Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger"

Transcription

1 Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

2 Introduction Bien que les statines aient largement participé à la réduction du risque CV lié aux dyslipidémies des patients diabétiques de type 2, celui-cici demeure elevé, comparé à celui de la population indemne de diabète. Ce sur risque persistant sous statines ou risque CV résiduel s explique par le profil des lipoprotéines, particulier, du D2 (augmentation des TG, baisse du HDL) mais également par l association à d autres facteurs athérogènes (hyperglycémie, inflammation, stress oxydatif )

3 Anomalies des LP au cours du diabète de type2 Lipoprotéine Composition Concentration VLDL Petite taille TG ApoE Élevée IDL Augmentée LDL HDL LDL petites et denses LDL grandes tailles ApoB / LDL HDL2 HDL3 TG CL Normale ou légèrement élevée Diminuée

4 Relation entre LDLc et risque coronaire

5 Toute baisse de 1,0 mmol/l du C-LDL est associée à une réduction de 20 à 25 % du nombre de décès attribuables à la MCV et du nombre d IM non mortels (Cholesterol l Treatment Trialists Métaanalyse de 14 essais sur les statines). Les résultats des essais PROVE-IT, TNT, A to Z, IDEAL et SEARCH ont confirmé que la réduction du C-LDL à une valeur moyenne de 2,0 mmol/l ou moins est associée au risque le moins élevé de récurrence d événements CV en prévention secondaire. Une diminution relative de 50 % du C- LDL procure des bienfaits optimaux.

6 Objectifs Répertorier les FRCV dans la population étudiée, Analyser les paramètres lipidiques, spécifiquement dans les sous groupes des D2 sous statines et évaluer le risque résiduel lipidique (hypohdlémie, hypertg)

7 Matériels et méthodes Étude rétrospective sur 103 dossiers sélectionnés au hasard au niveau d une CS EPSP Bab El Oued Pour chaque dossier nous avons évalué les éléments suivants au cours des 12 derniers mois de suivi : Hygiène de vie (sédentarité, habitudes toxiques ) Équilibre glycémique (moy HbA1c) Équilibre tensionnels (moy TA) Recherche complications micro et macro angiopathiques Analyse des bilans lipidiques CT, TG, HDL, LDL calculé

8 Caractéristiques de la population étudiée Répartition de la population masculine par tranches d'âges Tranches d'â âge > < < > % 9,38 12,50 28,13 12,50 9,38 12,50 12,50 3,13 Répartition de la population féminine par tranches d'âges > < ,00 10, , , , ,0000 < >80 Nbre % 0,00 11,27 22,54 19,72 28,17 8,45 9,86 0,00

9 Ancienneté du diabète Anciennété du diabéte chez les femmes > < < >25 Nbre % 12,68 1,41 46,48 14,08 11,27 9,86 4,23 Ancienneté du diabéte ches les hommes > < < > % 18,75 18,75 28,125 9,375 15,625 3,125 6,25

10 Principaux FRCV en dehors de la dyslipidémie idé i Âge 62,9 ± 1.9 ans Sexe masculin Diabète (moy HbA1c 7,4%) HTA prédominance féminine 76% / 59,3% Tabagisme 20% chez les hommes seulement Protéinurie 29% des cas ATCD F de MCV précoces non évalués (manque de données) Éléments caractérisant une population Éléments caractérisant une population à haut risque CV

11 Maladies cardiovasculaires avérées 24% : AOMI 12% Coronaropathie 8% AVC 4%

12 Évaluation des paramètre lipidiques C omparaison des taux moyens des LDL, HDL TG des populations totale, masculine et féminine LDL<1 HDL TG LDL>1 HDL TG PT 0,71 0,39 1,44 1,35 0,41 1,19 PM 0,61 0,32 1,63 1,33 0,38 1,20 PF 0,71 0,39 1,32 1,36 0,42 1,18

