-Godinne La LLC Nouvelles Notions B CD38 + Manteau Zone claire CD38 - B B

Plus en détail

REFERENTIEL MALADIE DE WALDENSTROM. J.P. Vilque S. Chantepie 01/06/2013

REFERENTIEL MALADIE DE WALDENSTROM. J.P. Vilque S. Chantepie 01/06/2013 REFERENTIEL MALADIE DE WALDENSTROM J.P. Vilque S. Chantepie 01/06/2013 Définitions Rare syndrome lymphoprolifératif caractérisé par une infiltration médullaire de lymphoplasmocytes et une gammapathie monoclonale

Plus en détail

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ROBIN 10 ans 14-15 mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ANTECEDENTS Né à terme 2003: Adénoidectomie avec paracentèse (bilan préoperatoire normal) sans complication Absence d antécédents familiaux

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE DEFINITION I - FORME TYPIQUE A - Circonstances révélatrices B - Signes cliniques C - Signes biologiques II - FORMES CLINIQUES A - f. cytologiques B - f. myélo-sanguines C -

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Aurélie Marion Domenech cours du 28/03 Module 3 cancéro LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Suite du cours III - BILAN DE LA MALADIE A - BILAN D'EXTENSION 1) recherche d'adp profondes - adénopathie symétrique,

Plus en détail

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013 Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

Leucémies lymphoïdes chroniques

Leucémies lymphoïdes chroniques I-10-Q163 I-00-Q000 Leucémies lymphoïdes chroniques D r Philippe Gen, D r Laurent Sutton Service d Hématologie, hôpital Victor-Dupouy, 95100 Argenteuil laurent.sutton@ch-argenteuil.fr La leucémie lymphoïde

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

4. la cytogénétique moléculaire permet de

4. la cytogénétique moléculaire permet de les LAL sont les cancers de l'enfant les plus fréquents (30 % du total). Il s'agit de proliférations clonales de cellules lymphoïdes immatures. Si les enfants atteints sont majoritairement guéris (75%

Plus en détail

SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue!

SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue! CONGRES SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue! Organisé par/ Organised by www.jib-sdbio.fr Session Cas Pratiques jeudi 5 novembre 2009 1 ère partie : Onco- hématologie Modérateur Christine ARNOULET Cas clinique

Plus en détail

MALADIE DE WALDENSTRÖM

MALADIE DE WALDENSTRÖM MALADIE DE WALDENSTRÖM DEFINITION I - DIAGNOSTIC CLINIQUE A - Signes Hematologiques B - Syndrome d' Hyperviscosite Sanguine C - Autres II - DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE III- DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL IV - EVOLUTION

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales

Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales Syndromes lymphoprolifératifs : Données générales Une hémopathie maligne est une prolifération d un clone malin provenant de cellules d origine hématopoïétique à partir de la MO (myéloïdes ou lymphoïdes

Plus en détail

Hématologie et sujet âgé : les enjeux

Hématologie et sujet âgé : les enjeux Hématologie et sujet âgé : les enjeux DIU 2011 Sujet âgé? Point de vue des gériatres: Caractéristiques sujet âgé * Modifications physiologiques liées au vieillissement -état de base / stress * Polypathologie;

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 08 juin 2005 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 ROCHE rituximab Liste

Plus en détail

Immunophénotypage des des syndromes lymphoprolifératifs chroniques. Dr Naouel Ben Salah Faculté de Médecine de Tunis Laboratoire d hématologie HAO

Immunophénotypage des des syndromes lymphoprolifératifs chroniques. Dr Naouel Ben Salah Faculté de Médecine de Tunis Laboratoire d hématologie HAO 1 Immunophénotypage des des syndromes lymphoprolifératifs chroniques Dr Naouel Ben Salah Faculté de Médecine de Tunis Laboratoire d hématologie HAO Hémopathies lymphoïdes matures 2 groupe hétérogène de

Plus en détail

Dossier anatomo-clinique A2

Dossier anatomo-clinique A2 Dossier anatomo-clinique A2 Dr Copie-Bergman, Dr Moroch Département de Pathologie Dr Isabelle Gaillard, Unité Hémopathies Lymphoïdes Hôpital Henri Mondor Faculté de Médecine Paris 12 Université Paris Est