13 Évaluation des paramètre lipidiques Taux moyens des LDL, HDL TG dans la population générale et masculine LDL<1 HDL TG LDL>1 HDL TG PT 0,71 0,39 1,44 1,35 0,41 1,19 PM 0,61 0,32 1,63 1,33 0,38 1,20

14 Évaluation des paramètre lipidiques Taux moyens des LDL, HDL TG dans la population générale et féminine LDL<1 HDL TG LDL>1 HDL TG PT 0,71 0,39 1,44 1,35 0,41 1,19 PF 0,71 0,39 1,32 1,36 0,42 1,18

15 Taux moyens des TG et HDL Patients sous statines avec LDL <1 Hommes Femmes HDL 0,33 0,44 TG 1,71 1,36

16 Prise en charge de la dyslipidémie chez les femmes 69% Statines (+50% non objectif LDL 4% Fibrates 27% sans traitement hypolipémiant dont 2/3 LDL>1

17 Prise en charge de la dyslipidémie chez les hommes 44% Statines (+50% non objectif LDL) 10% Fibrates 46% sans traitement hypolipémiant i dont ¾ non objectif LDL

18 Commentaires Par la présence de multiples facteurs de risque cardiovasculaires, notre population est à haut risque. Chez le D2, les préventions primaire et secondaire peuvent se confondre Un tiers des patients avec un LDL >1g/l donc non à l objectif, ne reçoivent aucun hypolipémiant : inertie clinique? Parmi les patients sous statines, nous avons objectivé un LDL non à l objectif dans 1/3 des cas : Peur de la titration de la statine? La baisse du LDL est toujours associée à une réduction du risque (méta analyse CTT). Faut-il cibler la baisse du HDL et l augmentation des TG par des traitements associés aux statines? Quelques résultats : Essai DIABHYCAR 3000 patients D2, albuminuriques i à haut risque sous Ramipril, il 2 S/groupes HDL < ou > 0,40g/l, étude de la relation entre risque d événements et taux de LDLc retrouve une augmentation du risque de 59% si le HDL est bas et de 10% s il est supérieur à la médiane.

19 Commentaires Il faudra attendre les résultats d essais cliniques en cours pour clarifier dans le futur, les associations des différents traitements hypolipémiants chez les patients à haut risque, d autant que l étude ACCORD bras lipides donne un niveau de preuve faible pour l association statines fibrates On ne traite pas un chiffre de LDL, mais un patient, la titration de la statine doit se faire en fonction du contexte individuel, id sans oublier la prise en charge de l ensemble des facteurs de risque cardiovasculaires.

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

la prévalence de l hypotension orthostatique chez les diabétiques de la ville de Sidi Bel Abbes

la prévalence de l hypotension orthostatique chez les diabétiques de la ville de Sidi Bel Abbes République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère République de l Enseignement Algérienne Supérieur Démocratique et de la Recherche et Populaire Scientifique Ministère de l Enseignement Faculté

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Présentée par Catherine Montminy Étudiante en pharmacie de 3 e année Février 2014 Plan de la présentation Population visée par un bilan lipidique

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Introduction : o La dyslipidémie du diabétique est caractérisée

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients)

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) S. DEGHIMA, S. AOUICHE, N. ZENATI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ALOUI, K. MEZEGHRANI, R.

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2

Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 Facteurs de risques associés aux évènements cardiovasculaires dans une population de diabétiques de type 2 A.SALAH MANSOUR, K.ABERKANE, S.DAHLIZ, H.MERABET, Z.LAKABI, S.OUERDANE 21ème Congrès National

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

Prise en charge de la dyslipidémie du patient DT 2 en prévention primaire. Dr Baghous Service de Diabétologie ( Pr BOUDIBA) CHU Mustapha Alger

Prise en charge de la dyslipidémie du patient DT 2 en prévention primaire. Dr Baghous Service de Diabétologie ( Pr BOUDIBA) CHU Mustapha Alger Prise en charge de la dyslipidémie du patient DT 2 en prévention primaire Dr Baghous Service de Diabétologie ( Pr BOUDIBA) CHU Mustapha Alger Introduction le diabète de type 2 est associé à une augmentation

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

L'hypothyroïdie fruste : Aspects épidémiologiques, clinico-biologiques et évolutifs

L'hypothyroïdie fruste : Aspects épidémiologiques, clinico-biologiques et évolutifs L'hypothyroïdie fruste : Aspects épidémiologiques, clinico-biologiques et évolutifs A. Melki, I. Slim, I. Louhaichi, S. Trimech, K. Ach, A. Maaroufi, M. Kacem, M. Chaieb; M. Chaieb Service d Endocrinologie

Plus en détail

Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne.

Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne. Bilan Lipidique = Préoccupation médicale quotidienne. Qualité Résultat Bilan Lipidique CT HDL-c LDL-c TG CT/HDL-c Parfois: Apolipoproteines Qualité Prélèvement Qualité Analyse Il existe cinq lipoprotéines:

Plus en détail

Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle.

Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle. Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle. Tunis Tunisie La rétinopathie diabétique représente une des principales

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Risque relatif de mortalité induit par une MC (maladie coronarienn Risque relatif de mortalité induit par une MC 5 4.5 4 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5

Plus en détail

La présence d une dyslipidémie

La présence d une dyslipidémie Dyslipidémie et diabète RÉSUMÉ : Les anomalies lipidiques sont fréquentes et particulières chez les patients diabétiques de type 2. Elles sont définies par des taux élevés de triglycérides, des taux bas

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA

Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Comment et quand dépister la cardiopathie ischémique chez le diabétique? M.BOUAME SERVICE DE CARDIOLOGIE HCA Augmentation du risque d AVC X 2.5 Première cause d insuffisance rénale terminale (42% des cas)

Plus en détail

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies Dyslipidémies I) Classification de Frederickson Aspect du sérum à jeun Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type I Lactescent CM - 2,5g/l N LDL +++ 10% Opalescent VLDL + LDL Hypertriglycéridémie

Plus en détail

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires.

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires. Chapitre 3 Item 220 UE 8 Dyslipidémies I. Diagnostic phénotypique II. Éliminer une cause d hyperlipidémie secondaire III. Diagnostic des hyperlipidémies primitives IV. Évaluation du risque cardiovasculaire

Plus en détail

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010

Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires. Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 Programme régional de prévention des risques cardio-vasculaires Je t aime mon cœur 13 janvier 2010 POURQUOI Prévalence élevée des MCV en Lorraine et notamment en Moselle est Surmortalité en Lorraine de

Plus en détail

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire

Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Recommandations pour la pratique clinique Modalités de dépistage et diagnostic biologique des dyslipidémies en prévention primaire Texte des recommandations INTRODUCTION 1. Thème des recommandations La

Plus en détail

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

LE DIABETE DU SUJET AGE. Congrès Maghrébin d Endocrinologie Diabétologie Alger 2012 Résultats de l étude tunisienne

LE DIABETE DU SUJET AGE. Congrès Maghrébin d Endocrinologie Diabétologie Alger 2012 Résultats de l étude tunisienne LE DIABETE DU SUJET AGE Congrès Maghrébin d Endocrinologie Diabétologie Alger 2012 Résultats de l étude tunisienne Introduction Étude multicentrique nationale portant sur 330 patients diabétique âgés de

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité Risque résiduel ou inertie clinique? Residual risk or clinical inertia? R. Roussel* * Service de diabétologie-endocrinologie et nutrition, hôpital Bichat, Paris ; université Denis-Diderot Paris- VII, Paris

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Le Liraglutide dans la vraie vie : Expérience Algérienne