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

Généralités HEMATOLOGIE. Cellules sanguines. Pierre FAURIE

Généralités HEMATOLOGIE. Cellules sanguines. Pierre FAURIE Généralités HEMATOLOGIE Pierre FAURIE Hématologie: étude des maladies du sang, et, par extension, des maladies de la moelle osseuse et des organes hématopoïétiques secondaires (rate, ganglions) Cellules

Plus en détail

Myélome multiple. (maladie de Kahler)

Myélome multiple. (maladie de Kahler) Myélome multiple! (maladie de Kahler) Clone plasmocytaire malin Myélome multiple Plan - Définition - Physiopathologie - Diagnostic - Manifestations cliniques et biologiques - Pronostic et traitement Myélome

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES

SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES SYNDROMES MYELODYSPLASIQUES REFERENTIEL (mise à jour ; V. 3) RHECOM AG Bagnoles de l orne, 09/06/2012 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Service Hématologie Clinique - CHU Caen (( V1 06/2008 V2 06/2009 Réseau

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 novembre 2006 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 600-3) B/2 MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion (CIP 560 602-6) B/1 ROCHE rituximab

Plus en détail

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE:

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE: LEUCEMIES AIGUES I: INTRODUCTION: 1- Définition: Les leucémies aigues sont un groupe hétérogène d'hémopathies malignes, caractérisé par la prolifération clonale des cellules immatures, avec blocage de

Plus en détail

Myélome. Définition. Hémopathie maligne caractérisée par le développement d un clone de plasmocytes tumoraux

Myélome. Définition. Hémopathie maligne caractérisée par le développement d un clone de plasmocytes tumoraux Hémopathie maligne caractérisée par le développement d un clone de plasmocytes tumoraux envahissant la moelle osseuse sécrétant de façon anormale une Ig monoclonale complète ou incomplète Myélome. Définition

Plus en détail

UNIVERSITE DE REIMS FACULTE DE MEDECINE ANNEE 2011 N THESE DOCTORAT EN MEDECINE. (Diplôme d Etat) PAR

UNIVERSITE DE REIMS FACULTE DE MEDECINE ANNEE 2011 N THESE DOCTORAT EN MEDECINE. (Diplôme d Etat) PAR 1 UNIVERSITE DE REIMS FACULTE DE MEDECINE ANNEE 2011 N THESE DE DOCTORAT EN MEDECINE (Diplôme d Etat) PAR QUINQUENEL Anne Née le 24 septembre 1981 à Reims Présentée et soutenue publiquement le 14 octobre

Plus en détail

Annales Hématologie (Cas cliniques) :

Annales Hématologie (Cas cliniques) : 2011-2012 1 ère session : Question 1 (16pts/40) : Annales Hématologie (Cas cliniques) : Monsieurs K., 72 ans, est adressé en consultation d hématologie par son médecin traitant pour adénopathies cervicales,

Plus en détail

DPC 2016 de l Association de Biologie Praticienne. Réponses au questionnaire initial.

DPC 2016 de l Association de Biologie Praticienne. Réponses au questionnaire initial. DPC 2016 de l Association de Biologie Praticienne Confrontations en hématologie cellulaire / interprétation de l hémogramme pathologique Réponses au questionnaire initial. Q1. Quelle est la leucémie la

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCO-HEMATOLOGIE

HEMATOLOGIE ONCO-HEMATOLOGIE Les «200 questions isolées QCM» incontournables Les fiches flash QCM essentielles Les dernières conférences de consensus et recommandations en QCM 200 QUESTIONS ISOLEES QCM EN HEMATOLOGIE ONCO-HEMATOLOGIE

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie. 25 mars 2006

Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie. 25 mars 2006 Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie lymphoïde chronique S. Cereja 25 mars 2006 LLC: diagnostic et facteurs pronostiques Pathologie des lymphocytes B CD5+ CD19+ Diagnostic

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année LYMPHOMES NON HODGKINIENS UE Processus tumoraux Année 2013-2014 DEFINITION Cancer du système lymphatique Prolifération tumorale aux dépends des lymphocytes dans les organes lymphoïdes secondaires ETIOLOGIE

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2007 N 3 THESE. pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES DE MEDECINE GENERALE.