Le Liraglutide dans la vraie vie : Expérience Algérienne Le Liraglutide dans la vraie vie : Expérience Algérienne M.SEMROUNI* S.ABROUK** Z.ARBOUCHE* R.MALEK*** *Service d Endocrinologie Diabétologie CHU Beni Messous Alger ** INSP Alger *** Service de Médecine

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Diabète. populaaon diabéaque. Associées. Maladies CV AVC. Macro angiopathies. Micro angiopathies

Diabète. populaaon diabéaque. Associées. Maladies CV AVC. Macro angiopathies. Micro angiopathies populaaon diabéaque Tlemcen Algérie Maladies CV AVC Macro angiopathies Micro angiopathies Néphropathie RéAnopathie Associées Diabète Obésité HTA Tabagisme Hypercholestérolémie Sédentarité CaractérisAques

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Hyperlipoprotéinémies

Hyperlipoprotéinémies IdM PancréaIte aiguë Hyperlipoprotéinémies I TG IIa IIb III IV Chol Chol Chol Chol TG TG TG V TG Cholestérol 4,1 6,2 mmol/l 2g/l TG 0,40 1,40 mmol/l LDL < 5 mmol/l 0,4g/l 1,5g/l

Plus en détail

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA

Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle. Dr. Ioana ZGAIA Stratégie thérapeutique dans l hypertension artérielle Dr. Ioana ZGAIA 22 Mars 2012 Définition de l HTA Objectif TA: inferieure à 140/90mmhg au cabinet ou 130/80 pour les diabétiques et les insuffisants

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

Syndrome d apnées obstructives du sommeil et troubles métaboliques

Syndrome d apnées obstructives du sommeil et troubles métaboliques Syndrome d apnées obstructives du sommeil et troubles métaboliques Romain KESSLER Service de pneumologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Déclaration de liens d intérêts J ai actuellement, ou j ai

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Ce document est une actualisation des recommandations de bonne pratique «Prise en charge des dyslipidémies» publiées par l Afssaps en

Plus en détail

EVALUATION DU PROGRAMME «SPORT SUR ORDONNANCE» DE SAINT PAUL

EVALUATION DU PROGRAMME «SPORT SUR ORDONNANCE» DE SAINT PAUL EVALUATION DU PROGRAMME «SPORT SUR ORDONNANCE» DE SAINT PAUL 1 Congrès de Médecine Générale OI, le 23/04/2016 Céline DAMIANO et Quentin BAJEUX «SPORT SANTÉ SUR ORDONNANCE» : EVALUATIONS DU DISPOSITIF STRASBOURGEOIS

Plus en détail

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone

Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone Cas Clinique n 1 YA, 73 ans, a été hospitalisé en cardiologie pour une ACFA d étiologie indéterminée. Il est mis sous Cordarone, d abord à une dose de charge, puis à une dose d entretien de 5 comprimés

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

FRCV Facteurs de risque cardio-vasculaire

FRCV Facteurs de risque cardio-vasculaire FRCV Facteurs de risque cardio-vasculaire 4 ième Journée de Cardiologie 05.11.2014 1 A travers les siècles -2500 avant J.-C. Le corps égyptien Notion de cardio-centrisme, le coeur est le centre vital Le

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2005 ; 17, n 7 : 390 7 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.204.175

Plus en détail

L insulinothérapie utilisée en pratique ambulatoire

L insulinothérapie utilisée en pratique ambulatoire L insulinothérapie utilisée en pratique ambulatoire (enquête schéma) A propos de 631 malades S.AOUICHE, A.BOUDIBA Service de Diabétologie, CHU MUSTAPHA INTRODUCTION o Ce n est plus nouveau de dire que

Plus en détail

Facteurs de risque cardio- vasculaires

Facteurs de risque cardio- vasculaires Facteurs de risque cardio- vasculaires Jean C. Grégoire MD, FRCP(c), FACC, FACP, Professeur agrégé de clinique, Université de Montréal, Cardiologue, hémodynamicien, InsEtut de cardiologie de Montréal La

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Le risque cardiovasculaire fait référence à une probabilité de survenue d un événement cardiovasculaire, défini par (1) : - une maladie

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement. Jean-Michel Halimi, Tours

La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement. Jean-Michel Halimi, Tours La microalbuminurie: quelle place pour l optimisation du traitement antihypertenseur? Jean-Michel Halimi, Tours Montpellier, 19 juin 2008 COOPERATE : Effet sur le doublement de la créatinine ou la dialyse

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

POUR EN AVOIR LE CŒUR NET

POUR EN AVOIR LE CŒUR NET LES RISQUES CARDIO-VASCULAIRES : Hypertension, Tabagisme, Cholestérol, Diabète POUR EN AVOIR LE CŒUR NET Testez-vous En partenariat avec En novembre, autour de la journée mondiale du diabète, votre pharmacien

Plus en détail

Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux

Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux Prévention cardiovasculaire Certificat complémentaire Rôle du médecin généraliste en matière de prévention individuelle et collective Professeur Bernard Gay Faculté de Médecine de Bordeaux Les maladies

Plus en détail

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies

Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Risque Absolu, Risque Relatif, Nombre de sujets à traiter (NNT) dans les dyslipidémies Dr Vanina Bongard Unité de Prévention de l Athérosclérose, Hôpital Rangueil Service d Epidémiologie, CHU de Toulouse

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue François DELAHAYE Syndrome métabolique Ensemble d anomalies métaboliques et de facteurs de risque vasculaire Anomalies interconnectées: la présence

Plus en détail

Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique

Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique Maladie Thrombo-Embolique Veineuse et risque cardiovasculaire : analyse d une cohorte rétrospective à 1 an et à 5 ans, intérêts pour la pratique HAMPTON Jennifer, DESC 2 MV, Université Aix Marseille Dr

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU PATIENT HYPERTENDU ÂGÉ DE MOINS DE 65 ANS ET NON DIABÉTIQUE I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCE Recommandations

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Les deux décennies écoulées ont

Les deux décennies écoulées ont Prise en charge des dyslipidémies : le sacre des statines Au terme de 20 ans d essais cliniques importants, les statines sont devenues une classe thérapeutique majeure de la prévention du risque cardiovasculaire.

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer ESC/ EAS GUIDELINES 2016 Question aux auditeurs : Croyez-vous que le cholestérol soit un facteur

Plus en détail

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 6 Forum National de l Omnipraticien Alger le 8 Avril 2010 DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 Pr. N. Ouadahi Médecine interne CHU Bab El Oued Causes of death in people with diabetes 50 40 40 Deaths (%) 30 20

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr. Lakehal I. INTRODUCTION : la transition épidémiologique est une réalité dans beaucoup de régions dans le monde (particulièrement pays en développement).

Plus en détail

Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger

Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger 6 ème congrès national de la SAMEV Hilton : 23-25 Avril 2015 Prévalence de l artériopathie oblitérante des membres inférieurs chez une population consultant en médecine générale dans la wilaya d Alger

Plus en détail

Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines b RAPPORT VERSION CONSULTATION PUBLIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Novembre 2009 L argumentaire scientifique de cette évaluation est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments

Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Annexe II Modifications du Résumé des Caractéristiques du Produit et de la notice adoptées par l Agence Européenne des Médicaments Le Résumé des Caractéristiques du Produit et la notice sont le résultat

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

FDRCV Dyslipidémies et Syndrome Métabolique

FDRCV Dyslipidémies et Syndrome Métabolique FDRCV Dyslipidémies et Syndrome Métabolique Pr Ducluzeau Nutrition Diabétologie, CHRU Tours L athérosclérose correspond à une réaction de défense inflammatoire «mal appropriée» face à une agression de

Plus en détail