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE. Année 2007 N 3 THESE. pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES DE MEDECINE GENERALE. UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2007 N 3 THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DES DE MEDECINE GENERALE Par François Retailleau Né le 20/09/1976 Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010

SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010 SYNDROME MYELOPROLIFERATIFS 2010 Syndromes myeloproliferatifs Introduction Les SMP Sont des hémopathies myéloïdes chroniques caractérisées par une prolifération portant sur l une ou plusieurs lignées myéloïdes

Plus en détail

POINTS CLES EN HEMATOLOGIE MALIGNE. Camille Golfier interne Dr M.N. CERTAIN Dr G.RAICHON-PATRU CH Macon Unité 12 GMM 16 avril 2015

POINTS CLES EN HEMATOLOGIE MALIGNE. Camille Golfier interne Dr M.N. CERTAIN Dr G.RAICHON-PATRU CH Macon Unité 12 GMM 16 avril 2015 POINTS CLES EN HEMATOLOGIE MALIGNE Camille Golfier interne Dr M.N. CERTAIN Dr G.RAICHON-PATRU CH Macon Unité 12 GMM 16 avril 2015 LES URGENCES!!! Thrombopénie < 15 000 et/ou Sd hémorragique (bulles en

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Expérience du service d hématologie CHU ANNABA Boucheloukh N, Mehnnaoui H, benalioua M, Bentorki S, Bouras M, El Kouti N, Guemriche

Plus en détail

ANEMIES ET HEMOPATHIES MALIGNES

ANEMIES ET HEMOPATHIES MALIGNES ANEMIES ET HEMOPATHIES MALIGNES N. BOUDJERRA 6 ème Forum National de l Omnipraticien 7 et 8 Avril 2010 INTRODUCTION Anémie : modification hématologique la plus fréquente rencontrée en pratique clinique.

Plus en détail

Item n 164 : Lymphome

Item n 164 : Lymphome Généralité Item n 164 : Lymphome Les lymphomes sont des prolifération maligne de cellules lymphoïde monoclonale, dont le point de départ sont les organes lymphoïdes secondaire (ganglions). Les viscères,

Plus en détail

Médicaments de la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC): les nouveautés thérapeutiques

Médicaments de la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC): les nouveautés thérapeutiques Médicaments de la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC): les nouveautés thérapeutiques Jean Vigneron Centre Hospitalier Universitaire de Nancy Vandoeuvre-lés-Nancy, France 15 novembre 2016 Les médicaments

Plus en détail

Paraprotéinémie et cie. Gabrielle Gagnon Hémato-oncologue Journée scientifique en oncologie CSSS de Rimouski-Neigette 18 septembre 2009

Paraprotéinémie et cie. Gabrielle Gagnon Hémato-oncologue Journée scientifique en oncologie CSSS de Rimouski-Neigette 18 septembre 2009 Paraprotéinémie et cie Gabrielle Gagnon Hémato-oncologue Journée scientifique en oncologie CSSS de Rimouski-Neigette 18 septembre 2009 Plan Définition du pic monoclonal Comment le diagnostiquer Quand demander

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

Myélome multiple. Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013

Myélome multiple. Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013 Myélome multiple Hôpital Saint Antoine, Paris, Service d hématologie Dr L Garderet Septembre 2013 Epidémiologie Epidémiologie 2 ième hémopathie maligne après les lymphomes, Incidence en France: 3000 cas/an

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Table des matières Introduction 3 - Antécédents et mode de vie 4 - Exercice 5 - Traitement à l'entrée 6 - Exercice : Objectifs thérapeutiques 7 - Exercice 8 - A l'arrivée dans

Plus en détail

C est l accumulation et/ou la prolifération anormale de cellules de la moelle osseuse qui peuvent ensuite passer dans le sang.

C est l accumulation et/ou la prolifération anormale de cellules de la moelle osseuse qui peuvent ensuite passer dans le sang. Je comprends ce qu'est une Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) La Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) est une maladie du sang qui se caractérise par la production dans la moelle osseuse d un nombre trop

Plus en détail

DIAGNOSTIC D UNE HYPOGAMMAGLOBULINEMIE DECOUVERTE A L ELECTROPHORESE. L Sailler, L Astudillo, Ph Arlet

DIAGNOSTIC D UNE HYPOGAMMAGLOBULINEMIE DECOUVERTE A L ELECTROPHORESE. L Sailler, L Astudillo, Ph Arlet DIAGNOSTIC D UNE HYPOGAMMAGLOBULINEMIE DECOUVERTE A L ELECTROPHORESE L Sailler, L Astudillo, Ph Arlet Service de Médecine Interne, Salle Le Tallec, CHU Purpan GENERALITES L hypogammaglobulinémie, diminution

Plus en détail

INTERET DES MARQUEURS MOLECULAIRES DANS LE SUIVI DES LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES A CARYOTYPE NORMAL

INTERET DES MARQUEURS MOLECULAIRES DANS LE SUIVI DES LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES A CARYOTYPE NORMAL INTERET DES MARQUEURS MOLECULAIRES DANS LE SUIVI DES LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES A CARYOTYPE NORMAL Delphine LEBON, DES Hématologie Clinique CHU Amiens Congrès de la SFH, 2012 Société Française d Hématologie

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 4 janvier 24 BUSILVEX 6 mg/ml, solution à diluer pour perfusion Boîte de 8 ampoules Pierre Fabre Médicament busulfan Liste I Réservé

Plus en détail

Terme générique désignant les proliférations malignes des tissus lymphoïdes

Terme générique désignant les proliférations malignes des tissus lymphoïdes Définition Lymphome Malin (LM) Terme générique désignant les proliférations malignes des tissus lymphoïdes Les LM correspondent à des tumeurs du système immunitaire B ou T Immunologie, cytogénétique et

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique 22 Leucémie lymphoïde chronique Avec 2 171 nouveaux cas estimés en 2000, la leucémie lymphoïde chronique (LLC) représente 35 % de l ensemble des leucémies et 0,8 % de l ensemble des cancers. Cette maladie

Plus en détail

Journées de l AIH 25 Septembre Cas clinique : LLC Dr Stéphane Lepretre

Journées de l AIH 25 Septembre Cas clinique : LLC Dr Stéphane Lepretre Journées de l AIH 25 Septembre 2011 Cas clinique : LLC Dr Stéphane Lepretre CENTRE HENRI-BECQUEREL Centre de Lutte contre le Cancer de Haute-Normandie Mme Alène Tuzumab, 66 ans, vous est adressée pour

Plus en détail

ANEMIES HEMOLYTIQUES AUTO-IMMUNES Prise en charge en 2011

ANEMIES HEMOLYTIQUES AUTO-IMMUNES Prise en charge en 2011 ANEMIES HEMOLYTIQUES AUTO-IMMUNES Prise en charge en 2011 RECOMMANDATIONS RHECOM AG Cherbourg, 28/05/2011 Dr S. CHEZE cheze-s@chu-caen.fr Service Hématologie Clinique - CHU Caen Centre national de référence

Plus en détail

Je m'informe sur les leucémies aiguës

Je m'informe sur les leucémies aiguës Je m'informe sur les leucémies aiguës Le cabinet du Docteur Jean-Marie CHOQUET Adresse du site : www.docvadis.fr/jean-marie-choquet Validé par le Comité Scientifique Hématologie Les leucémies aigües sont

Plus en détail

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts

LYMPHOME T. D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts LYMPHOME T D après la session présidée par M. FEDERICO, ICML 2011, abstracts 125-129 Rappel Hémopathie maligne rare Pronostic sévère avec taux de survivants autour de 30 à 35 % à 5 ans Taux de rechute

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes «matures»

Hémopathies lymphoïdes «matures» Hémopathies lymphoïdes «matures» Définition Proliférations monoclonales de lymphocytes B, T ou NK Classification OMS 2008 Classification en 4 types histologiques : - Type 1 : à prédominance lymphocytaire,

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

Lymphomes malins non hodgkiniens

Lymphomes malins non hodgkiniens Lymphomes malins non hodgkiniens La classification REAL, 1995 Lymphomes B : I - Lymphomes des précurseurs B : Lymphome/leucémie lymphoblastique B. II - Lymphomes des cellules B «périphériques» : 1 - Leucémie

Plus en détail

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral

DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Myélome Multiple DEFINITION Prolifération monoclonale de plasmocytes dystrophiques Syndrome tumoral Lésions osseuses Sécrétion Ig monoclonale Cytopénies Hypercalcémie Syndromes au diagnostic Douleurs osseuses

Plus en détail

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis

Allogreffes de CSH et transfusion. Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Allogreffes de CSH et transfusion Dr AC Leprêtre EFS Saint Louis Recommandations HAS novembre 2014 PSL irradiés: à partir de 7 jours avant un prélèvement de cellules souches hématopoïétiques. Si greffe:

Plus en détail

!!! !!! Généralités sur les hémopathies malignes. UE10 Tissus sanguins Dr. AGAPE. I. Oncogenèse. Classification onco-hématologique

!!! !!! Généralités sur les hémopathies malignes. UE10 Tissus sanguins Dr. AGAPE. I. Oncogenèse. Classification onco-hématologique Date : 23/03/2015 Promo : PCEM2 2014-2015 Ronéistes : PATEL Aimane GERBANDIER Estelle UE10 Tissus sanguins Dr. AGAPE Plage horaire : 16h - 18h Enseignant : Dr. AGAPE Généralités sur les hémopathies malignes

Plus en détail

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Présentation clinique... 3 3.1. Plasmocytome

Plus en détail

CAS CLINIQUES. Monsieur Jean Paul V

CAS CLINIQUES. Monsieur Jean Paul V CAS CLINIQUES DIU 2012 Monsieur Jean Paul V 82 ans,. hypertendu équilibré sous béta-bloquant. Adénome prostatique à opérer. Examen normal 1 2 QUEL EST LE STADE DE CETTE LLC? Monsieur Jean Paul V NFS =

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité Les syndromes lymphoprolifératifs chroniques Néoplasies B matures Néoplasies T matures Syndromes lymphoprolifératifs des immunodéprimés :

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Maladie de Minkowski-Chauffard = Microsphérocytose héréditaire

Maladie de Minkowski-Chauffard = Microsphérocytose héréditaire Maladie de Minkowski-Chauffard = Microsphérocytose héréditaire C est une anémie hémolytique constitutionnelle due à une anomalie au niveau du cytosquelette sous-membranaire et surtout des protéines d ancrage

Plus en détail

! MacCulloch et al., Science, 1964 : proposition d un schéma hiérarchique de l hématopoïèse

! MacCulloch et al., Science, 1964 : proposition d un schéma hiérarchique de l hématopoïèse Rationnel! MacCulloch et al., Science, 1964 : proposition d un schéma hiérarchique de l hématopoïèse! Puis découverte, après une série de transplantations, qu une cellule souche hématopoïétique unique

Plus en détail

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B QUIZZ LMNH ALGERIE Mlle L, 37 ans sans antécédents en dehors d une appendicectomie dans l enfance présente des adénopathies sus-claviculaires bilatérales fermes, indolores, apparues rapidement en 2 semaines

Plus en détail

L ONCO HÉMATOLOGIE ESSENTIELLE POUR LE MÉDECIN DE 1ER RECOURS. Vignette: Anamnèse par système. Autres co morbidités:

L ONCO HÉMATOLOGIE ESSENTIELLE POUR LE MÉDECIN DE 1ER RECOURS. Vignette: Anamnèse par système. Autres co morbidités: L ONCO HÉMATOLOGIE ESSENTIELLE POUR LE MÉDECIN DE 1ER RECOURS Atelier 1 Syndromes lymphoprolifératifs Vignette: Patient de 58 ans qui vient pour un check up (pas de suivi depuis 2012). Menuisier. A son

Plus en détail

A quoi correspond une myélodysplasie?

A quoi correspond une myélodysplasie? Je comprends ce que sont les myélodysplasies ou syndromes myélodysplasiques La moelle osseuse produit les cellules du sang (globules rouges, globules blancs et plaquettes) à partir de cellules progénitrices

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES SYNDROMES LYMPHOPROLIFERATIFS CHRONIQUES

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES SYNDROMES LYMPHOPROLIFERATIFS CHRONIQUES Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES SYNDROMES LYMPHOPROLIFERATIFS CHRONIQUES 1 Les syndromes lymphoprolifératifs chroniques Néoplasies B matures Néoplasies

Plus en détail

THALIDOMIDE : La THALIDOMIDE s administre par vois orale, à prendre le soir. Effets secondaires :

THALIDOMIDE : La THALIDOMIDE s administre par vois orale, à prendre le soir. Effets secondaires : L arrivée de plusieurs nouvelles classes de médicaments qui ont montré leur efficacité dans le myélome multiple nous donne l opportunité de changer notre but de traitement dans le myélome multiple. Les

Plus en détail

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta CAS CLINIQUE Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta Observation: Jeune fille de 16 ans. Athlète pratiquant un sport de combat. Notion de séjour au cote d ivoire. Admise

Plus en détail

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Leucémies aiguës (162) Docteur Frédéric GARBAN Novembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Hématopoïèse Mode d'action et toxicité de la chimiothérapie Résumé : Les leucémies aiguës sont des affections

Plus en détail

Dossier 1. Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal.

Dossier 1. Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal. Dossier 1 Vous voyez en consultation une patiente de 48 ans pour avis sur un hémogramme anormal. Son examen physique est normal. Hémogramme : Hémoglobine : 12,4 g/dl VGM : 93 μm 3 CCMH : 33 % Réticulocytes

Plus en détail

Table des matières ITEM 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE 1

Table des matières ITEM 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE 1 VII Table des matières Note de l auteur... V Liste des abréviations... XIII Liste des items du programme de DCEM2-DCEM4... XV ITEM 126 IMMUNOGLOBULINE MONOCLONALE 1 Épidémiologie... 1 Circonstances de

Plus en détail

Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s

Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s Pneumocystose hors infection par le VIH : une série s de 28 cas C.Ficko 1, M.Ben M Rad 1, F.Suarez 2, E.Catherinot 3, O.Lortholary 3, L.Guillevin 1, D.Salmon 1 1 Unité de Pathologie Infectieuse, Pôle médecine,

Plus en détail

LYMPHOMES et LLC du sujet âgé

LYMPHOMES et LLC du sujet âgé LYMPHOMES et LLC du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM UMR1098 Université de Franche-Comté / SFR FED 4234 Service d hématologie CHU BESANÇON Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique, originaire

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique Actualités thérapeutiques Dr M. TOUATI Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU de Limoges

Leucémie Lymphoïde Chronique Actualités thérapeutiques Dr M. TOUATI Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU de Limoges Leucémie Lymphoïde Chronique Actualités thérapeutiques Dr M. TOUATI Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU de Limoges Alger, le 2 mai 2016 Définition Lymphocytose B monoclonale isolée

Plus en détail

Leucémies aigues. Dr. Benhalilou

Leucémies aigues. Dr. Benhalilou Leucémies aigues Dr. Benhalilou 1 I- Définition : - Hémopathies malignes caractérisés par l expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines bloqués à un stade précoce de

Plus en détail

LYMPHOMES MYELOME MULTIPLE

LYMPHOMES MYELOME MULTIPLE LYMPHOMES MYELOME MULTIPLE Dr J.J. Kiladjian Service d hématologie clinique Ontogénèse Cellule Souche Hématopoïétique B Plasmocytes T Lymphocytes T Les Lymphocytes Dérivent de la Cellule Souche Hématopoïétique

Plus en détail

Avis 30 novembre ibrutinib

Avis 30 novembre ibrutinib COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 30 novembre 2016 Date d examen par la Commission : 9 novembre 2016 ibrutinib IMBRUVICA 140 mg, gélules Boite de 90 gélules (CIP : 34009 279 498 4 5) Boite de 120 gélules

Plus en détail

Lymphome B ovarien primitif : difficultés diagnostiques et traitement

Lymphome B ovarien primitif : difficultés diagnostiques et traitement Lymphome B ovarien primitif : difficultés diagnostiques et traitement 14 / 04 / 2011 SMFC N Mottet, AS Tholozan, A Bourtembourg, F Leung, G Simon, JJ Terzibachian, D Riethmuller, R Maillet CAS CLINIQUE

Plus en détail

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie Caractérisation des syndromes lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie en flux. F.Harieche, N.Abdennebi, F.Boukhemia, A.Talbi, S.Akhrouf, S.Abderrahmani, F.Boumansour, H.Bouarab,

Plus en détail

VOLET 1/4. Les différents types de leucémies. Il existe quatre grands types de leucémies répartis en deux groupes :

VOLET 1/4. Les différents types de leucémies. Il existe quatre grands types de leucémies répartis en deux groupes : Les leucémies VOLET 1/4 Souvent, nous parlons de leucémie au singulier. Pourtant, cette affection hématologique est bien plurielle. Les leucémies sont communément appelées cancers du sang. Elles se caractérisent

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Leucémie lymphoïde chronique Actualisation octobre 2012 2 1 Ce document est

Plus en détail

Classification des Leucémies. Pr Marc Maynadié Registre des Hémopathies Malignes de Côte d Or EA4184, Université de Bourgogne-Franche-Comté

Classification des Leucémies. Pr Marc Maynadié Registre des Hémopathies Malignes de Côte d Or EA4184, Université de Bourgogne-Franche-Comté Classification des Leucémies Pr Marc Maynadié Registre des Hémopathies Malignes de Côte d Or EA4184, Université de Bourgogne-Franche-Comté 1847 : R. Virchows 1976 : Classification Franco Americano Britanique

Plus en détail